-40%
Le deal à ne pas rater :
Nike Sportswear Phoenix Fleece – Pantalon oversize taille haute
35.97 € 59.99 €
Voir le deal

Partagez
 

 [U13] - Conflits internes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Setsuka
Setsuka
Saiyan
Féminin Age : 30
Date d'inscription : 10/08/2018
Nombre de messages : 155
Bon ou mauvais ? : Neutre
Zénies : 1180

Techniques
Techniques illimitées : Création, Zanzōken, Laser de Gaksa
Techniques 3/combat : Aura bestiale, Mantra féroce
Techniques 1/combat : Esprit de Menolos

[U13] - Conflits internes - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: [U13] - Conflits internes   [U13] - Conflits internes - Page 2 ClockMar 30 Aoû 2022 - 16:36


[U13] - Conflits internes


Les remarques conjointes d’Io et d’Auros avaient fait rougir de contentement la petite saiyan – elle aussi estimait que les göraniens étaient bien moins des barbares que son peuple natif. Et l’autochtone ne pensait pas que son jugement soit biaisé. Même les terriens, plus civilisé que les saiyans nonobstant ; étaient à son œil moins respectueux d’une manière générale que son « peuple de sauvage ».

Par la suite, lorsque le kaïoshin se montra si enthousiaste à l’idée de faire les choses sans user de magie, l’illumination dans ses prunelles contamina celles de l’étrangère. Cette dernière frappa dans ses mains plusieurs fois d’excitation.

« Ouaaaaiiiiiis ! » Dit-elle en tendant ses mains pour faire un « top-là » avec Io. « Apprendre et transmettre son savoir c’est crucial, c’est chouette que je puisse te montrer un truc ! Parce que t’es quand même un dieu, quoi ! »

Sous-entendu que ses connaissances globales dépassaient forcément les siennes et de loin.

Bien que le masque de fer de l’Empereur dissimulât son sourire ; la chasseresse planta son regard dans le sien à ce moment-là. Un frisson agréable avait couru le long de son échine dorsale ; transmis par son lien d’empathique qu’elle gardait actif régulièrement aux côtés de son hôte – afin de réussir à mieux l’appréhender. Cette dernière lui offrit alors un regard profond et complice qui se voulait tendre. Il était loin d’être aussi désensibilisé qu’il voulait le faire croire ; et c’était de bon ton pour la suite.

Alors que le monsieur insecte s’en alla (Setsuka lui faisait « coucou » de la main avec son air benêt et gentillet habituel) les audiences prirent fin.

Nous en venons donc au moment où Setsuka produit des esquisses de tenues farfelues qui se veulent inconnue des Elyséens. Le pauvre Roi a des doutes concernant le fait qu’ils vont réussir leur mission avec ce type d’accoutrement – mais ses deux subordonnés se montrent évidemment plus optimiste (de toute évidence ils ne pouvaient échouer avec le soutien du Hokuto via leurs perruques !).

Fort heureusement pour eux, le dirigeant d’Elyséa mis en lumière un détail plus qu’important : la queue de singe de son invité. Cette dernière (son appendice) se mit à se tortiller dans tout les sens, visiblement « heureuse » que l’on parle d’elle (et comme si son membre de primate avait sa propre volonté).

« Ah ! » Sa queue se plie vers l’arrière d’un air dépité – à juste titre, on parle de la camoufler. « C’est comme un bras, ou une jambe pour moi, alors j’ai pas du tout pensé que ça pouvait griller ma couverture ! » Celle-ci se tape le front du plat de la main comme pour maudire sa propre bêtise. « Ben je vais l’attacher autour de ma taille et porter une robe large à partir de là. De la sorte personne ne se doutera que j’ai une queue. »

L’appendice (un peu énervé apparemment de devoir se planquer) fini par accepter de devoir se tapir ainsi dans l’ombre, s’enroulant finalement autour de la taille de son hôte comme pour s’y reposer – en prévision de devoir garder cette pose un long moment.

« Ben pourquoi leur première réaction ce serait de mal agir avec des gens qui viennent leur rendre visite d’un autre monde ? »

Cela n’a ni queue ni tête pour quelqu’un qui a été élevé dans les coutumes göraniennes.

Io leur trouve une justification appropriée et convenable en plaçant leurs prétendues origines dans les planètes sauvages. Rien que le nom de ces lieux donne envie à la petite saiyan de s’y rendre.

« Au moins je ne risque pas de faire une boulette ! » Au regard de la proximité de ce nom d’endroit avec la nature de Görana – en effet, c’est facilitant pour la chasseuse.

Prête à se mettre à la confection de leurs « habits de barbares » ; Auros lui a besoin de faire ses trucs de gouverneur, encore. Comment ça doit être chiant, le pauvre ! Setsuka lui tapote gentiment l’épaule afin de lui montrer qu’elle compatit.

« On va te faire une super tenue ! à tout à l’heure ! » Lui lance-t-elle avec un sourire allègre.

Le petit bonhomme s’élance dans les couloirs et la jeune femme tente de le suivre à la trace (mais elle manque de se perdre dans ces corridors froids et semblables les uns aux autres, bannière de la volonté Elyséenne à tout conformer au même modèle).

Les deux compagnons débouchent sur une salle de grande taille où repose divers costumes traditionnels de ce monde – que la couturière vient tout de suite admirer de plus près.

« C’est… tellement différent de tout ce que je connais, comme style… » Celle-ci effleure la matière entre ses doigts ; visiblement obsédée par son besoin de comprendre comment tout ceci a été tissé. « C’est… comment on dit… » Cette dernière se frotte le menton quelques instants : « Sobre ? Et raffiné aussi. Mais les couleurs sont trop discrètes, personne ne peut se démarquer en tant qu’individu avec ce genre de costume – ça ne révèle pas une personnalité. MAIS ! ça montre que votre peuple est unifié sous le même étendard, ça c’est sûr ! »

Après cette analyse vestimentaire ; la modéliste fait un bond lorsque le nécessaire pour travailler apparaît en un claquement de doigts. C’est à la fois impressionnant et terrifiant qu’un individu puisse créer aussi facilement ce qu’il imagine.

« C’est vachement moderne ton matériel !» Celle-ci vient prendre place sur la chaise qui lui est destinée et se met à examiner les ressources à sa disposition. « J’ai découvert ce genre de machine sur Terre. Ce n’est pas tout à fait le même modèle, mais ils ont pleiiiiiin d’engins pour se faciliter la vie – même trop je dirais ! » Celle-ci se souvient des mécanismes qui permettent de créer de la nourriture dans des usines. C’est super bizarre ça, par exemple. « Enfin, ça va nous aider à être plus efficace, merci ! »

Le p’tit bonhomme s’assied à ses côtés. Setsuka fouille dans les panières à tissu.

« Ta mission pour commencer, c’est de me trouver les couleurs et les motifs que les gens d’Elyséa pensent que les gens des « planètes sauvages » portent. Il faut qu’on soit dans le cliché pour que ça soit crédible ! »
D’abord, la jeune femme dépose ses dessins devant eux pour qu’ils aient les modèles.

« On va arranger la courbure des vêtements en fonction de ce que le peuple Elyséen pensent que les sauvages portent aussi : alors n’hésite pas à modifier mes croquis pour que ça soit ressemblant à leurs préjugés ! »

Celle-ci se met à la pêche aux étoffes sous les conseils du kaïoshin. Une fois qu’ils ont trouvé plusieurs soieries qui conviennent ; Setsuka lui présente les différents outils nécessaires à la couture et lui montre le fonctionnement de la machine (elle ne s’en est servie que peu de fois sur Terre, mais ce n’est pas bien compliqué !).


« Je vais te donner quelques astuces pour débuter, tu verras ça va être plus facile ! » Tout en démarrant ses explications ; la göranienne commence à travailler sur son propre dispositif et laisse Io se familiariser avec le sien. « Prends un fil proche de la couleur du tissu sur lequel tu vas coudre, mais pas identique. Comme ça, tu verras mieux ce que tu fais ! Pis ensuite tu peux faire ça pour que ça soit plus facile de faire rentrer le fil dans le trou de l’aiguille, là. » Celle-ci humidifie le bout de son fil en le glissant entre ses lèvres. « Pis tu vois faut prendre ton textile sur le revers, comme ça tes nœuds de couture ils ne se verront pas ! »

Celle-ci lui montre comment piquer droit et de quelle manière ne pas se blesser avec l’aiguille (à l’aide d’un dé de couture, donc). Elle lui montre patiemment les étapes et les répètes, à un rythme lent, afin qu’il puisse voir et revoir la démarche. Visiblement ce n’est pas la première fois que la sauvageonne transmet ses connaissances : en effet ; sur Görana l’apprentissage n’est pas réservé qu’aux enfants ; mais bien à tous - et ce, tout du long de la vie.

Ils passèrent supposément plusieurs heures à coudre leurs vêtements propres dans un premier temps – et probablement à faire quelques retouches au fur et à mesure des essayages. L’apparence des déguisements évoluèrent au gré de ce que savait Io à propos des idées reçues à propos des habitants des planètes sauvages. Dans tous les cas, l’allure devait être rustique à côté des étoffes portées par les Elyséens.

Aussi ; lorsqu’ils donnèrent le point final à leurs « uniformes de barbares », Setsuka enfile une fois pour toute le costume qu’elle s’est cousue (à savoir que, oui, depuis le départ il n’y eut aucune gêne pour la saiyan quant au fait de se dénuder devant l’enfant, après tout il n’y a rien d’embarrassant !).

Spoiler:


« J’ai mis une ceinture pour maintenir ma queue de singe autour de ma taille, on ne sait jamais si elle a l’idée de faire des siennes ! » Souligne-t-elle toute fière, posant ses mains sur ses hanches. « Nous voilà citoyens des planètes sauvages ! » Dit-elle en s’approchant de Io pour un nouveau « top-là ! » entre camarades.

« Maintenant on va faire une super tenue pour Auros ! Comme ça il sera content, pis il va s’amuser aussi ! »
La jeune fille prend place aux côtés de son coéquipier de couture afin qu’ils puissent se mettre à deux sur la réalisation d’une tenue appropriée pour le dirigeant à la main de fer (littéralement).

« Il faut une tenue qui recouvre entièrement son corps, il faut cacher son bras mécanique déjà… » Dit-elle en dessinant ce que son cerveau imagine pour montrer à Io et avoir son avis « Et puis je pense que son visage devrait être recouvert avec un genre de tissu… mettre un autre « masque » ça serait un peu grillé… Non ? Et puis est-ce que quelqu’un l’a déjà vu sans ? Comme ça, au pire, même s’il perdait une partie de l’étoffe qui recouvrira son visage, ça ne sera pas très grave… »

Spoiler:

Bon, par contre, faut bien imaginer la perruque de Shu par-dessus qui est vraiment la cerise sur le gâteau ! D’ailleurs :

« Io, tu peux faire apparaître les perruques ? Je ne sais pas en faire moi-même ! »

De son côté, la jeune fille arrange rapidement sa chevelure d’une autre manière et camoufle sa cicatrice avec du maquillage fait exprès pour cela (dont elle a entendu parler sur Terre et qu’elle a demandé à son jeune ami magicien de faire apparaître).

« Viens, je vais t’aider à mettre correctement tes cheveux ! » Dit-elle ensuite en tendant les mains vers le petit bout de chou.

Dans l’entrefaite, l’Empereur d’Elysea allait certainement les rejoindre. Aussi, la jeune fille lui bondirait dessus pour lui donner une brève accolade amicale avant de lui présenter leur travail (autant pour leurs propres tenues déjà sur eux que celle qu’ils ont prévu pour lui).

« Alors, ça te convient ? ça va être trop chouette ! Je vais t’aider à enfiler tes habits si tu veux, et ensuite on s’occupera de ta perruque ! »

Si Setsuka n’a pas été élevé pour ressentir de la gêne en étant nue devant quelqu’un d’autre, elle n’est pas non plus embarrassée à l’idée de voir les autres dans leur plus simple appareil. Donc oui, là, présentement, elle faufile ses mains sur le Dieu de la Destruction pour l’aider à se dévêtir et on sent qu’il n’y a rien d’anormal à cela, autant dans ses gestes que son regard.


Auros
Auros
Autres Races
Masculin Age : 26
Date d'inscription : 05/01/2020
Nombre de messages : 185

[U13] - Conflits internes - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: [U13] - Conflits internes   [U13] - Conflits internes - Page 2 ClockDim 18 Sep 2022 - 20:02
« Sans trop entrer dans les détails, cet univers à un lourd passif avec les saiyans. Ta couverture te serait inutile si Barra ou ses hommes découvrent que tu es l'un des leurs. »

Et oui, qu'ils soient amis ou ennemis,les habitants de cet univers avaient de nombreuses raisons de craindre cette vieille prophétie qu'ils auraient préférer oublier. Dans ce monde ou les guerriers de l'espace ont tous été exterminés, ils ne pouvaient avoir autre place que dans l'au-delà. Voila pourquoi il valait mieux cacher cette queue velue, synonyme de bien nombreux dangers. Auros ne jugea pas utile d'entrer dans les détails en donnant cette information. Tout ce qu'il y avait à savoir, c'est que rien de bon n'arriverait si la demoiselle était reconnue pour l'espèce à laquelle elle appartenait. En ce qui concerne le reste, tout devrait se passer pour le mieux du temps qu'elle reste dans son rôle mais le monarque ne s'en faisait pas trop à ce sujet.

Les détails leur ayant été donnés, Io et Setsuka s'empressèrent de rejoindre la pièce à l'étage, l'atelier qu'ils se sont réservés dans l'unique but de confectionner de nouvelles créations : des tenues semblables à celles des habitants des terres sauvages. Ces mondes oubliés aujourd'hui devenus d'immenses réserves naturelles faisaient le point de départ parfait pour la création de fausses identités. Ceci dit, la création d'identifiants factices relevaient davantage de la fonction d'un souverain. Pour l'heure, nous en étions à la question des déguisements. Les croquis étant déjà réalisés, il ne restait plus qu'à la göranienne d'étaler son savoir faire et de le partager avec son jeune ami.

« Les tenues sur les mannequins d'ici sont réalisées par nos couturiers mais maintenant la plupart sont fabriquées dans les planètes à usines. Jarvis disait que comme ça c'était plus rapide ! »

L'Artisanat ne pouvait que se perdre dans un univers comme celui-ci. Le travail manuel a été progressivement remplacé pour apporter une solution à un nombre de demandes se faisant de plus en plus croissants, d’où le manque d’originalité dans ces ensembles similaires. Voila un souci qui n'aura pas à inquiéter la balafrée. Ici, elle était dans son élément avec ses créations, ses règles et même un magicien pour lui apporter son soutien. Comment ne pas réussir avec un duo comme celui-ci ? Par ailleurs, la plus grande d'entre-eux ne manqua pas de remarquer la prouesse technologique qu'était cette simple machine à coudre que le jeune kaioshin vint lui fournir, ce à quoi il répondit :

« Elle te convient comme ça ? Sinon je peux en faire d'autres ! »

Serviable comme il était, ce jeune garçon pourrait bien recréer le monde à l'image de qui le lui demanderait. Néanmoins, la magie ne serait pas de la partie cette fois-ci. Motivé à la seule idée de créer de nouvelles choses à l'usage de ses propres mains, Ses premières instructions furent les suivantes : trouver des couleurs et motifs adaptés à leur déguisement. Une tâche on ne peut plus aisée pour celui qui vint juste de les recréer. Sans plus tarder, celui-ci se dirigea vers les caisses et se mit à fouiller l'une d'entre-elles pour en ressortir des tissus aux couleurs de la forêt : notamment du brun et du vert. Ne sachant pas trop lui même quels motifs choisir afin de parfaire leurs tenues, il fit le choix d'en choisir plusieurs afin de laisser un large panel de possibilités. Croix, losanges, vagues, runes... toutes ces choses là lui semblaient coller au thème qu'ils se sont donnés.

« Et Voiiiii-la ! »

Annonça t-il, exposant ses trouvailles sur un bureau supplémentaire qu'il fit apparaître, juste à gauche du premier ou y est installée son interlocutrice. Cela fait, il lévita jusqu'au nouveau plan de travail puis créa un tabouret de bois tout simple avant de se percher dessus.

« Alooooors... du vert clair sur du foncé... commeuh ça ! »

Suivant les conseils de la brune avec une certaine assiduité, le petit être compara deux bobines qui se distinguaient par la nuance de leurs couleurs avant de s'en servir. Non sans limiter avec exagération, il recopia chacun de ses mouvements à la lettre, aussi en mouillant son fil que dans les étapes suivantes. S'il n'en demeurait pas moins maladroit ou inexpérimenté, sa volonté de bien faire le poussait à donner le meilleur de lui même, l'amenant progressivement vers un résultat que l'on jugerait plutôt correct, du moins pour celui d'un débutant. Après seulement deux ou trois essais ratés, notre petit génie parvenait déjà à prendre le pli.

« Rah ! C'est dur ! »

Rares étaient les fois ou notre garçonnet rencontrait de réelles difficultés mais cette fois-ci, il n'allait pas y échapper. Après tout, à quoi bon s'embêter quand l'univers tout entier peut être modulé au fil de nos pensées ? Les heures passèrent et ce travail de passionnés aura apporté autant de joie que de connaissances. N'étant pas plus pudique que sa nouvelle amie, Io se changea dès lors que son déguisement fut prêt et, tout sourire, alla se regarder dans un miroir situé vers le fond de la salle.

« On croirait trop un vrai ! » s’exclamait-il avec admiration.

Dans son émerveillement, il fit un tour sur lui même pour contempler ce nouveau déguisement dont il était on ne peut plus fier. Il se retourna ensuite vers Setsuka lorsqu'elle fut prête et ne se retint pas de l'applaudir quand cette dernière eut enfilée sa toute nouvelle tenue.

« Woooooaaah ! T'es trop jolie ! En plus t'as fait tout ça sans magie ! T'es trop forte ! »

Tapant sa main dans la sienne avec énergie, il lui adressa un grand sourire. Si Setsuka devait avoir un fanclub alors il ne fait aucun doute que ce garçon en serait à sa tête. Enfin, ne tergiversons pas le sujet puisque le travail de nos deux protagonistes ne touchait pas encore à sa fin. Il était maintenant temps pour eux de se mettre à la confection de leur dernier déguisement : celui d'Auros. Compte tenu de son caractère et de l'avertissement donné tout à l'heure, il serait bien capable de revenir sur sa décision juste parce que la tenue qu'ils pourraient lui offrir ne soit pas suffisamment à son goût.

« On pourrait lui donner des gants, non ? Parce que comme ça on la voit pas, la prothèse !»

Une solution on ne peut plus simple qui avait sûrement effleuré l'esprit de nos deux stylistes. Néanmoins, il restait encore à régler le problème du visage. Si bien peu de gens en cet univers ont vu leur dirigeant au visage découvert, il n'en demeurait pas moins la personne la plus connue, affichée sur de nombreux écrans à longueur de journées. Avec ou sans son masque de fer, il ne faudrait pas compter plus d'une ou deux heures avant qu'un physionomiste ne tombe l'empereur costumé et ne le pointe du doigt pour griller sa couverture.

« Il est quasi-jamais sans son masque depuis qu'il s'est battu avec Makra. On peut trouver quelque chose qui fait pareille, nan ? »

A vrai dire, il n'avait pas beaucoup d'idées à ce sujet et cette invitée avait visiblement déjà trouvée un très bon moyen de palier au problème du visage brûlé. Si un autre masque avait toutes les chances d'attirer les soupçons, ne serait-il pas plus simple de recouvrir son visage par un tissus ou des bandages ? L'excuse d'une blessure récente serait crédible et bien peu de monde aurait l'audace de le remettre en question pour vérifier. Io hocha donc la tête, approuvant l'idée de sa camarade.

« Tu dessines les perruques et c'est moi qui les fait alors. »

Il ne lui aura pas fallut longtemps pour réaliser son tour de magie. Ses perruque n'étaient ni plus ni moins des reproductions quasi-identiques aux croquis que la jeune femme pouvait lui présenter. Ajuster la longueur des cheveux, modifier la taille de l'accessoire et l'adapter à la forme du crâne avaient vraiment l'air d'un jeu d'enfant pour lui qui ajustait ses créations aussi simplement qu'on enfilerait la ceinture d'un pantalon. Amusé à l'idée de porter la coiffure de Ryuga, le créateur ne se fit pas prier pour l'essayer, non sans l'aide de son amie. Tandis que cette dernière l'aidait à arranger ces cheveux, une question soudaine vint lui traverser l'esprit.

« Hé mais faut aussi qu'on te trouve un nom ! Dis, dis ! Comment tu veux que je t'appelles ? »

En voilà une bonne question. Les planètes sauvages étant habitées par des créatures diverses et variées, nos infiltrés n'auront pas besoin de se fatiguer à chercher des noms issus d'une culture bien précise et pouvaient laisser libre cours à leur imagination. Chose dont ils disposaient de suffisamment de temps pour en discuter longuement puisque ce n'est que lorsque leur travail toucha à leur fin que le seigneur se montra.


Pendant ce temps, dans la salle du trône...



« Tout se déroule comme prévu, Messire. Nous l'avons déplacé aux coordonnées indiquées et nos meilleures unités ont été affectées aux secteurs les plus peuplés. »

« Bien. Effacez-le des archives et informez-moi quand vous retrouverez la trace de cette traîtresse. »

« A vos ordres. »

Assis sur son trône, le conquérant endurcis termina son échange avec l'image holographique de l'un de ses lieutenants. A en juger par l'aigreur ressortant de sa voix, certaines choses encore non dites étaient prises très à cœur... ou à rancœur. Outre l'existence d'un énième traître, il en existait bien d'autres qu'il souhaitait voir six pieds sous terre. Évidemment, c'était une discussion qu'il n'aurait pu avoir en présence de Io ou de Setsuka. Si ceux là appelaient encore à sa bonté, ils ne pouvaient pas encore, ou pas totalement, effacer la honte qui l'ont conduit à chercher rédemption dans la vengeance.

« Bientôt, Misha. Bientôt... » marmonna t-il à lui même.

Tapotant ses doigts sur l'accoudoir de son fauteuil royal, il resta plongé dans ses pensées pendant près d'une quinzaine de minutes avant de revenir à lui. Outre ce surplus de stress qu'il prit l'habitude d'encaisser, le dirigeant ne remarquait que maintenant qu'il n'était rien de plus qu'un remplaçant de son père et qu'il n'obtiendrait pas le respect qui lui est dû en restant inactif. Pour lui c'était très clair : il fallait quelque chose de marquant, dissuasif, qui marquerait les mémoires. La trahison du Général Barra était donc pour lui une occasion idéale ; un faire valoir arrivé à point nommé, juste pour réaffirmer à qui revenait l'autorité... mais un élément inattendu s'y est ajouté. Arrivant comme un cheveux dans la soupe, son invitée avait opté pour une solution plus douce, plus clémente.

« Des traîtres. Ce sont des traîtres

Dans un grommellement qu'il était le seul à entendre, il serra le poing en se demandant à partir de quand et comment pouvait-on ainsi tendre l'autre joue et s'embêter à chercher le pourquoi du comment. Jusqu'ici, le guerrier élyséen n'avait assisté qu'à des luttes pour les terres et le pouvoir. En ce qui concernait son ancien Général, cela ne pouvait être autre chose que la folie d'un homme qui s'est senti pousser des ailes sans même se rendre compte qu'il était déjà en train de se les brûler. Agacé, il ne revint pas sur sa décision en dépit de ce qu'il en a pensé. Sa parole avait été donné et bien qu'il s'agisse d'un acte de bonté à contrecœur, il permettrait un temps de répit à ses rebelles, juste assez pour découvrir les raisons de leur insurrection.

« Après quoi... »

Soliloquant, il ne prit la peine de terminer sa phrase et quitta son siège pour regagner les couloirs et prendre le grand escalier. Il était temps pour lui de rejoindre ces couturiers en herbe qui ne manquaient vraisemblablement pas d'imagination. Qu'avaient-ils pu inventer ? Ou en étaient-ils dans leur avancée ? Quand il se trouva devant l'entrée dans l'atelier, le maître des lieux ouvrit la porte en grand et découvrit sans surprise l'étalage de caisses rempli d'étoffes et de matériaux diverses. Io et Setsuka, quand à eux, étaient déjà changés à son arrivée. Constatant leur efficacité, il s'avança et ajouta.

« Vous n'avez pas chômé à ce que je vois. Ça m'a l'air assez réussi. » remarqua t-il.

Les mains jointes dans son dos, il fit le tour des lieux, regardant tour à tour ces compagnons qui semblaient déjà prêt à partir en expédition. En fait, on aurait même pu dire qu'ils n'attendaient plus que lui. D'un pas calme, il s'avança vers le plan de travail sur lequel se trouvait étendue sa tenue maintenant finalisée. Jaugeant cette dernière en le regardant de bas en haut, il porta sa main à son menton et acquiesça. Bien qu'il ne soit pas le genre d'homme à porter des perruques, le concerné ne pouvait nier la qualité de leur travail et la quantité d'efforts qu'ils ont fourni en aussi peu de temps. En quelques mots, son approbation avait enfin été donnée.

« H-Hé ! Qu'est-ce qui te prends ?! »

A la fois surpris et confus de l'initiative de sa partenaire, le seigneur élyséen comprit rapidement que leur différence de culture allait poser problème sur certain point. Par réflexe et non sans afficher sa gène, il s'esquiva des mains baladeuses de la saiyanne avant de s'emparer de sa nouvelle tenue ainsi que de sa perruque.

« J-Je peux me changer tout seul ! Vous ! Vous ne bougez pas d'ici, je reviens tout de suite ! » lança t-il avant de quitter la pièce.

Io échangea un regard avec la brune et haussa les épaules, témoignant de son incompréhension. De toute évidence et contrairement à ce monarque, ni lui, ni elle ne se souciaient de la pudeur ou de toute notion similaire.

« Des fois il est vraiment bizarre. » commenta le garçon, les bras derrière la tête.

Il leur aura fallut attendre cinq minutes de plus pour que le troisième membre de ce trio ne revienne complètement changé. Ayant troqué son armure et son masque de fer pour un genre de vêtements qu'il n'a jamais porté auparavant, celui-ci semblait plutôt satisfait du résultat : perruque fixée, tenue fidèle à leurs fausses identités, aucune gêne au niveau des mouvements... aucune chance de se faire remarquer en portant ceci.

« Bon. J'ai fais venir une navette non-affiliée jusqu'au château pour renforcer notre couverture. Donnez-moi vos nouveau noms et je m'occuperais de jouer les faussaires. Ah... et Io, tu ferais mieux de changer ta couleur de peau. Ils vont te griller tout de suite. »

« Ah zut ! »

Le fils de Jarvis avait vraiment tout prévu, c'en était presque à croire que la sournoiserie était quelque chose d'héréditaire par ici. Enfin, il faisait le nécessaire pour que ce plan fonctionne au mieux et c'était pour lui le minimum. Suite au commentaire de homologue, le garçonnet ne perdit pas de temps et se tapa doucement les joues alors que la teinte de sa peau se mit à devenir presque aussi claire que celle de la guerrière aux cheveux brun. Il alla même se rendre une deuxième fois devant le miroir pour s'admirer, tout sourire.

« J'suis un vrai p'tit garçon ! »

Cette déclaration ne manqua pas d'arracher un sourire au dieu-empereur. Il fallait bien avouer qu'ainsi, il ressemblait davantage au commun des mortels. On pourrait tout aussi bien dire qu'il était le plus à même de se mêler aux autres sans ne jamais éveiller les soupçons.

« Bon, alors je m'appelle comment ? »

Choisir le nouveau nom d'un enfant, voilà qui sonnait un peu comme comme une discussion de parents. Bras croisés, Auros haussa un sourcil et répondit :

« Te connaissant, je pensais que tu aurais déjà choisi quelque chose. »

« Mais c'est pas drôle si c'est moi qui décide ! »

En voilà un qui prenait son rôle un peu trop à cœur, on dirait... voyons ce que nous pouvons faire pour lui désormais.

Alors, Io...
Comment allons-nous t'appeler, cette fois-ci ?
Setsuka
Setsuka
Saiyan
Féminin Age : 30
Date d'inscription : 10/08/2018
Nombre de messages : 155
Bon ou mauvais ? : Neutre
Zénies : 1180

Techniques
Techniques illimitées : Création, Zanzōken, Laser de Gaksa
Techniques 3/combat : Aura bestiale, Mantra féroce
Techniques 1/combat : Esprit de Menolos

[U13] - Conflits internes - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: [U13] - Conflits internes   [U13] - Conflits internes - Page 2 ClockMer 21 Sep 2022 - 19:32


[U13] - Conflits internes


Cette histoire avec les saiyans dans l’univers d’Auros c’est super bizarre. Alors Setsuka garde ça dans un coin de sa tête pour lui en reparler plus tard, s’ils ont un moment plus intime à partager. Ce n’est pas comme si elle allait s’offusquer d’apprendre quoi que ce soit de négatif à propos de sa prétendue « race d’appartenance », mais son besoin de savoir lui donnait envie de comprendre.

Durant la « session couture » d’Io et la göranienne ; celle-ci se pris d’autant plus d’affection pour le kaioshin. Il est tellement choupinou dans sa manière de faire ! Il lui rappelle ses frères et sœurs sur Görana ; notamment la dernière-née : Nora, qui est encore qu’un tout petit singe mais qui fait montre d’un éveil au-dessus de la moyenne : elle s’intéresse déjà à tout, veut reproduire les gestes des grands et est super mignonne !

Les deux compères avaient enfilé leurs tenues respectives avec des compliments partagés, et ils s’étaient remis au travail pour s’occuper du costume du souverain. Leurs idées combinées avaient permis de confectionner une tenue adaptée aux spécificités de l’Empereur.  Setsuka se frotta les mains, contentée par leur boulot en commun, un grand sourire aux lèvres – et c’est à ce moment que son petit compagnon lui demanda d’inventer un prénom auquel elle répondrait durant leur aventure.

En réfléchissant, la jeune fille pensa à sa dernière expérience dans le monde de Tarzan et de la première réaction de ses habitants : tout le monde pensait voir débarquer cet autre « porteur de keyblade », celui dont on lui avait longuement conté les exploits. Ce prénom lui paraissait alors appropriée et amusant, assez neutre pour convenir.

« Appelle-moi S o r a ! » Dit-elle en lui tendant un pouce enthousiasmé.

Entre temps, leur troisième compagnon les avait rejoint – et alors que Setsuka offrait le plus naturellement du monde de l’aider à enfiler son nouvel accoutrement, le Roi se volatilisa aussi vite qu’il était venu pour se débrouiller tout seul dans son coin. La jeune femme fit les gros yeux, surprise, et tourna sa tête vers Io pour tenter d’obtenir des explications quant à sa réaction des plus saugrenues.

Finalement, le kaioshin est tout aussi étonné qu’elle ! Cette dernière hausse également les épaules en guise de réponse.

« Ben en fait, je me souviens que le premier copain du monde extérieur à Görana que je me suis fait avait été réticent au début de se mettre tout nu devant moi ; mais finalement il a fini par le faire pour prendre son bain. » Celle-ci se gratte l’arrière de la tête d’un air un peu perdu. « J’ai toujours pas bien compris ce qui l’a fait hésiter, mais je crois qu’en fait c’est bizarre pour la plupart des gens un corps sans vêtements, parce qu’ils l’associent à des trucs pas nets. » Celle-ci continua sa petite histoire en précisant : « Sur Terre j’ai vu plein d’affiches avec ce qu’ils appellent « des pubs » et y’a des personnes toutes nues dessus, mais on cache certaines parties de leur corps comme si ce n’était pas bien de les voir - alors je suppose que ça doit créer l’illusion que c’est mal dans la tête des gens qui voient ça. »

Lorsque le dirigeant entre de nouveau dans la pièce vêtue de son costume, cette dernière tape gaiement dans ses mains, tout sourire.

« Ooooh t’es cool dans ce costume ! On a géré, Io ! » S’extasie-t-elle en lançant un regard complice au kaioshin.

Une navette incognito les attend à proximité, l’heure de leur départ est imminente. Le régent Elyséen leurs demandes leurs prénoms inventés respectifs et souligne qu’Io doit changer sa couleur de peau -  ce qu’il fit d’une manière adorable à l’aide d’un tapotement sur ses petites joues avant d’aller se regarder dans la glace.

« J’ai choisi Sora comme prénom ! » Dit-elle à l’attention d’Auros, alors que son partenaire à la peau anciennement bleue s’écriait être un « vrai » petit garçon – ce qui tira un petit rire contenté à Setsuka.

Cependant le garçonnet n’avait pas dévoilé son prénom pour la bonne raison qu’il voulait qu’on lui en trouve un. La saiyan tendit son index en l’air tout sourire :

« Ne t’inquiète pas, ton papa et moi on va en trouver un d’enfer ! » Elle donne un petit coup de coude à Auros en levant son minois vers lui avec un sourire. « N’est-ce pas, « chéri » ? »

Cette dernière éclate d’un rire gentillet, après tout il semble logique que deux personnes de leurs âges accompagné d’un marmot soient ses parents.

« On peut faire semblant d’être son frère et sa sœur si ça te gêne, mais ça va pas m’empêcher de te faire des câliiinouuuus ! » Dit-elle en posant sa joue contre le bras d’Auros, enserrant dans ses douces paumes son avant-bras d’un air tout chou.

Cette dernière réfléchissait à un prénom pour Io (pendant qu’elle cajolait le bras d’Auros qui était plus large que sa tête, précisons-le) en mélangeant des noms qu’elle avait découvert sur Terre. Il y avait pleiiiin d’habitants de différentes origines et de touristes, et comme Setsuka est particulièrement sociable ; elle s’était mêlée à un tas de groupes de gens diversifiés.

« Qu’est-ce que tu penses de… Kirua ? » Dit-elle en relâchant doucement l’étreinte exercée sur le Roi. « Et pour toi, j’ai pensé à Jin ! » Ajoute-t-elle en levant ses mirettes vers Auros.

Celle-ci lance des regards à tour de rôle à ses coéquipiers dans l’attente d’une réaction quelle qu’elle soit – ils sont libres d’imaginer quelque chose qui leur convient mieux si ça ne leur plaît pas, de toute façon.

Lorsque ses compères se mirent d’accord, Setsuka suivi ses compagnons jusqu’à la navette qui leur était destiné. Celle-ci y monta, toute excitée (traduction : en sautillant, donc !) et s’installa dans l’un des sièges prévus à cet effet en concentrant son attention automatiquement sur le paysage au dehors. Voyager dans des trucs mécaniques comme ça ne la mettait jamais très à l’aise, heureusement la Nature était là, tout autour d’eux et la consolait de sa présence.

« T’es pas obligé de faire la conversation avec les gens de ton peuple, je m'en charge ! Ok ? » Précisait-elle en posant sa main sur celle du monarque lorsqu’il fut installé à son tour afin de le rassurer. « Moi j’aime bien discuter alors ça ne me dérange pas ! Et puis j’ai un « truc » spécial qui fait que j’arrive à percevoir ce que les gens ressentent et même à partager mes propres émotions ! » Celle-ci lui offrit un sourire confiant, caressant délicatement de la pulpe de ses doigts les phalanges gantées de son ami. « Et non, je ne l’ai pas encore utilisé avec toi ! J’attends une occasion spéciale, tu verras bien, hihi ! »

La sauvageonne était instinctivement affectueuse et aimable avec son prochain ; mais quelque chose chez Auros lui donnait particulièrement envie de l’être avec lui.

Cela n’avait aucun rapport avec le fait d’être « attiré par ce qui est inaccessible » ou ce genre d’ineptie. C’était ce vide abyssal et absolu émanant du souverain, en matière de tendresse, qui l’attirait à lui inéluctablement.
Non pas qu’elle pensait que cela doive être solutionné ou quoi que ce soit de philosophique du genre, non.

D’ailleurs cette envie n’était même pas conscientisée par l’autochtone. C’était une attraction spontanée pour un être fait d’amour – vouloir en donner sans jamais demander à en recevoir, voilà ce qu’est la véritable forme de ce sentiment.


Auros
Auros
Autres Races
Masculin Age : 26
Date d'inscription : 05/01/2020
Nombre de messages : 185

[U13] - Conflits internes - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: [U13] - Conflits internes   [U13] - Conflits internes - Page 2 ClockVen 30 Sep 2022 - 0:10
« Sora ? D'accord ! C'est sympa comme nom ! »

Il n'en connaissait ni l'origine, ni la définition mais le garçon aimait bien la façon dont cela sonnait. Tout sourire, il montra sa main fermée, le pouce tourné vers le haut pour donner son approbation. Tout content de l'appeler par ce nouveau patronyme, il s'amusa à répéter « So-ra, Sooooo-ra, So-raaaa ! » en faisait le tour de la pièce, jusqu'à ce qu'Auros ne finisse par se pointer par ici. Bien évidemment et après quelques commentaires appréciables sur la qualité de leur travail, ce dernier s'est sauvé lorsque la saiyanne un tantinet trop tactile à son goût. Ces quelques minutes durant lesquels il laissa ses deux compères leur permit de discuter entre eux d'un sujet sur lequel il ne se mettrait pas d'accord. Théorisant sur le comment ou le pourquoi de la pudeur, la göranienne partagea ses suppositions avec quelqu'un qui n'en savait visiblement pas plus qu'elle à ce sujet.

« Ben ch'ai pas mais moi en tout cas ça m'dérange pas ! »

Évidemment que cela ne le dérangeait pas. En absence de toute notion de pudeur, il n'avait pas vraiment à s'en faire sur le sujet, tout comme elle. N'ayant pas perdu son temps, ce n'est qu'une fois changé qu'Auros regagna l'atelier mais cette vêtu du déguisement qui lui fut donné. Si ce genre de choses était nettement différent de ce qu'il avait pour habitude de porter, l'empereur élyséen ne fit pas la fine bouche et quitta ses appartements avec son nouveau déguisement. A vrai dire, il lui fallait reconnaître que c'était non seulement réussi mais aussi fait sur-mesure, chose qui affirmait une fois de plus que les deux avaient véritablement pensé à tout. Satisfaite de ce travail on ne peut plus réussi, Setsuka ne se priva pas de le faire remarquer en félicitant son camarade, ce qui eut pour effet de lui faire décrocher un large sourire.

« Ouiiii ! Maintenant on est trois habitants des planètes sauvages ! »

« C'est pas mal, en effet. La perruque démange un peu par contre mais on fera avec. »

Il la replaça sur sa tête en terminant sa phrase. En effet, le monarque n'était pas du genre à porter des perruques mais étonnamment, celle-ci lui allait comme un gant. Setsuka, ou plutôt « Sora » ne manqua pas de l'informer de son nouveau nom, partie intégrante de sa nouvelle identité. C'était cours, simple et surtout facile à retenir. Préférant les choses pratiques, le cyborg ne pouvait qu'acquiescer à cette information. Il allait sans dire que leur couverture ne serait que meilleure s'ils venaient à employer des noms faciles à utiliser. Osez seulement imaginer ce qu'il se passerait si l'un venait à oublier l'identité de l'autre et toute cette mascarade n'aurait servie à rien. A ce sujet justement, il était temps pour notre ami kaioshin de recevoir un nom, lui aussi et ce dernier trouvait plus amusait d'en recevoir un plutôt que de l'inventer. Mettant à l'épreuve l'imagination de ses « parents »...

« ''Papa'' ? » « ''Chéri'' ?! »

… Io semblait s'amuser comme un petit fou. L'enthousiasme dont il faisait preuve montrait à quel point il prenait son rôle très à cœur. Assis sur son plan de travail, celui-ci balança es jambes, non sans rire de la réaction d'Auros qui semblait gêné au point de ne plus savoir quoi répondre, chose plutôt drôle à constater chez quelqu'un qui a plus de répondant que ça d'habitude. Si son étonnement n'avait plus rien de surprenant, celui-ci devait bien admettre que les rôles du « papa et de la maman » étaient bien plus crédibles que ceux qui ont été proposés par la suite : ces deux là n'avaient vraiment pas l'air d'être frère et sœur et par dessus tout le monarque craignait que sa jeune amie ne finisse pas sortir du personnage un peu trop rapidement, chose qu'elle n'a pas tardé à confirmer à moitié par la suite, alors qu'elle s'emparait de son bras pour la cajoler de nouveau, lui arrachant dans ce même temps un soupir de reddition.

« Bon, d'accord on fait comme ça... et le nom maintenant ? »

Il se gratta le haut dru crâne, l'air de réfléchir. Le balafré semblait avoir quelques idées de noms qui lui venait à l'esprit mais rien de suffisamment intéressant à son goût pour qu'il ne daigne ouvrir la bouche et proposer. Étant à la fois difficile et exigeant, il ne pouvait se permettre de suggérer un nom qui lui semblerait médiocre ou même passable. Finalement, ce fut la göranienne qui se montra plus rapide en proposant « Kirua ». C'était cours, simple, peu commun et ça aussi ça sonnait bien. Acquiesçant du chef, le dieu de la destruction opta également pour cette proposition sans oublier la suivante qui concernait cette fois-ci son propre nom.

« Donc ce sera Sora, Kirua et Jin, parfait. Si tout est bon on peut y aller. »

Suivi de Setsuka et et de Io, l'empereur quitta son rôle et le palais en prenant soin de passer par le passage souterrain. N'ayant informé que très peu de monde de cette manigance, il valait mieux pour eux de se faire discret et ce n'est qu'une fois sorti d'un long tunnel aménagé que nos protagonistes refirent surface à l'abri des regards. Après avoir déplacé la dalle qui recouvrait le passage, le leader élyséen et ses compagnons se retrouvèrent dans un coin isolé, à l'écart du château : un petit espace vert volontairement recouvert d'arbres afin de couvrir toute trace de ce passage. La navette qui les attendait à l’extérieur était bien différente de celle qui avait servie à procéder à leur voyage d'un univers à l'autre. Sans compter l'absence d'escorte, la navette semblait vieille et sa peinture couleur bronze était parsemée de traces de rayures, preuves de ses précédents accrochage. A bord, il n'y avait rien de plus qu'un robot pour faire office de pilote et un espace assez restreint. Avec ceci, autant dire que ça n'allait pas être le grand luxe, bien que ça ferait l'affaire.

« Montez, je vais vous briefer. »

Laissa d'abord monter sa « famille », le dieu-empereur retira momentanément le gant de sa main gauche, révélant ainsi sa prothèse. Usant de cette dernière afin de révélant une sorte de micro-ordinateur à son poignet, il entra en dernier tout en manipulant le clavier de celui-ci. Étant au sommet de l'administration de cet Empire, il n'eut aucune difficulté à créer des identifiants officiels pour le petit trio. Continuant ses magouilles tout en calant son épaule contre le bouton mural afin d'actionner la fermeture du vaisseau, il s'avança par la suite vers le poste de pilotage pour indiquer les coordonnées à la machine chargée du pilotage.

« Système Orionis. Planète Soprion VII. »

« Destination confirmée. Décollage imminent. »

Après quelques secondes passées à manipuler son bras de fer, il ferma finalement son interface et remit son gant en place avant de transmettre une poignée d'informations aux autres passagers ;

« Bon à partir de maintenant, n'employons que nos faux noms. Je compte sur vous pour éviter les bourdes. Sora, tu as 28 ans, j'en ai 33. Kirua, t'as 4 ans et demi. »

« Héééééé ! » protesta le plus jeune.

« Pas d'objection ? »

« Si ! »

« Très bien, concernant le nom de famille, on emploiera ''Zolan'' et si on vous demande vos numéros, vous répondez et 000147049, 000250424. Notez bien ça. »

« Maieuuuuh ! »

Il désigna Kirua et Sora à tour de rôle. Comme vous pouvez le deviner ce système aussi grand que déshumanisant avait autant d'avantages que d’inconvénients. Les citoyens avaient beau profiter du luxe et d'un revenu universel, ils étaient plongés dans un monde ou l’individualité a pris le pas sur l'humanité. L'entraide, l'honneur et le respect sont des choses qui ne se sont pas conservés partout malheureusement et il se faisait plutôt rare, là ou il se trouvait.

« On ne peut pas rejoindre la Forteresse Stellaire directement sans attirer l'attention, on va donc se poser sur une planète a proximité pour enquêter. » expliqua t-il.

Approcher un tel endroit sans autorisation serait aussi fou que de courir les bras tendus vers l'arrière, en direction d'une zone militaire. A moins de vouloir passer tout de suite à la solution de destruction massive, il valait mieux ne pas trop s'approcher de cet endroit, d’où leur destination. Installé sur son siège, Le cyborg attendit calmement la fin du voyage en restant attentif aux dires de ses partenaires. Quand la göranienne prit parole pour se proposer dans le cas ou il faudrait engager la conversation, son interlocuteur ne put s'empêcher d'hésiter un peu. Quelqu'un qui avait tendance à répondre très franchement et du tac au tac comme Setsuka serait plutôt propice à se retrouver dans des situations fâcheuse selon lui. Malgré tout, elle semblait sûre d'elle et le tyran n'allait pas se priver de solutionner le problème rapidement si les choses venait à s'envenimer, ce qui l'amena à répondre favorablement.

« Mmmmh... si tu es sûre de toi va s'y. Je te laisse faire. »

Le coude reposé sur l'accoudoir de son fauteuil, il soutint sa tête en continuant de l'écouter.

« Ah oui, le ''truc spécial'' dont tu m'avais parlé tantôt, c'est cela ? Si tu comptes voir quoi que ce soit à travers moi, j'aime autant que tu n'en fasses pas usage. »

Ceux dont les défenses sont les plus solides ont forcément quelque chose à cacher. Il serait difficile de croire qu'Auros et ses semblables aient échappés à cette règle. Cela dit et contrairement à toute attente, l'ironie du sort voulait que nous en arrivions à l'histoire du bouclier et de la lance. Si le cœur empli de haine de notre empereur était l'égal de ce bouclier que nul ne saurait percer ne saurait percer, la bonté et l'amour qu'offrait Setsuka était l'égal de cette lance à même de percer la meilleure défense. Une telle contradiction ne peut donner place à une quelconque vérité, pas avant qu'elle ne soit prouvé. Nous n'en saurons davantage qu'à la fin de ce voyage. Pour 'lheure, nous en étions à l’atterrissage.

« Destination atteinte. Merci pour votre confiance. »

« Oui, oui... allons-y. »

Prenant les devants, l'homme au visage bandé actionna l'interrupteur afin d'ouvrir la porte du vaisseau. Le mécanisme s'actionna sans problème, et les voyagèrent purent en sortir, non sans admirer l'immensité de la ville dans laquelle ils se trouvaient. La nuit avait beau être tombée, d'immenses buildings étaient illuminés par les néons ou les affichages de publicité. Rajoutons à cela les luminaires disséminés au quatre coins de la capitale et des véhicules qui s'accumulèrent sur les routes à toute heure, nos arrivants y voyaient aussi clairs que le jour. Après les avoir déposés à proximité d'un port de plaisance, le vaisseau et son pilote quittèrent l'atmosphère de Soprion VII, laissant nos héros à la découverte d'un monde bien différents de Görana ou de Magnetar.

« Bienvenue à Rahk-City... fief des criminels en tout genre. » souffla t-il, un peu dépité.

Disons que tout ça n'avait que peu de choses à voir avec ce qu'ils ont vu ou fréquenté jusque là. D'ici, on pouvait entendre les bruits des combats de rue ou des cris de ceux qui passaient une soirée un poil trop arrosée. Une partie des êtres vivants ici ressemblaient à humanoïde à la peau peau bleue, verte ou rose pâle tandis que le reste s’avéraient être des hommes-bètes bien qu'on ne puisse les identifier comme des Moojus pour autant : à part quelques exceptions, leurs tailles avoisinait davantage celle des humains.

« Je ne crois pas que ces gens ou la plupart aient un quelconque d’intérêt pour la guerre ou la politique. Si tu veux tenter ta chance, Set-... Sora, je n'en prive pas. »

En effet, ce despote n'était toujours pas très ouvert à l'idée d'un dialogue avec des êtres un tant soit peu raisonnables. Si toutefois ce dernier eut la bienveillance de suivre le conseil de cette saiyanne, peut-être que elle, était en mesure de faire pencher la balance en la faveur d'une issue pacifique, voire d'une fin heureuse pour tout le monde ? Nous le découvrirons par ses futures actions.
Contenu sponsorisé

[U13] - Conflits internes - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: [U13] - Conflits internes   [U13] - Conflits internes - Page 2 Clock
 
[U13] - Conflits internes
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPGDBZ :: RPG :: Planètes-