-38%
Le deal à ne pas rater :
KINDERKRAFT – Draisienne Runner Galaxy Vintage
27.99 € 44.99 €
Voir le deal

Partagez
 

 "L'Effondrement des Certitudes." [PV]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Garou
Garou
Terrien
Masculin Age : 22
Date d'inscription : 26/04/2019
Nombre de messages : 156
Bon ou mauvais ? : Introspectif
Zénies : 1000

Techniques
Techniques illimitées : Surhomme | Poing élancé | Analyse
Techniques 3/combat : Coup pour coup | Puissance monstrueuse
Techniques 1/combat : Poing destructeur fluctuant

"L'Effondrement des Certitudes." [PV] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: "L'Effondrement des Certitudes." [PV]   "L'Effondrement des Certitudes." [PV] - Page 2 ClockMer 9 Juin 2021 - 23:45
Voilà, je me retrouvais à nouveau plongé dans cette satanée obscurité. Finalement, peut-être que fuir cet endroit sordide n'était pas possible. Jusqu'ici, je n'avais cesse de contourner la mort, sûrement fallait-il que je me confronte à celle-ci pour de bon pour qu'elle se décide à arrêter de me pourchasser comme ça. Quoi qu'il en était, j'avais fini par passer l'arme à gauche une fois encore, et j'étais fatigué de lutter contre. Si c'était mon heure, alors soit, qu'il en soit ainsi. J'avais de toutes manières pas grand chose à accomplir, si ce n'était me fabriquer une toute nouvelle vie. Mais à quoi bon, quand l'ancienne s'accrochait désespérément et me rappelait à chaque fois que j'essayais de la laisser derrière... Peut-être qu'accepter cette nouvelle place était la meilleure chose à faire, et que je finirais pas m'y habituer. Ouais, ça devait pas être si terrible que ça la mort. Quoi que le fait que je puisse réfléchir à ça, cette simple possibilité, ne me rassurait pas grandement sur le déroulement de cette potentielle éternité de rien.

Alors, perçant les ténèbres, une lueur carmine surgit du noir absolu. La silhouette qui se dessinait par dessus cet halo terrifiant ne m'était aucunement étrangère, et cette chevelure presque cornue me permettait facilement de reconnaître cet enfoiré de Demigra. A l'instant où il était apparu, une vive douleur s'était éveillée dans ma poitrine, l'impression que l'on me déchirait le coeur. Je grognais, haletait, le malaise s'intensifiant à mesure que le vil personnage n'approchait et ne s'appropriait les ténèbres dans lesquelles j'étais pourtant prêt à me complaire. Tombant à genou tant la souffrance était intense, la main sur la poitrine, je dressais ma main fébrilement face à l'apparition du démon.

"Dégage salopard, t'as eu ce que tu voulais alors bordel laisses-moi crever en paix !"

Sans succès, mes injonctions n'aidèrent en rien à ralentir la progression du mal. Aussi, au bord des larmes, je me recroquevillait sur moi-même, me maudissant pour ma faiblesse. Je donnerais tout, tout pour lui serrer le cou, pour lui faire payer. Tout pour qu'il me laisse seul. Je donnerais tout... Alors, comme réponse à ma complainte, la douleur s'évanouit subitement, tout comme les ténèbres avalèrent d'une traite le malin et son aura perverse. Relevant la tête doucement, autant soulagé que sur mes gardes, j'aperçu dans la pénombre une forme se dessiner. Les traits tirés d'un visage déformé, cette teinte pâle laissant distinguer d'énorme trous difformes lui servant d'orifice oculaires, une rangée de dents innombrables et s'étirant sur son visage entier... Je reconnaissais là l'autre démon qui jouait avec ma vie, la chose qui m'avait servi de compagnon d'arme comme d'ami.

"Putain... Bray... N'y penses même pas..."


"L'Effondrement des Certitudes." [PV] - Page 2 No_Way_Out

Mes poumons accueillirent une grande quantité d'air d'un seul coup, tandis que je rouvrais les yeux sur le monde des vivants. Haletant, peinant à reprendre un rythme respiratoire correct, mes paupières papillonnaient d'incrédulité, tandis que je prenais conscience de mon retour. Tournant la tête à ma droite, je découvrais un Marcos méconnaissable, complètement avachi sur lui-même, tremblotant presque. Apparemment, je lui devais en partie cette résurrection. Déglutissant difficilement, je pris un instant pour faire le point sur mon intégrité physique, mon corps étonnement préservé de cette chute mortelle, fait que j'attribuais facilement à mon camarade le papillon. Plus étonnant encore, mes blessures ne semblaient pas refermées, mais mon sang n'en coulait plus et je n'en ressentais pas non plus la même douleur. Globalement, je sentais bien que mon corps était en charpie, mais je me portais suspicieusement bien.

"'fais chier, qu'est-ce que c'est encore que ces conneries..."

Poussant sur mes genoux pour me redresser, je failli trébucher en constatant un manque d'équilibre flagrant. Mon bras droit manquait à l'appel, et la section nette qui avait pris sa place goûtait encore d'un sang plus vraiment frais. Je grimaçais, prenant un instant pour chercher dans les alentours la trace de ce membre que je ne comptais pas laisser derrière moi. Quoi qu'il soit arrivé à mon corps, j'étais loin d'accepter qu'il soit séparé en plusieurs morceaux. Repérant rapidement une flaque de sang séché au sein des cendres qui avaient remplacés la ville, j'y découvrais rapidement l'objet de mes recherches. Soupirant en soulevant le bras, je pouvais au moins m'estimer heureux de la propreté de la découpe, puisque les deux parties semblaient encore s'assembler parfaitement. Aussi, m'approchant de mon sauveteur présumé, je lui montrais mon trophée macabre.

"Tu pourrais... M'aider à le recoller ? Tu dois bien avoir de quoi coudre un bras, hein ?"
Marcos Smith
Marcos Smith
Autres Races
Masculin Age : 22
Date d'inscription : 03/10/2020
Nombre de messages : 102

Techniques
Techniques illimitées : Goliath / Trucage / Cacophonie
Techniques 3/combat : Jet de Gros Trucs / Traumatisme Crânien
Techniques 1/combat : Corps Perdu

"L'Effondrement des Certitudes." [PV] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: "L'Effondrement des Certitudes." [PV]   "L'Effondrement des Certitudes." [PV] - Page 2 ClockVen 11 Juin 2021 - 0:24
Mal à la tête. C’est la fatigue, ça. La fatigue et la faim. Putain, pourquoi j’ai pas mangé hier ? Parce que j’avais pas la motivation. Jamais la motivation. Au moins à un moment je vais finir par mourir de faim. Est-ce que c’est un suicide si c’est causé par le malaise ? Est-ce que je suis en train de chercher des loopholes ? Est-ce que je suis assez intelligent pour chercher des loopholes ? Je suis pas assez malin pour ce genre de connerie. Je suis juste fort pour faire du mal aux gens. Mais j’ai pas les capacités autour. Genre pour soulever des trucs avec une super-force, faut avoir suffisamment d’appuis dans les jambes. J’ai pas assez de sadisme. Ou peut-être que t’es sadique mais que tu te l’avoues pas ? Peut-être que tous les reproches qu’on te fait sont vrais, hein ? Tu te concentres sur tes ressentis mais, et ceux des autres, hein ? Hein ?! Sale merde ! Tu mérites ta putain de faim. Tu mérites ta putain de migraine. Sale légume catatonique qui chiale sur le trottoir. Tu mérites ce qui t’arrives. C’est ta faute si tu t’es fait casser la gueule, hein ?! Tu le sais, ça ! Tu mérites le fait que ton pè -

”AAAH PUTAIN !”

Marcos avait été surpris par la reprise soudaine d’air de Garou. Sa tête s’était retourné immédiatement vers le corps soudainement haletant de son compère, un spasme glissant sur le reste de son épiderme dégueulasse. Il savait qu’il allait se redresser, c’était ça le pire. Il était à ce point pitoyable ! Il s’était fait surprendre par un truc prévu ! Pour le meilleur, probablement. Ses réflexions allaient probablement l’amener à une autre crise d’anxiété en public. Genre sa gueule de sang et de sueurs et de débris c’était pas assez. Au rouge naturel de ses yeux s’ajoutait celui du globe gonflé par les larmes. Il se releva avec faiblesse, traînant naturellement des pieds pour se remettre en place. Ses doigts glissèrent deux fois avant d’arriver à empoigner sa malette. Il se regarda dans le verre d’un bâtiment en face. N’étant pas spécialement fan de ce qu’il voyait, il se frotta le visage comme il put dans une manche de sa veste, avant de tenter de faire un sourire dans le miroir. Mais au final, il n’avait même plus envie de garder la façade. Il tourna la tête vers Garou, l’entendant maugréer vis-à-vis de son incompréhension. Inévitablement, il observa le trou béant dans son torse.

CRUNCH !!

TOUTE UNE PORTÉE AU CR NE OUVERTE PAR UN CLUB DE GOLF

Il secoua rapidement la tête en fermant les yeux, dents serrées. Il prit une grande inspiration, et puis une autre, et enfin une dernière tout en écartant ses pupilles, son regard trahissant une sacrée gène tandis que Garou titubait pour se remettre en place. Il prit une dernière inspiration - vraiment la dernière cette fois-ci, avant d’avancer vers son cadet qui se dirigeait vers une flaque rouge. Son bras. L’inspection qu’il fit en ramassant le membre ayant chuté d’une bonne centaine de mètres ne faisait pas de doute quant à ses objectifs : il voulait le remettre en place. La taillade était impeccable… c’était sûr mais… mais il avait tombé de bien haut le bras. La moitié de la peau et des muscles était éclatée et un bout d’os sortait et… et… le reste était trop dégueu pour être décrit. Garou lui fit face, lui demandant s’il pouvait recoudre un bras, avec son torse ouvert et sa cage thoracique percée et son coeur en vue et son -

CRUNCH !!

LES YEUX ! LES YEUX ! REGARDE UNIQUEMENT DANS SES YEUX !!

”N-non ! Pas recoudre… Je, euh, non. Non, j’ai pas de quoi recoudre, mais j’ai des agrafes médicales pour, genre, pour des animaux à la base. Mais elles sont stérilisées et elles fonctionnent sur des humains aussi donc bon - putain, désolé, faut que je - ”

Il maintint alors son souffle : Garou ne vit probablement pas venir la suite : l’un des bras du Mothman ouvrit la mallette tandis qu’un second prit l'agrafeuse blanche. Un troisième lui ouvrit davantage la brèche dans son justaucorps qui suivait celle dans son torse, tandis que son quatrième attrapa les bouts de peau écartée par l’entaille pour les rapprocher. Le plastique froid se posa contre sa poitrine -

Clac ! Clac ! Clac ! Clac !

La voilà refermée ! La mallette tomba sur le sol, et le bras maintenant libre attrapa celui qui était sectionné avant de pousser l’os à l’intérieur de la chair. Ses doigts rassemblèrent la peau par dessus le peu de muscle qui restait, deux extrémités d’épiderme -

Clac ! Clac !

L’os était à l’intérieur et les muscles aussi. On pourrait presque croire ce membre saint. Le moignon sanglant fut attrapé et posé contre ce qu’il avait perdu -

Clac ! Clac ! Clac ! Clac ! Clac ! Clac ! Clac ! Clac !

Et voilà ! La peau était de nouveau liée à la peau ! Le bras de Garou avait l’air neuf, excepté que la perte de chair le rendait disproportionné par rapport à l’autre. Le torse était agrafé, et le manque clair de sternum ne devait pas être trop visible si le pugiliste venait à porter autre chose que son vêtement moulant habituel. L’immense insecte avait posé un genou à terre afin de rassembler les quelques objets qui étaient sortis de sa valise après l’impact suivant sa manœuvre hasardeuse. Une bouteille de CBD, une batterie portable pour son téléphone, un bout de batte de baseball, un sachet de lexapro, ce genre de conneries banales.

”Désolé, désolé, j’ai vraiment du mal avec ce qui est organes et, et muscles hors du corps et genre - j’ai pas de problèmes avec le sang et les bleus et genre, les os qui craquent ou quoi. Mais tant qu’il y a que du rouge qui sort, normalement j’ai pas de problèmes. J’ai pas de problèmes. C’est juste le, le gore, là. J’ai du mal. Je peux pas. Ca me nique la tête.”

Il se redressa alors, ses possessions tranquilles dans son porte-possessions. Il avait l'œil hagard, fatigué. Il n’avait aucune source d’énergie dans son corps à l’heure actuelle. Mais il restait debout ! Il devrait probablement pas.

”On lui a botté le cul, d’ailleurs. On lui a cassé la gueule à Razael. Puis il a fait une grosse épée rouge et, et Bray s’est mis devant et ils ont disparu tous les deux. Mais ça veut dire qu’à deux on a pu dégommer un mec qui se prônait l’égal d’Auros ! C’était… cool...”

Ses yeux… il a l’air vide dans ses yeux. C’est distrayant, putain.

”Putain, mec. T’as l’air d’un zombie. C’était ton dernier strike avant le out mais Bray voulait pas te laisser sortir, c’est ça ?”

Le Mothman releva la tête immédiatement en continuant cette phrase, enchaînant les questions sans attendre les réponses dans sa maladresse sociale et anxieuse.

”Qui t’as cassé la gueule ? Un autre connard d’Auros ?"

Il fut stoppé par un pic de migraine, fermant les yeux en secouant la tête un instant. Il aurait aimé s'écrouler, inconscient, avoir une pause de quelques secondes. Mais c'était pas le cas. Il rouvrit les paupières, le blanc de ses iris rosé par l'excursion émotionnelle qui s'était déroulée il y a quelques minutes.

”Désolé. Je sais pas quel est ton état mental, là. Si, genre, si je pousse trop, dis-le moi..."
Garou
Garou
Terrien
Masculin Age : 22
Date d'inscription : 26/04/2019
Nombre de messages : 156
Bon ou mauvais ? : Introspectif
Zénies : 1000

Techniques
Techniques illimitées : Surhomme | Poing élancé | Analyse
Techniques 3/combat : Coup pour coup | Puissance monstrueuse
Techniques 1/combat : Poing destructeur fluctuant

"L'Effondrement des Certitudes." [PV] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: "L'Effondrement des Certitudes." [PV]   "L'Effondrement des Certitudes." [PV] - Page 2 ClockLun 21 Juin 2021 - 23:23
Mieux valait ne pas trop attendre pour espérer récupérer mon bras. Je pouvais encore le sentir malgré son absence, et comptais bien profiter de cette sensation fantôme qu'envoyait mon cerveau pour redonner sa juste place à ce membre que je ne pouvais pas me permettre de laisser derrière moi. Présentant nonchalamment le membre en question à mon compagnon assis à mes côtés, je découvrais avec un certain étonnement à quel point la situation le mettait dans un état déplorable. Si je savais que cette brute de Marcos n'était pas tout à fait en totale concordance quant à ses pensées et actions, je l'imaginer difficilement se confondre dans un tel malaise. Enfin, après tout, la situation en aurait dérangé plus d'un. C'était la preuve qu'il était bien humain, dans le fond.

"Ecoutes, je sais pas moi-même exactement ce qu'il m'arrive, mais c'est pas la peine de te mettre dans un état pareil. J't'avais prévenu, il m'arrive que des trucs de dingues depuis les événements qui m'ont menés à ma première mort."

Tandis que je tentais de lui expliquer la situation, Marcos s'était empressé de répondre à ma requête, à sa façon. Dégainant ce qu'il présentait comme une agrafeuse, le désormais chirurgien improvisé se mit à opérer. Plusieurs claquements s'enchaînèrent, à l'issue desquels les plaies béantes qui décoraient mon corps et laissaient mes organes dangereusement exposés furent refermées. S'en suivit le traitement du bras, opération qu'il mena minutieusement afin de rendre sa forme au membre éclaté, tout comme pour l'insérer remarquablement à son emplacement d'origine. Enfin, quand il eu fini, je me retrouvais de nouveau entier... Bien que raccommodé. Ma première préoccupation fut évidemment de mettre à l'épreuve ce bras tout fraichement recouvré, et le pouvoir qu'avait mes sensations fantômes sur des connections nerveuses complètement déchirés. Fixant avec intensité l'index boursouflé du membre concerné, je fus ravis de distinguer que les talents de Marcos ne s'arrêtaient pas à la castagne. C'était un simple spasme, mais le doigt avait bien répondu. Les nerfs devaient être en bonne place, et avec un peu de pratique j'étais confiant quant au fait que les connexions finiraient par se régénérer. De son côté, Marocs me faisait part de son inconfort bien distinct.

"H'm. T'es pas tant un dur à cuir que tu ne veux le faire croire. Mais ouais, j'peux comprendre. C'est pas beaucoup plus agréable pour moi tu sais."

Marcos m'annonçait sa victoire face au gus' qui m'avait envoyé valdingué jusqu'à cette malheureuse rencontre, qu'ils l'avaient défait, lui et Bray. Rien d'étonnant en somme, connaissant les deux bougres.

"Top, on a plus rien à faire ici alors. T'en fais pas pour Bray, si je suis là c'est qu'il est bel et bien vivant. De toutes manières je doute que ce type puisse crever, étant donné ce qu'il est capable de faire à d'autres."

Lançais-je en fixant la paume de ma main encore en état de bouger.

"Comme je te le disais je sais pas vraiment ce qu'il m'arrive. Je suis mort, j'en suis certain, je me suis retrouvé dans cet endroit qui précède chacun de mes passages de l'autre-côté. Mais cette fois-ci, je me suis réveillé. Je sais pas si on peut dire que Bray m'a sauvé la vie, j'ai l'impression qu'il n'a fait le travail qu'à moitié... Enfin, peu importe, j'étais pas pressé d'y passer. On verra bien ce que ça donne."

Mon pote l'homme-papillon enchaînait les questions, apparemment intéressé par ce qui m'était arrivé. C'était presque drôle de constater à quel point il s'en faisait pour moi, si ce n'était pas simplement une curiosité aussi morbide que mal placée.

"Ca va, mentalement y'a pas grand chose qui change, voir ta tronche me donne toujours autant envie de te botter le cul. C'est plutôt physiquement que ça tourne pas rond, comme t'as pu le voir."

Je posais ma main sur mon pectoral, fronçant les sourcils en confirmant que mon coeur n'émettait plus aucun battement.

"Le mec qui a fait ça avait rien à voir avec Auros, ou en tous cas pas dans le sens hiérarchique où tu l'entends. C'était Demigra, l'enfoiré qui a déclenché tout ça, et qui ne semble pas lassé de me casser les couilles."

Portant mon regard sur l'horizon, là où une colonne fumante révélait l'emplacement du château et du combat qui y avait pris place, je tournais les talons pour en prendre la direction. Passant à côté de Marcos, je lui tapotais l'épaule, avant de continuer sur ma lancée.

"Je me casse. J'en ai rien à foutre d'Auros ni des connards dans ton genre qui veulent ma peau, pas envie de les cogner, et puis j'sais même pas si j'suis en état... 'paraît qu'on peut se barrer de cette planète à la con, ça m'intéresse..."

Je comptais bien disparaître des radars pour un bon moment, me fondre dans tout ce chaos et filer en douce. Les conseils de Marcos n'étaient pas dénués de sens, récupérer quelques vêtements sur les corps des militaires et changer un peu de gueule ne serait pas du luxe pour faciliter mon escapade. L'un de ces types devait bien porter un couteau sur lui.
Marcos Smith
Marcos Smith
Autres Races
Masculin Age : 22
Date d'inscription : 03/10/2020
Nombre de messages : 102

Techniques
Techniques illimitées : Goliath / Trucage / Cacophonie
Techniques 3/combat : Jet de Gros Trucs / Traumatisme Crânien
Techniques 1/combat : Corps Perdu

"L'Effondrement des Certitudes." [PV] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: "L'Effondrement des Certitudes." [PV]   "L'Effondrement des Certitudes." [PV] - Page 2 ClockJeu 24 Juin 2021 - 18:20
CRUNCH !!

STOP PUTAIN DE MERDE J’AI COMPRIS J’AI COMPRIS J’AI COMPRIS OKAY ? J’AI PIGE J’SUIS INSTABLE SALE CREVARD DE CERVEAU DE MERDE !

”Ouais...”

Telle était la demi-réponse suivant la multitudes de phrases que Garou venait de lui lancer. Il s’était sévèrement dissocié de ce que l’autre lui disait, revenant dans la réalité comme un cadavre de noyé. Il cligna deux fois des yeux, avec ce poids dans les pupilles que seuls les insomniaques et les émotifs instables connaissaient, et le picotement qui suivait les sanglots.

”Hein ? Pardon, oui !”

Il se secoua la tête quelques secondes avant de la pointer vers le ciel, prenant une grande inspiration et l’expiration qui suivait toujours. Il avait suivi Garou pendant… il ne savait pas combien de temps, en reniflant et en répondant à son interlocuteur avec des “uh-huh” qui signifiaient qu’il était toujours présent dans la conversation. Mais comme un drone, il était passé au pilote automatique depuis un moment. Son estomac puisait les ressources de son cerveau pour remplacer les multiples repas sautés et cette même matière grise s’était mise à faire la sieste en plein soleil pour ratrapper la nuit dernière. Et pourtant, c’était Garou qui était censé être le zombie…

”Putain, désolé, mec… J’ai, j’ai phase out comme pas possible, c’est les trucs qui s’enchaînent, ça. J’suis complètement démoli, là… Je vais juste, juste, euh, juste répondre à ce que tu m’as dit lentement, essayer d’organiser ma tête de merde, là...”

Le manque de sommeil lui baisait la mémoire. Pas les souvenirs qui revenaient le hanter la nuit, non, bien sûr, non, ce serait trop beau. Il oubliait juste les bons moments. Mais la boîte noire de son pilote automatique avait au moins enregistré ce qui s’était passé. Un reproche de la part de Garou de s’être mis dans un état émotionnel déplorable COMME S’IL POUVAIT CONTRÔLER CA FILS DE PUTE car ce n’était pas la première fois qu’un truc bizarre lui arrivait. Quelques mouvements de main pour s’assurer de la reconnexion de ses nerfs. Une remarque taquine sur le fait que le Mothman hideux n’était peut-être pas aussi badass qu’il espérait le faire croire suivie d'une tentative de réconfort en lui assurant qu’il souffrait un max, lui aussi.

”Pour tout ce qui est “dur à cuire”, ouais, bon. J’essaie d’avoir tout le temps la classe mais c’est… pff… c’est pas le cas du tout. J’suis cinglé, mais pas le cinglé cool où j’ai trois personnalités dans la tête comme Bray, là… juste le cinglé conditionné à se rappeler en permanence qu’il mérite toutes les merdes qui lui arrivent, quoi...”

Il renifla davantage, tentant d’aspirer le reste de ses souvenirs par son pif… Il y avait, il y avait, euh, ouais ! Il y avait eu Garou qui voulait se tirer après avoir appris que Marcos et Bray avaient absolument é-cla-té le lieutenant Razael. Il lui rappela que le triple-type barbu était cent pourcent vivant malgré sa cascade face à l’immense épée rouge et sa disparition qui suivit. Garou lui avoua douter de la capacité du monstre masqué - slash - animateur pour enfant - slash - louisianais charismatique.

”Vis-à-vis de Bray, j’y croyais pas non plus… Pour tout te dire j’ai juste senti son, son aura, j’crois. Il y a eu un moment où j’avais l’impression qu’il était là, puis il l’était plus, et puis tu t’es relevé. Ça doit faire que les nécromanciens existent, pas vrai ?”

Parlant de ce type, Garou avait dit qu’il avait fait que le travail à moitié. M’sieur yeux-vide se sentait mort. Pas mort à l’intérieur, juste, pas supposé être dans ce monde. Dans son corps, quoi. Il était passé par son chemin habituel vers l’au-delà et il est revenu. Il était toujours lui, et il l’avait fait remarquer désagréablement en disant qu’il voulait toujours casser la gueule de son sauveur. Le mouvement fait vers son cœur avait permis à Marcos de tout comprendre.

”Donc t’es genre un zombie ? Mais avec toute ta tête… Je crois que ça fait de toi un, un revenant, non ? Il me semble que c’est ça, les mort-vivants qui sont pareil dans leurs têtes mais pas dans leurs corps ? Parce que - une seconde !”

Il attrapa Garou par l’épaule quand ils se rendit enfin compte de la direction qu’il prenait.

”Mec, faut pas retourner au château, t’es con ou quoi ? Le combat s’est terminé depuis un bail, ils ont déjà cent-cinquante keufs sur place, surtout que j’ai balancé le château dans l’espace, faut carrément pas retourner là où il était ! T-tu cherches des fringues pour te tirer, c’est ça ? Mon gars c’est pas chez les militaires qui faut chercher, j’connais des gens qui te fileront deux-trois trucs !”

Ouais, il venait de se souvenir du désir de Garou de quitter cette planète et avait additionné deux et deux. Il avait compris que le pugiliste voulait juste se tirer de cette planète. Ne plus avoir à gérer Auros ou les chasseurs de prime. C’était méga compréhensible. Tellement compréhensible que Marcos ne lui laissait pas forcément le choix quant à la direction à prendre, tournant les talons en tenant toujours le pas-très-décédé par l’épaule.

”T’inquiète, on aura de quoi te faire un nouveau look… Je disais quoi, déjà ? Ah oui ! Les revenants c’est...”

Il sentit une vibration contre sa poitrine. Un message sur son portable. Un lien vers une vidéo. C’était un autre discours de Bray.

”Ah ben il est effectivement vivant, le bougre ! Et il...”

Il disait que Marcos avait rien foutu.

”Il… euh...”

Le Mothman avait arrêté d’avancer. Sa main ne tenait plus l’épaule de son interlocuteur. Elle était juste posée dessus. Celle qui portait la mallette se décontracta sans la laisser tomber. Celle qui tenait le téléphone le rangea. Celle qui était vide ne fit rien. Il regardait dans le vide, un instant. Un instant, peut-être, plus long qu’un instant. Il n’avait aucun moyen de chronométrer ce que cet évènement fut.

Cela ne finira jamais, hein ?

”Ce fils de pute… Ce fils de pute...

Son visage avait du mal à rester neutre. Sa bouche serrée autour de ses dents en avant. Ses yeux se froncèrent et se plissèrent plusieurs fois, alors que sa respiration se faisait plus intense. Non pas rapide, non, mais il pouvait sentir l’air lui frotter durement les poumons. Sa face se battait contre la grimace pitoyable qui risquait de la conquérir d’un instant à l’autre.

C’est moi qui ai carry ce putain de combat !...

Sa voix avait craqué. Sa frustration se manifestait en un rictus inversé tandis que ses paupières inférieures se mélangèrent à ses “sourcils” arqués vers l’arrière pour présenter la frustration pathétique qui était revenue en lui. Et puis. Un premier sanglot étouffé, une tentative de rendre son visage neutre à nouveau, et enfin, ses mains qui entourèrent son visage.

RAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAHAAAAAAAAAH AH AH AAAAAAAAAAH AH AH PUTAAAAAAINAAAIN DE-E-E-E MEeeEErdeeeeeuh...

J’EN AI MARRE QU’ON DIMINUE MES EFFORTS J’EN AI MARRE QU’ON M’EMPÊCHE DE PROFITER D’UNE VICTOIRE J’EN AI MARRE MARRE J’EN AI MARRE QU’ON CHERCHE TOUT LE TEMPS TOUT LE TEMPS À SABOTER TOUT CE QUE J’ENTREPRENDS

J’ai été - j’ai été - j’ai été putain de sympa, j’ai fait des efforts pour éviter de - éviter de le bousculer sur ses menaces j’aaai été assez sympa pour encaisser ses insultes j’ai ESSAYE J’AI FAIT DE MON PUTAIN DE MIEUX ! ET JE ME DÉFENDS UNE FOIS, UNE FOIS ET C’EST MOI QUI PREND ?!! J’ai… eeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeuhgg...

Il s’était recroquevillé, quelques dizaines de secondes, à bougonner, à sangloter, avec des larmes qui coulèrent dans son pif et puis dans sa gorge. C’était assez gênant, assez malaisant, mais il avait pas d’autre alternatives pour tout sortir. Il n’y avait pas vraiment de moyen de définir le temps qu’il passa ainsi…









Et puis il se releva et regarda Garou à nouveau en se frottant le visage une dernière fois. Il avait les yeux encore plus rouge qu’avant, mais sa gueule était… bienveillante, à nouveau. Il avait l’air démoli, mais calme. Il inspira, puis expira.

”Désolé pour ça… C’était pas prévu… Donc, euh… t’avaaaaais… t’avais parlé d’un certain Demigra ? C’est lui qui t’a fait attaquer Auros, j’imagine ? Contrôle mental ou ?”

Ouais, c’est vrai ça, Garou avait mentionné un Demigra comme raison de s’être fait buter. Il tapota le dos du pugiliste.

”On devrait avancer, d’ailleurs. J’ai assez crisé pour ramener l’attention sur nous, j’aimerais éviter d’autres interactions sociales pour aujourd'hui."
















Je suis si fatigué.
Garou
Garou
Terrien
Masculin Age : 22
Date d'inscription : 26/04/2019
Nombre de messages : 156
Bon ou mauvais ? : Introspectif
Zénies : 1000

Techniques
Techniques illimitées : Surhomme | Poing élancé | Analyse
Techniques 3/combat : Coup pour coup | Puissance monstrueuse
Techniques 1/combat : Poing destructeur fluctuant

"L'Effondrement des Certitudes." [PV] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: "L'Effondrement des Certitudes." [PV]   "L'Effondrement des Certitudes." [PV] - Page 2 ClockMar 6 Juil 2021 - 0:08
Complètement ravagé le pauvre Marcos. Bon, c'est clair que voir un cadavre se relever et devoir le remettre soi-même en état c'est pas terrible, mais il était le genre de bougre capable d'encaster le nez d'un type dans son visage sans se fouler. 'fallait croire que sous sa grosse carcasse de gros méchant pas beau le petit Marcos était un grand sensible. Mais ce qui semblait le tracasser le plus franchement, c'était tout ce qui se rapportait à ce que j'identifiais comme une sorte de complexe d'infériorité mal placé. Putain, je l'aimais bien Marcos, dans le fond, même si c'était un sacré connard... Mais les dépressif ça me gave bordel, c'est typiquement un problème d'humain ça. Il avait tout ce que j'avais toujours voulu avoir, la puissance et la dégaine d'un véritable monstre, mais c'est lui qui se plaignait et se morfondait sur son sort. Ah ouais mais quel salopard celui-là, j'lui aurais bien décroché une droite si j'en étais capable. Voilà qu'il théorisait sur les pouvoirs de "nécromancie" de Bray, rebondissant sur ma remarque quant à son implication dans mon miraculeux réveil.

"H'm. J'vais te dire j'pense que plus grand chose peut me surprendre après tout ce que j'ai vu et vécu ces derniers temps. Il a déjà trifouillé je ne sais quoi lors de mes précédentes morts, ce type est peut-être pire que tous les dieux et démons qui nous cassent les couilles. Mais bon, tant qu'on le garde dans notre poche, pas besoin de se poser plus de questions sur ce qu'il est et ce qu'il est capable de faire."

Je pris un instant pour vérifier correctement mes fonctions vitales, geste sur lequel rebondi le papillon afin de mettre un terme sur ma nouvelle condition. "Mort-vivant", "revenant", tout un tas de terme qui pouvait effectivement décrire l'état dans lequel je me trouvais. Mais si les questions se posaient bel et bien au sujet de ce que j'étais destiné à devenir en tant que tel, j'en avais pour l'heure absolument rien à foutre. Mon objectif était clair, arrêter le massacre et me barrer le plus loin possible de ce coin miteux. La puissante étreinte de Marcos s'abattit soudainement sur mon épaule alors que je prenais la direction du château, avant qu'il ne se mette à me reprocher la direction emprunté. Attends, quoi ? Dans l'espace ? Le château ? Et il disait ça comme si de rien n'était ? Je serrais les dents et le poing, le foudroyant du regard tout en maudissant sa condescendance. Grommelant quelques injures, je balayais sa main d'un revers de bras, puis me mis à le suivre d'un pas las.

"J't'en foutrais des château dans l'espace moi..."

Soufflais-je, bougon, espérant qu'il ne m'entraînait pas dans un autre plan foireux. Après tout, quel genre de gens pouvait bien connaître Marcos ? Certainement pas des bienséants. M'enfin, j'étais pas à un ou deux tarés prêt, tant qu'il y avait des sapes et un endroit où se planquer en attendant de me faire la malle pour de bon. L'homme-papillon fut coupé dans sa lancée par un coup de téléphone, décrochant puis m'informant qu'il s'agissait de Bray.

"Rien à foutre."

Lançais-je, affirmant une nouvelle fois que je n'en avais effectivement plus grand chose à faire de ce qu'il pouvait arriver aux autres. Aussi, je fini par passer devant un Marcos ralentissant, qui s'était finalement tu et semblait écouter avec une attention particulière les nouvelles que notre cher ami le nécromancien avait à lui apporter. Une chance que j'en avais rien à foutre, je continuais à tracer ma route dans la direction que nous avions commencé à emprunter. Je l'entendais murmurer derrière, il avait l'air misérable. Je pouvais entendre sa respiration se faire de plus en plus lourde malgré le bruit des gravas sous mes pieds. Un gémissement me fit rouler des yeux, et un étrange sentiment d'empathie m'obligea à m'arrêter.

"Bon qu'est-ce qui t'ar-..."

Son beuglement tonitruant fit trembler les ruines alentours, m'arrachant une grimace de surprise comme d'inconfort tandis que je tentais tant bien que mal de me boucher les oreilles, ma main libre appuyant lourdement sur l'une d'entre elle tandis que j'avais plongé l'autre au creux de mon épaule. Et voilà, le grand gaillard avait craqué. Apparemment, la collaboration avec le monstrueux colosse ne s'était pas si bien passé. Aussi, après que l'étape tempêtueuse de sa crise fut passé, je soupirais en découvrant mes orifices auditif pour le rejoindre. Ce gars était insupportable mais je ne pouvais m'empêcher d'éprouver une forme louche de compassion à son égard. Quelque part, je me retrouvais un peu dans ce gaillard incompris et rabaissé, pas que ça me touche personnellement, mais le voir dans un tel état me plongeait dans un véritable malaise. Je m'arrêtais à deux pas de la petite boule qu'il avait formé avec son immense corps, m'accroupissant face à lui avant de plonger mon index dans la masse informe qu'il formait avec sa toison.

"Ca va aller pépère, t'as fait du bon boulot. Regarde-moi, à côté de toi qu'envoie des châteaux dans l'espace j'ai l'air de quoi ? C'est pas cool pour moi de te plaindre alors que j'ai royalement merdé de mon côté. Tu vas me faire le plaisir de pas écouter ce qu'un trou du cul relevant ses potes d'entre les morts a à te dire et te contenter d'apprécier ton succès. On fait ça ? Bon."

Après un court instant, Marcos fini par se reprendre, me révélant une moue absolument dégoûtante, déformée par ses émotions en plus de n'être que très peu ragoutante par nature. Je lui adressais une grimace déplaisante en retour, mais mes intentions et mes paroles restaient les mêmes, y'avait pas à chialer comme ça après une telle victoire.

"Ouai'p t'as assez crisé, t'as des potes à me présenter je te rappelle. On causera sur le chemin, pas comme si on avait autre chose à branler.

Je me relevais pour le laisser rouvrir la marche, avant de répondre à ses dernières questions.

"Demigra c'est l'enfoiré qu'est à l'origine de tout mes malheurs. Il est une sorte de dieu démoniaque, qui aime particulièrement jouer avec nous autres qu'il appelle "mortels". Je lui ferais bouffer mon poing un de ces jours, on verra qui de nous deux est vraiment le mortel... Bref, c'est de sa faute si j'ai Auros sur le dos ouais, mais il m'a ni contrôlé ni poussé à l'attaquer. En fait je réglais juste mes comptes avec un vieux pote, lui n'a fait que nous envoyer nous foutre sur la tronche en plein dans le domicile de ton ancien patron masqué."

Bon, il y avait bien dans l'histoire un petit coup de pouce de sa part pour surcharger un peu mes batteries à coup de magie noire, mais très franchement avec les doses de sorcelleries que je m'étais pris dans la gueule depuis c'était une information qui entrait dans l'ordre du détail.
Marcos Smith
Marcos Smith
Autres Races
Masculin Age : 22
Date d'inscription : 03/10/2020
Nombre de messages : 102

Techniques
Techniques illimitées : Goliath / Trucage / Cacophonie
Techniques 3/combat : Jet de Gros Trucs / Traumatisme Crânien
Techniques 1/combat : Corps Perdu

"L'Effondrement des Certitudes." [PV] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: "L'Effondrement des Certitudes." [PV]   "L'Effondrement des Certitudes." [PV] - Page 2 ClockDim 25 Juil 2021 - 15:34
Un pas en avant, deux pas en arrière. Je suis un putain de cercle.

Plus le temps passait et moins le nom de Garou était corrélé avec ce qu’il était. Peut-être que dans son passé de loup solitaire son patronyme faisait un meilleur sens. Maintenant, il était le monstre d’halloween le plus éloigné des lycanthropes. Au moins les vampires avaient une vieille rivalité foireuse hollywood avec les terrifiant furries, mais là, c’était assez nul. Il avait au moins toute sa tête, contrairement au zombie moyen. À cause de Bray, grâce à Bray ? Il n’était pas sûr. C’était très probablement un salopard, mais un salopard à garder de son côté. V’là la logique de Garou. Froide et intelligente. Un psychotique, oui, mais un psychotique efficace. C’était la chose qui permettait à ce genre de clown de trouver du boulot, les résultats. C’était un bon début de discussion, jusqu’à ce que sa crise de nerf vienne tout ruiner.

”Mrrh...”

Marcos enveloppait ses yeux, son pif et son front d’une seule main, tandis que le contrecoup de son caca nerveux lui revenait dans la gueule. Il avait pas crisé comme ça depuis… depuis un ou deux mois, oui. Putain, quelle honte. Faire des mauvaises blagues qui entraînent des blancs, faire le mariole en public, ça lui allait. Mais les résultats de son cerveau crevard, non, non, il trouvait ça humiliant. Ne pas pouvoir contrôler des souvenirs qui le mettent à mal… Ne pas arriver à réfléchir avec son cerveau et pas avec l’hypopothamus ou d’autres micro-organes qui définissent ses crises de nerfs… Il se sentait impuissant, à chaque fois. Mais pas plus maussade que d’habitude. Il était juste fatigué, et boudeur. C’était un truc qu’il avait pas contrôlé, et il se sentait mal de pas l’avoir contrôlé. Mais par dessus s’ajoutait la logique de savoir qu’il était malade et ne pouvait donc pas maîtriser ces éruptions, et donc s’ajoutait un sentiment d’injustice. Il n’était pas content, et n’était pas content de ne pas être content.

”Je, euh...”

Garou lui avait fait un petit speech consolateur. Mais ça ne pouvait pas aider. Mais c’était mignon qu’il essaie, au moins. Marcos s’était trituré le visage tandis qu’il lui expliquait tout sur Demigra. C’était un dieu démon, ce qui était genre, un dieu du mal ? Qui créerait un dieu du mal ? Et il manipule les mortels pour s’amuser. Garou aurait provoqué Auros en se faisant manipuler par ce méphistophélès à deux balles, et une chose en entraîna une autre. Et donc ce serait sa faute à lui, si Auros casse les couilles à tout le monde ? Eh beh. Marcos était toujours en rogne, c’était clair. Mais c’était une colère interne, calme, comparable à du café bu chaud et conservant sa température un instant dans l’estomac. Il était triste. Il était frustré. Mais il était calme. Calme mais émotif. Comme un type normal, quoi.

Qu’est-ce qui va se passer, maintenant ? Il semble à l’aise à côté de toi. C’qui veut dire que vous êtes copains, non ? Copains ? T’es sûr qu’il t’utilises pas juste comme une marche vers de faux papiers et un lifting pour se tirer ? Il utilise ta bonté pour son propre profit. Non, il t’aurais pas consolé, sinon ! T’appelles ça être consolé ? C’était un vieux speech sorti de n’importe quel film. Il tente de s’écarter de toi le plus possible. Est-ce que vous êtes potes ? Est-ce qu’il l'apprécie vraiment ? Est-ce qu’il se sent à l’aise à côté de toi ? Me tarde de voir comment tu vas ruiner ça. Il va se retrouver dans la merde, tu vas agir pour l’aider, il appréciera pas et ça va te retomber dans la gueule encore une fois. Ou peut-être qu’il va faire l’empathique, qu’il va te dire qu’il te comprend, et la prochaine crise il te traitera de manipulateur comme les autres ? T’y penses à ça ? Tu penses vraiment pouvoir traîner avec des gens normaux ? Sale merde. T’es un parasite qui rouille toutes les personnes que tu croises. Tu mérites clairement que -

”Hé, Garou.”

L’immense créature hideuse venait de poser sa main sur l’épaule de son interlocuteur pour l’arrêter un instant, avant de se positionner face à lui, lentement, ses pieds difformes écrasant le béton du trottoir.

”Merci du petit discours de tout à l’heure, mais… Mais c’est pas une question de si j’suis fort ou pas c’est juste...”

Il passa sa main sur son front avant de la faire remonter vers l’arrière de sa tête, tirant ses antennes-sourcils et caressant ses poils tâchés de sang et de poussière.

”C’est ma faute. C’est moi qui l’ait considéré comme plus qu’il n’était vraiment - genre, je l’ai posé sur un piédestal, parce que je croyais que c’était ton pote et que je voulais bien m’entendre avec toi et… Et j’ai un cerveau qui marche pas très bien, alors j’ai eu l’impression de m’être fait trahir par un mec qui m’aimait pas de base. Parce que je suis pas rationnel.”

Il plaça sa main dans sa poche.

”Je risque de me tromper, si je dis ça mais… J’crois que tu me considères peut-être comme un pote, maintenant… Pas genre, meilleur ami, ou quoi. Mais j’ai pas l’air de te casser les couilles. Ou peut-être que t’es à l’aise avec tous ceux que tu croises comme un ubermensch… j’crois que c’est ça.”

Les iris blanches, rosées par la journée de merde qu’il avait passé, alternaient entre le regard de Garou et le côté.

”Mais, euh, en gros… Moi chuis à l’aise avec toi. Et peut-être que c’est le cas pour toi aussi. J’sais que je peux me faire des potes parce que j’essaie d’être sympa et qu’on peut me trouver drôle ou tout simplement parce qu’on a beaucoup trop de gens dans cet univers de merde qui aiment se foutre des tartes à gueule et se trouver des potes dans les combats. Mais, si on devient vraiment des amis, je préfère faire… euh… une annonce ? Un disclaimer, un truc comme ça ?”

Il expira, avant de regarder le sol. Il lui fallait trouver les mots. Il lui fallait reconnaître des erreurs. Il lui fallait affronter à quel point il pouvait avoir l’air ridicule, comme ça.

”Je vais pas bien, dans ma tête. Genre, plus que la soif de bataille, ou quoi. J’ai des émotions incontrôlables. J’ai des flashbacks dans ma tête en permanence qui me rappellent toutes les fois où j’ai subi un truc douloureux. J’me stresse tout seul si je me distrais pas. J’ai toujours un semblant de colère en moins dont j’arrive jamais à me détacher. Et, bon, j’aime juste utiliser mon nouveau corps pour faire des doigts d’honneur à l’autorité. J’sais que c’est pas très mature mais ça me permet d’avoir un truc à faire, tu sais ?”

Il regarda vers le ciel en diagonale tout en se grattant le dessous du menton, raclant au loin du sang séché mélangé à la saleté accumulée par toutes ses cascades.

”Tout ça pour dire que je suis mentalement instable… Si tu veux que j’t’emmène voir des potes qui te filent ce dont t’as besoin pour avoir une nouvelle vie loin de tout ce drama, et qu’on se voit plus jamais après ça… ça me va, j’imagine. Mais si tu veux, genre… rester mon pote… Je préfère te prévenir - Je préfère te prévenir que je vais te faire du mal, émotionnellement, parce que je serais dans une situation qui me stresse tellement que je ne saurais pas contrôler mes ressentis. Et je pourrais m’excuser après, mais je sais que ça n’aidera rien...”

Ses ailes s’étaient rendues molles autour de son corps, reprenant l’apparence de manteau qu’elles avaient normalement. De la membrane tâchée de combat et du ridicule des dernières heures.

”Y a des jours où je serais juste un autre grand gamin avec des super-pouvoirs, qui se balance dans des bâtiments contre des grands méchants pour le fun, et il y a des jours où je serais un autre con miséreux qui pleure en permanence.”

Il regarda Garou droit dans les yeux, avec une moue neutre. C’était un discours qu’il s’était répété trop de fois dans sa tête. Les gens venaient vers lui avec des idées préconçues de ce qu’il était. Marcos, le gars rigolo qui connait plein de références. Marcos, le grand pédé qui savait bien se battre. Marcos, le gars qui durant les meeting du vendredi soir avait plein de conseils à donner sur comment affronter ses peurs. Et ensuite, ils voyaient l’être humain en dessous. L’être humain dégueulasse qui fait des erreurs en pensant trouver le meilleur compromis entre son confort et celui des autres. Et ensuite, ils le traitent de monstre. Donc ouais, maintenant il avait une clause à remplir. Un disclaimer après le générique de début. C’était le mieux pour ceux qui ne le connaissaient pas, qu’ils ne fassent pas d’efforts dans quelqu’un qu’ils abandonneront plus tard. Et c’était le mieux pour lui, pour ne plus s’investir dans des gens incapables de s’habituer à son cerveau déchiré.

”Je sais que j’te fais une explication méga cringe digne d’un méchant qui s'apitoie sur lui-même mais… mais voilà, j’veux qu’on soit sur la même longueur d’onde avant qu’on reprenne la marche, tu vois ? Parce que j’suis une grande source de problèmes, pour moi comme pour les autres, et j’préfèrerais éviter de te faire plus de mal que j’en ai fait déjà.”

Il regarda maladroitement sur le côté en claquant légèrement de la langue, avant de relever sa main libre vers Garou, doigts retroussés vers sa paume comme pour demander un check.

”Donc, euh… Pote ou pas pote ?”
Contenu sponsorisé

"L'Effondrement des Certitudes." [PV] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: "L'Effondrement des Certitudes." [PV]   "L'Effondrement des Certitudes." [PV] - Page 2 Clock
 
"L'Effondrement des Certitudes." [PV]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPGDBZ :: RPG :: Terre :: Château du roi-