-37%
Le deal à ne pas rater :
Couette 2 places (220×240) – Polyester – Fabrication Française
29 € 46 €
Voir le deal
-59%
Le deal à ne pas rater :
TEFAL Marmite 28 cm inox – Tous feux dont induction – 9,6 L
21.99 € 53.97 €
Voir le deal

Partagez
 

 Le Chaperon roux et La Louve

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Akaza
Akaza
Autres Races
Masculin Age : 21
Date d'inscription : 10/12/2020
Nombre de messages : 48
Bon ou mauvais ? : Esprit Libre

Techniques
Techniques illimitées : Combustion Minime/Maîtrise de l'oxygène/Déplacement Instantané
Techniques 3/combat : Combustion précise/Hell Burst
Techniques 1/combat : Mode : SUPREMATIE

Le Chaperon roux et La Louve Empty
MessageSujet: Le Chaperon roux et La Louve   Le Chaperon roux et La Louve ClockJeu 3 Fév 2022 - 19:46
Un regard plus dur, une attitude plus ferme. L’être “parfait” progresse toujours dans la base militaire dans la direction que lui dicte son instinct, ou plus précisément, son odorat.

Sa récente confrontation avec le Caporal Auguste n’a finalement servi que de charge supplémentaire dans une frustration au bord de la rupture. La faim le rongeant lui fera progressivement oublier ce sentiment de lassitude inhérent au manque clair d’actions dans sa vie d’homme libre. La tâche que lui a confiée la cheffe des armée terrienne maintenant accomplie, il fallait réfléchir à la suite des événements. Dans un premier temps, la pause repas était de vigueur. Comme toutes les personnes présentes dans cet établissement, la faim était un frein conséquent pour la reprise des “activités” de l’être pâle.

De par sa communication avec Narumi, il se souvient approximativement de l’emplacement du bâtiment qui lui servira de "garde manger". C’est un vieil entrepôt détaché du centre opérationnel des Terriens. Un endroit désert, vide, loin de tout. Le jeune homme n’est pas vraiment étonné, il est la poussière qu’on cache sous le tapis, le dossier encombrant du gouvernement, une sorte d’éboueur pour les déchets aux traits d’humains. Et en réalité, il ne s’en plaint absolument pas. C’est son rôle, il est libre de détruire et en plus on lui offre un repas chaud ? Que demande le peuple. L’institution de ce nouveau régime par l'intermédiaire du Président Draven et de l’ancien criminel Scalio n'entachera plus la liberté de l’être prétendument parfait.

Sa marche est de courte durée, les contours de ce vieux bâtiment se traçant très rapidement au loin, le sourire de l’enfant n’est plus. Les dents du pyromane grincent dans une cacophonie délicate. Ses pieds froids, crasseux, et d’une extrême blancheur, digne des teintes que prennent les victimes de la faucheuse, s’arrêtent finalement devant ce hangar. La porte est close, et ce genre d’infrastructure ne rappelle pas de bonnes choses au rat de laboratoire. Résolu à mettre les voiles le plus rapidement possible, de ce lieu en proie à des changements dans un futur proche sous ce régime qui attire pourtant la curiosité de l’enfant des cendres, le sujet A-8475 se décide à ouvrir la porte. Il y découvre un endroit quasiment vide, les seules traces de vie sont les rats se cachant dans les coins de cet endroit miteux ainsi que…. Que des agents des forces militaires terriennes ?

C’est avec stupeur que le jeune garçon aperçoit deux hommes déplaçant une sorte de chariot, sur lequel est attaché et bâillonné un homme aux cheveux gris. L’incompréhension laisse place au soulagement ; son repas est bien là, et ils prennent soin de ne pas l’abîmer ! La journée désagréable du roux se solde donc par une touche moins agaçante puisque visiblement, rien ne viendra interrompre le festin de la créature à la crinière rousse.

Et ! Vous ! Ne l’’abîmez pas trop, j’aimerais pouvoir discuter avec lui avant de passer à table.

La voix d’Akaza ricoche contre les murs de cet endroit si creux en apparence. Néanmoins, il n’est pas dupe. “Les yeux de fer”, c’est le nom qu’attribue le pâle aux caméras. Est-ce l'œuvre de Narumi ? Scalio ? Ou bien même le caporal William….? Qu’importe l’instigateur de cette morbide observation, l’expérience ratée ne compte pas se priver d’un repas tout frais et garanti. Les militaires ne resteront pas longtemps dans le champ de vision du roux, bien trop effrayés à l'idée d’être les dommages collatéraux du bourreau de Marakov.

Et de fait, ils agissent avec intelligence en fermant la porte a double tours dans l’optique que l’instable créature ne surgisse pas de nul part en suivant ses instincts.

Une fois, les lieux vides de toutes gênes extérieurs, le roux s’avance vers son futur repas attaché comme une bête de foire. Il l’observe avec attention, analysant avec finesse la belle bête qui sera son gibier. C’est assez impressionnant ! On ne trompe que rarement l’odorat de l’arme vivante, cet homme est un adversaire digne de ce nom. Son odeur est forte, c’est qu’il doit savoir se battre. Bien que cette alléchante nouvelle enchante notre enfant irresponsable, il se demande bien ce qui a mené cet énergumène à finir ici. Un meurtrier ? Un autre tyran ? Ou bien le mélange des deux ? Dans tous les cas, Akaza ne perdra pas son temps en discussions futiles sur les raisons de sa condamnation.

Sans attendre, il détache l'homme, arrachant sans la moindre difficulté ce qui le retient captif. Il s’étonne d’ailleurs de la facilité avec laquelle il se débarrasse des chaînes le retenant. L’homme tombe de tout son poids sur le sol froid de ce triste entrepôt qui sera son tombeau. Sans la moindre forme de pitié ou de compassion, le pâle saisit l’homme par le col, l’aidant à se remettre sur ses pattes. Celui-ci est habillé de façon très étrange, un style vestimentaire non sans lui rappeler cette histoire de ce “tournoi d’arts martiaux” et le style qui y est associé. Un combattant alors ? L’homme aux cheveux et à la barbe poivre et sel ne manque pas d’attiser la curiosité de son bourreau, qui l’observe avec intérêt.

Salut, moi c’est A-8475, je suis là en qualité de bourreau bien que mon style vestimentaire ne soit pas digne de celui des militaires dehors. De ce que je vois, vous êtes un artiste martial, je me trompe ?

Le constat immédiat que l’on doit faire est l’augmentation des connaissances du roux sur le monde qui l’entoure. En effet, depuis sa rencontre avec…. Un individu extérieur, il développe des connaissances qui ne lui sont normalement pas accessibles dans le contexte actuel. Il semblerait que la dite source, l’abreuve d’informations utiles par un moyen ou un autre et cela, en direct. La réponse du guerrier qui lui fait face ne sera pas immédiate, vu la façon dont il peine à retrouver son souffle, mais elle sera tout aussi claire.

Je suis…. Yiopo. Ancien… Maître. Enchanté.

Ponctuant sa phrase pas une prise violente de la main du pâle, dans le but que celui-ci le lâche. Ce qu’il fera avec une certaine surprise. La poigne de l’homme se veut autoritaire et ne lui offre pas vraiment le choix. La surprise est associée à quelques pas de recul de la part de celui qui est bien moins confiant. Un homme épuisé, très certainement affamé, capable de le repousser ainsi. Il décroche sans peine un sourire au rescapé de Gentech. Dans une salutation presque théâtrale, Akaza offre une courbette à l’ancien combattant.

Oooh… Quel honneur, Maître. Désolé, mais les titres n’ont plus vraiment de valeur dans votre situation. Montrer plutôt ce que la vieille génération nous offre en termes de mets !

L’arrogance du tatoué, se payera au prix fort. Malgré l’état lamentable du vieil homme, celui-ci était déjà au contact avec Akaza, levant son genou en direction du nez de la créature aux yeux dorés. En seulement quelques instants, voilà que notre arrogant bambin était projeté en arrière dans une pirouette se voulant presque exagérée.

La chute se voudra douloureuse pour Akaza tandis que dans un grand calme, son adversaire prend la parole adoptant une posture étrange aux yeux du pyromane. La jambe droite en avant, le genou légèrement relevé, fixant l’expérience ratée, l’homme aux cheveux argent place par la suite son bras gauche horizontalement au niveau de son front, le poing serré. Son bras quant à lui se placera, les doigts rétractés, le long de son corps visant le sol.

Je n’ai pas tout compris de ton histoire… Petit… Mais si t'écarter de ma route représente un moyen d’obtenir ma liberté, alors qu’il en soit ainsi.

Faisant preuve d’un grand sens de l’honneur, le martialiste attend patiemment que son adversaire, à savoir l’enfant moqueur qui lui servira de bourreau, se relève. Ce qui ne tardera pas au vu de l’évolution du ki qu’il dégage. Il est d’ailleurs intéressant de souligner qu’encore une fois, la créature est novice dans ce domaine ce que remarque immédiatement Yiopo, restant néanmoins impassible à cette aura néfaste, irrégulière et instable -à l’image de son propriétaire-.

Allons-y

Les bras ballants, Akaza s’élance en direction de son adversaire tel un pantin désarticulé, son corps peinant à suivre. Il s’élance dans un saut rapide vers l’ancien ayant pour objectif de simplement écraser son adversaire sous la colossale puissance physique. Le résultat sera simple ; Yiopo, ayant totalement cerné l’animal qui lui fait, pivote légèrement sur la gauche plaçant une main pour dévier le coup de l'énergumène aux tatouages, avant d’appliquer une pression au niveau de son coup envoyant Akaza valsé dans les airs avec une facilité déconcertante, se servant uniquement de la force de cette brute. Inutile de décrire les cascades qui s’en suivront, l’être parfait dégustera avec certitude le sol bien trop dur pour certaines de ses dents, qui y resteront sur le passage. Dans un glaire fort dégoûtant, qu’il expulse d’une bouche légèrement ensanglantée, le démon roux offre colère et haine à l’artiste martial. La sueur dans la paume de sa paume pourrait presque bouillir tellement celui-ci souhaiterait faire usage de ses facultés. Néanmoins…

*Il est du genre casse-pied le vieillard. Je dois me la jouer discret donc je peux tirer un trait sur mon style de combat habituel…*

Sa réflexion sera de courte durée, puisque le vieil homme se permet de lui expliquer là où il se trompe lourdement concernant son approche du combat. Bien que celui-ci ne connaisse pas les facultés inhabituelles de ce pyromane en herbe. Ne quittant pas sa posture, l’ancien se concentre sur son énergie, son ki afin de transmettre son savoir à son adversaire dans un geste stupide d’un changement d’opinion de la créature sanglante.

Jeune homme, si tu n’as pas été capable de me toucher alors que tes capacités physiques sont supérieures aux miennes, c’est à cause de ta maîtrise de ton énergie trop brouillonne. Je peux lire dans tes intentions comme dans un livre ouvert. C’est dommage que tu n’en sois pas conscient…

"Le Ki ? L’énergie ? C’est quoi ? Est-ce que ça se mange ?" Sont les premières choses qui viennent à l’esprit du tatoué. Provenant d’un monde bien différent de celui de son opposant, il n’a pas la moindre idée de quoi il s’agit.

C’est avec les images de son altercation avec un certain █████ avec qui les premiers signes de cette substance étrange que l’individu nomme ‘énergie’ que le roux approche d’un niveau de compréhension acceptable. Le souci étant le même qu’auparavant : Sa perception de cette énergie miraculeuse frôle le zéro absolu. En général, Akaza n’est pas du genre à faire confiance en ses repas, mais il faut bien admettre que son adversaire ne présente aucun danger pour son corps extrêmement résistant. Ou alors….

M’en fo…

Le caractère désinvolte d’Akaza lui joue des tours. Il ne doit pas oublier qu’il se trouve dans un combat, supposément à mort avec un adversaire loin d’être faible. Les quelques secondes dans ses songes suffiront au maître Yiopo pour s’élancer vers lui tel un fauve, conservant une garde quasiment parfaite au grand malheur du jeune homme. Avant qu’il ne puisse répondre à son offensive, un coup au menton et à l’estomac était porté avec une extrême violence. Le vieil homme prend cet affrontement très au sérieux, puisque c’est sa vie dans la balance. De ce fait, il ne compte pas laisser une créature incapable de comprendre de choses aussi rudimentaires que le contrôle de son ki entraver ses propres objectifs. Cette fois-ci, le rescapé des labos ne recule que de quelques pas se reprenant rapidement voyant son adversaire préparer une nouvelle offensive. Un coup direct du bras droit, courbé, en direction de son menton. Son réflexe sera de saisir le bras de Yiopo avant de propulser sa main en direction de son visage. Bien évidemment, le maître esquivera avec habileté cette attaque bien trop prévisible. Seulement…

Je m’amuse bien avec toi, mais je n’ai absolument pas le temps, navré.

Un visage stoïque, l’homme aux cheveux grisâtres constatera avec effroi le regard de son adversaire. Mais ce qui provoquera vraiment le sentiment de terreur chez ce pauvre homme, c’est l’aura de ce monstre, parfaitement régulière, qui n’aura eu besoin que de son sermon pour s’adapter sans même que son propriétaire en soit conscient. Suite à ces quelques, n’ayant toujours pas lâché le bras de Yiopo, il tire avec force sur celui-ci dans l’objectif de l'empêcher d’esquiver cette seconde prise au visage par son autre main. Et comme vous le savez, être saisi par notre pyromane favori est souvent synonyme de mort. Dans une [combustion minime] de son visage, il rend son dernier souffle, s’écroulant au sol dans une pirouette ridicule.

Akaza, le visage légèrement ensanglanté, se tourne en sa direction, une expression morne. En quelques pas, il rejoint son cadavre et c’est dans un grand soupir qu’il commence ce pourquoi il est ici. Des craquements horribles et des bruits de mastication résonnent alors dans cet endroit dès à présent lugubre. Après plusieurs bouchées, la main du maître décède coincé entre ses dents, il s’exprime à voix haute comme si quelqu’un se trouvait en ces lieux.

Sors de ta cachette, je sais que tu es là. Je n’ai pas le temps de jouer…"



Spoiler :
Narumi Karuzaki
Narumi Karuzaki
Demon
Féminin Age : 32
Date d'inscription : 18/07/2012
Nombre de messages : 324
Bon ou mauvais ? : Neutre
Zénies : 1240

Techniques
Techniques illimitées : Transposition | Griffes et crocs acérés | Pluie d'énergie
Techniques 3/combat : Rayon Lunaire | Armure naturelle
Techniques 1/combat : Forme Alpha

Le Chaperon roux et La Louve Empty
MessageSujet: Re: Le Chaperon roux et La Louve   Le Chaperon roux et La Louve ClockVen 4 Fév 2022 - 13:36
Bien que sa vie se résume à la gestion et la régence d’une armée et même plus largement d’un peuple, Narumi ne semblait pas s’en lasser. C’était même tout le contraire. Elle était faite pour ce genre de rôle et pouvait s’y épanouir, d’autant plus à présent qu’elle avait deux acolytes pour l’aider dans sa tâche. Cela lui faisait plus de temps libre, bien que le bourreau de travail ne s’éclipse pas souvent hors de ses fonctions.

Plusieurs choses la tracassaient de façon constante, et il en allait de même pour toutes les personnes haut placées ou non. C’est juste que la teneur des problèmes sont différents et leur gravité également. Toutefois, apprendre à vivre l’instant présent l’aidait à ne pas sombrer dans tous ces tracas. Son organisation rigoureuse et l’équipe qui l’entourait pour lui prêter main forte était fort utile.

Ce jour, donc, la louve avait une permission. Cela allait arriver de plus en plus souvent, à présent. Mais c’était une sensation étrange et inhabituelle. La bête ne savait pas vraiment quoi en faire et, souvent, elle finissait tout de même par s’occuper d’affaires en rapport avec son travail. C’était inévitable au vue de son poste au sein de la Terre, quelque part.

« Vous êtes toujours et inlassablement dans votre bureau, même en congé, c’est dingue ! » S’exclame sa maître-espionne qui passait justement à proximité de ce lieu.

« Fidèle à mon poste. » Lui confirme la louve.

« Savez-vous que votre réputation est en déclin ? » Lui fit entendre sa congénère en refermant la porte du bureau derrière elle. Celle-ci voulait éveiller un tant soit peu l’attention de sa cheffe et c’était chose faite.

« Encore ces médias qui publient des ragots fallacieux à mon sujet ? »

Sa partenaire opine du chef.

« Oui, et comme ils ne trouvent rien de croustillant car vous êtes un peu trop sérieuse ma chère Narumi, eh bien… disons qu’ils appuient sur le fait que vous soyez célibataire. »

Narumi lève les yeux de ses écrans multiples quelques secondes d’un air déjà ennuyé par avance.

« Comme je l’ai dit au président et à Scalio, même ma vie privée appartient au peuple. » C’était une affirmation, cela faisait longtemps que l’alpha s’était faite à l’idée. « Que puis-je faire pour satisfaire les terriens à ce sujet ? »

La maître-espionne eut un petit sourire. Elle attendait une proposition à la hauteur. Sa cheffe n’accepterait pas n’importe quoi.

« Nos mœurs poussent les gens à admirer les personnes qui forment un couple, qui sont mariés et fidèles. C’est stupide, pourtant, mais ainsi va le monde. » La belle informatrice aux cheveux en dreadlocks lui adresse un sourire complice. « Compte tenu de votre personnalité, nous ne pouvons pas simplement « recevoir » des demandes de mariage et trier si un potentiel candidat vous intéresse – je sais que vous vous sentiriez humilié de procéder ainsi. »

« En effet. » Lui confirme la louve en croisant les bras. « S’il faut que je sois marié aux yeux du peuple pour m’assurer qu’ils conservent une pleine confiance en moi, ce n’est qu’un petit sacrifice. Mais je dois trouver un partenaire de confiance. L’amour est un grand mot qui ne m’intéresse pas de toute façon. »

Sa collègue acquiesça. Narumi en avait suffisamment bavé comme ça concernant ce type de sentiment. Elle comprenait que l’idée de trouver un mari ou une mariée ? ne l’incommodait pas, tant que cette personne avait du savoir vivre et ne la dérangerait pas dans l’exécution de son travail.

« Que diriez-vous de cela : Faites une déclaration comme quoi vous recherchez quelqu’un dans votre vie – un homme, une femme, qu’importe, à vous de voir – et que vous accepterez de sortir avec celui ou celle qui arrivera à vous battre dans un combat. » Fière de sa proposition, la maître-espionne à la sublime peau charbonneuse ajouta : « Comment lier l’utile à l’agréable. Cela renforcera vos capacités martiales – si tant est que vos adversaires soient un minimum au niveau – et vous trouverez un partenaire de vie qui soit aussi fort que vous. »

La lassitude sur le visage de la louve s’évanouit à mesure que sa collègue déballait cette ingénieuse idée. Elle venait de transformer une affaire plus que chiante en quelque chose qui avait de l’intérêt.

« Vous me connaissez si bien, cela me ravit. Cela occupera mes jours de congés : je pourrais relever les défis les uns après les autres et améliorer mes compétences de guerrière. Voilà qui est convenable. »

La louve ne pensait même pas au « après » - si quelqu’un arrivait à la vaincre. Elle n’était pas imbue d’elle-même, mais en pleine conscience de sa puissance globale. Il faudrait certainement du temps avant que quelqu’un n’arrive à lui faire ployer le genou dans un combat.

« Vous êtes grandement remerciée Maître-Espionne. Je vous en dois une. »

Les deux femmes s’échangèrent un sourire. Sa Maître-Espionne lui fit promettre de venir voir un opéra avec elle quand elles auront un jour de congé en commun, et chacune retourna à ses affaires.

Comme Narumi évitait les médias et ne faisaient des apparitions que pour satisfaire le peuple, répondre à des questions graveleuses et sans intérêt – mais c’est ce que semble aimer les gens – à chaque fois qu’elle disait avoir besoin de passer à la télévision, les médias bataillaient dur pour avoir l’exclusivité de sa présence.

Aussi, lorsqu’elle eut sélectionné le média qui lui poserait le moins de souci, la cheffe des armées, sur son jour de congé, fit une annonce très tôt ce matin. Cette dernière avait demandé à son maréchal Alex Louis Armstrong de l’aider à préparer son discours. Il était bien plus doué pour parler en publique et captiver les foules qu’elle. Enfin, Narumi intéressait les gens sans le vouloir, ce qui était une chance… ou pas.

« Au peuple terrien, j’ai une annonce importante à vous faire. Je souhaite donner la possibilité à chacun et chacune de venir me défier dans un combat, sur mes jours de congés qui sont exposés à droite de votre écran. Si quelqu’un réussit à me vaincre, je serais disposée à en faire mon partenaire de vie.

Il n’y a aucune restriction pour le combat, vous pouvez vous battre avec les armes que vous souhaitez. Par contre, ne vous attendez à aucune retenue de ma part. Je veux pouvoir compter sur la bravoure et la force de mon ou ma future ami/e. Le combat est fini quand il y a un évanouissement ou qu’on abandonne. Je vous recommande donc de vous préparer sérieusement si vous envisagez de me défier.

Vous devez vous inscrire et sélectionner un horaire directement sur le site qui s’affiche maintenant.

Nos robots spécialisés dans la médecine soignerons en un clin d’œil nos blessures à la fin du match.

Peuple de la Terre, je vous remercie de votre attention. Gardez la tête haute et soyez solidaire ! »

Simple, court et efficace. C’est ce qui convenait le mieux à l’alpha. Lorsque la diffusion en directe fut terminée, tout le monde dans la salle affichait une mine choquée mais dans le bon sens. La louve se disait que c’était pour le mieux. Tout était informatisé et il lui suffirait de se renseigner sur « qui » et « à quelle heure » sur ses heures de congés. Elle avait hâte de découvrir les potentiels des « meilleurs » guerriers terriens qui viendraient.

En attendant, sans faire d’autres déclarations, la militaire regagna la base et jeta un œil aux caméras de surveillance.

« Alors il est venu… » Murmure-t-elle en voyant le cyborg pénétrer l’enceinte du bâtiment.

Celle-ci décide de se rendre elle-même sur les lieux. Les militaires ont correctement scellé les portes et laissé le criminel avec l’androïde. Les « pires » seront envoyés à Akaza car ils ne méritent aucune tendresse dans leur trépas, comme ce maître des arts martiaux qu’il affronte aujourd’hui.

La bête fait biper son « passe » qui lui donne accès à l’ensemble des bâtiments et pièces militaires sur une porte qui se trouve en hauteur. Un accès par le haut à l’entrepôt qui donne sur un pied-à-terre en hauteur, donc, muni d’une rambarde directement à l’intérieur. Cette dernière croise les bras, adossée au mur, et ne pipe pas mot pendant que les deux hommes s’échangent quelques mots et combattent.

Akaza semble exténué et son adversaire lui a donner un peu de fil à retordre – mais cela se fini inévitablement par sa victoire. La louve ne détourne pas les yeux lorsqu’il mange le cadavre, bien que cela lui rappelle de très lointains et mauvais souvenirs quand elle était encore esclave et qu’on les obligeait à manger les restes de leurs semblables s’ils ne voulaient pas mourir.

Enfin, il lui adressa la parole. Cette dernière sauta du haut de sa plateforme pour atterrir en bas, auprès de lui. L’odeur était dérangeante, mais rien de surprenant au regard de l’actuelle situation.

« Je suis satisfaite que tu aies accepté mon offre. » Dit-elle simplement, croisant les bras de nouveau. « Cet homme mérite son sort. » Ajoute-t-elle en baissant ses yeux sur les restes du combattant. « Il exploitait des enfants dans son dojo. Il leur faisait subir des sévices que nul Homme n’aurait pu imaginer. Il avait l’air d’un vieil entraîneur sympathique, personne n’aurait pu croire de prime abord que c’était un tel monstre. »
Celle-ci lança enfin un regard à l’être mécanique.

« Tu n’as pas l’air en bonne forme. Est-ce que quelque chose te contrarie ? »

La cheffe des armées préférait entretenir de bonnes relations avec ce « nouvel associé ». Il avait été très utile après tout.

« Je n’ai pas pu te remercier réellement en personne pour m’avoir amené Scalio, en plus du président. Tu as donc toute ma gratitude. Les choses se goupillent d’une manière inattendue mais plaisante. » Affirme cette dernière avec un petit sourire.

Celle-ci appuie sur quelques boutons de sa montre connectée et le bâtiment se déverrouille de manière généralisée.

« As-tu fini ton repas ? La prochaine fois, je te ferais dresser une table pour que tu puisses manger d’une meilleure manière si tu le souhaites. » La cheffe des armées se dirigea vers la sortie. « Si tu as du temps devant toi, allons boire un café ensemble. J’aimerais discuter avec toi plus en détails que lorsque nous nous sommes rencontré la première fois. »

Celle-ci ne savait absolument pas s’il pouvait ne serait-ce que boire un café ou même un chocolat. Mais ce qui était important était ceci :

« Les citoyens vont nous voir déambuler ensemble, passer du temps ensemble. Cette idée n’est donc pas mauvaise pour favoriser ton inclusion dans la société. Je connais un endroit calme où nous pourrons échanger en toute quiétude. »

Cette dernière n’attendit pas réellement de réponse avant de se mettre en route. Une équipe de nettoyage viendrait se débarrasser du corps de la victime et des traces de lutte et de sang.

« Ton amie Xiomara n’est plus dans les parages, au fait ? » Le questionnait-elle d’un air curieux. « Cette femme m’a fait bonne impression. Je pense qu’elle est bien intentionnée. »

Ils arriveraient bientôt à la destination : un petit bar qui ne paie pas de mine, calme à cette heure. Les habitants sur la route les saluaient avec entrain. Narumi signa quelques autographes sur le chemin car il y avait peu de personne et qu’elle pouvait ainsi se le permettre.

« Si cet endroit ne te convient pas, je peux te proposer d’autres choses. » Lui glisse-t-elle aimablement avant qu’ils n’entrent.
Akaza
Akaza
Autres Races
Masculin Age : 21
Date d'inscription : 10/12/2020
Nombre de messages : 48
Bon ou mauvais ? : Esprit Libre

Techniques
Techniques illimitées : Combustion Minime/Maîtrise de l'oxygène/Déplacement Instantané
Techniques 3/combat : Combustion précise/Hell Burst
Techniques 1/combat : Mode : SUPREMATIE

Le Chaperon roux et La Louve Empty
MessageSujet: Re: Le Chaperon roux et La Louve   Le Chaperon roux et La Louve ClockDim 6 Fév 2022 - 18:55
La Louve ne se cache pas, offrant sa présence sans craindre une quelconque réaction de la part d’Akaza ; il est évident qu’il ne fera rien. Il est surpris par la facilité avec laquelle elle identifie la fatigue qui l’habite. Peu de gens décodent ses expressions faciales, encore moins quelqu’un qu’il a côtoyé si peu de temps. Tout en mettant un terme à son repas, il se relève pour faire face à la combattante. Son expression maussade ne quittant pas son visage, la présence d’une personne en qui il a approximativement confiance lui permet de se détendre légèrement. Lui accordant toute son attention, il reçoit avec joie les informations concernant l’origine de son repas, ce qui ne le rend que plus exquis. S’essuyant d’un geste brusque, ses lèvres ensanglantées, ses pupilles d’or se détournent vers les yeux de la lycanthrope.

Je ne suis pas vraiment apte à juger ses actions, mais si tu le dis, c’est qu’il devait le mériter. Ton offre est plus qu’avantageuse, bien que je pense que le RR aurait pu aligner quelques cadavres pour m’avoir de leur côté.” Marquant une pause, la créature grince des dents en pensant quelques instants à ce qu’il vient de dire

Détrompe-toi tout de suite, je ne suis pas dans ton camp hein. Ni dans aucun camp en vérité. Simplement, c’est toi qui m’a fait la meilleure offre.


C’est sur ces mots qu’il détourne le regard de gêne, se grattant frénétiquement les cheveux. En pensant à l’homme qui trône désormais dans son estomac, il soupira longuement en se rappelant avec plus ou moins de joie ce qu’offre le pouvoir aux Hommes. C’est avec transparence et honnêteté qu’il répond aux interrogations de sa “Supérieure”.

Ce qui me contrarie Narumi, c’est que j’ai obtenu dans une moindre mesure ce que je désirais le plus ; la liberté. Pourtant, je ressens comme un profond vide, comme si cela ne comblait pas toutes mes exigences, mes ambitions.

Aux mots de la louve, remerciant de vive voix les agissements de son associé de fortune, l’enfant aux tatouages affiche un visage imperméable à toute forme de compréhension. En effet, c’est bien la première fois qu’une personne pense à…. Le remercier ? Il n’est réellement pas apte à offrir une autre réaction qu’un visage figé comme pour indiquer un bug dans sa matrice interne. De plus, la leadeuse lui offre un léger sourire, elle qui dispose d’un comportement si ferme en général -du point de vue d’Akaza, l’ayant côtoyé que très peu de temps jusqu’alors- ce qui augmente cette sensation étrange la concernant. Elle semble bien différente par rapport à leur première rencontre. Le contexte est certes fort différent, mais cette modification brutale de son comportement en choquerait plus d’un…. Non ? Ou peut-être est-ce simplement une preuve qu’il peut entretenir de bonnes relations avec celle-ci. Après cette petite pause permettant à son cerveau de prendre le temps d’assimiler le nombre interminable d’informations qu’il enregistre sur ce simple échange, il rétorque aux paroles de la louve :

Ne me remercie pas, c’était un simple échange de bons procédés. Je suis satisfait si les choses évoluent dans ton…. Dans votre sens, car cela signifie qu’elles évoluent dans mon sens aussi.

Clic ! En une simple pression, tout l’entrepôt semble s’animer, prendre vie avant que le roux ne comprenne que la guerrière venait de désactiver les systèmes sécurisant ce lieu.

Cette simple manœuvre confirme alors qu’il s’agit bien d’un plan élaboré au cas où le rescapé des labos viendrait à répondre à l'appel de la nourriture. Sans surprises, c’est le cas et la louve ne montre aucun signe d’étonnement, du moins pas face à la créature sanglante.

J’en ai effectivement fini avec cette ordure d’artiste martial. Et ne te préoccupe pas de mon petit confort, le sol de cette bâtisse est déjà largement suffisant pour étancher ma faim. Je suppose que je te remercie de la proposition.” Dit-il sans être totalement convaincu par ses propres paroles

Du temps, je n’ai que ça Narumi, donc c’est avec plaisir que j’accepte ta proposition. Et puis je sais que je peux consommer d’autres types de boissons, alors pourquoi pas essayer ce ‘café’ et ce ‘chocolat’.


Bien que ces deux substances soient inconnues aux yeux de l’expérience ratée, une certaine attirance se crée quasiment instantanément pour ces nouvelles choses qu’il sera en mesure d’ingérer sans un rejet immédiat de la part de son organisme effroyablement complexe. Seulement ce break en compagnie de la représente des forces armées terriennes ne sera pas de tout repos puisque celle-ci souhaite aborder leur première rencontre qui s’inscrit déjà dans un contexte bien différent que l’actuel. Il ne formulera aucune réponse oralement, mais son expression mêlant gêne et mécontentement en dit long sur les possibles finalités explosives d’une conversation autour de ce sujet qui est pour lui source d’ennuis. Par la suite Narumi revient sur sa possible inclusion dans la société terrienne, ce qui cause une réaction immédiate de la part de son interlocuteur ; son poing se serre au point d’en craquer ses os dans un bruit sourd. Ses dents grincent légèrement puis….. Plus rien. Soufflant un bon coup, il reprend avec une certaine facilité son calme. Il contrôle désormais son tempérament de feu, sachant quand il doit en faire usage ou non.

Je te suis.” Répond-il sèchement.

Il est assez clair que l’idée de croiser des humains ne l’enchante pas, pour autant, il se doit de faire un effort avant de ne pas simplement additionner une liste d'ennemis, mais bien une liste de soutiens quels qu’ils soient. Le but premier étant d'éviter que qui que ce soit entaché sa vision enfantine de la liberté, se mettre à dos une des futures grandes alliances de cet univers. Dans un second temps, la louve fait bonne impression aux yeux du pyromane ce qui permet de mieux faire passer la pilule très certainement. Alors que le duo se met en route, Mme.Karuzaki ouvrant très nettement la marche -suivit de près par Akaza- celle-ci le questionne sur sa camarade Xiomara. Aux mots de la reine louve, le démon pâle esquisse un léger sourire, accompagné d’un léger rire, chose plutôt rare.

En effet, Anelanz est une personne bien intentionnée. Elle apporte un peu de raison dans mes jugements hâtifs et dans mes réactions sanguines. Néanmoins, elle s’est elle-même enfermée dans une spirale de servitude comme j’en ai rarement vu, ce qui paraît étonnant au vu de mes affiliations avec ce domaine. Elle se trouve non loin d’ici je lui communique mon emplacement quand nous aurons fini notre discussion.

En direction du lieu mentionné plus tôt par la régente militaire, elle prend le temps de s'interrompre pour remplir un étrange rituel consistant à marquer les feuilles comme pour la signature d’un contrat, mais dans un objectif tout autre, que le roux peine à saisir.

L’endroit me convient parfaitement tant qu’il n’y a pas trop de monde. Excuse-moi de t'interrompre Narumi, mais je sens ton odeur et elle est totalement différente qu’auparavant. On dirait que tu n’es plus la même personne, ou tout du moins qu’un changement radical a eu lieu. Quelle décision si importante a changé à ce point l’odeur… Ou l’énergie machin chose là… Le Q.I… Euh non… La quille ? Argh le ki !

Bien qu’il soit incapable de mettre le doigt dessus, son odorat capte de la satisfaction, de l’impatience, une légère touche de positivité et un profond sentiment de fatigue. En réalité, c'est la première fois qu’Akaza capte les odeurs que dégage la guerrière, le contexte de leur première rencontre ne se prêtant pas aux analyses olfactives du traqueur aux marques. Ceci explique donc sa surprise, bien que son attention sera rapidement détournée vers l’intérieur du bar qu’il observe avec plus ou moins de fascination, cet endroit si banal.

Au fait, il paraît que tu as fait une nouvelle annonce ? Alors le président reprend du service ou bien est-ce Scalio qui prend sa place ? Par contre, si c’est toi qui est chargé du contrôle de ce monde comme avant le retour des deux zigotos, ça m’arrange. Ou bien est-ce une annonce plus facultative ? Les personnes avec qui je communique ne sont pas très claires dans leurs explications haha.

Akaza semble bien plus sérieux que précédemment, bien que conservant son côté décalé. Cela s’explique sans doute par sa grande fatigue mentale, mais en réalité cet “Être Parfait” est sans doute le plus agréable à côtoyer. Sans se douter un seul instant de la surprenante annonce, la louve, son regard rejoint celui de la “jeune” femme, un léger sourire aux lèvres. Il est bien plus détendu désormais.
Narumi Karuzaki
Narumi Karuzaki
Demon
Féminin Age : 32
Date d'inscription : 18/07/2012
Nombre de messages : 324
Bon ou mauvais ? : Neutre
Zénies : 1240

Techniques
Techniques illimitées : Transposition | Griffes et crocs acérés | Pluie d'énergie
Techniques 3/combat : Rayon Lunaire | Armure naturelle
Techniques 1/combat : Forme Alpha

Le Chaperon roux et La Louve Empty
MessageSujet: Re: Le Chaperon roux et La Louve   Le Chaperon roux et La Louve ClockLun 7 Fév 2022 - 9:11
Narumi était consciente que son partenaire pouvait à tout moment « explosé » avec ce tempérament très étrange qu’il possédait. Pour autant, cela ne semblait pas l’effrayer. Elle pensait savoir comment le remettre dans le droit chemin si cela arrivait.

« La servitude forcée est quelque chose que nous avons connu tous les deux, il semblerait. » Dit-elle avec une pointe de douleur dans la voix. « Xiomara fait cela de bonté de cœur de ce que je comprends. C’est admirable. Si tu le veux bien, transmets-lui mes amitiés quand tu la reverras. »

Finissant de signer quelques autographes, la louve est surprise par ce que son interlocuteur affirme : elle a changé d’aura. Celle-ci hausse les épaules tout en lui répondant :

« J’imagine que c’est parce que je me dois d’avoir une certaine « image » constamment. Mon travail haut placé me l’impose. Lors de notre première rencontre j’ai joué le rôle qui m’incombe. En ce moment, nous partageons un temps qui est différent, « informel », disons. Je demeure moi-même, mais comme tout le monde j’ai plusieurs facettes. » Celle-ci le regarde dans les yeux et confirme une chose à son tour : « Toi aussi tu as l’air différent. Certainement parce que tu as cette « liberté » à présent, que tu désirais tant. Et je peux comprendre cette impression de vide qui y est lié. Quand j’étais esclave, ma vie avait un but clair : servir. Quand nous avons réussi à exterminer nos maîtres, nous nous sommes retrouvé face à nous-même. » Cette dernière leva le doigt comme pour notifier quelque chose. « Toutefois nous étions plusieurs dans la même situation, alors que toi tu es seul. Cela ne doit pas être évident. »

Avant qu’ils n’entrent dans l’établissement mentionné, la louve pris soin de répondre à ses interrogations :

« Le Président Draven, Scalio et moi-même avons tablé ensemble sur les nouvelles mesures à prendre pour le peuple terrien. Nous décidons donc des choses à mettre en œuvre en nous concertant. Sois rassuré, les responsabilités qui incombent à mon poste sont préservées. » Dit-elle avec le plus grand sérieux. « Si tu parles de mon annonce de ce matin, c’est tout autre chose. Je dois me trouver un partenaire de vie. J’ai donc officialisé ma recherche en proposant à qui le souhaite de me défier pour obtenir ce « privilège ». Celui ou celle qui me vaincra en duel obtiendra ma compagnie. »

Les deux protagonistes se rapprochèrent du bar. La gérante était une femme caméléon d’un certain âge. Cette dernière les accueilli avec un ravissant sourire et les installa à l’intérieur, dans un endroit à part où ils étaient « cachés » du reste des clients au bar. Un endroit intimiste et paisible comme Narumi les appréciait – et elle pensait qu’Akaza aimerait bien également.

« Merci Lise. Je vous présente mon collègue, Akaza. » Cette dernière le salua gaiement de la tête à nouveau, comme pour dire « enchanté » « Amenez-nous deux cafés, deux thés matcha et deux chocolat chaud, s’il vous plaît. »

La gérante opine du chef et pars préparer les boissons.

« Elle est muette, alors ne soit pas étonné. » Précise la louve.

Cette dernière retira sa veste officielle de l’armée pour se mettre plus à l’aise. Un simple « tank top » noir était en dessous. Narumi ne s’embarrassait pas avec des habits inconfortables. De plus, elle ne portait jamais de robe ou de jupe. Pour les évènements officiels, elle était toujours en costard.

« Tu te doutes que si je t’ai invité ici, c’est que ce geste n’est pas désintéressé. » Dit-elle en le regardant directement dans le blanc des yeux. « Le Maréchal Alex Louis Armstrong, qui est aussi un conseiller psychologique, me suit depuis des années. J’ai fait une dépression pendant longtemps, pour ne rien te cacher. Et, oui, bien sûr cela est lié à SK. » Celle-ci en parlait comme un sujet tout à fait basique, preuve qu’elle était passée au-dessus de cela. « Et donc pour continuer d’avancer, mon maréchal m’a conseillé d’essayer de me faire des amis. » Cette révélation pouvait sembler drôle au possible, aussi elle s’attendait à des moqueries. « Je suis douée pour gérer des affaires et mon travail, mais en réalité je ne suis pas du tout compétente pour les relations plus « personnelles ». En fait, je n’ai pas vraiment d’amis, même si je m’entends très bien avec mes collègues. »

Lise, l’agréable gérante du bar, revint avec un plateau. Elle déposa un café, un thé et un chocolat devant chacun d’eux. Celle-ci déposa aussi un petit pichet de lait d’amande et de sucre « stevia », un sucre naturel provenant d’une plante. Narumi lui donna un pourboire généreux qui fit rougir la serveuse. Celle-ci s’inclina respectueusement et retourna à ses affaires.

« Je te conseille de finir par le café car c’est ce qui est le plus fort en goût, et c’est amer. Si c’est trop pour toi, tu peux y ajouter du lait, du sucre, ou les deux à la fois. » Celle-ci prit le thé en premier et invita son collaborateur à en faire de même. « Le thé est la boisson la plus raffinée, je te conseille également de commencer par celle-ci. C’est du thé vert dit « matcha », c’est spécial alors je ne sais pas si tu vas aimer – mais sache qu’il existe bien d’autres saveurs en matière de thé. »

Celle-ci en prit une gorgée et ses joues rosirent légèrement, réchauffée par la douce saveur qui s’écoulait dans son gosier.

« Le Caporal Williams Auguste est l’une des rares personnes avec qui je pense être amie. Nous nous entendons bien dans le travail et c’est très bien, mais être « ami » avec quelqu’un c’est encore autre chose. C’est passer des moments ensemble où on se sent bien, pouvoir compter sur l’autre, pouvoir discuter avec l’autre sans être jugé et avoir des passions en commun qui nous réunisse, à priori. » Celle-ci fit un arrêt pour prendre une autre savoureuse gorgée de sa boisson. « Peut-être as-tu déjà rencontré Auguste, il rend un fier service à l’armée avec son pouvoir extraordinaire. »

La gérante revint pour leur déposer quelques chocolats – noirs, les préférés de Narumi – offert par la maison. L’alpha la remercia chaleureusement avant de prendre l’une de ces petites douceurs entre son index et son pouce pour croquer dedans.

« Cela doit te paraître étrange que je t’en parle à toi, car nous ne nous connaissons pas. Mais Alex m’a conseillé de me lancer quand j’ai envie de faire quelque chose. J’ai pensé qu’échanger avec toi serait intéressant, car tu es une personne qui sort clairement du lot à mes yeux. » Cette dernière ne tentait pas de le flatter. Son comportement demeurait tout à fait normal, mâchant silencieusement son carré de chocolat noir avec plaisir. « La Maréchale Balalaika, que tu as déjà rencontré, est un être entièrement mécanique. C’est l’une des personnes qui comprend le mieux les émotions que je connaisse. Toutefois je pense avoir pris la bonne décision en n’abordant pas ce que je viens de te dire là avec elle. Parce que je sais qu’elle a des sentiments envers moi que je ne peux pas lui rendre. Je ne veux pas la blesser inutilement. » Cela semblait réellement peiner Narumi. Aussi une ombre de tristesse passa dans ses yeux.

La louve avait presque fini son thé. Celle-ci ne savait pas si Akaza appréciait la saveur unique et le goût prononcé de cette nouveauté, aussi elle le questionna à ce sujet.

« Alors, ce thé ? » Dit-elle en haussant un sourcil. « Par ailleurs, j’aimerais bien en savoir plus sur ce sentiment de vide que tu ressens et que tu as évoqué tout à l’heure, si tu es disposé à en parler. »

Celle-ci était détendue. Son souffle était régulier, et son regard laissait transparaître sa sincérité. Narumi ne mentait pas, n’inventait pas d’histoire pour qu’il lui fasse confiance ou la prenne en pitié. Non, ce n’était là qu’une tentative pour se faire un nouvel ami, aussi curieux soit-il.
Akaza
Akaza
Autres Races
Masculin Age : 21
Date d'inscription : 10/12/2020
Nombre de messages : 48
Bon ou mauvais ? : Esprit Libre

Techniques
Techniques illimitées : Combustion Minime/Maîtrise de l'oxygène/Déplacement Instantané
Techniques 3/combat : Combustion précise/Hell Burst
Techniques 1/combat : Mode : SUPREMATIE

Le Chaperon roux et La Louve Empty
MessageSujet: Re: Le Chaperon roux et La Louve   Le Chaperon roux et La Louve ClockLun 14 Fév 2022 - 19:06
L’environnement de ce bar, son caractère intimiste ainsi que l’odeur des divers breuvages qui y sont servis n’auront de cesse de faire tourner la tête du roux au teint pâle. Suivre sa conversation avec Narumi est une tâche complexe au vu des milliers d’odeurs différentes qui l'entourent, pourtant Akaza se concentrera sur les mots de la louve avec toujours cette pointe d’intérêt inhabituel. Le cas Xiomara sera rapidement mis dans un coin dans sa tête, ce n’est pas sa priorité pour l’instant.

La servitude est un sujet sensible avec moi, mais je comprends tes explications, ton peuple a souffert, ils ont eu de la chance de t’avoir. En ce qui me concerne, disons que mes compères ne sont pas forcément d’une grande utilisé dans cette question existentielle qui m’anime tout au long de la journée. M’enfin…. J’aimerais simplement comprendre.

Il aimerait plutôt comprendre pourquoi sa collègue de “travail” l’amène dans un tel endroit sous un prétexte obscur -pour ne pas dire inexistant- tout en expliquant vaguement les mesures qui seront prises avec cette nouvelle initiative qui voit le jour sous le commandement des deux revenants de la Grande Guerre.

Hmm, mouais je vois. Je ne suis pas sûr que ce sont les personnes en qui j’ai le plus confiance sur cette planète, mais si t’es de la partie, je ne dis pas non. Scalio est un chic type de ce que j’en ai vu donc ça devrait aller, je pense, mais je resterais sur mes gardes et tu devrais en faire de même bahah.

Quand Akaza doit faire face à cet étrange personnage nommé Lise dont l’apparence est particulièrement troublante, même pour le rat de laboratoire qu’il est, c’est un simple mouvement de tête qu’il rendra par respect. Mais c’est l’information concernant son annonce de ce matin qui troublera le plus l’enfant de Gentech. Elle doit donc se trouver un partenaire de vie ? Quelle en serait l’utilité ? C’est une chose que l’esprit du pyromane ne comprend pas trop, ou tout du moins son expression le démontre. Néanmoins, une information attire tout particulièrement son intérêt ; la perspective d’un combat dantesque contre l’Alpha en personne ! Il ne manquera pas d’exprimer son avis sur cette récompense qu’il qualifie de “ridicule” dans son esprit à l’instant précis où il apprend ceci.

En voilà une bien étrange proposition d’emploi… Dit-il simplement en laissant Narumi continuer ses explications

L’avantage quand on se nomme Akaza, c’est que le style vestimentaire ne change que très peu -pour ne pas dire reste le même- peu importe la situation. Mis à part se défaire du maigre bout de tissu qui lui couvre les épaules, le roux ne peut pas faire grand-chose de plus. Il se contente de s’installer correctement juste en face de son interlocutrice lui accordant toute son attention, son éternel sourire malicieux en plein milieu du visage. Sa supérieure lui explique alors que cette excursion n’est pas désintéressée, ce qui place immédiatement Akaza dans une zone de confiance, car elle ne fait pas usage de moyens détournés, ce qui plaît bien au jeune homme, on peut facilement le dire au vu de son expression et la perte soudaine de son sourire.

L’Alpha lui expliquera alors, toujours sérieuse, son rapport aux autres ainsi que son suivi par le Maréchal Alex Louis Amstrong ce qui ne manquera pas d'étonner le sociopathe en face d’elle. S’il s'en souvient bien, SK est la bête noire de Narumi pour des raisons…. Pas tout à fait claires dans l’esprit du pyromane. Son excellente mémoire lui faisant défaut sur le coup ! Il ne s’exprimera donc pas sur ce sujet. Puis la révélation sur les méthodes du Maréchal….. Rien. Tout aussi sérieux que son interlocutrice, ce n’est clairement pas le pâle qui va se moquer de quelqu’un de confiance s’ouvrant ainsi à sa personne, du moins pas pour ce coup… L’agréable Lisa revient avec les diverses boissons commandées par Narumi avant que la louve ne paie grassement les services de la gérante de ce bar.

Je parviens à saisir la problématique Narumi. Est-ce que tu estimes qu-...L’intervention de Lisa le coupe donc “Merci bien.”

Le sujet A-8475 ne continue donc pas sa phrase pour que Narumi puisse approfondir ses explications concernant les divers breuvages venant d’être servis sur cette table. L’Être prétendument parfait observe, analyse donc le mélange de ses diverses odeurs. Selon la louve, il vaudrait mieux commencer par l’eau chaude aux odeurs de plantes. Le tatoué est bien plus attiré par ce liquide noir que par ce que lui propose sa supérieure, pour autant, il va suivre ses conseils. La boisson la plus raffinée sera donc directement absorbée par la bouche de l'anthropophage qui se rendra bien compte d’une chose ; c’est chaud. Dans une scène presque humoristique, il s'essuie la langue avec la main dans une répétition de petit “Aïe”. Mais il se calme rapidement quand elle parle du Caporal Williams qui a fait….. Forte impression de son point de vue.

J’ai déjà rencontré le Caporal Williams, oui. C’est un homme qui est difficile à cerner, je dois néanmoins reconnaître qu’il semble apprécier son peuple. Un pouvoir extraordinaire ? Puis-je savoir de quoi il s’agit exactement ?

En attendant d’obtenir sa réponse, voilà que Lisa est de retour avec d’étranges carrés noirs dont la texture et l’odeur intriguent le jeune roux. Cela laissera le temps à notre chère Cheffe des armées terriennes de continuer son discours. Soulignant le fait que sa décision pourrait paraître étrange, ce qui ne se veut pas être un compliment sera vu comme tel par le démon pâle qui en rigole presque, malgré son étonnant sérieux jusqu’à lors. La réalité est bien exposée par les termes de Narumi ; Akaza sort très clairement du lot en ce qui concerne les Terriens, ce qui provoque une certaine incompréhension. Mais il passe rapidement outre, préférant se concentrer sur les mots de celle l’ayant initié aux boissons chaudes. Balalaika, ce nom est un vague souvenir pour l’Être Parfait. Cette femme, ayant ramené le rat de laboratoire chez l’Alpha était une personne agréable. Si cette femme aux caractéristiques particulière éprouve une sorte d’affection pour la louve, c’est une fois de plus à la grande surprise d’Akaza.

C’est gentil, merci. Je sais bien que j’ai tendance à me faire remarquer. M’enfin sans ça, je ne suis pas sûr que tu m’aurais accordé audience, je me trompe ? C’est triste pour la Maréchale, je suppose, je dois dire que je saisis mal ce genre de choses.

Toutes les explications de Narumi sonnent faux dans la boîte crânienne de l’arme vivante, pour autant une d’entre elles. Il répond néanmoins avec la même sincérité que l’Alpha, ne préférant pas s'attarder sur son ultime question.

Très bien, avant de te répondre concernant cette étrange mixture, j’aimerais revenir sur plusieurs points abordés plutôt. Dans un premier temps, j’aimerais savoir ce que tu recherches exactement ; un ami ou un partenaire ? En effet entre ton annonce et la description que tu me fais de ce que doit être un ami, je suis un peu perdu.

Son manque d’expérience sociale et son comportement asocial ne sont absolument pas à l’avantage d’Akaza surtout dans une situation comme celle-ci, il procède donc sur la base de ses connaissances….. c’est-à-dire absolument rien sur ce sujet.

Surtout que ça me paraît illogique cette histoire de partenaire. Pourquoi maintenant ? Tu n’es pas mieux seul, comme moi ? Si c’est simplement pour la forme, pour ton image, je veux bien être le déséquilibré qui te sert de partenaire. Et puis pourquoi de tels conditions, c’est stupide. Les personnes en mesure de te battre ça se compte sur les doigts d’une main donc mise à part un dieu de la destrufion machin chouette, c’est mort.

Le garçon au teint pâle semble impliqué dans cette conversation, ce qui est rare pour un adepte de l’indifférence absolue comme lui. C’est à la fois une bonne chose mais… aussi et surtout très inquiétant.

Je dois dire que depuis que j’ai obtenu ce que je voulais, j’aime les choses simples. Tu as besoin d’un ami ? Je peux l’être, aucun souci, mais ne sacrifie pas ce qui te rend unique dans une compétition de hyènes en chaleur que tu vas de tout façon détruire !Scande-il en se levant de sa chaise

Après deux trois regards insistants le concernant, il se rassoit bien gentiment, prenant une gorgée de café. C’est un goût particulier qui ne semble pas déplaire au roux quelque peu gêné par sa réaction.

"Excusez ma réaction. Il est très bon ce café….Mais du coup, c'est quand qu'on se met sur la gueule ?
Narumi Karuzaki
Narumi Karuzaki
Demon
Féminin Age : 32
Date d'inscription : 18/07/2012
Nombre de messages : 324
Bon ou mauvais ? : Neutre
Zénies : 1240

Techniques
Techniques illimitées : Transposition | Griffes et crocs acérés | Pluie d'énergie
Techniques 3/combat : Rayon Lunaire | Armure naturelle
Techniques 1/combat : Forme Alpha

Le Chaperon roux et La Louve Empty
MessageSujet: Re: Le Chaperon roux et La Louve   Le Chaperon roux et La Louve ClockLun 21 Fév 2022 - 9:37
Narumi ne peut que partager le fait que la servitude fasse partie des sujets sensibles. Chacun d’eux ont un passé entaché par cette notion d’esclavage. Tout le monde doit apprendre à avancer avec ses souffrances et ses cicatrices bien que ça ne soit aisé pour personne. L’alpha avait suivi de nombreuses thérapies pour se remettre sur pied, il fallait le préciser. Ce n’était pas seule ni entièrement par sa propre volonté que cette dernière avait réussi à redevenir quelqu’un de stable et de droit avec la tête sur les épaules. Admettre avoir besoin d’aide est une grande avancée vers le rétablissement. 

Le fait qu’Akaza soit méfiant envers le duo nouvellement arrivé au pouvoir, aux côtés de la louve, n’était pas tombé dans l’oreille d’une sourde. Celle-ci était d’un naturel soupçonneux de toutes manières. La vie nous apprenait qu’en ce monde, rares sont les personnes qui agissent de manière désintéressées. Tant qu’aucun d’eux n’agissait contre les terriens, ils étaient saufs.

« Ton conseil est pertinent. Je n’ai pas l’intention de baisser ma garde. » Affirme-t-elle.

Contrairement à ce qu’on aurait pu s’imaginer, le droïde ne conserve nullement son air de petit plaisantin habituel. Le sujet le rend tout aussi sérieux que son interlocutrice. Narumi apprécie ce changement de ton. Cela prouve qu’il a du respect envers elle.

Le voir goûter le premier breuvage, se brûler et s’essuyer la langue a un ton comique évident. Toutefois, c’est plus de la compassion qui se lit dans les yeux de l’alpha. C’est comme faire découvrir « les choses du monde » à un nouveau-né. Celle-ci glisse alors à cet instant :

« Navrée de ne pas t’avoir prévenu plus tôt, mais toutes ces boissons sont servies bien chaude. Il est donc préférable de souffler doucement dessus pour aider la température à redescendre. » Dit-elle en prenant son thé et en exécutant le geste mentionné pour le lui montrer.

Suite à cela, son compagnon lui demande de quel pouvoir extraordinaire est béni le Caporal Honorifique.

« Quand il touche physiquement quelqu’un, il a accès à l’ensemble de son vécu. » Dit-elle avec un air un peu sombre : une telle capacité entre de mauvaises mains provoquerait la ruine. « Tu imagines à quel point cela est pratique dans le domaine de la criminalité. Nous pouvons prouver la culpabilité ou l’innocence de quelqu’un grâce à lui. » Celle-ci prit une nouvelle gorgée de sa délicieuse boisson pour la vider définitivement. « Il a mon entière confiance. C’est quelqu’un qui manque de confiance en lui-même, mais entouré par de bons éléments pour le soutenir, Auguste montre tout son potentiel. Et il est brillant. »

La louve ne tarit pas d’éloges concernant les éléments de choix comme le Caporal. Toutefois elle est aussi particulièrement sévère quand quelqu’un manque à son devoir et peut vite devenir cassante. Cependant, toutes ses paroles se font sans l’ombre d’une mesquinerie. Ce n’est pas le genre de Narumi d’aimer descendre les autres par vilain plaisir.

« Je ne parlais pas de ta tendance à te faire remarquer spécifiquement, mais du fait que tu sois hors-norme par ta simple existence. Cependant tu es clairvoyant : je n’accorde pas d’audience pour un oui ou pour un non. Je n’ai pas le temps pour les frivolités. » Confirme-t-elle avec son air consciencieux habituel. « Sauf aujourd’hui. Et je dois dire que ça fait du bien de discuter de choses comme ça, pour une fois, avec quelqu’un qui n’est pas un spécialiste de la psychologie humanoïde. »

En effet, Narumi ne parlait de ses soucis ou de sujet personnel qu’avec des thérapeutes ou du personnel médical agréé en psychothérapie. C’était toujours inconfortable de sortir de sa zone de confort, nonobstant c’était aussi nécessaire.

La jeune femme devient un poil embarrassé en se rendant compte qu’elle a perdu Akaza avec toutes ses explications floues. D’un geste un peu nerveux, elle détache son immense et magnifique chevelure, ce qui n’est pas non plus habituel. Elle démêle faussement ses cheveux dans ses doigts – ils ne sont pas emmêlés mais c’est pour les remettre correctement tout en cherchant ses mots – et se racle la gorge.

« Je te renouvelle mes excuses. Les mots ont plusieurs sens. On peut dire « mon ami » autant pour désigner son conjoint qu’un copain. Ce pourquoi ce terme porte à confusion, alors je ne l’utiliserais pas davantage. » La jeune femme pose enfin ses mains sur la table, croisant ses jambes et entremêlant cette fois ses doigts dans une posture qui lui donne un charme autoritaire malgré elle. « D’une part, je cherche à me faire des amis. Des gens en qui je peux avoir confiance et avec qui je peux discuter de leurs soucis ou des miens sans crainte de recevoir un couteau dans le dos. C’est extrêmement compliqué comme je l'ai déjà souligné, je te le concède. » Celle-ci lève son index en l’air brièvement pour appuyer ses futurs propos : « Et de l’autre côté, je cherche un partenaire de vie. Un amant, un conjoint, un petit-ami, un futur mari. Un ou une, ça ne fait aucune différence. Je ne suis pas plus que ça attiré par les personnes du même sexe que moi mais ça ne me débecte pas non plus, je pense que je suis donc capable d’être en couple avec une femme. »

Celle-ci reprend une position plus confortable pour s’attaquer à son chocolat chaud, qu’elle entoure de ses mains pour les réchauffer agréablement. Celui-ci semble toujours confus. Rien de plus logique, car en effet tout ceci n’est qu’une question de « formalité » tel qu’il l’expose.

« Tu as raison, je suis bien seule mai-»

Son visage se fige dans une expression étonnée alors que son compagnon lui affirme qu’il veut bien être ce qu’elle cherche. Elle n’en rit pas toutefois. C’est épatant que de le voir se proposer pour ce rôle dont il ne semble pas saisir les subtilités et qui risque de l’ennuyer plus qu’autre chose. Il a l’air intensément pris dans ce sujet de discussion, à tel point qu’il se lève de son siège à la fin de sa prochaine affirmation.

« Akaza… ! » S’exclame avec une manifeste surprise l’alpha. « Quand je disais que tu es unique… » Un petit sourire chaleureux habille ses lèvres. Elle ne semble pas s’offusquer du fait qu’il a attiré l’attention sur eux, et de toute façon il finit par se rasseoir.

Sa dernière phrase tire enfin un rire sincère à la louve qui détend l’atmosphère. Celle-ci prend enfin une gorgée de son chocolat chaud avant de lui répondre, se léchant les babines avec plaisir alors qu’un peu de chantilly s’était déposé sur ses lèvres.

« Tes maladresses m’apaisent. J’ai tellement l’habitude d’évoluer dans un milieu épuré où il faut surveiller le moindre de ses gestes, le moindre de ses mots… » Dit-elle en conservant un sourire agréable sur le visage. « Je comprends que cela ne t’apparaît pas comme étant une bonne solution. Je confirme que je dois trouver un partenaire de vie dans le sens « amoureux » pour mon image. Cela ne me réjouit pas plus que toi, mais ma vie appartient au peuple. C’est mon choix. » Dit-elle avec un air paisible. « Comme il était hors de propos que je me coltine des rendez-vous les uns après les autres, ma Maître Espionne m’a proposé comme alternative le fait de me défier. Bien sûr, si un être mauvais arrive à me vaincre, cela ne m’engage pas pour autant à l’accepter comme mon conjoint. Rien n’indique que je n’ai pas le droit de refuser qui que ce soit, et encore heureux. » Dit-elle en se délectant à nouveau de sa boisson chaude. « Me battre ou m’entraîner m’exaltent, alors c’est un bon compromis. Je casse la figure aux « hyènes en chaleurs » - c’est bien ce terme que tu as utilisé ? – et j’améliore mes performances martiales de ce fait. Je sais que je suis un adversaire de taille et que cela prendra un moment avant que quelqu’un n’arrive à me battre, et c’est très bien comme ça. L’échéance est donc reculée. »

Celle-ci semble se satisfaire de ce fait. D’un côté le peuple est contenté car Narumi est effectivement en recherche d’un ou d’une « amoureux-se » avec des conditions qui lui correspondent au niveau de sa personnalité, et de l’autre, l’alpha est tranquille pour au moins un bon moment avant de trouver un adversaire qui puisse venir à bout d’elle !

Celle-ci prend une posture plus intimiste en se penchant vers Akaza au-dessus de la table. Cette dernière lui dit à voix basse :

« Je te remercie d’être volontaire en « sacrifiant » ta personne pour la cause du peuple en devenant mon compagnon. Cependant, c’est un « emploi » qui n’est pas de tout repos. » Confie-t-elle en ayant repris un air grave. « Il faut être discipliné, avoir du savoir-vivre, faire preuve de bienséance. Être à l’aise avec le décorum, dirions-nous. J’ai une certaine image à tenir, et mon ou ma future « petit-ami-e » devra ne pas la tarir. »

Celle-ci ne lui dit pas tout cela sur un ton plus discret parce que toutes ces informations sont secrètes – au contraire, cela relève du bon sens. Elle l’en informe par égard pour lui, qui a l’air tout à fait étranger à toutes ces choses qui sont liées au « paraître ».

« Développer des sentiments « amoureux » pour qui que ce soit ne m’intéresse aucunement. J’ai assez donné en la matière il me semble, et je n’ai jamais su être éprise de ce type de ressenti pour les bonnes personnes. » Elle n’avait pas l’air triste en affirmant cela, simplement rationnelle. « Toutefois, il faut aussi être en mesure de supporter les « attentions affectueuses » qu’un couple doit se donner, même en public. Il faut que le peuple me voit épanouie avec quelqu’un, il faut donc que je crée cette sensation avec mon futur partenaire. Je ne suis pas très avare des contacts, pour autant les médias et les gens raffolent de cela et des attentions « romantiques ». Ce n’est pas par gaieté de cœur que je vais me lancer dans tout ça, mais je le fais pour mon peuple. »

Celle-ci semble prête et résignée à cette tâche. Cela fait partie intégrante de son travail de son point de vu. La louve laisse le temps à son interlocuteur de digérer cette masse d’information conséquente. Pendant ce temps de pause, la militaire se redresse dans une position plus digne et ingère quelques chocolats noirs qui semblent émoustiller ses papilles et son cerveau.

Lentement, elle pose sa main sur celle d’Akaza avec un air neutre. Elle commence à caresser le dos de cette main métallique en contact avec la paume de la sienne.

« Ce genre de geste tendre et mielleux est préconisé. Et je te passe les détails sur l’échange d’étreintes et de baisers langoureux. »

Cette dernière retire en douceur sa main de la sienne et reprend sa tasse pour boire quelques gorgées de son chocolat adoré. C’est extrêmement gênant en principe ce genre de démonstration, mais dans ce cas-là ça ne l’est pas. Car Narumi veut lui faire comprendre tous les « inconvénients » que représente le fait de se lancer dans cette relation avec elle.

Tout en reposant sa deuxième tasse maintenant vide, la bête lui adresse un regard interrogatif.

« Alors, es-tu toujours disposé malgré tout à ce qu’on se « mette sur la gueule » ? »
Akaza
Akaza
Autres Races
Masculin Age : 21
Date d'inscription : 10/12/2020
Nombre de messages : 48
Bon ou mauvais ? : Esprit Libre

Techniques
Techniques illimitées : Combustion Minime/Maîtrise de l'oxygène/Déplacement Instantané
Techniques 3/combat : Combustion précise/Hell Burst
Techniques 1/combat : Mode : SUPREMATIE

Le Chaperon roux et La Louve Empty
MessageSujet: Re: Le Chaperon roux et La Louve   Le Chaperon roux et La Louve ClockDim 6 Mar 2022 - 18:40
Tout se passe bien dans cette étrange rencontre entre la louve et le roux. Tout sauf au moment où il apprend les réelles capacités du caporal honorifique. Après un instant de décalage, l’esprit du pâle se remémore l’ensemble de sa rencontre avec Auguste. Ce coup de poing maladroit, le visage d’un homme comme traumatisé par des événements pourtant banals. Il sait. Il sait. IL SAIT. IL SAIT.

Le roux pourrait exploser d’un instant à l’autre pourtant, il conserve son sourire presque niais et son regard n’est pas une seule seconde perturbé par cette information pourtant capitale. Les éloges que formulent Narumi à son égard glissent sur ce masque que porte désormais Akaza au sujet du détenteur de la pierre. Le pyromane y voit juste une menace de plus pour ce qu’il vient tout juste d'acquérir après tout ce temps. Mais il ne s’attarde pas sur cette nouvelle au vu du débit de parole de son interlocutrice qui doit répondre à ses questions incessantes.

Je vois, c’est une faculté intéressante !

Par la suite, Narumi confirme que c’est la particularité de la demande qui aura donné vie à leur première rencontre. Elle le qualifie d’entité “hors-norme” par sa simple existence. Couvert de fleurs par cette simple phrase, le jeune homme ricane. Il comprend la vision de Narumi qui peut s’ouvrir sans craindre un énième diagnostic professionnel alors qu’elle souhaite des relations plus informelles . Avec Akaza… On peut dire qu’elle n’a rien à craindre ! Le bonhomme n’est pas du genre à entretenir une relation formelle avec qui que ce soit, c’est une certitude. Pour une raison inconnue, la louve prise d’une légère gêne à la vision d’un interlocuteur totalement perdu dans des explications qui se veulent les plus précises possible, détache ses cheveux dans un geste se voulant nerveux. Comme à son habitude, le roux y voit une occasion de faire usage de son humour discutable, pour renforcer la gêne de sa supérieure.

Et bien, vous avez une belle crinière….” Dit-il en ricanant légèrement.

Narumi se lance alors dans de nouvelles explications sur le terme “ami” qui serait donc un mot polysémique. L’expérience ratée ne maîtrisant déjà que partiellement la portée des mots est certaine de ne pas comprendre de nouvelles explications de la part de son interlocutrice. Néanmoins, il fait preuve d’une grande concentration, soulignant donc le grand respect qu’il porte à la patiente du Maréchal Amstrong. Une fois les explications de celle-ci terminée, il répond instantanément avec toujours autant d’énergie

Pour en revenir à ce que tu me disais ; ne t’excuse pas. Je suis loin d’avoir assimilé tous les concepts de votre société, je suis encore en apprentissage si je puis dire haha."

La réaction de la louve aux gestes et autres exclamations du démon pâle attise d’ailleurs la curiosité de ce dernier. En effet, il est complexe de savoir si elle est contrariée ou au contraire ravi de ce genre de maladresse. Elle profite alors de ce moment de répit pour se sustenter de la boisson qui est sienne se léchant les babines pour récupérer les moindres traces de cet étrange breuvage qui dégage la même chaleur que les précédents et dont l’odeur monopolise les sens du tatoué.

Je t’accorde que ta logique est totalement incompréhensible pour moi, néanmoins si je respecte bien une chose dans ce bas-monde, ce sont les choix d’autrui… Du moins tant que cela ne parasite pas trop mes propres intérêts.” Dit-il avec une étonnante sincérité “Effectivement, c’est quelque chose de plus intéressant qu’une série de rendez-vous tous plus insupportables les uns que les autres. Cela te permet également de faire un tri plus global des profils, je me trompe ? Bien que ce ne soit pas une des priorité, je suppose, je n’accepterais personnellement pas le premier venu pour ce genre de chose. Mais encore faudrait-il que je comprenne tout ceci haha. Il est vrai qu’en procédant de la sorte l'échéance est bien loin pour l’instant.

En y réfléchissant, la louve s’assure de trouver quelqu’un remplissant les conditions qu’elle impose par cette drôle de proposition d’emploi. C’est sûr qu’avec ces capacités, l’état actuel de la planète et son tempérament, un homme ou une femme se pliant sans sourciller à une relation millimétrée comme Narumi semble avoir en tête, ne court pas les rues. Il ne faut cependant pas écarter cette possibilité, le monde regorge de bien des êtres surprenants comme a pu le constater l’Être parfait. C’est alors que la jeune femme se rapproche d’Akaza dans une posture se voulant plus intimiste. Le roux en fera de même afin de pouvoir entendre avec exactitude les paroles de la cheffe des armées terriennes. Celle-ci le remercie alors pour cette humble proposition, mais précise que ce n’est pas un emploi de tout repos. Le pâle le comprend rapidement quand elle énumère les points les plus importants à remplir pour un tel poste et surtout l’importance de sa réputation aux regards de son peuple. Akaza semble saisir la problématique hochant la tête à trois reprises.

Des choses dont je ne dispose pas pour l’instant, je vois….” Dit-il avec sincérité.

C’est un fait, il ne fait pas preuve de discipline, ni de bienséance. Il n’est pas à l’aise avec le décorum et ne sait pas vraiment ce qui entache une image ou non. Il est certes doué pour prendre la vie ou bien même la détruire, mais il n’a strictement aucune notion en ce qui concerne les points énumérés par la louve. Akaza ne sait pas “paraître” mais simplement “être”. C’est donc avec intérêt qu’il accumule de nouvelles connaissances -ayant déjà obtenu ce qu’il souhaitait- afin de combler le vide dans son corps froid.

Je n’ai pas vraiment les connaissances nécessaires pour différencier les sentiments humains, je sais simplement lesquels les rends les plus vulnérables en réalité. Je n’ai de sentiments pour personne ici-bas encore une fois, simplement des traces de respect ou de considération pour certains, dont toi.” Marquant une pause, son regard diverge pour observer les alentours “Les contacts ne sont pas vraiment ce dont je raffole également, pour ne pas dire que les répugne. Par contre, je dois admettre que cela ne me dérange pas. En clair, je n’aime vraiment pas ça, mais cela ne m’arrache pas un bras d’entrer en contact avec quelqu’un dans un objectif autre qu’un combat.

Bien qu’il soit totalement à côté de la plaque, les explications d’Akaza se veulent les plus sérieuses possible. Il fait part de son avis sur un sujet qui ne l’intéresse vraiment pas, ce qui est plutôt rare. C’est d’ailleurs de plus en plus surprenant qu’il s’ouvre à une femme aussi sérieuse et disciplinée que Narumi… Comme quoi, tout est possible.

Je persiste et je signe en disant que je trouve ça dommage pour toi, mais je respecte ton choix Narumi.” Un air sérieux, un faible sourire.

Se reculant en même temps que la louve, il semble presque satisfait d’entretenir une “discussion normale” dans l’esprit. Chose qui se confirme par son regard perdu et son sourire sincère qui illumine ce visage habituellement crispé. Tout ce qu’il exprime ici n’est que pure vérité et c’est pour lui une chose plus qu’essentiel s’il veut construire une relation amicale avec un autre être vivant. Actuellement dans ses songes, la sensation d’une chaleur étrange chatouille la main du démon roux. Au contact de sa peau, la guerrière pourra prendre conscience qu’Akaza n’est absolument pas un être cybernétique, du moins pas totalement. Sa peau est totalement organique. Le premier rapprochement que l’on peut faire entre un humain et A-8475 est la froideur cadavérique de sa peau. Relevant les yeux pour sortir d’un passé qui le débecte au plus haut point, le jeune homme fixe à nouveau la louve.

Pour tout te dire, je suis sûr d’une chose, je n’ai pas besoin de justification pour mettre sur la gueule et recevoir en échange. Ma proposition est simplement là pour t’arranger, chose que je n’ai jamais, au grand jamais, proposée à quelqu’un d’autre. Désormais, que j’ai ce que je désirais le plus par le passé, j’ai besoin d’en apprendre plus sur divers sujets pour prendre conscience du chemin que je souhaite prendre. Si je dois faire des efforts, je les ferai, pour autant, je ne pourrais jamais sacrifier mon libre-arbitre.

La problématique à toujours et restera toujours la même avec le tatoué. Il essaye de comprendre une valeur, un schéma de pensée qui n’est strictement pas le sien en réalité. Il ne fait rien d’autre que de véhiculer un souvenir le forçant à agir dans un but précis qu’il ne comprend sans doute pas lui-même.

Très honnêtement, ce ‘poste’ n’a strictement aucune valeur, si je venais à l’obtenir, ce serait simplement pour toi, te permettre de conserver un minimum ton libre-arbitre. C’est la seule chose qui a de la valeur à mes yeux donc je suppose qu’elle doit avoir également une valeur aux yeux des autres, je me trompe ? Dans tous les cas, je suis loin d’être un bon élève, mais je peux apprendre les conditions nécessaires à l’obtention de ce poste, si tu veux bien m’aider un minimum.

Loin d’être à la hauteur à l’instant présent, une légère détermination est palpable dans son regard d’or.
Narumi Karuzaki
Narumi Karuzaki
Demon
Féminin Age : 32
Date d'inscription : 18/07/2012
Nombre de messages : 324
Bon ou mauvais ? : Neutre
Zénies : 1240

Techniques
Techniques illimitées : Transposition | Griffes et crocs acérés | Pluie d'énergie
Techniques 3/combat : Rayon Lunaire | Armure naturelle
Techniques 1/combat : Forme Alpha

Le Chaperon roux et La Louve Empty
MessageSujet: Re: Le Chaperon roux et La Louve   Le Chaperon roux et La Louve ClockMar 8 Mar 2022 - 10:35
Le commentaire d’Akaza sur ses cheveux, au lieu d’augmenter son embarras palpable, l’avait fait reprendre un air un peu plus sérieux. Narumi savait apprécier un compliment, et son caractère un peu trop sérieux ne pouvait pas prendre cela comme une boutade. Aussi elle lui avait glissé un « merci » très solennel, consciente que sa chevelure est resplendissante.

Il confirme être toujours en « apprentissage » concernant les us et coutumes des humanoïdes d’une manière générale. La louve hocha de la tête : elle savait bien qu’il n’était pas encore adapté à tout ce cirque que l’on appelle « la société », les « bonnes manières » et toutes ces nuances.

Celle-ci acquiesce derechef lorsque Akaza reformule les intentions de la louve concernant cette « recherche active » d’un partenaire de vie.

« Pour être tout à fait honnête, cela m’ennuie plus qu’autre chose. Gérer une relation est très complexe, surtout avec un emploi du temps comme le mien. Je n’ai pas le temps d’être vraiment là pour quelqu’un, alors il faut que je trouve une personne indépendante qui ne fera pas battre de l’aile notre couple par mon absence répétée. »

Ce dernier comprend également qu’il ne dispose pour l’heure pas de l’ensemble des critères « drastiques » qu’impose Narumi à son futur compagnon. Celui-ci admet également ne pas être en mesure de distinguer clairement le panel d’émotions liés aux humanoïdes. De ça, Narumi ne peut lui en vouloir : elle-même n’arrive pas toujours à identifier clairement les sentiments d’autrui ! Cette dernière lui lance un sourire reconnaissant lorsque l’androïde la cite comme personne qu’il respecte.

« Le respect est ce qui m’importe le plus. Tu as également le mien. » La traditionaliste se replace d’un air plus confiant sur sa chaise et poursuit : « Je suis soulagée de connaître quelqu’un d’autre qui n’est pas friand des contacts physiques. Cependant, si tu souhaites toujours être un « candidat potentiel » pour être mon petit-ami, je dois te poser une question importante. » Celle-ci pose ses coudes sur la table et entremêle ses doigts les uns avec les autres devant son visage. « Comme ni toi ni moi ne sommes dupe, je sais que le peuple exigera une progéniture de mon union prochaine avec mon « amoureux ». Je souhaite donc savoir si tu es en capacité de procréer. »

Celle-ci en profite pour terminer sa dernière boisson et se détendre. Cette question n’est pas anodine mais ne semble nullement perturber la cheffe militaire. Parler de tout ceci ne la dérange pas, ça fait « partie du boulot ».

Par ailleurs, le contact avec sa main particulièrement froide ne semble pas avoir rebuté la louve – bien que cela l’ait surprise et ait amené à cette question toute naturelle :

« Ta peau est d’une froideur cadavérique. Je me demande comment ton corps se régule en matière de température, c’est très étrange. »

Celle-ci ne peut que se demander si c’est le cas pour « tout le reste » aussi. Est-ce qu’on a froid quand on l’enlace ? Est-ce que ses lèvres sont gelées et picotent les vôtres de cette fraîcheur particulière ? Narumi ne semble pas cacher ses interrogations, ses yeux pivotant du torse du jeune homme à sa bouche d’un air pensif.

Cette dernière hausse les épaules lorsque son interlocuteur souligne qu’il trouve cela dommage, malgré le fait qu’il respecte son choix. Cela la tire de sa torpeur interrogative.

« Tu es remercié pour ton ouverture d’esprit et la compréhension que tu as de mes décisions. Mon cœur, ma vie et ma personne ne peuvent appartenir à nul autre qu’à mon peuple, et il en sera ainsi jusqu’à la fin. » Affirme-t-elle avec une solide conviction lisible dans ses mirettes brillantes.

En parlant de plus en plus profondément avec Akaza, la bête se rend compte d’autant plus de quelque chose : c’est la deuxième personne bionique qui fait preuve d’une compréhension bien au-delà des standards. En ordre général, les gens sont bien plus prompts à juger qu’à vouloir comprendre. Même alors qu’il est en phase d’initiation à la vie et à ses mœurs, son intelligence est déjà plus éveillée que beaucoup d’êtres vivants.

« Tu as ma reconnaissance pour les efforts que tu es prêt à faire, surtout que tu n’y gagne effectivement rien de probant, concrètement. Si ce n’est une place dans la « haute sphère » terrienne, mais je vois bien que tu es indifférent à cela. » Celle-ci prend un autre chocolat noir et le croque avec un plaisir non dissimulé sur les traits de son visage. Pour une rare fois, Narumi est vraiment détendue. « Mais je sais que tu as un « petit jardin secret », des choses que tu veux garder pour toi. Or, l’un des autres points importants de ma future relation avec monsieur ou madame X, c’est la totale confiance. Et pour cela, je juge qu’il est nécessaire de connaître le passé et les besoins de mon partenaire. » La jeune femme croise les bras. « Je respecte ton besoin de confidentialité sur tes origines et je ne veux pas que tu te sentes coincé, dans l’obligation de me livrer tes secrets. Ce pourquoi je te laisse le temps d’y réfléchir sérieusement : es-tu prêt à marcher main dans la main avec moi, au point de m’impliquer dans tes affaires les plus personnelles ? »

La réponse à cette question est primordiale pour savoir si l’homme à moitié robotisé est un véritable candidat potentiel.

Quoi qu’il en soit, la louve pose ses deux mains à plat sur la table et se lève lentement.

« Je sais que mettre la main sur mon « libre arbitre » va provoquer des batailles entre mes prétendants, car en effet : « m’obtenir » moi, c’est s’assurer une place de choix sur Terre. » Celle-ci a bien conscience du « trophée » qu’elle représente, aussi sa perspicacité ne tient que de la pure logique. « Ce pourquoi ce sera un plaisir de mettre une raclée aux candidats qui se présenterons à moi pour des raisons fallacieuses. » Confirme-t-elle avec un petit sourire espiègle.

Celle-ci récupère sa veste qu’elle pose sur ses épaules sans l’enfiler réellement. D’un geste vif, Narumi attache à nouveau ses cheveux particulièrement longs. Celle-ci fait signe de la tête à son coéquipier bionique de la suivre.

« Si tu as soif de sang et de douleur, je suis ta femme ! » Dit-elle d’un air égayé. « Allons-nous entraîner ensemble dans la base militaire. Nos Hommes te découvriront en te voyant te battre contre moi, ça les habituera à ta présence. »

Celle-ci salut d’un geste agréable la détentrice du bar où ils séjournaient jusqu’alors avant de sortir. La louve les mène jusque dans la base militaire, sur l’un des terrains d’entraînement. Celle-ci pose ses effets personnels inutiles au combat de côté. Les militaires saluent le duo à leur passage avec honneur et fierté à la fois. Des œillades curieuses se dirigent vers le « couple » : Cela fait bien longtemps que personne n’a osé « défier » Narumi en combat amical, rien qu’à un contre un. Est-ce que cet homme flegmatique à l’allure bizarroïde allait vraiment se fritter contre la cheffe ?

« Akaza, je te laisse la primauté du premier mouvement. Ce n’est pas pour me la raconter, mais pour observer ta manière d’entrer dans le vif du sujet, si je puis dire. J’ai tendance à manquer de technicité dans mes mouvements une fois que je révèle ma véritable forme. Il est donc toujours de bon ton de prendre bonne note des savoir-faire d’autrui pour s’améliorer. »

Celle-ci prend une pose offensive liée à sa pratique intensive de la MMA. Narumi ne se met que rarement sur la défensive, son style repose clairement sur la riposte et les attaques bestiales et éclaires.
Akaza
Akaza
Autres Races
Masculin Age : 21
Date d'inscription : 10/12/2020
Nombre de messages : 48
Bon ou mauvais ? : Esprit Libre

Techniques
Techniques illimitées : Combustion Minime/Maîtrise de l'oxygène/Déplacement Instantané
Techniques 3/combat : Combustion précise/Hell Burst
Techniques 1/combat : Mode : SUPREMATIE

Le Chaperon roux et La Louve Empty
MessageSujet: Re: Le Chaperon roux et La Louve   Le Chaperon roux et La Louve ClockJeu 24 Mar 2022 - 22:35
Depuis le début de cette petite entrevue entre ces deux puissances, vraisemblablement, sur le point de s'allier, le monstre pâle n’a montré qu’une facette nouvelle et plus détendue que d'habitude. Cela ne risque pas de changer pour l’instant, pour autant les sujets abordés par Narumi sont de plus en plus complexes. En effet, elle s’aventure sur un terrain dangereux en évoquant le passé avec une arme instable comme Akaza. Pourtant, elle ne montre ni peur, ni crainte concernant le comportement de son subordonné explosif. C’est cette attitude qui le met en confiance et lui permet d’être plus détendu en sa présence. Cette grande confiance en soi dont elle dispose montre des années et des années d’expérience à côtoyer divers clowns comme le pâle qui ne sont en fait que les embryons de leur personne.

Je saisis tout à fait la problématique Narumi, c’est dans une voie bien complexe que tu t'engages en faisant ce choix, je le redis. Je comprends d’autant plus tes exigences afin de t’assurer le moins de soucis possibles.

La louve enchaîne par des mots qui ont une sonorité plaisante pour le roux, en confirmant que le respect est quelque chose qu’elle tient en haute estime. C’est également le cas pour Akaza. Les contacts physiques sont ensuite abordés et c’est sans surprise que Narumi n’apprécie guère ce genre de chose. Akaza . Le terme “cependant” marque une certaine interrogation sur le visage du pâle. La question qui constitue une condition sine qua non à sa place en tant que “candidat” pour ce poste extravagant n’est pas vraiment une surprise. Le pyromane répondra du tac au tac avec transparence et honnêteté

Mes connaissances sur mon anatomie sont assez limitées. Néanmoins, je suppose que je dispose de cette capacité. En réalité, je me repose uniquement sur les attributs nécessaires à cette tâche…. Dont je dispose.

Bien que son manque de connaissances sur ce sujet soit plus que visible, il ne semble pas comprendre l’importance d’une telle chose au sein d’une relation, même fictive. Pour lui, la procréation n’est qu’un simple moyen d’étendre sa durée de vie par un autre corps plus faible, fébrile. La remarque sur sa température corporelle surprend le démon qui ne se rend pas réellement compte de cette particularité physique.

Ah ? Ma température corporelle doit être naturellement basse pour que mon corps puisse supporter la chaleur générée par mes facultés.

Inconsciemment, pas mal d’informations sur cet étrange personnage sont révélées par cette simple phrase. Mais elle sert surtout à apporter des réponses aux interrogations de la cheffe des armées terriennes. Plus la discussion avance, plus Akaza prend conscience de l’importance qu’accorde la combattante à son peuple. Sa ferveur est impressionnante du point de vue de l’anthropophage qui n’a que rarement vu un tel investissement pour une population qui n’est en réalité pas totalement la sienne si ? Les interrogations sur son histoire et son passé sont nombreuses et alimentent encore plus son intérêt pour la guerrière. Il en a déjà beaucoup appris aujourd’hui et le jour de leur première rencontre, pour autant de nombreuses zones d’ombre subsistent et, en réalité, c’est bien normal. D’autant plus que le roux lui aussi cache de nombreuses choses si ce n’est tout à son homologue.

“En effet, la place dans la haute sphère ne m’intéresse pas grandement… Si ce n’est pour mieux te connaître toi, Williams et tous les autres.” Rétorque Akaza

De plus, vous disposez d’outils plus pointus que mon odorat, je pourrais donc en faire usage pour retrouver…. Un….

Le tatoué s'interrompt, plaçant sa main sur son oreille et plongeant son regard dans le vide. La sensation d’une lame froide lui déchirant l’oreille sous cette pluie battante représente la gêne l’empêchant de se prononcer sur l’individu qu’il allait mentionner. Cette interruption permet à la louve de s'exprimer sur sa volonté de ne disposer d’aucun secret avec son prochain ou sa prochaine partenaire. C’est un sujet délicat encore une fois, et la demande solennelle de la louve met dans un embarras certain Akaza.

Narumi, il me semble qu’on a déjà abordé ce sujet plus d’une fois et que je t’ai fait part de ma position concernant ces histoires. Mon histoire n’a réellement aucune valeur et je souhaite qu’elle reste là où elle est. C’est mieux pour moi, toi et ton peuple. Je vais réfléchir à la question, mais le résultat ne changera sûrement pas. Ce n’est pas contre toi, mais même avec tous les efforts du monde ce sujet reste clos de mon côté.

L’individu à l’existence futile s’exprime avec sérieux et fermeté sur ce sujet laissant la louve passée au suivant qui calmera le monstre avec une certaine facilité. Ce léger décalage sur un sujet qui a une place importante pour Akaza est l’un des secrets qui permet à Akaza de maintenir une discussion calme avec la cheffe des armées terriennes. Soudainement, Narumi démontre une certaine détermination à échanger quelques coups avec son interlocuteur qui est effectivement un amateur de sang et de souffrance, chose dont il ne se cache absolument pas.

Un entraînement ? Je suis preneur. Je me demande bien quel style tu adoptes en combat. Depuis que je découvre ce monde, pas un seul style ne se ressemble haha.

C’est avec la même énergie que le rat de laboratoire se lève pour suivre la jeune femme pleine d’assurance qui le trimballe à droite et à gauche ! Cela ne lui déplaît pas, au contraire, c’est plutôt son style. Il se lève donc à son tour, entreprend une marche vers la sortie de cette bâtisse en saluant d’un geste nonchalant de la main la serveuse aux traits particuliers qui s’est chargée de leur table. La route jusqu’au terrain d’entraînement fut courte, décidément cette planète ou tout du moins la civilisation terrienne est organisée de façon très méthodique, facilitant le plus possible les trajets. Une fois sur place, Akaza laisse son sourire reprendre le dessus. Son excitation est presque palpable, il ne peut tenir sur place, étirant son corps tout en se déplaçant pour rejoindre une place un peu plus éloignée par rapport à la combattante ancestrale.

Je comprends, je te rassure, j’ai déjà affronté un loup-garou par le passé comme tu le sais. Vous êtes plutôt effroyable une fois transformé, je dois bien le reconnaître haha.

Le pyromane se met soudainement à sautiller sur place secouant ses bras ballants et bougeant sa tête à droite et à gauche. Ce combat d’entraînement semble plus qu’instructif pour les deux partis, c’est donc avec plaisir qu’il va donner son maximum. Et il faut dire qu’il attend ce moment depuis un certain temps bien qu’il n’ose pas le reconnaître. Pour finir sur une note moins positive, depuis la discussion dans ce bar plus tranquille, quelque chose alimente la puissance du pâle de part la menace qu’il représente pour le seul et unique bien du roux.

C’est sympa de me laisser le pre-

Un Flash.

Le combat avait déjà commencé pour Akaza qui en prononçant ses quelques mots avait déjà parfaitement ancré son pied dans le sol comme appui solide avant de rejoindre le plus vite possible son opposante au contact. La posture de Narumi sera décortiquée par les yeux du tatoué en une poignée de seconde, son excitation améliorant grandement ses capacités. Sur sa route, il laisse une traînée de salive qu’il s'écoule le long de ses lèvres chutant sur le sol. La posture du monstre enfantin est bien plus sérieuse que lors de ses précédents affrontements. Une garde resserrée, ses poings proches de son menton, le sourire du bourreau de l’apocalyptique cavalier n’est plus. Il ne joue plus et bien que sa soif de combat réduise sa précision et sa technicité il souhaite plus que tout offrir un combat digne de ce nom à sa supérieure. Son bras gauche prenant un léger recul, il annonce clairement un direct. Fouettant l’air avec une souplesse serpentine, cette offensive sera lancée sans la moindre seconde d’inattention . Narumi ou non, Akaza vise le visage de son adversaire et plus précisément le bout du menton de cette dernière. Peut-être que son attaque portera, peut-être qu’il s’y brisera le poing ou subira une contre-attaque éclair dans tous les cas il compte bien enchaîné directement avec la même violence et la même souplesse que sa première attaque dans un coup pied partant du flanc droit de l’alpha. Sa cible reste et restera le visage de la combattante. Le pyromane est persuadé que Narumi ne contre-attaquera pas, et qu’elle encaissera ces attaques avant de montrer son propre panel d’offensives toutes aussi agressives. Elle est une bête, comme l’Être parfait, il sait que cette situation, cet affrontement sera terriblement violent et ne jouera pas sur les subtilités. Si au contraire, rien ne se passe comme A-8475 le présent et bien il s'adapte. Mais son instinct ne le trompe que rarement.

Une bête est douée pour en reconnaître une autre.

"Montre moi Narumi ! Montre moi la bestialité à son paroxysme !

Il est évident qu’il perd pied.
Narumi Karuzaki
Narumi Karuzaki
Demon
Féminin Age : 32
Date d'inscription : 18/07/2012
Nombre de messages : 324
Bon ou mauvais ? : Neutre
Zénies : 1240

Techniques
Techniques illimitées : Transposition | Griffes et crocs acérés | Pluie d'énergie
Techniques 3/combat : Rayon Lunaire | Armure naturelle
Techniques 1/combat : Forme Alpha

Le Chaperon roux et La Louve Empty
MessageSujet: Re: Le Chaperon roux et La Louve   Le Chaperon roux et La Louve ClockVen 1 Avr 2022 - 11:33
Leurs échanges leur permettaient de consolider la relation d’amitié naissante entre eux. Personne ne peut prétendre arriver rien qu’à appréhender la psyché singulière du demi-androïde, mais nouer des liens agréables avec lui est déjà un pas considérable.

La militaire se contente de sa réponse quant au fait qu’il soit probablement en mesure de procréer. Ce n’est de toute façon qu’une question à ce stade, étant donné que son projet de trouver un partenaire fiable n’est encore que dans l’œuf. Être doté d’un appareil génital primaire ne lui garantit pas d’être fécond, mais après tout, les conceptions par PMA sont de plus en plus développées et répandues. Il n’y a donc pas besoin forcément de passer par un biais « frustre ».

Il ignorait lui-même la glaciale sensation, à vous en faire dresser le follicule pileux, de son corps entier. Son explication quant à ce fait se tient.

Comme la louve l’avait compris, il ne s’intéresse nullement au fait d’appartenir à la « haute sphère » de la société terrienne. Toutefois, le fait qu’il cherche à mieux connaître quelques éléments – dont elle-même – appartenant à cette même « caste » lui plaît. Il n’en a peut-être pas l’air de prime abord, tout comme elle à une époque très éloignée, mais il a du potentiel pour être un bon gars. « Anti-héros » sans nul doute, mais ça n’est pas antithétique avec le fait de devenir une personne bienveillante.

La technologie terrienne pourrait avoir un intérêt également pour le cyborg – mais il ne termine pas le bout de sa pensée. Il semble ailleurs, l’espace d’un instant. Aussi, la cheffe de l’armée décide de poursuivre sur un autre sujet pour ne pas le troubler davantage. Il ne vaut mieux pas le forcer à dire ce qu’il n’est pas en condition d’exprimer.

La combattante l’examina sans l’ombre d’un jugement alors qu’Akaza confirma une énième fois le fait que son histoire devait rester au chaud dans un coin de sa tête. Il ne désirait pas la partager. C’était un sujet délicat et la louve était en mesure de comprendre. Il avait fallu du temps pour son peuple et elle-même pour réussir à parler des sévices vécus durant leur passé d’esclaves.

« Ne te fais pas de nœuds au cerveau avec ça. Je peux certainement apprendre à te faire confiance sans avoir besoin de connaître tout de toi. » Conclut-elle simplement en lui adressant un regard compatissant.

Cette idée lui semblait complexe, mais pas inatteignable. Narumi pensait que se livrer entièrement à quelqu’un était là le plus grand symbole de respect et de confiance. Pourtant, bien des individus déballaient les choses les plus intimes de leur vie à quiconque voudrait bien les entendre.

Les deux amis en devenir s’étaient donc mis d’accord pour s’entraîner conjointement.

« Mon « style » dépend de la forme que j’adopte, mais je pense que tu l’as deviné. Ma pratique de la MMA est plus facile à mettre en œuvre sous forme humaine. Une fois que je révèle mon apparence primaire, ce sont mes instincts qui me guident. »

Ce fait était assez abstrait à expliciter. Narumi gardait un contrôle total et précis de ses actions sous forme humaine. Mais en revêtant son « corps originel », sa perception de ce qui l’entoure est différente. Tout diverge. Mue par son instinct naturel, il n’y a plus vraiment de logique dans ses enchaînements. Il n’y a que l’expression de la férocité de la Bête.

Une fois sur le terrain, ce dernier souligne qu’il a déjà bataillé avec un loup-garou – et il les désigne comme étant « effroyable ». Cela semble être pris comme un compliment par la sportive, qui lui adresse un sourire vorace en guise de réponse – qui veut dire « tiens-toi bien, tu n’as pas tout vu ! »

Chacun s’échauffe. La louve et sa posture offensive lui laisse la primauté du premier coup. Ce dernier commence verbalement à l’en remercier quand soudain-

C’est comme s’il y avait eu une « distorsion » dans sa personnalité. Comme si l’hémisphère droit et gauche de son cerveau ne s’étaient, en réalité, pas mis d’accord. Parce que le rouquin lui fonça soudainement dessus, son poing se préparant à lui décoller la mâchoire.

La dame attendait qu’il arrive au point d’impact qu’il visait avec un faux calme qui la caractérisait bien.

Lorsque le poing fut brandi comme l’arme fatale qu’il pouvait être, en direction de sa poire, la louve enferma ce poing lancé dans sa propre main. Ses doigts aux ongles semi-long s’enfoncèrent dans la chair du poing, de part et d’autres de ses phalanges. D’une rotation maîtrisée, celle-ci tenta de lui briser le bras en le forçant à faire une rotation inhumaine sur lui-même, capable de faire ressortir son os de l’avant-bras si l’action portait ses fruits.

C’était sans compter sur le corps leste d’Akaza, dont la jambe vint fouetter l’épaule de la cheffe plutôt que son visage. Celle-ci émit un grognement. Fort heureusement, à priori c’était son sternum qui avait encaissé l’attaque – bien plus solide que l’articulation sterno-claviculaire, qui se serait certainement brisé sous le coup.

Celle-ci lâcha le poing de son opposant pour attraper à deux mains la jambe qui avait osé faire trembler son squelette interne. Cette dernière tenta de forcer le membre d’Akaza à chuter vers le bas, alors que la rotule du genou solide de la louve se levait - afin de rentrer en collision avec l’arrière de la jambe du demi-humanoïde. Son but était de briser son péroné en visant un point stratégique entre celui-ci et son tibia, histoire de le faire sauter douloureusement.

L’air dégénéré et excité de son adversaire alors qu’il lui demandait de libérer la Bête ne la laissa pas indifférente. Au lieu de l’horrifier, cela donnait envie de hurler à la mort au loup qui sommeillait en son sein. C’était agréable d’affronter quelqu’un qui n’allait pas mourir sous la cruauté des coups qu’elle portait – parce que Narumi ne jouait clairement pas le même jeu qu’avec ses soldats en cet instant. Avec un androïde de la qualité d’Akaza à ses côtés, elle pensait pouvoir se permettre tout. De ce fait, elle n’hésitait pas d’entrée à essayer de briser les jointures de son opposant.

« Faisons d’abord monter le plaisir ! » S’écria-t-elle en l’enlaçant par la taille sans l’ombre d’un doute – après avoir préalablement lâché sa jambe bien entendu.

Le moins que l’on puisse dire, c’est que Narumi est une femme bien plus costaude que la moyenne. Avec ses quatre-vingt-huit kilos de muscles, elle est considérée comme un poids lourd de la gente féminine.

C’est pour cela qu’elle réussit à soulever son partenaire avec une facilité déconcertante, le basculant vers l’arrière pour lui faire subir un suplex qui pourrait bien lui fendre le crâne ! – Mais il ne fallait pas sous-estimer les pouvoirs inhérents à une créature de sa trempe. Narumi n’attendait qu’une chose : qu’il lui en mette plein les yeux ! Un adversaire digne de sa force, voilà qui raviverait sa flamme guerrière !
Akaza
Akaza
Autres Races
Masculin Age : 21
Date d'inscription : 10/12/2020
Nombre de messages : 48
Bon ou mauvais ? : Esprit Libre

Techniques
Techniques illimitées : Combustion Minime/Maîtrise de l'oxygène/Déplacement Instantané
Techniques 3/combat : Combustion précise/Hell Burst
Techniques 1/combat : Mode : SUPREMATIE

Le Chaperon roux et La Louve Empty
MessageSujet: Re: Le Chaperon roux et La Louve   Le Chaperon roux et La Louve ClockDim 17 Avr 2022 - 17:58
Dans un enchaînement de bruits horrifiques, le corps de la créature au teint pâle est déconstruit, remodelé pour correspondre à une définition bien moins impressionnante de “monstre sanguinaire.” En réalité, l’euphorie que lui apporte cette situation corrompt à bien des égards son jugement. Akaza sait pertinemment que la guerrière aux capacités bestiales n’est pas née de la dernière pluie, son don pour le combat doit être inné, tout comme le dossier. Seulement, même s’ils coexistent sur un même pied d’égalité en ce qui concerne les facultés héréditaires, c’est bien loin d’être le cas sur l’acquis. Narumi accumule de l’expérience depuis bien plus longtemps que ce jeune garçon aussi agressif soit-il depuis toutes ces années. La marque des ongles de la louve dans la peau du cobaye laisse son sang couler grossièrement sur le sol, mais c’est anecdotique pour le roux qui admire ses bras dans un état lamentable.

C’est assez impressionnant de constater que la “chute” ne fut pas mortelle pour le tatoué. Ses avants-bras en miettes ont servi à amortir cette effroyable combinaison. La douleur n’est que passagère pour sa jambe écartelée comme un bout de carton au vu du choc reçu sur sa tête. Ses oreilles sont victimes d'acouphènes et sa vision se floute tandis qu’il relève tant bien que mal la tête après cette acrobatie plutôt douloureuse. Ses iris ambrés fixent la créature à l’origine de ses souffrances avec envie. Cette envie est celle d’un enfant à qui on offre un nouveau jouet.

Pris de spasmes, le corps du roux réagit alors aux dommages occasionnés par la louve et se recompose, remplace les parties manquantes histoire qu’il puisse tenir debout. Mais avant que ce processus plutôt complexe arrive à son terme, le monstre tente déjà de se relever et chute, immédiatement, n'ayant plus un centre de gravité stable. Son sourire grandit, il rit presque nerveusement jusqu’à s’en déchirer les joues si seulement il pouvait.

C’est ça ! Ouais ! Grave ! Trop fort !

Son excitation se matérialise par la paume de ses mains laissant une fumée noire s’échappé, faisant évidemment écho aux facultés que l’Alpha souhaite observer. Une fois sa jambe partiellement en état, laissant sang, sueur et salive à l’emplacement de sa chute, Akaza reprend l’affrontement avec des bras dans un état discutable s'efforçant de s’élancer vers la combattante au style brutal. Sa démarche est inconstante, tout comme son énergie qui semble fluctue de manière aléatoire. La distance entre Narumi et le roux est plutôt courte pourtant, le changement d’attitude, de comportement de la créature se repère puisque en armant un crochet du droit tout ce qui a de plus classique, son corps se penche légèrement laissant entrevoir un changement de posture qui va induire le choix d’un coup plus approprié consistant en la rencontre du poing et du menton de l’Alpha. Seul détail perturbant, c’est la main grande ouverte du tatoué et cette odeur étrange qui risque de parcourir les narines de la cheffe des armées terriennes.

Un son strident



Puis le silence complet



La main du jeune garçon venait de détoner, amenant avec elle brûlures et fumée.

Cette manœuvre a pour but en plus de surprendre ou non la combattante à la queue de cheval, de laisser une ouverture dans cette muraille d’acier qu’elle représente. Le sourire d’Akaza n’est plus, une concentration infaillible fait presque disparaître les émotions de son visage qui transpirait d’excitation il y a de cela quelques secondes. Le poing et les dents serrées, c’est le flanc gauche de la guerrière qui va être la victime d’un nouvel assaut débordant d’une effroyable agressivité. Il est très clair dans la volonté du rat de laboratoire non pas de toucher, mais bien de transpercé de part en part son opposante avec la violence et le choc d’un tel coup. Seulement par ce processus et si le coup atteint son objectif un nouveau bruit de craquement retentit du côté du roux annonçant qu’il frappe assez fort pour s’en blesser lui-même.

De ce fait, on peut comprendre que ce jeune garçon n’a même plus conscience des limites physiques de son corps lorsqu’il est atteint de cette transe qui l’anime lors d’un combat aussi serré que celui-ci. Il semble parfaitement conscient que son combat contre le cavalier de l’apocalypse est un coup de chance et que son affrontement en cours demandera plus de finesse que ses précédentes confrontations contre ||||| et Vladimir. En comparaison avec ceux-ci, il est important de noter que malgré son clair désaccord physique et mental s'est estompé le temps d’un seul coup qui concentre toute l’animosité tapie au fond de cette créature anthropomorphe.

Si je tape assez fort est-ce que je peux voir l’autre ?

Prononçant ses mots en sachant qu’ils se perdront très certainement dans les oreilles de l’Alpha, son coup précédent se ponctue d’une manière tout aussi “explosive” que le début de son assaut. Dans l’optique d’une esquive de la part de Narumi, le constat ne sera pas très douloureux, mais si celle-ci se prend cette attaque de plein fouet ou qu’un contre barre la route du monstre, les dégâts seront au rendez-vous. C’est assez ironique de voir que la cheffe peut sentir une main d’une température bien plus acceptable du côté du tatoué.

Dans tous les cas, ce bref échange conduit à un gain d’espace entre les deux combattants repoussé par les assauts du pyromane qui ne se prive pas pour faire usage de ses capacités avec… Retenue ? C’est assez étrange venant de quelqu’un ne disposant pas de ce terme dans son vocabulaire. “LÊtre Parfait” espère secrètement ne pas avoir abîmé son environnement histoire de ne pas avoir trop d’ennuis une fois cet entraînement clos. Une fois l’échange terminé, c’est le sol qui attend à nouveau Akaza, sa régénération n’ayant clairement pas suivi la cadence et peinant à tenir les quelques fibres musculaires qui font en sorte que la carcasse du monstre ne s’écroule pas en mille morceaux. Il se doit alors de tenir sur une seule jambe tandis que son corps fait le travail observant du coin de l'œil ce qu’il est advenu de la reine louve suite à ses offensives répondant à sa brutalité.

Le dossier reprend son souffle et grince des dents en ressentant sa faculté le grignoter de l’intérieur et ses mains prendre une couleur noire comme brûlé. En supposant que son adversaire ne rétorque pas de suite, le jeune homme décide de baisser légèrement sa garde pour se concentrer sur la récupération de ses facultés motrices. Sa vue et son ouïe sont aussi affectées par ses facultés qui produisent une véritable cacophonie à l’utilisation, bien malheureusement.

Frappant le sol de ses poings endommagés, le sourire grandissant du gamin au comportement explosif exprime son amusement de la situation en constatant l’état de Narumi et ce, quel qu’il soit.

Allez Narumi ! Encore !

C’est assez irritant d’entendre cet homme vous appeler à le rejoindre dans un tel affrontement. Tout chez lui ne découle que de cette forme de sadisme qui l’habite en combat. La souffrance des autres semble être une forme d’expression pour lui, bien sûr uniquement dans ce genre de situation.
Narumi Karuzaki
Narumi Karuzaki
Demon
Féminin Age : 32
Date d'inscription : 18/07/2012
Nombre de messages : 324
Bon ou mauvais ? : Neutre
Zénies : 1240

Techniques
Techniques illimitées : Transposition | Griffes et crocs acérés | Pluie d'énergie
Techniques 3/combat : Rayon Lunaire | Armure naturelle
Techniques 1/combat : Forme Alpha

Le Chaperon roux et La Louve Empty
MessageSujet: Re: Le Chaperon roux et La Louve   Le Chaperon roux et La Louve ClockLun 25 Avr 2022 - 11:54
Observer de ses propres yeux la recomposition d’un être mi organique mi mécanique est toujours à la fois horrifiant et envoûtant. L’incrédulité de Narumi visible sur son visage se transforma successivement en une expression d’aversion, de curiosité puis d’une fascination morbide inévitable. Son envie de comprendre l’agencement d’un tel processus unique chatouillait ses neurones, mais il fallait se rendre à l’évidence : c’était pure magie à ses yeux.

« Tu… Akaza ? » S’inquiète celle-ci, soucieuse de savoir s’ils continuent dans cette voie ou s’il a besoin d’un temps mort pour se remettre.

Son état est catastrophique visuellement parlant, mais c’est un surhomme. Il se tortille et se démène pour se relever malgré ses rechutes. Une fumée noirâtre part depuis les paumes de ses mains. L’odeur qui s’en dégage suppose qu’il s’agit d’un composant utilisé pour les explosifs. Nul doute qu’il puisse avoir accès à ce genre d’outil avec la manière dont est agencé son corps. Balaïka, qui est un être entièrement mécanique, dispose d’étonnants outils pour mettre à mal ses adversaires : dont des lance-flammes, par exemple.

Captivée par la démarche cadavérique de son adversaire, Narumi s’attends à ce qu’il la mitraille avec des bombes, à bonne distance. Il n’a pas l’air d’être en état pour perpétuer un échange rapproché.

Pourtant il s’élance pour se rapprocher un maximum de son opposante. Celle-ci hausse les sourcils et se prépare à lui décocher un coup de genou dans le coude afin de briser son uppercut de plein fouet – mais il ne s’agit pas d’un directe ! Une déflagration lui saute soudainement au visage, l’obligeant à reculer comme un animal acculé alors que son visage a roussit et que le haut de son buste commence à prendre une teinte rubiconde. Des cloques immondes se forment sur sa poitrine et sur ses clavicules, la faisant grincer des dents dans un rictus douloureux.

« Rrrrrrrgnnnnnnr ! »

Son instinct lui signale - semblable au « radar d’alerte » de Spiderman – qu’un danger considérable se dirige vers son flanc du côté gauche. Son corps se détend au lieu de se contracter afin d’alléger les dégâts – un processus qu’il faut apprendre à déclencher, car instinctivement nous avons tendance à bander nos muscles. Celle-ci se cambre de sorte à intercepter entre ses deux mains d’une manière ferme et directe le membre d’Akaza qui la menace - qu’elle distingue grâce à ses sens sur-développés.

Ses doigts appuient et s’enfoncent sur le rond pronateur de l’avant-bras de l’androïde. Cet acte sert précisément à bloquer le membre de l’adversaire de la sorte : une crampe fulgurante vous paralyse le membre visé. Difficile de dire si cette réaction défensive a fonctionné… parce que deux des côtes de Narumi viennent de sauter. L’une d’elle ressort de son bassin meurtri, tandis que l’autre s’est brisée avec fracas et décore maintenant le parterre sur lequel ils se déchirent mutuellement. Une salve sanguinolente déboule de sa blessure. Ploc, ploc, ploc. Une marre de petite taille se forme au sol.

« Grrrrrrrrrrrrgnnnnn…. » Un souffle rauque et guttural s’échappe de sa gorge avec souffrance.

Ses yeux ambrés le fixent calmement, ce qui contraste totalement avec la pression constante et pénible qu’elle exerce toujours avec ses doigts sur son avant-bras ainsi que la douleur qui secoue son corps.

La fumée. Elle se densifie.




Le faux moment de quiétude se termine au même moment où la sauvageonne s’élance tête la première – ce qui relève d’un comportement totalement suicidaire à priori – à la rencontre de la main immobilisée dans sa direction. Sa bouche s’ouvre. Ses dents sont anormalement pointues et longues pour un humain. Les canines viennent se refermer autour du poignet avec ferveur. La mâchoire se bloque sur sa victime. La louve tente d’arracher ce membre à déflagration qui lui déplaît fortement d’un geste vif et ferme. Il est donc possible que la main d’Akaza se soit faite interceptée par cet acte d’une grande bestialité, l’empêchant de mener à bien sa prochaine explosion. Cependant, ce geste aussi véloce et cruel fut-il ne peut qu’empêcher partiellement le danger. De ce fait, une partie de la cavité buccale de la bête fut consumée pendant la manœuvre – la faisant expectorer aussi bien la main déracinée que son propre sang parsemé d’éclats noirâtres – des restes de ses chairs calcinées.

Alors qu’un nouvel écart se crée entre les deux monstres, Narumi ne peut que continuer à graillonner. Son souffle est enroué, « ça » siffle. Elle se racle profondément la gorge dans un geste révulsant mais obligatoire afin de dénicher ce qui obstrue encore sa trachée. L’instant d’après, elle expulse péniblement un cruor mêlé à sa carne brûlée qui s’écrase par terre. Cette dernière s’essuie les lèvres d’un revers de la main rageur et commence à reprendre une respiration convenable.

Sa demande de tantôt n’était pas passée inaperçue. Narumi profitait de ce moment de répit pour se remettre d’aplomb et lui répondre.

« Es-tu suffisamment fier de tes prouesses actuelles pour mériter d’affronter ma forme bestiale ? »

Son ton n’avait rien de condescendant. C’était une réelle interrogation à son encontre. Cette dernière épongea autant que possible le sang qui s’écoulait encore de ses lèvres avec son avant-bras Le goût de carbonisation dans sa bouche ne passait pas. C’était d’autant plus désagréable quand on est aussi sensible qu’elle aux sens. Une grimace répugnée tire ses traits faciaux quelques instants en constatant que cela ne passe pas.

D’ailleurs, le corps à l’apparence « sans queue ni tête » du droïde l’intrigue derechef. Le fait que ce soit possible pour lui de continuer à se battre dans cet état est bouleversant. Il allait remplacer la main certainement perdue par une autre pièce similaire, comme si c'était une situation banale. Et pour un être tel que lui, ça l'était sans nul doute.

Celle-ci fait rouler sa tête sur ses épaules pour dénouer les tensions dans les muscles aux alentours de cette zone. Elle est en jambe pour continuer cet échange pour le moins… énergétique. Au bout de ses doigts, ses ongles commencent à tomber, puis s’éclipsent pour laisser place à des griffes allongées et solides. Dans sa bouche demeure les crocs acérés aperçus tout à l’heure. Pendant ce temps, il lui clame son impatience, son envie d’aller plus loin dans la bataille. Les secousses provoquées par ses poings martelant le sol fait fuir les insectes qui avaient osé rester à proximité du combat.

Bam ! Bam ! Bam !




Est-ce le son des battements de son cœur ou des phalanges qui brisent le béton ?




Bam ! Bam ! Bam !








Ses jambes sont fléchies. Elle part en trombe. La pointe qu’elle atteint en terme de célérité dépasse ses propres attentes. Une fois à proximité de l’androïde, ses bras s’élancent vers lui en arc-boutant dans un geste bas. Les griffes veulent se planter dans la chair sous la mâchoire, pour agripper la mandibule de son adversaire rudement et le soulever par-là. Ce qui est réalisable sans encombre dans les faits – mais encore faut-il savoir si le rouquin est bel et bien empalé ou s’il s’est extirpé.

En tout cas, si Narumi parvient à le « monter en l’air » de la sorte devant elle, son corps entier s’illuminera de manière croissante avant de libérer une multitude de sphères de KI bouillonnantes qui veulent venir percuter et faire fondre son compagnon de réjouissances – il n’est donc pas le seul à pouvoir mettre le feu aux poudres, bien que leurs procédés divergents !

Celle-ci le libérera par la suite brusquement du joug de ses serres atroces – laissant probablement son corps retomber lourdement vers le sol – et tentant de cueillir de plein fouet le visage d’Akaza avec son genou gauche lancé vers lui (De quoi lui casser le nez et l’envoyer valser un peu plus loin s’il n’est pas en mesure de dévier l’attaque !).
Akaza
Akaza
Autres Races
Masculin Age : 21
Date d'inscription : 10/12/2020
Nombre de messages : 48
Bon ou mauvais ? : Esprit Libre

Techniques
Techniques illimitées : Combustion Minime/Maîtrise de l'oxygène/Déplacement Instantané
Techniques 3/combat : Combustion précise/Hell Burst
Techniques 1/combat : Mode : SUPREMATIE

Le Chaperon roux et La Louve Empty
MessageSujet: Re: Le Chaperon roux et La Louve   Le Chaperon roux et La Louve ClockJeu 12 Mai 2022 - 17:53
...

L’absence de sa main, arrachée par les crocs enragés d’un adversaire, ne fait ni chaud ni froid au garçon qui, avec un visage neutre, observe sa plaie avant de déchirer ses lèvres dans un sourire carnassier. Son sang bout et son regard exulte sa joie qui ne connaît pas de fin dans ce simple affrontement. Simple ? Les enjeux sont loin de condamner ce monde ou même cet univers, mais ils impactent forcément plusieurs êtres ne souhaitant peut-être pas avoir la créature sur les talons dans ce régime se voulant de plus en plus changeant. Le court écart permettant aux combattants de souffler après ces échanges se voulant de plus en plus violent et énergétique, sert également d’ouverture à une question plus qu’intrigante -du point de vue d’Akaza- concernant un principe de fierté. Ricanant ouvertement au visage de la louve, le démon pâle ne cesse de sourire.

Fier ? De quoi est-ce que tu me parles ? L’extase se trouve dans les tripes et le sang Narumi, ne t’encombre pas de principes aussi handicapants. Aujourd’hui, notre affrontement n’est que le reflet de la gangrène qui nous ronge ; la bestialité intrinsèque à notre existence.

Malgré un niveau d’excitation dépassant toutes ses attentes, Akaza semble être plus ou moins proche de ce que l’on nomme “la lucidité”. Bien que cela soit encore totalement incomplet, imparfait, il est clair que ce combat est l’un des rares ou “L’Être Parfait” peut pleinement exprimer son potentiel à travers de sa cruauté iconique. L’obscure clarté de ses objectifs n’aide pas dans la compréhension profonde de ses convictions, mais, comme il le dit si bien : Il ne s'encombre pas de principes handicapants.

Comme le pense la louve, la banalité de la perte d’un membre ne perturbe en aucun cas la créature. Mais le plus étonnant est que cette incision grotesque permet d’observer plus en précision le phénomène de régénération de ce dernier. Des dizaines de petits fils, des sortes de fibres, s’échappent de la plaie béante pour reconstruire procéduralement la partie manquante de cette poupée de chair et de sang. Mais Akaza n’est pas le seul spécimen étrange ici présent. Si vous doutiez de la nature paracausal des lycanthropes, la cheffe des armées terriennes vous confirme qu’ils n’ont pas de réelles différences avec d’autres êtres exceptionnels tels que les démons auxquels ils sont associés. La transformation physique dont est victime l’Alpha est un étonnant spectacle qui contribue au maintien du sourire et de l’intérêt du sociopathe qui se délecte ouvertement du fait que l’affrontement ne soit pas encore à son paroxysme.

L’état actuel du combattant roux ne lui permet pas d’espérer pouvoir continuer un échange avec la même intensité, néanmoins cela semble bien être son objectif alors qu’il martèle le sol de son seul et unique poing, son cœur semble se suspendre l’espace d’un instant tandis qu’il se focalise sur la venue de son interlocutrice. Ses yeux, perçants et vifs, fixent Narumi comme une proie et non comme le chasseur dont elle est la personnification même. Les battements de l’organe rougeoyant reprennent, tandis que les jambes fléchies l’amie du Caporal s’élance en sa direction dans l’intention très claire de déchirer sa chair avec ses griffes et broyer les os avec ses canines acérées. Alors qu’il cesse la destruction progressive de ce décor désormais bien chaotique, le rescapé de Gen-Tech ne pense plus qu’à l’exécution de la tâche qui est sienne depuis maintenant plus de dix-neuf ans :

“Survivre”

Dans une ruée bestiale, l’Alpha illustre la bestialité précédemment citée. Son action est plutôt transparente pour le combattant mais la célérité dont elle fait preuve est ce qui va rendre la moindre manœuvre complexe. Les ongles du canidé s'enfoncent sans mal dans la chair du pantin. Celui-ci fixe toujours de son regard froid la créature et alors que sa gorge se gonfle, il expulse son sang brûlant en direction de son visage en pleine métamorphose. La réussite ou non de ce coup bas conditionne la suite des opérations, mais s’il y parvient, Akaza -soulever d’à peine quelques centimètres au vu de sa taille- fera à nouveau jouer ses facultés afin de calmer la bête dans une première déflagration, plus localisée bien que concentrant toujours autant de puissance dans ses offensives. L'objectif premier est de se détacher de cette emprise néfaste. La souffrance n’est qu’une raison supplémentaire d’agir avec la sauvagerie qui le caractérise tant. Une fois détaché, le tatoué ne peut que constater qu'une autre étape l’attend déjà, dans le but de le rôtir à son tour. Sa seule réponse face à cette situation critique est un immense sourire, laissant son fluide vital s'extirper des diverses plaies, mais aussi et surtout de sa bouche déjà grassement ensanglantée. Le regard du monstre, dans sa lueur anormale, fixe le chasseur et lui demande de continuer. Dans une tentative vaine d'éviter les orbes qui apparaissent partout, autour de lui, A-8475 plonge sur le côté. Elles ne tardent pas à le clouer au sol, infestant sa peau de diverses brûlures, blessures supplémentaires.

Snif

Snif snif


L’odeur d’un met plus qu’appétissant s’offre alors au jeune roux qui embrasse le sol de son visage dans une chute renforcée par une jambe en miettes, lâchant à l’instant précis de l’impact de ces boules lumières. Dans l’esprit du rat de laboratoire, mise à part l’étonnante beauté de cette technique offensive, rien ne circule. Jusqu’à l’instant ou une sphère sombre embrume son esprit de sombres dessins, le chargeant d’une quête qu’il a accomplie des dizaines de fois auparavant mais jamais avec cette nouvelle connaissance qui porte le nom de Narumi. Cet odeur qui titille les plus sombres démons de la bête fait qu’après cette cascade ridicule, aux pieds d’un adversaire impressionnant, les deux mains de la créature se saisissent de la jambe à découvert de la cheffe des armées terriennes.

Je ne pensais pas goûter à ta chair de sitôt, mais ce n’est pas plus mal.

Tout e passe à une vitesse folle, pourtant, l’arrogant petit garçon se permet d’expliquer de façon indirecte sa prochaine action ; il plonge ses crocs dans les muscles généreux du mollet de la combattante MMA pour en apprécier l’odeur et le goût. Les lycanthropes ont une saveur particulière pour Akaza -une qui ne plaît pas trop à son estomac d’ailleurs- mais s’il parvient à se sustenter de son opposante quitte à prendre quelques coups. Quel que soit le résultat de cette action, l’ingestion d’un bout de la louve va permettre à la machine d’emmagasiner une force nouvelle sur une période très courte. Ainsi, détachant une de ses deux mains du mollet entaché par sa bouche, son objectif sera de balayer la seconde jambe de l’Alpha dans une explosion plus puissante que les deux précédentes. De ce fait, le souffle de celle-ci va lui permettre de reculer sans craindre de prendre plus de dégâts de la part de son opposante.

Délicieuse….

Ce sont les mots que marmonne le pyromane, observant le corps encore engourdi par ces échanges d’une rare violence, se répétant en boucle. Il n’a plus la moindre sensation dans sa jambe droite, s'essuyer les lèvres avec le revers de sa main est déjà un effort titanesque pourtant, il tente désespérément de se relever tel un pantin désarticulé qui ne fait qu'exécuter sa tâche, et cela, peu importe son état ou ses pensées.

Aller…. Sors de ta cachette.

Sur son unique genou apte, le monstre relève la tête, pour observer l’état de la lycanthrope. Il veut voir ce qui se cache derrière cette face si noble, il veut observer, effleurer, se repaître de la bestialité qu’elle accueille au plus profond de son être comme il a pu le voir dans les labos froids qui l’ont mis au monde. Juste le revoir une seule fois, ressentir le frisson de l’excitation, sentir l’odeur de ce baiser mortel qui attend ceux trop confiant face à la volonté de Mère nature. Il veut lui aussi, affronter un démon.
Narumi Karuzaki
Narumi Karuzaki
Demon
Féminin Age : 32
Date d'inscription : 18/07/2012
Nombre de messages : 324
Bon ou mauvais ? : Neutre
Zénies : 1240

Techniques
Techniques illimitées : Transposition | Griffes et crocs acérés | Pluie d'énergie
Techniques 3/combat : Rayon Lunaire | Armure naturelle
Techniques 1/combat : Forme Alpha

Le Chaperon roux et La Louve Empty
MessageSujet: Re: Le Chaperon roux et La Louve   Le Chaperon roux et La Louve ClockMar 17 Mai 2022 - 10:28
Elle entend une mélodie dans ses oreilles. Un air que l’Alpha avait oublié avec le temps ; parce que la militaire avait appris à se battre dans la retenue. La force de la nature qu’elle incarne est synonyme de vie mais aussi de destruction ; et quiconque se dresse sur son chemin est promis à l’anéantissement.

Sa réponse résonne dans tout son être. Chacun est l’avatar de la bestialité à sa manière. Toutefois, ses valeurs ne peuvent être détachées de la magnificence de sa barbarie.

« Je te parle de mérite, mon ami. » Répond la sagace demoiselle aux yeux ambrés. « Le fait que tu ne retiennes pas tes coups m’honore. Je vais donc accepter ta demande avec plaisir. »

Les principes sont handicapants pour Akaza et constituent une partie de la puissance mentale de Narumi. Ils sont si similaires et éloignés à la fois. La faiblesse de l’un est susceptible d’être la force de l’autre.

Il y a quelque chose dans son regard qui la perturbe et la séduit à la fois. Il n’est pas question ici d’une quelconque attirance romancée, mais bien d’une curiosité presque instinctive à son encontre. Même les êtres les plus déterminés ressentent une pointe d’appréhension en découvrant la monstruosité de sa forme primaire. Lui la dévisage avec la même intensité sévère ; celle du faucon prêt à fendre sur sa proie. Il n’y a peut-être que lui, cet être mi-organique mi-mécanique, qui puisse comprendre le plaisir coupable que la cheffe des armées ressent quand ses ongles s’enfoncent délicieusement dans la peau sous sa mâchoire.

La salve sanguine et ardente qu’il lui projette au visage atterrit en partie sur l’avant-bras droit de la louve dans un « tsssssshhhhhhhht » caractéristique de la chair qui crame et se tort douloureusement sous l’effet de la brûlure. La Bête grimace et grince des dents en réponse. Ses griffes resserrent leur étreinte sous la mâchoire, menaçant de venir arracher ses glandes salivaires. Le reste de l’hémoglobine éclabousse son front. Ce dernier est à présent parsemé de tâches rosées et chaudes, signe que son derme superficiel a été annihilé par l’ingénieuse tactique de son opposant.

Un nouveau jet de flammes est tiré par son compagnon. Celle-ci attrape aussi sec le bras relié à la main qui lance l’offensive afin de le contraindre à viser le sol au lieu de l’asperger de feu. Cependant, la robustesse du droïde arrive à rivaliser avec la force physique sur-développée de la combattante – et tout du long de sa jambe gauche se dessine un « chemin » flamboyant sur lequel sa chair a été dévorée par l’offensive de son partenaire – lui tirant un guttural grognement de souffrance - avant qu’elle ne parvienne effectivement à l’empêcher de faire plus de dégâts.

La lutte se solde par une action pour tenter de se mettre à couvert de la part du cyborg, face à la « pluie » d’énergie en provenance du corps entier de l’Alpha. Il s’écroule péniblement au sol car ses membres n’ont pas tous complètement récupéré depuis le début de l’affrontement. Ce n’est pas le genre de la guerrière que de s’inquiéter du sort de ses adversaires – nonobstant, il y a une sorte d’empathie naturelle qui s’est créé dans son esprit envers Akaza. Peut-être parce qu’ils sont tous les deux des bêtes, finalement. Celle-ci s’approche donc de lui sans intention de le matraquer davantage, voulant s’assurer qu’il est en état de poursuiv-

Une affliction fulgurante électrise sa jambe et remonte en pointe jusqu’au point névralgique de sa colonne vertébrale. Son hurlement de surprise, d’angoisse, de peine et de choc entremêlé ressemble plus à celui d’un loup vivement amoché que d’un humanoïde à mesure qu’il déchire les cieux. Sa peau âpre n’a pas su faire barrage aux dents qui se délectent de sa chair, à la langue qui semble s’émoustiller au contact du liquide rouge qui s’écoule de sa plaie. Au-delà de l’infinie souffrance de cette situation naît quelque chose de plus dérangeant encore : il y a un indéniable érotisme qui se dégage de cette atrocité. Des souvenirs lui remontent subitement en mémoire. Dans son passé d’esclave, lorsque les vampires la forçaient à…

Ses pupilles s’écarquillent et ses joues prennent feu. Ce sentiment est probablement l’un des plus horribles à éprouver. Abusée par ses détracteurs à une époque bien reculée, il n’y avait là rien de réjouissant ou d’excitant. Et pourtant ; l’organe buccale qui lape son hémoglobine la couvre de frissons à la volupté prohibée.

« Rrrrgggggrrrr !!! »

La confusion que crée la situation lui fait se mordre vivement la lèvre inférieure et se transposer, honteuse et coléreuse par rapport à ses propres émotions. Piquée au vif, cette réaction lui vaut au moins de ne pas se faire exploser une jambe par la nouvelle explosive attaque de son opposant dont le but était de toute façon de la repousser un moment. Mentalement elle souffre, elle s’en veut – et pourtant personne ne contrôle ce qu’il ressent.

Il murmure quelque chose. La militaire ne l’entend pas, mais lit sur ses lèvres le mot. Ses yeux s’enflamment, corrompu par sa fureur. Elle se sent fiévreuse et coupable. Ce flot d’émotion tout à fait inattendu et nouveau la frustre. Ses muscles se tendent et se crispent alors que son adversaire se relève et l’appel.

A peine eut-il relevé la tête, appuyé sur son seul genou viable, que dans une explosion de chair le corps humanoïde de Narumi s’éparpille autour d’elle de manière morcelé – l’ensemble de ses membres humains se sont disloqués pendant la brutale transformation, laissant la place aux abattis bien plus robuste de son alter-égo – faisant apparaître le Loup Ancestral dans un fracas ensanglanté.  



La monstruosité s’élance frontalement vers le corps en recomposition de l’être à moitié « robotisé ». Les deux grandes pattes qui servent de main à la Bête empoignent avec une cruauté instinctive les épaules du démon mécanique, le faisant basculer à nouveau contre le sol, mais sur le dos cette fois-ci. Son mollet la tire horriblement et envoi des impulsions à son cerveau pour lui ordonner de cesser et de se soigner. Pourtant, elle n’écoute pas. La gueule béante, ouverte de la créature lui beugle dessus de toutes ses tripes, projetant des filaments de bave sur le visage de sa proie, en même temps que des gouttelettes de son propre sang – en provenance de sa chair à vif sur son front, qui la picote comme une multitude de pointes de poignards. Les yeux exorbités de l’animal transpercent les siens… non pas d’un sentiment négatif, mais bien avec convoitise. La Bête aussi veut savoir quel goût il a.

La pression de ses mains contre la base de ses humérus a peut-être brisé une partie des os des épaules du droïde à l’impact. Son museau s’est plongé dans l’artère carotide primitive de sa victime. Ses crocs se sont enfoncés avec une cruauté presque jouissive dans la chair ; et par de multiples à-coup désorganisé elle arrache le moindre muscle à portée de ses canines. Peu importe les offensives lancées par son opposant à cet instant précis ; le monstre est dans un état second et indolent.

Plongée dans sa folie sanguinaire, ses genoux retiennent lourdement les cuisses d’Akaza pour qu’il demeure plaqué contre le sol ; et sa poigne enragée libère les épaules de son partenaire : parce que ses serres veulent commencer des fouilles approfondies dans son thorax.

Ploc, ploc, ploc, ploc.

C’est le son effréné des gouttes – que dis-je ! - des filets opaques qui s’échappent de son mollet endolori.

Ploc, ploc, ploc, ploc.

Ses griffes qui ouvrent l’estomac de son partenaire et qui commence à explorer leurs profondeurs suivent le même rythme endiablé. Son avant-bras tout du long, cramé par une attaque passée de son partenaire, provoque des spasmes frénétiques ainsi que douloureux dans ce membre. Toutefois, cela ne peut stopper son actuelle extase.

Sa figure ainsi que sa fourrure, imbibées d’hémoglobine, se dressent au-dessus d’Akaza. Ses pupilles exaltées par ce moment intense rencontrent les yeux de celui à l’origine de cette ivresse. Elle ressent quelque chose d’unique, de vigoureux, un enivrement jamais connu auparavant à cet instant…

Narumi partage sa nature bestiale avec quelqu’un apte à la recevoir entièrement pour la première fois.


Et, alors que ses poignets serpentent dans le ventre – tournicoti-tournicota ! – chaud et fibreux de son amant de bataille, la cavité buccale du monstre commence à étinceler, signe qu’il emmagasine de l’énergie en son sein.
Akaza
Akaza
Autres Races
Masculin Age : 21
Date d'inscription : 10/12/2020
Nombre de messages : 48
Bon ou mauvais ? : Esprit Libre

Techniques
Techniques illimitées : Combustion Minime/Maîtrise de l'oxygène/Déplacement Instantané
Techniques 3/combat : Combustion précise/Hell Burst
Techniques 1/combat : Mode : SUPREMATIE

Le Chaperon roux et La Louve Empty
MessageSujet: Re: Le Chaperon roux et La Louve   Le Chaperon roux et La Louve ClockLun 11 Juil 2022 - 17:15
Dans ce festival pourpre, la chair à un goût de cendres et la douleur n’est plus qu’un prétexte aux vices des êtres pratiquant ce jeu mortel. L’étonnant spectacle qu’est la transformation sanglante de la louve ne fait que sourire le vicieux roux qui semble dans une extase proche que celle involontairement atteinte par Narumi -bien qu’il soit d’établir le panel exact des émotions que le monstre est capable de ressentir- à son plus grand plaisir. Seulement, ce changement brutal de réceptacle offre une célérité nouvelle à cette immonde boule de poil qui se rue sur le guerrier à terre. Sans qu’il ne puisse en comprendre la moitié, voilà que le sombre buffet débute pour l’homme que l’on peut déconstruire et reconstruire sans discontinuer. Le premier contact est vif, irritant, brûlant, mais moins que le succulent morceau rouge trônant dans sa cavité buccale. Les crocs percent la chair sans mal, elle s’effrite au contact, mais le goût n'y est pas. Savant mélange de cendres et autres ingrédients indescriptibles, la chair du pâle n’est absolument pas nutritive ni même comestible pour une autre personne que lui qui ne se soucie plus vraiment du goût des choses.


Ma-


Une gerbe de sang quitte la bouche du pyromane qui n’est que le spectateur de ce sinistre repas que s’offre le loup. Mais ses yeux restent inchangés ; il offre un regard confirmant ce que la cheffe des armées a perçu plus tôt dans son regard… Du courage morbide, mêlé à une affirmation des rôles dans cette situation. Qu’elle le domine ou non, que ses membres soient en miettes, son intérieur vidé, qu’il en meurt. Akaza est le chasseur, Narumi est la proie. En réalité, au plus proche de la bête, au plus proche de Narumi, le constat est le même ; la douleur n’est plus un souci pour lui, c’est un jeu -morbide pour le commun des mortels- qui lui offre une forme particulière et inconsidérée de plaisir. Devenu presque un automatisme, il se délecte de coups de crocs, bien que ne plus pouvoir s’exprimer nettement l’agace profondément. Cela en dit long, d’une manière détournée, sur ce que le tas de chair à la forme humanoïde à pu subir auprès de ses anciens “camarades” de jeu.

Mais plus qu’un concentré d’horreur, la réaction de l’Alpha vis-à-vis de ce coup en traître est ce qui motive le plus le faucon à fendre sur cette petite souris aux griffes terriblement tranchantes. Il veut en comprendre l’essence, le lien avec la transformation quasiment immédiate qui a suivi et savoir surtout si reproduire un tel acte mène à l’obtention d’une nouvelle transformation encore plus exotique de la part de celle qui offre enfin quelque chose de divertissant sous la dent acéré du pyromane pour l’instant en proie à la bestialité d’un canidé totalement affamé qui se libère enfin des entraves, des formes et autres concepts imosé par sa forme primaire, celle d’une femme forte mais qui accorde une trop grande confiance dans un peuple qui la qualifié elle et ses compaires de “Démon”. Un titre peu rassurant et qui confirme que la confiance n’a pas toujours été le carburant de la relation entre les deux espèces humanoïdes. Mais ce débat racial n’intéresse pas le grand dévoreur, qui est manipulé avec une douceur brutalité. Ses os sont dans un état lamentable, son visage recouvert de sang, de sueur, de salive et de cendres, mais malgré cela, il ne peut perdre ce grand sourire montrant plus qu’explicitement son grand intérêt pour la situation qui se déroule actuellement.

C’est au travers d’un placement ingénieux de ses membres que l’immense loup paralyse tout le corps du monstre pâle qui devient immédiatement le spectateur de ce carnage qui est engendré envers son propre corps sans qu’on lui laisse l’opportunité d’offrir une quelconque réponse tout aussi brutale que cette question sur la résistance se voulant irréel dont dispose son corps. Le mannequin de chair essaye tant bien que mal de pousser sur ses jambes ou encore de lever son bras droit, son bras fort, pour se débarrasser de la masse de poils et de muscles sur lui, mais la douleur que subit son corps couplé à la force surnaturelle de son détracteur l’empêche d’innover pour se sortir d’une nouvelle situation dont l’embarras ne semble pas réellement mesurable pour ses facultés poussées, mais pourtant pas infaillible. Mais lorsque vient le tour d’une main un peu trop aventurière se décidant finalement à pénétrer la peau du ventre d’Akaza, les choses ne sont plus comme ils les apprécient tant ; l’extase du combat est bien trop du côté du loup, il en demande trop, tire sur cette corde que le jeune pâle partage avec altruisme depuis le début de cet affrontement. Les multiples brûlures ne sont rien comparées à la chaleur qui envahit, la peau, le sang, si ce n’est tout le corps du tatoué. Ses tatouages, justement, sont pris d’une puissante lueur se chargeant progressivement sur la réserve du monstre. Les frictions de cette énergie en pleine accumulation donnent lieu à la formation de petites étincelles tandis que les iris du monstre se gorgent de rouge et de noir. L’avènement de sa colère est symbolisé par les marques de sa suprématie en terme de destruction, d'autodestruction .

Le vent siffle,

Et l’odeur distinctive de n’importe quel objet se faisant dévorer par les flammes parvient aux narines du grand méchant loup qui s’appuie sur sa dernière prise. L’air devient irrespirable, il déborde d’une nouvelle chaleur qui consomme jusqu’à son propre corps dans un état lamentable. Rester en contact avec ce soleil sur pattes est signe de liquéfaction immédiate pour les êtres vivants, aussi solides soient-ils. L’air tourbillonne autour du duo et s’embrase soudainement dans une cacophonie horrifique de chair étant réduite en cendres. Bien que totalement immobile, le sournois briquet qu’est sa main embrasse l’essence invisible qui offre une respiration correcte aux citoyens de Satan City. Dans une énième détonation, ce terrain déjà promptement sinistré, subit une nouvelle offensive de la part du monstre pâle qui, dans un mécanisme purement offensif et non défensif, se met le feu en compagnie de la créature affamée qui s’est appuyé sur lui jusqu’à présent. Le souffle de l’explosion va sans doute faire reculer la belle bête mais au final ce n’est pas un souci puisqu’une fois la poussière, les cendres, retombées se tient droit le noyau de cette vaste énergie. Instauration du protocole : SUPREMATIE à sauver le roux qui aurait sûrement rendu l’âme si sa capacité régénérative n’avait pas été renforcée par la chaleur induite par l’évolution de statut actuel. Comme un retour dans le temps ses blessures se referment, ses membres fébriles reprennent une posture plus fier et son regard s’aiguise. Qu’importe la distance qui le sépare de l’infâme créature, il se penche en avant comme si elle lui faisait face, les bras ballant exultant cette étouffante température qui lui sert de peau, de chair, de corps.

Le détail le plus surprenant réside principalement dans le fait que sa peau ne montre pas la moindre trace de brûlures, seul les lacérations bestiales du loup sont présentes, pour peu de temps encore. Son visage sombre ne laisse que transparaître cet oppressant sourire vecteur de la stupide folie qui alimente sa faible carcasse dans cette situation d’une extrême violence. L’apothéose de cet affrontement se déroule alors dès à présent, sous une voix fragmentée qui s’exprime à cet être sourd et sauvage qui lui fait face.

Bordel que je kiff ça Narumi, donne moi encore et encore, ouvre mon torse de tes griffes, déchire ma peau de tes dents. Mais chaque chose à une fin, il est temps de mettre un terme à tout ceci. Donne tout ce que tu as dans cet ultime assaut et je te jure sur ma liberté que j’en conservais la cicatrice

Soupires :



La masse informe que représente l’énergie ésotérique qui caractérise l'anthropophage se tord, s’agrandit puis se réduit avant de se concentrer dans son unique poing droit. La ténacité dont Akaza fait preuve s’explique par son corps si particulier, mais également par la volonté la plus pure qu’est celle de ne pas mourir, de survivre. Toutes les cellules de son corps s'alignent sur ce qui est sans aucun doute son dernier coup avant l'anéantissement partiel de son enveloppe charnelle. Sa peau prend de la couleur, ses ongles deviennent noirs et ses veines gonflent au point d’en rompre. Mais si le héraut de la destruction voulait vraiment prouver qu’il mérite ce titre, il n’aurait qu’à tout réduire en cendre et non pas simplement faire usage de ses poings. Ce changement de mentalité s’explique par ses nombreuses rencontres en dehors de cette boîte froide et inexpressive et face à l’éruption de cette connaissance sur la vie et les êtres vivants dont il était dépourvu jusqu’à présent.

La terre se craquelle,

Dans l’ultime preuve du plaisir infini que lui prodigue ce combat qui, ironiquement, ne représente qu’un entraînement à ses yeux, il ne ressent même plus la souffrance liée à l'annihilation de ses jambes qui se brise sous son propre poids, sous sa propre force. Physiquement, son âme hurle pour que tout cesse, que ce pur masochisme ne soit plus. Mais tout semble si bon pour lui. Il en veut encore, mais il ne peut plus, limiter par son corps fragile, incomplet bien loin de “L’Être Parfait” qu’il est censé représenter. Dépourvu de la moindre goutte de son intelligence, sa réflexion et son recul habituel, sa prochaine action n’est décidée que par l’ivresse du combat. Tel un flash, la foudre humaine se propulse face à l’incarnation de la fureur de Dame nature, dans toute sa splendeur. La dimension plus spirituelle de cette confrontation réside dans la folie de l’homme et la pureté de la nature dont il est originaire. Dans l’élan autodestructeur du décérébré aux cheveux et au corps de feu, c’est un visage plus doux qui se présente aux iris obstrués de l’animal sauvage. Il y voit de la reconnaissance. Mais surtout une forme de satisfaction, bien loin du plaisir toxique qui l’animait jusqu’à présent. Mais l’intervalle entre le présumé impact et la vision d’un éclair jaillissant des méandres du cadavre que rongeait le charognard est trop court pour percevoir plus de chose. L’attaque est frontale, sans la moindre complexité et le pyromane ne peut compter sur cette célérité paracausal comme allié dans cet échange final.

Il frappe,
aussi fort qu’il le peut,
aussi loin qu’il le peut,
aussi longtemps qu’il le peut.


Et il la remercie,

Il la remercie de lui offrir le plus beau des présents, elle lui permet d’être libre. Enfin, libre.
Contenu sponsorisé

Le Chaperon roux et La Louve Empty
MessageSujet: Re: Le Chaperon roux et La Louve   Le Chaperon roux et La Louve Clock
 
Le Chaperon roux et La Louve
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» L'histoire d'un roux (Attention spoil sur Bleach) (fini)
» Warui vs Red chaperon
» La louve et la cyborg
» Un RP avec une louve ?
» Louve Folle - Call me Lou

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPGDBZ :: RPG :: Terre :: Satan City-