Partagez
 

 Et maintenant ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Yukko
Yukko
Demi-Sayen
Féminin Age : 25
Date d'inscription : 08/01/2012
Nombre de messages : 8671
Bon ou mauvais ? : Esprit libre
Zénies : 3910

Techniques
Techniques illimitées : Kamehameha - Zanzōken - Taiyōken
Techniques 3/combat : Shunkan Idō - Sōryūdan
Techniques 1/combat : Chō Kamehameha

Et maintenant ? Empty
MessageSujet: Et maintenant ?   Et maintenant ? ClockVen 10 Sep 2021 - 3:43


Perdue dans le là-haut céruléen, la jeune demoiselle tanguait au gré des alizés, virevoussant sans but au milieu d’un dédale ennuagé. Son esprit, rendu lourd et pesant par l’indécision, ne trouvait point de destination à son envol ballotté, dépréciant du même coup l’éventaire sauvage et verdoyant de la terre sacrée de Karine qui se prolongeait sous son regard. Pas même l’air frais, quoique chiche en oxygène à cette altitude, ne pouvait désembrumer le jugement de la gamine, fourbu par un doute égoïstement existentiel. Néanmoins las d’errer sans objectif concret, Yukko convint qu’effectuer une escale était dans l’ordre des choses. Cette décision, bien que tardive, avait été rendue évidente par l’état décrépit de sa défroque. Il n’était en effet que peu judicieux de se lancer dans une nouvelle quelconque aventure vêtu d’une parure qui peinait même à la recouvrir. Précédé d’un long soupire fut la descente express de la jouvencelle, un nouveau périple autrement plus court qui fit vite de la ramener jusqu’au plancher des vaches.

Ses chaussons foulèrent le terroir sauvage mais pas moins verdoyant de la grande forêt de la planète bleue. Au-delà de toute émanation d’énergie notable, un bref balayage visuel permit à Yukko de confirmer l’isolation relative de la clairière où elle venait d'atterrir. Elle plongea alors sa main dans l’une des poches de son futal, chanceux survivant du précédent conflit, afin d’en sortir le petit étui contenant ses capsules. Saisissant l’une d’elles, l’adolescente actionna l’unique mécanisme qui en protrudait avant de la lancer face à elle, au centre d’une sommière nue de tout obstacle mais tout de même couverte du vif rayonnement solaire par l’ombre projetée par les arbres circonvoisins. La capsule pétarda peu après, libérant un épais nuage de fumée duquel finit par apparaître un appareil peu commun. D’aucuns reconnaîtront une Time Machine similaire à celle employée par Trunks lors de ses escapades salutaires. Celle que la métisse paraissait posséder était néanmoins légèrement plus grande, à défaut d’être beaucoup plus spacieuse, de façon à accommoder plusieurs voyageurs temporels. Relique de son activité au sein de la Time Patrol, Yukko s’en servait presque exclusivement comme d’un logis de fortune.

L’engin n’était évidemment que peu adapté à cet usage particulier mais la jeune femme, forte d’une frugalité née de son mode de vie nomadique ainsi que de son précédent séjour dans l’au-delà, savait s’en contenter. Le siège était suffisamment confortable pour faire office de plumard et l’étrange métal-polymère qui recouvrait la coque conçue pour survivre aux voyages intertemporels la protégeait convenablement contre les éléments. Le simple fait de voir cette machine avait de quoi rendre lourd le cœur de Yukko. Elle ne pouvait s’empêcher de se remémorer la raison de sa venue dans cette temporalité qui lui était autrefois étrangère : affronter les plus grands guerriers de l’histoire, eux-mêmes qui étaient longtemps absents de sa propre dimension futuriste. Et quelque part, en affrontant l’un des plus éminents vilains de tous les temps en la personne de Freezer, la martialiste avait en partie accompli ce but. Pourtant, elle n’en tirait pas la moindre satisfaction. Après une vie passée à éduquer son corps aux arts martiaux et après avoir largement bafoué les principes de la patrouille temporelle, elle n’était pas même parvenue à saisir la chance de sa vie lorsqu’enfin elle s’était présentée à elle. Vaincre le cadet Cold aurait dû être la validation d'existence entière d’efforts incessants, mais le décès du démon gemmé ne fut hélas pour Yukko qu’une preuve de son fourvoiement. Ses frères d’armes avaient beau lui être reconnaissant, seule lui importait la déception qu’elle s’était infligée.

Ainsi, s’il aurait été autrement trivial pour elle de s’immiscer dans l’étroite carlingue de son véhicule insolite afin d’en sortir de nouveaux habits, la jouvencelle peinait ici ne serait-ce qu’à se hisser jusqu’à la verrière. Si un nouvel échec n’aurait autrement été pour elle qu’une nouvelle excuse pour redoubler d’efforts dans sa pratique de la Voie du combattant, la fillette peinait aujourd’hui à rassembler cette passion qui l’avait autrefois aidé à se relever. Elle s’était toujours su faillible, consciente que l’échec faisait partie intégrante de l’âpre voie à laquelle la demi-Saiyan s’était destinée. Pourtant, présentement plus que toute autre fois aussi loin qu’elle s’en souvienne, la montagne qui se dressait face à elle lui paraissait infranchissable. Le dos glissant contre l’une des pattes de son engin faisant office de train d’atterrissage, Yukko finit par s'asseoir à même le sol à l’ombre de cette dernière, l’esprit perdu en pensées délétères et le visage rougissant. Les vêtements propres pouvaient attendre. Les larmes, peut-être pas.
Auros
Auros
Autres Races
Masculin Age : 25
Date d'inscription : 05/01/2020
Nombre de messages : 157

Et maintenant ? Empty
MessageSujet: Re: Et maintenant ?   Et maintenant ? ClockSam 11 Sep 2021 - 19:53
« On dirait que le moment est mal choisi... mais nous voici. »

Accompagné de Beerus et Whis, Auros fit son apparition au beau milieu de cette forêt. Tel n'était pas son intention mais ce ne fut que trop tard que le belligérant remarqua que son arrivée ne faisait que priver l'adolescente du soupçon d'intimité qu'elle recherchait pour extérioriser cette tristesse envahissante. Comme on pouvait s'y attendre de sa part, l'impérial resta de marbre à la vue de cette jeune femme, rongée par ses propres attentes vis à vis de sa personne. Pleinement conscient que la moindre parole provenant de lui ne ferait rien d'autre que de rendre le dialogue plus compliqué qu'il ne semblait déjà l'être, le monarque élyséen adressa un regard à Whis, l'incitant à amorcer un début de conversation. Évidemment, le dieu de la destruction ne s'attendait pas à recevoir un accueil digne d'un roi, il en fut encore moins le cas lorsque celui-ci comprit qu'il arrivait au mauvais moment. Bien sûr, cette intrusion ne se limitait pas à faire la conversation.

« Je me doute assez fortement que ma présence n'est pas la bienvenue ici. Toutefois, il serait déplacé de ne pas vous remercier après tout ce que vous avez fait. »

Peut-être ne l'a t-il pas vu de ses propres yeux, peut-être que la concernée voyait les événements d'un autre œil, mais nul ne pourra nier que ces efforts à elle et ses alliés ont été à l'origine d'un exploit que nul n'aurait pensé réalisable : le Seigneur Freezer, alors qu'il était au sommet de sa puissance, a été réduit à néant. S'il était bien compliqué d'imaginer à quel point cette épreuve fut laborieuse pour cette équipe qui, en dépit des probabilités n'a jamais abandonné, il était on ne peut plus certain que leur détermination a porté un coup fatal à l'Empire Cold et de leur tactique visant à utiliser la colère de l'empereur élyséen à leur avantage. Paradoxalement, c'est en s'alliant à cet individu que ce tyran a scellé son destin. L'heure n'était pas aux lamentations mais aux réjouissances. S'entêter à ressasser le passé ne pouvait rien lui apporter de bon et... cette machine, bien que capable de la ramener en arrière, ne lui aurait été d'aucune réelle utilité, bien au contraire.

« Je suis un tyran, j'en conviens. Cependant, je tiens personnellement à vous faire part de ma gratitude vis à vis de ce qu'il s'est passé. Sans votre intervention à vous et les vôtres, nos univers tels que nous les connaissons auraient sombré dans le chaos. »

De son point de vue, c'était déjà le cas. A peine fut-il effleuré par l'adversité que de nombreuses populations ont relâchée leur vigilance sur cet ennemi commun pour recommencer à s’entre-tuer. Auros le savait pertinemment et s'il taisait son opinion, le Grand Destructeur savait cet ensemble de galaxies plongé dans un conflit sans fin. De ce qu'il en estimait, cet cycle éternel engendrant le désordre et désolation ne trouverait de répit que lorsqu'un unique vainqueur sera défini. Quoi qu'il en soit, il savait pertinemment qu'une telle chose n'allait pas arriver avant au moins un millénaire. Dans cette attente, le conquérant ne pouvait que faire un geste et apporter à cette héroïne de quoi se prémunir des conflits à venir. Évidemment, il y avait fort à parier qu'après tout ce qu'il s'est passé, cette habitante de la Terre décide sans réfléchir de refuser. Une réaction qui serait à la fois humaine et compréhensible mais serait-ce bien raisonnable ?

« Comme vous devez vous en douter, je ne suis pas venus les mains vides. J'ai amené avec moi quelque chose que vous ne trouverez nulle-part en ce monde. »

N'étant pas du genre à se perdre en explications futiles, le conquérant jugeait bon de lui montrer directement de quoi il était question. Arrivant sur la fin de sa phrase, il remonta le bracelet d'or sur son bras métallique, révélant ainsi une sorte de micro-ordinateur dissimulé. A la vue de ce qui s'affichait sur son écran, le leader élyséen semblait un tant soit peu étonné de ce qu'il vit mais n'en dis rien pour autant. Haussant un sourcil, il tapota quelque peu sur son clavier puis envoya quelques directives à ses subordonnés. Après presque une minute seulement, l'armée élyséenne répondit au signal et envoya un vaisseau de guerre en un éclair. Tout juste sorti de l'hyperespace, voilà que le bâtiment gigantesque flottait déjà en orbite, juste au dessus de la planète bleue. La carcasse de cet engin gigantesque était si grande qu'elle était visible depuis le ciel.

< MESSAGE CRYPTÉ >

Spoiler:
 

« Je fais de ce vaisseau le vôtre, il n'attends qu'un équipage pour le piloter. »

Un croiseur de guerre en provenance de la flotte impériale d'Elyséa... c'était au bas mot ce que l'on pouvait qualifier d'un « gros cadeau » mais, Yukko, saura t-elle vraiment quoi en faire ?

« Ce qui se situe juste au dessus de nos têtes est un croiseur de bataille de type Tartan. Sans vouloir vanter notre avancée technologique, je doute fortement que vous trouvez de meilleurs vaisseau dans l'ensemble de vos galaxies. »

En effet, une telle chose avait de quoi attirer les convoitises de nombreux individus. Si toutefois la jouvencelle n'en avait rien à faire, nul ne doute qu'elle en tirait un très bon prix en revendant ce véhicule de guerre au plus offrant.

« Quand je suis arrivé, je ne pensais pas ramener l'ordre autrement qu'en conquérant. Votre lutte pour récupérer vos libertés m'a fait comprendre à quel point je me suis fourvoyé. »

Le cyborg a demi-masqué n'ajouta rien de plus, laissant la parole à l'ange et son maître si toutefois ces deux là désiraient ajouter quelque chose.
Beerus & Whis
Beerus & Whis
PNJ
Masculin Age : 14
Date d'inscription : 28/10/2016
Nombre de messages : 95

Et maintenant ? Empty
MessageSujet: Re: Et maintenant ?   Et maintenant ? ClockSam 11 Sep 2021 - 22:55
Un épais tunnel de lumière percuta la verdure grasse des bois environnant la tour de Karine. Cet arc-en-ciel en chute libre était annonciateur de l’arrivée imminente du dieu de la destruction et son serviteur. Le duo divin ne s’était pas déplacé seul : le seigneur Auros faisait honneur de sa présence. Mais les êtres de l’autre-monde arrivaient au pire moment. Yukko se trouvait confrontée à la malheureuse désillusion de sa carrière martiale, découvrant l’océan la séparant du niveau maximal qu’elle espérait atteindre naguère. Cette révélation sembla la plonger dans une profonde mélancolie, poussant son imaginaire délétère à reconsidérer l’objectif de sa courte vie.

Le matou pourpre compris immédiatement la nature des sentiments qu’elle bravait, ayant lui-même affronté plusieurs fois le vide que creuse paradoxalement l’expérience. Lorsqu’il fut entraîné par l’homme aux sept cicatrices, son mentor, il vit de nombreuses années de sa vie constellées entre l’espoir et l’affliction. La quête de la gloire n’est pas qu’un travail physique, il faut savoir reconnaître le caractère utopique de cette même démarche. Mais cette réflexion n’appartenait qu’à elle ; Yukko devait comprendre par ses propres moyens les tenants et aboutissants de sa carrière, prendre du recul et… reconsidérer sa vision du monde et des autres.

Ce passage dans un psyché était un obligé, elle allait s’en remettre et évoluer, maturer son approche. Cette vision fit discrètement sourire Beerus, il connaissait cette gamine de loin, il avait remarqué la personnalité arrogante, franche et égoïste de cette dernière. C’était typique du « petit génie » préférant combattre seul pour prouver sa valeur face à… personne ?

Whis ne perdit pas autant de temps en analyse, il se dirigea vers la martialiste en affichant sa mine confiance et sympathique habituelle. Il ne sembla pas prendre en compte le chagrin de la guerrière de l’espace, faisant abstraction de tout gémissement, de toute larme.

« Bonjour Yukko ! »

Déclara avec enthousiasme l’ange, observant la jeune femme réfugiée proche de l’habitacle de son vaisseau.

« J’espère que tu sais que le voyage temporel est interdit ? »

Ajouta-t-il avec amusement, ponctuant sa remarque avec un petit rire difficilement contenu. Difficile de savoir si cette boutade en était vraiment une, nul doute que Whis n’autoriserait pas la chômeuse à faire un usage illicite de l’engin cosmique. Fort heureusement, la terrienne ne semblait pas avoir une pareille idée, bien au contraire, elle reposait mollement au sein de l’appareil éteint.

« Je suis venu avec maître Beerus et le Seigneur Auros afin que nous te remerciions pour ton aide lors du combat au Kaioshinkai ! »


Continua le magicien en présentant gaiment ses deux compagnons.
Auros prit alors la parole, présentant ses excuses sous la forme d’un cadeau d’une qualité à peine croyable. Au cœur des nuages se dessina la silhouette d’un grand vaisseau capable de transporter une centaine de personnes au moins. Un navire couvert de blindages, de canons de différents calibres et d’autres systèmes indescriptibles. Nul doute que ce croiseur n’était pas un modèle obsolète, il avait tout du fer de lance de l’armée Elyséenne.

================================================

Croiseur de bataille Type Tartan


Un navire de guerre de l’armée Elyséenne. Il s’agit du modèle de combat le plus rependu au sein de la flotte impériale. Ce bâtiment dispose de 8 tourelles équipées de canons de 287mm et d’un blindage de 180mm protégé par deux systèmes de boucliers. La structure peut embarquer 2000 tonnes de fret et un équipage de 120 personnes. Rapide, ce croiseur est parfaitement adapté à la poursuite ou l’escorte de vaisseaux légers. Après l’arrêt des combats au sein de l’univers 7 et l’instauration réussie de la pax-Elyséa, une partie de l’armada s’est retrouvée en réserve. Ce modèle, le numéro 87, reposait dans un hangar depuis plusieurs mois et n’attendait qu’un équipage valeureux.


Vaisseau 20 places, comprenant les pièces optionnelles suivantes :
·         Salle informatique
·         Capsule de régénération
·         10 chambres supplémentaires
·         Salle d’entrainement

================================================

Le félin hakaishin observa d’un air dubitatif l’engin, l’intention était louable mais qu’est-ce que cette gamine ferait d’une telle arme de destruction massive ?

« Wow ! Je crois pas qu’elle ait le permis la p’tite ! »

Précisa Beerus en contemplant la complexité du bâtiment. Même si la jouvencelle était une pro de la course de pod, elle aurait besoin d’une petite main d’œuvre pour manipuler le plein potentiel d’un tel navire. Après, elle pouvait en faire un usage détourné, réservé au transport, enterré dans le sol comme une forteresse, voir le vendre.


Yukko
Yukko
Demi-Sayen
Féminin Age : 25
Date d'inscription : 08/01/2012
Nombre de messages : 8671
Bon ou mauvais ? : Esprit libre
Zénies : 3910

Techniques
Techniques illimitées : Kamehameha - Zanzōken - Taiyōken
Techniques 3/combat : Shunkan Idō - Sōryūdan
Techniques 1/combat : Chō Kamehameha

Et maintenant ? Empty
MessageSujet: Re: Et maintenant ?   Et maintenant ? ClockDim 12 Sep 2021 - 19:13


Un éclair zinzolin cliva la voûte céleste d’une seule traite, sa course incoercible ne prenant fin qu’à l’occasion d’un atterrissage aussi foudroyant que bénin, à la grande surprise de la demoiselle jusqu’alors égarée dans son propre désœuvrement. Laissée pantoise par ce soudain phénomène, la fillette parvint tout-de-même à mobiliser suffisamment de vigueur pour se lever dans un semblant de hâte, son avant-bras épongeant rudement le début de larmoiement qui s’était fait maître de ses mirettes majorelles. Légèrement fléchies, ses jambes étaient prêtes à la catapulter à l’écart de tout péril eut-elle été assez malchanceuse pour que le danger vienne frapper à sa porte à cet instant précis. Focalisée sur l’ébouriffante bourrasque de poussière violacée, Yukko vint à reconnaître la silhouette qui s’en extirpa. Celle-ci appartenait à un homme que nul ne pouvait ignorer désormais. Le visage de la jeune femme s’assombrit aussitôt, les dents comme les poings serrés en manifestation de sa frustration furibonde. Auros avait beau avoir failli mener l’univers tout entier au bord de la ruine, la pucelle lui en voulait pour une toute autre raison, bien plus égoïste pour ne rien changer ; en l’obligeant à participer à ce conflit épique, le destructeur extra-universel avait contribué à l’effondrement de l’euphorie illusoire dans laquelle elle s’était jusqu’alors réfugiée. Bien que l’élyséen ne soit pas responsable de la faiblesse que Yukko s’était découverte, il était à la fois facile et soulageant de lui faire porter le chapeau. Une facilité à laquelle la métisse se serait abandonnée si sa propre maturité n’était pas l’une des principales victimes de sa remise en question. En l’état, il aurait été bien venu de remercier la déité pour l’avoir aidé à découvrir sa vulnérabilité, mais la demoiselle ne pouvait s’y résoudre.

Calmant presqu’immédiatement les tensions fut l’apparition du couple accompagnant l’impérial. Épiant jusque-là l’empereur, les yeux de la jouvencelle s'écarquillèrent à la vue du destructeur local. Le visage de la gamine, sillonnée par une sueur froide, changea du tout au tout comme témoignage de son épouvante naissante. Le dieu à l’aspect félin était capable du meilleur comme du pire et Yukko ne savait auquel s’attendre. Par chance, Whis fit vite de casser la glace en saluant l’adolescente de sa nonchalance habituelle. Craignant d’être jugée, la demi-Saiyan fit de son mieux pour rester de marbre jusqu’à ce que le séraphin ne mentionne les voyages intertemporels. Taisant un sursaut, Yukko jeta un bref coup d'œil à l’engin qui se trouvait derrière elle avant de porter de nouveau son attention sur son locuteur. Ridant doucettement les sourcils dans l’espoir de s’offrir un semblant de crédibilité, la jeune fille bredouilla une demi-vérité.

« Le réservoir de carburant est vide. Je crèche juste dedans, ok ? »

Évidemment, la citerne était en réalité loin d’être vide. Il aurait été fou de se lancer dans un périple intertemporel avec seulement assez de fuel pour un aller simple. Cela dit, cette excuse eût l’air de convenir à l’intendant de l’au-delà, au grand soulagement de la pucelle. Whis poursuivit alors, révélant à Yukko la raison de leur venue, un motif autrement moins fâcheux qu’elle ne l’eût imaginé.

« … Me remercier ? »

Et pas qu’un peu. En guise de reconnaissance, le dieu au visage à moitié masqué comptait faire don à la fillette d’un navire de guerre à la pointe de la technologie. Preuve de son organisation irréprochable ainsi que de l’étendue inconcevable des ressources de son empire, Auros convoqua un colossal vaisseau spatial en à peine moins d’une minute. Le fleuron de la marine spatiale élyséenne fit ainsi son entrée de par-delà les cumulus, orbitant autour de l’astre des terriens. Il était impossible de ne pas être décontenancé par un tel bâtiment, encore moins compte tenu des circonstances de sa venue. Hélas, quand bien même parcourir les quatre galaxies au commande de ce genre de navette était le rêve de maints et maints marmots, Yukko avait tout juste passé l’âge de s’extasier face à la promesse de telles aventures. Au contraire, l’adolescente trouvait l’offre du dieu-empereur insultante. Alors éberluée par l’aspect tant majestueux que menaçant de l’engin flottant, vint à porter son regard sur l’élyséen, la mine visiblement offensée.

« C’est tout ? Tu débarques pour foutre la pagaille et tu penses te faire pardonner en m’offrant un gros jouet ?! »

Hurla-t-elle au sommet de sa mélancolie courroucée. La martialiste n’avait que faire d’un navire de guerre, pas plus que la planète entière que Freezer avait promis de lui offrir en échange de l’abandon de tous ses principes les plus essentiels. En dehors de quelques caprices occasionnels et certainement moins monumentaux, Yukko n’accordait que peu d’intérêt à la superficialité de la chose matérielle, comme en témoignait la sobriété de son présent domicile. Non pas que le mal dont souffrait présentement la galopin en soit un qu’une quelconque offrande puisse apaiser.

« Tu peux te le garder, ton vaisseau. J’ai pas mérité un tel cadeau et toi, tu mérites pas mon pardon. »

Rien de ce dont disposait Auros ne saurait à cet instant soulager le trauma qui tiraillait la lycéenne, la découverte de la futilité du travail de toute une vie. La reconnaissance de sa qualité martiale, confession personnelle qui lui avait été volée par les circonstances toutes particulières du déroulement de la lutte face au démon du froid et à au subséquent décès de ce dernier, voilà qui valait davantage à ses yeux qu’une flotte toute entière. Cela-dit, tout n’était pas à jeter. En effet, cette visite fortuite offrait à la demoiselle une chance inopinée. Une chance de sauver du naufrage le mérite de plus d’une dizaine d’années de pratique intensives du noble art et de légitimer les efforts d’une acharnée. Le pari fou de celle qui pensait ne plus rien avoir à perdre. Poings serrés et sourcils froncés, la sportive entama d’un pas résolu sa marche en direction du trio. Ses prunelles humectées comme sa foulée firent fi du tyran masqué qu’elle contourna sans discernement, poursuivant son avancée jusqu’à arriver face au duo de divinités de l’univers 7.

Soupirant puis déglutissant, Yukko adopta une posture droite, le torse bombé et les bras dans le prolongement de son corps, pour enfin incliner le buste d’un coup sec. La manifestation d’une courtoisie omniprésente dans la culture des terres de l’orient lointain d’où elle provenait, mais que la jouvencelle ne réservait qu’à l’attention de ses collègues martialistes. Elle ne pouvait que s’écraser face à ces personnages plus grands que nature, non pas par vénération envers leurs rôles célestes, mais bien par respect pour leur appréhension supérieure de l’art du combat. Qu’il s’agisse d’une preuve de son mûrissement graduel ou du mélange délétère de sa ténacité et de son désenchantement, la prosternation de la lutteuse n’en était pas moins sincère. Ainsi, d’un ton fougueux en dépit de sa situation et de son geste révérencieux, Yukko s’exclama à gorge déployée.

« Whis, prends-moi comme disciple ! »

Dans sa tête résonnaient les dernières paroles de Charlo. Le défunt champion avait reconnu l’imperfection de la martialiste, un quelque chose qui lui faisait tout autant défaut à l’époque qu’aujourd’hui, en dépit des nombreux entraînements de cette dernière. Il n’existait de pire sensation que d’être conscient d’un problème sans avoir la moindre idée de comment l’aborder, encore moins le résoudre.
Auros
Auros
Autres Races
Masculin Age : 25
Date d'inscription : 05/01/2020
Nombre de messages : 157

Et maintenant ? Empty
MessageSujet: Re: Et maintenant ?   Et maintenant ? ClockLun 13 Sep 2021 - 19:19
La réaction de cette jeune habitante de la terre n'était pas inattendue, au contraire. Le présent qui fut offert à Yukko n'était aucunement une vaine tentative de se racheter mais un signe de gratitude. Comme il l'avait si bien dit, le cyborg venu du treizième univers ne pouvait pas simplement repartir sans remercier tout ceux qui l'ont libéré de l'emprise de cette démone qui s'est jouée de lui. Néanmoins, l'être à demi masqué n’espérait nulle rédemption. Avant même qu'il ne devienne ce que l'on pourrait qualifier d'un dieu, ce guerroyeur a commis bien des massacres par le passé et il continuera de le faire, quoi qu'il se passe. Telle était la tâche qui lui incombait et sa récente invasion nous a prouvé qu'il ne prenait pas sont travail à la légère. Restant de marbre face aux propos de l'adolescente animée par une intense colère, le conquérant se tut et attendit patiemment qu'elle termine de vider son sac alors même qu'elle refusait le présent qui lui fut proposé. Ce n'est que lorsqu'elle eut terminé de blasphémer sur son interlocuteur que celui-ci rétorqua par une réponse sèche.

« Le pardon d'une enfant ne m'intéresse nullement. »

Il fut un temps ou le fils de Jarvis n'aurait donné qu'un étranglement pour seul réponse. Ce jour là, il ne le fit pas mais le message demeurait on ne peut plus franc. Auros ne se souciait guère de l'opinion publique, il ne profitait d'elle que lorsqu'elle était en mesure de lui apporter un quelconque avantage. Qu'il soit craint ou admiré, la popularité n'a jamais été le but recherché. Non, cela n'était autre qu'une conséquence de ses titres cumulés.

« Ainsi soit-il. Si vous voulez bien m'excusez, je vais renvoyer ce vaisseau. »

Évidemment qu'elle n'en voudrait pas. A part une machine à l'intelligence artificielle sur-développée, nul ne pouvait piloter seul un tel croiseur. Ce que le monarque avais omis de dire en revanche, c'est qu'un engin aussi gigantesque en était systématiquement équipé. La déité impériale savait pertinemment que son nom était devenu une représentation grossière du mal sur tout un ensemble de territoires dans cet univers. Aussi, il avait par avance estimé que cette inconnue n'accepterait pas ce vaisseau qu'elle ne qualifiait guère mieux que d'un « gros jouet ». Faisant volte-face, le seigneur s'en alla un peu plus loin pour transmettre ses ordres à ses sujets, laissant ainsi le temps à Beerus et Whis terminer leurs affaires ici pendant qu'il s'occupait des siennes. Après avoir jeté un rapide coup d’œil derrière lui, il alluma le dispositif de communication à distance situé directement à l'intérieur de son masque, précisément à la partie ou se situe son oreille gauche, afin d'entrer directement en contact avec le commandant à bord dudit vaisseau.

« Auros au Croiseur de classe Tartan, modèle numéro 87, répondez. »

« Ici la Commandante de bord Phalëra, nous vous recevons cinq sur cinq, Majesté. »

« Vous allez regagner l'Univers 13. Renvoyez le vaisseau à plateforme spatiale de Magnetar.  »

« Bien reçu. »


Dès lors que la transmission avec le vaisseau en orbite fut coupée, le dictateur le regarda s'en aller silencieusement, non sans jeter un rapide coup d’œil au matou et son gardien, visiblement occupés avec la jeune femme. En conservant son silence, celui-ci pianota sur le clavier du micro ordinateur situé à son bras pour archiver et renvoyer les informations à l'écrit pour l'ensemble des membres de son vaisseau avant de regagner le groupe dont il s'est éloigné quelques instant.

< MESSAGE CRYPTÉ >

Spoiler:
 


« En avons-nous terminé ? Il nous reste encore beaucoup de monde à rencontrer. »
Beerus & Whis
Beerus & Whis
PNJ
Masculin Age : 14
Date d'inscription : 28/10/2016
Nombre de messages : 95

Et maintenant ? Empty
MessageSujet: Re: Et maintenant ?   Et maintenant ? ClockMar 14 Sep 2021 - 21:13
La gamine ne semblait pas impressionnée par le présent du tyran galactique. Malgré les importants moyens que demandaient le déplacement d’un navire tel, Yukko refusa toute acquisition du croiseur de guerre. Ce résultat était prévisible, rien ne pourrait racheter la fierté perdue de la jouvencelle. Beerus, dépassé par l’absurdité de ce cadeau, poussa un bref soupire en observant le bâtiment prendre la direction des cieux.  

« Ouais, bah c’est sans doute mieux comme ça. »

Relativisa-t-il en imaginant la terreur que pourrait causer ce véhicule suréquipé s’il venait à tomber entre de mauvaises mains. Mais ce que ne savait pas le matou hargneux, c’est que le prochain propriétaire de ce monstre d’acier se trouvait bien au sein de l’univers 7. Mais le dieu de la destruction ne pouvait pas s’en douter, son attention était focalisée sur l’attitude de la jeune martialiste. Car à la surprise du modeste comité, la colère de la terrienne se métamorphosa en un calme troublant. Immobile, elle sembla songeuse l’espace d’un instant, instant pendant lequel elle se tourna vers Whis. Dans un silence total, là s’approcha du serviteur tout puissant, prenant le temps d’incliner son buste pour présenter sa plus sincère salutation.

Les paroles qui s’en suivirent ne furent pas mesurées, c’est à gorge déployée que Yukko fit part de son unique souhait : Devenir l’élève du plus puissant être de l’univers. Ce moment solennel fit se brasser quelques branches et feuillages, offrant la douce mélodie du vent tourbillonnant aux alentours du bois. Habituellement calme et enthousiaste, le second de Beerus releva le menton, dévisageant sommairement la gamine avant de coupler ce mouvement à un fin sourire.

« Pourtant, tu es mieux informée que le commun des mortels sur l’avenir réservé à celui ou celle que je prends sous mon aile. »

Si les anges sont en mesures de proposer de petits entrainements aux visiteurs ponctuels du temple de Beerus, les conditions d’une prise en charge complète sont bien différentes. Le rôle des enfants du grand prêtre est de garantir le contrôle et la succession des Hakaishins. Seuls les prétendants au titre peuvent profiter du rôle de disciple. Était-ce une nouvelle preuve de l’acharnement sans faille de la jouvencelle dans sa lutte pour la reconnaissance ?

« La route que tu m’annonces vouloir prendre est l’une des plus difficiles que tu puisses choisir. »

En effet, il ne fallait pas prendre une telle demande à la légère. Bien que le pas décidé de la saiyanne soit annonciateur d’une résolution durable, la volonté seule ne fait pas tout. C’est au cours de dizaines d’années que la jeune pousse sera testée, entrainée et formée ; le travail de plusieurs vies humaines. Peut être que Yukko en faisait trop. Pourtant, Whis ne semblait pas en train de refuser le cumul des espérances de la martialiste, bien au contraire. Stoïque l’espace de quelques secondes, il observait le maintien de la position respectueuse de l’ancienne patrouilleuse. Finalement, il prit de nouveau la parole, portant aux oreilles de la jouvencelle les paroles de la victoire.

« J’accepte. Tu peux te redresser. »

Beerus était stupéfait par la scène qui se déroulait sous ses yeux, glissant lentement vers son collègue de l’univers 13 afin de lui susurrer quelques mots.

« Je sais pas ce qu’il va se passer et je m’en fous un peu pour l’instant, suis-moi discrétos ! »

La patience du protecteur galactique était limitée à une dizaine de seconde, le poussant à quitter cette scène au profit d’une autre, plus active. Veillant à ce qu’Auros le suive, le matou s’éloigna en marchant avant de finalement prendre la voie des airs. Sondant l’espace environnant, le félin remarqua rapidement une petite ville depuis laquelle il pouvait déjà sentir les boutiques, les mets et boissons de la civilisation terrienne. Maintenant une allure basse, il se dirigea vers une modeste ruelle, cherchant visiblement une enseigne en particulier.
Cliquez ici si vous n'avez pas de cerveau:
 

D’un bref coup d’œil, Whis remarqua la disparition de son maître, les Hakaishins ne sont pas aussi respectueux qu’autrefois. Quoi qu’il en soit, il était important de savoir ce que Yukko pensait faire, maintenant qu’elle prétendait à être son apprentie.

« Qu’imagines-tu faire maintenant que je t'ai répondu ? Que penses-tu apprendre en premier ? »

L’ange souhaitait faire face aux éventuels fantasmes de la lutteuse, il serait regrettable qu’elle pense enchainer les bastonnades à longueur de journée. La formation d’une guerrière de l’espace dotée du seul super saiyan demandait un travail de tous les instants sur le plan moral et mental. Car c’est bien là qu’on retrouvait les plus grands défauts que l’adolescente batailleuse : La psychologie.







Yukko
Yukko
Demi-Sayen
Féminin Age : 25
Date d'inscription : 08/01/2012
Nombre de messages : 8671
Bon ou mauvais ? : Esprit libre
Zénies : 3910

Techniques
Techniques illimitées : Kamehameha - Zanzōken - Taiyōken
Techniques 3/combat : Shunkan Idō - Sōryūdan
Techniques 1/combat : Chō Kamehameha

Et maintenant ? Empty
MessageSujet: Re: Et maintenant ?   Et maintenant ? ClockVen 17 Sep 2021 - 4:04


La rétorque du destructeur extra-universel eût tout aussi bien tomber dans les oreilles d’une sourde. Loin de celle-ci l’envie de prolonger plus que nécessaire son interaction avec le guerroyeur impérial. S’il n’avait l’intention de quérir le pardon des quelques braves gens qui s’étaient opposés à sa prétendue conquête, l’élyséen était libre de s’en aller vaquer à ses occasions. Essayer d’étancher les dommages qu’il avait causé en distribuant des cadeaux ici-et-là était voué à l’échec, quels que soient ses motifs. Si elle avait eu la moindre estime pour Auros, l’adolescente lui aurait probablement suggéré de s’épargner l’effort de partir à la rencontre des autres rescapés du grand conflit, sachant qu’il y avait plus courroucé qu’elle dans le lot. En l’état, les préoccupations du baroudeur masqué ne lui importaient pas le moins du monde. Au centre des présentes convoitises de la gamine se dressait seul le séraphin au teint céruléen, ce qui devint vite évident pour quiconque à portée d’oreille.

La réponse de Whis ne se fit que trop attendre, l’ange s’amusant visiblement à tester les limites de la détermination dont pensait faire preuve la donzelle. Il était vrai que cette dernière n’avait point du tout songé aux ramifications de la position à laquelle elle prétendait. Quêtant hâtivement la solution à un problème d’apparence insurmontable, Yukko n’avait guère poussé sa réflexion au-delà de la superficialité du savoir de l’ange. Whis était passé maître dans le noble art, il était donc tout naturel que la martialiste en herbe souhaite apprendre auprès de lui. N’osant pas montrer le moindre signe de faiblesse, la sportive resta silencieuse et sa révérence immuable alors même que le mentor du sphinx indigo se reprenait à mettre à l’épreuve sa résolution.

Là encore se tut la mioche, sa détermination demeurant inébranlable. Jamais n'eut-elle été intimidée par la perspective d’un effort particulièrement éprouvant, l’entièreté de son existence n’ayant guère été davantage qu’un enchaînement d’épreuves à la difficulté grandissante. Au contraire, la fillette savourait l’adversité exponentiellement formidable qui se risquait à vouloir entraver sa progression inéluctable. Surmonter un-à-un les obstacles sur son chemin à la sueur de son front était profondément cathartique. C’était la seule vie que connaissait Yukko et elle ne voulait pas qu’il en soit autrement. L’unique chose dont elle avait besoin, et qui lui faisait présentement défaut, était un but véritable. Un objectif qui ne soit pas embrumé par la noirceur de sa propre psyché. Elle savait qu’il lui restait encore beaucoup de chemin à faire et que le plus dur était à venir, mais rien ne lui faisait plus peur que le doute qui s’était fait roi de son esprit et l’empêchait d'œuvrer pour aller de l’avant.

Enfin, à l’issue d’une poignée de secondes interminable, ponctuée seulement par le va-et-vient de la longue crinière parme de la jouvencelle bercée par la brise sylvestre, le précepteur du dieu destructeur délivra sa réponse. La jeune femme crû manquer un battement lorsque parvint jusqu’à ses oreilles l’approbation de la présente déité. Masqué par la dimension de sa posture sentencieuse fut un visage mu par l’incrédulité. De ses yeux écarquillés suintèrent quelques larmes discrètes aussitôt séchées par le dos de sa main, la galopine s’efforçant à maintenir une façade aussi rude que son corps râblé. L’intérêt que semblait porter Whis envers sa personne était un pas dans la bonne direction, mais il était encore trop tôt pour crier victoire. À la demande de l’ange, Yukko abandonna enfin sa courbette, révélant le salmigondis de sueur que ce seul instant était parvenu à conjurer. Son buste gonflait au rythme d’une chamade effrénée. Il n’y avait qu’une fois sa main mise à la pâte que son cœur pourra retrouver le calme.

S’ensuivit un couple de questions de la part du séraphin, un sondage particulièrement pertinent compte tenu de l’immensité de l’érudition qui faisait pour l’heure défaut à Yukko. La jeune femme ne savait trop où commencer ; elle était encore sous le choc de sa précédente désillusion et ne pensait certainement pas croiser le chemin d’un personnage aussi éminent. En dépit de tout cela, il était dans son intérêt de répondre le plus sincèrement et spontanément possible, si réellement elle espérait solliciter l’aide de la divinité. Ainsi, le cœur gros et les poings resserrés, elle s'égosilla de nouveau.

« J’ai pas la prétention de succéder à Beerus. La seule chose que je te demande est de m’aider à devenir une meilleure version de moi-même ! Je veux être la meilleure artiste martiale du dessous des cieux ! »
Auros
Auros
Autres Races
Masculin Age : 25
Date d'inscription : 05/01/2020
Nombre de messages : 157

Et maintenant ? Empty
MessageSujet: Re: Et maintenant ?   Et maintenant ? ClockMar 21 Sep 2021 - 22:29
« C'est quoi cet endroit ? »

Si le cyborg n'avait pas dit grand chose jusque là, c'est surtout parce-qu’il préférait souffler dans un endroit calme ou il ne serait pas reconnu par quiconque aurait l'envie et l'audace de lui cracher on ne sait quelles injures en plein visage. En suivant discrètement le matou dans ce lieu dont lui seul semblait avoir le secret de l'emplacement, Auros fut premièrement surpris par l'état de cet endroit qui s'apparentait à un bar. Outre l'apparence du tenancier quelque peu malchanceux, le monarque élyséen ne put s'empêcher de constater une forte odeur  qui ne manqua pas de le faire grimacer sous son masque au moment même ou il a franchit le pas de la porte. Ne disant mot, d'avantage par politesse qu'autre chose, ce dernier alla s'installer à coté de son homologue qui eut la gentillesse de l'inviter. A sa surprise, l'établissement ne servait qu'une seule boisson : la Duff. Évidemment, ce nom ne parlait aucunement à l'étranger qui s'étonnait que les habitants de ce monde soient en mesure d'ouvrir un bar dans lequel on ne peut servir qu'un seul produit.

« Dans ce cas, servez moi la même chose. »

Ses paroles furent accompagné d'un haussement d'épaule. Le grand brûlé retira son masque de métal et posa celui-ci sur le comptoir en attendant sagement d'être servi. Dans ce même temps, il remarqua la présence de quelques habitués du coin, particulièrement celle d'un, plus habitués que les autres, qui démarqua sa présence par un rot aussi fort qu'incontrôlé, chose qui incita le dieu de la destruction à remettre son masque aussitôt. Sans parler de l'hygiène des lieux, la présence d'une telle clientèle avait de quoi donner la nausée à cet empereur dont le père avait fondé ce qui se rapprochait de « la société parfaite ». Mettre les pieds dans un endroit comme celui-ci l'éloignait grandement de cet idéal et le plongeait bien malgré lui dans une réalité qu'il aurait préféré ignorer. Un léger rictus de dégoût s’effaça aussi vite qu'il est apparut sur son visage. A peine était-il arrivé ici que le dictateur avait déjà envie de décamper mais cela lui semblait trop impoli pour agir ainsi. Prenant sur lui même, le tyran attendit patiemment que sa commande soit prète jusqu'à ce que le tavernier ne soit interrompu par la sonnerie de son téléphone. Ce dernier, visiblement agacé, décrocha et répondit sans attendre.

« Taverne de Moe, j'écoute ? … M'ouais un instant, je vais voir. »

Le combiné en main, il se tourna vers sa clientèle puis demanda à un certain individu de manifester sa présence.

« Euh, Monsieur Cussonet ? »

En l'absence de réponse, celui-ci haussa d'un ton puis insista jusqu'à se faire entendre dans tout le bar.

« Hé, vous autres ! On demande Simon Cussonet ! Alors ? SIMON CUSSONET ! Ça vous dit rien ?! »

A l'exception d'Auros (et peut-être du Sphynx) qui n'était guère amusé par ce canular téléphonique, l'ensemble des clients présents ont explosé de rire sur le moment, certains même en recrachant ce qu'ils étaient en train d'avaler tant ils se sont gaussés.

« Si ton cul sonnait ça nous dirait l'heure ! » y répondit l'un d'entre eux avant de repartir dans un fou rire.

« Espèce de petite saloperie ! Si jamais je découvre qui tu es, je t'enfoncerais une saucisse dans la gorge et des chiens affamés dans le derrière ! »

Dans sa colère, il raccrocha violemment le téléphone et se remit à son travail, non sans susciter une remarque de la part du guerroyeur.

« Au moins, ils n'ont pas l'air de s'ennuyer. Tu viens souvent ici ? Ces gens n'ont pas l'air de savoir qui nous sommes.»

Sa dernière affirmation se fit dans un murmure presque silencieux. Ironiquement, la dernière chose qu'il voulait était d'être au centre de l'attention pour le moment. Peut-être que le félin divin pourra lui en dire d'avantage sur cet endroit et ses fréquentations. Quoi qu'il en soit, ces deux là ne devaient pas trop tarder s'ils voulaient rapidement en terminer avec leurs affaires dans cet univers. Espérons simplement que ce fameux mélange n'aura aucune incidence sur leurs prochaines conversations.
Beerus & Whis
Beerus & Whis
PNJ
Masculin Age : 14
Date d'inscription : 28/10/2016
Nombre de messages : 95

Et maintenant ? Empty
MessageSujet: Re: Et maintenant ?   Et maintenant ? ClockSam 25 Sep 2021 - 10:51

La détermination de Yukko était belle à voir, rien ne semblait lui faire peur quand il s’agissait de repousser ses limites. Il fallait avoir un sacré cran pour demander à devenir le disciple d’un descendant du grand-prêtre. Cet effort se ressentait dans les agissements de la gamine : Patiente, silencieuse et respectueuse. Difficile d’imaginer une pareille considération envers Setsuka ou quelconque mortel avec lesquels elle ne suscitait aucun intérêt. C’était d’ailleurs l’un des principaux obstacles que rencontrait la progression de la jouvencelle guerrière.

Whis avait écouté en toute bienveillance les propos de celle qui prétendait au titre d’élève : Elle ne demandait pas à devenir Hakaishin, elle ne cherchait qu’a obtenir le plus haut niveau martial qu’un mortel puisse atteindre. C’était un objectif qui ne proposait pas de contribution particulière à l’avenir de l’univers 7. Une question se soulevait alors sur les raisons qui poussaient l’être supérieur à donner de son temps pour une jeune femme avide de pouvoir. Le constat était évident, rien ne motivait Whis à former une combattante qui ne cherchait rien de plus qu’a s’affirmer comme la meilleure.

C’est pour cela que cet entretien n’allait pas avoir pour but de définir des modalités d’entrainement mais davantage de trouver un sens à la voie de l’ancien time patroler. Le second de Beerus porta ses yeux mauves vers l’horizon, balayant les environs à la recherche d’un sentier alliant discussion et balade champêtre. Il se dirigea naturellement vers le premier chemin venu, invitant la terrienne à faire de même.

« Devenir la meilleure, c’est un objectif rudimentaire. »

Remarqua-t-il, la face partiellement illuminée de rayons lumineux qui la flore alentour ne pouvait totalement retenir. Il était important, pour l’heure, de définir les raisons profondes poussant Yukko à désirer le titre officieux de « quintessence martiale ». La super saiyan était jeune, elle ne disposait pas d’une appuyée de la vie d’adulte et n’était certainement pas mature. Cependant, l’attention sacrée qu’elle accordait à son rêve laissait entendre qu’une suite d’événements particuliers l’ont poussé à prendre cette voie. Il était impératif de définir ce ou ces facteurs.

Néanmoins, se montrer trop direct ne ferait qu’effrayer la jouvencelle, les questions allaient d’abord porter sur des sujets anecdotiques.

« Depuis quand est-ce que tu t’entraines ? Tu sembles encore bien jeune pour réclamer le titre de N°1 »


Interrogea l’ange en baladant son regard entre la concernée et le tracé du sentier. Il s’attendait à ce qu’elle se forme depuis 3 ou 4 ans, il était difficile d’imaginer une meilleure performance pour une habitante de la Terre. Ce peuple était en perpétuelle paix et rare étaient les audacieux à prendre en charge la protection de la planète bleue. Les quelques défenseurs en place étaient tous des adultes avertis, expérimentés et bienveillants. Peut être que la jeune femme avait profité du temps de l’un de ces héros locaux ? Whis ne s’autorisait pas à l’imaginer.

Une note traversa alors l’esprit du formateur divin au sujet du précédent emploi de la guerrière. Yukko était, il y a peu, une combattante de la time patrol, pourquoi avait-elle choisie de rejoindre cette organisation ? Et pour quelles raisons l’avait-elle quitté ?

« Tu étais membre de la patrouille temporelle il y a quelques mois de cela. La défense de l’intégrité de nos temporalités est une noble cause ; qu’est-ce qui t’a poussée à te retirer de cet ordre ? »

La participation de la martialiste au cœur d’une institution héroïque aurait pu être une source d’inspiration pour elle. Mieux encore, elle aurait pu s’y faire des amis, des rivaux, des connaissances avec lesquelles elle comprendrait l’importance de la vie sociale. Et peut-être qu’elle découvrirait mieux : L’amour. L’on ne parle pas d’une histoire de concubinage mais fondamentalement de la capacité à apprécier sincèrement d’autres personnes que soi-même.


Bon, rangez votre cerveau.:
 


Yukko
Yukko
Demi-Sayen
Féminin Age : 25
Date d'inscription : 08/01/2012
Nombre de messages : 8671
Bon ou mauvais ? : Esprit libre
Zénies : 3910

Techniques
Techniques illimitées : Kamehameha - Zanzōken - Taiyōken
Techniques 3/combat : Shunkan Idō - Sōryūdan
Techniques 1/combat : Chō Kamehameha

Et maintenant ? Empty
MessageSujet: Re: Et maintenant ?   Et maintenant ? ClockDim 10 Oct 2021 - 6:02


La jeune femme appréhendait les prochaines paroles de la descendance du grand-prêtre. Le rythme maladif de son cœur palpitant animait sa poitrine d’un remous qui témoignait de sa nervosité frénétique, et ce en dépit de ses meilleurs efforts pour conserver cette façade oisive de rigidité. Ses prunelles bluettes épiaient le faciès flegmatique du dignitaire des cieux, à l’affût de la moindre mimique de ce dernier qui pourrait contenter sa quête de validation. Maintenant qu’elle s’était livrée à lui et lui avait fait part de son plus franc dessein, Yukko avait la sensation que son avenir reposait entre les mains du séraphin, comme si lui seul pouvait la guider à travers ce qu’elle percevait être la plus importante calamité de son périple existentiel. Lui qui trônait au sommet de la pyramide de la maîtrise du noble art était naturellement l’ultime juge du travail acharné de la fillette. Son évaluation était souveraine et, plus que toute autre, pouvait autant légitimer qu’abâtardir l'œuvre de son labeur. Tant eut-elle été rongée par ses aspirations passionnées que la pucelle ne réagit que tardivement lorsque, sans mot dire, Whis l’invita à le joindre dans sa randonnée bucolique. La face mue d’une certaine contrariété, sa patience s’effritant davantage chaque seconde, la sportive trottina brièvement afin de rattraper le divin, calmant le pas une fois arrivée à ses côtés.

Contrairement au regard du quidam cellicole qui vagabondait ici-et-là en se repaissant des charmants tableaux de pâturage sauvage, celui de la gamine fixait la figure angélique avec insistance, son esprit clos à la qualité du panorama champêtre. Ce fut alors qu’un commentaire s’échappa d’entre les lèvres du dieu distingué, le ton aussi monotone qu’assassin aux oreilles de Yukko. Le visage de cette dernière se rida instinctivement, la glabelle striée par le plissement de ses sourcils. Frustrée par cet affront envers son motif primordial, l’adolescente rétorqua d’un ton maladroitement tempéré qui ne fit rien pour masquer l’étendue de son aigreur.

« Comment ça, rudimentaire ? C’est pas suffisant de vouloir s’améliorer, de se dépasser soi-même ? »

L’ange espérait sans nul doute exhumer le motif antérieur à l’ambition ostensiblement sommaire de la jouvencelle. Cependant, le dessein phare de Yukko était en réalité aussi simpliste qu’il n’en paraissait au premier abord. Son rêve était aussi sincère que le mérite qu’elle trouvait à la pratique des arts du combat, une passion autosuffisante qui ne s’embarrassait point de justifications au-delà de la plus honnête volonté de faire état de l’étendue de sa valeur latente, sinon la soif de validation si chère à son épanouissement bachelier. L’exercice des arts martiaux et l’appréciation de ses valeurs était la voie à l’éveil du plein potentiel de quiconque, une quête entretenue puis pervertie par l’esprit de compétition de celle qui, se devinant talentueuse, ne saurait se contenter du médiocre. Vouloir gravir les échelons du podium était aussi naturel pour Yukko que pour n’importe quel sportif digne de ce nom dans sa discipline respective : elle se savait capable de mieux et, de ce fait, se devait d’aspirer à mieux.

La seconde interrogation du séraphin ne fit rien pour tempérer la maussaderie de sa locutrice. Aucun gamin n’aimait s’entendre dire qu’il était trop jeune pour faire telle ou telle chose. L’idée que le jeune âge de la combattante puisse freiner sa progression était à ses yeux une insulte envers la valeur de ses efforts doublée d’une ineptie fallacieuse. Yukko avait au contraire tout intérêt à poursuivre son labeur tant que son corps bien-allant et que son esprit printanier étaient encore capable de le supporter. Elle ne prétendait pas être en course pour atteindre le sommet du podium avant son prochain anniversaire, se sachant faillible et encore bien loin du compte, mais il serait idiot de ne pas mettre cette fougue juvénile au profit de sa plus grande passion. Aussi, lorsqu’il s’agissait de retracer les débuts de sa pratique martiale, le constat était aussi succinct que parlant.

« Depuis aussi longtemps que je m’en souvienne. »

Quand bien même sa mémoire ne remontait pas particulièrement à très longtemps, l’exercice des arts du combat lui semblait avoir toujours eu une place prépondérante dans sa vie. Ceux-ci étaient après tout bien plus populaires là d’où elle provenait, bien que peu de pratiquants et certainement moins encore de marmots n’y prêtaient la même dévotion. C’était cette même ferveur et les progrès fulgurants qui en résultèrent qui permit à Yukko d’être pressentie comme membre de l’illustre patrouille temporelle dont Whis venait tout juste de faire mention. De cette nouvelle question naquit chez la jouvencelle une certaine angoisse. Son départ de cette organisation, motivé par des raisons purement égoïstes, n’était que peu défendable. C’était un très mauvais look pour l’adolescente face à l’un des êtres les plus concernés par le bon maintien de l’intégrité de l’univers sous toutes ses coutures. Pourtant, il était là encore dans son intérêt de faire preuve de la plus sincère honnêteté, quitte à devoir braver le jugement de la divine présence. Cherchant jusqu’alors ses mots, les yeux rivés vers le parterre herbeux, Yukko finit par rompre le silence, le visage animé d’une irréfragable austérité trahissant sa volonté de plaider sa cause.

« Toutes ces histoires de temporalités ne m’ont jamais vraiment intéressé. Je voulais juste un bon challenge et à l’époque, ça me paraissait une bonne opportunité d’affronter des gens forts. Je voyais ça comme la meilleure façon de m’améliorer mais j’en ai fait le tour assez vite alors je suis partie. »

Yukko se doutait de l’importance de l’examen du séraphin qui avait sans doute pour but d’aider ce dernier à la cerner du mieux que possible afin d’affiner l’enseignement qu’il pourrait lui délivrer. Mais même en sachant cela, la patience commençait à lui faire franchement défaut, écornée par cet enchaînement de tergiversations unilatérales. Elle estimait qu’un être aussi perspicace que Whis devait déjà avoir été en mesure de déduire tout ce dont il avait besoin de savoir vis-à-vis de l’impétueuse gamine alors que celle-ci demeurait largement ignorante des tenants et aboutissants de sa future instruction. Aussi lui vint le désir de mettre un terme à cette virée bocagère et d’exiger de l’engeance du grand-prêtre quelques clarifications. Redoublant d’efforts en dépit de l’exaspération aisément lisible sur sa face renfrognée, la demi-Saiyan fit néanmoins le choix de ne pas s’abandonner à cette irascibilité dans l’espoir que l’ange vienne de lui-même la délivrer naturellement de son ignorance. Elle se tût donc pour l’heure, étouffant la flamme qui consumait la mèche de sa rogne infantile.
Auros
Auros
Autres Races
Masculin Age : 25
Date d'inscription : 05/01/2020
Nombre de messages : 157

Et maintenant ? Empty
MessageSujet: Re: Et maintenant ?   Et maintenant ? ClockMar 19 Oct 2021 - 13:38
Si le conquérant semblait avoir quelque peu perdu le fil de cette conversation dans laquelle il s'était aussi peu impliquée, il écoutait tout de même d'une oreille distraite ce qui se disait autour de lui dans ce bar. Cet endroit coupé du reste du monde était une aubaine pour celui qui cherchait à souffler quelque peu sans avoir à passer une nouvelle fois sur les écrans. Beerus, quand à lui, affirmait venir ici une fois par an. Une fois de trop chaque année, pensait le cyborg qui n'en revenait pas tant l'état des lieux ou des produits était déplorable. Le matou, quand à lui, n'aura même pas relevé à quel point le tenancier était prêt à lui faire ingérer n'importe-quoi, chose qui refroidit clairement le dieu de la destruction dans l'idée de rester ici plus longtemps. Comment diable un être aussi puissant pouvait-il donc s'abaisser à ces choses là ? Voila bien une question qu'il ne lui posera jamais directement. Agacé, il prit sur lui bien que les limites de sa patience étaient atteintes mais son visage, lui, ne mentait pas. Au contraire, il était même porteur de vérité car les plus perspicaces auront pu remarquer les veines de son front se démarquer depuis un peu plus d'une minute.

« Je vais prendre un peu l'air. »

La meilleure idée qu'il puisse avoir, à n'en pas douter. Auros n'ajouta rien de plus et s'en alla sans demander son reste. Outre l'odeur devenue insupportable de ces lieux, ceux qui y étaient présent dégouttaient le monarque au plus haut point. Qu'aurait-il pu se passer si un tel endroit sur Terre était le premier qu'il aurait découvert dans cet univers ? Oui, vous vous en doutez sûrement déjà mais le début de cette grande tragédie aurait été bien différente dans le cas ou ce tyran aurait eut un aperçu différent de cette planète dans sa globalité. La grande guerre de l'univers ayant pris fin, il se doutait fortement que le monde qu'il foulait encore à ce moment allait de nouveau être en proie à la désolation. Perdu dans ses pensées, c'est adossé au mur du bâtiment qu'il jeta u regard vers le ciel. Il savait pertinemment que cette paix n'était rien de plus qu'un moment confus entre deux guerres. En d'autres termes, ce monde aussi beau puisse t-il être, allait redevenir le champ de ruines qu'il a connu le jour de sa venue.

« Ce n'est qu'une question de temps. » pensa t-il à haute voix.

Sans ne rien ajouter de plus, le fils de Jarvis attendit que son homologue termine de s'empoisonner à l'intérieur de ce qu'il voyait comme un taudis infesté de rats avant de retourner auprès de Whis. Auros n'avait plus rien à faire ici, semble t-il.
Beerus & Whis
Beerus & Whis
PNJ
Masculin Age : 14
Date d'inscription : 28/10/2016
Nombre de messages : 95

Et maintenant ? Empty
MessageSujet: Re: Et maintenant ?   Et maintenant ? ClockMar 19 Oct 2021 - 19:08
Whis se complaisait à observer la face de Yukko se décomposer à chaque nouvelle question. Il n’avait pas fallu plus de trois interrogations pour que l’ancienne time patroller affiche de clairs signes d’exaspération. Ce n’était pas le seul détail que l’ange pouvait relever : Il avait rapidement remarqué la faible verve dont elle faisait preuve pour dissimuler son égoïsme. La martialiste ne luttait que pour elle-même et ne le cachait pas, expliquant avoir intégrée la faction de Kaito par pur opportunisme guerrier. La gamine se rendait-elle compte qu’elle ne méritait pas réellement les enseignements d’un être séraphin tel de Whis ? Certainement ; le serviteur de Beerus pouvait lire dans le cœur de cette dernière, aucune de ses questions n’avait été posée au hasard.

L’entraineur divin s’était facilement construit une image de synthèse du cas de Yukko. Elle poursuivait un objectif fou aveuglant chacune de ses décisions. Cet entêtement immature la rendait insociable, arrogante et globalement détestable. Et c’est factuellement ça qui faisait sa faiblesse : Son renfermement. Il était important qu’elle comprenne qu’aimer n’est pas un poids, bien au contraire. Mais avec sa mentalité actuelle, la jouvencelle ne risquait pas de le comprendre. Il parait évident qu’annoncer ce constat provoquerait la colère de la combattante terrienne.

Mais qu’importe, elle devait grandir.

Lorsque la lutteuse se tut, Whis s’immobilisa et la toisa d’un regard fade, muet de toute la sympathie qu’il affichait auparavant.

« Ton comportement transpire d’ennui et d’impatience. Pourtant je ne t’ai pris que cinq minutes. A qui d’autre aurais-tu accordé autant de temps ? »

Il ne laissa qu’une seconde s’écouler, pas suffisamment pour que son interlocutrice réponde, mais assez pour qu’elle réfléchisse sérieusement.

« Pas grand monde, pas vrai ? »


L’accusât-elle d’un ton inquisiteur avec lequel s’accordait mal le ton mielleux de sa voix.

« C’est ça ton principal obstacle, je n’ai même pas besoin de t’expliquer pourquoi tu es une égoïste en quête de reconnaissance. Mais pour être la meilleure, il faut savoir puiser sa force dans des sentiments aussi divers que variés : Colère, Mélancolie, Amour, Fierté. »

Il y en avait sans doute d’autres, mais ce n’était pas nécessairement le plus important. Whis cherchait à mettre en avant la profonde solitude sociale de Yukko. Cette qualité d’ermite martiale l’empêchait d’accéder à un puissant moteur de puissance.

« Si tu apprenais à te battre pour une cause qui te dépasse, que ce soit par sa grandeur ou par son importance, tu deviendrais redoutable. »

Au final, ce discours valait autant pour un être bienveillant que mauvais, la fraternité existe au sein de l’alliance maléfique. On peut aussi citer l’incroyable détermination de Black, poussé par une mission presque sacrée de justice liée à sa mélancolie furieuse.

« Je n’arrive pas comprendre pourquoi tu as formulé une telle demande. Tu savais pertinemment que tu ne méritais pas mon accord. »

Fatalement, elle devait se rendre compte de la chance que représentait la formation du magicien divin. N’avait-elle pas imaginée qu’il y aurait des prérequis minimums ? A commencer, pourquoi pas, par être bienveillante ? Whis se tut un instant, observant la bouille de la petite d’un regard sévère ponctué d’une once de mépris. Cela pouvait paraitre dur, mais c’était tout à fait pragmatique. Yukko était immature et bornée, elle avait besoin de subir l’autorité d’un maître, d’une personne capable de la contenir. Et si jamais le constat de l’assistant angélique s’avérait être faux, le destin de la jouvencelle ne serait pas arrangé.

Associer le mauvais caractère de la jeune femme à son manque de sagesse et d’ouverture était un véritable cadeau offert à cette dernière. Car dans le cas contraire, cela signifiait simplement qu’elle était une personne profondément mauvaise, davantage un obstacle qu’un partenaire.

« J’ai accepté de te former mais je t’ai aussi annoncé que ce serait le combat le plus difficile que tu aies à mener. Il faut que tu assimiles l’idée de devoir travailler sur toi-même et de prendre conscience du monde qui t’entoure. »

L’inattention que portait la martialiste à la qualité de son environnement n’avait pas échappé à Whis, c’était l’une des nombreuses briques constituant l’argumentaire du séraphin. Bien sûr, il allait se montrer plus clair sur ce qu’il attendait de son « élève ».

« Il faut que tu arrives à ouvrir ton cœur aux autres. Tu ne peux pas encore le comprendre, mais lorsque tu sentiras ta poitrine battre à l’unisson avec les proches que tu auras rassemblé, tu seras des milliers de fois plus forte. »

Annonça-il simplement avant d’alléger les traits de son visage. La demi-saiyanne avait une chance de remonter la pente, de grandir et évoluer pour atteindre son ultime objectif. Mais il fallait qu’elle puise dans toutes les forces de sa psyché, au plus profond ’elle-même, pour trouver le courage de remettre en question sa vision du monde.

« Afin de travailler ton empathie, tu devras comprendre et observer des esprits desquels tu es radicalement différent, tu les connais déjà. Je veux que tu te rapproches de Boneco et Setsuka. Ce sont deux exemples d’âmes parfaitement pures, innocentes dont l’amour pour les autres n’a d’égale que leur détermination. C’est cette force dont tu manques cruellement. »

La dévotion héroïque couplée à la grande compréhension de la vie en générale de ces deux justiciers leur offrait une ressource cachée qui serait profitable à Yukko. Whis se doutait que le chemin serait long mais qu’importe, il était nécessaire.

« Rencontre les de nouveau, marche à leur côté, essaie d'accepter ce qu'ils voudront d'offrir. »


(Je mets Auros en attente)

Contenu sponsorisé

Et maintenant ? Empty
MessageSujet: Re: Et maintenant ?   Et maintenant ? Clock
 
Et maintenant ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPGDBZ :: RPG :: Terre :: Forêts-