Partagez
 

 [PRIVE] Je t'appartiens. (+Mon coeur s'ouvre à ta voix)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Kefka Palazzo
Kefka Palazzo
Terrien
Masculin Age : 35
Date d'inscription : 23/01/2010
Nombre de messages : 701
Bon ou mauvais ? : Assez mauvais pour effacer les abus de Motta sur mon profil
Zénies : 1114

Techniques
Techniques illimitées : Eclair Zap-trap, Twist de glace, Feu-Follet
Techniques 3/combat : Ultima, Dancing Mad
Techniques 1/combat : Lumière sentencielle

[PRIVE] Je t'appartiens. (+Mon coeur s'ouvre à ta voix) Empty
MessageSujet: [PRIVE] Je t'appartiens. (+Mon coeur s'ouvre à ta voix)   [PRIVE] Je t'appartiens. (+Mon coeur s'ouvre à ta voix) ClockDim 5 Mar 2017 - 1:15
Kefka entra dans son château après avoir sur Namek joyeusement fait griller le corps et les neurones d'un pauvre ère qui avait eu la malchance d'être au mauvais moment au mauvais endroit.
La petite fête que Kefka avait donné avec Tobi et Narumi, avant l'arrivée de SK avait été courte et décevante, mais avait surtout fait comprendre beaucoup de choses au serviteur de la plume noire qui arborait jadis des rubans rouges.

Il semblait perdu dans ses pensées, marchant vite, comme meurtris et hâtif, anxieux ou désarmé. Il ne regardait personne, et pire, il ne regarda même pas les miroirs pour s'admirer et se recoiffer comme il adorait le faire. Il ne força aucun garde à le saluer, ne demanda aucun verre de vin, ne réclamant aucune attention.

Kefka était perdu dans son esprit et n'avait plus le temps pour cette comédie absurde qu'il avait mise en place autour de lui pour se donner un minimum l'impression qu'il était un Roi, un Dieu. Non, non, il n'était rien de tout ça, il n'était qu'un disciple, disciple d'une plume sombre qui le gardait dans l'ombre, il n'était qu'un chien qui avait accourut quand des inconnus étaient rentrés dans le jardon de son maître pour leur mordre les mollets. Il avait abandonné son trône et sa planète Terre pour être sûre que SK allait garder sa propriété.
Tobi avait fait de même, quant à Narumi, elle était encore plus dépendante du bonheur du démon chapeauté qu'eux-deux. Ils étaient tous les trois, et il en avait eu la preuve, des soldats d'exception, puissants, et dévoués. Ils étaient une triade de rêve et Kefka était jaloux de ne pas avoir comme SK pareils serviteurs pour défendre ses idéaux.

Le "Roi", ainsi nommé en remplaçant quand Papa Esssska n'était pas là, était arrivé dans la salle principale du palais, temple baigné dans la lumière des vitraux à son effigie : les carreaux colorés portaient le sourire fou de Kefka et illuminaient de rouge, jaune, vert, bleu le carrelage et les drapés de la salle du trône. Le fou ne souriait pas pourtant, et tous ces sourires, pourtant le sien, dessinées de mosaïques autour de lui semblaient se moquer de lui-même. Où était passé le Kefka Palazzo ivre de pouvoir, de folie et de conquête ? Où était passé le Grand Kefka Palazzo, se délectant de la douleur d'autrui et créant à chaque exécution une œuvre d'art de souffrance qui lui donnait l'impression d'être vivant ? Pourquoi le trône terrien ne lui suffisait plus ? Pourquoi la mort de Ulquiorra Schiffer ne lui avait donné aucun plaisir ?

[PRIVE] Je t'appartiens. (+Mon coeur s'ouvre à ta voix) 15727010

Il se stoppa au milieu de deux colonnes et posa une main sur chaque, comme pour les écarter : une position qui trahissait sa sensation d'être écartelé par ses sentiments qui se bousculaient sans pour autant qu'il n'arrive à mettre un doigt dessus. Il leva la tète et vit la fresque qui le regardait : une grande plume noire, auréolée d'autre morceaux de céramique colorés.
La Terre ne lui appartenait pas. Elle ne lui avait jamais appartenu... Il ne s'était jamais senti ici chez lui et même au milieu de cette décoration à son image il ne pouvait que se sentir imposteur, simple pion du leader des Black Feather. Il trembla, et les colonnes aussi.

Quand ces colonnes se seront écroulées, ce sera toi qui porteras la couronne... Et je te devrai tout.

Kefka avait été un des plus grands général de l'armée du ruban rouge. Avant ça il avait été le plus brillant chef d'entreprise que la Terre avait du connaître. Il était Roi, mais avant ça et depuis sa révélation et sa transformation il avait connu ce sentiment d'impuissance face à l'univers entier : seul il n'avait jamais réussi à maintenir ses objectifs, il s'était perdu et c'est seulement lorsque Tobi lui avait ouvert les portes de l'alliance de SK qu'il avait enfin retrouver sa place... Sans la plume noire, il n'était rien. Sans SK il serait sans doute toujours seul à arpenter le monde en quête de serviteurs et de pouvoir, essuyant défaite sur défaite, s'enfermant de plus en plus dans sa folie.
SK avait-il lui aussi connu cela ? SK avait-il avant d'avoir à ses côtés Tobi ou Narumi, avant de l'avoir lui, Kefka comme allié, connu la solitude et la frustration ?

Combien de maux ont fissuré ton âme, combien d'amour faut-il pour la réparer ? ... Tu es l'éclair de feu qui me guide.


Kefka ferma les yeux, les colonnes tremblaient toujours. Il laissa son éclair ZapTrap le parcourir lui-même et s'électrocuter un peu le cerveau, une sorte d'auto-soin neuronal, d'aide à la concentration, d'anti-dépresseur personnel.

Je n'arrive pas à dire les choses, les mots mettent du temps à venir.
Je traverserais la moitié de la Terre pour te dire ... Que je t'appartiens.


Le fou en rouge fit un peu glisser ses talons hauts sur le marbre. Il savait qu'il devait tout à SK et cela l'énervait autant que cela le ravissait. Il voulait à nouveau trembler de ses propres émotions, de sa propre ambition !! Il voulait se battre en ayant envie de se battre ! Il voulait sortir de état passif où s'était enfermé sur ce trône !! Il voulait vivre à nouveau mais... N'était-il pas au summum de son rêve ?!! Être Roi n'était-il pas son but absolu ? Pourquoi n'était pas heureux, comblé, ravi, joyeux ? Pourquoi le monde semblait toujours fade et dégoutant ? Pourquoi son rire fou était-il aussi... fou ?

... Et je t'assure que je te suis vraiment redevable...


"Hahahaha hAHAHAHAHAAHAAAA !" Kefka lâcha les colonnes qui frémissèrent mais ne tombèrent pas, comme soulagées : il laissa exploser son électricité dans la pièce, grillant les ampoules des lustres. La pièce n'était plus éclairée que par les reflets des vitraux baignés par la lumière du soir. Il gémit longtemps, comme dans un chant lyrique qui ressemblait à une plainte, où un son pour se rassurer lui-même, se border... Il se tint la tête dans les mains et riant à nouveau alla s'agripper à un des étendards qu'il avait fait accrocher en l'honneur de son alliance. Il sortit de son habit un rouge à lèvre et se remaquilla la bouche avant d'empoigner le tube et écrire sur la partie dorée de l'étendard deux grandes lettres, comme une adolescente dessinerait sur un poster :

SK

Mais je n'arrive pas à dire les choses
Quand je suis troublé
Je traverserais la moitié de la Terre pour te dire
Que tu es ma mu...


Il rit. Un rire nerveux, pathétique et triste. Il ne savait plus qui il était : il voulait servir SK, il savait qu'il ne serait heureux qu'en bâtissant quelque-chose de nouveau, de grand, quelque-chose que seuls les Plumes Noires réussiraient à accomplir... Mais en chemin il s'était oublié. Il ne voulait plus seulement servir SK...
Le fou s'allongea sur la bannière qu'il avait fait tombé à terre et de son corps maigre il recouvra le S qu'il venait de tracer.

K

Il caressa la lettre, en boule, comme un gamin en crise. Il admira à quel point c'était magnifique, un K, sur un tissus doré. Un K oublié et perdu, qu'il voulait redoré. K. Kefka.
Il se releva et s'enroula dans l'étendard pour s'en faire une cape : elle faisait au moins 10 mètres et il put malgré qu'il était enrubanné dedans saisir à deux mains l'extrémité où les lettres SK étaient inscrites. Il les regarda et dansa avec, entama un chant fou, du fond de sa gorge... Doucement sa voix se fit plus claire et des notes aiguës devinrent des paroles, celles de cet air d'opéra qui lui trottait en tête depuis son retour au château :

musique:
 

"Réponds à ma tendresse,
Veeerse-moi, verse-moi l'ivresse,
Réponds à ma tendreesssse,
Réponds à ma tendresssssssse,
AAAAaaaah ! Verse-moi l'ivresse !!"


Il s'énerva, ses ongles pénétrèrent les fils dorés et sa mâchoire se crispa.

REPOOONDS A MA TENDRESSE !!!! AAAAHAHAHHAHAHA ! Veeeerse-moihahah... l'ivresse."

Il déchira le tissus et laissa tomber le drapé de ses épaules. La salle du trône était bien silencieuse et lui rappelait à quel point il était seul ici.

Je t'appartiens
Je t'appartiens à toi seul !


Kefka souriait tristement, son maquillage mal refait, les pieds foulant un étendard taché, et les vêtements encore abimés de son voyage. Il se laissa fondre sur le sol pour s'allonger sur le drapé et s'y recroquevilla. Il ne savait plus quoi faire, il ne savait plus ce qu'il voulait : son seul souhait était de ne pas être seul, qu'on le guide... honteuse et dégradante pensée.

"Verse-moi.... verse-moi.... l'ivresssse" chantonna-t-il en regardant le plafond, dans une dernière litanie. Il s'électrocuta lui-même et ferma les yeux. Sa propre attaque était de plus en plus forte et son corps y résistait de moins en moins : un entrainement qu'il faisait souvent mais cette fois-ci il ne résista pas. Il était temps pour lui de dormir, de se calmer. Des spasmes le gagnèrent, comme des spasmes avaient déformé le visage de sa dernière victime ; il se mit en boule, dans l'étoffe, malgré lui, laissant la décharge guider ses muscles. Bizarrement son visage se détendait comme ci la douleur le calmait : bientôt Kefka se laissa dériver vers le monde des rêves. Que la nuit lui porte conseil tant que la noirceur de son alliance lui donne pas une raison d'être.




(j'avais prévu toute la scène depuis des mois et comme à chaque fois je cherchais un titre de chanson de Muse pour le titre du topic (ma règle pour tous les topics de Kefka) et... paf ... <3 parfait !! Obligée de coller les paroles.
Je sais déjà que SK me lisant va dire "mais je dois faire quoi ?" la réponse est : j'en sais rien, Kefka m'échappe complétement depuis le début Very Happy )
 
[PRIVE] Je t'appartiens. (+Mon coeur s'ouvre à ta voix)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Quand mon coeur est aquarelle..
» Amy of Leeds : Reine de Coeur, à vous l'honneur !
» Coeur fléché...
» 04. Le chocolat ne peut réparer un coeur brisé
» L'orage gronde au loin, la porte s'ouvre... Gully07 entre...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPGDBZ :: RPG :: Terre :: Château du roi-