Partagez
 

 Une journée en Enfer

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Seven Deadly Sins
Seven Deadly Sins
Demon
Masculin Age : 42
Date d'inscription : 28/11/2017
Nombre de messages : 128
Bon ou mauvais ? : Individualiste
Zénies : 1503

Techniques
Techniques illimitées : Inversion de Personnalité / Free-Water / Dodging Bullets
Techniques 3/combat : Copie / Furie
Techniques 1/combat : Leviathan

Une journée en Enfer Empty
MessageSujet: Une journée en Enfer   Une journée en Enfer ClockJeu 9 Mai 2019 - 23:01


L'Enfer. Lieu infini de tourmentes éternelles. Ce monde était découpé en d'innombrables royaumes de tailles diverses. Chaque secteur était dirigé par un démon de haut rang, qui gouvernait les démons inférieurs, les bourreaux qui torturaient et s'assuraient que tout fonctionnait correctement. Chaque dirigeant décidait de la décoration de la parcelle qui lui était attribuée, et était chargé de trouver les tortures appropriées aux âmes qu'Enma envoyait. Lorsqu'une âme était condamnée à l'Enfer, elle passait par une sorte de centre de tri, comme une lettre à la poste, et était envoyée dans le royaume qui lui correspondait le mieux, en fonction du mal qu'elle avait commis de son vivant.

Parmi ces innombrables royaumes, sept d'entre eux se démarquaient des autres. On les appelait les Sept Cercles de l'Enfer, et pour cause, il y en avait un pour chaque péché capital inventé par le Dieu des Anges. Orgueil, Luxure, Avarice, Envie, Gourmandise, Paresse et Colère. Leurs dirigeants, d'antiques démons qui étaient à l'origine de tout le mal qui régnait dans le monde des mortels, s'étaient autoproclamés Princes de l'Enfer après avoir corrompu le monde des vivants.

Bien qu'on les appelait Cercles, ils n'avaient pas forcément une forme circulaire, et leurs surfaces étaient inégales. Le cercle de la Colère était probablement celui qui ressemblait le plus à l'image traditionnelle que l'on pouvait se faire de l'Enfer. Il y avait des flammes et des lames, des cris de souffrance, de fureur et de haine qui ne cessaient jamais.


Spoiler:
 

Du haut d'une montagne de crânes et de cendres, Satan siégeait sur son trône de pierre, et regardait, avec satisfaction, l'immense étendue qui se présentait à lui. Un désert de cendres incandescentes s'étendait à perte de vue. Les corps des damnés marchaient indéfiniment, les uns derrière les autres, à la file indienne, tous reliés par une chaîne de fer ornée de pointes qui leur transperçaient le ventre. Leur masse était cent fois plus élevée que celle qu'ils avaient de leur vivant, ce qui rendait leurs corps bien plus lourds, et leurs mouvements plus lents et pénibles. Leurs corps s'épuisaient, ils pouvaient saigner et souffrir éternellement, mais ils ne pouvaient plus mourir. Lorsqu'un maillon de la chaîne tombait d'épuisement, des démons se chargeaient de le fouetter avec une autre chaîne ornée de pointes, jusqu'à ce qu'il se relève. Et s'il ne le faisait pas, c'était les maillons situés devant lui qui étaient contraints de se le traîner. La chaîne devait être constamment en mouvement, car si l'un d'entre eux s'arrêtait, le sol de cendres se dérobait sous son corps pour l'absorber, comme des sables mouvants mais effroyablement brûlants, et il entraînait le reste de la chaîne avec lui, provoquant la fureur de ceux qui le suivaient ou qui le précédaient et qui devaient redoubler d'efforts pour ne pas souffrir davantage.

Satan était satisfait de sa méthode de torture. Au début. Puis, rapidement, il se lassa. Comme de tous ses précédents essais. Il tapa du poing contre le bord de son trône.



"J'en ai marre ! Cette torture est trop classique ! Je préférais celle de la file d'attente infinie !"

Puis il claqua des doigts. Les cendres, les chaînes, tout disparut. Les damnés se retrouvaient désormais dans de longs couloirs tortueux, toujours les uns derrière les autres, mais sans souffrance physique, cette fois. Leur torture était d'attendre. Continuellement. Sans aucune autre activité, sans aucun moyen de se distraire. Imaginez une file d'attente à Disneyland. Qui dure toute la journée. Puis toute la nuit. Puis qui dure encore le jour d'après. Et encore celui d'après. Et ainsi de suite. Toutes les cinq minutes, environ, ça avançait d'un petit mètre. Mais on en voyait jamais le bout. Car il n'y avait pas de fin. Tel était l'Enfer des impatients, des nerveux, de ceux qui avaient eu le sang-chaud de leur vivant et qui n'avaient su contrôler leur colère. De toutes les tortures que Satan avaient essayé dans son royaume, c'était celle qu'il préférait. Le problème, c'était qu'il finissait toujours par se lasser des tortures qu'il infligeait, et avait toujours envie de changer.

L'un de ses secrétaires s'approcha de lui.


"Saigneur tout puissant, si vous voulez que cette torture soit efficace, peut-être faudrait-il arrêter d'en changer trop souvent."

"LA FERME !!!"
s'écria Satan, avant de prendre un crâne aux pieds de son trône et de le balancer de toutes ses forces dans la tête du démon, ce qui la lui arracha.

Puis il tapota des doigts de la main droite sur le rebord de son trône, tout en posant le coude gauche sur l'autre bord et appuyant sa tête contre sa main.


"Et dire que pendant que je m'emmerde à essayer de trouver de nouvelles tortures, mes connards de frères et sœurs sont en train de faire la guerre aux autres royaumes de l'Enfer pour agrandir les leurs... Ces enfoirés ne m'ont même pas consulté ! MOI, SATAN, l'origine même du Mal !... Saloperie de Lucifer qui pète plus haut que son cul, tu as cru bon de m'ignorer, hein ?... Tu vas voir ce que tu vas voir !... Puisque c'est comme ça, je vais entrer dans le conflit, moi aussi ! Mais je serai pas avec eux, nan... Lucifer, Mammon, Asmodée, Leviathan et Belzébuth... Ils peuvent aller se faire foutre ! Je vais leur apprendre à s'allier entre eux, sans même penser à leur frère ! Moi aussi je vais faire la guerre en Enfer ! Et je serai ni avec eux, ni avec les autres, j'aurai mon propre camp ! Je suis Satan, l'Adversaire, et je vais le leur prouver ! Je piétinerai leurs royaumes et dévasterai leurs cercles, l'Enfer sera à moi ! Ha ha ha ha ha !"


Il se leva brusquement, et s'écria :

"BELIAL !!!"

Aussitôt, un démon surgit de nulle part et s'inclina devant Satan. Bélial était son second, son fidèle bras-droit, c'était également l'un des démons les plus puissants et le premier que Satan avait lui-même créé.

"Oui, votre Horreur."

"Trouve les êtres les plus puissants parmi nos damnés colériques, et transforme-les en démons. J'ai besoin d'agrandir mon armée !"

"C'est comme si c'était fait. A ce propos, nous avons récemment reçu un damné qui ferait un très bon général pour votre armée démoniaque. C'est un excellent stratège militaire, qui a fait de merveilleux génocides sur la planète Terre. Un spécialiste de la Blitzkrieg, je pense qu'il va vous plaire. Il se nomme Adolf Hitler."

"Parfait ! Il a intérêt à pas me décevoir. Il faut qu'il soit à la hauteur de ce général de l'armée de Lucifer, ce type au surnom pourri et à l'ego surdimensionné, enfin, pas étonnant pour un connard du cercle de l'Orgueil... C'était quoi déjà son nom ?"

"Vous voulez sans doute parler d'Alexandre Le Grand, son général invaincu depuis plus de 2000 ans ?"

"Ouais, voilà. Y a intérêt à ce que mon champion Adolf mette une dérouillée à cet Alexandre Le Gland, sinon ça va barder !"

"Je me chargerai personnellement de son entraînement. Lorsque son âme sera convertie en démon, je pense que nous pourrons faire de lui un excellent sorcier pyrokinésique. Il a toujours eu un faible pour les petits fours."
Seven Deadly Sins
Seven Deadly Sins
Demon
Masculin Age : 42
Date d'inscription : 28/11/2017
Nombre de messages : 128
Bon ou mauvais ? : Individualiste
Zénies : 1503

Techniques
Techniques illimitées : Inversion de Personnalité / Free-Water / Dodging Bullets
Techniques 3/combat : Copie / Furie
Techniques 1/combat : Leviathan

Une journée en Enfer Empty
MessageSujet: Re: Une journée en Enfer   Une journée en Enfer ClockMar 14 Mai 2019 - 23:52
Un petit homme doté d'une petite moustache noire qui faisait la largeur de son nez se promenait d'un pas pressé et nerveux au milieu d'une rue bondée de mondes. Il n'avait de cesse de regarder autour de lui, jetant des regards à la fois apeurés et haineux envers les personnes qu'il croisait. Ils avaient tous de longues barbes et portait un chapeau noir ainsi que des costumes noires, il s'agissait de rabbins. Le petit homme aux cheveux noirs serra des poings, tandis qu'une veine se tendit au niveau de son front, ce qui indiquait son état de fureur du moment. Cela faisait des mois qu'il arpentait les mêmes rues de cette ville, elles étaient toutes identiques, et toujours emplies de rabbins qui se baladaient avec des petits sacs d'or autour du cou.

"Nein nein nein !! Pourquoi n'y a t-il que des chuifs dans zette zité ?! Z'est un vrai cauchemar ! Scheiße ! Où zont les chambres à gaz ?! Il fa falloir purifier zette zité ! Schnell ! "

Soudain, il y eut un tremblement de terre, les immeubles autour s'effondrèrent, des failles se formèrent sur le sol et d'immenses flammes en sortirent, brûlant toutes les personnes autour du petit monsieur fort sympathique. Les centaines de rabbins qui l'entouraient poussèrent des cris d'atroces souffrances avant de finir en tas de cendres. Un large sourire se dessina sur le visage du petit homme qui revêtait une tenue militaire ornée de maintes décorations.

"Ja ja ja ! Foilà ze que ch'appelle un trafail bien fait !"

Puis un être tomba du ciel juste devant lui, atterrissant de façon classe en posant un genou au sol, avant de se redresser lentement. Il était grand, sombre, trop dark et il pouvait cracher du feu, mais ce n'était pas un dragon. Il avait aussi de longues cornes sur le front et des ailes de chauve-souris dans le dos, en outre son corps était à moitié homme et à moitié bête. Le démon qui venait d'atterrir prit la parole d'une voix grave et rauque :

"Adolf Hitler !"

"Ya ! Che zuis ADOLF HITLER ! Kaiser du troisième REICH ! SIEG HEIL ! HEIL MOI !"

"Satan veut te voir."

"Qu'est-ze que vous dîtes ? Poufez-fous me dire où che zuis ?"


Le démon, qui n'était autre que Bélial, lui serra l'épaule avec sa main de façon assez douloureuse, avant de s'envoler en emportant Hitler avec lui.

Il atterrit devant le Prince du Cercle de la Colère. Il lâcha le nazi, puis s'agenouilla devant le tout premier démon de l'existence.


"Votre Horreur, je vous ai amené Adolf Hitler, comme vous me l'avez demandé."

"Ah ! Parfait ! Maintenant dégage, je veux parler seul à seul avec lui."


Aussitôt, Bélial disparut. Satan, assis sur son trône de façon désinvolte, faisait donc face à l'homme le plus détesté de l'époque contemporaine. D'une certaine manière, Satan le comprenait : lui aussi était détesté, et ce n'était pas facile. En outre, c'était le Diable lui-même qui, par ses agissements quelques millénaires plus tôt, avait fini par engendrer un être tel qu'Hitler. Corrompre l'humanité avec la haine et la colère n'avait pas été une tâche très difficile. Il avait suffit de parsemer la Terre de quelques graines de racisme et une petite dose d'homophobie, de xénophobie et de misogynie, et ça faisait un cocktail des plus savoureux. Ajoutons à cela des interprétations différentes de toute la mythologie concernant le monde des anges, et on se retrouvait avec de belles croisades religieuses pour savoir qui a raison à propos de qui est le vrai Dieu. Tout cela avait beaucoup amusé Satan, et Hitler était l'un de ses plus beaux chefs d’œuvre.


"Salut Adolf, je suis Satan ! Bienvenue en Enfer !"

"NEIN !!! NEIN NEIN NEIN NEIN NEIN !!! Che t'interdis de m'appeler Adolf ! Pour toi che zuis le Führer ! KOMMANDANT du troisième REICH !!! Tu me dois le respect !"

"FERME TA PUTAIN DE GUEULE SALE PETITE MERDE !!!!"
hurla Satan d'une voix rauque qui résonna dans tout le cercle, tout en se levant brusquement de son trône, alors que des flammes venaient de s'élever tout autour d'eux, témoignant de sa fureur.

Ce n'était pas pour rien qu'il était la personnification même de la Colère, il avait quelques difficultés à garder le self-control et il valait mieux ne pas le contrarier.
Il pointa son index en direction de l'autoproclamé Fürher.


"Je me fous royalement de qui tu étais de ton vivant, minable petit humain insignifiant, ICI tu es CHEZ MOI, dans MON DOMAINE !!! AGENOUILLE TOI DEVANT TON MAÎTRE !!!"

"Nein ! Le Fürher ne z'achenouille defant perzonne !"

"J'ai dit... A GENOUX !!!!!"


Aussitôt, le poids du nazi fut multiplié par cent, ce qui l'obligea à s'écraser au sol comme un étron car ses jambes n'avaient pas la force de le soulever.

"Che ne comprends pas ! Pourquoi est-ze que che zuis en Enfer ?! Ch'ai pourtant purifié le monde ! Ch'ai éradiqué zes zatanés chuifs ! Je devrais aller au Paradis, Scheiße !"

"Ouais, il paraît que c'est ici qu'on va quand on bute plein de monde. Maintenant écoute-moi bien, petite sous-merde, j'me répéterai pas. Normalement, je devrais te punir pour l'éternité. Mais il se trouve que t'as une putain de chance. Lucifer et mes autres frères et sœurs sont en pleine guerre de territoire en Enfer, et je veux ma part du gâteau. Il paraît que t'es un bon stratège, alors j'ai décidé de te donner l'opportunité de devenir un démon et de devenir un général de mon armée démoniaque ! Tu devras faire face aux armées de Lucifer, dirigées par Alexandre le Grand, Jules César et Napoléon Bonaparte, du Cercle de l'Orgueil. Pour cela, tu devras faire équipe avec Genghis Khan, qu'on a transformé en démon il y a plusieurs siècles et qui est également un très bon chef militaire. J'te conseille d'accepter, sinon, tu seras torturé pour l'éternité par des rabbins et ils te liront la Torah en boucle."

"Ach, che zuppose que che n'ai pas le choix ! Mais che ne comprends pas : che croyais que Lucifer et Satan étaient la même perzonne !"

"Ouais, c'est une erreur que les connards d'humains font souvent. J'ai rien à voir avec Lucifer, cet emplumé est le Prince du Cercle de l'Orgueil et passe son temps à s'admirer devant son miroir. Ici, on est dans le Cercle de la Colère. D'ailleurs, le centre de tri a beaucoup hésité entre ces deux cercles pour toi, mais finalement c'est chez moi que t'as atterri. Bon, t'as intérêt à pas me décevoir, petite pute."

"Entendu, che fais faire ze que vous demandez ! Mais che refuse de faire équipe avec Genghis Khan, che n'ai pas besoin de cette saloperie de chaune !"

"VOUS FEREZ ÉQUIPE OU JE VOUS CHÂTIERAI POUR L’ÉTERNITÉ !!! Y en a marre de vos conneries de racisme et d'antisémitisme, bordel ! Vous, les humains, passez votre temps à vous faire la guerre pour des conneries de livres qui racontent de la merde à propos de cet enculé de Créateur, ou pour la couleur de votre peau, alors qu'au final vous êtes tous les mêmes : des petits êtres faibles, fragiles et insignifiants ! Raaaah qu'est-ce que ça m'énerve !..... Et dire que c'est moi qui ai créé tout ça, à la base... Boarf, au moins ça m'aura bien fait marrer pendant quelques millénaires. Bon allez, hors de ma vue, Hitler, et rase-moi cette moustache, j'ai jamais rien vu de plus laid !"

"A fos ordres, Seigneur Satan ! HEIL SATAN !!!"

"Ouais ouais, c'est ça, va te faire enculer..."


Des sept démons, Satan devait sans aucun doute être le plus raffiné.
Seven Deadly Sins
Seven Deadly Sins
Demon
Masculin Age : 42
Date d'inscription : 28/11/2017
Nombre de messages : 128
Bon ou mauvais ? : Individualiste
Zénies : 1503

Techniques
Techniques illimitées : Inversion de Personnalité / Free-Water / Dodging Bullets
Techniques 3/combat : Copie / Furie
Techniques 1/combat : Leviathan

Une journée en Enfer Empty
MessageSujet: Re: Une journée en Enfer   Une journée en Enfer ClockLun 20 Mai 2019 - 20:49
Nous voici désormais deux mille trois cents ans plus tôt. Les deux immenses portes du somptueux Palais des Glaces s'ouvrirent, laissant passer un homme seul. Il avait des cheveux mi-longs et ondulés, un visage d'éphèbe, et portait une tenue militaire de l'antiquité.

Il s'avança d'un pas hésitant, lançant des regards tout autour de lui, se demandant ce qu'il faisait là, tout en admirant la beauté de l'intérieur du palais dans lequel il venait de mettre les pieds. Soudain, il s'arrêta net, et écarquilla des yeux en voyant ce qui se trouvait devant lui. Face à lui, se trouvait un immense escalier. Et au sommet de cet escalier, un homme, debout, lui tournait le dos. Un homme ? Pas vraiment, car le jeune homme qui venait d'arriver n'avait jamais rien vu de tel. La créature à l'apparence proche d'un homme qui se trouvait devant lui était dotée de trois immenses paires d'ailes ornées de plumes blanches étincelantes. Il avait de longs cheveux blonds si brillants qu'ils en étaient presque aveuglant. Bien qu'en dehors des ailes et vu de dos, il avait tout d'un homme ordinaire, le nouveau-venu ressentait comme une étrange sensation qui se dégageait de lui. Il avait l'impression d'être en présence d'un être divin, un être infiniment supérieur, et il se sentit obligé de poser un genou au sol et de s'incliner, alors même que la créature ailée semblait complétement ignorer sa présence.

L'homme aux trois paires d'ailes faisait face à un immense miroir qui reflétait sa beauté suprême. Il avait bel et bien entendu l'arriver de l'homme, mais était resté immobile et impassible durant de longues secondes, s'admirant. Il était complétement nu, et pour cause, aucun vêtement ne saurait rendre grâce à son éternelle beauté. Pourquoi devrait-il cacher sa magnificence ?

Après de longues secondes silencieuses, l'être ailé finit par honorer l'invité de sa voix mélodieuse et envoutante, tout en faisant un petit sourire assuré.


"Alexandre de Macédoine, dit Alexandre III, dit Alexandre le Grand." annonça t-il, comme pour montrer qu'il connaissait l'identité de celui qui venait d'entrer, alors qu'il ne s'était pas encore retourné et que c'était la première fois qu'ils se rencontraient.

"Je t'attendais avec une légère impatience." finit-il.

Le dénommé Alexandre, toujours incliné, leva légèrement la tête, étonné.


"Veuillez excuser ma méconnaissance mais... êtes vous Zeus, Dieu des Dieux, Tout-Puissant dirigeant de l'Olympe ? Ai-je gagné le droit de siéger à vos côtés en Olympe, ô puissant Dieu ?"

L'être ailé garda son sourire, et continuait de plonger son regard dans celui de son propre reflet. Il répondit d'une voix calme :

"Je ne suis pas Zeus, mais je suis bien Tout-Puissant. Et ceci n'est pas l'Olympe, mais le plus beau royaume de l'Enfer. Mais réjouis-toi, Alexandre, car tu as devant toi la plus belle et la plus puissante créature de toute la Création."

Sur ces mots, il se retourna soudainement pour enfin faire face à son invité. Sa splendeur était telle qu'il éblouissait littéralement tout ceux qui essayaient de poser leurs yeux sur lui, et Alexandre fut contraint de mettre les mains devant ses yeux tout en les plissant, pour éviter d'être aveuglé.

"Est-ce vous... Narcisse...?"

Le bellâtre empoigna le manche d'un miroir encadré d'or et posé sur une petite table en verre située à côté de lui, et se contempla quelques secondes, tout en passant une main dans ses cheveux.

"Je ne suis pas Narcisse, mais j'ai toutefois façonné sa destinée. Tout comme la tienne."

Il eut un petit sourire en lisant l'interrogation sur le visage de l'ancien roi de Macédoine.
La créature céleste entama alors une descente des marches des plus élégantes et gracieuses, tout en reprenant la parole.


"Permets-moi de te faire l'honneur de me présenter. Lucifer est mon nom. L'on me surnomme aussi l’Étoile du Matin, le Porteur de Lumière, ou encore l'Archange du Courage. Je règne sur le splendide Cercle de l'Orgueil, le plus beau royaume de l'Enfer, que j'ai façonné à mon image. Comme des milliers d'âmes avant toi, tu as été jugé après ta mort, et l'on a décidé de t'envoyer dans mon cercle. Et si je t'honore de ma présence, ici, c'est parce que tu es spécial, Alexandre. Vois-tu, habituellement, je suis réticent à laisser entrer des âmes dans mon royaume, car rares sont celles qui en sont dignes. Pour une entité divine telle que moi, les mortels ne sont guère plus signifiants que le sont les fourmis à tes yeux. Et personne n'apprécie d'être envahi par des insectes et des parasites, n'est-ce pas ?"

Il atteignit le bas de l'escalier, et fit quelques pas pour s'approcher d'Alexandre, qui était toujours incliné, le genou posé au sol, et la tête baissée. Il lui était incapable de la redresser, et ce n'était pas seulement à cause de la lumière aveuglante qui émanait  de l'être céleste. Il y avait cette aura, cette sensation de toute-puissance qui émanait de l'archange, et qui empêchait psychologiquement Alexandre de relever la tête. Il n'en avait tout simplement pas la volonté, car il était conscient que ce serait manquer de respect à l'entité suprême qui lui faisait l'honneur de l'inviter en sa demeure. Car contrairement à Satan, Lucifer n'avait pas besoin de menacer ou d'insulter pour se faire respecter. Sa seule prestance suffisait à imposer le respect chez les mortels. Il n'avait pas besoin de dire ne serait-ce qu'un seul mot ou de faire le moindre mouvement, tous étaient forcés de reconnaître sa transcendance et s'inclinaient naturellement, instinctivement, devant sa grandeur céleste.

"O-oui..." répondit Alexandre, intimidé malgré l'immense courage et l'incroyable détermination qu'on lui connaissait.

Lucifer cessa sa marche juste devant le conquérant, toujours avec un sourire tendre dessiné sur le visage.


"Mais pour une fourmi... je dois bien avouer que tu m'impressionnes, petit Alexandre. Et j'ajouterais même que c'est un vrai plaisir que de t'accueillir au sein de mon royaume."

"Merci, Seigneur Lucifer, c'est un grand honneur."

"Conquérir la totalité du monde connu pour y apporter la paix universelle. Quelle ambition ! Tu as un certain goût pour la démesure, cela va de soi... Mais tu es surtout le plus grand conquérant que ta petite planète n'ait jamais porté, jusqu'à lors. Et pour avoir voulu t'élever au-dessus des tiens et avoir eu le courage de reconnaître ta supériorité sur tes pairs, l'on t'a envoyé ici, en Enfer, dans le Cercle de l'Orgueil. Car vois-tu, selon mon Père, créateur des anges, l'orgueil est un péché, et mérite d'être puni. Je ne suis pas de cet avis.  Pour nous, l'orgueil est une preuve de courage, le courage d'accepter qui l'on est et d'admettre notre supériorité, en faisant fi de ce que pensent les autres. J'ai eu le courage d'admettre que j'étais au moins égal à mon Père, si ce n'est meilleur que lui. Et pour cela, j'ai été châtié et banni de ma propre demeure. Quant à toi, Alexandre, tu as eu le courage de t'élever au-dessus de tes congénères, dans le but de rallier les nations entre elles pour apporter la paix. Et pour cela, te voilà condamné à souffrir pour l'éternité dans mon royaume."

"C'est terrible... Est-ce une faute que de vouloir amener la paix universelle ?"


Lucifer posa une main conciliante sur l'épaule d'Alexandre.

"N'aie crainte, petit Alexandre. La plupart des âmes qui atterrissent en ces lieux méritent qu'on les punisse. Nombreux sont les mortels à oser s’enorgueillir alors qu'ils en sont indignes, et pour eux, je n'ai pas la moindre pitié. Mais toi, tu n'es pas comme eux. Pour moi, tu n'es qu'un insecte. Mais pour tes congénères, tu es l'équivalent d'un dieu. Et c'est quelque chose que je respecte. Voilà pourquoi, en tant que maître absolu de ces lieux, j'ai décidé de t'accorder le pardon, au nom de mon Père. Sois rassuré, conquérant. Tu n'as pas atterri ici pour souffrir. Tu as atterri ici pour avoir l'immense honneur de me servir. L'Enfer est en guerre, une guerre de conquêtes de territoire. Je souhaite que tu diriges mes armées vers la victoire, comme tu as su diriger les tiennes dans ton monde. Et pour t'y aider, je vais faire de toi plus qu'un humain, Alexandre."

"Allez-vous faire de moi un ange ?"

"Je n'ai hélas pas ce pouvoir. Mais je ferai de toi un démon, ce qui te conférera une incroyable puissance. La seule chose que je te demande en échange de cette faveur que je te fais, c'est une loyauté sans faille."

"Bien évidemment, Seigneur Lucifer. Je vous remercie de l'honneur que vous me faites, je ne faillirai pas. Je conquerrai l'Enfer comme j'ai conquis l'Empire Perse !"

Le sourire confiant de Lucifer s'élargit. Alors qu'il avait toujours la main posée sur l'épaule d'Alexandre, une intense lumière émana de lui et inonda l'intégralité du palais, tandis qu'il était en train de faire d'Alexandre le Grand l'un de ses plus puissants généraux.
Seven Deadly Sins
Seven Deadly Sins
Demon
Masculin Age : 42
Date d'inscription : 28/11/2017
Nombre de messages : 128
Bon ou mauvais ? : Individualiste
Zénies : 1503

Techniques
Techniques illimitées : Inversion de Personnalité / Free-Water / Dodging Bullets
Techniques 3/combat : Copie / Furie
Techniques 1/combat : Leviathan

Une journée en Enfer Empty
MessageSujet: Re: Une journée en Enfer   Une journée en Enfer ClockSam 25 Mai 2019 - 18:42
Quelques temps avant la guerre de territoires qui ravagea l'Enfer durant des millénaires...

Il flottait à la surface de ce liquide doré, les mains croisées derrière la tête, les pieds battant d'avant en arrière pour se déplacer lentement à l'horizontale. Alors qu'il nageait dans sa piscine d'or liquide, Mammon baignait littéralement dans le luxe. Mais après quelques minutes, une horloge en or massif sonna. Le Prince de l'Enfer ne perdit pas une seule seconde. Il nagea en crawl jusqu'au bord de sa piscine et quitta le liquide doré en grimpant à une échelle dont vous ne devinerez jamais la couleur... disons simplement qu'elle se confondait avec le reste du décor.

Une démone à son service lui présenta une serviette, qu'il s'empressa de prendre. Il s'essuya prestement, puis balança la serviette sur le côté. Aussitôt, l'un de ses valets accourut derrière lui pour ramasser la serviette, car rien ne devait traîner. Mammon ne laissait rien au hasard. Chaque chose devait être à sa place, parfaitement rangée. Bien entendu, il avait d'innombrables valets pour faire cela à sa place ; il n'avait pas que ça à faire. A vrai dire, sa vie était réglée comme une horloge, et il ne perdait jamais une seule seconde. Il savait exactement, à chaque instant, où il allait, ce qu'il allait faire, tout était minutieusement préparé et planifié. Juste après qu'il eut fini de s'essuyer, un autre démon lui présenta un peignoir noir, qu'il enfila autour de son corps. Puis un n-ième serviteur vint vers lui, il possédait un petit carnet entre les mains ainsi qu'un stylo. Tous les démons qui étaient à ses ordres étaient vêtus de costumes noirs avec cravates et avaient un look chic, ils ressemblaient tous à des cadres d'une grande entreprise. Celui qui avait un petit carnet de notes entre les mains prit la parole.


"Seigneur Mammon, votre rendez-vous de 37h75 est arrivé."

Mammon leva un bref regard vers la grande horloge. Dans chacune des pièces de son immense et luxueux palais aux décorations dorées et ornées de pierres précieuses, il y avait toujours au moins une horloge. Car toute la vie de Mammon était minutée à la seconde près. Mais le temps s'écoulait différemment, en Enfer. Les damnés pouvaient avoir l'impression d'être tourmentés durant une éternité quand il ne s'écoulait en fait que quelques jours sur Terre. En outre, il n'y avait pas de jour, ni de nuit, pas de mois ni d'années, puisque tout ceci était normalement régulé en fonction du système solaire. Or, en Enfer, il n'y avait aucun système solaire, nous étions au Royaume des Morts. Donc, de base, il n'y avait aucune notion de temps. Mais, dans son Cercle de l'Avarice, Mammon avait décidé de toujours surveiller le temps qui s'écoulait, afin de planifier au mieux ses journées et de ne pas perdre une seule seconde. Car voyez-vous, le temps, c'est de l'argent, et s'il y avait bien quelque chose qu'il détestait plus que tout, c'était en perdre. Et pour ne pas perdre de temps, tout devait être planifié à l'avance, et un planning se devait d'être scrupuleusement respecté. Par conséquent, Mammon ne tolérait aucun retard. Il avait lui-même inventé son propre calendrier, ainsi que la durée des journées et des heures. Pourquoi une journée devrait-être limitée à 24h, après tout ? Ils n'étaient pas sur Terre, ici. Il était 37h71 lorsque son regard se posa sur le cadran de l'horloge.

"Bien, faites-le patienter en salle d'attente."
affirma t-il.

Le démon secrétaire acquiesça d'un signe de tête et s'éloigna.
Dans la pièce suivante, d'autres serviteurs apportèrent au Prince de l'Enfer divers vêtements et accessoires afin qu'il puisse se vêtir. Un magnifique costume qui, contrairement à ses sbires, n'avait rien de sobre : il était étincelant et parsemé de pierres précieuses aux multiples couleurs. L'on posa également une couronne ornée des mêmes joailleries, sur sa tête cornue.

A 37h74, il était assis dans son bureau luxueux, dans un confortable fauteuil rouge avec des ornements dorés et des joyaux, comme partout ailleurs dans sa demeure. Et une minute plus tard, la porte de son bureau s'ouvrit, et on y fit entrer son invité. Pile à l'heure, comme toujours.

Un petit sourire aux lèvres, Mammon se leva, contourna son bureau, et se dirigea vers son frère.


"Ah, Lucifer ! Quel plaisir de te voir ! Toujours à l'heure, comme à ton habitude."

Il s'approcha de son frère, le prit par les épaules et lui fit la bise pour le saluer. Ses paroles étaient sincères. Mammon était vraiment heureux de voir son frère. Bien que leurs cercles infernaux soient adjacents, ils n'avaient pas si souvent l'habitude de se voir, Mammon ayant constamment un agenda chargé. Ils s'appréciaient mutuellement.

Lucifer lui rendit son sourire.


"Mais c'est tout-à-fait normal, te faire patienter serait un manque de respect intolérable, et indigne de ma personne. Je te remercie de bien vouloir m'accorder de ton précieux temps, mon cher frère."

"Il n'y a pas de quoi. Comme tu le sais, mon emploi du temps est très chargé, mais je peux bien accorder quelques minutes à la famille."

Sur ces mots et alors qu'il retourna à son fauteuil, il leva brusquement le bras gauche avant de le replier devant lui, ceci dans le but de redresser la manche de son costume et de pouvoir ainsi consulter une montre qu'il avait autour du poignet.

"Bien, nous avons cinq minutes."

Après s'être assis, il désigna d'un geste de la main un fauteuil en face de son bureau.

"Assis-toi, je t'en prie. Alors, que me vaut l'honneur de ta visite, Lucifer ?"

L'archange aux trois paires d'ailes fit disparaître ces dernières dans son dos, avant de s'asseoir confortablement en face de la personnification même de l'Avarice. Cinq minutes, ce n'était pas énorme, mais Mammon faisait déjà un effort incommensurable en lui accordant ainsi son temps. Lucifer ne lui en voulait pas et ne comptait pas abuser de son hospitalité, même s'il trouvait cela dommage que Mammon n'ait pas décidé de prendre plus de temps pour profiter de la présence de son magnifique frère. Car du point de vue de Lucifer, c'était lui-même qui honorait Mammon de sa présence. Dans son immense orgueil, il considérait que s'inviter chez Mammon était un cadeau d'une valeur inestimable qu'il lui faisait. Tandis que pour Mammon, c'était le fait d'accorder quelques minutes à son frère qui était un grand cadeau. Ainsi, chacun des deux anges déchus, devenus démons, pensait faire un cadeau à l'autre. Mais malgré leurs différences, leur entente était toujours cordiale. Des sept démons des péchés capitaux, ces deux-là étaient ceux qui s'entendaient le mieux, peut-être était-ce parce qu'ils se ressemblaient le plus et se comprenaient le mieux.

"Cinq minutes risquent d'être un peu courtes pour la proposition que j'ai à te faire, mais je vais aller droit au but. Alors que je faisais le tour de mon cercle, un fait m'est tout de suite paru clair. Nous méritons mieux. Nous méritons plus. L'Enfer est un monde extrêmement vaste, peut-être même infini, et à notre arrivée ici, nous n'avons eu droit qu'à une toute petite parcelle. J'ai donc décidé de déclencher une guerre de territoire. Je n'ai pas l'intention de m'attaquer aux six autres cercles, par respect pour nos frères et sœurs. Mais j'ai l'intention de conquérir tous les autres royaumes de l'Enfer. Ce lieu doit nous revenir."

Mammon l'écouta attentivement, d'un air concentré, le menton posé dans sa main. Il réfléchit quelques secondes avant de répondre.

"Et donc... tu voudrais que je participe à ce conflit. Comme tu le sais, je ne suis pas une personne belliqueuse, Lucifer. Je préfère me tenir à l'écart des batailles. Néanmoins, je ne te cache pas que je ne dirais pas non à un territoire plus vaste."

"Des cercles infernaux plus grands nous permettront de collecter plus d'âmes, ce qui nous donnera plus de pouvoir et de richesses."


En Enfer, plus un démon possédait de damnés à punir, et plus il était considéré comme riche, puissant et influent.

"Oui, mais l'on aura aussi bien plus à perdre. Ce qui, tu le sais, est ma plus grande crainte... Néanmoins, avec plus de damnés, nous aurons également plus de serviteurs, une armée démoniaque plus importante et, par conséquent, de meilleures défenses. Ainsi, cela réduira les risques que l'on se fasse attaquer par les autres royaumes, et que je perde mes possessions. Je partage donc, évidemment, ton envie de conquêtes, Lucifer. Je ne participerais pas directement aux batailles, mais je peux te prêter une partie de mon armée démoniaque."

Lucifer sourit.

"Parfait, heureux de constater que tu partages mes convictions."

"Cela dit, tu sais que je n'investis pas si je ne suis pas certain que cela me rapportera quelque chose. Mais tu as de la chance, j'ai toute confiance en toi, Lucifer. Je sais que tu sauras guider nos deux armées à la victoire, et c'est pour cette raison que je veux bien te prêter mon armée pour parvenir à tes fins. Il y aura toutefois deux conditions à respecter. Tout d'abord, nous allons passer un pacte. Je préparerais un contrat dans lequel tu t'engageras à me rembourser toutes les âmes que je te prête, avec, disons... 15% d'intérêt. Ensuite, je veux 50% du territoire que tu auras conquis."


Un pacte entre démons ne pouvait pas être rompu. A partir du moment où le contrat serait signé, Lucifer serait forcé d'accepter, et Mammon aurait ainsi la certitude de ne rien perdre. Dans le pire des cas, il serait remboursé avec des intérêts.

"Comme je m'y attendais, tu es dur en affaire, petit frère. Signer un pacte avec toi ne me dérange aucunement, je comprends que tu veuilles des garanties. Néanmoins, je suis en désaccord avec les nombres que tu avances. Trouvons un compromis qui soit juste et équitable, veux-tu ? 15% d'intérêt pour le remboursement, et 50% du territoire conquis, je trouve cela exagéré. Ne sois pas gourmand avec moi, Mammon, ne commets pas ce péché. De base, mon armée est plus importante que la tienne, ce qui signifie que ton apport ne représentera même pas la moitié de l'armée totale. En outre, je compte également m'allier avec nos autres frères et sœurs, à l'exception de Satan, trop imprévisible et indigne de confiance. Ton armée ne représentera donc qu'un pourcentage relativement faible de l'armée totale, bien inférieure à 50%. Voilà donc ce que je propose : le territoire que tu gagneras sera égal au pourcentage de ton apport militaire dans notre armée commune. Et je te rembourserai également chaque âme que tu m'auras prêtée, mais pas une de plus. Je veux un taux d'intérêt nul. C'est ce que l'on appelle un échange équivalent."

"Échange équivalent, hein ?.... Je regrette, mais non. Il ne faut pas oublier que c'est toi qui est venu me demander une faveur, Lucifer. En l'acceptant, je te fais un cadeau, et sans l'apport de mon armée, tu réduiras considérablement tes chances de victoire sur les royaumes voisins. Mais parmi mes six frères et sœurs, tu es celui que je préfère et le seul pour qui j'ai une once d'admiration. Alors je vais être exceptionnellement généreux avec toi. Je suis d'accord sur ta formule pour le territoire conquis, mais je veux 10% supplémentaires, pour compenser ma prise de risques en prenant position dans cette guerre. N'oublie pas qu'après toi et Satan, mon armée est la troisième plus puissante. Et je doute fort que tu parviennes à convaincre Belphégor de se joindre à ta campagne militaire. Mon armée ne représentera pas 50% du total, mais même si tu parviens à convaincre les autres de t'aider, je pense qu'elle aura un poids supérieur à 20% de l'armée finale. A ce poids initial, je veux 10% supplémentaire de territoire. Donc dans le cas où mon armée représente 20% de l'armée finale, je voudrais 30% du territoire conquis. Pour le taux d'intérêt du remboursement, je ne peux me permettre de te faire crédit de mon armée avec un taux d'intérêt nul. Il faut compenser la prise de risques ainsi que la faveur que je te fais aujourd'hui en te faisant apport de cette armée. Mais puisque je me sens d'humeur particulièrement généreuse aujourd'hui... Je te fais un prêt avec 7.5% d'intérêt, ainsi je coupe la poire en deux. C'est à prendre ou à laisser."


Il consulta de nouveau sa montre.

"Sur ce, le temps est écoulé, cette entrevue est terminée."

Il se leva de son siège prestement.

"Je te remercie de ta visite. Je te ferai parvenir le contrat d'ici quelques heures, et je te laisserai cinquante heures pour l'accepter. Passé ce délai et sans réponse de ta part, je considérerai que tu l'as refusé, et je ne ferai aucune autre offre. Ce fut un plaisir de te revoir, mon frère."

Lucifer s'était également levé, et Mammon lui refit la bise pour lui dire au revoir.

"Mes serviteurs vont te raccompagner."

Puis il tourna les talons et quitta son bureau pour revenir à ses occupations, donnant l'ordre à ses scribes de rédiger le contrat.

Lucifer avait passé les heures suivantes à rendre visite à Asmodée, Belzébuth, Leviathan et Belphégor, pour leur faire cette même proposition d'alliance. Asmodée avait accepté en échange de faveurs sexuelles. Ne souhaitant pas s'abaisser à cela, Lucifer avait refusé, mais il avait utilisé une illusion et l'un de ses propres serviteurs afin de le faire passer pour lui et coucher avec elle. Elle avait alors accepté de participer au conflit avec son armée de succubes et d'incubes. Leviathan avait accepté sans aucune condition, souhaitant simplement avoir plus de territoire. Le serpent géant, ne pouvant pas parler, avait juste fait un "oui" de la tête à la demande de Lucifer. Belzébuth avait été encore plus gourmand que Mammon, demandant un plus gros morceau du gâteau, mais Lucifer était parvenu à le convaincre de réduire ses exigences. Enfin, Belphégor avait tout simplement refusé, comme l'avait prévu Mammon : il avait tout simplement la flemme d'entrer en conflit avec les autres royaumes.
Et finalement, Lucifer fut contraint d'accepter les conditions de Mammon, afin d'accroître ses chances de remporter la victoire. Après tout, Mammon était le démon de la fortune, autant au sens de richesse que de chance, alors il était un atout précieux. C'était donc le début de la grande alliance des péchés, qui entreprenaient de piétiner les territoires des autres royaumes pour agrandir les leurs.

Durant les premiers millénaires, ils accumulèrent les victoires et accrurent considérablement leurs territoires. Mais se faisant, ils se firent également de plus en plus d'ennemis en Enfer. Satan lui-même décida de les attaquer en traitre, pour se venger de ne pas avoir été contacté par Lucifer pour qu'il puisse s'allier à eux, furieux d'avoir été complétement ignoré et délaissé.
Puis ils finirent par tomber sur celui qui allait être la cause de leur déchéance. Un puissant sorcier qui, après la chute de son royaume, avait fui durant des siècles pour mettre au point un sortilège capable d'éjecter les 7 Princes de l'Enfer hors du royaume des morts pour les enfermer dans un même corps humain qu'ils seraient contraints de se partager. Bien que Belphégor ne participait pas au conflit et que Satan n'était pas allié à Lucifer et les autres, le sorcier mis les sept Princes de l'Enfer dans le même panier car, en tant que démons des péchés capitaux, ils formaient tous les sept une même famille, et le sorcier n'avait fait aucune distinction entre eux en lançant son sortilège.

Ainsi, pour avoir péché aux confins même de l'Enfer, pour avoir voulu davantage d'âmes et de territoire que ce qu'on avait bien voulu leur offrir, ils avaient été une fois de plus châtiés et avaient fini par tout perdre, au grand dam de Mammon, qui était celui qui avait le plus souffert de la perte de ses précieux biens.
Contenu sponsorisé

Une journée en Enfer Empty
MessageSujet: Re: Une journée en Enfer   Une journée en Enfer Clock
 
Une journée en Enfer
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [UPTOBOX] Une journee en enfer [DVDRiP]Action
» Chine: Amérique, va en enfer
» Une journée en Afrique
» Mauvaise journée... [PV Dorian!]
» 2.08 - Une Longue Journée

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPGDBZ :: RPG :: RPG Flashback-