-27%
Le deal à ne pas rater :
-100€ sur la Montre connectée Samsung Galaxy Watch4 Classic 42mm
269.99 € 369.99 €
Voir le deal

Partagez
 

 Quand le temps nous est compté

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Scalieco
Scalieco
Masculin Age : 23
Date d'inscription : 10/04/2020
Nombre de messages : 53
Bon ou mauvais ? : Arrogant
Zénies : 2730

Techniques
Techniques illimitées : One Inch Punch | Blitz | Union Scindée
Techniques 3/combat : Nova Strike | Full Counter
Techniques 1/combat : Exploding Finishing Blow

Quand le temps nous est compté Empty
MessageSujet: Quand le temps nous est compté   Quand le temps nous est compté ClockDim 25 Oct 2020 - 2:34
C'est qu'il pesait son poids, le Jojiba. Tandis que nous survolions le paysage terrestre en bonne compagnie, guidé jusqu'à notre prochain sanctuaire par le guerrier au justaucorps bleuté, je me permettais quelques regards en arrière de manière à garder un oeil sur nos invités surprise. Ce Dabra ne m'inspirait absolument pas confiance, et malgré ses belles paroles je ne pouvais m'empêcher de voir sur son visage les mêmes traits que ceux arborés par ces satanés dieux-démons et leurs sbires. Néanmoins, et je l'avais bien signalé à notre guide actuel, le moindre allié potentiel comptait. Qu'il soit un être maléfique ou non, j'étais prêt à risquer d'avoir à me salir les mains en l'éliminant, et choisir de lui faire confiance afin de profiter de sa force. Avec lui, un homme s'étant présenté comme le roi de la Terre en personne nous avait rejoins. Si je doutais grandement de ses compétences, les hommes et véhicules qui l'accompagnaient témoignaient de son rang. Je ne saurais dire si le soutien du roi faisait un quelconque différence dans les combats à venir, mais du moment qu'il ne se mettait pas à vouloir tout diriger à notre place, sa présence n'était pas dérangeante. Enfin, Setsuka, dont l'engouement avait visiblement grandement souffert de ces visions d'horreur, restait sur ses paroles en choisissant de continuer à nos côtés le chemin de la rébellion. Mon regard s'attarda plus longuement sur ma bienfaitrice, songeur, avant que notre destination ne finisse par nous apparaître.

Après de longues minutes à parcourir notre foyer planétaire, dont la terre ferme était infestée par les hommes du dieu-cyborg, nous parvînmes à ce qui s'apparentait à un bâtiment flottant dans le ciel, suspendu en son centre par un pilier ridiculement fin, qui perçait les nuages jusqu'au sol. Ce genre d'architecture ne m'étonnait plus, après ce que j'avais pu découvrir à Conton City. Ainsi, nous nous invitions au palais du soi-disant dieu de la Terre, alors que j'accélérais pour déposer le premier le pieds sur les dalles de la plateforme géante. Soufflant, je laissais glisser doucement le Saiyan évanouit depuis mon dos jusqu'au sol, avant de me redresser en m'étirant l'échine.

"Bon, il est où ton tout-puissant, qu'on lui cause un peu."

Une voix s'éleva rapidement, mettant fin à mes interrogations avant même que tous ne nous aient rejoint.

"Je sais ce qui vous amène ici, combattants de la Terre... Je vous attendais."

Je plissais les yeux, percevant la silhouette qui se dessinait parmi la pénombre. Depuis l'entrée du grand édifice qui jonchait le sol du plateau flottant, une créature verdâtre fit son apparition, tandis qu'à ses côtés se tenait un autre être à la peau noir comme le charbon. Si la figure du second ne me disait rien, j'identifiais rapidement l'être qui s'était adressé à nous.

"Un Namek ? Et bien, décidément rien ne va plus sur Terre, pour que son "dieu" lui même soit une créature extraterrestre."

A ces mots, le compagnon ébène du jeune dieu sembla vouloir protester, avant que son maître ne l'arrête d'un geste de la main.

"Merci de les avoir guidé jusqu'ici Végéta, contre toute attente cela me fait plaisir de te retrouver après tout ce temps... Je te croyais perdu depuis longtemps, le nom de Majin Végéta et ses sombres desseins ayant fait leurs bouts de chemin à travers la galaxie. Mais peu importe, par un temps de crise pareil je ne peux que me réjouir de te retrouver en forme, et de rencontrer les puissants alliés que tu as su te faire. La salle de l'esprit et du temps est à votre entière disposition, il est de mon devoir de vous prêter assistance dans cette lutte. Je vois que certains d'entres vous sont encore en mauvaise forme, laissez-moi les aider. Plus vite vous serez remis, plus vite vous pourrez profiter de la salle."

J'acquiesçais solennellement, ce jeune Namek avait bien l'éloquence et la volonté de protecteur que l'on pouvait attendre d'un dieu... Certains d'entres eux auraient bien des leçons à tirer de ce petit bout d'alien par ailleurs. Soulevant Jojiba à nouveau en faisant passer son bras sur ma nuque, je m'approchais du "tout-puissant" afin de lui confier son premier patient.

"Occupes-toi de lui en premier lieu, ensuite la petite là-bas."

Lançais-je en pointant la jeune pousse que le dénommé Végéta portait à bout de bras. Dans le même temps, je jetais un oeil à Setsuka, lui confiant d'un simple regard le besoin d'assistance de sa part. A eux deux, le jeune Namek et la sauvageonne avaient vite fais de remettre notre petite équipe d'aplomb. Une fois le message passé, je m'assurais que tout le monde était bien arrivé, avant de reprendre la parole.

"Il semble évident que certains d'entre nous vont avoir besoin d'un peu de repos avant de débuter l'entraînement. Parce que oui, au cas où vous n'auriez pas tous pigé, on est pas là seulement pour se requinquer. Si ce que Végéta m'a confié est vrai, alors cette salle et son temps allongé sont une véritable aubaine. On va faire simple, j'entrerais en premier tandis que deux d'entre vous garderont le palais, le temps que les blessés se remettent. En somme, toi Végéta, et ton amie, vous passerez en second. Jojiba finira de se rétablir dans la salle avec moi, et j'aimerais que tu te joignes à nous Setsuka. Dabra, Draven, je compte sur vous pour assurer la sécurité du palais durant cette journée."

Voilà qui était clair. Cette manière de prendre les choses en main me rappelait inévitablement le passif de Scalio, et ravivait des souvenirs que j'aurais presque préféré garder enfouit. Toutefois, dans le cas présent, faire preuve d'un tant soit peu d'autorité était bien nécessaire. Je patientais le temps qu'il fallait pour que Jojiba reprenne ses esprits, avant de m'empresser de prendre mes deux compères avec moi, et m'engouffrer pour une année complète dans cette salle si spéciale. Ce qui nous attendait là-dedans était encore un mystère, mais un chose était certaine, nous allions en ressortir grandis.
Yiraeiphae
Yiraeiphae
Autres Races
Autre / Ne pas divulguer Age : 21
Date d'inscription : 13/08/2020
Nombre de messages : 26
Bon ou mauvais ? : Neutre

Techniques
Techniques illimitées : Barrière Protectrice - Barrière Brisée - Barrière Suicide
Techniques 3/combat : Entrave Télékinétique - Téléportation
Techniques 1/combat : Black Hole Laser

Quand le temps nous est compté Empty
MessageSujet: Re: Quand le temps nous est compté   Quand le temps nous est compté ClockJeu 29 Oct 2020 - 20:59
Tout est douloureux. La vie est faite pour être douloureuse. Apprendre de ses erreurs, de sa bêtise, être le sujet de ses propres expériences et en ressortir grandit. C'est là le destin de quiconque passe à travers des moments difficiles. Tout le monde y réagit différemment. Certains sombrent dans la dépression. Certains refoulent leur peine et leur haine. Certains y cèdent après avoir essayé. Certains n'essaient même pas. Ceux qui gardent la tête haute et un sourire sont plus rare qu'on ne le croit, surtout quand ils sont sincères.

Les êtres issus de la même race que moi finissent par ne plus rien ressentir à cause de l'habitude. A un moment, ils comprennent qu'ils ne peuvent pas sauver tout le monde, et concluent la vie qu'ils n'ont pas su sauver avec un simple haussement d'épaules. Je n'ai jamais su penser comme ça. Je ne saurais jamais penser comme ça. J'ai échoué, et c'est un crime que je vais devoir payer d'une manière ou d'une autre.

Encore une fois, j'ai échoué. Encore une fois, je n'ai su protéger. Encore une fois, je n'ai su sauver. Il était là. Juste là. Je n'avais qu'à faire un pas, tendre un peu plus la main. Et j'ai échoué. Cette tâche aussi simple était-elle, je l'ai raté.

Pathétique.

Est-ce ma faute ? Est-ce celle du démon ? Est-ce le destin ? Non, pas le destin. Ce n'est jamais le destin. Le destin est l'excuse des incapables et de ceux qui refusent d'agir. Pourquoi me poser cette question, je le sais si bien. C'est de la faute du démon, son existence est une aberration, une insulte à cet univers, une moquerie au nez de la vie.

Une cible a abattre.

Mon obsession.

La vie ne sera jamais hors de danger dans que ce démon existe. Tant que sa sombre énergie fait vivre son corps. Tant que sa malice anime sa conscience. Je le vois maintenant, je le sais, je le sens. C'est mon devoir, mon objectif, la nouvelle quête de ma vie. Je le retrouverais. Je vengerais les vies qu'il a prit.



Mon corps est inerte. Il ne fonctionne qu'à peine malgré les premiers soins qui lui ont été administrés. Ma conscience quant à elle n'a rien su suivre malgré le fait qu'elle soit bien restée éveillée. Elle est trop occupée à encaisser le choc de son nouvel échec. Je le vie comme un véritable cauchemar. Paralysée, plongée dans un déluge de sentiments négatifs et de mauvaises pensées.

Remercié soit l'univers, je parviens malgré tout à revenir à moi, échappant à mes sombres idées. Je me sens reprendre le contrôle de mon corps, je me retrouve capable de sentir mes doigts bouger ne serait-ce qu'un petit peu. Je suis même capable de légèrement ouvrir les yeux. Si déconnectée de mon corps j'avais mal, alors qu'en j'en retrouve le contrôle c'est infernal. Mais ça ne dure pas longtemps. Rapidement, la douleur s'échappe. Elle disparaît petit à petit, soudainement. Comme quand je fais usage de mes pouvoirs pour me soigner, sauf que... Je ne les utilise pas. Qui...?

Lorsque mes yeux s'ouvrent entièrement, mon regard se pose avant tout sur un Namékien. Un Namékien, sur Terre ? Son rôle de Dieu et de Gardien de la planète ne m'étonne guère. Je n'étais simplement pas au courant. Pendant combien de temps étais-je évanouie ? Je me donne un instant pour me redresser et regarder autour de moi.

Nous sommes assez nombreux... Je reconnais certaines personnes, comme le Roi Terrien, Draven. Le Prince Saiyan qui a eu la bonté de me porter jusqu'ici, Végéta. Le Guerrier Saiyan, Jojiba. La Saiyanne inconnue qui a eu la gentillesse d'aider aux soins de mes blessures. Son compagnon, issu d'une fusion de deux âmes guerrières. Et... Quelqu'un que je ne devrais pas juger selon son énergie ou son apparence mais... Un... Quelque chose qui me donne la nausée dont je n'ai pas le nom non plus.

Les voix de la fusion se mélangent à nouveau pour se faire entendre de nous tous ici réunis.

"Il semble évident que certains d'entre nous vont avoir besoin d'un peu de repos avant de débuter l'entraînement. Parce que oui, au cas où vous n'auriez pas tous pigé, on est pas là seulement pour se requinquer."

La blessure à mon ventre, ainsi que toute les autres qui jonchaient mon corps ont bel et bien disparu, mais la fatigue est bel et bien présente en moi. Mon énergie est très faiblarde, je serais bien incapable de faire efficacement quoi que ce soit. Mon esprit lui aussi est encore affligé. Ma volonté est affaiblie. Je suis en fait au plus bas de ma forme. Qui plus est, je n'ai jamais participé au moindre entraînement de toute ma si longue existence. Surtout avec un autre démon, si il y participe vraiment. Je ne sais même pas comment cela s'effectue. Je suis bien moins étrangère à la méditation... Ce que je ferais très certainement pour l'efficacité supérieure de cette méthode.

Suite à cela, la fusion continue de nous expliquer que pendant que certains d'entre nous garderons ce palais céleste en son absence et en l'absence de ceux qui l'accompagneront, il ira effectuer son entraînement à l'intérieur de cette salle si spéciale. Une explication suite à laquelle il attendra que Jojiba émerge de son sommeil pour se mettre au travail aussi vite que possible.

En attendant, on dirait bien que je n'ai rien à faire, ce si n'est m'assurer de la protection de ce palais. Me tenir debout, immobile, à l'affut du moindre signe d'énergie qui pourrait bien nous approche. Je n'ai rien à dire, rien à faire.

. . .

Et rien de tel que ce genre d'activité pour vite faire revenir à mon esprit mon échec.

. . .

Quel enfer. Je veux m'isoler. Ce démon me met mal à l'aise. Je vais... Devrais-je m'éloigner ? Ce serait impoli, mais... Nécessaire. Non. Non. Ne soit pas comme ça, Yiraephae.

. . .

Je... Je n'ai qu'à essayer de lancer une conversation. Peut-être vivrais-je mieux ce moment d'inconfort ? Ca serait ma première tentative de discussion véritable en une dizaine de milliers d'années. Je ne peux pas être si catastrophique que ça.

"Manger est une bonne manière de faire passer le temps et d'améliorer son humeur. Il s'agit d'une information que j'ai relevé de divers peuples qui, de ce fait, possède une chance d'être véridique de 95%. Je calcule aussi 50% de chance d'une aide potentielle à recouvrer son énergie après un bon repas. Si nous en avons les moyens, peut-être devrions-nous essayer de pratiquer cette activité ?"
Setsuka
Setsuka
Féminin Age : 29
Date d'inscription : 10/08/2018
Nombre de messages : 112
Bon ou mauvais ? : Neutre
Zénies : 1200

Techniques
Techniques illimitées : Création, Zanzōken, Laser de Gaksa
Techniques 3/combat : Aura bestiale, Mantra féroce
Techniques 1/combat : Esprit de Menolos

Quand le temps nous est compté Empty
MessageSujet: Re: Quand le temps nous est compté   Quand le temps nous est compté ClockMar 3 Nov 2020 - 11:02


Quand le temps nous est compté



Setsuka se terre dans un silence qui ne lui est pas habituel. Ses yeux, cernés et ne cessant d’être grands ouverts, oscillent souvent vers ses mains. Elles sont tachées de sang. Il y a l’hémoglobine des deux blessés graves qu’elle a stabilisé. Bizarrement, quand il s’agit de venir en aide à quelqu’un en usant de ses capacités en survie, la göranienne est tellement concentrée dans sa tâche que la vue du sang et des plaies ne devient que des soucis qu’elle doit résoudre - cela ne la dégoûte pas comme…


Le fait qu’il y a le sang de Soya sur ses mains. 


Elle se sent prise de vertiges et serre les poings pour se sentir vivante, pour sentir son corps répondre à l’une de ses injonctions, pour ne pas perdre la face. Sa vue se trouble à la pensée nauséabonde de ce charnier. Elle a déjà vécu une grande guerre sur Görana. L’étrangère sait ce que c’est. Pour autant, cela n’enlève en rien l’horreur cauchemardesque de ces conflits.


La survivaliste frotte ses mains comme une malade contre des lingettes désinfectantes qu’elle garde dans son sac bandoulière. Jusqu’à ce que tout le sang parte. 


Comment font-ils pour être si résistants ? Se demandait-elle en jetant des coups d’oeils aux autres individus à ses côtés. Vivre de nombreuses batailles doit certainement aider à se désensibiliser… mais à ce point ? La chasseresse se sent insignifiante, là, parmi ces autres personnes qui ne semblent pas être ébranlé autant qu’elle.


Sa main se glisse sur l’avant-bras de Scalieco pendant le chemin mais elle ne dit rien. Ses doigts exercent une douce pression sur la peau de ce dernier. Setsuka n’a pas envie d’être séparé de lui. Il est son seul repère amical ici et pour l’heure, son phare dans ces ténèbres qui emplissent le monde. Cette dernière lui jette un regard qui traduit son besoin d’être à ses côtés pour ne pas craquer. Elle n’arrive cependant pas à mettre des mots sur ses maux. S’il est nécessaire qu’ils se séparent, toutefois, elle s’efforcera de tenir le choc. Il n’y a pas d’autres options viables, après tout… céder au Chaos et à Ifrit tout de suite n’est pas au programme. 


Après quelques instants, elle retire sa main et retourne dans son ombre, en retrait. Cette dernière sort de son sac bandoulière une sorte de livre. Un ouvrage qui a été créé par Setsuka. Celui dans lequel elle dessine les différentes espèces qu’elle découvre au fur et à mesure de ses aventures. C’est son seul recours pour arriver à se reprendre. S’isoler dans ses dessins. D’ailleurs, elle a un talent indéniable pour cet art. Ses croquis sont très détaillés. L’on peut notamment voir Sharotto de dessiner sur les pages concernant les saiyans et ce que la göranienne a découvert d’eux jusqu’ici. Elle dessine toujours le premier représentant qu’elle croise d’une nouvelle espèce.


Alors, l’étrangère se met à dessiner Yiraeiphae dont elle ne connaît encore rien, à part plus ou moins l’anatomie. Absorbée dans ses dessins, cette dernière suit d’un oeil distrait le groupe. 


C’est la voix singulière du chef des lieux qui la fit relever le nez. Elle le salue d’un coucou de la main. La göranienne n’avait jamais encore croisé de Namek. Celle-ci s’empresse de tourner quelques pages pour créer un nouveau chapitre dans son recueil des espèces, et elle commence à poser les bases d’un dessin représentant cet homme. Elle en fit de même avec son acolyte tout autant atypique. Ses lèvres bien rebondies et colorée d’un rouge vif, et ses joues bien remplies lui donnait envie de le cajoler. La couleur noire charbon de sa peau plaît également à la chasseresse, qui affectionne les couleurs sombres. En plus, ça lui fait penser à son père adoptif qui lui aussi a une fourrure dans les mêmes teintes. 


Ils parlent d’une sorte de salle pour s’entraîner. Pour l’heure elle l’intègre sans vraiment l’intégrer. 


Après avoir terminé ses croquis tout en prêtant l’oreille à ce qui se disait, Setsuka croise le regard de Scalieco et hoche la tête. Elle suit le petit homme rond avec le turban blanc sur la tête d’un pas enjoué.


Salut ! Je suis Setsuka. J’ai quelques compétences en survie alors j’ai stabilisé l’état de ces deux personnes. Je ne peux pas faire grand chose d’autre à mon niveau mais j’ai les doigts assez habile pour t’aider si tu as besoin.” l’étrangère garde son livre ouvert et lui montre le croquis qu’elle a fait de lui. “Je dessine toutes les personnes qui sortent de l’ordinaire que je rencontre. Je peux savoir de quelle espèce tu es ? Et quel est ton nom ? En fait toutes les informations que je peux avoir à ton sujet je les consignerai à côté du croquis que j’ai fait de toi, alors ne lésines pas sur les détails !


Cette dernière écoute avec attention l’homme à la peau charbonnée et l’assiste au besoin. 

Passer du temps en compagnie de ce nouvel ami lui redonne le sourire. Notre göranienne est de retour dans son expression curieuse et joviale habituelle ! 


Entre temps, Scalieco annonce qu’il aimerait que la chasseuse se joigne à lui. Cela élargit son sourire jusqu’à ses oreilles ! elle acquiesçe vivement de la tête d’un grand sourire à son intention.


Avec plaisir !” répond t-elle, enthousiaste.


Ensuite, la survivaliste entend les pronostics de la femme végétale. D’habitude elle serait contente de pouvoir manger, mais son ventre reste fermé à toute consommation pour l’heure. La “pilule” n’est pas encore entièrement passée. Bref, notre jeune et vigoureuse göranienne se dirige d’un pas intéressé vers le tout-puissant namek, cette fois. 


Et toi aussi je t’ai dessiné ! Alors si tu veux me donner des informations sur ton espèce et sur toi-même, je serai contente de les noter !” dit-elle plus tard en s’approchant de l’homme vert qui est le dirigeant de ce lieu.


Et puis… encore un peu plus tard, elle reprend son dessin sur la femme végétale. Cette dernière se pose plusieurs questions sur son anatomie. Elle ne semble pas vraiment sexuée au niveau de ses parties génitales si l’on jette un oeil rapide de l’extérieur. Alors pourquoi cette femme plante a t-elle des mamelles ? Et de surcroît, aussi imposantes ? Est-elle capable d’enfanter et donc de produire du lait maternel, ou est-ce purement décoratif, mais alors quel est l’intérêt ? Cela doit être plus gênant qu’autre chose. Setsuka se dit qu’elle doit éclaircir cette situation.


Re coucou ! Comme tu étais très mal je ne sais pas si tu te souviens, mais je suis Setsuka et j’ai stabilisé ton état tout à l’heure.” commence t-elle en se dirigeant vers Yiraeiphae. “Comme je le disais à nos nouveaux copains, je dessine les individus atypiques en provenance d’espèce que je ne connais probablement pas, ou pas très bien en tout cas. Du coup, regardes !” elle montre son croquis très élaboré représentant Yiraeiphae. “Je t’ai aussi dessiné ! Et j’aimerai que tu me parles de toi et de ton espèce. Euh, bon je sais que l’on a pas encore mangé et que tu dois être fatiguée donc si tu veux on reparle plus tard. Mais j’ai des questions aussi, notamment au niveau de ton anatomie ! Es-tu sexuée ? Car tu as des mamelles imposantes mais je me demande leur fonction, car je n’ai pas l’impression que tu puisses te reproduire. Alors je me demande leur utilité si ce n’est pas le cas. Mais si tu peux te reproduire, alors je serai ravie d’apprendre comment ça se passe pour ton espèce !


Elle lui montre d'autres de ses croquis, toutes les informations qu'elle a consigné à travers le temps sur les espèces peuplant notamment Görana. La chasseresse pourrait en parler des heures durant ! La revoilà. Avec cette étincelle de curiosité dans ses prunelles, son sourire agréable et ses manières amicales. Setsuka dans sa pleine splendeur, avare de savoirs, de découverte et sans aucune gêne dans l’expression de ses pensées. Rien n’est sexualisé à ses yeux, de ce fait cela retire toute vision embarrassante des choses. 





Végéta
Végéta
Saiyan
Masculin Age : 29
Date d'inscription : 27/01/2019
Nombre de messages : 43
Bon ou mauvais ? : Bon
Zénies : 1000

Techniques
Techniques illimitées : Canon Garric // Super Vague Explosive // Energy Blade
Techniques 3/combat : Big Bang Attack // Gekiretsu Madan
Techniques 1/combat : Final Flash

Quand le temps nous est compté Empty
MessageSujet: Re: Quand le temps nous est compté   Quand le temps nous est compté ClockMar 3 Nov 2020 - 19:03
Erf, j'ai l'impression de vieillir avec le temps moi... Voilà que je me retrouve perdu dans mes pensées et mes souvenirs, lorsque nous nous rapprochons du palais de Dendé.
L'année d'entraînement auprès de Mirai Trunks dans la salle de l'esprit et du temps, la séparation des Z-Warriors après la victoire face à Cell, la vision de Bulma et des autres se faisant... avaler par Majin Boo, alors que j'étais au royaume des morts, les retrouvailles après l'affrontement avec Kid Boo...
Et voilà que j'y retourne avec des visages inconnus, sans trop savoir ce que je fabrique à accorder suffisamment de confiance à ces types, pour leur confier l'existence de cette dimension alternative et même de l'existence du Dieu de la Terre. J'espère que l'intuition que j'ai eu vis-à-vis d'eux saura nous servir avec le temps et que c'est un risque à prendre... ou simplement que je cherche à minimiser ce que je considère être une grosse erreur?

L'esprit embrouillé par tout ça, j'atterris au coté du guerrier aux potaras, qui se retrouve bien vite face à Dendé et Mister Popo et je roule bien vite des yeux au ciel, en décochant un léger mais ferme coup de coude à la tempe du guerrier fusionné:

- Bonjour Dendé.
Excuses le primate à coté de moi, je sais pas trop d'où il sort, mais dans le climat actuel, je trouve que l'on manque de bras pour protéger la planète de sadiques qui se croient tout permis à venir piétiner cette dernière et sa population, comme si c'était chez eux.
Et toi, le type aux potaras, tu devras t'y faire, vu que même l'ancien dieu de la terre était aussi un Namek.
Majin Végéta? C'est une période heureusement courte et qui a disparu corps corps-et-âme, il y a des années, je vois pas pourquoi tu m'en parles maintenant encore.
Merci, la salle nous sera plus qu'utile, surtout que... j'en ai grandement besoin...


Je grommelle et finis ma dernière phrase en la murmurant presque, croisant les bras en secouant la tête légèrement.
Lorsque Dendé s'approche de moi, étant le plus proche de lui, je désigne la femme verte d'un signe de tête léger, en la posant au sol:

- Occupes-toi d'elle d'abord, je peux encore tenir debout, contrairement à elle.

Je frémis légèrement, en entendant l'autre type aux potaras prendre la parole et surtout la direction des opérations. Kof, ce mec sort de nulle part et s'improvise chef du groupe maintenant?!? J'hallucine complètement!
Cependant, dans mon état actuel, je me fais violence pour ne pas faire la grogne habituelle et me contente d'écouter ce qu'il a à dire, tout en toisant une créature qui nous avait rejointe en cours de route et que j'aurai expédié dans les Enfers d'où il venait à coup de Final Flash, si j'avais pas la femme verte dans les bras.
Dabra... qu'est-ce que le roi des démons fout ici? Avoir entendu le nom de Majin Végéta tout-à-l'heure refait surgir bien vite d'autres souvenirs et je me souviens du sbire de Babidi qui s'était battu avec Son Gohan, alors que l'on cherchait à empêcher la résurrection de Majin Boo.
Mais il y a des trucs bizarres chez lui... Déjà, il manque son tatouage en forme de M sur le front, signe de la possession de Babidi. Et ensuite... son aura a l'air... différent d'avant... C'est trop bizarre...

Ensuite, il y aussi... ce Draven, le dernier à avoir posé son fessier sur le trône de la Terre, même si des rumeurs persistent sur l'autre, ce "Auros"... Je ne suis pas fan de la politique, après avoir pris des distances avec Végéta, et je ne comprends vraiment pas ce qu'il se passe sur Terre... mais bon, j'imagine que c'est mieux d'avoir un roi qui apprenne à se battre qu'un qui reste derrière son bureau à faire de la paperasse.
Au milieu de tout ça, il y a aussi une Saiyane, une vraie pile sur pattes interrogeant à gauche à droite et rien que la voir faire m'épuise, presque autant que si j'avais combattu dix clones de l'ébouriffé de tout-à-l'heure.
C'est chiant la jeunesse par moments...

Lorsque le type aux potaras a fini son sketch, je jette un coup d'œil circulaire aux environs, m'écartant peu à peu du groupe:

- Surveillons un coté du sanctuaire chacun! Et ceux qui restent ici, diminuez votre énergie jusqu'à l'annuler complètement, sinon on va se faire repérer à l'énergie et il vaut mieux éviter que l'ennemi trouve cet endroit!
Dendé, si jamais l'ennemi nous repère, cours te cacher dans la salle de l'esprit et du temps; si tu meurs, on perd les Dragon Ball et on risque d'en avoir besoin bientôt!
Jojiba
Jojiba
Saiyan
Masculin Age : 24
Date d'inscription : 27/04/2019
Nombre de messages : 127
Bon ou mauvais ? : Bon
Zénies : 1000

Techniques
Techniques illimitées : Mowing-Wave / Plantation faciale / Lasso d'énergie
Techniques 3/combat : Plowing-Combo / Brutal-Saiyan-Blast
Techniques 1/combat : Field-Eraser

Quand le temps nous est compté Empty
MessageSujet: Re: Quand le temps nous est compté   Quand le temps nous est compté ClockMer 4 Nov 2020 - 2:02
Je m’appelle Setsuka.

Quel était ce bruit? Ce bruit lointain, quasiment imperceptible tel un bourdonnement.

Je ne sais pas si dans ton état-

Quelques mots étaient brouillés, couverts par un sifflement sourd.

-stabiliser ton état !

Stabiliser? Etat? La voix était féminine, mais il ne la reconnaissait pas. Yiraeiphae? D'après la voix mystérieusement il recevait des soins, mais elle ne ressemblait pas à celle de sa nouvelle alliée, c'était donc une autre inconnue? 

Les pensées de Jojiba étaient désordonnées, floues, parfois même contradictoires. Sa prise sur la réalité se fragilisa de nouveau et les ténèbres reprirent sa conscience. 

Le saiyan n'avait pas la moindre idée du temps qui s'était écoulé depuis son dernier souvenir. Mais un visage lui revenait, celui d'un homme... Ou de deux? Sa mémoire était troublée par les multiples chocs qu'il avait reçu. Une image cependant occupait ses pensées, celle de son sauveur. Cet inconnu qui avait repoussé Wyatt, il le voyait, se tenant debout devant lui. Pourtant, l'image était tremblante et changeait pas moment, remplaçant ce héros doré scintillant au regard déterminé par un autre homme, celui-ci au regard triste, désemparé, une blessure énorme lui ouvrant l'abdomen, tachant sa tenue noire aux allures policières d'un rouge sanguin.

-Scalio! S'écria Jojiba en relevant le dos. Son réveil s'était produit plutôt brutalement et une créature était déjà en train d'essayer de le calmer. La chose ressemblait à un humain mais... Sans cheveux, à la peau verte, aux oreilles pointues et pourvu de deux antennes sur le sommet du crâne. De longues secondes passèrent durant lesquelles le fermier dévisageait le premier Namek qu'il ai jamais vu. Puis ses yeux se tournèrent vers l'assemblé qui était réunie ici.

La première chose qui lui sauta aux yeux fut la chemise rougeoyante du roi des Terriens : Draven! Il était vivant! Mais... Un coup d'œil à gauche et à droite ne firent que confirmer les craintes du fermier : aucun signe ni de Soya, ni de Riju. Il n'avait pas rêvé, elles étaient bien...

Alors qui étaient tous les autres? Il y avait bien la femme-plante qui était venu leur porter assistance contre Wyatt était là elle aussi... Mais les autres... Des saiyans... Quel était leur intérêt ici? Celui qui avait été dénommé comme étant "Vegeta" était là également. Avaient-ils un quelconques intérêts à se mesurer à Auros? Cherchaient-ils simplement un combat bestial et sanglant comme ceux qu'ils ont projetés sur la galaxie pendant des millénaires? Enfin, selon les dires de la mère de Jojiba bien sûr. Le sauveur au visage étrangement familier était là lui aussi, du peu que le fermier comprenait c'était cet homme qui dirigeait ici.

"Il semble évident que certains d'entre nous vont avoir besoin d'un peu de repos avant de débuter l'entraînement. Parce que oui, au cas où vous n'auriez pas tous pigé, on est pas là seulement pour se requinquer. Si ce que Végéta m'a confié est vrai, alors cette salle et son temps allongé sont une véritable aubaine. On va faire simple, j'entrerais en premier tandis que deux d'entre vous garderont le palais, le temps que les blessés se remettent. En somme, toi Végéta, et ton amie, vous passerez en second. Jojiba finira de se rétablir dans la salle avec moi, et j'aimerais que tu te joignes à nous Setsuka. Dabra, Draven, je compte sur vous pour assurer la sécurité du palais durant cette journée."

Il connaissait son nom? Intriguant, ou peut-être que quelqu'un le lui avait dit, cependant quelle était cette histoire de salle et de temps allongé? Qu'en était-il de ce palais? Et pourquoi devait-il y avoir autant de guerriers de l'espace présent?! Draven parlait avec eux, avaient-ils conclus une alliance? La situation était vraiment critique si il se retrouvait à devoir se liguer avec ces sauvages.

Après tout, la situation était peut-être bien critique, ne menaient-ils pas une guerre contre un dieu?... Un dieu... Un autre mot en D venait instinctivement à Jojiba, mot qui s'arracha de sa gorge lorsqu'il repéra dans la foule le diable à la peau rosée. Son esprit encore embrumé ne lui avait pas permis de comprendre que ce dernier était docile au milieu des autres, le fermier ne voyait en lui qu'une menace, qu'un danger direct à éliminer.

-Démon!! Rugit-il en se relevant d'un coup net. Boitillant dans la direction de la créature infernale, il commença à rouler des poings avant de s'effondrer au sol, il avait certes été soigné, mais il allait avoir besoin de plus que ça pour se remettre de ce que son corps avait subit. Mais sa rage bouillonnante, elle, n'avait en rien été entachée.

-Vous en avez pas eu assez?! C'est Demigra qui t'envoie c'est ça?! Va lui dire que où qu'il soit, il a intérêt à bien se cacher! Parce que quand je vais lui mettre la main dessus, il lui faudra plus qu'un petit village maudit pour m'arrêter! 

Il grognait de rage en tentant de se lever malgré tout. Il était réuni dans un endroit aussi petit avec des saiyans à ne plus savoir quoi en faire, et en plus de ça un démon s'était invité dans le lot, c'était insensé! Alors quoi? Il ne manquerait plus qu'ils se trouvent dans le repaire d'un dieu tiens, ça ce serait vraiment le comble!
Chronoa
Chronoa
PNJ
Féminin Age : 82
Date d'inscription : 19/10/2018
Nombre de messages : 76

Quand le temps nous est compté Empty
MessageSujet: Re: Quand le temps nous est compté   Quand le temps nous est compté ClockJeu 5 Nov 2020 - 12:42

Ensemble, le groupe terrien se préparait à l’entrainement, comme eux, d’autres justiciers se lançaient dans la résistance contre le vil Auros. Cet effort commun s’intensifiait à chaque heure qui passait, la liberté de l’univers 7 en étant l’ultime objectif. Mais les mortels n’étaient pas les seuls à douter des bonnes intentions du conquérant, les superviseurs divins se trouvaient eux aussi dos au mur. C’est ainsi que dans la plus grande des surprises, le groupe pu remarquer la transposition, face à eux, de deux individus. Inconnus pour beaucoup, c’est le Kaioshin Shin et son serviteur Kibito qui apparaissaient sur le damier du palais flottant.

Quand le temps nous est compté 340?cb=20100424143927

Les apparences sont trompeuses : l’on soupçonnerait le plus âgé et mature des deux personnages d’être le chef, c’était une grave erreur. Chétif, la peau d’un pourpre léger, coiffé à l’iroquoise, c’était un nabot guère impressionnant qui s’avança le premier vers les différents héros. Le second à la stature imposante, aux airs aigris et à l’âge vénérable ne semblait qu’observer la scène. Il était probable que Shin ait coupé la plupart des protagonistes dans leurs élocutions, ce temps mort pouvait être pesant puisque l’être divin ne dit pas un mot, sondant simplement les défenseurs. Evidement, il reconnu tout de suite Vegeta, il sentit aussi l’énergie particulière des guerriers de l’espace enveloppant Jojiba, Scalieco et Setsuka. Il remarquait également une inconnue dont la nature était plus difficile à cerner : Yiraeiphae. La rareté de ses gênes associées de manière si particulière en faisait un véritable cas d’école biologique. Vinrent ensuite Draven, Dendé, Popo, rien de bien particulier.

Il fallait dire que Shin n’était pas omniscient, il ne voyait que ce sur quoi il se concentrait à l’échelle d’une région planète au mieux. Il n’avait donc aucune idée de qui pouvait bien être Jojiba ou Yukko. Le Kaioshin était contraint de se faire une image des combattants à l’aide de leurs auras et de la nature globalement bonne de leurs cœurs. Evidement, la réalité était plus complexe, surtout pour Scalieco et Vegeta.

« Salutations, je suis désolé de vous déranger en ces jours difficiles. »


Débutait le dieu de la création, son associé étant toujours aussi effacé.

« Le temps presse, je suis désolé de n’avoir pu intervenir dans vos batailles précédentes. »

Précisa-t-il, légèrement embarrassé en remarquant que les combats menés par le groupe n’étaient pas des victoires sans pertes. Quoi qu’il en soit, il était bon d’être clair et de se présenter à cette assemblée de héros.

« Je ne nommes Shin, je suis un Kaioshin, un peuple de Dieu destinés à superviser et aider les mortels. J’observe depuis quelques jours la menace que représente Auros. »


Il fallait dire qu’en bien peu de temps, l’empereur Elyséen s’était attaqué à Beerus, la Terre et maintenant la planète Vegeta, ceci en usant de son pouvoir de destruction sur plusieurs guerriers. Cet abus était intolérable et l’échec du félin divin ne devait pas signer la réédition du monde tout entier.

« Je comprends que la situation est désespérée et nous avons pris la décision moi et son collègue Kibito de vous assister dans votre résistance. Nous disposons de magies qui… »



« Shin !! »


Grommelait alors le, pourtant, discret assistant en pointant du doigt un personnage que l’être divin n’avait pas remarqué.

Spoiler:
 
« AHHHHHHHH ! »

« AHHHHHHHHH ! »


Quand le temps nous est compté Tumblr_n6crniYi4W1qbecsjo1_500


Emporté dans ses explications et l’empressement général, le superviseur à la coupe iroquoise n’avait pas porté attention à Dabra, le Roi des Enfers qui semblait de retour sur Terre. La surprise était totale, il était bon de rappeler que lors de leur dernière rencontre, Shin et le démon s’étaient affronté en opposition sur la résurrection ou non de Buu. Bien qu’il ne soit plus envouté par le magicien Babidi, Le représentant du royaume de ténèbres restait un interlocuteur indésirable par cet antécédent gravissime. La réaction ridicule du duo divin était donc tout expliquée, il était improbable de trouver un hypothétique fauteur de troubles du côté des héros. D’ailleurs, il faut aussi savoir que Dabra constitue une véritable menace potentielle, ce dernier dispose d’un grand pouvoir et est en mesure, s’il le souhaite, de facilement vaincre Shin et Kibito.

Après ce sursaut de surprise, l’intervenant du ciel parvint à reprendre ses esprits, interpelant immédiatement le démon.

« Dabra ?! Mais qu’est-ce que tu fais ici ? Je te croyais mort ! »


Mort ou en Enfer, ça ne changeait nullement la destination de l’âme de ce bourreau. Quoi qu’il en soit, des explications de la part du frère de Towa s’imposaient, coupant court à l’intervention du Kaioshin.




Dernière édition par Chronoa le Dim 22 Nov 2020 - 18:09, édité 2 fois
Dabra
Dabra
Demon
Masculin Age : 22
Date d'inscription : 13/09/2020
Nombre de messages : 19
Bon ou mauvais ? : Controversé
Zénies : 1000

Techniques
Techniques illimitées : Matérialisation Magique / Flammes Démoniaques / Sorcellerie Rémanente
Techniques 3/combat : Cape Swing / Impulsion Démoniaque
Techniques 1/combat : Crachat Pétrifiant

Quand le temps nous est compté Empty
MessageSujet: Re: Quand le temps nous est compté   Quand le temps nous est compté ClockJeu 5 Nov 2020 - 16:57
Le Roi de la Terre avait rejoint, lui aussi en retard, la scène de ces affrontements brutaux.
Il était de bon de voir que cet autre souverain était un homme d’action, surtout s’il est mieux intentionné que ne l’était le diable. A son chaleureux accueil, Dabra inclina respectueusement son chef pour le saluer. Des équipes de secours étaient déployées, mais le groupe de justicier ne resta pas plus longtemps. Les héros partirent dans les cieux, le prince des Saiyans en tête de file, comme pour leur montrer le chemin. Machinalement, Dabra suivit le mouvement, faisant confiance en Vegeta pour diriger la suite des opérations. Et il les emmena haut, très haut dans le ciel, au-dessus des plus lointains nuages, jusqu’à un curieux bâtiment.

Une sorte de dôme renversé, flottant dans les airs, et trônant en son centre un petit bâtiment pittoresque, le tout agrémenté de quelques arbres et palmiers ça et là. Voilà un endroit des plus agréables, en effet. Une question se posait toutefois : où se trouvaient-ils ? Était-ce la demeure de Vegeta ? A priori non, d’après le guerrier aux boucles divines, qui y cherchait plutôt un certain ‘Tout-Puissant’, avant que deux silhouette de petite taille ne prirent la peine de signaler leur présence. Il s’agissait alors de deux mortels ; un jeune Namek ainsi qu’un homme en tenue de djinn et à la peau si noire qu’elle le rendrait invisible même pour les yeux de Yakon ! Souhaitant la bienvenue au groupe, et en particulier à Vegeta qu’il semblait avoir rencontré par le passé, il était prêt à venir en aide aux blessés du groupe à l’aide d’une magie bien pratique. Il était apparemment le dieu protecteur de cette planète, et bien que sur l’échelle divine, ce rang ne signifiait pas grand-chose, c’était souvent eux qui permettaient à certaines planètes de ne pas sombrer dans la barbarie, et de ce fait méritaient tout le respect des justicier, dont Dabra qui s’inclina devant lui.

Le combattant doré exprima alors le plan d’action, s’imposant comme le leader à la place de Vegeta.
Comme le Roi démoniaque l’avait deviné, il n’était pas question de se reposer ici, mais de se renforcer à l’aide d’une « salle » particulière, bien que sa particularité échappe encore à Dabra. Par ailleurs, et à tour de rôle, les rôles étaient énoncés, et en raison de sa pleine forme, il était demandé à Dabra de surveiller le sanctuaire avec le roi humain, Draven, ce à quoi répondit fermement le démon, d’un hochement ferme de la tête.


« J’ouvrirais l’œil, et le bon ! »

Vegeta, lui, s’entretînt avec le dieu, qui prit de ses nouvelles. Entendant la discussion, Dabra fut étonné d’apprendre que le Saiyan ignorait encore l’existence de son machiavélique alter-égo, qualifiant ce moment de sa vie comme un temps révolu. Dabra ne voulait pas le faire souffrir en s’immisçant dans la discussion et en lui apprenant la survie de cette part d’ombre et ses ravages. Non, le moment n’était pas venu pour lui d’entendre cela. Il s’acquitta donc en silence de son rôle, tournant autours du bord de la structure pour vérifier que rien ne s’approche et s’amusant à écouter ce que disait la femme balafrée à la convalescente. Il n’y avait pas à dire, elle était pour le moins très crue. Mais il ne devait pas se laisser distraire, et instinctivement, il savait qu’il devait faire en sorte de diminuer son énergie pour la rendre invisible aux yeux d’un quelconque être malintentionné.

Mais l’hostilité ne vint pas d’en dehors de ce sanctuaire, loin de là.
L’un des blessés se redressa, vociférant à l’encontre du monarque des ténèbres, pour la bonne et juste raison qu’il était le monarque des ténèbres. Il avait parfaitement discerné ce qu’il était, ce qui n’était pas très difficile au vue de l’image que l’on se faisait des démons dans la culture populaire. Mais avant même de pouvoir dire quoique ce soit, le guerrier rondouillard affirma quelque chose de pour le moins atypique. Un nom dont même Dabra n’avait qu’une vague connaissance, et pourtant le nom d’un démon que nul mortel ne devrait connaître.


Quand le temps nous est compté Yidj

*Demigra ? Le Dieu Démon ?*

Pour être honnête, Dabra ne connaissait cet être qu’à travers des légendes. On disait qu’il sévissait il y a des millions d’années, là où Dabra lui-même n’avait pas bien plus de 10 millénaires d’existence. Un démon si puissant qu’il était reconnu comme une divinité, même parmi les plus puissants du Royaume Démoniaque. Mais il n’était pas toujours un tel phénomène, puisqu’il était à la base un serviteur du Paradis. La légende dit même qu’il avait joué avec la trame du temps elle-même et avait été stoppé par les dieux en colère. Mais même dans son ancien Royaume, il s’agissait-là d’un conte poussiéreux rarement évoqué si ce n’est pour faire peur aux jeunots et les dissuader de jouer avec le temps pour ne pas éveiller à leur tour la fureur divine.
Gardant son sang-froid, étonné et comprenant parfaitement la haine qu’on puisse ressentir à son égard, il répondit d’une voix franche.


« Je vous en prie, calmez-vous, vous avez besoin de repos ! Je suis bel et bien un démon, et mon nom est Dabra, mais je suis de votre côté. »

Mais alors qu’il allait s’expliquer, de nouvelles têtes s’invitèrent au groupe en un clin d’œil, outrepassant totalement la surveillance, certes amoindrie par la colère du gaillard à terre. Ce n’est que lorsqu’il entendit leur voix qu’il se retourna. Et cette fois-ci, ce furent des têtes que Dabra reconnu au premier coup d’œil !

Quand le temps nous est compté Oia6

« K-Kaïoshin ? »

En chair et en os, le Kaïoshin, némésis de son ancien maître Babidi, venait de faire irruption dans le refuge du Tout-Puissant, à la surprise générale. Et non seulement lui, Dabra reconnu aussi son disciple, qu’il avait par le passé assassiné de sang froid pour attirer les anciens héros dans un piège au sein du vaisseau du terrible sorcier. Une autre de ses innombrables exactions commises au cours de sa vie. Et alors que les dieux se présentaient aux mortels, le dénommé Kibito, puisque c’était son nom, prévint Shin en montrant leur ancien ennemi, Dabra en personne ! C’était à leur tour cette fois d’être surpris, et demandèrent des explications séances tenante sur la raison de sa présence ici.

Emporté lui aussi par une telle arrivée, l’ex-régent des enfers paniqua à son tour.
S’il y avait bien des gens à qui demander pardon, ces deux dieux étaient parmi les premiers, et pour cause, il avait tué l’un des deux ! La possession de Babidi n’était en rien une excuse, c’était de sa faute s’il avait facilement pu se faire manipuler. Le démon fonça maladroitement jusqu’à leur faire face, livide, avant de s’incliner brutalement pour former un angle parfaitement droit et par la même occasion meurtrir ses lombaires encore endoloris par leur récente résurrection affaiblie dans un ‘crack’ que tout le monde aura sûrement entendu ! Réprimant la douleur, le démon suait à grosse gouttes avant d’exprimer du fond de son cœur.


« Messire Kaïoshin ! Je suis profondément désolé de ce qui c’est passé la dernière fois ! »

Gardant la pose tout du long pour rester solennel, et surtout parce qu’il venait de se bloquer le dos, il s’expliqua à cœur ouvert, et surtout à vive et rapide voix, montrant bien à la fois son stress et son intention de dissiper le malaise ambiant né de son arrivé chez les Terriens. Il devait faire à la fois net, concis et crédible s'il ne voulait pas directement finir comme la cible à abattre du moment, bien qu'il ne se soustrairait pas à son châtiment.

« Après avoir été avalé par Majin Buu, le Roi Enma a jugé bon de m’envoyer au Paradis expier mes fautes ! Là-bas, j’y a rencontré des gens merveilleux qui ont su me montrer la voie du salut ! Mais depuis quelques mois, le Paradis se remplit à une vitesse folle ! Une crise sans précédent fait affluer les âmes dans l’Autre-Monde, et le Poste Frontière est surchargé ! Je me suis alors porté volontaire pour aider à gérer ces problèmes, et ma requête fut acceptée ! »

Redressant sa tête, et seulement elle, il plongea son regard dans celui de Shin avec un visage mêlant honte et confusion. Comparé au froid et cruel tyran qu’il avait connu il y a des années, c’était le jour et la nuit ! Le loup avait laissé place à l’agneau, sans malice ni mauvaise intention.

« Je suis ici pour réparer le tort que j’ai fait auprès des mortels, et ce par tous les moyens… Je vous en prie, laissez une chance de me racheter. »
Draven
Draven
Terrien
Masculin Age : 21
Date d'inscription : 10/05/2019
Nombre de messages : 42
Bon ou mauvais ? : Neutre bon

Techniques
Techniques illimitées : Contre favorable
Techniques 3/combat : Cobra Clutch /// Disqualification
Techniques 1/combat : Ola public!

Quand le temps nous est compté Empty
MessageSujet: Re: Quand le temps nous est compté   Quand le temps nous est compté ClockJeu 12 Nov 2020 - 15:23
Le trajet fut assez court finalement et nous arrivons tous à destination. Un magnifique temple avec un sol jonché de carreaux blancs, de la verdure, et quelques bâtiments chaleureux. S'il ne tenait qu'à moi, je n'aurais jamais pensé trouver une salle d'entraînement ici, encore moins une salle si spéciale telle que celle dont les guerriers de notre groupe discutent avec engouement. Était-ce réellement possible? Je ne demandais qu'à le voir pour le croire!

Je me perdais à regarder ici et là sans porter attention aux discussions. C'est une mauvaise habitude, surtout pour un dirigeant. Il m'arrivait parfois des mots aux oreilles comme "Tout-Puissant", ou "Salle de l'esprit et du temps" ou "Dragon Ball". Tout un jargon assez complexe et précis que je me devrais d'acquérir. J'espère en tout cas que mes compagnons du moment pourront m'aiguiller. Ce temple est tout bonnement ahurissant. Je ne cesse d'être émerveillé par cette architecture, et les questions se bousculent à l'intérieur de mon crâne. Portant mes yeux sur l'entrée, voici alors notre hôte.

Un petit homme prit la parole, et alors que celui qui se présenta auparavant comme Dabra s'inclina en signe de respect, je ne pus m'empêcher de l'accompagner. Les notions de politesse sont quelque chose de très important et je suis content de voir que certains n'ont pas oublier cela non plus.

Nous fûmes brusquement tirés de ce salut par Jojiba s'étant relevé d'un coup sec avec les yeux emplis de rage et de sang. Il accusa avec férocité notre compère à la peau rouge, le traitant de démon et d'avoir un quelconque lien avec Demigra, dont le saiyan en embonpoint m'avait déjà fait part. Il tomba avec fracas sur le sol tandis que les spécialistes de la médecine lui vinrent en aide. Je ne l'avais encore jamais vu ainsi, et pour tout dire nous ne nous connaissons pas depuis bien longtemps. Malgré tout, il m'avait paru sympathique et je n'aurais pas pu prédire un tel revirement chez lui.

Je restais assez proche du pauvre Dabra. Il semblerait qu'il ne soit pas apprécié de tout le monde pourtant son regard paraît innocent. Lorsque Jojiba en eut finit, je posais ma main sur l'épaule si haute de notre ami infernal. Un sourire amical et une petite formulation d'excuse accompagnait ce geste. Cependant, nul temps de sympathiser car de nouveaux personnages entrèrent sur scène. Et rebelotte, voilà qu'eux aussi étaient choqué face au bougre cornu. Ce dernier fila fissa pour s'excuser du plus profond de son cœur à ces deux énergumènes. Je commence à m'y perdre moi, pourquoi tout le monde semble si contrarier de sa présence? Aurait-il quelque chose à voir avec eux? Des histoires du passé qui ressurgissent depuis le néant confus? Mes songes tourmentés finirent par se concentrer sur le temple et notre présence ici même. 

Je fis un pas en avant, coupant peut-être une ou deux discussions. 

"Chers compagnons, je peux comprendre que des retrouvailles ma foi bien particulières sont en train d'avoir lieu, toutefois ne devrions-nous pas nous ressaisir pour un moment? Car le temps nous ai compté." 

Je pointais de la main le saiyan aux boucles d'oreilles brillantes.

"Pourquoi ne pas mettre en route le plan proposé tout à l'heure? Si la salle dont nous parlons depuis le début est à portée de main, nous aurons tous l'occasion de mettre au clair cette situation. Qu'en pensez-vous?" 

Un frisson me parcourut, j'ai certes déjà été élu dirigeant de la Terre et discuté avec un Dieu qui désirait détruire notre planète, mais là ce sont beaucoup d'esprits que je risque d'échauffer si mes mots ne sont pas bien choisis. En tout cas, je suis tout de même ravi d'être entouré par autant de guerriers voulant protéger notre planète et notre univers.

HRP:
 
Scalieco
Scalieco
Masculin Age : 23
Date d'inscription : 10/04/2020
Nombre de messages : 53
Bon ou mauvais ? : Arrogant
Zénies : 2730

Techniques
Techniques illimitées : One Inch Punch | Blitz | Union Scindée
Techniques 3/combat : Nova Strike | Full Counter
Techniques 1/combat : Exploding Finishing Blow

Quand le temps nous est compté Empty
MessageSujet: Re: Quand le temps nous est compté   Quand le temps nous est compté ClockSam 14 Nov 2020 - 1:37
Seul, je ne l'étais plus. Faire la rencontre de ces gus', après avoir reçu la précieuse aide de Setsuka, était une véritable aubaine. Au départ un homme, du moins en apparence, voilà que l'opposition face à Auros prenait la forme d'un véritable petit groupe. Et c'était sans compter les potentiels alliés, ces "amis", dont m'avait parlé la sauvageonne. Après avoir dispensé mes directives, je croisais les bras et attendait silencieusement, le regard grave, que toute notre charmante troupe se tienne prête. Dans le même temps, j'en profitais pour observer avec attention chacune de leurs réactions, sondant plus précisément le caractère de chacun. Ledit Végéta semblait en savoir beaucoup pour un simple Saiyan, et si sa signature énergétique n'avait rien d'exceptionnelle à première vue, il en était tout autre de son assurance. Bien informé, puisque connaissant les potaras en plus de cet endroit hors du commun, il s'empressa de renchérir sur mes indications en y ajoutant les siennes. Dans le même temps, il ordonna à ce Dendé de se cacher en cas de danger, révélant que sa vie était d'une quelconque manière lié à l'existence de "Dragon ball". Si ce nom ne m'était pas entièrement familier, je me souvenais des paroles de Kaito Shan au sujet de ces boules à souhaits. Plissant les yeux en fixant le Namek, je préférais me taire pour le moment, me reprenant en repensant à ce qui nous amenait ici.

De son côté, Setsuka faisait de son mieux pour assister l'extraterrestre dans son oeuvre, portant assistance tout en faisant montre de son empathie naturelle ainsi que d'un intérêt surdimensionné, presque gênant, à l'égard de nos compagnons les plus exotiques. Je roulais des yeux, laissant s'échapper un sourire en coin, avant que l'atmosphère qui tendait à se détendre ne se charge de nouveau. Un rugissement terrible, un nom prononcé de la plus injurieuse des manières venait d'échapper à un Jojiba tout récemment remis sur pieds. Fronçant les sourcils face à cette réaction disproportionné, je toisais sans mot dire le Saiyan qui commençait à s'avancer, titubant à moitié, en direction du dénommé Dabra. Notre ami semblait mal digérer la présence d'un être dont la race entière était notre ennemie, mais il s'emportait trop vite pour voir que celui-ci n'avait rien de semblables... Si ce n'était son apparence. Trébuchant tristement dans sa lancée, et rapidement assisté par le petit maître des lieux, le fier guerrier courroucé n'en démordit pas pour autant. Alors, sans aucune précaution, qu'il n'aurait bien évidemment pas pu prendre... Il hurla son nom.


DEMIGRA



Instantanément, alors que je venais à peine de décroiser les bras pour venir en aide au jeune Namek dans son initiative de calmer mon confrère, je me figeais. Une sueur froide, glaciale même, glissa le long de mon dos. BOBOM, c'était mon coeur qui faisait ce bruit sourd ? Et ce sentiment horrible qui grimpait en moi, cette rage brûlante qui s'éveillait c’est...c’est impensable...pourquoi ne parvenais-je pas à la maîtriser ? Peu à peu, rapidement même, mon énergie commençait à s’amasser dans mon corps, menaçant d’exploser et de créer une énorme bourrasque à tout moment . Je ne comprenais pas, je ne comprenais pas cette immense rage qui était en train de rapidement prendre le dessus sur moi, j'avais bien conscience de l'instant, mais mon corps semblait prêt à exploser, à se déchaîner. Je perdais le contrôle. Non, j’étais en train de perdre contre mon propre corps, contre cette partie grossièrement colérique en moi. Grimaçant, serrant les dents si fort que mes gencives se mirent à en saigner, mon regard s'arrêta sur mon bras gauche dont les veines avaient anormalement gonflées. Il tremblait, et s'apprêtait à tuer. Bon sang. Luttant contre cette partie de moi qui réclamait la violence, j'attrapais mon avant-bras gauche pour retenir cette autre âme vengeresse. C’est une sensation tout bonnement terrifiante, imaginez un instant votre bras trembler comme si une chose s’en était emparé! Je me souviens brièvement de Scalio qui réprimandait Boneco sur le fait qu’il ne veuille pas retrouver son bras, le rendant faible... Putain regardes-toi, sacré conseil!

Pendant que je luttais contre moi-même, pendant que je galérais à garder l’harmonie de mon être en un seul morceau, cette part vengeresse de mon être, qui venait de s'éveiller, il y avait encore deux autres gus' qui avaient fait leur apparition. La situation ne m'accordait pas le plaisir d'écouter attentivement leurs explications, et les quelques informations concernant leur identité qui parvinrent à mes oreilles n'eurent pour effet que d'attiser cette colère que je peinais à garder sous contrôle. Merde, merde, merde mais qu'est-ce qui m'arrivait, bordel ?! Les deux énergumènes se décidèrent évidemment à rejoindre Jojiba et à s'indigner de la présence du démon dans nos rangs, et alors que l'intéressé commençait à se plier en quatre pour tâcher de se défendre, voilà que le souverain terrien tentait de mettre un terme à tout ce bazar. De sages paroles que je perçu comme davantage de bouquant... Ca suffit….ça suffit…..ça SUFFIT! Je ne peux plus le contenir!!



???:
 


Toute cette rage sous forme d’énergie qui s’était accumulée en moi venait d’exploser tout d’un coup pour revêtir la forme du Super Saiyan, balayant toute la zone de ce palais de mon énergie. Transformation accompagné par un rugissement bestial dont la voix ne résonnait plus d'une double tonalité mais bien d'une seule et unique, celle de l'enragé qui avait éclipsé l'espace d'un instant son alter-égo raisonné. C'était ce rugissement qui avait ordonné le calme, résonné dans l'enceinte du palais céleste, et qui venait de terminer sur un guerrier haletant. La rage, difficilement maîtrisé, avait finalement pu être amoindrie. Seul un déferlement énergétique, un craquement sourd semblable au tonnerre se dispersant dans la vaste étendue nuageuse, avait su échapper à ma retenue. La manifestation du guerrier colérique s'était estompé aussi vite qu'elle était apparu, et j'étais de nouveau moi-même... Si seulement je pouvais me qualifier comme tel. Passant mes mains gantées sur mon visage dégoulinant de sueur, je me redressais en balançant ma tête en arrière, reprenant ma respiration en soufflant longuement. Ce qui venait d'arriver ne regardait personne, et le roi de la Terre avait raison, nous avions assez traîné. Ainsi, comme pour fuir le plus rapidement après cette prestation ridicule, j'adressais mes dernières paroles aux intéressés.

"Draven a raison... Pressons-nous. Vous autres les dieux, comprenez bien que Dabra, démon ou non, est notre allié dans ce conflit. Vos ressentiments des mes deux à son égard n'ont PLUS lieu d'être ici. Maintenant, si vous voulez bien, Setsuka, Jojiba, allons-y... On a beaucoup à faire."

Lançais-je tout bonnement en tournant les talons, avant de m'engouffrer dans le bâtiment qui menait à la salle, guidé par un Dendé complètement atterré par tout ce qui venait d'arriver en très peu de temps. Il s'empressait malgré tout de mener à bien son rôle, comme il l'avait promis.
Setsuka
Setsuka
Féminin Age : 29
Date d'inscription : 10/08/2018
Nombre de messages : 112
Bon ou mauvais ? : Neutre
Zénies : 1200

Techniques
Techniques illimitées : Création, Zanzōken, Laser de Gaksa
Techniques 3/combat : Aura bestiale, Mantra féroce
Techniques 1/combat : Esprit de Menolos

Quand le temps nous est compté Empty
MessageSujet: Re: Quand le temps nous est compté   Quand le temps nous est compté ClockMer 18 Nov 2020 - 13:33


Quand le temps nous est compté



Alors que la göranienne fait l’inventaire des spécimens rares qu’elle n’avait jusqu’alors pas dans sa bible personnelle sur les êtres vivants, du monde s’amassait de plus en plus en ces lieux. Cette dernière, plus à l’aise en grand groupe qu’en petit comité, est ravie de cette constatation. La chasseresse note par ailleurs que l’homme qu’elle a guéri tout à l’heure, celui un peu bedonnant est enfin sur pieds ! Enfin, il ne pète pas la forme non plus mais c’est déjà ça. Le Prince Vegeta est également de la partie.


Après avoir consigné les possibles éléments donné par la femme végétale, elle s’approche donc du fermier saiyan. Cette dernière avance une main vers Jojiba et lui tapote gentiment le haut de la tête - en se mettant sûrement sur la pointe des pieds pour cela.


Ne t’agites pas trop, tu n’es pas encore remis !” dit-elle avec un sourire réconfortant. 


Deux hommes étranges font leur apparition, deux créatures dont Setsuka ignore la race. Cette dernière, fidèle à elle-même, sort de nouveau son ouvrage et commence à dessiner ces deux protagonistes, prêtant une oreille distraite à ce qui se dit. Lorsqu’elle relève le nez, les deux font une tête très étrange !


Dans l’entrefait est arrivé un autre spécimen inconnu au bataillon : un homme aux oreilles pointues et à la peau rouge. Setsuka ne l’avait pas vu auparavant, trop aspirée par ses idées noires d’il y a peu. Encore un nouvel être à consigner dans son livre ! Décidément, la planète bleue attire les autres races de l’univers ! Il faudrait qu’elle pense à mieux se renseigner sur lui et les deux autres personnes qu’elle a dessiné auparavant ! Ils sont tous très exotiques à ses yeux,  et par extension très chouette. 


Salut ! Je vous ai dessiné !” Dit-elle en s’approchant à grands coups de “coucou” de la main vers Shin et son subalterne. “Mais d’où vous venez ? Je sens une aura spéciale autour de vous !


Les pauvres avaient probablement mieux à faire que de répondre à la curiosité intense qui se lisait dans les yeux de la guerrière, mais bon ! On ne peut pas échapper à Setsuka, surtout quand elle commence à parler !


Celle-ci écouta attentivement les réponses de ces deux personnes - s’ils avaient décidé de lui donner des informations - puis se dirigea vers Dabra. Entre-temps, elle capta enfin qu’il y avait encore un autre protagoniste dans la foule : Draven. Lui, Setsuka l’avait vu à la télévision ! C’est le dirigeant des terriens ! Pareille que pour Dabra, initialement l’étrangère ne les avait pas remarqué, car intégralement happée par les ténèbres qui s'immiscaient dans son esprit à cause du carnage d’il y a peu. Du coup, la chasseuse fit un autre “coucou” de la main à destination du grand blond président de la Terre pour le saluer. Par contre, pas besoin de le dessiner, parce que Setsuka avait déjà représenté deux terriens dans son ouvrage - deux personnes “lambda” qu’elle avait croisé en arrivant ici.


Dabra avait la peau rouge comme Kibito, cependant ils n’étaient pas de la même espèce visiblement. Alors la petite saiyan s’approcha à son tour de Dabra avec un grand sourire.


Et toi j’aime bien tes oreilles ! Tout le monde a l’air un peu déstabilisé de te voir ! Je n’ai pas trop suivi pourquoi mais ce n’est pas grave, moi aussi je suis contente de te rencontrer ! Je consigne dans mon ouvrage toutes les nouvelles espèces que je rencontre, alors tu peux m’en dire plus sur toi s’il te plaît ?


Alors que l’autochtone débriefe probablement avec ce dernier - déjà très sollicité, alors s’il faut il l’a ignoré ou envoyer paître - la réaction violente de Scalieco lui fait faire volte-face vers ce dernier. Cette dernière ouvre de grands yeux en ayant l’impression, quelques courtes secondes, de reconnaître le visage de Scalio. Un visage marqué par l’horreur et la fatigue, un visage qu’elle ne lui connaissait pas du tout. Cela la fit reculer d’un pas et l’emplit de terreur. Une vague froide glaça son dos. 


Tellement absorbée par toutes ces nouvelles têtes qui étaient arrivées en ces lieux, la göranienne n’avait même pas remarqué dans quel état de rage il avait macéré. L’étrangère ne savait pas vraiment pourquoi sur le coup, ayant écouté sans écouter réellement les conversations qui s’étaient nouées. Celle-ci lança un regard aimable à Dabra avant de retourner auprès de Scalieco lorsque ce dernier l’appela pour partir. Elle n’avait pas envie de le froisser davantage et comprenait que la situation n’était facile pour personne. 


Bon alors à plus tout le monde ! Faites attention à vous !” Dit-elle amicalement avec un petit sourire encore gêné par cette violente réaction qu’avait eue son homologue. 


La göranienne suivait donc son ami jusque dans la SET d’un pas égayé et décidé.






Bray Wyatt
Bray Wyatt
Terrien
Masculin Age : 34
Date d'inscription : 02/05/2018
Nombre de messages : 150
Bon ou mauvais ? : Je suis le rouge dans le blanc et le noir
Zénies : 1000

Techniques
Techniques illimitées : Hellfire / Fiendish Uranage / BlackOut
Techniques 3/combat : Mandicle Claw / Sister Abigail
Techniques 1/combat : Do not provoke HIM

Quand le temps nous est compté Empty
MessageSujet: Re: Quand le temps nous est compté   Quand le temps nous est compté ClockLun 23 Nov 2020 - 19:02
Le temps était compté, c’était le cas de le dire ! Auros était une menace que cet univers était tout sauf prête à accueillir. Après tout, rien ne pouvait être pire qu’un Dieu de la destruction d’un autre univers venu envahir un autre sous la manipulation d’un autre dieu, cette fois-ci démoniaque. Maintenant, tous les défenseurs de la Terre étaient en position pour protéger le palais du Tout-Puissant pour son petit secret à l’intérieur. Les meilleurs en premier, bien évidemment ! Avec un challenger surprise dans le lot pour encore plus de fun ! Mais il fallait occuper les autres en attendant. Il était temps pour… 
 
LA FIREFLY FUNHOUSE !
 
 
Au fond du palais du Tout-Puissant se mit à jouer une musique remplie de bonheur et d’entrain ! Comment ne pas être intrigué par cette mélodie si douce et ambiancée ?! Dans l’une des salles de la demeure du protecteur de la Terre se trouvait un téléviseur relativement ancien pour l’époque de cet univers. Le générique d’introduction de la Firefly Funhouse continuera de jouer jusqu’à que quelqu’un daigne y jeter un coup d'œil. À cet instant précis, il pourra voir Bray Wyatt, sous sa forme de présentateur, en train de placer deux photos sur le mur : une de Soya et une de Riju avec des croix rouges sur leurs yeux, avant de placer ses deux mains sur le côté de la tête avant de toucher du bout du doigt l’image de l’amie proche de Jojiba avec un effet sonore d’une petite clochette.
 
Il se retourna d’un coup avec un air joyeux et rempli d’allégresse tout en saluant de la main les téléspectateurs chanceux de voir l’ami de tous.
 
Bonjour, les lucioles ! Comment allez-vous aujourd’hui ? Moi, j’ai une journée remplie de rebondissements ! J'ai pu revoir un vieil ami !” 
 
Sa tête baissa tristement d’un coup tout en haussant les épaules.
 
Et j’ai dû lui dire au revoir pour un long moment.”
 
Avant de la relever avec les deux index, les yeux grand ouverts, avec un second bruit de clochette.
 
Mais ce n’est pas grave. La vie est faite de départs et de rencontres. Puis, soyons honnêtes, la mort par ici ne tient pas longtemps si vous êtes un préféré des dieux.”
 
Bien sûr, la mort n’était pas définitive si vous aviez la faveur des dieux ou d’autres entités surpuissantes qui pouvaient décider la résurrection de certaines personnes pour les servir. Bien sûr, les seuls personnes qui savaient cela ne devaient pas être bien heureuses d’avoir ce fait exposé. 
 
Aussi…”
 
IL a fait quelques dégâts au passage…”
 
“...quelques problèmes qui nous ont donné de nouvelles décorations pour la Firefly Funhouse ! Oooooh, ne sont-elles pas charmantes ?”
 
Dit-il en se mettant de côté pour présenter à la caméra les deux petits cadres des deux vaillantes guerrières qui avaient tout donné pour la survie du président.
 
Vous savez, IL m’aurait donné une autre illustration pour vous, mesdames, mais quelqu’un est venu le déranger. Un certain Scalio… après tout, ce show n’a besoin qu’un seul sex-symbol pour les mamans qui ont des parents infidèles, n’est-ce pas ? Hahahahaha !”
 
Les rires d’enfants accompagnant le rire du présentateur pouvaient donner un certain malaise et c’était certainement le but. C’est ainsi que Bray Wyatt prit cette infâme pose de l'émoticône :thinking: avant qu'une ampoule apparaisse au-dessus de sa tête et que son expression s’éclaircisse tout autant.
 
Ce qui me fait penser, avez-vous entendu la tragique histoire d’Auros l’idiot ? Il est en train de mettre en jeu Vegeta et sa colonie dans un duel à mort entre… et je cite : “Mithra, traîtresse de la Time Patrol; Vladimir Makarov, terroriste terrien; Kopi, membre de l’Alliance Maléfique et…”
 
L’image se brouilla et laissa place à des flashs rouges, certains montrant des parties du corps du Fiend avant de se focaliser sur les yeux du démon pour deux bonnes secondes le temps d’un flash, avant de passer à ceux du présentateur, Bray Wyatt, qui avait un regard aussi sérieux que perçant.
 
“... Motta…”
 
“...est-ce que la dénommée Yiraeiphae est parmi vous ?”
 
IL est après toi maintenant… ce que tu as fait est impardonnable…”
 
Ce regard restait complètement aussi froid que le vide intersidéral, fixé dans la caméra.
 
 
La musique se remit à jouer alors que la dégaine de Bray Wyatt passait d'inquisitrice à décontractée et aimable. Il se redressa et se mit à dire au revoir dans la main alors que son ton reprit celui d’un être charitable :
 
C’est tout le temps qu’on a ! Au revoir, bye ! Je vous aime tous !”
Yiraeiphae
Yiraeiphae
Autres Races
Autre / Ne pas divulguer Age : 21
Date d'inscription : 13/08/2020
Nombre de messages : 26
Bon ou mauvais ? : Neutre

Techniques
Techniques illimitées : Barrière Protectrice - Barrière Brisée - Barrière Suicide
Techniques 3/combat : Entrave Télékinétique - Téléportation
Techniques 1/combat : Black Hole Laser

Quand le temps nous est compté Empty
MessageSujet: Re: Quand le temps nous est compté   Quand le temps nous est compté ClockMer 25 Nov 2020 - 2:43
Isolée dans mon coin je me retrouve en pleine méditation. Je ne pense pas à ce que l'on peut manger par ici. J'y ai déjà bien assez réfléchi. J'ai déjà un plan pour préparer quelque chose. Je pense à tout autre chose. J'y pense depuis que cette Setsuka est venue m'adresser la parole. Elle a soulevé beaucoup de questions. Des questions dont l'importance m'est inconnue et pourtant... La curiosité me pousse à y réfléchir avant toute chose.

Pourquoi mes seins sont-ils si imposants ?
Comment est-ce que mon peuple se reproduit ?
Voulait-elle se reproduire avec moi ?

A se pencher sur ce genre de question Setsuka doit être une espèce de scientifique qui travaille à inscrire et à détailler chaque race dans un livre par la combinaison d'écritures et de dessins. J'espère qu'elle m'aidera à trouver les réponses à ces questions. J'ai bien peur qu'elles ne quittent jamais mon esprit.

Pendant ce temps plusieurs événement se sont produits. L'arrivée du démon parmi nous a éveillé la rage d'un Jojiba épuisé. L'arrivée d'un certain Shin à causé au dénommé Dabra d'expliquer les raisons de sa présence et de son existence qui de ce fait le rend plus noble et moins dégoûtant que je n'ai osé le penser. Le terrien dont le nom est Draven prononça quelques sages paroles pour rappeler à tous la raison de notre présence ici et couper court à toute distraction futile. Une perte importante de sang froid de la part du Saiyan aux étranges boucles d'oreille. S'en suivit finalement du départ d'un premier groupe dans cette salle si spéciale, et du passage d'une guerrière visiblement en retard de quelques secondes pour l'entraînement.

Le temps qu'ils restent à l'intérieur, il faut que ceux encore présents par ici se débrouillent pour garder ce lieu en sécurité. Quoi qu'il arrive, où que j'aille, je n'aurais qu'à me téléporter ici si je ressens quoi que ce soit. J'ai assez récupéré pour me déplacer librement en faisant usage de ma téléportation. Malheureusement... Je n'irai pas récupérer des aliments pour notre repas tout de suite.

Une étrange mélodie joue jusqu'à nos oreilles comme si elle était jouée à l'intérieur du palais. Attirée (probablement comme quelques autres) je pénètre aléatoirement l'une des salles du bâtiment à la recherche de la provenance de cette étrange musique. Jusqu'à trouver ce qui ressemble à une télévision terrienne. Une petite boîte carrée avec un écran. Ce même écran me montre un homme facilement reconnaissable en train d'accrocher à son mur deux photos aussi familières. Celle de la jeune demi-Saiyanne aux cheveux rouges, et celle de la Saiyanne qui assistait le président terrien. La vision de leurs cadavres hante encore mon esprit à cet instant même.

Ce présentateur dégoûtant qui n'anime en moi que haine et mépris s'amuse pendant ses premiers dialogues à jouer son petit rôle dans son petit monde. Si seulement je pouvais entrer à l'intérieur de cette boîte pour lui détruire son monde. Pour le détruire lui à son tour. Puis détruire cette télévision pour effacer toute trace de ses restes. Vient ce fameux moment. Cet odieux instant. Il annonce son meurtre. Présente ses "trophées". Il ose par la suite se plaindre de ne pas pouvoir afficher un troisième trophées, mettant en cause le sauvetage de la part du Saiyan aux étranges boucles d'oreilles. Il continue son jeu d'enfant. Il présente les actualités comme un bambin joue avec le feu. Je lui brûlerais ses doigts.

Pourquoi suis-je encore en train de regarder cet écran ? Ce n'est pas sain. Ce qu'il me fait ressentir n'est pas normal. La sagesse voudrait que je quitte simplement cette pièce. Je n'ai rien à faire ici. Mais à peine ai-je le temps de tourner les talons que sa voix décide de me retenir une nouvelle fois.

"...est-ce que la dénommée Yiraeiphae est parmi vous ?"

Cet appel me force à me retourner pour faire face à son regard. Il ne regarde pas à travers un écran. Il ne regarde pas à travers une caméra. Je le sens me regarder directement. J'espère qu'il me sens renvoyer son regard.

"IL est après toi maintenant… ce que tu as fait est impardonnable…"

Des paroles qui me coupent le souffle. Me font serrer les dents si fort que j'ai l'impression de pouvoir les éclater en forçant un peu plus. Les éclater comme mes poings pourraient exploser tant ils sont serrés. Il me donne envie d'exploser. De me jeter sur l'écran qui garde son visage affiché devant mon regard et de le réduire en cendres. Je ne suis pas une sauvage. Je sais garder le contrôle. Je vaux mieux que ça. Je vaux bien mieux que cet être abject. Et puis je pense aux autres, je ne dois pas faire monter mon énergie ici. Lorsque qu'il reprend pour nous faire ses adieux je prends une petite dizaine de secondes pour reprendre mon calme. Faire en sorte que mon cœur reprenne un rythme normal. Je retourne auprès des autres si ces derniers ne m'ont pas suivi dans cette pièce.

"L'idée de préparer un repas pour nous tous ne m'a toujours pas quitté l'esprit. Qui plus est, les chances d'améliorer notre humeur viennent de passer à 96%. Sauriez-vous où pourrais-je trouver de quoi créer quelque chose capable de nous remplir l'estomac en passant impérativement par le bon goût ?"

La question est posée généralement. Peut-être a-t-on de quoi faire directement dans ce palais ? Peut-être vais-je devoir aller fouiller la terre ferme ? Qu'importe. Je serais rapide et efficace, voilà ce qui compte.
Dabra
Dabra
Demon
Masculin Age : 22
Date d'inscription : 13/09/2020
Nombre de messages : 19
Bon ou mauvais ? : Controversé
Zénies : 1000

Techniques
Techniques illimitées : Matérialisation Magique / Flammes Démoniaques / Sorcellerie Rémanente
Techniques 3/combat : Cape Swing / Impulsion Démoniaque
Techniques 1/combat : Crachat Pétrifiant

Quand le temps nous est compté Empty
MessageSujet: Re: Quand le temps nous est compté   Quand le temps nous est compté ClockLun 30 Nov 2020 - 2:28
L’ambiance était électrique pour le diable rougeâtre.
Entre le guerrier à terre qui réagissait mal à sa présence, le super guerrier à boucles d’oreilles qui semblait à cran et les deux dieux, ses anciens ennemis de toujours, qui s’ajoutaient à l’équation, il fallait dire que rien n’allait comme l’avait imaginé Dabra. Ce fut après ses plus plates excuses que le sollicita une nouvelle protagoniste ; une femme au visage balafré, et visiblement des plus amicals. Dans son regard brillait une sympathique lueur d’incrédulité mêlée à de la curiosité, ce qui eut le don de détendre un peu le démon. En réalité, elle semblait simplement le découvrir, avec les yeux d’une simple enfant. Naturellement pris au dépourvu, il essaiera néanmoins de répondre avant d’être brusquement interrompu par un coup de sang impressionnant de la part du combattant doré, irradiant d’une puissance si forte que Dabra en tomberais presque à la renverse. Et il n’était pas le seul dans ce cas-là, Shin et son collègue lui-même étant de même coupé dans leur réponse, qui avait l’air plutôt positive, au plaidoyer du roi des ténèbres.

S’il fallait éviter de se faire repérer, c’était râpé, une telle signature énergétique devait être ressentie depuis au moins l’autre côté du système solaire ! Mais dans sa colère, il exprima néanmoins l’ordre de tenir le souverain comme l’un de leurs alliés. Une réaction qu’aurait apprécié ce dernier si elle n’avait été aussi… Excessivement expressive. D’un appel sec, il appela le premier groupe à le suivre jusque dans cette fameuse salle d’entraînement, ce qui laissèrent Dabra, Vegeta, Draven, l’une des convalescentes et les deux habitants du Palais seuls pour défendre l’endroit. Monter la garde était une priorité, et pour cela, il fallait être sur le qui-vive, tous les sens à l’affût. Quand soudain, un son pour le moins curieux vient résonner dans ses grandes oreilles.


« De la musique ? Ce palais abriterait-il aussi des troubadours ? »

Non… Quelque chose sonnait faux. A l’entendre, on jurerait qu’il s’agissait là enregistrement. Mais d’où pouvait-il bien provenir ? La femme végétale, d’ailleurs, fut elle aussi interpellée par ce son, et partit en chercher la source. Peu rassuré, Dabra l’accompagna. Quelque chose de louche se tramait, ça, il le sentait jusque dans ses os. La suivant jusque dans une pièce munie d’une machine archaïque, le diable put constater qu’elle affichait sur son écran un terrien. Son aspect était massif, et jurait avec le décors qui l’entourait. Il s’exprima dans un langage enfantin, comme s’il parlait à des petits bambins, et les bruits dans le fond ne faisaient que s’ajouter à cette... Emission ?

« C’est lui… C’est le monstre de tout à l’heure. »

Non, ce n’était pas une émission. Le Diable plissa les yeux, poings serrés alors qu’il fit ce constat : cet homme affichait fièrement les visages des victimes qu’avait entrevu Dabra en arrivant sur les lieux, peu avant qu’il ne s’échappe par un subterfuge magique. Et c’en était sans doute un nouveau de se manifester de cette façon. Naturellement, il n’y avait plus de doute possible lorsque ce présentateur étrange laissait place au monstre. Il affirma néanmoins savoir des choses sur la situation du côté d’Auros, le Dieu de la Destruction qui faisait tant de tapage. Hélas, tout ce qu’il dit était inconnu pour le démon, qui ne reconnaissait aucun nom si ce n’était celui de Vegeta, ce qui pour le coup ne faisait pas vraiment de sens, le vrai Vegeta étant lui-même juste ici.

Et c’était alors que la femme comptait repartir qu’un nom fut énoncé par ce colosse malsain, probablement le sien au vu de sa réaction. Ce… Psychopathe là… Ce n’était pas qu’un meurtrier. C’était un tourmenteur, un être pervers qui se joue d’autrui, sans doute simplement pour son amusement personnel. Là, il se pavanait tout en menaçant la rescapée de sa tuerie, avec le sourire d’un môme qui torture des insectes quand il s’ennuie !

Quand le temps nous est compté H7sn

« Au cours de ma vie, j’ai vu bien des âmes retordes arpenter le cosmos, qu’elles viennent de mon Royaume ou d’ailleurs… Mais celle-là, elle doit faire partie des plus viles. Je peine à croire qu’il s’agisse d’un mortel. »

Affirma Dabra, qui aurait bien coupé en tranche cette machine possédée si seulement il avait l’aval des maîtres de maison. Se tournant vers la première intéressée, il remarqua son intense colère transparaître. Mais elle s’efforçait de rester maîtresse d’elle-même, et c’était admirable. Préférant ne dire mot, l’ex-Roi d’En Bas sortit avec elle retrouver le reste de la troupe et exprima son enthousiasme à l’idée de manger, lui qui n’avait rien avalé depuis sa résurrection. C’était vrai, cela renforcerait le moral de tout le monde de se retrouver en face d’une belle assiette.

Et puis, plus que dîner, il s’agissait aussi de faire à dîner, et ça, c’était quelque chose que l’ancien Dabra n’aurait jamais songé faire de toute sa vie ! C’était un travail de sous-fifre ! Mais, livré à lui-même au Paradis pendant tant d’années, il eut tout le temps de rattraper son retard culinaire pour se cuisiner des bons petits plats, troquant son talent au sabre contre celui d’un couteau de cuisine ! Ses invités étaient toujours reçus avec le meilleurs que l’au-delà avait à offrir. Le Diable y mettait même un point d’honneur !


« Je ne saurais pas dire où trouver les ingrédients ici, mais je serais ravi de manger un morceau, assurément ! D’ailleurs, si jamais vous avez besoin d’aide pour cuisiner, je suis le diable de la situation ! »
Draven
Draven
Terrien
Masculin Age : 21
Date d'inscription : 10/05/2019
Nombre de messages : 42
Bon ou mauvais ? : Neutre bon

Techniques
Techniques illimitées : Contre favorable
Techniques 3/combat : Cobra Clutch /// Disqualification
Techniques 1/combat : Ola public!

Quand le temps nous est compté Empty
MessageSujet: Re: Quand le temps nous est compté   Quand le temps nous est compté ClockLun 7 Déc 2020 - 17:41
"Cette architecture est tout bonnement splendide, de plus ces arbres rayonnent au soleil. Si seulement j'avais un papier pour noter tout cela. L'urbanisation de certaines zones est parfois invivable, un peu de verdure n'a jamais fait de mal, au contraire et-"


Alors que je me retournais pour demander l'avis à mes compagnons du jour, je fus sidéré de voir que le seul être à m'avoir suivi était un petit bonhomme en embonpoint, un turban sur la tête et la peau aussi noire que l'aura que dégageait Auros. Pourtant ce petit personnage ne semblait en aucun cas malfaisant, je dirais même qu'il avait l'air sympathique.


"Euh... Bonjour, excusez-moi mais je crois m'être perdu dans votre magnifique lieu de paradis. Mais où ai-je la tête, je suis Draven, l'un des membres du groupe arrivé ici plus tôt. J'étais en train d'observer les fresques et autres mosaïques quand soudain tout le monde a disparu et je n'ai pas eu le temps de dire quoi que ce soit. A moins que je ne me sois déplacé sans m'en rendre compte... ce qui expliquerait pourquoi je ne suis plus au même endroit. D'ailleurs vous ne sauriez pas où nous sommes là tout de suite, monsieur euh... monsieur..."


Ce étrange énergumène ne bronchait pas. Impossible d'effacer ce visage bienveillant de sa tête. Après un bref instant, il m'indiqua les différentes parties de cet endroit. Une petite visite de courtoisie si l'on puit dire. Il me révéla même son nom, monsieur Popo. Un nom singulier mais qui lui allait comme un gant, de mon point de vue. Tandis que nous marchions tous deux, je fus incroyablement surpris que mon interlocuteur possède une culture immensément vaste. Loin de moi l'idée de préjuger des valeurs de quelqu'un, toutefois même les personnes les plus cultivées de mon entourage n'ont pas la moindre culture face à ce pilier de savoir. Nous avons parlé, géographie, histoire, mathématiques, astronomie, puis politique et je dois avouer que j'ai accueilli certaines de ses idées avec joie. Peut-être seront-elles mises en place un jour? 


Un grognement intempestif nous sortis de notre discussion. En effet, tout ce temps passé en mission pour la Terre m'avait fait oublier à quel point mon estomac était vide. Cela faisait bientôt plusieurs jours que je n'avais pas avalé quelque chose. Mon acolyte me prévint que les cuisines n'étaient qu'à quelques pas et que nous pourrions préparer quelque chose à manger. Sur ces sages paroles, nous fonçons en direction des fourneaux. 


"... et ici voilà les épices."

Quel bonheur, une véritable cuisine totalement équipée de A à Z, sans la moindre tâche, sans le moindre imbécile pour vous mettre des bâtons dans les roues. Oh je me rappelle encore des leçons de cuisine de ma mère, son soufflé au fromage était si délicieux...

Reprenant un brin de sérieux, je remerciai mon hôte et lui demandai si par un hasard des plus propices je pouvais m'enquérir des ressources de la dite cuisine. Il me répondit avec joie que tout ce qui était ici pouvait être utilisé comme bon me semblait. Je pris mon cher Popo dans les bras avant d'enfiler un tablier rose à froufrou, de me laver les mains, remonter mes manches et préparer mes ustensiles. 

Pendant que je m'active comme un fou aux cuisines, je ne sais toujours pas où sont passés mes amis de tout à l'heure, en tout cas j'espère pour eux qu'ils ne mettront pas trop de temps à arriver. A l'heure actuelle je crie sur tout, sur les cuisses de pintade, sur le moelleux au chocolat, sur les couteaux, sur le zeste d'orange et sur la sauce au vin et même sur le balai à franges parfois. Si quelqu'un venait à entrer maintenant je pense que je lui ordonnerais, avec tellement de rage, de s'occuper de la cuisson de la viande et de hacher menu la ciboulette et le persil comme un vrai petit commis que cette personne n'aurait même pas le temps de réfléchir que son corps le ferait déjà. Pour être président, commentateur ou chef de cuisine, il faut de la poigne, et le fait que mes mains soient occupées avec les blancs en neige ne change rien à ma détermination de réussir ce bon petit plat.
Yiraeiphae
Yiraeiphae
Autres Races
Autre / Ne pas divulguer Age : 21
Date d'inscription : 13/08/2020
Nombre de messages : 26
Bon ou mauvais ? : Neutre

Techniques
Techniques illimitées : Barrière Protectrice - Barrière Brisée - Barrière Suicide
Techniques 3/combat : Entrave Télékinétique - Téléportation
Techniques 1/combat : Black Hole Laser

Quand le temps nous est compté Empty
MessageSujet: Re: Quand le temps nous est compté   Quand le temps nous est compté ClockDim 13 Déc 2020 - 14:31
Ce diable vient-il réellement de m'arracher un rire de cette manière ? Je me suis résignée au fait qu'il ne devait pas être si maléfique que ses confrères. Mais un rire ? Un sourire ? Vraiment ? Est-ce une bonne chose ? Une mauvaise ? Ai-je le bon comportement vis à vis de lui ? La bonne mentalité ? Sa présence et son aura me rend légèrement moins inconfortable. Cette réalisation me fait ressentir du dégoût pour moi-même. Devrais-je accepter ce sentiment ou le repousser ? Je ne sais pas. Je ne suis pas sensée parler aux démons. Je suis sensée les combattre. Ce Dabra force mon âme elle-même à se poser toute sorte de questions existentielles. Je vais avoir du mal à dormir pendant un moment.

Je décide de faire abstraction de mon petit rire en priant qu'il soit aussi discret que possible avant de répondre au Diable de la situation d'un hochement de la tête. Avant de pouvoir faire le moindre pas, un nouveau son semble nous parvenir. Le son d'un autre Diable au grand cœur. Un homme qui lorsqu'il parle des flammes de l'Enfer parle du feu de ses fourneaux. Un homme avec une longueur d'avance sur moi et mon compagnon maléfique. Une petite balade à travers le palais du Tout Puissant nous mène jusqu'à Draven. Le dirigeant est au cœur d'une activité qui démontre tout ses qualités de chef, et c'est la goûte de sueur sur son front qu'il essuie d'un geste vif qui nous le dit. Sa bouche est occupée à m'hurler de faire attention à la cuisson de la viande. Son tablier rose quant à lui nous hurle son sérieux.

Quelque chose se réveille en moi. Quelque chose qui ne m'était pas arrivé depuis fort longtemps. Un ordre. Ho, souvenir lointain... Un ordre acceptable. Un ordre qui me fait ouvrir les yeux grands de surprise. Comme si il s'agissait d'un automatisme chez moi, je ne peux m'empêcher de lui obéir aveuglément. Je dois m'occuper de la cuisson de la viande.

Une viande du genre que je n'ai jamais aperçu une seule fois de toute ma vie. Pourtant je sais déjà ce qu'il faut faire pour qu'elle approche le plus possible le niveau de la perfection elle et sa sauce. Je sais à quel instant précis je dois la sortir de sa casserole. Je sais quel assaisonnement lui irait au mieux. Je sais... Je sais ce qui est mieux pour moi ?! Non ! Je dois savoir ce qui est mieux pour les autres ! Mes goûts ne sont peut-être pas les leurs ! Peut-être n'apprécient-ils pas les même choses que moi ? Je dois me concentrer, réfléchir ! Devrais-je leur demander à quel niveau de cuisson veulent-ils la viande ? Devrais-je demander une taille particulière pour la ciboulette et le persil ? Si je ne fais pas attention... Je sais quel destin m'attend.

"Dabra ! Draven ! La viande ! Comment la voulez-vous ?! Tendre ou plus cuite ?! Le persil et la ciboulette ! Quelle taille les voulez-vous ? Atomiques ou au milimètre ?! Il faut choisir ! MAINTENANT !"

Le temps presse.

Après avoir reçu mes ordres, je les applique du mieux possible. Je dois agir parfaitement et répondre correctement au moindre conseil que l'ont pourrait me demander. Ce jusqu'à ce nous en aillons fini avec cette guerre.

Nous cuisinons pour les estomacs affamés !

WE ARE THE COOKS !
Contenu sponsorisé

Quand le temps nous est compté Empty
MessageSujet: Re: Quand le temps nous est compté   Quand le temps nous est compté Clock
 
Quand le temps nous est compté
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [UPTOBOX] Les Charlots en folie : À nous quatre Cardinal! [DVDRiP]
» Quand deux corps s'enflâme [Pv Mafuyu Nekokami ][Hentaï]
» À nous les garçons [DVDRiP]Comédie
» Mes yeux ne sont pas si bas... regarde un peu plus haut ça marchera peut-être mieux entre nous. (suite) //+18// //HENTAÏ//
» Un p'tit bain... Et plus? [ Seiko ♥ ] -Hentaï-

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPGDBZ :: RPG :: Terre :: Palais de Dieu-