Le Deal du moment : -17%
PHILIPS Centrale vapeur HI5900/22 5,2 bar
Voir le deal
59.99 €

Partagez
 

 Agitation sur Saute : le Dévoreur est pris en chasse !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Moro
Moro
Autres Races
Masculin Age : 5
Date d'inscription : 05/03/2023
Nombre de messages : 24
Bon ou mauvais ? : Affamé
Zénies : 1000

Techniques
Techniques illimitées : Télékinésie, Sorcellerie Rémanente, Ray Blast
Techniques 3/combat : Absorption d'Energie, Manipulation d'Energie
Techniques 1/combat : Dévoration

Agitation sur Saute : le Dévoreur est pris en chasse ! Empty
MessageSujet: Agitation sur Saute : le Dévoreur est pris en chasse !   Agitation sur Saute : le Dévoreur est pris en chasse ! ClockMer 15 Mar 2023 - 13:41
La planète Saute n’était pas ce que l’on pouvait appeler un hameau paisible.
Davantage réputé pour sa forte criminalité, ce monde aux biomes assez standards était densément peuplé, les Sautes vivant le plus souvent dans de grandes villes aux bâtiments rudimentaires. Il était clair que sans l’intervention du Royaume Galactique, ce peuple ne se serait sans doute jamais aventuré en dehors de sa planète natale. Ce qui n’aurait peut-être pas été une mauvaise chose, pensaient certains politiques lorsqu’ils constataient des violences perpétrées par des Sautes au sein des métropoles les plus importantes de l’Univers. Mais de ce trou à rat, il était un certain caïd qui défrayait la chronique ces derniers temps : l'imposant Gryll, un redouté mercenaire activement recherché par la Patrouille Galactique pour de nombreux braquages, meurtres et enlèvements. Un profil idéal…


Agitation sur Saute : le Dévoreur est pris en chasse ! Eqo0

« Ca fait une paie, Cranberry. Moi qui croyais que t’allais finir ta vie au trou, voilà que tu t’évades comme un grand ! »

Au fond d’une allée sombre, le criminel Saute recevait dans sa planque deux visiteurs inhabituels en la personne de Cranberry, avec lequel il avait déjà fait équipe durant quelques gros coups, ainsi que Moro, qu’il ne connaissait pas le moins du monde. Assis sur des sièges improvisés, les deux interlocuteurs se faisaient face autours d’une bouteille d’alcool aux allures luxueuses, sans doute de la marchandise volée. Le Caanéen, debout dans un coin, préféra rester en retrait de la discussion qui s’amorçait entre son laquais et ce qui semblait être un ancien complice. Bien que se démarquant nettement de ses propres sous-fifres, Gryll n’était pas particulièrement puissant, juste un chouïa plus costaud que Cranberry lui-même. De quoi lui permettre de faire vivre un calvaire aux Patrouilleurs qu’ils pouvaient croiser, certes, mais cela n’allait sans doute pas plus loin que ça…

« J’ai fait partie de l’élite de Freezer, tout de même, tu as tendance à l’oublier. »

Objecta avec nonchalance le vétéran.
Lui et Moro étaient allé sur cette planète pour deux raisons. Il leur fallait vendre le Blue Aurum qu’ils avaient dérobé sur Argus, et engager des hommes pour soutenir les projets du sorcier et donner un peu de lest à Cranberry. Et pour cela, Gryll était un interlocuteur tout trouvé. Avec ses contacts au sein de la pègre, il pouvait les mettre en relation avec un acheteur peu scrupuleux aux poches pleines, et son addition aux forces de Moro ne serait pas de refus, en dépit de ses faibles capacités.


« Alors, l’ami… Tu as réfléchi à notre proposition ? Avec nous, tu rouleras bientôt sur l’or. »

« Heh… T’es vieux jeu, Cranberry. Tu vas me dire que c’est l’argent qui compte, pour vous ? Ton pote et ses fringues moisies me disent le contraire. »

« Comment ça ? » S’enquit l’ex-soldat, se retournant vers Moro, qui ne quittait pas des yeux le Saute. Il n’aimait pas vraiment que l’on parle de lui en des termes aussi pauvres. Mais ses mots l’intriguaient. Il ne cherchait donc pas les richesses ?

« Eh nan… Quand on a un peu de jugeote, on sait bien que les thunes, c’est pas une fin en soi. On peut voler autant de fric à une banque, ça nous empêchera pas de nous faire coffrer après coup ! Nan, perso je suis à la recherche de quelque chose de plus intéressant. »

« Tu cherches du pouvoir. »

Inutile de tourner autours du pot, l’Astrophage savait déjà où voulait en venir cet hurluberlu. Il ne pouvait cependant pas le blâmer, lui qui était à la recherche d’un moyen de recouvrer sa force d’antan… « Woaw, je pensais qu’il était muet, ton p’tit vieux. » Lâcha irrespectueusement le mercenaire. C’était à prévoir hélas, on ne pouvait pas s’attendre à des ronds-de-jambe de la part de la lie de la galaxie… Néanmoins, une petite mise au point s’imposait pour faire valoir certaines notions de politesse rudimentaire.

« Gryll, c’est ça ? Je te serais gré pour le bien de notre partenariat de faire preuve d’un peu plus de respect à mon égard… »

« Huh ? » A la fois surpris et offensé, le Saute se leva en regardant Moro de la tête aux pieds, visiblement peu impressionné par son apparence de vieux bouc. « Minute, l’ancêtre, t’essaierais pas de m’apprendre comment je devrais me comporter chez moi, quand même ? » Soutenant son regard sans trop d’effort, Moro enchaîna simplement, pendant que Cranberry observait leur échange en sueur.

« Si ce n’est pas l’or qui te convient, alors sache qu’à mes côtés, tu obtiendras une force que tu n’aurais jamais pu espérer atteindre de toute ta vie… Mais soit certain que sous mes ordres, des écarts de langages comme ceux que tu viens de proférer ne seront pas tolérés. »

Etonnés, les sbires de Gryll s’avancèrent, fusils laser en main, avant que leur boss ne les intime de reculer d’un revers agacé. Il s’approcha ainsi du monstre caprin, le regard sondant le blanc de ses yeux. « Tu parles bien, papy, mais je marche pas dans les arnaques aussi pourraves ! Estime toi déjà heureux que j’ai encore assez de courtoisie pour pas t’avoir éclaté le fossile qui te sert de crâne ! » A ces menaces à peine voilées, le Caanéen lui offrit un sourire mauvais alors qu’il reporta son attention à son co-fugitif.

« Dis-moi, Cranberry, et si tu te chargeais de recadrer ton ami ? »

Fit-il avant de pointer son index et son majeur face au vétéran, tirant sur lui une salve d’énergie qui le fit paniquer. Mais contrairement à ce à quoi il s’attendait, il n’avait subi aucun dégât des suites du tir, au contraire ! Il se sentait revigoré, ses muscles régénérés comme à l’époque de sa prime jeunesse ! Dans l’expectative, cligna des yeux pendant un temps, observé par Gryll et ses comparses, eux-mêmes confus quant à ce qu’il venait de se passer. « Tu… Tu nous fais quoi, là ? » Demanda le brigand alors que Moro joignit ses mains, son attention toujours tournée vers son protégé.

« Eh bien, qu’attends-tu ? Tu n’oserais quand même pas me faire patienter ? »

Cranberry se leva donc à son tour, s’approchant du Saute avec une certaine appréhension. Ce dernier le regarda faire, serrant du poing en pensant sans nul doute que l’on se moquait de lui. « Bon, j’ai été sympa, mais vous m’avez saoulé ! Je vais vous faire passer le goût de faire les zouaves dans mon territ- » Coupé en pleine phrase, un simple coup de poing avait suffit à l’envoyer se cogner contre un mur derrière lui. Sonné, ce dernier tomba sur le derrière, confus. « Incroyable… ! » Le guerrier d’élite ne revenait pas lui-même ce qu’il venait de faire, connaissant parfaitement l’écart qui le séparait habituellement de Gryll, au niveau d’énergie approchant les quatre mille unités ! Pour tout dire, aucun des deux ne s’attendaient à ça.

« C-c’est quoi ce délire ? Depuis quand… ? »

D’un geste de l’index, la télékinésie de Moro releva le Saute, le maintenant en place pour l’empêcher d’être idiot alors qu’il s’approchait de lui lentement. Les hommes de main de Gryll tentèrent bien d’ouvrir le feu sur cet illustre inconnu qui se permettait décidément beaucoup de choses, mais ne purent appuyer sur la gâchette de leurs fusils, bloqués par la même télékinésie qu’usait le sorcier. Cranberry se mit entre eux et leur chef afin qu’ils ne gênent pas les négociations qui allaient avoir lieu.

« Je te l’avais dit. Je ferais de ceux qui me serviront fidèlement mes inarrêtables champions… Le choix que je vous propose est simple. Devenez des prédateurs avec nous… Ou restez des proies. »

Lâchant son emprise uniquement sur la gorge du criminel Saute, il lui permettait ainsi de répondre à sa petite "invitation", ce à quoi Gryll s’empressa d’accepter, conscient que seule la mort l’attendait en cas de refus. « D-D’ACCORD, D’ACCORD ! J’ACCEPTE M-M’SIEUR ! », s’exclama-t-il avant que la force magique qui le retenait le plaque brutalement au sol, l’enfonçant dans le carrelage qui se craquelait.

« Ce sera Maître Moro, pour toi. Suis-je assez clair ? »

« M-MAÎTRE MORO !!! TOUT CE QUE VOUS VOUDREZ, MAÎTRE MORO ! » Cria ainsi le Saute avant d’être relâché, haletant et suintant. Ses sous-fifres se précipitèrent à son secours pour le relever, visiblement terrorisés. Peut-être était-ce là la première fois que leur patron se faisait humilier de la sorte. Tant mieux… Cela leur fera assez bonne impression pour les dissuader de faire les malins dans le futur. L’Astrophage, de son côté, prit place sur l’ancien siège de Gryll avant de prendre la parole, rejoignant à nouveau ses mains.

« Voilà qui est sage… Vous voici maintenant dans le camp des victorieux. Exécutez mes ordres avec dévotion, et vous serez gracieusement récompensés. Votre première mission sera de revendre le Blue Aurum que nous allons vous confier… J’imagine que vous avez déjà fait dans le recel, non ? »

Les Sautes hochèrent faiblement de la tête avant que ne continue le Caanéen. « Eh bien, vous savez sans doute qui contacter pour tirer profit de ce butin. Cranberry vous accompagnera pour s’assurer que tout se passe sans accroc… Maintenant, partez. » Ordonna sèchement Moro alors qu’il porta son regard ailleurs. Ses nouveaux serviteurs se mirent en mouvement avec empressement, quittant la base qui était la leur il y a peu de temps, accompagnés de Cranberry.

« Comptez sur moi pour les tenir à l'œil, Moro ! »

Le Fléau d’Iragi activa la télévision que conservaient dans leur cachette les Sautes pour s’occuper en attendant, zappant les différentes chaînes au contenu abrutissant pour mettre IRGTV, la chaîne d’Information du Royaume Galactique. Et bien évidemment, il faisait les gros titres. La disparition d’une plaque tournante du commerce intergalactique ne pouvait tout simplement pas passer inaperçu, et les autorités ne manquaient pas de lier cette tragédie à l’évasion récente du magicien, avant de recommander d’éviter tout contact avec lui et de se mettre en relation avec la Patrouille Galactique pour toute information à son sujet…

Ils étaient déjà sur ses talons, bien évidemment.
Et ils étaient déjà bien plus proches que ne le laissait penser la presse. Ces imbéciles étaient venus jusqu’à la planète Saute, pistant les signalements du véhicule volé avec lequel se déplaçait l’antique caprin, et espionnaient ses agissements depuis les environs. Peut-être attendaient-ils une opportunité ou des renforts pour surprendre le sorcier et l’appréhender. Mais hélas pour eux, ils avaient été si facilement détectés… Ces incapables ne savaient ni lire l’énergie, ni dissimuler la leur. C’en était presque trop facile, vraiment, sans compter que Moro n’avait strictement rien à craindre de tels cafards. Ils pouvaient venir par centaines que leur sort serait sensiblement le même ! Et d’ailleurs, c’était peut-être le message que l’Astrophage devait leur faire passer…


Agitation sur Saute : le Dévoreur est pris en chasse ! Nc88

Levant sa paume en direction d’un mur, le monstre fit de nouveau appel à sa télékinésie, attirant à lui l’un de ces petits rigolos, qui se croyait assez discret à écouter derrière les murs depuis l'habitation voisine. Un petit bonhomme au teint rose fit ainsi irruption au milieu des gravats, surpris, avant d’être immédiatement attrapé par la gorge. Il avait aux oreilles un dispositif de communication, un outil que tous les Patrouilleurs avaient toujours sur eux, et sur lequel Moro appuya, penché au niveau de celui-ci pour parler dedans à l'attention de tout l'escouade avec laquelle ce bon à rien rapportait les faits et gestes de l'Astrophage.

« Allons, chers Patrouilleurs, je suis déçu… Ai-je l’air d’une petite frappe pour que vous employiez cette risible filature ? »

Drainant son énergie, Moro prit la vie du malheureux avant de finir son petit message. « Si vous comptez réellement vous opposer à moi, faîtes mieux. Ne me faîtes pas perdre mon temps et envoyez moi plutôt vos meilleurs éléments. J'imagine que vous savez très bien que c’est votre meilleure chance de me capturer, aussi infime soit-elle. A bon entendeur… » Affirma-t-il avec assurance avant de lâcher la carcasse vide et décharnée de l’agent galactique qui tomba au sol dans un bruit d’os. Son ki reposait dans une petite boule que le bouc goba d’une traite avec un visage neutre. Son goût n’était ni bon, ni mauvais, mais qu'il était fade… Ce n’était pas en dévorant des microbes de cet acabit qu’il pourrait recouvrer la pleine puissance qu’il avait auparavant… Du moins s’il ne voulait pas y passer encore quelques siècles. Alors oui, qu’ils envoient de réels guerriers pour le nourrir. Cela aura toujours meilleur goût que ces vermines sans nom qui pullulaient dans les rangs de ces agents de la paix.

Soupirant, il écrasa de son talon l’oreillette émetteur avant de croiser les bras, yeux fermés pour profiter de cet instant de silence en solitaire en attendant le retour de ses serviteurs, les poches -il l’espérait- bien pleines. Le Caanéen méditait ainsi en profondeur sur les capacités de sa magie, celles de son propre corps ainsi que les changements qui s’y opéraient avec le regain de force que lui permettait son drain. Pour quelqu’un comme Moro qui faisait régulièrement varier ses propres limites il était important de considérer ce qu’il pouvait à nouveau faire de celles-ci, mais aussi ce qu’il n’était pas encore en mesure d’effectuer… Il ne devait se laisser aller à l'allégresse, la tête pleine de ce sentiment d'impuissance qui le caractérisait il y avait de cela dix millions d'années. Du moins, pas pour le moment.

Mais ce n’était qu’une question de temps…
Une simple question de temps…
Shemesh Perditio
Shemesh Perditio
Autres Races
Féminin Age : 22
Date d'inscription : 07/05/2018
Nombre de messages : 261
Bon ou mauvais ? : Gentille, si si, sérieux
Zénies : 800

Techniques
Techniques illimitées : Perditio Style / /
Techniques 3/combat : / Advanced Perditio Style
Techniques 1/combat :

Agitation sur Saute : le Dévoreur est pris en chasse ! Empty
MessageSujet: Re: Agitation sur Saute : le Dévoreur est pris en chasse !   Agitation sur Saute : le Dévoreur est pris en chasse ! ClockJeu 16 Mar 2023 - 20:17
Shemesh regardait les étoiles défiler. C’était… sans goût. Elle n’aimait pas ça. Elle se disait que ç’aurait dû être un truc émotionnel. Regarder dans le ciel et voir Mufasa apparaître. Obtenir une aide. Obtenir une idée. Obtenir une raison d’être. Mais il y avait rien. C’était vide. C’était des étoiles, elles étaient tout aussi étoilées que d’habitude. Rien n’avait changé. Elle se disait que ç’aurait dû être frustrant. Que rien ne change pour l’univers malgré ce qui changeait pour elle. Mais il n’y avait rien. Elle ne se lançait pas dans du mélodrame sur le fait que les étoiles ne soient que des boules d’hydrogène et de gaz et qu’il n’y avait aucune beauté dedans. Elle ne se disait pas que cela n’avait aucune importance dans le vide intersidéral de l’espace. Elle voyait juste… des étoiles. Les mêmes que d’habitude. Toujours à leur places. Toujours lumineuses dans l’obscurité. Elles n’avaient juste plus aucun message.

Dans les films, ça pleure, ça geint, ça s’énerve, ça crie vengeance, ça se morfond, ça s’arrache les cheveux, c’est tragique, c’est comiquement noir, ça s’écrase tous ensemble devant une photo sur le mémorial. Rien ne préparait au… vide. Elle ne ressentait pas juste rien. Shemesh ne ressentait juste rien. Si. Elle ressentait des choses. Des choses basiques. C’était nécessaire d’arrêter celui qui a fait ça parce que sinon il ferait pareil à d’autres gens. C’était nécessaire de faire marche arrière, de trouver l’amour, de préparer une progéniture à prendre le relais. C’était nécessaire d’apprendre à dépenser l’argent, de sauver l’entreprise, d’échanger la tracksuit pour un costard. C’était nécessaire d’être… adulte ? Est-ce qu’on pouvait vraiment appeler ça comme ça ? Des besoins primaux. Manger. Dormir. Baiser. Des besoins primaux d’une créature qui devrait survivre et faire perdurer. Mais il y avait d’autres personnes dans le monde. Plus qualifiée qu’elles. Plus… pures de sang qu’elle. Ce n’était pas à une bâtarde de…

La capsule fit son atterrissage proche des coordonnées qu’on lui avait indiqué. Un contact d’un contact d’un contact. Quelqu’un qui connaissait quelqu’un qui était capable de faire fuiter quelques informations sur la position de… Moro, qu’il s’appelait. C’était bizarre. Elle avait un nom. Elle avait un visage. Et pourtant rien ne sortait. Pas de mains qui tremblait. Pas de larme. Pas de rage. Pas de haine. Pas un simulacre de colère. Juste du vide. Du vide, du vide, toujours du vide. Elle était indigne. Elle n’était pas méritante. Elle ne devait sa survie qu’à des vacances ayant mal tournées. C’était ça qui faisait pas de sens. Que Luka la menace. Que les terriens veulent sa tête. Qu’un taré lui pistonne le corps de coups. Que la patrouille temporelle la poursuive. Que son esprit soit hanté de peur et de panique. Tout voulait tuer Shemesh. Et maintenant… Maintenant c’était elle qui…

C’était elle qui était…

Pas de sens… Ca faisait pas de sens du tout…

Shemesh sortit de la capsule. Elle y laissa son portable après avoir pris une dernière fois compte de la position de sa… de sa cible ? De sa cible, oui, appelons ça ainsi. Elle y laissa sa carte d’identité. Elle y laissa tout ce qui pouvait faire office de porte-feuille. Elle appuya sur un bouton de la télécommande afin de la laisser se rediriger vers une base importante de Canopic. S’il lui arrivait quelque chose, il y avait de quoi reprendre les choses en main. Que les exécutifs se déchirent entre eux. Que l’argent soit redistribué au peuple ou qu’il reste dans des caisses. Que tout cela se fasse. Elle n’en avait rien à faire. Elle brisa la télécommande dans sa main après avoir vu le vaisseau partir. Elle ne voulait pas avoir de moyen de fuir. Pas de moyen d’avoir une crise d’angoisse qui l’empêche de faire face à son destin.

“Faire face à son destin” ? C’en était pitoyable.

Le ciel était vert. Le vent sifflait un peu dans ses oreilles. Le soleil était chaud dans son dos. L’air lui soufflait en face pour la rafraîchir. Son corps ne transpirait pas, de peur ou face à la chaleur. Elle s’avança. Et elle s’avança. Et elle continua d’avancer. Elle avait laissé la capsule atterir sur une colline non loin d’une sorte de cité assez insalubre. Ses baskets l’amenaient à travers un bidonville. Elle ne parvenait pas à savoir si les bâtiments s’étaient écroulés lors d’une attaque où s’ils étaient naturellement annihilés. Elle voyait des locaux chauffer un poisson sur un feu de bois à l’aide d’une poêle à frire improvisée. La daronne demandait aux petits de se ramener pour humer l’odeur. Shemesh sentit son coeur se serrer. Enfin. Une fois. Pour une fois. Un sentiment.

Sa respiration se faisait lourde alors qu’elle continuait son chemin. Elle traversait des rues. Elle voyait des gens qui vivaient. Certains avaient l’air malheureux. D’autres se portaient bien, achetant de la nourriture à des vendeurs mobiles. Il y avait des miséreux et des clochards qui jouaient aux cartes dans un coin de trottoir. Il y avait des enfants sans supervision qui chiaient dans la rue avant de disparaître dans la foule. On la regardait beaucoup. Peut-être parce qu’elle était bonne. Peut-être parce qu’elle portait encore sur son visage les balafres de la veille. Peut-être que c’était le vide dans son regard luminescent qui les intéressait. Elle entendit des commentaires. Des voix qui se mélangeaient à l’écho. Peut-être que des gens parlaient autour d’elle. Peut-être qu’on l’interpellait. Elle n’en eut rien à faire. Elle continuait son chemin.

Elle y était enfin. L’adresse qu’on lui avait donné. Elle le reconnaissait parce qu’il y avait des décombres de l’autre côté du bâtiment. Il devait déjà y avoir eu de la bagarre. Elle décida de ne pas entrer par le trou dans le mur. Elle prit une ruelle sordide à la place. Cela semblait être parfaite pour elle. Elle sut quelle porte prendre, parce qu’un type était à la porte en train de faire le garde. Elle s’y avança, et manqua de l’ignorer. Son bras lui barra la route. Il était torse nu. Il était musclé. Il n’avait pas de nez et son front avait une sorte d’avance qui rappelait les requins. Elle l’entendit parler mais ne l’écouta pas. Elle comprit vaguement qu’elle n’avait pas à être là, que si elle était là pour quelqu’un il y avait un changement de proprio et que donc tout était annulé pour l’après-midi, et des commentaires sur ses seins et ses cuisses. Elle le givra avant de le poser en bas de l’escalier.

C’était… comme un réflexe. Elle n’en eut rien à faire. Elle l’avait glacé et posé autrepart. Aucune peur de mal effectuer la manœuvre, de mal manipuler le froid, aucun commentaire improvisé qu’elle aurait adoré placer. Il n’y avait que l’envie de passer le plus vite possible à l’étape suivante.

Et pourtant, quand elle posa la main sur la porte, elle eut… elle eut enfin… peur ? Peur de quoi ? Elle avait juste peur de mal faire. De ne pas savoir suffisamment. De ne pas être capable d’arrêter qui que ce soit. Que ce ne soit pas la fin. Qu’elle aille en enfer pour son incompétence. Qu’elle ne revoit plus personne. L’autre monde l’enverrait-elle là où elle voulait aller ? Est-ce que cela stopperait cette patrouille… Est-ce que ça stopperait Bill Majestas ? Est-ce que ça stopperait tous ces gens qui lui en veulent ? Et puis… même Auros avait été vaincu. Est-ce que le repos éternel serait vraiment une échappatoire ?

Est-ce qu’on en était vraiment là ? Ce n’était même plus caché qu’elle se laissait avoir par le désespoir… Le vide. L’envie de retrouver ce qu’elle avait perdu, quand bien même elle avait passé tant de temps loin des siens. Est-ce qu’elle voulait vraiment arrêter Moro ou juste en finir ?

Elle laissa sa main glisser contre la porte avant de poser lamentablement sa tête contre cette dernière, plaçant ses poignets dans ses poches alors qu’enfin, enfin, enfin !... Sortirent quelques larmes. Elle s’était mise à sangloter, laissant des boules d’air ressortir de sa gorge et éclater les amas de mucus qui s’installaient dans ses narines. Son visage grimaça et changea des couleurs alors qu’elle ne put s’empêcher de pleurer. Mais cela ne dura pas assez longtemps. La crise s’en alla avant qu’elle ne puisse correctement en profiter. Comme… Comme le reste. Comme le reste. Elle était capable de chialer pendant des erreurs face à des souvenirs… mais rien ne sortait pour ça. Juste une poignée de pleurs. Elle frappa quelques fois à la porte avec sa propre tête, laissant son inutilité résonner dans son crâne alors que la fille indigne tâchait un minimum de s’énerver, de désirer la vengeance, de vouloir tenter quelque chose ici et maintenant.

Mais… rien…

Il ne restait rien.

Elle soupira une dernière fois, avant de s’essuyer le visage dans son coude. Elle força la porte d’un coup de paume, ignorant l’utilisation de sa nouvelle force pour parvenir à entrer là où elle ne devait pas être. Elle fit face à un hall délabré. Une salle à manger avec une télévision éteinte. Des mégots et des bouteilles vides à côté d’un calendrier. À sa droite, dans un couloir, elle pouvait entendre une autre télévision, des infos suivie de publicité. À sa gauche, des chiottes avec un lavabo fonctionnel. Elle y entra d’abord. Elle s’y passa le visage à l’eau froide. Elle se moucha le nez à l’ancienne. Elle but deux ou trois gorgées pour se rafraichir. Elle se regarda dans le miroir cassé. Ses yeux rétrécis. Les plis qui s’accumulaient en dessous. Les veines visibles dans les coins. Ses pommettes un peu plus visible qu’avant, comme si elle avait pas assez mangé. Son regard… Même en se fixant droit dans les yeux avec son reflet, il semblait si vide…

Elle manqua de se marrer.

Elle méritait ce qui lui arriver.

Qui rigolait dans cette situation ?

Elle tourna les talons avant de se diriger dans le couloir vers la salle ou l’attendait un bourreau. Elle entendit son coeur battre un peu plus fort. Un tout petit peu plus fort à chaque pas. Elle entendit son souffle s’alourdir. Elle entendit son esprit sortir de sa tête comme si elle était une passoire. Elle… elle avait peur. Elle était tendue. Elle était stressée. C’était la fin, peut-être. Quelque chose mourrait ici.

Une bosse. Une colline. Un drap marron posé sur un tas de coussin au milieu d’une pièce avec une télévision dans un coin et un trou dans l’autre. Une sorte de cadavre desséché, qui pourtant ne puait pas la décomposition. Le souffle lent et lourd d’une créature plus grande qu’elle. Elle entrait dans la taverne d’un ogre – évidemment que son ronflement résonnerait dans ses oreilles.

Devait-elle le poignarder ? Devait-elle lui éclater la colonne pendant qu’il dormait ? Pendant que… même dans sa tête, elle ne pouvait pas l’appeler “ça”... Comment pouvait-elle avoir une chance ? Mais elle devait être repérée, maintenant. Elle continua de marcher jusqu’à contourner la bête endormie. Une tête de chèvre. Jusqu’au museau. Une barbiche. Il ressemblait à l’oracle d’un film d’animation qu’elle avait vu petite. Et maintenant elle devait… elle devait –

Elle devait tuer cette chose.

Mais elle ne put pas l’attaquer en premier. Pas espérer qu’il dorme vraiment. Elle ne parvenait même pas à sortir un minimum d’agressivité. Elle ne parvenait pas à au moins lui tirer sur sa vieille barbe pour amener sa tête à son niveau. Alors elle leva simplement sa voix qui ne pouvait s’empêcher de craquer.

”Je… pense… que tu sais pourquoi je suis venue ici…”

Elle avait les mains dans les poches. Son visage semblait rescapé d’une hideuse grimace alors que toute possible panique était maintenue sous contrôle.

”Avant qu’on se batte. Avant que… qu’on fasse quoi que ce soit – je veux savoir… Je veux savoir pourquoi tu as fait ça. Je veux savoir pourquoi tu les as…”

Elle fut coupé par un sanglot étouffé, transformé en une rapide respiration par le nez, comme si elle s’empêchait de vomir.

”Je veux savoir pourquoi tu les as tous tué.”
Moro
Moro
Autres Races
Masculin Age : 5
Date d'inscription : 05/03/2023
Nombre de messages : 24
Bon ou mauvais ? : Affamé
Zénies : 1000

Techniques
Techniques illimitées : Télékinésie, Sorcellerie Rémanente, Ray Blast
Techniques 3/combat : Absorption d'Energie, Manipulation d'Energie
Techniques 1/combat : Dévoration

Agitation sur Saute : le Dévoreur est pris en chasse ! Empty
MessageSujet: Re: Agitation sur Saute : le Dévoreur est pris en chasse !   Agitation sur Saute : le Dévoreur est pris en chasse ! ClockVen 17 Mar 2023 - 2:08
Hmm… Le petit satellite d’Argus a demandé à Moro presque dix minutes de canalisation pour absorber tout ce qu’il pouvait trouver, un processus qui n’en aurait même pas demandé dix secondes à son époque reculée, preuve qu’il avait bien rouillé avec les millions d’années qui étaient passés… Pour autant, maintenant qu’il y avait dévoré toute trace de vie, sa capacité devait déjà s’en retrouver plus performante. Et cela n’irait que crescendo avec les victimes qui s’empileraient. Il lui tardait d’avoir à nouveau de quoi faire face aux dieux eux-mêmes !

* Et en particulier toi, Grand Kaïôshin… Je vais prendre mon temps pour te faire payer ces années perdues. Oh oui, tu vas le regretter… *

Pensa-t-il en serrant les dents.
Il allait le retrouver, et il allait l’attacher, le rendant aussi impuissant que lui lorsque ce misérable Shinjin avait scellé ses pouvoirs, et il allait lentement engloutir ses camarades Kaïôshins devant ses yeux avant de faire pareil avec lui. Plus de Kaïôshin Suprême, donc plus de scellement de sa magie et plus de Dieu de la Destruction ! Et alors, plus personne ne saura s’opposer à son règne sur l’Univers… Un garde-manger en constante expansion, où nul ne pourra plus l’empêcher d’assouvir sa faim ! Un projet de restructuration aux proportions épiques !

Il appellerait cela… Restauration rapide. Des milliards d’années-lumière de mondes gorgés de vie jusqu’aux confins du cosmos. De quoi faire de la famine une chose du passé. Lui, il voyait un endroit où il pourrait aller et venir depuis n’importe où, aller et venir, venir et aller ! Bientôt, là où se tenaient les avant-postes de la Patrouille Galactique, on verrait des rangées d’autels sacrificiels ! Quelques offrandes exotiques ! Des serviteurs qui lui serviraient rapidement de l’énergie toute prête ! Des monuments à sa gloire, des soldats dévoués et de magnifiques, magnifiques palais pour son propre plaisir pouvant être vu jusqu’à la ligne d’horizon !

* Mon dieu… Ça va être merveilleux. *

Entretemps, néanmoins, il devait se contenter d’être le maître des petits esprits et des va-nu-pieds.
Commencer petit, ce n’était pas si grave. Après tout, c’était bien ce qu’il avait fait avant. Et pour éviter qu’il lui arrive la même chose qu’il y a dix millions d’années avec le Grand Kaïôshin, il avait déjà une marche à suivre, doublée d’un plan de secours qu’il devait pour l’instant sécuriser. Et pour cela, il lui fallait simplement plus de puissance et des sbires aptes. Le seul obstacle, pour l’instant, c’était la Patrouille Galactique… Et quel obstacle… Naturellement, la populace elle-même pourrait tenter de lui tenir tête, mais que pouvait-elle faire ? D’après Cranberry, les empires partaient à vau l’eau, et les guerriers étaient trop occupés à s’entredéchirer pour quelques lopins de terre pour se rendre compte à temps de la menace qui arrivait inévitablement pour leur prendre tout ce qu’ils avaient. Au final, il serait le grand vainqueur, éternel et sans conteste aucune, révéré par certains, craint par tous et libre de tout.
Au final, n’était-ce pas cela d’être un dieu ?

* Hmm… La rêverie attendra, on dirait… *

Enfin, il y avait du mouvement…
Non, ce n’étaient pas Cranberry, Gryll et les autres qui revenaient. C’était une énergie unique. Plus imposante. Bien plus imposante. Ce n’était pas difficile, mais c’était déjà cela. La Patrouille avait elle enfin envoyé un agent capable ? Eh bien, qu’il vienne, qu’il vienne ! Il était plus que bienvenu qu’un met d’exception vienne à lui directement ! L’individu approcha lentement mais sûrement de sa position, à pied probablement, avant d’entrer dans la base du brigand que Moro avait subjugué. Cette personne entrait dans le bâtiment, prenant visiblement son temps. Elle entrait dans plusieurs pièces, sans doute était-elle sur ses gardes. Croyait-elle que cet édifice était piégé ? Qu’une embuscade l’attendait ? Hypothèse louable, mais futile. Le Caanéen n’avait besoin d’aucun subterfuge de ce genre pour assurer ses arrières…

Mais enfin, elle parut face à lui.
Moro garda les yeux mi-clos, apercevant une silhouette menue aux couleurs criardes. De longs cheveux aussi blancs que sa barbe, une peau de couleur bleue et des vêtements jaunes et noirs. Voilà qui était voyant. Mais voilà surtout qui n’était faisait pas très Patrouille Galactique. Pas d’uniforme mauve pale, pas d’emblème simpliste. Juste de bêtes habits que porterait un simple civil. A moins qu’il ne s’agisse-là de l’accoutrement d’une quelconque milice qu’il ne connaissait pas, ce qui pouvait toujours être le cas, après tout…

Son visage portait les marques de nombreux coups.
Et plus encore, il portait la marque d’une certaine tension qu’elle tentait visiblement de cacher. Qui pouvait la blâmer ? Lorsque le sorcier était encore libre, ses adversaires arboraient souvent ce genre de faciès. Une angoisse, une peur ou une rage animait toujours ces personnes lorsqu’elles lui faisaient face, toujours caché derrière un masque peu convaincant de dignité. Et tous finissaient vaincus, brisés et dévorés. Elle n’était que la dernière en date… Moro se contenta de l’observer, sondant ses réserves d’énergie de plus près en attendant qu’elle entre en action. Mais elle ne le fit pas. Soit elle était trop maligne pour se jeter à corps perdu sur le fléau caprin, soit elle était trop bête pour ne pas profiter d’avoir la première action.

Et visiblement, elle n’était pas très intelligente, prenant la parole pour s’annoncer. L’Astrophage ouvrit ainsi complètement les yeux, perdant ses yeux rouges aux fentes serrées dans le regard de la femme… Fille ? Jeune femme. Elle était jeune, cela était certain… Sa jeunesse l’aiderait bien à recouvrer sa propre jouvence. Elle disait qu’il devait savoir pourquoi elle était là… Pourquoi ? Quel genre de question était-ce là ?


« Hmm… Comme tous les autres… Vous cherchez tous à m’appréhender. Je n’ai pas besoin d’en savoir plus… »

Lâcha la voix sèche et suave du bouc.
Il pencha la tête sur le côté, portant sa main à sa barbe avec l’air neutre. Elle n’était pas une Patrouilleuse. Elle n’avait pas l’assurance d’un professionnel qui en voulait à sa vie. Elle semblait perdue. Elle semblait prise dans un torrent d’émotion. Elle semblait presque démunie malgré sa puissance manifeste. En fait, ça devenait limpide.


« Mais si je devais jouer le jeu, je dirais que tu es une rescapée… Tu n’es pas la première à venir me rencontrer de la sorte… Et pour tout dire, ça me rend presque nostalgique. »

Une âme en peine.
Lorsqu’on provoquait autant de victimes, on faisait toujours des malheureux parmi les vivants. On créait des orphelins. On créait des veufs. On créait des gens en quête de vengeance. Des suicidaires, parfois même, qui souhaitaient même rejoindre ceux qu’on leur avait pris. Elle en était. Curieux, ce genre de profils ne paraissait qu’après plusieurs planètes consumées, en général. Depuis qu’il s’était échappé, il n’avait pourtant absorbé que le pauvre satellite d’Argus. Un petit caillou perdu qui était de toute évidence le sien. Et ce que dit la petite corrobora la théorie de Moro, demandant avec sursaut émotif pourquoi il avait fait ce qu’il avait fait. Pourquoi ? En voilà une question. Toujours aussi froid que d’habitude, le Caanéen se pencha en avant devant la jouvencelle ébranlée.


« Quelle fragile petite fleur, toute bouleversée que tu es. Allons, respire… Tu te doutes bien que rien de tout ceci n’était personnel… »

Fit-il simplement avec un léger sourire et un ton paternaliste.
Ca semblait presque trop gros, pour tout dire. Était-ce un stratagème de la Patrouille ? Tenter par un dialogue à l’improviste de créer une opportunité pour l’arrêter ? Ca ne ressemblait pas aux tactiques de ces moins que rien. Quoiqu’il en soit, l’Astrophage comptait entrer dans la discussion.


« Pour répondre à ta question, je dirais simplement que j’avais faim… Enfin, j’ai toujours plus ou moins faim. Ton espèce est-elle familière avec ce concept ? Vois-tu, je tue principalement dans le but de me nourrir. Comme je l’ai fait avec lui. »

Il marqua une pause, montrant d’un signe de tête le cadavre qui jonchait le sol à ses pieds, une carcasse asséchée semblant avoir été drainée de toute l’eau de son corps. Seul les vêtements immaculés permettaient de dire que ce corps devrait être frais. Voilà ce qui arrivait à ceux que Moro mangeait. Voilà ce qui a dû arriver à ses proches. Il avait faim. Il aurait toujours faim. Il n’avait pas besoin d’avaler de la viande. Il n’avait pas besoin de fruits ou de légumes, pas même n’avait-il soif d’une quelconque boisson. Mais la faim d’énergie le tenaillait toujours et pour toujours. Tel était la malédiction qui frappait ceux qui usaient de la magie noire Caanéenne. La faim sans fin était sur lui. Et il devait se sustenter.

« Alors, je mange… Jamais à ma faim… Mais je mange encore… Cela adoucit mon appétit. Et cela renforce mon corps… Bientôt, je retrouverais la vigueur de ma prime jeunesse. »

Fit-il en se levant lentement, péniblement de son siège. Il n’était qu’au début de son renouveau, mais déjà, il s’en sentait proche… Ses articulations anciennes ne le feraient plus jamais souffrir. Son dos voûté retrouvera sa forme noble. Son front ridé redeviendra le crâne de fer qui détruisait les obstacles rencontrés.

« Mais pas la peine de te demander pourquoi c’est tombé sur Argus… C’aurait pu être n’importe quel autre astre. Héra était simplement la planète la plus proche, et les mondes désertiques ne sont pas vraiment un met agréable. Ce satellite était plus petit, mais plus appétissant. Il ne faut pas chercher plus loin… »

A ces mots, Moro usa de sa Sorcellerie Rémanente, arrivant dos à dos avec la demoiselle qui se retrouvait face à une copie conforme du monstre qui parla en même temps que lui avant de s’évaporer dans l’air sous ses yeux. Mais le fugitif, lui, continua sa route vers la sortie, aussi calmement qu’à son habitude.

Agitation sur Saute : le Dévoreur est pris en chasse ! 17i2

« Allons ailleurs… Je m’en voudrais que notre affrontement entraîne des victimes collatérales. Il ne faut pas gâcher la nourriture… »

Fit-il avant de prendre son envol, sans doute suivi par la petite dame.
Ils atterrirent dans un simple terrain vague, parcourant les kilomètres pour trouver cet endroit où nul ne les gênerait. Moro posa le pied au sol en premier, regardant son opposante faire de même. Peut-être était-elle meurtrie. Peut-être était-elle désormais seule au monde. Ainsi allait la vie pour les proies… Au final, c’était l’ordre naturel des choses. Et il allait lui apprendre cette leçon.


« Ici, ce sera parfait. »

Affirma-t-il en faisant craquer sa vieille nuque endolorie. Ses mains viciées habituellement jointes se lâchèrent enfin, tombant sur les côtés. Son regard se fit plus insistant alors qu’il fixait la donzelle. Encore plus insistant. Le fin sourire s’élargit alors d’avantage pour dévoiler des dents en mauvais état, mais évidemment effilées. Les crocs d'un prédateur qui voulait mordre.

Agitation sur Saute : le Dévoreur est pris en chasse ! G6l9

« Allons, ne fais pas cette tête d’enterrement. Tu la retrouveras bientôt, ta petite famille... Shemesh… Perditio, c’est ça ? »
Shemesh Perditio
Shemesh Perditio
Autres Races
Féminin Age : 22
Date d'inscription : 07/05/2018
Nombre de messages : 261
Bon ou mauvais ? : Gentille, si si, sérieux
Zénies : 800

Techniques
Techniques illimitées : Perditio Style / /
Techniques 3/combat : / Advanced Perditio Style
Techniques 1/combat :

Agitation sur Saute : le Dévoreur est pris en chasse ! Empty
MessageSujet: Re: Agitation sur Saute : le Dévoreur est pris en chasse !   Agitation sur Saute : le Dévoreur est pris en chasse ! ClockSam 18 Mar 2023 - 2:03
Rien n’a changé. Pas de rage, pas de haine, pas d’envie d’en finir, pas de frustration qui fait trembler le coeur, pas de spasmes de rage qui donnaient envie de donner des uppercuts dans la télévision, pas de besoin strident de s’arracher les yeux et les oreilles, pas d’impossibilité de maîtriser ses coups, de s’empêcher de hurler. Elle ne faisait que le regarder droit dans les yeux. Pupille contre pupille. Abîme contre luminescence. Elle l’avait entendu arrêter son ronflement de dragon caché dans sa tanière, elle l’avait vu écarter lentement ses paupières, elle l’avait vu devenir vivant… confirmer le fait qu’il soit vivant, s’affirmer qu’elle avait en face d’elle quelque chose qui avait tout tué, tout massacré, tout détruit et qui était suffisamment conscient, maintenant, pour lui parler.

Qui l’appréhenderait donc ? Des cons. Des imbéciles. Des Shemeshs. Ce n’était pas à elle d’être là. Elle n’était pas capable de l’arrêter. Elle n’était pas capable de lui faire quoi que ce soit de plus qu’un autre. Elle n’avait aucune connaissance à contacter. Elle n’avait pas le numéro de Yukko, et… peut-être qu’elle aurait pu interrompre le tournoi pour essayer de l’appeler, de l’amener sur le champ de bataille… peut-être qu’elle aurait dû le faire. Mais elle était stupide, incapable, inutile. Elle ne servait à rien et c’était pour ça qu’elle était là, au final. Peut-être qu’elle ne faisait que chercher la plus rapide conclusion possible, qu’importe ce qu’il lui fallait pour y venir.

Qu’elle le rencontre le rendait nostalgique. C’était suffisant pour qu’elle sache à qui elle parlait. Elle avait lu des fuites d’information, en diagonale, ses yeux ne parvenant pas à se focaliser sur les lettres pendant plusieurs secondes de suite, non pas par désobligeance, mais par simple incapacité de se concentrer. Elle ne pouvait pas se concentrer avant, elle ne pouvait pas se concentrer maintenant. Pour des raisons absurdes. Un cerveau mal branché, incapable à son habitude d’arriver à des conclusions logiques. Pas assez mal branché pour arriver à une conclusion facile : s’il était nostalgique, il l’avait fait avant, mais pas depuis un moment. S’il était nostalgique, c’était que sa simple présence ici était quelque chose de plaisant. Il prenait plaisir à la voir ici, avec des yeux essorés et un nez qui alternait de narine bouchée. Il était suffisamment intelligent pour comprendre qui elle l’était, comme elle l’avait prévu. Pas que cela lui fasse plaisir. Qu’est-ce qui lui faisait plaisir, de toute façon, là maintenant tout de suite ?

C’était pas dur à deviner.

Elle ne put continuer à le regarder dans les yeux quand il rapprocha sa tête de la sienne, se sentant de plus en plus claustrophobe dans cette chambre pourtant bien trouée. Elle pensait presque sentir la chaleur soufflée par les narines animales lui arrivant dans le visage alors que sa voix semblait chercher à la bercer et à la consoler. Si faible et fragile et conne qu’elle était, elle aurait presque pu accepter sa bienveillance, presque pu le câliner à la recherche de quelque chose en ce monde qui voyait sa détresse et lui disait qu’elle avait raison d’être triste et qu’elle n’était pas responsable de sa position actuelle. Mais elle était responsable, et elle n’était pas assez stupide pour se vautrer dans toute complaisance immédiate. Elle attendait tout simplement son sort alors que le vieil homme lui conta que ce n’était pas personnel.

Shemesh regardait les crevasses dans le sol sale. Elle bougea l’une de ses chaussures pour l’éviter. Si elle marchait sur l’une des lignes dans le carrelage, alors elle allait en enfer. C’étaient les règles du jeu. On lui demanda si la faim était un concept qu’elle comprenait. Elle ne répondit pas. Moro avait eu faim, et c’est pour ça que…

Il avait tout le temps faim. C’était là où l’horreur de son personnage se dévoilait. Il ne fallait pas être un imbécile pour comprendre qu’il fallait s’arrêter si l’on ne voulait pas faire du mal quand ravagé par de telles pulsions. C’était la différence entre les bons et les mauvais. La capacité à se retenir. La maturité. Le contrôle de soi. Des codes moraux que Shemesh tordait dès qu’elle voyait que le méchant avait une armure classe dans les dessins animés. Mais ces derniers étaient des dessins animés. Ils n’avaient pas les plis entassés qui faisaient office de ride. Il n’y avait pas les toiles d’araignées dans leurs barbes asymétriques. Ils n’étaient pas accompagnés par l’odeur de poils secs et de soufre. Shemesh voyait Moro découvrir toute raison pour lesquelles elle n’avait pas à l’épargner… Si quelconque chance elle possédait.

Elle l’entendit prononcer que sa sentence était due au hasard. Elle eut fronça des sourcils un instant alors que son estomac se fit plus froid qu’un blizzard. Mais elle savait déjà ça ? Pourquoi est-ce que c’était si dérangeant de se rappeler que ça “n’avait rien de personnel” ? Pourquoi est-ce que c’était si dérangeant de se dire que c’était tout simplement parce qu’Héra était là et parce qu’Argus n’était pas aussi sec que la planète orange ? C’était simple et cruellement froid. C’était le hasard. Il était passé ici. Le même hasard qui faisait que Shemesh n’aurait pas été là si son père avait été une place plus loin dans un bar paumé. Le même hasard qui faisait que Shemesh n’aurait pas été là si elle n’avait pas pris des vacances. Il avait raison. Il ne fallait pas chercher plus loin.

Shemesh fermit les yeux en voyant les pieds de moro soudainement disparaître. Mais elle n’était pas morte. Elle avait simplement coupé sa propre respiration par réflexe. Sa tête n’avait pas été décapitée. Son cœur n’avait pas été arraché. Elle n’était pas en train de voir ses tripes tomber de son corps. Moro avait disparu pas par extrême vitesse… mais pour simplement se diriger vers le trou dans le mur. Il disait quelque chose qui fit battre le cœur de Shemesh. Un éclair qui passa dans son corps et qui accéléra sa respiration. Elle se retourna vers lui qui s’envolait, ses yeux s’écarquillant un instant. Avait-elle bien entendu ? Elle sauta alors pour enjamber une rambarde improvisée causée par le trou, avant de rebondir dessus pour laisser une bourrasque froide améliorer son élan et la propulser dans les airs.

Elle suivit Moro en rebondissant ainsi, la maîtrise des vents froids accompagnant lui permettant des mouvements accentués qu’elle avait régulièrement imaginé si ce n’était vraiment pratiqué. Mais cela ne l’intéressait pas tant que ça. Elle atterrit maladroite, genous et mains à terre frottant sur quelques centimètres avant qu’elle ne se relève. Son esprit si endommagé avait été… piqué par quelque chose. Par une possibilité. Par une infirme possibilité qu’elle puisse avoir un impact et véritablement l’arrêter.

Elle était venue avec l’espoir d’en finir vite. Il avait confirmé que ce ne serait pas possible. Il avait dit que leur affrontement pouvait causer des dégâts collatéraux. Shemesh n’y avait pas pensé. Pas parce qu’elle était une idiote qui allait faire du mal aux gens par manque de précaution. Mais parce qu’elle était… parce qu’elle n’avait pas de chance face à lui. Elle s’attendait à un coup dans la nuque suivie de la douce sensation de sentir son coeur s’arrêter alors qu’elle glissait dans l’oubli. Mais Moro avait pris une précaution qui disait tout simplement que sa capacité à résister était dangereuse.

Et puis il dit son nom et dévoila qu’il savait. Et elle le regarda. Elle regardait sa peau flétrie. Elle regardait son dos bossu. Elle entendait ses articulations craquer à chacun de ses mouvements. Ses petits chaussons qui sortaient de sa robe pleine de poussière. Son sourire carnassier… Son sourire… Elle n’eut qu’une seule vision. Un souvenir. Son esprit idiot ne pouvait lui rappeler qu’une chose, alors qu’elle était là, nouvellement orpheline, face à la mort, nerveuse comme tout, avec des chaînes autour de son coeur et de la neige dans son estomac, alors que tous ses muscles ne désiraient que s’arrêter comme si la crise de panique allait éclater à tout moment. Elle était debout, bras ballants, droit face à Moro… Elle vit ces crocs et ne pensa qu’à…

ça:

”Pfff…”

Remontant de sa gorge éreintée par les sanglots sortit une bouffée d’air. Nerveuse. Sans improvisation. Ses lèvres ne purent pas la contenir.

”Pffff ff fff fff ffff ffhé hé hé hé hé hé hé hé hé hé –”

Son visage se retrouva presque déchiré par une nouvelle grimace. Mais elle ne perdait pas la boule, avec des iris qui rétrécissent et des gros plans sur le milieu du front. Ce n’était pas en attente de pleur que ce sourire prenait place sur son visage. C’était un rire de gamine qui voyait un monsieur bizarre de l’autre côté de la rue.

”Hééééééé hé hé hé !! Hé hé hhhhéaah ha ha ha ha ha ha ha –”

Elle tenta même de l’étouffer, elle tenta même de s’arrêter, de peur que ça le gêne, de peur que ça le blesse. Elle releva la tête vers l’arrière avant poser son poing contre sa bouche pour tenter de se taire, avant de larguer tout en se courbant comme si son amusement était vomi.

”-- ha ha ha HA HA HA HA HA HAAAAAAAAAAAAAAAAA HA HA HA HA HA HAAAAAAAAAAAAAAAAAA HA Hah hahhaha… hahah… hin, hin… hin… Bordel…”

Il avait tué tout le monde et pourtant il la considérait elle comme un danger. Elle ! Il lui faisait des mindgames parce qu’il était en danger ! Il avait tout annihilé sur une planète et il la considérait comme suffisamment problématique pour l’amener loin de son garde-manger ! Il était vieux ! Il puait la décomposition ! Il – Il…

”Hhhh… Hhhh…”

Shemesh haletait. Elle laissait des hoquets de rire ressortir. Elle les laissait partir un à un, tranquillement. Convenablement. Elle avait laissé le stress ressortir d’un coup. Elle avait laissé tout ressortir d’un coup et cela ne ramènerait personne et elle était toujours idiote et incapable et irait probablement pleurer après tout ça comme la grosse merde qu’elle était…

Mais elle allait un peu mieux. Un tout petit peu mieux.

Elle pouvait voir les gens tomber dans le désespoir et en ressortir pour trois fois rien autant qu’elle le voulait, cela ne l’avait pas préparé au sien. Et honnêtement, elle risquait tout autant de crever qu’avant. Honnêtement, elle était toujours capable de se faire écraser ici, au milieu d’une planète paumée. Cela ne faisait toujours pas de sens que ses parents, et sa famille, et son peuple soient morts au milieu de nulle part par leur simple position. Cela faisait toujours pas de sens et leur voix résonnaient encore dans sa tête comme s’ils étaient toujours là dans son coin de tête. Mais elle les savait… elle parvenait à capter… Elle parvenait juste un peu plus à savoir qu’ils étaient morts.

Elle était seule dans l’univers. Personne ne voulait d’elle. Tous ceux qui en avaient quelque chose à foutre était mort. Et elle était en train de se rendre compte d’un truc qui faisait du sens. Enfin un seul truc qui faisait du sens. Quelque chose sur lequel elle pouvait se raccrocher dans cette éternelle chute dans l’escalier. Alors que le froid ne s’en allait pas dans son estomac, que les chaînes ne lâchaient pas son coeur, que ses yeux étaient toujours en train de se demander quand est-ce qu’ils pouvaient pleurer ou non – elle savait qu’il y avait ici, quelque chose qui faisait du sens.

Moro.

”J’suis désolée… C’est pas sympa… J’devrais pas rire, comme ça…”

disait-elle honnêtement. Elle ne se moquait pas de Moro… ou, si elle le faisait, c’était sans le faire exprès, et elle voulait pas se moquer d’un sénior. Alors elle leva les bras proche de sa tête en pliant les coudes. Ses poings se fermèrent et se serrèrent. Sa tête était dans sa petite boîte défensive. Autour d’elle commença à se former un dôme de vent froid. Ses doigts rentrèrent dans ses paumes, puis en sortirent, puis y retournèrent, un instant, un deuxième instant. Ses muscles tremblaient comme à la suite d’un long effort, ou bien ils lui donnaient l’impression. Mais ils restaient en place. Ils n’échouaient pas.


Soudainement, alors que ses genoux étaient pliés pour prévoir un jeu de jambe quelconque, un accumulation d’air éclata sous la plante d’une de ses chaussures, laissant un certain effet sonor explosif derrière son pied alors qu’elle fut propulsée en arrière, ayant changé la position de l’un de ses poings - le droit - pour le dresser vers l’avant, accumulant un élan monstrueux en visant la tête de Moro, établissant qu’un dévoreur ayant faim devait probablement avoir une ou deux techniques qui dépendait de sa mâchoire. Le temps sembla ralenti quand l’impact se fit, ou donna l’impression de se faire. Son coeur se remit à battre, vite. Son cerveau oublia la misère des dernières heures. Elle devenait, l’espace d’un instant, quelque chose d’autre.

Elle tourna son poing vers la gauche afin de se servir de l’élan pour se tourner dans cette direction, changea la position de son pied droit afin d’en faire son appuis principal alors que son pied gauche quitta le sol pour se diriger vers la tête de Moro dans un mouvement circulaire continuant sur l’élan du premier coup de poing, amenant avec lui une couche de glace qui se développa autour de la basket de l’Argusienne pour éclater froidement sur sa cible et apporter davantage d’impact sur son ennemi.

Elle laissa sa jambe atterrir avant de sauter, transportée à nouveau par une bourrasque jusque dans les airs pour effectuer un autre mouvement de pied, un autre coup de talon circulaire qui cette fois-ci se faisait sans appui, amenant l’entièreté du poids de Shemesh dans la figure de Moro, suffisamment, l’espérait-elle, pour l’empêcher de faire quelconque technique magique à coup de bouffe-tout. Sa maîtrise de la glace lui permit cependant de faire éclater le vent dans une direction opposée à celle de son coup, lui permettant de mettre son pied hors de portée d’une attaque alors qu’elle atterrissait sur le sol, posant une main dessus tout en empêchant son genou d’y reposer complètement.

Pourquoi ? Parce qu’elle enchaîna sur un coup de poing visant l’estomac, se relevant d’un coup pour mettre sur son attaque la puissance de ses jambes qui se lève et d’un sprint interrompu afin de lui écraser ce qui dans cette longue robe semblait être là où son ventre devait se trouver. Grand comme il l’était, il devait également être large. Shemesh enchaîna avec un autre coup de poing, puis un autre, se souvenant très clairement de ce qu’elle avait appris grâce à Yukko - que tout coup de poing était un risque, et que les coups de pieds en étaient de plus gros. Après avoir fait un investissement un peu trop conséquent dans son coup de pied retourné et élancé de tout à l’heure, elle se reposait maintenant sur une suite de coups desquels elle pouvait probablement faire marche arrière assez aisément.

Elle s’arrêta alors avant de baisser son poing droit vers le sol, laissant son Perditio Style accumuler une grande charge de fraicheur, le vent s’accumulant autour de son avant bras comme l’eau s'engouffrant dans un typhon, laissant une impression d’aura de neige se chargeant dans son poing. Dépliant ses genoux à nouveau et ceux comme un ressort, elle fonça vers le ciel, comme catapultée par un soudain ouragan qui venait de paraître derrière son coude, un geyser avec un seul projectile glacial où figuraient cinq doigts refermés, un coup de poing dévastateur qui avait pour objectif la tête de Moro.

Ce à quoi elle fit un tour sur elle-même avant de faire un saut en arrière. Sa respiration était plus rapide qu’avant. Son coeur s’accélérait. Elle ne pensait qu’à l’instant présent. Elle ne pensait qu’à son adversaire. Elle pensait à la différence de gabarit. À ce qu’elle avait la possibilité d’apprendre ici et maintenant. Elle pensait au fait qu’elle avait une chance de gagner…

Et que si elle venait à perdre, autant que durant son dernier combat, elle puisse s’amuser.
Moro
Moro
Autres Races
Masculin Age : 5
Date d'inscription : 05/03/2023
Nombre de messages : 24
Bon ou mauvais ? : Affamé
Zénies : 1000

Techniques
Techniques illimitées : Télékinésie, Sorcellerie Rémanente, Ray Blast
Techniques 3/combat : Absorption d'Energie, Manipulation d'Energie
Techniques 1/combat : Dévoration

Agitation sur Saute : le Dévoreur est pris en chasse ! Empty
MessageSujet: Re: Agitation sur Saute : le Dévoreur est pris en chasse !   Agitation sur Saute : le Dévoreur est pris en chasse ! ClockSam 18 Mar 2023 - 20:02
Arrivés en plein milieu d’un environnement vide au paysage n’offrant que rochers éparses, buissons et herbe à la verdoyance variable, les deux étrangers à ce monde se firent face. La végétation environnante serait la seule perte à déplorer, ce qui n’était pas vraiment gênant… Entré dans l’esprit de la fille, Moro voyait son identité ainsi que les bribes d’un passé aisé. Elle se nommait Shemesh Perditio. Son père gérait la société Canopic… Canopic. N’était-ce pas le nom du siège social que lui et Cranberry avaient pillé ? Oui, il semblait bien au Caanéen qu’il avait entendu le contremaître qui avait maltraité son serviteur parler de leur patron sous le nom de famille de cette pimbêche... C’était donc tout de même plus personnel qu’il ne le pensait, même s’il s’était montré plus général dans la consommation d’Argus. Le hasard, quelle chose merveilleuse...

Mais plus facile à accéder que ses souvenirs plus vieux, sa mémoire à court terme paraissait au sorcier très clairement. Outre son chamboulement, un classique, il ressentait une gêne en sa présence. Mais pas que… Il voyait ce à quoi elle pensait. Ce à quoi lui-même lui faisait penser. Une… Face ? Quel curieux visage était-ce là ? Il était des plus primitifs. Et sa dentition était exécrable ! Encore pire que la sienne, jaunie comme les crocs d’un animal. Et ces yeux grands ouverts de benêt ! Quel pittoresque image s’était introduit dans la tête de ce petit bout de femme ? Qu’elle était grotesque ! Mais… Si grotesque qu’elle en devenait ridicule ! Comique, même !

Shemesh, naturellement nerveuse, ne put contenir un rire étouffé.
Mais ce n’était pas le craquage d’une personne qui sombrait dans la folie. C’était cette satanée image, qui parvenait même à adoucir les traits du bouc. Il était vrai que c’était drôle. Et le contraste de cette idiotie avec le contexte traumatisant qui tenaillait cette petite ne rendait la chose que plus amusante ! Ce fut alors à Moro craquer un petit rire que sa gorge sèche laissa échapper dans un souffle. Et lorsque l’orpheline continua de plus belle, prise dans un fou rire incontrôlé, le Dévoreur de Monde ne put s’empêcher de faire de même.


« Mh hm hm… Heh… Hehehe… Heeheeheeheeheehee ! »

Les deux seules créatures à des lieux à la ronde gloussaient presque gaiement ! Les efforts de l’Argusienne pour se retenir ne faisaient que renforcer non seulement sa propre hilarité, mais aussi celle du fugitif. Cette petite sotte ne savait même pas comment rester digne devant le meurtrier de sa famille !

« KHAHAHAHAHAAAAH ! HIHIHIHAAA ! »

Eclata le Caanéen alors qu’il était toujours en train de lire en Shemesh comme dans un livre ouvert.
Il comprenait enfin les vraies raisons de sa légèreté ! Lorsqu’elle l’avait entendu dire de partir pour ne pas faire de victimes dans leur combat, elle avait compris qu’il se sentait assez menacé pour estimer ce combat dangereux pour sa nourriture ! Elle croyait voir un vieillard sénile craintif ! Cela, c’était peut-être la chose la plus drôle à laquelle elle pouvait penser ! Cette absurdité sans nom ! Cette arrogance sous-jacente sans aucun doute née de son train de vie bourgeois ! Elle n’en avait peut-être même pas conscience elle-même ! Voilà qui était abracadabrantesque ! Voilà qui, réellement, prêtait au rire ! Mais hélas pour la donzelle, Moro retrouvait peu à peu son calme, coupant la connexion mentale qu’il avait faite auparavant.


« Hahahaaa… Ahem… Heh… Oui, je conçois que la situation peut prêter au rire… Mes intentions ont pu être mal comprises… »

Dit l’Astrophage alors qu’il se caressait la barbe un court instant.
De la peur ? Une danger ? Il s’était amusé à lui dire son nom simplement pour le plaisir de voir les ignares paniquer lorsqu’une information qu’il n’était pas sensé connaître quitter ses lèvres. Ses précautions n’avaient non plus pas pour but de protéger ses réserves nutritives d’une malencontreuse attaque lancée dans la panique du combat. Oh, non non non. Moro souhaitait juste se lâcher ! Il voulait voir jusqu’où allaient ses pouvoirs dans un contexte de un contre un sans se soucier dans son allégresse de tuer ce qu’il pourrait manger plus tard ! Shemesh n’était à ses yeux ni plus ni moins qu’un mannequin d’entraînement, juste plus robuste que les guignols qu’il avait rencontrés jusqu’alors et donc plus apte à recevoir les coups, ce à quoi elle était visiblement habituée au vu des hématomes qui parsemaient son facies ! Il voulait se défouler…


Agitation sur Saute : le Dévoreur est pris en chasse ! 20p6

Fit le colossal capriné ayant recouvré son sérieux, sa main intimant l’effrontée de venir à lui.
Et ce fut précisément ce qu’elle fit, mais pas avant de faire preuve d’une capacité curieuse. La température commençait à chuter… Le sorcier se doutait de quoi il s’agissait… * De la cryomancie ? * Pensa-t-il, suite à quoi il se ravisa. L’école de magie de la glace faisait partie des enseignements des sorciers de son monde natal. Une magie inférieure à la sienne, bien sûr, mais elle demandait une certaine érudition. Ce n’était certainement pas son profil… De la simple cryokinésie, alors ? Une capacité raciale de son peuple ? Argus était une lune de glace, donc ce n’était pas vraiment étonnant.

Mais ce n’était là que futilité technique.
L’important à retenir, c’était qu’elle maîtrisait la glace. Et le Caanéen n’avait pas à craindre d’être congelé… Aucun des cryomanciens de la planète Caan ne fut en mesure de le stopper, et s’il était encore en vie malgré les génocides qu’il avait perpétré, c’était avant tout car nul bourreau n’avait pu trouver le moyen de le tuer. Et ce même en le larguant dans le vide intersidéral, sans oxygène ni chaleur… Les seuls chances de la fille consistaient donc à le blesser avec la glace qu’elle pouvait évoquer, ou évidemment à utiliser un autre moyen de le blesser...

Et au lieu de simplement lui lancer une vague de froid, l’aristocrate recula, usant de la force d’éjection de son vent glacial pour se propulser en arrière avant de lever son poing vers le monstre. Soit elle comptait ouvrir le feu sur lui… Soit elle allait faire ce qu’elle fit… Une charge en ligne droite, bras en avant visant la vieille trogne de l’Astrophage. La manœuvre d’une enfant qui ne savait pas se battre ! Prendre un tel élan rendait cette frappe basique ô combien téléphonée ! Tout ce que le bouc eut à faire, c’était se décaler sur le côté pour la cueillir sur la réception !

Mais c’était sans compter sur la fougue de la jeunesse !
Atterrissant pile à côté de l’assassin de ses parents, elle mit tout de même l’élan accumulé à contribution, tournant sur elle-même pour donner un coup de pied circulaire de sa jambe gauche, la chausse recouverte d’une couche de glace que Moro préféra parer d’un coup de tête sur le côté, sa  longue corne recourbée faisant office de défense. * Elle est vive, tout de même ! * pensa-t-il alors qu’il tenta d’attraper la jouvencelle, trop tard hélas, cette dernière s’étant élancée dans les airs. Une attaque sautée ?


Agitation sur Saute : le Dévoreur est pris en chasse ! Zvcm

« Kuh… »

Le Caanéen croisa les bras au-dessus de sa tête, sentant tout d’un coup un choc meurtrir ses cubitus âgés. Elle venait de lui écraser ses chaussures sur ses avant-bras, et ceux-ci avaient connu des jours meilleurs. Tentant à nouveau de lui agripper le pied, l’Argusienne se retira une fois de plus, retournant au sol avant de faire éclater un uppercut droit dans le ventre de la bête, qui se pencha en avant sous le choc. Serrant les dents comme les poings, le sorcier grommela alors que d’autres coups de poing fusèrent vers lui. Shemesh mitraillait tout en gardant une assez bonne distance, préférant sans doute éviter un combat de trop près pour reculer en cas de surprises. Mais avec cette approche, Moro lui aussi, pouvait simplement partir en arrière, bondissant pour atterrir sur ses quatre pattes à chaque fois que la jeune fille s’approchait pour frapper. Les enchaînements ainsi fait sont rapides et brouillons. La meilleure chose à faire était donc simplement de s’éloigner et de laisser se fatiguer l’adversaire…

Mais d’un coup, les attaques s’arrêtèrent alors que Moro se tenait à la verticale sur un rocher, ne quittant pas du regard la gamine. Elle venait de se propulser dans les airs sous ses yeux, encore une fois à l’aide de ses bourrasques de froid, son poing visant une fois de plus le visage du magicien, à la différence que celui-ci était désormais nimbé de courant d’air froid. Sa vitesse était néanmoins bien plus impressionnante, sa main refermée tombant sur l’Astrophage à toute allure. Le rocher sur lequel il était ne tint pas le choc, se brisant en mille morceau. Mais le Caanéen, lui, était comme resté de marbre. Non, pas de marbre… Plutôt, il était resté immobile, comme figé, alors que le bras de la fillette avait complètement traversé son visage, qui après quelques instants se dissipa tel un mirage.


« Hmm… En effet, tu es plutôt agile. Ce ne sont pas mes vieux os qui me permettraient de faire ces cabrioles… »

La voix qui venait de s’élever venait de derrière Shemesh, à quelques mètres de là.
La Sorcellerie Rémanente était décidemment un tour des plus utiles… Le vrai Moro, lui, était assis sur le haut d’un autre rocher, la main portée à son menton. Il avait depuis longtemps perdu l’explosivité et la hargne des petits jeunots, mais sa magie, elle, était toujours à sa disposition, et c’était tout ce dont il avait besoin... Un petit ricanement suivi alors que le Fléau d’Iragi se levait.


« Dix millions d’années… »

Ses yeux se plissèrent alors qu’il faisait jouer de ses épaules comme pour les réveiller, roulant sa nuque quelque peu engourdie par le coup de pied circulaire qu’il avait paré plus tôt. Il avait besoin de se débarrasser d’une rouille que l’on pouvait presque dire préhistorique ! Ses doigts griffus se tendirent à leur tour alors que des veines ressortaient sur le dos de ses mains. L’air autours de Moro semblait alors se tordre, comme si sa présence devenait douloureuse pour le monde physique. Bien qu’inexpérimentée, l’esseulée lui avait montré de quoi elle était capable. Elle avait même réussi à le toucher ! En conséquence, il pouvait bien lui donner un aperçu !
Un avant-goût de ce dont il était réellement capable.




« Cela fait plus de dix millions d’années que je n’ai pas combattu quelqu’un en duel… Rends toi compte, entre aujourd’hui et mon dernier combat, il s’est passé assez de temps pour qu’apparaisse ton espèce ! Et pour tout te dire, j’aimerais profiter de cette occasion pour me défouler un petit peu… »

Dit-il en laissant s’échapper son aura mauve, sa cape s’agitant autours de lui.
Pouvait-elle lire sa puissance ? Peut-être pas, certes. En revanche, n’importe qui pouvait entendre les cris d’épouvantes qui s’échappaient du brasier violet dans lequel baignait maintenant le Caanéen, seuls vestiges des vies indénombrables qu’il avait engloutit ! Le monstre écarta alors les bras, usant de sa maîtrise de la Télékinésie pour soulever les gravats du roc que Shemesh avait éclaté, les faisant tournoyer autours de la demoiselle pour former un menaçant dôme de pierres lancées à vive allure tout autour d’elle, la prenant ainsi au piège.


« Commençons par te tenir en place… »

Dit-il en s’élançant à son tour dans les airs avant de refermer ses poings, rétractant d’un coup les gravats sur la bâtarde pour l’écraser sous quelques centaines de kilogrammes minéraux. Se plaçant lui-même au-dessus du point d’impact, il tira la fille des gravats, l’élevant dans les airs toujours à l’aide de ses pouvoirs télékinésiques, fonçant lui-même à vive allure vers le sol pour que les deux adversaires se rencontrent à pleine vitesse. Et évidemment, il comptait bien la cueillir en plein vol, faisant sortir son genou pour lui enfoncer son genou dans le ventre, suite à quoi il agrippa sa petite caboche de ses deux mains décharnés pour lui envoyer un coup de boule dans le front avec le sien, la renvoyant ainsi au sol avec un rictus mauvais. Il se lâchait ! Toute la frustration qu’il avait accumulée depuis toutes ces longues, très longues années derrière les barreaux, il était enfin libre de la faire parler !

Redescendant à son tour au sol, Moro observait la petite sotte qui le défiait avec suffisance, soulevant à nouveau les gravats qui les entourait pour les ramener à lui, les faisant ainsi tourner rapidement, mais cette fois-ci autour de sa propre personne, se créant ainsi un petit dôme protecteur rocailleux alors qu’il s’avançait à pas lents vers ce qu’il s’imaginait bien être sa future victime. Il allait prendre son temps… Il allait savourer le moment. La violence dont il faisait preuve le faisait presque se sentir renaître ! Il était enfin de retour aux affaires !


Agitation sur Saute : le Dévoreur est pris en chasse ! 63nu

« Je te prierais de ne pas mourir tout de suite. Laisse-moi encore un peu de temps pour profiter de cet instant. »

Lâcha-t-il alors que certaines des pierres qui l’entouraient fusaient vers l’Argusienne, la canardant tel des tirs de catapulte pour la harceler sans lui laisser de répit. Si Moro était un bouc, il se cachait pourtant derrière ce profil herbivore un loup vorace et vicieux. Et devant lui se trouvait une pauvre brebis égarée. Saura-t-elle lui échapper ? Ou ne pouvait-elle qu’attendre que le berger vienne à sa rescousse ? Si tel était le cas, alors la brebis était perdue…

Car son berger était déjà dans le ventre du loup.
Shemesh Perditio
Shemesh Perditio
Autres Races
Féminin Age : 22
Date d'inscription : 07/05/2018
Nombre de messages : 261
Bon ou mauvais ? : Gentille, si si, sérieux
Zénies : 800

Techniques
Techniques illimitées : Perditio Style / /
Techniques 3/combat : / Advanced Perditio Style
Techniques 1/combat :

Agitation sur Saute : le Dévoreur est pris en chasse ! Empty
MessageSujet: Re: Agitation sur Saute : le Dévoreur est pris en chasse !   Agitation sur Saute : le Dévoreur est pris en chasse ! ClockDim 19 Mar 2023 - 21:04
On pourrait presque croire qu’il n’y avait jamais eu aucun souci ☺.

Shemesh et Moro s’étaient mis à rire tous les deux, et honnêtement, c’était presque plaisant. Elle faisait face à quelqu’un de conscient. Quelqu’un qui était capable de rire. Cela le rendait moins menaçant. Est-ce qu’il lisait dans ses pensées et voyait l’étendue de sa stupidité ? Peut-être. Ou peut-être qu’il rigolait tout simplement face à son propre rire, inconsciemment grégaire comme un… comme un mouton, quoi, oui. C’était un autre jeu de mot dans sa tête qui la faisait rire, voyant des idées paraître directement dans son cerveau à la place d’un simple monologue interne racontant sa vie – quand bien même elle était capable de se rappeler d’images en tant réel. Sa façon de réfléchir, tout comme son ADN, était incomplète, un compromis bizarre qui ne faisait pas vraiment de sens et n’avait de but que… non, n’avait pas de but au final. N’était-ce pas là la raison de son pèllerinage ? Voir ce qui allait se passer et décider plus tard de ce qu’elle ferait du reste de sa vie ou de l’éternité de l’au-delà ?

Moro s’arrêta de ricaner bien assez tôt, affirmant qu’il avait eu des intentions qui étaient difficiles à comprendre, oubliant malgré sa télépathie qu’il ne faisait pas face à une gamine bien intelligente. Il lui demanda de s’approcher, ou plutôt lui ordonna… ou la menaça de s’approcher ? Shemesh ne savait pas exactement quel type d’émotion Moro était en train de vivre à l’heure actuelle. Elle ne pouvait pas au moins lui reprocher de ne pas s’assumer comme ce qu’il était. Il croquait la vie à pleine dents – non, peut-être pas utiliser ce genre de vocabulaire. Elle ne voulait pas se remettre à badder tout de suite. Elle devait vivre dans cet instant présent. C’était peut-être sa dernière heure. Pourquoi la passer à chialer ?

Certes, Moro avait fait un pas de côté pour esquiver sa charge-coup de poing chargé type Little Mac, mais il n’avait pas eu l’air d’anticiper le coup de pied qu’elle fit pile après, car il dût se le prendre dans la tête… Attends, non, il l’avait paré avec sa corne ! Mais oui, elle se rappelait de ses cours de biologie – les créatures avec des suppléments en kératine sur leur têtes comme les cornes ou les cheveux avaient quasiment aucune terminaison nerveuse sur ses derniers. Shemesh pouvait avoir mal quand lui tirait les cheveux parce que c’était son cuir qui était blessé, mais s’ils étaient coupés, elle sentait quasiment rien. Donc, Moro avait deux guidons de vélo qui pouvaient tanker pour sa nuque. Mais c’était malin ! À chaque combat elle découvrait un nouveau truc !

Elle découvrit également que Moro ne s’attendait pas à une attaque aussi stupide qu’un coup de pied sauté, car celui-ci, il dût le parer avec ses bras. Et vu l’impact, il n’avait pas beaucoup de muscle sur ses derniers… pas que Shemesh eut déjà frappé beaucoup de bras jusque-là. Elle se disait juste qu’elle avait l’impression de frapper une barre de fer avec une autre barre de fer en dessus et très peu de rembourrage et aussi qui faisait beaucoup moins mal que de frapper des barres de fer. Elle se sentit fière d’être parvenue à éviter sa tentative d’attrappe. Cela ne la prépara pas à la sensation… atroce qu’était de mettre un coup de poing dans un estomac non protégé. L’espèce de résistance qu’offrait le gras, la pseudo-dureté des abdominaux en dessous, comme si on trouait un autre être vivant et qu’on se faisait arrêter par le reste des organes… alors qu’il n’y avait rien. Et le pire ! C’était à quel point ça donnait une sensation de puissance et que ça faisait qu’on voulait continuer. Et c’est pour ça qu’elle enchaîna jusqu’à ce que Moro finisse par dégager vers l’arrière, avant de finir sur un coup de poing surchargé qui ne frappa… rien.

Ah, oui, les hallucinations et les images. Elle était conne ! C’était un truc qu’il avait montré avant même qu’ils viennent sur la zone de combat. Elle fut contente de se voir apte à démolir un rocher, quand même. C’était pas un truc qu’elle aurait pu faire il y a… même pas deux semaines, en soit. Vraiment, se faire casser la gueule semblait être un démultiplicateur de puissance de ouf ! Regardant sa main un instant après avoir éclaté le gros caillou, elle regarda un autre rocher sur lequel se trouvait Moro. Il était en train de se sentir vieux, comme tous les vieux, en soit. Shemesh le regardait comme d’habitude, toujours dénuée de haine ou de rage, simplement en train de regarder cet espèce de méchant basique qu’elle aurait toujours cru trop improbable pour exister réellement. Néanmoins, loin d’un dessin animé à regarder avec un bol de chocapic, l’aura de Moro était loin d’être un coloriage transparent figurant autour de lui. C’était comme si l’air bouillonnait, trouble, comme les mirages à l’horizon d’un jour d’été, la pure cuisson de l’air causée par de la lave. Elle leva le bras devant ses yeux pour parvenir à le percevoir alors qu’il essayait de lui offrir des compliments, lui affirmant qu’il n’avait pas combattu quelqu’un pendant des millions d’année jusqu’à ce qu’il se fight face à elle… et que c’était pour ça qu’il voudrait se “défouler”...

À vrai dire, Shemesh aurait pu sombrer à nouveau dans l’existentialisme en écoutant cette révélation sur le fait qu’il ait dix millions d’années. Il avait raison sur le fait que les Argusiens n’avaient pas existé à cette époque, étant créés par un schisme Héra et bannis sur leur satellite il y a… trop longtemps pour qu’elle s’en souvienne. Elle grimaça alors que des bruits étranges émanaient de Moro. C’était quoi, ça, des cris ? Des chuchotements, aussi. C’était… malaisant. Très malaisant. Est-ce que… est-ce que c’était…

Shemesh secoua la tête avant de compléter cette pensée, fermant les yeux en remuant son cerveau dans sa caboche, avant de les rouvrir pour apercevoir autour d’elle… Pleins de cailloux. Oh ! Merde ! Elle allait se faire lapider par un anneau de planète gazeuse ? Shemesh créa rapidement un blizzard autour d’elle tout en refermant les bras, autour de sa tête, cherchant à éviter un coup qui la ferait convulser. Et effectivement, elle eut raison de se recroqueviller, parce que tout se referma sur elle. Cela lui donna un gros mal partout alors que les pierres rencontrèrent des os près à les encaisser et des muscles qui auraient bien aimé laisser l’impact à d’autres, comme ceux sous ses bras, ou encore ses poignées d’amour. Compressée comme elle l’était, elle pouvait se sentir heureuse que son vent ait pu les ralentir, quand bien même la roche était super efficace contre la glace.

Mais c’est alors qu’elle s’en fit sortir sans son consentement, comme catapultée par le second tour inattendu d’une attraction à haute adrénaline. Elle se retrouvait tirée dans les airs à tourner en agitant les bras comme Doctor Strange dans ce gif qu’elle avait souvent vu en ligne, sentant l’adrénaline se propager dans tout son corps alors qu’elle tâchait difficilement de retrouver sa position. Et comme une gamine dans les montagnes russes –

”YAAAAAAAAAAAAHAHAHOOOOOOOOOOUIIIIIIIIIIIIIII !!”

elle se mit à crier et à rigoler pour faire sortir toute l’adrénaline qui s’accumulait dans son coeur et sa moelle épinière, qui lui donnaient l’impression que tout se refroidissait et s’échauffer et piquait comme du piment mais dans ses veines. C’est alors qu’elle vit le grand bouc foncer vers elle, avec son genou en avant – à moins que ce soit un membre caché qui était au même niveau que son coude, difficile à dire, elle n’était pas xénologue. Est-ce qu’elle pouvait se prendre une telle attaque ? Une seconde, elle eut une idée –


Entourant son bras droit de souffle froid pour accumuler la future expulsion de pression qu’elle s'apprêtait à employer, Shemesh leva le poing alors que la télékinésie la forcer à faire des tours sur elle-même. S’il comptait viser là où il aurait raison de viser, alors – Oui ! Elle frappa sur le genou levé de Moro, un choc nerveux et douloureux parcourant ses phalanges alors qu’elle tentait d’éclater la rotule de son adversaire. Tout coup était un pari, il était une extension des membres qui allaient vers l’adversaire pour le blesser avec l’élan qu’ils accumulaient. Mais chaque membre qui s’avançait vers l’ennemi était un membre qui entrait dans la portée de ce dernier, et donc, si Moro tentait un coup de genou, alors elle pouvait frapper son genou ! Et c’était ce qu’elle avait fait… Néanmoins, elle n’eut aucun moyen de prédire une attaque qui aurait dû être aisément prévisible compte tenu de l’espèce de son adversaire : un coup de tête d’un bouc. Ben oui ! Le front du vieillard s’écrasa sur le sien, avec suffisamment d’impact pour lui faire voir flou une demi-seconde alors que la douleur fit un marathon dans chacune de ses terminaisons nerveuses alors que l’autre la lâcha.

”Teuh heu heu –”

ricana-t-elle bêtement après l’absolu coup et avant de s’écraser sur le sol. Le premier choc ne se faisait pas exactement sentir tout de suite, mais la douleur du coup de boule suivi de l’impact avec la terre ferme se faisait sentir… Mais Shemesh fut surprise de l’aisance et même de l’entrain avec lesquels elle se releva, malaxant son front en étouffant une suite de ricanement, comme si l’accumulation d’adrénaline et la stupidité des enchaînements échangés étaient suffisants pour lui faire oublier des trucs… Ils étaient suffisants pour lui faire oublier des trucs. Dans une situation mortelle comme celle-ci, elle s’oubliait. C’était incroyable ! Sensationnel ! Mais elle s’éclatait réellement ! Quelle imbécile – quelle malade elle était, à rigoler comme une beauf face à une blague de cul alors qu’elle se battait pour sa vie ! Et - Ouch ! Un autre coup dans la tête. Se frottant la tête avec l’une de ses mains bandées, elle releva les yeux vers Moro, qui s’avançait vers elle avec les cailloux autour de lui tels un bouclier, en lui disant de ne pas mourir tout de suite, lui préconisant de lui laisser encore un peu de temps avant de crever. Mais Shemesh n’était fort heureusement pas en train de mourir - Ouilleuh ! Elle s'était pris une autre dans le ventre. Elle releva les bras alors qu'une autre vague de vent s'élever autour d'elle, pour désorienter si ce n'était parer les gravats qui étaient balancés dans sa direction. Elle était en train d’utiliser des super pouvoirs pour faire des enchaînements à un grand méchant avec une voix grave qui flexait sur sa propre puissance. C’était à croire qu’elle n’avait jamais quitté l'hôpital terrien et que c’était sa dernière vision avant de mourir. Aussi indigne que ce soit… elle aimait se battre, là, maintenant tout de suite. Et l’adrénaline qui temponait contre ses tempes l’empêchait de se sentir mal sur le fait qu’elle soit légitimement en train de kiffer cet affrontement.

”Heeeein ?... Euh – pbt !”

Elle n’eut rien à lui répondre, manquant de se marrer face à sa verve inexistante et son manque de répartie, son estomac se contractant face au réflexe d’étouffer son propre rire. Observant alors les satellites gravitant autour du Bouc, elle eut alors une idée. Elle se mit à charger vers lui, bras en avant pour parer les projectiles, avant de sauter en plein sur lui – mais non, en fait ! Se créant de la glace sous ses chaussures à l’aide de son Perditio Style, le givre se matérialisant directement sous ses pieds, elle se mit à faire une sorte de skate aérien, ses cheveux volant au vent alors qu’elle chargeait vers Moro, se penchant vers l’avant comme pour lui rentrer dedans – mais non, en fait ! Sautant pile au dessus de lui, elle laissa la glace lui rentrer dedans alors qu’elle même continuait son chemin derrière lui, avant de plier ses genoux en faisant tourner ses pieds comme pour forcer à faire tourner son skate de glace dans sa direction, avant de se jeter vers lui, la colonne de glace qu’elle avait créé auparavant lui permettant une assez grande brèche dans la circulation des roches pour se jeter au corps-à-corps contre Moro.

Atterrissant sur l’immense torse du colosse, elle l'attrapa par les cornes, avant de le regarder dans les yeux avec son air niais de jeune fille qui s’éclatait dans son fantasme inspiré de jeux vidéos en tout genre. Le sourire le plus goofy ahh qu’il puisse trouver sur cette planète, si ce n’était pour la rangée de dents acérées qui se trouvaient entre ses lèvres. Heureusement – ou malheureusement, elle ne les utilisa pas, préférant à la place utiliser les cornes de Moro comme d’un guidon sur lequel elle donna un coup de tête en retour, leurs fronts s’entrechoquèrent à nouveau alors que Shemesh sentit son crâne envoyer les mêmes signaux nerveux qu’elle sentit auparavant, le même picoti qui lui faisait plaisir d’être une grosse débile, la même propagation de douleur qui lui donnait l’impression de sentir ses yeux gonflés.

”Dé hé hé…”

Bim ! Elle en remit un ! La même onde de choc, le même flou, la même envie d’en redonner un, prouver à Moro qu’elle était trop conne pour le haïr et qu’elle était trop conne pour le craindre, avec un impact suffisant pour le faire reculer, peut-être. Bam ! Et un autre ! Encore un autre ! Bam ! Bam ! Bam ! Assez pour qu’une plaie paresse au milieu de son front pour rejoindre le reste du sang séché qui traînait sur son visage. Mais Shemesh commençait aussi à rayonner… Rayonner ? Peut-être pas le mot exact. Une sorte d’aura paraissait autour d’elle alors que cet amusement commençait à prendre poigne sur son cœur, alors que son égoïsme commençait à prévaloir sur sa situation, alors que son envie de jouer se faisait tout simplement plus forte que toute émotion dans son crâne.

C’est alors qu’elle leva son genou pour frapper Moro dans le menton… une action qu’une seule phrase ne pouvait efficacement décrire. En effet, comme si la puissance montante et dorée de Shemesh avait fini de s’accumuler après qu’elle se soit infligée trop de dégâts par sa propre stupide manoeuvre, le coup qui partit semblait être imbibé d’une puissance brute incommensurable, comme si l’entièreté des dégâts qu’elle avait subit s’y était entassée avant d’être exponentiellement multiplié par un facteur… un facteur inqualifiable, un facteur qui semblait avoir été enfoui dans son être sans qu’elle ne puisse jamais comprendre ce que c’était. L’impact résonna dans la vallée, une onde de choc si gargantuesque qu’elle sembla anéantir les couleurs pour tout spectateur (probablement animal) qui l’observerait, ne fut-ce qu’un instant

”Bim !”

Elle se laissa alors tomber vers le sol, reposant ses appuis sur la terre ferme, utilisant la hauteur de ses cent soixante-dix-huit centimètres pour parvenir à tenir les cornes de Moro tout en ayant ses pieds sur le sol, avant de les tirer vers elle tout en tournant ses hanches, cherchant à le jeter sur le plus gros caillou le plus proche, pouvant voir si cette puissance accumulée était réellement si forte que ça. Ses mains à présent libre, elle se tint le crâne qui avait tant souffert.

”Ouille ! Ouille-ouille-ouille… Aïeuh…”

Elle secoua la tête un instant avant de redresser ses mains et de reconstruire sa boîte de bras défensive autour de sa tête, n’ayant vraisemblablement aucune conscience de l’aura étrange qui tournait autour d’elle alors que les bleus commençaient à s’amasser sur son corps.
Moro
Moro
Autres Races
Masculin Age : 5
Date d'inscription : 05/03/2023
Nombre de messages : 24
Bon ou mauvais ? : Affamé
Zénies : 1000

Techniques
Techniques illimitées : Télékinésie, Sorcellerie Rémanente, Ray Blast
Techniques 3/combat : Absorption d'Energie, Manipulation d'Energie
Techniques 1/combat : Dévoration

Agitation sur Saute : le Dévoreur est pris en chasse ! Empty
MessageSujet: Re: Agitation sur Saute : le Dévoreur est pris en chasse !   Agitation sur Saute : le Dévoreur est pris en chasse ! ClockLun 20 Mar 2023 - 15:19
Bonne réaction…
La jouvencelle ayant remarqué les pierres qui rôdaient autours d’elles, celle-ci se recroquevilla sur elle-même pour éviter de recevoir un coup malencontreux, mettant sa tête en sûreté bien que le reste du corps dû subir le choc. De quoi la secouer, certes, mais rien de bien méchant, surtout si elle amoindrissait l’impact en ralentissant les gravats à l’aide de sa maîtrise des vents polaires. Mais cette entrée en matière n’avait pour simple but que de l’immobiliser pour mieux l’attirer à lui à grand coups de télékinésie ! Pourtant, elle criait d’une joie enfantine alors que Moro tenta de la cueillir avec un coup de genou, ce à quoi Shemesh riposta en le rencontrant avec son poing. Une approche peu conventionnelle, lorsqu’on sait à quel point les phalanges sont des petits os fragiles face à une rotule. Si le bouc avait été un peu plus jeune et vigoureux, cela aurait sans doute brisé le métacarpe de la pauvre écervelée ! C’était bel et bien une néophyte !

Passant outre cette tentative peu fructueuse, le Caanéen lui décocha un coup de boule pour toute réponse, la renvoyant bouler au sol avant de descendre à son tour la rejoindre, dressant autours de lui un bouclier rocheux. S’il se hasarda à lancer une pique, l’effrontée n’avait que peu de répartie… Est-ce qu’elle… ? Est-ce qu’elle prenait elle-même au sérieux cet affrontement ? Elle se trouvait en face de celui qui l’avait privé de tout ce qu’elle avait ! Mais son visage benêt disait pourtant le contraire. Elle appréciait le moment présent... ? * Quel étrange spécimen… * pensa-t-il alors qu’il faisait pleuvoir sur elle encore plus de pierres. Mais toujours aussi agile, l’Argusienne se lança dans les airs sous le regard circonspect du magicien. Que tentait-elle donc de faire ? Elle gela l’air sous ses pieds pour glisser sur la glace tout en fonçant au corps-à-corps…
« Tseuh… » Une risible feinte, évidemment, puisque sinon, elle allait simplement se heurter à la défense rocheuse de Moro. A la place, elle sauta par-dessus lui alors que la colonne de glace qui lui servait de plateforme lui fonçait dessus, ce à quoi le magicien intercepta la glace, d’une main, la brisant en morceaux sous sa poigne. Dans sa main ne subsistait plus qu’un petit morceau d’eau gelée… Un morceau assez pointu.

Se retournant d’un coup pour accueillir la gamine qui s’était crue maligne à se glisser derrière lui d’un coup de surin glacé, il tomba nez-à-nez avec elle alors qu’elle parvînt à passer son dôme de pierre grâce à une brèche pour l’attraper par les cornes. Etonné, le Fléau d’Iragi écarquilla les yeux alors qu’un coup de tête ne lui fut assené !
« Qu’est-ce que- ?! » Est-ce qu’elle venait de lui faire l’affront de donner un coup de boule à un Caanéen ? Oh, cela n’allait pas passer ! Serrant les dents, le monstre planta le morceau de givre qu’il avait dans les mains dans le flanc gauche de la pimbêche ! Mais la diablesse n’en démordait pas, bien au contraire ! Elle continua à le frapper de la même façon, qu’importe à quel point le Dévoreur appuyait sur son arme improvisé ! Tournant son poignet pour meurtrir sa chair ne l’empêcha même pas de continuer ses coups de tête, au point de secouer le cerveau de l’Astrophage ! C’est qu’elle allait finir par lui causer un traumatisme crânien, cette péronnelle !

Reculant d’un pas, Moro donna un coup de paume au morceau de glace planté pour qu’enfin elle daigne le lâcher !
Mais à la place, elle bougea son centre de gravité pour lui décocher un coup de genou au menton ! Soufflant un cri rauque, même Moro et la robustesse qu’il avait volé à des milliers d’hommes et de femmes ne purent encaisser ça. Sentant le sol se dérober sous ses pieds, sa vision se fit floue l’espace d’un instant. Mais elle bougeait à toute vitesse ! Non, c’était lui qui venait d’être projeté ! Il volait dans les airs, et probablement en direction d’un obstacle pour malmener ses vieux os !
« SHUH ! » Prenant une grande inspiration, la bête écarta ses bras et jambes pour se stopper net dans les airs. Il secoua sa tête, sa vision devenant à nouveau plus claire alors qu’il touchait à nouveau le sol. Se massant le lobe frontal, le monstre reporta son attention à sa proie visiblement plus tenace qu’il ne l’aurait cru. Celle-ci, qui brillait d’une aura dorée des plus appétissantes, semblait elle aussi subir le contre-coup de ses attaques crâniennes. Et c’était tout naturel lorsqu’on savait la solidité des crânes des Caanéens, qui avant de se développer pour figurer parmi les meilleurs sorciers de l’Univers, avaient pour coutumes guerrières d’user de leurs coups de tête pour défoncer ou écorner leurs adversaires. Enfin, naturellement, elle ne pouvait pas en savoir grand-chose, Moro ayant dévoré tout le reste de son espèce il y a des temps immémoriaux. Son squelette était plus fébrile qu’à sa fleur de l’âge, mais il restait un représentant de Caan.

Pour autant, là où la rage aurait logiquement dû éclater, le seul sentiment qu’éprouvait le sorcier fut l’envie.
Cette aura à la teinte chatoyante… Cette force qui faisait front face à celle d’Argus tout entière… Cette fougue, ce panache ! Aussi téméraire que pouvait être sa possesseuse, il était indéniable que l’antique caprin voulait goûter à tout ça ! Son ventre grondait ! Sa bouche pâteuse salivait presque ! Elle ravivait plus encore son insatiable appétit ! Oh oui, elle ferait un en-cas parfait ! Un hors-d’œuvre de qualité s’offrait à lui ! Et il comptait bien en profiter, qu’importe qu’il lui faille mettre en œuvre les gros moyens… Non, tant mieux en fait ! Plus il rencontrait de la résistance, plus la force à retirer d’un combat était grande ! Moro ne pouvait pas cacher son sourire carnassier à l’idée du goût que pouvait avoir l’énergie de la donzelle… Conscient qu’elle le gênait, il agrippa sa cape avant de la jeter au vent, révélant le reste de son corps habituellement dissimulé.


Agitation sur Saute : le Dévoreur est pris en chasse ! Wuvs

Une tour de chair abîmée et de fourrure drue.
Voilà ce à quoi pouvait faire penser l’Astrophage. Mais son corps recelait beaucoup plus de force physique qu’il n’en avait l’air ! Trouvant sa source dans la magie noire qu’il maniait, chacun de ses membres condensait la force de toutes les vies qu’il avait récemment avalé. Et ce n’était là que ce que pouvait faire ses muscles vieillots, puisque c’était avant tout dans la sorcellerie que l’expertise du monstre prenait tout son sens ! Il se battait peut-être avec une sotte avec qui la peur ne prenait pas, mais cela n’allait pas changer grand-chose à la finalité de ce duel. Au contraire, il était des cas où la peur prodiguait de sages conseils ! Les ignorer n’était clairement pas une idée intelligente, et il allait le lui montrer !

Le Caanéen concentra à nouveau sa magie, contractant ses muscles alors que son aura se tût pour laisser place à la distorsion de l’air environnant. Le tour qu’il allait faire demandait bien plus de maîtrise que le précédent, mais il pouvait profiter de l’étourderie de la gamine encore inexpérimentée, sur la défensive et sans doute toujours quelque peu sonnée. Qu’elle reste sur place si elle le voulait… Cela signera le début de sa fin !


Agitation sur Saute : le Dévoreur est pris en chasse ! 8kjy

« HRAAAAAAAAAAH ! »

Canalisant sa Télékinésie, Moro était en train de fissurer le sol sous ses pieds !
Il était le maître des mondes ! Celui qui avait leur destin entre ses mains ! Sa magie pliait les planètes à sa volonté, les forçant à se soumettre à son bon vouloir et à tout lui donner ! Et ici, il ordonnait à la roche de s’ouvrir ! Une faille colossale d’une profondeur d’au moins dix mètres s’exécuta ainsi, fissure béante qui se forma sous les pieds de Shemesh pour la faire tomber dans les entrailles de la terre ! Mais comptait-il simplement la faire chuter ? Oh, non non non ! Rejoignant ses paumes, le sorcier referma la brèche au niveau de sa hanche alors qu’il réduisait lui-même la distance pour la prendre au piège. Il la voulait à sa merci !


« Haaah… Hehehehehe… »

Ricana-t-il en s’approchant, maintenant la pression qui compressait l’Argusienne.
Arrivé devant elle, elle put sentir que celle-ci se relâchait quelque peu. Mais cette information devait immédiatement partir au second plan, puisque le monstre décida de lui écraser son talon sur le nez. Après tout, la viande devait être attendrie avant d’être cuisinée… Ce pourquoi il continua en lui envoyant un coup de pied du droit à plein élan, suivi d’autres talonnades vicieuses qui avaient à chaque fois pour cible le facies déjà ecchymosé de la bourgeoise.
« Je te les devais bien ! » S’exclama-t-il alors qu’il frappait sans relâche avec l’intensité prodiguée par Argus plus tôt. Il n’avait aucun état d’âme à marteler ainsi cette pauvre fille. Ses bons sentiments avaient depuis bien longtemps été totalement inhibés par ses abus magiques, laissant place à un vide froid et un machiavélisme dangereux.

Agitation sur Saute : le Dévoreur est pris en chasse ! 4g8x

Continuant sur sa lancée, le Caanéen tendit son bras vers la fille, usant toujours de sa Télékinésie pour cette fois-ci repousser Shemesh plus bas ! Et il ne se contenta pas d’une simple poussée, abattant encore son autre bras pour enchaîner les repulsions qui allaient finalement la faire tomber dans la crevasse en dessous d’elle, l’envoyant toujours plus profondément. Encore et encore, elle ressentirait la solidité indifférente de la roche sur son dos menu, et ce jusqu’à arrivée à une vingtaine de mètres sous la surface ! Satisfait, l’Astrophage prit son envol, lévitant au-dessus de la faille alors qu’il refermait ses poings pour la clore à grands renfort métapsychiques ! Il comptait bien la sceller sous ces tonnes de pierre ! Mais avant d’aller plus loin, il devait s’assurer de quelque chose.

« Cranberry… Vous avez fini ? »

Usant de ses pouvoirs magiques, Moro s’introduisit dans les pensées de son serviteur pour demander où en étaient leurs affaires, à la grande surprise du premier concerné. Le vétéran regarda un peu partout autours de lui comme pour le chercher alors qu’il arpentait les rues, accompagné de Gryll et de ses troupes, mal à l’aise.
« M-Moro ? Où êtes-vous ? Oui, nous nous sommes occupés de la transaction ! Nous avons les crédits galactiques ! » Répondit le larbin alors que l’équipe rentrait à la base.

« Parfait… Ne retournez pas à la base et dirigez vous directement vers le vaisseau. Là-bas, décollez immédiatement et attendez moi en orbite. Nous partons sous peu... »

Ordonna télépathiquement la bête hircine alors qu’il tendit son bras décharné face à lui.
C’était l’heure de sustenter ! Profitant que la gamine soit piégée, Moro enclencha enfin la plus redoutable de ses capacités. Le rayon d’action ne serait au début pas exceptionnel, et tant mieux. Cela permettrait à ses servants de se mettre en sûreté avant que ne suive tout le reste ! Car oui, il commençait à siphonner l’énergie ambiante ! Des bribes d’énergie fusaient de tous les côtés, quittant les formes de vie à des lieux aux alentours pour venir jusqu’au creux de la paume du Caanéen. Les herbes pourtant vertes sur lesquels se battaient les combattants très vite perdirent leur couleur tandis que la faune s’écroulait au sol, éreintée ! Même au fond de la terre, l’énergie interne de la planète venait comme de son propre gré ! Tous faisaient don au sorcier de leur Ki, de gré ou de force, face à ses capacités d’Absorption de l’énergie ! Et bien sûr, cela incluait l’Argusienne, qui pouvait sentir sa propre vitalité s’amenuiser ! Ce n’était qu’une portion, certes ! Mais elle s’en retrouverait encore moins dangereuse qu’elle ne l’était juste avant ! Et cela ne rendait la confrontation que plus facile !


« Alors… Voyons voir quel goût ça a ! »

Ayant accumulé assez pour former une gigantesque boule d’énergie, le diabolique vieillard la compressa entre ses doigts avides avant d’enfourner cette quantité de puissance brute, qui ainsi se déversa dans son propre corps en plus de remplir son palais de plaisir ! Elle infiltrait ses veines et satisfaisait son estomac, gonflant ses maigres muscles en octroyant au magicien plus de puissance encore, le rapprochant lentement mais sûrement de son objectif de jouvence recouvrée ! Plus de force ! Plus de vitalité ! Plus de peps ! Il boostait ainsi toutes ses caractéristiques ! La voilà, la raison pour laquelle Moro n’avait jamais été vaincu tant qu’il maniait sa magie. La terrible vérité derrière la dangerosité de cette créature maudite.

Plus longtemps un combat durait, plus ses adversaires faiblissaient.
Tandis que lui, il ne faisait que se renforcer !
Shemesh Perditio
Shemesh Perditio
Autres Races
Féminin Age : 22
Date d'inscription : 07/05/2018
Nombre de messages : 261
Bon ou mauvais ? : Gentille, si si, sérieux
Zénies : 800

Techniques
Techniques illimitées : Perditio Style / /
Techniques 3/combat : / Advanced Perditio Style
Techniques 1/combat :

Agitation sur Saute : le Dévoreur est pris en chasse ! Empty
MessageSujet: Re: Agitation sur Saute : le Dévoreur est pris en chasse !   Agitation sur Saute : le Dévoreur est pris en chasse ! ClockMer 22 Mar 2023 - 14:27
Elle avait… mal ? Merde ? Merde ! Mais d’où qu’elle s’était faite ça ? Elle descendit sa main sur son côté gauche. Elle s’était prise quelque chose dans le flanc. Un silex ? Non… Un pic à glace ? Un pic DE glace. Elle s’était faite poignarder ? Cela faisait moins mal qu’elle le croyait. Ou alors elle était encore sous adrénaline et d’ici un quart d’heure elle allait chouiner le martyre. Elle toucha le stalactite du bout de l’indexe – non, une seconde. Retirer un pic finissait par infliger encore plus de dégâts, non ? Ouais, un truc comme ça. Le pic se transforma simplement en une couche de glace, finissant par être une surface au lieu d’un gros surin qu’on pouvait facilement retirer. Au moins, elle n’allait pas pisser le sang comme une imbécile à courir après un mec qui volait plus vite qu’elle ne pouvait sprinter avant de s’écrouler comme une merte après le litre de trop. Comment est-ce qu’elle allait pouvoir survivre à cette situation ? Est-ce qu’elle prévoyait vraiment de le faire ?

Ayant modifié cette brèche dans le peu de gras de côté qu’elle trouvait mignon en couverture de glace protectrice, Shemesh s’était remise dans sa boîte de garde qui pouvait la défendre de tout problème. Depuis son cube protecteur, ses yeux luminescents observaient le gros bouc se frotter la tête dont le front s’était assombri après tous ses coups de tête. Mais cela ne faisait que précéder un changement de visage, car il repassa bien assez tôt à son sourire carnassier. Il lui disait qu’elle n’était pas quelqu’un de censé… Et il n’avait pas forcément tort. Avec son coeur qui battait si fort et si vite et avec son mal qui lui prenait la tête jusqu’à ce qu’elle ne puisse plus réfléchir, elle n’était pas capable de réfléchir si clairement que ça. Mais au final, ouais, même avant cette tragédie, face à Yukko, elle faisait déjà la grande folle à s’éclater dans un vieil entraînement dans un grand gymnasium. Est-ce qu’il y avait une source à ça ? Est-ce qu’elle s’était prise une lésion au cerveau après l’incident sur Terre ? Est-ce qu’elle était juste débile ? C’était ce qu’elle pensait être, et ça voulait dire qu’elle l’était probablement. Si Moro voulait lui remettre les pieds sur terre, il avait surtout à être neurologue. Qu’il la répare une bonne fois pour toute.

Moro sans cape était… spécial. Il était plus bossu que Quasimodo dans n’importe quelle adaptation du conte terrien, là. Il avait un vieux plastron qui ne couvrait même pas l’entièreté de son torse et qui laissait sa colonne vertébrale ressortir comme un vieux monstre de film de science-fiction. Il avait des épaulières de poil marron, à moins que ce soit ses vrais poils, ce qui sous-entendrait qu’il était pelé comme un caniche. Ses muscles étaient si atrophiés que ses grandes mains étaient plus disproportionnées que celles d’un dominant de yaoi. Il avait des bracelets de bandelette et un gros short bouffi violet, et des chaussettes-bandelettes – non, des bas de bandelette comme elle en aurait porté durant ses périodes les plus horny. Et une ceinture avec… de loin… ce qui ressemblait à un ♀. C’était sans compter sa vieille barbiche qui continuait de pendre de son cou. Toute menace que pouvait posséder la montagne perçue auparavant ressemblait maintenant juste à un vieux monstre de dessin animé. Shemesh eut un hoquet, puis un autre, tentant de contenir un sourire avant de se placer l’un de ses deux bras sur le visage alors qu’elle se tordit pour ricaner.

”Pfffféééhéhéhéhéhé–ah ! Aïlleuh…”

Un ricanement qui résonna dans les muscles et les nerfs qui avaient été percés par la glace auparavant. Soudainement – Cric ! Crac ! Brrrrramm-mm-mm- ! Le sol trembla d’un coup alors que des brèches larges commençèrent à se propager sur le champ de bataille. Merde ! Shemesh en vit une se diriger vers elle, et se mit à courir sur le côté, pour qu’au final un pan de terre s’élève trop vite et la fasse trébucher. Atterrissant, accroupie, elle tenta de se redresser, avant de perdre l’équilibre à cause d’un autre choc, secouant ses bras dans tous les sens alors qu’elle se tenait sur une jambe, avant de finalement poser le pied derrière elle – dans le vide. Glissant, elle parvint à se positionner dos au mur et pieds contre celui d’en face, avant de remonter petit à petit, posant, tentant un bond avant de… retomber dans le trou qui se figea alors au niveau des hanches. Cela compressa ce qui tentait de s’échapper de sa plaie ventrale et écrasa les parties les plus grassouillettes de ses cuisses, ce qui, sans être véritablement endommageant, était très stimulant pour les nerfs, de la pire façon qui soit. Entre autre, elle avait inutilement mal.

C’est alors que lui vint l’idée de frapper sur les deux côtés de la brèche pour s’en libérer… une idée qui fut mise en pause quand elle se prit un gros coup de pied sur le pif, lui écrasant les narines contre le haut de lèvres et lui en bloquant l’une des deux alors qu’elle commença à voir du mal à respirer. Moro s’était rapprochée d’elle comme un pur bad guy. Cela fut enchaîné avec un shoot dans sa tête qui lui catapulta la tête vers l’arrière, la faisant se courber autant que sa position lui permettait. Elle leva bien entendu les bras pour accueillir et encaisser le reste des coups, avant que lui vienne une autre idée : changeant la forme de ses bras, elle accueillit la jambe de Moro sous son aisselle avant de… mordre l’os de cette dernière. Ses dents acérées héritées de Maman la Kanasienne d’une autre dimension plongèrent dans l’os à peine musclé que le grand bouc prétendait appeler sa jambe. Mordant comme une clébarde galeuse, Shemesh présentait haut et fort son manque absolu de dignité alors que l’hilarité de sa propre impensable attaque la fit pouffer de rire alors qu’elle mâchouillait toujours son ennemi.

Cela devait avoir eu de l’effet, parce qu’elle se prit alors une pression sur le corps qui tenta de la faire lâcher. Et lâcher elle fit, en tentant d’emporter le plus possible de Moro avec elle. Un autre coup de pression se fit, et elle eut l’impression de se faire happer dans la terre – en fait, c’est ce qui se passait ! Alors qu’elle fermait la bouche in-extremis pour ne pas bouffer des vers et de la poussière, son dos cherchait à lui faire vomir tout ce qu’elle avait ingéré jusque là alors que sa colonne vertébrale était en train de prier pour que les cours de gymnastique du collège l’empêche de se tordre trop comme Bane. Se recroquevillant sur elle-même durant une brèche d’air sous-terraine, elle parvint à ne pas se faire trop écraser, alors que le sang qui sortait de son pif et de son front endommagés se mélangeait à la crasse du souterrain.


C’est alors qu’elle sentit quelque chose… lui attrapper le coeur ? Comme si une paille se plantait directement dans son adrénaline pour lui retirer des raisons de se battre… Non… Non ! Non ! Non ! Putain ! Mais si – Si c’était – alors ?! NON !! NONNONONONONONON !!!

Shemesh sentait d’où cette – paille provenait, toute déboussolée qu’elle pouvait l’être sous terre… Elle se mit à creuser… À creuser… À creuser – sa vitesse s’était mise à accélérer. Les bandelettes se délièrent autour de ses mains alors qu’elle se transformait véritablement en animal n’ayant d’objectif que de se diriger le plus vite possible vers la surface. Enfin, petit à petit, la chaleur sèche d’un sol éclairé par le soleil se faisant sentir sous ses doigts. La lumière, bientôt, l’éblouissant jusqu’à ce qu’elle voit l’ombre décharnée de Moro… Autour d’elle, de l’herbe maronnasse. Des insectes recroquevillés sur eux-même. Des oiseaux qui s’écroulaient en chute libre. Shemesh ne réfléchissait plus. Ses jambes s’activèrent alors que son cerveau passa au second plan. Une vague de froid éclata sous ses jambes alors qu’elle se propulsa dans les airs, les yeux rivés sur la boule d’énergie qu’ingérait Moro et –

Soudainement –

Son bras écailleux, hérité des poissons anthropomorphes de la galaxie devenait… intangible ? Invisible ? Shemesh ne le sentait plus… Comme s’il n’était tout simplement plus attaché à son corps, et pourtant elle savait qu’il était encore connecté, elle savait qu’il bougeait encore, c’était simplement qu’il était… Activé mais désactivé en même temps ?

Atterrissant à nouveau sur Moro, le visage plein de sang et de boue, la gueule tordue dans tous les sens, la tracksuit pleine de saloperies mortes-nés à cause de l’aspiration de Moro et couvert par des couches de glace ayant pour but d’empêcher la propagation de blessure, le cerveau pleins de messages paniqués et pourtant plus vide que le bol de Confucius. L’aura de Shemesh tournait au… gris ? Au violet ? Non, une autre couleur, plus étrange encore. Ce n’était que sa pure, plate, crue volonté qui prenait le relais sur le fun, sur l’arrogance, sur la désobligeance, sur la stupidité, la dépression… Ce n’était plus que l’égo animal de Shemesh qui avait pris le contrôle du corps bleu ecchymosé. Traversant toute barrière que ce dernier pouvait mettre dans son chemin, elle avait une cible, qui se dirigeait vers la bouche de Moro : La boule d’énergie, la boule d’anima pure de cette planète que Moro avait manqué d'ingérer, qu'elle attrapa d'un coup in-extremis. La menotte de Shemesh, se fit visible devant leurs yeux alors qu’elle lâcha prise, laissant la sphère se diriger vers le ciel avant d’éclater en plusieurs milliards de feux d’artifices… et que comme une luminescente neige, elle retomba sur chaque petit bout d’herbe qui changeait de couleur à vue d’œil par terre.

”Je fai – j’ai fait – je…”

Reprenant ses esprits, Shemesh dirigea ses pouces griffus et dégueulasse dans le plastron étrange de Moro, les plantant dans l’acier… pas pour tenter le pénétrer ou de l’arracher, mais pour se trouver un point d’appui où appliquer son Advanced Perditio Style – en raison de sa cible se trouvant être les poumons de Moro. Cherchant à glacer l’air à l’intérieur de ses alvéoles pulmonaires pour l’empêcher directement de respirer. Chacune de ses millions de petits sacs respirateurs allait sentir l’oxygène de ses atomes se coupler à davantage d’hydrogène jusqu’à ce que de l’eau, même si elle ne fut pas givrée, puisse sérieusement l'handicaper durant le reste du combat.

Ayant fini de tenter de noyer un vieil homme sur la ferme, Shemesh grimpa sur lui, ses griffes crochues ayant pris la place de ses doigts boudinés d’antan, alors qu’elle se rapprocha de sa tête, avant de trouver la surface assombrie du front de sa cible, pour au final lever ses doigts poings ensemble alors que cette liaison semblait s’illuminer de mille feux. Comme si le vide intersidéral concentrait l’entière masse de sa matière noire à l’intérieur de ses deux poings stupidement élargis de part leur héritage mixte. Et enfin, elle abattit cette masse, d’une façon trop réfléchie, trop calculée pour être celle de Shemesh… non, non, c’était bien elle. C’était bien elle qui paniquait tellement qu’elle désirait – qu’elle voulait – qu’elle devait neutraliser Moro.

“Neutraliser”.

Le potentiel destructeur de son coup de poing en masse était trop ridiculement puissant pour appartenir à une simple cryokinésique. C’était un potentiel outre. Un potentiel hérité non pas d’une simple Kanasienne. C’était quelque chose qui venait de plus haut. Alors que même les tympans de Shemesh peinaient à résister à l’onde de choc provoquée par sa propre attaque, ses yeux rouges semblèrent tourner au violet, l’espace d’un court instant, alors que la lumière de ses pupilles sembla s’intensifier au possible.

Se laissant tomber jusqu’aux jambes de Moro, elle attrapa ses mollets avant de grimper jusqu’à son dos pour placer l’intérieur de son coude contre la gorge du grand bouc, ses dents grinçant contre elles-mêmes alors que ses paupières écartées témoignaient de l’état de pure adrénaline qui était en train de lui prendre le cerveau, la pure expression de panique et de stress combinée au stress lui donnant un air complètement déformé. D’un coup de rein, elle se mit à le tirer vers le sol, tentant de lui infliger une sorte de supplex sur plusieurs dizaines de mètres de hauteur. Le vent souffla dans ses oreilles jusqu’à ce qu’il soit interrompu par le son assourdissant d’un autre crash dans le sol.

Shemesh ne ressentait pas de haine. Elle avait peur de faillir à une obligation qui lui semblait de plus en plus évidente. Elle n’avait pas peur de mourir – elle était quasiment venue pour ça ! Et maintenant tout ce qui se présentait à elle était en train de lui hurler que non ! Non ! Elle pouvait pas se le permettre ! Elle pouvait tout simplement se permettre de crever ! Est-ce que ce monde pouvait enfin faire un choix ? Vouloir que Shemesh souffre ou lui donner une victoire ! Elle commençait à en avoir marre. Enfin ! Était-ce ça ? La colère ? Non, c’était juste… la fatigue. La fatigue imposée par le drain de tout à l’heure et la continuité de leur combat… et pourtant, pourtant, la volonté, non, le plaisir de se battre ne s’en allait pas.

Roulant loin du milieu de son crash, Shemesh se releva bien trop vite pour quelqu’un qui s’en prenait plein la gueule en permanence… Mais c’était tant mieux. Tant mieux pour elle. Tant mieux pour cette planète. Tant mieux pour cet univers… Tant mieux pour tout sauf son désir de se laisser abattre. L’envie de dire fuck it aux grandes responsabilités des grands pouvoirs des grands – tout ça.

Mais c’était pas grave.

Elle allait le faire.

Parce que c’était la chose à faire.
Moro
Moro
Autres Races
Masculin Age : 5
Date d'inscription : 05/03/2023
Nombre de messages : 24
Bon ou mauvais ? : Affamé
Zénies : 1000

Techniques
Techniques illimitées : Télékinésie, Sorcellerie Rémanente, Ray Blast
Techniques 3/combat : Absorption d'Energie, Manipulation d'Energie
Techniques 1/combat : Dévoration

Agitation sur Saute : le Dévoreur est pris en chasse ! Empty
MessageSujet: Re: Agitation sur Saute : le Dévoreur est pris en chasse !   Agitation sur Saute : le Dévoreur est pris en chasse ! ClockMer 22 Mar 2023 - 23:23
La gamine riait de son apparence…
Mais ne ria pas longtemps. Effrontée comme toujours, elle faisait preuve d’un manque scandaleux de prudence, et Moro ne comptait pas la laisser s’en tirer impunément ! La faisant tomber dans le gouffre avant de la retenir par le roc pour lui empêcher de faire ses satanées cabrioles, le sorcier s’adonna à de la simple violence physique sur sa personne, que cette dernière tenta de gérer non sans mal… Jusqu’à ce qu’elle ne se mette en tête de mordre dans le tibia du Caanéen, ses crocs se plantant dans l’épais bandage enroulé autours de ses jambes pour gratouiller la vieille peau en dessous. Pathétique tentative, mais au vu du niveau intellectuel de l’opposition, il ne fallait pas vraiment s’attendre à grand-chose. Un bon coup de poussée télékinésique calma ses ardeurs en la renvoyant plus bas, suivi d’un véritable enchaînement répulsif pour l’enterrer vivante, refermant sur elle le sarcophage minéral avant contacter ses larbins pour qu’ils se mettent en sûreté avant qu’il ne se mette à siphonner à loisir l’énergie de la planète, en commençant dans un premier temps par cette parcelle peu peuplée du globe…

Moro n’avait pas besoin d’y goûter directement pour savoir quand une énergie était savoureuse, de la même façon qu’un œnologue pouvait déterminer la qualité d’un vin sans même le porter à ses lèvres. Sa robe, son intensité et l’agréable chaleur qui s’en dégageait suffisaient pour que l’Astrophage en déduise que ce Ki qu’il allait ingérer serait exquis. Reposant entre ses doigts crochus, cette sphère de puissance brute allait sans doute le faire rajeunir d’au moins cinq mille ans. Une bagatelle face à dix millions d’années, mais il n’y avait pas de petits profits, surtout qu’il ne s’agissait-là que d’une petite portion de la planète Saute. Lorsqu’il en aura fini avec ce monde et avec cette sotte, il allait sans doute pouvoir rajouter près d’un demi-million à son espérance de vie ! Une perspective des plus aguichantes ! Il ouvrit donc sa gueule vorace pour dévorer cette force vitale, le début de la fin de ce caillou…

Mais alors qu’il allait croquer dedans, Shemesh reparut à nouveau dans les airs ! Elle avait creusé jusqu’à la surface en si peu de temps ? Ou bien avait-il perdu trop de temps à contacter Cranberry ? Le caprin ne pouvait pas se permettre de perdre son temps en questionnements, puisque la donzelle lui prit la boule de Ki des mains, la relançant en l’air avant qu’elle n’explose en d’infimes petites quantités qui se redirigeaient vers leurs possesseurs.
« Tu oses me priver de ma pitance ?! » Fulmina le colosse alors qu’il referma sa paume, concentrant à nouveau l’énergie dispersée dans les airs dans une nouvelle grosse boule de Ki, qu’il dirigea à quelques centaines de mètres de là. Il n’était pas question qu’il concède la moindre once de puissance à cette larve ! Et s’il lui doit d’abord la massacrer avant de se nourrir, alors qu’il en soit ainsi !

Quoiqu’il en soit, la bâtarde était en piteux état, son visage cabossé ne présentant plus aucune trace de charme. Sur le reste de son corps, elle semblait utiliser son pouvoir sur le froid pour geler ses blessures et les empêcher de lui faire perdre son précieux sang. Mais ce qui était encore plus notable, c’était l’aura violacée qu’elle dégageait désormais. Elle était différente d’il y a quelques petites minutes à peine… Était-elle en pleine évolution de ses propres capacités ? Devenait-elle encore plus forte ? Intéressant ! Le fruit murissait sous ses yeux, et il n’en serait que plus délicieux ! Serrant les poings, Moro allait lui mettre une droite alors qu’elle planta ses longs ongles cassés dans la carapace osseuse qui recouvrait son buste.

Que tentait-elle de faire… ?
Oh ! Ohohohoh… La voilà… L’erreur de tous les cryomanciens ! Elle tentait de le geler de l’intérieur ! Lui remplir les poumons de froid pour geler l’air qui s’y trouvait. Elle essayait de l’asphyxier, le noyer sans même le mettre à l’eau en créant ce liquide à partir des atomes présents dans ses alvéoles pulmonaires. Un plan ingénieux, oui. Et probablement mortel pour nombre de guerriers ! Peut-être marcherait-il auprès des autres Argussiens. Peut-être pouvait-elle elle-même mourir si elle venait à manquer d’oxygène. Mais elle affrontait le Dévoreur de Planètes. Avec un peu de jugeotte, elle aurait dû songer au fait qu’il puisse passer de planètes en planètes pour faire ses sombres œuvres. Et donc qu’il n’avait aucun mal à vivre sans oxygène ! Tout ce qu’elle faisait, au final, c’était gêner le monstre en lui mettant de l’eau dans le corps. Inconfortable, oui, ça l’était, mais certainement pas plus que cela. Il regarda faire la fille en penchant la tête sur le côté, un sourcil dressé avant de lui envoyer un revers du poing droit entre les deux yeux pour la dégager comme le nuisible qu’elle était.


« Tsk ! Il en faudra plus pour venir à bout de ma malédiction, ahurie ! »

Mais elle n’en démordit pas, se jetant sur lui pour lui grimper dessus. N’en avait-elle pas assez ? Ténacité n’était même plus le bon mot pour la caractériser, cela devenait presque maladif ! Mais pourtant, au lien de désespérer, elle brisait ses propres limites pour conjurer une force prodigieuse au sein de ses poings menus. Elle devenait encore plus forte ! Encore plus digne de son palais ! Plus elle trouvait de la force, plus elle régénèrerait les vieilles cellules du Caanéen une fois cette puissance engloutie ! Cette pensée enivrante, hélas, fut tout de suite tempérée par un choc qui envoya les deux belligérants plus bas alors qu’un craquement se fit entendre après que la sang-mêlée lui ait abattu ses deux poings sur le front, encore une fois, décidément ! Elle était finalement parvenue à lui fracturer le crâne !

« GAHK ! MISERABLE ! »

Lâcha la bête sonnée alors que la fillette se glissait derrière lui pour lui enserrer la gorge !
Pauvre sotte ! Il ne craignait pas de suffoquer ! Que pouvait-elle donc bien fai-
« QUE- ! » L’impudente ne souhaitait pas l’étouffer ! Elle le ramenait vers le sol, sa tête la première ! Sachant qu’elle venait déjà de lui fissurer l’os frontal, ce choc-là pourrait achever de l’éclater et de toucher son cerveau ! Selon son intensité, ce pourrait être assez pour le tuer ! Intolérable ! Il était hors de question de laisser une telle fanfreluche avoir raison de lui ! Cela, il ne pouvait l’accepter ! En revanche, ce qu’il pouvait faire, c’était empêcher ce destin, et ce en puisant dans ses propres ressources, canalisant son énergie dans ses mains pour placer ses paumes face au sol, faisant éclater deux Kikohas contre terre, repoussant Moro vers le haut et réduisant la célérité de la chute alors que Shemesh se retira sur le côté, haletante mais vivace, contemplant la colonne de fumée qui s’élevait du point de chute, fumée dans laquelle se relevait le vieillard dans une cacophonie d’os craquelant.

Il aimait les proies difficiles.
C’était les plus riches, en goût comme en vitalité, et c’était celles qui lui conféraient le plus de forces. Mais comme toutes les choses, de la modération devait être observée… Et cette pimbêche ne permettait pas cet état de fait. Elle commençait à devenir problématique. Moro ne voulait pas en arriver à de trop grosses extrémités, à la base, puisqu’il ne gagnait rien à l’abattre. Il ne souhaitait que l’affaiblir pour pouvoir la drainer sans se soucier qu’elle se débatte. Mais s’il devait aller plus fort que ce qu’il avait pu démontrer jusque-là, alors il ne pouvait plus garantir sa survie avant consommation… Et il semblait bien qu’il n’y avait plus d’autres alternatives ! Aux grands maux, les grands remèdes !

De la colonne de fumée, ce ne fut pas un, mais une demi-douzaine de Caanéens qui en surgirent, tous crocs dehors !
Ceux-ci encerclèrent leur adversaire avec un faciès rageur. Shemesh pouvait bien voir qu’elle avait réussi à venir à bout du sang froid du Fléau d’Iragi, et ce n’était peut-être pas une bonne chose ! Ils hurlèrent d’une voix unie alors qu’ils étendirent leurs bras.




« Cette fois-ci, fini de jouer ! »

Chacun fit alors parler son Ki, se manifestant autours d’eux alors que sa propriété changeait pour virait au jaune ! Leur aura s’électrifia ainsi pour faire jaillir des gerbes d’éclairs qui se dirigeaient vers l’Argussienne pour la foudroyer ! De quoi lui roussir sa chevelure d’ivoire, et surtout faire fondre la glace qu’elle utilisait pour tenir ses propres plaies en respect ! Mais alors qu’une douleur lancinante aurait dû assaillir le corps de la jeunette tout entier, rien ne vînt ! En dehors du spectacle son et lumière, il n’y avait rien de notable ! Juste des loupiottes et des ennemis illusoires ! Ce n’était là qu’un autre tour de Sorcellerie Rémanente ! Aucun de ces Moro n’était réels, et leurs attaques encore moins. Ce n’était ni plus ni moins qu’une feinte ! Le vrai, lui était simplement apparut plus loin derrière Shemesh, et avec le temps que lui ont gagné ses doublures, il avait pu insuffler sa magie profondément dans le sol sous ses pieds.

La magie.
Qu’est-ce que la magie, au final ? Pour Caan, c’était très simple. C’était le fait de plier la réalité à sa volonté. De la modeler comme on le souhaitait pour faire sien les choses qui sont, pour se faire obéir du plan physique ! Et pour cela, il existait de nombreuses écoles de magie, chacune spécialisée dans la manipulation de tel ou tel aspect de la nature. Certains trouvaient leur voie dans la simple pyromancie, d’autres se livraient aux sortilèges d’illusions capables de manipuler les esprits des autres. Mais la magie interdite, elle, se concentrait dans l’étude et la Manipulation de l’énergie elle-même, le moteur de toute chose ! Tout ce que l’on connaissait avait pour source l’énergie ! L’énergie était présente en toute chose en activité ! Qu’on l’appelle Ki, vitalité, chakra ou quoi que ce soit, c’était un domaine bien trop vaste, et permettant à celui qui la maîtrisait des exactions absolument horribles, d’où leur sévère prohibition. Car celui qui régnait en maître sur l’énergie, ultimement, régnait en maître sur toute la Création !

En effet, d’une certaine façon, la planète Saute était à présent le vassal de Moro !
Et lorsqu’il lui commandait d’attaquer Shemesh, Saute n’avait d’autres choix que de s’exécuter ! Levant son bras avant de fermer sa main, la serrant de toute ses forces, Moro conjura qu’une réelle éruption volcanique s’ouvre sous les pieds d’une Argusienne entourée de mirages ! Le magma qui s’échappa de la croûte terrestre, renforcé par l’énergie vitale qui parcourait la planète elle-même, allait cette fois réellement carboniser la bourgeoise !


Agitation sur Saute : le Dévoreur est pris en chasse ! M5wm

« HAHAHAHAH ! »

Mais qu’elle ne s’en fasse pas pour ses blessures, celles-ci allaient bien cicatriser face à une telle chaleur, non ? De toute façon, au lieu de la laisser simplement fondre dans cette roche en fusion, Moro allait se montrer assez clément pour retirer au magma son énergie, le laissant se solidifier avec son adversaire à l’intérieur ! Ainsi prise au piège dans la roche chaude, Moro se rapprocha d’elle, retirant la couche de pierre qui recouvrait sa tête d’un revers télékinésique pour lui permettre de respirer à nouveau. Elle avait survécu ? Bien…

« Je ne sais pas si je dois m’estimer content ou non que tu aies pu en ressortir vivante… Tu es encore avec moi, petite ? »

Bah, peu importait au final…
Il n’avait pas besoin qu’elle soit consciente pour lui prendre tout ce qu’elle avait. Il n’avait qu’à avancer sa main pour faire sortir de son petit corps meurtris son énergie si fougueuse. L'Absoprtion d'énergie pouvait reprendre ! Plus il s'accaparait, plus il pouvait se consoler en se disant qu’il sauvait ce qu’il pouvait avant que son gibier ne rende enfin l’âme. Pour autant, son instinct de grand gourmand lui commandait de lui en laisser encore un tout petit peu, comptant sur une maigre chance qu’elle en réchappe et fasse à nouveau preuve d’un développement hors du commun. Ce qui, évidemment, était synonyme de plus de Ki à moissonner ! Cette puissance qu’il volait à la fille, pour autant, n’allait pas directement à lui, mais faisait directement le chemin vers la boule de Ki qu’il avait sauvegardé plus tôt et plus loin, la faisant enfler plus encore ! Moro laissa enfin une dernière Sorcellerie Rémanente en face de Shemesh qui lui riait au nez pour la tromper au cas où alors qu’il se téléportait face à cette magnifique réserve de force ambulante ! La zieutant avec envie, voilà qu’il en bavait réellement !


« Désolé de t’avoir fait attendre… Je suis tout à toi, désormais ! »

L’embrassant littéralement entre ses bras grands ouverts, il ouvra sa gueule béante pour faire s’engouffrer cette énergie dans son être qui tressaillait tout entier ! Oui ! Oui ! C’était ça ! La sensation qu’il affectionnait par-dessus tout ! L’assouvissement de sa seule et unique pulsion frénétique ! Il mangeait ! Il devait manger ! Il devait toujours plus manger ! Il allait toujours plus manger ! La Galaxie tout entière tiendra dans sa gueule avant de finir dans son estomac ! L’allégresse submergeait Moro alors que ses biceps se gorgeaient de sang ! Plus de force ! Plus de force ! Il se rapprochait de son idéal ! Il faisait un pas de plus vers sa domination sans concession ! Son aura éclatait par tous les pores de son cuir tanné par le temps, plus intense que jamais ! La douleur que lui avait infligé la péronnelle était maintenant quasiment effacée par le plaisir !

« Heheh… » Ricana le clone illusoire de Moro devant sa victime. « Tu es faite comme un rat, désormais. A la base, je ne devrais même pas avoir quoique ce soit à craindre d’une forme de vie inférieure comme la tienne…  Plus que toi, c’est le temps qui a joué en ma défaveur durant ce duel… Mais tu peux déjà t’estimer heureuse ! Tu es sans doute parmi ceux qui m’auront donné le plus de difficulté au cours des ères ! Maintenant… Observe. » Dit-il avec un large sourire alors que le véritable Caanéen le rejoignit avec un visage tout aussi joyeux, lui empoignant le bas du visage entre son pouce et son index, serrant sur sa mâchoire progressivement comme pour la lui fracturer et cognant son crâne contre la roche qui la retenait prisonnière. Il reprit le discours lui-même d’une voix qui se voulait presque chaleureuse tandis que sa copie se dissipait sous les yeux de la jeune fille.

Agitation sur Saute : le Dévoreur est pris en chasse ! S7gf

« Je vais te montrer comment est morte Argus ! »
Shemesh Perditio
Shemesh Perditio
Autres Races
Féminin Age : 22
Date d'inscription : 07/05/2018
Nombre de messages : 261
Bon ou mauvais ? : Gentille, si si, sérieux
Zénies : 800

Techniques
Techniques illimitées : Perditio Style / /
Techniques 3/combat : / Advanced Perditio Style
Techniques 1/combat :

Agitation sur Saute : le Dévoreur est pris en chasse ! Empty
MessageSujet: Re: Agitation sur Saute : le Dévoreur est pris en chasse !   Agitation sur Saute : le Dévoreur est pris en chasse ! ClockDim 26 Mar 2023 - 19:25
Ptfeuh ! Pteuh ! Beurk ! Il y avait le vieux goût de la terre et des bandelettes dans sa bouche. C’était dégueulasse à cent pourcent ! Mais qu’est-ce qu’il lui avait pris ? Ah, oui, la panique, la douleur, la tentative d’exploiter une ouverture dans la tactique adverse. Néanmoins, ce n’était pas en mordant un muscle qu’elle semblait avoir touché un nerf, mais en volant à Moro sa tentative de… planétophagie ? Nan, y avait probablement un meilleur terme pour ce qu’il faisait. Mais c’était la petite gueulante qu’il avait fait – qu’on le prive de sa pitance ? C’était pas une pitance, c’était des gens qui vivaient, et le fait qu’on lui retire ça semblait l’énerver. Et même si Shemesh ne parvenait toujours pas à canaliser un modicum de colère face à son bourreau, ce fut sa juvénile mesquinerie qui lui permit de sourire un court instant alors qu’elle vit son poing se rapprocher de son visage.

Mais il s’arrêta avant de lui mettre un droite. En vérité, il semblait avoir été plus confus qu’arrêté par sa technique de lavement d’alvéole. Il n’avait pas besoin de respirer ? Mais comment faisait-il pour ne pas être fatigué, alors ? Elle n’arrêtait pas d’haleter depuis deux heures et lui n’avait jamais respiré ? Quand elle sentait le souffle de son museau – c’était pas un vrai souffle ? Ou alors est-ce qu’il pouvait garder sa respiration ? Mais oui ! Mais oui, bien entendu, il faisait de l’apnée dans l’espace ! Ou l’inverse, parce que les poumons explosent s’ils sont pleins d’air ? Un truc comme ça, elle l’avait vu dans une série. Mais ça voulait dire qu’il était insensible à des attaques sur les poumons. C’était un vieil homme avec de l’eau qui résonnait dans son corps. C’était ça le résultat de son attaque ? C’était ça la conséquence d’autant de précision et d’énergie ? Ses efforts ne l’emmenaient nulle part… Et elle se prit une rouste dans la tête, le poing qui s’était arrêté tout à l’heure, qui lui arrivait entre les sourcils alors que l’un de ceux de Moro venait de se relever.

Crac. Crac ! Crac ? Est-ce qu’elle avait cassé un truc ? Vraisemblablement, oui. Moro hurlait. Moro avait mal. Et ce qui commença à entrer dans le coeur de Shemesh ne fut pas une fierté de commencer enfin à anéantir l’invincibilité de ce dernier. Elle n’était pas heureuse d’enfin présenter à son agresseur les chances qu’elle avait de gagner ! Elle était… elle faisait du mal à un autre vivant ! Elle faisait du mal à un autre vivant et elle lui avait cassé la tête ! Un vide sembla se creuser dans son estomac alors que le dégoût du bruit manqua de lui donner envie de vomir. Son expression faciale changea du sourire narquois à un rictus paniqué qui ne l’empêcha pas de tenter sa frappe atlas improvisée. Alors qu’il commençait à gueuler, elle ne lâcha pas, jusqu’à ce qu’elle entende un bruit car ses yeux étaient refermés pour ne pas voir la poussière ni toute plaie que Moro pouvait prendre.

Kaboum ! Patatras ! Elle était tombé par terre et elle avait roulé en dehors du combat, remerciant à nouveau l’éducation physique et sportive de ses années de pré-adulte qui n’avait pas le droit de voter ou de payer ses impôts mais qui ne s’était quand même pas privée de boire. Mais c’était à ce moment que beaucoup de Moros étaient apparus autour d’elle pour l’encercler et la charger ! Levant ses bras et l’une de ses jambes pour se protéger, elle ferma des yeux et grinçant des dents en voyant leurs éclairs se charger dans leurs mains… Et il n’y eut rien… Mais évidemment, imbécile ! Putain ! C’était la troisième fois qu’elle voyait ces illusions et au moment où il y en avait autant elle allait croire qu’elles pouvaient l’attaquer ?... En même temps, comment aurait-elle pu savoir qu’elles étaient inoffensives, aucun de ces mirages n’avaient tenté quoi que ce soit hormis se tenir là.

Mais ce fut alors qu’elle vit d’autres tremblements de terre se faire. Des brèches qui se dirigeaient dangereusement dans sa direction. Désirant ne pas se prendre la technique de l’autre fois, elle frappa sur le sol afin de se projeter dans les airs à l’aide d’une bourrasque. Mais cela n’eut aucune importance – parce que la manipulation de la terre n’était pas le but de cette attaque… Ou, plutôt, si, quand même, scientifiquement parlant. Parce que c’était une éruption de lave qui se dirigeait dans sa direction. Ses yeux s’écarquillèrent avant de se refermer brusquement tandis que ses bras se croisèrent pour l’aider à parer cette soudainement éruption qui la frappa avec la vilenie d’une vague bien trop grande qu’on se prenait dans le visage à la plage… mais avec beaucoup plus de vitesse et beaucoup, beaucoup plus de chaleur… Shemesh sentit ses nerfs crier au martyre pendant une demi-seconde… ceux à quoi ils arrêtèrent tout simplement de l’informer. Une douleur suffisamment puissante que –

– elle se réveilla. Dans un cratère. Elle s’était évanouïe de douleur. Ou peut-être était-elle enfin morte ? Elle roula sur le sol pour tenter de se relever. Sa vision était trouble. Son ouïe semblait couvrir tout ce qu’elle entendait. Des bruits ? On l’appelait ? Une image ? Une grande image ? Quelqu’un qui l’interpellait ? Décharné ? Décharné… Qui était-ce ? Un squelette ? La mort ? Un psychopompe ? Quelqu’un venait la chercher à la sortie des cours.  Un mirage. Elle voyait une figure décharnée, entourée de fumée. Elle tenta de se relever. Elle n’y arriva pas. Elle entendit enfin son cœur qui battait. Elle entendit enfin son souffle rauque qui continua de respirer. Elle entendit enfin le tinnitus qui lui soufflait dans les oreilles. Elle entendit enfin l’existence. La vie. La confirmation qu’elle n’était pas morte. Elle vit enfin la fumée. Le corps de Moro traversé par la fumée. Une autre image qui avait tenté de lui parler.

Son coeur s’était pris la paille à nouveau.

Mais elle n’était pas parvenue à se relever.

Pas au bon moment.

Elle eut un instant de vide. Un instant d’attente. Un instant d’espère que l’une des parties du corps qu’elle ne sentait pas soit en train de pisser le sang suffisamment pour qu’elle retombe dans les pommes, définitivement. Elle n’avait pas d’émotion à faire passer. Elle était trop fatiguée pour les ressentir. Elle savait juste, logiquement, qu’elle avait échoué…

Et puis, malheureusement, ses muscles revinrent à elle. Ce qui voulait dire qu’elle avait à continuer.

Alors elle se releva. Elle vit sa tracksuit carbonisée qui présentait son ventre à l’ouverture cautérisée prestement. Elle vit la fermeture éclaire qui avait fondu contre son t-shirt. Elle vit son bras droit plaint de brûlures qui était plus visible que son bras gauche. Elle vit son pantalon rétréci par les flammes jusqu’à son genou droit. Elle vit ses chaussures dont les lacets s’étaient mélangés au reste. Elle vit… elle sentit que sa paupière droite ne parvenait plus à remonter aussi haut qu’avant. Une bosse sur sa tête. Son visage était martelé. Elle ne savait plus si elle pouvait même tenter de sourire.

Elle sentit alors quelque chose l’attrapper par la gorge. Elle entendit une voix qui lui annonçait son destin. Elle entendit la voix de Moro. Forme de vie inférieure ? Forme de vie… Forme ? Elle devait s’estimer heureuse d’avoir fait mal ? D’avoir donné du fil à retordre à Moro ? Elle sentit un caillou lui arriver dans le front. Ses yeux s’étaient fermés. Elle n’était même pas parvenue à se relever. Pourquoi ne mourrait-elle pas ? Qu’est-ce qu’il attendait ?

Toutes ces responsabilités… Tout… ça... lui faisait du mal. Elle n’arrivait pas à mourir. Elle ne pouvait que continuer comme une attardé. Elle ne pouvait pas abandonner parce qu’elle était parvenue à infliger ne serait-ce qu’un modicum de dégât à cet ennemi fatal. Elle ne pouvait pas abandonner parce qu’il y avait des gens qui comptaient sur elle. Elle ne pouvait pas abandonner parce que sinon elle serait punie pour ça. Elle ne pouvait pas abandonner parce que tout le monde voulait qu’elle n’abandonne pas. Parce qu’elle aurait voulu qu’à sa place, quelqu’un n’abandonne pas. Parce qu’elle avait, malgré son manque de dignité, malgré son inaptitude cérébrale à comprendre la situation dans laquelle elle se trouvait, malgré le fait que ses émotions changent en permanence. Malgré le fait qu’elle soit tout simplement Shemesh… Elle avait un semblant d’altruisme qui lui faisait continuer.

”Snf…”

Visage dans la terre, elle sentit enfin… Elle sentit enfin les larmes sortir. Elle sentit enfin les sanglots éclatés. Et quand bien même elle les contint suffisamment pour que Moro n’ait pas à les entendre dans son entièreté, elle sentit enfin tout sortir. Elle sentit enfin le stress sortir. Elle sentit la joie cachée disparaître. Elle sentait enfin la libération, la catharsis explosive de tout son être, tout le cringe qu’elle tentait de cacher, qu’elle tentait de faire sortir, dont elle tentait de se débarrasser juste… sortir. Elle comprenait. Elle comprenait qu’elle… qu’elle aurait pas la paix. Parce que ça devenait de plus en plus évident qu’elle l’aurait pas. Il n’y avait pas de libération magique. Il n’y avait que ses actes et ceux des autres. Alors, alors… elle laissa ses pleurs sortir, devenant molle, devenant inapte, devenant inutile pendant une bonne minute… Qu’importe si Moro décidait de la regarder ou bien continuait de lui écraser la tête ou se mettait à shooter dans son ventre pour le faire exploser comme un poisson lune sorti hors de la surface et rempli d’eau. Elle se laissait juste pleurer pendant une minute. Parce qu’elle en avait terriblement…

terriblement…

besoin.





Sssshhh…

Ah, putain…

ça faisait du bien.

”RAH !!”

Une soudaine bourrasque éclata autour d’elle. Un souffle de froid – une tempête de givre – un cyclone, même ! un cyclone de glace qui n’avait d’autre but que de pousser Moro loin d’elle. Elle se releva alors, encore, la tête vidée par les pleurs qui en étaient sortis de force. Elle avait mal à la tête. Elle avait mal au corps. Elle ne pouvait en vouloir à personne. Elle ne pouvait en vouloir à personne sauf à elle. Mais elle ne pouvait plus se permettre de chouiner. Elle devait juste arrêter Moro.

Voyant sa cible – pouvait-elle même de parler de cible ? Elle avança. Elle se mit à avancer. Les traces de roche fondue maintenant séchée tâchaient ses fringues. Les traces de brûlures recouvraient ses bras dont les écailles et les griffes étaient maintenant libérées. Sa marche titubante manqua de la faire s’écrouler par deux fois. Mais enfin, enfin, sa vision, comme ses appuis, parvinrent à se stabiliser. Elle voyait Moro. Elle ne pouvait pas détester qui que ce soit. Si, quelqu’un. Il n’y avait qu’une chose qu’elle détestait dans cette situation, c’était ce qui faisait que la douleur ne s’arrêtait pas, ce qui faisait que la souffrance ne s’arrêtait pas… Cette détermination de détraquée, cette volonté de plonger le visage dans une débroussailleuse pour aider les autres, ce sentiment de devoir, et cette incapacité à répondre à ce même devoir. Cet être abominable et complètement débile qui risquait de survivre demain et de continuer à vivre en sachant où il avait échoué. Et cette frustration, cette… colère – elle la redirigeait.

Son visage modifié par les coups se tordit alors que ce qui lui restait de sourcils froncèrent et ce qui lui restait d’yeux se plissèrent. Elle chargea alors Moro, chacun de ses pas accompagnés d’une explosion d’air froid lui faisant prendre de plus en plus de vitesse alors qu’elle se jeta soudainement vers lui.  Néanmoins, alors qu’elle était en plein vol, ses poings se fermèrent soudainement avant de s’écarter. La glace à l’intérieur des poumons de Moro se secoua alors, avant de devenir non pas de la simple flotte, mais bien des pics de glace. Des milliers de pointes de Moro qui se lancèrent alors dans toutes les directions, décidées à sortir, qu’importe ce qu’elles pénètreraient et ce qu’elles transperceraient. Les fragmentation d’une grenade inexistante qui étaient aussi mortels qu’ils finiraient par être douloureux. Une technique qui n’avait jamais été enseignée à Shemesh et qu’elle improvisait sur une cible qu’elle devait arrêter.

Visant à nouveau le visage de Moro, l’hybride descendit alors ses doigts de lézards dont les griffes de dinosaures s'abattaient sur la face du bouc dans l’idée de lui crever les yeux. Shemesh n’agissait plus par envie. Elle ne voulait pas l’aveugler et surtout pas aussi violemment. Mais qu’est-ce qu’elle avait à perdre ? Qu’est-ce qu’elle avait à gagner ? La seule chose qui la retenait n’était plus que son propre dégoût envers la violence qui avait trop dégénéré. Mais chaque victoire était bonne à prendre, chaque avantage était à exploiter, chaque move avec trop de frames était à punir. Moro avait prouvé qu’il devait être arrêté, et Shemesh avait prouvé qu’elle avait une chance de le faire. Alors, les “j’aurais voulu ne jamais en arriver là” n’avaient plus aucune importance. Le hasard des choses ou bien le destin, qu’importe son nom, l’avait placé dans une situation où elle pouvait faire une différence. Qu’importe ce qu’elle soit. Qu’importe ce qu’elle ait envie.

Mais ce ne fut pas tout. Elle avait entendu un crac tout à l’heure. Elle en avait déduit que ses coups étaient parvenus à fracturer quelque chose dans la tête de Moro. Le plus important de tous les organes de son corps avait perdu sa ligne de défense. Ayant roulé derrière lui après son coup de griffe, Shemesh se retourna avant de laisser le sol exploser sous le vent dégagé par ses chaussures alors qu’elle se propulsa à nouveau vers sa cible. Son aura se canalisa dans son coude alors qu’elle fut transportée par son élan au-dessus de sa cible. Ses iris étaient toujours d’un violet terrifiant, d’un violet qui n’avait pas lieu d’être, une sorte de magenta, une couleur qui n’était pas naturelle, un calque de rouge et de bleu qui n’avait pas lieu d’être mais qui étaient simplement superposées. Cette force accumulée par toutes les blessures qu’elle avait subi et tous les maux que Moro comme sa propre tête lui avaient infligés s’accumulaient dans son futur coup jusqu’à ce que comme une fusée, comme un piston il soit lancé d’une traite, si vite qu’on aurait cru entendre le déclic d’une arme à feu alors que toute l’aura traversa ce qu’elle toucha jusqu’à faire exploser le champ de bataille en dessous des deux combattants. Une technique comparable au coup en masse qu’elle avait fait auparavant.

Shemesh s’entendait haleter. Elle s’entendait respirer sans rythme. Elle s’entendait interrompre ses inspirations avec d’autres inspirations, comme si son propre corps désirait tellement d’air à la fois qu’il se sabotait lui-même dans la consommation de la ressource la plus importante de son air. Continuant sa trajectoire après son coup en roulant contre Moro, elle planta ses griffes dans ce qu’elle put planter alors que de la glace commençait à recouvrir ses mains pour aiguiser chacune des attaques. Affirmant sa prise de main de monstre, elle utilisa sa main libre pour taillader davantage le dos du monstre jusqu’à ce qu’elle lâche prise, que ce soit par sa propre fatigue ou une contre-attaque de ce dernier, qu’importe, elle n’avait plus la force d’esprit pour se rendre compte de ce qu’elle subissait, tant tous ses nerfs encore actifs lui disaient qu’ils avaient mal et que ceux qui ne répondaient plus étaient très certainement encore mi-lave.

Mais plus elle avait mal.

Plus elle avait le sentiment de devenir puissante.

Roulant sur le sol, elle se releva une fois, avant de s’écrouler, pour au final se relever à nouveau avant de charger vers Moro à nouveau, utilisant de sa force brute acquise par la stupidité et la douleur. Elle se rua vers son abdomen. Avant de commencer à frapper. Et à frapper. Et à frapper.

Et à frapper.

Et à frapper.

Et à frapper…
Moro
Moro
Autres Races
Masculin Age : 5
Date d'inscription : 05/03/2023
Nombre de messages : 24
Bon ou mauvais ? : Affamé
Zénies : 1000

Techniques
Techniques illimitées : Télékinésie, Sorcellerie Rémanente, Ray Blast
Techniques 3/combat : Absorption d'Energie, Manipulation d'Energie
Techniques 1/combat : Dévoration

Agitation sur Saute : le Dévoreur est pris en chasse ! Empty
MessageSujet: Re: Agitation sur Saute : le Dévoreur est pris en chasse !   Agitation sur Saute : le Dévoreur est pris en chasse ! ClockLun 27 Mar 2023 - 14:20
Comment diable pouvait mourir une planète ?
En voilà, une question à laquelle peu peuvent se targuer de pouvoir répondre avec certitude… Evidemment, il était tout-à-fait possible de la faire exploser pour ne plus jamais en reparler. C’était souvent le recours ultime des guerriers imbus d’eux-mêmes… Pour autant, cette méthode ne permettait pas de constater des symptômes d’un monde qui se meurt, un processus souvent très long, pouvant prendre des milliers voire des millions d’années. Moro, lui, pouvait accélérer ce dernier pour apprécier les menus détails de ce phénomène de ses yeux en seulement quelques minutes !

Il pouvait voir la flore autrefois verdoyante se faner et pourrir autours de lui. Il pouvait regarder s’écrouler de fatigue la faune qui pullulait, haletante, avant qu’elle ne perde fourrure et plumage, tombe dans l’inconscience et se dessèche sur place pour ne laisser qu’un amas d’ossements. Sur le plan organique, plus rien ne subsisterait alors… Mais qu’en était-il de la planète en question ? Elle aussi dispose d’une énergie qui lui était propre ! Et en son sein se trouve un noyau en rotation constante, mettant ainsi en mouvement le monde lui-même qui tourne ainsi sur lui-même. Ce fait lui-même implique une forme d’énergie unique !

Retirer cette force incommensurable qui soulève les sols et creuse le paysage, c’était rendre l’astre lui-même inamovible. C’était le priver des nutriments qui enrichissait ses terres. Même la roche s’en retrouvait affaiblie, friable. Les montagnes s’effondraient alors, leur pied ne pouvant plus supporter leur propre poids. Les océans se desséchaient pour mettre le monde à nu. Le sol se craquelait sous l’action de la gravité du monde ruiné, la planète perdant drastiquement en volume. Et alors, enfin, elle pouvait être considérée morte à jamais, une coquille vide que nul ne reconnaîtrait plus jamais, comme si elle n’aurait jamais pu abriter la vie par le passé. Tel était le sillage de l’Astrophage.

Au final, était-ce seulement pire que le sort que réservait le Dieu de la Destruction aux mondes qu’il annihilait ? Au moins, à travers Moro, les vies perdues servaient à quelque chose au bout du compte. Il ne les jetait pas simplement dans les oubliettes du temps. Rien ne se perd, rien ne se crée. Tout se transforme. Et tout devait converger vers l’Astrophage. Voilà qui il était. Voilà pourquoi il était l’absolu, la forme de vie ultime, le sommet de l’évolution qui avait échappé au contrôle des Kaïô Shins ! Il était Moro. C’était lui, le prédateur final qui trônait au-dessus de la chaîne alimentaire.

Et diminué qu’il était, il avait eu assez de mal à se débarrasser de cette petite peste.
Son énergie était certes hors du commun, mais il ne crevait certainement pas le plafond. Valait-elle-même un dixième de la puissance du Grand Kaïô Shin ? Ou même de sa brute épaisse de Kaïô Shin du Sud ? Même pas… Mais plus que l’insignifiance de Shemesh, cela disait surtout beaucoup de choses sur l’était délabré de Moro. Et il ne se battait pas vraiment le ventre vide, il avait pourtant dévoré Argus peu avant. Ce n’était bien qu’un satellite, après tout… Une décision qui entraîna ce combat, au final. Était-ce rentable, au bout du compte ? S’il avait choisi n’importe quel autre monde, il aurait pu se concentrer à en dévorer encore un autre sans avoir d’efforts à fournir…

* Alors, j’aurais manqué la joie de manger cet insecte… La question ne se pose même pas, au final. Tant que le gibier que j’attire est gérable, alors je n’ai pas à me soucier des conséquences de mes repas… *

Pensa le Caanéen en son for intérieur.
Content d’en avoir enfin fini avec son premier combat depuis des lustres, il constatait qu’elle avait perdu connaissance… Pas de baroud d’honneur, donc. Tant pis, elle avait déjà montré une ténacité remarquable, il fallait l’avouer. Et pour la récompenser de ses performances, il allait offrir à l’Argusienne le spectacle qu’il était l’un des seuls à pouvoir connaître : il allait lui montrer la mort de Saute, de la même façon que sa petite lune natale. D’abord, il la réveilla en lui cognant le crâne contre la roche avant de la féliciter, la lâchant en bombant son torse. L’absorption finale arrivait enfin… Du moins, elle aurait dû, si le caprin n’avait pas remarqué sa victime se recroqueviller sur elle-même pour éclater en sanglot.


« Oh ? Plus de face à sauver ? Plus d’insolence aveugle ? »

Dit-il en passant son pied sous son menton pour lever sa tête afin de voir sa face pleurer. Quel dommage qu’il soit si amoché… Le sorcier ne pouvait pas apprécier la pleine mesure de sa détresse en l’état. Les larmes. Le désespoir qui tordait les visages. Les supplications peu avant le coup final. Quelles merveilleuses litanies. Ce n’étaient au final que les marques d’une chasse réussie. Evidemment que le dévoré geint lorsque vient son heure. C’était l’ordre naturel des choses. Et le magicien ne pouvait en retirer que de la satisfaction. Qui a dit qu’on ne devait pas jouer avec la nourriture ?

« Tu auras donc passé tes derniers instants à te morfondre… Si tel est ta volonté, je l’exaucerais en t’envoyant te lamenter dans l’Autre-Monde ! »

Moro repoussa la tête de la pleurnicharde en arrière avant de reprendre sa canalisation. Une fin pitoyable, oui. Mais quel fin cette jeune sotte croyait-elle qu’elle aurait ? Sur son lit de mort, seule et oubliée de tous ? Abattue par un quelconque guerrier qui n’aurait pas la patience de supporter ses inepties ? Pendue au bout d’une corde lorsque ses responsabilités deviendraient trop lourdes à porter ? Aucune de ces destinés n’avait de panache. Elle était au final vouée à un échec total, et ça, le monstre l’avait compris en quelques instants lorsqu’il avait sondé son passé. Une triste et éternelle perdante, c’était tout ce qu’elle était. Et ainsi, son histoire finissait. On meurt toujours comme on a vécu. Sauf Moro, cela allait sans dire…

Mais un vent froid se leva soudainement, alors que les sanglots laissèrent place à un cri.
Un réel cyclone se leva ainsi, repoussant le bouc sur plusieurs mètres, ses pieds ancrés au sol ayant tracé deux longs sillons sur ce dernier. Sa main devant la figure pour y voir plus clair, il remarqua que la jouvencelle s’était finalement relevée… Et elle était cette fois-ci plus forte encore. Comparé au début de cet affrontement, elle n’était tout simplement plus la même personne au vu de l’énergie qu’elle dégageait… Encore une fois, son instinct de glouton avait encore raison ! En ne consommant qu’une partie de ses forces, elle pouvait à nouveau se battre avec l’énergie nouvelle du désespoir ! Magnifique, oui ! Cela voulait dire plus de nourriture !


« Ah, tout de même ! »

Ricana-t-il d’un sourire mauvais alors qu’il la regardait lui courir après.
Que pouvait-elle faire ? Ce petit bout de femme calciné n’était pas un danger. Qu’importe si ses forces vitales flamboyaient, son corps physique était à deux doigts du trépas. Chaque instant la rapprochait logiquement d’un coma… Elle manqua même de s’écrouler dans sa charge ! Amusé, Moro lévita en arrière pour mettre de la distance, s’amusant à la voir gambader pathétiquement. Mais il remarquait bien que Shemesh le rattrapait tout de même. Arrivée à distance propice, cette dernière s’élança dans les airs avant de faire un signe de main typique des utilisateurs de capacités de manipulation. Elle activait sa cryokinésie. Mais le Caanéen n’avait pas à chercher pour découvrir d’où viendrait l’attaque ! A distance, cette impudente gela l’eau qu’elle avait réussi à accumuler dans les poumons de Moro, qui comprit directement où elle voulait en venir !

* Enfer ! Je n’ai pas pensé à ça ! *

Il aurait dû recracher l’eau pendant qu’il avait encore le temps !
Voilà que l’Argusienne tentait de la faire éclater pour perforer son adversaire de l’intérieur avec une véritable grenade à fragmentation ! Ecarquillant les yeux, le Fléau d’Iragi contracta son diaphragme alors qu’il appliquait son Ray Blast pour électriser son corps tout entier, le mettant en surchauffe pour faire fondre la glace qui s’était introduit en lui ! Un procédé qui s’était déroulé sans problème, mais qui empêcha le monstre de répondre à la suite de l’assaut, puisque la gamine, toutes griffes dehors, lui taillada le museau d’un coup acéré, manquant de lui prendre un œil par la même occasion alors que le sorcier mugit d’un cri sourd et rauque. La… La… * TRAÎNEE ! * Il n’y avait pas d’autres mots ! Cette traînée le faisait tourner en bourrique pour l’avoir avec des subterfuges primitifs et des attaques de sauvages ! Ca n’allait pas se passer comme ça ! Elle le paiera au centuple !

Conscient que la bâtarde profiterait de la fenêtre d’action qu’elle s’était créée pour enchaîner, Moro puisa à nouveau dans la force de la planète Saute. L’imbécile pensait qu’elle pouvait se glisser dans son dos sans être repérée, et c’était raté, que la bête l’ait vue ou non. Résonnement typique de ceux qui ne savait pas lire l’énergie. Alors par précaution, le sorcier leva ses deux mains, érigeant ainsi tout autours de lui un mur de lave circulaire qui le séparait de Shemesh qui chargeait à pleine vitesse derrière lui depuis les airs, se heurtant à la chaleur intense infusée du Ki de ce monde condamné. Concentrant la force de la planète dans le point d’impact, il comptait bien faire en sorte que la lave ait raison de l’assaut puissant de son opposante pour qu’il la submerge dans un raz-de-marée de roche en fusion ! Mais contre toute attente, elle persista, éclatant la lave sous les yeux surpris du fugitif qui en repoussa des morceaux volant vers lui d’un revers alors qu’elle continua sa course pour enfin arriver jusqu’à lui. Des chapes de lave s’écrasaient sur toute la zone, ébranlée par l’onde de choc qu’il lui a fallu pour faire face à Saute elle-même !

Et maintenant qu’elle était là, si proche de lui, que ferait-elle ? Et la réponse la plus sotte fut choisie : elle griffa à nouveau ! A force d’acharnements, elle planta ses ongles effilés dans la peau du Dévoreur, renforcés et allongés par de la glace ! Moro serra à nouveau les dents, envoyant un coup de coude sur la tempe de la bourgeoise pour la sonner, la renvoyant au sol. * Elle va se tenir tranquille, oui ?! * fulminait le monstre alors qu’il porta la main aux plaies qu’elle avait faite. C’était superficiel… Mais ça faisait mal ! Son sang commençait à couler, tachant la fourrure qu’il portait à sa taille. Oh oui, elle le paierait ! De son côté, elle tenait à peine debout, tombant à nouveau d’elle-même une fois sur ses jambes flageolantes. Elle était finie. Elle dépensait trop d’énergie n’importe comment, surtout pour quelqu’un qui se faisait drainer sa puissance. La situation appelait à l’optimisation, pas à l’abus à outrance.

Et pourtant elle se redressait.
Et pourtant elle le rejoignit à nouveau, cognant sur son buste, encore et encore, repoussant Moro qui parait du mieux qu’il le pouvait et envoyait quelques coups de ripostes dans un échange de coup musclé. Des frappes passaient outre sa garde, le poing brûlé de la gamine s’écrasant contre son plastron. Ce n’était définitivement pas la force d’une mourante. Elle était animée par une force étrange qu’elle puisait dans la défaite… Peut-être était-ce là son grand atout, en tant que perdante née. Mais c’était une aubaine pour le Caanéen ! Il était face à une adversaire qui ne gagnait pas et qui en plus lui donnait plus d’énergie lorsqu’elle se faisait laminer ! Néanmoins, le combat commençait à durer trop longtemps à son goût… A force, il finissait par devenir las de ces échanges. Les meilleures choses avaient toujours une fin. Il était temps d’enfin briser le simulacre de volonté qui la poussait à tenir bon… Et s’il ne pouvait visiblement pas le faire par la violence brute, il avait sa petite idée sur une façon de le faire…

Alors qu’un coup malencontreux de la donzelle renvoya le mage en arrière, se dernier rayonna de son aura d’énergie malveillante alors qu’il préparait sa contre-attaque. Un flot de supplication se fit ainsi entendre alors qu’elle repartait à l’assaut. Mais de toutes les voix, le démon caprin fit en sorte qu’une d’entre elle se fasse entendre bien distinctement.


Agitation sur Saute : le Dévoreur est pris en chasse ! Ra1y

« J’ai mal… »


De l’énergie dans laquelle Moro baignait, la forme d’un crâne apparaissait, puis, plus distinctement, une silhouette familière à la jeune fille pouvait se dessiner dans cet amas de flammes mauves, tendant son bras vers elle comme pour demander son aide. « Quelqu’un… Shemesh, je t’en supplie… ! » Geint l’âme en peine, le sorcier lui permettant d’évacuer sa détresse… Du moins, ce n’était qu’une façon pour lui d’accabler plus encore la psychologie fragile de la pauvre sotte. Quitte à la briser, autant le faire mentalement. Du moins avant qu’il ne le fasse par la force. Car concentrant son énergie dans son bras droit, il souhaitait profiter de cette ouverture émotionnelle que lui laissait cet esprit damné pour placer un coup des plus vicieux, qu’il affectionnait tout particulièrement.


Agitation sur Saute : le Dévoreur est pris en chasse ! Sjdw

Et alors que la main de l’apparition qui tourmentait la torturée effleurait sa peau, le monstre abattit enfin la sienne, tous les doigts raidis pour former une lance projetée à vive allure. Le but était simple, il allait simplement la transpercer de part en part, traversant vêtements, peau, muscles et os qui rencontrerait ses griffes ! S’avançant ainsi, il enfonçait plus encore son bras dans la chair avant de le retirer cruellement, son avant-bras recouvert de sang. La forme de son aura se dissipa naturellement, ne laissant plus place qu’à un monstre au rictus malfaisant, satisfait de faire souffrir les effrontés qui se dressaient contre lui alors qu’il recrachait par terre nonchalamment l’eau qui s’était accumulée dans ses poumons auparavant.

« C’était ton père, n’est-ce pas ? Il avait l’air de se sentir seul… »

Mais avant même de la laisser tomber, il continua en lui envoyant un uppercut du gauche dans le menton pour l’envoyer valser. Fort de la vitesse qu’il avait volé à son environnement, Moro s’envola pour la rejoindre, se glissant dans son dos pour la réceptionner en plein vol, ses deux bras enserrant sa frêle enveloppe contre lui dans une étreinte d’ours depuis l’arrière, forçant pour lui broyer les os et l’empêcher de respirer. Mais ce n’était pas le plus fort… Moro s’entoura à nouveau de son aura qui s’électrisa avec son Ray Blast, foudroyant sur place la malheureuse à quelques mètres au-dessus du sol pendant quelques secondes, qui sans doute devaient avoir l’air bien longues pour la première concernée ! Et lorsqu’il relâcha son étau, il la regarda tomber mollement au sol avant de la rejoindre avec satisfaction. Vivait-elle encore ? Mais oui ! Quelle vitalité… Il s’approcha ainsi, tous crocs dehors.

« Tu veux savoir quelle est la plus grande tragédie dans toute cette histoire ? Je vais te le dire, Shemesh. »

Dressant sa main vers elle, il usa de sa Télékinésie pour la plaquer au sol, l’empêchant de faire des histoires. Il pencha sa tête avec une condescendance qui crevait les yeux.

« Vous êtes vraiment tous les mêmes. Les uns comme les autres, vous pensez que la chose à faire, c’est de me combattre, c’est de me stopper. Et tu sais quoi ? »

Il la releva alors au-dessus du sol à grands renforts de puissance psychique, paralysant ses capacités physiques et appliquant sa pression sur sa gorge alors qu’il l’emmenait avec lui, commençant à marcher d’un pas assuré avant d’éclater d’un rire sardonique.

« Vous avez faux sur toute la ligne ! En venant à moi, vous m’offrez encore plus de puissance ! Au final, ce sont les imbéciles comme toi qui me rendent encore plus dangereux pour l’Univers ! »

Il arriva ainsi devant un point d’eau, zieutant sa victime d’un œil mauvais.

« Aveuglés par votre esprit de justice en plastique, vous travaillez pour moi sans même que je vous donne la moindre instruction ! Vous êtes les plus utiles des idiots de la Création ! »

Et comme un enfant qui s'amusait à torturer un insecte qu'il avait ramassé, il la mit à l’eau avec ces mots durs.

Agitation sur Saute : le Dévoreur est pris en chasse ! 7xj3

Lâcha-t-il tant qu’elle pouvait l’entendre, plongeant son corps tout entier dans la flotte pour l’y maintenir afin de la noyer une fois pour toute. Après tout, elle, elle avait ce besoin de respirer. A force de s’essouffler, à force de viser les voies respiratoires, même le plus grand des benêts se rendrait compte qu’elle n’était pas de ces espèces qui pouvaient vivre dans le vide intersidéral. Elle avait besoin d’oxygène. Et elle ne semblait pas avoir les branchies qui lui permettrait de collecter celui qu’elle trouverait dans l’eau. Qu’elle gèle ou non le liquide qui l’étouffait ne la sauverait pas. Il comptait bien enfin la faire tomber dans les pommes, et seulement après l’en ressortir pour siphonner ses dernières réserves d’énergie. A elle, et à toute la planète avant de repartir pour les étoiles.

A moins bien sûr qu’elle ne fasse encore une fois preuve de ses capacités de renforcement par l’échec.
Auquel cas elle n’allait faire que donner plus de force à son adversaire…
Dans tous les cas, Moro y gagnait.

Il y gagnait toujours…
Shemesh Perditio
Shemesh Perditio
Autres Races
Féminin Age : 22
Date d'inscription : 07/05/2018
Nombre de messages : 261
Bon ou mauvais ? : Gentille, si si, sérieux
Zénies : 800

Techniques
Techniques illimitées : Perditio Style / /
Techniques 3/combat : / Advanced Perditio Style
Techniques 1/combat :

Agitation sur Saute : le Dévoreur est pris en chasse ! Empty
MessageSujet: Re: Agitation sur Saute : le Dévoreur est pris en chasse !   Agitation sur Saute : le Dévoreur est pris en chasse ! ClockMar 28 Mar 2023 - 23:11
Shemesh n’avait jamais eu de face à sauver. Elle avait de l’arrogance. Elle avait de l’égo. Tout le monde en avait au moins un peu. Mais elle n’avait pas de dignité. Elle n’avait aucune hésitation à faire des trucs stupides ou humiliants tant qu’il n’y avait pas plus de conséquences que du rire et de la satisfaction personnelle. Elle était prête à être le dindon de toute farce tant qu’on ne se moquait pas d’elle à jamais pour la même farce encore et encore et – roh, peut-être même que ça, elle aurait pu le tanker. Elle avait porté des cosplays frôlant l'exhibitionnisme. Elle avait bouffé des trucs qu’elle n’aurait pas dû bouffer pour satisfaire des gages. Elle s’était mise à rire durant un combat face à un destructeur de monde… Elle s’était mise à rire parce qu’il avait l’air rigolo. C’était tout ce qui traversait sa tête – si quelque chose était rigolo ou non. Si quelque chose était sexy ou non. Si quelque chose faisait du bien ou non. Les plaisirs de toute part. C’était comme ça qu’elle réfléchissait. Elle aimait juste voir ce qui se passait, voir le monde, voir ce qui se produisait. Elle n’avait pas de honte à pleurer par terre. Elle avait juste honte de ce qu’elle faisait voir à des fantômes. Elle n’écouta pas Moro se moquer d’elle. Elle était juste… juste en train de vouloir pioncer cinq minutes de plus avant d’aller à l’école.

Est-ce qu’elle lui avait fait mal quand elle l’avait lacéré ? Il avait eu l’air de gronder. Mais elle ne savait plus trop si elle faisait du mal à qui que ce soit. Elle avait tellement mal elle-même qu’elle ne savait plus où donner de la tête – tête maintenant difforme et ensanglantée. Elle avait juste donné des coups de griffe. Elle n’avait pas donné de coups de griffes depuis qu’elle avait neuf ans, parce qu’une autre fillette lui avait tapé dans le tibia puis dans le bide à coup de pied et qu’elle avait décidé de griffer comme une andouille. Elle avait failli l’envoyer à l'hôpital. Elle avait glacé des instituteurs sur une soudaine montée de puissance. Elle – elle savait plus trop si elle parvenait à faire du mal aux gens ou pas. Elle avait mal aux bras. Un peu plus de brûlures. Un peu plus de nerfs qui n’allaient plus assez loin. Un peu plus de nerfs qui ne fonctionnaient plus assez bien.

Elle eut l’impression de tomber dans un rêve. Elle ne savait plus où elle était. Elle voyait tout au ralenti. Elle était sonnée. Elle avait mal. Elle avait des clous dans les cuisses. Elle avait des punaises dans les mollets. Un éléphant lui écrasait le thorax à chaque respiration. Ses bras étaient coincés sous une cascade d’eau bouillante. Des pinces de crabes étaient attachées à ses plantes de pieds. Son visage lui donnait l’impression de devenir aussi abstrait qu’un tableau terrien moderne. Comme si ses yeux étaient déplacés. Comme si sa bouche était plus incomplète dans un coin de pommette qu’un autre. Il lui semblait que son cerveau baignait dans de l’eau tiède. Il lui semblait que ses yeux étaient enfoncés dans ses orbites jusqu’à ce qu’elle perçoive tout depuis un tunnel. Ses oreilles sifflaient tant qu’elle n’entendait presque plus rien. Tout son lui venait en écho. Ses tympans étaient dans des caves. Des sons qui ne faisaient plus de sens… Et… Un crâne… Une voix… Une voix qui n’avait jamais pleuré hormis une fois en se pétant la jambe après s’être coincé le tibias dans l’échelle en cherchant à prouver qu’il pouvait refaire le toit lui-même et peut-être une autre fois lors d’une remise de diplômes. Est-ce que cette voix tremblait et craquait à nouveau ? Oui…

Shemesh s’arrêta de taper… Elle pensait que c’était ce qu’elle était en train de faire… Elle avait juste un instinct de s’arrêter. Mais… elle ne ressentit rien. Juste un vide. Comme si tout était déjà sorti. Comme si elle n’était juste plus là. Son regard tranchant le néant comme si…

Ses yeux s’écarquillèrent un peu plus. Elle s’était prise une attaque trop puissante. Trop puissante pour son petit corps. Trop puissante pour son petit estomac. Pour ses petites tripes. Elle ne savait pas ce qu’elle perdait. Elle ne savait pas ce qui sortait. Elle savait simplement qu’elle se faisait transpercer pour la première fois. Son visage ne changea presque pas de forme. Elle n’eut que l’instinct de se dire que quelque chose l’avait traversé. Elle regardait toujours dans le néant. Elle entendait une autre voix. Quelque chose lui disait que quelqu’un se sentait seul. Elle n’était plus aux commandes. Elle avait laissé le pilote automatique se faire tout seul. Mais elle se disait que c’était… odieux. Un grand coup de pute. Une manigance trop facile pour parvenir à gagner. C’était dégueulasse… Mais bon… Peut-être que dans une même situation, Shemesh aurait fait la même. Tout le monde devait se servir de ses outils pour gagner, de tout ce qu’on avait sur soi. Et peut-être que si un jour elle fut purement mauvaise, purement mauvaise comme Moro l’était, peut-être qu’elle aurait fait pareil.

Elle avait quitté ce qui la retenait. Quelque chose l’avait percuté. Elle se demandait si c’était ce que les gens ressentaient quand ils se prenaient une voiture dans le visage. Est-ce que les nerfs suivaient l’impact ? Y avait-il même le temps de sentir la douleur avant de ne plus être présent dans sa propre tête ? Ses yeux gonflés sous son visage balafré et pleins de plaques virent le paysage défiler alors qu’elle semblait… voler ? Puis elle s’arrêta… Quelque chose la faisait respirer de moins en moins vite. Une pression autour du corps. Est-ce qu’elle avait encore un corps ? Elle ne savait même plus si elle était bissectée, scindée, tranchée en deux. Elle entendit une voix, à travers sa respiration si écrasée qu’elle semblait ressembler au bruit d’une tronçonneuse peinant à démarrer.

Moro disait que c’était stupide de la part des justiciers de venir à lui. C’était débile de chercher à le combattre, parce qu’au final ils lui donnaient leur puissance. Quelque chose quelque chose plastique ? Idiots de la création ? Faire affaire avec eux. Shemesh n’avait pas été guidée ici par un esprit de justice… Pas par un esprit de vengeance. Elle pensait qu’on lui demandait ça. Elle était venue ici pour mourir, puis elle s’était rendue compte qu’elle avait une chance de l’arrêter, puis… puis, elle avait échoué. Elle ne savait pas quelles étaient les erreurs qui l’avaient fait perdre. Peut-être qu’en gérant mieux certaines ouvertures, peut-être qu’en appuyant plus sur des failles, peut-être qu’en visant mieux, peut-être qu’en s’acharnant plus sur un même endroit, peut-être qu’en, peut-être qu’en, peut-être qu’en – qu’est-ce que ça voulait dire, maintenant ? L’état de son corps lui disait suffisamment qu’elle avait perdu. De sa bouche abimée sortit alors les seules paroles qu’elle crut nécessaire de dire à ce moment, sa salive pâteuse et saignante manquant d’empêcher ses lèvres de se délier correctement..

”Ferme ta gueule, Moro… T’es pas intéressant… ”

Une seule émotion traversait à présent son corps – l’envie de dormir. L’envie de passer à autre chose. Arriver dans un autre-monde où tout se déroulerait différemment. Arriver dans une réincarnation, dans une autre vie, être quelque d’autres, avec plus de facilités, moins de chance, peut-être une personnalité différente, peut-être un corps différent, qu’importe. Elle n’avait que la fatigue de quelqu’un qui avait eu une longue et hardueuse journée. Et puis, elle sentit enfin le poids qui l’empêchait de tomber se retirer.

Et plouf.

Shemesh ne fermait pas ses yeux dans l’eau. Ils avaient toujours été capable de voir aussi bien qu’à la surface. Elle ne fermait pas ses narines dans l’eau non plus, s’étant habituée à ce que ce qu’elle absorbe soit dégagé par les ouvertures dans sa nuque, héritée de Maman la Kanasienne d’un autre univers. Sous le col de sa tracksuit se trouvaient des branchies aussi hideuses qu’inutile dans un grand nombre de situation… Mais semblait-il que cela l’empêchait de se noyer. Elle voyait du rouge s'échapper d’elle. Du rouge qui se mélangeait au liquide qui l’entourait. Elle ne parvenait pas encore à mourir. Ses mains continuaient de trembler. Son coeur, s’il était encore dans sa poitrine, lui inquisitionnait de taper sur des trucs. Cette puissance… Ce potentiel… Cet héritage destructeur… ça ne voulait pas se taire. Cela lui demandait de sortir à nouveau.

Comment est-ce qu’ils faisaient, à la télé ? Tous ces Saiyen, tous ces combatants de l’espace qui se balançaient des rayons ? Ils joignaient leurs mains ensembles, et ils canalisaient leur énergie dans un point concentré. Alors elle regarda la forme qui semblait l’attendre hors de l’eau, sur la rive, elle leva juste ses mains avant de fermer les yeux. Elle pensa à l’idée que tout ce qu’elle avait en elle, toute cette énergie… elle voulait que tout aille dans un point concentré entre ses mains… et ça le fit. Elle se sentit être vidée petit à petite de cette surpuissance qui ne suivait.

Elle se sentait… aspirée, aussi ? Pas par le cœur… Ce qu’elle créait était véritablement en train d’absorber l’eau…

Mais c’était l’énergie volée à une déesse de la destruction… Cela faisait donc du sens que l’eau s’en aille – l’eau était en train d’être aspirée, ou peut-être même détruite, elle n’en savait rien. Tout ce qu’elle savait, c’était qu’il y avait une sphère qui grandissait entre ses mains, une sphère qui semblait pousser ses mains tout en cherchant à les aimanter, qui volait à ses bras la brûlure qui les torturait. Il n’y avait que cette sphère qui prenait tout ce qu’elle avait à donner jusqu’à ce qu’enfin elle puisse se calmer. Jusqu’à ce qu’enfin elle puisse se coucher. Cette énergie qui s’était accumulée par les coups et les blessures, quintuplée, exponentielle après l’attaque qui lui donnait l’impression qu’elle n’était qu’un filtre à air.

Elle se sentit… léviter ? Il semblait que ça la tirait jusqu’au ciel. Comme si sa propre attaque avait connectée ses poignets à des fils de marionnette, comme si elle était menottée à cette sphère qui la faisait monter dans le ciel. Elle sentait l’air disparaître. Elle sentait l’air s’échapper loin d’ici. Elle sentait sa propre force s’échapper elle aussi. Mais son cerveau malade commençait néanmoins à comprendre. Quand quelque chose était suffisamment froid – quand il n’avait pas de chaleur du tout, le mythique zéro absolu… il s’arrêtait. Sans chaleur, il devenait un pur, pur, pur arrêt. Il ne pouvait plus y avoir aucune interaction. C’était ce que Shemesh était en train de créer. Une sphère d’énergie destructrice divine mélangée à son penchant pour le froid. Elle ne faisait pas une grosse boule de neige. Elle ne faisait pas une sphère violette qui faisait purement et simplement mal. Elle faisait – elle faisait un soleil luminescent et pourtant transparent. Un soleil qui n’était pas visible hormis par l’immense trouble qu’il créait. La lumière ne passait pas à travers… mais étant théoriquement impossible à exister, tout le monde pouvait quand même voir derrière.

Et enfin, il fut prêt. Cette énergie vide… cette grande, grande, grande boule d’énergie vide. Etait-ce même de l’énergie ? Peut-être que Moro allait l’aspirer et se trouver figer dans le temps, dans le manque d’interaction qu’il aurait avec le monde. Peut-être qu’il allait être bloqué comme – comme, euh… pff, non, elle savait même pas ce qui pourrait y être comparable. Mais c’était simplement une boule destructrice pas parce qu’elle allait faire une grosse explosion… mais peut-être que si, elle allait faire une grosse explosion. Ou peut-être qu’elle figerait Moro et l’entièreté de ce champ de bataille… Ou peut-être qu’il sera juste couvert de beaucoup, beaucoup, beaucoup de neige. Qu’importe.

Elle lança son soleil de froid.

Et elle retomba.

Et enfin… elle ne pensa pas.

Elle avait – elle avait de son possible. Elle s’était lâchée. Elle avait vomi toutes ses émotions. Elle avait de son mieux pour le vaincre. Elle s’était pas laissée craquer l’esprit par un sadique.

Elle était toujours aussi conne. Elle était toujours aussi placide. Elle était toujours aussi Shemesh.

Si elle mourait, c’était sans regrets.

GG boiz.
Moro
Moro
Autres Races
Masculin Age : 5
Date d'inscription : 05/03/2023
Nombre de messages : 24
Bon ou mauvais ? : Affamé
Zénies : 1000

Techniques
Techniques illimitées : Télékinésie, Sorcellerie Rémanente, Ray Blast
Techniques 3/combat : Absorption d'Energie, Manipulation d'Energie
Techniques 1/combat : Dévoration

Agitation sur Saute : le Dévoreur est pris en chasse ! Empty
MessageSujet: Re: Agitation sur Saute : le Dévoreur est pris en chasse !   Agitation sur Saute : le Dévoreur est pris en chasse ! ClockJeu 30 Mar 2023 - 4:02
Evidemment que ça marcherait…
C’était une combine vieille comme le monde, après tout, de tourmenter ses adversaires avec les âmes de ses proches pour mieux les briser… Le sentimentalisme était un concept qui était étranger à Moro, mais il savait parfaitement que ce fléau touchait la plupart des gens. Une autre preuve de sa supériorité ? Sans doute. Après tout, l’évolution se basait sur le concept de l’apparition de caractères favorisant la survie. Et alors que son bras avait transpercé le ventre de la jouvencelle, il ne pouvait que se rappeler pourquoi ces émotions nuisaient à la santé… L’arrêt de Shemesh dans sa course fut le point d’orgue à sa défaite. Elle avait perdu depuis l’instant où elle s’était montrée, oui, mais ce fut ce moment qui sonna véritablement le glas de son existence.

Pour la suite, elle ne pouvait naturellement pas suivre la cadence…
Le coup de poing l’envoya valdinguer avant qu’elle ne se fasse broyer et encore une fois carboniser par le bear hug électrique du monstre. Sous son emprise télékinésique, elle ne pouvait pas faire grand-chose non plus. Pouvait-elle-même entendre ce que lui disait le Caanéen ? Il semblerait, puisqu’elle répondit avec un dernier esprit de défiance pour affirmer que le sorcier ne l’intéressait pas et devrait se taire… Elle n’a jamais été très loquace, de toute façon. Depuis le début de cet affrontement, avait-elle-même prononcée une seule phrase constructive ? Seulement des onomatopées et des mots confus. Au final, ce n’était pas si différent d’affronter un simple animal, avec des pouvoirs de glace en plus.

Quant à ces dernières paroles, Moro n’en avait cure.
Les mots des condamnés se perdent toujours dans l’indifférence. C’était tout ce qu’elle pouvait se permettre de faire dans son état actuel, après tout. Alors autant en finir. Il allait lui donner un dernier bain pour qu’enfin elle dorme… Et ce, définitivement. Mais alors qu’elle reposait au fond du lac le plus proche de leur zone de duel, une pensée vint au bouc. Oui, elle avait besoin de respirer pour vivre. Mais allait-elle réellement se noyer ? Il lui semblait bien qu’elle ne possédait pas de branchies. Mais ce n’était là qu’une supposition. Peut-être était-elle aussi à l’aise sur terre que sous l’eau… Une hypothèse qui se corrobora lorsqu’il remarqua que quelque chose se tramait sous la surface. Quelque chose luisait. Quelque chose luisait de plus en plus fort.


« Alors, qu’est-ce que tu as trouvé pour me divertir, cette fois ? »

La fille remontait.
Peu à peu, elle reprenait de la hauteur jusqu’à sortir de l’eau. Mais ce n’était pas là l’information intéressante. Ce qui l’était, en revanche, c’était ce qu’elle portait à bout de bras au-dessus de sa trogne cabossée. Un orbe luminescent qui semblait absorber l’air en son sein, emprunt d’une énergie fabuleuse…
« Heheheheh… Comme c’est appétissant ! Oui, plus gros, plus fort ! » Commenta le caprin en lorgnant sur ce phénomène unique qui ne faisait que condenser plus d’énergie à mesure que Shemesh le canalisait… Dire qu’une telle puissance trouvait sa source dans une telle pimbêche, c’était réellement un comble ! Quoiqu’il en soit, le magicien ne bougea pas d’un centimètre. Il n’allait rien éviter. Il n’allait rien contrer. Tout ce qu’il faisait, c’était se lécher ses babines sèches.

Et enfin, Shemesh en avait fini.
Elle y avait vraiment tout donné. Avec ses dernières forces, elle venait peut-être même de se tuer à la tâche en formant cette gigantesque sphère glaciale. Moro ne s’étonnerait pas qu’elle tombe raide morte d’un instant à l’autre. Mais pas avant que l’attaque ne soit lancée. Qu’elle vienne… Qu’elle vienne ! Elle abattit ses bras meurtris, faisant suivre avec eux le soleil glacé qui tombait sur la bête tout sourire. Et elle l’accueillit avec hospitalité, ouvrant grand la gueule en prenant une grande aspiration. C’était tout ce que l’Argusienne avait désormais à offrir. Et le Caanéen ne comptait pas en rater en miette pour dévorer cette splendide offrande ! A table !


Agitation sur Saute : le Dévoreur est pris en chasse ! O82n

La sphère s’engouffra en son sein, son énergie se répandant dans chaque fibre de son corps qui se revigorait sous l’effet de cet afflux massif d’énergie, une énergie qui combla ses espérances et apporta un peu de fraîcheur à la bête qui se sentait encore meilleure qu’avant. L’air qui l’enveloppait se mit à refroidir brusquement alors qu’il regardait les courants d’air froid passer entre ses doigts et caressant sa longue barbe d’ivoire avec satisfaction. Il avait consommé tout ce qu’il y avait de consommable. A l’aide de sa sombre magie, il pouvait faire sien absolument tout ce qu’il engloutissait. Fusse-t-il une catastrophe naturelle ou une arme de destruction massive, il n’y avait rien qu’il ne pouvait s’accaparer. Moro serra les poings, craquant ses phalanges par la même occasion alors qu’il se concentra un instant, yeux fermés. Il entendit la fillette retomber dans le lac. Avec le trou béant que le cruel dévoreur avait fait, elle n’allait certainement pas flotter. Mais elle avait montré sa capacité à respirer sous l’eau, non ?

En tout cas, elle risquait de se vider de son sang.
Elle était une formidable pigeonne, cela n’était pas discutable. Elle se battait n’importe comment avec des réserves d’énergie à foison et qui se remplissaient d’elles-mêmes. Une aubaine, vraiment. Ce serait dommage qu’elle finisse ses jours ici, surtout lorsqu’elle avait une telle volonté de chercher à affronter Moro. Rouvrant les yeux, ce dernier contempla son corps brisé sombrer, alors que lui-même se retrouvait dans l’œil d’un cyclone froid qui agitait la surface de l’eau toute proche. Alors, il tendit à nouveau son bras. Et les vents polaires qui tournaient autours de lui se redirigèrent vers le lac, abattant sa course contre lui pour lui dérober sa chaleur. La cryokinésie, hein ? Une capacité assez basique, bien que ses applications peuvent être complexes. Il suffisait donc au Fléau d’Iragi de quelques instants de concentration pour contrôler cette capacité qu’il avait absorbé, du moins pour l’utiliser avec la maîtrise suffisante pour faire ce qu’il avait en tête.

Il allait emprisonner la gamine dans la glace.
Qu’elle y reste congelée des millénaires ou qu’elle en soit secourue par quelqu’un, ça n’avait pas vraiment d’importance. Dans le meilleur des cas, celui qui l’en sortirait pourrait soigner son état lamentable. Et alors, elle reviendrait sans doute à la charge, un jour. Peut-être mieux préparée. Sans doute plus forte. Et alors, Moro aurait encore à manger. Mais pour l’instant, il se satisferait de ce qu’il avait devant lui. Une fois la donzelle gelée, le sorcier se redressa pour faire craquer son vieux dos, les mains posées sur ses hanches. Avec tous ces mouvements, c’était là où il souffrait le plus… Ce n’était plus de son âge, toutes ces agitations. Pour le moment, du moins.


« Bien… Je crois que nous en avons terminé, ici… »

Le fugitif prit alors de la hauteur pour s’envoler, traversant les cieux et pourfendant les nuages pour quitter l’atmosphère de la planète Saute et rejoindre le spationef qu’utilisaient Cranberry, Gryll et les autres, attendant leur maître en orbite. Mais avant de pénétrer par le sas, il lança un dernier regard à ce monde, puis tendit sa main avide pour en retirer la moindre particule d’énergie vitale, volant à l’astre tout ce qu’il y avait de vivant en lui pour ne laisser qu’un rocher sec qui dérivera seul dans l’espace. La seule chose à laquelle Moro ne toucha pas, c’était le petit lac gelé dans lequel reposait désormais la simplette… L’orbe de Ki amassé était scandaleusement gros, assez pour faire la taille d’une grande maisonnée. Et en une pression de sa main, il en réduisit la taille pour le rendre assez petit pour tenir dans sa bouche. Et ainsi, il l’avala goulument, faisant sienne cette vitalité dérobée au prix d’un pur génocide.

Agitation sur Saute : le Dévoreur est pris en chasse ! 4636

Une fois consommée, Moro se rappelait enfin la douce joie de prendre la puissance d’un monde toute entier. Avec le temps, il en était arrivé à oublier la différence qu’il y avait entre le goût d’une lune et celui d’une réelle planète. Entre Saute et Argus, c’était comme le jour et la nuit ! Il se sentait renaître véritablement ! Ses tissus se raffermirent, ses os se calmaient dans leur perpétuel inconfort ! Comme une vague guérisseuse, la force nouvelle qui l’habitait boostait ses capacités de récupération, refermant ses plaies et renforçant son ossature mise à mal par la morveuse. La douleur lui semblait à nouveau être un lointain, si lointain souvenir alors qu’il poussait un long soupir de soulagement… Près d’un million d’années… Il venait de rajeunir de presque un million d’année entre maintenant et le moment où il avait touché le sol de Saute. Il n’avait décidément pas perdu sa journée…

Content du résultat, même s’il gardait toujours cette même apparence de vieille bique, il entra enfin dans son vaisseau spatial accueillit par son compère le vétéran de l’Empire Cold. Cranberry faisait un peu de zèle… Mais rien de très étonnant, lui qui fut témoin des capacités du sorcier. Mieux valait être dans ses bons papiers, et il le comprit parfaitement. Remarquant que l’Astrophage n’avait plus sa cape et présentait des traces de combat sur lui, l’ancien soldat se montra quelques peu surpris. « Moro ? Qu’est-ce qu’il s’est passé ? » Demanda-t-il alors que le premier intéressé se rappela que malgré les vertus guérisseuses de sa magie, son sang séchait toujours sur sa peau. Portant son pouce à sa langue pour le mouiller, il essuya l’endroit où Shemesh lui griffa la figure avant de répondre d’une voix neutre.

« Rien de bien important. Nous partons bientôt… Au passage, Gryll… »

Appela le bouc alors que son nouveau serviteur paraissait devant lui, l’œil noirci par un cocard et la lèvre inférieure gonflée. « O-oui, maître Moro ? » Demanda-t-il avec obséquiosité. C’était maintenant à Moro de se montrer inquisiteur, glissant une question à Cranberry pour en savoir plus sur la situation qui semblait affliger le Saute maintenant sans abri.

« C’est moi, ou il est plus amoché que lorsque je te l’ai laissé ? »

A cela, le déserteur croisa les bras d’un air fier avant de répondre. « Il a tenté de s’enfuir… Du coup il a fallu que je le tienne en place. Trois fois rien… » Evidemment, ces mots étaient chargés de piques qui mirent Gryll mal à l’aise. Ce qu’il pouvait bien penser ou tenter faire, Moro s’en moquait éperdument. Ce qui importait, c’étaient les actes… « Je vois… » Désormais, de toute façon, il n’avait plus nulle part où aller. Le Caanéen s’approcha de lui avant de passer à sa droite, posant sa main sur son épaule. Avec ce regard froid rivé sur lui, Gryll pouvait sentir que la créature qui lui parlait n’appartenait pas au même plan que lui… Et il ne comprit pas vraiment ce que celle-ci attendait de lui lorsqu’elle lui posa cette simple question.

« Dis-moi, Gryll, que penses-tu de ta planète natale ? »

Pris de cours, le Saute regarda d’un air benêt le magicien antédiluvien. « Heu… Pas grand-chose, pourquoi ? » Se hasarda-t-il à répondre, du tac au tac. Les yeux de Moro se plissèrent alors avant qu’il ne lâche son épaule, continuant son chemin que les autres Sautes obstruaient. Le voyant venir, ceux-ci reculèrent d’une traite, le dos collé contre les parois du vaisseau pour laisser passer leur nouveau boss, qui prit à nouveau la parole.

« Alors tu ne prendras pas trop mal la nouvelle… J’ai dévoré Saute. »

Le bandit écarquilla les yeux, jetant un œil à ses camarades tout aussi confus que lui.

« Comment ça… ? »

« J’ai dévoré Saute. Tous ses habitants font désormais partie de moi. »

Répondit l’Astrophage alors qu’il retrouva son fauteuil, prenant place sur ce dernier avec le petit sourire satisfait du vieil homme qui rentrait chez lui après sa petite promenade. Ce qu’il était, en soit… Le criminel bredouilla avant de jeter un œil au hublot pour voir sa planète natale, autrefois colorée de vert et de bleu, désormais terne et grise. Moro ne mentait pas. Il avait réellement tué un monde tout entier. « Je… » Put-il simplement prononcer avant d’être interrompu par son maître qui feignit d’accorder de l’importance à ses sentiments.

« Je vais te laisser quelques instants pour faire la paix avec ça avant que tu ne me fasses le bilan de votre sortie. »

Il porta sa main à sa barbe tout en tournant le dos à Gryll, qui de toute évidence perdait tous ses repères. Tant mieux. Un homme de main qui perdait pied, c’était un homme de main facilement malléable. Il venait déjà de se faire corriger par Cranberry. Voilà qu’il perdait sa demeure et ses seuls compatriotes encore en vie se trouvaient sur ce vaisseau… Encore un peu de temps, et il perdra tout individualisme… Ou alors, son chagrin causera sa perte. Mais alors, il ne serait pas digne de servir Moro. Donc dans tous les cas, c’était une bonne chose. Cranberry alla ensuite à sa rencontre. Ne devait-il pas piloter ? Non, c’était un autre Saute qui s’occupait de la navigation… Tant qu’il savait se servir des commandes, alors peu importait. L’ancien soldat de Freezer fit un rapport sur quelque chose que les systèmes venaient de repérer.

« Nos radars indiquent que des vaisseaux approchent de Saute. C’est la Patrouille Galactique qui rapplique ! Qu’est-ce qu’on fait, Moro ? »

Aucun besoin de s’alarmer ainsi…
Au contraire, que la Patrouille aille sur Saute. Qu’elle constate de l’étendue des dégâts si ça lui chantait. Ils pourraient même y retrouver Shemesh et la conduire à leurs centres de soin intensifs, de toute façon Moro et ses hommes seraient partis depuis belle lurette avant qu’ils ne repartent à sa poursuite…
« On ne fait rien de particulier. On fonce droit devant et on les laisse perdre leur temps sur ce caillou… » S’exécutant, le pilote appuya sur le champignon pour quitter le système à toute vitesse. Néanmoins, ce n’était pas tout ce que Cranberry avait à dire, puisqu’il tapa quelque chose sur son émetteur mobile avant de le tendre au sorcier.

« Au fait, j’ai fait quelques recherches en attendant votre retour. C’est au sujet des boules de cristal… »

Des articles de presse sur l’Internet Intergalactique…
Dôsatz… Un tournoi d’arts martiaux… Avec à son terme la récompense d’une Dragon Ball ? La photo de l’artefact concordait avec la description que faisait Cranberry de ces objets, bien qu’elle semble plus petite… Et qui plus est, l’annonce avait l’air sérieuse… Un autre article… Un casino ? Un simple centre de jeux d’argent qui distribuait en lot ce genre de trésors magiques ? Cela semblait trop gros pour être vrai. Mais il semblerait que le monde connaisse l’existence et la fonction de ces formidables boules à souhait. Cela ne pouvait vouloir dire que trois choses. Soit ce n’étaient que des contrefaçons honteuses. Soit il existait d’autres lots de Dragon Ball en circulation dans l’Univers. Ou alors ce sont bel et bien les Dragon Balls de Namek, dispersées aux quatre coins de la galaxie. Cela appelait à une nouvelle quête pour connaître le fin mot de cette affaire de vœux fabuleux.


« Eh bien, voilà qui est intéressant ! Messieurs, l’objectif a changé… »

Affirma-t-il avec jovialité en claquant de ses maigres doigts avant de rendre l’émetteur de Cranberry. Le voyage qui s’imposait ne serait peut-être pas de tout repos. Mais Moro comptait bien accueillir ces péripéties qui l’attendaient. Après tout, qui sait quels repas il pourrait trouver lors de cette aventure qui se profilait à l’horizon ?

Agitation sur Saute : le Dévoreur est pris en chasse ! E011

De belles choses arrivaient…
Il pouvait le sentir…
Contenu sponsorisé

Agitation sur Saute : le Dévoreur est pris en chasse ! Empty
MessageSujet: Re: Agitation sur Saute : le Dévoreur est pris en chasse !   Agitation sur Saute : le Dévoreur est pris en chasse ! Clock
 
Agitation sur Saute : le Dévoreur est pris en chasse !
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le Dévoreur du Mal [PV]
» Le dévoreur des mondes
» Le Grand Dévoreur [Mission]
» Aldrich (et pas le Dévoreur des Dieux)
» Mission - Rang 1 [Le Grand Dévoreur]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPGDBZ :: RPG :: Planètes-