-40%
Le deal à ne pas rater :
-40% La webcam Logitech C920s HD Pro, Full HD 1080p/30ips
59.91 € 99.99 €
Voir le deal

Partagez
 

 Birthplace

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
PNJ Gerv
PNJ Gerv
PNJ
Masculin Age : 19
Date d'inscription : 08/01/2021
Nombre de messages : 51

Techniques
Techniques illimitées :
Techniques 3/combat :
Techniques 1/combat :

Birthplace Empty
MessageSujet: Birthplace   Birthplace ClockDim 30 Mai 2021 - 2:33
 




Ah, et il fera beau.



Soleil et tout le tintouin?




Un peu de nuages, mais oui.




Ah. Bon.




Ça ira  ?










C'était rare de voir une telle famille réunie au complet. Plus rare encore était de la voir agir autant hors de son registre coutumier. Découvrir les soldats arborant le galon cramoisi dépourvus de leur moue « va-t'en-conquérir le monde », c'était pour le moins dissonant. Elle s'en serait payée une sacrée tranche, si elle même ne portait pas le lainage noir. Pas de blouse chirurgicale pour dissimuler une hygiène vestimentaire déplorable ce jour-là. Pas d'anti-cernes non plus, elle préférait conjurer toutes les nitescences possibles à cet endroit précis. L'absence de ce cosmétique en particulier donnait à ses yeux de batraciens un aspect encore plus boursouflé qu'à l'accoutumée. Point de gloussement pourtant pour accompagner leur révolution velléitaire . Sa crinière graisseuse rassemblée en un chignon habile, il n'y avait aucun grand geste excentrique des bras pour détourner l'attention sur son état lamentable. Ses lèvres inapparentes rongées par les gerçures arrachèrent les derniers secrets du tube de nicotine. Un ange passa. Et des volutes de solitude réprimée s'échappèrent de la Plucky Strike.




Ils étaient dix-huit. Dix-neuf en comptant le Général court-sur-pattes, lequel présidait la procession silencieuse du haut d'un pupitre d'un rouge insolent. Une rangée de dix-huit hommes et femmes en uniforme, séparée en deux en son centre par un cube anthracite. Quelle ironie. La Thébaïde, ou la Pandorica, appelez-là comme vous le souhaitez s'apprêtait à être ouverte et pourtant toute l'attention était portée sur un buste qui leur faisait face. Un visage sévère, taillé dans du marbre blanc, hissé à une centaine de centimètres du sol par un pilier ciselé de matière identique. Pfff. Jamais il n'avait tiré une tronche pareille.




Birthplace Cda637d25cb2d3a1b269d756944dc688




Le quartier général de l'armée du Ruban Rouge ne laissait rien au hasard. Chaque espace était diligemment attribué à une fonction précise, ainsi il n'y avait pas de jardin, de parc, de pré, ou le moindre petit trou de verdure. Le cloître blindé cachait néanmoins en son sein une maigre cour intérieure, une nef de béton amer à ciel ouvert, faisant la jonction entre deux ailes de l'étage supérieur. C'était cet espace exigu qui avait été choisi pour lui. Au RR, on avait pas l'habitude de ce genre de cérémonie. Mais il n'était pas question d'un simple privé. Ce n'était pas un cortège militaire. C'était un membre de la famille à qui on disait adieu. Un petit-frère. Un fils. Et Frederica Krasnoï, qui était la chose qui s'approchait le plus d'une mère pour son bébé-éprouvette, infiniment plus proche de lui que l'incubateur de chair qui avait été utilisé pour le mettre au monde, pleurait la disparition de Fushia. D'un geste mou de la main, elle écrasa la cendre contre les lèvres froides de l'effigie, puis elle envoya le mégot reposer à ses pieds. Nul ne le prit comme une offense. Ils savaient tous que c'était sa marque préférée.




Un silence de plomb assourdissant régnait entre les quatre murs gris. Seul les murmures des rayons du zénith délétères faisant frire la peau des témoins à petit feu venait troubler l'omerta. Sa gorge se noua de plusieurs nœuds douloureux. Elle se retourna vers ses semblables, au seul son de son tailleur noir d’acétate. Dénuée de force, mais s'interdisant de faire montre de la moindre rumeur d'émotion, ce fut le devoir de ses commissures de soutenir la lourde chape de ses lèvres tombantes pour les ériger en un sourire maladroit. Un sourire habituel. Un sourire qui voulait dire « c'est un jour comme un autre ».




Ce n'était là qu'un grossier mensonge. « Golem », le plus mature parmi ses enfants lui adressa le même sourire. Ce n'était qu'un jour comme les autres. Ils étaient tous là. « Invictus », « Gamma », « Lamia », « Byron », « Ozymandias », « Disco », « Incubus », « Sneaky », « Beer », « Quasar », « Paozu », « Casanova », « Ultra », « Janus », et « Midas ». Et bientôt les deux autres. Aucun lié par le sang. Tous formant la famille dysfonctionnelle des rescapés du projet Scarlet Scarf. Des mutants, des enfants dont l'existence ne reposait à priori que sur leur potentiel de létalité. Néanmoins ils étaient là, à rendre les derniers hommages à « l'un des leurs ». Et si l'on ne pouvait ni voir ni entendre les marques du chagrin car le conditionnement martial leur aura apprit à réprimer pareilles futilités, le silence parlait pour le cri de leurs âmes.




Le menton vacillant à peine, Frederica fit un signe de la tête au Général Copper. Ce n'était pas un bel endroit. Ce n'était pas une belle journée. Ils n'étaient pas de belles personnes. Quelqu'un devait rompre la chape terriblement lourde qui les gardaient emprisonnés de cet après-midi ensoleillé. Tout, n'importe quoi... Le temps devait recommencer à s'échapper de ce point fixe et recommencer à fuir comme il le faisait si bien en principe. D'un pas qui ne prétendait à rien d'autre qu'à l'évaluation de sa propre pesanteur, elle alla se placer juste derrière le Général. Le petit homme allait prendre la parole lorsqu'une pensée qui devenait redondante s'instilla dans son esprit une fois encore : son Fushia était mort seul, souffrant une centaine de martyrs à la fois tandis que ses veines se délitaient sous les éclats de ce qui faisait son altérité, assassiné de sang froid par un camarade en qui il avait confiance. 


Qu'il parle et vite. La famille ß criait vengeance. Le Ruban Rouge criait vengeance.
C-12
C-12
Masculin Age : 22
Date d'inscription : 18/03/2020
Nombre de messages : 15
Bon ou mauvais ? : Mauvais
Zénies : 1000

Techniques
Techniques illimitées : Android Barrier / Psycho Ring / Yūreiken
Techniques 3/combat : Stalker Multi-Bomb / Electric Frenzy
Techniques 1/combat : Final Protocol

Birthplace Empty
MessageSujet: Re: Birthplace   Birthplace ClockDim 18 Juil 2021 - 2:17
Et tous se rassemblèrent.
Et tous se turent.
Des monstres. Des démons dissimulés par des visages humains. Dans leurs yeux froids brûlaient paradoxalement une ambition folle, alors qu’ils piétinaient les vies d’autrui de leurs bottes, cramoisies par le sentier sanglant qu’ils arpentaient. L’image que renvoient ces soldats au reste du monde était ainsi faite, forgée par un leadership douteux et des alliances fragiles au fil des décennies. Et la réalité n’était pas si éloignée de l’imaginaire collectif. Néanmoins, ces hommes et ces femmes restaient des êtres humains. Leurs petits cœurs noircis par leurs péchés battaient toujours. Et souffrait souvent. On dit que le karma rattrape toujours les mauvaise personnes et leur fait payer pour leurs exactions. Et celles de ces personnes étaient innombrables. Et ils n’échappaient pas à leur sort.

La mort happe, et les survivants pleurent.
Car même si peu laissèrent couler leurs larmes, leurs âmes, elle, étaient en proie au chagrin. Un chagrin peut-être difficile à comprendre. Un chagrin qui allait au-delà de la perte d’être chers, de compagnons. C’était la tristesse des perdants qui serrait leurs cœur. Car le drapeau auquel ils ont prêté allégeance, trop souvent, a été bafoué. Synonyme de grandeur et de crainte il y a des décennies, il est à présent oublié des simples d’esprits et retenu par les mieux informés comme l’emblème des bouffons exterminés par un bambin et dont le soubresaut n’a fait que lâcher sur le monde des créations inaptes qui tuèrent dans l’œuf tout espoir d’un retour triomphal. Si depuis la reformation de l’organisation par le chef suprême Palazzo, l’Armée du Red Ribbon s’était endurcis, il restait évident qu’ils n’étaient que des tristes sires s’accrochant à la gloire des jours passés, que les factions modernes raillaient sciemment. Responsables par association d’un acte terroriste cataclysmique sans précédent, essuyant les affres de combats impitoyables qui coûtèrent trop cher sur tous les plans et subissant un long silence radio de la part de leur leader, les soldats des forces écarlates étaient à cran, pour peu dire.

Et ce sentiment était parfaitement partagé avec la hiérarchie.
Au contraire, elle qui était responsable de l’opération, subissait une pression terrible sur leurs épaules. Des lieutenants aux Capitaines, tous étaient tout aussi rageurs que démunis. Néanmoins, parmi eux, c’était le Général Copper qui accusait le plus cher les coups de revers du destin. Sa responsabilité allait au-delà de son devoir envers le Commandant. Au-delà de son propre orgueil. Car il n’était pas fait du même bois que ses hommes. Ou du moins, il ne l’était plus... Contrairement à la plupart d’entre eux, il était là depuis la formation même de cette armée ! Chaque haut gradé de chaque génération faisait ou avait fait partie de son cercle de relation, qu’il considérait comme ses proches. Et l’écrasante majorité d’entre eux, il les avait enterrés… Et encore une fois, aujourd’hui, ils en enterreraient un autre.

Des noms de code, il en avait plusieurs.
« Mark 16 ». « Nightclub ».  « Fushia ». Mais plus que des appellations fantasques, ces noms étaient sa réelle identité. Car il n’était pas né comme les autres. Ni lui, ni la plupart des individus ici présents. Il n’était pas le fruit de l’union de deux individus qui s’aimaient. Il était le résultat d’un calcul. Un être dont la venue au monde avait été programmé. C’était une opération que Copper ne cautionnait aucunement, au vu du dernier échec à la manipulation génétique de l’organisation qui faillit mener à la destruction du Système Solaire tout entier. Mais il n’avait d’autre choix que d’accepter la tenue de ces protocoles amoraux, la décision finale dépendant du seul et unique Kefka. Et si C-12 y était contraint, il ne montra jamais la moindre remontrance injuste à ces enfants calibrés pour la guerre. Rien de tout ceci n’était leur faute. Contrairement à lui, aucun n’a fait le choix de servir le Ruban, Mais ils s’acquittaient toujours de leurs tâches, parfois avec zèle, leur octroyant même des promotions parmi les régiments d’autres soldats.

Ils étaient les fils et les filles du Red Ribbon.
Au sens figuré comme au sens littéral. Et aujourd’hui, il fallait dire au revoir à l’un d’entre eux. Après un hommage silencieux de la part de la superviseuse de leur création, c’était au Général Cyborg de filer quelques mots. Des mots solennels, simples mais forts, qui devaient résonner comme un appel à ne pas se morfondre. Evoquer le panthéon de héros que rejoignait Fushia. Mais que dire véritablement de ces « héros » ? Que dire réellement du martyr du jour ? Contre quel grandiose ennemi était-il tombé ? Qui était l’auteur de ce crime ? La réponse n’était certainement pas flatteuse, loin de là. Copper lévita pour se mettre à hauteur du pupitre, le visage sévère.


« Soldates… Soldats… Si nous sommes réunis aujourd’hui, tous ensembles, c’est pour faire honneur à la mémoire d’un homme. D’un compagnon. D’un ami. Et pour beaucoup ici présent, d’un frère. L’Adjudant Fushia était tout ceci. Un soldat loyal à la cause. Fidèle à ses principes. On aurait presque pu croire qu’il avait une détermination que rien n’ébranlait. Armé de sa volonté irréductible, il avait toujours vaillamment servi dans nos rangs. Et il a continué. Jusqu’à son dernier souffle… »

Le nabot marqua une pause, cherchant les mots les plus justes à communiquer.

« Sa dernière mission n’avait à la base rien de dangereux. Il ne s’agissait que d’un banal recrutement. Mais dans un élan de barbarie, celui en qui il avait confiance pour porter notre précieux Ruban Rouge se fit un malin plaisir à le poignarder dans le dos. Néanmoins, des traces de lutte furent découvertes sur le lieu fatidique de sa mort. Fushia… N’était pas tombé sans combattre. Bien au contraire, tout laisse à penser qu’il a chèrement vendu sa peau, preuve s’il en est de sa bravoure… »

Fronçant les sourcils, Copper écrasait le pupitre entre ses petits doigts, brisant le silence par le craquement du bois.

« Mais l’Homme est une créature fragile, quel que soit le contexte de sa naissance. Aucun d’entre nous n’est immortel... Aucun d’entre nous n’est invincible… Ni moi, ni le commandant lui-même ne pouvons prétendre cela. La Faucheuse réclame qui elle désire. Et si nous ne pouvons que subir son courroux, il est de notre devoir de punir les lâches qui nous pointe du doigt pour appeler ce dernier ! »

Déchirant le pupitre comme s’il était fait de carton, C-12 affirma ces mots tandis que derrière lui s’affichait la photographie projetée contre un mur du responsable de ce forfait, accompagné de son nom et de ses coordonnées.

« Voilà le visage de notre ennemi ! L’auteur de ce crime n’est autre que Ninnin, fils de Fribaut, ancien Première-Classe du régiment ! A l’heure qu’il est ce scélérat a quitté son domicile et est absolument introuvable ! Mais le Red Ribbon n’abandonnera pas ! Il n’oubliera pas ! et plus que tout, le Red Ribbon ne pardonne pas ! Nos services de renseignement sont à son active recherche ! Et au nom de ce drapeau pour lequel j’ai damné mon âme, son châtiment arrivera en temps et en heure ! »

Ainsi acheva-t-il son discours plein de hargne, qu’il ponctua par un salut militaire féroce. Les traits de son visage étaient tiraillés, emporté par une haine des plus palpables. Oui, le Ruban avait saigné. Mais c’est lorsqu’elle est blessée que la bête est de loin la plus dangereuse ! Elle réclamait du sang !

Du sang pour du sang !
Une vie pour une vie !
Une âme pour une âme !
 
Birthplace
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPGDBZ :: RPG :: Terre :: Zones désaffectées-