Le Deal du moment : -56%
Table moderne en bois massif – Alkove
Voir le deal
350.95 €

Partagez
 

 Savoir se répentir

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Williams Auguste
Williams Auguste
Terrien
Masculin Age : 25
Date d'inscription : 20/02/2018
Nombre de messages : 119
Bon ou mauvais ? : Il se dit bon
Zénies : 494

Techniques
Techniques illimitées : Star Dust / Don't Bring Me Down !
Techniques 3/combat :
Techniques 1/combat : Space Oddity

Savoir se répentir Empty
MessageSujet: Savoir se répentir   Savoir se répentir ClockVen 9 Oct 2020 - 18:04
[Le poste d'origine a été perdu suite à une édition foireuse, veuillez m'excuser pour mon idiotie.]


Dernière édition par Williams Auguste le Dim 29 Nov 2020 - 18:09, édité 2 fois
Narumi Karuzaki
Narumi Karuzaki
Demon
Féminin Age : 30
Date d'inscription : 18/07/2012
Nombre de messages : 295
Bon ou mauvais ? : Neutre
Zénies : 1240

Techniques
Techniques illimitées : Transposition | Griffes et crocs acérés | Pluie d'énergie
Techniques 3/combat : Rayon Lunaire | Armure naturelle
Techniques 1/combat : Forme Alpha

Savoir se répentir Empty
MessageSujet: Re: Savoir se répentir   Savoir se répentir ClockDim 11 Oct 2020 - 14:35
La louve était épuisée. Sa vie personnelle était un désastre, alors elle se noyait dans sa vie professionnelle pour garder une certaine santé mentale. Celle-ci passait tout son temps à faire de son mieux pour régler les affaires de meurtres qui s’accumulaient suite à la guerre, comme si l’acte de SK avait sonné le glas du “laissez-passer” pour tous les pires salopards de la Terre. Les problèmes s’accumulaient, mais la cheffe des armées passait tout son temps à jouer le rôle d’une protectrice dévouée, ce que cette dernière avait toujours fait depuis sa prise de poste. Ce qui avait évolué depuis, c’est qu’elle dormait de moins en moins. 


L’alpha sortait d’une réunion d’urgence avec les représentants du personnel médical de la base militaire. Tant de blessés et de gens sans abris… bien qu’ils avaient été très réactif, les efforts devaient se poursuivre et ce n’était pas une mince affaire que de gérer autant de gens. Heureusement, ils avaient été grassement aidé par des millionnaires, des dons, ce qui leur enlevait une grande épine du pied. Niveau organisation il restait cependant fort à faire au quotidien, et Narumi se devait donc d’être au taquet.


Lorsque d’un pas pressé elle passa dans le grand hall de la base militaire, son regard ne s’attarda sur personne en particulier. Cependant, son odorat surdéveloppé lui indiqua la présence d’une personne atypique qu’elle avait vu il n’y a pas si longtemps… La louve leva donc le nez et ses yeux se posèrent sur cet homme discret et plein de ressentiments au fond de lui, du moins, aux dernières nouvelles de ce qu’elle savait sur cet homme… Williams Auguste.


L’échange que celui-ci eut avec Verlot ne passa pas inaperçu. La louve fronça les sourcils, son regard perçant s’arrêtant plusieurs longues secondes sur la pierre luisante que tenait ce dernier. Comment un seul homme aussi simple et sans histoire pouvait détenir pareil pouvoir ?


Verlot ?” interrogea t-elle en s’approchant des deux individus. “Laisses donc passer monsieur. Toute personne souhaitant venir en aide à la population est la bienvenue.


La cheffe des armées tendit une main vers Auguste. Son air stoïque habituel s’adoucit quelques peu lorsqu’elle croisa son regard.


Narumi Karuzaki, cheffe des armées. Quelle coïncidence : je passe dans le hall au moment où vous vous présentez à nous. Mais ne restons pas-là, venez dans mon bureau que nous puissions échanger dans des conditions plus confortables.


Sa prestance naturelle, son charisme intimidait souvent autrui. La louve fit signe à l’homme à la veste noire de la suivre jusque dans son bureau. Elle l’invita à s’asseoir, lui proposa un verre de whisky en premier lieu - puis de quelque chose de soft ensuite - puis s’installa sur son siège habituel. 


La venue de Williams l’intriguait. La louve faisait comme si cette dernière ne le connaissait pas, mais ce protagoniste avait subi un interrogatoire il y avait à peine quelques jours. Bien sûr, il ne pouvait pas s’en rappeler puisque la mémoire des personnes interrogées étaient effacées suite aux “entretiens”. Il était donc assez cocasse de le voir venir de part lui-même se présenter ici si peu de temps après, bien qu’il ne puisse pas se souvenir de l’interrogatoire.


Cette pierre… vous a poussé à venir proposer votre aide si j’ai bien compris ?” Dit-elle après avoir prit une gorgée d’eau, ne buvant qu’à la fin de sa journée de l’alcool. “C’est un atout d’une grande ampleur. Je ne souhaite pas vous soutirer des informations que vous ne souhaiteriez pas révéler à son propos, mais je suis toute ouïe si vous voulez partager votre histoire commune avec la pierre. Tout comme je vous écoute quant à l’objet précis de votre venue, bien qu’il semblerait que votre utilité soit toute tracée : avec votre artefact, vous allez pouvoir prendre connaissance du passé d’absolument n’importe qui… c’est bien cela ?

L’alpha croisa les bras en s’asseyant bien au fond de son siège, gardant un air calme et disponible.
Williams Auguste
Williams Auguste
Terrien
Masculin Age : 25
Date d'inscription : 20/02/2018
Nombre de messages : 119
Bon ou mauvais ? : Il se dit bon
Zénies : 494

Techniques
Techniques illimitées : Star Dust / Don't Bring Me Down !
Techniques 3/combat :
Techniques 1/combat : Space Oddity

Savoir se répentir Empty
MessageSujet: Re: Savoir se répentir   Savoir se répentir ClockDim 11 Oct 2020 - 17:43
La voici. L'une des personnes dont le survivant craignait le plus venait de faire son entrée en scène : Narurmi Karuzaki. Il n'était pas surpris de la voir en allant dans le centre de recrutement, à vrai dire, c'était la même chose que leur base d'opérations depuis l'arrivée d'Auros. Il ravala sa salive en la voyant, le regard de la louve se concentra dans sa direction générale... non, il savait ce qu'elle scrutée ainsi : l'artefact. Même pour les gens qui ne connaissaient pas le pouvoir de celle-ci, son apparence ne laissait pas inaperçue à quiconque. Une émeraude luisante entre les mains d'un type qui devait certainement se battre pour payer son loyer.

Bien qu'elle tendit sa main vers lui, Monsieur Auguste était extrêmement tenté de la prendre pour voir tout ce dont qu'il aurait besoin pour enfin se décider où placer l'ancienne despote: une bonne personne mal guidée par Seishiro Kasaï ou une manipulatrice qui souhaitait dépasser son ancien patron. Il s'approcha de la main avant de la retirer aussitôt tout en faisait signe qu'il refusait la poignée de main, tout ça par instinct. Pour éviter de se prendre la fureur de l'ancienne amoureuse et des gardes, il dénoua ses cordes vocales avant de prononcer :

“Ne le prenez pas mal, je vous expliquerai pourquoi plus tard, si ça vous dérange pas.”

Il ne pouvait pas se montrer avec son don ainsi. Et bien que le regard de la sauveuse de Satan-City s'adoucit en croisant celui du repenti, ce dernier ne se sentait pas plus calme... à vrai dire, il avait un étrange impression de déjà-vu. Pourtant, la seule chose qu'il connaissait de la traîtresse était de ses interventions à la télévision et à la radio... et les événements d'un passé qui n'a jamais eu lieu.

“Williams Auguste… je vous suis.”

Il la suivait avec deux sentiments qui s'opposaient entièrement : soit il était devenu le mouton qui allait de son plein gré à l'abattoir. Sinon, il allait pouvoir trouver son salut pour toutes ses erreurs et servir sa patrie et planète. Il devait néanmoins pas montrer ce conflit en lui. Il décida de faire de son mieux pour prendre l'état d'esprit qu'il avait durant une partie de Poker. Donner le nécessaire d'informations et paraître calme, même si sa main était seulement composée sans aucune paire.

Il s'assoit comme la louve lui proposa et accepta le whisky. Même si tenir l'alcool n'était pas une spécialité du joueur de poker, ça serait mentir qu'il n'appréciait pas de boire tranquillement. Ici, c'était la même chose sans la tranquillité qui venait avec la sécurité des casinos qu'il côtoyait. Il se sentait vraiment en danger, mais son visage ne le dévoilait pas une seconde. Chacun de ses mouvements étaient calculés, y compris poser la pierre verte sur le bureau, le véritable sujet de la discussion qui allait se faire.

Narumi avait directement compris la raison derrière la venue de l'innocent qui cherchait à se rendre utile : la pierre et ses pouvoirs. La capacité de déduction de l'Alpha laissa surpris Williams au point que sa "poker face" laissa place à la surprise la plus totale. Soit ça, soit elle avait entendue toute la discussion avec le garde. C'était plus probable qu'une autre solution. Il pris une gorgée de whisky avant de se lancer dans l'explication de sa venue dans l'antre de la bête.

“Je vais vous dire ce que je pense est nécessaire. Sur l’origine de la pierre, c’est un mystère que j’ai cherché à résoudre depuis qu’elle s’est collée à moi. Elle a plusieurs pouvoirs, certains dont je suis certain que je n’ai pas encore découvert.”

Il se permit une pause d’un moment au milieu de son monologue pour réfléchir sur comment le dire sans trop dévoiler et de bien choisir ses mots.

“L’un de ses pouvoirs me permet de voir le passé, justement. Un simple contact physique me suffit pour connaître toute l’existence d’une personne, que ce soit volontaire ou pas. Avec ceci, les interrogatoires seraient grandement facilités, que ce soit sur un meurtrier ou un innocent qui aurait été là au mauvais moment…”

Monsieur Auguste pris une autre gorgée du whisky avant de continuer.

“C’est pour ça que j’ai refusé de vous serrer la main tout à l’heure. Je vis l’existence de la personne, mais pas ses pensées. Me connaissant, j’aurais probablement paniqué en voyant votre passé parmi les Black Feathers. Et puis, qui de censé voudrait donner des informations top secrètes à un paumé, non ?”

Il était sérieux. Il ne voulait pas la toucher, un pressentiment que ça finirait mal... après tout, voir la vie d'une personne qu'il avait tuée dans une dimension temporelle différent serait.... serait simplement... RAH ! Il était taillé en deux intérieurement, mais il faisait de son mieux pour garder une expression calme et honnête, malgré tout les non-dits.

“Peut-être je peux vous montrer cela sur un prisonnier ou une personne ayant peu d’informations à me transmettre ?”
Narumi Karuzaki
Narumi Karuzaki
Demon
Féminin Age : 30
Date d'inscription : 18/07/2012
Nombre de messages : 295
Bon ou mauvais ? : Neutre
Zénies : 1240

Techniques
Techniques illimitées : Transposition | Griffes et crocs acérés | Pluie d'énergie
Techniques 3/combat : Rayon Lunaire | Armure naturelle
Techniques 1/combat : Forme Alpha

Savoir se répentir Empty
MessageSujet: Re: Savoir se répentir   Savoir se répentir ClockMar 13 Oct 2020 - 20:10
Le fait qu’il n’ai pas saisi sa main l’avait surprise, mais la louve n’en montra physiquement rien. La dernière fois, lors de l’interrogatoire, elle se rappelait vivement de la réaction qu’avait eu Williams en découvrant son passé. Celle-ci avait voulu voir sa réaction aujourd’hui: aurait-elle été la même ? Ses souvenirs l’auraient-il influencer d’une manière différente ? Ceci dit, le voir ne pas lui serrer la main la conforta dans l’idée que cet homme était quelqu’un de bon. 


Si Auguste s’était révélé être un individu plutôt craintif, il n’en démontrait rien d’apparence. Seul son poul pouvait lui faire défaut, et encore. Narumi admirait sa capacité à savoir se contenir et à paraître être un homme sûr de lui, posé. C’était ce qu’il fallait montrer dans ce monde de vipères, prêtes à trouver la moindre de vos failles.


La louve écouta calmement ses explications qu’il fournissait entre quelques gorgées de whisky. Cette dernière, immobile, les bras croisés, ne décrochait que peu son regard du sien. Ce n’était nullement une technique d’intimidation, mais seulement une manière de faire naturelle pour la louve. Elle possédait des capacités d’analyses judicieuses qui lui permettait en général de bien cerner autrui, mais pour autant cela ne l’avait pas empêché de tomber dans le piège émotionnel de Seishiro.


Merci pour votre sollicitude. Mais peu importe ce que vous auriez vu concernant mon passé.” finit-elle par dire avec cet air sérieux et serein qui lui collait souvent à la peau, bien qu’elle soit de toute évidence une fausse calme. “Même si l’envie vous aurait prit de raconter à la presse ce que vous auriez vu, ils ne vous auraient pas cru. Ou peut-être que vous auriez trouvé quelqu’un pour vous croire. Mais même dans cette supposition-là, tout ce que j’aurai eu à faire c’est d’ignorer le problème - et s’il avait prit de l’ampleur, de m’exprimer sur un plateau télévision pour démentir les faits. Je n’aime pas mentir, mais ma vie personnelle n’appartient qu’à moi. Sans vouloir vous offenser Auguste, pour ces vipères de la presse vous n’êtes personne. De mon côté, cela fait des années que le peuple me connaît et qu’il sait que je consacre ma vie pour eux. Alors, vous voyez, je ne crains rien.


Ce n’était ni des menaces ni de l’arrogance mal placée, seulement des faits qu’elle explicitait pour lui faire comprendre que de toute manière cela ne l’aurait pas vraiment dérangé.


Quoi qu’il en soit, je respecte votre décision.” conclut-elle avec un sourire sincère pour détendre l’atmosphère.


Il proposa par la suite de lui montrer les pouvoirs de sa pierre sur un prisonnier. Cette dernière acquiesça.


Je ne suis pas du genre à faire des petits essai. Je préfère que nous rentrions directement dans le vif du sujet avec un prisonnier tout désigné pour votre pierre.


La louve tira une cigarette de la poche de son treillis militaire et l’alluma : elle était à une distance assez lointaine de Williams pour qu’il ne se mange pas la fumée.


Il s’agit d’une créature particulière. Une sorte de changeforme. Cette créature humanoïde prend l’apparence qui plaît, personnellement, le plus à la personne qui se trouve en face de lui. D’une certaine manière, donc, elle lit dans votre esprit pour trouver quelle apparence, quelle personne vous plaît le plus. De ce fait je n’ai aucune idée de sa “véritable” forme physique de base. Cette créature se sert de ce talent pour séduire son prochain et lui soutirer ce qu’elle désir : informations, argent, faveurs en tout genre… la liste est longue.” La louve fumait assez rapidement sa cigarette, puisqu’à la fin de ses explications ils allaient se mettre en route pour rencontrer cet individu spécial. “La créature a refusée de dire quoi que ce soit sur ses origines, son nom ou sa race. Nous ne savons donc rien d’elle, à part qu’elle est suspecté d’être l’auteur, ou au moins le complice d’une série de meurtre suite à la destruction de notre belle capitale par…” sa gorge se serra, mais Narumi combattait sa propre haine pour réussir à prononcer ces initiales maudites. “SK.


 L’alpha écrasa sa cigarette dans son cendrier avec une certaine hargne, comme si c’était Seishiro qu’elle éclatait au sol dans son for intérieur.


Elle se releva et fit signe au nouveau venu de la suivre. Ils traversèrent plusieurs corridors avant de se retrouver dans le coin le plus glauque de la base, puisqu’il s’agissait du côté prison de celle-ci.


Cependant, loin des idées reçues, les cellules étaient bien éclairées et propres. 


Ils entrèrent dans une salle avec une vitre teintée, et de l’autre côté se trouvait la créature dans sa cellule. L’on pouvait communiquer avec elle à travers la baie vitrée de sa cellule en appuyant sur un bouton, il n’était pas nécessaire de rentrer dans sa cage.


La créature devait donc apparaître à Williams sous l’apparence de la personne qu’il trouve la plus charmante, pour qui il a des sentiments, quelqu’un à qui il ne peut résister. 


Pour Narumi, au départ, la créature prenait l’apparence de SK, mais elle s’était vite rendue compte de sa lamentable erreur. La louve le haïssait, bien qu’elle n’arrivait pas non plus à ne plus l’aimer, ce qui créait une rage d’autant plus intense en elle. 


Maintenant, la créature prenait l’apparence de Tentra, et la louve qui souffrait déjà énormément de sa disparition et de son absence avait dû s’y habituer. Cela lui faisait indéniablement toujours quelque chose de le voir, bien que ça ne soit pas lui.


Ne vous laissez pas berner par son apparence, peu importe qui vous voyez. Je voulais vous amener ici avant de la confronter pour que vous vous fassiez à l’idée qu’il ne s’agit pas de cette personne que vous chérissez et dont elle a prit la forme. Gardez bien en tête qu’il s’agit d’un criminel potentiel.” Celle-ci lança un regard à Williams pour s’assurer qu’il n’allait pas faillir. “Quand vous serez prêt, nous allons sortir de cette pièce et nous mettre devant la cellule de cette créature. Elle peut passer un bras dans le trou sécurisé prévu à cet effet. Toutes nos cellules en sont pourvues; cela nous sert à faire des prélèvements sanguins sans entrer dans les cellules.


La louve attendit l’aval de son partenaire, puis tous deux sortirent de la pièce pour se rendre dans le corridor où se trouve la cellule de la créature. 


Bonjour. Passez votre bras dans la configuration murale adaptée s’il vous plaît.” dit l’alpha à l’attention du protagoniste en cellule. 


La “chose” eu un petit sourire narquois. La présence d’Auguste semblait la laisser indifférente pour le moment. La créature haussa les épaules d’un air las puis s'exécuta.

Une de plus, une de moins… faites donc vos analyses, “cheffe” !


Narumi fit signe de la tête à Williams pour qu'il agisse.
Williams Auguste
Williams Auguste
Terrien
Masculin Age : 25
Date d'inscription : 20/02/2018
Nombre de messages : 119
Bon ou mauvais ? : Il se dit bon
Zénies : 494

Techniques
Techniques illimitées : Star Dust / Don't Bring Me Down !
Techniques 3/combat :
Techniques 1/combat : Space Oddity

Savoir se répentir Empty
MessageSujet: Re: Savoir se répentir   Savoir se répentir ClockMer 14 Oct 2020 - 10:07
Elle était confiante à ses compétences pour étouffer l’affaire si des informations sur sa vie privée sortirait au public. Malheureusement, et de façon consternante pour le bluffeur, elle ne semblait pas intimidée par les autres groupes de vipères : des terroristes ou des agents encore fidèle à Seishiro Kasaï. Et s’il venait à craquer une nouvelle fois et donner des informations importantes eu Ruban Rouge ou aux Black Feathers ? La confusion envers son manque d'intérêt pouvait être lu sur son visage, bien qu’il récupéra cette façade d’un homme serein et en contrôle.

Elle n'était pas du genre à jouer petit et lui fit une longue description du monstre qu'il allait devoir observer le passé. Un changeforme qui prendrait l'apparence d'une personne de confiance pour pouvoir mieux le manipuler pour ses propres intérêts. Le simple fait qu'une telle créature puisse exister fit brisé le mur de glace qui était son expression faciale jusqu'à là : sérieux et déterminé. Si une telle insulte à la logique pouvait exister, ils doivent en avoir partout. Il y a une métaphore qui parle de porter des masques pour protéger les véritables émotions des gens... mais maintenant, c'est copier l'apparence et agir comme un ami longuement perdue pour en faire son pantin. Avant même qu'il soit en contact avec lui, Williams s'attendait au pire. Après tout, c'était la première fois qu'il puisse voir le passé d'une telle immondice Malgré cela, il remarqua que la simple notion de SK semblait être l'une des failles de sa personnalité stoïque qu'elle tentait de lui montrer : la façon dont elle avait écrasée son cigare était tellement forte que le repenti avait du mal à croire que le cendrier tenait encore debout.

Il était temps de voir ce mystérieux monstre dont il allait dévoiler toutes ses crimes. Il avait laissé dans le bureau l'artefact qui lui avait donné ce don qu'il haïssait tant jusqu'à cette semaine dont il s'était promis de s'en servir pour le bien commun. Il l'avait laissé ainsi pour montrer à Narumi un attribut particulier de l'émeraude. Pendant la traversée vers la prison qui aurait pu être la rivière Styx, une faible lueur verte se mit à briller devant Williams Auguste avant que la pierre apparaisse pour atterrir directement dans la main du survivant.


“Désolé, je l’avais oublié. De toute façon, je pourrais l’envoyer sur Dösatz, elle réapparaîtra toujours devant moi.”

C’était sa façon à insinuer que tenter de lui confisquer l’artefact était tout bonnement impossible ou se l'approprier était au mieux un rêve. Pourquoi autant de précautions ? L’histoire connue de Narumi n’avait pas convaincu son innocence dans les affaires de Black Feathers. S’il allait avoir un coup de poignard dans le dos pour ses dons, il s’assura qu’il soit impossible… quoique, c’était plutôt le travail du précieux minerai.


Ils arrivèrent directement devant la cellule où il pouvait voir la dangereuse créature. Williams bloqua pour un instant avant de se rappeler qu'il ne s'agissait qu'une plate imitation de la véritable maîtresse du temps. Il regarda un instant la cheffe qui semblait avoir encore fissurée son masque. Williams soupira d'un coup, elle était plus humaine qu'elle le laissait paraître. Un être comme lui, capable de souffrir par les souvenirs.

“Il a son apparence, mais je sais que c’est juste un bluff. Elle n’aurait aucune raison d’être ici. Je vais tout vous dire sur cette créature…”
 
Dès que l'énigmatique monstre caché dans la peau de la dernière personne dont Williams avait confiance depuis la destruction de la Terre. Il l'attrapa par le poignet sèchement. Il n'était clairement pas amusé de cette insulte à la personne qui l'avait aidé à survivre les bombes et empêcher de devenir un sociopathe.

Alors, voici l'histoire d'une créature provenant d'une planète au bord de la galaxie nord. Tout un peuple capable de changer d'apparence, selon les sentiments des autres. Heureusement, cette civilisation est généralement composées de créatures bienveillantes dont leur envie était de défendre et soigner les autres en les aidant dans leur deuil ou en plein combat. Bien sûr, il y a des gens plus ambitieux parmi la populace : le pouvoir, la politique, l'argent et bien d'autres choses qui pouvaient corrompre l'esprit d'un être vivant. Dans le cas de Thi-Phty, notre criminel, il quitta la planète pour proposer ses services en tant que changeforme à divers groupes de bandit ou de terroriste. Il avait fait son pactole ainsi. La Terre était le terrain le plus prolifique pour le monstre. La mafias, les Yazukas et même l'Inner Circle ont déjà utilisés ses services pour kidnapper diverses personnes avec leur pleine confiance pour mettre fin à leurs vies ou des interrogatoires inhumains.

“Je vais faire court. Il s'appelle Thi-Phty, il vient d'une planète dont je n'ai aucune indication du nom, mais c'est vers la bordure nord de notre galaxie. Son mode opératoire est de prendre l'apparence de l'être le plus cher pour les jeter à des organisations criminels. Il agit ainsi avant même les explosions et la Terre n'était pas son seul terrain de jeu. Après, il n'a fait aucune victime de façon directe, mais c'est quasiment certain que les gens qu'il a manipulés ne sont plus parmi nous.”

Il lâcha le bras de ce connard avant de souffler un coup.

“Je peux vous faire la liste des gens kidnappés, mais ça me prendra un peu de temps, en espérant ma mémoire ne finisse pas par m’en faire oublier.”

Il retourna son regard vers l'intimidante cheffe avec un être sérieux, voir moins trop. Voir les méthodes du complice faisait réveiller en lui une envie de justice. Non, pas celle qui jugeait équitablement la chose, mais celle qui démarrait des guerres comme on en avait vu des dizaines depuis le début du siècle.

“Vous voulez qu’on enchaîne les interrogatoires ou il y a le monde merveilleux de la paperasse avant ?”
Narumi Karuzaki
Narumi Karuzaki
Demon
Féminin Age : 30
Date d'inscription : 18/07/2012
Nombre de messages : 295
Bon ou mauvais ? : Neutre
Zénies : 1240

Techniques
Techniques illimitées : Transposition | Griffes et crocs acérés | Pluie d'énergie
Techniques 3/combat : Rayon Lunaire | Armure naturelle
Techniques 1/combat : Forme Alpha

Savoir se répentir Empty
MessageSujet: Re: Savoir se répentir   Savoir se répentir ClockMer 21 Oct 2020 - 10:12
La louve avait constaté que la pierre de Williams revenait à lui, qu’importe où il la laissait, la jetait ou l’oubliait. C’était une étrange chose que de voir cet artefact collé à celui qu’elle avait choisi, à l’instar d’une malédiction dont on ne pouvait se défaire.

Lorsque ce dernier saisit la créature, Narumi lança un regard interrogatif à Auguste. Elle se demandait comment s’écoulait les souvenirs des autres en lui. Cela avait l’air d’un flot d’informations brutales à digérer, pour autant le terrien ne semblait pas tant déconcerté par la violence du processus. C’était plutôt les informations qu’il récoltait qui pouvaient être choquantes.

La créature, les sourcils froncés lorsque Williams commença à parler, changea de rictus au fil de son discours. Elle ne s’attendait certainement pas à ce que cet homme lambda puisse déceler de telles informations la concernant. Thi-Phty rengaina son bras avec un certain mépris.

Tu pourrais bien être le prochain à avoir un contrat sur ta tête si tu balances les autres comme tu le fais là. Et j’accepterai ce contrat avec grand plaisir !” persiflait la créature.

La louve fit signe à la créature de se taire d’un geste de la main. Cette dernière eut un rire mauvais et se retourna dans sa cellule, exprimant sa colère en shootant dans l’une des chaises de sa cage.

Très utile. Je vais noter moi-même les noms des personnes kidnappées dès maintenant, énumérez-les moi pendant que nous passons au prisonnier suivant.

Dit-elle en sortant son téléphone professionnel dernier cri, sur lequel il était plus facile de saisir des notes et des dossiers importants.

La paperasse va se faire par notre gestion des données informatiques, une fois que j’aurai fini de saisir le rapport que vous m’avez fait et les noms des victimes, quelqu’un de notre service prendra le relais et des agents seront immédiatement envoyés pour récupérer les personnes kidnappées.

Les services terriens, notamment en terme militaire donc, demeuraient particulièrement efficace et avancé depuis que Narumi en avait prit les rênes.

Celle-ci s’avança dans d’autres couloirs tout en prêtant une oreille attentive à la liste des personnes à sauver de la part d’Auguste, notant sur son dispositif avec une vélocité qui attestait de sa maîtrise de l’outil et de sa vivacité d’esprit.

Ils débouchèrent dans un long couloir avec pas moins d’une dizaine de cellule. Narumi releva le nez de son téléphone professionnel une fois son rapport terminé, lançant un regard à son nouveau partenaire.

Toutes les personnes incarcérées dans ce couloir ont des liens entre elles. C’est une histoire complexe. On pense qu’il s’agit d’une famille, ou d’un groupe d’amis tout du moins qui font du trafic d’organes et de drogues. Ils sont les pionnier du “marché noir” qui s’est mis à sévir suite à la catastrophe. Cependant, nous n’avons que de maigres informations sur le coeur de cette affaire. Nous n’avons que des suppositions, des témoignages à demi-mot sur les activités de certaines de ces personnes, et des traces dans certaines de leurs laboratoires improvisé qui nous ont permis d’arrêter des personnes de leur entourage.

La louve fit un temps de pause pour le laisser prendre conscience de la situation, car il avait fort à faire : découvrir les souvenirs de l’ensemble de ces personnes et trouver les liens précis qui les unissaient, ce qu’ils faisaient spécifiquement dans cette histoire… et peut-être y avait-il un fond encore plus sombre à tout cela.

Si nous ne pouvons établir de lien et trouver de preuves rapidement, il va falloir que nous les relâchions. Je compte sur vous pour que cela n’arrive pas. Je reste à vos côtés pour noter succinctement toutes les informations que vous découvrirez, et nous ferons le lien petit à petit entre celles-ci.

Comment Auguste allait-il appréhender ce pêle-mêle ?
Williams Auguste
Williams Auguste
Terrien
Masculin Age : 25
Date d'inscription : 20/02/2018
Nombre de messages : 119
Bon ou mauvais ? : Il se dit bon
Zénies : 494

Techniques
Techniques illimitées : Star Dust / Don't Bring Me Down !
Techniques 3/combat :
Techniques 1/combat : Space Oddity

Savoir se répentir Empty
MessageSujet: Re: Savoir se répentir   Savoir se répentir ClockMer 21 Oct 2020 - 15:27
“Si tu m’avais eu il y a une semaine, je t’aurais suivi sans question. Étrange que je tombe sur une immondice qui aurait pu rendre mon ancien souhait réalité. Bizarre que ça m’arrive  après que je réalise pourquoi je dois continuer, hein ?.”

Cette provocation arrogante paraissait tellement étrange provenant du faible et peureux terrien, mais son masque du bluffeur invaincu était encore intact en plus d’une envie de se sentir mieux en ridiculisant une créature qui était définitivement mauvaise pour le monde autour de lui. Pouvoir avoir servi à faire éclater la vérité au grand jour d’un malfaiteur sans que le karma vienne le frapper directement derrière lui était libérateur. Sa potentielle supérieure pouvait certainement le sentir avant qu’elle lui demande la liste des gens kidnappés pour une potentielle opération de sauvetage de ses pauvres âmes malchanceuses.

“Je vais vous les lister, du moins pour les malheureux qui se sont fait avoir sur Terre. Je ne pense pas que votre autorité dépasse les étoiles, malheureusement…”

Dans sa tête, c'était plutôt une bonne chose... il ne connaissait pas toute l'histoire de Narumi et ses liens, même si les ponts avaient été coupés avec Seishiro Kaisaï et les Black Feathers le laissait toujours méfiant de ses actions, même avec l'aura de bienveillance qui semblait émaner d'elle. Elle sortit un téléphone dont le bluffeur n'avait jamais vu auparavant, certainement un secret militaire pour garder un avantage technologique sur la population et les envahisseurs. Bien que Williams était contre à cacher des technologies aux yeux du grand public, il pouvait facilement comprendre la raison : tu ne vas pas dévoiler sa main avant que les cinq cartes soient présentées. Il débuta la liste avec précision sur le nom de la victime, la position géographique de l'échange et les criminels potentiellement identifiable.

“... après, nous avons le professeur Ankin Henry, un expert en membres artificiels qui a été kidnappé à la bordure de Satan City à bord d'un hélicoptère militaire. Ils parlaient tous une langue étrange, mais la seule chose que j'ai pu discerné dans mes souvenirs est ce qu'on peut paraître être le nom du client : Vladimir Makarov. Ensuite...”

C’était la seule partie de la liste exhaustive du devin que je souhaitais dévoiler pour vous.

Pendant qu'il faisait de son mieux pour ne pas s'emmêler les pinceaux et donner des informations complètes à la louve, il ne pouvait pas rester insensible face à la vitesse proche de l'inhumain : aucune demande de répéter un mot qu'elle aurait manqué ou une simple erreur. Elle était dans un contrôle total, meilleur que le maître des cartes. Ceci attisa l'admiration d'une telle compétence, mais le terrifiait également... on dirait qu'il s'agissait d'une machine. Il avait vu le masque se fissurer devant la métamorphe, mais l'égratignure était soignée en un rien de temps. Zen-Oh sait bien que le survivant aimerait avoir un tel don à la place d'un toucher omniscient et d'une émeraude aux origines inconnues.

Quand la liste qui ne semblait jamais en finir atteint sa fin, la recrue eut la chance de voir son futur examen... tout un groupe de professionnels dans le monde affreux du marché noir. C'était tristement logique, dans un lieu dévasté par la guerre, les marchands douteux avaient la rue rien que pour eux, leurs clients et la marchandise... actuelle comme futur. Malheureusement, aucune information suffisante pour les enfermés pour de bon, voir même exécutés, selon les volontés du président. Six personnes étaient présentes pour l'instant dans les cellules. Pas un exploit, mais il s'agissait tout de même du début de la fin pour un cartel qui profitait d'une tragédie pour générer du profit comme jamais... comme le reste du monde capitaliste...

“On va faire simple, messieurs. Vous sortez votre bras et vous me laisser la serrer. Vous désireraient pas mettre en colère Narumi Karukazi, n’est-ce pas ?”

Celui le plus proche du détective sortit son bras avec un air blasé sur son visage. Il devait se dire qu’il s’agissait d’un nouveau test sanguin et éviter la furie de la louve. Et c’était directement le bingo.

“Mark Henwy, il s'agit de l'une des têtes de l'Hydre du marché noire. Fraîchement promue, en fait après qu'il est tué son prédécesseur loin du regard des autres. Il n'y a pas grandchose à dire, un criminel qui a grimpé les échelons du monde de la drogue après le passage de SK. Il reçoit néanmoins les ingrédients de Dösatz auprès d'un groupe qui s'appelle le Soleil Bleu. Leur base d'opération est d'un manoir aux alentours de...”

Bien qu'il tienne de garder un visage sérieux et rassuré durant tout ce discours, ce passage de l'histoire, il ne l'appréciait pas et laissa se fissurer légèrement son masque de confidence et de manipulateur

“... la capitale Ouest... exactement à la sortie sud. Je sais également le type dans la cellule 9-4 est son garde du corps, bien qu’ils ne soient ensemble uniquement avant et après… la préparation de la marchandise…”

Il se taisait à nouveau avant de lâcher la troisième tête du marché noire, ce dernier avait un air ahuri que la vérité soit aussi facilement dite.




Williams s'avança et quitta la cellule 9-2 pour aller directement en face du bouclier de Mark en 9- 4. Son bras passé à peine par la sortie et il avait un gigantesque sourire sur son visage. Il savait ce qu'il allait se passer avant même que le contact soit établi. À peine que le bout de ses doigts touchèrent la peau du gigantesque monstre que le pauvre devin se mit à vomir tout en reculant et tomber sur son postérieur. Le prisonnier était mort de rire.

“Ca...cannibale… il mange les organes…. trop abimés pour la revente… John Trevor, c’est son nom… en plus de ses meurtres au nom de Henwy… le spécialiste dans la boucherie n'est pas ici derrière ses murs, mais le nom est Frisk Valiant. Par contre...”

Il se releva tout en passant son bras par-dessus sa bouche pour nettoyer la remontée du petit-déjeuner et se dirigea vers la cellule 9 - 10 avec un air furieux sur son visage. Sa façon de se déplacer démontré également une colère noire. Pour une fois, le peureux pouvait sembler intimidant, même si ce n'était que la surprise qui pouvait avoir cet effet. Narumi l'aurait potentiellement déjà vu ceci dans les jours que le joueur de poker avaient oubliés.

La personne refusa tout simplement de sortir son bras à l’approche du détective, en les croisant et en restant éloigné de la vitre.

“Sors ton bras.”

“Non…”

“Sors ton bras !”

“Non…”


“SORS ! TON ! PUTAIN ! DE BRAS !”

“Ce n’est pas en criant que vous allez me le faire.”


“Tu penses sincèrement que je vais laisser un innocent mourir en se vendant soi-même à un marché noir ?!”

Williams frappa un coup sur la vitre due à la frustration et du manque de coopération de la part de celui dont il ne connaissait pas encore le nom. Un reflet peut devenir effroyable. Voir ce qu'il aurait pu devenir sans Alicia était cauchemardesque pour le terrien.

“Tu penses que je veux continuer la route ? Mes proches sont morts, je n'ai aucun moyen de gagner de l'argent légalement et je suis sans toit... aurait pu en finir si ce n'était pas pour la chienne et ses molosses.”


“Tu penses sincèrement que c’est ce que ta famille aurait aimé que tu deviennes ? Un foie accompagné de moutarde et d’une bière pour le connard là-bas ?”

“Parlant de ça, j’ai faim !”


“FERME TA PUTAIN DE GUEULE , TOI !”

Bien qu'au début, il s'agissait de mettre fin à un marché noir et c'était certainement le cas de Narumi. Williams Auguste avait totalement changé de cap entre l'horreur du cannibalisme et la détresse d'un suicidaire qui aurait pu devenir le repas de John... une détresse qu'il pouvait uniquement s'y identifier.
Narumi Karuzaki
Narumi Karuzaki
Demon
Féminin Age : 30
Date d'inscription : 18/07/2012
Nombre de messages : 295
Bon ou mauvais ? : Neutre
Zénies : 1240

Techniques
Techniques illimitées : Transposition | Griffes et crocs acérés | Pluie d'énergie
Techniques 3/combat : Rayon Lunaire | Armure naturelle
Techniques 1/combat : Forme Alpha

Savoir se répentir Empty
MessageSujet: Re: Savoir se répentir   Savoir se répentir ClockVen 23 Oct 2020 - 11:02
Nous avons des contacts avec des chasseurs de prime pour ceux qui auraient été enlevé en-dehors de notre planète.” La louve disait cela avec le plus grand des sérieux. “Ce ne sont pas les chasseurs de prime prêt à exécuter n’importe quel contrat par appât du gain, rassurez-vous. Ils ne sont pas tous comme ça. Après tout il n’existe aucune généralité valable.

Avait répondu la cheffe à la remarque de son nouveau coéquipier. Lever des fonds pour financer des mercenaires n’était pas un problème, surtout depuis la catastrophe sur Terre qui, dans son malheur, avait amené des dons dantesques de la part de riches personnages.

Lorsqu’il cita la liste de coupables, un nom en particulier retint l’attention de la militaire : Makarov. Vladimir. 

Son regard devint haineux et elle manqua de briser entre son pouce et son index le stylet qui lui servait à utiliser son pad. Ce sale monstre était un ancien de l’armée qui avait été viré pour ses pensées et manières extrémistes. SK avait caché l’existence de l’Inner Circle avec brio, enterrant toutes les informations concernant cet organisme dirigé par Makarov qui ne cessait de faire des raids. Ce n’est pas un petit groupuscule quelconque, mais une organisation menée par un homme de fer avec un armement équivalent à celui de l’armée… et le pire de tout, c’est le gaz Nova 6. Interdit pour la monstruosité de ses effets, ce foutu Makarov avait réussi à mettre la main dessus on ne sait comment. Bien qu’ils avaient défait une de ses planques suite à la catastrophe des bombes; Vladimir était toujours dans la nature, au plus haut de sa forme. 

Pour couronner le tout, ce dernier a fait sauté la base du Ruban Rouge,  il est suspecté d’avoir un lien avec l’apparition récente de pas moins que des zombies… et il a mené une attaque sur Dark pour faire venir SK, avec une masse de mort impressionnant et donc déplorable. Cet homme est un danger de premier ordre à gérer. Des équipes sont nuit et jour sur son cas. 

Concernant les membres du cartel, la militaire se contentait de rester en retrait pour l’instant. Les prisonniers la connaissent bien, et ils sont donc bien au courant qu’elle a le sang chaud : mieux vaut ne pas jouer aux malins avec elle.

La guerrière notait sur son pad militaire toutes les informations données en flux par son partenaire. Cette pierre qu’il possède, ce don inouï… quel parangon de la justice pourrait-il faire en collaborant de la sorte constamment avec les forces de police et la base militaire ! Se disait la combattante tout en prêtant une oreille attentive à Williams. Des infos cruciales tombaient sur le rapport grâce à lui, dont cette fameuse organisation qui était impliquée : le Soleil Bleu. Un organisme qu’il faut démanteler entièrement et rapidement, et l’affaire actuelle allait bien l’y aider.

La louve ignorait totalement les réactions ébahies des prisonniers alors que ce qu’ils souhaitaient caché éclatait au grand jour grâce à Auguste. Celle-ci transfère avec vélocité des ordres de mission à l’intention d’une de ses équipes pour les envoyer en reconnaissance dans le manoir dépeint par son collaborateur. Celle-ci restait continuellement en contact direct avec ses équipes, ils pouvaient l’appeler en cas d’urgence à tout moment et, autrement, grâce à la technologie détenue entre ses mains, ils recevaient toutes informations de manière directe. Une méthode infaillible, sauf si tout le réseau se fait un jour craquer… mais il faudrait plus qu’un seul expert pour y parvenir. Et puis, ces petits malins se confronteraient aux experts également présent dans la base, qui veillent à ce qu’aucun piratage ne soit justement possible.

Lorsque Williams tomba, ahuri sur son postérieur et se mit à dégobiller, les sourcils de la louve se foncèrent. 

Elle lança un regard sombre à l’intention du fameux John Trevor, et ce dernier se contenta de rire en haussant les épaules, alors qu’Auguste énonçait les faits le concernant. Narumi ne se laissait pas déstabiliser facilement, ce pourquoi elle gardait la tête froide et continuait de noter les fait tout en dépêchant de nouveaux agents pour arrêter Frisk Valiant.

Ce genre d’horreur est malheureusement monnaie courante.” fit-elle remarquer sans faillir. 

Celle-ci allait proposer tout de même à Auguste de se retirer un moment le temps de changer de vêtements, de se passer de l’eau sur le visage et de reprendre contenance peut-être, du moins l’idée lui traversa l’esprit à cet instant mais elle se ravisa bien vite.

Cette idée de cannibalisme lui remonta de lointains souvenirs douloureux. Les songes d’une époque lointaine et miséreuse, où certains des siens étaient contraint de manger le cadavre de leurs semblables, trop faibles pour continuer à travailler comme des esclaves pour le compte des vampires, et eux trop affamé pour ne pas se laisser tenter… 

Auguste se releva brusquement et continua sur sa lancée avec un air qui ne lui était pas habituel. En effet, Narumi avait déjà vu cette expression peu commode sur les traits du visage du terrien auparavant.

La confrontation entre le prochain prisonnier et Auguste fit lever le nez à nouveau de Narumi de son pad. Cette dernière le vit sur le point de craquer, en même temps comment pouvait-il en être autrement dans une pareille situation ? Et de surcroît, le cannibal en rajoutait. 

Nous allons nous occuper de vos cas, ne soyez pas si pressé.” Dit-elle en lançant des regards froid au cannibal et à celui qui se refusait à donner son bras.

Cette dernière fit quelques pas vers la cellule du cannibal et désactiva le son de sa cellule, de ce fait il pouvait bien parler ou hurler, on ne l’entendrait plus de l’extérieur. Ce dernier se gaussa d’un rire mauvais que l’on ne pouvait du coup plus ouïr. 

Celle-ci passa directement suite à cela à la cellule de l’homme refusant de donner son bras. Cette dernière tapa un code et la cage s’ouvrit. L’homme ne bougea pas d’un pouce au début, mais lorsque dans la pénombre il crut voir des yeux jaunes et une bouche dentelée le menacer, il recula de quelques pas malgré lui.

Vous n’avez pas le droit et vous le savez.” commençait-il par dire en gardant un calme détaché car, bien que Narumi était menaçante, il n’avait plus rien à perdre à part sa propre vie.

Celle-ci ne répondit rien, ce qui accentua le rythme cardiaque de l’homme. La louve saisit le prisonnier par le bras et le força à s’avancer brutalement. Cette dernière faisait office de barrière physique entre l’homme et Williams.

Auguste, s’il vous plaît.” dit-elle en lui tendant le bras du malheureux qui tentait de se détendre vainement, mais dont la force physique ne pouvait égaler celle de la mercenaire.

Cette dernière lança un regard rassurant à Williams pour tenter de lui démontrer qu’il n’était pas seul dans la traversée douloureuse de cette histoire. Elle comptait bien lui donner un tant de répit suite à ce qu’il allait voir dans les souvenirs de cette personne. La cheffe aurait pu le faire sortir auparavant pour qu’il se ressaisisse, mais cela aurait été perçu comme une faiblesse par les prisonniers, et elle voulait que ces derniers sachent que son partenaire Williams Auguste, bien que déconcerté, n’était pas quelqu’un à prendre à la légère, tout comme elle. 
Au vue des sévices mentaux qu’avait subit Narumi, il n’était pas étonnant de la voir si résistante. Elle n’aurait pu demeurer cheffe de l’armée sans cette même résistance et, “des vertes et des pas mûres” c’était le quotidien des affaires terribles de crimes qui s’entassaient ici. 
Williams Auguste
Williams Auguste
Terrien
Masculin Age : 25
Date d'inscription : 20/02/2018
Nombre de messages : 119
Bon ou mauvais ? : Il se dit bon
Zénies : 494

Techniques
Techniques illimitées : Star Dust / Don't Bring Me Down !
Techniques 3/combat :
Techniques 1/combat : Space Oddity

Savoir se répentir Empty
MessageSujet: Re: Savoir se répentir   Savoir se répentir ClockSam 24 Oct 2020 - 13:39
Elle venait d’ouvrir la cellule de l’innocent qui refusait d’être coopératif. Son sang ne fit qu’un tour. On parlait de Narumi Karuzaki ici, l’ancienne seconde en commande des Black Feathers. Il commençait à avoir une frayeur que les choses s'envenimer très rapidement. Il ne pouvait plus qu’espérer qu’elle ne soit pas trop brutale avec le suicidaire. Elle agrippa le bras de la personne comme un loup affamé sur un morceau de viande avant de s’avancer pour que Monsieur Auguste puisse enfin le toucher.

Dire que la démonstration de force de la louve avait laissé son partenaire terrifié aurait été minimisé la crainte et l’inquiétude qui traversa également son flux sanguin d’un coup. C’était un innocent, mais elle n’y allait pas de main tendre. Il ravala sa salive en s'approchant sa main tremblante vers le bras du prisonnier.

“Désolé, mais je dois savoir pourquoi…”

Et le contact physique se fit avec le maltraité : Takeno Manroki était son nom. Une personne avec une vie plus pitoyable que celle du joueur de poker. Vie de famille troublée du côté de la mère avec un père passif, heureusement sans violence physique. Sa vie en tant qu'adulte n'était pas mieux, même avant les bombes de SK. Il avait du mal à toucher les deux bouts avec son  métier humble de caissier et vivait dans un appartement ridiculement petit dans la capitale. Quand les explosions eurent lieu, il avait tous perdu : son travail, sa famille et ses amis. Il n'avait plus de toit et l'argent qu'il se faisait était quelques pièces auprès du marché noir en tant que passeur de drogues. C'était suite à une engueulade avec John Trevor qu'il décida d'en finir. Il s'est vendu pour 10.000 zénies et il aurait qu'un seul jour à vivre avec cet argent : il l'a passé à manger comme un roi et laissait le reste à une charité pour aider les orphelins de la tragédie...

Williams se sentait vide et culpabilisé d’avoir forcer une personne qui a vécu pire que lui de lui dévoiler son passé par la force.

“Lâchez-le, Narumi… il ne s’agit qu’un suicidaire qui cherchait à tout prix se rendre utile…”

La voix était faible et proche du chagrin. Il ressortit de la cellule en attendant que la cheffe des armées enferme Takeno pour le peu de temps qu'il avait entre les barreaux. Néanmoins, d'un coup, le visage de Williams reprit celle d'un conquérant et il se mit à crier de toutes ses forces.

“Vous avez vu Narumi en action sur un innocent. Imaginez ce qu’elle pourrait vous faire subir si l’un de vous refusent de coopérer !”

L’envie de justice de l’homme à l’artefact n’était que devenu plus fort. C’était à cause de salauds comme ces types que certaines personnes avaient abandonnés leurs vies alors qu’il y avait encore des chances que l’humanité et ses semblables puissent ressortir de cet enfer encore plus fort. Il se dirigea directement vers le prochain criminel sans aucune peur. Il voulait de la justice, peu importe qu’elle soit ! Le premier ne se fit pas attendre pour sortir son bras de la cellule.

“Murphy Fokocca, il s'agit simplement d'un gros bras pour protéger la fameuse Hydre. Autant que tu ne vaux rien, j'ai pu retirer les noms de tes patrons : Mark Henwy, Michael Pyane et Kyabe. Les premiers sont humains alors que le dernier est un saiyan qui est clairement la dirigeant de l'élite du marché noir.”

Il passa aussitôt à l'autre. Son envie de justice mélangée à la crainte de Narumi et une envie de s'enlever le vomi sur ses nouveaux vêtements le rendait très rapide et décisif.

“Frank Estuse. Vous vous rappelez du Soleil Bleue ? Il est celui qui s’arrange avec eux pour le transport de la marchandise. Amusez-vous bien à les trahir !”

Et plus qu'un dernier ! Il était au pas de course, il s'en moquait presque si Narumi pouvait suivre ses informations. De toute manière, vu sa vitesse, elle serait capable de boire un café et quand même notés toutes les informations concernant les criminels ET Williams Auguste.

“Jill Estuse. On a un frère et une sœur dans le bloc, comme c’est charmant. Elle s’occupait de recruter des chasseurs de primes pour forcer les gens trop bruyants à devenir part de leur profit via les organes. À vrai dire, je suis surpris que je ne t’ai pas reconnu plus rapidement vu que tu étais en lien direct avec Thi-Phty !”

Et le bloc a été complété ! Pas de glorieuse fanfare de victoire comme dans un monde de fiction, simplement le lourd silence qui s'installait. Il n'avait rien gagné à faire cela personnellement, il venait juste de se traumatiser davantage entre la réalisation qu'il n'était pas l'homme qui avait le plus souffert des actions de SK, mais aussi l'horreur de cannibalisme. Son visage était tout simplement neutre, mais son corps bayonnait de rage envers tous ses criminels en dehors de Takeno. La présence de Narumi et de ce souvenir constant de sa mort entre ses mains n'aidaient pas la chose. Il avait néanmoins une question pour la cheffe. Mais bon, c'était pour le bien commun... véritablement cette fois.

“Dites moi, c’est quoi la doctrine concernant les criminels ? La peine de mort est-elle toujours en court depuis l’arrivée du nouveau roi ? Enfin, président, j’en sais rien, je suis horrible en politique !”
Narumi Karuzaki
Narumi Karuzaki
Demon
Féminin Age : 30
Date d'inscription : 18/07/2012
Nombre de messages : 295
Bon ou mauvais ? : Neutre
Zénies : 1240

Techniques
Techniques illimitées : Transposition | Griffes et crocs acérés | Pluie d'énergie
Techniques 3/combat : Rayon Lunaire | Armure naturelle
Techniques 1/combat : Forme Alpha

Savoir se répentir Empty
MessageSujet: Re: Savoir se répentir   Savoir se répentir ClockMar 27 Oct 2020 - 8:13
Le visage stoïque de Narumi rassurait à moitié le prisonnier. Il savait que ce n’était que de l’intimidation et qu’elle ne le blesserait pas réellement, cependant il ne pouvait s’empêcher de craindre pour sa vie - lui qui l’avait pourtant vendue. 

La louve lâcha le poignet de l’homme quand Auguste le lui demanda. Ce dernier recula au fond de sa cellule, déboussolé. Il alla s’asseoir sur sa chaise et se plongea intensément dans ses pensées. Peut-être regrettait-il au final de ne concevoir sa vie que par la noirceur. C’était ce que la militaire espérait pour ce dernier, car les ténèbres ne font que surgir les mauvaises émotions et actions. 

Le prisonnier dans la cellule C-114 est innocent, conduisez-le auprès du personnel médical. Il a besoin d’aide psychologique et de soutien.” venait de dire la cheffe à travers un comlink accroché à son poignet gauche, à l’intention d’un correspondant adéquat qui allait orchestrer la suite des évènements pour cet homme. 

La combattante s’extirpa de la cellule, la ferma en attendant et fut surprise d’entendre Auguste prononcer une phrase d’intimidation en se servant de ce qui venait de se dérouler. Cette dernière fronça légèrement les sourcils et ajouta à haute voix :

Je deviendrai vraiment agressive seulement si vous l’êtes en premier, retenez ça.

La louve ne pouvait pas se rendre compte que son attitude sèche et incisive avait pu faire peur à Williams également. Celle-ci avait un pouvoir d’intimidation qu’elle se connaissait, certes, mais elle ne savait pas à quel point. Ses manières un peu rustre avec l’homme suicidaire s’expliquait par le fait que des vies en dépendent. 

Le terrien, visiblement pressé d’en finir, se dirigeait vers les derniers prisonniers au pas de course. La louve décida d’enregistrer oralement ses prochaines interventions plutôt que de les noter sur son pad. De ce fait, elle enregistra sur son comlink les rapports oraux de son partenaire pour la suite.

Celle-ci observait les mimiques de son coéquipier, le rythme de son coeur, les micro tremblements de ses membres. Il semblait sûr de lui, prêt à en découdre avec cette affaire, une certaine tension le tenait aux tripes et il la communiquait aisément aux autres. La militaire se surprit à penser qu’il aurait pu faire un bon flic, si seulement la justice qui lui tenaillait les entrailles ne le rendait pas si prompt à envoyer se faire mettre tout le reste. Sa manière de se montrer confiant, fier, malgré son naturel peureux cependant était très impressionnant, malgré le petit accident de tout à l’heure.

Les prisonniers se tenaient à carreaux, la plupart baissaient les yeux lorsque les deux protagonistes venaient à eux. Ils se laissèrent faire et, après avoir enregistré vocalement toutes les informations, Narumi entra sur son pad plusieurs instructions à ses hommes. Lorsqu’elle releva le nez pour regarder Auguste, ce dernier la questionna sur les sanctions pour les prisonniers.

Draven n’est jamais venu en personne me voir. Il n’a rien décrété de particulier à ma connaissance. Tant qu’il n’intervient pas, je considère que les lois restent les mêmes. Je prends la décision des sentences avec l’ensemble des acteurs qui se sont planché sur les affaires que nous traitons. Mais, venez. Sortons d’ici.

La cheffe lui emboîta le pas et tout deux sortirent de ce lot de cages. Celle-ci entra dans une pièce pour prendre un sweat militaire et elle le tendit à Auguste.

Déjà, ce sera pas mal si vous voulez vous changer.

Par la suite, la militaire poussa une porte menant sur l’extérieur afin qu’ils puissent tous les deux souffler. Un peu d’air frais allait réoxygéner correctement leurs organes et leur cerveau, ça n’était donc pas de refus.

La guerrière tira son paquet de cigarette de la poche de son treillis militaire. Elle tendit l’une de ses petites merveilles cancérigènes à Auguste, puis s’en alluma une de son côté.

Alors dites-moi, quelles sentences appliqueriez-vous pour chacun des cas que nous avons vu ensemble ?” Celle-ci le scrutait du coin de l’oeil. “Ce ne sont jamais des décisions faciles. Quand il s’agit d’un pédophile, ou de violeurs par exemple, je les fait castrer.” Elle marqua un temps de pause, tira une longue latte et reprit. “C’est peut-être choquant pour certains, pourtant ils ont détruit les personnes à qui ils ont fait subir leurs fantaisies cauchemardesques. Nous sommes dans une ère où nous pouvons nous assurer de la véracité des faits, alors je pense que ce genre de mesure n’est pas de trop.” La cheffe reprit une bouffée de cigarette avant de poursuivre : 
"Mais je me suis rendue compte que parfois ça ne suffisait pas. Les castrer ne les empêche pas de recommencer pour certains… je vous passe les détails, mais vous comprenez. Alors que devrais-je faire, leur couper les mains, la langue ? Les tuer ?” 

Cette dernière n’avait pas dit ce qu’elle faisait dans un cas de récidive de sorte à amener Auguste à réfléchir d’abord lui-même sur ce qu’il ferait. Elle trouvait cela très instructif d’avoir l’opportunité d’échanger sur des questions aussi délicates avec cet homme particulier. 

Pour être honnête… la politique, très peu pour moi aussi. Les personnalités politiques ne font que payer des gens pour démolir leurs adversaires ou propager de fausses informations qui les arrangent… tout ça m’agace. Je ne sais pas vivre dans un monde de faux semblant.

La cheffe attendait de mieux appréhender la personnalité d’Auguste, bien qu’elle l’avait jadis déjà rencontré et qu’elle ne pouvait pas l’en informer. Le secret professionnel la tenait muette, pour autant elle avait appris à ne pas avoir de remords pour ce genre de choses. Narumi faisait son travail et celle-ci l’exécutait au mieux de ses capacités, de ce fait elle avait arrêté de longue date de se sentir coupable par rapport aux activités qu’incluait un tel job. 
Il faut avoir les épaules pour endosser des responsabilités comme les nôtres ou celle des policiers par exemple… je me demande : est-ce que vous vous projetteriez dans une carrière de près ou de loin en corrélation avec les forces de l’ordre ? Cela peut être de l’ordre du médical également. Nos spécialistes de la santé ont un grand rôle à jouer dans l’accompagnement, les soins, mais aussi les décisions qui sont prises. On peut faire des erreurs, mais cela est minimisé quand les décisions sont partagées à un ensemble de personnes qui connaissent l’affaire et les personnes impliquées.
Williams Auguste
Williams Auguste
Terrien
Masculin Age : 25
Date d'inscription : 20/02/2018
Nombre de messages : 119
Bon ou mauvais ? : Il se dit bon
Zénies : 494

Techniques
Techniques illimitées : Star Dust / Don't Bring Me Down !
Techniques 3/combat :
Techniques 1/combat : Space Oddity

Savoir se répentir Empty
MessageSujet: Re: Savoir se répentir   Savoir se répentir ClockMar 27 Oct 2020 - 17:03
“Bien évidemment qu’une ancienne star ne prenne pas son rôle de président sérieusement…”

Williams se murmura cette phrase dans un instant encore alimenté par cette envie de justice mal placée. Le dirigeant de la planète n'avait pas encore fait son devoir de réformer, voir même simplement s'informer, du système judiciaire d'une monarchie dirigée par un monstre ? Ceci l'agaça davantage, mais il n'allait pas le montrer à la personne qui gérait les punitions variées des criminels... surtout pas à une ancienne des Black Feathers !

Suivant le changement de haut, de l'écharpe et d'un prêt d'un sac pour transporter les vêtements sur lesquelles il avait vomi, ils étaient à l'extérieur. Ce temps entre sa crise de nerfs et cet instant lui permit de se calmer et de revoir le monde en couleur, plus dans un monochrome où le bien et le mal étaient les seuls à co-exister. Il était maintenant dans la cour de la base. Narumi lui proposa une cigarette que le bluffeur ne pouvait pas refuser. Quand était-ce la dernière fois qu'il s'était intoxiqué les poumons ? Lui-même ne le savait pas, mais ça lui faisait un bien fou de sentir la nicotine passait par la gorge.

Puis, la question qui gâcha le bien-être du terrien. Une simple question qui portait tellement de poids sur les épaules du civil. S'il en avait le pouvoir, quelles sentences donneraient-ils aux criminels qu'il venait d'interroger. Il recracha la fumée dans sa gorge tellement ça venait de nulle part.

“Pa-pardon ?”

Il tourna sa tête directement vers la louve qui restait toujours aussi froide alors que le masque de Williams venait à peine de se restaurer du choc de la vie de la vie de Takeno. Sa tristesse et son envie de vengeance s'étaient calmés entre-temps. Il était de retour en pleine possession de ses moyens et elle lâchait une bombe pareille ? Appréciait-elle la douleur émotionnelle du pauvre civil ou jouait-elle un rôle de mentor secret pour le rendre plus résistant à la cruauté de ce monde qu'était le monde judiciaire? Elle commença à expliquer sa procédure sur les violeurs et autres monstres. Williams commençait à trembler. Tous ses criminels qu'il avait eu le malheur de voir à cause à sa malédiction et qu'il avait laissé fuir sans avoir rien essayé du temps où les bombes n'avaient pas explosés. Ça faisait de lui un complice, non ? Puis, la folle revient à sa première question en lui proposant des méthodes cette fois-ci.

Un long silence s’installa…

Son rythme cardiaque commençait à crever le plafond…

Il essaya de se raccrocher à son écharpe qu'il portait avant de réaliser qu’il était dans le sac !

Il allait mal... très mal... il n'est qu'un pauvre civil qui aurait pu commettre l'impardonnable. Y répondre, après tout ce qu'il avait fait dans son voyage temporel avec Alicia, serait se donner une sentence à soi-même, non ? Elle continuait à parler en attendant. De son opinion sur la politique et si Williams souhaitais un rôle dans la machine juridique ou médicale. Il commença à trembler davantage à chacun de ses mots avant d'arriver à sortir quelques mots faiblement de sa bouche.

“Je… ne suis qu’un civil… un joueur de cartes… un lâche…”

Et d'un instant à l'autre, sa voix gagnant en force. Ceci n'était pas alimenté par une envie de justice comme dans les cellules, mais par le désespoir qui commençait à naître dans sa tête.

“SEUL UN SOCIOPATHE POURRAIT Y RÉPONDRE SAINEMENT!”

Il souffla énormément après suivant cette déclaration, comme si on venait de lui redonner accès à ses poumons. Il était proche des larmes, mais ce n'était uniquement pas par ce qu'elle avait suggérée qu'il devienne hypothétiquement juge et exécuteur... il venait de comprendre comment il était devenu un tel monstre face à Alicia dans cette temporalité maudite qu'il aimerait oublier: le désespoir, l'envie de justice mal placée et enfin, le stress. Il revivait tout ça d'un coup, sa tête s'embrouilla d'informations dans ce voyage avec des pensées contradictoires. D'une voix faiblard, il décida de continuer...

“Je ne suis pas quelqu’un qui peut se permettre de décider l’avenir des autres, même pour les pires criminels qui puissent exister dans ce monde. Même pour lui !”

Les premières gouttes commencèrent à tomber progressivement sur le sol.

"Alors que je pourrais être un pire monstre que ce connard qui nous a fait tout perdre.”

Ils faisaient de son mieux pour reprendre ses esprits, mais c'était trop tard. Il était suffisamment lucide néanmoins pour faire une dernière demande avant de tout avouer.

“J’aimerais que personne d’autre… puisse écouter notre conversation avant que…”

Il n’avait même pas la force de finir sa phrase. Il tremblait de tout son être, sa pensée envahissait petit à petit sa conscience : celle de l’avoir tuée pour aucune bonne raison.
Narumi Karuzaki
Narumi Karuzaki
Demon
Féminin Age : 30
Date d'inscription : 18/07/2012
Nombre de messages : 295
Bon ou mauvais ? : Neutre
Zénies : 1240

Techniques
Techniques illimitées : Transposition | Griffes et crocs acérés | Pluie d'énergie
Techniques 3/combat : Rayon Lunaire | Armure naturelle
Techniques 1/combat : Forme Alpha

Savoir se répentir Empty
MessageSujet: Re: Savoir se répentir   Savoir se répentir ClockJeu 29 Oct 2020 - 18:05
Narumi restait neutre concernant Draven. Ce dernier, n’ayant fait aucune communication concernant l’armée ou la police pour l’heure, ne pouvait de toute évidence être jugé sur ses décisions à ce sujet. De ce fait, la cheffe considérait que tant que ce dernier ne déclarait rien de particulier; il n’y avait donc rien de spécifique à dire à propos de cet homme. Elle espérait qu’il insufflerait un regard neuf, nouveau, jeune, qu’il allait donner une nouvelle dynamique à la Terre, mais pour l’heure il n’agissait pas concrètement. En même temps, il y avait déjà beaucoup à faire avec les problèmes toujours actuels et en suspens. 

Le fait de pouvoir se changer, couplé à cette bouffée d’air frais et, accessoirement à la pause cigarette, semblait faire le plus grand bien à son partenaire. La louve ne le connaissait pas vraiment personnellement et, à la fois, elle savait très bien sur certaines choses comment Auguste fonctionnait. Ce dernier, instable, avait tantôt les épaules pour gérer des situations hors de contrôle pour le commun des mortels, tantôt il pouvait littéralement péter une durite et ne plus répondre de rien. 

Peut-être était-ce possible de l’aider à devenir un parangon du fait de “garder la tête froide” se disait la louve. Elle avait lu un grand potentiel en cet homme qui avait la sale tendance de se sous-estimer. 

Cependant, ce serait un travail de longue haleine, et la suite des évènements le confirmait. 

La question était simple, banale même pour quelqu’un comme Narumi au vue de son métier. Pour lui, c’était tout autre chose. Celle-ci le regardait paniquer en silence. Il fallait qu’il intègre qu’ici, en voulant venir aider, il ne se frottait pas seulement au chaos : il plongeait profondément dedans. Ce qu’il venait de voir là n’est qu’un début, qu’une goutte d’eau dans la rivière des sales affaires auquel le personnel militaire et les forces de l’ordre doivent se confronter au quotidien.

Elle entendait son coeur battre à tout rompre dans sa poitrine. Cela lui rappelait ses premières expériences traumatisantes. Et les suivantes. Jusqu’à ce qu’elle développe une sorte de barrière naturelle si puissante que presque plus rien ne pouvait la troubler. 

Le voir douter de lui de la sorte lui rappelait également ses jeunes années. Tout le monde passait par là, mais pour d’autre ça restait plus longtemps, comme pour lui. Puis, sa déclaration soudaine, haute en volume et en expression du mal être que lui inspirait la question, créa une sorte de pitié bienveillante en la louve à son égard.

C’est pourtant l’un des aspect primordial de notre métier. Nous devons répondre à ce genre de question quotidiennement.” 

Répondit-elle d’un air plus doux alors qu’il expira bruyamment comme pour faire sortir son angoisse. Celle-ci tira une longue et délicieuse latte morbide sur sa cigarette, les yeux rivés vers le ciel assombri de fin d’après-midi.

Flatter qui que ce soit pour la forme est une perte de temps inutile. Je vais vous dire ce que je pense : vous avez du potentiel. Mais les doutes que vous éprouvez envers vous-même vous freinent pour devenir un être entier et épanoui. Je crois que c’est votre souci principal. Ce n’est qu’un avis personnel, je n’ai aucune qualification spécifique dans l’art de décrypter autrui.

Lorsque Auguste se sentit de poursuivre, bien que sa voix mal assurée parlait pour son état psychologique actuel, la louve baissa les yeux vers le sol quelques instants, l’air pensive. Après tout, elle, était-elle légitime dans ce rôle que de participer à prendre une décision cruciale quant à la mort ou la vie de quelqu’un ? Cette dernière chassa rapidement cette interrogation de son esprit. Il fallait des gens avec la tête bien sur les épaules pour endosser ces rôles difficiles, et elle se savait apte, qualifiée dans l’exercice de ses fonctions. Le doute n’était plus de mise à son stade.

Les mots de son acolyte résonnèrent en elle. Tout le monde pouvait être un monstre, parfois… La guerrière cachait aussi de lourds secrets, des meurtres pour le compte de SK, pour sauver sa réputation et sa peau. C’était un fardeau avec lequel elle devait vivre depuis si longtemps et qui l’avait plongé dans la dépression pendant des années durant, ça couplé à plusieurs autres choses : Seishiro ne lui était aucunement fidèle et ne lui en avait jamais parlé, elle sentait les phéromones d’autres femmes sur lui à chaque fois qu’elle avait l’occasion de le voir et, enfin, il ne voulait pas entendre parler de leurs enfants. La cheffe de l’armée avait enduré une grossesse seule et avait élevé ses enfants seule. SK n’était personne pour ses enfants, pas plus qu’un donneur de sperme - et au vue du monstre qu’était leur père, c’était même une honte qu’il ait contribué à leur donner la vie. Une honte qui demeurait sur les épaules de la louve… 

Et pourtant, elle était toujours là. Debout, à faire de son mieux pour son peuple.

Celle-ci se demandait ce qui se tramait dans la tête de Williams en entendant sa dernière phrase.

Auguste. Nous avons tous de lourds fardeaux à supporter. Tous. La démarche la plus importante est l’acceptation : il faut accepter de vivre avec ça sur la conscience. Sinon vous ne pourrez jamais avancer.

Cette dernière avança une main assurée pour la déposer sur son épaule. Elle tourna sa tête vers lui, sa clope au coin de la bouche. 

Vous savez, concernant Ti-Phty. Il prenait l’apparence de SK au départ pour me berner. Mais il s’est vite rendu compte de son erreur : même si personne ne contrôle ses sentiments, la haine que j’éprouve engloutit entièrement tout l’amour que j’ai pu lui porter. Il était ma faiblesse et mon erreur. Personne n’est infaillible.” Cette dernière tapota gentiment l’épaule de son partenaire avant de retirer sa main. “Cependant, si j’avais tout abandonné, tout laissé tomber, ça aurait été une grosse erreur. Parce que ça aurait voulu dire qu’il aurait gagné. Lui et tout ce qu’il y a de mal dans nos vies. Mais je me battrais jusqu’au bout, ça en vaut toujours la peine. Pour les gens bons, pour nos amis, nos proches…” Une très légère couleur rosée empourpra ses joues un cours instant, peut-être Auguste eut-il l’oeil assez vif pour le remarquer. “... ou pour quelqu’un.” 

Celle-ci se passa de tout commentaire, mais tout le monde en lisant ces quelques lignes savait à qui Narumi pensait.

Dites-moi… Pourquoi voudriez-vous que personne d’autre ne puisse entendre notre conversation ? Certes nous abordons des sujets délicats et un peu personnel, mais personne ne vous en voudra d’être profondément humain et de ne pas avoir su comment répondre à la question très difficile de tout à l’heure. Au contraire, votre réaction prouve que vous êtes une personne au bon cœur. Peu importe vos erreurs, si vous avez des remords et des regrets sincère, c’est que votre âme n’est pas noire.

La louve éteignit sa cigarette dans le cendrier et en ralluma une tout de suite derrière. Celle-ci bu quelques gorgées dans sa gourde entre temps et proposa sa bouteille d’eau de secours et donc inutilisée encore à Auguste au cas où. 

Il faudrait que vous éclaircissiez quelque chose d’autre : vous n’avez pas terminer votre phrase de tout à l’heure. “Avant que” quoi ? Avez-vous peur qu’un événement futur se produise à cause de rumeurs que vous auriez entendu ?
Son ton était toujours plus doux qu’à l’accoutumé. Elle éprouvait une sorte de bienveillance désintéressée envers Auguste. Ce n’était pas un mauvais bougre après tout. Il lui rappelait l’un de ses frères, toujours à se rabaisser et à faire tout un monde de ses méfaits. Bien entendu certaines actions peuvent être très grave. Mais, encore une fois, si la culpabilité est sincère, alors le sujet se punit déjà lui-même. 
Williams Auguste
Williams Auguste
Terrien
Masculin Age : 25
Date d'inscription : 20/02/2018
Nombre de messages : 119
Bon ou mauvais ? : Il se dit bon
Zénies : 494

Techniques
Techniques illimitées : Star Dust / Don't Bring Me Down !
Techniques 3/combat :
Techniques 1/combat : Space Oddity

Savoir se répentir Empty
MessageSujet: Re: Savoir se répentir   Savoir se répentir ClockVen 30 Oct 2020 - 11:06
Le potentiel de servir la paix... le potentiel de servir de la paix ? La louve avait soudainement sorti avec un nuage de fumée sans vouloir le flatter. À vrai dire, cette possibilité de pouvoir aider définitivement, selon Narumi était... réconfortant. Pendant ce court moment, au fond de lui, il se sentait rassuré que ce ne soit pas une impossibilité malgré ses épaules qui ne pouvaient pas tenir beaucoup de poids pour l'instant.

Malgré cela, à la surface, il était toujours en train de paniquer malgré la reprise en contrôle progressif de ses pensées et du calme. La bienveillance de la louve commençait à avoir un effet calmant malgré toutes les suspicions qu'il pouvait avoir envers elle. Le masque allait bientôt pouvoir se reformer et Williams pourra ainsi continuer sa conversation avec Narumi, bien qu'il puisse y avoir qu'il allait avoir beaucoup de non-dits. Bien que ça pesait sur sa conscience, il ne pouvait pas avouer l'erreur de l'avoir tuée dans une autre chronologie, mais cela ne lui empêcherait pas le reste de ses crimes.

C'était pour non seulement, pour éviter que son nom soit associé à des actes terribles avec lesquelles il serait jugé par Narumi, mais également pour protéger Alicia qu'il voulait un endroit plus privé que la cour d'une base militaire. La cheffe des armées avait beau avoir réussi à gagner une sorte aura apaisant autour d'elle, elle ne devait pas savoir le secret de sa partenaire dans ses mésaventures temporelles.

Puis une autre vérité sortit des crocs de Narumi. Le fait qu'il devait accepter toutes les erreurs qu'il avait pu faire à l'époque, mais également dans le présent et à l'avenir. Peu importe la force de la fumeuse, elle n'aurait pas réussi à lui faire une attaque plus brutale que la vérité. Il devait accepter toutes ses erreurs et le fait qu'il puisse tomber dans l'obscurité... enfin, il pouvait difficilement faire pire que de son double temporel. Dans cet instant précis, il avait repris le contrôle de soi. Il était à nouveau calme à défaut d'être entièrement serein.

Il jeta sa cigarette dans le cendrier avant que l'ancienne amant de SK puisse le toucher. Un geste qui était là pour rassurer ou comme si... elle voulait admettre indirectement ses crimes et erreurs faites à cause de la plume des ténèbres et pourquoi elle avait changée de camp dans un moment aussi crucial. Ce n'était pas ça qu'il troubla le joueur de carte, néanmoins... c'était de se voir dans le passé de l'Alpha qui le préoccupa le plus.

Il avait été interpellé ici pour toute l'affaire du Casino Royale. Au début, tout se passait bien malgré le stress : il donna toutes les informations possibles qu'il avait sur Martis Sins et sa fuite à bord d'un véhicule offert par le PDG Odo. Malheureusement, dans tous ses aveux, la culpabilité d'avoir être l'élément perturbateur dans l'histoire du casino avait laissé la machine de l'anxiété en route : il avait dit directement dans les yeux de la louve qu'il pensait que la mort était son seul chemin vers la rédemption avant d'avouer l'existence des pouvoirs d'Alicia sans se rendre compte...

La seconde qui suivit fut la panique. Alicia voulait que ce don reste un secret pour l'éternité et il venait de trahir sa promesse aussi rapidement et aisément ? Il commença alors à paniquer de plus en plus, tout en essayant de nier son aveu pour la protection de sa seule et unique amie. Les choses commencèrent à s'aggraver au point où Narumi avait été forcée de le restreindre physiquement avant qu'elle puisse juger de supprimer cet instant de la mémoire de l'élu de l’artefact.

Il restait calme néanmoins… il devait rester calme face aux horreurs qu’elle a pu commettre… et il restera calme concernant l’interrogatoire !

De retour à la réalité, Narumi parla rapidement de l'erreur du métamorphe. Ce moment où le masque de froideur de Narumi s'était craquelé. Avant d'admettre la haine qu'il avait pour son manipulateur pour finir par la morale de l'histoire : personne est infaillible. Ça, c'était rien de nouveau, Williams Auguste était l'exemple parfait. Elle continua son discours alors que le terrien se mit à regarder l'horizon, à admirer le soleil qui allait disparaître sous ses yeux. Il gardait une oreille attentive envers la femme aux cheveux violets. Ne pas abandonner et s'accrocher à tout prix à l'espoir, que ce soit pour des causes justes ou pour quelqu'un d'autre.

“Vous avez raison… je ne peux pas objecter à cela, malgré mes tendances de fuir tout mes soucis.”

Puis elle lui posa la question sur la fameuse phrase que le nerveux n'avait pas réussi à faire sortir de sa trachée. Il prit une grande inspiration avant de se mettre à table. Il allait dire de ce qu'il a pu voir capable de faire, une fois que le poids du monde s'écroula sur ses épaules. Il prit la bouteille de secours et but la moitié de la bouteille d'un coup.

Je voulais qu'on soit en privé pour la protéger. Vous savez très bien de qui je parle. En me touchant, j'ai tout vu. Pour la séance d'interrogatoire qui avait mal fini à cause d'un pétage de câble... je pense qu'il est temps de la terminer.”

Il s’alluma une cigarette le temps de prendre le doux béton dans sa gorge avant de la relâcher.


“Et je ne jugerai pas pour les atrocités que vous avez pu faire. Je me sais capable d'horreurs du même calibre. Elle me la montrait et je pense qu'il est temps que le verdict sur qui je suis soit décidé : une personne capable de servir sa planète ou un danger ambulant.”

Une autre bonne bouffé cancérigène plus tard.

“Si vous me vouliez ici, c'est grâce à elle. Elle m'a inspiré à servir de ce que je percevais comme une malédiction pour le bien de tous. Nous connaissons tous les deux son véritable pouvoir. Et avant que je me lance, je tiens à vous remercier de l'avoir laissée en dehors de l'équation malgré les circonstances.”

Encore une autre cigarette qui allait dans le cendrier.

“Le Williams Auguste qui est devant vous est le résultat d'elle qui a utilisé ses pouvoirs pour me sauver de moi-même. Nous étions partis dans une chronologie différente pour tenter de sauver la terre. C'était mon obsession, on ne pouvait pas se permettre de laisser ce cataclysme se réaliser. Je devais empêcher ce massacre à tout prix ! Au début, c'était encore diplomatique, en essayant de convaincre les saiyans de ne pas attaquer notre planète. Ensuite, c'était de désamorcer les bombes, mais même ses pouvoirs ne sont pas assez grands pour qu'on puisse le faire à temps ! Puis, les choses ont escaladées rapidement quand j'ai réalisé que la solution douce ne fonctionnerait jamais. Le monde n'évolue pas vraiment sans la manière forte, c'est la tragédie dans lequel nous vivons... je pense que c'était ce que je me disais quand j'ai commencé à devenir un meurtrier et un terroriste pour tenter de sauver ce que j'aimais. À la fin de l'histoire, j'étais devenu un monstre et elle l'avait compris. “

Son regard fuyait celui de Narumi, la culpabilité du joueur de cartes devenait de plus en plus palpable et la chose qui le tenait en règle était l’aura réconfortante de la louve et la nicotine.

“Elle a essayé de calmer la bête, ça a fini en confrontation physique avant qu'elle me laisse mourir dans les explosions. Elle est revenue de son voyage au moment où on était parti à travers les âges et j'ai pu voir ce que j'étais capable sur les mauvaises conditions... malgré toutes les atrocités que j'ai pu commettre, elle m'a donné une seconde chance.”

Il souffla un coup avant de regarder droit dans les yeux la juge.

“Je lui dois ma vie... je ne suis pas le monstre de cette histoire, mais une mauvaise journée pourrait m'y conduire... je l'ai compris grâce au cartel que j'ai vérifié : le stress, la peur et une envie de justice mal placée ne mène qu'au malheur. Je le comprends maintenant. Quel est votre verdict maintenant que j'ai pu tous avoués ? Pensez-vous que je puisse devenir aussi résistant que vous et réussir à enfin être une véritable aide parmi vous et le reste de la Terre ? Ou si malgré mes bonnes attentions, je suis condamné à paver mon propre chemin vers l'enfer et que je devrais couper court à l'idée de vous aider ?”

Il avait une troisième option en tête, mais… non… autant prendre les pilules pour oublier que d’y penser.
Narumi Karuzaki
Narumi Karuzaki
Demon
Féminin Age : 30
Date d'inscription : 18/07/2012
Nombre de messages : 295
Bon ou mauvais ? : Neutre
Zénies : 1240

Techniques
Techniques illimitées : Transposition | Griffes et crocs acérés | Pluie d'énergie
Techniques 3/combat : Rayon Lunaire | Armure naturelle
Techniques 1/combat : Forme Alpha

Savoir se répentir Empty
MessageSujet: Re: Savoir se répentir   Savoir se répentir ClockMar 3 Nov 2020 - 15:28
La tension palpable qu’elle pouvait sentir et écouter en provenance de son partenaire aurait la force de faire paniquer la majorité des gens. Mais pas quelqu’un comme Narumi. Ce n’était pas qu’avec ses yeux et ses oreilles qu’elle percevait ce qui se dégageait d’autrui : c’était avec tous ses sens, et avec une force décuplée comparé aux autres. C’était grâce à ses dons naturels qui aiguisent ses sens, et c’était un lourd fardeau à porter au quotidien que de pouvoir sentir tout ça, porter tout ça, la malheur du monde et d’autrui en plus de ses propres problèmes. Elle y était accoutumée et avait dû s’en protéger en ayant l’air inatteignable. Pourtant, la militaire était loin d’avoir un coeur de pierre.

De part son contact avec Auguste, elle espérait tant. Oui, ce dernier allait avoir accès à tous ses souvenirs qu’il avait voulu éviter, et pourtant la combattante les lui offrait. Il aurait pu esquiver son geste et passer outre, mais Williams avait accepté le contact. Narumi le pensait prêt à affronter tout ça, prêt à savoir pour leur interrogatoire, prêt à avancer et à se relever, à accepter ce qui devait l’être : son passé, son présent, et son avenir. Il devait devenir plus solide sur ses appuis, il devait s’affirmer et prendre conscience de sa valeur. Celle-ci ne craignait pas qu’il la juge : ils étaient deux monstres potentiels, comme n’importe qui pourrait le devenir en fonction des situations, des actions, des futurs possibles… Et en être conscient, puis prendre du recul, c’était la meilleure solution pour se préserver de devenir ce même monstre - tout du moins c’est ainsi que la cheffe voyait les choses.

Votre bonne foi est inspirante.” fit-elle comme seule remarque lorsqu’il admit qu’il ne pouvait éternellement fuir ses soucis et ne pas les affronter ainsi que les accepter.

C’était encourageant de le voir demeurer si calme. Il gardait une emprise sur lui-même qui était primordiale. C’était le but de cette dure démarche : qu’Auguste en ressorte grandi, qu’il prenne conscience de ses atouts, de sa valeur, qu’il ne continue pas davantage à se rabaisser et qu’il cesse de s’apitoyer sur ce qu’il aurait pu devenir dans tel ou tel futur. Qu’il puisse également s’endurcir. Pas pour devenir un coeur de pierre, mais pour devenir un être capable de porter peut-être sur ses épaules plus de malheurs tout en arrivant à garder des distances avec celles-ci, afin de pouvoir agir en gardant la tête froide et en ne s’auto-détruisant plus.

Et c’est cette prochaine phrase qu’il dit qui confirmait, dans la tête de Narumi, qu’elle avait fait le bon choix en créant un contact physique avec lui à cet instant : il était prêt à parler, il se sentait présentement assez fort pour poursuivre cet échange.

Vous avez toute mon attention. Prenez votre temps. Personne ne nous observe, il n’y a que vous et moi.” Dit-elle pour l’encourager davantage dans sa démarche.

Seul le ciel était témoin de cet échange. Ils se tenaient tranquille tout les deux, là dehors, à côté de la base. Le vent soufflait modérément, assez pour faire vivre la très longue chevelure de la militaire. Des petites mèches virevoltaient devant son visage qui n’était plus figé dans son stoïcisme habituel, mais dans une posture ouverte à la compréhension, à un échange plus poussé et personnel. 

J’ai saisi l’importance qu’a cette personne pour vous et votre sincérité dans votre manière d’agir et de vous exprimer m’a convaincue qu’il n’était pas nécessaire d’infliger un interrogatoire à cette femme. Votre culpabilité est intimement liée à votre propre conception de vous-même, je l’ai bien compris.” répondit-elle à sa remarque avant qu’il ne se lance en hochant légèrement la tête en signe de compassion. 

Son coeur se serra alors qu’elle pensait à Tentra. On est tous sauvé par quelqu’un à un moment donné. Se disait-elle. Cette pensée la radoucit un peu plus encore, alors que ses écoutilles étaient grandes ouvertes pour le discours de son acolyte.

La louve se blinda d’avance pour garder son sang-froid le plus possible durant son écoute. Cette dernière était habituée après toutes ces années de service à être confronté à de très sales histoires, cependant la sympathie qui se crée envers Auguste la sensibilise davantage à son vécu. 

Cette perspective de voyager dans le temps fit naître une grande sensation d’inconfort dans l’esprit de la militaire. Il y avait peu de choses pour l’atteindre, mais tout ce qui touche à la modification du temps la met mal à l’aise. Surtout le fait de penser à ces voyages répétés que cela a pu créer pour Alicia et Auguste : revoir, encore et encore, les mêmes situations apparaître d’une manière ou d’une autre, prendre en pleine face le fait que tout ne peut être entièrement changé et par ailleurs, que certaines choses sont incontournables : elles doivent se produire, qu’importe les efforts que l’on met pour éviter un drame. 

C’est une charge mentale si lourde à porter que cela faisait comprendre encore mieux pourquoi Williams était si à fleur de peau. Il avait enduré tout cela et demeurait pourtant lui-même, sain d’esprit comme il pouvait l’être après avoir autant traversé, en partie grâce à Alicia, mais aussi grâce à lui-même, car bien qu’elle l’ait ramené vers “le droit chemin”, il aurait pu tout de même péter définitivement un câble et décider qu’il ne pouvait que devenir un monstre en finalité - s’en persuader lui-même et donc entièrement devenir cette bête dont il parlait. Cela glaça le sang à la louve, dont les poings se contractèrent par réflexe. La cigarette qui demeurait au coin de sa bouche accumulait de la cendre terne à son extrémité.

Narumi ne réagit pas tout de suite à la fin du monologue de son partenaire. Cette dernière cligna plusieurs fois des yeux, elle revenait pleinement à la réalité. La louve avait été absorbé par l’instabilité et cet inconfort qu’avait créé ce récit hors norme. Cette dernière retira la cigarette d’entre ses lèvres, déposa la poudre grisâtre dans le cendrier puis reprit une grande bouffée mortelle avant de s’exprimer.

Auguste, ça nous pend tous au nez de mal finir à cause d’une succession d'événements malheureux et trop lourd pour notre santé mentale. C’est pourquoi il faut tenter de s’en prémunir au mieux, d’être conscient de tout ça et de savoir se placer en observateur à certains moments par rapport à nos expériences afin de prendre un réel recul. Dresser une barrière entre soi et des choses aussi difficiles est nécessaire. Il ne s’agit pas de ne pas avoir de coeur, mais bien de pouvoir se préserver pour ne pas sombrer dans la folie.

Sa voix avait été un peu tremblante au début de sa réponse, mais en peu de temps l’assurance et le charisme naturel de la cheffe avaient repris leurs droits. 

J’étais également et logiquement quelqu’un d’autres dans ces passés alternatifs. Des flots d'événements qui se sont déroulés différemment dans nos vies dans ces réalités autres qui ont fait de nous des personnes que nous ne sommes pas vous et moi. C’est troublant de se dire qu’il existe des “nous” ailleurs, mais je ne suis pas réceptive à ce genre de choses. Je ne veux pas l’être, parce que ce ne sont que des possibilités, mais pas la réalité dans laquelle vous et moi devons vivre. Ces autres “nous” n’en sont pas vraiment puisque, même s’ils nous ressemblent sur quelques aspects, nous n’avons pas enduré les mêmes expériences de vie.

Cela fait crée forcément une sensation bizarre de se dire qu’un “nous” existe ailleurs. Mais c’est un “moi” qui n’en est pas vraiment un, car peut-être a t-il votre apparence, mais il n’a certainement pas le même vécu, les mêmes ressentis et les mêmes émotions. 

Par conséquent, je me focalise uniquement sur ce que je peux faire à mon niveau, moi, ici et maintenant dans ma réalité. Les autres versions de vous ou de moi peuvent être des monstres ou même “personne”, mais ça ne nous concerne pas directement, si vous voulez mon avis. Il faut que l’on soit focalisé sur notre vie, là tout de suite pour agir au mieux dans 5 minutes, 2h, et dès demain.

Cette dernière écrasa sa deuxième cigarette dans le cendrier avant de reprendre, sur un ton plus personnel puisqu'elle décidait à cet instant de laisser tomber le vouvoiement :

En somme, tu es le seul à décider de ton avenir. Je ne crois pas que nous ayons une destinée prédéfinie, c’est à toi de devenir qui tu veux être. Alors je vais te dire ceci : oui Auguste, tu peux devenir une aide solide à nos services. On ne peut pas toujours tout endurer seul, et c’est ce pourquoi si tu as des personnes pour te soutenir tu parviendras à trouver ton équilibre et à supporter petit à petit plus de choses. De ce fait tu seras plus objectif dans tes décisions et dans ta manière de procéder.” Celle-ci fouilla d’une main dans sa sacoche militaire accrochée à son flanc droit et en sortit un dispositif qu’elle tendit à son acolyte. “Ceci te permettra d’entrer en contact avec les services de notre base militaire ainsi qu’avec les forces de l’ordre. Tu peux t’enregistrer vocalement et retransmettre directement ce que tu dis à nos services. Et surtout, tu peux me joindre facilement par ce biais. Je suis toujours disponible pour venir en aide à quelqu’un en qui je crois. Tu as besoin de te rendre compte de ton potentiel et je suis en mesure de t’aider.

Sa main tendue avec cet appareil vers la sienne fut accompagnée d’un sourire rassurant. Cette dernière échangeait un regard profond avec lui en cet instant : la louve lui transmettait son ressenti sur cette situation, le fait qu’elle était sûre de sa décision de placer sa confiance en lui. 
Je te laisse deux choix : soit nous repassons sur un “mode” plus professionnel et nous retournons maintenant, si tu t’y sens prêt, interroger des potentiels criminels. Soit nous prenons le temps dès maintenant d’apprendre à mieux nous connaître mutuellement et nous restons sur un “mode” plus personnel. Peu importe ton choix, de toute façon nous serons amené à travailler et à se fréquenter plus régulièrement si tu décides de te diriger pleinement vers une coopération. Si ce n’est cependant pas ton choix, saches que ton intervention aujourd’hui a été extrêmement précieuse. Tu as un don qui peut servir l’humanité si tu consens à l’utiliser davantage de cette manière, tout en prenant effectivement conscience qu’il ne faut pas développer un sens de la justice mal placé, comme tu en parlais tout à l’heure.
Williams Auguste
Williams Auguste
Terrien
Masculin Age : 25
Date d'inscription : 20/02/2018
Nombre de messages : 119
Bon ou mauvais ? : Il se dit bon
Zénies : 494

Techniques
Techniques illimitées : Star Dust / Don't Bring Me Down !
Techniques 3/combat :
Techniques 1/combat : Space Oddity

Savoir se répentir Empty
MessageSujet: Re: Savoir se répentir   Savoir se répentir ClockJeu 5 Nov 2020 - 13:31
Le masque se perçait petit à petit. L'autorité et l'attitude stoïque laissait place à des sentiments de compassion et de la confusion. C'était une chose que le joueur de carte n'avait pas échappé cette fois-ci alors que son regard se portait sur elle. C'était l'une de ses meilleures aptitudes : reconnaître quand le masque social commençait à tomber pour voir la personne derrière. Il avait cette connaissance bien avant qu'il ait le toucher révélateur, il jouait ses finances sur les tables de Poker après tout ! Un jeu dont la moitié de l'intérêt était de percer les mensonges et les vérités dans les paroles et le langage corporel de ses adversaires autour de la table.

Cela combinée avec l'histoire entière de l'Alpha encore frais dans l'esprit de l'élu, il pouvait enfin enterrer définitif une chose qu'il ressentait la concernant : ses suspicions infondées sur Narumi n'avait plus lieu d'être. Il n'était pas face à une agent-double de Seishiro Kasaï manipulatrice et intimidante... elle était comme lui dans un sens, des personnes dirigées par des émotions et des sentiments mal placés qui les ont guidés vers des actes immoraux. De ce point de vue, Williams comprenait les meurtres qu'elle avait pu commettre, elle pensait faire le bien au nom de l'être qu'elle aimait. Comme promis, aucun jugement allait avoir lieu sur ça, même si deux questions passèrent dans son esprit.

*Est-ce que l’amour pouvait justifier ces atrocités ? Dans le même cas, est-ce que le désespoir justifiait agresser sa dernière relation amicale ? *


La louve prit la parole, la voix encore brusquée par le conte de Williams Auguste : une autre preuve de son humanité. Le discours pouvait se résumer ainsi : ils avaient tous la possibilité de devenir un monstre et la possibilité que dans des temporalités alternatives, ils l'auraient pu être ne devaient pas les freiner pour autant. Le passé est le passé et il fallait se concentrer sur l'avenir, là où les branches chronologiques se construisaient. Bien que Williams aurait voulu un verdict, cette longue tirade le faisait réfléchir effectivement sur sa manière de voir la chose. Le monstre était certainement mort et lui, le mortel, pouvait payer de ses erreurs dans son voyage temporel avec Alicia en coopérant avec l'armée et les forces de l'ordre de la Terre pour rendre sa planète plus sûr.

Une chose qui fut directement confirmée par Narumi qui assura à son acolyte que son aide serait des plus précieuses pour eux. La suite du monologue le prit néanmoins par surprise : la louve lui dit directement de se confier aux autres et de partager le poids sur ses épaules pour atteindre un équilibre où il pourrait effectivement pouvoir tenir lui-même dans les situations difficiles qu'il craignait tant. Loin d'en avoir fini, la cheffe lui donna un dispositif pour rester en contact avec l'armée, les forces de l'ordre et elle. Pendant un instant, le bluffeur était complètement choqué. Lui donnait un tel appareil, à lui, l'avait entièrement pris de revers. Le regard rassurant de Narumi avait néanmoins le pouvoir de sortir Williams de cette phase avant de prendre l'appareil et en le regardant un moment.

“M… merci !”

Il le rangea dans une poche du sac qu'il avait emprunté à l'armée alors que les mots de la louve résonnait dans sa tête : tu as besoin de te rendre compte de ton potentiel... il pourrait le faire. Il devait le faire !

Sa cheffe lui proposa un choix : ils reprenaient les interrogatoires ou ils continuaient à papoter pour mieux se connaître. Dans tous les cas, ils allaient se croiser souvent si monsieur Auguste se décidait de collaborer avec l'armée militaire de la Terre. Williams resta silencieux un instant alors qu'il admirait l'horizon, l'air pensif... servir l'humanité... un don... pour servir l'humanité.

"Avant qu'on reprenne les interrogatoires, je préférerais te renvoyer la question. Il y a des choses que tu aimerais savoir sur moi ? J'ai pu tout voir te concernant et rassure-toi, j'emporterai ses secrets dans ma tombe, mais toi... en dehors de l'interrogatoire, tu ne devrais pas savoir grand chose de moi, je me trompe ?"

Il le disait dans un ton calme et apaisé. Le doute avait quitté son esprit. Elle était vraiment digne de confiance, tout comme Alicia.

"Pose les questions qui te semblent nécessaires, je te promets la stricte vérité."
Contenu sponsorisé

Savoir se répentir Empty
MessageSujet: Re: Savoir se répentir   Savoir se répentir Clock
 
Savoir se répentir
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPGDBZ :: RPG :: RPG Flashback-