Le deal à ne pas rater :
Funko POP! Jumbo One Piece Kaido Dragon Form : où l’acheter ?
Voir le deal

Partagez
 

 "Dédoublement."

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Cabba
Cabba
Saiyan
Masculin Age : 27
Date d'inscription : 30/01/2018
Nombre de messages : 231
Bon ou mauvais ? : Je défendrais ceux qui en ont besoin.
Zénies : 1600

Techniques
Techniques illimitées : Distorsion Kick / Gravity Break / Garrick Cannon
Techniques 3/combat : Dimensional Impulse / Energy Shield
Techniques 1/combat : Big Bang Cannon

"Dédoublement." Empty
MessageSujet: "Dédoublement."   "Dédoublement." ClockDim 3 Avr 2022 - 17:00
HRP : ce sujet est la suite de "Un Autre Lendemain" et se situe vers la fin des évènements de "Vs Auros".



Lorsque Cabba se réveilla ce matin, il espérait que tout ce qu’il venait de voir n'était qu'un cauchemar. Un terrible cauchemar qui lui semblait avoir duré plusieurs jours, peut-être même plusieurs semaines, dont il pensait ne jamais pouvoir se sortir. Mais une fois revenu à lui, son estomac resta noué pendant de longues minutes avant de réaliser qu’il était encore sur Sadala, encore dans son univers, loin de toutes les menaces qui le poursuivaient sans cesse, loin de ces ennemis qu'il ne pouvait pas fuir, loin de tous les malheurs qu’il causait malgré tous ses efforts pour les empêcher de survenir.

Les patrouilleurs de l’aube le trouvèrent en plein milieu de la capitale, recroquevillé sur lui-même, le regard perdu vers les nuages et l’air complètement paniqué. Ils se moquèrent gentiment de lui et s'étonnèrent de trouver un de leurs capitaines aussi loin de son domaine, mais bientôt, ils lui proposèrent de le ramener vers la base militaire où il était affecté depuis quelques mois. Au moins, il n’était plus seul, égaré dans des visions où ce monde qu’il chérissait tant s’écroulait autour de lui par sa faute.

Contrairement à la chambre individuelle qui lui avait été attribuée au pensionnat d’éducation et d’instruction, les quartiers qu'il occupait pendant son séjour à la base étaient partagés avec les autres membres de son escouade. Ces derniers avaient beau être ses ainés en termes d’expérience, ils n’étaient en fait pas beaucoup plus âgés que lui. Ce qui ne les empêchaient pas de le considérer comme leur cadet, quand bien même il était un des plus jeunes prodiges des Forces de Défense à être monté en grade. Après ce qui venait de se passer, il se sentait rassuré d’être de retour en terrain connu, d’avoir pu enfin revenir parmi les siens. Heureusement qu’il pouvait compter sur la solidarité de n’importe quel membre des Forces de Défense, sans quoi tout cela aurait pu mal se finir.

Que se serait-il passé s’il s’était retrouvé en danger de mort pendant qu’il était endormi, incapable d’être en pleine possession de ses moyens ? Le jeune capitaine ne préférait pas l’imaginer. Et tandis qu’il enfilait son armure et qu’il ajustait ses équipements, il remercia les déesses de l’avoir protégé et de lui avoir permis de retrouver son chemin.

Il lui fallut un peu de temps pour retrouver ses esprits. Encore quelques minutes, le temps de s’assurer qu’il ne manquait rien parmi ses affaires. Maintenant que ce mauvais rêve avait pris fin, il allait pouvoir retourner à son quotidien d’élite des Forces de Défense et continuer à préserver la sécurité de son peuple.





Comme aucune activité d’importance majeure n'était prévue pour lui ou ses subordonnés, le début de sa journée fut donc principalement rempli par l’aide au recensement, l’inventaire des denrées, la préparation du déjeuner et quelques séances d'étirement. Une fois ces quelques corvées accomplies, Cabba était plus que jamais motivé à entamer la journée d’un bon pied : il se dirigea alors vers le terrain d’entrainement, auquel il se rendait plusieurs fois par jour lorsqu’il ne partait pas en mission. Son arrivée fut remarquée et il dut faire face tant bien que mal aux questions insistantes ou aux moqueries bienveillantes de ses camarades. En guise de réponse à toutes leurs interrogations, il prit une grande inspiration et s’empressa de rappeler toutes les recrues à l’ordre, après quoi il laissa un des lieutenants se charger d’énoncer le protocole d’entrainement pour la matinée. Le capitaine Basil, qui avait participé à sa formation alors qu’il n’était que sous-lieutenant, lui rendit visite un peu plus tard dans l’heure afin de l’encourager à passer un bilan médical.

"Même la Générale Brusselle pense que tu te surmènes beaucoup, ces derniers temps. Et puis, entre nous, je pense que tes problèmes de sommeil de la nuit dernière ne sont pas arrivés sans raison."

Cabba ne se portait pas si mal… mais il avait la curieuse impression que toutes les personnes avec qui il parlait s’inquiétaient de son état. Était-ce lié à son état mental un peu troublé par les récents évènements ? Était-il tombé malade sans s’en rendre compte ? Cela ne lui ressemblait pas... Comme son estomac était plein, que ses muscles étaient un peu tendus mais que son énergie s’écoulait sans problème partout dans son corps, il en déduisait simplement qu’il était encore engourdi et que la reprise de contact avec la réalité allait se faire sous peu.

"Je me rendrai au service de santé dès que possible, dans ce cas."

Quand bien même, tout cela l’embarrassait un peu. Les souvenirs de sa nuit agitée étaient si palpables qu’il ne savait plus très bien s’il avait imaginé toutes ces choses, ou même s’il avait réussi à se réveiller. A moins qu’il ne se soit jamais endormi ? Le jeune capitaine s’était habitué à ne dormir que quelques heures chaque soir, conséquence d’un quotidien mouvementé qui l’avait souvent amené à se déplacer d’un bout à l’autre du continent, et il se souvenait donc peu de ce qui se passait dans ses rêves. Parfois, quelques images choquantes de ce qu’il avait vu pendant ses missions lui revenaient à l’esprit, ce qui le troublait suffisamment pour l’empêcher de s’assoupir.

Mais ce qu’il avait vu la nuit dernière… Cela n’avait rien à voir avec tout ce qu’il avait vécu jusqu’alors. C’était beaucoup trop intense, beaucoup trop lucide, beaucoup trop perturbant. C’était sans doute ça qui avait causé ses déambulations. Devait-il en parler au médecin en chef ? Être mis au repos ne lui plaisait pas, mais il ne pouvait pas mentir sur sa forme. Devait-il avertir son Souverain de ce qu’il avait vu dans son rêve, si toutefois ce rêve en était bien un ? Il avait comme un étrange pressentiment, mais il ne disposait de rien pour le confirmer.

Cette impression persista pendant quelques heures encore jusqu’à ce qu’un messager n’atterrisse pour lui transmettre, à lui et à tous les membres de l’unité d’élite, une convocation d’urgence au quartier général militaire.
Cabba
Cabba
Saiyan
Masculin Age : 27
Date d'inscription : 30/01/2018
Nombre de messages : 231
Bon ou mauvais ? : Je défendrais ceux qui en ont besoin.
Zénies : 1600

Techniques
Techniques illimitées : Distorsion Kick / Gravity Break / Garrick Cannon
Techniques 3/combat : Dimensional Impulse / Energy Shield
Techniques 1/combat : Big Bang Cannon

"Dédoublement." Empty
MessageSujet: Re: "Dédoublement."   "Dédoublement." ClockMar 5 Avr 2022 - 14:00
Une heure plus tard, Cabba et ses subordonnés organisèrent leur départ avant de s’envoler en direction du point de rencontre qui avait été convenu. Leur destination n’étant qu’à une quinzaine de lieues de la base militaire où ils officiaient, une formation en "v" et une allure soutenue suffiront largement pour atteindre la capitale avant midi. Par chance, le ciel était dégagé et le soleil resplendissait, ce qui laissait présager une visibilité parfaite et des déplacements d’air propices. Le jeune capitaine ne parvenait toujours pas à oublier ce qui était apparu dans ses rêves et il ne pouvait s’empêcher d’en revoir des fragments dès que ses pensées se détournaient de son itinéraire : heureusement, il connaissait la marche à suivre par cœur et fit donc de son mieux pour se consacrer entièrement dessus, en espérant ainsi échapper à la persistance de ses angoisses.

Alors que leur parcours touchait à sa fin, son regard s’étendit de la terre sous ses pieds jusqu'au centre de la capitale, au-delà des fortifications imposantes, des gardes qui défilaient en rangées parfaites le long des chemins de ronde, des arrondissements les plus éloignés de l’acropole, des places marchandes pleines de bruits et de couleurs. En ce grand jour de marché, des enseignes bariolées de différentes hauteurs et autant de longueurs avaient été tendues à travers toutes les avenues, pour attirer aussi bien les habitants à la recherche de matières premières que les étrangers de passage dans la plus belle cité de Sadala.






La foule se faufilait à l’ombre des commerces, les environs se faisant aussi animés que les forums le temps de quelques journées. Des personnes de tailles et d’origines différentes, marchant, discutant, négociant. Des enfants jouant, se bousculant se poursuivant, faisant résonner leurs rires entre les murs de briques colorées. Les grognements et le rugissement des bêtes, des odeurs entêtantes de viandes et d’épices, des herbes sauvages aux mille nuances, des poissons géants à la chair fondante, des parures scintillantes, des tissus rares, des équipements d’artisanat de grande qualité, de la haute technologie en quantité limitée. Les représentants de toutes les civilisations commerçantes de l’univers 6 semblaient s’être réunies dans ces espaces de convivialité et de découverte qui étaient leurs domaines de prédilection : aucune ne manquerait l’opportunité d’échanger leur savoir, de montrer leurs avancées dans tous les domaines et de vendre leurs précieuses marchandises pour rien au monde. Tout semblait se dérouler à merveille, sous la surveillance constante des gardes prêts à intervenir en cas d’escroquerie ou d’agression.

Cela rassurait Cabba… mais cela lui semblait si irréel. Il se rappela de la dernière fois qu'il avait admiré une telle vue. Cela lui paraissait lointain, pourtant c’était un endroit où il s’était souvent rendu ces dernières années. Instinctivement, il repensa à son rêve, à ces scènes traumatisantes, à toute la douleur qu’il avait cru endurer, à la destruction de tout ce qu’il connaissait. Il sentit son estomac se nouer à la pensée même que cela ait pu avoir lieu ou que cela pourrait avoir lieu.


Était-ce vraiment un rêve ?

...une prémonition?

...ou était-ce un souvenir ?


Non, cela ne faisait aucun sens. Ce cauchemar était bel et bien terminé, à présent. Personne ne le poursuivait, personne ne cherchait à se débarrasser de lui. Son peuple et son souverain comptaient sur sa dévotion et ses capacités prodigieuses : il ne pouvait se laisser distraire par des inquiétudes infondées. Mais il eut à peine le temps de questionner son esprit que son arrivée se faisait déjà imminente. D’un geste de la main, il adressa un signe à son escadron afin de guider leur atterrissage en respectant la procédure d’approche habituelle. Ils patientèrent quelques minutes au garde-à-vous le temps que les autres sous-divisions de son unité, réparties sur toute la planète, ne se montrent à leur tour au point de rendez-vous. Ce n’était pas tous les jours que la grande majorité de l’unité d’élite des Forces de Défense de Sadala était rassemblée auprès de ses généraux. Chacun interrogeait ses camarades, échangeant quelques informations afin de comprendre la raison d’une convocation de cette importance.

Cabba laissa son regard partir au loin, au-delà des rangées, juste devant les portes du siège général des armées. Son mauvais pressentiment s’intensifia davantage sans qu’il ne sache réellement pourquoi. Chaque pas vers l’avant lui donnait l'impression d’avoir le vertige : c'était de l’appréhension, mélangée à toutes ces émotions qui bouleversaient son cœur, mais il n’avait pas peur pour autant. De quoi pouvait-il bien avoir peur ? Pourquoi aurait-il peur ? Il se trouvait dans l’endroit le plus sécurisé de la capitale, de la planète, et il était lui-même un combattant entraîné à se défendre contre de nombreuses menaces. Il fit abstraction des murmures incertains de ses subordonnés, les regards étonnés des autres unités en fonction sur le site alors qu'ils montaient les marches jusqu’à pénétrer à l’intérieur de bâtiment. Il interrompit ensuite sa conduite pour prendre position au milieu des statues érigées en l’honneur des légendes de son peuple, murmurant une prière silencieuse à leur intention comme pour recevoir un peu de leur force.

Puis il resta parfaitement en place, en attendant de voir les grandes portes du hall principal s’ouvrir. Une partie de lui voulut regarder derrière son épaule en entendant le bruissement des armures, le bruit sourd des genoux posés contre le dallage de marbre, mais il se concentra plutôt sur les claquements des talons résonnant entre les murs, des claquements qui se rapprochaient de plus en plus jusqu'à s'arrêter et que la générale Brusselle, accompagnée du capitaine Romanesco, apparaissent enfin devant l'assemblée.
Cabba
Cabba
Saiyan
Masculin Age : 27
Date d'inscription : 30/01/2018
Nombre de messages : 231
Bon ou mauvais ? : Je défendrais ceux qui en ont besoin.
Zénies : 1600

Techniques
Techniques illimitées : Distorsion Kick / Gravity Break / Garrick Cannon
Techniques 3/combat : Dimensional Impulse / Energy Shield
Techniques 1/combat : Big Bang Cannon

"Dédoublement." Empty
MessageSujet: Re: "Dédoublement."   "Dédoublement." ClockMar 5 Avr 2022 - 14:25



"A vos rangs !" ordonna une de ses collègues, la capitaine Furawa, pour marquer la venue de leurs supérieurs hiérarchiques.

D’un seul et même geste, les soldats se redressèrent alors et se mirent au garde-à-vous sans perdre une seule seconde.

"Au repos... mais ne vous mettez pas trop à l'aise." annonça la générale Brusselle, un air visiblement préoccupé sur son visage habituellement souriant. "La situation est suffisamment sensible pour que les troupes d’élite soient en grande partie mobilisées. Maintenant, je vais laisser le capitaine Romanesco débuter ce briefing."

Bien qu'il remarqua l'absence de son mentor à cette réunion, cela faisait depuis quelques années qu’il n’avait pas vu Esco, contrairement à Spina et Basil. Les trois capitaines, qui n’étaient que des lieutenants à l’époque, s’étaient occupés de sa formation avec beaucoup d’attention : depuis, chacun était monté en grade pour changer d’affectation selon leurs spécialisations respectives. Il se souvint que Spina, lors d’une conversation téléphonique en fin de journée, s’était gentiment moqué de l’actuel capitaine de l’unité de renseignement, pointant l’ironie de la situation – lui qui se plaignait sans cesse du service dans lequel il officiait désormais ! Ce fut donc avec une certaine surprise qu’il l’écouta prendre la parole, dans son armure anthracite, un rapport confidentiel entre ses mains :

"Notre équipe de renseignement a détecté la présence d’un signal sur la planète numéro 4032-877, que vous connaissez sans doute sous le nom de "La Terre".  Nous avons confirmé la provenance de la communication de la part d’un appareil immatriculé dans nos registres, mais nous ignorons encore l’identité de son émetteur."

La Terre ? Cabba pensait que cette planète avait été condamnée depuis quelques temps en raison de son atmosphère devenue irrespirable et de la radioactivité croissante de sa surface. Il n’était possible de se rendre là-bas qu’avec des équipements sur mesure et plusieurs autorisations spéciales au préalable. Qui pouvait bien avoir survécu là-bas suffisamment longtemps pour reprendre contact avec les Forces de Défense ?

"Nous pensons cependant qu’il s’agit d’un membre de la Première Equipe de Reconnaissance, menée par le caporal Scalio, partie en mission voilà plusieurs semaines et dont nous n’avions pas eu de nouvelles depuis qu’un message d’urgence de leur part nous avait été transmis."



Scalio ?

Il n’avait pas entendu ce nom depuis… Depuis quand, d’ailleurs ? Il avait planifié des missions avec le soutien de l’unité de reconnaissance par le passé, il connaissait le nom de la plupart d’entre eux quand bien même ils n’étaient que de simples camarades. Mais ce nom laissa un goût étrange dans sa bouche et une sensation de pesanteur sur ses épaules. La dernière fois qu’ils s’étaient aperçus, il venait à peine d’être promu capitaine.

C’était peut-être l’homme qu’il avait vu dans ses rêves, le regard meurtri, les mains couvertes de sang…

"Ce message montre qu’ils ont été confrontés à des groupes de rebelles, mais nul ne sait s’ils ont réussi à gérer la situation, en tout cas jusqu’en ce jour."

La générale prit ensuite la continuité du discours commencé par son subalterne :

"Parallèlement, le groupe de négociateurs délégué sur la planète 9045-2728 "Namek" et mené par le général Kasav n’est toujours pas rentré à la date initialement annoncée quatre jours auparavant, ce qui me laisse penser que ces deux disparitions pourraient être corrélés."

Au fond de lui, Cabba espérait vraiment que les rumeurs qu’il avait entendues étaient fausses. Des rumeurs de trahison, des rumeurs d’invasion, des rumeurs de guerre. Exactement comme dans son cauchemar…

"Capitaine Cabba, capitaine Taro, capitaine Furawa et capitaine Retasu, votre mission sera de vous rendre sur place afin de confirmer et de secourir les survivants de la Première Equipe de Reconnaissance, si toutefois il s’agit bien des émetteurs du signal d’urgence que nous avons reçu. Autrement, interceptez les forces rebelles et forcez-les à se rendre. Ne tirez pas sur les hostiles jusqu’à ce que d’autres ordres soient transmis."

Autrement dit, un sauvetage vraiment risqué s’ils ne se préparaient pas suffisamment à toutes les éventualités… Mais c’était pour ce genre de prises de risques que les membres de l’unité d’élite étaient sélectionnés et formés pendant de longues années, après tout.

"Entendu, générale Brusselle." acquiescèrent en cœur les quatre concernés.

"La direction générale des technologies et des armements mettra à votre disposition des équipements spécialisés afin que vous et vos équipes puissiez évoluer dans l’atmosphère jugée dangereuse de La Terre." indiqua-t-elle en leur remettant des laissez-passer. "Vous disposerez d’une journée afin d’élaborer une stratégie en étroite collaboration avec les services de renseignement ainsi qu’avec l’académie royale de Sadala. Les registres interplanétaires seront également mis à votre libre consultation. Toute information en découlant sera strictement restreinte au besoin d’en connaitre."

Cette mission était donc de la plus haute importance, sans doute commanditée par le roi Sadala en personne. Le moindre échec sera lourd de conséquences : une telle responsabilité était forcément intimidante, mais si Cabba avait attendu ce jour toute sa vie, ce n’était pas pour faire marche arrière devant le fait accompli.

Même si quelque chose, au plus profond de son être, le retenait de toutes ses forces.

"Nous comptons sur vous. Que Soli vous guide, que Leto vous protège !" conclut Brusselle, avant de saluer l’assemblée et de sortir par là où elle était rentrée.

Cabba aurait apprécié faire part de ses inquiétudes à sa supérieure sur cette situation préoccupante, mais cette dernière semblait également pressée, il pouvait le sentir dans la forme anormalement perturbée de son aura. Il échangea quelques mots avec Esco afin d’obtenir quelques précisions supplémentaires, mais ce dernier semblait réticent à répondre à certaines questions concernant les circonstances de l’opération "Big Star". Plus curieusement, il s’étonna de l’avoir déjà rencontré plus tôt dans la matinée, chose que Cabba démentit non sans une certaine confusion. Puis il quitta l’intérieur du bâtiment à son tour, sachant que le temps lui était désormais compté.

Après avoir donné quelques indications à ses subalternes, il décida de partir sans plus attendre pour les archives planétaires.



* * *



Situés sous le palais, les édifices qui abritaient les archives sadaliennes ainsi que la librairie royale n’étaient accessibles que par l’intérieur du palace ou par une correspondance à sens unique depuis les bords du lac. Comme il était formellement défendu de voler dans ce périmètre, il utilisa son insigne de capitaine puis son laissez-passer pour se rendre sur place. Après avoir dépassé trois rangées de gardes et avoir décliné son identité ainsi que le motif de sa visite, il emprunta une plateforme qui le conduisit directement dans l’atrium de la gigantesque médiathèque.

Comme la plupart des pièces du palais de Sadala, son architecture de pierres blanches, de marbre et d’or était d’une splendeur inégalée. Des colonnades interminables et des escaliers en spirale permettaient d’accéder d’un étage à un autre, chacune des sections dédiées à des archives parfaitement définies concernant l’histoire et la culture du peuple saiyan, la science et la technologie à travers les âges, l’agriculture et la botanique selon les territoires, l’évolution de la topographie, les relations interplanétaires passées et futures, la découverte spatiale et universelle, ou encore les répertoires des ressources humaines et matérielles. Des rangements d’étagères, d’armoires et de catalogues posés sur des bureaux s’étalaient à perte de vue, si bien qu’il était relativement facile de se perdre dans toute cette grandeur. Heureusement, des archivistes veillaient sans trêve à la sécurité des documents : ces érudits étaient d’ailleurs les seules personnes autorisées à voler dans l’enceinte, afin de classer plus aisément les manuscrits ou de surveiller les allers et venues des visiteurs. Ce n’était pas un endroit où il se rendait souvent, mais il ne pouvait s’empêcher d’être émerveillé à chaque fois.

Cabba remonta les couloirs du quatrième étage, à la recherche de toute la documentation nécessaire pour préparer sa future sortie. Des rapports plus ou moins récents, des vidéos, des plans : rien ne devait être laissé au hasard s’il voulait que cette mission soit un succès pour lui et ses camarades. Tout en parcourant le registre des dernières explorations recensées sur La Terre, il commença à ébaucher un début de stratégie dans son esprit selon les méthodes qui lui avaient été apprises. Cela faisait depuis des décennies que les humains qui habitaient la planète l’avaient rendue impraticable suite à une guerre nucléaire. Il se demandait bien ce que des rebelles viendraient faire là-bas, si ce n’est se cacher à l’abri des forces de l’ordre intergalactiques ou chercher à récupérer des armes… et surtout, il se demandait dans quel cadre une simple équipe de reconnaissance aurait été envoyée là-bas, sans renforts ni coordination avec l’unité d’élite. Malheureusement, la réponse à ses questions ne semblait pas se trouver dans les documents en sa possession : pour cela, il faudra sans doute se connecter au terminal des archives numériques, qui était situé dans une alcôve dont l’accès était strictement règlementé.

Mais lorsqu’il arriva sur place, il fut stupéfait de voir que non seulement l’entrée habituellement bien gardée était laissée sans surveillance, mais qu’en plus, elle semblait avoir été forcée.




Le capitaine resta un instant sans mot dire. Le lecteur mural était encore intact et lorsqu’il vérifia le registre des visites, quelle ne fut sa surprise de constater que la dernière visite enregistrée datait de ce matin. Qui avait pu ainsi échapper à la vigilance des gardes et des archivistes ? Il devait s’en assurer au plus vite. Entrainé à réagir de façon protocolaire même dans l’urgence, il rédigea aussitôt un message en pair-à-pair sur son émetteur-récepteur à destination exceptionnelle de son maitre Renso, pour lui signaler la situation à laquelle il faisait face. Sans attendre de réponse, il marcha silencieusement vers le passage qui menait au terminal. La machine comprenait des données classées « secret défense » pour la plupart, il ne fallait surtout pas qu’elles soient compromises par des personnes non habilitées ou mal intentionnées. Ou même pire : par des traitres à leur peuple, comme la Couronne le redoutait tant depuis ces dernières années.

Puis, même au moment où il franchit le pas de la dépendance, Cabba sentit une forte décharge électrique remonter le long de sa colonne vertébrale. Ses jambes manquèrent de s’affaisser tandis qu’une sensation complètement étrangère à son cerveau bouleversa sa perception, l’espace d’une seconde.

Juste là, à quelques mètres. Au bout du couloir, dans la pénombre des écrans, quelqu’un était en train de consulter le terminal:

Il prit une profonde inspiration pour calmer les battements de son cœur, mais quelque chose continuait à se tordre dans ses intestins. La sensation n’était pas nouvelle, mais c'était beaucoup plus intense que ce mauvais pressentiment qui persistait à ne pas vouloir quitter ses pensées depuis ce matin. Il ferma les yeux afin de se concentrer sur l’énergie vitale qui se trouvait là, mais elle semblait très bien dissimulée. Aucun doute : personne de suffisamment intègre ne chercherait à cacher ainsi sa présence dans un lieu aussi important.

"Qui va là ?" l’interpella-t-il aussitôt.

L’épaisseur du silence ne fit qu‘alourdir l’irréalité de ses intuitions.

"L’accès à ce serveur n’est autorisé qu’à la famille royale et à la hiérarchie supérieure des Forces de Défense de Sadala !" rappela-t-il, un peu plus incertain cette fois-ci.

Puis, face à l’absence de toute réaction, il décida de passer à l’action.
Il choisit de faire quelques pas de plus,
sans savoir que son acte sera sans doute le dernier.
Contenu sponsorisé

"Dédoublement." Empty
MessageSujet: Re: "Dédoublement."   "Dédoublement." Clock
 
"Dédoublement."
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPGDBZ :: RPG :: RPG Flashback-