Partagez
 

 Commentaire d'exécution

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Kefka Palazzo
Kefka Palazzo
Terrien
Masculin Age : 35
Date d'inscription : 23/01/2010
Nombre de messages : 660
Bon ou mauvais ? : Assez mauvais pour effacer les abus de Motta sur mon profil
Zénies : 1154

Techniques
Techniques illimitées : Eclair Zap-trap, Twist de glace, Feu-Follet
Techniques 3/combat : Ultima, Dancing Mad
Techniques 1/combat : Lumière sentencielle

Commentaire d'exécution Empty
MessageSujet: Commentaire d'exécution   Commentaire d'exécution ClockJeu 1 Nov 2018 - 23:34
Kefka poussa donc la porte du château où il vivait depuis... Trois ans maintenant. Trois années qu'il gérait la Terre, son économie, ses provinces, et qu'il tolérait un peuple humain qui était aussi bien capable de le rendre fier que de le dégouter.
Il tomba sa cape au sol alors qu'il continuait à marcher pour s'assoir sur son trône, celui qu'on lui avait créé, sous la bannière à la plume noire. Les vitraux le toisait, les R rouges des nouveaux cadres brodés brillaient, et le fou du roi s'apprêtait à retourner à ces affaires de Roi/fou du Roi.

Sa conseillère entra alors, en même temps que des serviteurs qui s'empressèrent de ramasser la cape si précieuse et la laver. Kefka n'avait que celle-ci et ne souhaitait la remplacer sous aucun prétexte. On lui proposait des linges humides et chauds pour s'éponger, des soins pour ses plaies éventuelles. Et sa confidente, bien qu'au sang-froid quasi-inconscient avala sa salive avant de prendre la parole.

"SK est passé en votre absence. Il a fait une déclaration au nom des Black Feather aux terriens. Voudriez-vous entendre ?"
Kefka releva les yeux, étonné. On lui avait détaché les cheveux pour lui peigner et une mèche roula sur son front lui donnant un air plus humain, plus normal. Il fit un signe de la main pour acquiescer et l'enregistrement fut lancé, montrant le commandement de la capital faire une déclaration publique. Il y était dit que des attentats avaient été commis. Les journalistes prononçaient le nom de Capsule Corp.
"Qu'est-ce que c'est que ce bordel ?"
"Nous n'avions pas fait de revendication suite à la destruction de la Capsule Corp. Il a décidé faire porter le chapeau à nos ennemis."
"Comment ça, revendications ?! Il est arrivé quoi à la firme des Brief ?"
"Ce que vous aviez ordonné Majesté. Nous avons bombardé leurs infrastructures."
Kefka ne bougea pas mais la crispation immobile de ses muscles suffit à donner l'alerte aux serviteurs qui s'éloignèrent d'un coup. Le Roi se redressa, les cheveux toujours lâchés et le col ouvert. En se dépliant sur l'estrade devant le trône il sembla immensément grand.
"Je n'ai jamais ordonné ça !"
"Vous vouliez que nous procédions autrement ?"
Kefka saisit l'intendante par le col. "Capsule Corp est la ressource la plus juteuse de cette planète ! Elle génère plus de revenu qu'aucune autre entreprise et attire des guerriers de l'univers entier. je n'ai aucun intérêt, AUCUN à la voir disparaître !"
Pour toute réponse la femme appuya sur une télécommande et les images de surveillance affichèrent alors la scène où Kefka en furie ordonna la destruction de la corporation.
Kefka lâcha le col de sa partenaire et marcha lentement vers l'écran. Il s'en revenait pas : il se voyait faire quelque-chose dont il n'avait pas souvenir. Ce n'était pas lui... Quelqu'un avait passé la garde en se faisant passer pour lui et avait demandé l'attaque de la plus populaire entreprise de la galaxie, en son nom.
"Quel misérable.... Génie." Fit Kefka en admirant l'imitation. "Ce type est une copie parfaite... Comment..."
"Vous voulez dire que..."
"Que vous avez été dupé comme des gros nazes. ... Sérieusement ? BARATIN. Quel mot affreux que jamais je n'aurait utilisé."

La femme réajusta son chemisier où deux R rouges étaient encrés et fut surprise non seulement d'être en vie mais de voir Kefka prendre la nouvelle aussi bien.
"Nous sommes indignes de vous. Nous sommes impardonnables..."
"Mais taisez-vous..." Fit l'arlequin en admirant en boucle le sketch de ce faux Kefka gesticulant sur l'écran. "Qui que soit cette personne... Je la veux." Kefka sourit. Il avait un nouveau jouet sur sa liste au père noël. On lui avait fait un beau cadeau pour son troisième anniversaire à la tête de ce caillou bleu ! Il fallait le retrouver, l'attirer, le rencontrer ! Le fou commençait à réfléchir mais d'un coup changea de teinte, enfin s'il était possible qu'il soit encore plus pâle... Il serra les dents d'un coup et redevint l'horrible dément imprévisible. "Il a déjà répondu... C'était le rebondissement le plus plaisant qui m'était arrivé depuis des mois... et ce cher Esssssska vient de tout gâcher."

Kefka renoua ses cheveux, referma sa veste et reprit du service renvoyant ses serviteurs. "Il a fallut qu'il traite à ma place ! MONSIEUR me nomme à la tête de la Terre parce que MONSIEUR a trop à faire avec ses autres conquêtes et nanas à tringler mais vient régler MES affaires quand je suis absent !" Il rugit. "... Mais.... Il ignorait. Si vous pensiez que j'étais le commanditaire alors lui aussi... Et ce démon se permet de cacher ce qu'il pensait être MES agissements !" Il tendit une main crispée de colère vers la bannière : il s'arrêta net et sans aucune logique ni continuité avec son propos il éclata de rire. "Esssska... Si tu n'étais pas Essssska...." Il se reprit. Si la plume noire de Dark n'avait rien fait Kefka aurait revendiqué sans complexe la destruction de Capsule Corp. Il aurait d'un rire gras annoncé sur toutes les chaines qu'il était fier de cette acte, pour le simple plaisir d'imaginer cet usurpateur décontenancé. Au lieu de ça, SK avait la queue entre les jambes agit comme un gamin effrayé et tentait de sauver les honneurs... Quelle étrange décision. Depuis le début Kefka avait déjà tué des "innocents" et avait même rasé un village pendant les faits. Personne n'allait croire à l'innocence de Kefka !

"Je vais réfléchir à ça... Autre chose ?" dit-il à sa conseillère, en se tenant le front.
"En effet... ahem. C-911 qui avait le soutien du Ruban Rouge a conduit une de nos escouade sur Végéta."
"Sur Végéta ?!"
"Voici les rapports de..."
Kefka arracha la tablette de la femme pour consulter les comptes-rendus : La bataille avait réduit à néant les troupes du cyborg et toutes les ressources matériels prêtée par le Ruban Rouge à l'Armée rouge. Le bilan était catastrophique pour la Terre...
"Végéta..." Kefka faisait crisser ses ongles sur la tablette en continuant sa lecture. "VEGETA..." Il lisait attentivement toutes les lignes, et après des minutes sans mot dire, concentré il finit par éclater de rire.
"Majesté ?"
"HAHAAHAHAHAHAHAHAHAHAHA"
"Nous... allons de suite remplacer les unités qui ont été détruites. La trésorerie le permet nous attendront vos ordres quant à la suite de la gestion des pertes."
"HAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAH"
La femme attendit sans interrompre le fou rire nerveux pour avoir une réponse.
"HAHAHAHAHAHahaha. Ce C911 a pris des libertés imprévues..."
Décidément Kefka n'avait rien cassé, tué personne, ni même hurlé. Que se passait-il pour qu'il soit de si bonne humeur après toutes ses mauvaises nouvelles. Etait-il devenu encore plus fou qu'au paravent ? Quoiqu'il en était cela n'était pas pour déplaire les employés qui auraient pu être démembrés pour moins que ça.
Kefka sourit en regardant ses sujets. "Vous ne comprenez pas..." Dit-il, jouasse. "Ne sentez-vous pas ce qui flotte dans l'air ?" Il élargit encore son sourire, sa langue passant avide sur ses lèvres. "C'est le CHAOS ! HAHAHAHAHAHAHAHA !" Explosait-il extatique. Il se remémorait ses années de chef d'entreprise, à redresser les crises et gérer les périodes sombres qui démoralisaient les employés de la firme Palazzo. Tout ceci était familier... Et exaltant. Il ouvrit les bras. "Les grands hommes sont forgés par le feu... L'allumer est le seul privilège des faibles." Il dansant presque en allant se servir un verre. Tous admiraient son flegme inhabituel et sa philosophie. "Ne vous méprenez pas, si je croise C911 je me ferai une joie de le tuer." dit-il, presque pour rassurer ses sujets. "Il a pris le risque de nous mettre dans le scope des sayens, tout en se servant généreusement dans mes armées." Il sourit en regardant son verre. "Mais on ne peut pas lui enlever qu'il a réussi tout seul à faire d'énormes dégâts dans les deux camps. Ce gamin a un incroyable potentiel de destruction. Je sais apprécier." Il finit son verre et fit signe à tous de quitter la salle.

Capsule Corp en cendre. Soit. Tant pis. Il enverra quelqu'un prendre des nouvelles et proposer des aides à la remise sur pied... Même s'il aurait ADORER revendiquer l'attentat.

Quant à la défaite sur Végéta... Elle n'était pas si ridicule : le seul truc à déplorer était que le Ruban Rouge allait être étiqueté ennemis des Sayens et il espérait que cela ne retombe pas sur les Black Feather.

Non le plus agaçant ce n'était pas ça. Manifestement l'imitateur avait voulu mettre Kefka dans l'embarras, s'il avait réagit en assumant les faits cela aurait été une défaite pour ce terroriste... SK avait vraiment agit de manière indigne de son statut de marginal.

"Cher Esssska. Cela fait un petit moment... Je voulais t'informer qu'une partie de ma milices privée, le Ruban Rouge, avait été contre mon gré mêlée à une attaque sur Végéta. Il y a trèèèèès peu de chance que cela nous cause du tord mais je pense qu'une plume noire avertie en vaut deux. Un pion a échappé à ma surveillance..." Kefka ne regardait même pas la caméra du communicateur qui avait saisit et activé. "Et à propos de surveillance... Je constate que tu veilles au grain, tu sais, ce pépin, avec Capsule Corp." Kefka avait un sourire qui n'était plus calme : il était assassin. "J'ai constaté que tu avais étouffé mon action. Saches que cela me mets dans l'embarras : qui sait quel chaos Kefka Palazzo est en train de manigancer... Ou d'empêcher. J'aurai aimer que tu me concerte." Il haussa les épaules et pris un air résigné, souriant. "Mais les voies de notre GRAND ESSSSSSKA sont impénétrables ! Je ne suis qu'un pion après tout." Kefka ferma la communication sans conclusion. Sur une note sans animosité, sans énervement, sur cette dernière phrase dites sans colère.

Kefka n'avait pas que ça à faire de chercher à éduquer un démon, ou même à chercher à le comprendre. Il fallait tourner la page. Il rangea son communicateur et silencieux resta songeur un instant avant de prendre son plus beau sourire.
"SK pensait mentir, mais disait la vérité : je suis innocent. Comment en vouloir à un type qui dit la vérité ?"
Kefka souriait mais son sourire trahissait une colère sans précédent. Une colère qu'il refoulait, se refusant à la rébellion contre son alliance. Sa confidente était toujours incertaine de la tension du moment, si Kefka était de bonne humeur ou si la tempête arrivait, s'il était sincère ou s'il jouait du sarcasme...
"Vous avez autre chose à m'annoncer ? D'autres cavaliers de l'apocalypse sont passé en mon absence ?"
"Non, c'était tout sire."
"Bien. Dites aux autres loques de se dépêcher de me rendre ma cape propre. Et qu'on fasse jouer l'orchestre. Morceau habituel."
"Selon vos désirs, Majesté."

Kefka resta seul, sans sa cape. Il se dirigea vers la salle de bain royale où un bain l'attendait. Son corps maître et pâle plongea dans l'eau chaude, dissimulant des brûlures étranges sur sa peau. Le chant d'un orgue et de cuivre s'élevèrent alors dans les murs du château. Il ferma les yeux, réchauffa son sang, détendant ses muscles. Le maquillage de son visage coula, caressé par la buée. Il se frotta les joues et regarda la couleur sur sa main. Sous ses yeux, d'étranges cicatrices jusque là camouflée par le fard se révélèrent.
Cet imitateur... Ne devait pas savoir ça. Ce qui se cache sous le maquillage. Ou même la température de son sang nacré. Cet imitateur pourtant avait parfaitement réussi sa duperie. C'était amusant. Comme quoi, ces hommes étaient bien aveugles... Oui. C'était amusant de se dire que SK ne valait pas mieux qu'eux, pensa Kefka dans un éclat de rire fou, coutumier.
 
Commentaire d'exécution
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Commentaire planning v1
» Mai 68 caricaturé
» COMMENTAIRE DE RICO A PROPOS DE DEZAGREMAN DIT DEZA
» sonnet de felix arvers ( mes heures perdues)
» [07/12/07 COMMENTAIRE] Tournois Fonbeauzard

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPGDBZ :: RPG :: Terre :: Château du roi-