-45%
Le deal à ne pas rater :
PC Portable LG Gram 17″ Intel Evo Core i7 32 Go /1 To
1099.99 € 1999.99 €
Voir le deal

Partagez
 

 To Dream In Black and White [PV]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
PNJ - Franck
PNJ
Masculin Age : 27
Date d'inscription : 20/12/2020
Nombre de messages : 88

To Dream In Black and White [PV] Empty
MessageSujet: To Dream In Black and White [PV]   To Dream In Black and White [PV] ClockVen 5 Aoû 2022 - 20:24



Les ténèbres. Le silence. L'absence d'événement est rassurant. Lorsqu'il ne se passe rien, il ne se passe rien de mal. Est-ce une solution pour autant, l'isolement ? Une paix absolue, est-elle synonyme de vie ? Ou bien de mort ?... Peindre l'existence sans la teinte de la souffrance, mais quel non-sens.

Ce chemin, a déjà été emprunté.

Les ténèbres sont opaques. Drapés de noir ou de blanc, ils rendent le manque évident. Chaque histoire comporte son lot de rebondissements. C'est ce qui les rendent captivantes.

Petit têtard isolé dans l'océan de tes tristes pensées, puisses-tu réaliser que le monde n'est plus tel qu'il fut. Et qui ne le sera jamais plus... Accepter cette réalité fait avancer, mais tu préfères stagner sur l'échiquier. Les yeux fermés, tu cherches un chemin qui ne peut s'imposer.

Ainsi recroquevillée, le sol grouillait de vie à ses pieds. Dans cette mare de boue noire, des étoiles naissent et meurent... sans aucun autre observateur. Rien de plus qu'un grand final, se perdant au sein de l'infrarouge. L'expansion de l'univers se libère des lois physiques, des lois de son propre contenant. Et bientôt, plus rien ne subsistera... L'étoile se dispersera, l'atome explosera, la particule s'effilochera... et tu souriras. Tu souriras avec la tendresse d'un regard dénué d'espoir, faisant corps avec tes idées noires.

Mais cette personne n'est pas toi. Pas encore. Où peut-être jamais. Ce n'est qu'un futur parmi tant d'autres. Un futur où trop de larmes se sont versées, au point de t'assécher. Dans une autre ligne, ton coeur s'est frigorifié : dans ces ténèbres aveuglantes, ton règne éternel fut imposé et une règle suprême fut appliquée.

Voguant entre ces teintes extrêmes, quelle évolution sera tienne ? À quel type de paix pourrais-tu aspirer ? Ton aiguille continue d'avancer...

... et l'heure a encore sonné.


" AAHH ! "

Un cauchemar. Juste un cauchemar, n'est-ce pas ?

Haletant quelques instants, l'enfant à la chevelure de neige se réveillait au beau milieu d'un lit plutôt douillet. Cette petite fille transpirait encore et c'est tout naturellement qu'elle chassa l'humidité au bord de son front, d'un simple geste de la main. Quelle ne fut pas sa surprise, lorsqu'en portant machinalement le regard sur ses doigts, Ekko remarqua un changement.


* C'est... l'intérieur, d'un noyau d'atome... ! *

-----------------------------------------------


Les premiers rayons du Soleil pénétraient la modeste chambre à coucher. Le calme y régnait. Quelques particules de poussière voletaient parmi la lumière ambiante, mais rien qui ne puisse laisser présager que l'armée terrienne ne prenait pas soin de ses invités. D'ailleurs, un militaire avait toqué à la porte, quelques minutes auparavant. Le brave était venu servir un plateau-repas. Rien de spectaculaire, certes. Néanmoins, déjà là de quoi se sentir bien accueilli. Il aurait été malvenu de s'en plaindre, au vu de la gentillesse des hôtes à bien vouloir loger une parfaite inconnue.

Les croissants chauds échappaient une douce odeur des plus réconfortantes, il y aurait eu crime à les laisser refroidir... à les laisser évanouir leur saveur artisanale. N'était-ce pas le moment de se mettre à table ? Allait-elle encore longtemps rester assise sur le lit ? Jambes contre son torse, l'enfant aux yeux de saphir releva son regard de ses bras croisés comme posés sur les genoux. En plongeant dans l'abîme de ses pupilles, on les devinait facilement emprunts d'anxiété.


* Que devrais-je faire, maman ?... Le temps file si vite, j'ai peur de ne pas pouvoir choisir au bon moment. Lorsque j'entrerai dans l'adolescence... à quel point ça m'affectera mentalement ? Je vais devenir trop égoïste, égocentrée ? Ou peut-être, que c'est déjà le cas. Je ne sais pas. Shemesh dit que c'est bien de l'être un peu, mais à quel point devrais-je l'écouter ? *

Les paroles d'Auguste s'étaient voulues rassurantes, lorsqu'il s'était exprimé sur la Grande Roue, avant qu'Ekko ne s'évanouisse. Il avait dit qu'il ne la craignait pas, malgré ce qu'il avait pu voir d'elle. Il avait dit qu'il ne fallait pas avoir peur, bien que le passé ne puisse se récupérer. Il fallait faire confiance à l'armée ? Narumi l'en convaincrait aujourd'hui ? Ah, oui, Narumi. Oui, la jeune fille se souvenait que le Maréchal en avait un peu parlé. Tout va bien, du coup, non ?

Alors, pourquoi toutes ces paroles lui paraissaient si vides de sens ? Pourquoi les nuages ne partent pas ? Peut-être… car elle ne leur dit pas tout. De toute façon, qu'est-ce que ça changerait, si elle le faisait ? Certaines choses, possiblement. Mais sans doute pas positivement. Williams était gentil, volontaire. C'est agréable. Seulement, la bonne volonté, ça ne règle pas tout. Il voulait connaître l'identité des poursuivants ? Et comment réagiraient-ils tous, en l’apprenant ? Non, ils en ont le droit. Ce n'est pas juste, comme situation. Ils risquent leur vie, à cause de toi, de ton silence. Le plan de Lúka... faut-il le suivre ? Ou bien le combattre ?

La gamine renifla enfin la bonne odeur des croissants. Elle voua alors un regard absent de conviction, en direction de ceux-ci. Ils ne sont pas très diététiques. Graisse, absence de protéines, de vitamines. Trop de sel. Ca n'avait pas grand chose de grave en soi, malgré qu'il aurait été bête de ne pas faire attention à son alimentation... lorsqu'il était si facile de contrôler un apport nutritionnel.

En un plissement de paupières, les viennoiseries se dissipèrent brusquement dans l'air ! Il n'en restait qu'un simple nuage d'atomes, que l'étrange créature fit venir à elle en un filament dessinant une arabesque. Au fil du parcours, le tracé se divisa toutefois en deux parties, avant de partiellement se réassembler. À l'orée de la bouche - alors ouverte - de la petite, le croissant chaud se reformait avec une fidélité effarante dans sa structure. Vraiment ? Pas tant. Celui-ci se voulait bien plus en accord avec les besoins nutritionnels de l'enfant. Les éléments problématiques avaient été écartés, puis organisés d'une autre manière, afin de former un ensemble plus souhaitable. Fallait-il forcément que ça résulte en croissants ? Non. Par contre, c'était plus respectueux.

À la suite, Ekko en profita pour en faire de même, concernant la boisson à la fraise de la veille et demeurant sur la table de nuit. Le jus d'orange du plateau-repas se maria à la mixture et un nouveau breuvage émergea. Imaginez les possibilités immenses d'un être en mesure d'éparpiller et de recomposer à sa guise des structures, en utilisant les atomes à disposition tels de vulgaires legos. Cela demandait cependant une connaissance approfondie de la matière et des règles liées, afin de ne pas faire n'importe quoi et de ne pas se mettre en danger. Cette connaissance, la fille de 2 légendes scientifiques la possédait. Et pour aller plus loin, il ne lui manquait qu'une perception plus précise de son environnement, ainsi qu'une puissance psychique suffisamment développée que pour s'opposer à certaines lois physiques et aux conséquences indésirables de ces manipulations.

Maintenant, dites-vous que ce savoir et ces compétences venaient de trouver utilité dans la recomposition d'un petit-déjeuner. Amusant, non ? Moi, ça m'amuse beaucoup. Oh, mais quelle impolitesse. Bien sûr, je ne devrais pas vous sortir du récit. Donc, ce qui se passa ensui-


Toc toc toc

" Qui c'est ? "

Quand bien même la réponse aurait pu sembler évidente, poser cette question releva de l'automatisme. La juvénile demoiselle tourna ainsi mécaniquement la tête en direction de la porte d'entrée. Quand enfin, Williams déclina son identité.

" Ah. Euh, une petite minute ? Je me lave, ça prendra vraiment moins d'une minute. "

Un peu prise au dépourvu, l'enfant à la chevelure d'Ange n'avait même pas pensé à faire sa toilette dès le réveil. Au vu des événements, cela se comprenait, malgré que cela reste un peu gênant. Alors, se relevant et ouvrant la fenêtre, Ekko attira l'humidité externe à la pièce. Rapidement, les molécules se condensèrent et donnèrent naissance à une masse d'eau qui engloba complètement la petite silhouette. Un courant marin s'infiltra dans sa robe blanche et frotta la peau comme les dents et la chevelure, afin de les nettoyer des saletés mais aussi de les abreuver. L'espace de quelques secondes à peine et tout fut terminé. La substance aqueuse fut éloignée et dispersée à l'extérieur, avec toute trace d'humidité. Ce fut comme si la petite fille n'avait jamais été mouillée. Pareil pour le sol.

Pendant ce temps…


" Ah, Caporal, vous tombez bien ! C'est moi qui lui ai servi le petit-déjeuner. Je ne voudrais pas me mêler de ce qui ne me regarde pas... mais ayant des enfants à ma charge, je dois dire qu'elle me paraît très renfermée. Pas qu'elle se soit montrée insultante ou quoi. Juste que... c'est comme boire systématiquement de l'eau pétillante, puis se tromper de bouteille et boire de l'eau plate par mégarde. Enfin, c'est pas pour faire de l'humour ! Je ne sais simplement pas mieux le décrire. C'est vraiment l'impression que j'ai eu, en croisant son regard, puis en l'écoutant parler. J'espère qu'elle s'est juste levée du mauvais pied. Enfin, je ne vous dérange pas plus longtemps, je retourne bosser ! Bonne journée, Caporal ! "

Victor Velgengraud. Un bon vivant sympathique avec tout le monde, bien qu'à la fois terriblement maladroit socialement parlant. Haa... on ne le referait plus. Doué de sa bonne humeur légendaire, même lui ne semblait pas avoir réussi à chasser la pluie. Toutefois, il pouvait suffire d'un mot mal placé, afin de faire pire que mieux. Alors qui sait s'il n'avait pas empiré les choses, au détour d'une maladresse ?

" C'est bon. J'ai fini. " prévint la gamine, dès le départ de Victor.

Juste avant que Williams ne s'infiltre dans la chambre, son interlocutrice parut causer un bref appel d'air autour d'elle et ses pieds quittèrent à peine le sol - le frôlant presque à présent. Rien d'inhabituel en soi, Ekko faisait tout le temps cela, même si ça ne se remarquait généralement pas. Une fine couche d'air compressé la recouvrait ainsi constamment. Ca ne lui demandait pas tant d'efforts à maintenir et l'intérêt demeurait multiple.

Enfin, les deux visages se confrontèrent. Même si Victor avait tendance à s'exprimer n'importe comment, il fallait reconnaître que sa petite métaphore restait malgré tout pertinente. La jeune demoiselle n'en faisait pas des tonnes, loin de là... mais ne disait-on pas que les yeux représentaient les fenêtres de l'âme ? Elle aurait beau se cacher derrière son barrage émotionnel, quelque part ça la trahissait tout autant sur son état mental du moment.


" Bonjour, Williams. Euh... pardon pour hier. Je ne sais pas si c'est un problème d'horloge interne à cause des voyages, quelque chose comme ça... mais j'aurais voulu ne pas perdre pied, bien sûr. Aujourd'hui, l'idée était de me présenter Narumi, la Chef des Armées, c'est ça ? Je suis un peu curieuse de voir comment ça se passera. En tout cas, je suis prête pour cette journée. Qu'est-ce qu'on fait en premier ? "

Elle se gratta brièvement la nuque, détournant le regard pendant ces paroles... sans doute un peu gênée des circonstances. L'homme au cristal avait après tout dû l'apporter jusqu'ici. Tout ça à cause d'un manque de maîtrise. C'était un peu honteux, non ? Il fallait noter que la petite demoiselle n'avait pas daigné demander comment allait Williams, en cette nouvelle journée. Un détail, un oubli, une focalisation sur la veille. Ou bien, une manière d'esquiver le retour de bâton inévitable d'une telle question. C'est bon, elle avait assez ramené tout à sa personne hier, elle n'allait pas abuser non plus de la sympathie et de l'empathie du Caporal. En plus pour des problèmes qui ne pouvaient pas se régler juste en parlant. Enfin, peut-être que si, mais bon... sans doute pas comme ça.
Williams Auguste
Williams Auguste
Terrien
Masculin Age : 28
Date d'inscription : 20/02/2018
Nombre de messages : 290
Bon ou mauvais ? : Il se dit bon
Zénies : 694

Techniques
Techniques illimitées : Across The Universe / Star Dust / Don't Bring Me Down ! / Space Oddity / Absolute Begineers
Techniques 3/combat : We Could Be Heroes / Never Let Me Down
Techniques 1/combat : The Loneliest Guy

To Dream In Black and White [PV] Empty
MessageSujet: Re: To Dream In Black and White [PV]   To Dream In Black and White [PV] ClockVen 5 Aoû 2022 - 22:40
L’impression du gouffre, cette sensation de la conscience qui s’échappait, la douleur de ses plaies et la confusion ambiante : c’était devenu le quotidien des réveils du Caporal honorifique. Il se réveillait à nouveau après avoir revécu pour la septième fois ce qui avait failli être son dernier rodéo. C’était la même chose, les mêmes doutes. Toujours le café bien noir pour se remettre d’aplomb, au moins trois cigarettes pour écourter sa vie pour du soulagement temporaire et une séance à se regarder dans le miroir à se convaincre qu’il se battait pour la bonne cause et que Narumi était véritablement la personne à suivre pour défendre la Terre. Il y avait néanmoins une nouvelle interrogation qui germait dans l’esprit du bienveillant : Était-ce véritablement une bonne idée de faire rencontrer la prodigue à la louve ? Sur l’instant, cela lui semblait être le meilleur moyen de rassurer Ekko de la capacité de l’armée à protéger les habitants de la planète bleue, mais à bien y réfléchir… Non, cela ne servait à rien ! Il était bien trop tard pour faire machine arrière maintenant, même si elle semblait approuver l’existence d’un cannibale dans l’armée. Cette simple pensée écoeurait l’idéaliste, mais il allait la confronter à ce sujet en temps et en heure. Pour le moment, l’objectif était de réconforter la fille de Mercury et Queen Nemor. Il se souvenait de la rencontre entre Scalio et Narumi concernant les dieux, elle serait d’une meilleure aide à la problématique.

Le dernier bâtonnet cancérigène consommait sur son balcon, Williams attrapa son écharpe qui lui tenait tant à cœur, rangea son arme de fonction et l'émeraude dans sa veste avant de se diriger vers la gare. La marche pouvait être agréable entre le vent frais et la population qui était de retour, mais les démons enfouis en lui qui le torturait sur son mérite au sein de l'armée et de sa perception de l'Alpha l'empêchaient d'être entièrement serein. Une fois dans le train, il regardait le paysage qui séparait les deux capitales. Il se remémora la suite de son recrutement dans l'armée et la promesse qu'il s'était faite à lui-même : ne plus jamais fuir face à un danger pour la Terre. Et bien qu'une pensée courte naquit dans son esprit, il se disait que si elle devenait une menace pour sa planète natale, il ne devra pas hésiter à faire le nécessaire. Il secoua la tête pour se focaliser avant de lancer la première musique qui lui était proposée sur l'un des nombreux sites de streaming musical disponible. Les écouteurs dans ses oreilles, il lança la mélodie. Il n'apercevait pas le titre de la musique, mais il s'agissait d'un type qui se plaignait à son psychiatre que toute sa bonne volonté ne lui amenait pas le bonheur qu'il espérait… Génial, la musique idéale pour lui remonter le moral.

Il faudrait vraiment qu'il parle au Maréchal Armstrong du dernier entraînement avec Narumi, peut-être qu'il aurait des solutions pour arrêter d'avoir ses cauchemars récurrents. Les musiques passèrent une après l'autre, variant en qualité et en énergie. Il arriva enfin à Satan CIty et se dirigea directement vers le quartier général de l'armée de la Terre.

En temps normal, la première chose qu’il aurait fait serait de lire la liste des criminels arrêtés et les raisons de leurs arrestations. Cette fois-ci, il était plus préoccupé par la santé d’Ekko et sa réunion avec Narumi pour se mettre directement à son travail de détecteur de mensonge immédiatement. À vrai dire, depuis sa rencontre avec l’Être Parfait, puis de Marcos Smith, il falsifiait ses découvertes en utilisant à outrance la litote dans la majorité des cas où c’était possible pour éviter de donner davantage de nourriture à l’autre sociopathe. Il n’avait même pas pris le temps de prendre ses habits de fonctions et il resta en civil pour le moment présent. Il se changerait après avoir introduit Ekko à sa supérieure hiérarchique et il reprendrait sa routine habituelle… à moins s’il pouvait choper le psychologue avant d’y retourner.

Il se dirigea directement vers la chambre de la prodigue avant de toquer deux fois à la porte tout en prenant sa respiration. Contrairement à la dernière fois, un certain poids semblait le peser sur ses épaules.

“C’est Williams, Ekko. Je peux rentrer ?”

La réponse de la gamine fut quasiment instantanée, lui demandant quelques secondes le temps de se préparer. Il haussa les épaules, souffla un coup et s’adossa contre le mur en attendant qu’il ne puisse rencontrer. C’était à ce moment-là qu’il vit Victor, une personne qui lui était véritablement agréable dans l’armée. C’était suffisant pour le caporal de le saluer de la main.

“Salut Victor, tout se passe bien ?”

C'était ainsi que le bon vivant commença à lui expliquer qu'il lui avait servi le petit-déjeuner à la prodigue et qu'il était assez surpris par la manière réservée que l'enfant agissait. C'était vrai que les terriens de son âge sont plus vivaces, bien plus ignorants, plus libres en quelque sorte. C'était avec un sourire qu'il écouta la manière particulière du soldat de s'exprimer, c'était toujours une bouffée d'air frais de discuter avec lui, même si ça tournait souvent au monologue. C'était maladroit, mais c'était authentique. Il n'y avait pas de souci de se demander s'il était honnête en lui parlant.

“Elle a vécu beaucoup de choses pour son âge. Merci néanmoins pour la petite discussion. Passez également une bonne journée, Victor.”

C'était peut-être court, mais cela avait un peu apaisé le militaire. Avoir des interactions qu'il pouvait qualifier de normales, même sur un sujet relié à l'armée, se faisait véritablement rare depuis son recrutement. Ekko annonça quelque temps après que c'était bon pour rentrer dans sa chambre. Il ouvrit la porte pour voir celle qui s'était évanouie dans la grande roue en parfaite santé. Elle flottait au-dessus du sol, une chose que l'observateur ne remarqua que maintenant. Utiliser le pouvoir de la pierre précieuse lui avait fait peut-être perdre ses réflexes ? Ou était-ce cette pression qu'il lui pesait sur les épaules depuis qu'il s'est fait charcuter qui le rendait aussi inattentif ? Néanmoins, le regard de la fille ne pouvait pas le tromper pour autant. Tout comme lui, elle avait son lot de problémes qui l'écrasait. Bien plus grave que ceux du terrien, mais toujours comparable.

“Ne t’excuses pas pour si peu.”

Déclara-t-il avec un sourire aimable envers l’héritage génétique de Mercury et Queen Nemor. Il hésita néanmoins un instant quand elle lui parla de la cheffe des armées, il était encore tôt et il n’était pas encore entièrement ressorti pour de bon du mauvais rêve qui l’animait le matin. Il pouvait remarquer que le malaise était présent également chez la génie qui détourna son regard durant ses quelques paroles. Certainement plus d’avoir été apportée dans les bras de Morphée durant leur discussion qu’autre chose.

“O-Oui, c’est bien aujourd’hui que tu vas pouvoir rencontrer Narumi. Elle est plus expérimentée que moi dans les soucis que tu m’as confiés durant notre discussion dans la grande roue.  Il faut simplement attendre qu’elle soit disponible.”

Il sortit de sa veste son dispositif militaire que Narumi lui avait donné le jour de son recrutement. C’était presque un téléphone, mais bien plus sophistiquée qu’un civil, même pour les plus onéreux.

“Il y aura une alarme quand elle pourra te rencontrer. Entre-temps, on a du temps libre. On peut discuter davantage ou se balader dans la base. Tu comprendras que cette fois-ci, on ne pourra pas sortir d'ici, d'accord ?”

Williams avait un masque de bienfaiteur, bien que quelque peu craquelé. Il faisait de son mieux pour paraître à l’aise avec Ekko alors qu’il avait lui-même ses propres démons qui pesaient sur sa conscience. Il se demandait encore si c’était la meilleure chose à faire, cette réunion entre l’Alpha et l’innocente au regard saphir.

“Tu décides, même si je pense que ça ne devrait pas être long.”
PNJ - Franck
PNJ
Masculin Age : 27
Date d'inscription : 20/12/2020
Nombre de messages : 88

To Dream In Black and White [PV] Empty
MessageSujet: Re: To Dream In Black and White [PV]   To Dream In Black and White [PV] ClockMer 31 Aoû 2022 - 0:49
Encore une fois, il lui pardonnait un écart. L'enfant aux cheveux neigeux n'allait pas s'en plaindre, bien sûr. En quelque sorte, sa honte représentait déjà une punition en soi. Ainsi qu'un indice de bonne volonté. D'ailleurs, pouvait-on vraiment lui blâmer la fatigue l'ayant assaillie ? À se voir ainsi sans cesse trimballée, d'une temporalité à une autre, d'un espace au prochain... quelle horloge ne perdrait pas ses repères ? Certainement pas la biologique. Mais elle avait tenu, au moins comme elle put.

Recroisant le regard du Caporal, la fillette perçut le sourire chaleureux de celui-ci, avant que la diction de ce dernier ne vacille un instant. Il y avait un problème ? Avait-elle laissé paraître quelque chose qui aurait déstabilisé le militaire ? Peut-être est-ce plutôt en lien avec le sujet ? La rencontre avec Narumi comporterait une contrainte ? Une incertitude ? Williams confirmait en tout cas qu'Ekko pourrait la voir aujourd'hui. Tant mieux. Au moins la gamine pourrait être fixée rapidement, sur ce qu'elle devait vraiment attendre de ces présentations.


" Il y aura une alarme quand elle pourra te rencontrer. Entre-temps, on a du temps libre. On peut discuter davantage ou se balader dans la base. Tu comprendras que cette fois-ci, on ne pourra pas sortir d'ici, d'accord ? "

La jeune fille à la robe blanche acquiesça calmement, à l'interrogation lui étant posée. Il demeurait parfaitement compréhensible qu'elle doive ne pas trop s'exposer pour le moment, ou au moins rester à portée de la plus efficace des protections. Voire tout simplement rester aujourd’hui proche du lieu de rendez-vous. Après tout, l'Auguste rajouta que ça serait pour bientôt.

" D'accord, ça me semble normal aussi. Mmh... ce téléphone me fait penser à celui de maman Mercury. Ce n'est pas la même structure, mais elle aimait aussi les modèles... rétro, c'est ça. Euh, c'est ce qu'elle dirait de celui-ci, en tout cas. Pas que ce soit si... Enfin, ça dépend. " s'exprima la demoiselle aux pieds nus, tout en pointant à peine du doigt la relique d'une technologie archaïque.

Il pouvait être amusant de constater le duel livré entre le rationnel et le relationnel. Ekko n'avait que trop peu sociabilisé avec d'autres personnes, ça ne faisait pas vraiment partie de ses enseignements ou de ses centres d'intérêts. Ou seulement depuis peu. Et il fallait dire que ses mères ne paraissaient pas représenter les personnes les plus douées en la matière. Elles vous diraient probablement : pourquoi s'embêter avec la forme lorsqu'on est génial, après tout, mh ? Tant qu'on se montre pertinent, essentiel, c'est tout ce qui compte ? Un peu de modestie, très chères.


" Bref. Se balader, ou discuter ici, les deux me v- "

TacTacTac

Un frisson ! C'était quoi, ce bruit ?! Quelque chose que la gamine n'avait pas senti venir ? Impossible. Et pourtant. Instantanément et perceptiblement en alerte, la prodige avait réagi au quart de tour ! Plus rapide qu'un serpent enroulant une souris pour l'avaler, Ekko venait en effet de vouer un regard perçant en direction précise de l'endroit suspect !

TacTacTacTac

Trop tard ! Cette chose avait des réflexes surhumains ? L'enfant eut beau bifurquer à plusieurs reprises sa vive attention - d'une zone à une autre - rien n'y faisait. Néanmoins, des informations furent peu à peu récoltées, à force de concentration. Il s'agissait d'une créature, taille humaine mais petite. Plusieurs pattes. Transparente. Transparente ? Alors, cela pouvait être... La fille de Queen Nemor se remémora toutes ces silhouettes flottantes et pratiquement invisibles, qu'elle avait pu timidement percevoir au cours de sa vie. Dernièrement, ce fut aussi le cas, lors de la rencontre avec Shemesh. Sauf que... peu importe leur déplacement, ces formes n'avaient jamais produit le moindre son, même en entrant en contact avec des objets.

Ou peut-être... que la petite demoiselle n'avait jamais été assez sensible que pour les entendre, ces sons.

Mais là, elle le pouvait. Distinctement, elle pouvait entendre le tapotement sur les surfaces de cette chambre. Le tapotement de 6 pattes, résonnant en concert pour fuir son regard. Cette chose désirait l'observer ? Ce n'était pas la première fois qu'Ekko se laissait observer en silence. Toutefois, l'idée de l'être sans le remarquer, la dérangeait forcément un peu. Et puis, cette silhouette-ci avait une forme instinctivement plus inquiétante. Un peu comme une araignée. Non, pas tout à fait. Un coléoptère ? Trop dur à estimer.

Et soudain, plus rien... Juste un calme pesant. Plus un bruit. Rien... Mais si l'enfant aux yeux de saphir n'avait perçu cette bestiole que lors de ses déplacements, comment être sûr qu'elle était bien partie ? Encore sur le qui-vive, l'Eve d'une race nouvelle prit progressivement conscience que ce spectacle de sons n'avait probablement pas pu être entendu par le Caporal. Et objectivement parlant, ça n'aurait en effet pas pu être le cas. Tout simplement car ces bruits provenaient d'un Plan Existentiel différent, supérieur au Plan Physique. Alors, pourquoi elle et pas lui ?... N'est-ce pas le genre de questions que l’on se pose tous un jour ? L'on se pose rarement cette question avec 2 négations au lieu d’1, alors qu'ainsi elle constitue une approche plus ouverte à la réponse.

C'est comme ça. On ne le choisit pas. Comme bien d'autres hasards de la génétique. Mais il y a un sens à toute chose, n'est-ce pas ?


" J-je choisis la balade. Désolée. Je t'explique après. Mais ne traînons pas. S'il te plait. " prononça brièvement la fillette à la robe blanche, à la fois un peu embarrassée comme angoissée.

Elle avait besoin d'un peu d'air, de ne pas se sentir oppressée par cette présence possiblement tapie dans l'ombre et dont les intentions ne semblaient pas connues. Ainsi Ekko tira-t-elle respectueusement la main du militaire, l'incitant à ce qu'ils sortent d'ici ensemble.

Et enfin, le calme complet embellit le logement temporaire de la gamine... Ou bien...

...


" ... Shsh... Trouvée... C'est toi. Shsh... "
déclara en un murmure imperceptible, la mystérieuse créature au plafond, fixant la porte d'entrée, avec l'insistance de ses 2 grands yeux ronds.

...

...

...

Des bruits de pas résonnaient, dans le couloir au sein duquel venaient de se précipiter - à moitié - Williams et sa protégée du moment. La démarche se voulait pressée, pendant encore 2-3 mètres. Après lesquels l'enfant à la longue chevelure blanche se retourna, tout en décompressant en quelques souffles silencieux. La gamine faisait désormais face à son précédent interlocuteur. Et des explications s'imposaient, aussi déroutantes puissent-elles paraître. Ce qui suivit… non sans garder une oreille attentive au trafic, histoire de ne pas trop ébruiter ces informations.


" C'est... un peu... Ah. Je sais. Hier, on a regardé la ville depuis la Grande Roue, pas vrai ? Et puis... la nuit est tombée. C'est un moment un peu spécial, où l'on peut voir l'espace, les étoiles, derrière le ciel... S'il fait jour, on ne peut pas bien voir l’espace. C’est un peu comme s’il n’existait pas. Mais il est parfois possible de percevoir un corps céleste, s'il est suffisamment proche et luisant. Donc... je suppose que c'est un peu ce qui vient de se produire, ici. Ou plutôt, j'ai souvent lu que l'espace était vide et sombre... sauf que je l'ai toujours vu rempli et lumineux, peu importe où je regardais. Ca ne se limite pas qu'à l'espace lointain. Et en grandissant, ça s’est accentué. Mais d'habitude, je n'entends pas ces ombres se déplacer... et je ne vois pas leur silhouette aussi précisément… En plus, celle-ci était très brusque et bizarre. Je ne me sentais pas à l'aise, même si elle n'était peut-être pas hostile. "

Là pas vraiment le genre de choses qui se partageaient facilement, en quelques mots. Enfin, si. La demoiselle aux yeux bleus aurait juste pu dire qu’elle voyait des esprits, quelque chose du genre ? Le dire de façon si grossière ne l’aurait pas fait passer pour une folle ? Ou pour une personne sous l’emprise de stupéfiants hallucinogènes ? Voire une mythomane ? Et puis, au fond, elle ne savait pas exactement de quoi il s’agissait. Ni si Williams pouvait en admettre l’existence. Peut-être que sur Terre, un tel récit avait de quoi attirer des ennuis. Et bien… l’homme en face d’elle aurait possiblement du mal à l’avaler, mais au moins Ekko lui portait assez de confiance que pour ne pas penser qu’il la brûlerait sur un bûcher, façon sorcière. Puis les Terriens ne semblaient pas aussi primitifs, malgré leur technologie.

" Euh… Peu importe, ne t'inquiète pas. Il n'y en a pas tant et je les ai toujours vues se tenir tranquilles. C'est pour ça qu'ici ça m'a surprise. Enfin, peut-être aussi que c’est moi, qui l’ai surprise. " crut-elle bon d'ajouter, pour apaiser les tensions.

Le long de ces explications, l’enfant avait progressivement coupé le contact visuel en déviant le regard, joignant les mains derrière son dos et tortillant ses doigts sans vraiment s’en rendre compte. Sa voix claire mais peu expressive avait également un peu baissé en volume. Et finalement, Ekko reprit tant bien que mal un échange de regard avec le Caporal.


" Sinon… c’est normal que tu ne portes pas d’uniforme ici, aujourd’hui ? Pour parler, peut-être, d’autre chose. "
Narumi Karuzaki
Narumi Karuzaki
Démon
Féminin Age : 33
Date d'inscription : 18/07/2012
Nombre de messages : 341
Bon ou mauvais ? : Neutre
Zénies : 1240

Techniques
Techniques illimitées : Transposition | Griffes et crocs acérés | Pluie d'énergie
Techniques 3/combat : Rayon Lunaire | Armure naturelle
Techniques 1/combat : Forme Alpha

To Dream In Black and White [PV] Empty
MessageSujet: Re: To Dream In Black and White [PV]   To Dream In Black and White [PV] ClockJeu 8 Sep 2022 - 18:13
Les soldats les saluaient soit de manière décontractée ; soit de manière un peu trop sérieuse (mais parce que certains demeuraient impressionnés par Narumi). La louve n’aidait pas vraiment les anxieux à se détendre à cause de son visage fermé et sévère – malgré elle – naturel lorsqu’elle prenait juste un air « normal ».

Pour ceux qui avaient pu regarder le combat du duo ou qui en avait entendu (déjà !) les échos ; ils les regardaient avec une sorte de crainte, de respect, d’admiration et de stupeur mélangés. Il faut préciser que Narumi ne prend sa forme bestiale pratiquement jamais contre ses pairs ; de peur de s’emporter et d’en faire de la charpie. Alors c’est d’autant plus renversant de la voir se confronter à un autre sous cette apparence.

Lorsqu’ils débarquèrent à l’endroit où se trouvait « leurs cibles » ; Narumi les salua sans y mettre les formes ; c’est-à-dire qu’au lieu de faire la révérence militaire habituelle ; celle-ci leur fit un signe de la main et un sourire chaleureux. Armstrong avait indiqué dans son rapport que la jeune Ekko avait besoin d’être dans un cadre rassurant – et à vrai dire, être une « figure sécurisante » est dans la nature de quelqu’un comme la louve. Elle n’avait donc pas à imaginer des moyens de l’être ; bien qu’elle s’assurerait que ce qui est possible soit mis en œuvre afin de tranquilliser la jeune fille.

« Enchantée, Ekko. Je suis Narumi Karuzaki, fille d’Oméga. » dit-elle en lui tendant la main comme pour marquer le point de départ de leur rencontre ; comme l’alpha l’aurait fait avec n’importe qui d’autre.

Le petit prodige le savait certainement ; mais il est de coutume de se présenter en donnant le prénom de son père (pour les femmes) ou le prénom de sa mère (pour les hommes) chez les loup-garou lorsqu’on fait connaissance la toute première fois et que cela se veut diplomatique et respectueux.

« Je pense que le Maréchal Armstrong t’as mise au parfum : nous allons faire en sorte de t’épauler du mieux possible – mais nous ne restons que des mortels. Pour quelqu’un qui a des capacités qui dépasse notre entendement à tous ce n’est certainement pas grand-chose ; mais tu as au moins la certitude que nous sommes à tes côtés aussi longtemps que tu resteras ici. »

Son regard et sa manière de s’adresser à l’adolescente ne laissait transparaître aucun « filtre » dû à son âge.

« Aussi tu comprendras que si tu quittes la Terre ; tu seras seule. » Souligne la cheffe des armées sans la ménager. « Mais tant que tu es ici tu es entre les mains de la plus haute sécurité terrienne ; alors ça devrait aller. » Ajoute-t-elle avec un sourire réconfortant.

Cette dernière pivote légèrement vers son compagnon mi-humain mi-machine.

« Voici mon ami Akaza. Il est… un « spécimen exceptionnel » tout comme toi Ekko - mais à sa manière à lui. »

La louve plante enfin ses yeux dans le regard d’Auguste, souriante, mais-
Williams Auguste
Williams Auguste
Terrien
Masculin Age : 28
Date d'inscription : 20/02/2018
Nombre de messages : 290
Bon ou mauvais ? : Il se dit bon
Zénies : 694

Techniques
Techniques illimitées : Across The Universe / Star Dust / Don't Bring Me Down ! / Space Oddity / Absolute Begineers
Techniques 3/combat : We Could Be Heroes / Never Let Me Down
Techniques 1/combat : The Loneliest Guy

To Dream In Black and White [PV] Empty
MessageSujet: Re: To Dream In Black and White [PV]   To Dream In Black and White [PV] ClockJeu 8 Sep 2022 - 20:56
”C’est… plutôt avancé pour notre technologie. C’est vrai après que tu as grandi parmi deux des plus grands esprits de l’Univers et dans ce que n’importe quel technophile considérerait comme un paradis.”

C'était au tour de Williams d'être gêné. C'est vrai que la Terre était en retard sur ce point-ci en dehors des hautes-sphères militaires. Ils avaient de quoi soigner des blessures graves, n'importe où, à n'importe quel moment, mais uniquement les maréchaux et la cheffe y avaient accès. Le Premier Ministre devait certainement y avoir droit. Le reste de la population pouvait seulement en rêver. C'était triste que de telles avancées étaient réservées uniquement à une élite, mais avoir un criminel de renom avec ce genre d'outil serait inconvenant et rendrait leurs arrestations encore plus compliquées. Déjà que c'était difficile de contenir un saiyan assoiffé de sang pour les forces terriennes, en avoir un qui pourrait soigner ses plaies en se cachant quelques secondes serait infernal !

Ekko était sur le point de donner une réponse avant qu'elle ne se coupe soudainement dans sa parole. Elle se mit à regarder soudainement un endroit sans aucune raison apparente tel un chat. Williams suivit du mieux qu'il pouvait la direction que la prodigue observait, mais il n'y avait tout simplement rien. La fille continua à inspecter plusieurs endroits de la pièce sans aucune raison apparente. Williams se gratta l'arrière du coup, clairement confus, avant de poser la fâcheuse question :

“Ekko, tout va bien ?”

L'héritage génétique de Mercury avait la voix tremblante quand elle affirma vouloir se balader en lui tirant la main du terrien qui n'avait aucune idée de ce qu'il venait de se passer. Il ne se fit pas attendre et commença la marche relativement rapide dans les locaux du quartier général. Williams commençait déjà à réfléchir sur la réaction de la gamine. Pourquoi ce comportement bizarre ? Dès qu'il sentit que la cadence de marche de celle qu'il devait protéger se calmait, il s'adapta aussitôt à cela. Pour le moment, il était dans un coin un peu isolé du bâtiment, proche de la cour où le caporal avait pu observer Narumi en train de détruire Akaza. Il ne pouvait qu'espérer qu'elle avait fini le travail. Une pensée sombre, mais qu'il ne reniait pas pour autant. L'être parfait était tout simplement un danger ambulant qu'il fallait stopper à tout prix. Néanmoins, il savait où pouvait amener ce genre d'idées, il devait concentrer son esprit sur autre chose. Le bien-être de la gamine était un bon début. Il toussa un coup avant de demander sereinement :

“Dis moi, quelque chose te tracasse, Ekko ?”

La petite fille commença alors à essayer d'expliquer du mieux qu'elle pouvait ce qu'elle percevait. Elle avait vu des corps célestes ? L'expression de Williams resta neutre pour l'instant, mais l'incompréhension était définitivement présente. Elle essaya d'expliquer ce qu'elle voulait en disant qu'elle avait souvent lu que l'espace était sombre et vide, mais que pour elle, c'était lumineux. Le phénomène semblait s'accroître avec l'âge également. Pas étonnant qu'elle ne puisse pas être à l'aise dans un tel scénario. Des ombres qui pourraient la suivre et qu'uniquement elle pouvait apercevoir et entendre rendrait n'importe qui stressé. Certains s'imagineraient fous en vivant cela ou se verraient désigner ainsi par ses interlocuteurs. Le parieur, néanmoins, en avait suffisamment vu d'elle pour être plus sage que simplement l'accuser de folie. Non. Elle avait montré des capacités surhumaines auparavant et il avait pu en voir les capacités au côté de son kidnappeur. Il n'y avait qu'une seule solution logique à ses yeux. Il s'arrêta un court instant tout en se croisant les bras, l'air pensif.

“Donc, si j'ai bien compris l'histoire, tu vois des choses qui ne me sont pas perceptibles, que ce soit à la vue ou auditivement ? Dis-moi, tes sens ne dépasseraient pas les miens ? Genre, tu ne verrais pas en infrarouge ou en ultraviolet ?”

C'était la seule solution logique, en dehors d'un possible démon, mais elle ne semblait pas lier à quelconque entité maléfique. Lúka avait beau être capable de voyager dans le temps et être un criminel particulièrement dangereux, cela ne faisait pas de lui un être démoniaque… dans le sens littéral du terme, du moins. Le fait qu'elle eut la force de lui admettre cela prouvait qu'une certaine confiance en lui était en train de se former. Un sourire bienveillant apparu sur son visage à cette idée. S'il pouvait la guider vers un autre chemin que celui de l'être masqué, ça serait une grande victoire. Le militaire n'était pas craintif ou stressé de cette découverte, mais Ekko décida de rassurer le terrien en lui disant que ces corps astraux étaient rares et inoffensifs.

“Tant qu’ils sont inoffensifs… Je te demanderais d’en parler à Narumi, si cela n’est pas inconvénient. Elle est digne de confiance, tu as ma parole.”

Tant qu'elle évitait de s'entraîner avec elle. Le regard bleuté du joueur de cartes vacilla contournement vers la porte qui menait vers la cour à ce moment-là. Cette désagréable impression revenait le hanter. Son cœur se mit à battre plus vite. C'était maintenant il y a une semaine… Il devait s'entretenir avec la louve pour lui en parler après l'interview d'Ekko. Peut-être que c'était la solution pour y remédier. Il fut sorti de sa transe par une simple question : ses habits.

“Euh… Je suis forcé de porter mon uniforme uniquement pour les interrogatoires. Là, vu que je suis ton tuteur, je n’en ai pas besoin. Je suis bien plus à l’aise ainsi, à vrai di…”

Le téléphone se mit soudainement à sonner. Oui, il était temps de rencontrer la cheffe de l’armée terrienne. Un sourire abordant la joie, mais accompagné d’un regard inspirant la crainte, fut la réaction du terrien.

“Bon, elle vient nous chercher. On est à côté de la cour. Nous allons l'attendre à l'extérieur, si ça ne te dérange pas."

Un endroit moins claustrophobe et plus aéré serait certainement plus agréable pour la fille aux pouvoirs insensés. C’était ce qu’il présumait, néanmoins. Elle était vide pour l'instant présent. Une véritable aubaine pour mettre à l'aise la prodigue.



Il pouvait voir enfin son amie la plus proche venir vers eux, les saluant d’un signe de la main et d’u… C’était à cet instant précis qu’il remarqua la personne qui l’accompagnait : Akaza. L’Être Parfait. A-8475. La pire erreur que l’espèce humaine avait pu produire était à ses côtés. Là où il était en train d’aborder un sourire sincère se transforma rapidement en un rictus de dégoût. Son regard bienveillant devint de la foudre ayant pour cible l’abomination qui se tenait en face de lui. Il ne disait rien. Son expression faciale racontait toute l’histoire.

La cheffe semblait concentrée sur Ekko, tout comme le caporal l'était concernant Akaza. Du côté du terrien, une véritable bataille se produisait entre les deux regards. Le pire n'était pas encore arrivé néanmoins. La louve décida d'introduire cette monstruosité comme… son ami ? Il tourna son regard vers la personne qu'il avait le plus foi dans l'univers… trahit.

To Dream In Black and White [PV] I9qb

“Ton ami, hein ?”

Ces paroles furent dites de manière sèches. Son visage devint de plus en plus modelé par la colère et la tristesse qui naissaient en lui. Comment une personne comme Narumi pouvait se lier d'amitié à cette infraction aux lois de la nature ? Après tout ce qu'elle a vécu, tout ce qu'elle a subi, APRÈS L'AVOIR CHARCUTÉ EN PUBLIC… elle le considérait comme un proche. En dehors de l'incompréhension la plus totale, il fit le lien avec ce qu'il s'était passé au dojo. C'était une marque d'affection ? VRAIMENT ?! Ses poings se serraient alors que dans sa poche, une lueur verte commençait à s'en sortir, discrètement.

To Dream In Black and White [PV] S4iq

“Tu t'es liée d'amitié avec lui ? Avec ce monstre ?! Après que j'ai pu te voir le charcuter, pire que ce que tu m'as fait subir durant notre dernier entrainement ? Malgré le danger colossal qu'il représente pour tout notre peuple ?! Tu devrais savoir maintenant qu'on ne peut pas sauver l'irrécupérable !”

déclara-t-il sur un ton agressif et inquisiteur. Il n'avait cependant pas encore levé sa voix suffisamment forte pour alerter les gens dans le quartier général. Malgré sa fureur, il se retenait de dire ses véritables pensées. Son désir de voir A-8475 mourir. Le désir d'exposer tous ses crimes et toute la GenTec sur-le-champ ! De crier sur sa seule amie de sa peine de l'avoir mis aux portes de la mort il y a une semaine. En un simple instant, Williams ne reconnaissait plus Narumi… Simplement l'Alpha.

Akaza
Akaza
Autres Races
Masculin Age : 23
Date d'inscription : 10/12/2020
Nombre de messages : 54
Bon ou mauvais ? : Esprit Libre

Techniques
Techniques illimitées : Combustion Minime/Maîtrise de l'oxygène/Déplacement Instantané
Techniques 3/combat : Combustion précise/Hell Burst
Techniques 1/combat : Mode : SUPREMATIE

To Dream In Black and White [PV] Empty
MessageSujet: Re: To Dream In Black and White [PV]   To Dream In Black and White [PV] ClockDim 2 Oct 2022 - 21:55
Tout à toujours été une question d’apparence.

Les pas lourds du duo iconique résonnent au cœur de la base militaire. L’Être supposément parfait n’a montré aucun signe de gêne depuis les grattements frénétiques de son cou. Alors que les soldats qui croisent la route de la louve et du roux adoptent une réponse différente pour chaque individu, Akaza n’en salue pas un seul. Un visage profondément lasse de la situation, ennuyé par de telles banalités. Cette arrogance sans nom ne va pas lui offrir que des amis, mais cette idée ne semble clairement pas le contrarier. En réalité, depuis son affrontement avec Narumi, la réputation qu’il a obtenue dégouline de toutes les conversations alentour. Sa lassitude trouve alors son origine dans la répétitivité de cette situation, du moins c’est le plus logique. En se joignant de la sorte à la louve, Akaza fait preuve d’une bonne foi sans égale vis-à-vis de ses mots ; il réalise un effort qui se veut colossal pour quelqu’un disposant de tant de difficultés avec les autres primates aux alentours.

Par ce processus, Narumi peut s’assurer qu’il était sincère lorsqu’il a exprimé sa volonté de fournir les dis efforts nécessaires à la construction d’une réelle identité sociale qui, à terme, va lui permettre d’avoir de meilleures interactions avec des personnes autres que la cheffe des armées terriennes. Alors que le duo se rapproche progressivement de la petite et du Caporal, un sourire prend progressivement place sur le visage de l’anthropophage. Un sourire dont le déchiffrage est complexe, mélangeant ce qui semble être une joie découlant d’une impatience folle, et l’effroi d’une volonté plus que malsaine. Bien que le voir s’ouvrir est rare, le roux sait que personne ici, même l’Alpha, ne connaît le réel sens de ses expressions…. pour l’instant.

Je crois que j’aime déjà les échecs, avant même d’y avoir réellement joué.

Il marmonne, parle dans sa barbe, mais ne peut contenir cette phrase qui sort comme naturellement de ses lèvres pâles. Déconcentrer sa patronne dans une telle situation semble inconcevable, ainsi il favorise une telle approche, c’est dans l’ordre des choses…. n’est-ce pas ? Bien sûr. Bien sûr que le regard du caporal va progressivement se décomposer. Il le sait depuis l’instant où il a ouvert les yeux. Pour autant, il contient son ressenti, car il ne doit rien laisser transparaître. Suivant sa cheffe, rejoignant le prodige avant de lui offrir un sourire. Il doit parler en premier, pour que les pièces du macabre puzzle s’assemblent dans une représentation poétique de la perte de confiance. L’odeur que dégage Ekko n’est qu’un petit accrochage. Son odeur offre la désagréable sensation d’être épié, elle offre le frisson d’une main autour de votre nuque. Non pas celle du prodige, mais bien de quelqu’un d’autre… de bien plus. Terrifiant.

Enchanté, je suis A-8475 et toi c’est quoi ton identification ? Laisse mo-

Brutale. Celui qui fut perturbé par une enfant l’est encore plus par ce torrent impétueux provenant du détenteur de la pierre qui s’affirme enfin en tant qu’ennemi du tatoué. Ses mots sont secs, tranchants. Mais Akaza, est lui aussi quelqu’un de sanguin, il ne va pas se laisser faire dans une situation pareille, face à quelqu’un lui grognant si fort dessus. Son poing se resserre, il se crispe progressivement. Une envie brûlante montre dans son corps telle une flamme incontrôlable….

….puis plus rien. Il se relâche totalement, offrant un regard…. Déçu. Willams peut alors le comprendre, le ressentir comme le dur coup de poignard que va être sa chute. Comme l’irrémédiable erreur menant à ses plus grandes craintes. Quand la brute, ne se montre plus violente. Que c'est par le dialogue, que l’humain répond au monstre. Le Caporal le sait alors :

Je reconnais que nous sommes partis sur de mauvaises bases, Caporal. Pour autant, je trouve ton comportement irrespectueux plus que blessant et même si je ne suis pas du genre à respecter une quelconque hiérarchie, tu devrais employer d’autres mots pour celui qui est amené à devenir un camarade de travail… collègue ça se dit, je crois ?

Il a perdu. Le serpent est désormais enroulé autour de son cou et par-delà un masque presque parfait, il peut voir Akaza rire. Un sourire aussi perturbant que malsain qui ne dispose pourtant pas de réalité concrète, physique. Mais aux yeux du caporal il ne peut que briller. Surtout lorsque le regard du pyromane dévie légèrement vers la lueur verdâtre du propriétaire de la pierre. Mais en plus de la sensation désagréable de l’échec et mat, l’esprit du soi-disant être le plus humain de tous va être pénétré par la voix de l’entité surnaturelle, tel le sifflement du serpent à son oreille.

*L’arme et son détenteur, tu vois que tu ne sais pas qui est qui finalement.*

Il étale ses cartes et c’est le Royal flush qui marque le tapis de son goût amer, pour ceux devant subir son absolue punition. Auguste n’a peut-être pas encore saisi la portée des mots d’Akaza à Narumi à l’époque, alors le concerné doit s’assurer d’enfoncer le clou jusqu’à la base afin qu’il soit contraint de prendre une décision : Commettre l’irréparable et montrer une fois de plus qu’il n’est pas si humain que cela ou se rendre compte que la constriction dont il est victime ne connaîtra désormais plus de fin.

*Narumi n’est pas la seule personne qui compte pour toi. Mon affrontement avec elle m’a démontré que je pouvais tenir ma promesse si jamais les informations que tu détiens viennent à fuiter : tout réduire en cendres te prendra tout, quant à moi….*

Cela ne me prendra que du temps.

Donc je suis disposé à te pardonner ton offense si tu me présentes des excuses, Auguste. T’as vu, je me débrouille bien Narumi haha ?

Cette pointe d’humour n’est présente que pour duper.

La main du pâle effleure volontairement celle de la louve. Il cherche son approbation ? Sûrement. Les émotions, les sentiments fluctuent. Tous, sauf un. Celui qui brûle les cœurs. Peut-être que désormais, celui qui ne cesse de s’adapter peut faire usage de tout ce qu’il a pu assimiler en si peu de temps.

*Ne loupe pas la gâchette ce coup-ci hein…?*

Sa langue effleure ses lèvres.
PNJ - Franck
PNJ
Masculin Age : 27
Date d'inscription : 20/12/2020
Nombre de messages : 88

To Dream In Black and White [PV] Empty
MessageSujet: Re: To Dream In Black and White [PV]   To Dream In Black and White [PV] ClockLun 31 Oct 2022 - 23:00

Les rayons stellaires demeurent sans pitié, pour qui se noie dans l'étendue d'un cimetière minéral à perte de vue. La Mer Écarlate... Aucune chance d'y survivre bien longtemps, pour la plupart des créatures étrangères aux conditions extrêmes qui y règnent. Là un endroit remontant aux prémisses de l'humanité elle-même, un désert de sable en orbite proche autour d'une Naine Rouge. Un tel lieu a déjà disparu depuis bien longtemps, avec son étoile mourante. Il ne subsiste qu'à la frontière de l'existence, à la manière d'un mirage ne vivant qu'à travers son observateur.

Cet observateur bravait encore aujourd'hui le climat aride et radioactif fidèle à ses souvenirs. Nul besoin de le plaindre, il était adapté. Et puis, cet endroit n'étant au fond qu'un doux songe, rien de ce qui s'y passait désormais n'avait réellement d'importance. Alors, cet homme au faciès sans crainte, presque insipide, pouvait se permettre de laisser vaquer au silence contemplatif les restes primaires de son esprit. Là un silence bercé par l'éternel bruit de ses pas foulant les dunes de ce qui fut autrefois sa maison, ses terres, sa planète... son monde.

Il avait survécu à la faim, à la soif, à la chaleur, au froid. Mais aussi aux tempêtes stellaires, le manque d'oxygène, la déstabilisation moléculaire, les vers géants, les scorpions trompeurs... et tant d'autres dangers. Quoi de plus normal, que la naissance d’un danger, au beau milieu du danger ?... Il était le premier. Le premier représentant d'un fléau qui ne cesserait de s'adapter, d'évoluer, à travers les âges et les incarnations.

Netjer, était son nom… Un jour, Netjer fit la rencontre de visiteurs extraterrestres. Ils étaient pacifiques, sages, comme toutes les créatures conscientes au monde à cette époque. Netjer apprit leur langue en 1 journée. Et comprit le fonctionnement de leur technologie en 1 nuit. Après quoi, il tua ces intrus, de sang froid... avant d'entreprendre un voyage hors des confins de son territoire... Quelques années plus tard, il devint le Roi Écarlate : la tumeur du Monde Matériel, par qui l'hémoglobine de ses obstacles coulait à flots. Il s’imposait par la domination d'autrui. Était-ce bizarre ? Oui, ça l'était. À cette époque, ça l'était…

Mais dominer le monde n’était pas suffisant. L'appétit de Netjer n’avait pas encore trouvé satiété. En lui résidait ce besoin obsessionnel de toujours devoir s’élever un peu plus, sans qu’il ne comprenne précisément pourquoi. Tel un prédateur nouveau dans la nature, peut-être cherchait-il juste sa place légitime, sa propre limite. Ou peut-être ne cherchait-il qu’un équivalent, à même de briser la solitude de sa nature incomprise. Et si… la réponse se trouvait juste un peu plus haut ?...

Alors, un jour, il atteignit les dieux. Et chacun d’eux mourut par ses crocs... Il avait tant grandi... et eux, paraissaient à présent si petits.

Alors enfin, il atteignit les Éternels. Et tant bien que mal, il mourut par leur main... juste après avoir avalé l'un d'eux, pour l'éternité.

En ce jour maudit, les Éternels comprirent le concept d'un mot qui leur fut nébuleux jusqu'alors... le mot : danger.

Et ce simple mot, fut directement relié à cet homme : ce loup pour l'Homme, provenant du désert de Fenrir... Netjer, le premier aboutissement de l'Évolution.


Spoiler:

----------------------------------

Des sens plus évolués ?... Aah, peut-être bien. Au fond, les mères de cette petite créature émergente n'avaient jamais manqué d'éloges, sur sa capacité à repousser certaines limites du vivant. Alors, quitte à parler du cerveau, pourquoi pas les sens ? C'était vrai, Ekko pouvait voir loin, percevoir d'infimes vibrations, mais de quelle manière fallait-il le comprendre ? Et à quel point était-ce quantifiable, lorsqu'on le vivait au quotidien, sans pouvoir se mettre dans la peau des autres ? Quelle perception demeurait commune et laquelle pouvait-elle entrer dans le domaine de l'étrange ?

" Euh, je dirais que les livres et mon entourage ne décrivent pas le monde avec autant de couleurs, de nuances de teintes et de détails que je pourrais le faire. Je pense que tu as l’idée, mais je ne sais pas vraiment dire jusqu'où ça va. Je sais juste que je ne vois plus souvent le vide ni le noir. Et encore moins depuis ce matin. Ca explique peut-être… "

Pauvre enfant... Que l'avenir ne te fasse jamais croiser la route d'un chercheur peu scrupuleux. Qui sait quelle merveille il s'empresserait de vouloir décortiquer à travers ta chair ? Par chance, cette petite avait toujours été protégée d'une recherche si malsaine à son encontre. Alors, était-ce bien malin d'ébruiter tout ça ? Williams, ça allait. Mais Narumi, ça irait aussi ? Et ses supérieurs ? Après tout, c'est bien en ayant eu connaissance de certaines des capacités étonnantes de cette race exotique, que l'armée terrienne avait accepté de prendre cet enfant sous son aile... Était-ce réellement par pure bonté ? Qui avait adhéré à cette décision ? Et qui s'y tiendrait ?

" Mhh... Je te fais confiance. Même si je compte aussi tenter de la connaître un peu mieux, avant de trop lui parler de moi. " répondit l'être au regard de saphir, d'une formulation ne se voulant pas trop blessante.

Et oui. Sans vouloir vexer le militaire, il se pouvait après tout qu'un point de vue - même aussi sincère et investi qu'il soit - puisse se tromper. Aussi bien, la personne à laquelle vous confieriez une information pouvait sembler pleine de bonnes intentions, que ça ne servait à rien si sa négligence lui faisait commettre une fâcheuse gaffe. Peut-être même était-ce déjà trop tard. Le coeur de l'homme à la brune chevelure avait d'ailleurs commencé à battre plus intensément... Peut-être aurait-ce été préférable qu'il vérifie ses craintes, avant de faire des promesses auxquelles il ne semblait plus croire qu'à moitié.

Après avoir donné des précisions concernant son uniforme, le Caporal laissa son rassurant sourire se faire interrompre un bref instant par une sonnerie dont il n'eut pas de mal à en déterminer la raison… avant d’exposer de plus belle sa joie, à travers ses lèvres seules.


" Bon, elle vient nous chercher. On est à côté de la cour. Nous allons l'attendre à l'extérieur, si ça ne te dérange pas. "

... Certaines personnes avaient pour habitude de fixer une partie du visage plus que d'autres. Pour Ekko, cela avait toujours été les yeux. Même lorsqu'elle ne sondait pas la psyché de quelqu'un. Ainsi, elle se montra quelque peu silencieuse et se contenta d'hocher évasivement la tête en détournant le regard, avant de suivre son tuteur vers l'extérieur. En l'instant, il n'y avait rien à faire d'autre, de toute façon. Rencontrer Narumi était prévu depuis le départ et... la fillette était d'autant plus curieuse à son propos, à présent.

Comme ça tombait bien. La voici justement. Elle et... Oh ? Qu'était-ce ?...

La jeune fille à la simple robe blanche avait à peine eu le temps de mettre un pied dehors, que déjà Narumi leur faisait signe, amicalement. Bien sûr, il fallait répondre adéquatement à ce mouvement de main et c'est ce qu'Ekko fit en l'imitant, quoique de façon un peu plus réservée et moins expressive.


" Enchantée, Ekko. Je suis Narumi Karuzaki, fille d’Oméga. " dit la franche femme, en proposant la poignée de main.

La créature à la chevelure de neige resta un instant passive, un peu surprise, tout en observant l’avènement de ce geste si spontané au-devant. Puis elle releva son regard innocent, contemplant un court instant celui de la femme à la balafre. Après quoi, la prodige eut tout de même le respect de permettre le contact entre ses doigts bien frêles et ceux - plus forgés - de son interlocutrice à venir.


" Ah, d'accord. Enchantée aussi. Moi je suis la fille de maman Nemor et maman Mercury. "

Ce n'était peut-être pas exactement ainsi que la coutume aurait voulu qu'elle se présente, mais bon. On faisait comme on pouvait. Et puis, Ekko avait été un peu perturbée par la présence de cette personne se tenant aux côtés de la louve. Ce n'était pas encore le moment d'observer de plus près, même si quelque chose commençait à provoquer un sentiment de malaise, chez la petite. C'est bizarre, non ? Il n'y avait pas de raison, pourtant. Pas vrai ? Alors quoi ? Était-ce un bête pressentiment, ou quelque chose de plus perceptible et en même temps de peu explicable ?

Narumi enchaîna directement en répétant plus ou moins les paroles du Maréchal. On faisait encore l'éloge de ses capacités, en plus de ça. L'enfant aux pieds nus eut un début d'impulsion pour rétorquer quelque chose, mais au final rien ne sortit de ses lèvres. Alors ces dernières ne tardèrent pas à se refermer, en un soupir pratiquement indiscernable.

Pourquoi disaient-ils tous ça ?... Et puis, ça les fascinait, de se rabaisser ? Elle n'était pas si exceptionnelle, en l'état. Peut-être un jour (peut-être à nouveau), mais comment auraient-ils pu pleinement le comprendre ? Peut-être par projection ? C'était le fait qu'elle puisse manipuler des briques de matière à un si jeune âge ? Ou ses capacités actuelles avaient déjà de quoi étonner le monde ? Ou alors c'était son aura, qui la trahissait sur son potentiel ? D'une façon ou d'une autre ? Non. Ce dernier point n'était pas possible. Enfin, ça n'était pas possible pour eux. Ou disons plutôt... qu'il y avait des fenêtres. De rares instants où cette aura imperceptible devenait en partie perceptible, à la manière d'une lumière traversant les quelques trous d'une tenture opaque alors en proie au vent...

... comme des étincelles isolées, fines, une portion de flammèche perdant sa cachette et révélant ainsi sa curieuse teinte écarlate... une aura profonde. Suffisamment profonde que pour nous offrir le même frisson qu'un Trou Noir sur le point de nous engloutir... C'est du moins ce qu'une personne en mesure de distinguer les limites d'un potentiel aurait remarqué ! Mais pour une perception commune des auras, bien sûr, il n'y avait là que de jolies arabesques lumineuses, apparaissant ponctuellement et rarement à la manière d'une timide Perséide traversant brièvement l'espace. Rien de si inquiétant, quoiqu'intriguant.


" Euh, oui, je comprends. " répondit Ekko, lorsque la loup-garou lui fit part des conséquences d'une... fuite ?

Non, c'était probablement davantage dans le sens que les instances Terriennes ne pouvaient pas la suivre en excursion spatiale, si un jour l'envie lui prenait. Ce qui paraissait assez évident en soi. Les plus puissants éléments devraient logiquement rester sur Terre, pour défendre la planète. Il n'était pas question de les réquisitionner pour servir de garde du corps à une gamine voulant partir en expédition sur Galvana, afin de cueillir des fleurs de froissiers, par exemple. Puis de toute façon, la Terre était déjà plus grande que le laboratoire de Queen Nemor. Malgré tout, cet avertissement gardait le petit arrière-goût amère d’une limitation, d'une pression... presque d'un chantage. Ou alors n'était-ce là que la réminiscence des méthodes de Lúka, se frayant un chemin dans le subconscient en un murmure ? Qui sait.

Et enfin, Narumi décida de présenter son cher ami. Il s'appelait Akaza et serait spécial, lui aussi. En effet. La petite demoiselle aux yeux bleus le remarqua clairement. En observant cette silhouette en détail, il semblait évident pour la fillette que cet individu n'avait plus grand chose à voir avec un Terrien lambda. Quelque part, ça le rendait fascinant. C'était hypnotisant, de décortiquer le sens de ce qu'elle avait sous les yeux. C'était nouveau, tout simplement. Et toute découverte attirait inexorablement le besoin de compréhension de la génie. Du moins, jusqu'à ce que ce savoir finisse par prendre la poussière, à révéler les limites de son éclat, comme les autres... et qu'il faille chercher plus loin, s'élever, pour retrouver la saveur de cette drogue douce lui imposant de découvrir toujours plus grand... toujours plus exotique... toujours plus, semblable ?


" J'en ai p- " put-elle à peine commencer à lui répondre, encore en pleine analyse des composantes corporelles.

Oulah. Oulah, oulah ! Williams ?... Clignant des yeux, Ekko réalisa - avec bien du retard - l'animosité du Caporal envers les nouveaux protagonistes. Il était... méconnaissable. Et par réflexe, la jeune fille eut un pas de recul. C'était un peu surprenant, telle l'éruption de colère d'un ami habituellement si calme. D'après lui, Akaza serait un monstre, un danger, irrécupérable ?... Par rapport à quoi ? Son potentiel ?... Et Narumi l'aurait charcuté ? Hein ? Et... lui aussi ?

Reprenons les choses dans l'ordre.

À la lumière des éléments, la précédente crainte dans les yeux de Williams se raccordait aux entraînements avec Narumi. Une expérience traumatique vue et endurée. Mais Narumi semblait sincère, dans son doux rapport émotionnel. Armstrong disait qu'elle avait un problème avec les entraînements. Elle peut se transformer en louve. Elle dévorait Akaza dans cette forme. Ca s'est passé hier, dans la cour. Est-ce que... Narumi avait le même problème qu'elle ? Peut-être que dans cette forme, la militaire ne se contrôlait pas autant qu'il le faudrait ? Une forme bestiale est souvent plus… bestiale, par définition. C'est dangereux. Akaza aussi est dangereux pour les autres. En fait... Ekko avait-elle seulement le droit d'intervenir, alors qu'elle ne pouvait même pas balayer devant sa porte ? Cette attaque envers Narumi et Akaza... était en quelque sorte aussi une attaque envers elle. C'est juste que Williams ne s'en rendait pas encore compte.

À moins que...

Akaza... Ne venait-il pas de s'adoucir, à l'instant ?... Hélas, la fillette aux cheveux blancs avait du mal à le confirmer. La faute à une concentration trop dirigée vers le porteur de la gemme verte ayant gagné en luminosité. A-8475 faisait preuve d'un self-control admirable. C'est pas un peu étrange ? Quoi donc ? Ca devait exister, des personnes comme ça, non ? Au fond, qu'est-ce que tu en savais, Ekko ?... Hein ? Tu en savais quoi, au juste ? Les relations sociales, sociétaires... tu ne connaissais pas, ça, toi. Pas assez que pour te créer un avis un minimum fiable. L'intuition se base souvent sur le vécu, sur l'observé. C'est un murmure vague ayant pour but de faire réagir dans les temps. Alors, était-ce vraiment pertinent de se fier à une intuition, sur base d'une expérience aussi chétive ? Peut-être était-ce aussi bien Williams, qui comprenait tout de travers ou faisait preuve d’un manque de tolérance par peur. Comment s'en assurer ?... Oh.

En lisant les pensées d'Akaza.

Oui. Voilà comment faire. S'il jouait un sale tour visant à faire imploser le Caporal sur place, alors, quelque part dans sa psyché... Ekko le verrait. C'était facile. Simple comme bonjour. Elle n'avait qu'à se connecter à lui. Il ne le verrait même pas. Il ne le sentirait même pas. Il ne le percevrait tout simplement pas. Jusqu'ici, seule Queen Nemor l'avait remarqué. Et c'était uniquement car elle ét-


* Té-télépathe ?... *

Mince... Ah c'est bête ça, hein. Elle ne pouvait pas forcer l'accès, si la cible était un minimum développée dans ce domaine. Et devinez quoi ?... Et oui. Cette créature au-devant pouvait transmettre des messages cérébraux. Par conséquent, il était davantage apte à percevoir une connexion. Et maintenant ?... Ah et bien, maintenant, il fallait espérer qu'il n'ait pas remarqué cette tentative ratée. Parce que ça ne serait sans doute pas compliqué pour Akaza de retracer le responsable. Non pas directement, certes. Mais par simple déduction, par élimination. Rah, si seulement cette petite avait eu le temps de finir son analyse. Hélas, le mal était fait. C'était trop tard.

" Donc je suis disposé à te pardonner ton offense si tu me présentes des excuses, Auguste. T’as vu, je me débrouille bien Narumi haha ? "

* Non... *

Il effleura alors la main de Narumi...

* Il va... *

Ekko le sentait. Elle n'avait pas assez de compétences dans le domaine social, mais elle sentait ce bouillonnement ambiant, lancinant... La théière sifflait. Le tout restait de savoir si elle exploserait. Comment apaiser les tensions, sans risquer de faire pire que mieux ?... Le faciès de la petite prodige gagnait en anxiété, alors que son regard bifurquait entre les 2 ennemis. Que diraient ses proches, dans une telle situation ?...

Spoiler:

Raaah, elle n'avait pas le temps pour inventer des phrases de proches comme ça, à la volée ! De toute façon, ça n'avait pas de sens, aucun de ses proches n'était raisonnable sur le plan social. Quelle plaie. Alors peut-être…

" Euh... " osa-t-elle à peine s'interposer physiquement, dans un manque de conviction plutôt palpable.

Allez.


" Williams ? Eh, Williams, je sais que tu ne l'aime pas... mais, tu pourrais expliquer la raison, en essayant, le plus possible, de rester encore calme ? Peut-être que le problème ou le quiproquo se règlerait plus facilement comme ça... Est-ce que... tu penses des choses à propos de lui qu'on ne devine pas ? Ou qu'on interprète juste pas pareil ? Ce n'est pas, seulement une question, de pouvoir peut-être devenir un danger... hein ? " tenta ainsi la gamine de capter l'attention de son tuteur, tout en espérant lui faire plutôt vider son sac oralement, afin de préserver un semblant de pacifisme.

La bille était lancée... et rien ne va plus.
Narumi Karuzaki
Narumi Karuzaki
Démon
Féminin Age : 33
Date d'inscription : 18/07/2012
Nombre de messages : 341
Bon ou mauvais ? : Neutre
Zénies : 1240

Techniques
Techniques illimitées : Transposition | Griffes et crocs acérés | Pluie d'énergie
Techniques 3/combat : Rayon Lunaire | Armure naturelle
Techniques 1/combat : Forme Alpha

To Dream In Black and White [PV] Empty
MessageSujet: Re: To Dream In Black and White [PV]   To Dream In Black and White [PV] ClockLun 14 Nov 2022 - 19:59
Son comportement à la fois altier et respectable – ce dont elle attendait, avec moins de sévérité qu’envers elle-même toutefois de ses compatriotes - se fit anéantir par l’inattendue réaction de son Caporal.

Son expression faciale n’exprimait là qu’une profonde répugnance à l’égard de l’androïde. Certes, le caractère d’Akaza étant indéchiffrable, il pouvait largement susciter la frustration et l’effroi – mais tout de même ! Dans le cas présent, on parlait de la haine la plus noire que Narumi avait pu observer chez Williams. C’était inexplicable.

« … Auguste ? » Interroge-t-elle d’une voix étranglée qui ne lui ressemble pas. Cette dernière décroisa les bras, lentement, dans la plus totale des incompréhensions à son tour.

Au-delà de ce contrecoup fortuit, ce comportement ne lui plaisait guère. Non pas que le terrien n’eusse pas eut le droit de s’exprimer, mais il aurait dû savoir qu’il y a des manières et des lieux appropriés à cela. Aussi cela offusquait particulièrement la Cheffe qu’il étale des griefs personnels avec tant de véhémence en ce lieu - dans la cour militaire - « aux yeux de tous » plutôt que de lui demander d’en discuter en tête à tête. C’est une base, à ses yeux tout du moins, que de savoir se contenir, notamment pour quelqu’un de gradé - à son effigie.

Heureusement, Akaza brisa le silence en répondant avec des paroles inespérées. La tension qui s’était créée présentement laissait supposer qu’ils allaient se sauter à la gorge, et la militaire se préparait – les dents et les poings serrés – à les séparer par la manière forte. Cependant, toute l’aura meurtrière qui s’était accumulée dans l’être à demi-mécanique retomba et il privilégia le dialogue de manière calme. Ce qui détendit autant que faire se peut la louve.

Sans avoir idée qu’un dialogue sous-jacent de langage non-verbal et mental se jouait entre les deux hommes, cette dernière fut comme tirée de sa torpeur par les dernières paroles audibles d’Akaza – et le contact délicat de sa main contre la sienne qui le précéda.

« …Oui. » Sortit-elle comme un automatisme, encore sous le choc de se retrouver dans une pareille situation. Elle se racla la gorge comme pour reprendre contenance, se massant le front de son index et son majeur. « Ce début de conversation aurait dû se faire dans un lieu intime, et pas devant notre invitée par ailleurs. » Narumi pris un air grave et lança un regard à Ekko. « Mes sincères excuses que tu sois confrontée à un souci interne. Tu peux retourner dans le bureau du Maréchal Armstrong le temps que nous réglions cela si tu le souhaite. Sinon, ta présence est tolérable, étant donné que tes capacités sont proches de l’omniscience – j’en déduis que de toute façon tu auras vent de cette affaire, physiquement présente ou pas. »

La louve tapota sur sa montre connectée. Aussitôt des robots programmés pour le terrain débarquèrent et matérialisèrent une sorte de « de refuge » tout autours des quatre personnes. Des murs transparents insonorisés (tout du moins pour ceux à l’extérieur, mais ceux à l’intérieur pouvaient toujours entendre ce qui se tramait par-delà ce « cocon ») les entouraient à présent. Ceux-ci servaient habituellement de couverture aux espions en nature ou en ville, terré dans des endroits sinueux dans l’attente d’espionner des personnes ou un moment précis.

Le prodige haut comme trois pommes osa intervenir. Cet élan de bravoure ne lui coûtait pas grand-chose si l’on se fiait à ses capacités démesurément divines, mais c’était aussi une question de dignité. Aussi, la militaire apprécia la tentative d’une si jeune âme de vouloir calmer le jeu.

« De sages paroles. J’espère que tu sauras les entendre, mon ami. » Commentait la guerrière, compatissante.

Celle-ci avança une main assurée vers son ami de longue date et la posa sur son épaule pour capter son attention, plongeant ses yeux luisants dans les siens.

« Si tu as compris qu’Akaza a un potentiel de destructions démentiel, tu comprends donc que nous ne pouvons pas nous en faire un ennemi. Nous avons donc tout intérêt à le garder à nos côtés. » Son ton calme ne présageait rien de bon. Narumi contenait son sang chaud uniquement parce qu’il s’agissait de Williams, autrement elle serait déjà sortie de ses gonds. « Tu es Caporal Auguste, aussi tu dois te comporter comme tel. Ta réaction est inappropriée, pense à nos collègues. Si tu as des griefs personnels contre quelqu’un, tu ne dois pas les étaler en public. Je compte sur toi pour ne pas renouveler cette conduite. »

La jeune femme exerça une petite pression doucereuse sur son coéquipier comme pour le rassurer : ce n’était pas une faute grave et ça pouvait s’améliorer. Elle retira ensuite sa main de l’épaule du Caporal et tourna la tête vers l’androïde.

« Tu t’es bien comporté dans cette situation Akaza, et je t’en remercie. » Répondit-elle enfin à son nouvel ami. « Bien, à présent je t’écoute, Auguste. Ekko a vu juste, il faut que tu nous explique le « pourquoi » de ta réaction. Tu es un ami très proche, et même si je ne cautionne pas ta manière de présenter les choses, je comprends que si tu réagis de la sorte c’est que tu sais quelque chose de particulier que j’ignore à propos de notre nouvel arrivant. » Celle-ci leva l’index en l’air pour attirer leur attention sur une chose précise. « Akaza pourrait peut-être nous éclairer par lui-même toutefois – étant donné qu’il souhaite garder la confidentialité sur certains détails de sa vie, cela lui permettra de dire seulement ce qui est important pour comprendre la situation. »

Si la foudre se lisait dans les yeux d’Auguste, une tempête prête à prendre une ampleur gargantuesque suait depuis le corps entier de Narumi, révélant une aura d’une grande agressivité contenue pour le moment. Une énergie violette l’entourait, trahissant son énervement, malgré le mur de glace en lequel elle s’était muée pour dénouer la situation.  

La demande de la guerrière sur le fait de ne pas révéler ce que le « cyborg » ne désirerait pas doit paraître saugrenue, aussi ajoute-t-elle :

« Si je veux qu’Akaza ait confiance en moi, je dois lui montrer que j’ai confiance en lui, Auguste. »

Narumi recroise les bras. Son aura n’augmente pas en intensité mais ne baisse pas non plus. Elle est sur le qui-vive et redoute à tout instant une attaque de l’un ou l’autre. C’est donc sur ses gardes et sans cacher son KI qu’elle garde un œil ferme sur ses partenaires.

Cette dernière lança un regard à la petite fille. Si Ekko s’y plongeait, elle découvrirait le gargantuesque Loup Ancestral, déité contenue en Narumi depuis la nuit des temps afin de l’empêcher de sévir sur la Terre – car dans son sillage naissait « La Chasse Sauvage », celle qui extermine tous les ennemis de la nature – et les dieux savent qu’à peu près tous les terriens le sont en définitive. C’était comme Tapin et son petit frère qui, en leur sein, avaient chacun une partie de l’horrible Hildegarn.

Et le Loup Ancestral attendait, au creux de l’esprit de Narumi, les babines retroussées en un rictus sauvage et hostile, de bondir toutes griffes dehors.
Williams Auguste
Williams Auguste
Terrien
Masculin Age : 28
Date d'inscription : 20/02/2018
Nombre de messages : 290
Bon ou mauvais ? : Il se dit bon
Zénies : 694

Techniques
Techniques illimitées : Across The Universe / Star Dust / Don't Bring Me Down ! / Space Oddity / Absolute Begineers
Techniques 3/combat : We Could Be Heroes / Never Let Me Down
Techniques 1/combat : The Loneliest Guy

To Dream In Black and White [PV] Empty
MessageSujet: Re: To Dream In Black and White [PV]   To Dream In Black and White [PV] ClockMer 16 Nov 2022 - 11:10

Des questions : il ne pouvait pas en avoir autant dans sa vie qu'à présent. Comment l'Alpha pouvait laisser cette monstruosité marchait à ses côtés alors que c’était l’être le plus infect qui lui avait eu le malheur de rencontrer ? Comment pouvait elle paraître aussi copain-copain avec une créature qui l’a menacé de brûler tout ce qu’elle aimait dès leur première putain de conversation ?! Narumi, elle ne pouvait pas être aussi naïve, pas après SK ! Et pourtant… Le constat était là, devant ses yeux. Alors que le monstre à moitié cybernétique pouvait passer pour une personne passable à la parole, à demander un minimum de respect entre collègues de travail, le caporal pouvait l’entendre dans son esprit le provoquer davantage. Déjà, le simple fait de devoir travailler en équipe avec une insulte à tout ce qu’il représentait le dégoûtait, mais les menaces qu’il lui faisait étaient… la détente qui lui fallait pour passer de l’autre côté.

A-8475 lui disait qu’il allait détruire tout ce qu’il pouvait estimer d’être cher pour lui. Une question de quelques  secondes pour celui qui souffrait, une question de quelques jours pour celui qui savourait cet instant comme un magnifique et juteux morceau de viande dans lequel il plantait ses gros crocs à l’intérieur. Le pyromane avait bel et bien compris la détresse psychique du parieur. Ce dernier n’avait besoin que d'une simple poussée avant de craquer dans son état. Que d’une… simple… poussée…

*Je te promets que si tu essaies quoique ce soit envers mes proches, je m’assurerais qu’il ne reste de toi que des ossements ! PEU… IMPORTE… LE PRIX !*

Les demandes d’excuses alors que sa langue se baladait discrètement autour de ses lèvres qui avaient consumés tant tel un serpent était anodin, mais pour l’homme qui avait déjà trop subi, c’était la goutte de sang qui faisait déborder un vase rempli de frustration et d’incertitude. Il était prêt à dégainer son arme alors qu’une aura verte commençait à l’entourer entièrement pour flinguer cette erreur à la nature ! Il semblerait que l’émeraude comptait l’accompagner dans ce geste qui allait lui coûter tant, mais avant que sa main puisse atteindre l’intérieur de sa veste d'aviateur…

« …Oui. »

Ceci fut l’obstacle qui empêcha Williams de déclencher sa chute. D’un regard confus et surtout blessé qu’elle soit de mèche avec le cannibale, Monsieur Auguste s’arrêta nette dans son geste. Narumi le réprimanda que cette conversation aurait dû se passer derrière des portes closes et pas à la vue de tous, surtout pas d’Enko. Le caporal baissa la tête, serrant des dents de plus en plus pour maintenir un semblant de contrôle sur lui-même. Il faisait tout pour éviter le regard de l’autre pyromane. Il savait pertinemment que cela ne ferait que mettre les deux aux poudres pour de bon. Il réalisait ce qui se passait. Il n’était pas loin de commettre la même erreur que Bill avait commis avec Alicia. Mais à une chose près : Alicia était innocente. Le putain d’Être Parfait était pire que la personnification de l’avarice en personne aux yeux du terrien ! Tellement d’atrocités…

La femme aux cheveux pourpres s’excusa du comportement du caporal à la petite fille avant de lui proposait de rester ou de partir. Cette dernière vint et demanda le raisonnement du simple mortel. Dans l’esprit de ce dernier jouait en écho les menaces qu’Akaza avait fait à lui et à Narumi. Son regard était perdu, seulement ses poings se serrèrent davantage pour se contenir. Qu'était ce qu’il était censé dire en ce moment même ? Surtout avec l’Alpha qui approuvait ses propos alors qu’elle savait pourquoi il ne pouvait rien dire !

C’était à ce moment-là précis que la louve sembla oublier le pouvoir de son détecteur de mensonges préféré : sa capacité de voir le passé de quiconque au contact physique… qu’il le veuille ou non. Sa main sur son épaule se voulait certainement rassurante. Ce fut l’opposé… il put voir tout le temps passer entre les deux sadiques de manière précise : le duel dont elle avait pris bien trop de plaisir à se faire déchiqueter, l’utilisation de A-8475 pour dévorer vivant des hommes et de ses propos qu’elle n’avait rien à faire du cannibalisme. Ses yeux étaient plantés dans ceux de la louve. Il entendait, il comprenait, il assimilait ce qu’elle disait. Mais au fond de lui, tout ce qu’il avait traversé et tout ce qu’il avait enduré… devenait trop.

Dès que Narumi lâcha l’épaule du caporal, ce dernier se retourna violemment tout en se pinçant ses yeux de manière de plus en plus violente. Il ne pouvait pas supporter cela… il ne pouvait tout simplement pas. Il resta silencieux pendant un bon moment, tremblant. Il entendait vaguement tout ce qui se disait, mais c’était du bruit blanc à présent. Jusqu'à ce que la louve dise qu’elle voulait la confiance de ce…

“ASSEZ !”

Heureusement pour le cheffe des armées qu’elle avait rendu la scène impossible à être entendu en dehors de ce cocon, sinon, toute la planète aurait entendu ce cri de frustration.

“Tu sais très bien pourquoi je ne peux rien te dire. Il te l’a dit lui-même durant votre première rencontre, n’est-ce pas !? Je sais que ta mémoire n’est pas aussi courte ! ”

Là où une aura violette menaçante commençait à englober la louve, celle de Williams ne faisait que gagner en ampleur alors que la frustration du simple caporal commença à monter en pique. Il en oublia quasiment la présence d’Ekko au milieu de cette scène tellement sa colère avait pris le dessus.

“Mais parlons de ce que je peux te parler ! Et aucune excuse de “Gardons cette bombe qui demande qu’à exploser quand elle le voudra à côté de nous” ne me fera taire.”

Il se retourna vers Narumi, et uniquement elle, plongeant son regard inquisiteur dans la personne dont il faisait le plus confiance jusqu’à ce jour.

“Commençons par la plus évidente de toute : C’EST UN PUTAIN DE CANNIBALE. Et tu en fais quoi, cheffe de l’armée terrienne, représentante de nos principes et de nos morales ? TU T’EN SERS POUR DONNER LA PIRE MORT POSSIBLE À NOS CITOYENS EN LUI DONNANT SUR UN PLATEAU D’ARGENT ! Certes, c’était des sacs à merde ! Mais cela n'excuse pas de faire pire qu’eux comme punition ! Je t’ai excusé pour toi car c’était littéralement ta seule chance pour survivre ? Mais pour lui ? C’est son kif ! Et tu sais ce qu’on fait aux gens qui aiment manger d’autres terriens comme toi et moi ? Dois-je te rappeler ton travail et nos lois ?!”

Il envoya sa main en l’air avant de se retourner et passa sa main entière sur son visage pour la faire redescendre jusqu’au cou avant de lâcher un long et douloureux souffle. Il ne prenait aucun plaisir à faire cela, mais la machine était lancée et il y avait peu de moyen de l’arrêter à présent. Le ton de la voix se calma et des larmes commencèrent à perler au niveau de ses yeux.

“Je suis certain que tu es prête à me condamner pour mon manque de contrôle, mais peux-tu vraiment parler de cela alors que tu as failli me buter durant notre dernier entrainement ? J’ai très bien compris ce que tu recherchais, d’être au bord des portes de la mort… mais ce n’est pas une raison de vouloir s'associer à une créature aussi vile que celle-ci…”

Il ravala sa salive avant de passer sa manche aux niveaux de ses orbites pour éponger les larmes naissantes qui y étaient présentes. Sur le ton le plus solennel possible, il déclara tout en retournant son regard vers son amie :

“Tu désires tant qu’Akaza ait confiance en toi ? Saches que tu perdras la mienne au passage. Sauf si tu lui force à se conformer à nos lois et d’arrêter son cannibalisme…”

Ce fut à cet instant qu’il se rappela des séances avec Armstrong où ils discutaient de l'indépendance de l’Alpha au combat et des derniers mots que cette dernière lui avait dit au dojo avant qu’elle disparaisse pour faire disparaître quelques pourritures.

“Tu te souviens de ce que tu m’as dit il y a une semaine ? Maintenant, je suis prêt.. Si tu refuses l’offre que je viens de te faire, je vais t’en faire une autre : réglons cela dans un combat. Si je gagne, tu forces Akaza à s’adapter à notre société. Si je perds, je deviendrais le petit caporal que tu désires tant… Je ne te critiquerai plus sur tes décisions et j’accepterais tout ce que tu fais sans rien dire. Ce soir était censé être notre entraînement hebdomadaire… Je te propose qu’on le remplace par ce duel, à l’endroit de ton choix.”

Il avait une boule dans la gorge, mais il savait que c’était la seule solution, mais il devait la forcer sur elle.

“Soit l’une de ses deux options… ou soit ce seront tes secrets que je dévoilerai au monde…”

Aussitôt ses quelques mots dits, un bouclier vert engloba le caporal pour le protéger de la possible attaque de Narumi face à une telle tentative de chantage. Elle n’avait plus de choix hormis le combattre ou adapter le pyromane à l’ordinaire du peuple civilisé. Mais en vérité, à la fin de la journée, le cannibale n’était pas la perdant de cette interaction… Uniquement les deux gradés l’étaient.
Akaza
Akaza
Autres Races
Masculin Age : 23
Date d'inscription : 10/12/2020
Nombre de messages : 54
Bon ou mauvais ? : Esprit Libre

Techniques
Techniques illimitées : Combustion Minime/Maîtrise de l'oxygène/Déplacement Instantané
Techniques 3/combat : Combustion précise/Hell Burst
Techniques 1/combat : Mode : SUPREMATIE

To Dream In Black and White [PV] Empty
MessageSujet: Re: To Dream In Black and White [PV]   To Dream In Black and White [PV] ClockLun 9 Jan 2023 - 21:08
L’Homme est une source de connaissances inépuisable pour le roux. Dans une situation comme celle-ci, il ne peut que se nourrir des diverses émotions l’entourant, l’air virevoltant autour de ce groupe lui offrant une raison supplémentaire d'apprécier ce banquet en son honneur. Dans cette cage de fortune offerte par la technologie terrienne, le tatoué ressent quelque chose de nouveau qu’il a du mal à contenir physiquement. Ses poumons se gonflent, sa gorge se coince ; il souhaite par-dessus tout, rire de la situation. Son premier rire sincère, honnête. L’esprit du caporal sera alors involontairement envahit par cette irritante envie du roux, s’imposant de plus en plus dans cet esprit déjà particulièrement embrumé. Mais tout cela ne va pas durer, une petite fille mettant un pied dans le jardin du roux. Sa présence en ces lieux n’est absolument pas tolérée si bien que pendant un instant, le regard du monstre pâle va se concentrer exclusivement sur sa personne laissant transparaître une puissante et incontrôlable envie.. de nuire.

Son nom est déjà trop présent dans la conversation pour qu’il lui accorde plus qu’un regard malintentionné ; il est question ici et maintenant, de son futur au sein de la société humaine, une fois de plus. Auguste s’en rend sans doute compte, mais il a déjà perdu. En proposant, de la détermination dans ses paroles, un duel, il en connaît déjà l’issue. Soufflant bruyamment du nez, l’enfant aux yeux d’or reprend ses droits. Il prend alors la parole un léger sourire sur le visage ne relevant pas son altercation mentale avec la jeune Ekko pour une raison inconnue…

Ô grand Williams, rien ne me fait plus plaisir que de te voir enfin te comporter tel un manieur et non un manié. Néanmoins, cette affaire me concerne un minimum donc il me semble que j’ai mon mot à dire n’est-ce pas ?

Attendant l’approbation d’un des deux partis restants, il s’avance face au Caporal ne dégageant toujours pas la moindre forme d'agressivité, conservant son calme et son ki de façon si naturelle que cela paraît surprenant. Un visage souriant, les yeux légèrement plissés conservant ce lien mental avec le détenteur de la pierre.

Ton amie ici présente porte de l’affection à ton égard. Bien qu’une fois de plus en pleine assimilation de vos principes, de vos concepts, je crois comprendre que l’amitié est une force capable de faire du plus cruel des loups, un tendre agneau attentionné . J’ai bien compris que mes principes et ma vision des choses n’est pas chose courante ici pourtant mon affrontement avec cette ravissante créature m’a permis de voir que je suis apte à faire réfléchir, même les esprits les plus affutés.

Suite aux sifflements de vipère qu’il offre à son interlocuteur, il pivote pour rejoindre la louve. Dans un mouvement se voulant plutôt gracieux, il entoure l’alpha de son bras droit dans une étrange accolade, plaçant ses doigts légèrement resserrés au-dessus de sa poitrine et sa joue contre son épaule massive. Akaza montre des signes d’un retour de son comportement habituel par cette action, mais il ne semble pas inquiet de la réaction de la louve. Au contraire, une fois en place, s’il n’est pas repoussé par la cheffe des armées, son sourire va prendre progressivement de l’ampleur au rythme de ses mots.

Je pense que ta première offre n’est que peu intéressante alors penchons-nous sur ta seconde d’accord ? Vu que les clauses de ce contrat, touchant à ma personne ne me convient pas je vais en proposer de nouvelles :

Le pâle s’exprime avec une aisance particulière, usant de termes dont il ne connaît le sens que depuis quelques heures montrant son assimilation rapide des connaissances et règles terriennes. Bien qu’amateur de ses propres règles plutôt “barbares” il se montre plutôt réceptif à la proposition de l’homme à l’écharpe : La proposition de Williams correspond parfaitement à ses attentes, ayant placé astucieusement ses pièces, A-8475 domine le plateau et s’en vante d’une certaine manière.

Mes secrets ont pour valeur plus que ta vie Williams alors ne perdons pas de temps avec les menaces ! Je suis pour que ce duel se passe dans les conditions que vous souhaitez, l’un comme l’autre je ne m’en mêle pas. Cependant, en ce qui concerne le gagnant : Si tu gagnes je ne m’engage pas à m’adapter mais bien à partir en exil comme me l'a gentiment proposé Narumi. je ne porterais plus atteinte à la vie humaine ou à ta précieuse société….

En partant du principe que Narumi ne l’a pas repoussé, les long doigts froids de l’expérience ratée remontent le coup de l’Alpha laissant le pouce du roux se placer sur la lèvre de sa supérieure dans ce spectacle déroutant, dont l’aura dégage une certaine perversité enfouie sous un tissu d’apparence nécessaire.

Si la vraie Narumi gagne l’affrontement, tu accepteras effectivement ton poste comme tu devrais le faire mais en plus de ça hmmm…

Mimant une fausse réflexion, frottant son menton frénétiquement, son œil droit roule en direction de la dernière personne présente en ces lieux.

Laisser la garde du cadeau des cieux à une personne disons… Plus compétente ?

Se détachant finalement de la cheffe des armées terriennes, il s'approche de la jeune fille, son fameux sourire sur le visage. Son regard est d’une certaine manière plus lourde, plus oppressante. Ses lèvres tirées et courbées vers le haut de son visage se relâchent petit à petit pour laisser ses expressions progressivement s’effacer lui laissant rejoindre une certaine neutralité.

Un bon tuteur ne laisserait pas l’enfant dont il est responsable, fouiller dans la tête des autres je me trompe ?

Faisant finalement usage de cette pièce, le joueur peine à contenir son excitation grandissante qui empiète sur le calme et le sérieux qu’il a maintenu jusqu’à présent. Qui peut lui en vouloir ? De toute évidence, il mène la danse. Il ne manque plus qu’une seule pièce pour compléter la partie, celle de la louve, de l’alpha, l’incarnation de la nature. Son approbation ou non peut retourner le sens de la partie contrairement au parieur qui ne peut être que spectateur comme sa protégée…

Le grand gagnant jubile, grattant alors frénétiquement sa nuque. En réalité, tout ceci n’est qu’un jeu dont le caporal est le malheureux participant. Les conditions que le monstre propose peuvent être refusées, mais son audace démontre qu’il ne craint pas un refus, le pauvre Auguste ne pouvant se défaire de son étreinte étouffante, il va lentement étouffer sous la malice de celui qu’il déteste tant.

Pour le plus grand bonheur du cannibale…
PNJ - Franck
PNJ
Masculin Age : 27
Date d'inscription : 20/12/2020
Nombre de messages : 88

To Dream In Black and White [PV] Empty
MessageSujet: Re: To Dream In Black and White [PV]   To Dream In Black and White [PV] ClockMer 18 Jan 2023 - 8:28

" Mes sincères excuses que tu sois confrontée à un souci interne. Tu peux retourner dans le bureau du Maréchal Armstrong le temps que nous réglions cela si tu le souhaites. Sinon, ta présence est tolérable, étant donné que tes capacités sont proches de l’omniscience – j’en déduis que de toute façon tu auras vent de cette affaire, physiquement présente ou pas. "

Trop concentrée sur une manière d'apaiser le conflit, l'enfant à la robe blanche n'avait donné que peu d'attention à la proposition de la louve. Ces quelques paroles, Ekko les voyaient un peu tel un moustique venant bourdonner près de l'oreille. Néanmoins cette pensée ne fut pas retranscrite dans son comportement, sinon possiblement en interprétation de l'absence de réponse.

Et alors que la prodige se retourna vers Williams pour lui demander des explications, plusieurs machines se mouvèrent pour offrir à la scène la discrétion qu'il valait mieux lui assurer. Une zone transparente fut donc matérialisée et isola de l'extérieur toute vibration sonore à venir depuis l'intérieur. Un peu à l'écart de l'agitation mais la fixant avec insistance via ses deux yeux globuleux, une silhouette étrange et invisible de ces simples créatures se plaignit.


" Shshsh... On n'entend plus rien... "
murmura-t-elle en affichant finalement un air sensiblement attristé, tandis que ses oreilles de lapin s'abaissèrent à la fois.

Tête à peine relevée d'un muret, la bestiole aux dents de scie gardait 2 de ses pattes agrippées par-dessus la structure. Chacune de ces pattes semblait posséder 3 épaisses griffes et faire partie d'une sorte de bras. Avec l'une des griffes des deux bras restants, la petite entité se gratta le haut de la tête tout en la penchant d'un côté, à présent pensive...

Mmh... Il ne fallait pas se faire voir, ni se faire entendre... Sinon, une punition l'attendrait encore. Ca serait beaucoup plus simple si l'enfant au-devant n'était pas devenu aussi sensible à son environnement... Tout à l'heure, ça avait failli mal tourner. Alors cette fois, il fallait faire preuve de plus de prudence.

Tout à coup, cette forme atypique, à l'allure de lapin - mais aussi un peu de mygale, se redressa en joignant ses deux pattes libres ensemble et près de son torse ! Bouche ouverte et oreilles se relevant à moitié, l'expression particulièrement ravie de cette chose - malgré tout anthropomorphe - illumina son visage arrondi.

Mais c'était bien sûr ! Il suffisait de disparaître complètement et de réapparaître partiellement juste en dessous de cette zone bizarre ! Ce qui ne prit qu'une poignée de secondes à faire, avant que l'étrangeté à 6 membres ne tende l'une de ses 2 longues oreilles duveteuses vers la surface, sans toutefois vraiment dépasser cette dernière. Bon, la perception serait moins précise en se rapprochant moins de ce Plan, toutefois ça ressemblait à un bon compromis.


" Si tu as compris qu’Akaza a un potentiel de destruction démentiel, tu comprends donc que nous ne pouvons pas nous en faire un ennemi. Nous avons donc tout intérêt à le garder à nos côtés. " continuait Narumi, tout en posant une main sur l'épaule du Caporal.

Ekko eut à peine le temps d'inspirer par la bouche et d'entamer un mouvement de la main vers la jeune femme... que le mal était déjà fait... Williams allait vivre d'atroces instants, à constater les images de la précédente bataille sanguinaire des deux individus l'irritant présentement. Totalement impuissante face au déluge d'informations transperçant immédiatement la psyché du porteur de l'émeraude, la petite fille aux yeux bleus sentit son propre coeur se compresser à la vision de son tuteur de plus en plus perceptiblement en proie à une vraie souffrance mentale. Ekko ne pouvait pas deviner tout ce qu'il endurait, à moins de pénétrer dans son esprit. Mais au vu des informations communiquées plus tôt, le peu qu'elle pouvait en deviner avait déjà de quoi justifier telle réaction.

Oui, désormais le militaire se crevait presque les yeux, à deux doigts de céder à ses nerfs mis à rude épreuve. Et ce ne furent pas les mots à venir, de la part de sa collègue, qui auraient pu avoir une chance de désamorcer la situation. L'enfant aux cheveux blancs n'était clairement pas une experte de la communication, quand bien même ses progrès récents se voulaient encourageants. Néanmoins, tenter de calmer un témoin potentiel en proposant à l'agresseur présumé de nous éclairer quant à la situation... c'était tout de même un peu le monde à l'envers, non ? Bien sûr, le point de vue de chacun restait important. M'enfin, s'il y avait bien des détails à ne pas révéler, c'était sans doute justement ceux dont il fallait avoir connaissance là, maintenant.

Les paroles suivantes de la louve résumèrent au final parfaitement son point de vue. L'objectif premier de Narumi semblait être de chercher un allié en Akaza, quitte à faire le compromis de ne pas chercher à douter de lui. Si l'on additionnait ça à la relation... proche, qu'ils semblaient entretenir entre eux... peut-être que la dame à la balafre se retrouvait déjà trop biaisée, trop emberlificotée dans son propre piège, que pour avoir une chance d'interpréter correctement une vérité qui dérange.

Ekko ne savait pas vraiment quoi penser de tout ça. Et l'aura grandissante des deux membres de l'armée terrienne ne l'aidait pas à posément se construire un point de vue objectif au possible. Mais à ce stade, la vérité avait moins d'importance que de préserver l'intégrité de chacun. Si tout le monde se sautait au cou, ça ne ferait qu'embrouiller encore plus la situation.

L'attention de la gamine commençait donc à se concentrer davantage sur le signal redouté d'une mêlée subite, qu'elle espérait pouvoir éviter à l'aide de ses pouvoirs psychiques : ses muscles se crispèrent, son coeur commença à battre plus fort, alors que la petite fille fit quelques pas de côté tout en faisant face au profil de tous les intervenants du conflit. Là, tout le monde était dans son champ de mire, pas de mauvaise surprise.

Ce fut aussi le moment où le regard de la louve croisa à nouveau le sien. Cela ne parut pas perturber l'Eve d'une race nouvelle, malgré la visibilité plus accrue sur la divinité sommeillant en Narumi. Cela ne voulait pas dire qu'Ekko la sous-estimait. Elle avait simplement déjà eu le temps de constater cette présence et d'en percevoir globalement le potentiel, à l'arrivée de la jeune femme. C'était juste plus précis ici.

Williams aussi, possédait un atout qui ne demandait qu'à s'éveiller au moment opportun. Et il était difficile de dire qui l'emporterait dans une bataille, tant une multitude de paramètres pourrait influencer le résultat. Ce qui demeurait en revanche sûr : il serait bien compliqué de s'interposer sans y laisser des plumes, ni sans tout empirer.

Allez, à quoi penses-tu ?... Tu sais que c'est une mauvaise idée, mais quelque chose au fond de toi te pousse à croire que la violence n'est pas une solution ? Quelle pauvre innocence, captive d'un monde fou.


* Qu'ils se contrôlent, par pitié... Je sais que ça ne se terminera pas bien, si j'interviens. Mais... si je n'interviens pas ?... Ca sera pire ? Je devrais... les supplier ?... Ma voix n'aura pas de portée. Ca me dépasse, ça ne me concerne pas, n'est-ce pas ? Quel impact une demande si légère aurait, à un instant si bouillant ? J'aurais dû agir plus fermement avant... Non. La vérité, c'est que je n'en ai aucune idée. En fait, je ne sais même pas ce que je me prépare à faire... *

Serrant ses poings autant que sa mâchoire, la demoiselle aux yeux de saphir se sentait si inutile. Tandis que Williams déversait sa colère, révélant les tendances cannibales du seul individu fixant la scène avec un calme olympien.

Non... ce n'était vraiment pas normal. Qui peut se montrer aussi posé, aussi apaisé, dans une configuration si chaotique ? Ekko n'avait aucun exemple en tête. Aucun, mis à part peut-être... quelqu'un d'aussi tordu que Lúka. Et cette possibilité... impliquait la pire de toutes les hypothèses, sur la mentalité de cet Akaza. L'Auguste parlait d'une créature vile, en le désignant... En supposant qu'il ait raison, tout prenait sens. Et cette sensation malaisante, ressentie d'emblée... Oui. Ca lui ressemblait beaucoup, à bien y réfléchir. Peut-être que lui aussi, avait traversé un passé difficile. Peut-être que de telles mentalités naissaient du même genre de terreau... Dans un sens, c'était triste. Mais dans l'instant, c'était critique. Face à de tels individus, on ne peut pas gagner, sur le plan mental.

Un esprit trop émotif, deviendra leur jouet.


" Si tu refuses l’offre que je viens de te faire, je vais t’en faire une autre : réglons cela dans un combat. "

* Hein ?! *

Soudainement, l'enfant aux pieds nus recentra son attention sur Williams. Par la surprise, Ekko laissa les traits de son faciès se détendre. Elle écouta patiemment les conditions qui suivirent et remarqua l'intérêt d'une telle proposition. Au moins les choses se feraient dans les règles, ainsi. De façon structurée, sans bagarre générale. Peut-être s'agissait-il là de la seule issue réaliste encore envisageable.

Hélas, c'était à double tranchant... Si Narumi pouvait autant marquer le Caporal pendant un simple entraînement, à quels risques s'exposait-il en lui imposant une réelle confrontation ? Après tout, elle pourrait à tout moment perdre le contrôle. Et cette fois, les enjeux ne permettraient possiblement pas un retrait dans les temps.


" Soit l’une de ces deux options… ou soit ce seront tes secrets que je dévoilerai au monde… " finit le militaire, dans ce qui ressembla alors davantage à du chantage.

Prise d'un spasme à cet instant, la fille de Queen Nemor réalisa immédiatement la colère qu'une telle conclusion pourrait engendrer chez la louve. Du peu que la gamine avait pu observer, cette femme avait beau avoir l'air douce, sa fureur contenue pouvait aussi bien exploser en un instant. Heureusement, après de tels propos, Williams opta pour la sécurité de se créer une barrière énergétique ! Voilà qui modéra la panique naissante, au sein de la petite. Un soulagement de courte durée, car la situation avait désormais tout pour au moins rester inexorablement tendue...

Et quelqu'un ici avait de grandes chances de s'en réjouir, comme d'en tirer partie.


" Ô grand Williams, rien ne me fait plus plaisir que de te voir enfin te comporter tel un manieur et non un manié. Néanmoins, cette affaire me concerne un minimum donc il me semble que j’ai mon mot à dire n’est-ce pas ? "

Oui... il était comme lui... sensiblement, comme lui.

Visage plutôt de profil au beau parleur, Ekko l'observait avec la crainte - non, la certitude - qu'il envenime encore plus le conflit. C'était comme s'attaquer à une bâtisse dont le seul mur porteur restant commençait à se fissurer : un malheureux coup de pied dedans et tout pouvait s'effondrer. Il s'exprimait dans ce but, à n'en pas douter. Il essayait de finir le travail, de poser la brique de trop sur l'édifice métastable. Il avait cependant raison, l'accord que Williams tentait d'imposer concernait aussi l'avenir du cannibale... ce qui offrait fatalement à ce dernier le privilège d'altérer quelque peu la partie le concernant, n'étant bien sûr pas un simple objet et plutôt un être conscient disposant de sa propre dignité.

Dans un ensemble de comportements qui n'eurent pour effet que de confirmer peu à peu les faibles doutes restants d'Ekko concernant sa malice, celui que certains considéraient être parfait se rallia à la demande d'Auguste. À la condition toutefois de ne pas se faire contraindre à devenir le bon toutou que Williams aurait tant voulu qu'il soit, si défaite de Narumi il y avait. À la place, il s'exilerait et ne porterait plus atteinte aux humains. Jusqu'ici, c'était du pareil au même, concernant au moins sa dangerosité vis à vis des habitants de cette planète.

Mais c'est là où, protégé par son Cheval, le Fou entama sa Fourchette entre la Tour et la Reine : au moment où A-8475 roula son oeil droit, jusqu'à pénétrer le regard de la juvénile demoiselle à la longue chevelure neigeuse.


" L-laisser ma garde ?... " répondit l'enfant, décontenancée par cette condition étonnante.

Si Williams perdait, il devait abandonner la garde d'Ekko ? La laisser à une personne plus compétente ? Que cela voulait-il dire ? La jeune psychiste laissa son regard vagabonder de gauche à droite au sol, l'espace de quelques secondes et alors qu'Akaza commençait à s'approcher d'elle.

Quel intérêt aurait-il à juste faire perdre à Williams sa garde ? Ce n'était pas comme s'ils n'allaient plus se revoir. Et quand bien même, il ne la connaissait que depuis hier. De quelle sorte de pression pouvait-il bien s'agir là ? En relevant le visage vers cette ombre approchant, puis vers ce large sourire oppressant... elle comprit. Elle pensa comprendre au moins le sens premier de cette machiavélique supercherie.

Il voulait détruire Williams, en lui subtilisant la garde d'un enfant dont moi seule sait ce qu'Akaza aurait comme dessein la concernant.

Oui... ce n'était pas bête. En procédant ainsi, sous forme de condition de défaite... le Caporal serait seul responsable de cette finalité. Tout serait de sa faute, pour s'être entêté dans ce défi, d'autant plus enseveli par la pression... C'était en effet un joli coup. Mais n'était-ce pas un peu osé, comme demande ? Était-ce bien justifié d'impliquer ce bourgeon de la sorte ? C'est ici, que le clou du spectacle s'impose aux protagonistes.


" Un bon tuteur ne laisserait pas l’enfant dont il est responsable, fouiller dans la tête des autres je me trompe ? "

Il l'avait remarqué. Oui, plus de place au doute d’une confrontation oculaire manquée, maintenant l'enfant à la robe blanche en était assuré. Et le moins que l’on puisse dire, c'est que le jeune homme aux cheveux rouges ne l'avait pas bien pris. Compréhensible, le domaine de la pensée restait un jardin secret sur lequel il demeurait fort inapproprié de poser le pas sans y avoir été invité. Et maintenant, il fallait s'expliquer.

Ekko se remit de sa surprise sans trop tarder, abandonnant sa mine hagard pour se confronter plus dignement au faciès désormais bien neutre du manipulateur. Fronçant les sourcils, sur ses gardes mais tout de même pas si assurée que ça, la prodige chercha rapidement une manière de se défaire de la Fourchette, avec l’objectif d’y parvenir sans réel sacrifice. Il voulait jouer ?... Bien, aussi regrettable que cela puisse être, il serait temps de jouer.


" C'est vrai. J'ai tenté de lire dans ses pensées. En fait, je fais ça avec chaque personne que je rencontre pour la première fois. C'est une manière pour moi de m'assurer que je peux faire confiance à la vision d'un inconnu. Je n'aurais pas pu accepter si vite le risque de me retrouver seule avec Williams, sans ça. Et c'est précisément parce que je ne peux pas accéder librement aux pensées d'Akaza, que je dois à mon tour poser mes propres conditions. " commença-t-elle, tout en gardant le contact visuel avec le cannibale.

* S'il te plait, ne t'impose pas plus de pression pour ton combat en portant tout sur ton dos. Je sais que ce sont tes affaires, mais cette erreur est la mienne. Tu dois te concentrer sur ton combat et ne pas te laisser submerger par tes émotions, ton faux pas est tout ce qu'il souhaite et tu le sais. Je pense qu'il vaut mieux que tu restes focalisé sur tes choses à régler avec Narumi. *

Il n'y avait aucune certitude que l'interaction mentale avec le porteur de l'émeraude suffise à calmer son esprit, surtout au vu de ce que la gamine dirait prochainement. Mais au moins, elle espérait pouvoir lui retirer la charge d’une responsabilité supplémentaire, lors de sa confrontation.

" En effet. Tout comme tu comptes légitimement altérer une condition de Williams qui te concerne, je compte légitimement altérer ta condition qui me concerne. Je considère que c'est ma faute, que d'avoir tenté de lire dans vos pensées. Sauf que, Williams était au courant de ma capacité et je ne peux pas empêcher Narumi de penser qu'il pouvait avoir une responsabilité dans l'histoire. Tout comme je ne peux pas l'empêcher de décider que c'est une faute suffisante que pour faire perdre à Williams ma garde... Alors d'accord. Qu’elle soit mise en jeu s’il le faut, Akaza. Par contre, je préfère te prévenir : il n'est pas question pour quelqu’un comme toi de récupérer ma garde aussi simplement. Si tu la veux… "

* Je me charge d'Akaza. *

" … alors tu devras venir la chercher. "


Il se pensait grand maître de l'échiquier ? Ca ne serait pas la première fois que la petite dame mettrait en Échec un prodige pompeux. Mais... peut-être serait-ce cette fois-ci à son tour, d'être remise à sa place ?... Qui sait ? Elle avait beau avoir accompli un exploit mental ce jour-là, rien ne promettait qu'elle en soit capable dans les conditions plus complexes d'une confrontation physique. Qu'on ne s'y trompe pas, la petite avait un réel potentiel combatif au vu de ses multiples capacités enviables... c'est juste, qu'elle n'avait jamais vraiment connu les conditions extrêmes du champ de bataille. Via Lúka, elle pouvait s'en faire quelques idées. Néanmoins, entre observer et expérimenter, il y avait un monde… D'autant que chaque adversaire avait ses propres spécificités et ses propres manières de les exploiter.

" Mais tu dois déjà te douter de ça. " surenchérit-elle, insinuant qu’un bon calculateur devait certainement prévoir une telle réaction.

Après tout, s'il ressemble tant à Lúka... à tant aimer les situations chaotiques, il doit adorer l'essence même d'une bataille où rien n'est joué d'avance. La jeune fille était elle-même parfaitement consciente de ses chances de perdre à ce petit jeu, malgré les louanges qu'on lui faisait. Elle ne se laissait pas aveugler par ces jolis mots, de la part de ceux qui - contrairement à elle - ne pouvaient distinguer le potentiel intrinsèque, de l'actuel. Alors, même en faisant de son mieux pour continuer de fusiller du regard celui que l'on surnommait : l'être parfait... et bien, possiblement que ce dernier pouvait remarquer les signes d'incertitude présents dans une discrète goutte de sueur, ou via les infimes tremblements des arcades sourcières, la crispation des muscles ou que sais-je.


* Ohhh, ké hadi mâdimò... Quelle chance. *
Narumi Karuzaki
Narumi Karuzaki
Démon
Féminin Age : 33
Date d'inscription : 18/07/2012
Nombre de messages : 341
Bon ou mauvais ? : Neutre
Zénies : 1240

Techniques
Techniques illimitées : Transposition | Griffes et crocs acérés | Pluie d'énergie
Techniques 3/combat : Rayon Lunaire | Armure naturelle
Techniques 1/combat : Forme Alpha

To Dream In Black and White [PV] Empty
MessageSujet: Re: To Dream In Black and White [PV]   To Dream In Black and White [PV] ClockMer 1 Fév 2023 - 19:12
Garder son calme n’était génétiquement pas quelque chose de commun pour les loup-garou. La provocation marche très bien sur eux, qui sont un peu « trop » sérieux, à vouloir préserver leur honneur et leurs valeurs. C’était donc une situation exceptionnelle que de voir pas moins que Narumi Karuzaki demeurer passive si longtemps dans un contexte aussi tendu et agressif.

Son corps si musculeux ne répondait pas. Il était comme… mou, las, en incapacité de recevoir les impulsions électriques données par son cerveau. Lorsqu’Auguste lâcha son épaule et se tourna d’un air exténué en hurlant qu’il en avait assez ; Narumi se renfrogna définitivement. Son expression grave se mua en un rien. Un néant. Un visage de poupée ou de robot. Ses émotions étaient en train d’être entièrement refoulées au fond d’elle, de s’entrechoquer et de tempêter, et ça ne sentait pas bon du tout.

Le déluge de reproches et de colère qui s’ensuivit ne provoqua aucune réaction physique perceptible, si ce n’est que ses yeux étaient plantés dans ceux d’Auguste d’une manière absolument inquiétante et terrifiante. Narumi qui ne pipe pas mot et qui attend sagement que ça se passe n’est pas une situation « normale », et pourtant c’était exactement ce qui se passait.

Tout avait décidé de cesser de fonctionner. Son corps et sa tête entièrement. Le choc de la situation était tellement intense qu’il avait précipité cette répercussion inattendue. Le temps semblait cristalliser dans cet instant d’opposition et de résistance douloureuse ; et la voix de son ami emplissait toute la scène car il n’y avait nul autre bruit.



« ... »



Le Loup Ancestral montrait les crocs, enchaînés dans les tréfonds de l’âme de Narumi.



On aurait dit l’un de ces mauvais rêves où on se pince pour savoir dans quel plan de la réalité on est.
Sa matière grise assimilait correctement tout ce que disait Williams, ses mots la percutait avec le fracas qu’il donnait à ses paroles. Mais seul ses prunelles qui fixaient les siennes sans cesse lui donnaient une vague réponse, une vague idée du merdier sans nom dans lequel il était en train de s’embourber actuellement.

Il parle de conditions. D’un combat pour régler leur différend… mais… qu’est-ce que c’est que tout ça ? Dans quel univers parallèle est-on ?

Un murmure s’échappa d’entre ses lèvres jusqu’ici incapables de se mouvoir.



« Tu méprises la violence… mais tu veux régler une situation par cette même violence... » Ses yeux lâchèrent enfin Auguste pour rejoindre le vide.


Les yeux du Loup Ancestral s'injectèrent de sang.




Quand la voix anormalement portante d’Auguste mourut, c’était au tour de celle d’Akaza que de prendre la première place dans cette scène de théâtre inimaginable. Son intonation provocatrice était reconnaissable. C’était une partie de lui, de sa personnalité – c’est ce qu’en avait assimilé la louve et ce qu’elle avait décidé d’accepter. Il ne l’irritait donc plus avec ses manières de « fauteur de trouble ».


N’y avait-il pas là, dans ce comportement continuellement théâtralisé, une grande ressemblance avec un certain SK ? N’y avait-il pas, quelque part en Narumi, cette « malédiction » que d’être bernée par ces artistes aux paroles et aux doigts d’or ?


Le nouveau contact physique avec l’androïde l’ancre définitivement dans ce plan de la réalité. Alors elle est bien ici. Alors il se passe bien tout ça. Alors elle n’est pas déconnectée, assommée, dans les bras de Morphée – alors il n’y a AUCUNE excuse.

Son corps se réchauffe et son coeur se met à battre plus vite alors que l’être mécanisé dépose sa joue contre son épaule. Ces ressentis, totalement indépendant d’elle, la rendent nerveuse pour une raison qu’elle ignore et qui l’embarrasse.



« … ! »



La bave du Loup Ancestral se changea en écume.



Un battement de cils. Semble t-elle reprendre mesure de la réalité complète, petit à petit ?

Les « conditions » sont remaniées. Narumi n’assimile pas que c’est vraiment réel. Un ami et un caporal qui défie son autorité. Des individus qui négocient des choses alors qu’elle est la cheffe de l’armée. De qui se foutent-ils, en définitive ? était-elle trop magnanime… ? Plausible, au regard des conforts qu’ils s’autorisent. Devant elle, en plus. Aucune peur d’un retour de bâton chez eux. Il fallait que ça change.

Le pouce de l’Être Parfait qui effleure ses lèvres lui tire un léger sursaut. Ses pupilles se mettent à trembler à l’intérieur de ses orbites. Mais comment fait-il pour avoir ce pouvoir, si similaire à celui de la Plume Noire de Dark, qu’il exerce sur elle ? Son corps se contracte, impuissant face à ce qu’il ressent, alors que son cerveau s’y oppose. Le paradoxe des êtres humanoïdes dans toute sa splendeur.



« ...- »


Le Loup Ancestral sent ses poils se hérisser.



Elle allait lui dire de s’écarter, mais il se dirigea vers Ekko à mesure qu’il s’adressait à la « petite ». Cette dernière avait beau, effectivement, être d’une minuscule taille, son bagou n’était pourtant pas affecté par cela.

L’enfant prodige savait répondre. Elle savait faire la part des choses. Cet être si jeune n’avait finalement, et effectivement, pas tellement besoin qu’on le protège. D’une manière globale, disons : car même en termes de caractère, elle se débrouillait, la gamine.

Au point de provoquer volontairement Akaza et son esprit combatif.

Rien n’allait déjà de base, mais tout semblait s’empirer avec le temps qui passe.



Comment est-ce qu’ils en étaient arrivés là, bon dieu ?







« Un duel me fera réfréner ma véritable nature, comme je le fais toujours avec mes coéquipiers d’entraînements qui ne sont pas aptes à y survivre. »



Le Loup Ancestral ne fait qu’un avec Narumi.



« Mais tu sembles persister à vouloir régler cette situation par la brutalité. »

Ses yeux d’un jaune éclatant s’enfoncèrent à nouveau dans ceux d’Auguste. Ils demeuraient dénués de toute émotion perceptible pour l’heure, mais ils étaient écarquillés. Un regard qui paralyserait de peur n'importe qui.

« Cette situation mêle le personnel et le professionnel. Dans l’enceinte de cet établissement, c’est le professionnel qui prime. Provoquer Akaza, c'est mettre en danger les tiens - et remettre en doute mon jugement en tant que cheffe. »

Son index de la main gauche tapota instinctivement sur sa montre connectée – laquelle déploya « la zone de protection » érigée autour des quatre compères à l’entièreté du stade.

« Comme tu es mon ami, je vais te donner un dernier avertissement. »

Le stoïcisme improbable qui hante la louve transforme son aura animale en quelque chose d’épouvantable. Un indicible effroi sous-jacent qui ne présage rien de bon.





« Soumets-toi aux ordres de ta supérieur, ou meurs en traître. »





Ses pupilles se rétrécirent. C’est ce qui arrive lorsqu’un prédateur est prêt à bondir sur sa proie. Auguste avait déjà franchi les limites du raisonnable et il lui était trop tard pour s’extirper autrement qu’en obéissant à l’ultimatum de Narumi.
Williams Auguste
Williams Auguste
Terrien
Masculin Age : 28
Date d'inscription : 20/02/2018
Nombre de messages : 290
Bon ou mauvais ? : Il se dit bon
Zénies : 694

Techniques
Techniques illimitées : Across The Universe / Star Dust / Don't Bring Me Down ! / Space Oddity / Absolute Begineers
Techniques 3/combat : We Could Be Heroes / Never Let Me Down
Techniques 1/combat : The Loneliest Guy

To Dream In Black and White [PV] Empty
MessageSujet: Re: To Dream In Black and White [PV]   To Dream In Black and White [PV] ClockMer 1 Fév 2023 - 21:35
Beaucoup de choses se sont produites depuis le début d’une simple rencontre entre la cheffe de l’armée terrienne et une prodigieuse enfant.  Les quelques mots de Narumi qui étaient à peine audibles furent néanmoins entendus par le terrien alors qu’elle le fixait droit dans les yeux. C’était un pire coup pour le psyché du subordonnée que n’importe quel acte de cannibalisme jusqu’à présent. Tout ça à cause de lui. Il serait facile de blâmer Akaza dans toute sa rancoeur, mais Williams savait bien, qu’au fond de lui, c’était à nouveau sa faute. Dans sa rage et son envie de justice, il avait encore une fois blessé ceux qu’il lui était important. Une sensation de froid envahissait le corps du caporal parcourant tout le long de sa colonne vertébrale jusqu’à la tête.

Akaza déblatérait davantage de provocations, mais il ne faisait qu’écouter à moitié ce qu’il disait. Ses fausses félicitations alors qu’il essayait de renégocier l’ultimatum de l’homme au toucher furent accueillies par aucune réponse, même pas un haussement de sourcil ou un grognement de colère. Non, la concentration de l’humain était complètement sur la louve. Quand Akaza s’approcha d’elle et commença à être tactile avec la cheffe, ce fut la seule fois que le tourmenté répondit à la provocation. Son regard se planta dans les yeux du cannibal, clairement hostile et prêt à lui bondir dessus pour le buter. C’était toute la relation qu’elle avait eu avec SK à nouveau et le pauvre ami ne pouvait rien y faire hormis émettre ses quelques mots sur un ton froid, même si encore tremblante.

“Lâche la..”

Il continua néanmoins à la toucher jusqu’à la forcer à montrer les crocs alors que la concernée se laissait faire. La respiration du caporal s’intensifia de plus en plus. Son corps devenait de plus en plus tremblant devant ce show horrifique. C’était à nouveau la perte de tous. C’était à nouveau sa faute d’être trop émotif et d'essayer de bien faire les choses. Lui qui avait tant confiance à l’Alpha dans leur relation forgée à travers des bonnes discussions confidentielles et des entraînements ardus, elle préférait un substitut au destructeur de la Terre. Le début du mal. Avait-il tort de lui faire confiance sachant toutes les erreurs et crimes qu’elle avait pu commettre au fil des années. Ses interrogations tournèrent en boucle dans son esprit. C’était à son tour de jeter son regard dans le vide. La garde d’Ekko ne l’emportait presque plus à ce point. Elle pouvait se démerder seule. Il y avait une raison pour laquelle Nemor et Mercury avaient tant d’espoirs en elle. Elle pouvait le balayer et si ça ne suffisait pas, le criminel temporel pouvait revenir finir le travail pour la protéger.

Ekko lui disait dans son esprit  de ne pas trop s’inquiéter pour elle et qu’il devait se préparer pour son combat. Il souffla du nez péniblement. Entendre un enfant dire cela, peu importe son niveau d'intelligence et de capacité, était effrayant. Au fond, voulait-il vraiment ce combat malgré toutes les fanfaronnades qu’il venait de lui lancer ?  Il voulait avoir un terrain dont il pouvait défier Narumi, mais sa réaction à la simple idée de le voir proposer ce duel.. devenait un poids qui pourrait lui briser le dos. Il regardait encore le sol, se battant à ne plus pleurer ou même d'émettre une quelconque émotion. Tenter de placer son masque comme à son habitude. Il en restait uniquement des miettes ! Des fragments impossible à recomposer à présent.



Et maintenant, le coup de grâce… Les paroles de Narumi.

Elle disait qu’un duel ne ferait que la retenir de sa véritable puissance. Insinuant de la faiblesse de Williams malgré tous les efforts qu’il avait fourni pour être un partenaire de choix pour se défouler de son stress et passer du bon temps entre proches. Elle ajouta qu’il persistait à vouloir finir cette situation dans le sang, mais à ce point…Il en voulait plus de ce duel. Quand il remonta son regard pour espérer de voir un once de bienveillance malgré la violence de ses mots, il n’eut qu’un regard dénué de quelconque émotion. C’était suffisamment pour tuer tout courage qu’il avait jusqu’à là… Voir plus.

Un dernier avertissement entre amis… Se soumettre ou mourir dans la disgrâce.

La lumière verte se déployait de plus en plus avant que le caporal sorte enfin la pierre de sa poche et la jeta sur le côté. C’était évident que l'émeraude voulait que ce conflit soit résolu dans un duel, mais quant à son porteur, autre chose était devenu évident dans son esprit. Il tremblait. Il frottait les larmes sous ses yeux. Il sortit son pistolet de sa veste par le canon et mit la crosse en évidence devant Narumi. Le bouclier disparut subitement alors qu’il fermait les yeux, craignant la suite des événements.

“Bute-moi.”

Il lui proposait de l’achever ici et maintenant avec sa propre arme de fonction. Sa respiration était irrégulière et son cœur battait à grande vitesse.

“J’ai échappé à mon destin depuis trop longtemps et si je ne peux pas protéger ma planète de dangers comme Akaza… Je n’ai plus aucune raison de continuer… Fais-le !”

Il lâcha néanmoins un dernier rire, nerveux, mais véritable avant de tomber sur ses genoux en larmes et d’ajouter.

“Si je dois mourir… De tes mains, c’est probablement la meilleure mort que j’aurais pu demander.”

Akaza
Akaza
Autres Races
Masculin Age : 23
Date d'inscription : 10/12/2020
Nombre de messages : 54
Bon ou mauvais ? : Esprit Libre

Techniques
Techniques illimitées : Combustion Minime/Maîtrise de l'oxygène/Déplacement Instantané
Techniques 3/combat : Combustion précise/Hell Burst
Techniques 1/combat : Mode : SUPREMATIE

To Dream In Black and White [PV] Empty
MessageSujet: Re: To Dream In Black and White [PV]   To Dream In Black and White [PV] ClockLun 6 Mar 2023 - 22:20
Les mots ont une valeur certaine pour l’humain, ils servent d’appui, d’ancrage dans les interactions sociales, mais ils permettent également d’établir une passerelle de la compréhension par le sens. Mais ici, dans cette situation, l’être parfait n’en a plus besoin au vu de l’effet de ses agissements contre le pauvre caporal honorifique de l’armée terrienne. De fait, la colère montante de son amie, sa collègue ou bien sa supérieure est refréné par des sensations et des souvenirs qu’elle pensait avoir oublié ; Akaza se contente de déconstruire méthodiquement les choses étapes par étapes.

Le prodige se confronte au monstre, dans un duel débordant d’un excès de confiance que ce soit d’un côté ou de l’autre. Le roux offre un regard plus qu’excité à l’idée de se confronter à la jeune fille dont la simple odeur lui montre les milliers de voies temporelles menant à sa mort. Si cette confrontation doit avoir lieu, le résultat est plus qu’incertain bien que le potentiel supposément gargantuesque du prodige lui offre un point tandis que l’expérience sauvage du roux lui en offre un autre. Mais face à cet appel du sang, le roux ricane n’offrant qu’un sourire narquois à celle qui tente tant bien que mal de reprendre la main dans cette partie, désormais finie. La réponse qu’il va lui offrir correspond plus ou moins à cette mentalité en constante évolution de celui qui s'accommode à une civilisation qui n’est pas la sienne.

Je suis honoré que tu m’offres l’occasion de planter mes crocs dans ta chair, mais… Je crains que je ne puisse accepter. Il a atteint le point de non-retour, tu sais ?

Comme une évidence, il modifie sa posture et se tourne vers l’utilisateur de la pierre qui se fissure finalement tandis que son outil reste lui, plus que solide. Alors que le bouclier se dissipe, cette arme de fonction est dirigée dans la direction de la reine. En voyant cela et avant une quelconque action des personnes présentes, Akaza fait usage du déplacement instantané pour rejoindre William. Une fois face à celui ne s’appuyant plus que sur ses genoux, son échine se courbe. Sa main gauche se veut incisive, ayant pour objectif d’éloigner cette arme de fonction dans un geste ample du bras. La main droite du roux s'agrippe au col du caporal pour l’aider à se relever… Au point ou ses pieds ne touchent plus le sol. Rapprochant son visage pâle au plus proche de celui du caporal honorifique, la créature artificielle affiche un sourire large et marmonne les mots suivants avec fermeté :

Caporal Williams Auguste, le clown de mon histoire a au moins le mérite d’assumer seul sa décision. N’inflige pas la culpabilité de ton existence à une autre personne que toi-même, encore plus si celle-ci est un ou plutôt une amie. Mais surtout… Ne sors pas de ton rôle, plus jamais, compris ?

Sur ces mots, il est relâché brusquement et sans retenue. Son détracteur lui tourne le dos, se dirigeant vers la bête bouillonnant de colère. Mais avant de rejoindre celle-ci, il marque une ultime pause, laissant sa voix porter pour toutes les personnes présentes.

Inutile de faire ce duel si tu es incapable de lui faire face sans pleurer. Être Humain, n’est pas une excuse pour être lâche. Tu es trop petit pour ce monde, Auguste, acceptes ce fait et ne remets pas les pieds ici, il n’y a pas de place pour les gens comme toi.

D’une grande arrogance, Akaza ne fait qu'affirmer avec conviction ses paroles, lui qui ne connaît finalement rien de ce monde. Peut-être que cela démontre justement le contraire, qu’il s’y connaît mieux qu’il ne le sous-entend. Se rapprochant de l’enivrante louve, ses doigts d’or que Narumi a connus par le passé rejoignent à nouveau son menton. Contrairement aux précédents, ceux-ci sont plus directs, incisifs.

Pas vrai Narumi ?

Bien que cette phrase tend à penser que c’est le cas, Akaza ne cherche pas l’approbation de la louve. Sa posture, les mots qu’il emploie ou bien même son regard montre une assurance immense et cela s’explique pour la simple et bonne raison que c’est un vainqueur. Il a gagné, depuis le début de cette discussion, depuis le début de cette journée et peut-être même avant, qui sait ? Progressant par-delà les épaules solides d’une cheffe disposant d’une malédiction dont elle ne peut se défaire, son regard se tourne vers Ekko. La prodige, qui a compris que trop tard que la situation était dominé par une personne semblable au détenteur du masque. Le chaos est une source d’amusement sans fin, dont Akaza puise un véritable amusement. Mais elle l’a compris bien trop tard et les pièces étant déjà en place. Mais il est d’usage de féliciter ses concurrents sur tous les plans suite à un jeu, pour les humains, pas vrai ?

Prodige, ne cherche pas à t’approprier une odeur qui n’est pas la tienne. Tu empestes tellement que je me demande si c’est toi qui me parles ou celui, ceux, qui t’ont offert la vie, qui te sont proches.

Le pâle souligne ici l’odeur prononcée qui se dégage de la jeune fille comme l’avertissement d’une mort proche, certaine. Il n’a pas la moindre idée de l’histoire liée à ce petit être ou aux personnes l’entourant, mais de sa propre compréhension, il se questionne pourquoi son caractère et son odeur sont si différents.

Dans un cadre différent et maintenant que son envie de quitter les lieux est palpable, il s’arrête dans son élan stoppé par la cage à lapin dont Narumi s’est servi précédemment. Se grattant avec insouciance les cheveux, l’anthropophage se tourne vers la cheffe :

Comment ce truc fonctionne déjà ? J’ai pas envie de l’abîmer, mais disons que je suis pressé. J’ai pas plus que ça envie de me conformer à ta société rien que pour toi Narumi mais si en plus tu me retiens en otage on va pas aller loin haha.

Le discours sous-entend une fois de plus une prise de décision importante de la part du tatoué qui démontre une nouvelle assimilation ou évolution de son comportement . Malheureusement, ce constat enfonce un clou plus profond que la base, montrant la simple inutilité de cette conversation puisque malgré les larmes et les cris, Auguste “gagne” ce qu’il souhaitait tant. Quel en est le prix ? Difficile de l’établir ici, mais les répercussions des récents des derniers événements se feront sentir dans les quelques secondes après les derniers mots, de celui à l’origine de ce conflit.
PNJ - Franck
PNJ
Masculin Age : 27
Date d'inscription : 20/12/2020
Nombre de messages : 88

To Dream In Black and White [PV] Empty
MessageSujet: Re: To Dream In Black and White [PV]   To Dream In Black and White [PV] ClockSam 11 Mar 2023 - 22:33
Avancer dans ce bourbier sans nom était semblable à une traversée du désert, à la recherche d'une oasis. Mais toute oasis que l'on pensait trouver, au bout du compte... n'était ici que mirage.

On te dit : spéciale. En ces instants, en quoi paraissais-tu si... spéciale ? Quelle scène s'offrait au monde, sinon celle d'une pauvre gamine dépassée par des événements paraissant impossibles à se déconstruire ? Oh oui, il y avait eu tentative. La jeune fille avait tenté d'alléger le poids pesant sur les épaules de Williams. Elle avait cherché une solution en mesure de préserver un cadre raisonnable pour l'altercation. Ce n'était pas si mal. Williams affronterait Narumi, le vainqueur impose ses conditions, le perdant reconnaît que sa défaite doit lui faire accepter lesdites conditions. Et chacun repart de son côté, avec certes un peu d'amertume.

Juste là un combat qu'Akaza ne gâcherait pas d'une pression supplémentaire. Non, à la place, il affronterait Ekko, gagnerait ou non sa garde. Et chacun l'accepterait, avec certes un peu d'amertume.

Avec certes un peu d'amertume.

Avec... certes...

Un autre mirage, qui s'évanouit maintenant que naissait la lueur d'un sourire narquois, sur le faciès de cet être bien odieux. Il ricanait. Lui, ayant pourtant fait preuve d'une excitation certaine, face à la proposition exposée. Pourquoi l'ombre d'une sueur froide parcourait la psyché de l'enfant à la robe blanche ? Était-ce une paranoïa, ou une crainte légitime ? Il allait accepter, pas vrai ? Pourquoi n'accepterait-il pas ? Il n'attendait que ça. Il aimait forcément cette tournure ! Non, non non non... Un chaos ordonné n'est plus un chaos, ma chérie.


" Soumets-toi aux ordres de ta supérieur, ou meurs en traître. "

Du tac au tac, l'attention de la demoiselle aux yeux bleus se déversa sur la silhouette d'une Narumi bien déterminée à lancer les hostilités. Les hostilités... L'information bégailla à s'intégrer, dans la tête de celle qui avait eu - jusqu'ici - la candeur de croire à l'existence d'une issue plus ou moins pacifique. Alors Ekko resta-elle un instant hagard, le regard fixé sur la louve, les sourcils pris de spasmes irréguliers, la bouche entrouverte. Elle...

Narumi, impose-t-elle un duel à mort ?! Les paupières de la juvénile créature s'ouvrent de terreur, non pas tant face à l'aura davantage menaçante de la militaire... mais surtout face à la réalisation d'une situation lui filant définitivement entre les doigts, de surcroît d'une bien sinistre manière. Ca ne va pas du tout, ce n'est pas ainsi que... ce n'est pas ce qu'elle... Jamais, JAMAIS, Ekko n'aurait encouragé que...


" Je suis honoré que tu m’offres l’occasion de planter mes crocs dans ta chair, mais… Je crains que je ne puisse accepter. Il a atteint le point de non-retour, tu sais ? "

Hein ?

Que voulait-il, lui encore ?! D'un oeil en coin, la pupille de la prodige pénétra à nouveau celle de son interlocuteur, tandis qu'une goutte de sueur perla depuis l'arcade sourcilière. C'est bientôt avec effroi, que l'enfant suivit la vision de celui qui - à présent - se tournait vers l'Auguste.


" Bute-moi. " s'exprima ce dernier, ne tardant à s'effondrer en larmes et sur ses genoux lors de ses paroles suivantes.

Incapable d'accepter un monde où la Terre serait gérée aussi dangereusement qu'en pensant pouvoir tenir en laisse un monstre à sa solde, il abandonnait. Parce que c'était ça, ou s'entretuer avec celle qu'il estimait tant, avec l'amie qu'il avait pensé pouvoir respecter. Tout ça, n'était-ce plus qu'un lointain souvenir ? Williams ne voyait plus qu'1 issue à cette douleur, à son indécision face aux choix qui l'horrifiaient. Se soumettre ou mourir ? Pourquoi pas choisir les deux, n'est-ce pas ? C'est plus simple ainsi. Pas besoin d’aller trop loin avec son amie, pas besoin de regarder la Terre se salir. Mais au final, il abandonnait tout de même la Terre, au profit de la survie d'une personne chère qui la plongerait dans les ténèbres. Pouvais-tu tranquillement t'endormir à cette idée, mon garçon ? Vraiment ?

Si seulement il s'était juste rétracté... Non, il avait fallu qu'il demande à mourir. Démontrant ainsi aux yeux d'Ekko toute la complexité de l'esprit humain. Cette incohérence profonde, guidée par l'évolution des émotions davantage que par la raison... est la raison pour laquelle les mortels ne sont jamais satisfaits, de pourquoi ils se rebellent tout le temps pour un rien qui devient beaucoup. Et en même temps, c'est bien l'expression de ces sentiments, qui les fait se sentir libres. Lúka aurait-il raison ? À quoi ça sert de se prendre la tête, au fond ? Oh, mais ce n'est peut-être qu'un cas isolé, non ?

L'enfant aux pieds nus serrait ses poings tremblants, tout en observant Akaza faire la morale au militaire démoli mentalement. Après s'être téléporté en face de lui, la vicieuse créature l'avait effectivement empoigné par le col avant de le relâcher sans délicatesse... tel un mégot que l'on abandonnait avec dédain par la vitre de sa voiture.

Il ne méritait pas ça... Tout ce qu'il voulait, c'était protéger sa planète... Narumi aussi. Mais leurs points de vue différaient. Akaza pouvait être utile, bien qu'il soit dangereux. Mmh, à vrai dire, voilà une situation quelque peu familière. Une différence majeure subsistait néanmoins. Serait-elle trouvée ?

En tout cas, celui que l'on surnommait l'Être Parfait... ne s'arrêta pas en si bon chemin. Après avoir porté ce qui semblait être un coup de grâce au moral du terrien, il se rapproche désormais de sa maîtresse dans le but de l'influencer en son sens. En ayant envoyé balader la demande de Williams avec son arme, maintenant les issues paraissaient restreintes. Le porteur - ou plutôt celui qui portait - l'émeraude, se retrouve à nouveau face aux choix qui le hantent et desquels il voulut plus tôt et plutôt se soustraire.


" Non... " laissa échapper le murmure d'une voix délavée.

Délavée par des larmes s'accumulant peu à peu, à la lisière des paupières inférieures de la petite fille.

Et maintenant, c'est à ton tour, ma pauvre. C'est bien à cette jeune pousse, que le cannibale s'adressa désormais, tout en contournant la louve sous emprise vraisemblable. Akaza avait un talent fou pour s'exprimer de manière aussi débectable que possible, il fallait le lui reconnaître. Parfois, ce ne sont pas tant les mots en eux-mêmes qui font mal, que la nébuleuse interprétation qu'ils permettent chez un esprit dirigé à en imaginer le pire. Nous faisions là face à un bon exemple, où la balle des propos vagues de cet homme ricochait dans la boîte crânienne de la réceptrice.

Que sous-entendait-il ? Forcément quelque chose de négatif. Insultait-il les proches, la famille de la petite demoiselle ? La comparait-il à un monstre se donnant de beaux airs ? La prenait-il pour une souillure inutile ? Les dents de la prodige grinçaient et son esprit vif se retournait contre elle, l'abreuvant à toute vitesse d'une quantité considérable d'interprétations supplémentaires... toutes plus blessantes les unes que les autres. Ses pupilles, déformées par la réfraction de la lumière permise par les larmes... tremblotaient. La vérité pesait terriblement, elle était si lourde à accepter.

Les miroirs se brisaient en choeur, dans le palais de ce dernier.

D’une simple phrase dont toi-même tu ignores la portée, tu l’as brisé. Tu l’as brisée.



Empalée, exténuée par ses émotions, la jeune silhouette effectua son dernier pas au sein du désert de son errance. Résolue à la défaite, Ekko laissa son faciès se détendre, laissa ballants ses bras. Fixant le vide du stade, fixant l'étendue du désert... à sa gauche, à sa droite : une destination. Elle releva la tête vers Akaza, vers la pancarte.

Que choisis-tu, Ekko ?

La plage de sable blanc ?...

Ou celle de sable rouge ?

Tu veux te baigner dans les larmes ?...

Ou bien dans le sang ?

Dans le sel ?...

Ou plutôt dans le fer ?


Tout ceci était ridicule. Pourquoi ça l'affectait tant ? Elle qui se montrait d'habitude si rationnelle, si imperturbable, avait-elle ne fut-ce que levé le petit doigt lorsque Lúka s'en était donné à coeur joie en sa présence ? Oui, peut-être faisait-elle encore le deuil de sa mère. Peut-être se morfondait-elle encore sur la menace qui pesait sur elle. Peut-être se torturait-elle encore l'esprit avec ces histoires de pouvoir incitant à une grande responsabilité. Ou peut-être... peut-être était-ce aussi plus facile de ne pas choisir, lorsqu'on cherchait des excuses pour ne pas choisir, pour fermer les yeux, ne pas s'impliquer, ne pas se responsabiliser. Non, elle retardait juste le choix, dans le but de ne pas se tromper !... Allons. Les choix ne se retardent pas sans conséquences, ça en représente un.

C'était de sa faute. Trop indécise, à se prendre pour une observatrice, mais avec le coeur d'une actrice... voilà d'où venait cette souffrance. On ne refoule pas éternellement ses émotions. Surtout en sa présence... Il serait peut-être temps d'arrêter de se mentir, observer n'empêche pas d'agir. Si le coeur est bon, il n'y a pas de raison.



Prends une vraie décision.


...

Ploc... Ploc...

* Shsh ?! *

Pas à pas. D'une démarche tranquille mais décidée, l'enfant venait de quitter le désert, au moins pour un temps. Elle venait de traverser la frontière, passant entre Williams et Narumi. Tandis qu'au sol s'échouaient les larmes de ses perles, le sang de ses poings. À cet instant, si l'un d'eux avait eu la mauvaise idée de foncer sur l'autre, il serait repoussé sèchement de 2 mètres en arrière tel un aimant face à une même polarité. Pas un regard ne serait voué, la route continuait de se tracer.

" Comment ce truc fonctionne déjà ? J’ai pas envie de l’abîmer, mais disons que je suis pressé. J’ai pas plus que ça envie de me conformer à ta société rien que pour toi Narumi mais si en plus tu me retiens en otage on va pas aller loin haha. "

Bidibi-biiiii PET !

Que votre voeu soit exaucé, mon cher Akaza. Voici que ces braves machines semblaient touchées d'une onde qui grilla leur carte mère en un instant. Alors hors d'usage, les dites constructions affaissèrent leurs membres et laissèrent ainsi prendre fin la barrière encerclant les protagonistes. De la fumée s'échappait des robots, alors qu'Ekko soupira d'un souffle transpirant la lourdeur des émotions qu'elle peinait encore à maîtriser. S'avançant encore, elle déglutit et prit de plus grandes inspirations afin de contrôler son rythme cardiaque en grande augmentation. Sa main droite se crispa un peu plus, tandis qu'elle prit enfin la parole.

" Je suis bête... J'ai ajouté une variable inutile au problème. Désolée... Je n'aurais pas dû tenter de le résoudre comme ça. "

Marchant à présent par-dessus la bestiole cachée dans le sol et qui la guettait toujours via ses 2 yeux globuleux, la gamine s’arrêta finalement non loin, en portant un regard épuisé - rougit par les pleurs silencieux qu'elle avait endurés - en direction du grand mastermind de cette altercation. Vas-y, admire, détecte-toi du mal que tu as fait, Être Parfait. Le point de non-retour... c'est ce dont tu parlais.

Et la variable inutile...

CLAC !

C'est de toi, dont ça parlait.

BRAAM !

...

Que venait-il de se passer ?... Après ce vacarme assourdissant, il y avait un grand trou dans l'un des murs du stade. Ekko avait encore la paume de sa main gauche en pleine inertie de son mouvement rotatif, son corps s'inclinant quelque peu vers la trajectoire. Où était Akaza ?... Ah oui, juste avant, il avait brusquement été comme, tiré... vers... Ooooh. C'est ça. L'Eve d'une race nouvelle avait préparé l'usage de ses capacités psychiques sur sa cible, depuis le moment où son poing droit s'était resserré ! Par la suite, la petiote avait propulsé le grand garçon vers elle, avant de l'envoyer valdinguer dans le décor via une claque bien placée... mais surtout aidée par le relâchement de l'air jusqu’ici psychiquement compressé autour de sa peau. Une rafale avait ainsi emporté Akaza vers d'autres cieux. Enfin, façon de parler... mais à moitié.

Car oui, le pauvre projectile subissait actuellement un vol plané, bien que déjà durement ralenti par les arbres d'une forêt environnante qui s'écroulait sous son passage.

Seul le son d'une bourrasque mourante se laissa encore entendre dans le stade, pendant 1 ou 2 secondes qui, subjectivement, pouvaient paraître durer plus longtemps.


* Du bruit, pour attirer l'attention de l'armée. Les machines H.S, pour imposer un potentiel de destruction restreint. Faire s'écraser Akaza en zone sûre, pour mieux s'en occuper. Ah, et bien sûr... *

Tout en se redressant, toujours dos aux protagonistes restants, la gamine aux cheveux de neige entama un rapide roulement du poignet. Cela eut pour effet de rassembler la pierre et l'arme du Caporal vers la position de ce dernier. Ce qu'il ferait ensuite ne dépendrait que de lui, mais au moins savait-il avoir déjà rallié 1 personne à son point de vue.

* Réarmer Williams, pour qu'il contrôle Narumi le temps que je revienne... le problème résolu. *

Et l'instant qui suivit, une nouvelle bourrasque s'empara du stade ! Elle signa la disparition d'Ekko, qui vraisemblablement avait dû se propulser en direction du cannibale, à travers le trou béant.

Voilà qui escaladait bien la situation. Seul l'avenir nous dirait si c'était pour le mieux. Mais en général, j'agis surtout dans ce but. Et la perte de ce mortel, ma foi bien vicieux... représenterait au pire un dommage collatéral acceptable, voire salvateur pour son entourage.

...

Suis-là, Orisha... Elle n'est pas encore au bout de ses émotions.
Contenu sponsorisé

To Dream In Black and White [PV] Empty
MessageSujet: Re: To Dream In Black and White [PV]   To Dream In Black and White [PV] Clock
 
To Dream In Black and White [PV]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» " I want to fulfill his dream... that is my dream. "
» White Being [Finie]
» Grubsong [PV Black]
» The dream Team : Trunks and Holken
» Green and White army

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPGDBZ :: RPG :: Terre :: Satan City-