Le Deal du moment :
Manga Spy x Family Tome 13 édition Collector : ...
Voir le deal
14.50 €

Partagez
 

 Observation de l'attaque en cours de Capsule Corps

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Camille Iregalin
Camille Iregalin
Terrien
Féminin Age : 24
Date d'inscription : 14/03/2021
Nombre de messages : 65
Bon ou mauvais ? : Très très bon

Techniques
Techniques illimitées : Antidoctorat / Médicarchéologie / Somnabulatéralisme / Oculi Prohibere
Techniques 3/combat : Fil Violet / Omnichirurgie
Techniques 1/combat : Illitéralement Moi

Observation de l'attaque en cours de Capsule Corps Empty
MessageSujet: Observation de l'attaque en cours de Capsule Corps   Observation de l'attaque en cours de Capsule Corps ClockDim 9 Avr 2023 - 1:36
Un réveil, sans dring-dring. Camille et Falke se trouvaient maintenant sur un toit. Suffisamment éloigné fut-il du conflit, mais apte à permettre l’observation du branle-bas de combat qui se dégageait du centre de la ville. Observation que Camille ne pouvait faire autant que sa compatri-bot, qui étaient targuée d’yeux plus fonctionels que ceux de sa couronne, ces derniers suffisant simplement à lui donner le paysage sans pour autant qu’il ne devienne un problème. Il fallait beaucoup de puissance pour rester aveugle tout en esquivant ce qui en faisait un handicap, puissance que Camille n’avait. Navet. Navrée !

”Navrée. Pour ce nouveau voyage, je veux dire. Et pour vous avoir interrompue dans votre lecture. Vous êtes effectivement arrivée dans une situation assez improbable, et je m’excuse d’avance de tenter d’être multitâche face à vous. Pouvoir observer la mort d’un dieu en direct est une expérience plutôt rare.”

Elle poussa alors la chaise qui avait été depuis le début derrière elle, avant de s’assoir dessus, avant de sortir un carnet sur lequel elle pourrait prendre des notes. Ses doigts passèrent dans plusieurs de ses poches avant de trouver un stylo quatre couleur, dont les interrupteurs furent écrasés plusieurs fois avant qu’enfin ils finissent sur le bleu… Etait-ce bien sur le bleu qu’elle tomba ? Elle n’avait aucun moyen de s’en assurer. Mais il fallait des notes. Et toutes les notes de l'univers pouvaient être lisibles par les aveugles avec la correcte encre.

”Pendant qu’ils anéantissent ce dieu, je vais vous offrir des questions auxquelles répondre… Vous avez mentionné des unités FLKR, dont vous faites partie. Quelles sont les particularités de cette branche d’unités et quelles sont les autres unités que vous connaissez ?”

L’odeur de soufre n’était pas inquiétants. Les cris qui souffrent n’étaient pas inquiétants non plus. Camille avait arpenté plus de champs de batailles durant son adolescence que d’amourettes, ce qui avait nul doute atténué le développement naturel de son cortex, n’en doutait certainement pas elle.

”Ensuite, j’aimerais une explication en détail de ce que vous entendez par “biorésonnance”, afin que je ne sois plus apte à avancer des mécompréhensions.”

Elle fit tourner son stylo, et tapota sur la feuille avec la mine. Puis elle fit tourner à nouveau, et tapota avec l’arrière. Puis la mine. Puis la pointe. Puis la mine. Puis la pointe. Les secondes passent. Irrémédiablement. Il y avait des bruits de combat en arrière plan. Pourtant, ils semblaient élointains. Comme la mitraillette de gouttes de pluie sur le sol permettant aux enfants de dormir.

”Enfin, j’aimerais savoir exactement quelle est la situation politique d’Eusan à l’heure actuelle. Que je puisse savoir à quoi m’attendre si un “purge” venait à prendre place au sein du gouvernement terrien.”
Falke
Falke
Cyborg
Masculin Age : 23
Date d'inscription : 22/02/2023
Nombre de messages : 15

Observation de l'attaque en cours de Capsule Corps Empty
MessageSujet: Re: Observation de l'attaque en cours de Capsule Corps   Observation de l'attaque en cours de Capsule Corps ClockDim 9 Avr 2023 - 14:39
Un clignement d’yeux, et soudain les protagonistes de la discussion se trouvaient ailleurs. Qu’importe, Falke faisait confiance à son interlocutrice et au classeur qu’elle lui avait confié. Quand bien même, elle s’intéressait de toutes façons plus au combat et donc aux applications pratiques d’une partie de sa lecture précédente qu’à la pléthore de documents supplémentaires à sa disposition. Ainsi, les yeux rivés sur l’affrontement, elle constata l’expression de volontés contraires. La majorité des guerriers s’érigeaient en protecteurs, et leur adversaire en destructeur. Un dernier enfin, semblait se trouver dans le camp des défenseurs sans pour autant prêter grande attention aux ravages que ses propres attaques causaient. Curieusement, celui-ci semblait avoir perdu à l’instant son “ki”, mais n’était en fait devenu que plus fort comme cela avait été le cas du tyran plus tôt. Peut-être n’étaient-ils pas de ces “dieux” à proprement parler, mais simplement touchés par leur corruption.

Il y avait aussi une cyborg, qui rappelait à l’administratrice les modèles STAR dans son expertise au combat, en bien plus résistante, ainsi qu’un jeune homme autour duquel semblait s’articuler toute la stratégie de la coalition. Les curieuses propriétés de l’arme d’un autre âge qu’il manipulait étaient remarquablement similaires à celles générées par les lances et épées  de Falke. Cette dernière apprenait beaucoup de ce spectacle, et s’empressa donc de rassurer Camille.

“Tu as bien fait. Il faut toujours confronter la théorie à la pratique. Il était temps pour moi de mettre des images sur les mots que j’ai lu.”

Le fait qu’une poignée d’individus ait la capacité de causer des ravages semblables à ceux nés de l’affrontement de plusieurs milliers d’autres en Eusan avait de quoi impressionner. Si chez elles, les êtres capables de telles prouesses se chiffraient à une petite centaine au maximum, ils étaient légions dans cet univers. Difficile d’imaginer qu’ils n’avaient pas encore éteint toute vie par accident. Vinrent les questions sur les modèles Falke. Camille risquait d’être déçue.

“Je n’ai pas accès à mon propre dossier, mais je tâcherais d’être relativement exhaustive. Les unités FKLR sont les plus puissantes des Replikas, et les administratrices suprêmes de la Nation d’Eusan aux échelons civils et militaires. Nous disposons chacune d’une station dont le rôle peut varier. Il peut s’agir d’une zone résidentielle, industrielle, minière, ou autre. Il est aujourd’hui rare que nous soyons envoyées au front, et plus rare encore que de nouvelles unités soient construites. Impossible d’affirmer pour quelle raison, tant nos capacités au combat sont immenses. Nous sommes équipées d’un module de biorésonance qui nous permet d’influencer les esprits plus faibles, Replikas comme Gestalt. Ces directives sont relayées par les modèles KLBR, ou Kolibri, capables de transmettre des fréquences biorésonantes en réseau sur une large zone.
On trouve ensuite les modèles ADLR, à qui sont délégués la majorité des tâches administratives et bureaucratiques de haut rang. Ainsi, les FKLR peuvent plus librement surveiller et organiser leurs forces.”


Elle laissait à Camille le temps d’emmagasiner ces informations et de les noter. Les prochaines Replikas devraient être plus simples à comprendre.

“Viennent les modèles de sécurité, les principaux étant les STAR et leurs supérieurs, les STCR. Toutes sont dotées de capacités martiales avancées, et l’unité STCR de plus haut rang est généralement la troisième unité la plus importante d’une zone administrative après la FKLR et l’ADLR. Les Storch approchent aussi de près la taille des FKLR.”

Ces modèles avaient un caractère bien trempé, mais il était inutile de le préciser ici, Falke rédigerait un rapport détaillé plus tard.

“Les modèles les plus répandus sont les travailleurs. Parmi eux, on trouve principalement les EULR, des modèles très polyvalents et multitâches employés comme vendeuses, infirmières, cuisinières, employées de bureau, institutrices et à encore bien d’autres fonctions. Les ARAR sont des techniciennes spécialisées dans la maintenance et la construction des installations ainsi que dans la manufacture de biens industriels. Elles peuvent opérer en milieu exigu sans contraintes. Enfin, les modèles MNHR, les plus massifs toutes Replikas confondues, sont assignées à des tâches plus délicates comme le minage, la manipulation de matières dangereuses et de façon générale toutes opérations en milieu irradié, en apesanteur ou dans les fonds océaniques.”

Contemplant la violence du combat qui s’offrait à elle, Falke finit son exposé avec l’énonciation de modèles plus rares.

“Il existe aussi une myriade de modèles depuis décommissionnés comme les LSTR, des éclaireuses formés au combat dotées d’une remarquable indépendance, ou de variantes spécifiques comme les MNHR SAPR, similaires à leurs versions civiles mais équipées d’armement lourd et de schéma neuronaux combattants. Ces Replika sont peu nombreuses et, pour beaucoup, en production limitée ou arrêtée, car Eusan préfère utiliser en majorité des Gestalts pour ses forces armées. Il semble que Replikas et guerre ne fassent pas bon ménage.”

Au sol, plusieurs civils désemparés fuyaient l’affrontement. Les capteurs de Falke s'alarmèrent soudain, alors qu’elle détectait un objet en approche rapide. Après quelques microsecondes d’observation, elle repéra un large bloc de béton, sans nuls doutes issu d’un immeuble détruit par l’escarmouche, se précipitant vers les Terriens aux abois. Sans rompre son rythme de parole, la Replika invoqua une lance biorésonante qu’elle projeta sur le fragment de building, qui fut fracturé en une myriade de petits morceaux, désintégrés quelques instants plus tard par une déflagration fantôme. Camille lui demanda alors de lui expliquer plus en détail le concept de biorésonance. Falke était quelque peu embarrassé du peu d’informations qu’elle pouvait prodiguer à ce sujet.

“A vrai dire, nous ne savons presque rien de la biorésonance. Tout au plus disposons-nous de quelques théories. Il apparaît que la première des biorésonantes était l’Impératrice, et qu’elle s’est jadis servi de ce pouvoir pour créer les Replikas et asservir ses pairs. Chez les Gestalts, ces capacités semblent apparaître aléatoirement, mais les scientifiques de la Nation sont capables de forcer son apparition au sein de modules implantés aux Replikas qu’ils souhaitent voir manifester des capacités biorésonantes, sans pour autant être parfaitement certains de la logique derrière le processus de manufacture.

Dans les faits, la biorésonance permet en général aux individus capable de l’utiliser d’exercer une certaine influence sur leurs pairs, parfois de communiquer avec eux sans parler. Il semble qu’il s’agisse de l’application la plus commune de ce phénomène. Certains êtres plus puissants, comme les modèles FKLR, peuvent amplifier ce phénomène et imposer leur volonté aux esprits les plus faibles et même à la réalité elle-même. Je peux, par exemple, générer des armes du néant, me déplacer de plusieurs kilomètres en un seul pas ou encore même exclure de la réalité des éléments qui s’y trouvaient quelques instants auparavant. Poussé à l’extrême, il apparaît qu’un tel pouvoir serait capable de faire et de défaire des Empires, comme cela a été le cas pour l’Impératrice et, peut-être, pour la Grande Révolutionnaire.”


Vint la question de la chercheuse sur la Nation elle-même. Si Falke aurait aimé répondre avec prudence, ses programmes semblaient la pousser à chanter les louanges de sa patrie. Après quelques instants de réflexion des plus inhabituels, elle se laissa aller à l’improvisation.

“La Nation d’Eusan est toujours en conflit ouvert avec l’Empire. Ce dernier est cependant au bord de la défaite, mais s’accroche avec hargne à sa gloire illusoire, et impose, avec sa puissante flotte, un blocus au monde résidentiel de Vineta récemment reconquis par la Nation. En interne, tout va pour le mieux. Le peuple est heureux et conscient de l’importance de sa dévotion. Le parti est stable et la Grande Révolutionnaire dirige sans contestations. La Nation s’apprête même à lancer l’audacieux projet Penrose pour s’étendre au-delà du système solaire où elle est née. La population est très enthousiaste à ce sujet, car il représente l’opportunité pour elle d’exporter la gloire de la Nation toujours plus loin dans le cosmos.

Bien que de nombreux citoyens désirent l'annihilation totale de l’Empire et la libération inconditionnelle de ses habitants, il semble que des négociations soient en cours pour imposer une reddition partielle aux forces impériales. Dans le même temps, nous devons rester vigilant, car les espions ennemis sont partout.

Les purges que j’ai pu mentionner plus tôt ont eu lieu il y a de cela bien longtemps, lorsque des éléments contre-révolutionnaires ou simplement trop ambitieux ont tenté de renverser la Grande Révolutionnaire et sa fille. A l’époque, l’usage de Replikas en situations de combat était monnaie courante, et je me souviens avoir moi-même eu pour consigne de démanteler quelques insurrections. Si je devais tisser un parallèle avec votre gouvernement, ici sur Terre, je dirais que votre Révolution est encore à un stade embryonnaire, et que le manque d’un leader unique définit la met en effet en danger. Il est probable que cette situation soit résolue dans quelques mois.”


Falke porta à nouveau son regard sur le combat qui faisait rage. Si conflit interne il devait y avoir, nul doute que chaque parti aurait intérêt à le mener loin de l’unique planète de l’Insurrection, sans quoi il n’y aura pas grand chose à diriger une fois la poussière retombée.
Camille Iregalin
Camille Iregalin
Terrien
Féminin Age : 24
Date d'inscription : 14/03/2021
Nombre de messages : 65
Bon ou mauvais ? : Très très bon

Techniques
Techniques illimitées : Antidoctorat / Médicarchéologie / Somnabulatéralisme / Oculi Prohibere
Techniques 3/combat : Fil Violet / Omnichirurgie
Techniques 1/combat : Illitéralement Moi

Observation de l'attaque en cours de Capsule Corps Empty
MessageSujet: Re: Observation de l'attaque en cours de Capsule Corps   Observation de l'attaque en cours de Capsule Corps ClockMar 2 Mai 2023 - 11:53
Les dieux, ça meurire. C’est fait pour ça. C’était la logiqualité que Camille s’était offerte en tout point.Tout ce qui était immortel allait finir par mourir. C’était une finalité incontournable pour les interminables. Ils meurent tous et ce, sans leur consentement. C’était tout simplement aussi simple. Il n’y avait rien pour les protéger. Rien hormis des valeurs arbitraires aussi démantelablement par l’arithmétique que les appuis d’une chaise. Si les pieds d’un meuble étaient affaiblis, le bois s’écroulait. Les divins s’écroulaient aussi. Ils n’avaient pas bon sens de l’équilibre et c’était ce qu’ils méritaient. Mademoiselle Iregalin avait dialogué avec suffisamment d’immortels et d’éternels pour comprendre qu’elle n’avait absolument pas l’esprit à respecter ce genre de personnages. Elle les trouvait assez fortement archaïques et pire que ça, odorants. La putréfaction de la chair éternellement conservée était vomitive. Camille adorait étudier ces choses afin de retrouver toutes les faiblesses cachées dans leurs armures et leurs barrières. Elle ne tâchait pas de découvrir des fentes… simplement de transformer lesdites barrières en panopticons. Elle n’avait jamais eu de parler pro-divin. Jamais de dieulectique. Elle était simplement une humaine quoiquequi voulait les pendre comme des chiens enragés.

Falke était habitée par une satisfaction compréhensible à pouvoir observer des phénomènes dont elle n’avait pour l’instant que lu des descriptions à support paperassique. La réalité était souvent plus satisfaisante que l’imagination, si l’imagination ne se faisait pas réalité. C’était la direction habituellement prise par les arcanes : faire de cette imagination la réalité, parce qu’elle avait toujours été réalité. La possibilité de faire du feu par simple désir était réelle dans l’espritête du pyromancien qui se faisait alors maître de la combustion sans combustible, car le comburant oxygénique faisait combustible par lui-même. Camille aurait dû prendre des photographies. On s’y battait durement à trente étages en dessous. Les bruits faisaient écho dans les bâtiments en ruine comme des balles de ping-pong.

Falke ne pouvait malheureusement pas dossierer son propre être. Elle n’avait pas accès aux connaissances sur son propre type d’individu. C’était bien malheureux ! Mais Camille avait suffisamment rencontrentendu d’aigris et de fossiles pour comprendre que ne pas se connaître soi-même était synonyme d’humanité. Il était parfois possible de se résumer en quelques lignes mais jamais en paragraphe. Chaque faute était une force dans un autre contexte. Les paresseux ne souffrent jamais de surmenage. Les peureux mouraient bien moins souvent que les courageux. Les imbéciles avaient beaucoup plus de difficulté à pleurer leur manque de place dans l’univers. Cela devait servir à la rendre plus docile et moins robot. Une gynoïde plus gyne qu’oïde par ce simple manque d’information sur sa personne. Camille posa son menton entre son pouce et son index.

Les hef kah hell herr sont les replikas les plus puissantes et les administratrices de stations aux rôles variées. Administratrices, exclusivement au féminin. Une faction dont toutes les grandes bureaucrates étaient de mystérieuses, surpuissantes, grandes demoiselles au ton qui semblait autoritairement froid et pourtant empathiquement compréhensif ? Camille se surprit à sourire en coin à cette idée. Mais c’était pourtant le genre de chose qu’elle aurait imagipensé quand douze années d’existences furent à sa ceinture. Néanmoins, elles n’allaient pas souvent se battre, pour des raisons qu’elle ne comprenait elle-même pas, et pouvaient influencer des esprits plus faibles à l’aide d’autres unités, qui étaient des colibris… KLBR ? Kolibri. Elle manqua d’imaginer des oiseaux faisant le relais pour la mademécamoiselle comme si elle fut Blanche Neige.

Il fut mention de modèles bureaucrates, les ADHD – ehm, ADLR. Eux bureaucrataient bien plus fortement pour que les FLKR puissent s’occuper plus librement de leurs effectifs. Une pause fut faite, et Camille gribouilla. Elle savait qu’une fois le carnet fermé, le grabouilla sera braille et lisible par des doigts. Des bruits d’explosion au loin firent bruit de fond. Falke mentionna des unités de sécurité. Les STAR et les STCR. Camille nota juvénilement l’occasion manquée de ne pas les appeler Superstars. Les STCR étant les plus importantes d’une facilfaculté après les Falke et leurs bureaucrates bras droits. Ils étaient de taille comparable à la grande interlocutrice.

Ce fut néanmoins quand on lui parla des modèles travailleurs que quelque chose commença à être compris par Camille. Entre deux crics de noircissement de papier, l’oreille de Camille releva l’existence des EULR, utilisées dans le troisième secteur économique, machines de service avant tout, tandis que les ARAR étaient des techniciennes. Ce qui fut avant tout ouïe fut les moult-iples accords au féminin. La réflexidée de faire un nombre assez surprenant de gynoïde était entièrement atypique. Il y avait aussi des MNHR, qui minent, et doivent se présenter larges. Pourquoi tant de machinettes ? Une figure militaire féminine avec un aspect d’inspiration d’un Arc à la Jeanne. Cela semblait conséquentiel et bénéfique. Leur utilisation comme figure sympathique dans les industries de greffiers, de commis et autres services avait un avantage, socialement parlant. Les femmes aidaient les clients à se relaxer. Elles étaient moins dangereuses. Plus fragiles. On pouvait leur confier la nourriture et les enfants… Mais faire des machinemadames techniciennes ? Camille n’en voyait (ah ah) pas l’intérêt. Pourquoi genrer les machines ? Et pourquoi leur donner précisément des formes féminines ? Néanmoins, il se pusse qu’elle soit en train de surthéoriser. Peut-être que seule Falke avait légitimement la forme d’une humaine. Mais le terme de Replika (qui sonnait comme réplique) semblait tout simplement dire que c’est ce qu’elle aurait pu avoir affaire.

Vinrent d’autres modèles. Les derniers et décomissionés. D’autres MNHR qui elles savaient se battre, ainsi que des éclaireuses… les LSTR… Une combinaison de quatre lettres qui avaient déjà résonné dans la tête de Camille. Dans des rêves assez partagés. Mais elle préféra garder cela dans sa poche. Ce n’était pas une histoire partageable, du moins pour l’instant. Elle préférait obtenir le plus d’informations possibles de la part de Falke. Réplika et guerre ne font pas bon ménage ? Pourquoi donc ? Des machines tuent sans trop se soucier. N’était-ce pas là le principe même du mécanobéllice ? Ou bien faisait-elle face à l’ascension de l’éthique si réputée dans les romans de science-fiction ? Comme pour confirmer ses théodires, elle entendit des cris d’individus en dangers être accentués par la chute d’un morceau d’immeuble sur des civils. Puis un tir d’énergie, et le sauvetage desdits civils. Aucune chute de shrapnels ou autres matériaux. Une pure désintégration de matériaux… Assez malaisant si réflexion continuelle serait continuée sur cette continuation de faits.

Quid que la biorésonnance ? La question fut prise de réponse. Elle en savait pas trop beaucoup. L’impératrice (d’Eusan ?) fut la première à l’utiliser pour conquérir le (ou son) monde, permettant la création de Replikas. Les gestalt en obtiennent aléatoirement, assujettis par la loterie des potentiels. La Nation pouvait offrir ces capacités aux Replikas sans vraiment être trop sûres du processus même qu’elles employaient. Ils ne savaient pas ce qu’ils faisaient, ce qu’elles faisaient, mais elles savaient s’en servir, et c’était ce qui comptait. Camille sentit ses poumons se vider prestement.

Néanmoins, le contrôle de la réalité fut mentionné, et ce, au grand plaisir de Camille. La biorésonnance avait donc des propriétés comparables aux arcanes. C’était une merveilleuse nouvelle ! C’est aussi là que Mademoiselle Iregalin comprend qu’il y avait Impératrice et Grande Révolutionnaire. La seconde n’était pas la première après le cycle habituel des révolutions devenant dictatures. Une reine d’un côté, une cheffe d’un côté, la matriarchalité d’Eusan devenait de plus en plus apparente – peut-être que toutes les gynoïdes étaient tout simplement… faites parce que les femmes occupaient les posts les plus importants de leur société ? Cela pouvait faire du sens. Ou bien c’était simplement à des fins commerciapitalistes. Nombreux(ses) étaient ceux et celles qui aimeraient avoir des partenaires romantiques sans avoir à jouer le jeu des danses nuptiales.

La troisième question eut sa réponse. Et Camille voulut y croire. L’empire était au bord de la défaite. Le peuple était heureux et il travaillait main dans l’ensemble pour continuer à faire avancer la nation. Il n’y a aucunement de problème au niveau politique et bureaucrate car la Grande Révolutionnaire est incontestée. Un projet de colonisation, Penrose, s’apprêtait à être lancé, la population en était heureuse. Des négotiations sont entamées pour forcer la reddition de l’Empire. Des purges ont été faites il y a bien longtemps de cela. Un ramassis de propagande programmés dans la pro-nation. Mais il devait y avoir de la vérité. Suffisamment de vérité pour qu’elle y croit. Falke était intelligente, et s’il y avait mensonge, elle verrait entre les lignes.

”Comment vous vous sentez, en sachant qu’il y a d’autres vous dans cet univers ?”

Replika. Gestalt. Replika. Gestalt. Replika. Gestalt. Un point fixe. Un point de changement. La mort amène la vie. Le cerveau sans mémoire marche sous la bannière. L'œil rouge est une hystérie de masse. Ce que tu étais n’est pas ce que tu es. Ce que tu cherchais n’est pas ce que tu cherches. Tout ce qui est dit fait du sens. Arrache ton œil et ouvre le sas. Comment vous vous sentez, en sachant que vous n’êtes pas réelle ?

”Je m’excuse si cette question était brusque. Nous pouvons la passer si vous le désirez.”

Ton cerveau n’est pas le sien, Camille. Tu es bizarre mais elle l’est différemment. Ne te concentre pas sur ça. Écoute le bruit des explosions. Écoute le bruit de la compression des matériaux à l’horizon. Pose lui une question dont tu connais déjà la réponse.

”Comment est-ce que les Réplikas sont construites, d’ailleurs ? Et pourquoi sont-elles… semblent-elles – être entièrement des modèles féminins ? À moins que ce ne soit une différence de langue, mais il semble que vous vous consacriez à des gynoïdes.”

Elle put sentir la différence de chaleur sur sa peau. Un immense projectile avait couvert le soleil et s’approchaient d’elles. Une boule. Une boule de déchets et de restes. Un bowling de débris. Tout était cassé. Camille savait qu’elle approchait. Tant de masse avait son impact dans l’atmosphère. Tout frottait. C’était de la pate à modeler. Un jouet. Des légos. Tout cassé. Tous réparables. En fait. Il étaient réparés. C’était de l’Omnichirurgie. Tout se répara. En vol. Tout était réparé en vol. Les bâtiments continuèrent leurs chemins, cherchant un endroit où atterrir, liés par des routes, décorés de lampadaire et de tout ce qui les entourait. Un quartier tout entier volant au dessus de Camille et Falke et n’ayant d’objectif que d’atterrir loin de la zone de combat, préférablement pas sur des civils. Mais si artefacts d’importance il y avait dans cet arrondissement, ils atteriraient logiquement dans les mains de Camille, qu’elle avait écarté.

”Aïe !”

Ou sur sa tête, semble-t-il, avant de rouler dans sa pomme -- paume ! L’objet était rond, pommesque, et particulièrement désireux de ne pas s’ouvrir à elle. Il avait peur. Un silence consternant là où devait se trouver du bruit. Comme si la pomme avait compris à qui elle avait affaire… comme tous les artefacts que rencontrait Camille. Néanmoins, comme toute arme, Camille avait du mal à la porter, et, la soulevant, se résolut à laisser l’un de ses deux sommets se placer contre le sol. C’était tant mieux. Ou l’inverse.

”Très, trèèèès intéressant...”

Camille se tourna vers Falke, du moins, là où Falke s’était tenu avant.

”Nul doute que le dieu que nous observons l'utilisait pour se battre. Nous devrions la conserver, pour le moment du moins. Peut-être que nous pourrions dégoter davantage de moyens sur ce terrain.”

Deux ressources qui pouvaient suffire pour le projet Dantalion.

”Avez-vous déjà vu des phénomènes de cette ampleur en Eusan, Falke ?”
Falke
Falke
Cyborg
Masculin Age : 23
Date d'inscription : 22/02/2023
Nombre de messages : 15

Observation de l'attaque en cours de Capsule Corps Empty
MessageSujet: Re: Observation de l'attaque en cours de Capsule Corps   Observation de l'attaque en cours de Capsule Corps ClockLun 8 Mai 2023 - 18:46
Camille manifestait une avidité de savoir qui, compte tenu de sa fonction, n’avait rien de surprenant. La scientifique inondait ses notes d’informations qu’elle jugeait utiles avec une vitesse étonnante en dépit de sa cécité apparente, mais Falke n’y accordait plus trop d’attention. Après tout, elle n’était plus à une excentricité près. La Replika, elle, gardait les yeux fixés sur l’horizon et sur le combat dantesque qui s’y déroulait. Elle voyait comment le dieu si honni par le peuple terrien gagnait toujours plus d’avance sur ses adversaires, et ce malgré leur ingéniosité, leur acharnement et leurs sacrifices. Il ressortait non pas seulement indemne, mais bien renforcé de chaque échange de coups dans lequel il était entraîné. Réalisant ce qu’une défaite de la coalition pourrait signifier pour la planète et son régime, Falke lança un diagnostic de combat et manifesta brièvement chacun des instruments de son arsenal afin d’être sûre et certaine de pouvoir les utiliser si le besoin se présentait. La première question de la seconde série de Camille tomba alors que Falke matérialisait sa lance.

“Fière. Je connais mes capacités. Savoir que chacune des installations de la Nation dispose d’administratrices aussi compétentes ne fait que renforcer ma confiance envers le régime, non pas qu’elle ait jamais vacillé. Si c’est que tu cherches à savoir, je ne ressens pas d’amertume particulière envers mon statut d’être artificiel et réplicable, car j’ai aussi conscience de l’importance de mon rôle. Tu aurais peut-être obtenu une réponse plus intéressante en posant la question à un modèle EULR, bien plus répandu. Nous autre Falke ne sommes pas bien nombreuses de toutes façons, cela nous aide peut-être à forger un sentiment d’individualité, bien que je n’en ai jamais rencontré d’autres.”

Hélas, le régime d’Eusan était particulièrement compartimenté, et la Replika n’avait jamais eu l’occasion de communiquer directement et autrement que par messages avec l’administratrice d’un autre secteur. Par moment, leur séparation semblait presque volontaire et, bien que les FKLR n’aient nullement le temps de faire preuve d’oisiveté, l’androïd mentirait si elle disait qu’elle n’avait jamais éprouvé l’envie de rencontrer une de ses semblables. Mais le régime savait mieux. La Nation avait sans doute compris que de telles entrevues menaient à des comportements déviants. Cela pouvait aussi expliquer la rareté de la présence des machines sur les champs de bataille.

“N’ai craintes, j’ai promis de te répondre, c’est une question qui a son importance. Quant à la raison pour laquelle la majorité des modèles que j’ai pu citer, à l’exception des ADLR, ont des traits et des schémas neuronaux féminins, je ne peux répondre que pour certains d’entre eux. Les Replikas sont habituellement basées sur les schémas neuronaux de Gestalts existants. Je n’ai pas accès à mon dossier, mais j’imagine partager ceux de la Grande Révolutionnaire, de laquelle je dérive aussi mon apparence physique. Il m’est difficile de parler pour les autres, mais je sais que beaucoup d’entre elles ont des besoins très spécifiques qui peuvent aider à entretenir leur psychée. Les EULR, par exemple, ont besoin de musique, et les ARAR de plantes sur lesquelles veiller. Je n’ai aucune connaissances du modèle exact de sélection des modèles, et suis donc incapable de te réveler la raison pour laquelle ces derniers sont majoritairement féminins.”

Voyant la boule de débris approcher à toute vitesse, Falke se fit la réflexion qu’il serait sage de la désintégrer, mais ce fut sans compter sur l’étrange phénomène que seule Camille était capable de provoquer. La masse informe fut scindée en deux par la poussée du sayan qui y avait été coincé, et la partie qui avait continuée sa trajectoire fut démantelée en vol et rassemblée de façon cohérente par des mains invisibles mais nombreuses et assurées. De ces quelques bâtiments reconstitués jaillit une orbe qui vint percuter la chercheuse de plein fouet. Falke s’assura brièvement que son cri était plus né de la surprise que de la douleur, puis posa le regard sur la petite sphère. La machine avait du mal à voir en quoi un objet aussi insignifiant pouvait aider un être d’une telle puissance, mais après tout c’était Camille, et non elle, qui l’avait en main.

“Non, fort heureusement. Mon installation est paisible, et c’est le cas de la majorité des territoires de la Nation. Nul doute en revanche que l’ambiance de Vineta doit s’en rapprocher. Je devrais moi même être capable de déployer une puissance de feu suffisante pour causer des dégâts similaires: il me paraîtrait cohérent que les forces antagonistes de la Nation et de l’Empire dispose d’un arsenal plus destructeur encore. Non, la vraie différence avec ce qu’il serait possible d'observer en Eusan est le nombre d’êtres capables de créer ce genre de scène par leur seule force sur cette seule planète. J’en détecte plus sur ce monde qu’il n’y a de modèles FKLR dans toute la galaxie contrôlée par la Nation, et il existe des milliers, voire des millions, d’astres habités dans votre Univers.”
Camille Iregalin
Camille Iregalin
Terrien
Féminin Age : 24
Date d'inscription : 14/03/2021
Nombre de messages : 65
Bon ou mauvais ? : Très très bon

Techniques
Techniques illimitées : Antidoctorat / Médicarchéologie / Somnabulatéralisme / Oculi Prohibere
Techniques 3/combat : Fil Violet / Omnichirurgie
Techniques 1/combat : Illitéralement Moi

Observation de l'attaque en cours de Capsule Corps Empty
MessageSujet: Re: Observation de l'attaque en cours de Capsule Corps   Observation de l'attaque en cours de Capsule Corps ClockVen 16 Juin 2023 - 16:11
Fière. Elle était fière d’être une parmi tant d’autres. Elle n’avait pas de raisons de la jugementaliser. Chacune avait sa perception, son histoire. Chaque créature était un bateau à la coque déplumée naviguant dans son océan de goudron. Chaque relation était une interprétation de l’individu en face qui n’avait de source que l’égo de l’interprétant et les actions de l’interprété. Les tableaux des livres d’Histoire n’ont que des faits et des délusions documentées de grandeur écrites par des scribes facilement impressionablés. L’action est commise face à la peur. L’acte est une réaction de peur. La colère n’en différencie que très peu. Les figures les plus grandes n’ont agi que parce qu’elles avaient peur. Peur d’être oubliées. Elles le sont. Il ne reste d’eux que des bribes et des fantasmes acceptés par les sociétés qui les exècrent et les idolâtrent. Mais Falke ne semblait pas avoir peur. Elle n’avait pas besoinement besoin d’avoir peur. Elle était droite dans sa réflexion, passant par les points A puis B, évitant toute fonction autre qu’affine. Mécanique. Invincible. Inhumaine. Camille lui avait posé une question par peur. Falke y avait répondu sans.

La Nation avait de grandes intentions et de grandes mécadames pour les renforcer. Moult. Falke n’avait pas de souci à faire partie d’un moult. C’était assez honorable. C’était mieux que d’autres. Il n’y avait pas de valeur à cet honorable. Mais ça l’était. Elle n’avait pas de problèmes avec son statut de reproduction copiée et pastée. Elle était importante. C’était tout ce qu’elle avait besoin de savoir. Une parodie d’égo et de confiance en elle qui était expona -... exponenceu -... exponentiellement plus importante que les misères humaines. Camille comprit une raison d’avoir ramené Falke ici. La reproduction de sa perception d’elle-même pouvait avoir ses usagilisations. Les arcanes dépendaient des émotions. Ceux dont les émotions étaient affines pouvaient devenir vecteurs d’incantations et de maîtrise sans autre besoin d’exister. La production en masse de la parodie pouvait être plus tard enclenchée aux profits de la Terre. Il n’y avait pas de soucis à se faire. Camille s’en chargerait avec cybersoutenage. Falke ne connaissait pas d’autres Falkes. Camille avait connu d’autres Camille. Mais Camille était un prénom beaucoup trop répandu, avec des connotations un peu trop parisiennes.

”Il est plus facile de ne pas craindre pour son individualité quand on ne voit pas les preuves de son inexistence.”

Camille avait été refroidie. Ce n’était pas les liens qui tiraient ses joues en sourire et forçaient son coeur à battre plus rapidement qu’il ne devrait face à la perception d’une émotion qu’elle se poussait à ressentir. Elle voyait simplement un dieu mourir. Elle ne le “voyait” pas mourir. Elle ne faisait que le voir mourir. L’avait-elle décidé toute seule ? Ou bien fut-cent une décision généralent ? Sa main ascendit symmétriquement dans sa poche et en sortit un thermos. Elle en but. Le café était sucré. Cela lui faisait plaisir. Elle assistait à une déiterminaison. Une introduction au caillou d’où parla Zarathustra. Une mort de dieu. Elle entendait une suite de coups dans une machine. Le parfum des jeunes qui hurlent à l’aide se mélangeait à son café. Elle aurait pu prendre un petit déjeuner si elle ne détestait pas tant manger.

Pourquoi une cascade infinie de demoiselles ? Falke n’avait pas de véritable réponse. Les Falkes étaient basées sur la Grande Révolutionnaire… Une femme d’exception ayant drapé les étendanrds sur le champ de bataille, figure centrale de tableaux - une seconde.

Camille décida qu’elle était à côté de Falke. Mais elle était autrepart également. Ses chaussettes trempaient dans l’eau. Elle était dans la rive. Les cailloux pleuraient à sa droite. La mer engloutissait à sa gauche. Le sel remontait du terrain jusqu’à ses yeux. L’océan était désespoir et silence. Les vagues se fouettaient comme des bêtes de charrues. Voici un morceau supplémentaire de silence qui tombait par ici. Une épée. Sa main manque de se décharner quant elle y toucha. Alors elle créa Mica. Mille-ca. Micah. Micah était une jeune fille qui n’avait jamais fait de mal à personne. Elle était devenue Micah, une volontaire philanthrope qui n’avait de désir que de rendre le monde meilleur. Elle mit un coeur par dessus son coeur. Elle prit l’épée et fit que son esprit soit celui qui demandait qu’une épée se transforme en plume, car la plume était plus puissante. Puis elle rangea la plume dans sa poche.

Micah mourut noyée et Camille était encore en train d’écouter Falke. Elle avait son carnet en main ainsi que son stylo et son thermos. Plaquant du pouce la feuille contre le récipient, elle continuait de gribouiller ses gribouillis sans queue ni tête qui avait tout leur sens quand elle n’y pensait plus. Les ADLR étaient des androïdes, et les autres des Gynoïdes. Il n’y avait pas de tête ou de queue à ça non plus. Possiblement était présente le désir de procréer inversé, le désir féminin de dévorer le féminin. Ou simple, si simplement, passé les fantasmes d’une femme si masculine qu’elle en devait totalitaristement militaire… Une matriarchie mettait un surplus de figures d’autorités dans la forme d’autorité. Camille eut un léger sourimace. La remarque sur les EULR. Des petites Falkes qui dansaient sur le rythme de la Cucaracha pour ne pas perdre leur esprit. Le mental entravé et conditionné de la machinemadame maintenu par les grands titres de Magic System. C’était comique, comme pensée.

L’odeur de la putréfaction lui arriva au nez. Mais avant cela, c’était l’odeur d’un autre artefact. Le mort mourut, mais pas trop vite. Il mourut quand il se réveilla une demi-seconde avant de mourir. Il mourut donc à côté de Camille et Falke, et Camille donna sa lance à la plus grande des deux… enfin, elle du d’abord poser tout sur le rebord du toit, lourde comme était ce bâton à pointe. Un abîme entier d’être fantastiques et de figures ancestrales lui hurlèrent qu’elle n’était pas la bienvenue parmi ses porteurs, mais elle avait des boule quiès. Des milliers de guerriers d’exception avaient tenu cette lance. Mourant tous en la tenant… ils ne devaient pas être très compétents.

”Allez ! Huf !”

Camille parvint à porter la lance jusqu’à Falke en utilisant ses deux frêles main et en soulevant avec les jambes, pas avec le dos.

”Gardez-la pour moi, je vous prie. Elle contient des âmes et autres parodies d’amrita. N’essayez pas de l’utiliser contre ce dieu. Je préfère voir des mortels le faire avec leurs outils de mortels plutôt que donner raison aux éternels.”

Vint enfin la réponse sur la phénoménologie de la destruction de masse Eusanienne. Il n’y en avait pas beaucoup des comme ça. C’était la conclusion du jour. Camille s’en douta. Il y avait un minimum de fierté à obtenir au nombre journalier de désastre dans leur héliocentrisme personnel. Falke s’annonçait capable de déconstruire ansi ce qui s’approchait d’elle… où ce dont elle s’approchait. Tant mieux pour elle. Dommage pour les ennemis.

”Je vois.”

Hin, hin… “voir”.

”Pourriez-vous me décrire les émotions que vous êtes capable de ressentir ? Le nombre de fois que vous les avez ressenti, par exemple ?”

Camille eut à parler plus fort à cause de l’annonce d’un certain Végéta de son arrivée sur le champ de bataille.

”Passagèrement, est-ce que vous pourriez me décrire les conséquences des manques de conditionnement de vos disciples comme les EULR ? Je pense que le premier ministre serait très intéressé par la capacité de s’inspirer de vos “Réplikas”... si ce n’est pas trop demandé que de pouvoir tenter de nous inspirer de créations de votre Nation.”

Passablement… inviter plus de femmes parmi les troupes. Avoir son EULR personnelle pour ranger les foutoirs causés par son surmenage tout en chantonnant des musiques avec une voix robotique pourrait rendre son travail légèrement moins stressant.

”Vous n’êtes pas touchés par l’existentialisme, mais est-ce le cas de vos camarades de plus bas niveau ? Quels sont les courants métaphysiques auxquels vous souscrivez, vous et les autres Réplikas ?”

Que le nihilisme ne touche pas les robotes comme elle touche les chouineurs de seize ans.

”En soit… est-ce que vous et vos camarades soient capables de craindre la mort et de désirer l’amour ?”

Survivre et procréer. Les directions prises par chaque être vivant.
Falke
Falke
Cyborg
Masculin Age : 23
Date d'inscription : 22/02/2023
Nombre de messages : 15

Observation de l'attaque en cours de Capsule Corps Empty
MessageSujet: Re: Observation de l'attaque en cours de Capsule Corps   Observation de l'attaque en cours de Capsule Corps ClockLun 11 Sep 2023 - 14:28
Falke hôcha la tête et saisit la lance comme Camille venait de le lui demander, et avec bien plus d'aisance. Il lui était presque amusant de constater le décalage entre le frêle physique de la scientifique et ses extraordinaires pouvoirs. Ce faisant, la Replika s'attarda aussi sur la lance et ce qu'en avait dit la chercheuse. Des âmes. Etait-ce cela qu'elle entendait depuis qu'elle avait aggripé la singulière arme ? Elle sentait comme une présence qui tentait de la contraindre à déposer la lance, et ce visiblement sans effet, tant et si bien que la voix semblait s'agacer, devenant plus assourdissante à chaque seconde. En guise de réponse, une brève lueur passa dans les yeux de Falke, alors que ses algorithmes apportaient une réponse à la nuisance.

Parasitenhäufigkeit...gedämpft

Et la quiétude revint. Le propriétaire original de la lance aurait sans doute été furieux de voir sa précieuse possession être ainsi ignorée par une femme dépourvue d'âme, mais il n'était pas présent pour s'en plaindre, et c'était pour le mieux, car Camille avait d'autres questions. D'abord sur sa capacité à ressentir des émotions et ensuite, après avoir été interrompue par un homme qui semblait se prendre pour une plante, sur la conséquence pour les unités mentionnées précédemment d'un manque d'accès à leurs activités fétiches.

"Je suis capable de ressentir une large gamme d'émotion dont la fréquence ne diverge pas forcément, à ma connaissance, de celle de vous autres Gestalts. Comme vous, j'ai mon caractère, et semble tendre plus souvent vers la fierté dans la solennité que l'hystérie dans la terreur, par exemple. Il m'arrive bien sûr de ressentir de la peur, mais elle reste limité, car elle ne doit être qu'un indicateur m'aidant à formuler une décision, pas un blocage net à mes fonctions. Chaque Réplika opère ainsi au sein d'un spectre d'émotions généralement choisies avec précision pour qu'elles puissent remplir leur rôle au mieux. Les comportements dont nous parlions plus tôt permettent justement d'éviter que les personnalités des unités ne se dégradent, ce qui entraînerait une incapacité à accomplir les missions pour lesquelles elles ont été créées.

Falke marqua une pause.

"Pour ce qui est de leur utilisation par ta nation, je devrais pouvoir assister à la création de Replikas de bas niveau, mais j'espères que tu comprends qu'il m'est impossible de le promettre sans que l'on ne m'offre une technique, une information ou un objet d'une valeur équivalente qui servira en échange ma patrie."

La prochaine question de Camille laissa Falke perplexe. Elle ouvrit la bouche, prête à y répondre, puis la referma, et resta immobile et muette pendant plusieurs secondes, qui devinrent de longues minutes dont la monotonie n'était cassée que par les explosions régulières qui éclataient en arrière plan. Enfin, Falke revint à elle comme si de rien n'était.

"Je ne sais rien de l'attachement d'autres Replikas à ces "courants métaphysiques" dont tu parles. Je crois en la Nation avant tout. En ce qui concerne la crainte de la mort, elle est naturelle et utile. Le régime n'a pas besoin de travailleurs ou de soldats suicidaires plus que nécessaire. Les expressions excessives d'amour, au delà d'une entente particulièrement forte et productive entre deux unités, sont souvent considérées comme des symptomes de dégradation de personnalité."

Et donc comme un signe qu'il est l'heure d'être décomissionné. Il était préférable pour les Replikas d'éviter de s'attarder sur de tels concepts, sans quoi elles risquaient rapidement de dévier de leurs fonctions. Falke était un modèle de loin supérieur à tous les autres, et se permettaient ainsi par moment quelques digressions, mais elle devait elle aussi rester concentrée. Sans quoi ce serait le chaos, comme dans le rêve dont Camille l'avait extraite à l'aide de son ésotérique salle-ancre. Les Falke étaient les premières et les dernières lignes de défense de la Nation, et de leur stabilité dépendaient celle de leurs stations toutes entières.

"Il semble que cet affrontement arrive à son terme. Ce Pflanzen est à l'évidence meilleur au combat que ses parents ne l'étaient en biologie."

La diction parfaitement neutre de la Replika tend à noyer ses intentions, aussi est-il particulièrement compliqué pour ses auditeurs de séparer ses affirmations communes de ses potentiels traits d'humour.

"J'ai toujours du mal à croire que ce genre de dévastation est si commune ici. Comment construire un sentiment d'unité quand la survie des masses est si incertaine. Les pertes furent, cette fois visiblement, minimales, mais beaucoup ont perdu leurs foyers."

En Eusan, la population était gardé loin des conflits, et les quelques attentats de l'Empire qui demeuraient non déjoués par la Nation étaient d'une amplitude bien moindre. Bien sûr, la guerre restait dans tous les esprits, car chaque citoyen devait savoir pourquoi il se levait le matin, et pourquoi sa nourriture était rationée, mais peu y étaient confrontés directement.
Camille Iregalin
Camille Iregalin
Terrien
Féminin Age : 24
Date d'inscription : 14/03/2021
Nombre de messages : 65
Bon ou mauvais ? : Très très bon

Techniques
Techniques illimitées : Antidoctorat / Médicarchéologie / Somnabulatéralisme / Oculi Prohibere
Techniques 3/combat : Fil Violet / Omnichirurgie
Techniques 1/combat : Illitéralement Moi

Observation de l'attaque en cours de Capsule Corps Empty
MessageSujet: Re: Observation de l'attaque en cours de Capsule Corps   Observation de l'attaque en cours de Capsule Corps ClockSam 16 Sep 2023 - 14:48
Il était nécessaire pour survivaler d’être capable de manier selon ses désirs sa gamme personnelle d’émotions. Hors autres, entre autres, il fallait avoir le contrôle sur ses désirs et les actes résultants desdits désirs. C’était la façon de penser, à défaut de voir les choses, de Camille. Néanmoins, il fallait faire fi de son humanité pour ne pas avoir de sentiments. Falke ne le faisait pas. Elle ressentait des choses à une fréquence au contact de celle d’une gestalt – une somme d’un tout à haute valeur. Camille en était une. Néanmoins, cela signifiait qu’il y avait suffisamment à désassembler de Falke pour avoir après sa déconstruction une somme tout aussi importante que le tout. Tristement, cela traversa la tête de la mondiglienne. C’était un plan Z, sur lequel on pouvait donc dormir, car elle préférait ne pas avoir à démanteler Falke – d’autant plus qu’elle n’aurait pas aimé être la cible de la dernière débâcle de survie de la madamachine.

Néanmoins, il fallait le noter, Falke était limite-limitée. Cela la rendait pas imperméable à l’humanité, mais ne faisait que lui permettre de chronicler sa peur et de l’empaqueter dans sa bibliothèque de réflexion, un simple colis n’ayant de cible que de lui rappeler qu’il lui fallait survivre. Pour la nation, bien sûr. Néanmoins cette animal instinct pouvait probablement trouver racine dans la chair organique qui était associée aux tangentes mécaniques de l’interlocutrice matrice. Toute émotion était minutieusement appliquée pour permettre à l’efficace emplacement dans chaque rôle donné. Camille voyait (ah ah !) à travers les lignes. Il devait simplement rester des rebuts primates dans chaque viande, simplement et correctement alignés avec les segments désirés. La dégradation de personnalité se trouvait être relativement intéressante si ce n’était à cause de l’obsession malsaine de Camille avec le mental tordu aux décisions en carrefour.

Vint enfin le côté commercial du dialogue, la discussion sur un échange équivalent nécessaire pour parfaire la poignée de main intradiégétique de leur interaction. Entre autre, l’exploitation des connaissances de Falke avait son chaud du froid, son autre côté du miroir. Une imploitation ? Cela la ferait sourire. Grignotant – non, gribouillant quelque chose dans son carnet, elle se rappellerait bien assez tôt de comment ne pas faillir à cette tâche. Il lui faudrait juste une information utile. Une très utile. Camille en avait des centaines. Des microfailles dans la logique, des insanités dans le naturel, des fractures cérébrales du cortex de Gaia, de Chronos et de Morpheus.

”Cela va de soi. Jamais je ne vous tromperais sur nos échanges. Cela serait tout aussi illogique qu’impardonable.”

Camille n’avait jamais été pardonnée de beaucoup de chose. Elle gardait à l’esprit la possibilité de franchir une autre ligne tabou, un autre élément déclencheur qui ferait d’elle une personne critiquable selon les morts – meurs actives. À moins que ce les évènements futurs transforment le mal d’aujourd’hui en sacrifice utile de demain. En tant qu’humaine, elle savait suffisamment de la malléabilité des moralités et de l’obsession de ses camarades pour l’indignation des faits passés. Les ancêtres de Camille avaient été normaux hier pour être monstrueux aujourd’hui. Au final, mademoiselle – non, docteur Iregalin avait suffisamment de sacrifices faisables. Mais pas Falke. Folle que serait-elle si elle tarnissait ce miracle qu’était la téléportation de cette Fraulein sur le terrain terrien.

Il n’y avait pas de philosophies propagées par les réplikas, chez les réplikas, entre réplikas, pour réplikas. Cela les rendait parfaitement sacrifiables et particulièrement pathétique. La peur de la mort était importante à un degrés économe. Il ne fallait pas détruire son travailleur. Le féodal avait besoin de son paysan vivant, après tout. Pourquoi ruiner son hommepouvoir ainsi ? Le plus intéressant, le plus satisfaisant des faits, était la compréhension de l’amour comme un obstacle. Rien ne déplaisait plus à Camille dans l’intro et extraspection de son être et des êtres autour d’elle que l’omniprésence du désir d’avoir une main dans la sienne et une épaule sur laquelle poser sa tête. Une distraction qu’il serait utile d’exciser si la manipulation de ce sentiment n’avait pas elle-même ses usages. Ainsi, c’était la maîtrise de soi qui devait trôner jusqu’à véridique besoin d’ablation sentimentale.

”L’amour est généralement signe de dégradation de personnalité sur les Gestalts aussi, je vous l’assure. Je n’ai pas vu une intelligence qui ne s’écroulait pas sous l’addiction à la romance. Je comprends donc l’utilité de vos supérieurs d’éviter de vous faire subir un tel désastre émotionnel.”

Falke fit une blague. Camille ne la comprit pas.

”Hmm ? Oh, j’ai arrêté de suivre le combat quand l’autre est devenu un dieu aussi pour vaincre le premier.”

Le fantasme très humain d’absolument annihiler son créateur était un péché (hé hé) mignon que Camille consommait comme macaron : rarement mais goulûment quand il était disponible. Si ledit fantasme était en rupture de stock, son attention s’en trouvait disparue. Elle se demandait juste quand il serait temps de prendre le troisième artefact de cette zone de combat… À ne plus savoir ce qui se passe, elle demeurait également incapable de savoir si quelque chose – ou quelqu’un avait encore une emprise sur la dernière source d’intérêt de ce combat. Et Falke ne comprenait pas comment l’unité de la Terre pouvait être développée avec des attaques de si grande envergure et de si grande régularité.

”Il n’y a pas tant d’unité que ça.”

Mettant les mains dans ses poches alors que son expression au rictus grimacier laissait ses dents ressortir de sa bouche, Camille s’assit sur l’une des marches qui entouraient les toits des immeubles – du moins, elle espéra que ce soit ça qu’elle toucha du pied avant de prendre pour siège.

”Il y a un ras le bol général, ça, je vous l’assure. Mais il n’y a tellement pas de pause dans le massacre des terriens que les moyens de les unifier véritablement sont rares. Sans compter les rivalités politiques dont je vous ai déjà fait part. Il nous faudrait peut-être – quelques années de pause. Plus d’activité de la part de nos dirigeants. Tout ce qui reste, c’est de l’apathie et une attente. Une attente de pouvoir envoyer les terriens ayant survécu suffisamment longtemps vers les envahisseur pour pouvoir les massacrer en retour.”

Elle haussa des épaules.

”Mais en vérité, ces mêmes adversaires sont minimes. Les groupes cherchant à vaincre la Terre se sont essouflés lamentablement. L’un d’entre eux avait, sans subtilité, le nom d’Alliance Maléfique. Ils n’ont plus rien fait depuis un moment. Un autre, les Plumes Noires, manquent à l’appel. Il ne reste plus rien hormis des dieux capricieux qui semblent tenter de briser le coeur d’une Terre si victimisée qu’elle observe tout événement avec un haussement d’épaule – si vous voyez où ma métaphore veut en venir.”

Elle ne portait plus d’attention aux bruits de combat derrière elle. Elle choisissait qui méritait qu’elle s’en préoccupe. Elle choisissait ses combats, entre autres. Des combats moraux et limités au royaume de la paperasse.

”Néanmoins, je vous perçois comme un moyen de vaincre ce statu quo. En utilisant les connaissances dont vous disposez, il nous serait assez facile de trouver un moyen d’unifier arcanes – biorésonnance, je veux dire… Biorésonnance et technologie. Cela nous suffirait à martyriser quiconque tenterait à nouveau une attaque sur la Terre, non pas en jetant suffisamment de champions sur un problème jusqu’à l’étouffer, mais simplement en neutralisant ledit problème avant qu’il ne prolifère et entame un énième massacre.”

Sa jambe était incapable de dormir, son talon frappant sur le sol dans sa croc sans même qu’elle ne s’en rende compte.

”Entre autre, vous êtes possiblement notre solution face à l’habitude d’allumer la télé et de soupirer face au nombre de morts. Et en retour, je m’engagerais à être votre solution face à l’oeil rouge qui hante vos cauchemars.”
Contenu sponsorisé

Observation de l'attaque en cours de Capsule Corps Empty
MessageSujet: Re: Observation de l'attaque en cours de Capsule Corps   Observation de l'attaque en cours de Capsule Corps Clock
 
Observation de l'attaque en cours de Capsule Corps
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [OBSERVATION] Pouvoir en jeu !
» [Observation] L'Aube du Troisième Âge
» Frères ennemis[Observation]
» Oooh ! Un feu d'artifice ! [Observation: Kaito vs MV]
» [Observation] Roi Démon Piccolo VS Black Goku

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPGDBZ :: RPG :: Terre :: Capsule corporation-