Le deal à ne pas rater :
My Hero Academia : où acheter le Tome 39 édition Collector du manga ...
24.90 €
Voir le deal

Partagez
 

 Un réveil mouvementé. [PV]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
PNJ - Franck
PNJ
Masculin Age : 27
Date d'inscription : 20/12/2020
Nombre de messages : 85

Un réveil mouvementé. [PV] Empty
MessageSujet: Un réveil mouvementé. [PV]   Un réveil mouvementé. [PV] ClockMer 29 Nov 2023 - 4:54


" ... M-mhh ?... "


Plouf !


" Où... "


Du blanc... partout au-devant. Rien d'anormal, cette couleur paraissait bien conforme aux derniers souvenirs : ceux avant qu'elle ne s'évanouisse. Néanmoins, quelques sillons quadrillaient ici la zone. À bien y regarder, ce décor prenait de fait la forme d'un plancher de dalles... Non, pas d'un plancher. Plutôt d'un plafond, à en juger par cette lampe aveuglante.

Battant doucement des cils, cette jeune fille eut pour premier réflexe d'abaisser le regard, lorsqu'une brise taquinant son corps lui fit immédiatement comprendre qu'elle portait là une robe. Une robe... comme d'habitude, diriez-vous ? Pas tout à fait. Mais à vrai dire, la gamine aux cheveux longs ne s'attarda pas vraiment sur ce point. Elle se sentait dans un état... plutôt second. Pas surprenant au réveil, encore moins au terme d'un long sommeil. Combien de temps avait-elle dormi, d'ailleurs ?

Bonne question.

Inspirant un bon coup puis expirant tout autant, l'enfant à la chevelure de neige se redressa enfin et remua quelque peu ses bras à tour de rôle. Elle en fit de même pour ses mains, pivotant le poignet et refermant à quelques reprises sa paume – d'une poigne.

Pas d'altération à déplorer. Euh... pourquoi y penser, pour commencer ? Plutôt étrange, de songer à cette possibilité. Elle aurait dû craindre une dégradation de son état corporel ? Peut-être bien. Il faudrait en vérifier la raison.

Hélas, une expression d'agacement obscurcit alors le visage de la juvénile créature. Fouiller dans sa mémoire lui semblait difficile, nébuleux... tandis qu'un mal de tête commençait à s'amplifier, à mesure qu'elle se forçait. Tant pis, elle ressayerait un peu plus tard. La possibilité d'un traumatisme crânien lui effleura l'esprit, là une hypothèse parmi d'autres. Très bien... Quitte à ne pas pouvoir trouver de réponse interne, autant fouiller l'externe.


* Je vais commencer par cette pièce, je pourrai sans doute trouver des indices. *

Posant pieds à terre, la bipède remarqua que le sol n'était pas bien chaud. Mais ça n'avait rien de si surprenant lorsqu'on ne portait pas de chaussures, n'est-ce pas ? En tout cas, pour compléter la récente vérification, autant noter que cette beige silhouette ne souffrait pas de problèmes de motricité.


Et maintenant, que fallait-il analyser en premier ?


Les tentures ?... Ce genre de textile dispose d'un bon potentiel isolant, pratique au sein d'une habitation. Celles-ci sont entrouvertes, la lampe éclaire déjà suffisamment l'endroit. Les ouvrir complètement gaspillerait possiblement du chauffage... et en même temps, une forte lumière s'en échappe. Ne serait-ce dès lors pas un gaspillage d'électricité ? Si cela revient un peu au même, ouvrir ces tentures en éteignant après la lampe n'aurait rien de grave... mais sans doute rien d'utile non plus. Par contre, l'extérieur du bâtiment deviendrait visible. Alors, ces tentures, vaut-il mieux les ouvrir ?...

Oui, autant les ouvrir.

La tringle à rideaux résonna de son bruit caractéristique, d'un son ricochant de part et d'autre des murs blancs. La lueur du jour offrait bien plus de luminosité à la salle ! L'ambiance globale en devenait moins morose.

Un léger sourire naquit, à l'orée de ces joues légèrement bombées. Au moins pour le moral, entreprendre cette action semblait avoir eu tout d'une bonne idée. Il faisait un temps magnifique, dehors... Là quelques nuages, mais surtout un ciel bleu à perte de vue. C'est tout un monde, qui s'offrait au-devant ! Voyons un peu ça.

Une ville... L'activité y semble au beau fixe et, vu la position céleste de cette étoile proche, cela n'a rien d'anormal. En vérité, dans sa généralité cette vision n'a pas grand chose d'intéressant non plus, au moins dans l'instant. À moins que... Ce panneau, quelque chose semble marqué dessus. Oh, peut-être juste un spot publicitaire ou un truc du genre. À vérifier ?


* Satan... City... Oh ! *

À toute vitesse, quelques flashs mémoriels vinrent tirailler la gamine à la peau beige ! Oui, des souvenirs. Elle était venue ici par le biais du véhicule de Shemesh. Et elle avait contemplé un panorama complet de la cité, depuis la Grande Roue comme au côté de Williams Auguste. C'est ici qu'elle logeait, désormais : au sein du QG de l'armée terrienne. Mais oui, comment avait-elle pu oublier ces évènements ?...


Bon, revenons à nos moutons. Il devait être encore possible de trouver quelques indices à même d'éclaircir la situation.


La table de nuit... Rien de particulier à en dire, c'est assez commun d'en trouver une dans chaque chambre. Bien qu'ici, rien ne semble avoir été stocké dans les tiroirs. En même temps, l'arrivée sur Terre se voulait plutôt récente. Plus intéressant serait-ce de noter la présence de fleurs dans un vase posé par-dessus la surface. Euh... peut-être là une coutume terrienne ? Ce bouquet est très joli, en tout cas. Mais c'est tout.

La lampe... En effet, il vaudrait mieux l'éteindre, à présent. L'interrupteur doit être ic-


CliKleling !

" Aïe ! "

Quelque chose venait de tomber au sol et derrière la fillette, dans un certain fracas. Avant de constater de quoi il s'agissait, Ekko eut le réflexe de porter premièrement attention à son bras droit. Une goutte de sang s'y échappait vraisemblablement d'un orifice peu naturel. Cela couplé au bruit de chute, les possibilités demeuraient peu nombreuses et – lorsque l'enfant à la chevelure blanche se retourna – c'en devint carrément évident.

* Une perfusion. Je suis dans une... *

Une zone de soin supervisée par l'armée, pour se montrer précis.

Oui ! Maintenant que l'Eve d'une race nouvelle venait de se déloger plus notablement du brouillard mental, tout devenait plus limpide et rapide à l'analyse ! D'autant plus en constatant le matériel médical jusqu'ici derrière elle. Donc, il s'était bien passé quelque chose, son intuition était correcte ! Quelque chose de suffisamment grave que pour restreindre cérébralement et à ce point la prodige parmi les prodiges.

À présent que ses facultés lui revenaient peu à peu, elle éprouvait une étrange sensation, vis-à-vis de son corps. Ce champ de vision paraissait d'ailleurs légèrement décalé, par rapport à d'habitude. À peine le temps d'y songer, que le son d'une télévision lui titilla les tympans. Cela venait de sa gauche. Rien de rare dans ce genre d'établissement, il faut bien occuper les patients. Hélas, l'heure n'était pas vraiment à se divertir, alors Ekko s'apprêta à éteindre le moniteur.

Pourquoi s'allumait-il, pour commencer ? Un détecteur de mouvement, éventuellement. Non, pas pratique.


" Hein ? "

Ca alors ! Face à la jolie frimousse, pas l'once d'un écran... Pourtant, le bruit persistait et avec une clarté suffisante que pour plonger dans la confusion la jeune demoiselle. De toute évidence, ces ondes ne provenaient pas de cette pièce. En fait, à l'aide de sa vision évoluée, la fillette en robe d'hôpital pouvait même affirmer que le téléviseur dont il était question ne provenait même pas de ce bâtiment. Certes, la personne responsable de ce chahut ne paraissait pas soucieuse du voisinage... mais Ekko ne représentait pas vraiment ce voisinage, justement. Qu'à cela ne tienne, il demeurait toujours possible de restreindre la propagation des vibrations. Devrait-elle le faire ?...

Non, ou éventuellement dans quelques instants. Cela ne coûtait rien d'avoir au moins vent du sujet, si ?


" Voilà déjà quelques jours que la Terre fut sauvée in extremis, grâce à ces courageux héros que voici. Au terme d'une confrontation spectaculaire qui ravagea tout un pan de la planète entière, le malfaiteur répondant vraisemblablement au nom de Zamasu fut enfin défait à l'aide d'une gigantesque boule d'énergie. Comme vous le savez très certainement, une mystérieuse voix s'est exprimée à tous et par télépathie pour demander à tout un chacun de contribuer ainsi à la gestion de la menace en levant les mains au ciel. Ces informations sont pourtant en partie contestées par quelques témoins apparents, que je m'apprête à interviewer à l'inst- "

Une attaque ? Datant d'il y a quelques jours à peine ?... Ekko avait beau se triturer les méninges, elle ne se souvenait pas de tels événements et cela même en visionnant à distance les rares passages de la confrontation. Au vu de l'ampleur des dégâts et de la puissance logiquement déployée pour les occasionner... impossible pour la gamine d'envisager qu'une telle effusion d'énergie et de bruit aurait pu lui passer sous le radar, si du moins elle était déjà sur Terre pendant l'enfer. Et au vu de son état au réveil, difficilement concevable aussi de prétendre n'avoir dormi que quelques jours... Par conséquent, il serait plus raisonnable de penser que tout cela se produisit pendant son coma.

* Mais donc, vu que j'étais jusque-là sans défense... tout comme pour les habitants de cette planète, je devrais sans doute la vie à ces gens ?... Je ne sais pas si c'est là toute la vérité, mais je ferais mieux de ne pas oublier leurs visages. Au moins par respect de cette possibilité et au cas où je viendrais à les croiser. Au vu du niveau de certains, le combat a dû être si éprouvant... Si j'avais été là, j'aurais peut-être pu... *

Tapatapatapatap !

Ah ! C'est quoi, ça ?! Décidément, ce ne sont pas les surprises qui manquent, aujourd'hui !

Sursautant, la gamine manqua de trébucher, en débutant des pas de côté empressés. Heureusement, la barricade du lit surélevé lui évita telle destinée. Mais pas celle de remarquer une petite araignée, naviguant tranquillement sur le mur d'en face. Comment diable cette minuscule créature pouvait-elle produire un bruit si distinctif à l'oreille et à cette distance ?... Pour répondre à cette pertinente interrogation, il faudrait probablement s'accorder le temps de rassembler les quelques indices jusqu'ici collectés. Non ?

Des performances brumeuses, cérébralement parlant... Une mémoire défaillante... Un mal de tête en y réfléchissant... Un choc violent ? Oui, ou alors une surutilisation de ses capacités psychiques. Dans les deux cas, il y avait fort à parier que ce soit dû à une confrontation. Jamais de sa vie la fillette ne s'était blessée, cela pour une bonne raison : prendre de court un être en mesure de remarquer le monde tourner au ralenti et d'y réagir au quart de tour, n'avait rien de crédiblement évident.

Continuons.

Une sensation étrange concernant le corps... Un champ de vision déviant légèrement des souvenirs... Des sons davantage perceptibles qu'ils ne le devraient... N'était-ce pas aussi le cas de la vue ?... Un instant. Si l'on combinait ces éléments à la première conclusion... alors ils pouvaient s'expliquer par une donnée qu'il restait encore à élucider.


* Oh non... *


Il ne reste qu'une seule et unique chose à faire et cette décision mettra un terme à cette enquête. Au sein de ces lieux trône une manière de lever tous les doutes. Oui, une dernière analyse en mesure de tout relier, de tout expliquer. Quoi donc ?

...

Le miroir... Bien sûr. La clé de l'affaire, c'est elle-même. Si ces hypothèses sont correctes, quelque part sur elle doit en sommeiller la trace physique... même infime. Levons une bonne fois pour toute le voile, sur cette mystérieuse histoire.


Il suffit... de s'approcher... pas à pas... à son rythme...

* Non... Non... *

Bien sûr, la fille de Queen Nemor l'avait déjà compris. Elle avait deviné, sans grand mal, que la réponse n'allait très certainement pas lui plaire. Il ne fallait pas être un génie, pour le comprendre. Mais en fait, même un génie, pouvait parfois trouver refuge dans le déni. Alors, même si le cerveau l'avait admis, depuis un certain temps déjà... il était venu celui, pour la conscience, de se retrouver au pied du mur.

* C'est pas vrai, c'est pas vrai... *

Ah si... si, c'est vrai. Sinon... comment expliquer ces jambes un peu plus longues qu'au creux de cette mémoire fraîchement retrouvée ? Et ces bras ? Ce visage aux joues moins courbées ?... Allez, là rien de compliqué à comprendre, pour une fillette si...

" Prodige, génie, talent... "

De nouveaux flashs ! La discussion entre Narumi et Williams, se dégradant au fil des images mentales. Et... lui. C'est lui ! Lui et ses expressions révoltantes au visage : Akaza. Quelle désagréable impression, que de se sentir épiée et moquée de la situation actuelle, par de simples images mentales se succédant en un tableau prenant une forme ici de plus en plus horrifique...

" Non, non, non. "

Commencer à secouer la tête de droite à gauche, tout en arborant progressivement la grimace... n'y changerait rien. Le barrage craquelait et fuitait de part en part, condamnant cette pauvre gamine à subir le flot mémoriel de toute la scène et dans ses moindres détails... tandis que ce grand miroir se fissurait en éclat, seconde après seconde, possiblement là en dernier espoir de masquer ce reflet insouhaité mais hélas si réel.

Ekko reculait timidement, constatant malgré elle les stigmates de ses brûlures en provenance de cette bataille flamboyante avec le pyromane et au coeur de la forêt en cendres... Ces quelques marques grisâtres – certes à présent modestes – se plaisaient concentrées sur la partie droite de son visage et de son épaule, en preuve de cet affrontement sans pitié. Une bataille aussi marquée par la brûlure de ses cheveux au niveau de la tempe gauche, bien que ces pauvres derniers tiraient déjà sur une teinte moins marquée. Et que dire de ces yeux de saphir, encore plus pâles qu'auparavant ?...


" Non non NON ! Qu'est-ce que j'ai fait ?! "

Oui, ces modifications physiques n'avaient au final rien de véritablement important, esthétiquement parlant. En revanche, leur signification... ça, c'était une toute autre histoire... 2 ans. 2 ans de perdus, à jamais. 2 années d'expérience, d'observations, de recueil de données... envolées, avant même de pouvoir les entrevoir. 2 années la rapprochant alors de l'adolescence, de l'indépendance, d'un jugement menaçant de se précipiter. Ce n'était malheureusement pas tout ce qu'il y avait à se reprocher, ooh non.

KrrKLINGINLING !!!

Des bruits de pas empressés se firent immédiatement entendre, lorsque le verre brisé résonna à travers l'enceinte de la zone de soins ! Une jeune femme arriva devant la porte, l'ouvrant précipitamment avant de se retourner prestement et de s'exprimer bien audiblement !

" Docteur ! Elle s'est réveillée, je crois qu'elle s'est regardée dans le miroir de la salle de bain ! "

Le vieil homme accourut aussitôt, bousculant à moitié son assistante avant d'hésiter un instant à ouvrir la porte de la pièce en question !... Qu'allait-il y retrouver derrière ?... Son imagination encore fertile malgré les années de service - surtout avec les années de service - lui imposait la crainte de moults scénarios peu souhaitables. Cependant, il lui fallait en avoir le coeur net. C'était son métier, oui ou merde ?!

Oui mais... Ces infimes gémissements, de douleurs ?... Déglutissant de concert avec le cri étouffé, d'appréhension, de l'infirmière au visage caché derrière ses propres doigts... le docteur Mayo saisit finalement la poignée avec fermeté, puis poussa la porte avec la délicatesse typique d'une personne manifestant le moins de hâte possible à la tâche. Alors... c'était quoi, cette fois ?

En s'ouvrant la vue sur de nouveaux horizons, le vieil homme constata premièrement le miroir complètement éclaté à sa gauche. Par la suite, il nota mentalement qu'une bonne partie des débris jonchaient sans grande surprise les alentours de l'ouverture... le forçant ainsi à insister, jusqu'à ce que la porte n'admette enfin leur présence sur la scène !

Pénétrant alors le lieu rectangulaire, Mayo et son acolyte firent attention – autant que la situation ne le permette – de ne pas bêtement s'empaler le pied sur les débris tranchants, qui au moins se paraissaient pas tâchés de sang.


" Euh... Petite ? Tu es là ?... Je suis le docteur de service, reste cal- "

Spoiler:


...


Quelle florissante activité, au Grand Parc de Satan-City ! Les oiseaux sifflaient, la brise réchauffait, quelques chiens aboyaient en concert leur contentement alors que leur maître leur lançait un Frisbee au loin... Dans la plaine de jeu sableuse, quelques bambins se divertissaient même sous l'oeil attentif de leurs parents. Et puis, puis il y avait Ekko. Seule. Sur un banc. Assise à l'écart. À fixer l'herbe fraîche à ses pieds – nus, bien que recouverts, comme le reste du corps, d'une fine couche d'air compressé – à écouter sans réelle expressivité les mouvements des fourmis dans leur terrier. Ainsi pratiquement immobile, à fond dans ses pensées, l'orpheline gardait agrippées les lattes de bois aux côtés de ses jambes balançant sans réelle conviction.

Elle avait 13 ans. 13 ans mentalement et physiquement, non plus 11. Et bien qu'elle soit vêtue d'une robe blanche autrement plus élégante que celle résidant au sein de sa chambre temporaire... le coeur n'était pas à s'en réjouir. Que ce soit au niveau de ses stigmates ou de sa croissance accélérée, Ekko devait vivre avec le poids de ses erreurs et elle s'efforçait présentement de l'accepter. Juste ici la moindre des choses. Toutefois, peut-être que ces fameuses erreurs serviraient au contraire à l'avenir. Possiblement que, quelque part, elles étaient souhaitables pour l'avenir. Le cas échéant, pourrait-on encore parler d'erreurs ?... 2 années gâchées de souhaitable expérience ? Ou 2 années préservées des néfastes influences ?...


" On va vraiment rester là, en retrait, à la surveiller toute la journée ? C'est ça, l'armée, maintenant ? Du baby-sitting ? "

" Ooh, pour une fois qu'on a une journée pépère, tu ne vas pas te plaindre ? Toi, tu ne sais jamais quand te relaxer. "

" J'aurais plus facile de me relaxer... si je ne devais pas à chaque fois bosser pour deux, même dans le cadre d'une journée pépère ! "

Autour de la petite demoiselle, une aura tout aussi éclatante tourbillonnait avec une grâce pourtant non moins empreinte d'intensité. Ce que la plupart des observateurs sensibles à l'aura pouvaient cependant guetter, n'étaient que ces rares flammèches écarlates allant et venant en de discrètes arabesques siphonnées.
 
Un réveil mouvementé. [PV]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» "J'ai été ressuscité ?! Un réveil mouvementé" [PV : Pocus]
» Une nuit mouvementé
» Réveil
» Un réveil douloureux
» Un Réveil de Légende

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPGDBZ :: RPG :: Terre :: Satan City-