-45%
Le deal à ne pas rater :
Nike Air Zoom SuperRep 3 – chaussures de HIIT pour Femme
71.47 € 129.99 €
Voir le deal

Partagez








 

 La bête et la bête [Quête alternative 3]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Chronoa
Chronoa
PNJ
Féminin Age : 83
Date d'inscription : 19/10/2018
Nombre de messages : 103

La bête et la bête [Quête alternative 3]          Empty
MessageSujet: La bête et la bête [Quête alternative 3]    La bête et la bête [Quête alternative 3]          ClockMar 20 Sep 2022 - 23:56

Les ténèbres qui enivraient les lieux ne furent pas suffisants pour dissimuler la présence d’un imposteur plus longtemps. Comment était-il possible de le remarquer alors qu’il ne faisait aucun bruit ? Si, il le devinait lui aussi, ils étaient tous les deux méticuleux. Ce qui avait alerté Zev, ce n’était pas un quelconque son, c’est l’absence de ce même son. Les quelques chauves-souris hantant les lieux ne se faisaient guère plus entendre, signe qu’elles avaient toutes disparues. Cela signifiait qu’elles avaient été éliminées par une chose dangereuse, une créature digne des pires fictions. Et s’il n’eut pas de réponses dans les quelques secondes suivant son exclamation, le time patroller put se sentir lourdement épié, plus encore qu’auparavant. Et en scrutant les environs d’un œil affuté, il put voir dans le néant profond la prunelle discrète d’yeux disproportionnés, invariablement ceux d’une bête mesurant deux à trois hommes de haut. « Ce regard… C’est celui d’un démon », se dit Cell en observant le pilote aguerri.

La bête et la bête [Quête alternative 3]          5faf8f7292e228f2b4530c34c380cc3d8237d979

Et dès lors qu’il fut découvert, le bio-androïde fit tomber le masque, relâchant la prise qu’il l’attachait à une stalactite pendue au plafond pour rejoindre le sol. Et bien qu’il semblât peser près de 400kg, la création du docteur Gero ne fit aucun boucan, se fondant presque aussitôt dans les ténèbres desquelles il s’était tiré. Fort heureusement pour Zev, l’animal ne jouait plus la carte de la discrétion et vint se montrer au terrien. Il était immense, environ deux mètres cinquante de haut, assez grand pour que nul ne puisse lui faire tendre la nuque.

Et alors qu’il faisait face à au suppôt de Chronoa, Cell fut modérément éclairé par la DeShoto. Que ce soit par la sainte volonté de la voiture, de son propriétaire ou de la caverne, quelque chose semblait avoir offert au duo d’étrangers la possibilité de se voir sans détour.

Si l’être artificiel avait choisi d’apparaitre, c’était parce qu’il avait été intrigué par plusieurs éléments de la personnalité de son nouvel interlocuteur. Que Zev soit heureux, il était certainement le premier homme normalement constitué à pouvoir observer d’aussi près le dernier chef d’œuvre de Ruban Rouge. La posture de la créature n’était pas agressive, il se tenait droit, silencieux quelques secondes encore, il était énervant avec ses phases de non-dit.

La bête et la bête [Quête alternative 3]          Tumblr_p0ytytjCOs1wgwg1oo4_400


« Je pense que ce petit imbécile va encore me chercher longtemps. »

Il fit mine de regarder ailleurs, accompagnant sa mimique d’un sourire moqueur difficilement perceptible à cause de la constitution à peine humaine de son visage.

« Mais de toute manière, cela t’arrange de savoir que tu me confrontes. D’ailleurs, c’est peut-être ce que tu espérais depuis le début. »

Il émettait des doutes, mais il était en fait certain de ce qu’il disait. Dans sa forme la plus basique, Cell était doté d’une personnalité plus calculatrice, il n’était pas influencé par l’arrogance de ses gênes saiyans. Cette ouverture d’esprit lui permettait d’appréhender avec précision la moindre action ou réaction d’un individu. Il s’abaissa, posant presque un genou à terre pour parler de face à face avec le vieil homme. Bien que Zev était grand, il demeurait loin du géant qu’était l’insecte.

« Tu n’oserais pas me contredire, Zev. »

La bête et la bête [Quête alternative 3]          Dbz151-13

Il prolongea son sourire, d’avantage pervers. Il avait obtenu des informations et ne manquait pas de le faire savoir. Evidement, le concerné était libre d’attaquer la bête et d’en finir au plus vite. Mais deux questions se posaient : En était-il capable ? Et surtout : que cherchait Cell ? Le bio-androïde n’était certainement pas venu vers lui pour se moquer de la condition d’être lent et mortel de l’homme isolé. Non, il devait y avoir quelque chose.

« J’ai senti la force de ce garçon lorsqu’il a détruit le Docteur Gero. Bien que ça n’ait pas duré longtemps, j’ai pu comprendre qu’il disposait d’une force dix fois supérieure à celle des androïdes alors qu’il n’était pas à son maximum. »

La mine du monstre était d’avantage déconfite, il comprenait bien que l’arrivée d’un tel saiyan n’était pas due au hasard, mais contrecarrait ironiquement ses plans.

« Je sais pourquoi vous êtes ici. »

Il se redressa en dévisagea la voiture du locuteur polonais.

« J’ai vu ce que tu as été capable de faire avec ce véhicule, j’ai également découvert vos capsules temporelles. »

Il se tourna de nouveau vers le time patroller.

« Vous venez du futur, d’un futur ou les défenseurs de la veuve et l’orphelin sont bien plus forts que je ne le serais sous ma forme parfaite. »

Cell avait également conscience que son interlocuteur disposait d’informations sur lui, mais aussi sur tous les personnages impliqués dans cette vaste saga.

« Si vous cherchez à rétablir l’ordre normal du temps, c’est pour qu’il corresponde à votre réalité, celle ou je suis vaincu, sans nul doute. »

Il agita lentement la tête, l’air quelque peu suffisant.

« Je le refuse. »

Il fit quelques pas, faisant l’affront de faire dos à un adversaire certainement supérieur.

« C’est pour ça que je te propose quelque chose. »

La bête et la bête [Quête alternative 3]          Tumblr_p6hwztpgOQ1wyh2j4o1_500

Il ferma les yeux, Zev ne pouvait pas le voir. Il méditait ses paroles, sachant que son monologue restait aussi imparfait que son propre corps.

« Votre organisation dispose de moyens permettant l’augmentation de la puissance d’autrui, surtout des êtres comme moi. »

Il fit volte-face vers le pilote.

« Si tu m’offres la possibilité de fuir cette dimension avec des coordonnées dont nous conserverons le secret. Je te devrais une dette, par exemple, tuer ce gosse que tu haïs tant. »

Il s’approcha de Zev, beaucoup, à moins d’un mètre pour le confronter de près.

« Je sais qui tu es vraiment. Un être comme moi fait abstraction des apparences. »


Il souriait de nouveau.

« Ces tics, ces tocs, ces regards et ces faux semblants, tu es un excellent acteur. Mais tu ne me trompes pas. »

La bête et la bête [Quête alternative 3]          Cell-cell-dbz

Il plissa malicieusement son regard.


« Tu es un psychopathe, un ignoble tueur qui n’a aucune considération pour autrui. Un calculateur malade. Comme tous les fous de ton genre, une seule et unique chose anime ton existence. »


Il n’en dit pas plus, se contentant de ricaner bruyamment en reculant de quelques pas.

Quelques goutes tombaient sur la pierre, de petites fissures situées au plafond provoquaient un petit ruissellement sur la zone entière, une légère pluie d’eau croupie.

demon
La bête et la bête [Quête alternative 3]          Male Age : 1
Date d'inscription : 02/02/2015
Nombre de messages : 344
Bon ou mauvais ? : Mauvais
Zénies : 880
Résidence du personnage : Ne se repose pas
Points de jeux : 0


Techniques
Techniques illimitées : Regénération | Taiyôken | Kamehameha
Techniques 3/combat : Super régénération | Makankosappo
Techniques 1/combat : Absorbtion d'énergie

Seuls envers et contre tous Empty
Zev
Zev
Terrien
Masculin Age : 22
Date d'inscription : 21/02/2022
Nombre de messages : 29
Bon ou mauvais ? : Professionnel
Zénies : 1000

Techniques
Techniques illimitées : Insaisissable / Flingueur / Scorsese / Cigarette
Techniques 3/combat : Pause / Réflexe
Techniques 1/combat : Frustration

La bête et la bête [Quête alternative 3]          Empty
MessageSujet: Re: La bête et la bête [Quête alternative 3]    La bête et la bête [Quête alternative 3]          ClockVen 23 Sep 2022 - 13:29
Cell. Il avait tout entendu. Il avait ressenti l’énergie d’Hellzetsu lors de la destruction de Géro. Evidemment. C’était un lézard et un insecte. Il avait de quoi adapter sa chaleur corporelle à ses alentours. Il avait de quoi adapter son ki à ses alentours. Il était Cell. La forme de vie ultime. Du moins, celle des terriens. Beaucoup de planètes et beaucoup de plans avaient leurs formes de vie ultime. Beaucoup d’époques différentes dans une même chronologie pouvaient en avoir une. C’était celle des terriens durant l’attaque des androïdes. C’était celle du Ruban Rouge. Il l’avait vérifié. Il n’y avait pas d’utilité à jauger de son agressivité ou non. Zev savait que la conversation qu’il venait d’espionner allait lui triturer l’esprit. Cell n’avait pas de perfection. Sans la perfection venait l’égo. Sans l’égo, il n’y avait que son cerveau. Le cerveau qui se laisserait volontairement enterré par C-16 pour prendre C-17 à revers. Le cerveau qui appuierait sur les pulsions Saiyennes de Végéta pour le convaincre de le laisser absorber C-18. Le cerveau qui continuait de fuir et fuir et fuir jusqu’à ce qu’il parvienne à obtenir sa puissance nécessaire. Il l’avait vérifié. Quarante sept Cell carbonisés. Celui qui parle en premier, perd.

Zev n’avait rien à dire tant que Cell ne disait rien. Il s’éloigna tout simplement du capot afin de se rapprocher de la portière pour y prendre quelque chose, activant également les phares de sa voiture sur le chemin pour au final se mettre face à face avec l’insecte, gardant cependant ses distances comme un pistolero se devait de faire. Les deux lumières sortant de l’avant de la voiture offraient aux futurs interlocuteurs un éclairage sur la moitié de leurs visages. Zev avait sa face semi-couverte par l’ombre et ses lunettes luminescentes de part la réflexion de l’éclat électronique. Cell était normalement pareil. Leurs immondes pupilles traversaient les ténèbres comme deux prédateurs se jaugeant. Une espèce qui venait d’arriver dans le territoire d’une autre, et le danger que cela représentait pour l’équilibre de l’écosystème. Mais étaient-ils vraiment égaux ?

La confrontation. Voulait-il vraiment confronter Cell par lui-même ? Dans cette situation, c’était préférable. Hellzetsu était un imbécile. Bardock était une simple brute. Ils frappaient pour résoudre des situations. Cela avait été démontré auparavant. Il était préférable que Cell rencontre Zev. Pour cette ligne temporelle. Pour Cell. Pour Zev. Pour les deux idiots. C’était effectivement le dialogue qui devait se faire pour pallier aux conséquences des actions de Hellzetsu. C’était une distraction de Towa qui ne devait pas se finir dans la destruction d’une chronologie. C’était son travail. Il l’avait vérifié. Son œil impitoyable pouvait voir le sourire mesquin de son interlocuteur beaucoup plus grand que lui. Le sourire en coin d’un bec. En voilà une bonne. Il avait entendu son nom. Zev. Cela commence par un Z. Il n’était pas difficile de se souvenir d’un nom comme ça.

La peur. Là. Là, il l’avait vu. Entre le grand sourire suivant son nom et l’annonce de sa connaissance des raisons de la présence des patrouilleurs. Le dépit. La confusion. La différence de puissance entre les androïdes et Hellzetsu. Il l’avait vérifié. Le regard se perdant légèrement dans le vide. Le visage se penchant légèrement vers l’avant. L’acceptation d’une défaite. L’existentialisme. Sa forme parfaite n’atteindrait même pas Hellzetsu. Une révélation qui aurait anéanti Cell parfait, mais qui ne faisait que mortifier sa version exosquelettique. Une observation qui n’eut pas tant d’importance que ça. L’insecte l’avoua aussi. Il avait découvert les capsules temporelles et savait qu’il existait tout simplement un futur où il ne serait rien d’autre qu’un tas de poussière dispersé dans l’espace et l’océan. Il l’avait deviné lui-même. Les patrouilleurs étaient là pour que lui puisse mourir. Leur arrivée n’annonçait que sa destruction. Il avait eu le malheur de ne pas vivre dans sa douce ignorance jusqu’à son combat final.

Lorsque Cell baissa légèrement le visage en mentionnant la puissance de ce qu’il savait n’être qu’un jeune homme aussi idiot que vigoureux, Zev avait dégainé. Non pas son arme, mais la pochette plastique qu’il avait récupéré dans la portière auparavant. Il la dézippa et en sortit un sandwich, lâchant la cigarette bien entamée loin vers le lac avant de prendre le pain. Cell pouvait voir de part son regard acéré quelques bouts de feuille verte en sortir, un liquide jaune clair décoré les contours du pain et quelque bosses repousser la surface de la mie, lui permettant de part son grand intellect de comprendre qu’il avait affaire à un sandwich oeuf salade mayonnaise. Le vieil homme avait une main sur son met à emporter et une autre sur la pochette. Une position absolument défavorable s’ils venaient à se battre. Dans le jeu de qui se mettait le plus en désavantage, Zev faisait compétition à la marche lente de Cell amenant à lui faire dos avec sa propre erreur volontaire. Dans tous les cas, il mangeait silencieusement le sandwich pendant que l’insecte le contourna. Son visage semblait toujours aussi neutre. Il mâchait et avalait silencieusement.

La position de vulnérabilité. Cell lui tournait le dos. Cela voulait dire qu’il était plus difficile de déterminer ce qu’il pensait par les tics de ses mouvements et de ses expressions faciales. Ses muscles étaient cachés par sa carapace, sa carapace par ses ailes et sa queue. Il n’y avait pas de reflet à prendre sur les gouttes qui tombaient. Elles étaient trop lointaines. Il n’y avait pas de reflet à prendre sur le lac. Ils n’étaient pas suffisamment proches de sa rive. Il l’avait vérifié. Si ses pupilles étaient restés sur Cell, sa concentration était centrée dans ses coins d’yeux. Il devait voir. Voir et s’assurer. Voir et réfléchir. Tout détail avait une raison d’être. Tout détail était un autre outil permettant de vaincre et d’accomplir ses missions. C’était ce pourquoi il existait encore.

Cell n’entend rien de la part de Zev tandis qu’il mentionne la possibilité que les patrouilleurs aient des machines. En se retournant, il le voit toujours manger son sandwich comme si de rien n’était. Leurs regards se croisent, néanmoins. Il n’est visiblement pas ailleurs dans sa tête. Il l’a écouté depuis tout à l’heure ou du moins pousse tout son langage corporel à laisser sous-entendre cette même écoute. Son repas est fini à trois quart et il ne s’arrête pas de manger pour autant, même quand Cell se rapproche dangereusement de lui. Il devait être habitué à l’envahissement des espaces personnels. Si, il marque une pause dans sa bouchée quand Cell le traite de psychopathe… avant de reprendre lentement sa bouchée, le laissant ricaner.

L’habitude. Zev était habitué à ce genre de remarque. Mais il ne devait pas avoir l’air trop habitué. Il devait présenter des erreurs à petite échelle. Il devait récompenser la perception de Cell par un tic suffisamment visible pour lui donner l’impression de faire mouche. Il appuyait sur son égo. Mais Cell n’avait pas si tort que ça. Zev était fou. Il était anormal. Il était incomplet. Il ne réflechissait pas comme une machine ni comme un être humain. Il était une erreur qui persistait trop longtemps. Il l’avait vérifié. Il ne se détestait pas pour autant. Il était, tout simplement, logiquement, un être humain qui n’avait pas le spectre entier des émotions d’un être humain. Il était vide. Il était fade. Il ne se détestait pas parce qu’il détestait personne. Il était juste… naturellement sadique. Il aimait faire du mal aux gens. Pas par égo. Pas par luxure. Pas par haine. Il aimait simplement insulter les gens. Il aimait observer les fautes, et appuyer sur ces mêmes fautes. Mais il ne pouvait pas faire cela aujourd’hui. Pas face à lui.


Non. Si. Il n’aimait pas Hellzetsu. Il n’aimait pas Hellzetsu parce qu’il représentait un danger pour le seul contact qu’il avait avec son humanité.

”Je suis un soldat, Cell. J’ai une mission à remplir et je pense à celles d’après tout en la remplissant. Je n’ai pas le temps ni les ressources pour m’accorder le plaisir d’en finir avec ce gamin.”

Il avait dit cette phrase la bouche pleine, la dernière bouchée de son sandwich. La poche en plastique fut roulée en boule entre ses mains puis jetée dans la direction de la voiture avec une précision si parfaite qu’elle ne se défait même pas pour flotter au vent, tombant tout simplement sur l’une des banquettes de la DeSotto Adventurer. Zev n’avait même pas quitté le regard de l’insecte, et ses mains finirent dans ses poches. Il venait d’effectuer ce tour de passe-passe sans même regarder. C’était très certainement une démonstration de sa précision face à celui qui pouvait se régénérer face à la force brûte.

”Cependant, d’acteur à “acteur”... tu te débrouilles très bien aussi, Cell. On pourrait presque croire que tu n’es pas en train de mendier pour ta survie en te raccrochant à tout maillon que tu considère faible.”

Il se craqua la nuque vers la droite puis vers la gauche, des bruits affreux de manipulation osseuse qui pouvaient rappeler à l’insecte les effets sonores causés par sa biologique si chaotique.

”Regarde mon visage, Cell. Je suis vieux. Rappelle-toi d’où je viens. Tu penses que c’est la première conversation que j’ai eu avec toi ? Ou plutôt, la première que j’ai eu avec un Cell ? Ce n’est pas la première fois que je viens dans cette époque. Ce n’est pas la première fois que je fais ce genre de patrouille. Elles se terminent toutes avec la mort d’un Cell.”

Il releva alors sa main, attrapant le pont entre ses lunettes entre son pouce et son indexe, tirant sa paire de binocles hors de son visage avant refermer les deux branches sur elles-mêmes.

”Il n’y a aucun besoin que ce soit toi.”

Son regard sans lunettes semblait se faire doux et fatigué. Sans la luminescence pour couvrir ses yeux, sans les effets d’obscurité… il n’y avait que les iris d’un vieil homme qui n’était pas assez payé pour ces conneries qui reflétaient celles reptiliennes en face d’elles.

”Voilà ce que je vais faire : il existe un embryon dans cette temporalité qui a les mêmes désirs et la même intelligence que toi. J’injecterais un produit dans son incubateur pour accroître drastiquement la vitesse de son développement avant de le libérer et le laisser faire les erreurs et les actions que tu aurais fait à sa place. Il deviendra le Cell de cette temporalité qui sera détruit. Tu me comprends, jusqu’à présent ?”

Il frotta les verres de ses lunettes à l’aide de sa cravate, maintenant le regard avec Cell.

”Tu as écouté notre conversation. Tu sais ce dont mon organisation a besoin. Des muscles. Des sbires. C’est pour cela que je ne peux pas te laisser tuer ce gamin. C’est un missile de plus à envoyer sur des cibles. Un missile idiot. Un missile en rut. Mais un missile. S’il doit mourir, ce sera sur un champ de bataille.”

Mourir. Si cet imbécile mourrait, il reviendrait. Hellzetsu cumulait suffisamment de décès sous sa ceinture pour se le permettre. Ainsi étaient les cafards. Ils refusaient d’être écrasés. Ils refusaient de mourir. Leurs organes liquéfiés se regonflaient instantanément. Ils étaient résistants aux radiations. Une bombe nucléaire ne pourrait pas anéantir Hellzetsu. Il l’avait vérifié. Ainsi vivaient les cafards. Ils étaient tous plus résistants les uns que les autres. Sans pesticide, il n’y avait qu’à vivre avec.

”Tu as écouté notre conversation, et tu sais donc plus que tu ne devrais savoir. Et en te parlant, j’ai scellé ton sort. Il ne te reste plus qu’un choix à faire avant que je ne me permette d’aller voir l’embryon. Tu retournes dans ta forme larvaire et tu te caches dans mon coffre et nous procéderons à un recrutement de ta personne conduisant à l’amélioration que tu désires… Ou tu m’affrontes ici et maintenant et tu meurs dans une cave mal éclairée, ton rôle pris par une autre version de toi qui mourra elle-aussi.”

Il remit alors ses lunettes, posées sur le bout de son nez, permettant à ses yeux de garder leur… leur… mmh… humanité ?

”Mais vu que tu t’es dévoilé par désir de survivre, je pense que ton choix est déjà fait, non ? Je sais pas pour toi, mais dans ce genre de dilemme de carotte et de bâton, je préfère la carotte.”

Il sortit une petite télécommande accrochée à un porte clé, avant d’appuyer sur le bouton de cette mini-manette. Le bruit d’une ouverture se fit entendre, et dans le peu de lumière accordée à l’arrière de la voiture on put voir que le coffre venait de s’ouvrir.

”Fais-moi confiance, et fais ton choix.”
Chronoa
Chronoa
PNJ
Féminin Age : 83
Date d'inscription : 19/10/2018
Nombre de messages : 103

La bête et la bête [Quête alternative 3]          Empty
MessageSujet: Re: La bête et la bête [Quête alternative 3]    La bête et la bête [Quête alternative 3]          ClockSam 24 Sep 2022 - 12:43


Les deux intrus s’épiaient, se dévisageaient, s’analysaient en permanence. Chaque mouvement était interprété et ne laissait rien au hasard, tout devait être chorégraphié pour ne pas perdre la face. Ils étaient assez intelligents pour ne pas laisser transparaitre le fond de leurs pensées, assez malins pour tenter de tirer parti de toute opportunité. Pourtant Cell en était sûr : son interlocuteur n’était pas un terrien comme les autres, au-delà de la folie se dissimulait des capacités hors du commun galactique. Ce n’était pas simplement son habilité de conduite ou sa capacité à naviguer dans le temps, il y avait autre chose ; peut être une combinaison de tout à la fois. Cette confiance était indirectement communiquée quand Zev prit le temps de manger son repas, une bonne minute ou il se trouvait à la merci de toute attaque de l’androïde. Une telle tranquillité pouvait être perçue comme de la provocation, un détachement de la gravité de la situation. Cell voyait les choses tout autrement.

Le time patroller était confiant, en prenant le temps de se nourrir, il transmettait un message clair, il annonçait son évidente supériorité, son contrôle total de la situation. Voilà quel était le vrai sens d’un acte qui sembla si déraisonnable. Le vieil homme était un communicateur subtil, peut-être qu’il testait la patience de l’être artificiel ? Ou bien qu’il cherchait à lui transmettre des informations sans l’interrompre ? Le monstre optait pour cette seconde option d’avantage pragmatique, Zev n’avait aucun intérêt à énerver le visiteur du futur. Cell ne fit rien transparaitre des fruits de son analyse, comprenait que son opposant était plein de ressources, il ne fallait pas faire d’écart.

Quand il eut finalement lancé sa proposition comme un pavé dans la marre, le concerné se mit enfin à parler.

Déjà, il mit au clair que son travail au sein de la patrouille temporelle lui privait du temps néccéssaire pour exécuter le jeune impétueux qu’il engueulait naguère. C’était prévisible, mais il y avait autre chose. S’il était du genre à préparer des assassinats, il aurait parfaitement été en mesure de piéger ce saiyan au sein de cette même caverne et de le massacrer. Mais il s’y était refusé, quelque chose l’en empêchait. Ce n’était probablement pas une pseudo-sainte morale constituée à la hâte, non, c’était une raison éminemment terre-à-terre. Les deux défenseurs étaient membres du même groupe, ils étaient surement supervisés par un ou plusieurs supérieurs, lesquels devaient avoir conscience des casiers et identités de leurs agents. Oui, c’était ça : Zev était surveillé, il devait jouer au bon élève. S’il tuait son insupportable associé, même de la plus belle et discrète des manières, il pouvait être incriminé et tout perdre.

Puis le pilote de la deShoto émit l’évidence en mentionnant le déséquilibre des forces entre lui et Cell, un fait qui brisait le cœur froid du reptile. C’était indéniable, la création du docteur Gero s’était présentée face au terrien à l’aura meurtrière car il était le seul susceptible de faire passer ses pulsions et intérêts avant ceux du groupe. S’il n’avait pas été là, il aurait été contraint de se dissimuler, voir de voler une des capsules appartenant aux autres patrollers.

Zev poursuivit en indiquant que son âge et son expérience lui avait fait traverser plusieurs situations similaires. Dans chacune d’elle, un Cell mourrait, mais pas forcément celui qui venait du futur. Les yeux de la bête s’écarquillèrent lentement face à cette révélation. Cela signifiait qu’il avait déjà caché d’autres bio-androïdes identiques ? Partiellement perturbé par cette révélation qui changeait ses calculs, le monstre toisait avec toujours autant d’intérêt ce drôle d’humain aux yeux fatigués. Il n’avait pas manqué son analyse, ses présentiments furent les bons : Ce type était un stratège fou-allié.

Mais quels choix avait-il ? Il les entendait : la soumission ou la mort.



Une question difficile, quand bien même la première version de Cell était la plus survivaliste. Même dans sa plus simple expression, il restait un être disposant d’un tant soit peu de fierté, assez pour que sa décision se fasse attendre quelques instants. Malgré tout, il semblait évident qu’il ne serait pas en mesure de vaincre cet étrange terrien. Déjà, ce Zev était un expert de la time patrol, il était également assez puissant pour ne pas trembler face à une créature de son acabit. Et finalement, le plus important, il avait déjà rencontré de multiples versions alternatives du bio-androïde ayant certainement des capacités similaires.

Il hocha lentement la tête, approbation officieuse au plan du calculateur probablement victime de calculs rénaux.

« La confiance ? Allons, tu me sais plus intelligent que ça. Je ne suis certainement pas le premier Cell que tu vas balader dans ton coffre. Mais comme tu l’as dit, mon sort est scellé. »

La bête et la bête [Quête alternative 3]          0599fb0f44cdf809472865ddd6078ca7_400x400

Il était prêt à beaucoup de choses pour vivre, comprenant la concession de reprendre sa forme larvaire, processus inconfortable le plaçant dans une position de forte vulnérabilité. Il se plaça aux côtés de Zev et sembla décrocher quelque chose qui fut attaché sous ses ailes.

« J’imagine que je n’aurais plus besoin de ça. »

La bête et la bête [Quête alternative 3]          Robot_espionLa bête et la bête [Quête alternative 3]          Robot_espionLa bête et la bête [Quête alternative 3]          Robot_espion

Il avait dans les mains quelques drones du ruban rouge, de minuscules appareils de la taille d’un moustique capable d’espionner n’importe qui avec une facilité déconcertante. Il était fort probable que l’être artificiel ait utilisé ces machines pour s’informer en tant réel des mouvements des Z-fighters, mais aussi de ceux des time patrollers.

Mais ça ne semblait pas être tout ce qu’il dissimulait. Il dégaina de sous l’exosquelette de ses ailes un petit portefeuille en cuir sombre qu’il envoya vers son interlocuteur. C’était ça, le véritable porte-cartes de Zev, contenant sa carte de l’organisation, sa carte de crédit, sa carte crédit-miam. Mais surtout une photo de sa chère fille avec inscrit à l’arrière « Tempo – 4 ans » et le nom d’un lieu dont il ne se souvenait que trop bien.

« Tu comprendras que j’essaie d’avoir quelques coups d’avance. »

Le lézard observa l’arrière de la voiture du patroller avec une certaine appréhension. Difficile de dissimuler qu’il n’appréciait pas l’idée d’être réduit au statut d’otage secret.

« Je vais me métamorphoser, ça ne prendra qu’une minute. »

Le monstre fut auréolé d’une douce lueur qui vint progressivement réduire sa taille. Un processus lent qui lui permettait de régresser dans sa propre échelle évolutive et de redevenir une larve. En peu de temps, le corps de l’être artificiel s’était contracté et contorsionné pour se loger dans une carapace de grande taille. Cell rentrait à peine dans le coffre de la deShoto malgré tous ses efforts pour se faire petit.

Spoiler:

Doté de sa nouvelle forme, il se rendit lentement vers l’arrière du véhicule pour s’y loger. Dans cet état, le malheureux n’était même pas doté du don de parole. A contrario, il pouvait entrer en stase et patienter pendant des années sans être inquiété par l’ennui ou la faim. Au moins, Cell ne verrait pas le temps passer.


demon
La bête et la bête [Quête alternative 3]          Male Age : 1
Date d'inscription : 02/02/2015
Nombre de messages : 345
Bon ou mauvais ? : Mauvais
Zénies : 880
Résidence du personnage : Ne se repose pas
Points de jeux : 0


Techniques
Techniques illimitées : Regénération | Taiyôken | Kamehameha
Techniques 3/combat : Super régénération | Makankosappo
Techniques 1/combat : Absorbtion d'énergie

Seuls envers et contre tous Empty
Zev
Zev
Terrien
Masculin Age : 22
Date d'inscription : 21/02/2022
Nombre de messages : 29
Bon ou mauvais ? : Professionnel
Zénies : 1000

Techniques
Techniques illimitées : Insaisissable / Flingueur / Scorsese / Cigarette
Techniques 3/combat : Pause / Réflexe
Techniques 1/combat : Frustration

La bête et la bête [Quête alternative 3]          Empty
MessageSujet: Re: La bête et la bête [Quête alternative 3]    La bête et la bête [Quête alternative 3]          ClockSam 24 Sep 2022 - 15:15

Zev avait commencé à se craquer les mains. Il appuyait tout d’abord sur ses doigts à l’aide de sa paume, faisant la même chose sur son autre main. Il commença alors à appuyer à l’aide de son pouce sur chacun de ses doigts fermés, commençant par les métacarpes avant de presser sur les proximales, faisant suivre les deux premiers gros craquement par des biens moins audibles. Pour finir, il attrapa ses distales et les secoua, finissant la libération des bulles d’air emprisonnées entre ses os. Ou plutôt, seulement les libérations dans ses mains, car il fit ensuite tourner ses poignets, amenant à une dernière série de petites onomatopées qui se mélangeaient au bruit des gouttes. S’échauffait-il en vue d’une possible confrontation ? Se distrayait-il en attendant la réponse de Cell ? Ou bien était-ce simplement des exercices pour garder de la dextérité dans ses mains face à l’approche de son grand âge ? Ses yeux regardant ses doigts faire leurs exercices indiquait tout aussi bien que cela puisse être une continuation de la position désavantageuse qu’avait entraîné son repas.

La physionomie. Zev était fort dans ce domaine. Chaque trait du visage était fait pour annoncer une faiblesse. Chaque trait du visage était fait pour annoncer une force. Chaque tic était fait pour donner à Zev les outils nécessaires dans toute négociation. Il préférait bluffer que de se battre. Bluffer ne lui demandait pas des efforts physiques. Bluffer ne lui demandait pas d’utiliser ses armes et ses poings. Bluffer ne lui demandait pas de parer des coups et d’en donner un dans le foi et d’écraser un genou pour faire tomber l’adversaire avant de lui donner des coups de pied dans le crâne et des coup de pied dans le crane et dés cou deux pié den le crnae dnas le crane le crane explsoé les coup le crâne le
tuer.

Cell. Cell pensait ne pas être le premier Cell qui se placerait dans le coffre de la DeSotto. Cell avait raison. Certains Cell avaient été recrutés. D’autres avait été assommés ou régressés de force et transportés là où ils devaient être. D’autres avaient mis hors d’état de nuire et transportés à un endroit où carboniser leurs cellules pour empêcher leurs régénérations. Cell était plusieurs fois allé dans le coffre de cette DeSotto. Il saurait s’y trouver du confort. Les élargissements et rétrécissements des iris reptiliennes communicant ce qu’il y avait à savoir sur l’insecte. Il faisait mouche. Ses paroles touchaient le cerveau de Cell autant que ses balles l’auraient fait si confrontation létale il y avait eu. Il avait peur. Il avait peur pour sa vie. Peur pour sa dignité. Laquelle importait le plus ?... La vie, évidemment. Celui avec un pistolet sur la nuque sucerait les bites les plus sales pour ne pas crever. À voix haute, l’animal fit le choix prévisible en répétant à voix haute que son sort était scellé. Il tentait de sauvegarder sa dignité en acquiesçant et justifiant à voix haute son choix. Zev n’en avait que faire. Il venait de neutraliser sa cible.

Zev avait les mains dans les poches alors que Cell se rapprocha de lui. Sa puissance ne dépassait pas celle d’un vulgaire fermier armé d’un fusil de chasse. Il n’y avait rien à craindre de ce vieil homme qui n’avait jusque là qu’utilisé de la logique et un regard fatigué. Peut-être que Cell aurait aimé planter son dard dans sa nique et lui retirer son ki permettant de créer un incommensurablement unique Kikoha. Peut être que c’était pour cette même soudaine confiance que Cell se permettait de présenter les petits drones-espions qu’il avait si gentiment empruntés à Géro. Il y eut quelque chose. Peut-être que c’était le regard qu’il montra à l’insecte quand ce dernier révéla le portefeuille ouvert. Il y eut… Un froid. Une descente d’une demi-seconde dans l’atmosphère de cette cave réchauffée par l’énergie géothermique d’un tunnel. Comme si les goutes tombant des stalactites furent transformés en flocon de neige un seul instant. Comme si un battement de coeur unique avait résonné dans cette gigantesque pièce. Sa main se leva, ouverte, et rattrapa le portefeuille avec nonchalance… Mais l’on pouvait être quasiment sûr et certain que durant cette fraction de seconde, le regard de Zev avait annoncé une fureur dépassant le cosmique. Il remit son portefeuille dans son costume sans dire un mot. Est-ce que c’était le vol de ce même amas de cartes et de cuir qui l’avait énervé ? Un souci d’égo de s’être fait volé un truc en tant que maître de la discrétion ? Ou bien est-ce que c’était l'ouverture de ce même petit porte-documents et la révélation de ce qu’il avait à l’intérieur.

”C’est respectable.”

dit simplement Zev à la confession de Cell sur sa tentative de couvrir ses arrières avant de se rapprocher de la voiture et d’en empoigner le micro qui le reliait aux communicateurs de ses pairs, jonchant par dessus la portière pour attrapper l’engin avant de se redresser en regardant l’animal. Il ne parla pas tout de suite. Il attendit, sembla-t-il, que Cell entame sa transformation en larve, car en voyant l’aura dorée entourée l’insecte son dialogue se fit enfin entendre. Une mesure de sécurité comme une autre, l’attente de voir son interlocuteur entamer sceller sa part du marché. C’était probablement comme ça qu’il pensait.

”Ici Zev. L’attaque de Hellzetsu sur le Docteur Géro a envoyé Cell du futur sur ma position. Il m’a approché à l’aide de sa reconnaissance d’énergie, et je suis parvenu à le neutraliser. Cependant, il nous faut un second Cell pour réparer la temporalité. Je vais donc revenir sur la laboratoire de Géro et forcer l’évolution de l’embryon qu’il contient. Faites en sorte de ne pas laisser Goku ou ses alliés s’en approcher. Terminé.”

Il remit le micro en place, avant de regarder la larve se rapprocher lentement du coffre, pataude et pachidermique. Il souffla du nez avec un sourire en coin… Une émotion qui semblait trop brusque pour être mimée, avant de se rapprocher de la créature.

”Laisse-moi t’aider.”

Il se plaça alors derrière la larve avant de poser ses mains entre ses deux paires de pate, là où se serait trouvé le torse de sa forme humanoïde, s’accroupissant avant de se relever, poussant avec ses jambes et non son dos afin d’éviter des dégâts dans sa colonne vieillissante. Transporté comme un gros chien jusqu’au coffre, Cell pouvait sentir un certain manque d’effort pour le transporter. Au moins, le vieil homme avait de la force, se disait-il peut-être. Au moins -

”N’oublie pas. Si tu tentes de me trahir moi ou l’organisation que je représente… Je te ferais maudir ta capacité de régénération.”

Fragile. Faible. Pourrait l’écraser. L’écraser. L’écraser. Compression et couic. L’écraser. Lékrazé. L’éracser. L’ércasrer. L’é cra res. L’é
craser. l’é

Il fut installé dans le coffre qui mit quelques essais à se fermer, sans pour autant que Zev force trop. Évitait-il de blesser Cell en claquant la porte trop fort ? Dans tous les cas, il fut enfin enfermé dans le noir. Il sentit des vrombissements. La voiture démarait. Depuis le coffre, il pouvait entendre une musique. Probablement celle de la radio. Zev avait décidé d’écouter de la musique.


Calme calme calme calme calme calme calme calme

♫Dum dum dum dum… Mmmmmmh-mmmh-mmh-mmmh… ♫

La voiture remua un instant au commencement de son mouvement. Elle sortait du tunnel, logiquement. C’était pour cela qu’elle se secouait. Et puis bientôt, la terre ferme, entrecoupée de quelques secousses de temps à autre. Comprimé dans le coffre, il n’y avait pas forcément de moyen pour Cell de savoir à quelle vitesse il allait en étant poussé dans une direction ou une autre. La voix faisait écho dans l’obscurité.

♫The rusted chains of prison moons are shattered by the sun… I walk a road, horizons change, the tournament’s begun…♫

Et la chanson continuait. Et son voyage continua. Pouvait-il calculer le temps passé dans ce coffre ? Qu’importe. Il n’avait qu’à attendre. Attendre et peut-être dormir.

Ce fut un autre Cell qui devint le point de vue. Celui du laboratoire. La larve qui entendit les vibrations qu’elle avait entendu plusieurs fois jusqu’à présent. Le bruit des pas qui se rapprochent de sa position. Peut-être qu’elle enfin développé un tant soi peu ses yeux et qu’elle pouvait reconnaître une forme se rapprochant d’elle, ou du moins une qui cachait la lumière allant vers elle. Elle sentit deux coups, et son petit corps embryonnaire se mit à être déplacé de force hors de son incombateur… avant de tomber dans un sac plastique comme un poisson rouge qui avait besoin d’un lieu d’accueil le temps que son bocal soit nettoyé. Elle sentit les secousses des bruits de pas de celui qui la transportait. Puis les vrombissements du véhicule qui transportait celui qui la transportait. Elle n’était pas posée sur un siège, de peur que le sac s’ouvre par erreur, qu’importe s’il était résistant et fait pour ce genre d’opération.

♫… In the court of the crimson kiiiing… Mmmmmmmmh-mmmmh-mmmmh… ♫

Une autre continuation. Un autre arrêt. Peut-être que ses yeux pouvaient voir ce où il se trouvait. Qu’importe. Le sac fut posé. Un liquide étrange entra dans le sac, injecté précautionneusement de sorte à ne pas faire de trou handicapant dans la surface. Et, nourrit par ce nouveau liquide, le second Cell allait enfin prendre vie. Prendre conscience. Il avait ses objectifs en tête. Il allait se nourrir jusqu’à ce qu’il trouve les deux androïdes. Et il allait commencer là où il se devait. Une fois son corps aggrandi à vitesse éclair, il allait se réveiller sur le toît d’un immeuble abandonné de Ginger Town, là où un massacre se devait d’être fait, et là où Piccolo le rencontrerait. Et avec ce nouvel embryon de Cell libéré… se trouvait personne. Juste le sentiment qu’il avait rampé jusqu’ici sous sa forme larvaire. Qu’importe.

L’autre Cell, celui qui venait d’être recruté, sentit la chaleur de la voiture changer. Elle devait rouler dans le désert… Zev s’était placé, chantonnant, en terrain neutre. Quelque part, un communicateur vibrait :

”Ici Zev, mission accomplie de mon côté. Qu’en est-il de vous ?”
Contenu sponsorisé

La bête et la bête [Quête alternative 3]          Empty
MessageSujet: Re: La bête et la bête [Quête alternative 3]    La bête et la bête [Quête alternative 3]          Clock
 
La bête et la bête [Quête alternative 3]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les flammes de la vengeance [Quête alternative 3]
» Les fruits de l'arbre de vie [Quête alternative 4]
» Inscription : Les boules à souhait [Quête alternative 1]
»  Inscription:L'étendue du mal révélée![Quête alternative 2]
» Alternative ending

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPGDBZ :: RPG :: RPG Alternatif-