Le Deal du moment :
Bon plan achat en duo : 2ème robot cuiseur ...
Voir le deal
600 €

Partagez
 

 Naufrage social [PV: Bio-Broly]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Jojiba
Jojiba
Saiyan
Masculin Age : 26
Date d'inscription : 27/04/2019
Nombre de messages : 173
Bon ou mauvais ? : Bon
Zénies : 1000

Techniques
Techniques illimitées : Mowing-Wave / Plantation faciale / Lasso d'énergie
Techniques 3/combat : Plowing-Combo / Field-Eraser
Techniques 1/combat : Tour de Babel

Naufrage social [PV: Bio-Broly] Empty
MessageSujet: Naufrage social [PV: Bio-Broly]   Naufrage social [PV: Bio-Broly] ClockJeu 12 Jan 2023 - 3:48

Avec difficulté, Jojiba finit par ouvrir les yeux. Le blanc éblouissant des murs et des néons n'aidaient en rien ses pupilles à s'adapter à la luminosité ambiante. Sa rétine le piquait, alors qu'il avait l'impression d'avoir les narines bouchées, pourtant, il respirait bien, très bien même. Son corps était endolori, un simple mouvement de la jambe et c'était déjà l'alerte générale dans son système nerveux. La douleur prenait d'assaut tous ses muscles, un savant mélange de plaies, d'ecchymoses et de courbatures s'acharnaient à le maintenir dans un état constant de douleur.

 Etrangement, le saiyan y trouvait un certain confort. En parlant de confort, il venait de se réveiller, allongé sur un lit d'hôpital. Son dos lui faisait souffrir le martyr, outre les blessures, la position dans laquelle il se trouvait lui était insupportable. En levant les bras devant lui, il pouvait constater que de lourds bandages couvrait certains pans de sa chair. Il pouvait sentir sous les compresses des points de sutures et des agrafes. Des tubes transparents lui remontaient le long de la poitrine jusqu'à son visage. Plus que ça, il ne semblait pas en voir le bout.

 En ravalant sa salive, le goût du plastique se mêla à celui du sang lui fait rapidement comprendre où les tuyaux terminaient leur course. Les saisissants du bout des doigts, Jojiba entama la longue et inconfortable manœuvre qu'était retirer les tuyaux, pouvant clairement sentir le plastique lui passer au travers de la gorge et du nez. Une fois la douloureuse entreprise terminée, un poids pouvait encore se faire sentir sur son nez, évidemment, un énorme bandage le tenait bien place.

 Encore un détail inconfortable qui venait le déranger, qu'importe, il valait mieux ne pas y toucher. Enfin, dernier bourreau de son confort, une pince en plastique lui serrait l'index et le majeur, d'un mouvement du poignet, le saiyan envoya la pince s'écraser contre un mur, déclenchant un insupportable bip long et strident. Ce son lui fit réaliser qu'il l'entendait depuis un moment, seulement, le bip était régulièrement interrompu, comme correspondant à un rythme, ce qui n'était plus le cas.

Se relevant avec difficulté, les quelques pas qu'il eut à faire pour atteindre ses vêtements suspendus à l'intérieur d'un placard face à son lit lui demandèrent des efforts surhumains, mais qui eurent le mérite de finalement réveiller son corps, lui permettant de se déplacer sans avoir l'air d'une personne âgée. 

C'est là qu'une infirmière entra dans la pièce en trombe, alors que Jojiba tentait tant bien que mal d'enfiler son manteau.

-Attendez! Attendez! Monsieur le ministre! Vous ne devez pas vous levez!

L'espace d'une seconde, Jojiba ne réalisa même pas que l'exclamation lui était destiné. Ce ne fut qu'au second appel qu'il releva la tête, se rappelant qu'effectivement, il était ministre.

-Hein? Bah... Si, je suis debout là.

-Non vous devez vous reposez! Vos blessures ne sont pas encore fermées et-

-Merci pour les soins, mais je vous assure que ça va aller, demandez donc au premier ministre, vous verrez ce qu'il vous répondra.

Cette dernière phrase était pleine de venin, d'amertume, non pas à l'encontre de la soignante, mais bien concernant le chef cité. Quoiqu'il en soit, la courageuse infirmière ne démordait pas, si bien que, consciencieuse qu'elle était, elle se planta dans l'encadrement de la sortie de la chambre.

-Je suis vraiment désolée monsieur le ministre, mais je me dois de vous interdire de franchir cette porte.

Habituellement, ce genre de remarque et d'ordre serait suffisant pour énerver le saiyan, mais celui-ci n'avait plus le même état d'esprit depuis ses dernières expériences. Les yeux mi-clos, sans la moindre expression sur le visage il se contenta de lui répondre.

-Oh... Ok.

Avant de très simplement se diriger vers la fenêtre, de l'ouvrir, et de se jeter dans le vide.

Sa chute fut accompagné par le hurlement de terreur de l'infirmière qui réalisa bien vite que le ministre contrôlait parfaitement sa chute, touchant le sol avec une aisance maîtrisé.

Ainsi Jojiba était à l'extérieur. Que faire à présent? Avait-il seulement un but? Scalio lui avait-il conseillé de rendre visite aux infrastructures agricoles ou était-ce sa propre initiative? Qu'importe, il lui suivait d'accomplir cette tâche, voilà qui lui faisait un but. Pendant plusieurs heures, le saiyan marchait le long d'une route. Evidemment, il pourrait y aller en volant, mais il préférait ne pas abuser de son énergie pour le moment. De plus, cette marche lui faisait du bien, dans le plus grand silence, les mains dans les poches de son manteau, il pouvait être seul avec ses pensées, des pensées noires, certes, mais au moins il était seul, sans ennemi, sans ordre, dans le plus grand des calmes, le long d'une route semblant déserte au milieu de la campagne.
Bio-Broly
Bio-Broly
Demi-Saiyan
Masculin Age : 29
Date d'inscription : 03/04/2022
Nombre de messages : 55
Bon ou mauvais ? : Neutre.
Zénies : 1260.

Techniques
Techniques illimitées : Gigantic Spike ; Eraser Cannon ; Explosive Wave
Techniques 3/combat : Omega Blaster ; Blaster Meteor
Techniques 1/combat : Powered Shell

Naufrage social [PV: Bio-Broly] Empty
MessageSujet: Re: Naufrage social [PV: Bio-Broly]   Naufrage social [PV: Bio-Broly] ClockVen 20 Jan 2023 - 3:36

Naufrage social [PV: Bio-Broly] GQGWl6E Naufrage social [PV: Bio-Broly] ZkvW6ma

« Vous auriez tout de même pu vous assurer que le réservoir était plein... »
« J'aimerais bien vous y voir, vous ! »

Collie tenta encore une fois de faire redémarrer la voiture, mais il n'arriva à rien : elle n'avait plus une goutte d'essence. Et bien sûr, aucun jerrycan dans le coffre ou quoi que ce soit qui permettrait de les secourir. Quant à savoir où était située la station la plus proche... Et était-il bien malin de s'y présenter à bord d'un véhicule volé ?

« On aurait pu croire que quelqu'un comme lui aurait du personnel pour s'en occuper... » pesta-t-il en s'obstinant à tourner la clef dans le contact, sans plus de succès. De frustration, il abattit son poing sur le volant, ce qui n'aida en rien mais eut le mérite de soulager ses nerfs un tant soit peu.

C'était une chance qu'ils n'aient pas encore été dans les airs - ou pire, au-dessus de l'océan ! - lorsque le réservoir s'était épuisé, ou c'aurait été un vrai désastre. Au moins avaient-ils eu le temps d'atteindre la terre ferme avant que leur voiture « de location » leur fasse faux bond ; ils ne devaient plus avoir trop de route à faire... Mais devraient la faire à pieds, de toute évidence. Ce qui, considérant qu'ils se trouvaient à présent en rase campagne, n'arrangeait pas leurs affaires.
Ce qui n'était pas facile lorsqu'on a une arme vivante inconsciente allongée sur sa banquette arrière.

Broly - ou fallait-il dire « Bio-Broly » ? - n'avait pas repris connaissance depuis leur départ en catastrophe. Ce n'était pas étonnant, étant donné l'état dans lequel ils l'avaient trouvé.
S'il avait peu à peu repris son apparence normale, preuve que le sérum qu'ils avaient concocté dans l'urgence avait le résultat escompté, il aurait sans doute besoin de plus de soins pour être à nouveau opérationnel.
Il était bien trop tôt dans son développement pour lui faire livrer un combat, surtout contre un tel adversaire ! Si c'était évidemment la finalité du projet - sans quoi l'on ne parlerait pas de « Bio-Guerriers -, encore fallait-il leur laisser le temps de le mettre au point...
Enfin, au moins n'avait-il pas causé sa propre perte malgré ses débordements, ce qui était plus grande peur lors de cette échauffourée - avec peut-être celle pour leur vie. Les deux étaient plus étroitement liés qu'il n'y paraissait ; s'il n'avait pas survécu, qui aurait pu les protéger ?...

« Bon, alors... Que faisons-nous ? » demanda Collie en l'observant par-dessus son épaule, finalement résigné à l'idée qu'ils n'iraient pas plus loin à bord du dernier souvenir qu'il garderait de son ancien employeur. « Ce n'est pas comme si nous pouvions prendre le bus... »

D'autant que si ceux qui avaient attaqué leur laboratoire travaillaient bel et bien pour le gouvernement, il y avait fort à parier que leur survie - et leur signalement - ait déjà été transmis aux autorités, lesquelles ne devaient, heureusement, pas avoir d'antenne dans un coin aussi perdu.
Pratiquement cloîtrés sur une île déserte depuis des mois, ils ignoraient tout de la façon dont la politique terrestre avait évolué, mais le peu qu'ils en avaient vu - pour ne pas dire subi - ne leur avait pas vraiment donné envie d'en savoir plus.

« On ne peut évidemment pas le laisser ici. » fit Nain avec autorité, avant même que son collègue ait pu émettre la proposition.
« Je n'en avais pas l'intention ! Voyons, pour qui me prenez vous ?! » s'indigna Collie pour cacher la honte d'avoir été ainsi pris de court. Oh, il ne comptait pas l'abandonner derrière lui ; juste le laisser là le temps de trouver une solution... Tant qu'il dormait, qu'est-ce qui pouvait bien lui arriver ? Il laissa donc cette option de côté. « On voit bien que ce n'est pas vous qui devez le porter... »
« Pardon ? »
« Rien, rien ! »

Nain préféra ne pas relever pour se reconcentrer sur le principal problème actuel.

« L'endroit où vous vouliez aller, est-il encore loin ? »
« Quelques kilomètres, mais ce n'est pas comme si nous allions pouvoir le traîner jusque là... Voyons voir... » Il se pencha sur le tableau de bord et régla le GPS dont la voiture était équipée. « Il devrait y avoir une clinique à proximité... »
« Et alors ? Vous ne pensez tout de même pas à le faire admettre comme patient ? »
« Vous avez une meilleure idée ? » Il réajusta ses lunettes. « Avec nos accréditations, il ne devrait pas être trop difficile d'accéder aux installations... Et au pire des cas, nous devrions pouvoir emprunter une ambulance. »

Nain prit le temps de réfléchir à la proposition, qui n'était peut-être pas aussi insensée qu'il y paraissait. S'ils ne risquaient évidemment pas de trouver du matériel de pointe dans un tel environnement, il pouvait y avoir du bon à vérifier l'état de santé du sujet selon les critères « humains » en plus de ses... Particularités.
Si la majorité de ses blessures semblaient s'être résorbé, et que son espèce - du moins celle de son modèle - était spécifiquement taillée pour le combat, il ne pouvait pas y avoir de mal à vérifier qu'il n'ait rien de cassé.  Dans tous les cas, ce serait toujours mieux pour lui que de rester sur place livré à son sort.

« C'est d'accord. » soupira-t-elle. Ce n'était pas idéal, mais effectivement, elle n'avait pas mieux à proposer. « J'en profiterai pour essayer de joindre nos commanditaires. Avec un peu de chance, les choses se sont mieux passées de leur côté et ils pourront nous venir en aide. »
« Espérons-le. » répliqua Collie, sans toutefois se faire trop d'espoirs. S'ils étaient parvenus à retrouver leur trace sur une île coupée du monde, les installations du Ruban Rouge - ou quel que soit le nom de façade qu'ils s'étaient choisi pour reprendre leurs activités - avaient dû être frappées de plein fouet. Si l'état souhaitait en prendre le contrôle, il était à craindre que ce soit déjà fait. « Bon, allons-y. »

Il ouvrit sa portière et descendit sur la route goudronnée - la seule trace de civilisation à l'horizon ; à part cela, tout autour d'eux n'était que champs et cultures. Le soleil tapait durement, ce qui le fit grimacer ; ayant passé l'entièreté de sa carrière dans l'un ou l'autre centre de recherches, il n'était pas habitué au grand air et s'en contentait très bien. Il ne manquerait plus qu'il attrape une insolation !

« Bon et bien, quand il faut y aller... » fit-il en retroussant ses manches, cherchant une motivation qu'il savait aux abonnés absents. Ce Broly était peut-être impressionnant quand il tenait debout par lui-même, mais en l'état, il était un poids mort de cent trente kilos ; inutile de dire que ce n'était pas le genre de masse que Collie avait l'habitude de transporter. Et si certes Nain allait très certainement le soutenir de l'autre côté, elle restait une femme, même s'il s'était abstenu de le souligner pour ne pas risquer de potentielles représailles.

Au moins n'était-il plus complètement nu ; sa collègue avait profité d'une brève escale pour lui enfiler - de sorte à le rendre décent - la panoplie qui leur avait été remise il y a de cela quelques temps par leurs employeurs, sans plus d'explications. Une sorte de tenue tribale qui le laissait torse nu, mais doté d'un collier et d'un serre-tête en or sertis de pierre précieuse - des faux, espérait-il, sans avoir pu encore le vérifier, qu'ils s'étaient pour l'heure abstenus de lui donner pour des raisons de confort.
S'ils n'avaient alors pas compris pourquoi cet accoutrement plutôt qu'un autre, ils pouvaient désormais déterminer que cela devait avoir vocation à le rapprocher au plus près de l'apparence de l'original. Cela avait-il encore un sens ? Ils n'en savaient rien, mais ce serait toujours mieux que de le laisser se promener dans le plus simple appareil... Surtout s'ils devaient le soutenir sur des kilomètres de distance.

« Allez, oh... Hisse ! » Les bras passés sous les aisselles du sujet - toujours rigoureusement immobile -, Collie entreprit de l'extraire de la voiture, non sans regretter de ne pas pouvoir simplement le ranger dans la capsule avec celle-ci. C'aurait tout de même été plus simple ! Pourquoi avait-il fallu que les commissions éthiques jugent que leur technologie devait avoir un garde-fou empêchant d'enfermer un être vivant à l'intérieur ? « Aidez-moi, il pèse une tonne ! »

Sortie également, Nain vint lui prêter main-forte. À deux, ils parvinrent tant bien que mal à sortir le clone de la voiture - et durent d'ores et déjà faire une pause pour reprendre leur souffle après cette activité physique bien au-delà de leurs habitudes. Allaient-ils vraiment réussir à aller ou que ce soit s'ils s'épuisaient déjà en le manipulant ?
À son grand étonnement, alors qu'il épongeait la sueur de son front à l'aide de son mouchoir, il crut entendre des bruits de pas quelque part derrière lui. Et en effet, en se retournant, il s'aperçut qu'un homme venait dans leur direction ; d'après sa carrure massive, il y avait fort à parier que le labeur physique ne l'effraie pas - voire qu'il en soit déjà fervent pratiquant. Sans doute un fermier vivant dans les environs ; il ne devait pas voir tous les jours une voiture de sport comme la leur, dépourvue de roues encore moins.
Collie vit là sa planche de salut.

« Excusez-moi, mon brave ! » l'interpella-t-il en courant dans sa direction, laissant par le fait-même Nain se débrouiller seul avec leur création.
« Mais enfin, professeur ! Qu'est-ce que vous faites ?! » fit celle-ci, incrédule, tout en luttant pour ne pas simplement le laisser choir sur l'asphalte. Qu'est-ce que son ainé avait dans la tête ?

Bien qu'il n'ait eu à parcourir que quelques mètres, c'est en haletant que Collie s'arrêta en face du nouveau venu. À bien y regarder, celui-ci portait encore les traces de blessures récentes. Peut-être était-il tombé de son tracteur ? Qu'importe : s'il était assez en forme pour venir se promener au milieu de nulle part, il l'était assez également pour se montrer serviable, espérait-il.

« Désolé de vous déranger, mais... Nous aurions besoin d'un coup de main !... » Il posa la main sur son torse tâchant de se reprendre pour se présenter à peu près dignement devant lui. De l'index, il désigna la silhouette du clone - désormais allongée en pleine vue sur le bas-côté, Nain n'étant pas en mesure de le maintenir à elle seule. « Mon ami a fait un malaise, nous aimerions l'emmener voir un médecin mais notre voiture est tombée en panne !... Pourriez-vous nous aider ? Bien sûr, je m'assurerai de vous récompenser comme il se doit !... »

Au mieux aurait-il un moyen de locomotion quel qu'il soit ; au pire les aiderait-il à le porter.
Si tout se passait bien, évidemment.
Mais tant qu'il ne posait pas de questions, il ne devrait pas y avoir de problème.
Jojiba
Jojiba
Saiyan
Masculin Age : 26
Date d'inscription : 27/04/2019
Nombre de messages : 173
Bon ou mauvais ? : Bon
Zénies : 1000

Techniques
Techniques illimitées : Mowing-Wave / Plantation faciale / Lasso d'énergie
Techniques 3/combat : Plowing-Combo / Field-Eraser
Techniques 1/combat : Tour de Babel

Naufrage social [PV: Bio-Broly] Empty
MessageSujet: Re: Naufrage social [PV: Bio-Broly]   Naufrage social [PV: Bio-Broly] ClockVen 3 Fév 2023 - 4:07
Marchant sur le bord de la route, Jojiba avait les mains dans les poches, il n'avait pas grand chose à transporter de toute façon. Ses clefs? Ses clefs de quoi? Il n'avait aucune possession sur Terre. Son téléphone? Il ne servait pas de téléphone, et puis, il semblerait que ces derniers temps, tout le monde le contactait par télépathie, ou simplement en le téléportant directement en enfer. C'était devenu quelque chose de tristement habituel pour lui. Il ne demandait rien à personne, il se contentait de vivre sa vie, puis un inconnu sorti de nul part venait absolument ruiner sa vie ou changer drastiquement son destin, du moins, quand ce n'était pas de la torture pure et simple. 

C'était en quelques sortes devenu sa vie à présent. Un cycle éternel de souffrances inutiles. Il commençait à reconnaître un certain pattern. D'abord, il avait un certain contrôle sur sa vie, il était libre, il se complaisait dans ce qu'il faisait, il s'épanouissait. Puis une personne sortie de nul part venait s'imposer à lui. Que ce soit du gré de cette personne où non, la vie de Jojiba s'en retrouvait changer, il devait alors quitter sa planète, ou se préparer à une guerre d'anthologie et ainsi de suite. Puis il était embarqué dans une histoire qui le dépassait complétement, se faisant enlevé par l'incarnation intemporelle du mal, faisant face à des démons et des dieux alors qu'il n'était qu'un simple fermier. Venait ensuite l'échec, la chute, la souffrance, ses proches perdaient la vie, il subissait la torture, il était obligé d'arracher la vie d'autrui. Mais évidemment, tout ceci avait un but n'est-ce pas? Comme une montagne russe, il fallait bien que ça remonte à un moment non? Exactement! Car vient ensuite le triomphe! Il devient un héros élu par une entité de lumière, il se découvre la forme du super saiyan, qui n'était pour lui qu'une légende, il détruit un démon qui lui a fait du mal, il parvient même à se faire une place de ministre! 

Mais évidemment, les choses ne sont pas si simple n'est-ce pas? Parce que l'on peut prendre tout le temps du monde pour édifier le plus beau château de sable du monde, il est inévitable que les vagues viennent le balayer pour le réduire en ruine. Dans toute sa gloire, il faut bien que Jojiba retombe, car tel l'a décidé le destin. Ce sale destin, ce sadique destin. Si le fermier n'avait pas vu autant de saiyan depuis son arrivé sur Terre, il serait persuadé qu'une entité supérieure le punissait d'être né avec les gênes d'un guerrier de l'espace.

A chaque fois qu'il pensait reprendre le contrôle, il souffrait d'avantage, quelqu'un d'autre mourrait, une nouvelle entité se présentait à lui, il se faisait de nouveau enlevé, torturé, mais jamais on ne le laissait paisiblement mourir. Même cette chute de la cascade en enfer, il était sûr d'y passer. Il s'était haïe lorsqu'il avait ouvert les yeux, il avait haïe l'obstination de son corps à ne pas vouloir mourir là où son esprit avait succombé. Il avait perdu quelque chose dans cette chute d'eau, ou de sang? Dur à dire dans un endroit tel que l'enfer, mais hélas, il n'y avait pas perdu la vie, il l'aurait préféré.

 Le plus triste dans cette histoire c'était peut-être bien qu'il était seul face à la fatalité. Vers qui se tourner? Scalio? Il avait eu la bêtise de le croire. Hélas, le premier ministre n'avait plus rien de l'homme dont Scalieco faisait tant d'éloge, pire, il lui avait prouvé qu'à ses yeux, Jojiba n'était rien de plus qu'un énième outil. Alors qui? Claire? Pour la couvrir de honte d'avoir choisi un envoyé aussi pitoyable que lui? Pour lui présenter ses échecs et lui montrer qu'il n'avait en rien permit de vaincre Auros, encore moins Demigra. Il y avait toujours le reste des traumatisés du jeu du diable, mais ils étaient tous déjà bien occupé avec leurs missions respectives, sans compter que... Quelque chose était... Différent maintenant. 

De toute façon, il se doutait bien qu'il ne trouverait qu'un réconfort temporaire. A la première occasion, un de ses amis viendrait de nouveau à mourir, alors à quoi bon? C'était la règle, impossible d'y échapper. Non, une fois qu'il sera totalement rétabli, le saiyan se contentera retourner voir Scalio pour lui demander ce qu'il attendait de lui pour la suite, quitte à être forcé de souffrir, autant se montrer stoïque et simplement faire son travail, de plus-

« Excusez-moi, mon brave ! »

Une voix venait de l'interpelé, l'arrachant de ses pensées. Il ne réalisa d'ailleurs que maintenant, qu'il avait le regard pointé vers le sol, ne regardant même pas devant lui, si il l'avait fait, peut-être aurait-il vu le véhicule de luxe garé sur le bas-côté, ainsi que ce vieil qui courait vers lui.

-C'est reparti... Murmura-t-il pour lui-même.

« Désolé de vous déranger, mais... Nous aurions besoin d'un coup de main !... »

Sans un mot, Jojiba se contenta de fixer le vieil homme, le temps qu'il finisse de lui expliquer ce qu'il se passait? Un coup de main hein? Il leur fallait une âme charitable. A quoi jouait encore Dame Chance? Une idée malsaine de faire se retourner son altruisme contre le saiyan? Ce n'était pas très original, il y avait déjà eu droit à celle-là, mais autant aller au bout des choses et voir de quoi il en retourne.

 « Mon ami a fait un malaise, nous aimerions l'emmener voir un médecin mais notre voiture est tombée en panne !... Pourriez-vous nous aider ? Bien sûr, je m'assurerai de vous récompenser comme il se doit !... »

Le regard du fermier se releva, constatant effectivement le colosse à demi-nu allongé sur le bitume, accompagné également d'une femme à la carrure beaucoup plus normale. L'homme inconscient était très grand, sans doute plus grand que Jojiba qui lui même était déjà un sacré bout de saiyan.

-Humph.

D'une simple onomatopée, il lui avait répondu. Une réponse positive? Surement puisqu'il se dirigeait maintenant vers la voiture, ou plutôt vers le grand type au sol.

-Il y a un hôpital pas trop loin d'ici, il faut juste suivre la route, on peut y emmener votre copain.

Sa voix monotone était très factuelle, il ne donnait aucune émotion, aucun ton si ce n'était la lassitude. Il prit cependant le temps de s'agenouiller près de l'homme inconscient. Ses cheveux noirs et ses pointes en piques s'accordaient étrangement bien avec une musculature d'athlète. La conclusion était simple à faire mais Jojiba s'y tenta tout de même.

-C'est un saiyan votre gaillard? Si c'est le cas je sais pas ce qui l'a foutu k.o. mais ça doit être sérieux, ça tombe pas à plat pour rien ce genre de bestiaux.

Rien d'inhabituel jusque là, déshumaniser les saiyans était un grand classique de l'agriculteur. 

-Je peux vous le déposer rapidement à l'hosto mais vous risquez de devoir attendre un peu ici, ou alors il faudra que porte la voiture pour tous vous avoir en même temps... 

Déjà il réfléchissait à un moyen efficace de déplacer le blessé et ses amis, et d'ailleurs, en parlant de blessé :

-Bon de toute façon on va pas le laisser par terre hein?

Et d'un geste qui se voulait précautionneux et lent, pour ne pas aggraver l'état du présumé saiyan, il commençait à essayer de glisser ses mains sous le dos de l'homme inconscient, cherchant à le soulever et à trouver une position qui ne le mettrait pas plus en danger.
Bio-Broly
Bio-Broly
Demi-Saiyan
Masculin Age : 29
Date d'inscription : 03/04/2022
Nombre de messages : 55
Bon ou mauvais ? : Neutre.
Zénies : 1260.

Techniques
Techniques illimitées : Gigantic Spike ; Eraser Cannon ; Explosive Wave
Techniques 3/combat : Omega Blaster ; Blaster Meteor
Techniques 1/combat : Powered Shell

Naufrage social [PV: Bio-Broly] Empty
MessageSujet: Re: Naufrage social [PV: Bio-Broly]   Naufrage social [PV: Bio-Broly] ClockMar 21 Fév 2023 - 17:16

L'espace d'un instant, Collie se demanda s'il avait bien fait de déranger ce curieux personnage.
Certes, il avait la carrure parfaite pour leur venir en aide, mais pour ce qui est de son tempérament, il n'y avait aucune garantie. De surcroît, tant que leur « atout » était dans les vapes, ils n'étaient que deux - un vieil homme et une femme - à bord d'une voiture de luxe... Une proie facile, en somme ! S'il n'était pas encore grabataire, le professeur n'était pas non plus confiant s'il devait se défendre d'une quelconque agression.
Fort heureusement, malgré quelques longues secondes de silence pesant, l'individu en question parut se décider à leur apporter son soutien, prenant la direction de la voiture à l'arrêt sans d'abord l'avoir passé à tabac. Le savant en fut soulagé : la journée avait déjà était assez longue comme ça et il avait eu son content de danger de mort pour un moment, merci bien.

« À la bonne heure, vous nous sauvez la vie ! »

Nain, pour sa part, toujours occupée à empêcher - tant bien que mal - l'immense corps du sujet de basculer sur le côté, se contenta d'accueillir cette aide bienvenue avec un sourire gêné. Devoir demander de l'aide, surtout à un inconnu, n'était jamais simple pour elle, mais dans cette situation, toutes les bonnes volontés étaient bonnes à prendre.

« Oui, c'est ce que le GPS semblait indiquer... » confirma Collie au sujet de l'hôpital, trottinant de son mieux à la suite du bon samaritain - ses jambes étant bien plus courtes que les siennes. « Dans l'état où il est, nous avons dû partir un peu précipitamment, donc je n'ai pas grand chose sur moi, mais je retirerai de l'argent pour vous en donner dès que nous serons arrivés ! »

Trop cynique pour penser que quelqu'un puisse vouloir les aider sans compensation financière, Collie croyait bon d'apporter quelques détails supplémentaires sur les modalités de paiement - quand bien même il n'avait pas son portefeuille sur lui et rechignait à se séparer de ses économies, surtout maintenant que leurs chances d'être payés pour leurs travaux était, à l'instar de l'île, partie en fumée.
De toute façon, pourvu qu'ils arrivent à destination, ce n'était pas comme si leur bienfaiteur pouvait s'en prendre à eux devant témoins pour exprimer son mécontentement - et avec un peu de chance, le clone aurait eu le temps de se réveiller et pourrait les protéger ! C'était un pari risqué, mais il n'avait rien d'autre à proposer, et la fin justifiait les moyens. À fortiori maintenant qu'ils étaient sans aucun doute considérés comme des fugitifs.

« Hein ? Euh oui, un Saillant, c'est bien ça... Vous connaissez ? » s'étonna Collie lorsque, parvenu à la hauteur du supposé « malade », l'étranger questionna son identité. Une éminence grise comme lui n'avait jamais entendu parler de cette espèce avant aujourd'hui ! Comment était-il possible que quelqu'un qu'ils venaient de rencontrer par hasard au milieu de nulle part puisse l'identifier au premier regard ?

Comme en réponse, la queue de singe du concerné fouetta l'air, alors pourtant qu'il était encore inconscient. Sa mine se renfrogna, suggérant que quel que soit le rêve qu'il puisse être en train de faire - à moins que ce soit un délire fiévreux, mais qu'importe -, celui-ci n'était pas des plus agréables.
Apparemment, ils étaient censés couper cet appendice avant de laisser le sujet sortir de sa capsule, ainsi qu'ils en avaient discuté pendant le trajet ; c'était en tout cas les instructions laissées par leurs employeurs. Si les circonstances ne leur avaient bien évidemment pas permis de le faire sur le moment, cela leur était revenu en tête tandis qu'ils discutaient les mesures à prendre le concernant.
Néanmoins, ils s'en étaient abstenus faute de plus amples explications - on leur en avait donné l'ordre, point -, ne voyant pas de raison de mutiler le malheureux gratuitement en plus des blessures qu'il avait déjà dû subir. Et de toute façon, même s'il devait y avoir une très bonne raison, ils n'avaient pas le matériel adéquat sous la main.
Nain s'était donc contentée, au moment de l'habiller, de faire une ouverture dans le pantalon pour la laisser passer ; ils aviseraient ensuite.

« Pardonnez-moi... Vous avez dit « porter la voiture » ? » intervint finalement Nain, clignant des yeux d'un air incrédule. Quoique pleinement concentrée pour ne pas lâcher prise le temps que leur sauveur prenne le relais, elle avait néanmoins relevé cette bribe de conversation. Ce ne serait certes pas la chose la plus absurde qu'elle verrait aujourd'hui, mais tout de même !

Et en effet, de son côté, l'homme inconscient ne passait pas le meilleur des moments, pour la bonne et simple raison que son crâne abritait un véritable cataclysme à l'heure actuelle. Il n'avait fait qu'effleurer son véritable potentiel, mais c'avait été suffisant pour déclencher quelque chose en lui - quelque chose qu'il ne comprenait pas, ne pouvait pas comprendre, et qui l'entraînait irrémédiablement vers des horizons dont il ne savait rien. Des échos lui parvenaient, jaillissant d'un tourbillon d'images et de sons que son esprit encore immature était bien incapable d'interpréter.

« Mon nom est Broly, majesté. »
« Tu es également un guerrier, à ce qu'il semble ? »


Naufrage social [PV: Bio-Broly] Mx92

Quel était cet endroit ? Qui étaient ces gens ? Cette voix était la sienne, ces mots semblaient avoir été prononcés par sa bouche... Mais ce n'était pas lui, il en était sûr ! Et pourtant... C'est par ces yeux à la fois familiers et inconnus qu'il revoyait cette scène comme il en avait vu d'autres, les regardant défiler devant lui sans qu'il en comprenne le sens ou l'origine. C'était de là qu'il tirait ce nom, « Broly », par lequel on l'avait déjà appelé... Et il n'était pourtant pas persuadé que ce soit le sien. Et alors qu'il luttait pour trouver un sens à ces souvenirs empruntés - eux et tant d'autres, plus qu'il n'en saurait compter -, une sensation autrement plus réelle le tira de sa torpeur.
Une sensation de danger.
Une énergie, une présence qu'il ne connaissait pas était près de lui - beaucoup trop près.
Tout à coup, le clone ouvrit les yeux et ses traits se teintèrent de fureur instantanément. Ses mains se refermèrent sur les avant-bras de l'assassin venu s'en prendre à lui - encore un, le samouraï n'ayant pas suffi. Son aura monta en flèche en même temps que ses cheveux se dressaient sur sa tête, menaçant de tourner à la couleur de l'émeraude. Subitement, son propre pouvoir l'arracha du sol pour le suspendre dans les airs et, d'un geste brusque, il projeta son agresseur aussi loin qu'il le pouvait, tâchant de mettre de la distance entre eux - de le placer à portée de tir.

« Toi... Qui es-tu ?... »

Le souffle dégagé par son aura était suffisant pour repousser également la voiture à l'arrêt sur quelques mètres, enclenchant aussitôt son alarme et en fissurant les vitres. Totalement pris au dépourvu, les deux savants titubèrent, se raccrochant à ce qu'ils pouvaient pour ne pas être emportés.

« Oh non, c'est pas vrai ! Ça n'en finira donc jamais ?! » pesta Collie, qui avait eu la chance de se cramponner à l'un des rares panneaux routiers qu'ils avaient vu en venant jusqu'ici, ses jambes ne touchant plus le sol.
« C-calme-toi, s'il te plait ! » tenta Nain, quant à elle agrippée à la portière encore ouverte du côté dont ils l'avaient sorti. « Ce monsieur ne te veut aucun mal, il est là pour nous aider ! »
Jojiba
Jojiba
Saiyan
Masculin Age : 26
Date d'inscription : 27/04/2019
Nombre de messages : 173
Bon ou mauvais ? : Bon
Zénies : 1000

Techniques
Techniques illimitées : Mowing-Wave / Plantation faciale / Lasso d'énergie
Techniques 3/combat : Plowing-Combo / Field-Eraser
Techniques 1/combat : Tour de Babel

Naufrage social [PV: Bio-Broly] Empty
MessageSujet: Re: Naufrage social [PV: Bio-Broly]   Naufrage social [PV: Bio-Broly] ClockMar 7 Mar 2023 - 6:22
Le vieillard parlait de rémunération monétaire, promettant de payer le ministre de l'agriculture dès qu'il trouverait un distributeur. Cette affirmation eut le don de faire réfléchir le saiyan, les gens s'attendaient-ils à recevoir de l'argent ou une forme de compensation quand ils proposaient leur aide? Après tout pourquoi pas, ce monde était tellement corrompu, rares étaient ceux étaient prêts à aider leur prochain gratuitement. Jojiba lui, n'était pas intéressé par l'argent, il n'avait pas été éduqué de la sorte. Aider une personne dans le besoin était à l'encontre des principes saiyan, il était donc évident que sa mère, éprouvant une profonde haine pour sa propre race, lui ai inculqué l'exact inverse, par simple aversion pour le peuple barbare. Et de toute façon, que ferait-il de cet argent? Avait-il seulement un compte en banque? Normalement oui, oui il en avait surement un, mais il n'y prêtait pas attention. Sur Geneas, il n'avait pas besoin de ressources monétaires, il se contentait de manger ce qu'il cultivait et d'entretenir son logis avec ce que lui donnait son environnement. Sans compter que, depuis son départ de la ferme, il n'avait pas réellement eu le besoin ni l'occasion de faire du shopping. Pas sûr qu'il y ai des magasins ouverts en enfer de toute façon.

Si il connaissait les saiyans? Hélas, comme tout le monde non? Cette maudite race de guerriers assoiffés de sang avait été un cancer dans cette galaxie depuis bien trop longtemps, et le destin avait évidemment choisi de planter un énième couteau dans les tripes du malchanceux agriculteur en faisant de lui un représentant de ces sauvages. Le vieil homme ne semblait pas l'air de savoir qu'il s'adressait directement à un saiyan, après tout, des cheveux noirs hérissés et des pupilles d'ébènes, ça pouvait se trouver sur Terre aussi, une queue de singe en revanche, c'était plus rare. Jojiba n'avait pas exposé la sienne, la laissant involontairement dissimulée le long de sa jambe sous ses vêtements, habituellement, il était du genre à la laisser fouetter l'air librement. Mais il s'était si peu inquiété de sa situation qu'il n'avait pas même penser à son confort, non, il avait juste... Marché.

Quoiqu'il en soit, le gaillard blessé avait l'air d'en baver, il avait beau être inconscient, son visage exprimait une gêne certaine, était-il blessé? Jojiba risquait-il d'aggraver son cas en le déplaçant? De toute façon, il n'allait pas le laisser comme ça tout de même, il fallait bien en faire quelque chose.

« Pardonnez-moi... Vous avez dit « porter la voiture » ? »

Détournant son attention un instant de l'homme souffrant, le fermier s'adressa à la femme qui s'était étonné de son affirmation.

-Ben... Oui? Pis vu la tronche que tire votre bonhomme je dirais même que ça serait préférable, je voudrais pas lui causer une connerie en interne en le portant mal, autant qu'il soit allongé sur la banqu-

Jojiba fut interrompu par une pression effectué sur son avant-bras, en tournant la tête vers la source de cette emprise, il découvrit que l'inconnu venait d'ouvrir les yeux.

-Doucement, doucement, va pas te... Attends...

Si le fermier avait commencé à s'inquiéter du cas du "blessé", il comprit très rapidement qu'il aurait mieux fait de s'inquiéter de sa propre personne. Le regard de ce type n'avait rien de faible, bien au contraire, il avait de la rage dans les yeux, de la haine. Sans compter sur la pression sur le bras du saiyan qui ne faisait qu'augmenter, bien vite, il essaya de s'en défaire, en vain. Une aura démesurée explosa alors de cette nouvelle menace, assez pour balayer tout autour d'eux, assez pour que Jojiba comprenne qu'il n'avait pas qu'un simple saiyan face à lui. Le mystérieux puit de puissance s'éleva dans les airs, emportant avec lui un agriculteur confus, impressionné, mais surtout coincé, prisonnier de la poigne de fer du titan. Avec autant d'effort qu'il en aurait fallu pour jeter une poupée de chiffons, ce dernier projeta Jojiba à plusieurs dizaines de mètres, laissant le ministre s'écraser contre le flan d'une colline avoisinant la route, s'encastrant dans un cratère d'argile et de terre, si habituellement le fermier aimait ces éléments, son dos, lui, n'avait pas beaucoup apprécié ce rapprochement soudain.

-Aouch... Grommela-t-il, se remettant de l'impact.

Evidemment. Evidemment que ça allait se passer comme ça, comment les choses pourraient être différentes? C'est de Jojiba qu'on parle! Il était même surpris que son agresseur ne lui ai pas directement arraché le bras. Alors, qui pouvait bien l'avoir envoyé celui-là? Demigra en personne? Non, peut probable, le dieu-démon aimait faire les choses personnellement, surtout quand il s'agissait de Jojiba, il le lui avait prouvé maintes fois. Alors quoi? Un énième Dieu venu se moquer de sa condition de mortel? Ironique pour quelqu'un qui était vautré au sol quelques secondes plus tôt. Se pourrait-il que ce ne soit qu'une simple rencontre hasardeuse? Probable, après tout, la chance de Jojiba lui avait démontré qu'il ne serait jamais à l'abri, qu'importe où il se cache, qu'importe la menace, quelqu'un chercherait à le blesser.


-... A quoi je m'attendais de la part d'un sale saiyan de toute façon... Grogna-t-il sans grande conviction, ne cherchant même pas à se détacher de sa prison de terre. Si son attitude ne changeait pas réellement, si ce n'était pour une douleur visible, son apparence, elle, commençait à évoluer. Comme avec le mystérieux inconnu, ses cheveux se dressèrent sur sa tête, mais leur couleur se perdait dans un flou doré, idem pour son aura de ki. Ses yeux également qui d'un battement de cil était passés du noir profond à un bleu azur. Finalement, comme pour porter un dernier clou à ce spectacle étrange, son aura explosa à son tour, certes, de façon moins impressionnante que celle de son agresseur, mais tout de même assez violemment pour élargir le cratère dans lequel il était coincé, libérant finalement ses mouvements tandis que ses cheveux avaient finalement pris une couleur solaire. Se laissant flotter dans le vide, Jojiba fit quelques tours de bras, faisant craquer ses épaules et étirant ses muscles tout en se rapprochant du saiyan inconnu. C'est lorsque ce dernier s'interrogea sur le nom de sa victime que Jojiba eut pour la première fois de la journée une expression qui lui apparue au visage : de la surprise.

-De tous mes bourreaux tu es bien le premier à ne pas connaître mon nom. Lui répondit-il sans plus de conviction. Je m'appelle Jojiba, ceux qui t'ont envoyé ne t'ont pas passé de mémo?

Sa question pouvait ressembler à une vague insulte ou une provocation, mais elle ne l'était pas, il semblait réellement curieux de savoir pour ce nouvel ennemi était beaucoup moins bien renseigné que tous les autres. Il tourna la tête un instant vers les deux accompagnateurs du géant, l'un accroché à un panneau et l'autre à la portière de la voiture qui continuait lentement de glisser, croisant les bras, il afficha un air incertain :

-Je veux pas passer pour un critique, mais d'habitude quand je me fais attaquer, mes agresseurs sont mieux préparés.

Jojiba ignorait totalement qu'il ne s'agissait là que d'un malheureux malentendu, il avait tellement été habitué à tomber dans des traquenards qu'il se voyait encore une fois piégé. Pourtant, les deux terriens plaidaient sa cause... Ils ne pousseraient pas le vice à ce point, si? Il n'y avait plus besoin de le tromper maintenant, le piège avait activé non? Et... Et si ils étaient sincères?

-Tu ferais bien de les écouter mon gars, j'ai juste été assez con pour vouloir aider quelqu'un d'autre. Et pour tout t'avouer je suis pas d'humeur à me battre, mais tu comprends bien que si je me suis mis dans cet état c'est bien que je compte bien t'en coller une si tu t'obstines.  

Son explication se fit d'un ton monotone et sans la moindre émotion, son nouvel état d'esprit lui rendait la tâche étrangement facile quand il s'agissait de contrôler les pulsions de violence que lui faisait ressentir la forme de super saiyan.

-Epargne-toi l'effort et souffle un coup, qu'on rentre tous à la maison en un seul morceau.
Bio-Broly
Bio-Broly
Demi-Saiyan
Masculin Age : 29
Date d'inscription : 03/04/2022
Nombre de messages : 55
Bon ou mauvais ? : Neutre.
Zénies : 1260.

Techniques
Techniques illimitées : Gigantic Spike ; Eraser Cannon ; Explosive Wave
Techniques 3/combat : Omega Blaster ; Blaster Meteor
Techniques 1/combat : Powered Shell

Naufrage social [PV: Bio-Broly] Empty
MessageSujet: Re: Naufrage social [PV: Bio-Broly]   Naufrage social [PV: Bio-Broly] ClockMar 21 Mar 2023 - 19:03
« Euh... D'accord, très bien... » répliqua une Nain confuse, sans savoir quoi ajouter.

Porter la voiture. Pourquoi pas. Après tout, leur sujet aurait dû lui aussi être capable d'un tel exploit, s'il avait été dans son état normal ; ils ne s'étaient simplement pas attendus à rencontrer quelqu'un d'autre pour qui soulever une tonne de métal - au bas mot - était un jeu d'enfant.

Parfois, elle avait l'impression de ne pas vivre dans le même monde que certaines personnes dont elle entendait parler à la télé ou à la radio, comme ces gens qui s'étaient battus contre Cell ou encore Hercules, le champion du monde.
Ces gens-là étaient capables de choses qui ébranlaient ses convictions scientifiques ; de prouesses qu'elle n'aurait pas même osé imaginer avant qu'ils le fassent sous ses yeux comme si de rien n'était.
Et ces miracles, elle avait contribué à créer une forme de vie elle aussi capable de les réaliser ; elle en aurait été profondément fière à cet instant, si une nouvelle situation de crise ne s'était pas profilée à l'horizon.

Avec un rugissement, Bio-Broly déclencha une nouvelle onde de choc, approfondissant le cratère qui avait commencé à se former sous lui, malgré le bon mètre qui le séparait du sol désormais. L'environnement lui-même pliait devant lui, cédant sa place pour le laisser passer.
En dépit de son poids, la voiture finit par en être repoussée et roula sur le côté dans un vacarme de verre brisé et tôle froissée. La jeune chercheuse, qui s'y était agrippée, avait - heureusement - eu le réflexe de la lâcher en voyant qu'elle commençait à basculer, et de rouler dans l'herbe du bas-côté pour s'échapper de sa trajectoire. Si même une voiture - de luxe, encore bien ! - n'était pas assez lourde pour qu'ils puissent s'y accrocher sans risques, sur quoi est-ce qu'ils pouvaient encore compter ?
Sur rien.
Ils étaient tout simplement sans défense face à cette force de la nature.
Et cela la fascinait autant qu'elle en était éminemment terrifiée.

Le clone ne savait pas combien de temps il était resté inconscient - pas plus qu'il ne réalisait l'avoir été. D'ailleurs, il ne savait même pas ce qu'être inconscient pouvait bien vouloir dire. En revanche, il était parfaitement au courant du fait qu'il était en danger ; que quelqu'un de fort se trouvait devant lui et qu'il était probablement là pour lui causer du tort. Ils voulaient toujours lui faire du mal, même quand il n'avait rien demandé. Mais il n'allait pas se laisser faire.
Son apparence prêtait cependant à confusion, même en faisant abstraction de son étrange tenue. Ses cheveux s'étaient bien dressés sur son crâne, sa masse musculaire avait augmenté, son regard était plus vif et une aura dorée l'avait enveloppé, mais pourtant, il semblait incapable de compléter sa transformation. D'ailleurs, faisait-il seulement les choses comme il le fallait ? Les reflets verdâtres qu'arborait sa crinière n'avaient pas l'air naturels...

Naufrage social [PV: Bio-Broly] 9nu3

...Pas plus que celle du ki qui s'amassa au creux de sa main, se concentrant instantanément au point d'en faire frémir l'air autour de lui ; la sphère n'était peut-être pas grande, mais la puissance qu'il était en train d'y insuffler était plus qu'il n'en fallait pour faire disparaître une ville entière, s'il avait le malheur de la lancer dans la bonne direction. Et tant pis s'il devait s'agir de celle où il fallait le faire soigner...
La transformation de cet inconnu ne l'impressionnait en aucune façon, quand bien même il n'avait aucune idée de ce que cela pouvait bien signifier. Décidé à garantir sa propre sécurité, n'avait qu'une seule préoccupation : éliminer la menace. Cela changea néanmoins lorsqu'il se rendit compte - avec quelques secondes de latence, l'esprit embrumé par la fureur et par la confusion - que l'intéressé lui avait répondu, à une question qu'il ne se souvenait déjà plus avoir posé.

« Jojiba... ? » répéta le clone d'un air perplexe, ne comprenant pas lui-même le sens des syllabes qu'il était en train de prononcer. Ce nom ne lui disait rien, contrairement à « Broly ». Était-il censé le connaître ? Et d'ailleurs, depuis quand savait-il ce qu'était qu'un nom ?... Son esprit immature tournait à plein régime, tentant au mieux de combler les failles dans ces connaissances qu'il n'avait pas l'instant d'avant. « Des agresseurs ?... D'humeur à... Se battre ?... Je... Je ne comprends pas... »

Se battre, ça lui disait quelque chose...

Naufrage social [PV: Bio-Broly] Nmux

Oui, c'était ce qu'il était sur le point de faire - mais pour quelle raison ? Au plus profond de lui, quelque chose lui dictait de se laisser aller, de passer à l'acte, de se déchaîner jusqu'à ce qu'il ne reste rien pour lui faire face - ni cette homme, ni cette planète, ni quoi que ce soit d'autre ; de semer la destruction et de tout anéantir. Dans quel but ? Il n'en avait pas la moindre idée. Mais si son être entier lui hurlait de le faire, c'était sans doute pour une bonne raison, qu'importe laquelle c'était.
Heureusement pour lui, ses créateurs n'étaient pas encore résignés à l'abandonner à son sort.

« Ça suffit, maintenant ! Arrête ça tout de suite, tu m'entends ?! »

À sa grande surprise, il se sentit tiré vers le bas et, en baissant les yeux, put remarquer que Nain avait attrapé sa jambe, s'y cramponnant de ses deux bras pour essayer de le ramener sur terre - littéralement. Et si son poids - d'une cinquantaine de kilos - était loin de peser sur lui autant qu'elle aurait pu le vouloir, la façon qu'elle avait d'y mettre toutes ses forces n'était pas dénuée de mérite. Surtout considérant les regards anxieux qu'elle n'avait de cesse de lancer en direction de la boule de feu qu'il n'avait toujours pas lancé, en pleine confusion face à cette situation.

« A-attendez ! Il y a erreur, personne ne nous envoie ! Je vous jure que tout ceci est un malentendu ! » expliqua nerveusement Collie, pour sa part moins soucieux du sort du sujet que du risque qu'ils deviennent un dommage collatéral.
Il avait déjà survécu par chance à la destruction de l'île, ce n'était pas pour mourir sur un quiproquo à peine quelques heures après ! Et ce même s'il devait batailler à chaque instant pour ne pas lâcher le panneau de signalisation qui, malgré ses inquiétants grincements, était tout ce qui le séparait encore d'un numéro de voltige qui pourrait bien lui coûter la vie. Il n'avait plus l'âge pour ce genre d'acrobaties, à supposer qu'il l'ait jamais eu.
Décontenancé par ces différentes interventions, le Bio-Guerrier fixa tour à tour chacune des personnes présentes, sans pouvoir déterminer laquelle il devait écouter et où concentrer son attention. Profitant de cette distraction, sans savoir combien de temps elle allait durer, Nain s'adressa à son tour au bon samaritain :

« S'il vous plait, aidez-nous à le calmer ! Il ne doit surtout pas se... »

Un grésillement se fit entendre ; celui du béton au-dessus duquel ils étaient en train de léviter alors que, goutte à goutte, il était rongé par un puissant produit corrosif. Celui-là même qui était en train de s'écouler de l'avant- bras du sujet, directement secrété par sa peau, dont la teinte avait d'ores et déjà commencé à se faire plus défraîchie ; il ne faudrait pas longtemps pour que le membre tout entier commence à se décomposer. Lui-même observa le phénomène sans avoir l'air de le comprendre, sans encore baisser sa garde mais laissant son attaque se diluer dans l'atmosphère.

« ...Battre. »

Toujours suspendue à lui, Nain poussa un soupir. Ils n'étaient décidément pas au bout de leurs peines. Elle avisa une nouvelle fois son interlocuteur, contrite :

« Nous pouvons tout vous expliquer. »
Jojiba
Jojiba
Saiyan
Masculin Age : 26
Date d'inscription : 27/04/2019
Nombre de messages : 173
Bon ou mauvais ? : Bon
Zénies : 1000

Techniques
Techniques illimitées : Mowing-Wave / Plantation faciale / Lasso d'énergie
Techniques 3/combat : Plowing-Combo / Field-Eraser
Techniques 1/combat : Tour de Babel

Naufrage social [PV: Bio-Broly] Empty
MessageSujet: Re: Naufrage social [PV: Bio-Broly]   Naufrage social [PV: Bio-Broly] ClockSam 1 Avr 2023 - 2:43
Dans quoi Jojiba s'était-il fait encore embarqué? Qui était donc ce type habillé comme un... Comme quoi d'ailleurs ? Son attirail évoquait au fermier un genre de cultiste, ou un guerrier honorifique d'une tribu sauvage. Ce mystérieux saiyan pouvait-il être le représentant d'un peuple perdu? Des saiyans isolés, comme le fermier? Peut-être qu'une communauté s'était arrangée pour ne pas perpétrer la dangereuse culture des guerriers de l'espace? Evidemment que non. Les saiyans sont des êtres cruels de nature, barbares et violents. Les ramener à l'état sauvage ne serait que les rapprocher de leur nature simiesque, accentuant d'autant plus leur violence. Non, le simple fait que ce genre de culture puisse exister arrangerait l'agriculteur, c'était là le meilleur indice qui indiquait l'impossibilité de cette situation. Le destin le haïssait, et il le savait. Si quelque chose pouvait l'arranger, alors cette chose était vouée à disparaître, où à n'avoir jamais existé.

Alors d'où pouvait bien venir ce drôle de type? Il avait l'air très puissant, en tout cas, l'énergie qu'il déployait l'indiquait. Normalement, Jojiba serait en mesure de dominer quelqu'un possédant ce niveau de puissance, cependant, quelque chose était... Différent. Le saiyan le ressentait, il se savait plus puissant, mais pourtant son instinct lui faisait comprendre qu'il devrait se montrer prudent. Pendant un long instant, Jojiba jaugea l'adversaire qui lui faisait face. la sphère d'énergie dans sa main était des plus impressionnante, comment ce type parvenait-il à concentrer autant de ki en un seul point? Si cette véritable arme touchait le sol, il y aurait fort à parier qu'elle pourrait engloutir le pays, voir pire la planète. Bien que regrettable, la situation n'inquiétait pas réellement Jojiba, même ses instincts semblaient se cogner contre un mur de briques. Trop de choses s'étaient déjà passé, trop de fois il avait eu peur pour sa vie, aujourd'hui, il n'avait pas peur, il était juste las. Si tout devait s'arrêter maintenant, ce serait lui faire une faveur, la planète pouvait bien le suivre dans son annihilation, il avait depuis longtemps passé le point où il s'en inquiétait encore. 

L'étrange individu témoignait cependant d'un détail qui faisait tiquer le fermier. Son aura était dorée, il avait l'énergie d'un super saiyan, pourtant, il ne semblait pas capable de passer le cap de la transformation. Il était instable, ça au moins c'était un fait. Aussi bien du point de vue énergétique que mental visiblement. Ce type avait l'air complétement perdu. La théorie du traquenard devenait de moins en moins crédible. Il avait été envoyé contre son gré alors? Les vrais responsables seraient alors ces deux terriens? Pourquoi des habitants de la Terre lui en voudrait? Est-ce son poste de ministre qui fait de lui une cible? On voudrait donc s'en prendre au ministre... De l'agriculture...? Avant même qu'il n'ai pu faire passer la moindre réforme?


 Evidemment, il avait des idées, mais depuis sa nomination, il avait eu un passage en enfer puis à l'hôpital, autant dire qu'il n'avait pas vraiment eu le temps de s'intéresser à la politique de la planète. De toute façon, cette théorie ne tenait pas la route, il n'avait pas de grand pouvoir décisionnel si ce n'était pour la façon dont on plante les choux à la mode de l'insurrection. Ils étaient probablement des envoyés du diable alors, Demigra n'en avait pas fini avec lui, il n'en avait jamais fini. Non. Ça ne ressemblait pas au Dieu-Démon. Demigra était un traître, un sadique, un manipulateur et un menteur, mais il n'était pas du genre à déléguer le travail. Si il voulait faire souffrir Jojiba, il le torturait lui-même, et efficacement, il n'enverrait pas deux civils terrifiés et un saiyan mal entraîné.

Terrifiés... Terrifiés... Oui, ils avaient peur. Il y avait de la peur dans leur regard, ils craignaient non pas l'agriculteur mais bien leur ami tout juste sorti de l'inconscience. Du moins c'était le cas de la femme qui semblait avoir, ou du moins penser avoir, un semblant d'autorité sur le colosse. Le vieil homme, lui, s'était plutôt concentré sur Jojiba. Il faisait de son mieux pour se faire entendre et convaincre le saiyan que tout ceci n'était qu'un affreux malentendu. Qu'ils n'étaient pas là pour lui faire du mal. Difficile à croire pour le fermier tourmenté... Mais pourtant, il avait l'air sincère... La peur qui se lisait dans son regard, la peur de mourir, Jojiba la connaissait, il l'avait ressenti il fut un temps, il l'avait vu dans les yeux de certains. Il l'avait vu dans les yeux de Zelen... Dans les yeux de Shemesh...  

Alors... C'était juste une coïncidence? Pourquoi le grand gaillard l'avait-il attaqué dès son réveil alors? Était-ce simplement de la panique? Toute cette situation ne faisait aucun sens, mais Jojiba était prêt à croire le vieil homme. Très bien, ils étaient innocents, du moins, pour le moment. Le fermier comptait bien rester vigilant cependant, conservant sa forme de super guerrier, il arbora cependant une aura moins agressive, décroisant les bras pour venir se poser les mains sur les hanches d'un air perplexe.

La femme toujours accrochée à la jambe du mystérieux saiyan demanda alors à Jojiba de les aider à calmer le colosse. Mais avant qu'elle ne puisse finir sa phrase, un bruit très désagréable envahi les oreilles du ministre. D'un regard, il comprit la source du grésillement, mais cette réponse n'apporta que plus de question. L'inconnu était en train de... Fondre? Un espèce d'acide semblait goûter depuis son bras, bras qui d'ailleurs avait commencé à verdir. Mais qu'est-ce que c'était que cette chose?

« Nous pouvons tout vous expliquer. »

-Oui, oui vous allez tout m'expliquer et vite, qu'est-ce qui lui arrive à votre pote? Interrogea Jojiba, se laissant doucement redescendre jusqu'au sol en fronçant les sourcils. Les saiyans étaient capables de bien des exploits, mais sécréter de l'acide, c'était une première pour le fermier.

Au moins, le titan avait dissipé sa boule d'énergie, ce qui en faisait une menace déjà moins dangereuse, mais l'agriculteur n'abandonna pas sa forme dorée pour autant.

-C'est parce qu'il va se battre qu'il a une fuite? Demanda-t-il circonspect. Voilà bien une qualité qui profiterait grandement à la galaxie si elle était caractéristique des saiyans, hélas, Jojiba en avait vu assez pour savoir que ça n'avait rien de naturel. Evidemment, il pouvait interroger les deux accompagnateurs, mais le paysan de l'espace a toujours aimé aller droit au but. S'adressant directement au colosse, il lui demanda :

-Qui es-tu, et qui sont ces gens? Dit-il en désignant les deux terriens. Malgré sa condition... Extrême, Jojiba se doutait que le principal intéressé ne devait pas avoir les idées très claires, sortant tout juste de l'inconscience. Il adressa donc ses autres questions à la femme et au vieil homme.

-Expliquez moi d'où est-ce que vous sortez ce saiyan et qu'est-ce que vous faites là. Pas d'entourloupe, je ne veux que la vérité et rien d'autres. Vite.

Son ton était sec, sévère, bien qu'il avait fait des efforts pour prouver qu'il ne comptait pas représenter une menace, son intonation laissait clairement ressentir son mécontentement. Un trait qui ne correspondait pas réellement à Jojiba mais, ironiquement, dans ce genre de moment, son attitude partageait beaucoup de points communs avec celle de Scalio.
Bio-Broly
Bio-Broly
Demi-Saiyan
Masculin Age : 29
Date d'inscription : 03/04/2022
Nombre de messages : 55
Bon ou mauvais ? : Neutre.
Zénies : 1260.

Techniques
Techniques illimitées : Gigantic Spike ; Eraser Cannon ; Explosive Wave
Techniques 3/combat : Omega Blaster ; Blaster Meteor
Techniques 1/combat : Powered Shell

Naufrage social [PV: Bio-Broly] Empty
MessageSujet: Re: Naufrage social [PV: Bio-Broly]   Naufrage social [PV: Bio-Broly] ClockJeu 13 Avr 2023 - 23:49
Revenu à de meilleurs sentiments, le clone daigna enfin accepter ce que ses tuteurs réclamaient de lui et se posa sur le sol, obnubilé par sa main dont la dégradation n'allait faire qu'empirer. Une sensation pour le moins désagréable, et pourtant tristement familière, même s'il n'était pas sûr de se rappeler pourquoi.

« Bien sûr, si vous voulez bien nous laisser une petite minute... C'est nécessaire, croyez-moi... » plaida Collie, pédalant dans le vide en attendant de toucher terre à son tour.

Dès que ce fut le cas, ils s'empressèrent de fouiller leurs poches pour y trouver le matériel nécessaire à une nouvelle injection. Absent, le guerrier ne fit aucun effort pour les aider, mais ne chercha pas non plus à leur résister quand ils exigèrent de lui qu'il tende le bras pour leur permettre de placer un garrot et de trouver la veine.
Sa chevelure acheva de retomber dans le même temps, non sans s'être brièvement illuminée d'une couleur dorée - semblable à celle de l'homme qui aurait dû être son adversaire - avant de retrouver son noir d'origine. L'aspect préoccupant de son bras parut aussitôt s'atténuer, le menant à bouger lentement les doigts pour s'assurer qu'ils étaient encore parfaitement fonctionnels. Il n'avait pas l'air perturbé ; tout au plus confus de voir son corps pourtant si robuste lui faire défaut de la sorte.

« Qui... Je suis... ? » répéta-t-il bêtement ; il était déjà étonnant qu'il ait entendu la question tant il semblait ne plus prêter à la scène la moindre attention. Une voix résonna pourtant dans un coin de sa tête - la sienne, semble-t-il ; et pourtant...

« Un monstre, moi ? Mais pas du tout ! Je suis... Un vrai démon ! »

Il tourna la tête pour observer les environs, cherchant l'origine de l'effroyable rire qui résonnait en ce moment même entre ses deux oreilles - et qui, là encore, ressemblait étrangement au genre de son qu'il aurait pu produire ; mais dans quelle circonstance s'exprimait-on de la sorte ?...
Soulagés d'avoir pu lui administrer son traitement avant que les choses s'empirent, les deux experts en génétique soupirèrent de concert - avant de se rappeler qu'il allait maintenant leur falloir fournir des explications. Pire encore : s'arranger pour qu'elle paraisse convaincante.
Autant dire que ce n'était pas gagné ; ils avaient pleinement conscience du caractère invraisemblable des recherches qu'ils avaient pu mener. C'était d'ailleurs leur meilleure protection contre toute forme de poursuite : personne n'aurait imaginé que l'on puisse se livrer à ce genre d'expériences. D'ordinaire, celles-ci étaient réservés aux savants fous que l'on voyait dans les films.

« Et bien... »
« À vrai dire... »

Les deux scientifiques échangèrent un regard contrit, avant de se décider à lâcher le morceau. Après tout, ils n'avaient pas vraiment le choix : même en admettant qu'ils arrivent à désamorcer la situation, sans plus d'explications, il n'y avait aucune chance que leur mystérieux bienfaiteur - lui aussi un Saillant, apparemment - fasse autre chose que quitter les lieux en les laissant dans l'embarras. Ils ne seraient alors pas plus avancés.
Or, il ne leur restait plus qu'une dose de sérum ; autant dire que d'ici quelques heures, ils auraient sur les bras un problème autrement plus grave que d'être en panne sur le bord de la route. 
Alors oui, ils allaient tout lui dire - ou presque -, tant pis si on venait le leur reprocher ; leurs employeurs n'avaient qu'à mieux assurer leur sécurité, ils ne se seraient pas retrouvés dans cette panade. Quels qu'ils soient, ils n'allaient pas se laisser mourir pour leurs beaux yeux - ni eux ni leur sujet d'expérience, s'ils pouvaient l'éviter. D'une manière ou d'une autre, ils allaient en avoir besoin.
Après quelques secondes de gêne palpable à se renvoyer la balle via langage corporel, s'invitant l'un l'autre à ouvrir le bal, c'est finalement Nain qui prit la parole en premier.

« Ça va probablement vous paraître étrange, mais mon collègue et moi-même sommes  bel et bien des chercheurs. Il y a de cela quelques temps, nous avons été contactés par un multimillardaire pour travailler pour lui. Lord Jaguar, vous en avez peut-être entendu parler ?... »

En s'avançant vers lui, elle ne put s'empêcher de lorgner de façon ostentatoire vers sa crinière dorée ; c'était donc ça que Bio-Broly essayait de faire, depuis tout à l'heure ? Il lui semblait bien se rappeler l'avoir vu subir une transformation similaire, lorsqu'ils l'avaient sorti de sa cuve pour la première fois, avant que tout tourne au désastre. Elle n'avait cependant aucune idée de ce que ce changement pouvait bien vouloir dire, mais ce n'était peut-être pas le moment de le questionner à ce sujet. Du moins, pas avant d'avoir dissipé le malentendu, pourvu que ce soit encore possible.

« Monsieur Jaguar, grâce à sa fortune, s'est procuré un échantillon de sang appartenant à un extraterrestre. » Elle-même avait du mal à croire qu'elle prononçait ces mots ; c'était pourtant la stricte vérité, il n'était désormais plus vraiment possible d'en douter... « Et... Et bien, il nous a demandé si nous pouvions fabriquer un clone à partir de cet échantillon. »
« Allez à l'essentiel, Nain. » intervint Collie qui, stéthoscope à la main, s'assurait pendant ce temps que leur sujet se soit bel et bien remis de son dernier « malaise ». La jeune femme acquiesça, ravalant sa salive : dire la vérité, oui, mais ils n'avaient peut-être pas besoin de donner tous les détails pour lui donner une vue d'ensemble. Car c'était tout ce qu'il souhaitait, non ?...
« ...Vous avez le résultat devant vous. » conclut-elle simplement. « Nous ne savions pas à quoi, ou plutôt à qui appartenait le matériel génétique que nous avons utilisé. À vrai dire, nous n'avons appris que très récemment qu'il était un « Saiyan »... Comme vous, je suppose ? »

Au vu de leurs similitudes, il serait difficile de ne pas faire le rapprochement, surtout du point de leur point de vue d'humains ordinaires n'ayant jamais assisté à de telles prouesses - si ce n'est de la part de surhommes dans leur genre. Le pouvoir de voler, les changements qui changent de couleur, le corps taillé pour le combat... Ne lui manquait que la queue de singe, mais elle avait cru comprendre qu'il était de coutume de retirer cette dernière pour éviter des problèmes - quand bien même la nature de ces derniers ne leur avait pas été précisée.

« Seulement voilà. » intervint Collie, toujours auprès du clone dont il venait tout juste d'examiner la gorge à l'aide d'une minuscule lampe-torche - mieux valait s'assurer qu'il ne pourrisse pas de l'intérieur également. « Comme vous pouvez le voir, nous n'avons pas eu le temps de tout à fait finir notre travail avant qu'on vienne nous déranger, ce qui fait que notre ami est encore instable... Nous avons été obligés de fuir sans pouvoir emporter grand chose. faisons de notre mieux pour le garder en bon état, mais nous allons avoir besoin de matériel si nous voulons éviter le pire. Nous ne vous mentions pas quand nous disions qu'il avait besoin de soins urgents : nous n'avons simplement pas précisé lesquels... »

Pour Collie, le plus important était surtout d'éviter de mentionner pour qui ils avaient bien pu œuvrer après Jaguar. Même s'ils n'avaient que peu d'informations à lui donner, la simple mention des organisations impliquées dans cette histoire pouvaient susciter de vives réactions, s'ils n'y prenaient pas garde. Quant à lui, le milliardaire était déjà derrière les barreaux ; en dire en peu plus long sur ses excentricités ne changeait rien à sa vie... Et quand bien même, ils ne lui devaient plus rien depuis longtemps. Au contraire !

« Mon nom... » retentit soudain une troisième voix - celle du Bio-Guerrier, les incitant à tourner tous les deux la tête dans sa direction. À nouveau maître de lui-même et empreint d'une inexplicable résolution, celui-ci fit l'effort de relever les yeux pour les planter dans ceux de l'autre homme. Sans qu'il sache pourquoi, il tenait à lui répondre lui-même, avait dans l'idée que c'était important. « Mon nom... Est Broly. »

L'était-ce vraiment ? Il n'avait aucun moyen d'en être sûr - mais saurait s'en contenter en attendant.
Jojiba
Jojiba
Saiyan
Masculin Age : 26
Date d'inscription : 27/04/2019
Nombre de messages : 173
Bon ou mauvais ? : Bon
Zénies : 1000

Techniques
Techniques illimitées : Mowing-Wave / Plantation faciale / Lasso d'énergie
Techniques 3/combat : Plowing-Combo / Field-Eraser
Techniques 1/combat : Tour de Babel

Naufrage social [PV: Bio-Broly] Empty
MessageSujet: Re: Naufrage social [PV: Bio-Broly]   Naufrage social [PV: Bio-Broly] ClockVen 21 Avr 2023 - 2:31
La scène à laquelle assistait Jojiba semblait tout droit sortir d'un mauvais film de série B. Ce colosse au bras dégoulinant se faisait injecter un produit étrange par les deux terriens qui semblaient minuscules à côté de lui. L'incident semblait avoir calmé le saiyan inconnu en tous les cas, ce qui n'était pas pour déplaire au ministre. Ses sens surnaturels avaient détectés une énergie grimpante phénoménale provenant de ce potentiel adversaire et le combattre aurait pu être risqué.  D'autant plus que son aura n'avait rien de rassurante. Alors que ses cheveux retombaient, Jojiba put apercevoir la teinte dorée de ses cheveux semblable à la sienne. Ce gars là n'avait même pas complétement accédé à la forme du super saiyan mais était déjà à ce niveau? Voilà qui était des plus étonnant. Mais pire que ça, si il était aussi costaud, qu'est-ce qui avait bien pu le mettre KO? La réponse n'allait pas tarder à arriver du moins, sous une forme plus ou moins claire.

L'attitude gêné des deux lurons commençait à lasser l'agriculteur qui commençait à se demander si il n'aurait pas meilleur temps de juste les pousser dans la voiture pour les emmener... Et bien... Les emmener ailleurs voilà! Il ne savait pas réellement ce que Scalio attendait de lui dans ce genre de situation. Devait-il simplement les attaquer de front? Les capturer? Quoiqu'il en soit, son doute allait bientôt s'envoler, la femme se décida finalement à se lancer dans des explications. Elle lui confirma qu'il avait bien affaire à des scientifiques, au moins, voilà qui clarifiait ces histoire d'injections. Mais en revanche, il n'aimait pas du tout ce qu'il entendait, un homme richissime faisant appel à des scientifiques? Ce n'est que rarement pour trouver le remède d'une maladie rare. Lorsque la chercheuse lui demanda si il connaissait ce Monsieur Jaguar, Jojiba ne daigna pas répondre, de toute façon, ce nom lui état inconnu. Toujours suspicieux, il se contenta de la toiser jusqu'à ce qu'elle ai terminé ses explications.

La mention d'un échantillon de sang extra-terrestre n'avait pas grand chose de surprenant non plus. Lui-même en était un techniquement, et il avait vu plus de races différentes au court de ses voyages qu'il n'avait pu compter de variante d'échalottes. Dans un certain sens, il enviait ceux qui pouvait encore s'émerveiller d'une vie ailleurs, lui qui avait vu l'espace, qui avait vu des aliens, mais aussi des démons et des dieux. Il avait vu la mort et ce qui se cachait derrière elle, il avait vu l'enfer mais jamais n'a pu apprécier le paradis. Tout était fade pour lui à présent, tout le blaisait, et du sang extra-terrestre n'était pas une exception. Mais alors elle s'expliqua sur le but de ces recherches : créé un être, un clone, le résultat n'étant autre que le golgoth avec qui il avait bien failli se battre. Etrangement, même si Jojiba cherchait à maintenir une attitude féroce et autoritaire devant cette équipe atypique, un fond de compassion se lisait dans son regard alors qu'il le tournait vers l'être artificiel. Son esprit ne posait qu'une seule question : Pourquoi? Pourquoi infliger ça à quelqu'un? Pourquoi forcer ainsi une conscience dans l'existence? Pourquoi une telle cruauté? Le destin était réellement un terrible comédien pour en plus maudire cet être par son génome. De toutes les espèces extra-terrestres, de tous les aliens qui pullulent dans cette galaxie, il a fallu que l'échantillon de sang soit celui d'un sale saiyan. Que la destinée était cruelle. Avait-il seulement une âme?

Le vieil homme intervint à son tour, précisant qu'ils s'étaient visiblement fait des ennemis en crachant ainsi dans l'œil de la nature, les forçant ainsi à partir au plus vite et ce avec un clone instable. Quel horreur, ce type devait vraiment vivre dans le corps d'un saiyan qui en plus dégoulinait sans prévenir? Jojiba ne pouvait s'empêcher de prendre en pitié le pauvre homme. Si Jojiba n'aimait pas beaucoup la façon dont le chercheur jouait sur les mots, il était en revanche compréhensif quant à leurs craintes. Soupirant bruyamment, le super guerrier laissa finalement retomber sa chevelure qui, tout comme ses pupilles, retrouva sa couleur ébène. Son attitude était moins agressive à présent, bien qu'il restait plutôt passif. Alors qu'il s'apprêtait à répondre, la voix du principal concerné retentie. Il semblait se souvenir de son nom.

« Mon nom... Est Broly. »

Le visage de Jojiba devint soudainement bleime. Ses yeux écarquillées fixaient le faux saiyan alors qu l'agriculteur perdait doucement des couleurs. Ce nom ne lui était pas inconnu. Il l'avait déjà entendu et ce il y a de ça un petit moment. C'était peu avant qu'il devienne un super-guerrier, peu avant que... Que Riju soit brutalement assassinée... La mention de ce nom le renvoya dans un flashblack, il se revoyait là, partageant une table avec Draven, président planétaire, Soya, la mercenaire saiyan, Riju également. De l'autre côté de la table, Auros, l'envahisseur divin, l'ennemi avec qui ils devaient négocier, et ce dernier n'était seul. Cette femme à la peau bleue, c'est sa voix qui lui revenait. 

« Maître, un adversaire d’une grande puissance sera très bientôt sur Terre afin de vous affronter. Il dispose d’un pouvoir pouvant menacer votre vie. Il répond au nom de Broly, Roi des saiyans. »

Evidemment! Evidemment! C'était là bien sa chance! Non seulement il fallait que ce gars soit un clone de saiyan, mais pire que ça, un clone du roi des saiyans! La pensé de le pulvériser ici et maintenant lui traversa un instant l'esprit, mais ce pauvre gars n'était pas responsable de sa situation. Le fermier hésita un instant avant d'abandonner le projet, se pinçant l'arrête du nez, Jojiba réalisait doucement qu'il ne pouvait pas simplement les déposer dans le premier hôpital  venu. L'origine génétique elle-même de ce clone justifiait de faire irruption dans le bureau du premier ministre, Scalio allait avoir besoin de voir ça... Se dirigeant vers la carcasse de voiture cabossé, Jojiba la remit sur ses roues d'un tour de bras avant d'ouvrir une portière ou du moins ce qu'il en restait.

-Montez dans la voiture, ça sera plus simple pour vous transporter. On va... On va te trouver un hôpital à l'abri... Broly.

Si la phrase ne semblait pas lourde de sens pour le clone, Jojiba s'était assuré d'un regard appuyé aux chercheurs que ces derniers aient bien comprit son intention. Pas question de laisser ce type passer les portes d'un hopital classique, il était trop dangereux, ils allaient devoir trouver autre chose, mais quoique ce soit, ça sera surement dans les moyens de Scalio.
Bio-Broly
Bio-Broly
Demi-Saiyan
Masculin Age : 29
Date d'inscription : 03/04/2022
Nombre de messages : 55
Bon ou mauvais ? : Neutre.
Zénies : 1260.

Techniques
Techniques illimitées : Gigantic Spike ; Eraser Cannon ; Explosive Wave
Techniques 3/combat : Omega Blaster ; Blaster Meteor
Techniques 1/combat : Powered Shell

Naufrage social [PV: Bio-Broly] Empty
MessageSujet: Re: Naufrage social [PV: Bio-Broly]   Naufrage social [PV: Bio-Broly] ClockSam 27 Mai 2023 - 6:58

Si leur bienfaiteur avait déjà entendu parler de Jaguar, il n'en dit pas un mot.
C'était peut-être mieux comme ça : ce n'était pas comme s'ils étaient particulièrement fiers d'avoir travaillé pour lui, et si ça pouvait leur éviter un tant soit peu de déshonneur par association... Leur image était déjà assez entachée sans devoir en plus y ajouter les crimes de leur ancien employeur ; riche comme il l'était, au-delà des manipulations génétiques, il était probable qu'il ait d'autres squelettes dans le placard.
Quoi qu'il en soit, ces explications parurent satisfaire leur interlocuteur, assez pour qu'il reprenne son état normal. Si le fait que la couleur de ses cheveux ne soit pas la même lorsqu'il revêtait sa transformation que celle de leur propre spécimen - différait-elle pour chaque individu ? - était intriguant, ce n'était peut-être pas le moment de lui poser plus de questions ; peut-être en auraient-ils l'occasion pendant le trajet.
Avec la méfiance provoquée par ce malentendu, ce ne serait certainement pas facile, mais peut-être pourraient-ils même le convaincre de les laisser jeter un œil à son ADN pour mieux voir ce qui ne tournait pas rond dans celui du clone. Ils seraient alors à même d'affiner encore le sérum permettant de stabiliser son état.
Les données récupérées grâce à l'échantillon de la créature de C-21 étaient déjà d'une aide précieuse, mais restaient diluées au milieu d'une multitude d'autres composants ; un prélèvement issu d'un spécimen authentique leur permettrait d'y voir autrement plus clair.
Mais pour cela, encore fallait-il regagner sa confiance, et cela passait par le fait de se plier à sa requête sans discussion.

« T... Très bien, merci de bien vouloir nous aider ! Venez, Nain ! »
« Mais professeur, attendez !... »

Celui-ci l'agrippa cependant par le bras sans lui laisser le temps de protester, l'entraînant vers la carcasse de la voiture pour y reprendre leur place. Ils avaient déjà fait perdre assez de temps à ce bon monsieur ; c'était un miracle qu'il accepte encore de leur porter secours après ce qui venait de se produire. Mieux valait donc ne pas lui laisser le temps de changer d'avis.
« Broly, monte dans la voiture quand tu te sentiras mieux, d'accord ? » lança-t-elle au clone en passant la tête par la fenêtre fracturée, en espérant que cela suffise à lui faire comprendre ce que l'on attendait de lui. Sa compréhension du langage restait... Approximative, au mieux.

Bien sûr, ses intentions n'étaient peut-être plus aussi nobles qu'elles avaient pu l'être initialement - comptait-il les dénoncer auprès de quelqu'un ? -, mais à défaut de pouvoir faire le chemin par lui-même, Broly devrait au moins pouvoir les défendre s'il se retournait contre eux. Et puis, dans leur situation, ils n'avaient pas vraiment le luxe de choisir qui méritait ou non de leur porter secours : il ne leur restait qu'à croiser les doigts et espérer que les choses se passent au mieux.
Inutile de dire que cela allait profondément à l'encontre d'esprits cartésiens comme les leurs, mais toute cette histoire mettait de toute façon à rude épreuve leur capacité d'adaptation depuis déjà un long moment.

« Je vous conseille d'attacher votre ceinture. » dit Collie à son homologue en faisant exactement cela, après s'être assuré que leur « dépanneur » soit trop loin pour l'entendre. « Après tout ça, je ne suis pas sûr qu'il fasse preuve de beaucoup de douceur... »
« Ou-oui. »

Encore un peu désorientée, la jeune femme s'exécuta sans se faire prier, se calant dans son siège aussi confortablement que possible. La façon dont la voiture avait été envoyée dans le décor par les différentes démonstrations de puissance l'avait quelque peu cabossée, et les voitures de sport comme celle-ci n'étaient - malgré leur prix indécent - pas réputées pour leur solidité.
Si ce n'était pas réellement un fait nouveau que la situation échappait à leur contrôle, ils n'avaient même plus à présent la capacité de se mouvoir par eux-mêmes, étant forcé de s'en remettre au bon vouloir de ce qui était essentiellement un parfait inconnu ; il lui était difficile d'appréhender cela sereinement. Puissent-ils ne pas se tromper en acceptant de lui faire confiance ; c'était certes eux qui l'avaient sollicité en premier lieu, mais on ne sait jamais sur qui on peut tomber. Quelles étaient les chances qu'il sache ce qu'était un Saiyan - et en soit un lui-même -, pour commencer ?

« C'est étrange... » fit la jeune femme en se harnachant elle-même, non sans s'être également assurée d'un rapide coup d'œil que ce Jojiba ne soit pas à portée de voix.
« Quoi donc ? »
« Le nom de Broly... J'ai eu l'impression qu'il le connaissait... Est-ce que ce serait quelqu'un de connu ?... »
« Allons, Nain, ne dites pas n'importe quoi ! Nous en aurions forcément déjà entendu parler ! Et puis, pourquoi est-ce qu'un extraterrestre serait connu sur Terre, hein ? »
« Vous avez sans doute raison... »

À l'extérieur du véhicule, le traitement ayant fini de faire effet - et son corps de retrouver son apparence normale -, le Bio-Guerrier fut finalement en mesure de se redresser et de se diriger à son tour vers la voiture. Le manque de consignes ne paraissait pas avoir entravé sa compréhension, et ce bien que la capacité de réflexion dont il avait fait preuve jusqu'alors ne dépasse pas celle d'un enfant en bas-âge - pour ne pas dire d'un nourrisson ; tout restait encore à faire.
Pourtant, il semblait soudain plus vif, plus conscient de son environnement ; à croire que l'injection lui avait éclairci les idées. Ça, ou autre chose.
Ce qui ne rendait peut-être que plus inquiétant le fait qu'avant d'entrer à son tour dans la voiture, il préféra s'arrêter d'abord à la hauteur de Jojiba pour le dévisager, le regard un peu trop intense pour que ça n'en mette pas mal à l'aise. Celui-ci n'était pas petit, très loin s'en faut ; sans doute dépassait-il même les deux mètres... Ce qui n'empêchait pourtant pas le clone de faire une bonne tête de plus que lui, ce qui le rendait ridiculement impressionnant même lorsqu'il ne faisait rien pour être menaçant.

« M... Merci. » finit-il cependant par dire, brisant de lui-même cette tension dont il n'avait probablement pas conscience - et s'il était encore maladroit, force était d'admettre que son élocution allait en s'améliorant, bien que rien ne paraisse l'expliquer.

Après cette déclaration qui semblait lui tenir à cœur, il tâcha à son tour de pénétrer dans le bolide accidenté, guère aidé par sa taille disproportionnée ; c'était presque une chance que la portière en soit tombée, c'était cela de moins dont il devrait se soucier.
À l'avant, les deux savants échangèrent un regard circonspect. Comment ça, « merci » ? Qui lui avait inculqué les bonnes manières ? Voilà une nouvelle curiosité à investiguer...

Contenu sponsorisé

Naufrage social [PV: Bio-Broly] Empty
MessageSujet: Re: Naufrage social [PV: Bio-Broly]   Naufrage social [PV: Bio-Broly] Clock
 
Naufrage social [PV: Bio-Broly]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Broly=ssj god ???
» Broly jr
» Broly DBS
» Broly
» Broly

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPGDBZ :: RPG :: Terre-