Le Deal du moment : -41%
Pack Smartphone Xiaomi 12X (6.28″ 5G 256 Go) + ...
Voir le deal
499 €

Partagez
 

 [PV] La Crise Nationale

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Scalio
Scalio
Saiyan
Masculin Age : 26
Date d'inscription : 30/12/2018
Nombre de messages : 443
Bon ou mauvais ? : Bonnes intentions.
Zénies : 1760

Techniques
Techniques illimitées : Téléportation / One-Inch Punch / BLITZ
Techniques 3/combat : Nova Strike / Bakuhatsu ha
Techniques 1/combat : Omega Finishing Blow

[PV] La Crise Nationale  Empty
MessageSujet: [PV] La Crise Nationale    [PV] La Crise Nationale  ClockSam 3 Sep 2022 - 4:15

«Que-?!»

Dans un twist que je n'aurai jamais vu venir, ma connection à Jojiba a été interrompue en pleine téléportation! La téléportation "instantanée" qui pourtant n'a pas aboutie, quel échec... Mais je suis où du coup? Je ne savais pas que ça te faisais quand même parcourir une certaine distance au lieu de juste annuler... Nan, j'étudierais cette technique plus tard, je dois faire face à la bonne direction dans ce cas! Je vais voler mais je ne sais pas combien de temps ça va me prendre, merde! 
En plein vol je me questionnais sur les attaques sur la ville, qui pouvait bien être l'agresseur? L'échelle de l'attaque me parait trop grande pour que ce soit juste des dissidents, mais trop grand pour affaiblir Jojiba à ce point! Putain! Ceux qui s'en prennent à l'Insurrection et la Terre vont regretter le moment où ils ont tenté de répéter les nombreux actes de cruauté sur ses habitants!

Quelques minutes plus tard, je m'approche d'un périmètre de sécurité, parfait! Mes ordres ont bien été reçus et avec grande efficacité! Les réformes et augmentation du budget de l'armée commencent donc déjà à faire effet! Mais par-dessus tout, ça veut dire que j'ai atteins ma destination! J'arrive Jojiba!!



[PV] La Crise Nationale  Dd22dav-356fba2c-5879-4d89-b2bb-d99962bf9c04.png?token=eyJ0eXAiOiJKV1QiLCJhbGciOiJIUzI1NiJ9.eyJzdWIiOiJ1cm46YXBwOjdlMGQxODg5ODIyNjQzNzNhNWYwZDQxNWVhMGQyNmUwIiwiaXNzIjoidXJuOmFwcDo3ZTBkMTg4OTgyMjY0MzczYTVmMGQ0MTVlYTBkMjZlMCIsIm9iaiI6W1t7InBhdGgiOiJcL2ZcLzg0ZGMxM2I3LWEyZTctNGI0NS04M2VjLTMxMWU3MmU4MjkwMFwvZGQyMmRhdi0zNTZmYmEyYy01ODc5LTRkODktYjJiYi1kOTk5NjJiZjljMDQucG5nIn1dXSwiYXVkIjpbInVybjpzZXJ2aWNlOmZpbGUuZG93bmxvYWQiXX0

...
J'errais au sein de la ville, la destruction est sans précédent. Les rues étaient jonchés de cadavres, les débris en cachaient d'autres.

Et tout ça, sous ma responsabilité...

Non. Je ne peux pas penser ça, ce n'est pas une de mes décisions qui a engendré ce massacre cette fois. Nan, là c'était tout simplement imprévisible. Je croisais des survivants, certains trop traumatisés pour pouvoir parler, d'autres qui était trop préoccupés à chercher leurs proches. Leur demander qui était le responsable de toute cette destruction ne servirait à rien, et d'un autre côté, je sens déjà la presse sensationnelle qui va me coller la responsabilité aux basques. Je m'arrêtais pour me concentrer un peu et essayer de ressentir les signatures de Ki les plus remarquables et aucun signe d'ennemi dans ces environs...Mais encore moins de signes de Jojiba. Diable, où est-il? L'envie de crier son nom était forte, mais ce ne serait pas utile. 

Je sors un pistolet de détresse que j'avais pris en passant par le périmètre de sécurité. Je presse la détente pour tirer une fusée éclairante, signal que les forces armées et les ONG attendaient pour faire leur travail. Les forces armées...Hmm. Je vais sûrement avoir une déclaration à faire au public... Draven sera d'accord avec moi quant à la décision que j'officierais à ce moment là. Il a pas le choix non plus, j'ai plus de pouvoir que lui malheureusement. 

«!»

Mes sens sont mis en alerte, je ressens deux signatures approcher, une que je ne reconnais pas mais l'autre...

« Babel?» 

Je ne pensais pas qu'il serait le premier à arriver, mais à vrai dire ça m'arrange bien! Peut-être qu'il saura identifier la personne responsable, voir même localiser Jojo. Je rush vers leur position, avec une irritation notable cependant pour lui et son camarade.

«Baron Mars Babel, au rapport!»
Baron Mars Babel
Baron Mars Babel
Demon
Masculin Age : 22
Date d'inscription : 16/11/2020
Nombre de messages : 148
Bon ou mauvais ? : Mauvais
Zénies : 1000

Techniques
Techniques illimitées : Sycophantes / Lame manxome / Orage Baronnial
Techniques 3/combat : Dramatique démonstration de supériorité / Laisse-moi essayer !
Techniques 1/combat : 16 - LA TOUR

[PV] La Crise Nationale  Empty
MessageSujet: Re: [PV] La Crise Nationale    [PV] La Crise Nationale  ClockDim 4 Sep 2022 - 21:44
Tout environnement était fait pour être maniable par ses voyageurs. Ou du moins, ils l’étaient tous faits pour être maniables pour Babel. Du haut de ses deux ans depuis sa réincarnation, il avait eu tout logiquement une “puissance” lui permettant de voyager à souhait. Ou plutôt, il s’était autorisé une montée de force et de pouvoir qu’il redistribuait assymétriquement à son corps. Parce que la symétrie, c’était trop facile. Et trop barbant. Il préférait grandement avoir plus de faiblesse dans les jambes que dans les bras. Mais cela ne l’empêchait pas d’utiliser cette forêt comme un environnement à rapidement et charismatiquement traverser : chaque arbre était une marche, et de marche en marche il sautait, les multiples centaines voire milliers de kilomètres par heure restant incapables de faire s’envoler sa casquette ou bien vomir son invitée.

Il avait joyeusement kidnappé Inari, une action moralement grise qui restait néanmoins acceptable du fait de l’arrogance de sa captive. En effet, il était tout naturel qu’une immortelle auto-suffisante cherchant à respecter l’ennemi public de la narration était tout ce qu’il y avait d’une cible de moquerie et de karma, son attitude ne méritant pas meurtre ou exécution mais la rendant très, très prône à être cible de tout humour malchanceux. Entre autres, Inari leur était utile, mais elle voulait faire la maligne, et avait donc permis à Babel de démontrer son alignement mesquin caché sous un charme sans égal mais également d’offrir une scène de noblesse humiliée, un classique datant de Renart ou d’Aristophane. Ou d’autres, encore avant, inconnus des terriens mais ayant vécus aux côtés de Mars, ou d’un Mars d’avant. Peut-être qu’Inari l’avait rencontré dans ces époques là. Et peut-être qu’Inari s’était faite traînée dans des délires qui la mettaient mal à l’aise ou bien qui l’énervaient. Et peut-être que ces mignonnes petites emmerdes avaient été aussi méritées, ou peut-être qu’il avait été inutilement cruel. Quoi qu’il en soit, il la tenait dans ses bras comme une mariée à défaut de pouvoir la manier comme un sac à patate.

”Et hop !”

Et hop. D’un biome à un autre, la figure machiavélique et sa Vulpes Vulpes venaient de transcender le sol de la forêt pour surgir dans celui d’une ville. Enfin, pas encore, car ils se tenaient dans les airs, Babel ayant recroquevillée ses jambes à la suite de son bond, le manteau sur ses épaules flottant derrière lui telle une cape, une figure dessinée au charbon dans la fumée des débris qui se trouvaient sous eux. De loin, on croirait à une figure mythique. Les flammes pas encore éteintes illuminant cette forme de leur lumière orange et infernale. Le temps sembla s’arrêter un instant alors que les survivants tournèrent leur tête vers le ciel jusqu’à ce qu’enfin il reprit, laissant le Baron et sa compagne d’infortune redescendre, ses bottes lui permettant de voyager de toit en toit, ceux des immeubles encore intacts comme ceux des ruines.

Son dernier atterrissage se fit à contre-soleil. Ou plutôt, à contre-fusée de détresse. Descendant de l’un des toits avec son invitée toujours dans ses bras, il atterit au milieu d’un boulevard devant un homme qui venait de courir dans leur direction, enfin, cette espèce de course mélangée à un vol que les Saiyans adoraient faire, ce qui les faisait bondir sur plusieurs mètres d’un coup. Laissant sa cape dramatiquement se poser derrière lui, il resta accroupi un léger instant avant que le troisième arrivant ne commence à lui demander un rapport. Sa voix endommagée par les cigares et les coups dans la gorge était reconnaissable depuis mille yeux, tout comme ses veines tendues qui se fondaient à ses cicatrices. Il n’avait pas l’oeil larmoyant face à ce terrain rempli de tragédie, mais les dents serrées de frustration.

”Chef !”

Il venait de se relever d’un coup, avant de placer l’une de ses mains raides contre sa cuisse et de faire un salut militaire de l’autre, plaçant son index contre son front. Cela laissa donc une bonne seconde à Inari pour rester dans les airs sans avoir quoi que ce soit à faire des lois de la physique. Une bonne seconde qui, prenant fin, la laisserait enfin s’écraser sur le sol. Babel avait, comme à son habitude, changé complètement de centre d’attention. Il trouvait Scalio intéressant en tant qu’individu. Dans ce monde des punchlines et des gros lasers, il trouvait le moyen de rester centré sur les résultats et les protocoles sans s’adonner aux mimiques exagérées des autres guerriers. Cela le rendait, par son réalisme, très très original. Et très classe.

”Chef, moi et ma potentielle nouvelle recrue venons d’arriver, chef ! Cependant, je devrais avoir un rapport de l’un de mes sbires personnels d’ici quelques instants, chef !”

Il se demandait s’il jouait bien le jeu. Il n’avait pas été militarisé depuis un bon bout de temps. Être génie du mal ne demandait pas forcément à savoir comment s’y prendre pour jouer un rôle de véritable soldat ou officier. Son sourire luminescent et ses yeux verts tout aussi éclatants se tournèrent vers le côté alors que la main qui lui servait à faire son garde à vous s’éloigna de son front pour lui permettre de faire un claquement de doigts. À la suite de ce claquement résonnant, une paire de cornes sortit d’un tas de décombre, accompagnée ensuite de la tête cyclopique d’un démon visiblement amoché.

”Baron, oui, Baron !”

”Je veux un rapport sur ce qui s’est passé ici !”

”Baron, oui, Baron !”

La figure sortit, et l’on se rendit compte que cette créature n’était en fait faite que d’une tête-tronc où figurait un grand oeil et où étaient attaché deux petits bras et deux petites jambes. Disproportionnée et adorable comme elle l’était, la forme ronde et monoculaire s’approchant en courant, son sprint lui permettant d’atteindre le rythme de marche d’un individu de taille normale. Le démon fit un salut en retour, son unique et gigantesque oeil froncé afin de lui donner un air, comme le disent les jeunes, absolument déter !

”L’attaque a été faite par Cabba ! Il a massacré la population à coups de rayons lasers. Puis Jojiba est intervenu, et ils se sont battus. Ils se sont échangés des coups mais il ne parvint pas à le vaincre. À un moment il lui fit un supplex méga trop hardcore mais même ça ça n’y fit rien. Et puis Jojiba s’est fait téléporté, Cabba a fait une dernière attaque sur le centre-ville et puis plus rien !”

”Rien d’autre ?”

”À en croire le peu de discussion que j’avais pu entendre durant le brouhaha des explosions et des cris de civil, j’ai cru comprendre que Cabba était possédé. Il changeait d’émotion toutes les deux secondes et parfois sa voix avait un effet d’écho où on semble l’entendre deux fois ? Et il a aussi fait des tentatives de prise d'otage pour le forcer à baisser sa garde. Et Jojiba disait aussi qu’il était différent. J’ai eu du mal à suivre tout le combat : ma petite taille me faisait être balayé par chaque onde de choc. C’est tout. Je ne sais pas où ils sont maintenant.”

”... Merci pour si peu. Essaie de les retrouver, maintenant, je te prie.”

Et il se fit shooter dedans comme un vulgaire ballon de foot, ce sbire démon à l’apparence comiquement simplifiée. Babel avait placé des pantins de toutes sortes dans toutes les grandes et moyennes villes de cette contrée, tous aussi inefficaces qu’ils étaient prônes à survivre et donc prodiguer des informations sur ce qu’il s’était passé. Si le personnage est rigolo, alors il va s’en sortir. C’était une des règles du chaos narratif. Et ce petit cyclope était maintenant catapulté vers d’autres cieux, son cri de douleur devenant de moins en moins audible alors qu’il s’éloignait et disparaissait dans la stratosphère, devenant au final une étincelle dans la voute céleste suivie d’un “ting !” Babel se tourna vers Scalio, son rictus habituel accompagné d’yeux demi-clos témoignant de sa légère frustration à ne pas avoir obtenu suffisamment d’informations. Une frustration qui faisait partie du jeu et dont il ne se plaignait pas, mais une frustration quand même.

”Désolé, chef, mais avec mes trouffions, ils sont où trop compétents, ou ils ne le sont pas du tout.”

Cette frustration naissait aussi du fait que Jojiba s’était probablement fait happer par ce qui était, supposément, l’adversaire final de Scalio. Il existait une réelle possibilité que Jojiba soit sacrifié pour build-up la confrontation finale du premier ministre avec son camarade multiversel. Et l’attachement du Baron pour son poulain et l’inquiétude qu’il avait pour lui se traduisait dans un léger mais quelque peu visible énervement qui s’éteignit bien rapidement alors que ce dernier se mit à nouveau à sourire, radiant d’optimisme et de fierté d’avoir dégoté quelque chose… ou quelqu’un.

”Ah, oui !”

Il attrapa alors Inari par les épaules, avant de la placer devant lui, tapotant sur ses bras comme un parent voulant inscrire son enfant à une activité extrascolaire.

”J’étais à la base sur le chemin du château pour vous présenter une vieille connaissance. Inari ! Une kitsune qui vit dans un temple délabré et existe depuis une bonne éternité. C’est une documentaliste antique avec un grand savoir et je me demandais si on pouvait pas l’utiliser pour protéger la terre et continuer notre campagne déicide ! Tenez - ”

Il fit quelque pas pour contourner Inari, relachant ses bras pour néanmoins empoigner son épaule droite de sa main gauche, se plaçant entre elle et Scalio.

”Inari, par qui Cabba s’est-il fait posséder ? Où se trouve-t-il ? Et où se trouve Jojiba ?”

C’était probablement une bonne idée de répondre à ces questions sans trop faire la maligne et du mieux de ses capacités.
Inari Ōkami
Inari Ōkami
Demon
Masculin Age : 30
Date d'inscription : 09/03/2022
Nombre de messages : 15
Bon ou mauvais ? : Inconnu.
Zénies : 1000

Techniques
Techniques illimitées : Gestuelle étrange, Hypnose sensorielle, Fidèles Myōbus.
Techniques 3/combat : Réincarnation, Alteration des acquis.
Techniques 1/combat : Offrande du savoir.

[PV] La Crise Nationale  Empty
MessageSujet: Re: [PV] La Crise Nationale    [PV] La Crise Nationale  ClockMer 14 Sep 2022 - 3:36
" Par qui s'est-il fait posséder ?... Allez. Je pense qu'il est facile de s'en douter. "

Tac. Tac. Tac.

Là le son des modestes talons de mes sandales, qui résonnèrent soudainement, alors que ma silhouette pénétrait à nouveau la scène se jouant. Oh, mes excuses. Tout ceci doit paraître plutôt nébuleux. Ce que je sous-entends par là, n'est que la plus pure des réalités... face à l'illusion de ma présence au creux de la main d'un démon un peu trop borné dans sa perception.

Ainsi dépassais-je en effet le dos du ministre derrière lequel je me trouvais juste avant. Ce n'est qu'en faisant face à la réalité, que Babel sentirait ses doigts percer la chimère de cette épaule dénudée... comme si seul le vide fut tout ce temps effleuré. L'empressée balade jusqu'à ce lieu délabré s'était néanmoins déroulée sans accroc. L'on ne me portait pas tous les jours telle une princesse d'un conte de fée, quoique le cornu ne soit pas ici un prince si charmant. À vrai dire, j'aurais apprécié que l'on me demande mon avis, avant de m'enlever à ma demeure, ainsi qu'au nez et à la barbe de mes serviteurs.

Peu importe. En quelque sorte, j'étais responsable de pareille entreprise. Au vu de la situation, je pense avoir pris la meilleure décision. Et désormais, voici qu'en prolongeant ma route jusqu'à la terminaison proche de ce boulevard, il m'était donné de constater - avec les propres yeux de mon avatar - tous ces ravages causés par Cabba.



Devant cette vision d'horreur, digne de quelque paysage apocalyptique... je m'arrêtai. Et dans la paume de ma main droite, mon coude opposé se déposa. Mon bras droit plaqué sur mon ventre, se voyait ainsi perpendiculaire à son homologue de gauche, dont le poing soutenait mon menton. Mon attention virevolta d'un panorama à l'autre, avec curiosité et compatissance, quoi que mon expression imperturbable puisse indiquer.

Je n'apprécie pas ce que je distingue là, bien sûr. Mais à force de voir tel schéma se répéter, je serais devenue folle, à ne pas développer une distance émotionnelle pour le gérer. Moi seule sait, à quel point il est inutile de s'y apitoyer. Cette situation est faite pour perdurer. Parce que dans ce monde... la sagesse finit dévorée.

Mes bras s'épousèrent à l'horizontal et je me retournai, fixant les deux alliés.


" Demigra, bien sûr. Vous en doutiez ?... Ah, mais à vrai dire, cette question vaut autant pour Jojiba. " déclarai-je, à travers la diction plutôt pincée mais apaisée me caractérisant.

Autant laisser le temps aux figures masculines de saisir le scénario logique derrière une telle affirmation. Oh, pas trop longtemps, non plus. Je n'ai pas de doute que leur intellect fonctionne parfaitement. Ce qui ne sera peut-être bientôt plus le cas de leur petit camarade. Enfin, cela, nous pourrions facilement l'éviter. Nous pourrions facilement...


" Cette vieille connaissance vient de vous l'apprendre... je suis une Kitsune. Esprit à la longue vie... mais pas bénévole dans l'âme. Une recrue utile, certes. Du moins, si les conditions s'y prêtent. La localisation de ces deux humains est une tâche aisée, pour qui sait sans devoir chercher. Néanmoins, nous ferions mieux de nous dépêcher, car les secondes sont comptées. Je déteste faire preuve de coups fourrés... mais malheureusement, Babel et moi avons du mal à s'accorder. Monsieur le 1er ministre... sans vouloir vous exaspérer plus que de nécessité, voici ma proposition revisitée : je vous offre une chance de retrouver Cabba et Jojiba, avant que leur esprit ne se fasse anéantir par Demigra. Je vous offre quelques informations sur ce dernier et j'offre même mes services efficaces et personnalisés en termes de restructuration mentale de ces tristes victimes entre autres. J'offre mes talents d'entraîneur et la disponibilité combative de ma centaine de disciples élitaires, pour vos projets de défense planétaire. Et en échange... "

Avançant avec digne grâce, mais sans pour autant en faire des caisses sur le déhanché permis par ma tenue à l'allure bien raffinée... je gardai toutefois une distance respectueuse avec ce cher Scalio, tout en lui faisant face avec un sourire plus franc quoique non dénué d'un certain charme.

" La propagande de mon temple. Ce n'est vraiment que ce que je demande. Notez qu'au plus j'ai de recrues et au plus vous aurez de combattants. N'est-ce pas ce que vous désirez ? De redonner une dignité combative et patriotique à votre planète ? Mon paradis artificiel formera leur esprit vers ce chemin, leur reconnexion avec l'essentiel. En débloquant à la fois tout leur potentiel. "

Une main se tendit, tandis qu'un sourire s'élargit.

" À prendre ou à laisser, c'est bien sûr vous qui choisissez. Vous pour la planète, moi pour le sanctuaire. Parce qu'au fond, ce que naturellement nous voulons, c'est que nos terres prospèrent. Non ? "


Moi aussi, Babel... je serais enchantée de redécouvrir tes limites.

Parce qu'il vaut parfois mieux se taire, plutôt que de s'enfoncer sous... mh ? ~
Scalio
Scalio
Saiyan
Masculin Age : 26
Date d'inscription : 30/12/2018
Nombre de messages : 443
Bon ou mauvais ? : Bonnes intentions.
Zénies : 1760

Techniques
Techniques illimitées : Téléportation / One-Inch Punch / BLITZ
Techniques 3/combat : Nova Strike / Bakuhatsu ha
Techniques 1/combat : Omega Finishing Blow

[PV] La Crise Nationale  Empty
MessageSujet: Re: [PV] La Crise Nationale    [PV] La Crise Nationale  ClockDim 18 Sep 2022 - 19:12

-«Chef, moi et ma potentielle nouvelle recrue venons d’arriver, chef ! Cependant, je devrais avoir un rapport de l’un de mes sbires personnels d’ici quelques instants, chef !

-Repos, repos. Ton timing est parfait, on a pas exactement beaucoup de temps à perdre ici dans l'inaction.»

Une petite créature cornue et cyclope en apparence vient de sortir d'un tas de débris à côté de lui. J'osais imaginer que c'était l'un des sbires de Babel, auquel cas je commençais déjà à réfléchir à quelles autres créatures il a dans sa poche qu'il peut employer pour faire ses besognes. Je réalise la stupidité de le sous-estimer entre autre, c'est un archidémon qui aurait vécu pendant des millions d'années. Ce ne devrait pas être si anormal pour lui d'être aussi plein de ressources.

«J'imagine que c'est ça ton subordonné? Voyons voir ce qu'il a à dire.»

J'écoutais attentivement, et ma surprise était palpable. La petite créature nous informe donc que le coupable de ces attaques n'est autre que Cabba. Mon bon vieux capitaine, celui que j'étais censé capturer...ou simplement retrouver, pour être franc. Quelle coïncidence de merde putain, le lendemain que je donne l'ordre de retrouver Cabba, il se pointe et nous inflige de grandes pertes dans le même temps!! En plus de ça, Jojiba aurait été téléporté alors qu'il essayait d'arrêter l'ancien Capitaine... 
Je pense que tout le monde peut voir une frustration monter en moi, tandis que je me pince l'arête de mon nez. Babel demandait à ce qu'il poursuive, et honnêtement j'aurais du m'en douter mais, il y a des très hautes chances que le capitaine soit bien possédé par le roux sans âme du coin... huh. 

Il y a eu une pause courte, mais assez pour que je commence à m'interroger sur les intentions de Towa vis à vis de Cabba: Elle voulait son arme non? J'ai peut-être oublié, mais elle n'a jamais mentionné Demigra il me semble. Mais si Cabba est possédé et qu'il est en possession de cette arme... 


«Ah, oui !»
 
Babel me sort de mes pensées parce qu'il vient de se rappeler de me présenter la "nouvelle recrue": Inari. Il nous place de manière a être entre nous pour discuter. Maintenant que je la regarde...  en plus du fait qu'elle est vraiment pas mal du tout, elle à un air très "exotique" dans son apparence. Elle ne me donne pas l'impression de vivre dans les métropoles. Et après ce qui s'est passé ici, je ne pourrais pas l'empêcher de dire qu'elle a bien fait. Babel lui demande donc par qui Cabba a été possédé, où il est, et où se trouve Jojiba. 

-«Par qui s'est-il fait posséder ?... Allez. Je pense qu'il est facile de s'en douter.

-Je suis bien d'accord... Je parie tout sur Demigra.»

Elle confirme le possible doute qu'il y a pu avoir, elle fait cependant une remarque au sujet de Jojiba qui me laisse perplexe, mais j'ai pas vraiment le temps d'analyser ça, comme elle fait maintenant l'inventaire de ses capacités. Tout ce que j'entends - mis à part de ses relations avec Babel - montre une grande compétence qui n'attend que d'être exploitée. La partie concernant la restructuration mentale en particulier est un pouvoir formidable dans les bonnes mains! Cependant, j'allais juste prendre Babel à part.

«Excusez-moi Inari, je vais juste m'entretenir avec lui très vite.»

Je tire Babel à part, pas méchamment ou quoi, mais parce que le temps presse véritablement, et je n'ai pas envie que ce que j'ai prévu pour Babel s'ébruite plus que ça. Après m'être suffisamment éloigné, je discute enfin de business avec le Baron.

«Je sais pas exactement quand on va pouvoir se croiser après ça, donc je vais te donner ton job maintenant: Je souhaite que tu deviennes le Maître Espion de mon gouvernement, tu formeras des gens à ta façon, mais ces personnes doivent être loyaux. Tu peux même choisir le nom de l'agence, je m'en tape. Ta performance avec ton petit sbire tout à l'heure est une raison de plus pour que TU sois l'homme pour le job.
A partir d'aujourd'hui, tu seras le Maître de l'espionnage et de la propagande, et Inari sera -ironiquement- ta meilleure pote: Si elle sait réellement ou se trouve Cabba, tu coopéreras avec elle pour le chopper. C'est IMPÉRATIF, j'insiste bien plus qu'hier sur ce sujet! Vous utiliserez tout atout militaire, civil que vous verrez utile à ces fins. J'ai toutes les intentions d'accepter le deal avec elle, une partie de tes tâches consistera à promouvoir son culte ou je ne sais quoi. Et tu feras ça honnêtement, hein, pas de blague ou quoi. Est-ce que c'est bien compris?»

Je le lui laisse le temps de me répondre, et nous revenons voir la dame. En chemin, je commence à ressentir une signature de Ki... Bon, je vais me dépêcher alors. Une fois devant la dame Inari je lui tends la main pour qu'elle la serre.

«J'accepte votre offre. Je regrette cependant de vous informer que j'aimerai que vous accompagniez Babel dans sa mission. Dites vous juste qu'en contrepartie, si il me fait un rapport jugeant d'une efficacité sans nom de votre part, j'ajouterai des subventions de l'État pour votre euh "culte". Sur ce je vous laisse.»

Ils ont sans doute réalisé eux-mêmes ce que j'allais faire mais autant leur préciser.

«Je viens de retrouver Jojiba.»
Baron Mars Babel
Baron Mars Babel
Demon
Masculin Age : 22
Date d'inscription : 16/11/2020
Nombre de messages : 148
Bon ou mauvais ? : Mauvais
Zénies : 1000

Techniques
Techniques illimitées : Sycophantes / Lame manxome / Orage Baronnial
Techniques 3/combat : Dramatique démonstration de supériorité / Laisse-moi essayer !
Techniques 1/combat : 16 - LA TOUR

[PV] La Crise Nationale  Empty
MessageSujet: Re: [PV] La Crise Nationale    [PV] La Crise Nationale  ClockJeu 22 Sep 2022 - 13:38
Babel n’avait pas d’arrogance. Ou peut-être que si, il en avait. Il n’avait pas d’amour propre ? Si, quand même… Il n’avait pas de… honte ? Oui, pas de honte, très certainement. C’était pour cela qu’il était capable de faire un sketch en direct avec une créature cornue et cyclopique de taille réduite et de la shooter directement dans le ciel avec des accompagnements sonorifiques absolument comiques. Il était capable d’être la farce et son dindon. Ce n’était pas le cas de tout le monde, cependant. Inari, par exemple. Inari n’avait pas voulu tomber après un instant de lévitation. Inari ne voulait pas être l’arrogance humiliée. Inari voulait simplement apparaître derrière Scalio dramatiquement avec ses sandales qui résonnent. Heureusement, Scalio, lui, n’en avait si magnifiquement rien à faire des tours de passe-passe de la renarde qu’il rendait la scène à nouveau comique. Cela faisait que Babel ne perdait toujours pas son sourire, qu’importe si l’Inari qui venait de tomber de ses bras n’était qu’une illusion.

Notre cher archidémon ne tenta pas de mimer la surprise quand la conclusion que tout le monde attendait fut annoncée. Oui. C’était Demigra. Qui d’autre est-ce que ça pouvait bien être ? Babel savait très bien que dans toute narration se retrouvaient les mêmes joueurs. Dans ce cercle comprenant Cabba, Demigra, Jojiba et Scalio-a, c’était évident que le vieux démon aller refourguer son vil nez pointu là où il n’avait pas lieu d’être. Mais être capable de deviner ce qui allait se passer n’empêchait pas à l’Archidiable de s’investir dans les histoires dans lesquelles il plongeait. Et Scalio pensait lui aussi que c’était cet individu de la communauté que l’on connaissait bien. Les dieux-démons, à ne pas confondre avec les démons de Dark, les démons de l’Enfer et les démons du Monde des Démons (et ceux qui étaient surnommés démons parce qu’ils étaient psychotiques et / ou dangereux). Oui, c’était Demigra qui était à l’origine de tout ce bazaar, Demigra qui faisait du build-up pour sa future confrontation finale avec l’Insurrection. Qui donc avait autant de passé avec le démon à la crête de coq ? Babel ne pouvait s’empêcher d’anticiper ce combat entre la Terre et son bourreau. Aaah, quelle exquise catharsis cela serait !...

Inari avait refait ses termes afin d’accélérer les choses. Elle se mit à faire une poignée de phrases qui avaient pour but de rimer, ce qui maintenait le sourire de Babel sur son visage. Elle tentait de faire des poses dramatiques, d’ailleurs, ce qui était franchement adorable. Elle faisait la penseuse, et le Baron se frotta le menton. Mais, hey, elle se laissait être recrutée, c’était bien, ça ! En dehors de raconter à Scalio des parcelles de son histoire qui avaient déjà été données à l’Archidémon, elle se mit à reformuler la proposition qu’elle avait faite à Babel. Elle se présentait comme reconstructrice mentale et comme donneuse d’information, sans mentionner son gna gna gni gna gna gna sur le respect qu’elle avait à donner à Zen-oh ou une autre entité divine qui allait être inévitablement annihilée par la bande d’imbéciles terriens. Et puis, à nouveau, la propagande de son Temple. Elle offrirait des soldats, aussi. Toute recrue pour son temple serait un soldat pour Scalio. C’était comme des troupes au corps-à-corps dans l’un de ces jeux de stratégie qui plaisaient aux peuples de l’est. Ils feront du kung-fu sur des Saiyen. Cela pourrait être rigolo à voir.

C’étaient des termes acceptables. Elle donnait ce qu’elle pouvait donner et recevait ce dont elle avait vraiment besoin. Des gens pour pratiquer son culte. Après tout, son jeu d’arrogance et d’immortalité cachait une gigantesque dèche et un manque absolu de fonds. Des milliards d’année d’existence et elle était coincée dans une baraque isolée à vivre de RSA en RSA… ou… mmmh… C’était quoi le nom des allocations chômage dans cet univers ? Babel était sûr de se tromper… Scalio l'attrapa par l’épaule pour le tirer dans une coin, et, mains derrière le dos et genou relevé, il fit un tour dramatique sur lui-même, laissant son manteau-cape flotter un instant avant de suivre son chef dans le susdit coin.

Il venait d’obtenir un boulot, grâce à ce qu’il avait mis sur la table jusqu’à présent, y compris son petit sketch comique avec le sbire taille miniature de tout à l’heure. Un sacré, vil, diabolique et dramatique boulot : maître de l’espionnage et de la propagande. Il avait à former les espions du gouvernement et s’assurer de leur loyauté… Oui, la loyauté, c’était quelque chose qui était important. Au moins, suffisamment important pour que les conséquences de son recrutement lui arrivent à la gueule au lieu de simplement disparaître. Ah, Sasuke, quel malheur de t’avoir perdu. Il avait le droit choisir le nom de l’Agence ? Ah, cela devenait très intéressant. Il allait devoir y réfléchir un instant. Et il bosserait avec Inari, en plus ? Deux fois plus intéressant ! Le maître de l’espionnage se devait d’utiliser une omnisciente pour recueillir un maximum d’informations. Encore plus, il avait un budget illimité pour se faire. Délicieusement gris et moralement répréhensible. Tout atout militaire et civil. Mnyeh heh heh heh heeeeeeeeeh… Était-ce compris ?

”Bien sûr, chef… Mais si elle est omnisciente, elle sait ce qu’on se dit même si on s’éloigne, vous savez ? Heh he he…”

Se retournant avec le même tour de pied qu’il avait utilisé pour s’éloigner d’Inari, Babel se rapprocha à présent d’elle, se frottant les mains comme un vil et diabolique maître du mal qui avait concocté un plan aussi délicieux que maléfique. En vérité, il n’avait absolument rien en tête. Peut-être que c’était parce qu’il se tenait au milieu d’une métropole nouvellement fantôme. Ce n’était, respectueusement parlant, ni le lieu ni l’heure de se lancer dans un montage comique prouvant l’efficacité de l’armée démoniaque du Baron. La transaction entre Scalio et Inari fut terminée par la possibilité d’obtenir des bonus si le rapport de Babel était impeccable. Ce dernier n’avait rien d’autre à faire que de se tenir derrière son patron, bras derrière le dos et sourire sur le visage. Son attention était rivée sur Inari… jusqu’à ce que Scalio mentionne qu’il venait de retrouver Jojiba.

”Oh, je peux vous suivre, chef -”

FOOM !!

Mais il n’eut pas le temps d’entendre une réponse à sa question. Scalio avait déjà percé le mur du son. Dommage. Babel aurait bien aimé être là pour aider Jojiba à se sortir du pétrin mental dans lequel il avait dû être placé à son insu. Mais, compte tenu de sa présence comique, il était peut-être préférable de laisser le tragique de sa situation se dérouler dans son coin. Il soupira et souffla sans pourtant avoir de nez, son sourire dépité se cachant dans un coin avant de s’élargir à nouveau quand il se rapprocha d’Inari. Il frappa des mains avant de se les frotter, comme s’il ne l’avait pas suffisamment fait jusqu’à présent.

”Bon ben… On arrive à nouveau au point où il te faut me dire les infos dont j’ai besoin. Est-ce que tu vas enfin tout nous dire ou bien est-ce que tu vas tenter de meubler à nouveau ?”

Il regarda les alentours en levant le doigt, comme pour lui dire “un instant”.

”Peut-être dans un lieu plus propice, non ?”

Il claqua des doigts avant de se rapprocher d’Inari pour lui placer la main sous l’aisselle afin d'agripper son abdomen, levant l’autre, ouverte, bras dressé vers le ciel. Si Inari n’avait pas de souci à se laisser manier, elle ne commencerait pas à s’énerver maintenant. Et si elle s’énervait… ben, ce serait drôle. Les gens sérieux que l’on ennuie deviennent de véritables fontaines à comédie. Une ombre passa sur la ville, un jet traversant le ciel à plusieurs machs, et duquel pendait une échelle que Babel attrapa dramatiquement, ignorant entièrement les lois de la physique qui aurait décrété que son épaule fusse complètement déboîté. Il faisait ça parce que c’était classe. Emporté, une main et une jambe sur ces bouts de fer pendouillant et l’autre tenant Inari, son manteau volant autant au vent que le kimono de son interlocutrice, il se mit à lui parler. Ou plutôt à lui hurler, à cause de l’immense son qui traversait leurs oreilles.

OKAY ! TU VEUX ALLER OÙ ?! PRENDRE UN CAFÉ, ÇA TE CHANTE ? OU ALORS, ON VA AU CH TEAU ET ON COMMENCE À RÉDIGER LES POSTERS POUR TON TEMPLE ? C’EST COMME TU VEUUUUUUUUUUX. !!...

Ah. C'était dur de l'entendre...
Contenu sponsorisé

[PV] La Crise Nationale  Empty
MessageSujet: Re: [PV] La Crise Nationale    [PV] La Crise Nationale  Clock
 
[PV] La Crise Nationale
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Temporalité Alternative] Crise
» Une crise cardiaque nommée Georges
» Temps de crise [Feat. Garou]
» Réunion de crise de l'Empire [PV : Empire Cold]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPGDBZ :: RPG :: Terre-