Partagez
 

 Soirée de noël annuelle chez Tonton !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Wesey
Wesey
Demi-Sayen
Masculin Age : 30
Date d'inscription : 07/02/2010
Nombre de messages : 1683
Bon ou mauvais ? : Maléfique
Zénies : 0

Techniques
Techniques illimitées : Sokidan,kienzan, déplacement instentanée.
Techniques 3/combat : renzoku energie dam,kakusanyudokodan.
Techniques 1/combat : Final flash.

Soirée de noël annuelle chez Tonton ! - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Soirée de noël annuelle chez Tonton !   Soirée de noël annuelle chez Tonton ! - Page 2 ClockVen 30 Déc 2011 - 23:08
Wesey se promenez seul dans les rue de la planète Dosat'z, quand il se dit qu'il serait mieux à faire la fête avec d'autre personne, plutôt que de se morfonde seul. Personne n'avait envie de passer les fêtes seul et lui non plus. L'année dernière il avait passer dans le bon vieux Bar de cher tonton Enki, pourquoi ne pas recommencé cette année. Il y avait du monde en générale à cette période de l'année. c'est finalement en continuant de marcher inconsciemment vers cette endroit, que Wesey se décida à y aller. Mais quelque chose dérangeait le petit sayen, il portait encore son armure sayen et passer noël habillé de la sorte... Sur la route il trouva de nombreux magasin mais, rien ne semblait vraiment plaire aux demis sayen. puis Wesey croisa un homme dans la rue habiller en père noël.

*Bon ce n'est pas très poussé comme costume mais après tout...*

Le jeune demis sayen frappa légèrement l'homme habiller en père noël, pas très fort juste le temps de lui emprunté son costume. Puis la fête aller pouvoirs commencer puisque Wesey était enfin arrivé devant le bar.Pour bien se faire remarqué de tous il poussa la porte d'entré et cria bien fort.

"Joyeux Noel"

Comme l'année précédente le bar était joliment décoré, et comme l'année précédente les personne les plus populaires que Wesey connaissait était également présente. Le générale Toma eu droit à son salut militaire, alors que Majin Vegeta eu cette fois si un regard fuyant de Wesey, contrairement au salut champion de l'année précédente. Wesey ne prêta pas plus que sa attention à ce Majin Vegeta c'était noël après tout. Wesey arriva prés de Claire et lui fit un petit coucou amicale. Cette dernière ne reconnaitrais peut être pas Wesey, qui avait pris un bon mètre depuis leur dernière rencontre, grâce à la magie de Babidi. Le demis sayen vêtu de l'accoutrement du père noël s'approcha du bar et demanda comme le client précédent, enfin la cliente précédente... Une jolie petite brune qui avait commandé une limonade. Elle aussi était habillé aux couleur du perd noël, Wesey l'observa un court instant avant de s'approcher d'elle. Le guerrier sayen avait bien remarqué que cette dernière fuyait Majin Vegeta du regard, il décida alors de se mètre en travers pour évité que leur regard ne se croise.


"Décidément on le fuit tous celui la ... Je m'appelle Wesey et toi ?"
Hidan
Hidan
Masculin Age : 27
Date d'inscription : 04/04/2008
Nombre de messages : 490
Bon ou mauvais ? : ~ Mais t'es con ou quoi ? !
Zénies : 2300

Techniques
Techniques illimitées : Téléportation ~ Le Lotus Recto - Verso ~ Clonage ~ Illusion
Techniques 3/combat : Les lions jumeaux ~ Le Grand toubillon Divin
Techniques 1/combat : Hirudora

Soirée de noël annuelle chez Tonton ! - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Soirée de noël annuelle chez Tonton !   Soirée de noël annuelle chez Tonton ! - Page 2 ClockVen 30 Déc 2011 - 23:15
Hidan tourna la tête vers l’entrée lorsqu’un jeune garçon, bien mignon et dans la fleur de l’âge entra, et reçus un bisou timide de la part de Claire. Le SM observa quelque minute la jeune femme : à vrai dire, il y avait de quoi se poser des questions. Elle semblait si gentille… mais quelque chose de malsain – et il ne savait pas quoi exactement – régnait au fond de son âme. Il la scruta quelque minute, l’air pensif : cela était intriguant… Et MV entra, bruyant. Il s’assied au bar, commanda en engueulant pratiquement le beau garçon qu’Hidan n’avait pas remarqué jusqu’ici – cheveux blonds, jolie minois.

Mais ses yeux n’étaient que pour le patron du bar.

Une p’tite fille pas plus haute que trois pommes entra, prit place également au bar et commanda une boisson en voulant absolument que ça soit Hikaritatsu qui la serve. On s’demande pas pourquoi !

Une belle brune entra dans la pièce. Il fallait avouer qu’elle était agréable à regarder, mais trop froide pour quelqu’un comme Hidan. D’emblé, il préférait les femmes gentilles, timides, mais souriantes. Enfin, après avoir vu MV se faire complètement détruire par les paroles d’Enki et d’Hikaritatsu – d’ailleurs il se retenait de rire.

Son attention se retourna vers Enki, qui semblait complètement perdu dans ses pensées. La façon dont son regard était perdue dans le vide… Cela faisait rappeler à Hidan ces longues années… ces longues centaines d’années pendant lesquelles sa souffrance et sa haine s’était cumulée. Lorsque Kakuzu avait été tué et qu’il était impuissant, proie à son destin d’être éternel, et de voir les êtres qui lui sont cher disparaître.

Repenser à tout cela lui fit, d’un geste spontané, se lever de son tabouret. Si Enki connaissait ça aussi, en ce moment, alors il lui fallait quelqu’un pour l’empêcher de plonger dans le néant.

Hidan embarqua Enki en passant son bras droit autours de la taille du beau jeune homme, il le souleva en le prenant sur son épaule. Puis remarquant l’escalier qui menait à un étage, il s’y dirigea.

Une fois en haut, il ouvrit la porte d’une chambre et déposa Enki sur le lit. Hidan tendit la main, et sa faux, comme un aimant, vint rejoindre la main de son maître. Il barra alors la porte avec son arme imposante, puis il se mit face à Enki, debout, alors que lui était assis. Il n’avait pas allumé la lumière dans la pièce : seul la lune éclairait les deux personnes ici présente. La douce lueur de celle-ci embellissait le visage du démon, pour qui Hidan avait visiblement un faible…

Le SM s’abaissa vers Enki, et arriver à la hauteur de son oreille, il lui chuchota :

- Si tu veux passé une bonne soirée, tu as un atout devant toi.

Hidan, avec son sourire de charmeur aux lèvres, passa sa main dans les cheveux du démon. Toute résistance s’avérait presque futile vu qu’il n’était plus très sobre, après l’alcool qu’il avait bu…
Motta
Motta
Modérateur
Masculin Age : 27
Date d'inscription : 04/08/2008
Nombre de messages : 36742
Bon ou mauvais ? : Mystérieusement neutre
Zénies : 3515

Techniques
Techniques illimitées : Téléportation// Kienzan // Dodompa
Techniques 3/combat : Final Flash // Griffes du Tigre
Techniques 1/combat : Supernova

Soirée de noël annuelle chez Tonton ! - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Soirée de noël annuelle chez Tonton !   Soirée de noël annuelle chez Tonton ! - Page 2 ClockSam 31 Déc 2011 - 21:36
Motta avait décider de se rendre au bar d’Enki en sachant qu’une fête s’y déroulait, comme toujours en cette période de l’année. Le guerrier de l’espace parcourra les rues de Dösatz en direction de l’enseigne du démon, il faisait froid et des flocons de neiges avaient commencés à tomber depuis peu. Même si les sayens n’étaient pas tellement sensible aux températures très basses il allait quand même se dépêcher de trouver le bar. Avant d’arriver, il sentit déjà les différentes énergies qui s’étaient regroupés pour la fête et repéra celle de Toma, cela l’aida pour localiser le lieu exact où se situait le bar. Motta arriva finalement devant le bâtiment où devaient se trouver son supérieur hiérarchique, il entra et pu constater qu’il y avait déjà un bon nombre d’invité. Contrairement à d’autres qui avaient profiter de l’occasion pour se déguiser aux couleurs de Noël, le sayen au bouc n’en avait pas fait autant, il était rester normal avec sa tenue traditionnel de sayen. En entrant dans la pièce il ne fut pas surpris de retrouver des personnes tels que Majin Vegeta, Claire ou encore Hidan puisqu’il avait reconnu leurs énergies au loin. Mais il fut toutefois un peu surpris de voir la charmante jeune femme aux cheveux verts se retrouver aux côtés du général. Le sayen au bouc avança, il remarqua à sa droite un buffet qui lui donnait déjà très faim, tout ce qu’il y avait était appétissant. Mais d’abord il se rendit auprès de Toma et de Claire, à qui il dit ceci, avec un petit sourire lorsqu’il s’adressa à la jeune femme:

"Bonsoir général ! Bonsoir Claire, et…bonne fête ! Je vois que plusieurs personnes ont prit l‘habitude de se rendre ici pour cette occasion…Malheureusement pas que de bonnes connaissances." Dit-il en faisant référence à la présence de Majin Vegeta et Hidan dans la salle. Puis il ajouta: "Bon, je vais me chercher de quoi me remplir le ventre. Excusez-moi, je reviens tout de suite."

En effet, le guerrier de l’espace avait très faim, il se dirigea vers le buffet pour prendre de quoi manger, il avala une grande quantité de nourriture avant de transporter sur un plateau plusieurs autres aliments qu’il ramenait pour le général, Claire et lui-même. Il fit son retour auprès de Toma et la jeune femme en s’asseyant à côté puis posa le plateau en dégustant quelque chose.


Soirée de noël annuelle chez Tonton ! - Page 2 Motta_11
Spoiler:
 

Fiche de Motta
Général des armées sayennes.

Truth:
 


Transformations:
- Gorille Géant
- Super Sayen 1
- Super Sayen 2
- Super Sayen 3

Objets: Armure sayen, détecteur, boules de cristal à 1 et 4 étoiles, 2 senzus, émetteur Alliance Ganshou, cape rouge.
Toma
Toma
Saiyan
Masculin Age : 31
Date d'inscription : 01/09/2006
Nombre de messages : 6749
Bon ou mauvais ? : mauvais
Zénies : 390

Techniques
Techniques illimitées : Transposition, Morsure du Soleil, Kienzan
Techniques 3/combat : Meteo rain, Gekiretsu Kodan
Techniques 1/combat : Kikoho

Soirée de noël annuelle chez Tonton ! - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Soirée de noël annuelle chez Tonton !   Soirée de noël annuelle chez Tonton ! - Page 2 ClockLun 9 Jan 2012 - 15:48
Toma se trouvait au bar, appuyé sur le comptoir, il avait déjà bu plusieurs verres de whisky quand certaines de ses connaissances vinrent remplir encore plus les lieux. Désormais, non loin de lui se trouvait Hidan et Majin Vegeta, mais ça il l'avait prévu et ce qui l'étonnait le plus c'est que le guerrier aux cheveux argentés d'habitude si bruyant ne l'était pas cette fois, on ne l'entendait pas crier ou brayer tout sorte de chose, ce que le sayen l'avait vu faire le peu de fois où il l'avait rencontré. Hidan finit même par quitter le comptoir ce qui était encore mieux. Toma se tourna alors vers les personnes présentes dans la pièce, l'une d'elle lui fit un salut militaire, il en conclu que cet individu devait venir de Vegeta mais son costume ne permettait pas de l'identifier et le sayen n'allait pas se concentrer sur son énergie pour savoir qui c'était. Il répondit donc par un salut à son tour avant de finir le verre qu'il avait entamé.
Une jeune fille aux cheveux vert s'approcha de lui, il l'a reconnu immédiatement, c'était la membre de l'alliance Ganshou, elle vint se poser à côté de lui en lui suggérant de sourire car c'était Noel et apparemment son commentaire avait du sens car toute l'assemblée du bar avait plus ou moins le sourire et paraissait contente en ce soir neigeux. Le guerrier de Vegeta lui répondit.

"Ce n'est pas vraiment dans ma nature, mais cela m'arrive ne vous inquiétez pas. Cette fête m'est étrangère en tant que sayen mais j'y associe le froid, les déguisements rouge et blanc, les gens qui se réunissent et la nourriture en abondance, j'y ajouterai maintenant les sourires. Si vous en savez plus sur cette fête dites-le moi."

A ce moment, Motta arriva dans le bar D'Enki, Toma le vit de loin, constatant que comme lui il ne s'était pas déguisé pour l'occasion. Le colonel sayen semblait donc trouver un intérêt à cette fête, il vint les rejoindre et salua les deux qui se trouvaient sur les lieux. Toma lui fit un signe de tête pour lui répondre et le regarda aller jusqu'à l'un des buffets pour se nourrir se disant que Motta aimait lui aussi cette fête pour son aspects gastronomique. Cela lui donna faim et il se leva pour se rendre au buffet mais il vit que le guerrier à l'armure verte avait prit soin de ramener un plateau bien garni, alors il se rassis et il commença à manger avec eux. Toma se pencha vers l'arrière et attrapa son verre ainsi que deux autres qu'il donna à son congénère et celle qui s'était jointe à eux, il rapprocha aussi plusieurs bouteilles afin qu'ils se servent. Le trio faisait preuve d'un esprit de partage qui était, sans que les sayens ne le sachent, un des principes de cette fête.
Enki
Enki
Demon
Masculin Age : 34
Date d'inscription : 07/12/2006
Nombre de messages : 2210
Bon ou mauvais ? : Bon, c'est indéniable.
Zénies : 1780

Techniques
Techniques illimitées : Chant du vent, Danse de l'aigle, Mur Lumière
Techniques 3/combat : lance maudite, armure de Dösatz
Techniques 1/combat :

Soirée de noël annuelle chez Tonton ! - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Soirée de noël annuelle chez Tonton !   Soirée de noël annuelle chez Tonton ! - Page 2 ClockVen 13 Jan 2012 - 0:47
( j'aurai voulu que hikari réponde entre temps mais tant pis : pour l'annif de claire et parce que le topic commence à périmer... Désolée pour l'attente :/ )


Enki qui était perdu dans ses pensées ne vit pas Hidan se lever et ne l'aperçut que lorsqu'une main habile lui enlaça la taille. Il n'eut le temps de réagir que déjà il était dans les bras du bellâtre, sur son épaule, comme une marchandise prête à consommée. -Enki ne se doutait pas que sa comparaison était tout à fait approprié.
Car en effet déjà son ravisseur se dirigeait vers les appartements privés du patron.
Enki qui voyait alors du dos d'Hidan la salle s'éloignait de lui ne sut réagir autrement qu'en riant timidement, dans l'ignorance de ce que complotait en ce jour de fête son invité. Il leva une main en signe de confiance pour rassurer son ami Hikari et déclara à ce dernier :

" Euh, désolé, je crois que je vais devoir m'absenter ! "
Son remplaçant assurerait au bar, après tout Enki n'était pas loin et pas en danger et s'était adressé à son assisant du jour pour qu'il ne s'en mêle pas, ni ne s'inquiète.

Enki une fois dans l'escalier, seul avec Hidan, se laissant porter sans résister, déclara : " quand je dis lâchez-vous sur les pâtisseries, je ne parlais pas de moi, bien que je sois effectivement quelqu'un de délicieux... "

Le démon voulait meublait cet incompréhensible silence, ne sachant pas à quoi s'attendre. Surprise de Noël ? Aparté sérieux entre guerrier en vue d'un plan de bataille futur ? Négociation ou juste blague d'une être sympathique et drôle, comme lui. Après tout Hidan lui avait apparut comme quelqu'un d'intéressant qui serait sans doute une personne avec qui il s'entendrait bien.
La porte de la chambre fut ouverte et le "sac à patate" dans son rôle de composition fut libéré sur le lit. Enki se dit que c'était la première fois que quelqu'un venait dans cette pièce.

Sous le regard surpris mais confiant et calme du patron de café, le jeune homme condamna la sortie avec sa faux. Remarquable arme. Hidan devait être magnifique à l'oeuvre, se dit-il. La kidnappeur ne mit face à lui : Enki s'était redressé et était sur un bord du lit, assis, les jambes de part et d'autres du coin du matelas, attendant une explication. Le visage de l'homme n'avait rien de belliqueux c'est pourquoi l'expression d'Enki était détendu, et un fin sourire caressé par les rayons de la lune s'adressait à Hidan. Le jeune guerrier finit par s'accroupir devant lui et venir tout contre son visage pour lui chuchoter quelque-chose à l'oreille. Enki n'était pas gêné par la proximité d'un homme -il était plutôt du genre collant, à toujours réclamer un câlin- mais il y avait quelque chose de troublant en cet instant. Un murmure fut enfin perceptible.

" Si tu veux passé une bonne soirée, tu as un atout devant toi. "

Enki n'était pas sûr de comprendre. Il fronça les sourcil et s'apprêtait à sortir encore une plaisanterie, comme à chaque fois qu'il ne savait pas quoi faire, jusqu'à ce que les doigts du jeune guerrier passèrent dans ses cheveux et le fit frissonner. Alors Enki eut un peu peur d'avoir compris. Il resta comme paralysé par la caresse un instant avant de se pencher en arrière sur le lit pour remettre de la distance.

" Ok, alors l'année prochaine je ferais l'impasse sur le gui. " Il regarda abasourdi Hidan avant de lacher dans un soupire ce qui pouvait être un sourire désolé. " Je suis navré mais je... ne m'attendais pas à ... ça.... Y'a erreur.... je suis pas.... enfin.... Et puis en bas ils vont... " Enki se reprit, se rendant compte qu'il ne savait absolument pas comment géré l'être devant lui.
La silhouette d'Hidan dans le contrejour de la nuit enlunée était aussi impressionnante que magnifique. Mais la pénombre et le fait d'être sur son propre lit devinrent d'un coup un sujet d'angoisse pour le démon qui ne savait plus où se mettre et qui regarda furtivement la sortie mais était dérangé par le corps de son interlocuteur entre lui et la porte... En lui et le bord du lit.

Ça, c'était une situation étrange qu'il n'avait pas encore connu jusqu'à présent...
Hidan
Hidan
Masculin Age : 27
Date d'inscription : 04/04/2008
Nombre de messages : 490
Bon ou mauvais ? : ~ Mais t'es con ou quoi ? !
Zénies : 2300

Techniques
Techniques illimitées : Téléportation ~ Le Lotus Recto - Verso ~ Clonage ~ Illusion
Techniques 3/combat : Les lions jumeaux ~ Le Grand toubillon Divin
Techniques 1/combat : Hirudora

Soirée de noël annuelle chez Tonton ! - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Soirée de noël annuelle chez Tonton !   Soirée de noël annuelle chez Tonton ! - Page 2 ClockMar 4 Juin 2013 - 22:46
( Avec l'autorisation de modo, Enki alias Tytoon et moi-même reprenons le RP de nöel en tant que HRP, afin qu'il fasse partit d'un passé commun pour nos personnages)

- Voyons, ne soyons pas pressé, il est vrai que nous avons toute la nuit...

Hidan était, il est vrai, un homme possédant un caractère peu commun, on peut ainsi dire qu'il est vraiment unique en son genre. D'ailleurs, qui aurait autant d'audace ? Etait-ce là l'un des atouts majeur de son charme ? Ce petit sourire en coin, entre l'ironie et le charme, ses yeux transperçant la matière, comme s'il voyait à travers de chacun et, la beauté inévitable de cette petite mèche qui lui retombait sur son visage angulaire, lui donnant un air de prédateur. Ou bien était-ce son aisance à communiquer et à charmer, quand il le voulait, quiconque le plaisait ? Il semblait réunir les conditions d'un vrai gentleman quand il le désirait: les paroles, les petites intentions, le sourire ravageur... Et c'était bien dans cette situation-là qu'on le retrouvait, rarement, mais c'était bien le cas ici.

Son physique était assez imposant, il était grand sans trop l'être, une belle musculature sans en faire de trop, tout ça dans ce cadre mystique d'une soirée de noël, dans le cadre d'une fenêtre qui ne faisait qu'apporter un certain panache à son allure. La situation embarassante dans laquel se retrouvait Enki semblait de plus amuser le malin, qui se redressa afin de respecter la distance que son hôte avait mise entre-eux. Le voir se déplier de tout son long était une chose peu commune car, il le faisait avec une grâce certaine. Si l'on racontait toutes ces choses sur Hidan dans son entourage habituel, bien sûr, personne n'y croirait. Un double jeu bien garder, dirait-on.

- Si tu désires que l'un de tes amis nous rejoigne, tes désirs sont des ordres. Son sourire en coin pouvait laisser perplexe: plaisantait-il ou était-ce sérieux ? Mais sache je ne suis pas très brancher coucheries à plusieurs d'ordre général, mes yeux ne se sont posés que sur toi, ce soir.

Sa voix plus penché vers les voix rauques était cependant tout à fait suave, élégante, et cela était tout à son avantage dans ce genre de situation. Même s'il était face à un homme qui lui semblait le plus charmant du monde, il ne se laissait pas gouverner par ses sentiments et parlait clairement, lentement, comme s'il tentait petit à petit de démontrer son "savoir-faire" quant à se maîtriser. Enki n'était que plus attirant dans la position où il se trouvait actuellement, dans ce mouvement de recul gêné, mais Hidan ne voulait pas l'agresser, ni le brusquer.

- Tu es délicieux, c'est vrai. Ce pourquoi je ne te veux que pour moi.

Il laissa planer ses dernières paroles, comme pour que celle-ci sèment une fois de plus la confusion chez son compagnon. D'un geste non-chalant, il s'assied à côter du démon, regardant le patron du bar dans les yeux, comme s'il n'avait peur de rien, ou du moins, pas de ses réactions..

- Je dois t'avouer que j'ai pensé, en réalité, que le seul moyen de vraiment pouvoir faire connaissance était loin de la foule. Alors je t'ai " kidnappé ". Je compte bien te séquestrer ici un moment, a moins que cela ne te déranges, mon bel ami.

Le sourire ironique aux traits de charmeur qu'il employait précédemment se transforma en un sourire détendu, plus amical. Il cherchait certainement à faire relâcher la pression qui reposait sur Enki, ou alors, était-ce une autre de ses manigances pour mener à mieux son plan initial ?

- Je ne saurai dire pourquoi tu es un démon, toi aussi. Puisque tu as tout l'air du plus beau des anges... une explication, peut-être ?

Hidan avait tourner son regard en direction de la fenêtre, là où la lune reluisait, offrant un magnifique spectacle de fin d'année. De doux flocons tombaient du ciel, d'une façon monotone et lente, séduisaient chacun, attendrissant même certainement les coeurs de pierres. C'était une véritable souche de souvenirs pour le serviteur de Jashin: l'époque où il était encore gamin, l'époque où il habitait encore au village de la rivière, cette époque lointaine où le lac geler l'envahissait de par son charme surnaturel. Mais rien ne semblait égalé en ce moment l'enchantement produit par la beauté de son hôte...
Enki
Enki
Demon
Masculin Age : 34
Date d'inscription : 07/12/2006
Nombre de messages : 2210
Bon ou mauvais ? : Bon, c'est indéniable.
Zénies : 1780

Techniques
Techniques illimitées : Chant du vent, Danse de l'aigle, Mur Lumière
Techniques 3/combat : lance maudite, armure de Dösatz
Techniques 1/combat :

Soirée de noël annuelle chez Tonton ! - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Soirée de noël annuelle chez Tonton !   Soirée de noël annuelle chez Tonton ! - Page 2 ClockMer 5 Juin 2013 - 21:11
Enki, légèrement penché en arrière sur son matelas, regardait Hidan se redresser. Enki, bien qu'extrêmement gêné ne pouvait pas quitter des yeux le regard de son ravisseur : même si son corps entier voulait fuir, l'air assuré d'Hidan était hypnotisant et redoutable... Enki, paralysé comme un lapin dans les phares d'un camion, sentait son coeur battre la chamade alors qu'il ne savait que faire pour se tirer hors de cette situation malgré le prédateur en face de lui.

"Si tu désires que l'un de tes amis nous rejoigne, tes désirs sont des ordres. ...Mais sache je ne suis pas très branché coucheries à plusieurs d'ordre général, mes yeux ne se sont posés que sur toi, ce soir."
"Ah mais non c'est pas du tout ce que j'ai voulu dire !" bafouilla Enki n'osant ajouter Hikari aux scénarios honteux que son esprit effleurait en ce moment même. Ce démon aux longs cheveux noirs tressés se demandait cependant s'il ne préférait pas que son ami angélique monte jusqu'ici justement, pour lui donner une excuse pour se volatiliser... Mais être surprit dans cette pénombre avec cet apollon après une telle sortie le faisait rougir rien que d'y penser.
"Tu es délicieux, c'est vrai. Ce pourquoi je ne te veux que pour moi." articula le guerrier d'une voix à faire chavirer des coeurs, en réponse à ses dires... Faisant rougir le patron de bar toujours perplexe sur son bout de lit.
Hidan se rapprocha alors et vint s'assoir à ses côtés, leurs regards se faisant toujours face : Oh là là, dans quel pétrin c'était-il mit ? Hidan s’expliqua, plus simplement, sur sa volonté de se retrouver ici de façon plus intimiste avec lui... Tentant sans doute de décrisper sa proie : En effet Enki en ce moment était tendu et n'osait plus rien tenter, de peur de voir Hidan lui bondir dessus au moindre geste qu'il ferait.

"Je ne saurai dire pourquoi tu es un démon, toi aussi. Puisque tu as tout l'air du plus beau des anges... une explication, peut-être ?"
C'était sans l'ombre d'un doute plus qu'une question, mais bien une invitation à prendre la parole. Enki, toujours crispé et assit, la tête tournée vers son interlocuteur dans la clarté de la lune et la douce lueur de la nuit enneigée, n'eut d'autre choix que de s'exécuter. D'habitude beau parleur, le patron de café avait trouvé son maître et par la même occasion perdu ses moyens.
"J'imagine qu'organiser des réveillons de Noël et servir des viennoiseries chocolatées n'a rien de démoniaque en effet... " articula de sa voix claire mais profonde Enki, se doutant que son ravisseur voulait en savoir plus. Mais que dire ? Il n'allait pas raconter sa vie à cet homme sur son lit, comme en confession, comme une thérapie, il n'en avait nul envie.
Comment avait-il pu séduire à ce point ce confrère ? Il était bel homme, c'était sans dire -et il y tenait !- mais il n'envoyait pas spécialement de signaux en quête d'une telle conquête !

Enki constata alors que pour la première fois depuis leur arrivée dans la chambre, Hidan avait détourné les yeux et regardait dorénavant songeur la fenêtre, inspirant à Enki les prochains mots qui comblerait le silence, bien que d'en bas on entendent les invités qui festoyaient. Enki avait beau ne pas être enclin à se faire séduire par son compagnon nocturne, il devait avouer que la comparaison avec un ange était un compliment qui pour plusieurs raison avait fait mouche dans son esprit : parce qu'Enki était depuis tout temps fasciné et envieux de ces créatures parfaites, mais aussi parce que venant de la bouche d'un autre démon comme d'un compliment, parler avec grâce des anges rendait Hidan bien sympathique à ses yeux.

" Je n'ai pas d'explications, comme je n'en trouve pas au fait que je sois avec un démon en demande de tendresse un soir de fête paisible. " La même balle fut renvoyée à Hidan. Enki ne connaissait rien de lui et était à des lieux d'imaginer qui il était réellement. Mais en bon déserteur, Enki ne pouvait qu'être surpris de voir un autre de ses confrères prendre du plaisir à vivre des moments calmes.
Bien plus détendu, Enki souriait lui aussi amicalement en coin, pour mieux briser la gêne. Mais il avait aussi un regard désolé de savoir qu'il déclinerait la proposition de son invité, aussi charmeur soit-il.
Hidan
Hidan
Masculin Age : 27
Date d'inscription : 04/04/2008
Nombre de messages : 490
Bon ou mauvais ? : ~ Mais t'es con ou quoi ? !
Zénies : 2300

Techniques
Techniques illimitées : Téléportation ~ Le Lotus Recto - Verso ~ Clonage ~ Illusion
Techniques 3/combat : Les lions jumeaux ~ Le Grand toubillon Divin
Techniques 1/combat : Hirudora

Soirée de noël annuelle chez Tonton ! - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Soirée de noël annuelle chez Tonton !   Soirée de noël annuelle chez Tonton ! - Page 2 ClockMer 5 Juin 2013 - 23:54
- Quels sombres desseins ornent ta vie, cher ange démoniaque... ? Telle est la question que je me pose chaque fois que je contemple ton visage si chaleureux, si magnifique. Comment peux-tu être aussi parfait... ? Pourquoi un démon serait-il aussi agréable ? Là n'est pas notre nature, tu en conviendras...

Hidan ne semblait pas s'occuper du fait que son compagnon se semblait pas vraiment vouloir parler de lui. Ne connaissant pas non plus son interlocuteur, il ne se résignait pas à passer la nuit avec lui, même avec les avances plutôt charmantes de ce dernier. Cela semblait plaire à notre cher sadomasochiste qui gardait cependant ce sourire plus amical qu'à l'accoutumer. Il était, disons, plutôt étrange de le voir ainsi s’intéresser à autrui, lui qui d'habitude ne prêtait attention qu'à sa petite personne depuis qu'il était "revenu à la vie" dans ce monde, qui avait bien changer.

Seul le ciel et la neige résidait intact, comme dans ses souvenirs...

- FlashBack -

Pain: Je sais qui tu es, gamin. L'élu du grand Jashin.

- Pourquoi ne pas me rejeter, comme les autres ? Répondit le garçon, sans aucune haine dans la voix.

Pain: Les habitants du village de la rivière sont des imbéciles, mon jeune ami. Ils le regretteront, nous leur ferons payer, je te le promet.

Hidan n'était qu'un enfant. Banni de son village. Il leva son regard vers la personne qui lui parlait. Ses yeux violet ne dégageaient qu'une expression morne, sans vie. La neige tombait en masse à cette époque de l'année, mais le froid n'atteignait ni le gamin, ni l'adulte qui se trouvait en face de lui.

Pain: Viens avec moi, mon garçon. Ton potentiel exceptionnel fera de toi l'un des plus grands déserteur.

L'homme tendit sa main au garçon désespéré. Sans se poser de question, - depuis les jours qu'il errait comme un chien égaré dans la forêt -, il attrapa la main qu'on lui tendit et marcha aux côtés de l'homme de longues heures durant.

- Flash Back -

Pourquoi ce flashback ? Il savait très bien que cela n'était pas juste la cause de cette neige qu'il admirait depuis un moment. Il ressentait quelque chose... ou plutôt, des choses, au contact d'Enki. En effet, le sadomaso avait étudier bien des choses aux côtés de l'Akatsuki, fin stratèges, mais aussi combattant de renommer. Comme étudier et analyser chacun de ses adversaires... ou de ses alliés. Technique de fourbe prometteuse qui, par le ressentit, révélait parfois des choses très intéressantes sur autrui. Mais quel rapport avec ce souvenir ? Enki avait-il connu lui aussi le fait d'être rejeter de tous ?

- Tu n'es en rien obliger de me répondre, petit ange. Avait conclut Hidan, ne voulant obliger en rien son compagnon à se dévoiler. La tendresse ? Il est vrai qu'en si bonne compagnie, qui s'y refuserait ... ?

Hidan gardait son allure de séducteur, gardait ses mouvements gracieux et ses regards de braise, bien que le merveilleux démon qui se trouvait à ses côtés ne semblait pas se laisser "malaxer" à la première rencontre. C'était la première fois que quelqu'un ne cédait pas face aux tentatives du bel homme aux yeux perçant, et cela semblait malgré Enki, lui plaire. Les apparences étaient souvent trompeuses, il le savait lui-même d'expérience puisqu'on l'avait toujours jugé à tort et à travers. Il ne se laissait pas berner par les manières ou les dires de quelqu'un aux premiers abord. Mais Hidan aimait voir comment les autres s'y prenaient avec lui, d'abord parce qu'il paraissait souvent comme quelqu'un d'innacessible, de résigner, mais parce que les gens qui s’intéressaient à lui avaient peur de sa réaction. Il intimidait dans les relations sociales banales, et cela était tout à son avantage.

- Ma compagnie te déplaît-elle tant pour que tu sois si silencieux, mon beau prince ?

Petit à petit, Hidan brisait la glace qui s'était former entre-eux lorsqu'il eut l'audace de "l'enlever" et de l'enfermer ici, à ses côtés. Il sentait que cela mettait plus à l'aise le patron du bar, ce pourquoi il s’efforçait de garder alors ses distances et d'agir en vrai gentleman, pour une fois qu'il avait vraiment l'occasion d'aller jusqu'au bout de son jeu. Bien trop souvent, on ne lui résistait pas longtemps et cela le laissa pendant une très longue période où il préféra s'adonner à l'art plutôt qu'à ses plaisirs charnels.

Une douce musique se mit à résonner jusque dans la pièce où ils se trouvaient. La musique en question avait laisser de côtés les musiques festives pour laisser place à un rythme plus calme, tout à fait dansable à deux. Aussitôt dit, aussi tôt fait: Le grand et majestueux homme se releva de sa position, se mit face au bel "ange", fit la révérence et lui tendit sa main.

- Peut-être que si tu m'accordais cette dance, tu verrai en moi ce qui ne transparais pas d'apparence, mon bel ange... ?

Un petit sourire tout à fait audacieux en coin, son regard se fit alors doux et chaleureux, expressions qu'Hidan n'abordait que rarement.
Enki
Enki
Demon
Masculin Age : 34
Date d'inscription : 07/12/2006
Nombre de messages : 2210
Bon ou mauvais ? : Bon, c'est indéniable.
Zénies : 1780

Techniques
Techniques illimitées : Chant du vent, Danse de l'aigle, Mur Lumière
Techniques 3/combat : lance maudite, armure de Dösatz
Techniques 1/combat :

Soirée de noël annuelle chez Tonton ! - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Soirée de noël annuelle chez Tonton !   Soirée de noël annuelle chez Tonton ! - Page 2 ClockVen 7 Juin 2013 - 21:48
"Quels sombres desseins ornent ta vie, cher ange démoniaque... ? Telle est la question que je me pose chaque fois que je contemple ton visage si chaleureux, si magnifique. Comment peux-tu être aussi parfait... ? Pourquoi un démon serait-il aussi agréable ? Là n'est pas notre nature, tu en conviendras..."

Ange... Parfait... Ces deux mots qu'Enki avait voulu que le monde prononce à son propos depuis toujours. Lui qui avait commencé sa vie dans le monde laid des démons, en étant une créature loin d'être "parfaite", mais au contraire en dessous de tout. Quelle ironie que ce soit gêné qu'il recueille ces compliments aujourd'hui. N'était-ce pas une victoire pourtant ? Il avait autrefois dégouté de par son image les démons et ce jour c'est le plus charmeur de tous qui venait de succomber devant lui.
Mais les choses avaient changées entre temps. La vie, les desseins que demandaient à connaître Hidan avait en effet changé le Enki jusqu'à ce soir. Et selon sa définition personnel, il n'était absolument pas parfait.
Lâche, pleutre, faible, déserteur, sans ambition, incapable de supporter la solitude... Le visage si parfait d'Enki n'était qu'un apparat, un masque pour caché son vrai corps : même son caractère était faux, copié sur celui de...

- Tu n'es en rien obliger de me répondre, petit ange.


Le patron de bar regarda Hidan, les joues toujours roses : comment pouvait-il le trouver parfait ? Le bellâtre devant lui l'était bien plus, avec son charme, son assurance et au vue de son aura sa puissance. Enki avait bien réussi son coup de bluff manifestement.
Il sourit à Hidan, qui avouait ne pas être contre le fait de trouver ici un peu de tendresse.

"Mes cocktails ont dû fausser ton jugement : j'ai beau être un sacré tombeur, je n'en demeure pas parfait, loin de là !"
Mais Hidan, insatiable, réclamait d'autres détails. " Si je doutais de mon charme je penserais que tu me dragues pour avoir des informations sur moi. " plaisanta Enki, un sourire en coin. " Heureusement que je ne doute pas de ta sincérité : les démons en manque de tendresse, je suis bien placé pour ne pas m'en étonner. "

Oui, il fallait bien le reconnaître, même si Hidan avait sans doute mal jugé Enki qu'il voyait trop "parfait", il avait eu juste sur un point : il était en effet en manque de tendresse. L'amnésie de Bulma lui rendait sa solitude et même s'il s'était fait récemment de très bons amis, rien ne remplissait le vide laissé par le départ de la personne que l'on aime. Elle lui manquait tant... Il se remémora comment il était assuré avec elle, contrairement à ce soir où il n'en menait pas large. Sans qu'il s'en rende compte, une musique qui accompagnait parfaitement sa nostalgie se fit entendre. Bientôt Hidan se mit face à lui, une main tendu, ravissant, proposant une danse.
Le patron de bar sourit. C'était ni le moment, ni l'endroit, ni commun de danser une sérénade entre homme. Il n'y avait aucune raison qu'il n'accepte.

Pourtant, avec un léger rire, il saisit la main devant lui pour se lever à son tour. Un envie d'être imprévisible lui aussi.

" Cela faisait longtemps que je n'avais pas trouvé un démon qui sache se conduire en gentleman, je ne peux pas refuser. " dit-il. Hidan mènerait sans doute la danse, et Enki, tout contre lui, se perdait dans ses pensées... la présence d'Hidan, bien que gênante et oppressante lui était familière : elle lui rappelait le temps où il était le timide d'un duo de démon. Pour la première fois depuis longtemps, Enki avait reprit le poste du renfermé et discret face à Hidan qui, par son bagout et son attitude de don Juan, avait su apprivoisé d'une certaine façon d'hôte des lieux.

Debout, sentant la chaleur des mains d'Hidan dans les siennes, Enki n'eut d'autre choix que de reprendre son air habituel de plaisantin sur lequel tout glisse, pour qui rien ne semble important à part le fait de prendre du bon temps. C'était plus facile pour affronter cette situation... La carapace d'Enki était ainsi à nouveau ré-enfilée, mais demeurait néanmoins fêlées par le regard perçant de son invité qui semblait vouloir gratter la première couche et voir qui était en dessous.
Le patron était plutôt à l'aise sur la musique, et c'est avec un sourire faussement assuré qu'il commenta leur prouesse :
" Oui je sais, en plus de ça je suis bon danseur... Je comprends que j'intrigue par ma perfection apparente. " Il souriait. La danse les maintenait l'un face à l'autre, très proches mais pas collés. Une proximité décente mais qui était suffisante pour que les démons se frôlent à chaque mouvement : jamais Enki n'avait trouvé sa chambre aussi petite. Tournoyant avec grâce et aisance, le démon posa ses yeux sur la faux qui condamnait la porte. Hidan jouait les conciliants, mais il avait l'air d'avoir enlevé sa proie avec une détermination telle qu'il n'aurait pas envie de la laisser filer sans avoir ce qu'il voulait.

"Est-ce une habitude de t’immiscer ainsi dans l'intimité de tes proies ? Pourquoi as-tu envie de me connaître à ce point ? Est-ce seulement par curiosité ?... Si tel est le cas, saches que tu as nourrit la mienne, et je me pose des milliers de question aussi à ton sujet. Mais en ouvrant mon bar j'ai toujours voulu en faite un lieu où tout le monde viendrait sans être jugé, sans avoir à y afficher sa bannière... Justement parce que nous sommes dans un monde où les démons peuvent être aussi parfaits que les anges. Parfois plus on en sait, et moins on peut voir qui est vraiment l'autre : j'aime que tu me vois comme un ange, je n'ai pas intérêt à te narrer mon histoire !" déclara-t-il, toujours calme et un brin rieur. " Au delà de ça, je ne suis qu'un simple patron de café, dorénavant un peu curieux de savoir où va me mener cette danse avec un bel inconnu entreprenant, dont j'ignore aussi tout. " ajoutait-il d'une voix basse à son partenaire.

Hidan
Hidan
Masculin Age : 27
Date d'inscription : 04/04/2008
Nombre de messages : 490
Bon ou mauvais ? : ~ Mais t'es con ou quoi ? !
Zénies : 2300

Techniques
Techniques illimitées : Téléportation ~ Le Lotus Recto - Verso ~ Clonage ~ Illusion
Techniques 3/combat : Les lions jumeaux ~ Le Grand toubillon Divin
Techniques 1/combat : Hirudora

Soirée de noël annuelle chez Tonton ! - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Soirée de noël annuelle chez Tonton !   Soirée de noël annuelle chez Tonton ! - Page 2 ClockMar 11 Juin 2013 - 13:04
- Nous avons tous notre propre vision du "parfait" et, ne voyant pas de défaut du moins physique, je ne peux que te flatter, mon cher.

L'atmosphère se détendait peu à peu entre les deux hommes, et cela ne fit qu'avantager, d'une certaine manière, l'approche d'Hidan. Depuis qu'ils étaient tous les deux ici, enfermés – ou plutôt Enki qui était cloîtré ici par la bonne volonté du SM – on aurait pu croire qu'il se passait des choses très très catholiques. Du moins, c'était certainement ce que les gens qui festoyaient en bas devaient se dire s'ils avaient vu Hidan embarqué le patron du bar. Visiblement, cette idée ne semblait pas vraiment déplaire à notre cher élu de Jashin ! Bien au contraire, bien qu'il se fichait éperdument de ce que pouvait bien penser les autres.

Enki avait retrouver un peu de son humour apparemment, cela montrait d'une certaine manière qu'il était plus à l'aise à présent. L'homme aux yeux violacés lui souriait, et riait doucement à ses dires, il n'avait vraiment jamais rencontré un démon avec un tel tempérament. Il est bien connu que les gens de cette race sont plutôt du style froid, borné, repoussant, et peu aimable. Tout le contraire du bel homme qui se tenait en face de lui, d'où le fait qu'il soit intriguer par ce dernier. Disons que le masochiste lui même connaissait un caractère bien trempé, avec des phrases vulgaires et explosives envers ceux qui le dérangent. Alors est-ce que le dit ange qui se trouvait à ses côtés avait lui aussi un caractère tout autre dans " la vie de tous les jours " ?

- La plupart des démons ne draguent pas bien longtemps s'ils voyent que cela ne marche pas à leur guise... Surtout devant un beau spécimen tel que toi. Son petit sourire ne rendait le moment que plus vicieux. Heureusement pour toi je ne fais pas parti de la catégorie des violeurs. Je préfère les relations plus... romantique.

Ses tentatives n'avaient pas été veine finalement: peut-être n'avait-il pas eut ce qu'il voulait vraiment, mais il semblait gagner l'attention de son partenaire, petit à petit. C'était ce qui importait à ce moment même: mettre l'autre à l'aise et faire connaissance d'une manière... assez spécial, il fallait l'avouer. Mais cela ne donnait que plus de charme à la situation, et l'élu n'en était que plus ravis.
Bien qu'il le sentait plus à son aise, et voyant qu'Enki redevenait plus confiant, on sentait néanmoins qu'il demeurait une certaine gêne chez son hôte: la magie du regard de braise d'Hidan avait-elle opéré ? Son compagnon devait alors, au fond de lui, se sentir toute chose en se sentant observer de la sorte: comme s'il était une merveille tout à fascinante.

Le bel "ange" accepta l'invitation de ce dernier, enchanté de mener une dance douce et entraînante avec cet individus. Si Enki demeurait sur le ton plaisantin, Hidan ne lâchait pas cette expression entre l'ironie et le charme, plutôt agaçante quand on ne sait comment interprété ses propos, mais éveillant alors la curiosité. C'est ce qu'il avait tenté de susciter chez son partenaire, et cela semblait de plus en plus fonctionner, à son plus grand plaisir.

Tout deux dansaient gracieusement, à la lueur de la lune. C'était un spectacle des plus beaux à voir, deux être aussi charmant, avec ce grand morceau d'Hidan dévorant des yeux le beau Enki... en ce moment, il était pratiquement aux anges. Les reflets lunaire sur le visage doux de son compagnon semblait l'attendrir d'une certaine manière: pour une fois qu'il voyant vraiment la beauté de quelqu'un et non pas juste le profit qu'il pourrait tirer d'autrui... c'était un moment hors pair pour le jeune homme.

- En général, je n'ai pas besoin d'appeler une personne qui attire mon attention, une proie. Ces même personnes viennent vers moi assez facilement. Mais dans le cas présent, c'est bien différent... et cela me plaît. Il marqua un arrêt, son regard toujours planter dans celui de son compagnon. Tu es bien étrange pour un démon, mon beau prince. Cela m'intrigue de voir que tu n'as pas évoluer comme tous les autres... c'est à dire en un être cynique, froid, perfide, et j'en passe.

Enki semblait maintenant, lui aussi s’intéresser au cas d'Hidan. Disons que son histoire était aussi bien étrange et remplie en émotion. Ce fut été un homme très sensible, au fond, et peut-être l'est-il toujours... ce pourquoi on ne l'entendait pas souvent raconter de vieille histoire de l'époque où il avait vécu sur la Terre. De bons souvenirs en font revenir aussi des mauvais et, ne sachant contenir ses émotions, puisqu'il en fait souvent des excès, il préfère se contenter de rester mystérieux quant à son passé. Et visiblement il n'était pas le seul...

- Autrui est un idiot si sa capacité de jugement s'arrête au vécu de l'autre. On ne peut se mettre à la place de la personne qui nous narre son récit, on ne peut qu'être à son écoute et essayer d'être à sa place. Je ne connais que des histoires de personne dépourvue de sentiment, pour tout t'avouer. C'est assez lassant.

Il pensait notamment aux guerriers de cette époque, la plupart baignaient dans la colère et le sang depuis leur enfance. Hidan semblait être l'un des leurs aussi, si on ne le connaissait que de vue. Mais il n'en fut pas toujours ainsi, son histoire ne se résumait pas à cataclysme causer par sa haine ou son obsession pour le meurtre. Rien de tout cela. Lui avait eut une toute autre version, celle du petit garçon fragile et innocent, une version que peu de démons partagent, par honte. Peut-être était-ce aussi cela qui le retenait à se dévoiler.

- Pourquoi être devenu patron d'un bar ? Était-ce là ton rêve le plus fou ? Si tel est le cas alors tu as accompli ta destinée, mais la plupart d'entre-nous voient grand, très grand, niveau ambition personnelle. Tu vois, à mon époque... il s'arrêta, puis continua en faisant comme si de rien n'était: le seul but de bon nombre des combattants étaient d'être dans l'élite de l'armée, ou alors, être chef de village. D'autre avaient des rêves plus... dans la fibre des démons, comme dominer le monde et faire régner la souffrance. Pour ma part, j'ai vécu la plupart de mon enfance et de ma vie auprès d'un chef , mon seul but étant de le servir. Je n'ai connu aucune autre ambition.

Alors que les deux hommes continuaient gaiement à tournoyer, guider par les pas d'Hidan qui s'avérait être un cavalier pas si mal que ça; on entendait les éclats de rires des invités en bas, la fête semblait bien partie pour durer un moment. Heureusement pour Enki, même si son invité le dévorait toujours d'une certaine manière des yeux, leur dance respectait une certaine distance, bien que leurs doux frôlement pouvaient laisser croire à une tentative du grand protagoniste.

Souriant de plus bel aux dernières paroles de son compagnon et, la dance se finissant, l'homme aux yeux de braises s'abaissa légèrement afin de porter Enki dans ses bras, de la même manière qu'il l'avait fait tout à l'heure. Il le serra assez contre lui de sorte qu'il n'ai pas froid... puisqu'Hidan ouvrit la fenêtre et passa à travers accompagner de son partenaire qu'il tenait fermement dans ses bras.

Les ailes du masochiste se déplièrent automatiquement: deux grands ailes d'ange, sauf qu'elles étaient entièrement noires. Il s'envola alors jusque sur le toit du bar, la neige tombait encore lentement, et le vent était doux. La pleine lune était un spectacle magnifique sous ce temps, du moins, Hidan l'appréciait particulièrement. Alors qu'il déposa Enki sur le toit, il retira l'unique cape qui couvrait le haut de son corps et la plaça sur le sol de sorte que son compagnon et lui-même puissent s'asseoir sans avoir les fesses dans la neige. C'est toujours moins agréable, sinon !

- Voilà à quoi cela pourrait te mener.

Dit-il d'une voix douce, regardant son compagnon, puis tournant son regard au loin vers la ville, d'où un feu d'artifice venait de débuter. S'installant tranquillement, n'ayant pas l'air de connaitre le froid même par ce temps, il admirait ce fameux feu d'artifice: des explosions de couleur grandioses. En vérité, cela avait été annoncer par des affiches dans la ville, même s'il n'y avait pas trop prêter attention, il avait apparemment une bonne mémoire en ce moment !
Enki
Enki
Demon
Masculin Age : 34
Date d'inscription : 07/12/2006
Nombre de messages : 2210
Bon ou mauvais ? : Bon, c'est indéniable.
Zénies : 1780

Techniques
Techniques illimitées : Chant du vent, Danse de l'aigle, Mur Lumière
Techniques 3/combat : lance maudite, armure de Dösatz
Techniques 1/combat :

Soirée de noël annuelle chez Tonton ! - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Soirée de noël annuelle chez Tonton !   Soirée de noël annuelle chez Tonton ! - Page 2 ClockLun 24 Juin 2013 - 19:27
"La plupart des démons ne draguent pas bien longtemps s'ils voyent que cela ne marche pas à leur guise... Surtout devant un beau spécimen tel que toi. Heureusement pour toi je ne fais pas parti de la catégorie des violeurs. Je préfère les relations plus... romantique."
Enki eut un rire étrange, pas certain de trouver cette phrase drôle mais se sentant obligé de réagir au moins nerveusement. Pas un violeur hein... simplement un démon qui l'avait enlevé, séquestré et collé... Au final, le patron de bar, bien qu'entrant dans le jeu pour ne pas perdre la face -et un peu par curiosité aussi- avait fini par danser avec son ravisseur, intrigué par ses charmes et sa personnalité mystérieuse : cependant, il était frustré et un brin inquiet de ne pas réussir du tout à cerner son confrère démoniaque, et n'arrivait pas à savoir si c'était un manipulateur qui jouait de ses charme pour le faire tomber, ou un guerrier sincère en quête de compagnie. ... Il était possible que les deux suppositions soient vraies.
Hidan, plongeant son regard perçant dans celui d'un Enki un peu rougissant mais désireux d'en savoir plus sur l'issue de cette rencontre, avoua ne pas être habitué à ce qu'on lui résiste. Ses mains dans les siennes, l'apprenti danseur aux cheveux noirs ne put que sourire, non étonné à ce que quiconque se laisse attraper par les charmes du faucheur. Ce dernier avait arrêter de tournoyer, finissant la danse, comme pour mieux se concentrer sur Enki.

"Tu es bien étrange pour un démon, mon beau prince. Cela m'intrigue de voir que tu n'as pas évoluer comme tous les autres... c'est à dire en un être cynique, froid, perfide, et j'en passe."
Enki avait envie de répondre mais il buvait chaque parole de son interlocuteur, presque hypnotisé. Ces mots, il aurait pu lui-même les prononcer... Hidan, qui étais-tu ? Pourquoi Enki bien qu'effrayé et sur la défensive ne pouvait se résoudre à quitter tes bras ? Entendre Hidan médire sur les démons, rendait le propriétaire des lieux bien stupéfait. Jamais, non jamais, il n'avait rencontré un autre démon qui se plaignait ainsi des siens de cette façon... De la même façon que lui, à peu de chose près. Ils avaient recommencé à tournoyer sans qu'Enki ne s'en rende compte, guidé par les mouvements d'Hidan qu'il suivait sans résistance. "... Pourquoi être devenu patron d'un bar ? Était-ce là ton rêve le plus fou ? Si tel est le cas alors tu as accompli ta destinée, mais la plupart d'entre-nous voient grand, très grand, niveau ambition personnelle. Tu vois, à mon époque... le seul but de bon nombre des combattants étaient d'être dans l'élite de l'armée, ou alors, être chef de village. D'autre avaient des rêves plus... dans la fibre des démons, comme dominer le monde et faire régner la souffrance. Pour ma part, j'ai vécu la plupart de mon enfance et de ma vie auprès d'un chef , mon seul but étant de le servir. Je n'ai connu aucune autre ambition."
Enki lui sourit. Sincèrement. Presque conquis. Ravi, simplement.
" Moi aussi, je suis un serviteur... J'ai toujours vécu comme tel, au service de quelqu'un... Volontaire pour être le chien docile, aimant la facilité de ne pas avoir à choisir un chemin, préférant un maître pour marcher devant moi. Je ne suis qu'un animal docile, incapable d'ambition... et incapable de vivre seul. " Le sourire qu'il avait sur les lèvres en parlant à coeur ouvert à son cavalier était devenu un brin triste et nostalgique, avant de reprendre cet air chaleureux face à Hidan, en face de qui la conversationé tait devenue facile. " Devenir patron de café n'était pas un rêve, c'était la conséquence du fait de m'être retrouvé seul il y a quelques années : Une habile façon pour avoir des gens à servir... encore une fois. " Il était amusé en y pensant. Il n'avait jamais vraiment réalisé le rôle que le bar avait eut pour lui. Servir en serviteur ou en serveur ; c'était ironique de constater qu'il n'avait jamais changé. Ce besoin d'être au service d'autrui... Ce besoin d'avoir quelqu'un en face de lui pour ne pas se retrouver seul face à lui-même trop longtemps.
Hidan avait dût être satisfait de voir la langue de sa proie se délier car il se baissa -Enki se demanda furtivement ce qu'il comptait faire à mi-hauteur avant de constater que son esprit lui jouait d'honteux tour à la vue d'Hidan lui enserrant la taille. Car c'est délicatement que le démon aux cheveux d'argent le souleva pour le porter à nouveau, déployant des ailes sombres communes aux démons.
Le froid de la fenêtre ouverte fit frissonner légèrement l'hôte de lieux, déjà fébrile face à ce géant de charisme qui lui parlait si agréablement. Ces bras qui le serraient paraissaient encore plus chaleureux quand ils se retrouvèrent dans la neige. Amusé de voir Hidan le porter encore une fois là où il l'entendait, Enki se dit qu'il ne résistait pas beaucoup : Hidan l'intriguait. Vraiment. Il aurait en ce moment même pu aller jusqu'à oublié son bar pour suivre les deux yeux violacés qui semblait être le portail vers un esprit si semblable au sien. Galant, Hidan le fit assoir sur sa cape avec lui, et tous deux se retrouvèrent côté à côte, dominant la ville, avec les étoiles et les flocons de neige comme seuls toits.
D'une voix charmante, il l'invita à regarder avec lui devant eux, où un feu d'artifice fut lancer : Surprit comme un gamin devant un tour de passe-passe, Enki étira un large sourire enchanté, émerveillé tant par le spectacle que par l'habileté de son confrère. Hidan était pleins de ressource, et il se sentait vraiment tout petit et minable face à cet être aussi beau que ... Parfait.

(si t'as le temps de te pencher sur les paroles Wink)

C'était si beau... Les couleurs du feu d'artifice reflétée de la neige et le toit de Dösazt, les flocons qui dansaient... En bas, les rires des invités s'étaient suspendus, ces derniers admirant sans doute eux-aussi le spectacle par la vitrine. Les explosions sonores de chaque coup tiré dans le ciel résonnaient dans les entrailles du démon aux cheveux longs. Mais alors qu'il était émerveillé par la perfection du moment, réel miracle de Noël, instant angélique comme il en existe rarement, Enki qui jusqu'à lors avait les yeux rivés sur les illuminations, l'esprit ailleurs, ramena son regard vers Hidan. Discrètement.
Hidan n'avait rien à envier au spectacle lointain. Ses cheveux d'argent et son regard de braise étaient parfaitement en harmonie avec l'instant. Les courbes de son visage et de son corps étaient au diapason de son éloquence et de son charme... Hidan était irrésistible. Et comme si cela ne suffisait pas, les confessions qu'il avait faites à Enki était des preuves de sa valeur en tant que démon : il avait l'air d'avoir les mêmes visions des choses que le patron de bar sur certains points, et une âme soumise aux mêmes passion pour la beauté et la sincérité. Enki n'était pas dupe : son compagnon du soir était un grand guerrier, sans doute redoutable et sans doute direct et sans pitié. C'était un démon, armé d'une faux impressionnante qui devait demandé une forme et un savoir-faire manifeste pour être manipulée, et la lueur vive qui brillait dans ces yeux violacés étaient l'héritage d'une vie faite de détermination et de force de caractère. Hidan n'était, comme il l'avait exposé, quelqu'un à qui on ne résiste pas.
Et sur son petit bout de toit, Enki se demandait s'il était conquit. Hidan, était parfait. Trop parfait peut-être.
Trop parfait pour lui.
Enki baissa les yeux, retournant vers le feu d'artifice.
Lui, à côté d'Hidan, n'était qu'une créature laide et cachait au fond de lui un cœur faible et las d'une vie qu'il trainait sans conviction. Il était un animal apprivoisé qui recherchait simplement un foyer, fuyant les situations trop difficile, feignant et dépendant d'autrui. Il n'avait aucune force de caractère, et le fait qu'il se soit laissé entrainer jusqu'ici sur le toit, sans réaction était une preuve de sa passivité. Il était minable à côté d'Hidan, qui pourtant voyait à tord en lui un être d'exception.
Le démon qui se cachait sous une apparence d'emprunt se recroquevilla un peu, ramenant ses genoux contre lui.
Il avait froid. Mais le frisson venait de son dégout pour lui même, non pas du froid de l'hiver de Dösatz... Et au delà d etout ça, il frissonnait d'éprouver en ce moment-même ce plaisir d'être en bonne compagnie avec un démon. Car hormis son maître Gohen, le seul démon qui avait passé ce genre de moment avec lui, était un démon parfait, qui en quelques sorte ressemblait un peu à Hidan. Même détermination, même façon d'arriver habilement à ses fins, même passion dans ses paroles, et même façon de trimballer Enki pour le bouger.
Un démon du passé qui lui manquait énormément.
Et aux côtés d'Hidan, Enki se sentait fébrile... Pour la première fois depuis ces 5 années hors du monde démoniaque, il sentait son coeur lui hurler qu'il n'avait pas besoin de suivre un maître, mais un confident, comme avant... Mais son esprit devait être embrumé par l'alcool de la soirée, ou même troublé par la danse précédente qui lui avait mélangé les méninges : Hidan n'était pas son défunt ami, et il avait apprit à ne jamais faire confiance aveuglément à un démon. Alors pourquoi se sentir si honteux, assis près de lui ? Pourquoi regretter de n'être qu'une larve ridicule au pied de la personnalité débordante de vie qu'était le faucheur de coeur à ses trousses ?

" Un bon grog chaud en main serait parfait pour accompagner le spectacle. " déclara sans s'en rendre compte Enki, nostalgique d'un temps où il réchauffait les mains d'un camarade regretté avec ce genre de mixture. Quel idiot il faisait, à faire référence de lui-même au passé comme pour se faire plonger de lui-même dans la mélancolie et la vulnérabilité... Mais c'était plus fort que lui : "Si on m'avait dit que ce soir je me réconcilierais avec les démons... Je suis comme toi le premier à blâmer nos confrères. Ma vie actuelle ici est aussi la conclusion d'un passé à fuir nos origines. Je ne me sens pas démon. Je les renie. Je suis un déserteur depuis des années. J'ai émit le souhait de ne plus jamais avoir affaire à nouveau à eux depuis ce temps... Mais se pourrait-il que j'ai exagéré ?" Dit-il en regardant Hidan, amical, ses genoux entre ses bras croisés. Il regarda à nouveau le feu d'artifice : une gerbe dorée redescendait élégament sur les arbres. La fixant, le regard brillant, il ajouta : "La beauté des mondes et des êtres ne dépendrait alors pas de leur nature, mais de ce qu'ils ont à offrir ? ... Ce serait une belle pensée." Enki souriait, perdu dans ses pensées, perdu dans le spectacle. Il n'osa pas regarder son voisin mais le nez et les joues rougis par le froid et par la situation, il continua : "Pour ta part, tu es aussi fascinant que charmant... Si on suit cette logique, tu aurais beaucoup à m'apporter. Et plus les minutes en ta compagnie s'écoulent, plus j'en suis persuadé." Il osa enfin affronter le regard de son interlocuteur en tournant la tête vers lui, chaleureux souriant et détendu, bien qu'un peu timide. Ses yeux étaient légèrement humides au milieu de son visage rosit par le froid. Ses cheveux mouillés de neige retenaient quelques flocons tandis que de sa bouche une vaporeuse buée naissait de son souffle chaud. "Je baisse ma garde devant un démon qui m'a enlevé un soir de Noël... Moi qui me cache depuis toujours sous une éternelle pudeur, en particulier face à des gens de notre espèce. Je n'ai accordé ma confiance et mon amitié qu'à un seul d'entre eux en plus de mon Maître. J'ai connu autrefois un démon d'exception, et tu l'aurais sans doute adoré." Il eut un petit rire navré avant de continuer. "Je suis quelqu'un qui s'attache vite aux gens, et ce soir mes pensées allaient vers une amie que j'ai perdue il y a peu. Je ne supporte pas de perdre quelqu'un, mais malgré ça je m'obstine à vouloir être entouré. Je suis incapable de vivre dans la solitude... Je l'ai trop enduré autrefois, et l'ivresse d'être en bonne compagnie est comme une addiction. La voilà mon ambition. Protéger ceux que j'affectionne et surtout ne jamais être seul à nouveau... Parce que je suis un vrai gamin, une fois sans personne pour me surveiller, je ne fais que des bêtises." Il rit malgré que ce qu'il disait n'avait pas forcément vocation à être drôle, avant de rapprocher son visage de celui d'Hidan, inversant légèrement les rôles -ou du moins tentant de faire comme si. " Je pense avoir suffisamment parlé pour mériter d'en savoir plus à mon tour sur ce qui a fait que tu es ici, aujourd'hui, à passer le réveillon à vouloir admirer la magie d'une nuit au côté d'un inconnu en peine de coeur : Tu disais ne pas avoir l'ambition de nos lâches homologues, mais l'arme que tu traines avec toi n'est le genre de gadget que l'on transporte pour prêcher des paroles paisibles. A ton tour, Hidan... Laisses-moi savoir qui est celui qui a réussi à me faire replonger dans des souvenirs enfouis malgré moi."
Hidan
Hidan
Masculin Age : 27
Date d'inscription : 04/04/2008
Nombre de messages : 490
Bon ou mauvais ? : ~ Mais t'es con ou quoi ? !
Zénies : 2300

Techniques
Techniques illimitées : Téléportation ~ Le Lotus Recto - Verso ~ Clonage ~ Illusion
Techniques 3/combat : Les lions jumeaux ~ Le Grand toubillon Divin
Techniques 1/combat : Hirudora

Soirée de noël annuelle chez Tonton ! - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Soirée de noël annuelle chez Tonton !   Soirée de noël annuelle chez Tonton ! - Page 2 ClockMar 25 Juin 2013 - 16:38
( Merci pour le partage, j'ignore où tu l'as entendu celle-là mais elle colle pour le coup vraiment bien à ton perso ! )


Le spectacle était d'une beauté rare. Hidan n'avait jamais vraiment connu de moment pareil, ni connu de personne aussi spécial que celle qui se tenait à ses côtés. Cela ne faisait pas longtemps qu'il l'avait " kidnappé " et pourtant... plus le temps passait et, plus ses sentiments se lisait sur son visage comme dans un livre ouvert. C'était alors l'une des premières fois que l'homme aux cheveux argentés ressentait pleinement les émotions de quelqu'un. Surpris de constater qu'un tel flot sentimental était contenu dans son confrère démon, mais, heureux de l'apprendre, il garda cependant le silence. C'était un moment magique qu'ils partageaient là, comme s'ils avaient été deux vieux amis dans la confidence. Enki détestait peut-être sa nature profonde, il n'en restait pas moins semblable à Hidan, qui lui aussi n'appréciait pas spécialement ses confrères. C'était cela qui l'avait interpellé en premier lieu, en plus du fait que lui aussi soit un démon très émotif. Le SM quant à lui, avait préféré garder cela au fond de lui, contenir ses émotions fébriles comme l'affection, la tendresse, la gentillesse .. on lui avait formellement interdit d'extériorisé de tels sentiments, puisqu'il aurait été autrement considéré comme " faible ", malgré lui.
Même si le moment était à la fois beau et emprunt à une certaine mélancolie, Hidan souriait. Les feux d'artifices, c'était ridicule, vu comme ça. Mais il n'avait jamais connu ne serait-ce que les plaisirs commun à la vie quotidienne d'individus, ni même à ce type de plaisir abstrait. Non, sa vie de guerrier lui avait empêché de connaître tant de choses qu'il ignorait... tant de sentiments qu'il n'avait pas exploité, tant de ressentit n'ayant jamais été exalté  Ce soir, il apprenait pour la première fois les joies d'un bonheur simple dû à cette vision de beauté, à ce moment unique et à la personne qui était à ses côtés. Ce soir il était, pour la première fois, ce que l'on pouvait qualifier de serein. L'homme aux yeux violacés n'avait absolument jamais connu tel sentiment. C'était sa première en tant qu'homme sage, si l'on pouvait dire, il était reposé et confiant. Il buvait les paroles de son compagnon comme s'il l'avait toujours connu: le moment unique qu'ils partageaient en ce moment même les rapprochaient d'une certaine manière et, Hidan n'était pas prêt d'oublier ce qu'il vivrait ici, il n'oublierait ni le spectacle, ni Enki, qui était la seule chose qui rayonnait vraiment à ses yeux.


Hidan, torse-nu dans la neige. Oui, les guerriers ne craignait ni le froid, ni la chaleur, le temps n'était pas un obstacle pour quelqu'un comme lui qui avait été éduquer comme un spartiate. Il ne tremblait pas: même assis, il était impresionnant. Il était droit, fier, démontrant un aspect confiant et courageux de sa personnalité, bien qu'il ne fusse au fond qu'un "simple serviteur" comme Enki l'était. Pourquoi était-il alors différent quant à leur personnalité ? Leur vécu était certainement semblable sur certains points, mais l'évolution de celui-ci leur a forger un caractère différent l'un de l'autre, même s'ils sont dans la même optique. Le SM n'aurait jamais cru rencontrer quelqu'un d'autre de semblable à lui, ayant pour seule ambition de servir: ce qui quelque part, démontrait que c'était quelqu'un de bien, peut-être ? Il avait passé sa vie à se dévouer pour les rêves d'autrui, pour protéger ses compagnons de guerre... et pour servir un chef, un meneur à qui il portait beaucoup de respect. Le schéma se reproduisait à l'heure actuelle.


Finalement, l'homme aux cheveux argentés avait eut plus qu'il ne l'aurait cru: Enki s'était confié à lui. Il n'avait connu ça qu'auprès d'une seule personne, qu'Hidan avait perdu lors d'une guerre. Cela lui remémorait alors aussi des souvenirs: voyant son compagnon se laisser aller aux confidences, il se sentit heureux, d'une certaine manière. Comme s'il retrouvait une sorte d'ami disparut depuis si longtemps, quelqu'un sur qui l'on peut réellement compter, à qui l'on peut tout dire. Quelqu'un avec qui l'on est en confiance, quelqu'un qui nous rend fort. En ce même moment, Hidan espérait donner cette impression au bel ange à ses côtés. Car c'était ce que lui avait reçus dans son enfance auprès d'un homme. Un homme qui n'était ni son père, ni son frère, il n'avait aucun lien de parenté avec lui: c'était son partenaire, son binome de guerre, mais au delà de ça, il avait été un formidable ami.


Notre cher Hidan sentait bien qu'Enki avait été un peu hésitant, voir intimidé de lui raconter ses peines. Il tremblait d'une étrange manière, son regard était un peu indécis, son visage était rougis, apparemment par le froid... mais tout cela n'était que d'apparence. N'était-il pas pareil au fond de lui ? Pareil que cette apparence qu'il donnait là ? L'important était qu'il se soit sentit en confiance auprès du guerrier qui quant à lui, écoutait son compagnon silencieusement. Ses yeux basculait du feu d'artifices à Enki, qu'il regardait comme s'il fut été son protecteur. L'heure était aux confidences et cela lui avait permis d'apprendre des choses sur ce merveilleux spécimen qui résidait à ses côtés. Il était ravi au fond de lui d'avoir eut un tel pouvoir: le pouvoir de mettre en confiance un être aussi sensible et méfiant que l'était son congénère.


Enki approcha dangereusement son visage de celui d'Hidan. Le regard de braise de ce dernier se planta alors dans les yeux du jeune homme: en plus d'être un colosse, le SM avait un regard à en faire tomber plus d'un. De peur ou de charme, d'ailleurs. Il était vrai qu'il avait bien parlé et qu'il était logique d'échanger les rôles. Cela tira un sourire à notre guerrier qui, en effet, comme l'avait stipulé Enki, ne trimbalait pas une arme pour faire passer la paix dans le monde. Lentement, il approcha l'une de ses grandes mains aux doigts longs et fins, déposant son index et son pouce sur le menton de l'ange déchu. Tout en douceur et, pour accompagner son geste, il déposa un baiser sur le front de ce dernier, relâchant ainsi son étreinte pour passer l'un de ses bras musclés autour des épaules du jeune homme.


Tu n'as rien d'un démon. Parce que tu es conscient que si nous sommes capable de ressentir du plaisir à tuer, ou à faire souffrir, c'est que nous possédons des sentiments. Beaucoup d'entre-nous renient les bons sentiments, renient leur sensibilité... et je pense que c'est ce qui les rends complètement fous. Ils deviennent des tueurs sanguinaire dénué de passion, ils tuent par plaisir mais cela ne leur suffit jamais. Il caressa le front d'Enki pour lui enlever une mèche gênante, et reprit: Je n'ai jamais jugé quelqu'un sur sa race, mais seulement sur ce qu'il dégage au fond de lui, qui il est vraiment. Ce pourquoi je te perçois tel que tu me paraît: comme un ange. Il lui souriait, d'un sourire sincère et simple. Hidan n'était pas qu'une grosse brute, si on apprenait à le connaître. Si ce démon dont tu m'as parlé m'était aussi sympathique que toi et qu'il pensait dans la même optique que nous, alors oui, il m'aurait certainement beaucoup plu. Je ne suis pas fermé d'esprit, mais je ne supporte pas les imbéciles qui prétendent que nous devons être comme ceci ou comme cela car notre nature est d'être des démons. Je n'ai jamais vu de jugement aussi mal construit. Alors Enki lui avait parlé d'une personne qu'il avait perdu, qu'il ne le supportait que trop mal... Le regard d'Hidan se dirigea alors vers le ciel, remplit de couleurs. Je vie dans la solitude depuis si longtemps... je comprends aisément ce que tu veux me dire. J'ai toujours été plutôt solitaire, parce que très jeune, j'ai été poussé à l'être. Personne ne m'acceptait comme j'étais ou ne m'avait aimé. Ni mes parents, ni mes camarades, personne. J'étais l'affreux monstre craint de tous. Il parlait avec un calme déconcertant, comme si cela ne le touchait plus, alors qu'on sentait que cela avait annihiler une partie de lui-même. Cette fauche que je trimbale partout définit ce que je suis. On me craignait car je pouvais prédire la mort des gens que je voyais. Alors quand je savais qu'un tel allait mourir, je le disais. Et chaque fois, cela se produisait. Pas mal de rumeur on planer sur moi, ils ont même fini par croire qu'un gosse de cinq ans allait tuer des adultes. Evidemment, ce n'était pas le cas. Je suis l'élu d'un Dieu que l'on honorait dans mon village, le Dieu de la mort, Jashin. Mon avantage, ma malédiction, peu importe comment tu le conçois, puisque je ne peux trouver la mort.


C'était un aveux lourd pour Hidan. Beaucoup de gens étaient de nature effrayé par ce qu'il était et, surtout par sa nature à avoir une fibre sensible côté cadavres, mais pour couronné le tout, c'était un être condamné à vivre de façon éternelle. Rien n'avait réussit à le réduire à néant durant tous ces longs siècles, absolument rien. Comme il ne restait rien de son époque, de son passé, des terres si merveilleuse que l'on voyait dans le temps... de l'éducation que les ninja recevait  des grades donnés, plus rien. Plus de village, plus de chef de village, plus d'école où l'on apprenait à développer son chakra pour peaufiner ses techniques élémentaires .. lorsqu'il était revenu à lui à l'époque actuelle, cela lui avait fait évidemment un grand choc.


Le premier souvenir qui lui était revenu quand il est revenu à lui, c'était la mort de son ami, de son frère, de son compagnon, son âme-soeur... appeler cela comme il vous chantera. Mais c'était bien la mort de son binôme  celui qui avait toujours été là pour lui... il avait promis de le suivre, peu importe où il allait, peu importe ce qu'il ferait... il avait promis qu'il le suivrait dans la vie comme dans la mort. Promesse qu'il ne pu tenir: quoi qu'il faisait, il ne pouvait se donner la mort. Condamné à vivre dans l'éternelle souffrance de souvenirs lointains. Même si c'était du passé et qu'il l'acceptait, il garderait toujours dans son coeur ce cher Kakuzu. Ses compagnons d'armes également, bien sûr, car même s'ils se querellaient souvent avec le tempérament de butor d'Hidan, c'étaient tous des frères. Tous unis pour la même cause, tous unis dans le conflit comme dans le quotidien.


Enki avait devant lui un Hidan posé, ni colérique, ni mélancolique. Il parlait avec sagesse et vécu. Contrairement à ce qu'on aurait pu croire de lui, il était d'un calme époustouflant lorsqu'il remémorait des évènements douloureux. Il ne se laissait pas bercé par des sentiments de haine ou de joie, il était pacifique.


Tu m'as dit que tu te vois comme un chien docile, incapable de finir seul et que, devenir patron de bar était d'une certaine manière, te façon à toi de compenser ton destin. Laisse moi te dire une chose: peu importe ton vécu, peu importe ce que ton jardin secret renferme. Tu es pour moi d'une beauté si profonde que l'on ressent aisément la grandeur de ta personne. Tu vaux bien plus que tu ne pourrai le croire.


L'homme aux yeux teinté de violet caressait doucement le dos de son compagnon, comme pour le réconforté et lui montré qu'il n'était pas seul. Du moins, maintenant, il ne l'était plus. S'il le désirait, il savait vers qui se tourner.


Lentement, pour ne pas brusquer son compagnon, le SM se releva de sa position. Dépliant ses ailes, dos à Enki, il tourna légèrement son visage en sa direction, souriant.


- Si tu veux savoir, je ne suis pas réellement un démon. Mais un ange déchu, comme la plupart d'entre-nous, condamné à une souffrance certaine.


Et c'était véridique. Si Jashin était honoré dans son village, c'est parce qu'il était un Dieu sous forme d'ange, orné d'une fauche. Mais c'était les horreurs qu'Hidan avait subit étant gamin qui ne l'avait pas fait prendre le "bon chemin".


Aussitôt avait-il parlé, aussitôt c'était-il envoler, rentrant par une porte annexe du bar. Il s'était armé d'un plateau sur lequel il déposa plusieurs gourmandises et boissons alcoolisé. Faisant attention à ne rien renversé, il rapporta cela sur le toit où se trouvait Enki.


Reprenant sa place auprès de lui, il déposa le plateau et l'invita à se servir.


Je ne suis pas versé dans le sentimentalisme, d'habitude. Pas parce qu'un démon ne doit pas l'être comme le dirait nos confrères. Mais parce qu'on m'a apprit à ne pas mélanger les bons sentiments à la vie de guerrier. La haine, la colère, tout cela sont des choses plus motivantes pour persévéré lors d'affront. La gentillesse, l'affection.. cela, il faut le garder pour les gens qui le méritent.


C'était là une vision bien à lui des choses qu'on lui avait incorporé dans son enfance, quand il fut recueillit par Pain, chef de l'organisation appelée Akatsuki. Des déserteurs refoulés par leur village, vivant reclus dans une forêt, à l'intérieur d'une immense maison protégée par un mirage si puissant que personne ne l'avait jamais décelée.


En vérité, je ne suis ni orphelin ni sans connaissance de mes parents, mais ils ne m'ont jamais aimé à cause de mon "don" de prédilection. Un jour, ils ont essayés de me tuer, alors je les ai assassiné. J'ai également tuer un camarade à un examen, l'examen Chuunin. C'était une sorte de grade, normalement, on passe cet examen à treize ou quatorze ans. Mais je l'ai passé à l'âge de neuf ans. Hidan se rappelait de ce jour comme si c'était hier. Je ne savais rien faire à l'école: nous utilisons notre chakra, soit notre énergie pour produire des techniques. Nous avions des techniques de bases à apprendre comme le clonage ou la substitution, par exemple. Mais je n'arrivai à maîtriser aucune d'entre-elle, peu importe les heures que j'y avait passé. J'ai découvert alors que toute mon énergie résidait dans mon corps, je suis un doué de Taijutsu. C'est à dire que je peux surpasser la capacité qu'un corps peut supporté. C'était un art assez complexe, peu connu à son époque. J'étais doué de force physique et de vitesse décuplée, capable de distordre mon corps pour éviter ou parer des coups... et ce qui m'a valut de passer l'examen tôt. Comme je le disais, j'ai tuer mon compagnon par erreur lors du combat. Je n'arrivai pas à mesurer ma force. Mais j'imagine que c'était surtout un coup de pouce de Jashin, puisque cela m'a pousser en dehors de mon village et je suis devenu déserteur. C'est ce soir même que j'ai trouver la fauche dans le cimetière du village, comme s'il elle m'avait toujours attendue. Sacré coïncidence, tu ne trouves pas ?


Il gardait le sourire, il riait même. Mais c'était sincère: cela ne l'atteignait plus maintenant. Si le destin s'était acharné sur lui, l'avait poussé à être détesté de tous puis rejeté de son village, il avait au moins apprit que la nature humaine était détestable. Sans pitié lorsque quelqu'un faisait une erreur, alors qu'il faudrait être conciliant si ça leur arrivait à eux.


Je ne tiens pas à t'endormir avec mes vieilleries alors... raconte-moi ton enfance et je t'en dirais certainement plus, bel ange.


Un verre d'alcool à la main, il repassa son bras autours des épaules d'Enki, le serrant un peu plus contre lui, les yeux plongés dans les siens, un beau sourire sur le visage.
Enki
Enki
Demon
Masculin Age : 34
Date d'inscription : 07/12/2006
Nombre de messages : 2210
Bon ou mauvais ? : Bon, c'est indéniable.
Zénies : 1780

Techniques
Techniques illimitées : Chant du vent, Danse de l'aigle, Mur Lumière
Techniques 3/combat : lance maudite, armure de Dösatz
Techniques 1/combat :

Soirée de noël annuelle chez Tonton ! - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Soirée de noël annuelle chez Tonton !   Soirée de noël annuelle chez Tonton ! - Page 2 ClockJeu 27 Juin 2013 - 0:52
(c'est "creep" de radiohead, reprit et chanté par scala, un choeur de... petites filles. ça collait encore mieux à Enki XD et puis ça fait noeeeel avec des choeurs. Je l'ai depuis des années sur mon ordi et je l'ai réécouté par hasard, en me rendant compte à quel point en effet les paroles lui allaient bien Smile

Par contre j'avais pas osé parler de la nudité partielle d'Hidan parce qu'à son arrivée au bar à noel tu avais dit qu'il portait une chemise pourpre je crois -à voir dans le début du topic- du coup en fait je l'imaginais en chemise... mais bon, c'est un détail.)


La neige tombait toujours... Si fine, si douce, si pure. Sur le toit d'un bar où la joie et la fête régnait, deux êtres se tenaient assis, en pleine confidence, calmes et sereins, comme deux amis de toujours profitant d'une belle soirée. Qui aurait deviné les apercevant qu'il s'agissait de deux démons, qui avaient tué plus d'une fois chacun de leur côté. Qu'ils ne s'étaient jamais vu avant ce soir. Et que leurs paroles pourtant décontractées étaient la façade de deux âmes meurtries par le passé.
Les fêtes terriennes qu'Enki avait souhaité importer jusqu'à Dösatz comme prétexte pour accueillir le temps d'une nuit des amis et des inconnus désireux de prendre une retraite le temps d'un verre ou d'une douceur, étaient vraiment magique et il remercierait sans doute la chance de lui donner l'occasion de rencontrer ce soir un être d'exception.
Car plus Hidan se confiait, plus Enki était fasciné, et plus il savait que cet homme devant lui, il n'était pas prêt de l'oublier. Il savait que cette soirée était le prélude à quelque-chose de nouveau... d'étrange mais de crucial.

Hidan était une sorte de parfait mélange de la force et de la tendresse. Enki s'attendait autant à le voir contracter ses muscles et devenir un guerrier féroce le mettant à terre en un tour de bras, qu'à le voir se blottir tendrement contre lui avec une légèreté et un charme qui ferait tomber n'importe quelle personne tentant de résister. Et c'est lorsque qu'Hidan lui saisit le menton pour lui baiser le front qu'Enki sut que le petit chien des rues qu'il était avait été apprivoisé... Il se laissa faire, fixant le geste de son compagnon d'un regard docile et passif, à la fois curieux et apaisé, à la fois troublé et sans recul. Le contact des lèvres de faucheur lui réchauffait le front, et le frisson de sentir un être tout contre lui lui envoya une décharge dans tout son corps. C'était agréable... C'était imprévu. Il laissa ce dernier passer un bras autour de ses épaules, n'osant résister : de toute manière, il semblait que rien ni personne ne puisse résister à Hidan. A quoi bon tenter de fuir, d'autant plus qu'il n'y avait rien de désagréable.
La seule chose qui dérangeait Enki, c'est cette nostalgie que ce geste réveillait. Il venait de perdre Bulma, et il savait qu'il ne l'oublierait pas facilement... Un baiser sur son front, c'était le genre de tendresse qu'elle avait eut pour lui et lui pour elle. Jamais plus. Mais jamais moins : ils avaient étaient complices et amis et Enki, passif, comme toujours, avait réalisé trop tard qu'il aurait bien voulu plus. Il aurait donné cher pour passer à son tour son bras autour d’elle ce soir, car jamais il n'avait eut l'occasion de fêter noël aux côtés de la terrienne. Elle avait été le substitut pour lui de cette présence énergique qu'il avait besoin pour se bouger les fesses et ne pas succomber à la paresse de laisser les vieux souvenirs le hanter. Cette électricité que la présence de la belle créait dans le corps du démon était semblable à ce que la peau si chaude d'Hidan provoquait sur lui : L'envie de paraître fort et beau, l'envie d'être plus que ce qu'il s'avouait être. Se donner à fond, et être cet Enki que le monde connaissait.

Le discours d'Hidan était profond et plaisant : il défendait la place des sentiments dans la vie d'un guerrier, sachant que tout est question de valeur et non de dénie. Il expliqua pourquoi il le comparait à un ange, et une fois de plus, Enki sourit timidement, touché. Entendre quelqu'un le temps d'une phrase déclarait que Fred lui aurait sans doute beaucoup plu était une chose qui le ravissait également... Car jamais avant ce jour, depuis sa venue hors du monde des démons, Enki n'avait exprimé l’existence de son partenaire de jeunesse. Pourquoi en avoir parlé à Hidan ? Pourquoi en avoir besoin maintenant ?
"Je vis dans la solitude depuis si longtemps... je comprends aisément ce que tu veux me dire. J'ai toujours été plutôt solitaire, parce que très jeune, j'ai été poussé à l'être. Personne ne m'acceptait comme j'étais ou ne m'avait aimé. Ni mes parents, ni mes camarades, personne. J'étais l'affreux monstre craint de tous."
Enki eut envie de crier tant il se reconnaissait... Si Enki avait parlé de son défunt ami, s'il s'était laissé aller face à cet inconnu, peut-être que ce n'était pas le fruit d'un hasard. Captivé, Enki les yeux ronds buvait chaque syllabe, compatissant et concerné, comme si on lui narrait sa propre vie, retenu d'être plus expressif par la calme et la voix posé de son ravisseur.
"Cette fauche que je trimbale partout définit ce que je suis. On me craignait car je pouvais prédire la mort des gens que je voyais. Alors quand je savais qu'un tel allait mourir, je le disais. Et chaque fois, cela se produisait. Pas mal de rumeur on planer sur moi, ils ont même fini par croire qu'un gosse de cinq ans allait tuer des adultes. Évidemment, ce n'était pas le cas. Je suis l'élu d'un Dieu que l'on honorait dans mon village, le Dieu de la mort, Jashin. Mon avantage, ma malédiction, peu importe comment tu le conçois, puisque je ne peux trouver la mort."
Enki ne sut qu'elle expression il devait avoir en entendant ses mots, mais il espéra ne pas avoir peiné son nouveau confident en paraissant choqué... Mais il y avait de quoi. Il était donc face à un être encore plus prestigieux qu'il ne le pensait, un devin immortel, élu divin, rejeté de tous ces idiots qu'Enki avait immédiatement envie de gifler tant ils avaient fait preuve d'ignorance !
Mais alors qu'Hidan avouait ce qui devait être son plus gros secret, le patron de café se demanda aussitôt ce qu'Hidan voyait pour lui. Il le voyait comme un ange, certes, mais était-ce parce que son don divinatoire l'avait perçu comme une créature autre qu'un démon basique ? Avait-il entrevue la vérité sur Enki ?... Et au delà de ça, se dire que la personne en face de soit pourrait prédire l'arrivée de votre mort, c'était aussi effrayant que triste.
Hidan n'était pas seulement condamné à être rejeté, il était condamné à voir venir la disparition de ses proches sans pouvoir y faire quelque chose. Et cette pensée était pour Enki la pire de toute celles qu'il pouvait imaginer. Et tandis qu'Hidan insistait sur la grandeur qu'il ressentait à propos du patron, Enki ne savait pas s'il se sentait d'avantage minable avec sa petite existence si simple et banale comparée à celle de son interlocuteur, ou si justement le fait qu'un être aussi incroyable que son voisin s'intéresse à lui n'était pas une preuve qu'il n'était pas un raté.
Enki avait envie de rassurer son partenaire lui aussi... Il avait envie de le faire sourire après ces révélations, mais c'est pourtant son propre dos qui était caressé, par la main habile du guerrier. Il se sentait comme un enfant consolé dans le froid de l'hiver, sous l'émotion provoquée par des histoires d'un autre temps qui vous renverse le coeur : quel âge pouvait avoir Hidan pour être aussi stoïque face à un tel passé ?
Enki allait parlé mais le souffle un peu coupé, il n'eut le temps de faire sortir un son de sa bouche avant de voir le silhouette à ses côtés se lever et déployer ses ailes, pour en rajouter une couche avant de s'envoler : Il avait dit ne pas être simplement un démon, mais plutôt un ange déchu. Un ange. Enki n'aurait pas été autant sonné en tombant du toit : pas étonnant que ce mec le renverse par sa seule présence ! Dans un sursaut, le propriétaire se leva, refusant de laisser Hidan s'enfuir comme ça, complétement accro à la voix de son conteur. Mais une fois sur ses pieds, il put suivre des yeux le cheminement d'Hidan qui en réalité n'était pas parti loin, simplement en quête de douceur pour accompagner la discussion. Rassuré et se rendant compte qu'il manquait à tout ses devoirs, Enki ne savait pas s'il devait être satisfait ou culpabiliser... Il laissait Hikari et ses invités en plan, mais actuellement il s'en fichait un peu : tout ce qui importait en cet instant, c'était qu'Hidan revienne vite près de lui pour continuer leur échange.
Sans un mot, reprenant place sagement, il continua d'écouter Hidan après avoir saisit un café chaud. Ses doigts s'y réchauffèrent tandis que ses yeux dévoraient Hidan. Il était trop concentré pour songer à prendre une gorgée et le garda simplement en main fermement.

Les parents d'Hidan avaient tenté de le tuer et le gamin aux cheveux argentés avait dû se défendre en les assassinant. Il avoua avoir aussi tué un camarade de classe lors d'un examen, et Enki, se rappelant de son propre passé scolaire se rappelait avoir vécu la même chose. Mais contrairement au démon aux cheveux long, Hidan avait été un élève médiocre niveau capacité, mais un tank maladroit qui avait une résistance hors norme. Le contraire d'Enki qui avait été capable d'apprendre toute sorte de capacité tout en étant un faiblard au corps à corps.
Dans un rire calme et posé, Hidan conclut cet épisode de son passé et invita Enki à parler de son enfance à son tour. Enki, qui avait été transporté par le récit, redescendait sur terre en même temps que le regard pressent d'Hidan le transperçait.

" Je... ouah, que dire après tout ça ? " Enki un peu bête, passa sa main sur la naissance de sa chevelure, un peu dépassé. Il souriait, bêtement. " Je suis vraiment impressionné... A plusieurs niveau en fait. Déjà, je suis touché que tu m’aies raconté tout ça, et j'avoue être surprit d'avoir cette chance. Tu joues franc jeu... " Enki, comme sortant d'une séance de cinéma, avait le regard pleins d'émotion et ne savait par où commencer : mais avant il regarda Hidan comme s'il était une énigme à lui tout seul. " Tu sembles vouloir m'apprivoiser à tout prix -bien que la raison m’échappe encore un peu- et pourtant tu m'avoues d'entrée de jeu le secret qui t'as valu d'être rejeté par tous... Tu joues gros, j'aurai pu très bien à mon tour être effrayé par ta nature -ne te vexes pas. En fait, Enki souriait amicalement, savoir tout ceci est une double satisfaction : tu me fais confiance et ton histoire est simplement passionnante. Je n'ai pas la prétention de dire que je comprends ton passé, mais je pense que le fait que je suis apte à être dans la confidence est aussi parce que j'ai quelques traits communs avec toi... Bon j'ai une existence bien moins incroyable, je ne suis ni immortel, ni élu de quoi que ce soit. J'ai été recueilli par une vieille folle avant même de savoir que j'existais : j'ai aussi accédé à une institution démone en tuant deux de mes camarades quand j'étais gosse... Mais moi je savais ce que je faisais, ce n'était pas un accident, mais bien le but de l'épreuve imposée.  J'étais contrairement à toi plutôt doué pour apprendre vite et je suis devenu au fil du temps magicien confirmé, mais j'ai jamais été résistant au corps à corps. Cette faiblesse quand quelqu'un en combat m'approche de trop près me caractérise très bien : j'ai jamais voulu approcher mes confrères. Je les ai même tenu à distance. J'ai vécu refermé sur moi-même, parlant peu, le nez dans mes bouquins de sorts, de civilisation, à rêver aux autres mondes que celui des démons, fasciné par les beautés des arts étrangers et jaloux de ne pas être né ange. J'ai déserté après avoir perdu mon premier et seul ami que j'ai eu là-bas. " Il pinça ses lèvres, avec un sourire calme lui aussi... mais il n'était pas aussi détendu qu'Hidan : il taisait un gros détail de son histoire. ... Celui de sa nature. " Je suis pas quelqu'un de bien compliqué, j'aime simplement passer du bon temps sans me prendre la tête. Mais, je me demande comment tu peux me percevoir avec ton don... " Enki espérait que rien de sa nature de monstre horrible de pouvait être perçu par un serviteur du Jashin. " Je sais que ton pouvoir doit être un fardeau mais égoïstement je vois un avantage à ton statut d'élu : si tu es immortel alors je sais que je n'aurai jamais à connaître la fin d'Hidan de mon vivant. Pour avoir vu partir des être chers, je t'avoue que ton profil est intéressant ! Tu es un partenaire idéal." Il saisit la petite assiette ramené par Hidan, et mit en évidence une mini pâtisserie. " Prends celui là c'est mon préféré. " dit-il comme pour dédramatiser la discussion, comme une pause dans son récit.
Il n'avait rien su dire de sa véritable apparence... Il n'en avait pas envie. Pourtant ce détail pourrait être un point commun de plus entre lui et Hidan : il avait lui aussi été perçu comme un monstre, une bête à tuer, quelqu'un de différent. Mais pouvait-on de toute manière se comparer à cet élu d'un Dieu de la mort, majestueux et triomphant de la vie ?
Hidan
Hidan
Masculin Age : 27
Date d'inscription : 04/04/2008
Nombre de messages : 490
Bon ou mauvais ? : ~ Mais t'es con ou quoi ? !
Zénies : 2300

Techniques
Techniques illimitées : Téléportation ~ Le Lotus Recto - Verso ~ Clonage ~ Illusion
Techniques 3/combat : Les lions jumeaux ~ Le Grand toubillon Divin
Techniques 1/combat : Hirudora

Soirée de noël annuelle chez Tonton ! - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Soirée de noël annuelle chez Tonton !   Soirée de noël annuelle chez Tonton ! - Page 2 ClockSam 6 Juil 2013 - 17:24
( En effet ça colle vraiment bien à Enki et au moment, contente de cette découverte !
Quant à Hidan, oui en effet il était en chemise mais je lui ai fait enlevé pour qu'ils assoient leurs fesses dessus :p )

[ La vidéo ne voulant pas s'intégrer, voici le lien: https://www.youtube.com/watch?v=AxDS106Xf-E ]

- Il n'est pas dans mon intérêt de te mentir sur ce que je suis; je n'ai nul honte à le dire. C'est la peur qui avait parlé à la place de ces gens lorsqu'ils m'ont châtié et banni. La sagesse dans la voix d'Hidan montrait que la colère avait fini par s'atténuer aux fils des années.  Je sais qu'un coeur pur comme le tiens ne me rejetterait pas car tu sais, toi aussi, que l'on ne choisi pas ce que l'on est.

L'élu était persuadé que l'être qui se tenait à côté de lui connaissait aussi ces sentiments qui vous envahissent quand vous êtes inéluctablement différent, que même en le cachant, rien ne reste un secret, tout se sait. Enduré les moqueries, le rejet, la peur des autres à votre égard, se sentir comme un monstre de foire et être exposé aux regards haineux, peureux, choqués d'autrui, ce fut aussi son quotidien. Mais Hidan était un homme très sage derrière ses apparats de bourrin et d'ingrat: tel était l'un de ses secrets, sa fibre sensible pour l'art et la sagesse de ses décisions quant à es évènements d'importance. Cela, il l'avait apprit grâce aux "mercenaires" qui l'avaient élevé. En particulier grâce aux plus vieux d'entre-eux, Pain, Madara et, Kakuzu, qui devint son binôme par la suite.

Lorsqu'il arriva dans l'organisation des déserteurs appelé Akatsuki, Hidan, recruté par leur chef Pain, fut placé sous l'aile de Kakuzu. C'était un mercenaire, à la base, qui décida d'intégrer cette organisation par ambition. Il était déjà adulte lorsqu'Hidan le rencontra, mais il fallait dire que Kakuzu était un être à part des autres, on aurait dit qu'il était apparut sur Terre comme il était, qu'il n'avait jamais eu d'enfance ou de parents. Cela semblait d'ailleurs être la vérité: cet être étrange avait, tout comme Hidan, une capacité certaine à se régénérer. Sauf que lui, à l'intérieur de son corps, c'était d'étranges files noirs épais qui reliait tous ses membres, ce pourquoi il arrivait facilement à détacher ses bras, ses pieds, ses jambes de son corps. Et toujours avec autant de facilité, ceux-ci se rattachèrent, les files noirs s’entremêlaient et le reconstituait comme si de rien n'était. Un être qui ressemblait à un Dieu, avec son audace et son orgueil mal placé, d'ailleurs. Kakuzu était un homme de caractère, mais surtout d'une extrême violence envers ceux qui ne respectait par sa supériorité évidente.

La vie d'Enki, bien qu'il fut assez bref, avait l'air de ne pas lui avoir vraiment "réussie" également. Les choix étaient dur à imposer pour des personnes née "différente". Hidan ne le savait que trop bien, les choix étaient souvent plus cruciaux, plus difficiles, plus fatal, mais pour des être sensibles et passionné comme eux, il leur sera toujours une tâche des plus désagréable de faire un choix entre les gens qu'ils affectionnent et le choix qu'ils devraient prendre. Disons que le SM l'avait apprit à ses dépends: s'il avait vécu "heureux" auprès des déserteurs, ils avaient été impartial et très féroce quant à sa façon de pensée. Connaissant un gamin plein de talent, mais affectionnant vite ceux qui étaient sympathique, ils lui ont inculqué une autre façon de voir les choses en le faisant passé par des épreuves difficiles... mais cela ne pouvait qu'être bénéfique pour qu'il devienne le guerrier qu'il est maintenant.

On le sentait: Enki racontait vaguement son histoire en restant impartial, comme son interlocuteur mais, au fond, c'était dur, très dur, de narrer son existence comme si cela ne nous touchait guère. Hidan le savait et, un petit sourire se traça sur son visage: comment un être si frêle pouvait-il s'accrocher autant après le mal qu'il avait subit ? Ce petit "ange" n'était pas aussi faible qu'il le croyait. Il était plutôt mal à l'aise mais, il avait continuer de parlé et ne s'était pas laisser avoir par ses émotions. Pourtant, il était aisé de sentir que le flot de ressentit qui submergeait Enki n'étaient pas des émotions gaie, il renfermait un profond mal être que l'élu de Jashin ressentait lui aussi: les émotions de son compagnon le transperçait comme une lame, vive, brûlante: il avait lui aussi déjà été victime de cette émotion, il y a fort longtemps.

- Si tu as vu des êtres qui te sont cher partir alors tu dois te douter que tu n'es pas le seul. Alors oui, tu es bien tombé pour le coup. Hidan émit un petit rire: il prenait cela à la rigolade et pourtant... Toutes les personnes que j'ai côtoyé, que j'ai apprécié... elles ne sont plus de ce monde depuis bien longtemps. Je me suis retrouvé seul dans cette ère donc je ne connaissais rien. Un passage bien difficile quand votre dernier souvenir est de voir la seule personne que vous aviez vraiment aimé s'éteindre sous vos yeux. Le décès de son conjoint avait été le premier souvenir qui lui était revenu lorsqu'il se réveilla de son long sommeil. Je n'aime pas recaser le passé, cela ne m'est d'aucune utilité, je ne suis pas une vieille mégère seule, une veuve délaissée à son sort et n'attendant que la mort pour retrouver son défunt mari. Je suis un guerrier et qui plus est, l'élu d'un ange des enfers ayant perdu foi en l'humanité. Je ne représente ni la justice, ni la terreur, je suis ce que les humains appellent " la faucheuse". Je prends la vie, mais je ne la redonne pas, je ne guérit pas, je suis une fatalité pour eux. Il s'arrêta, son regard était noyé dans le ciel, pensif. Mais au delà de ce sort bien funeste, je suis un excellent amant, je pourrai te le faire savoir.

D'un petit rire enjôleur, notre cher Hidan venait de détendre l'atmosphère. Sous les conseils du beau patron, il dégusta alors une petite pâtisserie et lui souri en guise de réponse: le goût lui était inconnu et pourtant, il appréciait. C'était quand même l'alcool qui l’intéressait le plus: un bon remontant pour un guerrier de valeur; une petite pause bien mérité.

Si Enki avait fuit ses congénères, Hidan avaient toujours vécu parmi des terriens, des "demi-dieux" et des démons bien reclus de leur société. Il connaissait la mentalité et les agissement des "démons de base" puisqu'il en avait connu bon nombre, mais il ne les considérait que comme des crétins, suivant leur instinct les plus primaires et agissant comme des abrutis orgueilleux. En vivant avec des gens "différents", tout comme lui, il fut apaisé. La différence n'existait pas chez eux et, ils étaient comme une grande famille unis quoi qu'il puisse arrivé, bien que les premiers tant furent très  dur à vivre: la vocation de guerrier n'était pas des plus simples. Mais il ne regrettait rien: il avait vécu. Il avait souffert, certes, mais il n'y avait pas que ça: il avait fait le tour des sentiments, des émotions, des ressentit. L'élu était passé par tous ce qui était imaginable afin de devenir impartial, de savoir dosé les choses à chaque fois de façon juste. Pour cela, il avait fallut connaitre l’exagération de tout, exalter chaque sentiments et, avoir tout perdu.

- Je vois que tu restes bref et discret quant à tes souvenirs d'enfance. Un passé qui nous a profondément marqué n'est jamais aisé à dévoilé, n'est-ce pas ? Hidan voulait lui faire comprendre que même s'il parlait avec un calme et une douceur surnaturelle lorsqu'il narrait son histoire, de vieux sentiments encrés s'éveillaient toujours. Nos origines nous on poussé à faire des choses qui ne sont pas appropriés à ce que nous sommes, au fond de nous. S'il y a une chose qu'il ne faut jamais oublier, c'est de là d'où nous venons. N'avoir jamais honte de notre nature et de nos origines, même si elles ne déterminent pas ce que nous sommes, c'est pourtant grâce à elles que nous vivons, ce sont elles qui ont tracés notre vécu, notre passé. Ne prends pas ton statut de démon comme un fardeau, puisque tu es plus éblouissant que la lumière des cieux, plus étincelant qu'un ange lui-même; ta beauté égal aisément le plus lumineux des êtres de lumière. Hidan ne voyait pas Enki comme un démon, il n'avait rien qui le rapprochait d'eux: c'était un homme d'une grande beauté, au visage angélique, à la démarche qui fait rêver, au sourire tombeur, au regard d'ange... oui, un ange. Cest la première impression que j'ai eut en te voyant et elle le restera. Alors ne jalouse aucun ange, puisque tu es le plus beau d'entre tous.

Le déserteur avait un air très sérieux sur le visage, il avait regardé son compagnon dans les yeux en lui avouant ce qu'il pensait vraiment de lui. Ce n'était pas un secret, Enki devait avoir comprit qu'il le trouvait vraiment mignon. Mais Hidan voulait qu'il comprenne que ça allait au delà de cela, il voulait qu'il comprenne qu'il n'avait pas de honte à avoir, puisqu'il ne paraissait pas juste être comme un ange. Au plus profond de lui, il l'était. Et c'était ça, cette émotion, cette sensibilité qu'il avait percé chez son hôte, qui l'avait frappé. Si ce beau jeune homme avait honte de ses origines, Hidan devrait avoir honte lui aussi: il n'avait pas le caractère d'un démon, c'était un homme des plus gentils, des plus gaies, des plus intentionnés et des plus sensibles au fond de lui. Il ne le cachait pas réellement: c'était son tempérament de guerrier qu'il laissait voir aux autres afin que personne ne s'en doute dans ses relations " professionnelles " et sur le champ de bataille. Ainsi, personne ne savait, tout le monde le laissait en paix.

Hidan, le grand être, le grand guerrier de tout son long, de son mètre 92, la tête toujours levé, fier. Son regard de braise, son expression implacable, son air sûr, sa posture droite, le torse bombé, sa fauche bien souvent sur son épaule. Il montrait une image d'un homme croyant en ses capacités, connaissant ses limites et surtout, qui n'avait guère peur de ses assaillants. Il était l'image d'Hercule, d'Apollon, d'Hadès, de Kratos: c'était un valeureux guerrier mélangeant ardeur et brillot dans sa façon de se battre. Mais c'était aussi, au départ, un gamin très timide, très renfermé et très sensible. N'ayant connu l'amour de ses parents, ni celui d'une amitié ou d'un amour, il avait tout apprit aux côtés de ses alliés, de sa famille, de ses amis, l'Akatsuki. Il tenait tout d'eux et, sa fierté, c'était d'avoir été un homme accomplit: il n'avait pas détruit sa personnalité pour devenir ce qu'il était à l'heure actuelle. Hidan était fier d'être un homme ayant bon coeur, un servant, un tank habile et bienveillant, un homme de parole et amoureux de la nature, un sensible aux arts et à la musique, mais surtout, un démon. Un démon différent des autres, un démon à la personnalité plus belle et sincère que celle de tous les anges réunis. C'était ça, sa fierté.

Ses ailes étaient toujours déployées dans son dos, bien qu'il soit de nouveau assis aux côtés d'Enki. Il enveloppa doucement son ami dans l'une de ses ailes, plaçant son bras autours de ses épaules. La neige commençait à tomber en plus grosse quantité et, alors que le feu d'artifice c'était terminer, on entendait la fête dans le village: les gens riaient, la musique les faisaient danser gaiement et les lumières rayonnaient dans le ciel.

- Tu m'as charmé autant par ta beauté que par ta sensibilité apparente. Nous sommes les même sur ce point-là: nous sommes des êtres d'une grande sensibilité, nous nous attachons vite aux autres et nous serions prêt à nous sacrifier pour ceux que nous aimons. Avec Enki, l'élu n'avait pas peur de parler librement de ce qu'il était. Il était en confiance avec un être qui lui ressemblait tant.. Peu importe ce que j'ai traversé, je suis toujours resté fidèle à ce que je suis réellement et le guerrier d'apparence n'est qu'une façade à mon émotivité. Cela faisait pourtant longtemps que je ne m'étais pas laisser attendrir par autrui. Tu es un petit être bien attachant, un être délicat et sympathique. Tu as su réveillé ma fibre sensible et mon "moi" intérieur, on dirait. Le SM lui souriait gentiment, trinquant avec Enki avant de boire une gorgée de son vin chaud. Je ne suis pas très versé confidence en général, mais, je ne suis pas prêt d'oublier ton minois adorable. Je penserai à ton magnifique sourire chaque fois qu'une situation désespéré s'opposera à moi, afin d'apaisé mon esprit en me redonnant la foi, le sourire et la joie.

Si ce dernier était doué d'un charisme de renommé, d'un regard ensorceleur et d'une mou naturelle à en faire tomber plus d'un, il semblait aussi savoir trouver les mots juste pour faire comprendre l'importance d'autrui dans son coeur. Non, il ne connaissait pas le patron du bar. Mais il comprennait si bien ses sentiments, son vécu, ses émotions, qu'il aurait cru le connaitre depuis fort longtemps déjà. Hidan était vraiment ravi d'avoir osé aller à sa rencontre, de l'avoir capturé et "séquestré",puisqu'il avait retrouver en lui un ami, mais pas n'importe lequel: une véritable perle rare.

Il prit un moment de répit pour déguster encore quelque pâtisserie, Enki et lui blottit l'un contre l'autre à la lueur du spectacle du village. Il vivait en ce moment un rare moment au calme, un beau moment auprès d'une belle personne, que demander de plus ? Cela faisait si longtemps... Il n'avait rien partagé de tel depuis des lustres. Mais bientôt, l'aube se montrerait, la guerre recommencerait... et le guerrier reprendrait le dessus sur l'homme simple et gentillet qu'il était.

- J'aurai tant de chose à te montrer, tant de beaux moments à partager avec toi... tant de souvenirs à te narrer, autours d'un verre, dans un sympathique endroit. Tant de petites intentions à t'offrir, tant de sourire à avoir rien qu'en te regardant... Je ne peux pas me permettre de tout te dévoilé ce soir, bel ange.

Calmement, l'élu prononça ses paroles tout en se relevant de sa position. Une fois debout, on le voyait dans toute sa splendeur: grand, fier, droit, face au ciel étincelant de mile couleurs. Le sourire aux lèvres, il s'avança vers le bord du toit, faisant dos à son hôte. Il admirait encore une fois le calme et la douceur du temps et de cette nuit. C'était d'un reposant sans égal pour un guerrier de sa trempe.

Se détournant du ciel, il s'approcha une dernière fois d'Enki. Hidan tendit alors sa main à son ami pour l'aider à se relever et; lorsqu'il fut debout, il l'enlaça. Ainsi blottit dans les bras rassurant et l'aura protecteur de son interlocuteur, Le SM espérait rassurer suffisamment Enki pour qu'il ne s'en fasse pas pour la suite, qu'il soit plus confiant en lui.

- J'ai un petit cadeau pour toi. Lui chuchotait-il, gardant alors un bras autours de la taille d'Enki alors qu'il retira son pendentif. Il le déposa alors dans la paume de la main de son compagnon, refermant ses doigts sur celui-ci, tout sourire aux lèvres. Si jamais tu as besoin de moi, mon pendentif m'en informera sans nul doute. Lui et moi sommes lié depuis ma naissance. Maintenant, tu es lié à moi aussi...

L'éteinte et le regard chaleureux d'Hidan furent accompagnés par un de ses plus doux sourires. Une main sur sa taille, l'autre passé dans les beaux cheveux de son hôte, il déposa un dernier tendre baiser sur le front de son adorable ange... et, doucement, il s'éclipsa, sans aucun bruit: des plumes noires prirent sa place, il s'était téléporté d'une façon gracieuse... quelque plumes étonnamment blanchâtres se mêlèrent au vent et à la neige, vestige de ses sentiments les plus profonds.
Enki
Enki
Demon
Masculin Age : 34
Date d'inscription : 07/12/2006
Nombre de messages : 2210
Bon ou mauvais ? : Bon, c'est indéniable.
Zénies : 1780

Techniques
Techniques illimitées : Chant du vent, Danse de l'aigle, Mur Lumière
Techniques 3/combat : lance maudite, armure de Dösatz
Techniques 1/combat :

Soirée de noël annuelle chez Tonton ! - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Soirée de noël annuelle chez Tonton !   Soirée de noël annuelle chez Tonton ! - Page 2 ClockMar 23 Juil 2013 - 16:13
Voir un à un ses proches s'éteindre... Être systématiquement le dernier debout, seul à la fin de l'histoire, devant affronter en solo les couleurs du deuil, de l'oubli, du rejet... Tel était le sort jeté aux immortels, dont Hidan faisait partie. Immortel... Enki avait beaucoup de compassion pour son interlocuteur, conscient que ce don devait être un fardeau insupportable. Lui-même, par le seul fait d'être oublié de son amie Bulma, par le seul fait d'avoir perdu un ami autrefois, était amer, en proie à une mélancolie intérieure, dissimulée par un rôle de barman plaisantin, rieur et faussement sûr de lui. Enki était si faible face à la solitude... Comment Hidan pouvait-il être aussi fort face à cet ennemi ? L'élue du Jashin parlait avec une assurance, un charisme, une puissance irrésistible. Le même genre de calme apaisant qu'avait Hikari qui lui aussi gardait pour lui de profondes cicatrices : Les anges... Si purs, si beaux. Si nobles.

La noblesse du coeur d'Hidan, cette sagesse d'âme qui venait habilement à la rencontre d'un démon patron de bar pour échanger un peu de d'histoire... Cette noblesse que jalousait Enki, autant qu'il en était fasciné : impossible pour le démon de quitter des yeux ce compagnon d'un soir, confident d'une nuit, ange de Noël tombé du ciel venu lui rappeler que la force de continuer d'avancer est une vertu qui réussit aux plus beaux être de ce monde. Et la beauté du sourire d'Hidan était une motivation pour le démon de tenter lui aussi d'être fort et digne face à l'adversité, d'un passé minable et d'un destin incertain. Tenter à son tour d'être celui qui sourit malgré que le monde ne soit pas aussi beau qu'il ne le devrait.
Un discours que lui avait tenu Fred déjà auparavant, sur ces derniers instants, et dont Enki avait besoin : sans le savoir, Hidan avait donné une piqure de rappel à Enki, une sorte de recharge pour reprendre la route... Se relever, sourire, et aimer. La vie continuait.
Merci Fred. Merci Hidan. Ces deux sourires infaillibles qui sont les vôtres sont ce qui donne l'inspiration aux petits monstres du monde des démons de poursuivre sa quête d'une vie paisible et bonne. Sans trop de soucis, mais avec pleins de joie à partager.

"Je vois que tu restes bref et discret quant à tes souvenirs d'enfance. Un passé qui nous a profondément marqué n'est jamais aisé à dévoilé, n'est-ce pas ? ... Nos origines nous on poussé à faire des choses qui ne sont pas appropriés à ce que nous sommes, au fond de nous. S'il y a une chose qu'il ne faut jamais oublier, c'est de là d'où nous venons. N'avoir jamais honte de notre nature et de nos origines, même si elles ne déterminent pas ce que nous sommes, c'est pourtant grâce à elles que nous vivons, ce sont elles qui ont tracés notre vécu, notre passé. Ne prends pas ton statut de démon comme un fardeau, puisque tu es plus éblouissant que la lumière des cieux, plus étincelant qu'un ange lui-même; ta beauté égal aisément le plus lumineux des êtres de lumière. ... C'est la première impression que j'ai eut en te voyant et elle le restera. Alors ne jalouse aucun ange, puisque tu es le plus beau d'entre tous."

Le discours d'Hidan donnait envie à Enki de pleurer. Fébrile, il ne savait plus quoi penser : un ange... Quel honneur, quel victoire qu'un ange aussi parfait qu'Hidan ne voit en lui qu'un être aussi parfait !! Les compliments pleuvait et allait droit au coeur du démon ! .. Mais, à quel prix ? Enki avait volé son titre, il n'était pas ce qu'il prétendait être... Tout ceci était une tromperie, et tant qu'Enki jouait à l'ange, il ne pouvait pas être sincère.
Être beau, et comme il se sentait au fond de lui, dans un corps d’emprunt mais qui lui allait mieux, en payant le prix de ne jamais être honnête.
Ou être laid, monstrueux, maladroit, mais vrai devant le monde qui l'a condamné à être enfermé dans un corps qui ne lui allait pas ? Qu'il détestait ?!
Enki, malgré les recommandations du faucheur, détestait ses origines. Il reniait tout en bloc, voulait tout oublier... Mais trop docile et fidèle, il savait que face à une monstre semblable à lui, il ne ressentait qu'affection et compassion. Enki était incapable de tirer un trait sur son passé, même s'il le voulait. Et pour ça, il se détestait d'avantage.

"Merci. " lâcha timidement à nouveau Enki, les yeux brillants. Assis sur son toit, un brin recroquevillé, les cheveux décoiffés par le vent glacial et le nez rougit par le froid, il sourit tant bien que mal, même si c'était un sourire crispé, un brin forcé. " Tes paroles me touchent beaucoup, et tu ne peux pas imaginé à quel point elles sont importantes à mes yeux : chaque mot que tu as employé, j'aimerais les avoir entendu plus tôt... Je ne t'ai pas livré tout mon passé et pourtant tu viens de toucher la corde sensible. Je regrette de ne pas t'avoir eu à mes côté jadis... "partenaire idéal" hein... Je me demande où on en serait si nous routes s'étaient croisé plus tôt. " Enki sourit, amusé par cette idée, un regard complice à Hidan pour détendre l'atmosphère, faisant référence aux propositions intimes d'Hidan qu'il avait déclinées. Mais Enki, laissant ce sous-entendu flotter dans l'atmosphère pour le détendre, voulait surtout par là entendre qu'un allié immortel pour le soutenir aurait été une bénédiction... en particulier si c'était un ange aussi sensible et capable de lire en lui et apprécier son tempérament calme et bon qui lui avait valu d'être un démon médiocre et rejeté. "Tu es un être d'exception. Le simple fait de savoir que tu as voulu passer une soirée en ma compagnie m'aide à me sentir fier." avoua Enki, pas entièrement convaincu : certes c'était un honneur, mais au final, aux côtés d'une homme si fort et parfait, il se sentait encore plus minable. C'était étrange. Autant agréable qu'insupportable. Mais quitte à ce qu'il existe des gens aussi formidables qu'Hidan, autant qu'ils soient à vos côtés, à vous dévorer des yeux... C'était bien plus plaisant ainsi. Comme en écho à la pâleur soudaine du coeur d'Enki, la neige redoubla : le démon frissonna quand il sentit la chaleur de l'étreinte de Hidan se resserrer autour de lui, protégé du vent frais par cette aile d'ange déchu déployée derrière lui. On le protégeait... Non Hidan ne se contentait pas de le protéger, il lui offrait bien plus : un réconfort, un soutien moral, une amitié... L'opportunité d'être sans masque un moment, à ne plus jouer au patron de bar souriant, à exprimer ses regrets du passé et ses peurs. Une opportunité de vider son sac, de faire un break, et surtout de lui rappeler qui il était au fond de lui : un animal meurtri en mal de confiance, et en manque de bras pour le serrer tendrement.
Enki avait l'impression d'être si petit : pas minable, simplement fragile. Fragile dans l'étreinte d'un géant... Mais c'était si bon d'être le protégé pour changer !! Depuis qu'il était hors du monde des démons Enki n'avait fait que veiller sur les autres : Yachiru, Tytoon, Bulma... Ces femmes pourtant si fortes qui lui avaient échappées. Il se remémora le temps où il avait déposé ses armes et ses craintes au pied de Fred, son ami d'antan, confiant et persuadé que le blondinet serait toujours celui qui le soutiendrait. Cela lui manquait. Tellement.
Hikari et Nate avait su lui offrir cette relation de confiance, mais avec eux c'était différent : Enki devant ces derniers ne désirait pas montrer trop de faiblesse, il en avait déjà trop montré d'ailleurs devant eux. Hidan avait réussi en quelques minutes à briser une frontière qu'il n'avait peut-être jamais ouverte à quiconque : celle où il serait capable d'oser avouer sa faiblesse, de demander sans honte qu'on lui tienne la main, celle où il oserait se blottir pour une larme ou deux, comme un gamin, comme un animal blessé. Comment diable Hidan avait réussi ce miracle d’apprivoiser le démon en quelques instants ? Rien que d'y penser, Enki se crispa, incrédule.

Hidan reprit la parole. Il confia que tous deux avaient ce point commun d'être des âmes sensibles, prêt au sacrifice par amour. C'était vrai. On ne pouvait plus vrai. L'élu du Jashin ajouta qu'il n'avait d'ailleurs pas montré sa profonde nature depuis longtemps, derrière son masque de guerrier. Enki sourit, doucement. " Moi aussi, j'ai redécouvert de vieux sentiments enfouis en te parlant... Peut-être que notre rencontre n'est pas le fruit du hasard, bien que je sois peu superstitieux. Une chose est sûre c'est que si j'ai réussi à t'attendrir, toi tu as réussi à me porter secours : j'ignorais même que j'étais en danger à dire vrai, mais tes paroles m'ont donné courage et force. Après tout je suis le démon qui a su réveiller la sensibilité d'un faucheur impassible, c'est pas rien ! "

Hésitant, il regarda Hidan dans les yeux, contre lui. Il se demanda de quelle nature était la relation qu'ils venait de faire naître entre eux deux : protégé par le plumage d'un ange, timide et calme... Serait-ce le genre de relation qu'il pourrait avoir avec son Maître ? Celui d'un petit démon docile aux caresses d'un géant de charisme, élu des immortels ? ... Pas seulement. Il y avait une nuance... Une drôle de nuance qui le dérangeait autant qu'elle l'intriguait. Cette envie de le garder près de lui, et cette peur de trouver ça étrange. Il était hypnotisé par la présence d'Hidan, autant qu'il ne supportait pas paraître aussi frêle à ses côtés. Il avait envie de lui montrer ses faiblesses autant qu'il voulait se montrer sous son meilleur jour face à lui. Il avait envie de devenir aussi noble que lui, tout en sachant que ce titre serait cher à payer, qu'il n'en avait pas du tout les épaules et de surcroit cela lui ferait perdre ce droit de se blottir dans l'ombre du géant en quête de tendresse.
Être un faiblard attachant, cela avait tout de même de sacrés avantages... Dont celui de pouvoir se reposer sur l'épaule d'un guerrier.

Ils restèrent immobiles et pensifs un long moment, Enki profitant de son statut de faible pour ne pas se rebeller et se laisser dorloter. Silencieusement, le plateau de douceur se vidait et la rue aussi. Le temps filait à son rythme et à chaque flocon qui se perdait en gouttelette sur sa peau, Enki savait que le moment des au revoir approchait dangereusement. Des adieux qu'il attendait autant qu'il redoutait, car ils seraient sans doute une promesse de retrouvailles dans un contexte différent, et qui leur donnerait une occasion de se connaître autrement.

Quand Hidan se releva, Enki toujours assis se rendit compte qu'il faisait plus froid qu'il ne le pensait. Il contempla son compagnon debout près de lui. Il avait fier allure, et cette seule vision fit sourire largement le patron de bar qui se leva à son tour. Enki ramassa la cape qui leur avait servis d'assise et la déchiffonna un peu, avant de se retourner vers Hidan qui dos à lui contemplait l'horizon. Enki se sentit alors mélancolique de le laisser partir : Quel était le quotidien d'Hidan, l'immortel, qui avait un jour passé perdu tout ce qu'il avait ? Celui qui avait grandit dans sa malédiction, rejeté de tout, conscient qu'il verrait tomber avant lui tous ceux qui l'entoure ? A quoi devait ressembler sa vie, si sa pensée positive à partir d'aujourd'hui était le patron de café ? Était-ce ça la meilleure chose qui lui soit arrivée dernièrement ? De le rencontrer ? Quelle triste vie il devait avoir !! Mais quand Hidan se retourna vers lui enfin, il arborait pourtant un sourire radieux, témoin de sa sagesse et de sa force. Il enlaça Enki qui ne résista pas... Qui ne résistait plus. Confus d'être si important aux yeux d'un inconnu, et d'y prendre plaisir au fond.

Un chuchotement dans son oreille et le démon sentit alors son sang ne faire qu'un tour. Électrisé, il ne bougea plus, attendant alors qu'Hidan ne lui donne un présent, un gage de leur amitié. Enki surprit, remarqua la joie sur les lèvres de celui qui venait de confier un pendentif : Il était ravi de le lié à lui, sans doute ravi de ne plus être seul. Enki compris alors à quel point ils étaient semblables, démons solitaires... En quête de compagnie. Il baissa les yeux sur le collier et sa forme lui serra le coeur : un pentacle. D'un coup il fut submergé par les souvenir de Fred étudiant sa spécialité de magicien des sceaux, des talismans autour des poignets : c'est perdu dans ses émotions du passé qu'Enki sentit les mains d'un homme le prendre par la taille, lui caresser les cheveux et enfin lui baiser le front. Des lèvres chaudes et douces d'un homme... il y avait déjà gouté par le passé...

Le temps de redescendre sur terre et Enki sentit le vent poussé par les ailes de son ravisseur sur sa joue : des plumes grises et claires lui caressèrent les pommettes alors qu'il voyait la silhouette d'Hidan disparaître à l'horizon.

Il resta un moment interdit, debout, la main serrée sur l'objet, et joues chaudes de l’émotion qui lui rougissait la peau. Que venait-il de se passer ? Etait-ce bien arrivé ? Ralenti, Enki contempla le pendentif et hésitant, finit par le passer autour de son cou, et le glisser sous sa chemise. Liés...
Enki reprit ses esprit et ramassa le plateau : il restait une dernière truffes qu'il saisit dans sa main, gourmand, souriant comme à son habitude, redevenu lui-même après ce moment de calme et de timidité. Il lécha discrètement la poudre de cacao sur son pouce en regardant les étoiles.

" Quel tombeur cet Hidan. " déclara-t-il, amusé.

Le plateau en main, il rentra par la fenêtre : en bas, il était attendu. Hikari devait être débordé, il était temps de revenir à la rescousse de son ami.

(ahah c'est pas du tout ce que j'avais en tête en commençant ma réponse c'est marrant ^^ Merci pour le rp, c'était un plaisir.... Vivement le prochain rdv Wink )
Contenu sponsorisé

Soirée de noël annuelle chez Tonton ! - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Soirée de noël annuelle chez Tonton !   Soirée de noël annuelle chez Tonton ! - Page 2 Clock
 
Soirée de noël annuelle chez Tonton !
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» quelle belle soirée (pv val ) (HENTAÏ !!!)
» « Désolé pour hier soir d'avoir fini à l'envers, la tête dans l'cul, l'cul dans l'brouillard » [Bunsit] /!\ Hentaï

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPGDBZ :: Hors Rpg :: Evénements :: Noël-