Partagez
 

 La Pataugeoire à Modèles Réduits「Nozomu Budokai」

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Hoù Sennin
Hoù Sennin
Terrien
Masculin Age : 76
Date d'inscription : 10/08/2020
Nombre de messages : 50
Bon ou mauvais ? : Héroïque !
Zénies : 1000

Techniques
Techniques illimitées :
Techniques 3/combat :
Techniques 1/combat :

La Pataugeoire à Modèles Réduits「Nozomu Budokai」 Empty
MessageSujet: La Pataugeoire à Modèles Réduits「Nozomu Budokai」   La Pataugeoire à Modèles Réduits「Nozomu Budokai」 ClockJeu 25 Fév 2021 - 11:54

La Pataugeoire à Modèles Réduits「Nozomu Budokai」 Unknown


J'avais entendu le coup de départ, comme tout le monde. Les concurrents avaient détallés, faisant de moi la laissée pour compte dans une salle beaucoup trop grande, les derniers pas de course résonnant dans l’escalier hélicoïdal. Je me demande quelle mouche avait piquée mon Maître, pour le faire partir avant même l'annonce des combats. Le jambon-beurre sur la table était irrésistiblement tentant, mais je devais jeûner. On ne mangeait pas avant un combat, ainsi avait parlé mon Maître. Je promis toutefois à mon estomac feulant de le couvrir de noisettes confites si il se tenait tranquille jusqu'à la fin du premier round. Il répondit d'un ronronnement sonore et avide.


J'inspirais profondément et entrepris de sortir de l'édifice, marchant à grandes enjambées, sans ralentir l'allure.





'Faut y'aller j'imagine...


Plus je montais, plus il faisait froid, et plus je grinçait des dents. Ce n'était pas l'air frais de bon matin, mais l'impression de solitude. C'était le froid sec du vide, de l'absence. Le genre de froid anormal à vous abattre d'un frisson soudain et à vous donner la chair de poule sur la nuque.


Mon bras caressant le mur à ma droite pour accompagner ma marche, je marmonnait à mi-mots :





Je me demande où il est...


Bien sûr, je brûlais d'envie de me battre et malgré mes lacunes en spiritualité, je me savais plus forte que les premiers quidams venus. Non, ce qui me vérolait n'était pas une peur aussi concrète. Tout allait trop vite. A peine un entraînement en solitaire d'une semaine parachevé, je me retrouvais entre une centaine de brutes épaisses, sans repaires. Esseulée. Il n'y avait pas eu de transition claire et pondérée entre les mois passés en intimiste et... ça.


Numéro 6. Dardant des yeux un écran posé contre le comptoir de l'infirmerie, je trouvais le terrain qui m'avait été désigné. Au lieu de me renseigner sur mon adversaire, je déviais mon attention sur le labyrinthe de remblais. Je n'avais pas eu le courage ou la présence d'esprit de jauger mes adversaires , je n'allais pas plonger en déliquescence mes tripes maintenant. Je me louvoyais à travers le terrain-vague géant, oubliant toute forme de discipline mentale. Mon esprit était engloutit par une cascade songeuse, c'était sa façon de fuir le problème. Je me dis que l'endroit avait des airs de station de ski avec tous les monticules de poudreuse entourés de pelleteuses. On n'était toutefois pas du genre vacanciers dans la famille, alors la justesse de cette évocation était sûrement foireuse. C'est à cette contre-pensée que j'atteignis le sommet de la doline désignée par le prompteur. Alors je le vis, au-dessous de moi et la tumeur de peine qui nouait ma gorge se dénoua si vite que je crus développer douze angines bleues.





L'en à mis d'temps !


Hoù Sennin attendait, ses gros jarrets contrits dans une position de tailleur parfaite, paupières closes. Mon amertume m'avait laissée croire que mon enseignant avait préféré partir lever le coude (après tout c'était l'heure). Il est vrai qu'il s'était éclipsé sans dire mot. Cependant je réalisais que j'avais été plus qu'injuste en pensant qu'il ne viendrait pas m'encourager. Je me frictionnais aussitôt les lèvres, dissimulant de la sorte mon embarras grandissant. Il se leva avec l'agilité d'un enfant yogi et s'approcha pour me faire une tape dans l'épaule et, me pointant un tumulus plus en hauteur que les autres il grogna :





T'vois p'tit gars, l'mal s't'inv'té à l'fêt'. F'bin gaff', c't'un ré'l danger.


Son doigt boursouflé accusait un colosse entièrement vert, endimanché dans une tenue de combat d'un autre pays.





J'imagine que c'est pas de la peinture.





'N'effet. C't'un d'mon. 'É pas d'moind'. L'a rànàfèr' d'règl'. 'Fies toi. C't'un d'son engeanc' qu't'v't'coltiner.


L'élan de confiance que ce monceau de papote m'avait prodigué me fit répondre, mortifère.





On va voir si le démon est à l'aise dans le ciel alors.


Il voulut me répondre mais il interrompis sa phrase à peine née dans le fond de sa glotte. A quelques dizaines de mètres, un petit homme à la peau céladon marchait avec une dignité l'opposant avec son air de bambin. Il était tout petit ! Même moi, pourtant pas très grande pour mes quatorze ans je le dépassais aisément de deux têtes ! L'ermite se gratta la barbe comme s'il voulait en déloger une colonie d'insectes grouillants. Il opina pour m'indiquer qu'il serait juste à côté, pour me regarder au plus prêt. Cette chiée de nouveaux paramètres étaient tout ce qu'il me fallait pour rallumer mon feu sacré. Tout allait très bien se passer, ce n'était qu'un morveux après tout. Recouvrant mes flux cognitifs habituels, j'empruntais même un air inquiet pour contraster avec la seule expression que les plis tissulaires de son visage bouffi semblait être capables d'afficher : la hargne. Sa défaite n'en serait que plus formatrice. Car c'était bien ce dont il était question ici : J'avais été formée pour représenter la justice. Et face à moi approchait un incube, une énième incarnation pure du mal. Apparemment certains naissaient naturellement pourris. Ça rendait ma tâche d'autant plus simple.



Le ventre grinçant, la voix chevrotante, je l'accueillais dans l'arène en prenant ma posture habituelle mais en la parsemant d'erreurs de placements évidentes. En secret j'activais mon baladeur pour toutefois avoir de quoi garder un rythme irréprochable.





H-hey. Apparemment ils ont mis les plus petits gabarits ensemble ahah. B-bon courage !




Dernière édition par Hoù Sennin le Mer 10 Mar 2021 - 16:04, édité 1 fois
Atabaque
Atabaque
Masculin Age : 6
Date d'inscription : 05/11/2020
Nombre de messages : 13
Bon ou mauvais ? : Démoniaque
Zénies : 1000

Techniques
Techniques illimitées : Matéralisation | Rayon pourchassant | Regard vil
Techniques 3/combat : Vague explosive démoniaque | Puissance concentrée
Techniques 1/combat : Ravage maléfique

La Pataugeoire à Modèles Réduits「Nozomu Budokai」 Empty
MessageSujet: Re: La Pataugeoire à Modèles Réduits「Nozomu Budokai」   La Pataugeoire à Modèles Réduits「Nozomu Budokai」 ClockVen 26 Fév 2021 - 16:42
Les résultats du tirage venaient de tomber, je repérais simplement le terrain qui m'était attribué et m'empressait de tourner les talons pour en prendre la direction. Tout ce qui importait, c'était d'écraser chacun de mes adversaires jusqu'à faire face à mon père. Ainsi, nous réglerons les questions qu'il ne s'est pas même pris la peine de se poser à mon sujet. Le démon ne s'imaginait tout de même pas que son engeance la plus proche de son ADN allait se contenter de le servir comme les autres de ses sbires ? Non, certainement pas, j'étais tout sauf un pion dans sa quête de gloire et de conquête.

Les arènes prenaient place au creux de ruines immenses, les humains avaient décidément le chic pour tourner en dérision le symbole même de leurs échecs, de leur déchéance. Ainsi je m'avançais, toujours encapuchonné, pressant le pas. Il ne fallut pas bien longtemps pour atteindre l'arène qui m'était destiné. Du coin de l'oeil, je repérai l'enfant qui avait été décidé comme mon premier adversaire, celui-ci discutant avec un terrien à l'allure ridicule mais dont l'aura semblait déjà bien plus intéressante. Renfrognant un grognement, je me délestais de ma cape d'un geste ample et m'avançai pour prendre place à mon tour au centre de l'arène. D'un pas assuré, je me rapprochai de l'enfant qui m'accueillit par une pose de combat ridiculement maladroite, accompagnée de salutations pitoyablement hésitantes. C'était une blague ou quoi, comment pouvais-je me retrouver face à une gamine ?

"Tu ferais bien d'abandonner."

Répondis-je froidement à ses mots. Mot regard se posa à droite, puis à gauche, avant de fixer à nouveau cette adversaire ridicule. Elle n'était peut-être pas capable de mesurer le danger que je représentais, mais son maître savait certainement de quoi il en retournait. Le vieil homme avait peut-être l'air idiot, mais son grand-âge témoignait de son savoir au sujet du clan du démon, de mon père et de la dangerosité de ses engeances. Alors pourquoi n'essayait-il pas de dissuader la petite de s'en aller ? C'était pourtant le propre de l'homme, de s'en faire pour sa descendance. Est-ce qu'il pensait sincèrement qu'elle avait la moindre chance face à moi ? Est-ce qu'il me prenait pour un vulgaire gosse ?! Mes dents grincèrent à cette idée, une veine gonfla sur mon front proéminant.

"Je vais avoir du mal à te laisser la vie sauve..."

Bien décidé à faire payer l'affront de m'opposer une si faible résistance, aussi bien aux organisateurs, au vieil homme, comme à la gamine elle-même, j'engageais une marche assurée dans la direction de mon adversaire. J'avais horreur des gamins.
Hoù Sennin
Hoù Sennin
Terrien
Masculin Age : 76
Date d'inscription : 10/08/2020
Nombre de messages : 50
Bon ou mauvais ? : Héroïque !
Zénies : 1000

Techniques
Techniques illimitées :
Techniques 3/combat :
Techniques 1/combat :

La Pataugeoire à Modèles Réduits「Nozomu Budokai」 Empty
MessageSujet: Re: La Pataugeoire à Modèles Réduits「Nozomu Budokai」   La Pataugeoire à Modèles Réduits「Nozomu Budokai」 ClockSam 27 Fév 2021 - 23:02



"Tu ferais bien d'abandonner."


Bingo ! Le gamin avait mordu ! Et en plus la musique était bonne ! Empêcher mes lèvres de sourire en le retenant par les commissures fut impossible, aussi me retournais-je vers mon mentor. Comme promis, il s'était assis au sommet de la butte. Ceci fait, je revenait à mon problème d'enfant. D'une palinodie des orbites, je lui offrais mon regard, lequel se voulait craintif. Et ce, par une ouverte des paupières contrôlée et des va-et-viens à peine discernable des mes pupilles, de sorte à ce que la lumière les fasse pétiller davantage. Clou de mon imposture, je faisais rentrer ma joue droite par effet de succion pour marquer le mécontentement. Réaction typiquement enfantine. D'une certaine manière je m'abaissais à son niveau.


"Je vais avoir du mal à te laisser la vie sauve... "


Pesta-t-il, en s'engageant vers moi. Il n'était plus qu'à quelques mètres.


Concentration ma grande. Tu as affaire à un démon. Mon Maître à tendance à peser chacun de ses mots, alors je ne peux pas le prendre à la légère. Si je me fie à mes heures d'éruditions consumées à scruter des mangas, sa taille dissimule bien évidemment une force latente. Qu'il le crache, son feu de l'enfer ! Si il s'approche je lui brise tous les os ! Avec ça, il ressemblera parfaitement à une limace héhé ! En plus il à vraiment l'air jeunot, son ossature doit être poreuse comme pas permis. Je vais donc continuer à feindre l'inexpérience, lui laisser la main. Et dès qu'il fournira une ouverture suffisante, vlan ! Pu' d'dents !

Spoiler:
 

C'était sans compter : la nuit. LA NUIT ?Mais sa race boulba ! Il est neuf heures du matin faudrait voir à faire un effort ! Le monde s'était teinté d'un noir profond et la température avait chuté brutalement. J'interrompis aussitôt ma nature curieuse et mes tendances à la panique. STOP. Peu importe ce qui à provoqué l'extinction des feux. Si je m'en fie à comment l'obscurité s'est répandue il n'en est pas l'auteur. Par ailleurs, inutile de chercher une source de lumière aussi infime fut-elle. Changement de programme ! Je mène la danse.


Pat-Pat Pat-Pat Pat-Pat Pat-Pat Pat-Pat




Je me dépêchais de me ruer à l'aveugle sur le nabot, décrivant des lacets brouillant ma position. Durant ma course, je ramassais un caillou parmi tant d'autres sur le ring accidenté. Mes propres yeux clos, toutes mes forces mentales étant déployées pour cartographier sa position sur l'idée que je me faisais de mon espace, je bondis. Haut. Profitant du flou sonore que me prêtais mon ascension, je lançais ma pierre à m'en déboîter l'épaule sur ce que je me figurais être sa droite. L'idée m'était venue comme une envie de pisser ; Si j'étais miro, lui aussi. Dans les ténèbres, seul le son de mes pas contre les éboulis pouvaient le guider. Aussi mon jet de pierre n'avait pas pour but de l'atteindre, je n'avais pas les capacités de carte mentale ou de précision requises.



A contrario, faire du bruit, c'était à ma portée. J'allais bientôt atterrir et si je ne faisais pas fausse route, il s'agirait d'une réception de type sandales-en-guise-de-mandale (dans la tronche). J'allais bientôt le savoir puisque comme elle était partie, la lumière revint. Le retour d'hélios entamait la carbonisation de mes rétines que déjà je voyais la grosse fève pleine de fontanelles. Dans le doute, je consumais ce qui me restait d'élan pour entreprendre un salto suivi d'un talon désireux de se retrouver sur un occipital. Restais à savoir si mon attaque serait réussie, ou si le mioche avait vu mon coup venir.


Livraison du limacide express ! On avorte vos mollusques fraîchement nés, avec le sourire !


Dernière édition par Hoù Sennin le Mer 10 Mar 2021 - 16:03, édité 1 fois
Atabaque
Atabaque
Masculin Age : 6
Date d'inscription : 05/11/2020
Nombre de messages : 13
Bon ou mauvais ? : Démoniaque
Zénies : 1000

Techniques
Techniques illimitées : Matéralisation | Rayon pourchassant | Regard vil
Techniques 3/combat : Vague explosive démoniaque | Puissance concentrée
Techniques 1/combat : Ravage maléfique

La Pataugeoire à Modèles Réduits「Nozomu Budokai」 Empty
MessageSujet: Re: La Pataugeoire à Modèles Réduits「Nozomu Budokai」   La Pataugeoire à Modèles Réduits「Nozomu Budokai」 ClockDim 7 Mar 2021 - 12:12
Cette fébrile créature tremblait de terreur face à moi, c'était un fait, alors pourquoi s'obstinait-elle à vouloir m'affronter ? La simple idée qu'il ait espoir de me tenir tête m'arracha une grimace agacée, dévoilant mes crocs à ma future victime. L'agacement eu pour effet de me faire accélérer le pas, aussi j'arrivais bientôt à son niveau, dans quelques instants le combat allait commencer et finir dans un même temps. Quelques pas nous séparaient alors, et je levais les griffes de ma main droite à hauteur de visage, lui adressant un regard sadique qui précédait sa défaite. Mais alors que la victoire était à portée, la lumière disparut pour laisser place à d'intenses ténèbres.

"Qu'est-ce que... ?"

Je n'y voyais rien du tout, même mon regard de démon n'arrivait pas à s'habituer à cette obscurité totale, qu'est-ce qu'il se passait ? Je me repris, réalisant que cette distraction avait laissé une occasion en or à la mauviette qui me servait d'adversaire, et d'un geste rapide je griffais l'endroit où celui-ci se tenait quelques secondes plus tôt. Mon attaque fendit l'air, uniquement l'air, et mon ouïe captura le bruit de pas de ma proie. Toute créature, aussi faible soit-elle, dispose bien d'instincts de survies après tout. Cet imprévu m'agaçait de plus belle, ce n'était qu'une perte de temps... Grognant, je contractais ma main droite en y réunissant mon énergie, tandis que je guettais l'occasion d'en finir en un coup. Là, à l'instant, il venait de s'arrêter !

"Je te tiens !"

Un rayon d'énergie fusa de ma main jusqu'à l'emplacement où j'avais entendu sa course s'arrêter, créant un faisceau lumineux perçant les ténèbres. A l'impact entre le rayon et le sol de l'arène, une explosion vint éclaircir un court instant cet endroit du terrain. Un hoquet traduisit ma surprise, alors que j'apercevais ma cible bien vivante, valdinguant dans les airs et enclenchant un mouvement de bras dans ma direction. Une attaque énergétique ? Un projectile ? L'obscurité revint mais j'étais conscient du danger, aussi mon premier réflexe fut d'effectuer un bond sur la gauche de manière à éviter le projectile en question, provoquant à mon tour un bruit sourd à l'atterrissage. Un fracas aigu m'indiqua que la menace n'en était pas réellement une, une pierre, une arme contendante tout au plus, rien d'inquiétant... Et si il s'agissait...? Saloperie ! La pression de l'air me prévint au dernier moment de l'assaut qui s'abattait contre moi, aussi je dressais ma garde juste au dessus de ma tête pour y accueillir la plante de son pieds. La lumière s'abattit enfin, accueillant elle aussi la stratégie surprenante de l'impostrice. L'éblouissement, bien que passager, m'empêcha de contre-attaquer efficacement et permis à ma cible de s'échapper d'un bond, parvenant ainsi à me coller un coup à l'arrière du crâne, qui parvint à me faire chanceler. L'agile petite effrontée s'était bien payé ma tête, elle allait payer pour cet affront !

"Petite garce, tu cachais bien ton jeu. Mais tu as raté ta chance, je ne me laisserais plus surprendre de la sorte !"

Alliant parole aux actes, je lui adressais un Regard vil avant de bondir à mon tour de sa direction. Quel que soit l'angle qu'elle ait décidé d'emprunter pour échapper à mon rayon, j'étendais mon bras dans sa direction et l'attrapai à la volée. Une grimace sadique déchira mon visage, alors que je retractai mon membre pour tirer ma proie. Mon autre poing était prêt à l'accueillir, une terrible Puissance concentrée pour la remettre à la place qui était sienne: parmi les vers. Je bondis de manière à me retrouver au dessus de ma cible, avant d'abattre mon poing de sorte à l'enfoncer violemment contre le sol de l'arène. J'avais dosé la puissance de mon coup de façon à ne pas la tuer sur le coup, estimant son niveau par la petite démonstration qu'elle m'avait offerte... Je doutais qu'elle ne cache encore plus de sa force, mais le genre humain était plus fourbe qu'il n'y paraissait. J'atterrissais face à la petite crevasse qu'avait engendré ma dernière attaque, scrutant attentivement l'emplacement. Merde, est-ce qu'elle s'en était sorti ?
Hoù Sennin
Hoù Sennin
Terrien
Masculin Age : 76
Date d'inscription : 10/08/2020
Nombre de messages : 50
Bon ou mauvais ? : Héroïque !
Zénies : 1000

Techniques
Techniques illimitées :
Techniques 3/combat :
Techniques 1/combat :

La Pataugeoire à Modèles Réduits「Nozomu Budokai」 Empty
MessageSujet: Re: La Pataugeoire à Modèles Réduits「Nozomu Budokai」   La Pataugeoire à Modèles Réduits「Nozomu Budokai」 ClockMer 10 Mar 2021 - 18:05


"Je te tiens !"


Franchement pas sûre !


Pfoulàlà ma grande qu'est-ce que t'es forte ! Non seulement ma tactique lapidaire était couronnée de succès mais en plus j'avais raison ; Le mioche avait la faculté d'embraser son énergie spirituelle. Pas de panique, pour le moment j'en tirais plus avantage que lui. Mollusque-man fraîchement tombé dans le panneau, il s'était empressé de bombarder mon leurre, m'éclairant au passage et me permettant donc de rediriger légèrement mon assaut à l'aveuglette. Il réussit néanmoins à endiguer le gros de mon offensive en levant sa garde au-dessus de son front lisse. Qu'à cela ne tienne. Je m'en servais de tremplin, ou plutôt de marche-pied en l’occurrence, m'élevant d'un saut-périlleux dans les airs. Et lui infligeant à la volée une petite talonnette sur l'occipital, juste histoire de titiller son ego un peu plus.


"Petite garce, tu cachais bien ton jeu. Mais tu as raté ta chance, je ne me laisserais plus surprendre de la sorte !"



Boh ? Surveilles ton langage petit, tu veux que j’éteignes encore la lumière ?


Gouaillais-je en me réceptionnant d'une roulade contre le bitume morcelé. C'était la deuxième fois qu'en combat les circonstances me permettaient de me faire plus grande que je l'étais. Je croyais que le mensonge était impie, pourtant une bonne étoile semblait encline à me fournir les occasions. Je me réservais de ce fait le loisir de remercier plus tard le Dieu-Hasard qui décidément faisait bien les choses. A cette pensée je laissais échapper un petit rire moqueur et dardais à nouveau sur le démon, dénuée de plan d'action concret. Mes informations sur sa physionomie étaient maigres ; son apparence juvénile n'empêchait pas d'avoir des bras au moins assez coriaces pour soutenir mon poids sans vaciller. Lors de mon atterrissage fugace j'avais cependant remarqué une zone épidermique couleur chair, qui paraissait flasque. Potentiellement représentait un point faible donc. C'était une piste à explorer.




M-merde ?


Pire chose qui pouvais m'arriver en plein combat. Ma playlist qui décidait de passer une musique dépouillée de tout peps. J'étais persuadée d'avoir mis la playlist « Bagarre » ! Je sentais déjà mes mouvements devenir hésitants, cette minuscule perturbation venait saboter mon tempo ! Nonononon j'étais complètement hors tempo là ! Mon maître m'avait appris à rythmer mes mouvements à la manière d'un métronome, en suivant la cadence d'une musique en quatre temps, mais j'en étais encore trop dépendante. Il me fallait changer et vite ! Trop tard...


Spoiler:
 

Mes quelques secondes de maladresse furent du pain béni pour Atabaque, qui fit jaillir de ses petites orbites viles deux jets flamboyants. Blâmant l'arythmie, mes pas incertains n'auraient pas pu m'extraire de cette situation de mort imminente, alors je fis emprunter à mon bassin une voie contre nature, le faisant ainsi pivoter dans un angle de trente degrés douloureux. Seulement, c'était sans compter le bras que j'avais pris pour cible quelques femtosecondes auparavant. Le salopiaud étendait son membre sur cinq bons mètres, pour m'agripper et me rappeler à mon bon devoir de brûler en enfer, le tout en m'enfonçant jusqu'à la garde ses petits ongles pointus, bien sûr. Les faisceaux oculaires traversèrent mon épaule droite en libérant au passage une odeur atroce de cochon carbonisé. Horrifiée, je ne pus que constater l'affaissement de mon épaule, hurlant à la mort. Mal, j'ai mal, j'ai mal bordel ! MAL !


AAAAAAAAaaaaaaaaaaaaaaaaaaaah !!!




Toute mon attention était portée sur la plaie ubuesquement chirurgicale et qui pourtant me faisait japper de douleur. Ma respiration se changea en une sorte de mitraillette automatique désaccordée, empruntant la cadence d'une gatling. Interrompue par deux, trois respirations plus longues que les autres et véhiculant bien évidemment une saillie plus importante de supplice. Le pire étant de souffrir comme une chienne sur fond de musique chillhop de merde-à-pute. En plus de quoi, l'un des câble de mes écouteurs était parti, le son était donc spatialisé sur une seule oreille ce qui était odieusement insupportable. Aussi ne fis-je pas attention à la prestation du chiard qui s'était décidé de m'envoyer saluer le sol de la plus âpre des manières.


La Pataugeoire à Modèles Réduits「Nozomu Budokai」 Nebula_large_c
Je ne voyais plus rien. A en juger par la fumée mauve qui s'infiltrait sous mes paupières papillotantes pour irriter mes yeux, il avait dut m'envoyer sur le point d'impact final de ses lasers. J'avais mal, atrocement mal, mais au point de ne pouvoir rien faire d'autre que d'être encastrée au sol et de baver de haine, seul moyen d'implorer pour la fin du supplice. Le mur de poussière venait enflammer mes bronches à chaque inspirations, ma bouche était pleine de terre et chaque liaison nerveuse de mon corps avait la délicate attention de m'indiquer vers où très précisément mon bobo à l'épaule se situait. Mais au moins, la musique narguante s'était arrêtée. Mon baladeur s'était brisé pendant ma chute. Désolé papa, mais j'en ai rien à foutre là.


Cette simple constatation à mes yeux avait l'effet de la plus douce des libérations. Pendant un éclair de folie nociceptive durant ma chute, j'avais été tentée par l'idée de m'arracher l'oreille. Non pas que j'en eus été capable, mais j'avais lu que parfois l'esprit humain était habité de pulsions automutilatoires, étant prêt à tout pour faire s'interrompre la douleur. Jugeant de l'étage en moins qu'avait pris mon épaule, ma clavicule avait du fondre, et mon deltoïde avec. Je n'étais sûre de rien. Chacune de mes pensées était motorisée par la peur, la fatigue et surtout la souffrance. J'étais bien là au final, dissimulée derrière mon nuage violacé, couchée face contre terre. Je ne voulais certainement pas retourner me battre contre un maudit marmot qui m'avait mise dans un état pareil en un clignement des yeux.


La Pataugeoire à Modèles Réduits「Nozomu Budokai」 Signat11


Je l'avais entendu se poser après son attaque. Il devait se tenir là, à peine quelques mètres devant sa réalisation. Résignée, je me dit qu'il l'avait pas volée sa victoire. Puis des images succinctes de son exécrable caboche périmée, arborant le plus narquois des sourires me vinrent en tête. Ok. Ok. Reprends tes esprits ma grande. Essaie. Ok. Est-ce que tu es en état de faire quoi que ce soit de pertinent ? Non. Mais est-ce que tu vas le laisser là à savourer sa victoire à cette petite merde ? Oh, non plus. Plutôt crever. « Mêm'pas en rêv' » comme dirait mon Maître. Alors qu'est-ce que tu vas faire ?


Être un singe.


Exactement. Je saisis cette fois non pas une, mais deux, trois, quatre pierres. Du seul bras capable qui me restait, je les jetais avec ma force habituelle, alimentée par un tout nouveau carburant : la haine. J'avais tout bonnement envie d'annihiler tout emplacement pour un sourire victorieux sur sa face. Après il pouvait gagner, je n'en avais cure. Les roches fusaient à travers mon rempart nébuleux, emportant toutes avec elles une partie dudit nuage. Aussitôt, je les accompagnaient dans leur trajectoire terrible. Fonçant en ligne droite, je m'apprêtais à asséner avec fureur la Porte du Ciel à Mollusque-man. Lorsque je fus enfin à portée de son menton disgracieux, je tentais le double coup de pied retourné.


CRÈVE !
Atabaque
Atabaque
Masculin Age : 6
Date d'inscription : 05/11/2020
Nombre de messages : 13
Bon ou mauvais ? : Démoniaque
Zénies : 1000

Techniques
Techniques illimitées : Matéralisation | Rayon pourchassant | Regard vil
Techniques 3/combat : Vague explosive démoniaque | Puissance concentrée
Techniques 1/combat : Ravage maléfique

La Pataugeoire à Modèles Réduits「Nozomu Budokai」 Empty
MessageSujet: Re: La Pataugeoire à Modèles Réduits「Nozomu Budokai」   La Pataugeoire à Modèles Réduits「Nozomu Budokai」 ClockSam 20 Mar 2021 - 18:28
Le nuage de poussière l'avait accueilli comme il se devait, et elle ne montrait alors plus aucun signe de vie. En me concentrant un minimum, je percevais encore nettement son énergie, preuve qu'elle était encore en vie. Bien.

"Elle n'est plus en état, annoncez ma victoire."

Lançais-je à l'attention des organisateurs, ne souhaitant pas perdre davantage de temps. Tout de même, cette humaine était étonnamment résistante. Après ce tournoi, il allait falloir que je m'occupe définitivement d'elle, ou elle pourrait représenter une menace pour mes plans à l'avenir. Attendant impatiemment l'annonce de la fin du match, je me passais la main sur l'arrière du crâne, là où son coup avait touché. Je grimaçais, honteux de l'avoir laissé me porter un coup, j'espérais que mon père n'ait pas vu la scène.

"Alors ?! Qu'est-ce que vous attend-..."

Un projectile perça le nuage de poussière dans ma direction. Impossible ! D'un revers de la main, je balayais la pierre de sa trajectoire, pour découvrir les nombreuses autres qui l'accompagnaient dans son sillage. Dressant une garde plus par agacement que par nécessité, je laissais les pierre ricocher contre ma peau, jetant un oeil entre mes bras pour m'assurer de la provenance de cet assaut ridicule. Une silhouette plus imposante se dessina derrière la poussière, une forme que j'associais rapidement à mon adversaire. Cette dernière se libéra à son tour de ce linceul de fumée pour se ruer dans ma direction, tandis que dans son regard brûlait une flamme nouvelle. Immobilisé par la stupeur, parvenant difficilement à réaliser qu'elle pouvait encore bouger après les attaques que je lui avais infligés, les secondes qui suivirent me parurent comme une éternité. Doucement mais sûrement, la gamine se glissa à la suite de ses caillasses pour effectuer un bond agile, et écraser soudainement ses deux pieds contre ma mâchoire.

"Comment... ?"

Incapable de riposter tant j'étais subjugué par l'absurdité de la scène, ma tête valsa en arrière sous l'impact, suivi de mon corps tout entier. Valsant dans les airs, je m'écrasais lourdement dos contre terre trois bons mètres plus loin, prêt du bords de l'arène. Plus que la douleur, c'était un profond malaise qui s'écoula à flot dans l'entièreté de mon être. J'avais beau la retourner dans tous les sens, la question de savoir comment une gosse dans son genre était capable de me résister me paraissait évidente. C'était impossible. J'avais vaincu des bêtes féroces et des combattants faisant de nombreuses fois son gabarit, et quand bien même je devais éviter de la tuer ça ne justifiait en aucun cas le fait qu'elle puisse encore tenir debout après ma dernière attaque. Peu à peu, je prenais conscience de la situation, de son absurdité, et une expression d'intense colère vint déformer les traits de mon visage. Je poussais sur mes bras et me redressais d'un bond pour faire face à la gamine, cet ultime affront à mon égard allait être le dernier.

Brandissant mes deux petits poings face à moi, je lui adressais un sourire carnassier tandis que je rassemblais l'énergie nécessaire à lancer l'attaque qui marquera sa défaite. Elle avait beau s'en sortir déraisonnablement bien jusqu'ici, aucune chance qu'elle n'en réchappe cette fois. Je gardais bien en tête qu'il me fallait éviter de la tuer, mais si sa résistance lui faisait défaut cette fois-ci, tant pis pour elle... Je me débrouillerais pour reprendre la place qui est mienne dans ce tournoi.

"Essayes-donc de résister à ça, gamine !"

Bondissant à plusieurs mètres de hauteur, je relâchais une vague explosive démoniaque, une attaque énergétique à l'envergure complètement démesurée pour une si petite cible, droit dans sa direction. A moins qu'elle d'un faux pas de sa part, l'attaque n'allait pas la toucher directement, mais s'écraser tout juste devant ses pieds. Le souffle de l'explosion était largement suffisant à l'envoyer valser au loin, tandis que le sol de l'arène se retrouvait totalement déchiré. Il n'était toutefois plus question de me faire avoir, et de sorte à m'assurer qu'elle ne s'en sorte pas cette fois-ci, je m'envolais à sa rencontre pour lui assener à mon tour un double coup de pieds dans le ventre de façon à l'envoyer s'encastrer contre l'extrémité murale de l'arène. Si elle devrait survivre, ce n'était pour elle qu'un court répit avant que je ne la fasse disparaître à tout jamais.
Hoù Sennin
Hoù Sennin
Terrien
Masculin Age : 76
Date d'inscription : 10/08/2020
Nombre de messages : 50
Bon ou mauvais ? : Héroïque !
Zénies : 1000

Techniques
Techniques illimitées :
Techniques 3/combat :
Techniques 1/combat :

La Pataugeoire à Modèles Réduits「Nozomu Budokai」 Empty
MessageSujet: Re: La Pataugeoire à Modèles Réduits「Nozomu Budokai」   La Pataugeoire à Modèles Réduits「Nozomu Budokai」 ClockJeu 25 Mar 2021 - 15:22
KRAK




Mon impulsion avait expédié le petit homme vert dans les airs, faisant adopter à son cou une torsion insoupçonnée. La porte du ciel avait fait mouche et les heures passées à fracasser des rochers avaient payées : car de félicité vibrait ma voûte plantaires lorsque par effet de vases communicants la douce résonance de ses mandibules fracturées se diffusaient à travers mes pieds. De mon côté je retournais à une posture plus terre à terre, réduite à me laisser choir flanc contre terre pour me rattraper. Animée d'une volonté fiévreuse de clore un schéma devenu rébarbatif, de la main gauche j'empoignais une caillasse pour lui jeter à la figure avant qu'il n'arrive bécoter le revêtement. Ma paluche obéit derechef, l'épaule présenta davantage d'ennuis. Mon bras gauche jeta effectivement la pierre mais en ignorant toute injonction du GPS pour l'envoyer rouler mollement à ma droite. Aïe ! Sa race ! Quelle chiure ! L'espace d'un instant le shoot d'adrénaline m'avait fait oublier l'évidence même de la douleur située dans mon épaule. Mais ce n'était pas vraiment ce qui me chaffouinait. Les muscles avaient répondus présent, simplement pas comme ils l'auraient dû. J'en concluais, acide, que son regard de braise n'avait pas fait que me rôtir les muscles scapulaires, il les avaient soudés n'importe comment !


Tiens ? Le colis était arrivé, et avec fracas. J'avais mal, très mal, trop mal. Trop mal pour continuer en toute conscience. La tentation de déclarer forfait était si forte, si prenante que je paraît mes yeux d'œillères par le plissement des coins de mes yeux histoire d'effacer tout risque de voir une présence réconfortante à ma gauche. Mollusque-man tâtonnait partout avec ses mains, les yeux écarquillés, cherchant probablement une ancre à la réalité de laquelle je l'avais expulsé. Il fallait dire que j'avais tout donné dans ce coup, j'étais déjà allée au-delà de mes limites juste par ego. Je pouvais m'en contenter, imprimer cette image au plus profond de ma mémoire serait un souvenir que je chérirais. Soit ma grande, tu en as assez fai- Une pétarade, pareille à celle d'un rover crapotait au-dessus de ma tête. De surprise, je levais le chef, apercevant le présentateur qui ne m'avait pas inspiré grand chose durant mon coma expectatif dans la salle d'attente.


« Et voici le match mascotte ladies et gentlemen ! Pour vous nous sommes allés chercher les gremlins des arts martiaux, les modèles réduits qui sont là pour vous montrer qu'ils ne sont pas qu'un âge ! Haïko de l'école Hoù-Ken contre le « Prince » Atabaque ! Peut-être un lointain descendant de Ma Sénior qui sait ?! Comme vous le savez sûrement la petite en survêtements noirs est l'élève de l'éclair cramoisi ! Qui du noble ou de l'élève gagnera ? Je ne le sais pas mes chers mais ça à l'air mal parti pour notre Prince ! Go on kiddos ! Le monde vous regarde ! »


Quoi ? On présentait les matchs ? Mais n'était-ce pas un peu tard ?! Mais ça n'allait pas du tout ! Je ne pouvais pas abandonner alors que l'on venait de m'introduire ! Ah non hein ! Atabaque lui profitait de cette interlude pour se relever sur ses bras minuscules pour aussitôt me les présenter en signe de défi, le sourire aux babines. Un pigment retardataire empourpra ma vue. D'accord, oui mais non. J'étais à bout de force, mon adversaire s'était remis d'un coup sidéral et me faisait la nique. Normalement, dans les mangas que je lisais c'était le moment où le héros gémissait comme une gamine « pardon maîtreeuh » et sortait de nul part une technique interdite on-sait-pas-vraiment-pourquoi-mais-c'est-stylé qui lui permettais de l'emporter sous couvert d'un risque létal discutable. Pas de chance, des techniques secrètes je n'en avais pas vraiment. Je n'étais même pas foutue d'avoir du Ki. Un maître à décevoir par contre ça oui. Sans parler d'une audience mondiale qui s’apprêtait à voir la fameuse élève du héros le plus médiatisé depuis Great Sayaman humilier son mentor. Mes narines s'ouvraient et se fermaient comme des soupapes sous la pression de la vapeur qui s'échappait de mon corps bouillant de douleur et de rage. Je pouvais presque l'entendre siffler.



Non, je n'étais plus en état de combattre et non, je n'avais pas de botte secrète proscrite à sortir ad hoc. Par contre je n'allais pas rester benoîtement à me faire narguer par l'autre tronche de mâche. J'allais lui briser la colonne, faire cuire les tumeurs roses de ses bras boudinés avec ses propres yeux, les mordre s'il le fallait d'ailleurs tant leur vue disgracieuse me dérangeait. Il allait en prendre pour son grade, et sévère. Mordillant ma lèvre inférieure, je fis un pas. M'imaginant bondir prochainement de tous les côtés dans le but d'esquiver ses rayons de la mort. Puis un autre. Je me voyais déjà lui asséner un coup au tympan pour le désarçonner. Et encore un autre... Cette fois je lui fouettais du tibia les lombaires pour le paralyser et emboîtait sur une section pure et simple des cervicales d'un coup de pied. Au diable les barouds d'honneur, handicapée ou pas j'allais gagner ce combat ! Plus que quelques mètres avant collision. A chaque fois qu'un pied s'abattait contre le sol pour permettre à l'autre de gagner du terrain, je contractais à les faire rompre son mollet respectif, les préparant chacun leur tour au tumulte qu'ils allaient infliger.


Comme porté par un monte charge, ce foutu gamin s'éleva dans les airs tout droit, sans efforts brandissant ses bras en direction du sol, c'est à dire vers moi. Ça, c'était l'insulte de trop. Ce petit con moquait mon incapacité à voler. Sentant les braises de mes pensées s'envoler au gré du brasier de ma rage, je poussais un hurlement de singe cynocéphale en piquant un sprint. J'allais sauter, le chopper par le talon et le faire redescendre à la hauteur qui lui sellait le mieux. J'avais besoin de sentir mes os frémir alors que je morcelais les siens. J'avais besoin de ce son. Sans ça j'avais perdu.




SHAAAAAAAAAAAAAAAW !





Essayes-donc de résister à ça, gamine ! "

Un gigantesque linceul de lumière jaune vint me brouiller la vue. Autour de moi, il n'y avait que du noir et en face, il y avait toutes les étoiles du ciel réunies pour venir assister au massacre. Venue clouer l'horizon des événements duquel j'étais prisonnière, une bourrasque de chaleur éprouvante vint roussir la moindre parcelle de mon front, mon nez, mes joues, mes bras... La vague scintillante s'approchait, apparemment lentement mais sûrement, accompagnée d'un chœur mortifère, fredonnant une rumeur crépitante. Ce spectacle avait des allures de fin du monde. Lassée de devoir soutenir tout un corps à vif à la seule force d'une respiration épouvantable, je fermais les yeux, sans avoir le temps de penser à quoi que ce soit excepté à cette lumière chaleureuse. Un craquement abominable sonna mon salut, comme venu briser mes chaînes.


Spoiler:
 


C'était mon Maître, qui s'était dressé devant moi pour faire barrage de son corps potelé, dissipant la vague énergétique de son formidable éclair cramoisi qui zébrait encore l'air tout autour de Hoù Sennin, comme s'il déchirait chaque calories présentes dans l'air pour s'accrocher à la vie. La vue de son aurait dû m'être plus réconfortante que tout et pourtant. Pourtant en s'interposant mon mentor m'avait isolée de la chaleur hypnotique. Et maintenant, j'avais terriblement froid. Son intervention avait été l'acte nécessaire pour me faire revenir les pieds sur terre. J'avais échappé de peu à la mort, et ce n'était pas les éclats de verre éparpillés autour de nous nés de la démonstration formidable de température du maudit mollusque qui allaient prétendre du contraire. Cette constatation toute bête perfora en plusieurs à-coups désordonnés mon thorax, faisant jaillir la bile jaunâtre de ma bouche. J'avais failli câner.




« Hep là ! Il y à tricherie ! Toute intervention d'une personne tiers sur le terrrain est passable de disqualification expresse ! Mais pourquoi l'éclair cramoisi de la Capitale de l'Ouest a-t'il fait une chose pareille ladies and gentlemen ?! LE VAINQUEUR EST DONC LE PRINCE ATABAQUE ! »


La dernière vue qui caressa mon nerf optique fut celle de mon Senseï, pointant du doigt Atabaque, toujours haut perché. Les derniers sons, sa voix rauque indignée.


'l'allait la tuer ! L'jeuness' l'trop bornée pour s'rend' compt' de...


Tant pis... Le monde se nimba d'encre et je me sentis m'écrouler sur toute ma hauteur, plus aucun muscle n'étant capable d'assurer la simple tâche de me garder debout. Ma tête cogna contre quelque chose de dur et d'abrasif, et le froid s'intensifia tout autour de moi. Plus grand chose n'avait d'importance, je me dis que j'étais autorisé à ignorer ce foutu imbroglio et me permettre une toute petite sieste. Mais ma conscience refit surface sur ce qui me paru l'instant d'après. Les yeux toujours clos, le bruit irritant et répétitif d'un électrocardiogramme pour seul accueil au réveil.
Contenu sponsorisé

La Pataugeoire à Modèles Réduits「Nozomu Budokai」 Empty
MessageSujet: Re: La Pataugeoire à Modèles Réduits「Nozomu Budokai」   La Pataugeoire à Modèles Réduits「Nozomu Budokai」 Clock
 
La Pataugeoire à Modèles Réduits「Nozomu Budokai」
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPGDBZ :: RPG :: RPG Flashback-