Partagez | 
 

 Laboratoire du docteur Rellum

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Rellum
avatar
Cyborg
Masculin Age : 28
Date d'inscription : 27/08/2017
Nombre de messages : 243
Bon ou mauvais ? : Idéologique
Zénies : 1240

Techniques
Techniques illimitées : Rayon oculaire / Barrière cinétique / Hologramme
Techniques 3/combat : Idéologie / Distorsion
Techniques 1/combat : Insignifiance

MessageSujet: Laboratoire du docteur Rellum   Mer 21 Fév 2018 - 19:17
Sortit du palais d’or d’où trône avec éloquence le seigneur Freezer, Rellum se dirigea vers l’ouest accompagné d’une dizaine de soldats. La première moitié de la division sont des guerriers aguerrit qui ont fait preuve de leur bravoure durant la prise de la capitale. Les cinq autres sont plus des savants et des chercheurs de qualité. Le cyborg incarne ces deux extrêmes, et il doit reconnaître que son camp manque cruellement de personnel de son acabit. Peut-être que l’avenir lui apportera cette denrée rare. La presque douzaine d’individu volèrent accablé par un soleil de plomb, transportant des caisses de matériel scientifique. Bien entendu, ce n’est que le strict minimum, la totalité des engins technologiques ne seront installé que plus tard par un groupe plus conséquent. Et de toute manière il faut d’abord que le robot évalue la zone pour affirmer ou non si cela correspond à ses attentes et par conséquent à ceux du célèbre démon du froid. La traversée dura une bonne dizaine de minutes, et enfin ils aperçoivent leur destination.
 
Le temple:
 

Un temple fait d’immense briques couleur crème avec des toitures arrondies d’un turquoise unis. L’entrée est affublée d’un symbole qui se voit de loin ; un triangle équilatéral brun avec en son centre des écritures antiques azuré qui sont arrangés pour donner une forme circulaire. L’immense structure est bâtie sur une oasis, c’est pourquoi des cascades décoratives en ornent tout le pourtour et que la verdure et les cocotiers sont omniprésents. Il n’y a rien à dire, visuellement cette bâtisse est à la fois élégante, pur et imposante. Le seul bémol est cet infect ornement géométrique qui trahit la présence d’une doctrine religieuse vénérée. C’est bien une tare qu’il faudra surveiller de très près. Quoi qu’il en soit l’escouade perd de l’altitude pour arriver sur la route pavée et bien entretenue.
 
Dès lors quelque chose gêna Rellum. Il n’y a personne dehors. Pas une âme qui soit en train de prier sur les bancs d’extérieur, pas un jardinier pour embellir le jardin, pas un pèlerin qui trottine en direction de sa foi. C’est louche et calme. Trop calme. Et bien que cela sente le piège à plein capteurs, il est étrange qu’aucuns résistants d’Héra ne se soient dirigés vers le sanctuaire pour demander asile ou pour fomenter une contre-attaque. Non, ce n’est pas une embuscade, c’est ce qu’abrite le temple qui empeste la démence. Le cyborg fit signe à deux soldats d’assaut de le suivre à la porte massive en bois blanc laiteux. Derrière plusieurs auras de ki sont détectables, ils sont faibles mais une bonne centaine. Avant de découvrir ce qui se cache dans cette boîte de Pandore, il donna quelques instructions.
 
"Il est évident que ce qui se terre derrière cette palissade est religieux donc fanatique. Restons groupés et à un mètre les uns des autres, faites feu dès que quelque chose ou quelqu’un de louche apparaît. Si l’ennemie est trop nombreux où d’une force que l’on ne peut pas gérer, battez en retraite et revenez en nombres. Au pire nous monterons un siège et raserons la place via des canons orbitaux. Très bien, entrons."
 
Sans prendre la peine de toquer, Rellum, qui avait pris soin d’emporte un sac à dos avec quelques bricoles, ouvrit la porte en la poussant délicatement afin d’être le plus discret possible. Pour être franc, il s’attendait à des renégats parés à défendre chèrement leur orientation divine ainsi que leur loyauté envers le défunt sultan, ce dernier s’étant fait balayé de manière cocasse par le seigneur Freezer. Mais ce qu’il découvrit, il ne s’y attendait pas, enfin pas de cette manière. L’intérieur du temple est très sobre uniquement décoré de bassins d’eau ou de sables ou des deux et de colonnes gravées de textes anciens. Elle occupé certes de Héras à la peau bleutée, mais au lieu d’être retranchés derrière des barrières, ils forment une haie d’honneur. Deux prêtres prirent même la peine de tracer une route en poussière d’or, traçant un chemin reliant le trio de colonisateurs vers la centaine d’êtres pieux qui s’inclinèrent avec politesse. Ils sont tous vêtu de tunique blanche et de pantalon bouffant du même coloris. Seule une femme aux formes avantageuses sort du lot, son bas est riche en triangles religieux brodée aux fils dorée, son corset d’un bleu clair met en avant ses courbes voluptueuses, sa bouche et son nez sont voilée d’un fin tissu turquoise qui met en avant ses yeux en amande aux iris jaune pétant. Sa longue chevelure rousse en queue de cheval est coiffée d’une magnifique rose des sables (la roche). En plus d’être physiquement différente, elle est également la seule qui possède un potentiel de combat dont il faut se méfier. L’apparente dirigeante se redresse et accueille d’une voix cristalline.
 
"Bienvenue dans ce sanctuaire où nous vénérons le dieu du sable aussi nommé perle du désert. Nous attendions votre venu depuis que le seigneur Freezer ait conquis le palais d’or. Je suis la matrone Malvel."
 
Les deux larbins se jetèrent des regards interrogateurs, et Rellum est très dubitatifs sur ce qui se présente à lui. Ils ont déjà abdiqué et reconnu l’empereur galactique comme leur souverain ? Bien que ce soit une démarche normalement logique, ça ne devrait pas l’être pour des cultistes qui respirent l’hérésie. Et bien que l’androïde soit très perplexe de cette soumission, il n’a pour l’instant aucune raison de se montrer agressif.
 
"Docteur Rellum. Je constate que vous avez réalisé que d’obéir au seigneur Freezer et ce qu’il y a non seulement de plus judicieux, mais aussi de plus noble."
 
"Evidemment, cependant je sens de la méfiance à notre égard. Je comprends cela, mais laissez-moi vous éclairez durant une promenade de courtoisie."
 
"Soit."
 
Rellum répondit en hochant la tête et en faisant signe à ses deux camarades de rester en retrait, la vénérable en fit de même laissant ses nombreux suivants et suivantes vaquer à leur occupations. Le robot la rejoignit, et ensemble le couple insolite trottina à travers le bâtiment accompagné d’une jeune adolescente, les cheveux en bataille soutenant sur le plat de sa tête un panier de cuivre remplit de fruits, de gourdes de liqueurs et d’herbes aromatiques. Bien que le récipient soit encombrant et  pas des plus léger, elle tient bon bien que de temps en temps elle redresse l’offrande de son bras unique. Lorsque le cyborg croisa son regard, il perçut quelque chose de très différent de Malvel, plus mélancolique et désespérée.
 
"Qu’est-ce ou qui est-ce ?"
 
"Tu peux répondre, n’ai crainte."
 
"Vestale Occalte … je suis nouvelle …"
 
"Victime de l’orgueil et de l’incompétence du sultan j’imagine."
 
"Exact, coupa la matrone, nous l’avons recueilli après qu’elle ait subit une défaite cuisante dans l’arène populaire il y a quelques mois. Depuis nous lui offrons la paix intérieure qui ne l’en sort que grandit. N’est-ce pas ma chérie ?"
 
"… Oui."
 
Le robot lâcha un soupir intérieur, et le trio continuèrent leur petite promenade de santé jusqu’à arriver à un jardin intérieur où trône une pyramide religieuse qui fait office de fontaine. Devant la sculpture se trouvent une table basse ainsi que deux tabourets très esthétiques. Prévisible, Malvel pris place et invita Rellum qui accepta l’offre, laissant la vestale debout non loin d’eux. L’androïde a du mal à calculer la leadeuse qui ne perdit pas de temps.
 
"Bien, soyons direct. Vous ne parvenez pas à me prendre au sérieux."
 
"Je ne le cache pas. Il est plus que suspect que vous paraissiez aussi sereine, surtout après la chute de votre fieffé sultan."
 
"Ce n’est pas notre sultan, mais un sultan. Ici, nous n’avons que faire de la politique. En ces lieux sacrés nous ne faisons que prêcher la parole bienveillante du dieu du sable. Je me doute également du motif de votre venue au vue du matériel scientifique qui patiente dehors."
 
"Vous êtes bien renseignée pour une humble prêtresse."
 
"Un don qui m’a été accordée par la perle du désert. Ce même don qui m’avertit que vous souhaitez installer un laboratoire de recherche dans les catacombes du temple, donc investir les lieux. C’est choix sensé mais je pressens que vous commencez à le reprendre en considération. Nous déloger et donc écarter nos talents divinatoires serait contre-productif à votre armée. D’autant plus que les égouts de la capitale sont plus optimaux pour votre centre technologique."
 
"Vous êtes très savante et d’une intelligence respectable. Je l’admets vous avez raison."
 
"Nous voilà donc tout deux rassurés. Si vous me le permettez, j’ai donc une séance de …"
 
"J’ai cependant une question."
 
Sous l’air circonspect de l’oratrice, l’androïde se leva de son siège tout en farfouillant dans son sac à dos. Il ne tarda pas à en sortir une barre de fer mécanique et articulée qui devait à la base lui servir plus tard de porte-outil, désormais son but sera tout autre. Dans un silence de plomb, Rellum tritura son jouet en y ajoutant des résistances et autre câblages tout en soudant avec son rayon oculaire. Une fois le travail achevé, le robot se rua sur Occalte qui lâcha un hoquet de surprise puis lui greffa l’extension électronique sur son moignon d’avant-bras. De la carcasse, des éclairs pétant surgirent forçant la  pauvre vestale à hurler de douleur faisant tomber son récipient d’offrandes avant de se mettre en position fœtale.
 
Malvel se leva perplexe sans pour autant tenter d’aider sa congénère. Le robot sait qu’elle sait qu’il n’essaie pas de la tuer. Plusieurs secondes s’écoulèrent dans les cris de souffrances, jusqu’à ce que l’adolescente parvienne à se calmer puis à se relever, essayant ses larmes non pas d’une main unique mais des deux. Oui, son bras perdu de chair vient d’être remplacé par un d’acier grâce à la magnanimité de Rellum et son envie de faire un exemple. Les pleurs de peur se transforment en pleurs de joie. La machine ayant accompli son devoir, elle se retourne vers sa rivale et posa enfin sa question d’une voie n'exprimant que le mépris.
 


"Votre dieu vous permet-il de produire des miracles similaires ?"
 
Aucune réponse.
 
"Dans ce cas, vous n’êtes qu’une hérétique qui préfère valoir la volonté d’une divinité futile que d’honorer à plein potentiel le tout-puissant et sauveur intergalactique Freezer."
 
"Je ne vous comprends pas, qu’est ce qui empêche notre croyance et la vôtre de cohabiter ?"
 
"Aucune, si ce n’est que votre religion est … obsolète !"
 
Sur ces mots provocateurs, Malvel, l’air désolé, fit exploser son ki faisant vibrer le temple tout entier et faisant graviter autour d’elle l’eau environnante. Comme Rellum s’en doutait, son statut n’est pas que dut à sa dévotion sans faille envers sa divinité illusoire mais également à ses haut potentiels de combat … bien que le robot n’ai pas envisagé un pouvoir aussi grand. Il a sous-estimé à quel point la folie peut donner une force aussi terrifiante. Il va devoir être très prudent sur sa manière de se battre. La prêtresse leva une main d’où un orbe doré avec un noyau azuré gravita.
 
"Je ne souhaitais pas en arriver là."
 
"Moi si."
 
De la poitrine de Malvel surgit la toute nouvelle main mécanique d’Occalte qui se rétracta la seconde suivante, créant un trou béant et sanguinolent. Complétement choquée et trahie, la matrone se retourna, le regard interrogateur, vers sa pupille. Malgré son don, celle-là elle ne l’a pas vu venir. C’est donc dans une incompréhension totale que la bienveillante prêcheuse tituba avant de chuter dramatiquement dans la fontaine en l’honneur du dieu du sable. La vestale, elle, un grand sourire aux lèvres et des yeux pétillant de vitalité, sautilla vers la machine.
 
"Si je travaille bien pour le seigneur Freezer je pourrais avoir mieux comme bras ?"
 
"Qu’un bras ? Tu es prometteuse et d’un bon état d’esprit, tes capacités te permettront d’obtenir d’avantage qu’une simple prothèse. Qu’en dis-tu apprentie Occalte ?"
 
"Oui, docteur Rellum !"
 
Ravie, l’ancienne religieuse se mit à fanfaronner avec son extension cybernétique tandis que le scientifique de métal sort de sa besace une radio. Avec ce dernier il contacta ses camarades qui attendent sagement à l’extérieur depuis un moment.
 
"Entrez et abattez tous ces parias sauf celle qui m’accompagne. Et annoncez par message crypté au seigneur Freezer, au roi Lava et au prince Brazier que nous avons trouvé l’endroit idéal où installer le laboratoire de recherche."
Rellum
avatar
Cyborg
Masculin Age : 28
Date d'inscription : 27/08/2017
Nombre de messages : 243
Bon ou mauvais ? : Idéologique
Zénies : 1240

Techniques
Techniques illimitées : Rayon oculaire / Barrière cinétique / Hologramme
Techniques 3/combat : Idéologie / Distorsion
Techniques 1/combat : Insignifiance

MessageSujet: Re: Laboratoire du docteur Rellum   Sam 24 Fév 2018 - 13:27
Cela fait un peu plus d’une journée que l’armée impériale a pris possession du temple impie dédié au dieu du sable. En effet, la matrone a été assassinée par une vestale qui a eu la bonne épiphanie, les cultistes ont été sommairement abattus sans aucune difficulté et sans causer aucunes pertes. Mieux encore, la convertie, Occalte, est devenue officiellement l’apprentie du docteur Rellum. Elle montra un grand intérêt sur le pouvoir de la science et dévore tout ce qu’elle apprendre du cyborg. Plus qu’une unité à fort potentiel, elle est également un exemple que beaucoup devrait suivre. Elle aida notamment à mettre en pièces détachées tous les symboles hérétiques et y accrocher à la place des drapeaux et fanions à la gloire du seigneur Freezer. Cela peut paraître excessif et stupide vu que l’objectif principal était de créer un laboratoire de recherche discret et invisible aux yeux d’autrui, mais les circonstances ont changé la donne. L’androïde n’avait pas prévu que les habitants de la planète soient autant endoctrinés envers leur divinité sablonneuse, la priorité n’est donc plus la furtivité, qui s’avère au final peu productive, mais de montrer à toutes ces brebis égarées que leur croyance ne vaut rien face à la sainte parole du légendaire démon du froid.
 
A l’heure actuelle, Rellum est en train de configurer un gros engin qui faisait partie du très récent ravitaillement, et le reste du matériel ne tardera pas à arriver. Cette structure métallique affublée d’une antenne high-tech permettra de créer une carte détaillée via écholocalisations des catacombes. Cela est plus prudent, car les premiers coups d’œil de la lugubre crypte ont permis au cyborg d’en conclure que c’était trop dangereux d’y aller à l’aveuglette dans ce dédale. Et bien qu’il ne ressente aucune énergie émané du mausolée, son instinct lui dicte la plus grande attention et la présence de pièges d’un style inconnue. Ca y est, il finit enfin d’optimiser le radar et le laissa scanner les souterrains. Suivant la complexité de ces derniers, le résultat devrait sortir d’ici cinq ou quinze minutes. Entretemps, le robot alla quérir son élève.
 
Il ne fallut que très peu de temps pour trouver la jeune Héra de seize ans qui avait pris la peine d’enfiler l’une des armures de combats d’élite typique des soldats de Freezer, mais dépourvue d’épaulette et de tassettes. En dessous, elle s’est habillée d’un ensemble moulant d’un noir profond et unie qui montre bien que son enfance difficile a bien sculpté son corps. A la vue de Rellum, elle descendit d’une caisse de ressources, où elle était en train de lire un dossier sur la métaphysique, s’approcha de lui et lui fit un salut un peu gauche. Bien qu’elle évolue de manière exponentielle, elle reste encore très bourrue, comme un électron libre. Le cyborg la salua avec simplicité et l’invita à le suivre en direction du jardin intérieur où elle avait accomplir l’exécution de la grand prêtresse. En route, ils discutèrent.
 
"La métaphysique ? Tu apprends vite et bien."
 
"Ouais, cette partie est encore floue pour moi, mais ça a tellement plus de sens que les conneries qu’on me déblatérait ici."
 
"Et tu as parfaitement raison, la science fait complètement abstraction des circonstances et prouve sa vérité comme absolue par A plus B. Cela me peine beaucoup de voir combien de personnes comme toi se sont fait embobiner par l’ineptie et la propagande de la religion locale."
 
"Euh … je suis d’accord pour l’ineptie, mais pas trop par le côté propagande."
 
"Qu’entends-tu par-là ?"
 
"Et bien … Vénérer le dieu du sable c’est une perte de temps et ça ne nous apporte rien mais son …"
 
"Un instant je te prie !"
 
Arrivé à destination, il y a plusieurs détails qui ébranlèrent Rellum, comme s’il se recevait un boulet de canon à la figure. Quelle est cette mauvaise plaisanterie? Premièrement, la fontaine en l’honneur du faux dieu, qui était censé être réduite en poussière par les soins des sbires, trône encore fièrement. Deuxièmement, l’extrême propreté de l’ancienne scène de crime, plus aucunes traces de sangs impurs ou d’effets d’après combats. Même les sièges et le socle de piquenique sont à leur place comme si rien n’étaient arrivés. Dernièrement, la présence d’un lettre en papier doré et à l’encre de jais sur la table basse. D’un pas hésitant, le cyborg s’approcha du message qui, contre toute attente, s’envola dans les airs puis s’illumina. La voix cristalline de la présumée défunte Malvel en sortie.
 
"Nous vous avions offert l’opportunité d’accepter la cohabitation avec l’omniscient dieu du sable. Vous avez refusé avec véhémence notre proposition, pire vous nous avez déclaré la guerre. Vos gestes ne resteront pas impunis, Héra dévorera l’armée de Freezer bien asses tôt.
 
PS : Rellum, vous êtes un ignare."
 
Sur cette insulte, la lettre se décomposa pour retomber en sable dessinant un symbole familier de forme triangulaire sur le carrelage. Seule l’eau cascadant sur la fontaine impie brisait ce silence pesant. Le cyborg ne bougeait pas d’un pouce et semblait regarde dans le vide, absorbé par ses pensées. Occalte, surprise, tenta de détendre l’atmosphère.
 
"Bon OK, elle a survécu, c’est incroyable. Mais en même temps ça ne …"
 
Elle n’eut pas le temps de terminer sa phrase que son mentor, vibrant d’une insondable colère, activa son idéologie. Des éclairs rouges et meurtriers l’enveloppèrent et zigzaguèrent avec vivacité imageant sa rage. Il avança lentement, et à chaque pas son aura électrique s’intensifia commençant  à zébrer les murs. Sous cette pression accablante, les tabourets et la table basse furent propulsées contre les colonnes ou elles se détruisirent. Arrivé à la pyramide aquatique, Rellum y plongea ses deux bras et y déversa toute sa frustration. La sculpture fut submergée par un pilier carmin de foudre qui perça le plafond. Après quelques secondes de ce terrifiant spectacle, le centre du jardinet n’est plus qu’une masse cendreuse et fumante, même l’eau s’est évaporée sous cette tension bouillonnante. Après cela, l’androïde rejoignit l’ancienne vestale qui transpirait à grosse goutte.
 
"Mes excuses, je me suis emporté face à autant de sottises. Je dois bien avouer ne pas comprendre ce récent événement."
 
"Putain il faut pas te faire chier, mais en même temps c’est ce que je me crève à te dire ! Le dieu du sable c’est une mauvaise faction, mais il existe réellement et il est vraiment puissant."
 
"C’est donc bien pire que ce que je pensais. A la base j’avais émis l’hypothèse que, sous la coupe de cet incapable de sultan, les habitants ont eue recours à l’invention d’une divinité factice pour se redonner faussement espoir. Je me suis trompé. Il existe donc une force plus néfaste et odieuse sur cette planète dont nous ne savons que si peu. Il nous faudra avertir le seigneur Freezer de cette information capitale pour qu’il puisse assigner quelqu’un qui puisse récolter des informations à ce sujet. Désolé de te demander de te ressasser cette époque révolue, mais il est nécessaire que tu me révèles tout ce que tu sais Occalte."
 
"Pas de problème, mais j’étais vestale donc pas haut gradée. Je sais juste que ce temple n’est pas le seul et qu’il en existe au moins une dizaine d’autres. Que l’élément qui représente le dieu du sable est bien entendu le sable, bien qu’il ne délaisse pas l’eau, la végétation et les os. Bizarre non ? Le reste c’était sur comment le prier et blablabla."
 
"Hmmm … cela explique au moins pourquoi ce temple a été bâti sur une oasis ainsi que la présence de catacombes. Sinon aucuns indices sur la probable pseudo-mort de Malvel ou de sa visiblement vraie capacité de double-vu ?"
 
La questionnée hocha négativement de la tête. Mais ce n’est pas grave, tout arrive à point à qui sait attendre et travailler avec assiduité. En parlant de travail, Rellum reçu un signal wifi comme quoi l’analyse de géolocalisation du labyrinthe ossuaire est désormais terminé, il en profita pour en télécharger à distance la carte et la projeter en hologramme devant lui via sa lentille de projection. Cela ne manqua pas de faire sursauter Occalte qui se ressaisit rapidement tout en lançant un grognement réprobateur. En premier lieu, le duo observa en silence l’image en trois dimensions. Il s’avère que la crypte ne dépasse par la superficie du temple qui siège au sommet, mais qu’elle descend de manière vertigineuse dans les abysses de la croûte terrestre. D’après les statistiques, le plancher du mémorial se situe à un bon kilomètre de profondeur où sont visiblement entassé avec soin les os des défunts.
 
C’est à la fois incroyable et terrifiant. Incroyable qu’avec les maigres ressources technologiques, les Héras ait put ouvrager un tel cimetière sous-terrain sans que ce dernier ne s’affaisse ou fasse effondré la bâtisse qui la recouvre. Par ailleurs, la partie la plus ancienne semble étrangement se situe le plus en bas. Comme si au lieu de creuser pour y mettre les cadavres les plus récents, c’est le tombeau géant lui-même qui s’enfonce pour laisser la place aux jeunes morts. Comme quoi il y a vraiment quelque chose de mystique sur cette planète. Terrifiant, car une telle ancienneté prouve que la domination du dieu du sable est présente d’aussi longtemps qu’existe la massive crypte et ses gargantuesques racines. Autrement dit, depuis sans doute des temps immémoriaux et peut être même avant la naissance des autochtones.
 
Quelque chose attira l’attention des scientifiques parmi les données reçus. Dans les zones les plus profondes, le radar a descellé quelque chose d’anormale. Non pas une présence de ki, mais que les cercueils en pierre les plus enfouit réverbèrent les ondes de manière violente et désordonnée. Tout ceci parait tellement … intéressant. Le cyborg ne tarda à questionner de manière mesquine sa compagne.
 
"Par simple hasard, est ce que les adorateurs du dieu du sable prêtent attention aux morts ?"
 
"Et comment ? Pour eux c’est sacré."
 
"Parfait, demande à une escouade d’aller me chercher un spécimen des profondeurs puis envoie un mail urgent à Lava et Brazier pour me fournir des cobayes locaux. Je crois savoir comment combler la volonté du seigneur Freezer de manière cocasse."
Rellum
avatar
Cyborg
Masculin Age : 28
Date d'inscription : 27/08/2017
Nombre de messages : 243
Bon ou mauvais ? : Idéologique
Zénies : 1240

Techniques
Techniques illimitées : Rayon oculaire / Barrière cinétique / Hologramme
Techniques 3/combat : Idéologie / Distorsion
Techniques 1/combat : Insignifiance

MessageSujet: Re: Laboratoire du docteur Rellum   Dim 8 Avr 2018 - 10:43
Là où quelques semaines plus tôt les journées paraissaient interminables et sans saveurs, désormais c’est tout le contraire. En effet, grâce à l’intervention très récente du charismatique Zarbon et de l’ambitieux Rellum, l’attaque des momies depuis les catacombes a été enfin repoussé et la zone sécurisée pour de bon. Du moins pour le moment. Tout cela parceque des raclures de la sinistre secte en l’honneur d’un dieu sablonneux font preuves d’anticonformisme. Ils préfèrent prêcher pour leur divinité qui ne leur apporte qu’une joie fantoche, au lieu de louer les vertus qu’apportent le seigneur Freezer à savoir ; une technologie qui dépasse de très loin leur sordide magie, une puissance militaire qui fait jalouser toutes les autres planètes, et surtout un but qui est de contrôler l’univers au profit d’une véritable paix. Seul des fous extrémistes sans consciences ou critiques sont capables de renier ce glorieux futur, et bon sang qu’il y en a plein dans la galaxie et proportionnellement trop sur Héra. Pour ces gens il n’y a pas d’avenir ou de rédemption possible.
 
Mais dans l’immédiat, la purification des cités et autres villages n’est pas la priorité du cyborg, de ce qu’il a entendu dire c’est plus au général Zarbon et au prince Brazier de régler cette tare hérétique. Et grand mal pour eux une rumeur de résistance commence à se fomenter. Mais Rellum sait que ses camarades sont puissants et compétents, il ne doute pas de leur réussite. Il n’en pense pas moins du roi Lava qui fait déjà des prouesses concernant l’industrialisation massive de la planète. Petit à petit les ressources matériels et organiques commencent à gonfler les stocks du laboratoire grâce à cette jolie coopération. Le tout bien entendu supervisé par l’éminent démon du froid qui fait un travail extraordinaire concernant le contrôle de la populace.
 
Rellum, quand à lui, a débuter les analyses de sa trouvaille des cryptes du temple reconverti. Des os, mais n’importe lesquels, des os d’Héra fossilisés, noircis par les minéraux et le cœur de la planète leurs donnant des propriétés radioactives et magnétiques tout à faut surprenant. Et fort heureusement cette ressource est abondante. Dans un premier temps, les tests ne furent que très peu fructueux, cette pierre de moelle est trop instable pour en faire une batterie et trop lourde pour en faire une armure malgré sa solidité exemplaire. Le robot tenta donc une nouvelle approche, il sortit d’une cage un rat des sables des dunes voisines, ainsi qu’une souris kidnappée de la Terre. C’est par ce choix, étrange au premier abord, qu’Occalte, la fidèle apprentie du scientifique en chef de l’armée du seigneur Freezer, apparu interrogatrice.
 
"Que tu bidouilles sur tes animaux, soit, mais pourquoi ces deux-là ? C’est quasiment la même chose. Et quand bien même tu comptes faire quoi avec ?"
 
L’androïde se retourna vers son disciple, qu’est-ce qu’elle a progressé et changé en si peu de temps ! Progressée dans le sens où en un moins d’un mois elle est passé d’une néophyte complète à une authentique scientifique respectée, surtout dans les sciences de la robotique et du contrôle moléculaire. Changée dans le sens où elle n’a quasiment plus un gramme d’Héra en elle. En effet, depuis l’accalmie l’apprentie venait chaque jour enquiquiner sont maître pour qu’il lui apporte des modifications corporelles. Une fois c’était pour modifier ses yeux, autrefois d’un azur terne, désormais d’un gris pétillant et doté de focales de pointes. Puis une autre fois, en se plaignant qu’elle avait passé une mauvaise nuit avec su sable dans la bouche et les poumons, c’était pour retirer son système respiratoire défaillant pour y mettre son homologue version high-tech. Le clou du spectacle fut la veille où, sous la supervision du très curieux Rellum, Occalte programma une table d’opération pour modifier tout ce qui restait d’organique en elle pour le remplacer par une version supérieure que ce soit de métal ou électronique. Y compris son cerveau. Le charcutage puis les rectifications durèrent de très longues heures. Mais le résultat est là, elle est devenue une créature d’acier laiteux, au jointures contrastantes noires, aux cheveux blancs captant tout types d’ondes. Le robot de Willow ne comprend néanmoins pas pourquoi elle a tenue à conserver une forme féminine très avantageuse au lieu d’optimiser son aérodynamisme. Une luxure qui prouve au moins qu’elle reste la même, tout comme son caractère bourru.


Occalte:
 


"Bon tu comptes me mater encore longtemps ou tu vas répondre à ma question ?"
 
"Tu sais très bien que, contrairement à toi, je n’ai aucune expérience ni aucun intérêt dans le plaisir de la chaire. Par ailleurs ta nudité provoque de la déconcentration parmi les autres chercheurs."
 
"Je ne vois pas le problème, toi et même le seigneur Freezer êtes souvent à poil."
 
"Un … bon point pour toi. Concernant ces petites bêtes, sache que je vais leur injecter des bâtonnets en os noir que j’ai préalablement traité. J’y ai instaurer des circuits électriques ainsi que légèrement modifier la structure moléculaire. Après advienne que pourra, c’est là l’un des charmes de la recherche. Débutons par la souris terrestre."
 
De sa main sans chaleur, Rellum souleva la pauvre chose par la queue et, sans crier gare, lui enfonça une pige d’onyx dans le dos. La souris se mis à gesticuler de douleur avant que son tortionnaire ne la remette en cage. Plusieurs minutes alors s’écoulèrent dans d’horribles couinement et le regard emplie de curiosité de deux cyborgs. Le résultat ne se fit pas attendre, la bestiole succomba suite à une hémorragie interne prononcée. Tandis qu’Occalte pouffa un bon coup, son maître haussa des épaules et répéta l’opération sur le rat autochtone. Dans un premier temps, la vermine se tordit également dans une souffrance extrême.
 
"Ha, encore une défaite."
 
"Non ! Attends un instant, il se passe quelque chose."
 
Puis petit à petit, le rat des dunes se remis sur pattes puis se mis tout doucement à muter. Sa fourrure tomba au sol révélant sa peau rose qui se mit à ternir vers une couleur cendre. Plus intéressant encore, le pilier d’os noir s’enfonça dans le corps de la bête. Non, elle se fait absorber. Après que l’extension noire fut complétement ingérée, des plaques et des picots de la même teinte poussèrent sur tout son corps. Désormais ce qui est dans la cage fait plus penser à un petit élémentaire de sombre roche à quatre patte qu’une créature organique. Suite à ces modifications surprenantes, la chose se mis à tester ses nouvelles compétences en martelant la porte de sa prison avec son crâne. Les barreaux commencent à céder ! En réponse, Rellum l’abattit d’un simple rayon oculaire qui perça sa boite crânienne. Un silence plein de suppositions prit place avant d’être rompu par Occalte.
 
"Wa c’est génial !"
 
"En effet, et cela concorde avec mes récents résultats. Il semblerait que l’os noir ait une résonance particulière avec les êtres organiques qui sont natifs de la planète Héra. En même temps ils partagent une cohabitation antique."
 
"Logique, je devine donc qu’on va tester ça sur des Héras. Je suis curieuse de voir ce que ça va donner. Mais leur donner des capacités aussi balèzes alors que les cobayes sont des renégats c’est pas super dangereux par hasard ?"
 
"Ne t’en fais pas pour ce détail, je sais déjà comment procéder pour supprimer le défaut. Au final, je serais en mesure de combler l’attente du seigneur Freezer. Au travail."
Rellum
avatar
Cyborg
Masculin Age : 28
Date d'inscription : 27/08/2017
Nombre de messages : 243
Bon ou mauvais ? : Idéologique
Zénies : 1240

Techniques
Techniques illimitées : Rayon oculaire / Barrière cinétique / Hologramme
Techniques 3/combat : Idéologie / Distorsion
Techniques 1/combat : Insignifiance

MessageSujet: Re: Laboratoire du docteur Rellum   Mar 17 Avr 2018 - 17:46
Une caravane aéro-glissante, voyageant sous un soleil de plomb, arrive finalement à sa destination après une rude journée de traversée désertique ; le laboratoire principal du seigneur Freezer. Lentement, le véhicule se pose sur la place de parking en bitume qui créé une rupture étonnante entre l’héritage désertique de la planète et la récente technologie alien. Le conducteur du fourgon descend de sa geôle mobile puis en ouvre la porte arrière. Aussitôt les prisonniers, pour la grande majorité des rebelles Héras, se couvrirent les yeux. Après tout, cela fait plus de vingt-quatre heures qu’ils sont enfermés dans le noir et l’ignorance complet. L’esclavagiste beugla des ordres tout en agitant avec véhémence une télécommande. A la vue de cette dernière, les enchaînés furent un instant tétanisé de terreur tout en tâtant avec horreur leur collier de réprimande avant d’obéir avec amertume à leur geôlier. Uns à uns, ils sortirent de leur enclos et se dirigent d’un pas morbide à l’intérieur de l’immense bâtisse qui était autrefois un temple hérétique. Maintenant il n’en n’est plus rien, l’intérieur chaleureux en pierre fait place à des mur contreplaqués en fer froid, tel un passage d’un tas de caillou moyenâgeux à une structure solide du futur. Si certains restèrent dubitatif, d’autre furent clairement indignés d’une telle transformation. Nul doute des religieux autochtones.
 
Derrière la petite vingtaine de prisonniers, les portes se refermèrent hermétiquement dans un épouvantable fracas qui résonna dans la grande pièce vide et lisse. Après une dizaine de secondes d’inquiétude, les colliers punitifs se déclipsèrent et tombèrent sur le plancher d’acier. Dès lors, la troupe se mit à respirer plus sereinement bien que beaucoup se demandent si cet évènement est signe de liberté ou non. La réponse ne tarda à pointer le bout de son nez. En effet, un mur entier devint transparent telle une grande plaque de verre révélant plusieurs scientifiques extra-terrestres en armure typique des larbins du très célèbre démon du froid. Parmi eux, deux entités se détachent clairement du lot. Un grand robot de violet et de turquoise ainsi qu’une cyborg en fer blanc dénudée se tiennent sur une stèle bien plus en évidence tout en pianotant des claviers holographiques. Après quelques secondes de silences pesants, le plus imposant des deux créatures cybernétiques s’adressa aux invités d’une voie gentleman.
 
"Bienvenue au laboratoire principale d’Héra du seigneur Freezer. Vous avez été convié en ces lieux de savoirs pour nous aider à faire avancer le progrès tout en servant les ambitions de notre maître. Des portes vont s’ouvrir, vous pouvez emprunter n’importe laquelle, toute vous mènerons vers une salle de recherche. Obéir nous fera gagner du temps à tous."
 
Sur ces mots, une dizaine d’ouvertures apparurent ici et là de la grande pièce rectangulaire. Et contrairement à ce dont l’on pourrait s’attendre de personne qui n’ont pas l’embarras du choix, les prisonniers se révoltèrent et refusèrent en cœur l’ordre. Visiblement, la chute de leur collier leur a donné une gorgée de révolte. Admirable mais futile, cela la femme robotique ne tarda à le pointer du doigt d’une manière peu respectueuse.
 
"Bordel, dire que j’aurais put être aussi conne qu’eux. Ils ont pas pigé que s’ils n’ont plus leur cerceau c’est que nous n’en n’avons pas besoin pour les dominer."
 
"Décevant, j’ai cru qu’au moins trois ou quatre d’entre eux pouvait se racheter et … Occalte, tu as changé ta coloration capillaire ?"
 
"Ouais, j’ai de suis rousse à nouveau. En plus ça se marie super bien avec le blanc laiteux de mon corps."
 
"Occalte ? Putain qu’est ce qui t’es arrivée ?"
 
Un Héra, comme tous à la peau bleue et à la tignasse flamboyante, mais bien mieux bâti, s’avance devant la vitre d’un air horrifié et rempli de tristesse. L’intéressée na tarda pas à éclairer la lanterne électronique de son mentor avant que ce dernier ne pose la question fatidique.
 
"C’est Horis, un ancien partenaire d’armes lorsque j’était obligé de participer aux arènes pour survivre. Salut Horis, qu’est ce que tu deviens depuis ? Moi je suis passée d’une servante handicapée sans avenir au service d’un dieu absent à une méga androïde qui déchire et qui s’y connais dans le domaine du high-tech."
 
"Quoi ? Tu es consciente de ce que tu racontes ? Regarde-toi, bon sang ! Tu n’as plus rien d’Héra, que ce soit physiquement que mentalement. Le monstre que tu sers n’est qu’un immonde tyran assoiffé de sang qui n’apporte que la misère, le malheur, la déchéance, la …"
 
"Baissez la vitre !"
 
Sur les ordres de l’immense robot aux côté d’Occalte, les scientifiques s’exécutèrent et la grande plaque vitrée séparatrice s’évapora comme si elle n’avait jamais existé. Il ne fallut qu’un instant pour que l’entité robotique ne s’élance à une vitesse inouïe, choppe par la gorge le pauvre Horis qui tente vainement de donner des coups de pieds dans le plexus d’acier de son opposant. Ce dernier, ne bronchant pas d’un millimètre mis les points sur les i.
 
"Je vous prie de me pardonner, je ne me suis pas encore présenté. Je suis le docteur Rellum, celui qui est en charge de cette bâtisse scientifique, celui qui a promis au seigneur Freezer de lui apporter tout le soutien qu’il mérite dans sa quête de domination intergalactique et récemment celui qui va personnellement vous montrer ce qu’il coûte aux ignares rebutant tel que vous de s’opposer à notre chemin vers un véritable monde meilleur. Occalte !"
 
"J’arrive."
 
Sous les yeux inquiets des autres esclaves, le trio insolite s’engouffra dans l’une des ouvertures qui se referma l’instant d’après. Le docteur, l’apprentie et le rebelle débouchèrent ensemble dans une pièce hostile, bien que bien éclairée, avec ses armoires regorgeant d’instrument médicaux assoiffées de chair. Le plus prenant est sans doute la large table d’opération qui trône en plein milieu de l’alcôve. Rellum ne fit pas prier et ne tarda pas à y installer Horis qui continue toujours de se gigoter inutilement. Ce dernier, une fois plaqué contre le plateau de chirurgie frigorifié, fut sanglé par des anneaux en fibre de carbone. A moins d’avoir une force colossale rivalisant avec les plus puissants guerriers de l’univers, le pauvre homme ne peut s’échapper de sa nouvelle prison. Durant la séance de ligotage, Occalte en profita pour amener un chariot magnétique qui lévite un mètre au-dessus du sol. Dessus se trouvent plusieurs barres d’un noir profond qui vibrent d’une aura malsaine qui ne manquèrent pas de faire ricaner de défi l’enlacé.
 
"Vous comptez faire quoi ? Me torturer ? Ça ne vous servira à rien. Non seulement parceque j’ai déjà subit les pires souffrances sous le règne du sultan, mais surtout parceque je ne suis qu’un pion de la résistance. Vous ne saisissez même pas la connerie de vos actes et …"
 
"Par les Colds, je savais les Héras têtus mais pas aussi futilement bavards."
 
"C’est comme ça, mais même moi il me gonflait à l’époque avec ses grands discours."
 
"Va te faire foutre Occalte. Tu étais quelqu’un de bien avant, et tu as même eu la chance de te faire recueillir par les servants du dieu du sable malgré le bras que tu as perdu !"
 
"Meh, j’ai trouvé bien mieux."
 
Commençant à perdre patience, Rellum saisie un joystick qu’il manipula avec aisance. Aussitôt, la table et son hôte se mirent à flotter puis pivotèrent. Le plateau se modula pour devenir un grand cadre, dévoilant le dos d’Horis faisant face au plafond et par défaut à ses deux malfaiteurs. L’apprentie se pressa toute enthousiaste de fournir l’un des pieux obscurs à son professeur qui partage l’émotion. Et tandis qu’il commence à insérer avec tact le matériau dans le corps grimaçant du cobaye il manipule de son autre main avec minutie une seringue contenant un liquide orangé bouillonnant. Les minutes qui suivent ne sont que successions de sinistres greffes de cette étrange roche aux teintes pétrolières, de piqûres d’un sérum qui brûle la chair, de la sueur d’un vaillant résistant qui fait tout pour ne pas hurler et prouver sa force, et du son d’une opération rondement bien menée. Après un quart d’heure qui paraissait être une éternité d’horreur ou un moment de travail pour d’autres, le robot appuya sur un bouton qui libéra le sujet d’expérience qui tomba à genou. Le Héra, toujours aussi musclé et déterminé, se releva malgré les piliers d’onyx qui lui sortent du dos. Ce dernier fit un gros effort pour faire un sourire provocateur envers ses tortionnaires.
 
"C’est … tout … les boîtes de conserves ?"
 
"Je comprends votre déception, mais surtout par votre incompréhension de ce qui va vous arrivez d’ici une minute et quarante-sept secondes précisément."
 
"Quoi ? … Que ?"
 
"Je peux ? … Cool ! En fait ce qu’on a planté dans ton épiderme c’est en grande partie des os fossilisés d’antique Héra, c’est génial parceque les corps des générations suivantes entre en résonnance. On ajoute à cela le génie de maître Rellum et de ses copains et PAF ! Ça transforme les Héras en adorable larbin d’une force incroyable. Ah, on dirait que la métamorphose commence !"
 
La transformation:
 

Horis n’eut même pas le temps de répondre quoi que ce soit qu’il hurla de toute ses forces, lui qui a juré de ne pas montrer une once de faiblesse. Tout en se tordant de douleur, les pieux s’insèrent progressivement dans la chair, par effet de vase communicant l’étrange liquide de feu sortit tout en cautérisant les plaies. Petit à petit, la peau du sujet commence à devenir terne voir cendreux, malgré les effets curatifs du sérum des plaies rougeoyantes zèbrent, des excroissances osseuses noirâtres poussent de toute part créant une seconde peau. Durant ce spectacle scientifique, Occalte reprit les explications sous l’œil unique et avisé de Rellum.
 
"Et vu qu’on n’est pas con, on a aussi inséré des nano puces dans les tiges d’os noirs dont le but est de diffuser un simple fait qui est désormais encré en toi. Obéir à Freezer. C’est simple mais efficace. Et par défaut, tu obéiras dans l’ordre à Rellum, Roi Lava, Prince Brazier, Zarbon et moi."
 
"N’avise plus de rajouter des lignes de codes que je n’ai pas programmé, mais c’est excusé, tu mérites légitimement une place par ta grande implication dans ce projet. Maintenant, serviteur du grand seigneur Freezer, à genou."
 
Amélioration complete:
 

La mutation terminée, dévoilant un humanoïde qui n’a plus grand-chose à voir avec un Héra, ce qui est encore à l’heure actuel Horis obéit de manière quasi automatique. Bien que le corps de la chose montre une obéissance absolue envers ses nouveaux maîtres, ses yeux ne montrent qu’une grande peine et un début de folie. Cette contradiction, le docteur s’empressa d’y apporter sa lumière.
 
"Une dernière chose, notre éminent souverain stellaire souhaite que je déploie un instrument qui puisse faire comprendre à la populace à quel point il est contreproductif de s’opposer à lui. Mais faire passer les récalcitrants en de simples coquilles vides, bien cela soit tentant, est synonyme de mort, or la mort n’est pas une punition appropriée. Non, il faut que ces fautifs comprennent et fassent comprendre leur erreur irréparable. Donc oui, vous seriez à jamais conscient, vous les pensées néfastes, dans vos corps qui serviront à la juste cause. Désormais, va ! Va, et apporte la grande nouvelle qui fera briller le seigneur Freezer et qui montrera au monde le choix unique et bénéfique qui s’offre à lui."
 
Dans un silence de mort mais dans un regard de pitié, le soldat saisit un document que tend Rellum avant de partir en directement du palais doré où réside à l’heure actuelle le célèbre et l’omnipotent démon du froid. Ce parchemin digital et son porteur seront la preuve que le robot à mener à bien la mission qui lui a été confié.
 
"On fait quoi maintenant ?"
 
"On se met à jour !"
Rellum
avatar
Cyborg
Masculin Age : 28
Date d'inscription : 27/08/2017
Nombre de messages : 243
Bon ou mauvais ? : Idéologique
Zénies : 1240

Techniques
Techniques illimitées : Rayon oculaire / Barrière cinétique / Hologramme
Techniques 3/combat : Idéologie / Distorsion
Techniques 1/combat : Insignifiance

MessageSujet: Re: Laboratoire du docteur Rellum   Sam 26 Mai 2018 - 10:36
L’œil unique et cybernétique du docteur Rellum, attendant patiemment que son opération se termine, scruta avec attention la vue qui se propose à lui a travers une lucarne. Le ciel qui fut autrefois d’un bleu azuré, unis et ennuyeux au possible n’est plus. Désormais, un gris bleuâtre domine les cieux agrémentés de quelques nuages emplit de monoxyde de carbone, de molécules de chrome et d’un soupçon de plastique volatile. Cela peut paraître horrible pour un héras lambda, mais pour un homme intelligent c’est un signe clair et net d’évolution ! Cette nouvelle atmosphère, certes moins glamour, est le reflet de l’avancée industrielle de la planète. Par ailleurs la présence de formation de ces cumulo-nimbus de pollution a l’avantage de camoufler un tant soit peu la planète de ce soleil tonitruant. Autre conséquence positive, les vautours locaux meurt intoxiqués à force de se baigner dans ces airs sulfureux. Ils ne voleront plus les carcasses qui doivent servir à la science, au nom de l’éminent souverain de l’univers : le seigneur Freezer.
 
"Et voilà, c’est terminé. Dis, tu es certain de cette modification, ton maître approuve ?"
 
"Parfait, c’est du bon travail. Et oui, je suis plus que certain que l’empereur intergalactique trouvera ma modification de compétence utile … Occalte … ta carcasse au niveau du buste semble avoir un problème d’inflation."
 
"T’es con, c’est volontaire, ça fait plus sexy !"
 
"Soit …"
 
Le cyborg du docteur Willow n’arrive toujours pas à comprendre son disciple. Pourquoi elle fait des efforts pour se donner des courbes plus arrondies alors que cela n’améliore clairement pas son aérodynamisme ? Cette fille, malgré son changement drastique physique, reste aguicheuse. Mais vu qu’elle travaille avec zèle et excellence, ses caprices de gamine sont supportables. Et les autres scientifiques semblent approuver avec perversité.
 
L’androïde se relève de toute sa taille, quittant sa table de chirurgie. Il fit quelques mouvements et constata qu’il est pleinement fonctionnel, aucunes séquelles négatives. Rellum est bien heureux de pouvoir faire actuellement pleinement confiance envers Occalte pour qu’elle l’opère et l’améliore. Mais quel est ce fameux changement ? Pour cela il faut revenir un peu en arrière, lorsque le docteur constata que sa capacité, certes impactante, de pouvoir annuler les transformations avait trois gros défauts. La première c’est que face à un adversaire qui ne mise aucunement sa force de combat via des évolutions, cette technique est parfaitement inutile. Il a pu en faire les frais face aux disciples du dieu du sable. Second défaut, la détransformation n’est pas contrôlable dans le sens que cela peut affecter les alliés. Si jamais le superbe lord Freezer possède une nouvelle évolution et que le robot l’annule, ce dernier ne se le pardonnerais jamais … ce premier non plus. Dernière critique, la régulation est trop unidirectionnelle et n’engage pas à l’amélioration ni à la diversité. Il suffisait de l’activer et le combat était terminé. Oui, il fallait changer !
 
La femme d’acier laiteux, qui s’était absentée durant le check de son professeur, revint en amenant l’un des héras modifiés par les os noirs. Par d’ailleurs, celui-ci est particulièrement robuste vu que son corps est entièrement recouvert de plaques d’obsidienne. Cela prouve au moins que les autres chercheurs savent faire du bon travail et ne se reposent pas sur leur supérieur. Rellum avança d’un pas militaire vers le pantin dont le regard trahit une certaine panique. L’être métallique d’un froid meurtrier tendit sa main droite et la plaqua sur le front de l’abomination. Solide, comme il pouvait s’en douter. D’un signe de tête, le professeur donna l’ordre avisé à son élève de s’éloigner. Elle s’exécuta et quitta même la pièce. Il est temps.
 
"Testons."
 
Aussitôt dit, l’androïde activa sa toute nouvelle capacité ultime ; l’insignifiance. Dès lors, son corps se mit à vrombir tout en émettant des ondes ultrasoniques qui se répandent dans toute la salle. Jusque-là, rien de nouveau. Mais, le héras tomba subitement à genou, comme accablé par une force mystique qui lui infligerait tous les fardeaux du monde. Là où il pouvait être l’avatar de la fermeté, désormais le seul sentiment qu’il fasse ressentir est la pitié. C’est ça la puissance de l’insignifiance, rendre faible l’adversité pour leur faire comprendre leur stupidité, leur ignorance. Forcés de la sorte à manger l’herbe par la racine, ils feront des efforts pour relever la tête pour constater la supériorité et la toute-puissance de l’armée Cold. Une structure au service du meilleur et du plus salutaire des créatures de l’existence, celui qui sauvera la galaxie d’elle-même, le délicieux et divin mégalomane seigneur Freezer ! Lui qui …
 
"Boss, j’ai pas envie de casser ton ambiance, mais ta cible n’a plus vraiment la tête à ça."
 
La voie cristalline d’Occalte retransmise par haut-parleur tira Rellum de sa rêverie. Ce dernier, tenait dans sa main droite une masse répugnante de mélange de chair et de cerveau. Le reste du corps récemment scalpé gisait mollement au sol répandant des litres d’hémoglobine aux teintes pétrolières. Le test est un franc succès ! Le cobaye est devenu tellement faiblard et fragile que les capteurs sensoriels du robot ne se sont même pas activés. Là ou il s’heurtait à un mur, maintenant il brassait de l’air. Ce n’est pas qu’une sensation de satisfaction qui parcours l’échine de câbles de l’androïde, mais de bonheur quand à savoir que son utilité est grandement améliorée.
 
"Encore une fois, sans vouloir casser ton trip, va falloir se calmer. Le général Zarbon nous a envoyé une belle cargaison de chair à scalpel."
 
"Parfait ! Remercie-le en lui procurant une demi-douzaine de nos bio-soldat d’Héras modifié par mécano-ossologie."
 
"Trop long et trop compliqué. Hey, vu qu’ils font penser à des volcans sur pattes on n’a qu’à les appeler les vulcans !"
 
"Accordé. Maintenant allons nous occuper de nos hôtes. Il est grand temps de passer à une étape bien plus lucratives pour les habitants de cette planète."
Rellum
avatar
Cyborg
Masculin Age : 28
Date d'inscription : 27/08/2017
Nombre de messages : 243
Bon ou mauvais ? : Idéologique
Zénies : 1240

Techniques
Techniques illimitées : Rayon oculaire / Barrière cinétique / Hologramme
Techniques 3/combat : Idéologie / Distorsion
Techniques 1/combat : Insignifiance

MessageSujet: Re: Laboratoire du docteur Rellum   Dim 3 Juin 2018 - 11:09
Des les recoins reculés du désert, là ou le soleil est des plus injustes, un grand complexe scientifique turbine à plein régime. Chaque jour, des Héra qui réclament une liberté factice entrent dans des cellules dont ils ne ressortiront que meilleur. Leur mentalité n’est pas pliable, mais leur corps oui. Et c’est leur corps qui vont les forcer à apprendre trois grandes vertus. La première est le respect d’une force qui les dépassent. La seconde est l’ouverture d’esprit qu’ils soient dans le mauvais chemin. La troisième et dernière est l’utilité qui leur faisait défaut. Il n’y a pas grand-chose à ajouter à cela, ils ont commencé au plus bas de l’échelle pour devenir des rouages d’un système qui saura utiliser leur plein potentiel. La futilité n’est pas tolérée.
 
Mais imposer cette forme de supériorité n’est pas donner à tout le monde, car cela requiert un charisme de haut niveau. Prenons par exemple le magnifique seigneur Freezer dans sa forme la plus aboutie. Malgré sa faible taille, son corps svelte et sculpté dans un marbre blanc pur ornée d’améthystes et au courbes envoutantes trahit une ascendance sans borne. A moindre mesure mais à ne pas négliger, le seigneur Zarbon sait également transmettre son art de la beauté et de la pose pour rabaisser autrui. Rellum lui est un simple robot, et bien qu’il atteigne presque les deux mètres de hauteur, son allure n’est pas particulièrement menaçante ou attractive. Lorsque le cyborg fut assemblé, la priorité fut la performance et non l’allure. Quelle cruelle erreur. La seule forme de sentiment que son aspect inspire est le grotesque. Que trois doigts par main, des pieds en forme de babouche, une tête qui n’évoque rien d’autre que l’inhumanité. Non, il faut qu’il change et en profiter pour devenir plus fort.
 
Mais Comment s’y prendre ? L’androïde n’est pas doué dans le sens de la mode … heureusement qu’il a un disciple très frivole de ce genre d’activité. Le destin est parfois souriant. Sans plus tarder, Rellum appela son apprentie à venir au laboratoire privé dans les plus brefs délais. Bien entendu, elle fit acte de présence avec une nouvelle modification corporelle. Des néons ambrés dans les articulations … étrangement, cela ne surprend plus du tout le docteur. Ce dernier ne releva pas ce sujet mais passa directement à l’essentiel.
 
"Occalte, je reconnais que tu es particulièrement douée dans le domaine du design. Un talent que je ne comprends pas. Pour faire simple, il me faut un nouveau corps, plus robuste et qui impose l’autorité."
 
"ENFIN ! Enfin, tu admets que tu ne ressembles à rien … sans vouloir te vexer. Tu n’as pas idée à quel point ça me fait plaisir que tu me demandes de te relooker. Ça fait un baille que j’ai une idée concernant ce point. Alors c’est parti, tu seras magnifique mon chéri !"
 
"Débutons."
 
Magnifique mon chéri ? Encore l’une de ses expressions typiquement Héra. Quoi qu’il en soit, Rellum alla s’allonger sans plus tarder sur la table d’opération. Sachant qu’il peut faire pleinement faire confiance envers Occalte, il se mit en veille le temps qu’elle le rafistole et qu’elle fasse quelque chose de cohérent de lui. Il fut sorti de sa torpeur trois demi-journées plus tard, ce qui est plutôt long pour ce genre d’opération. Reste à voir si le boulot a été fait correctement.
 
"Bordel, je suis tellement fière. Lèves-toi et regardes toi dans le miroir."
 
Rellum avant:
 


Rellum après:
 




Sans un mot, le robot se redressa et agrippa la rambarde du lit. Dès lors, il senti un changement utile et agréable. Il possède cinq doigts à chaque main, comment a-t-il pu se passer d’autant d’articulations auparavant ? Tout cela commence à être grisant. Dans une forme d’impatience, Rellum sauta de sa table d’opération pour atterrir sur le sol carrelé de métal … où il tomba lourdement à terre. Que s’est-il passé ? Il a manqué d’agilité ? En prenant bien le temps de se remettre debout, le cyborg comprit rapidement l’origine de son déséquilibre. Il ne possède plus des jambes humanoïdes, mais des extensions arquées qui se termine non pas par des pieds mais des sabots. Bien qu’il ait des difficultés à rester debout, il s’adapta rapidement et remarqua qu’il est parfaitement stable. Pas un gramme trop à gauche ou à droite, un vrai travail d’orfèvre.
 
Maintenant que Rellum sait comment se mouvoir avec son tout nouveau corps, il s’empressa de se diriger vers le miroir qu’a apporté précédemment son disciple. S’il y a qu’un mot à dire c’est « méconnaissable ». Désormais, l’androïde mesure à vue d’œil deux mètres et treize centimètres, de quoi faire paraître insignifiant l’adversaire et tous ces rebelles. Son buste est bien plus épais ce qui trahit une nouvelle force qui sera honorablement mise au service du légendaire Cold. Le plus impressionnant est sa tête, certes plus petite, mais plus raffiné et adapté à sa massive carrure et toujours avec l’œil unique rougeoyant. Rellum fut également soulagé que son apprentie ne s’est pas lancée dans la folie de lui mettre des couleurs atypiques. Heureusement l’androïde garde les mêmes teintes qu’autrefois : Le revêtement strié d'un violet très clair et la carcasse extérieur d'un turquoise simple ... avec une toute nouvelle couleur aubergine pour la carcasse intérieur ce qui n'est pas déplaisant, mieux cela se marie très bien avec tout le reste. Non, il n’y a rien à dire c’est parfait.
 
"Alors ? Alors ?"
 
"Tu as tout mes remerciements et mes félicitations. Je dirais même que tu mérites largement une récompense. Que désires-tu ?"
 
"L’accès à ton laboratoire privé."
 
"Mmmh … soit."
 
Bien que cela le fâche un peu de devoir partager ses connaissances et ses ressources rares de ses quartiers personnel, force est de constaté qu’Occalte a suffisamment fait ses preuves pour pouvoir y accéder. Quoi qu’il en soit, maintenant que le docteur est devenu particulièrement imposant, il saura mettre à profit son physique pour améliorer ses expériences. Au nom, en l’honneur et à la gloire de l’omnipotence du génialissime lord Frieza !
Rellum
avatar
Cyborg
Masculin Age : 28
Date d'inscription : 27/08/2017
Nombre de messages : 243
Bon ou mauvais ? : Idéologique
Zénies : 1240

Techniques
Techniques illimitées : Rayon oculaire / Barrière cinétique / Hologramme
Techniques 3/combat : Idéologie / Distorsion
Techniques 1/combat : Insignifiance

MessageSujet: Re: Laboratoire du docteur Rellum   Ven 22 Juin 2018 - 22:30
La science, mais à quoi donc sert la science ? Pour les ignares et les gens munies de trop peu d’éducation ce n’est qu’un délire de fous, dont le but n’est que de se faire mousser lors des diverses conventions et autres galas. Et le pire c’est que des faux-savants pareil existent, à se proclamer maître de l’ingénierie après avoir inaugurer ou honteusement copier l’invention du toaster à bourdons ou la création du yaourt au pop-corn. Des guignols, doublés de crétinerie. Non, bien sur que non, la science est un outil artistique ! Une méthode pour promouvoir le génie de l’humanité qui permettra à cette dernière d’atteindre le sommet de la perfection, sans pour autant jamais y toucher la pointe. Cette quête d’amélioration perpétuelle qui ne cessera jamais de faire des merveilles. Bien entendu, la question de l’éthique est purement négligeable.
 
Rellum, lui, est un docteur spécialisé dans la biomécanique. C’est-à-dire de prendre le meilleur qu’a à offrir la chaire et l’électronique pour en faire une fusion dont les capacités frôlent l’illimité. Les vulcans en sont de parfaits exemples. Des héras dont le corps à été imposé à une mutation accélérée à la suite de la résonnance particulières d’os noirs fossilisés et de nanomachines. Ce traitement n’était proposé qu’aux rebelles, traîtres et parias dont la psyché reste inchangée mais l’être physique non. Bref, des soldats et prisonniers. Mais récemment, des volontaires, qui désirent obéir à la sainte volonté du seigneur Freezer, réclament la même augmentation. Le robot dût effectuer des modifications pour ces braves âmes pour qu’elles aient un minimum de liberté dans leur mouvement, mais juste ce qu’il faut ! En cas de trahison, les nanomachines sonneront l’alerte et le parjure perdra le contrôle. On n’est jamais trop prudent, surtout lorsque l’on doit éduquer tout une planète qui à des siècles de retards.
 
Finalement, la vie au laboratoire devint plutôt routinière. Des ressources à extraire des catacombes puis les classer, disséquer les faunes locales, transmuter les autochtones récalcitrants ou non. Bien que tout cela sert les ambitions dantesques du tout-puissant Cold, Rellum n’apprécie pas cette habitude machinale. Plutôt ironique pour un androïde. Si le centre de recherche fait bonne figure, ce n’est pas le cas de la planète dont les signes de résistances se font de plus en plus ardentes malgré le bénévolat du général Zarbon et des autres soldats impériaux. Et le docteur se sent en partie responsable, étant donné que ses vulcans devaient instaurer une forme de dissuasion face à ces ingrats. Bien que les premiers contacts fussent fructueux, les héras semblent être bien plus têtu que prévu. Une erreur de calcul inacceptable ! Un affront face à l’omnipotence du seigneur Freezer. Il doit absolument remédier à cela, il doit s’inspirer de l’immense génie et de la cruauté bénéfique de son idole. Des pensées numériques s’enchainèrent à la vitesse de la lumière, jusqu’à ce que la solution ultime fût identifiée. Ça y est, un projet inouï est né.
 
Aussitôt, le docteur envoya un message à sa talentueuse apprentie de venir au plus vite et aux ingénieurs d’aménager de manière drastique le grand laboratoire. Plus, il faut beaucoup plus de place. Quelques secondes plus tard, Occalte fit irruption dans le bureau de son mentor tout en roulant perversement du postérieur comme à son habitude. Elle ne tarda pas à témoigner de sa surprise.
 
"Cela fait un moment que tu n’as pas mobiliser tout le bâtiment. T’as eu une illumination."
 
"Pas loin. Dis-moi Occalte, que penses-tu des vulcans ?"
 
"C’est une vraie question ? Ben, je dirais qu’ils sont cools et utiles."
 
"Exact, mais la terreur qu’il doivent imposer n’arrive pas faire reculer les ardeurs de ton espèce … ou plutôt ancienne espèce. Et je comprends pourquoi, parce qu’ils sont une population soudée. Pas étonnant vu leur passé tumultueux. C’est louable, mais dans le cas présent c’est bien plus qu’une épine dans le pied, c’est un pieux dans le crâne ! Donc si je n’arrive pas à les redresser vers le droit chemin en punissant des individualités, je le ferais sur une communauté."
 
"Tu me fais flipper un peu là … mais ça à l’air fun."
 
"J’apprécie ton enthousiasme. Un lourd travail nous attend."
 




Journal du docteur Rellum
 
Jour 1 :
 
La main d’œuvre et les scientifiques ont fait un remarquable travail d’aménagement. Nous avons pu créer un immense hangar muni de tout un réseau électrique, hydraulique et pneumatique. Les ustensiles de pointes et les meilleurs engins de chirurgie ont été acheminé. J’en ai profité pour expliquer mon projet à mes confrères. Beaucoup en eurent la nausée. Je ne leur veux pas, c’est une tâche difficile et esthétiquement peu ragoutante. Mais elle est nécessaire !
 
Jour 3 :
 
Après avoir passé un peu de temps supplémentaire pour bien préparer le terrain, j’ai envoyé une commande importante envers les geôles impériales. Bien qu’ils soient habitués de mes demandes de cobayes, ils furent surpris de la taille de celle-ci. Normalement, le lot de deux milles prisonniers devrait arriver dans la semaine.
 
Jour 7 :
 
La cargaison de malfrats et rebelles est enfin arrivé ! Je me suis empresser d’évaluer la marchandise. Une moitié est mise en zone de réserve, la meilleure va directement au hangar. J’ai sélectionné personnellement ceux qui sont en meilleur santé, peu importe leur sexe ou leur âge. Nous n’avons pas chômé et avons placer chacun des renégats dans un sarcophage de transmutation.
 
Jour 13 :
 
Il faut du temps pour paramétrer de manière individuelle chacun des caissons et régler les problèmes de compatibilité. Plus de cent cinquante personnes ont dû être intervertit pour être certain d’un bon résultat. Une fois fait, j’ai lancer le programme d’osmose. Des ondes sont envoyées dans les sarcophages en même temps qu’un gaz fabriqué à partir des fameux os d’onyx issues des cryptes. Il faudra laisser deux bonnes journées pour que les sujets soient bien imprégnés. Occalte a décidé de nous faire écouter un extrait d’un groupe de musique local pendant l’attente.
 
Jour 14 :
 
Destruction du lecteur audio.
 
Jour 15 :
 
Tout se déroule comme prévu. 97% des patients sont en vie et bien infusée. Le rebut est immédiatement mis à la décharge. Je suis passé à la prochaine étape. Chacun des caissons traite désormais son hôte de manière différentes. Un par exemple va le rendre bien plus souple qu’un ordinaire tendon. Un autre va le durcir bien plus qu’un banal fémur. Encore un va le stimuler bien plus que ne le sera un simple cœur. Mais une chose est certaine, tous n’auront plus une silhouette humanoïde … plus individuellement.
 
Jour 19 :
 
Ça y est, tous ont été transmuté à perfection. C’est-à-dire tous conscient et fonctionnel. Désormais ce qui nous attend est similaire à l’assemblage d’un immense puzzle. Un grand plateau est prêt à accueillir ses morceaux.
 
Jour 21 :
 
Tout assembler est bien plus rigoureux et éprouvant que je ne l’ai cru, mais notre conviction de satisfaire notre légitime seigneur Freezer nous a guidé. Le plus compliqué fut bien entendu de connecter les liaisons envers les hôtes nerveux, tel que les yeux ou les parties de la moelle épinière. Mais surtout les yeux. Une fois tout assemblé nous avons remplir l’amas d’un liquide orangé similaire à ceux qu’on inflige aux vulcans. Des kilolitres de la substance furent engloutit par le sujet. Je le sais et j’en suis convaincu, c’est un franc succès.
 
Fin du journal


 


Rellum, Occalte et l’ensemble des opérateurs qui ont contribués au travail sont présents. Tous attendent avec impatience le résultat de leur dur labeur qui a duré presque un mois entier et c’est sans plus tarder que l’androïde abaisse un levier. Aussitôt, la titanesque table d’opération qui se présente devant eux se redresse dans un vacarme assourdissant. En même temps il faut pas mal de couple pour soulever le projet. Après quelques secondes de frissons, le plateau est parfaitement vertical, mettant en évidence ce qui est sans doute le plus grand apogée de la science biotechnologique. Un imposant géant de chair brunâtre bien bâtit, avec des morceaux épais de ferrailles en guise de gants, bottes, mâchoire et bas pour donner d’avantage un côté effrayant à la chose. Mais la créature est immobile, et semble même plongée dans une profonde forme de stase. Torturer par la curiosité, Rellum s’empressa de donner un ordre.
 
"Fait un pas."
 
Le résultat:
 




Aussitôt, le titan fut pris d’un spasme inhumain, comme si chaque morceau de son corps s’animait, et ouvrit les yeux qui ne reflètent nulle vie. La monstruosité haute de trente mètres, tourna légèrement la tête pour observer les alentours et fit avec brio un pas en avant. Les savants applaudissent de joie tout en contemplant leur réussite. Oui, la carcasse fonctionne, mais il reste encore le principal à vérifier. D’une simple pression sur une télécommande personnelle, Rellum désactiva le filtre vocal de sa monstruosité. Dès lors une horde de suppliques et de plaintes émergèrent de la chose qui fit taire les gloussements des scientifiques pour provoquer leur cri de terreur. OUI !
 
"C’est … magnifiquement parfait ! Voyez, ce que nous avons réalisé. C’est n’est pas qu’un bête golem de chair, non c’est bien plus complexe que cela. Chacun des patients que nous avons modifiés et intégrés à cet assemblage est encore parfaitement lucide et surtout vivant. Et comme pour les vulcans, leur corps douloureux et tordus ne leur obéit plus, mais leur mental oui ! Ensemble ils forment cet avatar d’agonie et de soumissions, symbole d’autorité du seigneur Freezer. Et sous sa haute juridiction, ils écraseront leurs paires, ils anéantiront leurs vils comparses, ils supprimeront les volontés dites inflexibles. Maintenant, va …"
 
"Je propose Populus. Ça lui colle bien."
 
"Va Populus ! Fait écho de notre ambition et notre loyauté éternelle en servant le sur-monarque Freezer en rependant sa volonté."
 
Animée d’une sombre technologie, le géant suppliant de mille âmes se mit en direction de la cité afin de semer un message de guerre et d’horreur envers la rébellion. Si Rellum le pouvait il verserait une larme d’huile de fierté et de bonheur. Ça y est, il a enfin accompli la quête que lui a ordonné le maître suprême. Par ailleurs il est grand temps pour l’androïde d’aller directement annoncer au terrifiant Cold sa victoire. Il donna le contrôle du laboratoire à Occalte, en qui il a entièrement confiance, et se dirigea à grand pompes vers le palais d’or.
Rellum
avatar
Cyborg
Masculin Age : 28
Date d'inscription : 27/08/2017
Nombre de messages : 243
Bon ou mauvais ? : Idéologique
Zénies : 1240

Techniques
Techniques illimitées : Rayon oculaire / Barrière cinétique / Hologramme
Techniques 3/combat : Idéologie / Distorsion
Techniques 1/combat : Insignifiance

MessageSujet: Re: Laboratoire du docteur Rellum   Jeu 8 Nov 2018 - 21:32
Trônant toujours au beau milieu du désert, le titanesque laboratoire principal du seigneur Freezer turbine à plein régime. Bien qu’à l’extérieur la structure ressemble plus à un énorme bunker froid et abandonné, à l’intérieur c’est tout le contraire. Chaque minéraux, plantes, êtres vivants sont étudiés, dissout, disséqué afin d’agrandir la banque de donnée des Cold. Bien entendu, plus de quatre-vingt-dix pour cent des informations accumulées ne serviront sans doute jamais, mais les dix pour cent restant seront usés à très bon escient, en l’honneur de l’empereur intergalactique. La seule pièce manquante de cet édifice technologique est son gérant qui s’est absenté depuis quelques jours. Heureusement, ce dernier arrive par les cieux, gravement blessé physiquement et endommagé psychologiquement.
 
"Occalte, prépare immédiatement mon bureau pour protocole R4-G3."
 
"Ah, celui de réparation d’urgence. Ça marche. Et bonjour au passage."
 
Rellum ne prit point la peine de répondre à ce énième manque de respect, il n’en a vraiment pas l’humeur. Ni une ni deux, le mastodonte défonça les portes d’entrées avant d’en attendre l’ouverture. Cette arrivée tonitruante ne manqua pas de faire paniquer les chercheurs qui œuvraient tranquillement sur leur besogne. Un garde sursauta également et ne tarda pas de mettre en joue le colosse tout en béguant une menace. Par chance pour lui, un simple regard crépitant d’énergie carmine imbiber de fureur suffit à le remettre dans les rangs. Marchant à grand pas, il ne fallut que peu de temps avant que le cyborg n’atteigne ses quartiers privés où il retrouva son disciple. Comme d’ordinaire, celle-ci a encore trouvé un moyen de se rendre encore plus provocante et sexualisée qu’auparavant. Peu importe, la priorité est de redevenir pleinement opérationnel. Sans salut particulier, l’androïde se plaça dos contre la table d’opération verticale.
 
"Je nécessite le changement intégral de l’armure externe ainsi que le remplacement du bras gauche."
 
"Comment tu as fait pour t’amocher comme ça. T’as voulu te cosplayer en gruyère ?"
 
"Lance le programme … MAINTENANT … et sans anesthésie."
 
"Si ça permet de te calmer. C’est parti!"
 
La femme de fer laiteux pianota à vitesse surhumaine son clavier. Des pinces, scalpels et aimant sortirent des boyaux de la salle d’autopsie et se mirent à charcuter alégrement le docteur Rellum. En premier lieu, les outils arrachèrent la carcasse de protection de leur maître après en avoir faire fondre à l’acide les attaches. Ces pièces retirées sont immédiatement remplacées par de toutes neuves qui sont soudé via des chalumeaux plasmiques. C’était la partie facile, car lorsque son membre défaillant fut ouvert puis sectionné, le colosse d’acier ne put s’empêcher de rugir de douleur. Ce genre de souffrance est inouïe, mais hurler fait un bien fou sur la psychée. Un second grognement résonna dans le bâtiment lorsque le nouveau bras fonctionnel s’incrusta dans son corps d’accueil. Finalement, le rafistolage fut rapide et intense. Rellum quitta aussitôt son socle tout en s’étirant. Il est entier et apaisé. Il ne manqua pas de rectifier son attitude dédaigneuse.
 
"Mes excuses. La bataille que j’ai menée était bien plus complexe que prévu et l’ennemie plus puissant et odieux que ce je pouvais imaginer. Cette planète recèle encore de biens sombres secrets."
 
"Tu ne vas quand même pas t’attarder sur une défaite … ou semi-victoire, je ne sais pas. C’est toi-même qui me disais que faire des erreurs est ce qui nous permet d’avancer."
 
"Très juste, et je n’en sors que plus déterminé. Par ailleurs, durant mon absence as-tu eu le temps d’effectuer la tâche que je t’ai confié."
 
Sans dire un mot, l’ex Héras se permit juste de siffler un coup tout en affichant son sourire arrogant. A peine une seconde plus tard, trois personnes aux tenues particulières apparurent genou à terre. Etrangement il partageaient les même codes couleur que Rellum lui-même : Cyan, violet, rosé striée. Ils possèdent une combinaison extrêmement sophistiquée qui leur est greffé à leur ossature. C’est comme une seconde peau plus performante que la première. L’automate fit rapidement le tour de ses trois subalternes, occultant leurs moindres détails avant de se retourner vers son disciple.
 

[b]Section GSE[/b]:
 

"Prometteurs, très prometteurs. Je vois que tu as bien respecter mes schémas. Qu’en est-il de leur loyauté ?"
 
"J’ai sélectionné que la crème de la crème avant de les passer au bistouri. La section GSE, Pour Guerrier Scientifique d’Elite, est comme tu le voulais. Des combattant d’exceptions, capables de prouesses techno-militaire qui sont propres aux bijoux comme toi et moi."
 
"Parfait, quel dommage que nous n’en pouvons en former qu’au compte-goutte. Heureusement que la production des vulcans, bien que beaucoup plus faibles en termes de puissance, bats à plein régime. Surtout depuis nous pouvons en produire trois pour un Héra. Mais trêve de bavardages. Troupes GSE ! Votre premier ordre est de délivrer aux seigneur Freezer en personne les informations capitales que je vais vous transmettre. Ne tardez pas, le sort de la domination de cette planète en dépends."
 
Des données furent transmises numériquement depuis le docteur vers le trio encore à genoux. Quelques millisecondes plus tard, les trois gardes d’élites hochèrent la tête avant de disparaître en usant une technologie de camouflage très avancée. Cela ne manqua pas d’allumer une flammèche de fierté dans le cœur mécanique de Rellum. Celle-ci sera que plus ardente lorsque l’empereur intergalactique recevra les photos des visages des rebelles qui sont parvenus à fuir la bataille. Nul doute qu’il emploiera le général Zarbon pour soutirer des informations cruciales aux familles des renégats, de gré ou de force. En parlant d’évènement important …
 
"Y-a-t-il du nouveau pendant ma semaine à faire régner l’ordre ?"
 
"Et comment ! Le seigneur Cooler est venu sur la planète, il a érigé une splendide arène et collabore avec le seigneur Freezer … plus ou moins."
 
"Oh !"
 
"Le roi Cold est également de retour après sa longue absence. Lui aussi prête assistance et main forte au seigneur Freezer."
 
"OH !"

"Et d'autres événements mineurs, comme l'arrivée d'un mollusque corsaire et d'une aristocrate sanguinolente ... ah et les réserves de géodes plasmiques sont à secs."

"Oh ... bien ... vu les fortes activités terroristes récentes, il ne serait pas saint d'envoyer mes ouvriers aller en récolter pour se les faire voler. Je vais m'en charger moi même. Ca ne sera normalement pas long."

Comme enveloppé d’une nouvelle énergie, Rellum courut à grandes pompes vers l’entrée de son antre. Des ingénieurs sont déjà en train de retaper les dégâts causés par le cyborg. Ce dernier sauta par-dessus le chantier ouvert pour atterrir au dehors, illuminé par le soleil accablant. Visiblement, sa reconstruction l'a revigoré dans l'âme et le corps, l'expérience dans les circuits. Puis il s'envola vers une destination dont lui seul en connais le secret.
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Laboratoire du docteur Rellum   
 
Laboratoire du docteur Rellum
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Docteur Who
» "Tu...veux un ...ballon ? " (Yora D. Glutoni,le Docteur Joyeux )[en cours]
» Ici Fondation Docteur Aristide
» Le procès du docteur Livia [tout le monde]
» Docteur Rosalvo Bobo: '' JE ME SOUVIENS''

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPGDBZ :: RPG :: Hera :: Village antique-