-37%
Le deal à ne pas rater :
Couette 2 places (220×240) – Polyester – Fabrication Française
29 € 46 €
Voir le deal

Partagez
 

 Au crépuscule d'un âge

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Zev
Zev
Terrien
Masculin Age : 22
Date d'inscription : 21/02/2022
Nombre de messages : 35
Bon ou mauvais ? : Professionnel
Zénies : 1000

Techniques
Techniques illimitées : Insaisissable / Flingueur / Scorsese / Cigarette
Techniques 3/combat : Pause / Réflexe
Techniques 1/combat : Frustration

Au crépuscule d'un âge - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Au crépuscule d'un âge   Au crépuscule d'un âge - Page 2 ClockSam 16 Juil 2022 - 0:09
Entre sa prononciation excentrique de “Wiem” et son départ derrière le groupe, le vieil homme si inoffensif fut interpellé par une autre question : parlait-il Italien ? Arrêtant rapidement son contournement autour de la table pour regarder Chronoa, le corps tourné vers le côté et la tête vers elle, il la regarda un instant en relevant un sourcil, les lèvres pointées vers l’avant et rétrécie d’un air curieux.

”Non ? Enfin…”

Il sortit alors son portable de sa poche, glissant son doigt sur la surface tactile de son outil de communication transformé en véritable couteau suisse du onzième siècle, circulant rapidement d’écran en écran pour presser une icône représentant un oiseau vert aux traits exagérés, ressemblant à une chouette ou un hibou et ouvrant une fenêtre menant à des petits personnages prenant des poses autour du même oiseau puis un ensemble d’icône. Cette manoeuvre si adroite pour un gériatrique ne pouvait être que due à l’habitude, et accompagna la phrase qui suivit en culminant par une présentation de l’écran à divers spectateurs parmi ses interlocuteurs.

”J’en apprends un peu, sur ce… cette appli, c’est un peu comme un jeu vidéo, j’apprends de l’Italien pendant cinq minutes par jour… C’est très pratique, je peux faire ça dès que j’ai quelques minutes où il se passe rien, comme aux toilettes, et… Plus je joue et plus je marque des points. L’objectif c’est de faire cinq minutes par jour sans jamais sécher, c’est rigolo ! Ah, quand je pense qu’on pouvait pas faire ça, quand j’étais jeune… fallait trouver des profs capable de parler des langues autres que l’anglais ou arpenter les bibliothèques - ils savent pas la chance qu’ils ont, les jeunes… Regardez, ça fait deux cent jours que je me connecte !”

Une “streak” de deux cents jours s’affichait en orange sur l’écran, le gros crochet d’un deux suivant des deux ovals béants qui étaient les zéros. Il retourna le portable dans sa direction, un sourire satisfait et des sourcils froncés digne d’un James Bond témoignaient de la classe qu’il y avait à ne pas avoir failli à son apprentissage, avant que les deux points servant d’yeux derrière les verres carrés ne se tournent à nouveau vers Chronoa alors que son portable retournait tranquillement dans sa poche, ratant son entrée par deux fois avant que la troisième permette à l’appareil électronique de passer entre les plis pour s’y ranger.

”Mais, pourquoi est-ce que vous me posez la question ?”

Cela restait une conversation qui se finirait dans le passé. Zev avait contourné la table, et les deux Saiyen harcelèrent la gamine, et ils sentirent le froid du faucheur d’âme dans leurs colonnes un court instant avant de se faire engueuler. Chronoa avait tenté de les dissuader de leur encerclement d’une jeune demoiselle qui avait encore quelques études à finir avant de définitivement affronter les forces du mal et avait soutenu le vieux papa outré de voir deux rustres robustes bousculer sa tendre fille. Zev, la moustache hérissée tel un professeur oublié de bande dessinée franco-belge, tourna la tête sur le côté pour voir la déesse rapetissée tenter de mettre en valeur la chair boudinée sur ses bras juvéniles malgré leurs millions d'années. Il retira son chapeau avant de le mettre contre son coeur, ses sourcils relevés et ses lunettes semblant mimer une forme convexe comme si elle-même témoignaient de l’émotion qui habitaient son visage. Il n’était pas possible de savoir s’il affichait son deuil de la dignité de Chronoa ou bien son respect pour l’humiliation publique qu’elle s’infligeait afin de mettre un terme au conflit léger de la conversation.

Sans remettre son chapeau, Zev se tourna à nouveau vers le père de Goku, présentant son contre-argument contre la mention de Cell, le vent dans ses cheveux argentés. Tandis que ce dernier mentionna la possibilité de devoir prévoir un conflit contre le bio-androïde si la mission venait à s'éterniser avant de mentionner des conséquences évidentes de ce phénomène, Zev reposa délicatement son chapeau contre sa tête, l’enfonçant avec précision contre sa tête pour éviter qu’il ne s’envole avec le vent. Satisfait, il regarda le guerrier avec un autre sourcil arqué, son visage autrement neutre, avant de poser une question avec un ton en sous-entendant aucune agressivité ni reproche :

”Vous pensez qu’il vous faudra plus de trois jours pour détruire une télécommande ?”

Une seconde !... Avait-il regardé Chronoa, là ?... L’espace d’une nanoseconde… Son œil avait l’air d’être tourné dans la direction de Chronoa une nanoseconde… Non, les terriens étaient incapables de mouvement aussi rapides. Mais c’était étrange… c’était comme si son oeil s’était radicalement transformé d’un point noir circulant dans le carré des lunettes en un regard de chat ayant observé le rongeur avec lequel il allait s’amuser. Un passage de dessin animé à ultraréalisme. Mais il y avait toujours la possibilité que cela ne fut qu’un mirage causé par son corps ayant triplé d’effort pour faire transparaître sa musculature… Pourquoi s’inquiéter ?

Le rétrécissement des pupilles. Quand un individu exprime de la peur, ses pupilles rétrécissent. Beaucoup de pupilles rétrécissent en voyant Zev. Il l’avait vérifié. Celles qui ne rétrécissent pas étaient les plus utiles, mais aussi les plus ennuyeuses. Zev aimait quand les gens avaient peur de lui. Mais il était plus préférable qu’ils n’aient pas peur de lui. Les fiertés étaient dédoublées quand la peur s’installait. Beaucoup divulgaient plus de secrets à leurs inférieurs qu’à leurs supérieurs. Chronoa n’était pas fière. Elle pouvait avoir un milligramme de peur. Une toute petite dose. Suffisamment pour qu’elle prenne des initiatives bidons. Suffisamment pour qu’elle fasse des erreurs. Suffisamment pour qu’elle rende ce jeu un minimum intéressant. Il avait vu sa pupille rétrécir un tout petit peu. Il voyait tous les détails inconscients. Il l’avait vérifié.

Zev regarda fébrilement Bardock rejoindre Goku et Yashigaki pour leur souhaiter bonne chance, avant de se courber de frayeur en entendant le cri aigü d’admiration provenant de Chronoa, un cri qui avait coïncidé avec l’envol fracassant du Super Saiyan rendu silencieusement penaud par l’engueulade qu’il s’était pris. Il avait semblé légèrement accroupi, les mains contre les oreilles tandis que le vent de la propulsion d’Hellzetsu avait plongé dans sa veste et forcé sa cravate à quitter sa chemise. Se redressant avec une dignité blessée par son réflexe paniqué et remettant sa cravate en place avec virilité, les yeux fermés et le menton relevé, il écouta Chronoa l’admirer. Rappeler la faiblesse d’un homme pour mettre en valeur sa force était plutôt impoli, fallait-il l’avouer, et c’est pour ça que Zev regarda sur le côté un instant avant de simplement marmonner quant à la possibilité qu’il ne soit pas un grand combattant.

”Roh… Je me débrouille…”

Il s’épousseta le costard tandis que Bardock annonçait son plan de finir la mission avant de revenir pour manger. Le regard du vieil homme se pencha vers la table vide avant d’aller vers le ciel puis vers la gauche alors qu’il agita légèrement la tête en claquant une seule fois de la langue. Nul doute qu’il pensait à la salade d’oeuf qu’il aurait dû garder au cas où le Saiyan aurait eu une petite faim. Il remit ses mains dans ses poches avant de regarder les pavés carrés sur la route menant vers la crypte, agitant le bout de l’un de ses souliers pour se distraire le temps que Chronoa leur rappelle de prendre un communicateur. Il releva la tête quant il fut interpellé par la petite déesse qui l’informa de quand leur discours aura lieu. Il lui fit un sourire large qui aurait réchauffé n’importe quel coeur glacé par le cynisme.

”Okay !”

Les mains toujours dans les poches, il fit le chemin jusqu’aux capsules, un chemin sans description parce que l’auteur ne se rappelle plus de là où elles se trouvent dans Xenoverse lol qui prit un débouché vers le lieu d’entrepôt des transmetteurs avant d’arriver le dernier jusqu’aux capsules, l’air de fignoler avec son appareil électronique, satisfait de voir l’appareil être aussi facilement maniable. La tête penchée vers le bidule, il releva la tête alors que Bardock venait de le questionner sur sa capacité de débrouillage. Il cligna deux fois des yeux avant de hausser des épaules avec l’air d’un employé habitué et désabusé, un sourire mélangeant dépit et satisfaction habitant son visage.

”Je l’ai dit. Je me débrouille…”
Bardock
Bardock
Saiyan
Masculin Age : 28
Date d'inscription : 25/12/2018
Nombre de messages : 94
Zénies : 960

Techniques
Techniques illimitées : Bouclier Saiyan / Kikoha / Kienzan
Techniques 3/combat : Vague Déferlante / Enchaînement explosif
Techniques 1/combat : Javelo d'énergie

Au crépuscule d'un âge - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Au crépuscule d'un âge   Au crépuscule d'un âge - Page 2 ClockDim 23 Oct 2022 - 13:18
Quand la capsule arriva à bon port dans une des stations les plus éloignées de Coton City, ce fut un Saiyan désormais réveillé mais affaibli qui en descendit. Autour de lui, quelques techniciens s'affairaient et au loin une infirmière qui s’approchait, mais il ne la voyait pas. Il a eu de la chance, beaucoup de chance et il le savait. Sans Zev et Hellzetsu, il n’aurait sans doute pas survécu. Voilà les risques quand on tentait la diplomatie sans être un diplomate, on allait nécessairement se foirer à un moment ou un autre.

Il était un guerrier de l’espace! Il savait tuer, il savait détruire, il savait comment infliger le maximum de souffrance et comment neutraliser quelqu’un le plus rapidement possible! Toute sa vie se résumait à un long entraînement toujours plus difficile pour au final servir un tyran galactique.

“BORDEL!”
Son hurlement fut accompagné d’une détonation d’énergie qui ne manqua pas d’effrayer les personnes autour de lui. Heureusement, cela ne dura qu’une petite seconde et Bardock reprit son calme et plaça une main sur son visage, fermant les yeux.
Il devait prendre cela comme une leçon. Une connerie à ne jamais refaire, l’échec n’était qu’un tremplin vers la victoire à ce que l’on disait.

Certes, mais en attendant il se sentait humilié. Et il allait devoir affronter Chronoa et le rapport des autres sur ce qu’il s’était produit.
Devant lui il remarqua soudainement l’infirmière, tremblant sur ses deux jambes et le regardant.
Embarrassé mais cette fois parce qu’il avait failli faire un Vegeta. Il se gratta l’arrière de la tête d’un air contrarié.
“Désolé pour cet accès d’humeur, je vais bien. Pas besoin de soin.”

Sans perdre une seconde de plus, il s’envola en direction du Nid du temps et après quelques instants pénétra à l’intérieur et se présenta devant Chronoa.
“J’ai failli tout faire foirer, toutes mes excuses Dame Chronoa.”
Sentant les autres arriver, il se retourna vers eux.
“Désolé pour cet incident. Je crois bien qu’il faut que je me contente de la diplomatie avec les poings.”
Zev
Zev
Terrien
Masculin Age : 22
Date d'inscription : 21/02/2022
Nombre de messages : 35
Bon ou mauvais ? : Professionnel
Zénies : 1000

Techniques
Techniques illimitées : Insaisissable / Flingueur / Scorsese / Cigarette
Techniques 3/combat : Pause / Réflexe
Techniques 1/combat : Frustration

Au crépuscule d'un âge - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Au crépuscule d'un âge   Au crépuscule d'un âge - Page 2 ClockMar 8 Nov 2022 - 19:12
Sous le soleil ensoleillé du beau milieu de nulle part, trois capsules se tenaient placées au sommet d’une falaise. Des oiseaux s’y tenaient tranquillement, en attendant de voir quoi que ce soit se produire. Peut-être qu’ils digéraient, tout simplement. Peut-être qu’ils accumulaient de la chaleur avant de migrer vers des pays froids. Cela n’importait que très peu, au final. Deux de leurs perchoirs finirent par tout simplement disparaître, comme ça, au milieu de nulle part après un si bref flash. Cela ne les dérangea pas plus que ça, car après avoir voleté, ils s’entassèrent tout simplement sur la troisième capsule. Et puis celle-ci aussi se mit à disparaître. Étrangement, avant que cela ne se fasse, l’un des carrés de métal qui permettait aux terriens de se déplacer très vite s’était rapproché de l’une d’entre elle, et un vieil homme en sortit. Et le véhicule disparut également quelque temps après la capsule. Pour cette bande de piafs, cela n’avait aucune importance. L’un d’entre eux se fit sauter dessus par un chat.

Les coups de chance. Zev n’aimait pas les coups de chance. Il avait toujours un plan et un moyen de s’en sortir. Il n’aimait pas quand il s’en sortait grâce au hasard. Il avait gardé sa cigarette dans sa manche. L’objectif de Pyouk avait été de faire tomber son interrupteur bricolé sur le bouton. Heureusement pour les cyborgs, ils n’auraient pas explosé. À la place, c’était Pyuk qui aurait commencé à fumer de l’intérieur de son manteau, avant de disparaître dans une explosion bleue, laissant subtilement le vieil homme s’échapper en laissant derrière lui un manteau endommagé. Mais cela ne se produit pas. Il s’était simplement mis à marcher dans l’autre sens en faisant attention à ne pas courir tout de suite. Puis il se mit à courir. Puis il sauta dans sa voiture. Puis il roula. Puis il sauta dans la capsule. Puis il se téléporta, et la voiture se téléporta, et la temporalité fut sauvée sur un coup de chance. C’était tant mieux. Mais il n’aimait pas les coups de chance. Il l’avait vérifié.


La DeSotto Adventurer s’était remise à circuler dans la rue de Conton-City. À droite, les bâtiments aux architectures rondes inspirées des travaux de Satan-City. À gauche, pareil. Entre les maisons et les immeubles si particuliers se trouvaient de jolis arbres, importés de la Terre comme du Kaioshinkai, avec comme honorable objectif de mettre un peu de verdure dans ce monde de brutes intertemporelles. Les passants se retournaient dans la direction de la voiture qui ne dépassait pas la limite de vitesse et ne grillait pas les feux rouges. Certains passants étaient confus. D’autres craintifs. D’autres encore étaient simplement ennuyés. On reconnaissait Zev ou on ne le reconnaissait pas. Mais tout le monde entendait la musique qui résonnait depuis ses enceintes, et le mouvement d’avant-arrière de son cou alors qu’il “headbanguait”, comme disent les jeunes, au rythme de sa musique de rock dépassée. Certains peut-être le trouvèrent ringard jusqu’à ce qu’il s’arrête face à un bâtiment administratif sans couper la musique, claquant des doigts en marchant vers son coffre, avant d’en sortir nonchalamment la forme la plus bestiale de l’un des pires monstres que la Terre n’ait jamais connu. Posant la larve son son épaule, il s’avança jusqu’aux portes qui coulissant pour le laisser entrer, passant sous les lettres du préau marquant le titre de l’office de recrutement de la Time Patrol. À l’intérieur, il continua d’avancer dans le hall d’entrée avant de prendre un couloir menant à un bureau.

”J’aimerais un formulaire de recrutement N.C.I pour un Cell.”

Dit-il avant de poser la larve sur le bureau d’un pauvre comptable. Un Namek desséché par l’âge, la fatigue et le manque évident d’humidité dans ce bâtiment. S’il avait un haut avec chemise et veste attendu de tout bureaucrate, son pantalon était celui d’un Namek traditionnel, ce qui lui donnait l’air ridicule. Il avait au niveau du visage deux barbeaux de son héritage aquatique qui lui donnaient l’air d’avoir développé une moustache. Il n’avait pas l’air impressionné par la larve, ni par Zev… du moins, pas plus que ceux qui le rencontraient habituellement. Soupirant, il tira sur la poignée d’un tiroir avant d’en ressortir un document, le fameux formulaire de recrutement N.C.I, un acronyme signifiant “Neutralisation par Recrutement Improvisé”, regroupant coups de bluff, manipulation par l’arrogance ou la soif de pouvoir, ou tout simplement recruter de force des criminels temporels neutralisés de façon non-létale.

“M. Brzęczyszczykiewicz, vous pourriez frapper avant d’entrer…”

”Oui.”

Le vieil homme ne dit rien d’autre avant de se mettre à remplir le document sur un coin du bureau qui n’était pas occupé par la larve, tandis que le Namek dépité soupira, avant de simplement appuyer sur le bouton d’un appareil, avant de se pencher vers le visage de la larve.

“Bonjour, M. Cell. Je viens d’appeler deux aides-soignantes qui vous conduiront à notre centre de bioingénierie. Vous y recevrez les améliorations qui vous permettront d’atteindre un niveau convenable, de quoi sortir de votre forme larvaire rapidement et… et bien… de quoi nous assurez que vous ne profitiez pas de cette occasion pour faire des massacres ici et là. Ne vous en faites pas, cela ne sera pas douloureux. Vous pourrez faire carrière ici et -”

”Fini.”

Zev posa la fiche, avant de tapoter le Namek sur l’épaule de son doigt, avant de sortir de la salle, lui indiquant de venir lui parler. L’autre maintient son air fatigué avant de se lever.

“Je reviens.”

Une fois sorti, Zev se mit à lui parler bas :

”Ma fille aimerait un animal de compagnie.”

…Quoi ?

“Quoi ?”

”Tu dis aux docteurs de le maintenir dans sa forme larvaire, de lui réduire ses pulsions meurtrières, tu empêches sa capacité d’évolution dans sa forme imparfaite – Il reste une larve fidèle, intelligente, capable de la défendre.”

“...Mais…”

”Deux cent Zénies.”

Le Namek le regarda en fronçant ses antennes. Il pointa ses yeux vers la porte, puis vers Zev, puis la porte.

“Trois-cent cinquante et je vais voir ce que je peux faire.”

”Vendu. Tu seras payé quand je l’aurais à ma porte.”

Le laissant bougonner, il s’en alla, passant à côté des deux toubibs avec un air calme sur le visage, se rapprochant petit à petit de la musique qui était étouffée depuis l’extérieur, bousculant une gamine sur le chemin avant de revenir au hall, puis de passer par la porte. Ayant enfin fini ce prétexte de donner vaguement une raison à Pythar de vouloir réutiliser ce PNJ s’il en avait envie plus tard, Zev se rapprocha de sa voiture avant de prendre la première à droite pour le dôme de Chronoa.

Quelques minutes plus tard, des passants virent la voiture s’arrêter devant le dôme susdit, laissant un vieil homme sortir d’une DeSotto Adventurer particulièrement propre et cette fois-ci silencieuse. Un garde le vit s’approcher de la porte et fut particulièrement surpris de la posture changeant à chaque pas, ses lunettes glissant sur son nez, ses épaules perdant de leur droiture et son chapeau se laissant tirer vers l’arrière pour mettre de l’emphase sur son dégarni progressif. En un instant, il passa d’un tueur froid et expérimenté à un pauvre bougre qui avait peut-être eu un jour une carrière de sportif. C’en était glaçant. D’un vieil homme à craindre dans une carrière où les gens meurent jeunes à une autre victime de l’arthrose et de la démence. Il fut tapoté sur l’épaule par celui qui entra dans le complexe regroupant la crypte.

Bardock était arrivé le premier. Hellzetsu était arrivé peu de temps après. Dix minutes supplémentaires s’étaient écroulées avant que Zev ne rentre également. Il tenait cependant un papier à la main. Alors qu’il se rapprochait du trio, le contenu de cette feuille devenait de plus en plus clair, si elle ne restait pas suffisamment proche pour être lisible, même pour des yeux de Saiyen : des cases à remplir et à cocher. Une feuille de rapport en soi. Il s’arrêta enfin auprès de ses deux camarades, les deux ayant eu leurs erreurs particulières, cet imbécile de vieillard au regard perdu ayant, lui, fait un sans-faute.

”Mes excuses pour mon retard… On m’a fait passer des informations sur… une autre temporalité, on dirait…”

Il ouvrit alors la feuille qui avait été pliée à moitié, jusque là. Son expression changeante semblait indiquer que c’était la première fois qu’il la lisait. On devait la lui avoir donné sur le chemin, et il avait dû être trop préoccupé par sa tentative de ne pas prendre plus de retard pour la lire jusqu’à maintenant. La panique s’installait dans son visage alors qu’il continuait d’arpenter les lignes…

Le gif rigolo:

Son regard se planta dans celui de la naine rose.

”Madame Chronoa… Où est Cabba ?”
Chronoa
Chronoa
PNJ
Féminin Age : 83
Date d'inscription : 19/10/2018
Nombre de messages : 116

Au crépuscule d'un âge - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Au crépuscule d'un âge   Au crépuscule d'un âge - Page 2 ClockDim 20 Nov 2022 - 14:48
La joie envahie Chronoa quand elle aperçu chacun de ses fiers aventuriers temporels. Ils avaient bravé le danger et empêché la destruction d’une ligne temporelle avec brio. Ils furent donc accueillis avec les éloges, dignes héros qu’ils étaient !

« Bravo ! Vous avez été géniaux ! »

S’écria la dame du temps en sautant partout comme fan de Justin Bieber. Evidement, la maîtresse des lieux n’était pas dans ses sapes habituelles, elle avait revêtu une tenue de pom-pom-girl pour l’occasion. A la manière d’une groupie alertée par l’arrivée de ses stars favorites, elle agitait ses pompons en levant les bras en l’air. L’événement serait peut-être plus impressionnant si la déesse du temps n’avait pas été la seule à se prêt à l’exercice. Fort heureusement, la prestation étrange de Chronoa ne fit pas chanceler le puissant Bardock qui conservait sa rigueur de ton. D’ailleurs, ce dernier se montra un temps soit peu solennel en s’excusant du manque de réflexion dont il fit preuve pendant ladite mission. Il était vrai que sa précipitation avait mis en danger tout le monde, cependant, il ne devait pas prendre en compte que ses échecs. Elle lui adressa un sourire plus noble et compatissant, l’assurant ainsi de son plein soutien.

« Ne dis pas de sottises, tu as pris des risques pour ce que tu jugeais bon de faire. Je ne t’en voudrais pas pour ça ! »

Elle adressa un regard complice à Zev et Hellzetsu.

« Tu as des amis qui sont là pour te prêter main forte, vous n’êtes pas une équipe pour rien. Et puis, tu as sauvé Chichi et retenu Bulma d’intervenir. »

La mort de l’une comme de l’autre aurait provoqué des changements irrémédiables dans la timeline. Certes, Yamcha avait péri dans l’opération, mais c’était… Heu… Moins grave. Quoi qu’il en soit, la dame du temps se voulait rassurante et ne comptait pas faire payer son associé pour cette erreur.

Zev interpela ensuite le groupe, annonçant qu’il avait obtenu des informations sur une autre temporalité. Il semblait lire un rapport papier, écarquillant progressivement les yeux au fil de sa lecture. Chronoa dissipa son sourire, suspectant une bien mauvaise nouvelle. Tous se muèrent dans l’attente d’un mot du vieil homme.

Puis la question tomba : ”Madame Chronoa… Où est Cabba ?”

Ce jeune homme… Un saladien de l’univers 6 ayant participé au tournoi du pouvoir contre l’univers 7. Il s’agissait d’un saiyan au cœur pur ayant été défait par Vegeta. C’est lors de ce même combat qu’il apprit à se transformer en super guerrier de l’espace. Mais pourquoi ce jouvenceau intéressait le père de Tempo ? L’expression du vétéran traduisait une réelle inquiétude, il était très fortement probable qu’il ne joue pas le comédien, cette fois. Comprenant le possible gravité de la situation, la responsable du temple invita Zev à la suivre.

« Quel Cabba ? Donne-moi ce rapport. »

Répliquât-elle en attendant le dossier, parée à le lire en cours de chemin vers la crypte. Une fois là-bas, elle serait en mesure de localiser une éventuelle anomalie temporelle concernant l’ami de Scalio. Sur la route, certaines questions vinrent titiller la curiosité de la naine magicienne.

« D’où provient ce document ? »

Plusieurs personnes étaient en mesure de rédiger un rapport contenant des informations sur les temporalités : Poiko, Kaito, tous les kaioshins et Chronoa. A moins que Zev ne soit passé par des chemins de traverse, il devait avoir rencontré l’une de ces personnes pour obtenir un document officiel. Mais qui sait, peut être qu’un détail avait échappé à la vigilance de régente du temps.

Si personne ne retenait le duo, il rejoindrait la crypte.

Zev
Zev
Terrien
Masculin Age : 22
Date d'inscription : 21/02/2022
Nombre de messages : 35
Bon ou mauvais ? : Professionnel
Zénies : 1000

Techniques
Techniques illimitées : Insaisissable / Flingueur / Scorsese / Cigarette
Techniques 3/combat : Pause / Réflexe
Techniques 1/combat : Frustration

Au crépuscule d'un âge - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Au crépuscule d'un âge   Au crépuscule d'un âge - Page 2 ClockMar 22 Nov 2022 - 14:43
La motivation. Le mensonge. Les deux se mélangent régulièrement. Les deux sont nécessaires. Chaque mensonge est un nouveau masque. Il faut s’y adapter. Il faut maintenir l’illusion du mensonge, et donc ajouter un autre mensonge, dépenser du temps, dépenser de l’argent. Chaque mensonge est un investissement. Il l’avait vérifié. L’utilisation par Chronoa de la deuxième personne du pluriel était un mensonge. Ils n’avaient pas été géniaux. Ils avaient été incompétents. Leur seule utilité avait été de suivre des ordres. Ils avaient suivi des ordres. Ils avaient fait leur travail. Chronoa portait une tenue ridicule inapte à prouver son appartenance administrative. Hellzetsu croisait les bras dans un coin de la discussion. Bardock serrait les poings. Chronoa lui disait qu’elle ne lui en voudrait pas pour avoir tenté d’agir selon son instinct. Tous les instincts ne se valent pas. Il y avait des risques qui étaient jugés comme corrects. Il y avait des risques qui étaient jugés comme incorrects. Une purge des membres les plus incompétents de la patrouille serait considérée comme incorrecte.

Des amis. Des amis qui étaient là pour aider. Des amis qui étaient là pour soutenir. Une équipe. Il avait sauvé Chichi et avait arrêté Bulma dans sa stupidité. C’était acceptable. Ils avaient été une équipe. Ils ne sont pas des amis. Ils sont des sbires. Ils sont des soldats. Ils empêchent la destruction de la temporalité. Ils sont entraînés et sacrifiables. Ils sont des pions. Zev était un meilleur pion que les autres. Il l’avait vérifié. Il venait de le vérifier. Sa compétition était lamentable. Il n’y avait rien à signaler de plus que sa réussite et leur adaptation à ses ordres. Chaque décision prise hors de son consentement avait été une cause de soucis qui empirent. Chaque décision qui ne venait pas de lui avait été tout simplement un désastre. Chronoa mentait. Bardock n’avait pas d’amis. Hellzetsu ne lui offrait que la sympathie qu’il offrait à tout le monde. La façade de stupidité qui cachait une envie constante de prouver sa valeur. Prouver sa valeur encore et encore. Un train inarrêtable à la proue tâchée de sang. Zev n’avait pas de sympathie pour Bardock. Mais il n’avait de sympathie pour personne. Il était entouré de façade. La façade amicale du mégalomane Hellzetsu. La façade amicale du malade Zev. La façade amicale d’une déesse chargée de faire la part des choses et les choix les plus froids et concrets. Quand Bardock fera l’erreur de trop. Quand il mourra. Chronoa le pleurera. Puis il prendra un autre Bardock.

”Le Cabba de la temporalité… euh… Oméga-un-deux…-cinq-sept-neuf-un…-quatre… je crois.”

Zev s’était gratté la mâchoire, et par la même occasion, sa légère barbe de trois jours, laissant ses doigts progresser de son cou jusqu’à sa joue pour au final caresser un coin de sa moustache, plaçant quelques poils entre son indexe et son pouce pour les rouler les uns sur les autres. Ses yeux, petites billes noires, avaient décollé du centre de ses verres pour se coller à leurs sommets, prisonniers du petit carré de ses lunettes. Il avait du mal à répondre à une question de Chronoa, posée pour demander de quel Cabba il était exactement question. Zev avait l’air d’avoir eu du mal à se remémorer la catégorisation de la temporalité observée principalement par les lecteurs, une temporalité dans laquelle beaucoup trop d’évènements se déroulaient, avec une forte attraction pour les voyageurs temporels et intra-universels. C’était dans celle-ci que la plupart des membres de la patrouille passaient leur temps libre et c’est dans celle-ci qu’Auros était sorti de ses gonds. Zev descendant son regard vit Chronoa se rapprocher du temple tout en tendant la main dans sa direction, attendant de recevoir le papier, de trois quart comme pour l’inviter. Se grattant la tête, il s’avança vers la plus petite des membres de la discussion et à eux-deux s’éloignaient petit à petit du reste. Il posa son papier dans la paume de la mini-déesse.

”...Ce n’est pas vraiment un rapport… Et il vient de ma poche.”

Ah… C’était cocasse, ça. En ouvrant le papier, Chronoa s’était très probablement rendue compte qu’elle avait affaire à une véritable liste de course. Et il y avait une raison à la panique du vieil homme que l’on pouvait aisément déduire : il était passé midi. Le marché de la place principale avait probablement fermé ses portes à l’heure qu’il était. Si la cité hors du temps ne souffrait pas du passage du temps, les mortels y travaillant devaient dormir, manger, s’organiser, se rencontrer. Il était nécessaire de prévoir des heures, et le modèle de vingt quatre heures habituel avait été adopté au bienfait de tous les patrouilleurs ayant besoin de faire une pause repas après quatre heures de boulot. En dehors de la mention de steak haché, le régime de Zev semblait entièrement végétarien, mais le type de végétarien qui se permettait de manger des oeufs et de boire du lait. Il y avait aussi beaucoup de bouteilles de jus d’orange. Zev devait en boire beaucoup plus que la moyenne.

”Le Cabba de la temporalité Oméga… de la temporalité que j’ai mentionné avant - dispose d’une épée qu’il a obtenu dans un concours organisé par Demigra. Après la défaite du dieu-démon, aucun geste ne fut fait pour au moins séparer Cabba de son arme. Je n’avais rien dit, parce que ce Cabba était de base un intrus dans sa propre temporalité et que personne ne le poursuivait. Je pensais que Kaito Shan avait un plan ultérieur. Mais… peut-être que cette épée avait un bout de Demigra dedans depuis le début. Comme le méchant dans ces films avec le jeune homme qui a un éclair sur le front…”

Il se gratta la nuque. Il n’avait pas l’air de se souvenir du nom d’Harry Potter. Ou bien peut-être qu’il l’ignorait par choix. C’était après tout une franchise de blockbusters, et un vieil homme éduqué au noir et blanc ne devait probablement pas apprécier autant de budget et autant de marketing. Quelle pourrait être sa position face aux commentaires de J.K Rowling ?

”Mais en explorant la temporalité, j’ai fait mes recherches au laboratoire de Géro, et j’ai découvert qu’un voyageur temporel capable de couvrir ses traces s’y était aventuré. Un voyageur temporel aguerri avec des grosses bottes et apportant un savoir scientifique incommensurable. Je me suis dit que c’était Mira. Et nous savons que Towa est toujours active sous le pseudonyme de “Misha”. Il y a de grandes chances que ce soit la scientifique démone qui ait causé ce brouhaha.”

Il alluma alors une de ses cigarette avant de se tapoter le front de sa paume à la manière d’un détective patibulaire joué par Peter Falk, parlant avec un coin de ses lèvres ouvertes tandis que l’autre tenant son enveloppe de poison et de contenus suspects.

”Et là je me suis dit… ça doit être une diversion. Towa prépare quelque chose et elle a prévu des perturbations dans deux chronologies en même temps afin de couvrir ses arrières… Ce qui me laisse à penser que si elle est ensuite allée chercher Cabba… Et bien… Et bien Demigra serait de retour.”

Il regarda alors Chronoa d’un air… compatissant ?

L’anticipation. Il anticipait. Il voulait voir Chronoa s’inquiéter. Il voulait voir Chronoa prendre peur. Il voulait voir sur son visage faussement optimiste l’inquiétude de toute une immortelle existence se libérer d’un coup, crispant son visage à la jeunesse enfantine et éternelle, rétrécissant ses paupières et couvrant sa gueule de sueur froide. Il voulait qu’elle ait peur. Il voulait qu’elle ait peur et qu’elle connaisse la peur de Dieu… Il voulait qu’elle vive le comble pour une déesse : craindre l’être ayant le plus de chance de la détruire. Et voir en face d’elle le seul mortel qui pouvait la sauver.

”Goku et Yashigaki ont ramené leurs capsules, n’est-ce pas ?”
Contenu sponsorisé

Au crépuscule d'un âge - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Au crépuscule d'un âge   Au crépuscule d'un âge - Page 2 Clock
 
Au crépuscule d'un âge
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Le crépuscule d'une Rebellion.
» Le Crépuscule Des Ombres. [Libre]
» Les aspects du crépuscule [Solo]
» A la fois au crépuscule et à l'aube d'une guerre
» Au crépuscule, l'agonie (Privé : Scalieco)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPGDBZ :: RPG :: Planètes :: Conton-City-