-59%
Le deal à ne pas rater :
Balance cuisine électronique Raniaco (batterie rechargeable)
6.99 € 16.99 €
Voir le deal

Partagez
 

 Défaits, mais vivants... Les démons en maraude !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Roi Démon Piccolo
Roi Démon Piccolo
Namek
Masculin Age : 23
Date d'inscription : 14/03/2020
Nombre de messages : 57
Bon ou mauvais ? : Démoniaque
Zénies : 1000

Techniques
Techniques illimitées : Soumasen / Chō Makōhō / Finger Beam
Techniques 3/combat : Renvoi ! / Makosen
Techniques 1/combat : Vague explosive du démon

Défaits, mais vivants... Les démons en maraude !  Empty
MessageSujet: Défaits, mais vivants... Les démons en maraude !    Défaits, mais vivants... Les démons en maraude !  ClockDim 6 Fév 2022 - 18:28
« Nous approchons. »

Fit le Roi démon vert alors que le périple de la macabre assemblée les menait jusqu’au Nord Est du globe pour rejoindre un gigantesque massif montagneux au pied duquel se trouvaient de nauséabonds marécages où l’air semblait presque vicié. Le lieu qu’ils s’apprêtaient à investir était tout proche, et cela, Garlic le savait bien. Sans doute les Makyans, au cours des derniers millénaires, avaient déjà pu visiter ces terres presque aussi maudites que les leurs, mais cela allait au-delà de cela, car les mythes qui entourent les habitants de ces provinces furent bien évidemment instruits aux élèves du vénérable Tout-Puissant. Il avait appris aux deux compères tout ce qui devait se savoir pour protéger au mieux la population de la Terre, et cela passait par connaître ses menaces. Et si la personne qu’était le Daimaô à ce moment avait beaucoup de tares, elle n’en était pas moins extrêmement studieuse, au point où même trois siècles après, il s’en souvienne encore. En face des deux chefs de guerre se dessinait à l’horizon une forme singulière. Des pointes montant au ciel comme les tours tordues d’une forteresse où régnait la folie. Et pourtant, ces gigantesques formations étaient belles et bien naturelles.
La Main du Diable accueillait le cortège démoniaque de toute sa splendeur :
Sur Terre, il existait de nombreux lieux saints et extraordinaires, comme la Tour Karin où vivait le chat du même nom, le Fourneau de la Fortune où les vivants et les défunts pouvaient converser ou encore bien évidemment le Palais du Tout-Puissant lui-même. Mais ce monde recélait aussi de sombres et noirs secrets, comme le Castel Garlic qui trônait au-dessus de la maudite Mer Ecarlate. Mais ce n’était pas le seul endroit réprouvé par les dieux, oh non. Parmi les hauts-lieux des ténèbres, on pouvait compter la Main du Diable, un terrible massif constitué de cinq piques acérés évoquant les griffes du malin ! Et au creux de cette terrible poigne se trouvait le château d’un autre seigneur du mal disparu ; le Dieu Démon Lucifer en personne. Piccolo avait évoqué cet ancienne et ténébreuse figure, et étant présent à l’arrière, Gong avait eut la riche idée de diriger l’intérêt de son roi vers ces anciennes ruines pour les réinvestir. Néanmoins, quelque chose clochait…

« Comment est-ce possible ! Quand j’ai visité l’endroit peu après ma fuite des Enfers, trois des Doigts du Diable étaient détruits … »

Ca pour une surprise, c’était une surprise !
Comme il l’avait dit au Roi de l’Etoile Maléfique, il avait en effet cherché des éventuelles traces des démons qui pouvaient encore arpenter le monde, à commencer par son propre fils et celui de Garlic, mais aussi cette région désolée. Et il n’avait trouvé que ruines, et seuls l’Index et le Majeur du Diable se dressaient alors dans le ciel. Qui donc a pu restaurer ce massif maudit ? Le maître des lieux aurait-il fait son retour dans son logis ? La chance souriait-elle aux démons ? Pouvaient-ils espérer ? Rien n’était si simple, hélas. Peut-être allaient-ils encore tomber sur des humains assez fous pour faire de cet endroit malsain leur lieu de villégiature... Mais jusqu’à présent, il ne semblait pas y avoir âme qui vive à des kilomètres à la ronde... Quoiqu’il en soit, ils arrivèrent alors devant un gigantesque escalier menant à une inquiétante et pourtant parfaitement conservée entrée.

Défaits, mais vivants... Les démons en maraude !  3w7y

« Les ruines ont été rénovées ? Mais alors comment ça se fait qu’on ait encore croisé personne ? Je ne comprends pas… »

Fit le Namek alors qu’il rejoignait directement l’entrée par voie des airs plutôt que de s’embêter à monter ces abominablement nombreuses marches. Pénétrant à l’intérieur de la lugubre demeure, comme il pouvait s’y attendre, personne ne vînt à sa rencontre, que ce soit pour lui souhaiter la bienvenue ou pour l’envoyer paître. Tout ici était absolument désert… En soit, ce n’était pas plus mal ! Ils pouvaient maintenant s’occuper à remettre Black sur pied sans qu’on ne vienne les déranger. Tout cela était bien, certes… Mais ils ne pouvaient s’en contenter. Cette nouvelle débâcle consécutive était la preuve qu’ils devaient s’améliorer, d’une manière ou d’une autre… Et cela devait passer par une meilleure logistique. La forteresse maudite de Lucifer était vide et en parfait état ! C’était une parfaite occasion de l’investir et de s’y cacher, puisque plus qu’une fortification, ce castel n’était ni plus ni moins qu’un repaire aux galeries souterraines profondes qui s’étendaient dans toute la région, pour la simple et bonne raison que les sujets du Vampire Lucifer et ce dernier lui-même éprouvaient une telle aversion de la lumière du jour qu’ils s’en cachaient en évoluant sous terre. Et c’était ça, le plan avancé par Gong !

« Nous l’avons vu, messire, seul le malheur nous attends à l’air libre… Mais sous terre, il sera impossible à ces empêcheurs de tourner en rond de nous retrouver ! Ils ne se douteraient jamais que la menace vienne de sous leurs pieds ! »

Gong pouvait être fier de ses petites cellules grises.
Son idée était simple, et permettrait effectivement à la bande de lascars de passer entre les mailles du filet pour frapper l’humanité quand elle s’y attendrait le moins, là où ça ferait mal ! Il suffisait aux démons de creuser de nouveaux tunnels sous la surface du monde pour aller n’importe où sans être vus et en jaillir pour accomplir leurs bassesses avant de disparaître dans les entrailles de la Terre… Mais aussi bien pensé que pouvait être ce plan, il était au combien humiliant ! Être réduits à se comporter comme des rats cachés dans l’ombre des humains car ils étaient trop faibles pour se permettre d’agir sous le soleil était absolument honteux, tant et si bien que Piccolo en grinçait des dents.


« J’arrive pas à croire qu’on se soit fait avoir comme des bleus ! Et surtout toi, Black ! T’es pas censé être putain d’invincible ?! »

Grommela-t-il à l’encontre du Saiyan ensanglanté tenu par le Roi Makyan.

« Et résultat des courses, on en est à considérer de ne plus montrer nos tronches à l’air libre comme de la putain de vermine ! »

Le poing tremblant de frustration, il l’abattit alors sur son autre paume avant de se tourner vers Garlic, les lèvres rentrées dans une grimace qui en disait beaucoup.

Défaits, mais vivants... Les démons en maraude !  Vky1

« Et nous, on a même pas pu nous débarrasser d’une seule de ces pourritures ! A deux contre un ! »

Trop de défaites s’accumulaient sans jamais qu’un réel triomphe ne vienne éclaircir le tableau.
Celle-ci était encore pire, puisque cette fois-ci, il s’était abaissé à chercher de l’aide, et même là, ça n’avait pas suffi ! L’heure était plus que sombre, même pour ceux qui aspiraient aux ténèbres ! Il fallait faire quelque chose ! Trouver un moyen d’inverser la vapeur, à tout prix… Quitte à suer sang et eau sous l’effort… L’effort… A quand remontait réellement le dernier effort de Piccolo Daimaô pour s’améliorer ? S’il ordonnait à ses troupes de polir leurs techniques, lui-même ne rejoignait pas leurs exercices, tout simplement parce qu’il était au-dessus de leur niveau, à une telle magnitude qu’aucun ne pouvait suivre sa cadence. Il n’avait pas de partenaire d’entraînement, pour ainsi dire… Du moins… Pas avant qu’il ne trouve des alliés ?

Peut-être était-ce là la clef ?
Comte Lucifer
Comte Lucifer
Demon
Masculin Age : 34
Date d'inscription : 09/02/2022
Nombre de messages : 15

Techniques
Techniques illimitées : Envoûtement ; Télékinésie ; Téléportation
Techniques 3/combat : Blood Bomber ; Vampirisme
Techniques 1/combat : Devil Castle Cannon

Défaits, mais vivants... Les démons en maraude !  Empty
MessageSujet: Re: Défaits, mais vivants... Les démons en maraude !    Défaits, mais vivants... Les démons en maraude !  ClockJeu 17 Fév 2022 - 5:48

« Maître ! Maître ! Réveillez-vous ! »

Défaits, mais vivants... Les démons en maraude !  MUxUey2

Dans les profondeurs du château, des yeux rougeoyants s'ouvrirent dans la pénombre.
Les sentant immédiatement posés sur lui, le serviteur eut l'impression d'en être transpercé jusqu'à l'âme. Bien qu'il ait eu des siècles pour s'y habituer, il ne put empêcher un frisson de dévaler son échine ; on ne s'y faisait jamais vraiment. Et d'autant moins quand ceux-ci brillaient d'un tel appétit : de toute évidence, son maître ne s'était pas nourri avant de plonger en torpeur...
S'en faire la remarque le figea sur place, en dépit de l'effervescence qui était la sienne au moment d'entrer dans la pièce. Prudent, il resta donc à l'écart du cercueil, faisant face à la silhouette lovée entre ses planches.

« Qu'y a-t-il, Igor ? »

Défaits, mais vivants... Les démons en maraude !  V3jjUlf

« Des... Des intrus ont pénétré dans le palais... »
« Ah. » Une pointe de satisfaction résonnait dans cette seule syllabe. Des dents blanches trop effilées luirent un instant dans la pénombre. « Voilà longtemps que nous n'avions pas eu de la visite. »

Des mains pâles s'agrippèrent aux rebords de son coffre funéraire pour lui permettre de se hisser en-dehors. Malgré l'obscurité ambiante, sa silhouette semblait plus sombre encore, comme constituée de ténèbres à l'état pur. Son sommeil n'en était pas vraiment un, il n'avait besoin d'aucun délai pour en émerger. C'était comme s'il mourait à chaque lever de soleil pour mieux revenir à la vie lorsque celui-ci était dévoré par la nuit. Ainsi parfaitement apprêté dès le réveil, il put aussitôt se mettre en marche.

« Merci de m'avoir réveillé, Igor. Je m'en occupe. »

Car en effet, les ruines que ses invités s'attendaient à trouver en ces lieux n'en étaient plus, aussi étonnant que cela puisse paraître. Certes, l'endroit paraissait toujours aussi vétuste - certains diraient que cela faisait partie de son charme -, et demeurait endommagé par endroits, mais son état de délabrement n'avait plus rien à voir avec ce qu'il était il y a quelques mois encore. Les doigts brisés de la Main du Diable se dressaient à nouveau fièrement vers le ciel, le menaçant de leurs griffes, comme un affront à Dieu - ou quelque autre entité qui puisse se tenir là-haut dans les cieux.

Oui, à n'en pas douter, c'aurait été le sanctuaire idéal pour panser ses plaies - à tout le moins, pour qui n'était pas dérangé par l'atmosphère macabre qui y régnait. Laquelle n'avait de toute évidence aucune emprise sur les curieux pèlerins qui en avaient franchi le seuil, achevant de prouver, s'il en était besoin, qu'il ne s'agissait pas là de touristes égarés. Cela les incommodait même si peu qu'ils entreprirent apparemment de régler leurs comptes sitôt après être entrés, à en juger par les éclats de voix qui résonnaient dans l'immensité.

« Messieurs. » les salua une voix de velours surgie des profondeurs enténébrées de la forteresse du Malin. « Puis-je savoir ce que vous venez faire en ma demeure ? »

Et sitôt ces paroles prononcées, le trio maléfique n'eut d'autre choix que de prendre intimement conscience du fait qu'ils n'étaient pas seuls en ces murs. Certes de par la présence du propriétaire de ce ton enjôleur, mais aussi car, tout autour d'eux, c'était comme si les ténèbres elles-mêmes venaient de relâcher une respiration trop longtemps retenue - et avaient ce faisant révélé toutes les horreurs tapie en leur sein. Des formes jusque là indistinctes, trop massives et difformes pour être des hommes, si les cornes jaillissant de leurs fronts ne trahissaient pas suffisamment leur nature. S'ils s'étaient cru seuls, ils étaient désormais très bien entourés - et même peut-être un peu trop à leur goût ; pas un seul recoin de la pièce ne semblait dépourvu d'une mauvaise âme pour la hanter.
Bien qu'ils soient venus accompagnés de leurs osts respectifs - moins les éléments qu'ils avaient été contraints de laisser en arrière pour couvrir leur retraite -, c'était sur eux et eux seuls que s'était arrêté le regard écarlate du maître des lieux, ainsi qu'ils pouvaient le sentir dès avant de le voir.

L'intéressé finit par apparaître après de longues secondes, précédé du bruit régulier que faisait sa canne en rencontrant le sol de pierre. Sans doute était-ce d'ailleurs elle qu'ils virent en premier, l'énorme diamant qui trônait au sommet brillant de tout son éclat même dans le noir, véritable phare dans la brume. Ses phalanges cyanosées se resserrèrent sur celui-ci alors qu'il s'immobilisait pour leur faire face depuis le sommet de la prochaine volée d'escaliers, les dominant de leur hauteur.
Garlic
Garlic
Autres Races
Masculin Age : 25
Date d'inscription : 21/11/2021
Nombre de messages : 20
Bon ou mauvais ? : C'est compliqué
Zénies : 1000 Ƶ

Techniques
Techniques illimitées : Chô Makōhō | Omoi Soumasen | Akashingō
Techniques 3/combat : Devious Beam | Probatio Diabolica
Techniques 1/combat : Morning Star

Défaits, mais vivants... Les démons en maraude !  Empty
MessageSujet: Re: Défaits, mais vivants... Les démons en maraude !    Défaits, mais vivants... Les démons en maraude !  ClockMer 23 Fév 2022 - 15:44
Sans trop de surprise, leur dérobade s'avéra réussie. Ejecter un disque de plusieurs kilomètres de diamètre à très haute vélocité constituait apparemment une diversion encore suffisante dans ce monde qui ne tournait vraiment plus rond. Défaits, plusieurs circuits pleins du septentrion leur avait été nécessaire avant de trouver une destination raisonnable vers laquelle s'échouer et ronger leurs freins. 


Tourner le dos à sa demeure, à une rixe près de pégus... Sans compter les autres déconvenues de son retour désastreux, Garlic n'aurait dû avoir que les moyens de retourner dans la zone morte en tête. Fort heureusement, sa jeunesse recouvrée paraissait avoir voilé toute forme d'activité cérébrale chez le Makyan. Ce dernier fusait indolemment derrière Piccolo, un énorme sourire paisible offert au vent s'engouffrant dans sa tignasse profuse. 







Défaits, mais vivants... Les démons en maraude !  Unknown


Cet état second l'avait même gardé de moquer son acolyte, lequel s'était fait souffler le lieu de leur retraite par son gougnafier joufflu. Non, le Roi n'était capable de rien sinon sourire béatement et gratifier Black de quelques tapes parfaitement non-justifiées médicalement à l'aide de ses triceps odieusement hypertrophiés. Aussi laissa-t-il le Roi-Démon noyer l'espace d'un instant sa morgue dans des questionnements relatifs à la main du diable. 


« J’arrive pas à croire qu’on se soit fait avoir comme des bleus ! Et surtout toi, Black ! T’es pas censé être putain d’invincible ?! »



« ... »


Sans assombrir d'un lumen sa torsion buccale affable, Garlic présenta le paquet d'ecchymoses à son interlocuteur, comme pour le confronter directement à ce qui lui était reproché. Excepté un râle souffreteux qui peina à s'extirper d'une cage osseuse en débris, Black n'eut rien à dire pour sa défense. 


« Et résultat des courses, on en est à considérer de ne plus montrer nos tronches à l’air libre comme de la putain de vermine ! » 


Pris dans sa chorégraphie d'insatisfaction, c'était vers Garlic que se tournait le Namek cette fois, sûrement pour s'assurer que chacun partageait son quota d'échec et de frustration. 


« Et résultat des courses, on en est à considérer de ne plus montrer nos tronches à l’air libre comme de la putain de vermine ! »



« Leur Dieu est compromis, ils baignent dans leur amertume, avec des tas de vies fragiles à extirper d'une mer insolente et nous avons un nouveau logis ma foi tout à fait charmant. Je considère notre petite virée comme une victoire totale. »


Chaque syllabe faisait rebondir la lumière contre ses dents à tout va, et Garlic statuait tranquillement le dos tourné, flattant la roche du lieu-dit de saillies amicales. Il ouvrait la bouche pour la première fois depuis des heures, et c'était pourtant une haleine fraîche et délicate, fleurie d'une brise de cochon rôti qui embaumait la pièce. Il fit volte-face pour ajouter :


« Je suis presque sûr qu'on à perdu Galèna le laideron en chemin de surcroît. »


« Messires ? »  Risqua Gong. « Quelque chose ne va pas, quelqu'un approche. »


Calmement, Garlic déposa Black au sol sans que sa main gauche ne quitte son contact un instant. Faisant montre de l'un des plus anciens dons prodigués aux habitants de l'étoile Makyô, le roitelet offrait sa propre négativité à un autre être malfaisant. Rancune, haine, mal-être, jalousie, avarice, injustice, débauche, la charité chrétienne... Toutes les valeurs qui constituaient les serviteurs irremplaçables de la grande balance cosmique, ceux qui n'existaient apparemment que pour être de pathétiques faire-valoirs aux gens de "Bien"... 


Le Makyan infusait une partie des siennes, reconnaissant par là Black comme son égal de malfaisance. Un tel tour de passe-passe n'aurait su remettre le combattant à la crinière hérissée sur pied, mais au moins son trépas était-il retardé. Constatant du même sourire confiant que le bras qui avait servi à apaiser les maux du Sayen avait dégonflé comme un ballon, Garlic se massait en se tournant vers la voix mielleuse qui résonnait contre chaque paroi de l'édifice :



« Messieurs. Puis-je savoir ce que vous venez faire en ma demeure ? »



Après quelques instants, le détenteur de la tessiture feutrée apparut parmi les ombres, lesquelles formaient un tapis qu'il dévalait d'un pas rythmé. Pas totalement remis des émotions procurées par sa métamorphose, le colosse au bras dégarni se contenta simplement de redresser son sourire vers celui qui semblait être le propriétaire des lieux. De sorte à éclairer son visage de toutes les lumières que ses dents pouvaient réfléchir.
Roi Démon Piccolo
Roi Démon Piccolo
Namek
Masculin Age : 23
Date d'inscription : 14/03/2020
Nombre de messages : 57
Bon ou mauvais ? : Démoniaque
Zénies : 1000

Techniques
Techniques illimitées : Soumasen / Chō Makōhō / Finger Beam
Techniques 3/combat : Renvoi ! / Makosen
Techniques 1/combat : Vague explosive du démon

Défaits, mais vivants... Les démons en maraude !  Empty
MessageSujet: Re: Défaits, mais vivants... Les démons en maraude !    Défaits, mais vivants... Les démons en maraude !  ClockDim 27 Fév 2022 - 23:40
Oh, que le Namek savait se montrer furieux dans de telles circonstances.
Furibond comme jamais, il ne pouvait s’empêcher de pester sur à peu près tout ce qui lui tombait sous la main, qu’il s’agisse de ses sbires, de ses alliés ou même de lui-même. C’était pour ainsi dire plus fort que lui, la positivité faisant partie de ces concepts abstraits qu’il avait laissé à son double plus bénévole. Sa malveillance était totale et indiscriminante. Mais alors qu’il s’attendait à voir pareille agitation du côté de son compère de l’Etoile du Diable, il y trouva le calme serein d’un joueur d’échec qui venait de perdre un simple pion alors qu’il préparait un revers digne de ce nom.

Il allait même jusqu’à qualifier de ‘victoire totale’ leur débâcle plus tôt. Si les seigneurs de guerre ci-présents représentaient bien ce qu’il y avait de mauvais dans le cœur des gens, alors Garlic faisait montre d’une magnifique mauvaise foi, sans doute telle qu’il était lui-même pris dans sa propre illusion de dignité. Ou bien faisait-il simplement montre de maturité, chose qu’avec ses trois cents ans d’âge, le Daimaô aurait dû apprendre lui aussi !

Devant une telle nonchalance, Piccolo fronça à nouveau les sourcils avant de pester dans la langue ésotérique avec laquelle il communiquait avec son alter-égo et bien souvent pensait dans sa tête. L’amertume était en lui, et elle aurait dû être plus forte encore au sein de Garlic, qui venait là de perdre plus ou moins sa base forte dans la Mer Ecarlate, un endroit aussi maudit pour les humains qu’il était sacré pour les Makyans. Qu’il garde le sang-froid en de telles circonstances obligeait la fierté mal-placée du colosse vert de l’exhorter à se contrôler. Manquer plus de contrôle de soi qu’un autre ? Et puis quoi encore, ça ne lui ressemblait pas !

Défaits, mais vivants... Les démons en maraude !  L8vy

« Tsk… Si t’en a toi-même rien à foutre, je vois pas pourquoi je m’en ferais pour tes propres terres ! »

Lâcha-t-il avant que Gong n’émette une pointe d’inquiétude.
Le bras-droit du clan des Mazokus tapait juste, puisque des sources d’énergie faisaient leur apparition un peu partout autour d’eux. Quelqu’un avait donc bel et bien pris possession des lieux ! Et contrairement au château de Garlic, ce n’était pas de frêles humains, au vu de leur énergie clairement viciée. L’ancien propriétaire était-il de retour ? Peu affolé par leur nombre, Garlic posa Black au sol avant de lui inoculer un peu de son énergie maudite histoire qu’il reprenne un peu de forces et ne leur claque pas entre les doigts pendant ce qui allait suivre.

De son côté, le Namek ordonna à ses troupes de choc de se tenir prêts.
En cas de rencontre avec d’autres démons, il était de bon ton de se montrer forts et fiers pour la forme, et de se préparer à toute éventualité de dégénérescence de la discussion en simple bain de sang. Naturellement, Piccolo n’avait que faire de cette piétaille qui approchait. Qu’ils soient dix, cent ou mille, des laquais ne sauraient pas inquiéter la personnification du Mal qu’il était. Une voix des plus mielleuses résonna dans le hall maudit du château, attirant l’attention du grand souverain, suite à quoi les gueules hideuses des démons qui habitaient le domaine, de toutes formes et couleurs. Une véritable horde d’horreurs, comme il seyait à un réel maître infernal. L’inconnu qui avait prit la parole n'était peut-être pas si inconnu que cela, et il demanda la raison de l’irruption de deux autres forces armées diaboliques chez lui.

Défaits, mais vivants... Les démons en maraude !  Fszc

« Par l’Enfer, ça c’est une surprise ! Et moi qui croyait ces ruines désertes ! »

S’exclama le Daimaô alors qu’il put sentir sur lui le regard surnaturel de son interlocuteur par-delà l’ombre qui les séparait. En premier vint l’éclat propre à un joyau digne de nombreuses fables qui perçait les ténèbres, avant que ne sorte de la pénombre le véritable maître de la Main du Diable. Un homme de taille moyenne, aux accoutrements distingués et aux traits fins. Comme le disait le vieux maître, cet homme était paré de ses meilleurs atouts pour confondre le commun dans son habile jeu d’illusions. Aucun doute n’était permis, désormais.
Le Comte Lucifer était de retour.

C’était inespéré, mais c’était une bonne, très bonne chose !
Le Démon Lucifer était l’un des Maux majeurs de la planète Terre ! Dans le genre terreur démoniaque, on faisait difficilement mieux ! Black et Piccolo avaient dans l’idée de s’unir avec les plus grands des fléaux pour faire voler en éclat la paix dans laquelle vivaient encore de trop nombreuses personnes en ce monde, et ce démon-là présentait toutes les caractéristiques recherchées pour le poste en tant que leader tyrannique et malfaisant de sa propre organisation de monstres assoiffés de sang. Ce type était peut-être même la clef du succès de leurs jeux de pouvoir sur les forces du Bien ! Mais avant de brûler des étapes, encore fallait-il qu’il les rejoigne. Sur ce point, cela pouvait se passer de la manière douce ou de la manière forte. Soit il concédait à rejoindre la croisade noire de ces lascars en égal, soit il la rejetait et serait alors assimilé de force après une domination en bonne et due forme au cours d’une altercation brutale. Et aussi violent que pouvait être le Grand Roi Démon, il savait bien qu’une alliance basée sur une servitude forcée ne durerait pas et n’invitait que des coups de couteau dans le dos. Aussi privilégia-t-il la première option et lança les pourparlers avec le maximum de tact dont il savait faire preuve


« Je suis le Grand Roi Démon Piccolo, l’incarnation du Mal de Dieu. Garlic ci-présent est lui-même Roi des Makyans, et avec Black, notre blessé ci-présent, nous avons subi un assaut tenace de la part d’un groupe de justiciers. Notre plan, à la base, était de nous réfugier, panser nos plaies et reprendre des forces dans l’enceinte maudite de ce château. Mais si nous ne nous attendions pas à votre apparition, on peut dire qu’elle tombe à pic ! »

Indiqua-t-il avec un large sourire, son propre regard scintillant de malice.

« Tu es le Comte Lucifer, n’est-ce pas ? Tu ne nous connais peut-être pas, mais nous si ! Notre mentor nous a beaucoup parlé de toi et de tes sujets. De tous les maux qui rongent la Terre, tu dois être l’un des plus anciens. Mais ce que je sais aussi, c’est que cet endroit était encore en ruine il y a à peine un an. Je pense pas m’avancer en disant que tu as récemment été défait, je me trompe ? C’est aussi notre cas, à nous trois. »

Fit le Namek alors qu’il fit un geste pour englober son large co-disciple ainsi que son compagnon ensanglanté. Il ferma alors son poing avant de reprendre la parole d’une voix des plus fermes et déterminées.

« Nous venons ici en paix, mais nous sommes annonciateurs de guerre ! Je ne sais pas si tu es au courant, mais dehors, les héros grouillent pour empêcher le Mal de fleurir. De partout, des âmes pleines de bons sentiments se lèvent, et forts d’une inexplicable puissance de combat, ils portent leurs étendards hypocrites de paix pour nous chasser de nos terres et mettre fins aux ambitions que nous nourrissions bien avant que leurs grands-parents ne tètent leur propres mères ! Sauf qu’on ne compte pas se laisser faire ! Nous sommes la résistance ! »

A ces mots, ses propres troupes, et Ocarina en premier lieu, poussèrent des exclamations enjouées, avant d’être rejoint par d’autres Makyans, qui s’étaient sans doute rendu compte qu’ils étaient désormais dans le même bateau. Piccolo leva alors le poing pour faire taire ses hommes et exprimer enfin son offre.

Défaits, mais vivants... Les démons en maraude !  7dwx

« J’aurais un marché à te proposer, Comte ! Joins tes forces aux nôtres ! Ensemble, on écraserait les défenses des mortels ! On pourrait apporter un nouvel Âge de Ténèbres sur le monde ! Notre monde ! »

La balle était dans le camp du miraculé seigneur vampire.
Ils venaient peut-être de se rencontrer, et Piccolo n'y allait clairement pas par quatre chemins, n'étant pas lui-même le plus éloquent ni le plus fin des diplomates, mais au moins, le message était passé. Il ne tenait qu'à Lucifer de comprendre la situation et de ne pas laisser l'arrogance qui gangrenait le cœur des individus de leur espèce prendre le pas sur sa raison. L'union de leur forces sonnerait le glas de la civilisation humaine sans coup férir, cela, le Daimaô en était certain ! Et c'est pour cela qu'il comptait bien inclure Lucifer dans son camp.

D'une manière...
Ou d'une autre...
Comte Lucifer
Comte Lucifer
Demon
Masculin Age : 34
Date d'inscription : 09/02/2022
Nombre de messages : 15

Techniques
Techniques illimitées : Envoûtement ; Télékinésie ; Téléportation
Techniques 3/combat : Blood Bomber ; Vampirisme
Techniques 1/combat : Devil Castle Cannon

Défaits, mais vivants... Les démons en maraude !  Empty
MessageSujet: Re: Défaits, mais vivants... Les démons en maraude !    Défaits, mais vivants... Les démons en maraude !  ClockLun 28 Fév 2022 - 20:11



« Je n'ai rien contre le fait d'avoir des visiteurs, mais je préfère quand ils s'annoncent à l'avance. » précisa le maître des lieux, sans rien perdre de son amabilité. Ce n'était que savoir-vivre, après tout.

Ainsi donc, ils avaient cru pouvoir investir les lieux, faisant fi de son acte de propriété. Quel culot ! Néanmoins, eut-il été dans une situation similaire, n'en aurait-il pas fait autant ? Pouvait-il vraiment les blâmer ? Force était d'admettre que ses installations offraient tout ce dont un maître du mal pouvait avoir besoin - et pour cause ; il en était un lui-même. Quoi qu'il en soit, ils avaient apparemment décidé de jouer cartes sur table - l'un d'entre eux, au moins, contraignant par conséquent ses acolytes à faire de même. C'était tout à leur honneur.

« Vous avez bien deviné. Je suis en effet le comte Lucifer, pour vous servir... » confirma-t-il leur théorie, se fendant d'une référence parfaitement exécutée, soulignant toute l'élégance de sa terrible personne. Un zeste d'amusement supplémentaire s'invita dans sa voix : « Et les rumeurs de ma mort ont été grandement exagérées. »

Le Mal peut être vaincu ; jamais tué. Les démons comme lui illustraient parfaitement ce principe, capables de se remettre des pires sévices comme d'un mauvais rhume pourvu qu'on leur en laisse le temps. Qu'est-ce que quelques poignées d'années, pour qui a l'éternité devant lui ?
Bien sûr, Lucifer ne s'attendait pas à ce qu'ils en soient au courant : malgré les titres qu'ils s'étaient arrogés et une malfaisance tout à fait respectable, aucun d'eux n'était véritablement de son rang. Non qu'ils manquent de bonne volonté dans l'espoir d'un jour y parvenir, mais ce n'était pas si simple. Ils n'étaient pas nés dans les ténèbres ; tout au plus avaient-ils été adoptés.
Enfin. À quoi bon leur dire, à part les décourager ?

« Je vous rassure, je sais très bien qui vous êtes. Au moins de réputation. »

Plongeant la main dans sa poche, il en extirpa une petite télécommande. Il se mit à en manœuvrer le levier après avoir coincé sa canne sous son bras, et un minuscule appareil entra rapidement dans la pièce avec un bruit surpassant à peine celui d'un bourdonnement.
S'il était difficile de l'ignorer dans le silence sépulcral du palais - à cet instant troublé uniquement par la respiration de ses habitants -, sans doute se confondait-il parfaitement dans les bruits ambiants une fois en extérieur. D'aussi près, même sa petite taille n'aurait cependant pas suffi à cacher qu'il était muni d'une caméra, dont l'objectif pointé vers eux se gorgeait sans aucun doute de nouvelles images à cet instant.

Défaits, mais vivants... Les démons en maraude !  PY1iTZa

L’œil attentif pourrait sans doute remarquer le logo de la Capsule Corporation qui en décorait le flanc : sans doute ceux-ci n'auraient-ils jamais soupçonné que leurs ennemis puissent retourner leurs produits contre eux. Le propriétaire de l'engin le fit ainsi voler à hauteur du visage du grand Namek, sans doute peu familier de ce matériel, avant d'en confier le boitier à son majordome pour qu'il le ramène en lieu sûr.

« Je possède un certain nombre de ces appareils. J'aime me tenir au courant de ce qu'il se passe à l'extérieur, voyez-vous. » Après l'avoir brièvement fait voler à hauteur du visage du grand Namek - tout en gardant quelques mètres de distance, pour ne pas l'incommoder plus que de rigueur -, le propriétaire de l'engin en remit le boitier à son majordome pour qu'il le ramène en lieu sûr. Cela ne devrait pas tant les surprendre : la dernière apparition de Piccolo avait été lourdement médiatisée. « Cela n'a jamais été aussi facile qu'avec la technologie moderne. Nous vivons une époque formidable, si vous voulez mon avis. »

Cela fait, il fit à nouveau face à ces intrus ; les premiers à n'avoir, depuis très longtemps, pas déguerpi - ou au moins essayé - après avoir vu quel genre de monstres se terraient en ces lieux. C'était à son sens un motif suffisant pour leur accorder un peu de son temps : faire de nouvelles rencontres ne saurait lui causer du tort. Il serait toujours temps de les chasser par après, s'il n'aimait pas ce qu'ils avaient à lui dire. Certes, se savoir entouré exclusivement de personnes de confiance -  par loyauté ou par asservissement - avait du bon, mais après quelques milliers d'années à voir constamment les mêmes têtes, un peu de sang neuf ne serait pas de refus.
Dans tous les sens du terme.

« Bien sûr, ils n'existent que depuis peu et n'ont pas toujours été aussi perfectionnés. Aux dernières nouvelles, je croyais que vous aviez été scellés. Je vois que le temps a joué en votre faveur, au moins sur ce point. »

La posture raide, les mains dans le dos, il résolut d'approcher d'eux - en personne, cette fois. Cela fit grimper la tension d'un cran parmi ses sujets, prêts à défendre leur maître si qui que ce soit en profitait pour s'en pendre à lui. Déjà dévoués à l'origine, ils étaient plus soucieux encore de sa protection depuis leur dernière déconvenue. Chaque convalescence qui lui était imposée était autant de temps qu'il passait loin d'eux, à ne pas pouvoir leur montrer la voie - celle du mal, évidemment. Or, ils ne voulaient pas avoir à revivre ça, à subir à nouveau le manque de son absence s'ils pouvaient l'éviter.

« J'ai effectivement été défait il y a de cela quelques années. Je mentirais si je disais que c'est un plaisant souvenir, mais comme vous pouvez le voir, j'ai fini par m'en remettre. »

Non sans difficulté : cela faisait une éternité - littéralement - qu'il n'avait plus été si grièvement blessé. S'il mettait la main sur ce fichu gamin à queue de singe, il lui ferait passer un sale quart d'heure. Mais le temps guérit tout, et celui-ci avait finalement fait son œuvre. En revanche, celui qu'allait demander son plan pour pouvoir être à nouveau mis à exécution n'en était qu'à ses débuts... D'autant que la Lune avait semble-t-il subi quelques désagréments en son absence ayant empêché le précieux cristal d'absorber autant de son énergie qu'il aurait dû le faire. Un phénomène dont il n'avait pas encore tous les détails, mais qu'il comptait bien élucider en temps et en heure.

Quoi qu'il en soit, le trio ne manquait semble-t-il pas d'ambition, d'ores et déjà prêt à fomenter de nouvelles machinations malgré le revers qu'ils venaient d'essuyer. De toute évidence, il n'était pas facile de les démoraliser - ou la rancœur les préservait de perdre foi en leur sinistre cause. Cela méritait d'être noté, même pour lui qui faisait habituellement peu de cas des mortels, bons ou mauvais, sinon ceux finissant dans son assiette. À défaut d'autre chose, peut-être pourraient-ils au moins constituer une bonne distraction.

« J'ai remarqué, oui. C'est bien pour cela que je n'ai pas jugé utile de donner signe de vie. Ce n'est pas la première fois que l'un de ces... Âges héroïques s'abat sur le monde. » narra-t-il avec un dédain à peine voilé. « Mais ils ne durent jamais très longtemps. »

Même s'il en avait rarement connu d'une telle ampleur. À vrai dire, c'était la lutte féroce de l'un de ces soi-disant braves contre sa nemesis du moment qui l'avait tiré de sa torpeur, il y a de cela quelques années, ce qu'il n'aurait pas cru possible - après tout, son sommeil n'en était pas véritablement un.
Néanmoins, il était vrai qu'amasser assez de forces de leur côté pourrait leur permettre de précipiter la fin de cette ère de paix répugnante, la mention d'un Âge de Ténèbres - quand bien même Piccolo ne le pensait sans doute pas littéralement - résonant à travers lui. Sciemment ou pas, il savait trouver les mots.

« Vous comprendrez que je ne m'engage pas dans ce genre de projet à la légère. Néanmoins, je suis prêt à vous écouter. Je vous propose donc de me suivre dans un endroit un peu plus confortable pour continuer cette conversation. Mais avant toute chose, peut-être serait-il bon de réveiller votre ami... »

Sur lequel son attention tomba pour la première fois ; lors de son premier contact, son attention s'était naturellement attardée en premier lieu sur ceux qui étaient en mesure de lui répondre. Et dès que ce fut le cas, il se demanda comment il avait pu ne rien remarquer jusqu'alors. Ce visage... Peut-être avait-il pris quelques années, mais il l'aurait reconnu entre mille. Combien lui donnaient autant que celui-ci l'envie de les arracher à mains nues ?
Sa prise s'affermit sur sa canne et le diamant la surmontant se mit à luire de plus belle, comme en réponse à ce soudain accès de rage. Ses traits pourtant on ne peut plus gracieux - angéliques, même, aurait-on pu penser - se déformèrent, mués en un masque d'épouvante, comme si tout son charme avait été emporté par un torrent de haine qu'aucun barrage ne saurait contenir. Soudain glacial, il peina à ne serait-ce que desserrer les dents pour les interroger :

Défaits, mais vivants... Les démons en maraude !  Pg3JlPi

« ...Et que fait-il ici, celui-là ? »

Sentant immédiatement l'hostilité ravivée de leur maître, toutes les créatures à ses ordres reprirent leurs armes à pleines mains - qu'elles soient lances, épées ou équivalents plus modernes -, se tenant prêtes à s'en servir s'il en donnait l'ordre. À en croire sa réaction, un affront avait été commis, et ceux-ci se lavaient généralement dans le sang.
Si ses invités en doutaient encore, preuve était faite à présent qu'ils avaient un ennemi commun... Et que tout portait à croire qu'ils l'avaient mené devant sa porte une fois encore. Cette fois au moins veillerait-il à ce qu'il ne puisse en ressortir. Ni lui, ni ceux qui l'accompagnaient - à moins qu'ils aient une très bonne explication.
Garlic
Garlic
Autres Races
Masculin Age : 25
Date d'inscription : 21/11/2021
Nombre de messages : 20
Bon ou mauvais ? : C'est compliqué
Zénies : 1000 Ƶ

Techniques
Techniques illimitées : Chô Makōhō | Omoi Soumasen | Akashingō
Techniques 3/combat : Devious Beam | Probatio Diabolica
Techniques 1/combat : Morning Star

Défaits, mais vivants... Les démons en maraude !  Empty
MessageSujet: Re: Défaits, mais vivants... Les démons en maraude !    Défaits, mais vivants... Les démons en maraude !  ClockMer 23 Mar 2022 - 12:38
N'allez pas croire ce qu'on essaie de vous faire croire dans les histoires, être mauvais, c'est tout un sport. Garder un semblant de santé mentale lorsqu'on maintient toutes ses pensées vers l'abysse, c'est un marathon que peu d'élus parviennent à courir. Ou alors ils finissent dans la case des fous, mais ces méchants-là sont bien trop usités et de toute façon défendables -voir pire, dignes d'empathie-. Alors quand votre auteur alcoolique essaie de vous caser une morale à la mord-moi-le-nœud, que le vilain est à terre, entrain de ronger son rein pendant ses dernières secondes, bien sûr qu'il n'est pas entrain d'écumer de rage.


Défaits, mais vivants... Les démons en maraude !  FarMatureIslandcanary-mobile


Puisqu'on vous le dit que c'est tout un sport de maintenir son cerveau baigné dans la cuve de négativité ! Non, comme n'importe qui les dernières pensées d'un homme sont tournées vers des choses futiles et dénuées de sens. Parce que comme le muscle lessivé qui adopte la tension "raplapla" après le dixième set, le cerveau ne pense plus qu'à ce qui est facile de concevoir. Et Garlic pouvait le sentir, la conscience de Black rampait dans la fainéantise à l'heure qu'il était. Et ce malgré le shot de malveillance qu'il lui avait inoculé. A dire vrai, ce n'était pas une quelconque connexion spirituelle entre membres de l'obscur qui avait informé Garlic, mais la moitié de sourire musarde et mollassonne qui se dessinait sur les plis tuméfiés du Sayen. N'importe qui aurait pu voir que Black était probablement aux prises avec quelconque vision de Valkyries, Enma, Saint-Pierre et autres éléphants roses. 


Défaits, mais vivants... Les démons en maraude !  Main-qimg-b5de687c1bbdc14d4d82c6b703801039-pjlq


On pouvait presque entendre le " Hiiiiiiiin " de contentement, caractéristique du limier, s'échapper des commissures crevassées de sa bouche.


Le maître des lieux statuait avec une gravité noble de ses possessions face à un Piccolo carnassier, qui avait laissé rapidement derrière lui la hantise de la défaite. Le Makyan au bras dégonflé laissait défiler les proclamations vantardes et aveux d'échecs. Non qu'il ne fut intéressé, mais le néant mental octroyé par son soudain regain de virilité n'avait toujours pas été comblé. Acquiescer paisiblement à chaque échange, il n'était globalement pas capable de grand chose d'autre. A plusieurs reprises toutefois, en particulier lorsque Piccolo faisait s'aventurer sa voix vers les contrées du rebond épique à coups de "Nous venons ici en paix, mais nous sommes annonciateurs de guerre ! ", Garlic découvrait son sourire goguenard parfait, faisant concurrence aux scintillements épars du diamant serti sur la cane de Lucifer.  


Manifestement, il n'allait pas participer aux négociations relatives à leur accueil en cette terre d'exil. C'était d'ailleurs sûrement pour le mieux aux yeux de Piccolo, car si l'ego d'un Vilain défait est à craindre, l'union de deux egos réprouvés appelle rarement à un débat sain et dépourvu d'effusion de sang stupides et inutiles. Lucifer semblait prompt à au moins leur laisser le bénéfice du doute et à les écouter plus longuement. Garlic, -du peu que les 12 000 cc de testostérone qui filtraient tout sursaut cognitif lui laissaient comprendre-, reconnaissait en le Prince les qualités d'un Kalos Kagathos absolu. C'est pourquoi lorsque Lucifer émit l'idée de réveiller leur comparse meurtri, il lui tendit une franche poignée de main, (celle à la musculature encore hypertrophiée, cela allait de soit) tandis qu'il se cachait les yeux de l'autre, comme pour filtrer la lumière hypothétique qu'émettait la classe incontestable de Lucifer. C'était en tout cas ce que son cerveau anesthésié espérait véhiculer. 


" Tu suis ta propre voie, Prince. J'aime ça. "


Défaits, mais vivants... Les démons en maraude !  Unknown


Si ils étaient à n'en pas douter en présence d'un compliment, il était à parier que nul ne l'avait vraiment compris. Excepté potentiellement Piccolo, qui devait sans nul doute se souvenir qu'il arrivait à leur Maître de s'exprimer de la sorte après certains entraînements. Peu importait toutefois, car il apparaissait évident que même les sous-fifres les moins sagaces des trois armées pouvaient se rendre compte que quelque chose clochait avec le Roi. Le Makyan n'étant pas en capacité d'y prêter attention ramassa une nouvelle fois Black pour le tendre vers leur hôte comme une poupée de chiffon.


« ...Et que fait-il ici, celui-là ? »


En bon Mal Primordial, Lucifer exhalait à son bon vouloir des ondes qui pouvaient faire s'hérisser l'échine à n'importe quelle créature de l'obscur. Garlic lui-même senti l'ampleur de la surprise et de toute l'antipathie que le Démon ressentait à la découverte de la tête de Black. Persuadé que le Comte abhorrait l'apparence désastreusement humaine du guerrier, le roi du peuple oublié prit à nouveau la parole, les babines retroussées :



" N'aie crainte Prince, il est fort laid mais rassure toi, son cœur est à la mauvaise place. Il ressemble à tout ceux de sa sale espèce, mais à force d'entraînement et de malveillance il pourra approcher un physique plus avenant. " 


Il tendit à nouveau Black vers Lucifer, convaincu que ce dernier allait soigner un membre de sa propre espèce : ceux des démons qui suivent leur propre voie.
Roi Démon Piccolo
Roi Démon Piccolo
Namek
Masculin Age : 23
Date d'inscription : 14/03/2020
Nombre de messages : 57
Bon ou mauvais ? : Démoniaque
Zénies : 1000

Techniques
Techniques illimitées : Soumasen / Chō Makōhō / Finger Beam
Techniques 3/combat : Renvoi ! / Makosen
Techniques 1/combat : Vague explosive du démon

Défaits, mais vivants... Les démons en maraude !  Empty
MessageSujet: Re: Défaits, mais vivants... Les démons en maraude !    Défaits, mais vivants... Les démons en maraude !  ClockDim 27 Mar 2022 - 15:29
Lucifer ne semblait pas particulièrement hostile, et cela était bon signe.
Si sa voix ne transpirait pas la colère pour l’investissement de son propre palais, sans doute avait-il compris qu’il y avait erreur. Le Diable qui régissait ces terres était d’après les mythes quelqu’un d’aussi intelligent qu’il était malveillant, et c’est pourquoi il était d’autant plus redoutable. Une épée à double tranchant pour un démon cherchant à unir les malfrats à sa cause, lorsqu’on sait que la trahison n’était jamais loin entre sires de si mauvais caractère… Il allait falloir faire attention à ses arrières, mais rien d’ingérable. Un prix modique pour le soutien considérable d’un nouveau chef de guerre influent.

Lorsque les présentations se firent, néanmoins, celui-ci étonna Piccolo en affirmant bien les connaître, sortant de sa poche une télécommande à l’aide de laquelle il pilota un petit automate volant. Un espion mécanique ? Il était vrai que les temps avaient changés après ces quelques trois siècles d’emprisonnement dans sa prison sous-marine, mais voir un tel équipement au service des forces du Mal était une première à ses yeux… Mais à bien y regarder, il était vrai que cela faisait du sens. Autours d’eux s’étaient agglutinés nombre des sbires du vampire, et si ces derniers arborait un physique tout ce qu’il y avait de plus classique pour le genre démoniaque, leur équipement était des plus moderne : fusils d’assaut, lance-flammes et lance-missiles, leurs troupes étaient armées jusqu’aux dents avec tout le nécessaire des soldats modernes ! Un contraste étonnant lorsqu’on les comparait à l’armée Makyanne, dont les guerriers maniaient majoritairement une lame dont le corps servait de fourreau. Les Nameks Démoniaques, eux, n’étaient même pas armés, préférant l’usage d’arts martiaux à mains nues hérités du savoir martial de leur géniteur.


« Je vois. Tu as beau être ancien, tu es un démon dans l’ère du temps, ma foi ! »

Ce n’était pas une mauvaise chose, loin de là.
La technologie était un domaine qui échappait totalement au Namek, et sans doute était-ce pareil pour Garlic et les siens, préférant leur sorcellerie ésotérique aux sciences froides de la physique. Qu’un éventuel allié s’y connaisse dans le domaine serait un avantage indéniable. S’il parvenait à faire de lui leur allié, bien entendu. Néanmoins, si Lucifer usait de ses yeux de métal pour épier le monde extérieur, il n’était pas omniscient pour autant, constatant maintenant que les disciples renégats du Gardien étaient à nouveau lâchés dans la nature. Pour ce qui était de Garlic, c’était bien normal. Le Daimaô ne savait même pas s’il s’était passé plus de vingt-quatre heures depuis sa libération du Cristal Noir. Pour son propre cas, son grand retour il y a des décennies de cela avait été largement médiatisé, ayant apparu sur toutes les chaînes de télévision pour annoncer sa prise du pouvoir. Sans doute faisait-il plutôt allusion à sa disparition soudaine juste après.


« Garlic fut scellé il y a de cela plus de trois siècles, oui, mais à l’aide de Black, j’ai pu prendre d’assaut le Palais du Tout-Puissant pour le tirer de là. De mon côté, cela fait presque quarante ans que j’ai recouvré la liberté. J’ai bien eu à faire un petit détour par l’Enfer entretemps... »

Sa paupière battait frénétiquement à ces derniers mots avant qu’il ne fronce les sourcils pour reprendre le contrôle de ses émotions à l’évocation de son propre échec à vaincre un gamin prépubère. Il avait passé bien trop de temps du mauvais côté du Voile, et tout ceci était de la faute de ce misérable nabot, mais au moins était-il parvenu à se jouer de la vigilance de ses geôliers ogres. Si on allait par-là,  ce n’était pas un maigre exploit que d’avoir défié le joug d’Enma pour revenir hanter le monde des vivants.

Défaits, mais vivants... Les démons en maraude !  Jspx

« Mais rien d’insurmontable pour les gens de notre trempe. »

Lâchait-il donc dans un sursaut d’orgueil.
Un aveu de défaite qui trouva son écho chez le seigneur local, qui avoua avoir été terrassé par le passé, une défaite désagréable mais dont il a pu se relever, lui aussi. Il était donc bel et bien comme eux, un Mal oublié par le monde et laissé aux affres du passé. Une bonne chose, puisque cela voulait dire qu’ils avaient tous une revanche à prendre sur les défenseurs des opprimés qui les avaient humiliés de la sorte. Du moins, c’était ce qu’il pensait, mais Lucifer lui montra alors un certain désintérêt quant aux héros qui pullulaient là-dehors, argumentant qu’il y en aurait toujours pour faire surface, et que bien vite, leurs rangs s’effriteraient. Des mots compréhensibles quand on prenait en compte l’âge antédiluvien de ce Prince du Mal, que les anciens textes du Palais du Très-Haut qualifiaient d’antique alors qu’ils dataient eux-mêmes d’il y a des siècles.

Néanmoins, s’il pouvait avoir raison sur ce point, il n’empêchait que l’urgence d’aujourd’hui était sans doute l’intensité de cette ère de justice. Il y a trois siècles, seuls les Dieux, qu’il s’agisse de son double ou de son maître, et Mutaïto étaient en mesure de mettre à mal le Grand Roi Démon, alors qu’aujourd’hui, les adversaires qui le surpassaient se bousculaient au portillon, tous plus détestables les uns que les autres. C’était une véritable foire aux rabats-joies. Si cet âge héroïque n’était pas le premier, son ampleur était de toute évidence sans précédent. Mais le vampire était quelqu’un d’apparemment prudent et patient. Rien avoir avec la tête brûlée que pouvait parfois être Black ou le caractère capricieux du Monarque Makyan. Et c’est pourquoi après la proposition du colosse vert, il les invita à en parler plus en détail dans ses quartiers.


« Je comprends ta position, Lucifer. Mon offre est abrupte car notre rencontre l’est autant. Tu as raison, discuter autour d’une belle tablée nous mettra sûrement dans de meilleures dispositions. »

Garlic, qui restait presque léthargique durant tout ce temps, prit enfin la parole pour lui proposer de lui serrer la main, citant de façon très libre et surtout surprenante le Vieux Maître qui les avait formés. Suivre sa voie. Il était vrai que leurs approches du combat étaient uniques à cette époque-là, et malgré ses enseignements pour le moins divins, il était vrai qu’il les avait poussés à se démarquer et à s’accaparer réellement leur art pour qu’il leur convienne le mieux possible. Un de ces nombreux conseils dont il se mordrait les doigts s’il avait su qu’ils mèneraient au tourment des innocents qu’il avait fait vœu de défendre. Mais alors que le Comte s’approchait de Black pour proposer ses soins, un phénomène curieux se produisit alors.

L’apparente cordialité d’un prince des ténèbres élégant s’effaça progressivement.
Le masque d’éphèbe du Diable Antique tomba alors que ses traits se muèrent en une grimace impressionnante. Le nez se fit crochu, les sourcils s’étaient résorbés alors que ses yeux de don juan s’agrandirent, les pupilles se raffermissant en un regard primal d’où n’exhalait que la haine. Pour tout dire, son visage ressemblait désormais presque à celui des deux Rois auxquels il faisait face ; celui d’un véritable démon habité par les plus sombres des intentions. Une animosité soudaine qui surprit évidemment Piccolo, mais encore une fois il fallait s’attarder sur la cause de ce changement. C’était Black, pourtant inconscient, qui éveillait cette soudaine ire !


« Je comprends maintenant. Evidemment que c’était lui le responsable ! »

Evidemment qu’il comprenait !
C’était limpide pour lui, bien que ça ne l’était pas pour Garlic, et à juste titre ! Il pensait que c’était simplement son apparence de mortel qui le rebutait, commentant sur son physique et son éventuelle évolution pour mieux représenter ses idées. Tout faux, mais c’était tout de même bien tenté. Non, c’était le visage de Black qui une fois découvert rendait fou le maître de la Main du Diable. Ce même visage qu’arborait un certain empêcheur de tourner en rond ! Le Namek s’avança, levant doucement pour indiquer à son comparse de le laisser prendre la suite.

Défaits, mais vivants... Les démons en maraude !  Xy89

« Laisse moi faire, l’ami. J’ai ma petite idée de ce à quoi notre hôte fait allusion. »

Le sourire du Mal de Dieu s’étendit plus largement alors qu’il approchait Lucifer, avant de se rendre compte de la nervosité de ses serviteurs à son approche, se ravisant alors. Peut-être valait-il mieux garder des distances raisonnables pour éviter un coup de panique de leur part. Une gâchette facile pouvait vite couper court à la discussion qu’ils étaient censés avoir, et vu le comportement soudain de leur seigneur, il était facilement imaginable que sa rancœur se transmette sous forme de colère à ses troupes, et un affrontement était peut-être la dernière chose que cherchaient les deux chefs de guerre.

« Dis-moi, Comte… Ne penserais-tu pas à un certain martialiste odieux à queue de singe armé d’un bâton magique ? »

Le démon vert scruta les yeux de son interlocuteur pour chercher sa réponse dans une trahison de ses émotions, et cela ne manqua pas. C’était sûr, désormais ! Il avait rencontré son chemin, et c’était à coup sûr lui qui avait mis en échec le Seigneur Vampire ! Ce misérable petit macaque !

« J’en aurais mis ma main feu ! Toi et moi avons été victime du même vaurien ! Son nom est Son Goku, un champion des arts martiaux. »

Décidemment, ce maudit môme avait fait une fixette sur la chasse aux démons !
Et quoi après ? C’était lui qui avait affronté Garlic Jr., aussi ? Mais ce n’était pas une si mauvaise chose, cela leur faisait un nouveau point en commun ! Un point sur lequel ils pouvaient s’entendre. Enfin… Pas une mauvaise chose, ça ne l’aurait pas été s’ils ne se trimballaient pas avec sa copie carbone !


« C’est lui, le ‘héros’ qui m’a tué peu après mon triomphe au Château du Roi. Crois moi bien quand je te dis cela : j’abhorre son être de chaque parcelle de mon âme noire. »

Et c’était là qu’il allait falloir faire la distinction. Savoir bien choisir ses mots était capital, car s’il ne parvenait pas à le convaincre, terminé la diplomatie, il ne chercherait qu’à mettre à mort celui qui l’avait fait souffrir, ce que Piccolo aurait aussi fait eut-il rencontré l’alien dans de différentes circonstances.

« Mais Black… Est différent. Sur le point de vue physique, ces deux hommes sont des copies conformes, certes, bien que Black n’ait pas de queue. Mais cela s’arrête-là, ils ne peuvent pas être plus éloignés en termes d’état d’esprit. »

Ajouta-t-il en montrant de sa main griffue son acolyte comateux.

« J’ai moi-même rencontré cet homme alors qu’il baignait dans le sang de civils sans défenses qu’il avait lui-même massacré. Pour l’avoir vu à l’œuvre, son cœur est pourri jusqu’au trognon, crois en mon expérience dans la malveillance... Un trait dont je n’ai pas senti la moindre parcelle chez ce sale Goku. »

Ses sourcils se froncèrent à nouveau avant qu’il ne se décide à exposer les origines abracadabrantesque de Black. C’était gros. C’était difficile à croire, même pour lui, mais cette histoire était sans doute la plus plausible aux vus des données qu’avait le chef du Clan des Démons. Ca, ou le fait qu’il s’agissait réellement du martialiste ayant opéré une fission de son âme comme Piccolo par le passé. Non, la version du Saiyan était trop mauvaise pour qu'il mente, à moins d'être le dernier des ahuris pour croire que ça allait passer.

Défaits, mais vivants... Les démons en maraude !  9ss4

« Ils sont sosies, ni plus ni moins. Black lui-même affirme ne le connaître que de nom, et son arrivée sur Terre date d’il y a peu ; il affirme être d’origine extraterrestre, comme moi ou Garlic. Entre nous, c’est une explication bien trop suspecte pour être fausse. »

Expliqua le Monarque.
Maintenant, il fallait que la pilule passe. S’il ne priait aucun dieux, il lui fallait tout de même croiser les doigts pour espérer que ça suffise. Lucifer était quelqu’un de prudent, peut-être trop prudent pour gober cette affaire-là. Et il serait plus que dommage d’avoir à en arriver aux mains pour l’asservir plutôt que le faire suivre le mouvement de son plein gré. Jusque-là, ils avaient montré leur bonne volonté, et c’était déjà beaucoup en demander à de maléfiques larrons comme eux. Il en allait de leur fierté fragile de ne pas se laisser marcher sur les pieds à la première mésentente dans les pourparlers. Il ne fallait tout de même pas oublier que si Black était en mauvaise posture, ce n’était pas le cas des deux lascars qui l’accompagnaient, et si leurs troupes étaient en sous-effectifs, ils étaient tout de même deux Rois Démons face à un seul… Il allait de soi qu’un affrontement entre les deux forces en présence serait donc des plus âpres pour un camp comme pour l’autre !

Le Prince allait-il entendre la voie de la raison ?
Ou sa rage le mènerait-t-elle à une bataille qu’il préférerait n’avoir jamais lancé ?
Comte Lucifer
Comte Lucifer
Demon
Masculin Age : 34
Date d'inscription : 09/02/2022
Nombre de messages : 15

Techniques
Techniques illimitées : Envoûtement ; Télékinésie ; Téléportation
Techniques 3/combat : Blood Bomber ; Vampirisme
Techniques 1/combat : Devil Castle Cannon

Défaits, mais vivants... Les démons en maraude !  Empty
MessageSujet: Re: Défaits, mais vivants... Les démons en maraude !    Défaits, mais vivants... Les démons en maraude !  ClockDim 27 Mar 2022 - 17:27

« J'essaie de me tenir au courant. » opina Lucifer, non sans une certaine fierté : ce hobby n'était pas sans lui valoir une grande satisfaction, en plus de lui rendre de fiers services. « Après tout, il faut savoir vivre avec son temps. »

Sous peine de finir oubliés eux-mêmes.
Combien de légendes maléfiques identiques aux leurs étaient aujourd'hui considérées comme de simples histoires à dormir debout, parce que ceux dont elles parlaient et relataient les méfaits n'avaient pas su évoluer - étaient restés prisonniers d'une époque depuis longtemps révolue ?
Bien qu'âgé de plusieurs millions d'années, Lucifer refusait d'appartenir au passé - de n'être plus qu'un souvenir. Vivre avec son temps était l'une des manières qu'il avait trouvé de rester pertinent ; de continuer à vivre dans le cœur des hommes, et surtout dans leur ombre.

Et puis, il était indéniablement divertissant de voir ce que les êtres humains étaient capables d'inventer pour se distraire de leur propre insignifiance, dans l'espoir de laisser la moindre trace, le moindre héritage dans un monde qui les aura oubliés sitôt recouverts de terre. Ah ! Ce qu'il pouvait aimer cette planète. Elle ne cesserait jamais de l'amuser. Sans cela, il l'aurait quittée depuis longtemps.

« Je ne suis pas prince, j'en ai peur... Mais j'apprécie le compliment, néanmoins. » accueillit-il volontiers les félicitations de Garlic, serrant sans sourciller cette main disproportionnée qu'il tendait vers lui. Même avec son bras atrophié, le roi Makyan était loin d'arborer le physique le plus étrange que l'on puisse trouver dans les parages : quelle raison aurait-il eu de s'en étonner ?

Mais les choses se gâtèrent lorsqu'il constata la présence du dernier convive - ou plutôt s'aperçut de son identité. Si cordial que se soit efforcé d'être le maître des lieux, la vue de ce visage douloureusement familier l'avait immédiatement mis sur la défensive. L'on avait osé ramener ce vermisseau dans son palais, après tout le mal qu'il y avait fait ? Pire encore, l'un de ses invités avait semble-t-il entrepris de le soigner juste sous son nez alors qu'il était à l'article de la mort.
Quel genre de provocation était-ce là ? Cependant, à en juger par leurs réactions respectives, les maîtres du mal n'étaient pas au fait de l'affront qu'ils venaient de lui faire - du moins jusqu'à ce que le Namek en devine la nature, ayant lui-même fait les frais de l'insolence de ce Son Goku. S'il lui avait déjà fourni de bons arguments pour le rallier à leur cause, l'idée qu'ils puissent avoir un ennemi commun ne tomba pas non plus dans l'oreille d'un sourd. Le troisième larron pouvait s'estimer heureux que ses vils compagnons aient été enclins à prendre sa défense, ou il aurait connu un bien triste sort.

Son masque de fureur s'effondra soudainement sur lui-même, le rendant à l'air autrement plus affable avec lequel il les avait accueillis. Le fiel quasi-palpable qui émanait de lui disparut instantanément, cédant sa place à une atmosphère plus conviviale - et achevant de prouver à quelle vitesse tout pouvait basculer, s'il en décidait ainsi.

« Veuillez m'excuser pour ce moment d'égarement. » Il mit le poing devant sa bouche, comme s'il venait de réfréner une vulgaire toux. « Cela ne se reproduira plus. »

Il ne confirma ni n'infirma la théorie avancée par Piccolo Senior, mais il n'avait pas besoin de le faire : sa réaction en disait suffisamment long. Ils auraient tout le loisir d'échanger à ce sujet une fois confortablement installés, un verre à la main.

Du bout de sa canne, il repoussa avec une infinie lenteur le menton de l'inconscient, l'obligeant à relever la tête pour mieux l'observer. Le but n'était pas tant de le violenter que d'y regarder de plus près - bien sûr, sans avoir à le toucher directement.

« Je comprends mieux. » fit-il d'un ton apaisé. « Il est vrai que je ne l'imagine pas vouloir s'associer avec des crapules telles que nous... Mais on ne sait jamais. Cela fait longtemps, et même les meilleurs finissent parfois par s'égarer du droit chemin. » Un sourire entendu passa sur ses lèvres. « Enfin. Quoi qu'il en soit, cet homme a l'air d'avoir besoin de soins. Je crains de devoir m'en charger personnellement : comme vous pourrez les constater, mes serviteurs ne sont pas vraiment taillés pour les opérations délicates... »

Un coup d’œil à la ronde suffisait à comprendre ce qu'il entendait par là, la plupart des créatures qui peuplaient les lieux pouvant arracher la tête d'un homme d'une seule main - si du moins ils n'avaient pas eu l'armement pour le faire à leur place. Levant sa canne, il en plaça la pierre sur son cœur et réalisa une légère révérence, réaffirmant son respect envers eux.

« Je vous promets qu'il sera bien traité tant qu'il ne bafouera pas mon hospitalité. Si mon nom vous est familier, alors vous devez également savoir que je suis un homme de parole. Ou devrais-je dire un démon de parole ? »

Il eut un léger ricanement - et même son rire parut plus beau qu'il n'était en vérité, tant que rien ne venait rompre le charme comme il l'avait été à l'instant. Ils avaient vu son véritable visage ; savaient qu'il était des leurs, sans l'ombre d'un doute. À défaut d'autre chose, au moins pouvaient-ils croire cela.

« Ce ne sera pas long. » renchérit-il. De la main, il les invita à continuer dans la direction où ils se seraient rendus de toute manière s'il ne leur avait barré le passage. « Je vous en prie, mettez-vous à l'aise. Mon personnel va vous escorter vers la salle à manger. Je vous rejoindrai dans quelques instants. »

Et effectivement, les démons armés se firent fort de les accompagner, eux et tous les subalternes qu'ils jugeraient bon d'emmener. Il n'était pas question qu'ils se sentent à sa merci, si cela pouvait les rassurer, et n'était-ce pas la raison de leur présence ? -, le château avait largement la place d'accueillir l'ensemble de leurs troupes respectives.

Défaits, mais vivants... Les démons en maraude !  IAIN3Ax

Ainsi seraient-ils promptement menés en direction d'une pièce luxueuse, au centre de laquelle trônait une table massive à même d'accueillir une vingtaine d'invités sans que quiconque se sente à l'étroit.
Tant d'opulence avait de quoi surprendre après avoir traversé ces couloirs de pierre froide dépouillés de toute décoration, mais le confort aurait tôt fait de le leur faire oublier. Peut-être s'étonneraient-ils de découvrir qu'un feu brûlait déjà dans l'âtre, comme si les lieux avaient été prêts à les accueillir.
Une paire d'ogres se posta de part et d'autre de la porte, non pas pour leur en bloquer l'accès mais uniquement pour monter la garde, tels les rouages d'une mécanique bien huilée. Obséquieux comme à son habitude, Igor s'empressa de se mettre à leur disposition, tirant une chaise pour chacun d'eux.

« Puis-je vous servir quelque chose, messires ? Un en-cas, des rafraîchissements... ? »

Défaits, mais vivants... Les démons en maraude !  CfXCKE8
Garlic
Garlic
Autres Races
Masculin Age : 25
Date d'inscription : 21/11/2021
Nombre de messages : 20
Bon ou mauvais ? : C'est compliqué
Zénies : 1000 Ƶ

Techniques
Techniques illimitées : Chô Makōhō | Omoi Soumasen | Akashingō
Techniques 3/combat : Devious Beam | Probatio Diabolica
Techniques 1/combat : Morning Star

Défaits, mais vivants... Les démons en maraude !  Empty
MessageSujet: Re: Défaits, mais vivants... Les démons en maraude !    Défaits, mais vivants... Les démons en maraude !  ClockMer 30 Mar 2022 - 21:50
Il ne s'agissait pas là d'une fantaisie de son caractère disons-le, périssable. La hantise d'un délogé du mitard, c'est la portée du temps perdu. Et sous sa cotte d'écorces et de nerfs, l'esprit de Garlic turbinait à plein régime, plus qu'il n'y paraissait du moins. Un tel visage ne se tordait pas de cette façon sous l'autorité crasse du dégoût. Un pareil calme ne s'étiolait pas de la sorte face à un laideron. Même lorsqu'il était affublé d'une dégaine à en faire vomir une vélane. Et l'apaisement procuré par l'extase de sa stature n'avait pas empêché Garlic de le noter. Toutefois, même pour un monarque et ce qu'on lui connaissait d'orgueil, jouer les imbéciles était apparu préférable à l'autre option.


L'autre option, c'était celle qui se dissimulait derrière la réaction brutale qu'eut sa royale physiologie, tandis que Piccolo lui volait -une fois n'était pas coutume- la vedette en s'interposant entre lui et Lucifer. De toutes part de ses pores béants, de la vapeur s'échappait vivement dans un PSHHHHHHhhhuuuiiiiiiiiiitttt misérable. (Nul commentaire ne fut tenu sur la vive odeur de confiserie à la menthe qui embauma l'antre après coup.) De but en blanc, le vieillard chétif était de retour ! Ce dernier se retint de tout commentaire, son poing frêle retenant toute remarque qu'il aurait pu exprimer pour justifier sa métamorphose soudaine. 


Mais quelle était donc la fameuse cause de cette flétrissure inopinée ? Et bien, chaque mot malencontreux qui sifflait entre les lèvres parcheminées du Roi-Démon la constituait. Pendant que certains croupissaient dans une geôle hors de l'espace et du temps, enchaînés par leurs seuls souvenirs, d'autres vivaient, crachaient, manigançaient, et partageaient semblait-il des mésaventures qui les rapprochaient. Et qui, fatalement, les isolaient encore plus de ceux restés derrière. Ainsi Piccolo désamorçait un quiproquo qui promettait de cailler un lait pourtant prometteur, en alléguant les souvenirs d'un petit effronté qui leur avait botté le combleur de trône. 


Bien entendu qu'il n'était pas en moyen de le savoir !


Cette pensée, porteuse de frustration, fut prise de vitesse par une vague d'abattement. Car si comme n'importe lequel de ses pairs, l'occasion manquée de se placer comme le plus savant était mère d'amertume... La pensée de toutes les vies qu'il avait manqué avait bien plus de potence que tous les pamplemousses ovoïdes de Makyo. Trop occupé à retenir le Comte de trucider Black, et probablement habitué à force aux ubuades de son compère bleuté, l'instigateur de l'alliance des Maux ne s'était même pas tourné vers sa pétarade. Le diable quant à lui, évidemment concentré sur le processus de digestion d'information déplaisantes, n'avait pas eu non plus le cœur de relever l'incident. Or donc, le suzerain les écouta en silence. 
La nature avait apparemment eu pitié des humains en limitant le nombre d'afflictions visuelles possibles à porter pour faciès, ce qui expliquait la confusion. C'était en tout cas plus probable qu'une éventuelle parenté fraternelle, car Garlic en était intimement convaincu : après l'avoir vu à l'œuvre au combat, si Black avait un jour eu de la famille, il les avait tous phagocytés au stade embryonnaire. 


Il fut convenu que le blessé ne serait pas mis davantage en charpie, plus encore, le vampire se proposa de veiller lui-même aux soins prodigués à l'alter-ego de son persécuteur d'un jour. Entretemps, les deux aliens à peau fripée étaient conviés à dîner à la table comtale, alors que leur hôte s'éclipsa d'une révérence soignée, qui ne manqua pas de rendre sa langue à Garlic.


Il est de ceux qui préfèrent leurs bottes cirées plutôt que leur demeure fortifiée, n'ais-je pas raison mon cher ? 




On les mena à un living aux murs d'ivoire aménagé en salle de dîner. Le code des gentlemen-propriétaires de donjons sinistres (CGPDS) statuait clairement sur la faute de goût que constituait un fumoir aux murs blancs. Néanmoins cet impair était contrebalancé par une débauche obèse et sans appel de maille. Parce qu'il fallait les financer, les cloisons en corne de saurien. Garlic salua la prestation architecturale d'un " Le fanfaron !" qui retentit par sa franchise. Sans attendre et en guise d'introduction, un valet courtaud ne brillant pas par son charisme les enjoint à commander ce qu'ils désiraient. Ne prenant pas la peine d'attendre la réponse de son comparse, il ordonna :


Qu'on nous apporte un assortiment de tout ce qui fait la fierté de cette maison. Que les chefs soient fouettés s'ils font déshonneur à leur Maître, en ce jour plus que tous les autres hin-hin-hin ! 


Après avoir pris leurs places à table selon ce que dictaient la bienséance, un régiment de serveurs vêtus de smokings noirs rehaussé de tabliers d'hôtellerie cramoisis apportèrent des chariots pleins à craquer de victuailles. Imaginez une viande rôtie, cuite à l'étouffée, à la broche, panée, en marinade, en vapeur... N'importe laquelle, du raton au ptérodactyle, du gésier au chat de gouttière. Tout y était, servi dans son argenterie personnelle ruisselante de jus. Tout cela ne manqua pas de faire glousser Garlic, qui tout comme son compère dépendait d'un régime frugivore. Qu'à cela ne tienne, il allait boire ! Concluait-il en pensée, dardant Piccolo de regards désabusés quant au peu de variété culinaire proposé par l'établissement. C'était à s'en fendre le crâne tout de même ! On s'évertuait à lui rappeler qu'il avait passé un temps innommable loin de tout, et lorsqu'on lui proposait son premier casse-croûte EN PRESQUE TROIS CENT ANS, pas un fruit à se mettre sous la dent n'était à voir.


Hélas pour lui, lorsqu'il porta la carafe de cristal à son verre, il dû se rendre à l'évidence que ce n'était pas du jus du le raisin qui était servi à table ce soir-là.


Valet ! Au pied, preste ! Beugla-t-il en serrant la cuiller des apéritifs dans son poing rageur.


Igor, accouru en écarquillant les yeux. Manifestement, soit il avait compris qu'il y avait un problème, soit le glouton avait avalé par inadvertance le dernier set de neurones qui lui restait.


M-messire ?


Tu vois mon cher, je n'apprécie pas trop commencer mon assiette avant de m'assurer qu'elle est comestible. Après tout, nos ennemis ont beau être sous la bannière du bien, un empoisonnement est si vite arrivé !


Sans plus attendre, il saisit du bout des doigts un morceau de viande par le blanc de l'os et vint l'encastrer dans la bouche circonspecte du groom. Igor frissonna de peur et y laissa quelques unes du peu de quenottes qui lui restait, mais ne parut pas plus dérangé que ça par la manœuvre une fois le gigot bien en bouche.


Bien alors, ce double bienveillant de Black, on doit s'en méfier comment ? Il n'est tout de même pas similaire sur d'autres aspects que le physique ? 


L'idée d'avoir une brute chirurgicale de la trempe de Black dans l'autre camp était une idée insupportable. Du genre qui suffisait à dégoûter de toute idée de manigancer des plans pour le siècle à venir, le temps que l'âge héroïque disparaisse. Car à bien y réfléchir, il avait suffit de bien moins fort pour les mettre en déroute à peine quelques heures auparavant.


Notre ami le comte n'a pas l'air contre l'idée de rallier notre cause. Cependant m'est avis qu'il ne sera pas aussi facile à convaincre que notre ami assoiffé de guerre ou moi et ma mansuétude que tu connais hin. Faut-il dire aussi que si nous payons pas de mine en l'état, nous n'avons pas grand chose à offrir. 

Mais le Roi ne s'arrêta pas à cette constatation. Il ne savait que trop bien que la première force de Piccolo résidait dans sa bouche, qui tantôt rotait les gerbes de magma d'or, tantôt laissait transparaître sans langue d'argent aux mille arguments.


Alors Piccolo, comment comptes-tu t'y prendre pour le séduire celui-là ? Tu as un autre plan grandiose pour tous nous fédérer sous la bannière d'un Mal uni ? Hin ! Comme si nous autres diables étions du genre à nous acoquiner !


Le valet eu un hoquet de contentement au même instant où les yeux du Makyan se plissèrent de réalisation. 


A moins que ! Peut-être que le meilleur moyen de parvenir tous à nos fins n'est pas de tous nous dresser face à un ennemi commun ! Raillait-il. Peut-être que la solution se trouve simplement dans notre fédération. C'est ça que tu veux lui proposer, n'est-ce pas ? Ma mémoire ne m'a pas fait défaut, et je sais que notre ami sa majesté comtale possède lui aussi le moyen de "retourner" les gens. Si tout le monde est de notre côté, nous n'avons même plus besoin de nous allier pour nous battre hin ! Me trompes-je ? 


Plus qu'une tentative de deviner les cordes de leadership de Piccolo, Garlic tentait surtout de motiver Piccolo. Car si ce dernier n'avait pas de plan pour que toute leur entreprise se goupille, leur raclée de tout à l'heure n'était qu'une raclée de plus au compteur. Mais si le Roi-Démon parvenait à retourner véritablement la situation à leur avantage, alors il s'agissait de la pierre angulaire de leur reconquête. Pour le dire autrement, le vieillard espiègle invoquait l'esprit flagorneur de son ami à se manifester comme il l'espérait. 



Bah ! Et puis si c'est pas ça, je peux lui proposer d'agrandir ses terres avec un petit lopin de récif encore tout frais hin-hin-hin !




Tandis qu'il buvait les réponses de son lige, à défaut de boire quoique ce soit d'autre, ses oreilles frémirent en réponse du tintement feutré et caractéristique des pas de Lucifer. L'hôte allait débarquer dans la salle à manger dans moins de quelques pas d'escaliers.


Qu'il soit noté que les convives ont apprécié leurs plats !


Aboya-t-il en retirant la sucette de chair d'Igor pour la remplacer par une autre, plus grande. Piccolo allait-il brandir un nouveau plan dément ou était-il à court d'idées palpitantes ? Lucifer avait-il respecté sa parole ? Allait-il consentir à se joindre à la bande de bras cassés qu'ils constituaient ? Black allait-il saper en costar tel le sage savant qu'il était ? Toutes ces questions fatidiques allaient trouver leur réponse incessamment sous-peu, et le cerveau à peine réoxygéné de Garlic peinait à toutes les traiter. 
Zamasu
Zamasu
Autres Races
Masculin Age : 23
Date d'inscription : 18/10/2016
Nombre de messages : 279
Zénies : 2100

Techniques
Techniques illimitées : Brèche | Lances divines | Creation | Illumination
Techniques 3/combat : Arme d'énergie | Téléportation
Techniques 1/combat : Supernova

Défaits, mais vivants... Les démons en maraude !  Empty
MessageSujet: Re: Défaits, mais vivants... Les démons en maraude !    Défaits, mais vivants... Les démons en maraude !  ClockJeu 31 Mar 2022 - 15:41
En plus d’une éloquence rare, le seigneur du mal profitait d’une assurance sans équivoque. Sa démarche fluide et sa voix presque mielleuse donnait l’illusion qu’il contrôlait chaque respiration au sein de son domaine. Cette domination le rendait intouchable. Comme il le disait si bien, sa discrétion se limitait au nom de son comté « La main du Diable ». Black restait pourtant convaincu que c’est bien l’oubli, et lui seul, qui était responsable de la survie en bonne et due forme de la région et ses habitants. Mais il n’était pas bon de déranger son hôte démoniaque en appuyant un avis qui risquait de ne pas être écouté à sa juste valeur. Puis de toute manière, le misanthrope se fichait bien d’être découvert, s’il devait se battre à nouveau, il libérerait une puissance qui laisserait pantois n’importe lequel de ses hypothétiques adversaires.

Décorant son visage d’une banale paire de lunettes de soleil, Lucifer précisa faire usage de sa magie d’apparat lors de ses missions en extérieur. Sans doute les verres sombres de sa monture le protégeaient du regard d’Hélios. Dans tous les cas, le saiyan doutait de la fréquence des sorties de son interlocuteur maudit, surtout dans le contexte présent.

« Je ne doutais pas de ta capacité à te mêler aux mortels. Mais je ne suis pas dupe au point de croire que tu t’affiche face à moi avec ta véritable apparence. »

Il était très peu probable, aux yeux du kaioshin renégat, que le diable ait le physique naturel d’un humain dans la fleur de l’âge. Black en savait quelque chose, il avait déjà observé quelques dieux démons, le plus notable étant le terrible Demigra. Sous sa forme réelle, le rival de Kaito ressemblait davantage à un lézard anthropomorphe géant qu’a un valet de table. Nul doute que le chatelain cachait son jeu de la même manière.

Un tel détail n’empêchait pas la coopération entre les deux hommes. Zamasu déballa l’histoire qu’il avait inventé, écartant d’un vif revers de main toute affiliation factuelle avec le père de Son Gohan. Travailler ensemble et faire confiance étaient des éléments dissociables dans la stratégie du renégat. Pour le moment, il n’accordait ses bonnes pensées à personne, prêt à jouer son cinéma jusqu’à la dernière ligne.

Remis sur pied, l’artiste martial reçu quelques recommandations de son bienfaiteur sur l’évidente retenue que son état lui imposait. Effectivement, si Black était partiellement rétabli, il n’était certainement pas en mesure de combattre ou de s’essayer à une quelconque démonstration de force. En réalité, il était déjà parfaitement anormal qu’il soit capable de marcher après si peu de temps. A peine 3 heures s’étaient écoulées depuis la fin des hostilités. Fort heureusement, les gênes particulières des guerriers de l’espace jouaient en sa faveur. Mordus de combat, les nombreuses générations ayant précédés Son Goku ont bâties un ADN aux grandes facultés régénératrices. Quoi qu’il en soit, le shinjin ne comptait pas abuser de ses capacités raciales et allait se tenir.

« Je comprends. Sois assuré de ma réserve. »

Répondit-il sobrement avant de descendre les marches menant à l’antichambre, laquelle était gigantesque. Guidé par le maître de maison, le misanthrope parvint à une pièce annexe qui avait tous les prérequis d’un vestiaire. L’endroit était somptueux, couvert de dorures, d’argent et de marbre. Plusieurs armoires entreposaient des milliers de tenues mondaines. Lucifer était clairement un partisan de « la mode du siècle dernier », tout y était d’un grand ringard. Mais l’aspect démodé des costumes ne dérangeait pas le visiteur qui appréciait malgré tout la qualité du textile et des compositions.

Avant d’être laissé seul, il entendit le démon lui préciser qu’il était parfois aussi nommé le père des mensonges. Ce n’était pas une surprise et l’assassin n’apprenait rien d’une telle déclaration. Il resta donc silencieux, le laissant rejoindre Piccolo et Garlic.

Fouillant un peu dans les meubles, le saiyan pris quelques minutes à sélectionner les vêtements qui lui allaient au mieux.


Il sorti ensuite du vestiaire, prenant la direction des auras dégagées par ses collègues. Pour éviter de se perdre, Zamasu accéléra sa cadence afin de suivre le passage de Lucifer. Lors de sa marche, il pénétra une grande salle qui ressemblait à un centre de contrôle. Plusieurs ordinateurs vieillissants semblaient au repos de puis des lustres, il y avait de nombreux écrans et une carte du monde au centre de la pièce. Cette base opérationnelle était sans doute utilisée par le Diable pour ses guerres, il ne devait pas avoir combattu depuis au moins dix ans. Curieux mais pas passionné, Black s’approcha des calculateurs dont la technologie semblait bel-et-bien terrienne. Satan ne mentait pas lorsqu’il expliquait s’être assimilé aux Humains, il semblait en oublier l’usage de la magie.  

S’ensuivit un hall circulaire à la toiture semi-sphérique au centre de laquelle reposait une machinerie unique en son genre. Il s’agissait d’une sorte d’arme, un canon à n’en pas douter. L’engin était couvert d’un drap qui limitait toute observation. Le voleur de corps s’approcha suffisamment pour le relever avec précaution et découvrir le secret de l’artefact. Malheureusement, cet outil de guerre était incompréhensible, il semblait partiellement organique et difficile à analyser. Le Kaioshin ne voulait pas perdre plus de temps et risquer de semer le doute chez son hôte. Il pressa le pas pour espérer ne pas se perdre. C’était un grand veinard, il parvint à comprendre le trajet du comte et à gagner de précieuses minutes. Autant dire qu’une telle capacité d’analyse était obligatoire : l’aspect tortueux du domaine le rendait presque impraticable. Tout comme au cœur du castel Garlic, la main du diable se composait de nombreux couloirs menant à des culs de sac, à des mines à ciel ouvert ou à des cachots de fortune. Cet aspect labyrinthe perdrait tout aventurier mal préparé !


Black débarqua en bon dernier, découvrant à son tour la salle du buffet. Il n’avait pas beaucoup de retard vis-à-vis de Lucifer, une minute tout au plus. Il put découvrir un hall d’une grande qualité. Une table de plusieurs mètres de long côtoyait une armée de sièges tous plus confortables les uns que les autres. Le marbre et l’or qu’avait découvert Zamasu dans les vestiaires semblait aussi de la partie dans celle-ci. Des lustres travaillés dominaient les plafonds tendit qu’une vaste cheminée illuminait toute la pièce. Piccolo et Garlic étaient bien là, attablés auprès de quelques-uns de leurs plus fidèles serviteurs. Comme le souhaite l’hospitalité, des tonnes de plats entouraient les principaux convives, ces derniers semblaient préparés par de grands chefs.

Evidement, la nature du Namek comme celle du Makyan leur empêchait de profiter de toute ces victuailles. A défaut, les deux tyrans buvaient à grande soif.

Quelle apparence revêtait le saiyan ? Son visage semblait épargné de toute blessure handicapante. Quant à sa tenue, elle correspondait certainement à ce qui pouvait se trouver dans la garde-robe personnelle de Lucifer. Ainsi, une veste de costume noire couvrait un veston Bordeau. Cet attirail dissimulait une chemise de soie blanche. Pour le bas, un pantalon marin se combinait à des chaussures sombres.

Fier de son rétablissement, le gaillard affichait un sourire fin transpirant de confiance.

« Excusez-moi pour le retard. »

Défaits, mais vivants... Les démons en maraude !  Black_draculito

Il est bon de noter que Black n’avait jamais vu Garlic dans sa forme « Mongolo » et n’avait donc aucun constat à faire. Il traversa la salle en évitant le bossu immonde qui se trouvait sur son chemin. Il se posa aux côtés du sorcier Makyan, faisant ainsi face à Piccolo. Une fois bien installé, il tira un plat vers lui, inspectant quelques instants le gigot qu’il avait maintenant sous les yeux. Ces mets étaient-il empoisonnés ? Dans sa grande mansuétude, le nain ulcéré semblait s’en être assuré en mettant à contribution l’un de ses esclaves. Avant de se mettre à table, le justicier prit la parole avant d’interpeler ses pairs.

« Cette défaite qu’on vient d’encaisser doit être la dernière. »

Commençât-il, toisant alternativement son duo d’alliés.

« Je ne pensais pas qu’autant de monde viendrait à la rescousse de ce nabot que vous avez capturé. »

Il faisait référence à Dendé. En à peine deux heures, un quadro de héros surpuissant était venu frapper à leur porte. Autant dire que la discrétion était maintenant de mise. S’ils ne se faisaient pas oublier, les mauvais risquaient de subir une embuscade dont il ne réchapperait aucun survivant.

« Il va falloir se faire petits… Maintenant, la bande « du bien » va redoubler de vigilance. »

C’était un constat simple qui éveillait une question d’une tout autre dimension au sein de l’esprit du meurtrier

« D’ailleurs, lorsque j’étais évanoui, que s’est-il passé ? Je sais que nous sommes à « la main du diable ».  Ils ne vont ont pas poursuivis jusqu’ici ? »

Interrogea le lutteur en fronçant les sourcils, dubitatif. Un homme comme Vegeta n’aurait pas laissé le trio fuir. Mais qu’importe les explications, Black profitait d’un allongement notable de sa durée de vie, il comptait bien en profiter. Il adressa un sourire carnassier au géant qui lui faisait front.

« L’essentiel, c’est que je sois en vie. Je compte bien me venger de ces misérables, et surtout de lui avec les cheveux dressés : Vegeta. »

Il s’agissait certainement, en termes tactiques, de l’opposant le plus redoutable qu’il ait affronté lors de cette funeste journée. Mais nul doute que la vengeance serait au centre des préoccupations du groupe tout entier !





Roi Démon Piccolo
Roi Démon Piccolo
Namek
Masculin Age : 23
Date d'inscription : 14/03/2020
Nombre de messages : 57
Bon ou mauvais ? : Démoniaque
Zénies : 1000

Techniques
Techniques illimitées : Soumasen / Chō Makōhō / Finger Beam
Techniques 3/combat : Renvoi ! / Makosen
Techniques 1/combat : Vague explosive du démon

Défaits, mais vivants... Les démons en maraude !  Empty
MessageSujet: Re: Défaits, mais vivants... Les démons en maraude !    Défaits, mais vivants... Les démons en maraude !  ClockMar 5 Avr 2022 - 23:25
Aussi rapidement que c’était arrivé, les traits de Lucifer s’adoucirent à nouveau pour retrouver un facies plus aimable. Sa réaction était visiblement plus forte que lui, dirait-on. S’excusant sur le moment, il écouta les arguments des deux compères et examina de plus près le meurtrier larron avant de proposer de le remettre d’aplomb par lui-même. Sans doute était-il équipé de dispositifs médicaux conséquents, en plus de l’armement et des gadgets high-tech montrés plus tôt, une donnée particulièrement intéressante, il fallait le dire ; les Makyans comme les Nameks Démoniaques n’étant de toute évidence pas vraiment versés dans l’art de sauver des vies, seulement de les prendre.

Une odeur singulière embauma néanmoins la pièce, attirant l’attention du géant vert vers sa source : Garlic s’était rabougris d’un coup, reprenant une apparence correspondante à son âge plusieurs fois centenaire dans un jet de vapeur. Peut-être ne pouvait-il plus tenir sa forme de jadis, ou encore jugeait-il qu’il n’avait plus à travestir sa silhouette véritable, comme un effort pour montrer à Lucifer que lui aussi usait de subterfuges pour cacher sa bobine. Qu’à cela ne tienne, Piccolo se tourna à nouveau vers Lucifer, heureux d’avoir convenu d’une solution à l’amiable et écartant la possibilité d’une alliance de circonstance avec un Son Goku, quel qu’il soit.


« J’aurais préféré retourner en Enfer plutôt que de m’associer avec ce ouistiti, de toute façon. Nous te laissons volontiers lui apporter ton aide, Lucifer. Il est un atout considérable à nos forces, et sans doute t’en rendras-tu compte lorsque, je l’espère, tu seras des nôtres. »

Ainsi, le Diable sépara Black du groupe en laissant ses troupes mener les visiteurs vers une table où leur seraient proposés d’alléchants mets pour leur palais vicié. Garlic, une fois le maître des lieux éloigné, ne manqua pas d’ailleurs de noter le caractère faste à outrance du Comte Millénaire, affirmant qu’il était de ceux qui préféraient une apparence polie à des murs impénétrables. De la part d’un monstre qui a vécu ici depuis ce qui s’approche être l’éternité, ce n’était pas très étonnant : l’ennui a du le pousser à se trouver un hobby artistique quelconque, qu’il s’agisse de gastronomie ou d’architecture.

« On dirait bien. J’imagine qu’il fallait s’y attendre. »

Et évidemment, lorsque le majordome s’enquit des souhaits des convives, le souverain Makyan ne manqua pas de requérir ce que les chefs avaient de mieux ! A cette demande, Piccolo ne put que s’en pourlécher les babines ! Et après quelques minutes d’attentes durant lesquelles les démons Makyans comme Namek se battirent pour déterminer qui parmi eux était dignes de rejoindre la table de leurs maîtres. Sans soucis, Gong et Ocarina, les deux aînés du Clan, s’assirent aux côtés de leur géniteur et patientèrent avec lui, le premier racontant quelques blagues cyniques et de bien mauvais goût pour égayer les mœurs de son seigneur, remplissant sa fonction de bouffon personnel dans le même temps, tandis que le second calmait d’un regard torve les agitations de ses pairs.

Et enfin vînt le souper.
Aucun de ces plats ne figuraient parmi les favoris du Grand Roi Démon, mais ils avaient l’air bien apetissant, il fallait l’avouer. De même, l’alcool coulait à flot, les bouteilles de tord-boyaux se mêlant à celles des grands crus presque aussi vieux que Piccolo lui-même. Un festin de roi, ne mâchons pas nos mots, accueillait les dignitaires des ténèbres, et le Daimaô ne se priva pas pour se réserver une grande partie du plat, laissant quelques miettes à peine au reste de son Clan, qui elles-mêmes furent principalement partagées entre Gong et Ocarina.


« Mmh… C’est pas ce que je préfère, mais c’est mangeable. »

Lâcha dans son égoïste gourmandise le Fléau de Dieu la bouche pleine de ripaille.
Sans coup férir, qui disait grand festin disait discussions autours d’un morceau de viande, et c’est pourquoi le Maître de l’Etoile Maudite le prit à part pour discuter stratégie après s’être pris le bec avec le valet. Il demanda plus de détail sur Son Goku, et il fallait dire que bien que figurant parmi les plus honnis de ses ennemis, Piccolo ne savait trop rien de son était à l’heure qu’il était. Peut-être était-il déjà mort à l’heure qu’il était, défait par un ennemi trop puissant pour lui ? Ou bien était-il simplement parti de ce monde à la recherche d’un autre à la surface duquel il s’amuserait encore à jouer à la vermine.


« Hrm… A vrai dire, je n’en sais trop rien. Ce n’était qu’un môme lorsqu’il m’avait fait barrage, et c’était il y a des décennies, maintenant. Maintenant adulte, il doit être plus puissant encore. Mais il y a bien un point commun entre lui et Black : leur persistance. »

Et c’était peu de le dire, Black avait selon toute vraisemblance perdu assez de sang pour être considéré comme condamné, le corps tuméfié et passablement charcuté, et le bougre tenait encore à la vie comme un affamé gardait précieusement son quignon de pain. C’était, de toute évidence, un trait qui le rapprochait de cette teigne de Goku.

« Figures-toi que la première fois que j’ai entendu parler de ce morveux, l’un de mes guerriers annonçait sa mort. Puis, il a resurgi de nulle part pour le tuer lui et un de ses frères avant que je n’intervienne pour l’abattre. »

Un premier combat qui s’était déroulé presque sans accroc pour le Roi, qui s’étonna de devoir réellement s’investir dans un combat contre un mortel, mais qui massacra le môme une fois cela fait. Un Makosen astucieux suffit enfin à mettre fin à la rencontre, heurtant de plein fouet le petit singe qui tomba mollement au sol.

« Et je l’ai écrasé comme un cafard. Une fois tombé inconscient après mes coups, j'ai vérifié les battements de son cœur, et je peux t’assurer qu’il était mort à ce moment ! Et le lendemain à l’heure de mon triomphe, il avait à nouveau fait son apparition, plus fort que jamais ! C’était à n’y rien comprendre ! »

Enervé comme d’habitude dès qu’on le faisait se souvenir de la débandade du Château du Roi, le Roi qui tenait alors une tête de Giras farcie entre ses griffes les resserra abruptement, faisant éclater le crâne draconien de ses griffes puissantes.

Défaits, mais vivants... Les démons en maraude !  6ier

« J’aurais dû lui trancher la tête par sûreté ! »

Lâcha-t-il avec haine avant de se lécher la paume, le jus de viande dégoulinant de sa large paluche à quatre doigts. Il était trop tard pour y changer quoique ce soit, de toute façon... D’humeur à la discussion, Garlic relança son compère en lui demandant la suite de son plan machiavélique. Les moyens par lesquels il se mettrait Lucifer dans sa poche et unirait sous une même bannière ces factions toutes plus chaotiques les unes que les autres. Il lança alors quelques suppositions, pensant à faire leur toute la planète en transformant chacun de ses habitants en démons, comme le pouvait sa vapeur magique, ou encore le Baiser du Vampire que les contes attribuent au Comte.

« Harrharrharr ! Bien pensé, Garlic, mais tu manques quelque peu de vision ! Il n’est pas simplement question de conquérir le monde, vois-tu. »

Oh que non !
La clairvoyance était venue à Piccolo lors de sa rencontre avec l’enfant qui lui ressemblait : Kazoo. Il lui avait parlé d’empires hégémoniques s’étendant aux quatre coins des étoiles. A une époque où se multiplient les voyages interstellaires, une chose était indéniable !


« C’est l’infini qui nous attends là-dehors. Nous ne sommes plus les seuls êtres venus des étoiles à arpenter les contrées humaines. Les gens vont et viennent entre les mondes désormais ! Tu vois sûrement où je veux en venir. »

Les règles du jeu avaient changé !

« La Terre est une étape ! Le reste de la Création attends toujours de connaître notre vilénie ! D’innombrables lopins de terre où nos peuples et les esclaves que nous subjugueront pourront s’installer. Tu pourrais recréer ton Etoile Makyo sans problème et en autant d’exemplaire qu’il te plaira ! Lucifer et les siens n’auraient plus à se terrer coupé des autres. Black quant à lui pourra s’adonner à ses pulsions sanguinaires quand bon lui semblera contre les innombrables planètes que nous jugerons bon de conquérir. Tout le monde aura tout ce qu’il voudra et plus encore ! »

Ricana le Namek avant de prendre une rasade de tord-boyaux depuis une chope qu’il abattit dans un grand bruit sur la tablée, faisant d’un coup taire ses subordonnés et attirant sur lui l’attention de toute l’assemblée pour l’annonce de son sombre projet. Il fallait dire qu’il en changeait beaucoup, récemment ! Au début, le plan de la journée était simplement de libérer Garlic, puis de le mener à rejoindre son entreprise avec Black. Si celle-ci n’avait pas de plan, l’intervention des Saiyans plus tôt dans la journée poussa les Nameks Démoniaques à reconsidérer sur le tas la question, Gong donnant la riche idée d’investir le sous-sol de la planète pour ourdir leurs plans dans l’ombre. Mais la survie d’un acteur comme Lucifer changeait complètement la donne, et en un sens, permettrait à Piccolo de bâtir plus aisément les fondations de son implacable stratagème.

« Mais avant, il nous faut ce monde ! Et pour ça, si la force ne nous le permets pas encore, alors nous allons préparer la chute des Hommes d’une autre façon ! »

Ses yeux se plissèrent avant de briller d’une malice aussi pure que le diamant !

« Au lieu d’un Mal implacable, nous incarnerons un Mal insidieux ! Te souviens-tu des mots du Vieillard à la fin de nos séances d’entraînement ? »

Défaits, mais vivants... Les démons en maraude !  Spe6

« Nous formerons les humains à faire le mal pour nous au milieu des leurs ! Nous leur apprendrons à devenir de mortels agents pour nos sombres besognes ! Je parle là d’utiliser les enseignements du vieux et à les vulgariser à ces miséreux à la sauce démon ! Ils seraient nos yeux et nos oreilles de l’autre côté de la barrière. »

Un rire cliché de méchant de série B retentit alors de sa gorge avant qu’il ne reprenne à nouveau de son immonde breuvage.

« Mais attendons d’abord de voir ce qu’il en sera pour ce qui est de Lucifer.»

Déclara le monstre en essuyant ses babines fines comme des rasoirs de son poignet.
Son ouïe surnaturelle lui indiqua l’arrivée de deux paire de chaussures, sans doute s’agissait-il de leur hôte et d’un quelconque serviteur, pensait le Roi Démon. Mais en lieu et place d’un deuxième bossu, ce fut Black qui, revigoré, fit son entrée accompagné du Seigneur de la Main du Diable, et en tenue bien étonnante de surcroît. Son gi était en lambeaux, donc il était logique qu’on lui prête une tenue de rechange. Qu’à cela ne tienne, Piccolo avait beau être un amateur en termes de sorcellerie, créer des vêtements à partir de rien était parfaitement dans ses cordes, il n’aurait qu’à le lui faire savoir lorsqu’il voudrait des habits… plus pratiques.


« Heureux de te voir à nouveau en forme, Black ! Un peu plus et tu manquais le souper, heheh ! »

S’exclama le démon en montrant d’un ample geste du bras le banquet que leur avaient préparé les gourmets du Malin. Sans se faire attendre, Black s’installa aux côtés du Monarque Makyan et entama la pitance en se servant l’un des plats. Il ne manqua pas pour autant de noter que leur dernière débandade en date devrait le rester, ce à quoi acquiesça le colosse vert pomme.

« C’est vrai que j’ai du mal à croire que ce Dieu soit connu et protégé par autant de monde. De notre temps, le Tout-Puissant n’avait pas besoin d’être défendu, et seuls ses éventuels disciples, Popo ou Karin étaient même au courant de son existence. »

Black s’enquit alors de la tournure des évènements et le moyen par lequel le malfrats s’en sortirent face à l’escouade de héros venus les déloger. A cela, Piccolo laissa à Garlic le soin d’expliquer ce qu’il s’était passé, étant après tout l’auteur principal de cette retraite en grande pompe. Le psychopathe en noir se tourna alors vers Piccolo pour exprimer sa haine et sa future vengeance envers l’un de ceux qui avaient souillé sa dignité ; le dénommé Végéta. A cela, le Namek haussa les épaules avant de réprimer un rot, ayant bien mangé et bien bu depuis le début de ce banquet qui durait maintenant des heures.

« Bah ! C’étaient là les balbutiements de notre entreprise, à nous d’être plus prudents désormais. »

Mais il ne comptait pas laisser les perdants broyer du noir.
C'était la porte ouverte au moral plus bas que terre, et donc à de futures défaites encore et toujours. Un cycle qu'il convenait de briser ! Alors à la place, il tapa ses deux paumes sur la table et se leva de son siège pour attirer à nouveau l’attention sur lui !


« Mesdiables et messieurs, écoutez moi ! Gardez en tête qu’un contretemps n’est que ce que c’est : un contretemps ! Chantons, buvons et mangeons, car aujourd’hui nous avons gagné finalement plus que nous n’avons perdu ! Alors relevez vos têtes et brandissez vos verres ! »

Lança-t-il dans un élan d’allégresse , boisson levée (probablement due à l’alcool de toute évidence impropre à la consommation humaine). Sa voix de ténor vibrait dans l’air de la pièce alors que ses paroles se muèrent peu à peu en chants digne des meilleurs piliers de bar du dernier cercle de l’Enfer.

Défaits, mais vivants... Les démons en maraude !  Tdqd

« Car maintenant, qui a toutes les cartes en mains pour dominer le monde ? C’est nous !»

Et ainsi se mirent à chanter ses fils à tue-tête, braillant, ricanant et quittant leurs sièges pour danser sur ceux-ci tels des barbares enivrés, ce qu’il étaient de toute évidence. Sans doute furent-il accompagné des serfs Makyans de Garlic entrainés par le rythme, ou même le personnel amusé du Comte qui assistaient aux évènements. Quoiqu'il en soit, les cordes vocales les plus malintentionnées du monde s'accordaient d'une seule, même et vive voix, certaines se chargeant même de faire de l'instrumentale ! Qui donc aurait douté de la capacité de la bande de monstres aux noms évocateurs d'instruments de musique à faire une chose aussi triviale ?



Qui c’est qu’en veut aux Saiyans ?
Qui délivre le Roi Makyan ?
C’est nouuuus !
C’est nouuuuuuuus !

Qui contrôle les souterrains ?
Qui massacre des humains ?
C’est nouuuuuuuus !
C’est nouuuuuuuus !

Qui déteste les justiciers ?
Qui fait pleurer les policiers ?
C’est nouuus !
C’est nouuuuuuus !

Qui sont donc les plus immondes ?
Qui va dominer le monde ?
C’est nouuuuus !
C’eeeeest nouuuuuuuuuuuuuuus !
Comte Lucifer
Comte Lucifer
Demon
Masculin Age : 34
Date d'inscription : 09/02/2022
Nombre de messages : 15

Techniques
Techniques illimitées : Envoûtement ; Télékinésie ; Téléportation
Techniques 3/combat : Blood Bomber ; Vampirisme
Techniques 1/combat : Devil Castle Cannon

Défaits, mais vivants... Les démons en maraude !  Empty
MessageSujet: Re: Défaits, mais vivants... Les démons en maraude !    Défaits, mais vivants... Les démons en maraude !  ClockJeu 7 Avr 2022 - 18:48

Les portes s'ouvrirent pour laisser entrer le maître de maison, accompagné du convalescent qu'il s'était lui-même chargé de remettre sur pieds. Sans un regard vers eux, il dépassa les gardes, qui le saluèrent d'une courbette - leur enseigner ce genre de politesse n'avait pas été chose aisée, au vu de leur corpulence, mais la pratique avait fini par leur conférer une certaine grâce. Ce n'était pas parfait, mais sans doute était-ce le mieux qu'il pouvait attendre de leur part. Ce n'était en tout cas plus à même d'attirer son attention ; après tout, il leur faisait répéter ce protocole depuis des centaines d'années.

De toute évidence, le festin était déjà bien entamé, ses invités ne l'ayant pas attendu pour se remplir la panse. Il n'y avait aucun mal à cela, ce n'était pas les provisions qui lui manquaient - et lui-même avait de toute manière un régime quelque peu particulier.

« Je vous prie d'excuser cette absence, mais comme vous pouvez le voir, je l'ai employée à bon escient. » dit-il en désignant un Black revigoré, et autrement mieux habillé qu'il ne l'était précédemment. S'il n'avait pu convaincre celui-ci de rester au repos le temps d'être parfaitement remis, au moins était-il plus vaillant qu'à son entrée au sein du palais. « J'espère que mon personnel a su vous faire bon accueil. »

Mais il n'en doutait en aucune façon, ceux-ci étant pour la plupart habitués à le servir depuis qu'ils savaient ramper ; aussi savaient-ils parfaitement ce qu'il attendait d'eux, et ce en toutes circonstances. Après tout, ils s'étaient rangés d'eux-mêmes sous sa bannière et n'avaient d'autre raison d'être que de le satisfaire : leur loyauté était innée. Cela ne mettait pas nécessairement à l'abri de tout incident, mais dut-il y en avoir un, il savait qu'ils expieraient leurs fautes par eux-mêmes, sans qu'il ait à s'en occuper. Lucifer était un maître magnanime, mais pas un saint homme : il était parfois nécessaire de le rappeler.

Par chance, la table avait été dressée assez d'opulence pour qu'il reste à Black quelque chose à se mettre sous la dent, même après que les serviteurs de chacun aient mangé à leur faim ; le personnel avait veillé à ce que les cuisines continuent de tourner à plein régime aussi longtemps que nécessaire. Ainsi, même le roi Makyan aurait sans doute fini par trouver quelque chose qui lui plaise à mesure que les plats se rapprochaient du dessert, fromages et autres fruits exotiques remplaçant progressivement les viandes et plats en sauce sans complètement les déloger.

« Les mets proposés étaient-ils à votre convenance ? » s'enquit-il, le regard glissant sur la table dont bon nombre des plats avaient déjà été vidés de leur contenu - en partie dans la bouche d'Igor, apparemment ; il aurait dû se douter qu'ils auraient besoin d'un goûteur. « Si je dois vous héberger durant plusieurs jours, autant savoir comment accommoder vos palais. »

Non qu'ils aient eu à craindre quoi que ce soit, les plats n'étant pas empoisonnés - quel gâchis c'aurait été ! -, mais c'était une précaution qu'il ne pouvait que respecter. Après la déconvenue qu'ils venaient apparemment d'essuyer, il aurait été dommage qu'il suffise finalement de quelques gouttes de cyanure pour s'en débarrasser. Non, Lucifer n'était pas de ceux à s'en satisfaire - et ne voulait de toute manière pas leur causer du tort. Du moins, pas avant qu'ils aient dit ce qu'ils avaient à dire.

Leurs échanges lui permirent d'obtenir un peu plus de détails sur les mésaventures qui les avaient menés jusqu'à sa porte. Une lueur d'intérêt illumina son regard en apprenant qu'ils s'en étaient pris à Dieu ; certes, seulement celui de la Terre, mais c'était un début. S'ils avaient manifestement eu les yeux plus gros que le ventre, qu'ils se soient lancés dans une telle entreprise en disait déjà long sur leurs aspirations, surtout connaissant le passé de deux d'entre eux. Après avoir gagné leur confiance, peut-être pourrait-il leur demander de plus amples explications.

Mais plutôt qu'aux paroles, l'heure était apparemment aux chansons, les serviteurs de chacun - y compris les siens - entonnant une rengaine à la gloire de leur petite cabale. S'il s'abstint de se joindre à leur chorale, le Vampire ne manqua pas d'applaudir cette performance aussi étonnante que spontanée : nul ne se serait attendu à ce que ce monstrueux orphéon soit si plaisant à l'oreille.
Preuve en était que l'on pouvait trouver une part de beauté même dans la laideur... Et inversement.

Lorsque le calme revint - non sans que les différents chanteurs fraternisent à grands renforts de tapes dans le dos -, il frappa le sol par trois fois du bout de sa canne, comme l'on annonce le début d'une pièce de théâtre, afin de concentrer l'attention. Son magnétisme était tel que même les plus abrutis de leurs sbires sans distinction d'allégeance - qu'ils soient ou non occupés à s'empiffrer, qu'ils aient ou non besoin de boire après avoir mis leurs voix à contribution   - eurent le réflexe de tourner la tête dans sa direction.

« Comme je l'expliquais à votre compagnon... » Il eut un léger signe de tête envers Black, invitant par là-même celui-ci à poursuivre son repas si nécessaire. Il devait avoir grand besoin de reprendre des forces. « Vous êtes les bienvenus sous mon toit tant que vous respecterez les règles de l'hospitalité. Par conséquent, je peux vous dire que personne ne s'est pour l'heure lancé à vos trousses, ou je vous aurais déjà fait part de mon mécontentement. » En dépit de son sourire, l'on pouvait aisément deviner que toute collaboration aurait été compromise s'ils avaient ramené des ennuis à sa porte sans discussion préalable. Il porta une main à son torse : « J'ai à cœur d'accueillir ceux d'entre nous qui en ont besoin; les malfaiteurs qui n'ont nulle part où aller. C'est en partie pour cette raison que j'ai construit cette demeure. » Il écarta le bras - l'autre tenant toujours sa canne -, désignant la pièce, voire l'ensemble de l'édifice. « Considérez ces lieux comme le dernier bastion du Mal sur Terre. Quiconque sert sa cause sera éternellement le bienvenu ! » S'approchant finalement de la table, il s'empara d'un des verres posés en évidence et en huma subtilement le bouquet. « Et maintenant... Si nous parlions de cette proposition ? »
Garlic
Garlic
Autres Races
Masculin Age : 25
Date d'inscription : 21/11/2021
Nombre de messages : 20
Bon ou mauvais ? : C'est compliqué
Zénies : 1000 Ƶ

Techniques
Techniques illimitées : Chô Makōhō | Omoi Soumasen | Akashingō
Techniques 3/combat : Devious Beam | Probatio Diabolica
Techniques 1/combat : Morning Star

Défaits, mais vivants... Les démons en maraude !  Empty
MessageSujet: Re: Défaits, mais vivants... Les démons en maraude !    Défaits, mais vivants... Les démons en maraude !  ClockLun 11 Avr 2022 - 18:09
Défaits, mais vivants... Les démons en maraude !  Grottes


Des portes de granit irisé surgirent les convives manquants à l'appel. Tout deux engoncés dans de sublimes tuniques satinées, on ne pouvait distinguer Black de Lucifer uniquement de part leur disparité capillaires. Piccolo congratula son complice sorti de convalescence d'un salut dentaire carnassier, lequel lui rendit au centuple par le biais d'un rictus mauvais. Tant abominable que certains parmi la garde d'honneur Makyane vinrent confirmer que le Saiyen ne souffrait pas de paralysie faciale consécutive à sa mésaventure. Garlic le salua d'une brève inclinaison de la tête, son regard à moitié fixé sur le maître de maison, presque surpris que ce dernier n'ait pas achevé Black. Il n'en dit cependant rien, emporté par le torrent logorrhéique du Roi-Démon. Tous l'étaient. Lucifer s'était permis quelques mots pour excuser leur retard à l'instant où ils étaient entrés puis... Plus rien.


Le Daïmao à la verve enjôleuse avait sans difficulté connecté leur arrivée au sein de son laïus, pour reprendre de plus belle. D'aucuns à travers la jeune histoire de la terre auraient pu témoigner du talent de Piccolo pour ployer les mots, broyer la langue de Molière sous des tonnes kilométriques de figures de styles osées et circonvolutions gracieuses. Toutefois, ce jour-là, au cours de ce dîner, le Roi-Démon s'était hissé à la cime de son art. A l'entendre, ils n'avaient certainement pas essuyé une ixième Waterloo. Non, non ! Ô combien que non, bien au contraire ! Sous sa langue entraînée, le moindre mot portait à croire que la plus grande déconfiture à l'ordre du jour était un contretemps, une saleté sur le pavement de leur titanesque entreprise. Chaque mot qui coulait de sa bouche, chaque intonation faisant clapoter sa voix éteignait les ardeurs de défaite dans les tripes de son auditoire. Puis en récupérait la chaleur pour gonfler leurs cœurs en montgolfières. Au diable Napoléon, ils étaient Pyrrhus. Bientôt, à la lumière de jours plus cléments, ce n'était pas la macédoine qu'ils allaient saisir, mais le monde entier. Garlic était tant obnubilé par les palabres de son acolyte qu'il en oublia entièrement de mettre au courant leur ami presque revenu d'entre les morts.


Non, ils n'avaient plus de souci à se faire. La terre n'était qu'une étape sur leur parcours. Les humains n'avaient pas à être des obstacles, mais pouvaient devenir des atouts jetables. Ils allaient conquérir le monde, ils allaient être détestés, ils allaient gagner. Comment Garlic pouvait ne pas tomber en pâmoison devant de tels joyaux scandés ? Comment un cœur affligé par des centaines d'années d'errance pouvait ne pas s'écrouler sous autant de battements d'excitation ? Comment un pareil banquet pouvait demeurer sinistre une seconde de plus après que tous les convives aient étés semblablement subjugués ? Une seule réponse existait, venant clore toutes les questions. Il ne pouvait pas. Et quelle était la vérité éclatante qui s'en dégageait ? Une ultime question. Une dernière avant le rire et le mépris.


Qui à toutes les cartes pour dominer le monde ? 


C'EST NOUS


Défaits, mais vivants... Les démons en maraude !  Unknown


C'est en chœur qu'il chantèrent, levant leurs fourchettes pleines de cœurs, dans la joie et la bonne humeur. Garlic leva sa pinte, prestant son serviteur le plus proche de lui apporter un peu de cette fameuse gnole, ignorant les laquais du petit-coeur qui lui servait d'égal. Les misérables aux ordres d'un sous-duc comme Piccolo ne seraient pas à la hauteur de travailler pour le Roi de Prusse. Mais peu importait, car les vers psalmodiés par le Namek résonnaient tellement en chacun que les paroles leurs venaient directement aux lèvres. Fallait-il dire aussi qu'elles constituaient le B.A.-BA du lied de vilenie. Le parolier fainéant comblerait ses rimes de "je t'aime" qu'on serait à peine tombé plus bas dans le cliché. Mais c'était ce qui rendait leur chant atroce et dissonant étrangement enhardissant. Le Makyan poussait la chansonnette à s'en faire une hernie, abandonnant comme les autres tout semblant de tenue. 


C'est nous, c'est nous...


A chaque refrain le Roi allègre se tournait vers son camarade de toujours et se surprenait à reconnaître en lui l'image de leur vieux maître. Était-ce un brin de nostalgie qui venait aveugler le nabot ? Quoiqu'il en était, cette pensée certes fugace vint compléter la jubilation de l'instant présent pour former un concept que le souverain ne savait même pas qu'il avait oublié. Il était à la maison, bien davantage que lorsqu'il avait signé son retour au Castel Garlic. Il était rare pour un salaud de sa trempe d'éprouver le confort, aussi cette sensation disparu aussitôt, remplacée par une autre ; âprement différente. Car si, Piccolo ressemblait à leur regretté mentor, cela ne pouvait que vouloir dire que Garlic avait perdu la course pour honorer l'héritage du Vieillard ! D'un seul coup, les misérables raisins secs qui faisaient office d'yeux au Makyan se révulsèrent et jaillirent presque de leurs orbites comme des projectiles peu appétissants. Il lui fallait agir au plus vite pour rattraper cette vieille canaille au teint souffreteux ! 


Djembe ! Qu'on fasse venir les assortiments de mon ost ! Prestement ! 


Sur Makyô, le commun des immortels se plaisaient à pimenter leurs soirées, -ou pour être plus précis, tous leurs repas- d'un met exécrable mais excessivement hallucinogène, les fruits du Kusatta. L'arbre, sorte de pommier menaçant, constituait l'unique flore comestible du monde natal des démons et produisait des fruits dont l'apparence variait autant que les effets sur la psyché. La première idée qui était venue à Garlic pour rattraper Piccolo dans leur course fabulée après leur Maître, était en gros de droguer tout le monde pour passer pour le plus sympathique des deux. Vous l'aurez donc compris, Garlic relevait du Relou en soirée. 


Voiiiisssssiiii mèèèèètre-haaaan. Fidèèèèle Balsamique vous à portééééééé EN PREMIER la bonne pitaaaaaance-haaaaaaan.


Défaits, mais vivants... Les démons en maraude !  Dancing_Devil_Artwork



Balsamique, un autre relou en soirée, et accessoirement le bouffon ET favori de Garlic avait effectué un savant croche-pattes au malheureux Djembé pour récupérer le panier garni de fruits et les tendre à son seigneur. Le pitoyable diablotin rouge n'avait qu'un seul trait de personnalité, (comme tous les Makyans d'ailleurs) et le sien était de trahir tout le monde. C'était pour cette raison que Garlic en avait fait son bras droit. Pendant ce temps, le reste des lurons enjoués allongeaient la chanson au point de répéter en boucle son refrain entêtant.


C'est nooooous, c'est nooooous...


Le Seigneur bleu délavé se tourna à nouveau vers son camarade pour lui tendre une chose qui ressemblait de très loin à une banane pourrie croisée avec un rottweiler et du pain rassis. Hélas pour l'égo démesuré du Makyan, Piccolo n'avait pas attendu le deuxième round des cuisiniers pour se délecter des plats servis chez Lucifer. Le Namek... succulait sa viande entre deux cris en rythme... Alors qu'un bol de velouté fort prometteur se tenait juste sous ses yeux. C'en était trop pour Garlic. Son rival avait-il pris tant de distance dans l'escalade pour devenir le plus méchant qu'il en était devenu capable de... manger de la viande ? 


Ni une ni deux, Garlic jeta son dévolu sur un parfait de gélatine de porc-épic et lui asséna des coups de crocs comme si c'était ses gencives qu'il essayait d'atteindre. Tandis que les démons attablés perdaient de leur cadence phonique à mesure que la dégustation de la spécialité Makyane avançait, le Roi chantait de plus en plus fort. Et de plus en plus faux. Il n'y avait plus que Garlic et Piccolo pour beugler, se tenant l'un l'autre à l'épaule, tentant de couvrir les voix nasillardes jointes de Black et Lucifer. Tout deux oubliaient toute forme de distinction, le Namek sous l'emprise enivrante du fruit du démon, le Makyan du fait d'une colique express causée par un plat hors de son régime alimentaire. S'il continuait ainsi, le festin pourrait tourner au cauchemar. Au sien en tout cas. Cependant, alors qu'il considérait l'éventualité de laisser la vapeur retomber et retourner à un banquet normal, Bouillon, le consul du terrorisme pédiatrique vint lui porter un pilon de rat des lagunes. 


Guettez Sir, ça fera passer la guedro !


Défaits, mais vivants... Les démons en maraude !  DQVIDS_-_Disgustling

 





Certes
(Je t'avais dit de pas faire le fripon)


Oh, Bouillon n'avait pas pensé à mal. Néanmoins, il demeurait l'unique responsable de la catastrophe infernale qu'il avait lâché sur cette sale de banquet (tout sauf) innocente. Garlic porta le fruit défendu à ses lèvres boursouflées, tenant délicatement le pilon par l'os frêle. Au lieu de consommer ce met infâme, Garlic saisit la tête de son vassal insupportable. Celui-là même qui lui avait apporté le panier de fruits du Kusatta. Et d'un geste de torsion tremblant de fièvre mais pas hésitant pour un sou, Garlic reconvertit le bouffon en "Architecte". 


 



Telle un disque sur une platine, la tête du diablotin tournoyait lentement, sa bouche laissant échapper des cris de douleurs vocodés qui formaient peu à peu une sonorité exotique quoique plaisante. Sentant la fièvre monter, Garlic arracha les lunettes de l'un de ses disciples aveugle, pour se dissimuler de l'émeraude cyclopéenne (faisant office de boule disco) qu'il venait de faire apparaître au travers de Balsamique au plafond de la salle. Il n'avait plus qu'une chose à faire, suivre le feu qui l'habitait. 





Tu connais l'idiome, éteins tes flammes quand tu fais l'escroc, (ouh, ouh)
C'est pas en écoutant l'AM que tu deviendras un salaud  ( certes )
Si tu veux être un bestiaux (assurément) assume toujours quand c'est chaud :
Claymore d'or qui s'cache dans l'pataud (le bras Sir !)
Tu sais qu'on n'aime pas trop les marauds ! (bing-bing)




La salle n'était plus qu'effervescence. Du sol jaillissaient des fresques représentant des figures mauvaises, mettant à feu et à sang des bonshommes-bâtons. Le roi mixait avec ardeur sur le crâne chauve de Balsamique, tandis que les murs d'ivoires réagissaient à ses mouvements en vibrant en résonnance avec la voix de l'architecte.




Rafale de Kikohas, posément, j'l'allume comme Monte-Cristo, (chiure alors)
Quand j'vais trouver ma gueuse,
J'lui pique sa bague sertie de cristaux ! (eh, eh)
J'demande conseil à Garlic, il m'dit "Nori, tranquille, encanaille-toi"
J'ai fait des casses de malade et ce, sans anicroche !
Certes




Défaits, mais vivants... Les démons en maraude !  Mundo-de-la-bourse-1024x576




Oh qu'elle est vilaine, elle fait dans la maroufle
 

Elle s'en sort toujours indemne, à en couper l'souffle

Oh qu'elle est vilaine, elle fait dans la maroufle

Elle s'en sort toujours indemne (Certes), à en couper l'souffle




J'suis galvanisé, j'arrive comme un Saiyen avec une sacrée touffe !
J'recrache le plat, j'en veux à Lucifer pour sa malbouffe !
Va-t-en comprendre (Certes) v'la qu'elle m'agresse-
Dis-lui d'détress', je mange que d'la salade ;
Elle a la gamberge, elle veut son minéral !
Oh qu'elle est vilaine, elle maroufle de malade !



Sur les bas-reliefs, des banderoles " On est méchants et on aime ça " se déroulaient pour s'enrouler aussitôt elles s'étaient entièrement découvertes. Il semblait évident qu'à part les hommes d'armes de Garlic, les vassaux de Lucifer comme la mauvaise troupe de démons ne parvenaient à faire quoique ce soit sinon assumer la décharge de psychotropes et se contorsionner en montrant les griffes à chaque fin de vers.

Les humains on va les violenter, grosse patate, gros thermostat !
On va leur rappeler qui les commandait, foutus apostats !
J'vais t'apprendre à maroufler, à cogner leurs C.R.S. ;
Qu'ils viennent pas chouiner quand nous seront en liesse ! (Makyô)


Soucieux d'appuyer son propos à coups d'images considérablement politiques, les fresques animées montraient désormais les mêmes diables qu'auparavant, cette fois enfermés sous terre. Et comme pour finaliser la métaphore, un symbole de rat trônait au-dessus de leur petites têtes cornues. Mais à mesure que les paroles du Souverain du peuple de la vibe oubliée se faisaient violentes, on pouvait observer les diablotins creuser des galeries pour aller s'incruster sous les maisons des bonshommes-bâtons et les dévorer.



Oh qu'elle est vilaine, elle fait dans la maroufle
 

Elle s'en sort toujours indemne, à en couper l'souffle


Oh qu'elle est vilaine, elle fait dans la maroufle


Elle s'en sort toujours indemne (Certes), à en couper l'souffle





Makyô, Pour Piccolo on arrive au galop,
Point de dégoût, soit pas pâlot, j'arrive tantôt, j'gobe un abricot ;
Makyô, Pour Piccolo on arrive au galop,
Point de dégoût, soit pas pâlot, j'arrive tantôt, j'gobe un abricot ;



Défaits, mais vivants... Les démons en maraude !  Unknown




Oh qu'elle est vilaine, elle fait dans la maroufle
 

Elle s'en sort toujours indemne, à en couper l'souffle


Oh qu'elle est vilaine, elle fait dans la maroufle


Elle s'en sort toujours indemne (Certes), à en couper l'souffle











Le mal qui avait frappé Garlic de la fièvre du Lundi après-midi finit par s'estomper, et avec ça, le calvaire hallucinatoire des malheureux qui avaient ouverts leurs sens à l'extase chimique. Fort heureusement pour ces derniers, ils ne garderaient probablement aucun souvenir de cet épisode caniculaire. On pouvait entendre ça et là des " c'est nooooous " ainsi que quelques " elle fait dans la maroufle ", mais de manière générale, il ne restait plus que quatre hommes debout. Ayant recouvré un semblant de clarté Lucifer ramena la discussion au calme en assurant qu'aucuns des marauds qui les avaient attaqués n'était parvenu jusqu'à leur repaire.






« Considérez ces lieux comme le dernier bastion du Mal sur Terre. Quiconque sert sa cause sera éternellement le bienvenu ! »   Clama le vampire, démontrant qu'il avait totalement éliminé les toxines fruitées de son corps en adoptant à nouveau son caractère snob outrancier.



« Et maintenant... Si nous parlions de cette proposition ? »









Etant parvenu à garder une leçon de tout l'enfer qu'il avait subit pendant l'heure de folie précédente, Garlic aboya en premier par sécurité, souhaitant à tout prix se faire entendre au-dessus de Piccolo si ce dernier (et il en était certain) allait ouvrir le bal des négociations. 






Ton hospitalité te fait honneur mon cher ! Comme je le disais au camarade Piccolo et à nos aimables laquais, il ne fait aucun doute que nous avons fait fausse route dès le départ. Il ne faut pas nous placer en les marginaux que nous sommes, mais appâter ces imbéciles d'humains vers nous. Si le monde entier est corrompu, il n'y aura plus de sots empreints de bonnes intentions parmi eux pour nous défaire ! Et avant ce doux rêve, nous aurons semé assez de graines de la discorde pour que les Hommes s'éliminent de toute façon entre eux Hin-Hin !








Dénué de toute forme de vergogne, Garlic s'appropriait purement et simplement l'idée brillante de Piccolo, comptant sur les effets de ses fruits pour que sa tentative de passer pour le cerveau du quatuor fonctionne sans que Piccolo ne se rende compte du vieux rat qu'il incarnait.



Zamasu
Zamasu
Autres Races
Masculin Age : 23
Date d'inscription : 18/10/2016
Nombre de messages : 279
Zénies : 2100

Techniques
Techniques illimitées : Brèche | Lances divines | Creation | Illumination
Techniques 3/combat : Arme d'énergie | Téléportation
Techniques 1/combat : Supernova

Défaits, mais vivants... Les démons en maraude !  Empty
MessageSujet: Re: Défaits, mais vivants... Les démons en maraude !    Défaits, mais vivants... Les démons en maraude !  ClockLun 11 Avr 2022 - 21:03
D’innombrables plats couvraient la salle du buffet de senteurs sapides, ces saveurs des sept continents semblaient aptes à remonter le moral de n’importe quel combattant. Par sa nouvelle nature de mortel, Black n’échappait pas à la règle et profitait du plaisir que représentait la quête de la satiété lors d’un tel festin. Des envies et devoirs qu’il n’éprouvait pas lorsqu’il disposait de son corps parfait de Shinjin, lequel avait été sacrifié au profit de la puissance déraisonnable du représentant de la Z-Team dont il était la némésis. La témérité de Zamasu n’avait aucune limite, il n’avait pas hésité à sacrifier tous ses principes, à assassiner son maître et commettre des massacres pour faire avancer sa cause. Était-ce donc vraiment étonnant qu’il puisse se retrouver plongé dans le péché, jouant si bien son rôle qu’il pouvait se confondre avec un méchant de toujours ? Il se gardait bien d’y réfléchir pour l’instant, préférant se remplir la panse et boire pour récupérer sa précieuse énergie.

Dès son retour, il fut salué avec entrain par Piccolo, nul doute que la convalescence rapide de Black le rassurait au plus haut point. Garlic se montrait plus discret, saluant d’une simple inclinaison faciale son camarade, il semblait préoccupé par autre chose d’indiscernable aux yeux du saiyan. Face au jumeau du tout-puissant, le justicier misanthrope taillait la bavette entre deux bouchées, essayant d’allier l’utile et l’agréable en se voulant multitâche. Il buvait un jus de fruit passablement appréciable tout en faisant étalage de son étonnement au sujet de la qualité de la garde rapprochée de Dendé. Ce nain devait être régulièrement visité pour qu’en une heure à peine il soit secouru ! Damaïo partageait ce constat affligeant, indiquant sagement que le Dieu des terriens était normalement une personnalité discrète, secrète, cachée.

« Les temps changent, alors ! Ce gamin semble être surveillé de près, à croire que son petit âge n’en fait pas un gouverneur indépendant. »

Le martialiste en tenue mondaine n’imaginait pas un Namek d’environ 2 ans diriger une planète aussi agitée que la Terre en totale autonomie. D’autant que, comme l’indiquait son interlocuteur, le dieu local se devait d’entretenir un pouvoir suffisant pour se défense face aux éventuels envahisseurs. Visiblement, il y a une cruelle perte des traditions du côté des Terriens, abandonnant le rôle sacré de leur régisseur au profit d’une icone symbolique.

Quoi qu’il en soit, cela ne l’aidait pas à savoir par quel miracle il avait échappé à la mort que lui promettait le prince des saiyans. Lorsqu’il interrogea ses pairs, Black n’eut aucune réponse, un manque de considération qui lui rappelait presque immédiatement la vilaine infidélité du groupe auquel il appartenait désormais. Il devait s’y faire, ses alliés étaient un groupe de mauvais-diables aux ambitions d’une folie patente ! Guettant qui que ce soit d’intelligent dans la pièce, le misanthrope jeta son dévolu sur un humain coiffé au carré dont la seule armure était un uniforme militaire. Ce personnage rabougri n’avait rien qu’un guerrier de l’espace, mais il semblait d’une motivation manifeste à faire le mal. Peut-être ce dernier était-il l’un des nombreux monstres au service d’un de ses deux compères ?  Il n’allait certainement pas perdre de temps à le sonder et interrogea immédiatement cet inconnu. (C’est Hitler)

« Toi ! Distingue-toi des autres et raconte-moi par quel miracle j’ai survécu tout à l’heure ! »

Cet officier militaire était aussitôt intrigué, impressionné par la carrure de Black qui ne le laissait pas indifférent. Pressé par une peur aussi vive que spontané, le minable balbutia quelques bribes d’explications.

« Je… Je vous ai vu combattre quatre adversaires, ja ! Puis, le prophète Garlic, la paix soit sur lui, est venu vous sauver en déchainant sa puissance, le miséricordieux ! »

Ainsi, ce godiche de Makyan s’était démené pour lui sauver la vie… Un acte dont les motivations étaient claires : La conservation de la machine de guerre de l’alliance. Le Kaioshin renégat ne répondit que par un sourire large et satisfait au dictateur national socialiste. Bien que cela avait pu paraitre à plusieurs instant compris, il s’était fait une place de choix auprès des affreux locaux. Cette reconnaissance, certes toute relative, était un marqueur net de la progression de sa petite opération d’infiltration.

La compréhension des raisons de sa survie inopinée ne suffisait à amoindrir sa frustration pour autant : Vegeta devait mourir, lui et tous ses amis. Cet acharnement en devenir allait être l’une des proues de l’offensive futures qu’il mènerait contre les défenseurs de la planète bleue. Mais l’heure n’était pas à la morosité, Black terminait ses derniers mets et profitait du plaisir d’un estomac rempli. Cependant, une bonne pitance n’était pas qu’une suite de plats désarticulée : il fallait boire les variétés proposées. Zamasu sondait les quelques bouteilles, il y avait de tout, de la simple eau croupie au champagne doré.

Mis à part le thé et quelques boissons lui procurant une satisfaction toute relative, il n’avait jamais essayé d’autres types de rafraichissements, notamment les boissons alcoolisées. Ainsi, le mauvais bougre observa les différents choix avant de jeter son dévolu sur une canette qui semblait faire tache dans le décor. Il s’agissait de la porte du vice, des ténèbres et de tant d’autres choses néfastes.

Défaits, mais vivants... Les démons en maraude !  Black_heineken

« C’est donc ça que les humains boivent à longueur de journée ? »

S’interrogeât-il en saisissant la plus mauvaise qualité de mousse imaginable. Il décapsula sa prise pour en sentir le contenu, devinant au relent qui s’en suivit le caractère « misérable » de cette bière. La mine du saiyan en fut aussitôt rabougrie, s’essayer à l’alcool avec ce genre de flasque n’était pas une bonne affaire. Il déposa promptement la canette sur la paillasse de Garlic, peut être que le Makyan en chef saura considérer ce breuvage à sa juste valeur.

« Peut être que tu apprécieras ça plus que moi. »

Débarrassé de ce poison, il essaya autre chose : un vin local dit « de Transylvanie », l’allure de la bouteille était incomparable à l’autre crasse de tout à l’heure ! Servi, il découvrit les saveurs matures et appuyées d’un bon accompagnement. Manquant d’expérience cependant, le saiyan dilapida le contenu de sa coupe en quelques secondes à peine, se servant de nouveau dans l’instant. Et tout comme lui, nombre de larbins et autres serviteurs s’enquillaient plusieurs bouteilles, dévastant sans doute la cave du bon Lucifer. Quoi qu’il en soit, le raisin coulait à flot et il ne fallut pas attendre longtemps pour voir le nez du misanthrope se couvrir d’un rouge singulier, il était cuit.

« C’est vraiment une superbe boisson ! »

S’exclamât-il en levant sa coupe, signe pour ses pairs qu’il n’était plus aussi frais que lors de son arrivée. Si Lucifer cherchait à savoir si « les mets étaient à leur convenance », il avait une réponse claire et nette. Son premier locataire s’exerçait avec plaisir à la dégustation maladroite de ses plus anciennes bouteilles, au prix de sa sanité. Black prenait des risques, il n’avait jamais été exposé à l’ébriété ! Ce manque d’expérience l’avait fait consommer sans tempérance pendant toute la durée de son gargantuesque repas. Fort heureusement, sa nature impitoyable et la supériorité de son esprit lui évitait les pires écarts, bien que cette barrière demeurât fine.

Puis, exalté par la conclusion de cette noble journée, le prétendant au trône de la Terre se leva en grande pompe, tapant du poing sur la table pour se faire entendre. Il annonça derechef que cette bataille n’était qu’un contretemps, un petit écart qui ne devait pas réduire la mesure des festivités. Son allégresse réchauffait le cœur de ses troupes qui semblaient enjouées par la motivation et la légèreté sans borne de leur chef. Et pour accentuer cette fantastique ambiance, le colosse appela ses serviteurs à manifester leur entrain, ce qui se formalisa immédiatement par des cris de joie suivit par des chants presque ordonnés.

Ensemble, les différents laquais du mal firent écho de leurs mauvaises intentions dans des vers spontanés mais appréciables. Les rares sous-fifres qui ne chantaient pas étés assignés aux instruments, ces derniers étant parfois des couverts ou plats du buffet lui-même ! Quoi qu’il en soit, la motivation semblait au beau fixe et Black comptait bien se démarquer en continuant la tirade sur quelques vers, mais pas sans une subtilité de stylé. Il indiqua à l’un des serviteurs de Lucifer de faire usage d’un orgue poussiéreux du fond de la pièce, à l’aide de son ki, l’assassin grava sur la page présentée les quelques notes qu’il désirait faire jouer.  



Qui aime terrifier les moines ?
Qui aide la famille Strauss-kahn ?

C’est nous, c’est nous !

Qui désire répandre le mal ?
Qui fait des attaques verbales ?

C’est nous, c’est nous !

Qui arrange les prochaines guerres ?
Qui combat des militaires ?

C’est nous, c’est nous !!!


Le massacreur mit rapidement fin à cette démonstration haute en couleur, il s’était mêlé spontanément à cet exercice de chant, du moins, pas sans l’aide de quelques grammes d’alcool dans le sang. L’assemblée applaudit immédiatement les performances des chanteurs, bien que le bouquant ne s’arrêta pas à cet entremet. Lucifer n’avait pas participé à cette petite extravagance, visiblement, il tenait à son image d’homme calme, calculateur et ironiquement vertueux. Malheureusement, Zamasu n’était pas au summum de sa vigilance et s’abstint de s’encombrer de ce genre de détails, si le diable désirait prendre ses distances, c’était sans importance.

C’était sans importance car dans ce tas d’ivrognes se dressait, pas très haut certes, un individu bien décidé à couper nette la verve légendaire de Piccolo. Sorti tout droit de l’assise de sa chaise, laquelle ne menait pas son front plus haut que les plats, le sorcier courroucé appela ses gueux à le servir d’un met particulier dont Black n’avait jamais vu d’exemplaires, malgré sa sagesse. Il s’agissait d’un fruit maudit dont la grande quantité de sucre alliée à divers substances pseudo démoniaques et hallucinogènes le rendait redoutable. Et cette saleté ne venait pas seule, un lutin ridicule en portait un panier entier à destination des principaux lieutenants de la meute. Sans doute l’assassin de Gowasu aurait aimé en avoir conscience avant d’en accepter un… dommage.

« C’est la première fois que je vois ça. »


Et plutôt que de l’analyser, il le mange ! Ah ben bravo ! Il est stylé mais il est con aussi.


Black fut presque immédiatement embrumé, littéralement : de la fumée se rependait dans la salle suite à la dégustation des premiers desserts. Cette diablerie était bien conçue et libérait, lorsqu’elle était déchirée, des spores qui affectaient sensiblement chaque protagoniste de la scène. Un petit nuage rosé finissait d’agiter les derniers démons réfractaires, maintenant tous drogués. Affecté par la combinaison des fruits et du vin qu’il avait bu en grosse portions, Zamasu perdait de sa vivacité, s’enfonçant dans son siège, conscient qu’il n’était pas dans son état normal. Confronté aux illusions sensationnelles offertes par la dégustation du cadeau empoisonné de Garlic, il eut la vive impression de tomber dans le vide alors qu’il se savait pertinemment assis.

« Wooow »


Monologuât-il alors que le démon-nain profita de la présence de l’un de ses serviteurs pour en faire sa chose, littéralement. A l’aide de sorts certainement très obscurs, le Roi démoniaque fit étalage de talents nouveaux, attirant l’attention de toute la scène et même de l’amorphe Black Goku. Animé par une force qui semblait venir d’ailleurs, le Makyan chanta sa rancœur envers les protecteurs de la veuve et de l’orphelin. Ce discours musical était rempli des nuances subtiles sur la société qui n’attinrent malheureusement pas l’attention sincère de l’artiste martial.

Mais il n’y avait pas besoin de comprendre, le saiyan s’ambiançait comme Heenok Beauséjour, levant les bras dans un rythme aléatoire totalement détaché de celui de l’œuvre de Garlic ! Qui aurait cru que le métier secret de ce mauvais sire était de manipuler des platines de DJ ? Black était trop atteint pour s’en soucier.

De nombreuses minutes passèrent pendant lesquelles il ne se passa rien, du moins, dans la tête de Zamasu.










Un tant soit peu de tension cérébrale revint une demi-heure plus tard, lorsque l’animation semblait se faire plus contenue, laissant place à des discussions davantage sérieuses. Le guerrier de l’espace se redressa mollement de son siège, il avait végété pendant un long moment. Mais l’avantage de cette petite convalescence secondaire, c’était qu’il se sentait mieux, suffisamment pour reprendre la pleine possession de ses moyens.

Il s’approcha de ses pairs les mieux lotis, comprenant que Lucifer leur proposait ce château comme base permanente, une belle avancée pour le développement de l’alliance future.  Presque aussitôt, Garlic fit écho de sa satisfaction, précisant qu’il se jugeait lui et le groupe tout entier bien supérieur aux quelques héros du bien. Black était tout aussi déterminé, ne manquant pas de le faire savoir par un petit rire sombre, si souvent utilisé qu’il en devenait presque comique.

« Hinhinhin… Ce que je propose, moi, c’est qu’on s’organise. J’ai besoin de repos et d’entrainement pour conserver mes pleines capacités. »


Il toisa alors le diable en personne, il restait le maître des lieux et rien ne pouvait être planifié sans son aval.

« J’ai besoin d’un lieu solide et dédié à mon entretien, je dois exercer mes arts martiaux. »

Il jeta alors son dévolu vers Piccolo qui était sans conteste son principal rival dans la maîtrise du combat traditionnel. Ils avaient beaucoup à gagner en travaillant ensemble dans la perfection des techniques anciennes dont ils étaient, au déplaisir de leurs maîtres respectifs, les héritiers.

« J’ai cru comprendre que tu étais un expert en la matière. Nous devirons nous affronter afin de combler nos failles. »

Finalement, l’idée d’une « proposition » fut abordée sans que Black n’en comprenne les nuances, le trio aurait-il discuté d’un accord solide pendant son repos ?

« Une proposition ? Qu’est-ce que c’est ? »


Demandât-il avec une certaine amertume, il aurait préféré être mis au courant de telles choses dès son retour.



Roi Démon Piccolo
Roi Démon Piccolo
Namek
Masculin Age : 23
Date d'inscription : 14/03/2020
Nombre de messages : 57
Bon ou mauvais ? : Démoniaque
Zénies : 1000

Techniques
Techniques illimitées : Soumasen / Chō Makōhō / Finger Beam
Techniques 3/combat : Renvoi ! / Makosen
Techniques 1/combat : Vague explosive du démon

Défaits, mais vivants... Les démons en maraude !  Empty
MessageSujet: Re: Défaits, mais vivants... Les démons en maraude !    Défaits, mais vivants... Les démons en maraude !  ClockJeu 28 Avr 2022 - 2:14
Alcool et ripaille à ne plus savoir quoi en faire.
Ainsi s’encanaillaient les monstres. Le chaos jusque dans les assiettes, rien n’arrêtait leur sordide gaité. Il semblait clair que le discours du Daimaô avait eu bonne répercussion sur le moral des troupes, comme escompté ! Le temps était aux découvertes et aux retrouvailles, aux alliances de circonstances et aux unions douteuses ! Rien n’allait et c’était ainsi qu’ils entendaient vivre leur parodie de vie, dans un absurde capharnaüm ! Et cette joie, Piccolo entendait bien l’étendre à tous les terriens ! Son plan trouvait écho dans la malice de Garlic qui n’avait de toute évidence rien à y redire… Comment aurait-il pu ? L’idée était diaboliquement ingénieuse et accommoderait tout le monde !

Et puis, ce n’était pas comme si sa position l’autorisait à décliner cette chance.
Rejoint par Black et Lucifer, le Namek comptait bien s’amuser comme il le pouvait avant de se concentrer à nouveau sur des choses sérieuses. On a beau être le Grand Roi Démon, on a tout autant besoin de décompresser que les autres, vous savez ? Depuis sa rencontre avec le Guerrier de l’espace meurtrier, le Daimô avait enchaîné les péripéties, et n’avait posé son auguste derrière depuis la rapide entrevue qu’eurent les loubards au Castel Garlic avant d’être immédiatement interrompus par ces importuns que Black confirma être des Saiyans. Comme lui d’ailleurs… Il serait peut-être intéressant de lui en demander plus sur son peuple à l’avenir, si celui-ci s’avérait être aussi problématique que cela.

Toujours est-il que la fête battait son plein tant et si bien que Garlic alla jusqu’à apporter sa réserve personnelle d’accompagnements fruités. Une attention rare de sa part si on prenait en compte la cupidité maladive qu’il pouvait montrer la plupart du temps - c’est qu’il accumulait les tares après tout – d’autant plus que les moyens de production de ces pommes étranges que les Makyans présentaient aux autres étaient des plus limités maintenant qu’ils étaient privés de terres pour les cultiver. Autant dire que s’il voulait goûter un tel met, Piccolo n'aurait probablement que peu d’autres opportunités.

Il a toujours su que le peuple de l’Etoile Makyô observait un régime frugivore et il savait qu’ils favorisaient une variété de fruits particuliers qu’ils avaient importé sur Terre avec leur grande exode, sans pour autant les avoir déjà vu de ses propres yeux, et encore moins mangé. Alors ni une ni deux, emporté par sa curiosité, il saisit le fruit tendu par son comparse et le dévora d’une seule bouchée de sa gueule béante. Et l’effet fut quasi-instantané. En quelques seconde à peine, la vue du démon se dédoubla, comme si Garlic en face de lui avait usé quelques sortilèges pour se cloner !

Défaits, mais vivants... Les démons en maraude !  Ef6y

« P-par l’Enfer ! Qu’est-ce que c’est que cette diablerie ? »

Lâcha-t-il alors qu’il battait frénétiquement des paupières.
Se frotter les yeux n’y faisait rien, et peu après l’apparition de ces étranges symptômes, une sensation de légèreté s’ensuivit. D’un inconfort abrupt à une sérénité déroutante, le démon regardait autours de lui alors que se dandinaient des silhouettes floues aux couleurs changeantes. Et pourtant, il lui semblait les reconnaître mieux que jamais, même quand elles appartenaient à des démons qu’il ne connaissait pas ! A l’autre bout de la tablée, le camarade Makyan préparait sons et lumière pour se donner un spectacle du tonnerre ! La musique qu’il lâcha dans la pièce était des plus entraînantes et ses paroles amusaient fort la galerie ! Le cerveau vidé, le Namek n’avait qu’une seule pensée en tête :

Défaits, mais vivants... Les démons en maraude !  Ea2j

« Elle est marrante la musique ! »

Autant dire que oui.
Piccolo Daimaô, l’Ombre du Tout-Puissant, ancien Roi de la Terre et géniteur d’armadas démoniaques meurtrières n’était pas exactement au meilleur de sa forme. Il se trémoussait avec une adresse relative sur la table en invitant les autres démons à faire de même jusqu’à que s’écroulent de fatigue comme de contentement tous les vassaux, suite à quoi le monarque vert pomme se laissa tomber sur le postérieur au milieu de la table avant de se mettre en tailleur pour souffler un peu. Il avait besoin de redescendre un coup…

Et après quelques temps qu’il ne saurait quantifier, il releva son chef et essuya un filet de bave qui perlait de ses lèvres. Un pivert semblait lui picorer l’intérieur du crâne, tant et si bien qu’il en vînt à se gifler lui-même pour se reprendre. Allons, il valait mieux que le dernier pochtron inconscient au milieu du bar à tabac de son quartier ! Il était au-dessus de ce pitoyable état second ! Chargé d’égo, le géant força sur ses jambes flageolantes pour se remettre sur pied alors qu’il regardait autours de lui pour se souvenir où il était et ce qu’il faisait avant le blackout.

Et justement, en parlant de Black, ce dernier était là, dans un état pas vraiment plus glorieux, mais déjà plus frais que les autres démons qui eux tapissaient le sol. Même les généraux du Clan ne furent pas épargnés par la soirée de samedi soir, et cela décevait leur maître, qui préférait dans tout son hypocrisie rejeter ses propres défauts à ses alliés et laquais. Garlic était d’ailleurs présent, ce qui surpris le Daimaô avant de se rappeler avec inexactitude qu’il l’avait délivré plus tôt de sa prison cristalline, lui et sa race.

Et avec cette bande d’hurluberlus se tenait un homme au port noble et visiblement inébranlé par la débauche qui s’était manifestement lâché dans cette salle de banquet. C’était… Un seigneur vampire ? Non, pas n’importe lequel, c’était vrai : ils étaient venus se réfugier à la Main du Diable et y ont trouvé le Comte Lucifer lui-même ! Oui, et il fallait le mettre dans leur poche ! Et lorsque ce dernier prit la parole, il semblait clair qu’il approuvait largement l’idée : son repaire était le dernier bastion du Mal sur Terre ! C’était tout ce que cherchaient les larrons en venant ici ! Black, de son côté, admit qu’il était crucial de s’organise dès maintenant pour pouvoir mieux amorcer leur main basse sur le monde. Chassant sa migraine, le grand démon chercha à remettre de l’ordre dans ses pensées lorsque le sosie de Goku l’appela à un entraînement en bonne et due forme.


« Expert… Expert en art martiaux. Evidemment que je suis un expert… des arts… Oh… »

Rebondissant sur les paroles du seigneur maléfique local, Garlic fit part de son ambition, appuyant sur son idée de corrompre le cœur des hommes ! C’était en effet très bien pensé, quoi qu’une part de Piccolo semblait troublée par cette prise de décision… Bah, c’était sans doute sans importance ! Ce qui était important, c’était qu’il se rappelait peu à peu de ce qu’il avait en tête…

« Semer la discorde, oui ! »

Fit le Namek à la gorge pâteuse.

« C’est vrai, j’avais eu une idée dans ce genre-là y a quelques temps… Celle de rallier des mortels à notre cause ! Oui, écoutez donc voir ! »

Il s’éclaircit alors la gorge avant d’amener sur le tapis son ébauche de stratagème que les festivités, visiblement plus mouvementés qu’il n’y aurait cru, avaient fracturé en petites idées perdues dans sa psychée.

« Alors voilà ! Ca se voit peut-être chez moi avec ma tenue, mais pas chez Garlic : lui et moi sommes les disciples d’une école d’arts martiaux ; le Shinô-Ryu ! Il s’agit du style de combat traditionnel des Tout-Puissants ? enseigné à chaque génération. Dans le genre complet, ça se pose là, cet art est la quintessence de tout ce qui fait l’excellence martiale terrienne ! »

Il se leva alors d’un bond, reprenant la pleine possession de ses moyens.

« Aujourd’hui, vu la tronche du dernier Dieu, je doute qu’il en pratique les arcanes ! Ce qui veut dire que les derniers héritiers de ces techniques sont moi et Garlic… Et éventuellement Popo, mais ça c’est secondaire… Mais vous savez quoi, l’époque du Shinô-Ryu est révolue ! Voilà ma proposition : nous créons notre propre dojo ! Dans ce bastion de ténèbres, nous nous y entraînerons, nous renforcerons nos propres troupes et y formerons les fléaux de demains pour qu’ils harcèlent de toutes part les justiciers sans même qu’un démon n’ait à sortir sa tête à la surface ! »

Usant de la magie rudimentaire qu’il est capable de conjurer, le Roi Piccolo fit ainsi apparaître le kanji 神, signe du Kami sur la nappe entachée par la graisse de viande. Et sous les yeux de tous ceux qui tenaient encore leur esprit en place, des motifs embrasés semblaient le ronger.

« Le Shinô-Ryu, Style du Roi Divin pavait le chemin vers des dieux protecteurs et aimants ! C’est peut-être l’un des plus sacrilège de le souiller de la sorte et c’est précisément pour cela qu’on va le faire : nous l’adapterons à la sauce démone pour créer l’art du Démon Divin ! Nous donnerons naissance au Shinma-Ryu ! »

L’emblème tissé finit de brûler alors que les flammes laissaient la place à un kanji différent : exactement le même que celui qui décorait le torse de Piccolo ; l’emblème du démon 魔 ! Avec un rictus des plus triomphant, le colosse se tourna vers Black avant de reprendre la parole.

Défaits, mais vivants... Les démons en maraude !  Ntg1

« Tu voulais voir comment je m’en sors à l’art de la guerre ? Je vous ferais, à toi et à tous ceux qui auront le courage d’y assister, une démonstration de ce dont est capable l’enseignement du Très-Haut lorsqu’il est manié par le Vice pur ! Comte, y aurait-il un endroit qui s’apprêterais à cette petite séance d’exhibition, hinhin ? »

Demanda-t-il avec des une lueur espiègle dans le regard.
Voilà longtemps que Piccolo n’appliquait plus, par suffisance, les enseignements du Vieil Homme, se contentant de simplement faire appel aux plus rudimentaires des techniques. Être rouillé était presque une certitude. Mais il fallait dire qu’il ne trouvait pas désagréable la perspective de se remettre à viser le sommet, ne serait-ce que pour colmater son égo déjà assez boîteux.
Contenu sponsorisé

Défaits, mais vivants... Les démons en maraude !  Empty
MessageSujet: Re: Défaits, mais vivants... Les démons en maraude !    Défaits, mais vivants... Les démons en maraude !  Clock
 
Défaits, mais vivants... Les démons en maraude !
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» retour au monde des vivants
» Retour dans le monde des vivants.
» Me revoila dans le monde des vivants
» Oriel, l'ange qui aimait trop les vivants.
» Dabra le roi des démons!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPGDBZ :: RPG :: Terre :: Zones désaffectées-