Le Deal du moment : -14%
Jeu Far Cry 6 (PS5)
Voir le deal
51.49 €

Partagez
 

 Pas encore ! [PV]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Williams Auguste
Williams Auguste
Terrien
Masculin Age : 25
Date d'inscription : 20/02/2018
Nombre de messages : 159
Bon ou mauvais ? : Il se dit bon
Zénies : 494

Techniques
Techniques illimitées : Across The Universe / Star Dust / Don't Bring Me Down !
Techniques 3/combat :
Techniques 1/combat : Space Oddity

Pas encore ! [PV] Empty
MessageSujet: Pas encore ! [PV]   Pas encore ! [PV] ClockMer 16 Déc 2020 - 20:28
Courbatures et douloureux, voilà comment on pouvait résumer l’état de Williams Auguste. Bien que Narumi avait fait de son mieux pour adapter son entraînement pour l’homme au toucher miraculeux, il avait eu beaucoup de mal à suivre. Il s’était surpassé grâce à l’entrain de sa complice pour lui donner un corps digne de son esprit, mais bordel, ce n’était pas sans répercussions désagréables pour lui.

Il fut le premier à sortir du Dojo pour se diriger directement vers la base militaire de Satan-City, laissant Narumi derrière pour le moment,  le temps qu’elle puisse rapidement discuter avec son amie. Maintenant, il était dans un tramway en train de regarder des choses triviales en ligne, comme il avait l’habitude. Il passait sur divers réseaux sociaux alors que dans sa tête, sa nomination en tant que “caporal honorifique” de la part de la cheffe de l’armée de terrienne. Il avait un peu de doute s’il le méritait véritablement, mais il se rassurait. Avec l’émeraude, il allait pouvoir aider le Terre à revenir du désastre que les Black Feathers avait laissé. Voir même du monde entier, son don pourrait aider des peuples à travers la galaxie ! Pour le moment, il allait se concentrer sur la Terre. En plus, il était certain que ses parents auraient été fier de lui d’avoir intégré d’une manière ou d’une autre l’armée. C’était cette pensée en particulier qui fit naître un sourire sur ses lèvres. S’ils étaient au paradis, ils devaient probablement savoir que leur enfant, Williams Auguste, était enfin apaisé après plusieurs mésaventures et qu’il avait un cercle, bien que restreint, capable de l’épauler dans l’avenir.

Il continua à sourire en pensant à sa famille avant que certains hashtags apparurent sur la quasi-totalité des réseaux sociaux : “Auros”,”Vegeta” et enfin “Vladimir Makarov”. Il regardait rapidement tout les informations que les réseaux sociaux pouvaient lui donner et tout était clair. Le roi était mort de la main du tyran et il allait choisir son futur représentant pour diriger le peuple saiyan. D’abord, une dénommée Mithra se proposa pour le rôle, en admettant sa trahison de la Time Patrol pour atteindre le rôle de reine…



Time Patrol ? Il y a une police du temps ? Merde, mais… Alicia… Bordel de merde, il allait devoir trouver un moyen de faire compromis avec ces types pour qu’ils ne l’arrêtent pas ou pire…

Son sourire disparu alors que son esprit s’imaginait au pire des scénarios pour l’intemporelle. Puis il continua à lire la suite : l’infâme Vladimir Makarov se présenta pour devenir le pion d’Auros en lui offrant également une technologie qui était encore inconnue pour l’amateur. L’armée devait certainement savoir si un tel élément existait, hein ? Un terroriste à la tête d’une armée surpuissante et boosté avec des inventions qui pourraient les rendre encore plus puissants ? Quel était ce bordel ?! Il irait directement pour le contrôle de la Terre avec ça, et Narumi serait certainement la première cible du sociopathe, avant même le président Draven !

En quelques secondes, il était heureux et maintenant, il grinçait des dents par pure inquiétude pour les deux seules amies encore en vie qu’il avait. Il avait déjà perdu ses parents, mais il n’allait pas les perdre si c’est possible. Le tramway s’arrêta à quelques mètres de la base militaire.

Il se mit à courir à toute vitesse malgré la douleur des courbatures vers la base militaire. Il rentra avec les soldats qui le reconnaissaient directement et était informés de son nouveau grade. Il se mit devant un écran qui surveillait la situation, la voix d’Auros se mit à raisonner dans sa tête. Le temps qu’il arrive dans la salle, une autre personne s’était présenté avant que Motta, le général de l’armée intervienne. Celui qui amènera la tête de Motta au dieu-empereur deviendra le roi. Sinon, Motta allait décider du futur roi. Il restait devant l’écran complètement choquée, il devenait pâle. Aucun des aboutissements qui pouvait penser pourrait être bon. Il avait aucune confiance envers le général; le soit-disant Kopi faisait partie de l’Alliance Maléfique selon les informations que l’armée terrienne avait et était donc une claire menace à la stabilité du monde; et puis, la possibilité de Makarov qui aurait le contrôle des saiyans… était cauchemardesque. Mithra était le meilleur choix, mais si elle ajoutait l’armée saiyan dans la Time Patrol qu’elle aurait supposément trahie… Alicia serait perdue.

Et puis… la destruction de la planète le vint en tête quand un fou décida de provoquer Auros en boucle alors que les autres se battaient entre eux. Il était terrifié, il était perdu… il était désespéré. Bien qu’il n’avait pas d’amis ou de respect pour les saiyans, éradiquer leur planète et donc, la majorité de la civilisation avec…

“Non… non… NON !”

Son cri était soudain et surpris les gens autour de lui dans la salle. Certains le comprenaient, d'autres réussissait à rester stoïque. Mais uniquement l'ancien joueur de poker était tremblant. Pas une seconde perte massive de vie inutile.... pas aussitôt... pas maintenant !
Le Grand Méchant Loup
Le Grand Méchant Loup
Demon
Masculin Age : 32
Date d'inscription : 30/04/2016
Nombre de messages : 673
Bon ou mauvais ? : Neutre
Zénies : 2330

Techniques
Techniques illimitées : Rôga Fû Fû Ken /Griffes et crocs acérés / ???
Techniques 3/combat : Télouportation / Wolf Storm
Techniques 1/combat : Happy End

Pas encore ! [PV] Empty
MessageSujet: Re: Pas encore ! [PV]   Pas encore ! [PV] ClockMer 23 Déc 2020 - 12:01
L'amour. Dans les contes de fées, il était décrit comme le plus beau des sentiments. Une sensation de bonheur inouïe et sans précédent. Le grand amour était immarcescible, éternel, comme le laissait supposer le dicton "ils vécurent heureux et eurent beaucoup d'enfants". Le Grand Méchant Loup n'aurait jamais cru que l'amour pût être si douloureux.

Cela ne faisait que quelques jours qu'il avait rencontré Narumi pour la première fois, et autant de temps qu'ils avaient été contraints de se séparer. Ils ne s'étaient côtoyé que quelques heures, ils n'avaient partagé qu'une nuit ensemble. Et pourtant, il y avait eu comme un coup de foudre entre eux. Cela n'était pas vraiment dû à eux, en tant qu'individus mortels, mais plutôt aux entités primordiales dont ils étaient les incarnations. Le Grand Loup et le Loup Ancestral étaient des divinités chez les loups et assimilés. Ils formaient un couple d'alphas, pour l'éternité. Ils avaient disparu depuis des siècles, voire des millénaires. Narumi et le Grand Méchant Loup en étaient les réincarnations mortelles, et le destin les avait réunis. Cela avait réveillé en eux ces entités primordiales de la nature, et fait surgir de forts sentiments. Un puissant lien empathique s'était créé entre eux, de telle sorte qu'ils apprirent à se connaître, en quelques heures, comme s'ils s'étaient connus toute leur vie. Mais leurs corps n'étaient que des réceptacles pour ces deux divinités. Et ces sentiments qu'ils partageaient, provenaient-ils véritablement d'eux, Narumi et Wolfgang, en tant que deux êtres doués de conscience et de libre-arbitre, ou bien étaient-ils illusoires ? Leurs corps n'étaient-ils que des ponts qui servaient à faire circuler les sentiments du Grand Loup et du Loup Ancestral ? Wolfgang l'ignorait encore. Il ne comprenait pas d'où venaient ces sentiments, apparus si soudainement sans véritable raison. Il ne savait pas si c'était vraiment normal, pour lui, de ressentir cela. Ni même si c'était ce qu'il voulait, ce qu'il désirait. Ou bien si son corps, qu'il avait déjà tant de mal à contrôler en temps normal, ne faisait que répondre aux signaux des loups divins. L'amour entre le Loup Ancestral et le Grand Loup était bien authentique et éternel, mais qu'en était-il de celui entre leurs incarnations mortelles ? Peut-être qu'il n'en était rien, que cela n'était qu'une illusion, une façon pour les deux divinités de rester proches l'une de l'autre même enfermés dans ces corps mortels.

Wolfgang n'avait eu de cesse d'y penser, ces derniers jours. Il était en proie aux doutes, à propos de ces sentiments nouveaux pour lui, dont il ne connaissait autrefois que les descriptions qu'il avait pu lire dans les contes. La seule certitude qu'il avait, c'était que tout cela était bien douloureux. Aux côtés de Narumi, il s'était senti bien, heureux, pour la première fois depuis bien longtemps. Elle avait su chasser ses ténèbres, le faire sortir de la dépression qui le torturait depuis des lustres, lui faire redécouvrir son humanité et lui permettre d'affronter sa bestialité. Mais à chaque seconde où il se tenait éloigné d'elle, la barrière mentale qu'il s'était construite pour y enfermer ses démons s'effritait de plus en plus. Depuis qu'il l'avait quittée, la laissant vaquer à ses occupations militaires alors qu'il avait lui-même des affaires à régler en compagnie de son vieux rival le Renard Rusé, il se sentait vide. Il avait l'impression de manquer quelque chose. Comme lorsqu'il avait envie de fumer et qu'il n'avait plus de cigarettes sur lui. Sauf que la sensation était bien pire. Au fil des jours qui passaient, il se sentait plongé, toujours un peu plus. Et les paroles du Renard, qui, sans cesse, entretenait le doute chez lui à propos de sa relation avec Narumi et de ses sentiments pour elle, n'arrangeaient pas les choses. En effet, Fox s'était mis en tête de détruire leur relation, parce que pour lui, ce n'était pas ce à quoi le Grand Méchant Loup était destiné. Il voulait le retrouver tel qu'il était autrefois au Pays des Contes : grand, et méchant.

Wolfwood avait recontacté Narumi le jour suivant la nuit où ils s'étaient rencontré, pour savoir quand ils pourraient se revoir. Mais la générale avait dit être très occupée, trop pour pouvoir passer du temps avec lui, et qu'elle ne savait pas quand ils pourraient se voir. Elle avait énormément de choses à gérer. Et il le comprenait très bien. Mais, au fond de lui, sa paranoïa lui murmurait des idées fausses dans sa tête. Il se disait qu'elle ne tenait pas réellement à lui. Qu'il n'était pas si important à ses yeux, puisqu'elle ne voulait pas lui consacrer du temps. Qu'elle lui avait mentit, qu'elle l'avait manipulé et laissé entrevoir de faux-espoirs. Le Renard jubilait en voyant ainsi son vieux rival sombrer, et ses paroles donnaient davantage de crédit à la paranoïa du Loup. Fox lui avait dit qu'il n'était qu'un "coup d'un soir" (bien qu'il ne s'était rien passé de sexuel entre eux, ça avait été les mots employés par le Renard), un simple moyen de trouver du réconfort après SK. Et il avait peut-être raison, au final. D'autant plus que depuis qu'ils s'étaient séparés, Narumi avait semblé plus froide et distante au téléphone, la seule fois où il l'avait appelée. Par la suite, la seule nouvelle indirecte qu'il avait eue d'elle, c'était quand elle avait fait en sorte qu'on leur livre des prisonniers pour qu'ils puissent faire une petite "expérience" sur eux, pour savoir si quelqu'un qui n'était pas originaire du Pays des Contes pouvait traverser le portail ou non, et ainsi savoir si Narumi allait pouvoir l'accompagner là-bas. Comprenant qu'elle était très occupée, et sombrant de nouveau dans la dépression et la paranoïa, Wolfgang n'avait pas cherché à la contacter davantage. Il ne voulait pas être insistant.
Entre temps, depuis leur unique rencontre, il était allé chez le barbier pour se faire raser et se couper les cheveux courts, puisqu'il avait de longs cheveux et une longue barbe lorsqu'il avait rencontré la loup-garou.

La veille, Wolfgang et Fox avaient donc pu récupérer deux prisonniers envoyés par Narumi ; elle n'avait pas fait le déplacement elle-même mais avait envoyé une escorte militaire pour conduire les prisonniers à eux. Les deux personnages de contes devaient donc les utiliser pour trouver un moyen de passer le portail vers le Monde des Contes Imaginaires, quitte à ce que les prisonniers meurent durant les tentatives. Une pratique plutôt douteuse que le Grand Méchant Loup n'acceptait qu'à moitié, quand bien même il s'agissait de condamnés à mort. Tout ce qu'il espérait, c'était qu'ils ne meurent pas.
Malheureusement, les choses ne s'étaient pas passé comme prévu... Il y avait eu un fâcheux contretemps.

Wolfgang marchait mollement en s'approchant de la base militaire, tête baissée, les épaules basses. Ses vêtements, habituellement chics, étaient partiellement déchirés, et couverts de sang.


"Halte ! Identifiez-vous !" s'exclama un militaire à l'entrée de la base lorsque le Loup fut assez proche.

Wolfgang releva légèrement la tête pour fixer le militaire dans les yeux. Ses yeux jaunes n'étaient cette fois pas cachés par des lunettes de soleil, ils étaient très semblables à ceux de Narumi.


"Je dois voir Narumi..." affirma t-il d'un ton sombre et assez dépité.

"Qui êtes-vous ?!"

".... Personne."
Narumi Karuzaki
Narumi Karuzaki
Demon
Féminin Age : 31
Date d'inscription : 18/07/2012
Nombre de messages : 302
Bon ou mauvais ? : Neutre
Zénies : 1240

Techniques
Techniques illimitées : Transposition | Griffes et crocs acérés | Pluie d'énergie
Techniques 3/combat : Rayon Lunaire | Armure naturelle
Techniques 1/combat : Forme Alpha

Pas encore ! [PV] Empty
MessageSujet: Re: Pas encore ! [PV]   Pas encore ! [PV] ClockMer 6 Jan 2021 - 15:19
Réduis tes ennemis en cendres.. pourquoi hésites-tu ? Tu es l’avatar de ma toute puissance !

Cette petite voix qui s’amusait à s’immiscer sans cesse, à chaque opportunité qui se présentait à elle dans le temps, continuait d’harceler l’esprit de la louve. Ce n’était pas une sorte de son en provenance d’un autre être, d’un autre organisme. Ce n’était pas non plus vraiment une voix provenant de Narumi elle-même. C’était l’influence du Loup Ancestral dont elle était l’incarnation qui lui susurrait des suggestions toujours axée vers la colère. C’est un phénomène complexe à expliquer, mais c’est tout du moins une influence réelle qui existe au sein de son for intérieur et qui tente de guider ses actions vers des manières plus brutales de procéder.

Ces paroles, comme un écho, perdurent dans sa tête alors que des informations ne cessent d’affluer de tout, et de partout. Son bipeur personnel, lié au travail, ne cesse d’émettre ses cliquetis incessants. Les écrans géants diffusent des images… inédites des conflits qui se déroulent à l’heure actuelle. Le grabuge se concentre sur la planète Vegeta et soulève des multitudes de questions.

La louve s'était faite réveillée par le bruit de son téléphone professionnel et, depuis, ce son ne cessait de retentir. De tous les côtés elle était sollicitée dans l’urgence, ce qui ne changeait pas vraiment de d’habitude à la chose près qu’aujourd’hui marquait le couronnement d’un nouveau massacre. Des informations obtenues sur place, on comprenait que des figures éminentes de l’alliance Maléfique étaient mises en cause, et les journalistes se donnaient déjà à cœur joie pour propager des rumeurs et augmenter le niveau de paranoïa général chez les citoyens, pour ne pas changer. Le fait est qu’un massacre quasi total de la population saiyen venait d’être fait. Irréaliste. Comme par magie. C’était difficile d’y croire, qu’en un seul claquement de doigt toute une population pouvait être pratiquement effacée de la galaxie. Et c’était à Narumi que ses subordonnés demandaient comment c’était possible. Personne n’arrivait à y croire, pourtant les faits étaient là et, à part insulter Auros de toutes les pires saloperies possibles, personne ne pouvait rien faire.

Nous sommes impuissants… l’une des races de notre univers est réduite à une minorité… des personnes douteuses s’affrontent pour obtenir les faveurs de ce…

Ses dents grincent jusqu’à l’autre bout du combiné téléphonique et Narumi réprime l’insulte qu’elle aurait voulu sortir, de toute façon aucune n’est suffisante pour dépeindre ce déplaisant personnage. Et que dire des opportunistes qui se font la guerre pour obtenir le trône d’une nation qui n'est maintenant plus qu’un 10% ? Narumi avait une sale envie de leur coller des beignes, à tous ces abrutis…. et le Loup Ancestral bouillonnait en elle, encore et encore.

Son sang crépitait à un tel point qu’elle se crut capable d’exploser dans la minute. Pourtant, la cheffe devait s'efforcer de garder un calme olympien. Depuis que celle-ci était sortie des bras de Morphée, une tornade de questions et de sentiments mêlant choc profond et pleurs lui arrivait en pleine face. Elle n’avait pas quitté de la main son cellulaire depuis. Sa bouche était sèche à force de parler, de répéter pour tenter de rassurer et de faire reprendre la raison à ses collaborateurs. En fait, ce qui la faisait tenir, c’est que la louve ne pensait plus du tout à elle-même. La combattante vivait à travers son travail et ses responsabilités, et cela était arrangeant dans de telles circonstances de ne pas prendre de temps pour penser trop profondément à tout ça et se retrouver seul à soi et ce merdier. Alors Narumi était les épaules sur qui tout le monde se reposait, mais c’était aussi le meilleur moyen pour cette dernière de ne pas perdre les pédales.

Rester calme et...

Merde ! Auguste !” pensait-elle à voix haute, ce qui surprit ses interlocuteurs avec qui elle était scotchée au téléphone. Tout le monde savait qu’il s’agissait du nouveau Caporal-honorifique. La louve avait été tellement prise entre d'innombrables feux depuis qu’elle avait émergée du sommeil que celle-ci n’était pas encore venue à sa rencontre.

Téléphone plaqué contre son oreille, cette dernière déambulait rapidement dans la base à la recherche de son ami. Lequel se tenait, heurté et pétrifié, et comment lui en vouloir ? Le premier réflexe de Narumi fut de lui saisir l’épaule avec fermeté et douceur à la fois. Lorsqu’elle croisa son regard, celle-ci le regarda intensément dans les yeux pour lui faire comprendre qu’il n’était pas seul, plus seul depuis qu’ils étaient amis.

Comme cette dernière parlait au même temps dans son cellulaire, la jeune femme se contenta de le saluer en mimant un geste de salutation d’un hochement de tête, puis la louve l’invita à la suivre jusque dans son bureau.

Celle-ci le fit installer près d’elle, alors que sa machine dernier cri et ses multiples écrans étaient déjà allumés. L’un tournait sur les actualités vidéo, l’autre sur les actualités écrites (articles…), un autre servait à gérer les équipes et programmation de celles-ci, un autre servait à la surveillance de la base, le prochain à la gestion globale des agendas… bref, vous aurez compris ! Cette dernière s’installa et chopa au passage deux bouteilles d’eau, elle en tendit une à son nouveau collaborateur Caporal et en descendit une entière par la suite.

Alors qu’elle apprenait au fil de l’eau et du coup, en même temps que ses collaborateurs avec qui la guerrière discutait au téléphone depuis son éveil, tout ce qui se déroulait pendant ces funestes événements, le monde lui semblait à nouveau de plus en plus fou. Il y avait de quoi perdre les pédales, mais si tout le monde se laissait submerger, qui pourrait relever les autres, qui pourrait être garant de l’espoir ? Bien qu’extrêmement concentrée dans ses impératifs actuels - et ayant dû quitter à toute vitesse le dojo, vous l’aurez deviné, pour rejoindre la base et son bureau par la voie des airs le plus vélocement possible - un tic nerveux lui chatouillait la lèvre supérieure alors qu’un drôle de bonhomme aux cheveux rougeoyants, bardés de ce qui semblait être des tatouages, annonçait la mort de Vladimir Makarov et invitait les autres à faire cesser les conflits inutiles.

La mine déconfite de la louve dû s’entendre jusqu’à travers le téléphone, puisque ses interlocuteurs, pour la plupart affolés ou communiquant tout du moins leur nervosité et leur stresse, l’appelaient à travers le combiné téléphonique. Pendant quelques secondes, la leadeuse des armées terriennes se tenait là, parfaitement immobile devant l’un de ses écrans d’ordinateur dernier cri où passait sans cesse les infos du moment. Son regard était indescriptible, il mêlait incompréhension, bouleversement, peur et joie au-dessus des autres potentiels candidats en termes d’émotion.

Je suis là. Désolée.” finit-elle par articuler en s'efforçant de reprendre un ton neutre. “L’Inner Circle est en déroute, leur chef spirituel est enfin mort. Je ne sais pas comment cette personne l’a débusqué et a réussi à venir à bout de lui, je n’arrive pas non plus à croire que ça puisse être fini… D’autant plus que des rapports indiquent que l’Inner Circle avait commencé à cibler et à exterminer uniquement des civils saiyans résidant sur Terre, mais que depuis la chute de leur chef ils se sont repliés.” La cheffe déglutit péniblement, c’était trop dur à croire et pourtant c’était bien là. Elle avait beau se repasser le replay, c’était une vérité. “Je programme des équipes pour ratisser le coin de forêt où se sont battus Vladimir et ce “A-8475”. Leur but est de récupérer tout ce qu’ils peuvent concernant Makarov, et son corps si cela est encore possible…concernant ce prétendu être parfait, nous avons besoin d’informations sur lui. Nous allons le surveiller, nous ne savons pas réellement dans quelle mesure ce qu’il dit et ce qu’il fait s’inscrit dans de la congruence, alors mieux vaut être prudent.

Les équipes actuellement déployées pour traquer l’Inner Circle fêtent une victoire certaine dans tout ce malheur. Eux, et d’autres. Narumi leur laissa au moins cela, puisque tout le reste était abominable dans cette foutue journée qui démarrait à peine. Cependant, la cheffe les rappela vite à l’ordre et leur demanda de ne pas baisser pour autant leur vigilance. L’Inner Circle restait une organisation puissante et, même en ayant coupé la tête, il se pouvait très bien qu’un nouveau chef temporaire émerge et fasse redémarrer la machine de mort de plus belle.

Dans le tumulte duquel elle ne pouvait se sortir, la louve pensait tout de même à jeter quelques coups d'œil à Auguste. Cette dernière voulait s’assurer qu’il gardait les pieds sur terre malgré ces événements abominables qui s’abattaient à nouveau sur les peuplades de la galaxie. N’ayant aucun contact avec le président Draven, la louve continuait sa gestion acharnée et organisée des forces de l’ordre de son côté.

Nous allons tenir le coup ensemble, Auguste.” finit-elle par dire en lui lançant un regard qui se voulait rassurant, bien que les micro-tremblements de ses pupilles laissaient sous-entendre que Narumi était dans le fond une sorte de cocotte minute prête à exploser à cause de la pression. “Nous sommes impuissants, encore et toujours. Pour autant, notre mission principale est d’être là pour nos concitoyens. Tu es libre d’aider le service que tu veux ou de rester auprès de moi si tu as besoin de temps pour digérer tout ça. Je suis désolée d’être là sans vraiment l’être, mais comme tu le vois je n’ai pas d’autres choix.

Narumi demeurait en conversation avec les autres “grandes têtes pensantes”, ses bras droit au sein de l’armée, mais coupait son micro au besoin maintenant qu’elle était bien installée dans son bureau.

Subitement, l’un de ses subordonnés frappa à la porte. Cette dernière lui intima d’entrer.

Madame, un civil insiste pour vous voir de toute urgence.

Celle-ci fronça les sourcils. Beaucoup de gens insistaient pour la rencontrer avec des prétextes fallacieux. En état de crise comme aujourd’hui, c’était d’autant plus le cas, comme si tout le monde se filait le mot pour rajouter une couche d’angoisse à la cheffe.

Son prénom s’il vous plaît ?” Dit-elle en levant le nez de son écran par respect pour son soldat en le regardant dans les yeux.

Eh bien... c’est un peu bizarre mais... il a dit qu’il s’appelle Personne.

Le torrent de sentiments qui l’envahit à ce moment-là la fit se crisper. Ses doigts se replient contre ses paumes de main. Il se passe cette chose que la guerrière ne voulait point : qui elle est, ses sentiments, ses doutes, ses peurs, ses joies, bref, l’ensemble de son être resurgit pour venir ajouter un poids supplémentaire sur ses épaules déjà lourdes. Narumi ne voulait pas s’inclure dans tout ça. S’inclure personnellement, en tant qu’entité propre, avec ses problèmes, ses émotions, etc. Pourtant, l’ironie du sort lui tombait sur la tronche.

C’est visiblement ma fête aujourd’hui.” Affirmait-elle simplement. “Faites-le entrer. Merci.”

Cette dernière serrait les dents pour ne pas péter un boulon. Des alertes faisaient clignoter ses divers écrans d’ordinateur pratiquement sans cesse et, en même temps qu’elle gérait cela du mieux qu’elle le pouvait, Narumi activait aussi son micro pour répondre à ses bras droit régulièrement. Cette dernière ne pouvait plus vraiment se cacher dans sa masse de tension et de travail et s’oublier, puisque bientôt le Grand Loup allait pointer son museau ici.

Lorsque le soldat accompagna Personne et qu’il le fit entrer, la louve se leva de son bureau. Cette dernière s’approcha d’un pas pressé et presque maladroit, et étrangement elle n’arrivait pas à sourire ou à faire montre de sympathie tellement elle s'efforçait de demeurer d’apparence neutre, calme, pour faire la balance avec la majorité des autres personnes, paniquées.

La cheffe se rendit compte que si son homologue ne s’était pas fait escorter par un militaire jusqu’ici, elle ne l’aurait sûrement pas reconnu. Plus de barbe, et une coupe de cheveux à l’opposée de celle qu’il avait lorsqu’ils s’étaient rencontrés.

Sacré changement. Heureusement que Terence t’as mené jusqu’à moi, je ne pense pas que je t’aurais reconnu au premier coup d'œil." Cette dernière pivota vers son subordonné en uniforme. “Merci soldat.

Le dénommé Terence fit un salut et sortit de la pièce.

La cheffe regardait son ami sans vraiment le regarder. Elle ne pouvait pas se permettre de sensiblerie alors que son peuple, ses gens étaient dans le besoin.

Mes amis, je vous présente l’un à l’autre : Caporal Auguste - Wolfgang.” Celle-ci invita son semblable à s’asseoir à ses côtés à l’instar de Williams. “Je t'écoute Wolfgang. Je te prierai cependant de m’excuser si je n’ai pas l’air spécialement réceptive. Je le suis, mais comme tu peux le voir je me dois d’être à plusieurs endroits à la fois.

Cette dernière se plongea de nouveau dans ses écrans, ses requêtes, les réponses à donner et la gestion des directives à prendre. Notamment des équipes à déployer pour renforcer la sécurité de la ville, les patrouilles, récupérer les dépouilles des saiyans attaqués et également renforcer la surveillance sur cette population, etc.

Ce que c’était utile de pouvoir s’immerger dans le travail, endosser son rôle de cheffe des armées et s’oublier… La panique et les émotions susceptible de l’influencer ne l'atteignent pas tant que la combattante reste dans cet état d’esprit.

Je n’ai pas pu te recontacter plus tôt non plus et j’en suis désolée. Entre le boulot et les imprévus… Tu te sens comment ?” Dit-elle tout d’un coup en arrêtant de fixer ses écrans pour regarder Wolfgang. “Je sais que vous ne vous connaissez pas encore, mais si vous êtes tous les deux là c’est que vous êtes des personnes de confiance totale pour moi. Alors vous pouvez parler librement l’un devant l’autre.” fit-elle la remarque en tournant la tête pour regarder chacun de ses proches et les rassurer.
Williams Auguste
Williams Auguste
Terrien
Masculin Age : 25
Date d'inscription : 20/02/2018
Nombre de messages : 159
Bon ou mauvais ? : Il se dit bon
Zénies : 494

Techniques
Techniques illimitées : Across The Universe / Star Dust / Don't Bring Me Down !
Techniques 3/combat :
Techniques 1/combat : Space Oddity

Pas encore ! [PV] Empty
MessageSujet: Re: Pas encore ! [PV]   Pas encore ! [PV] ClockMer 6 Jan 2021 - 22:11
C’était un mardi et vous savez ce que ça voulait dire.

Tout se passait si vite devant de ses yeux. Le combat dans l'arène, les provocations en boucle d’un lunatique, la fierté saiyan qui les conduisit vers leurs destructions et la fuite de Vladimir Makarov avant que la dernière survivant disparaisse de l’écran et laissa une arène totalement vide. Pour la deuxième fois, il était submergé par la peur, par la colère, par la tristesse et par l’incompréhension. Ses poings étaient fermés et malgré ses tentatives à se rassurer, à s’épauler soi-même, à se dire qu’il ne pouvait rien y faire… cette flamme qui avait donné naissance à sa dispute avec Alicia sur Dösatz était en train de renaître, celle qui avait et allait causer moultes dégâts à ce monde. Il devait faire quelque chose, peu importe la chose, mais la seule chose qu’il pouvait réellement faire, c’était combattre les larmes de frustration et de peine pour une civilisation qui allait souffrir énormément, même pire que les terriens de la main de Seishiro KasaÏ.

C’était environ vers ce moment-là que son épaule fut touchée par Narumi avant que leurs regards ne se croisent. Sans un mot, le message était passé : elle était là pour le soutenir et ils allaient traverser cette épreuve de pur sadisme divine ensemble. En ravalant sa salive et en passant un coup sur les yeux pour sécher ses larmes, il hocha la tête pour lui répondre, pour lui promettre de rester fort malgré tout ce bordel. Si ces épaules étaient déjà en train de s’écrouler sous la pression en tant que simple spectateur, il ne pouvait s’imaginer le poids sur la cheffe de l’armée terrienne. Il suivit le pas directement dès que l’Alpha l’invita à la suivre dans son bureau. Savoir d’avoir le support de son amie l’aidait déjà lui enlevé du poids de ses épaules, l’aura d’autorité l’aidait à se dire qu’il devait non seulement se surpasser de ses sensibilités humaines, mais également renvoyer l’ascenseur à la louve… de quelconque manière.

Peut-être devenir son support moral à travers cette situation. Elle était constamment sur le qui-vive entre tous les appels et les interventions pour savoir comment agir en cette période de crise.

Dans sa tête et sur le chemin vers le bureau, il se répétait qu’une seule phrase, qu’une seule devise, qu’un seul mantra en boucle:

Ça va aller... ça va aller. Ça va aller... ça va aller…. ça va aller !

Une fois dans le bureau, il n’avait pas encore revêtu son masque professionnel, il ne pouvait pas le remettre aussi aisément avec toute cette pression de la perte de toute une civilisation, mais il essayait de son mieux pour reprendre ses sens et ne pas tomber dans le piège qui avait changé à tout jamais sa vie, voir même ses vies. Il était assis à côté de la cheffe et il pouvait voir la brillance de la technologie terrienne à son paroxysme. Il prit la bouteille tendue par Narumi directement pour éviter de lui faire perdre davantage de temps et en bu la  moitié du contenu d’un seul coup, ce qui était assez rare pour le terrien.

Il ne savait plus trop quoi faire maintenant alors qu’il se remettait progressivement de ses émotions, il regardait chacun des écrans avant d’avoir pour réflexe de sortir son téléphone pour suivre les réactions de la population et c’était un chaos sans nom : panique, désespoir, confusion et les gens qui tenaient à coup de memes de mauvais goût. Puis la nouvelle commença que des troupes paramilitaires se mettaient à attaquer les civils saiyans. Un regard terrifié se tourna vers Narumi en tentant d’attirer son attention sur l’écran de son téléphone. Il pouvait faire le calcul facilement : l’Inner Circle.

Mais un coup de théâtre digne de celui de Vegeta se produisit… Vladimir Makarov, la terreur terrienne, le cavalier de l’apocalypse, malgré sa fuite de la planète Vegeta, venait d’être tué par une entité complètement inconnue. Si Narumi était rempli d’émotions contradictoires, uniquement deux s’enchainèrent dans l’esprit du joueur de cartes : c'était d’abord de l’apaisement qu’un tel danger pour la Terre selon les dires de sa supérieure fut maîtrisé avant que ce soit beaucoup de crainte sur plusieurs sujets se mirent à s’enchainer tel un fusil automatique : qui était ce A-jenesaisplusquelnombre ? La mort de Vladimir Makarov signifiait-il la fin de l’Inner Circle ou avait-il laissé une bête sauvage de sa cage en tuant son garde-fou ? Qu’était-ce la connaissance de l'élément 115 de l’armée terrienne et de l’Inner Circle ? Devenait-il fou de tout ce stress ? Ses tremblements aidaient bien l’idée que c’était le cas.


“ça va aller, ça va aller, ça va aller, ça va aller, ça va aller, ça va aller, ça va aller…”

Il continuait à se le répéter à voix basse en se refermant sur lui-même physiquement en croisant les bras autour de son torse et en baissant sa tête. Submergé encore une fois par les informations et la peur, il craignait le pire. Il se rappelait encore de ce qu’il avait pu lire en résumé sur les réseaux sociaux. Armes améliorées, soldats plus résilients que la moyenne de l’armée terrienne et qui avait l’aptitude de revenir d’entre les morts en tant que zombie. Et c’était là que le coup de grâce au calme fragile de Monsieur Auguste : il allait revenir comme Narumi !

“Il reviendra… comme toi, il reviendra… les dieux nous ont abandonnés… pour le chaos et la désolation… c’est certain maintenant. Je ne sais pas si ceci est un jeu pour eux, mais nous sommes foutus… Auros finira par tous nous buter ! Si ce n’est pas la folie des saiyans, ça sera celle de l’Inner Circle qui nous conduira à notre perte !”

C’est ainsi que Narumi se mit à lui répondre qu’ils allaient tenir ensemble le choc. Un coup de réalité qui ne le sortit pas entièrement de sa panique, mais qui avait le mérite de prendre son attention en dehors de sa crise existentielle. Il pouvait voir dans son regard que son comportement n’aidait en rien sa collègue. Elle lui disait qu’il pouvait rejoindre n’importe quel service pour aider du mieux qu’il pouvait ou rester pour diriger tout cela. Dans les deux cas, il ne saurait quoi faire. Que ce soit tenter d’aider malgré son manque total d’expérience  dans ce genre de crise, voir même militaire en général, ou rester ici à tenter de garder son sang froid sans exploser de panique pour la vie des saiyans et de ses concitoyens sur Terre tout en stressant davantage la cheffe des armées.

C’était à cette instant, avant qu’il ne puisse prendre une situation, qu’un nouvel élément se rajouta au chaos ambiant. Un civil qui s'appelait “Personne” ? Cela laissa le terrien perplexe avant de voir la réaction mixte de sa supérieure. PUis il se rappela de qui ça parlait… le Grand “Méchant” Loup.

“Narumi, il est peut-être ce qu’il te faut pour t’épauler dans cette épreuve… tiens le coup…”

La fin de sa phrase était quasiment dit en silence, il avait peur que son manque d’espoir retentisse sur son amie qui avait déjà énormément à assumer avec tout ce merdier qu’ils leur tombaient sur le coin de la gueule. Ainsi rentra en scène l’homme des contes, le second qu’il avait eu la chance de rencontrer depuis le début de ses mésaventures. C’était bien vrai que physiquement, il avait bien changé, il aurait pu passer pour n’importe qui dehors. Les souvenirs des interactions entre Narumi et Wolfgang commençaient à refaire surface, en particulier concernant le chasseur. Si ce n’était la décision de dernière seconde de l’antagoniste de conte de fée sur cette personne, il l’aurait certainement acceuilli avec un regard noir, surtout avec tout les problèmes qui se passaient autour d’eux. Pour l’instant, il se contenta de faire un salut militaire timide et tremblant à Personne, plus par le stress qu’il subissait que par crainte de l’homme. Ce court break l’aida néanmoins à souffler alors que Narumi semblait reprendre en main les choses après avoir accueilli le loup.

Il pencha sa concentration sur son téléphone pour voir si de nouvelles informations majeures pouvaient venir de la population sur Terre, peut-être même d’ailleurs. Il adressa néanmoins ceci à Wolfgang.

“Écoute, Personne, ne le prend mal, mais évite de me toucher pour le moment. Si Narumi a confiance en toi, je l’ai aussi, mais un contact quelconque avec moi me dévoilera immédiatement tout ton passé et je pense que ce sont des choses que tu aimerais garder privé.”

La voix était tremblante, mais neutre. Il ne voulait pas paraître agressif envers Wolfgang, mais il ne voulait pas savoir la destinée des pauvres types qui avaient été sélectionnés par Narumi pour leur petite expérience. Suffisamment de souffrance pour une journée, voir même une vie, il ne voulait pas en voir davantage sans que ça puisse aider la cause.

Puis des messages concernant une attaque à la Capsule Corporation se mirent à arriver. Williams commença à prendre un teint pâle qui ferait pâlir de jalousie Alicia. Une attaque à la capitale de l’Ouest ? Merde…. merde ! Une explosion digne de SK ?!

“Narumi, je sais que tu es chargée, mais tente d’avoir une vue sattelite de la Capsule Corporation ! Apparemment, il y a eu des explosions sur leur infrastructure ! “

Il se retenait de paniquer, il devait garder son calme pour le bien de la Terre. Si Narumi craquait, c’était la fin. Puis, il réalisa encore une fois que le Grand Loup était présent… peut-être s’il ne pouvait pas aider les épaules de l’Alpha, il pourrait l’aider.

“Personne, je peux t’avoir en privé pendant quelques minutes. Je pense que donner un peu d’air à Narumi lui fera pas de mal.”

Il tenta de l’amener dans un coin du bureau assez éloigné de Narumi pour que la conversation puisse rester audible, mais pas dérangeante… du moins, c'était le but.

“Écoute, je sais qu’on ne se connait pas, mais tu as la confiance de Narumi, donc je pense pouvoir te faire confiance. J’ai juste besoin d’une oreille attentive le temps que je fasse le tri dans ma tête, tu penses pouvoir le faire ?”

La voix se voulait neutre et sérieuse, mais il était clairement encore bouleversé par la dernière nouvelle qu’il venait de recevoir, en plus de tout le reste.
Le Grand Méchant Loup
Le Grand Méchant Loup
Demon
Masculin Age : 32
Date d'inscription : 30/04/2016
Nombre de messages : 673
Bon ou mauvais ? : Neutre
Zénies : 2330

Techniques
Techniques illimitées : Rôga Fû Fû Ken /Griffes et crocs acérés / ???
Techniques 3/combat : Télouportation / Wolf Storm
Techniques 1/combat : Happy End

Pas encore ! [PV] Empty
MessageSujet: Re: Pas encore ! [PV]   Pas encore ! [PV] ClockDim 10 Jan 2021 - 12:51
Quelques heures plus tôt...

Fox était au volant d'une voiture cinq places et roulait à vive allure sur une longue route de campagne bien dégagée. Wolfgang était assis côté passager, à l'avant. Derrière eux, sur la banquette arrière, se trouvaient deux prisonniers en tenue orange, pieds et mains liés, un sac noir sur la tête. Wolfgang tourna la tête vers son acolyte.


"Alors, c'est quoi le plan ? L'un de nous traverse le portail avec l'un d'eux, et on voit s'il s'en sort ou s'il meurt ?"

"C'est à peu près cela, oui !" répondit l'avocat véreux avec un charmant sourire comme à son habitude.

"Il n'y a vraiment pas d'autres moyens ? ... L'idée de jouer avec la vie de ces types ne m'enchante pas plus que cela."

"Ce sont des condamnés à mort de toutes façons, non ? Si Narumi t'a dit qu'on pouvait nous en servir, alors faisons-le ! Ce ne sera pas la première fois que tu enverras quelqu'un à l'abattoir, ha ha !"

"... Mouais. Et ensuite, si le premier meurt, on fait comment ?"

"On utilisera notre cervelle et on improvisera."

Soudain, un gros fourgon qui arrivait par en face dérapa sur le côté, de sorte à  se trouver perpendiculaire à la route et à bloquer la voie.

"Attention !!!"
s'exclama Wolfgang alors que Fox avait déjà écrasé la pédale de frein.

Leur voiture dérapa et fit quelques têtes à queue avant de s'arrêter à quelques mètres du fourgon. Derrière eux, un autre fourgon identique, qui les avait suivi, se mit également de façon perpendiculaire à la route pour bloquer l'autre côté. Aussitôt, des hommes cagoulés et armés sortirent par les portes arrières des fourgons et pointèrent leurs armes vers la voiture.


"Libérez les prisonniers !"

"Merde, comment ils sont au courant ?!"

"Qui sait ? Un mouchard dans l'escorte que Narumi a envoyée pour nous les livrer, peut-être ?"

============================================================================

Maintenant.

"Suivez-moi." fit un militaire qui venait de s'approcher de Wolfgang.

Quelques minutes plus tard, ce dernier déambulait dans des couloirs austères. Des gens courraient dans tous les sens, ils semblaient affolés et stressés. Certains lui adressaient des regards louches en le voyant passer. Il fallait dire que dans son accoutrement actuel, partiellement déchiré et couvert de sang, avec les mains encore ensanglantées, il ne passait pas inaperçu. Sans doute le prenait-on pour un terroriste ou un tueur en série qui venait d'être arrêté malgré le fait qu'il n'avait aucune menotte. Wolfgang avançait, la tête toujours baissée, le regard vide.

*Qu'est-ce que je fais là...? ...Pourquoi je suis venu ici...?*

Il regarda vaguement les militaires qui se précipitaient partout autour de lui.

*Alors c'est ça que Narumi vit au quotidien ? Tous ces gens qui déambulent partout... Ce stress permanent... Je n'aurais pas dû venir... C'était une erreur. Ma place n'est pas ici... Ma place n'est pas à ses côtés.*

Plus il s'enfonçait dans ce labyrinthe de métal et de béton, et plus l'odeur de Narumi se faisait forte. Il pouvait la reconnaître entre milles, même si des dizaines de mètres et des murs blindés les séparaient. Il avait la boule au ventre. Le rythme de ses battements cardiaques ne cessait de s'intensifier au fur et à mesure qu'il s'approchait. Il sentait l'angoisse monter en lui. Sa respiration se faisait de plus en plus forte et irrégulière. Soudain, il vit une porte avec un écriteau marqué "W.C.". Wolfgang désigna la porte d'un signe de tête tout en demandant :


"Je peux ?"

Le militaire suivit son regard pour voir la porte des WC, puis lança un regard à la fois surpris et indigné à Wolfgang.

"Dépêchez-vous, la générale n'a pas que ça à faire."

Le Loup se précipita à l'intérieur des WC en fermant derrière lui. Puis il agrippa le lavabo sur les côtés et se pencha en avant.

*Merde... Qu'est-ce que je vais faire ?!... Pourquoi est-ce que je me sens si mal, si stressé ? Qu'est-ce qu'il m'arrive ? Qu'est-ce qu'il m'arrive, bon sang ?!*

Ses mains s'étaient crispées sur les côtés du lavabo, si fortement qu'il avait déformé la céramique en y laissant la marque de ses doigts, et avait même légèrement fissuré l'objet, alors que sa dentition s'était transformée en canines tranchantes, la mâchoire serrée.
Des siècles durant, il avait terrorisé de nombreux peuples et toutes sortes d'animaux. Et désormais, voilà qu'il était lui-même terrorisé à l'idée de revoir la seule personne qu'il était parvenu à aimer. Il ne savait pas comment être avec elle, il ne savait même pas comment il devait considérer leur relation. Il l'avait quittée par un baiser, en pensant que c'était ainsi qu'il devait faire, essayant de jouer le rôle du Prince Charmant comme il l'avait lu dans les contes. Mais étaient-ils vraiment en couple comme les deux alphas d'une meute ? Leurs derniers échanges lorsqu'ils étaient ensemble semblaient vouloir dire que oui, mais elle avait semblé si froide et distante ces derniers jours qu'il ne savait plus quoi en penser. Tout cela était nouveau pour lui, et puis, ça avait été si rapide, si brusque. Il était complétement paumé et ressentait une grande appréhension à l'idée de la revoir. Au fond de lui, il craignait que le Renard eût raison depuis le début. Il avait peur de se rendre compte que Narumi ne l'aimait pas vraiment, pas autant qu'elle le lui avait fait croire tout du moins. Pire, qu'elle s'était moqué de lui, qu'elle l'avait manipulé. Et il craignait ce qui allait se passer s'il se rendait compte d'une telle chose. Sans parler de la raison pour laquelle il était venu ici, et la réaction qu'elle aurait. Sans doute allait-il la décevoir, et peut-être qu'elle allait le rejeter.

*Calme-toi, calme-toi... Ça va aller, ça va aller, ça va aller...*

Il ferma les yeux, prit une profonde inspiration, et soupira longuement. Un souvenir lui revint en mémoire.


***** Flashback *****

Wolfgang était en compagnie d'un grand maître en arts martiaux qui avait une cicatrice sur la joue gauche et une sur l’œil droit. Il l'avait rencontré par hasard peu de temps après son arrivée dans les environs. A cette époque, Wolfgang n'était pas encore habitué à contrôler ce corps humain. C'était ce maître qui lui avait appris non seulement à maîtriser son corps, mais également à se battre. C'était également lui qui lui avait appris le Rôga Fû Fû Ken.

"Si tu veux mieux contrôler ton corps, la première chose à faire est de maîtriser ta respiration. Ferme les yeux. Prends une profonde inspiration... Fais le vide dans ta tête. Puis, doucement, vide tes poumons. "

***** Fin du Flashback *****

Wolfgang répéta ces exercices plusieurs fois.

*Je ne peux pas m'emporter à nouveau... Faire un autre massacre...*

Il rouvrit les yeux après s'être un peu calmé, et fixa ses mains rouges de sang. Il ouvrit le robinet, et se frotta frénétiquement les mains pour faire disparaître le sang.

*Je n'aurais vraiment pas dû venir ici, dans mon état, c'est trop dangereux... Tous ces gens qui pourraient mourir par ma faute si je perdais encore le contrôle... En plus, il se passe quelque chose de grave, je le ressens. Quel boulet. Narumi doit sûrement déjà avoir fort à faire, et je suis venu pour l'embêter davantage avec mes problèmes. Non, je ne peux pas la contrarier avec ça, pas maintenant. Ce n'est pas le bon moment. Mais il est trop tard pour faire marche arrière, désormais. Allez, ressaisis-toi ! Oublie ce que tu viens de faire ! Oublie qui tu es ! Fais donc revenir ce bon vieux Wolfgang !*

En ces lieux, il ne pouvait pas se permettre d'être lui-même. Il était temps de remettre le masque. Il était passé maître dans l'art de jouer un rôle, depuis tout ce temps, et ce, même lorsqu'il était au plus mal.

Il sortit une paire de lunettes noires d'une poche intérieure de sa veste bleu marine, et la posa sur son nez. Il se regarda dans le miroir, et s'efforça à faire un petit sourire en coin.


"Ooookay. Rebienvenue, Wolfgang."

Il sortit enfin des toilettes et retourna auprès du militaire.

"Pas trop tôt."

"Désolé, une envie très pressante !" s'exclama le ténébreux avec un large sourire niais, qu'il feintait.

Le militaire hocha la tête vers la droite et la gauche d'un air indigné.
Quelques minutes plus tard, on le fit entrer dans le bureau de Narumi. Son cœur sembla rater un battement lorsqu'il l'aperçut dans son bureau, avant de s'accélérer de nouveau. Son corps entier se paralysa. Le masque ne tiendrait pas bien longtemps en la présence de la louve. Il avait l'impression de perdre tous ses moyens, de se sentir vulnérable, alors qu'il était pourtant, lui aussi, un alpha capable de contrôler les autres loups.

Pour continuer de jouer son rôle de Wolfgang, le mec sympa et blagueur, il voulait s'efforcer à sourire en la voyant. Mais, face à la distance et la froideur dont elle faisait preuve, il n'en était même pas capable. Il restait stoïque. Elle l'accueillit avec, certes un grand professionnalisme, mais sans aucune convivialité. L'attitude chaleureuse qu'elle avait eue le soir de leur rencontre s'était complétement éteinte. Quelque chose s'était brisé. Sa première remarque par rapport à son look ne l'aida pas à se sentir mieux, bien au contraire. Il se sentit vexé qu'elle affirma ne pouvoir le reconnaître qu'à travers son apparence, alors qu'il y avait bien plus entre eux. Il savait que l'odorat sur-développé de la louve pouvait facilement reconnaître son odeur, à moins qu'elle l'eût déjà oublié ? Sans parler de cette étrange attirance, surréaliste, qu'il y avait entre eux et qui était totalement indépendante de l'apparence. En réalité, Wolfgang ne faisait absolument pas attention à l'apparence de Narumi. Il était incapable de trouver des humains particulièrement jolis et n'était pas attiré par leurs apparences, pour lui, ils se ressemblaient à peu près tous, et il n'accordait aucune attention à leurs détails physiques.


"Quant à moi, je t'aurais reconnue sous n'importe quelle autre apparence. Ton odeur ne peut me tromper." affirma t-il d'un ton sérieux, oubliant le rôle qu'il avait voulu jouer alors qu'il aurait pu apparaître bien plus amical dans d'autres circonstances.

Lorsqu'elle le présenta à un jeune homme qui était également dans le bureau, il tendit la main vers celui-ci. Mais le caporal Auguste lui expliqua qu'il ne devait pas le toucher car il voyait le passé de tous les gens qu'il touchait. Wolfgang fit donc redescendre sa main le long de son corps.


"Et bien, merci pour ton honnêteté. Et, je t'en prie, appelle-moi Wolfgang." répondit-il en parvenant enfin à se forcer à sourire d'une manière amicale, oubliant Narumi l'espace d'un instant.

La générale lui demanda pourquoi il était venu, tout en ayant la tête plongée sur ses écrans. L'homme aux lunettes de soleil se gratta l'arrière de la tête, un peu gêné, et ne répondit pas immédiatement, voyant qu'elle était occupée. Puis elle lui dit qu'ils pouvaient parler librement car ils étaient tous les deux des personnes de confiance pour elle, avant de lui demander comment il se sentait.


"Je vois que tu es occupée, on en parlera plus tard." répondit-il avec le même sérieux qu'elle.

"Dis-moi plutôt ce qu'il se passe en ce moment. Et puisque je suis là, puis-je faire quelque chose pour t'aider ?"

Auguste demanda alors à Wolfgang de le voir en privé. Il le suivit à l'autre coin du bureau et l'écouta calmement.  Le Grand Méchant Loup finit par sourire en entendant la demande du caporal.

"Si j'ai de grandes oreilles, c'est justement pour mieux t'entendre, mon enfant." plaisanta t-il en faisant une référence directe à une réplique du conte du Petit Chaperon Rouge.

Narumi le bouleversait, mais la présence d'une autre personne ici lui permettait de ne pas se focaliser entièrement sur elle. La présence d'Auguste serait peut-être la clé pour qu'il ne perde pas complétement le contrôle et puisse continuer de jouer son rôle. Parce qu'il faisait tout son possible pour ne pas le montrer, mais il était comme une bombe prête à exploser à chaque instant.


"Je t'écoute."
Williams Auguste
Williams Auguste
Terrien
Masculin Age : 25
Date d'inscription : 20/02/2018
Nombre de messages : 159
Bon ou mauvais ? : Il se dit bon
Zénies : 494

Techniques
Techniques illimitées : Across The Universe / Star Dust / Don't Bring Me Down !
Techniques 3/combat :
Techniques 1/combat : Space Oddity

Pas encore ! [PV] Empty
MessageSujet: Re: Pas encore ! [PV]   Pas encore ! [PV] ClockLun 22 Fév 2021 - 3:17
Williams Auguste avait enfin un interlocuteur pour lâcher toute sa frustration et confusion sur quelqu’un qui serait capable de prendre ? La mémoire du nouveau caporal concernant le Grand Loup n’était pas aussi claire qu'il l’aurait aimée, il ne pouvait pas le juger avec autant de précision qu’il aurait apprécié. Peu importe, il voulait savoir ce qu’il se passait, il allait le savoir de la part de l’homme au toucher miraculeux.

"Alors, on est en crise. Je pense que tu sais déjà pour Auros et sa domination de la Terre ? Maintenant, il a pris contrôle de Vegeta et je ne t’apprendrais rien si je te dis que l’obéissance qu’il espérait avoir de la part des saiyans était illusoire. Maintenant, on a une guerre entre les forces d’Auros et les saiyans avec la confirmation que la majorité de la population saiyan va être détruite… et je crains que la planète y passe. Ajoute à cela un trône couramment vide et que l’un des prétendants au contrôle des deux planètes Vegeta était Vladimir Makarov…”

Il se permit de prendre une pause pour regarder d’un regard inquiet Narumi qui était surmené par tout le chaos qui émanait de partout, de toute la galaxie sur ses épaules. Il aimerait pouvoir aider davantage son ami au lieu d’être une nouvelle source de stress. Il soupira avant de se retourner vers Wolfgang pour continuer le train de ses pensées.

“Maintenant, Makarov est mort. Il est revenu sur Terre et a rejoint une entité inconnue qui l’a tuée. Je devrais me réjouir de ce retournement de situation, nous parlons du pire terroriste terrien connu de la galaxie, mais… il va revenir. Je suis certain que les dieux le ramèneront parmi nous comme ils l'ont déjà fait pour Seishiro Kasaï. Il reviendra encore plus affamé qu’avant. Son meurtrier est également quelqu'un dont j’ai un mauvais pressentiment le concernant. Il va vaporiser une personne en un clin d'œil tout en voulant forcer une paix blanche entre le Ruban Rouge, l’Inner Circle, l’armée terrienne et l’armée d’Auros. Il est tout simplement fou s’il pense qu’obtenir la paix ainsi. J’ai peur qu’il commence à tout détruire pour atteindre son utopie.”

Le détective en devenir décida de sortir son téléphone de sa poche pour voir les dernières nouvelles qu’il pouvait chopper en ligne et ce qu’il craignait le plus venait d’arriver : le conflit avait escaladé. L’Alliance Maléfique avait décidé que c’était le meilleur moment pour mettre l’envahisseur encore plus énervé, sans compter que la planète des saiyans était devenue une globe de verre dont le noyau était visible.

“Merde !”

La seule chose qu’il pouvait dire avant de relever sa tête vers son auditeur, certainement peu convaincu par la performance du jeune homme dans son rôle de caporal. Il lui manquait tellement d’expérience pour pouvoir se qualifier ainsi avec confiance pour commencer, mais dans cette situation, il se sentait tel un imposteur.

“Désolé, le conflit sur Vegeta s’est aggravé de manière exponentielle. Je crains le pire… pire que ce que la Terre a subi sous le règne de notre ancien connard de roi ! Je ne sais pas comment je peux aider ici. Mon don est de connaître le passé des gens au toucher. Pas pouvoir gérer des situations aussi catastrophiques !”

Le ton s’éleva à la fin avant qu’il ne ravale sa salive par stress du pire qui pourrait venir. Entre les deux loups clairement angoissés par la situation, un cri était pour ce qu’il fallait les aider. Il baissa sa tête avec de jeter un regard vers Narumi, puis à Wolfgang avant de s’approcher de la porte.

“Je m’excuse. Je vais peut-être m’isoler le temps que la crise se calme. Je reviendrai pour les interrogatoires après ça et possiblement en finir avec l’Inner Circle une bonne fois pour toute, avant que Vladimir revienne d’entre les morts. Tous les deux, restez forts… je suis navré que je ne puisse vous épauler.”

Il ouvrit la porte avant de la refermer calmement pour éviter d'amplifier le stress de la situation. Il devait trouver un moyen de se calmer et de garder sa tête sur ses épaules malgré un autre génocide qui se passait sur une autre planète, sans compter sur la Terre qui avait un nouveau psychopathe en train de traverser ses vastes forets et un compte contre-la-montre avant la résurrection de Makarov. C'était sans parler que sa ville natale et son foyer était en risque vu que la Capsule Corps s'était, encore une fois, fait attaquer. Beaucoup de poids sur ses épaules, trop de poids sur ses épaules. Peut-être que relâcher de la vapeur en allant manger quelque part ou jouer au Poker l'aiderait. Peu importe ! Il allait devenir fou en restant dans la base et son ambiance compréhensiblement chaotique.

Il sortit de la base et prit le premier tram pour une destination inconnue, même pour lui. Il avait son esprit trop embrouillé pour se décider sur une destination, mais cela allait être un endroit agréable où il allait pouvoir souffler… si sa conscience le laissait tranquille, néanmoins.
Narumi Karuzaki
Narumi Karuzaki
Demon
Féminin Age : 31
Date d'inscription : 18/07/2012
Nombre de messages : 302
Bon ou mauvais ? : Neutre
Zénies : 1240

Techniques
Techniques illimitées : Transposition | Griffes et crocs acérés | Pluie d'énergie
Techniques 3/combat : Rayon Lunaire | Armure naturelle
Techniques 1/combat : Forme Alpha

Pas encore ! [PV] Empty
MessageSujet: Re: Pas encore ! [PV]   Pas encore ! [PV] ClockLun 22 Fév 2021 - 10:00
Le regard de Narumi n’avait pas été aussi vide depuis un moment. En réalité, cela ne s’était pas vu depuis le retournement de veste de SK qui avait décidé de nuire à la Terre. Chacun avait tant perdu depuis cet événement, et la perte de deux de ses enfants était une chose qu’elle n’avait jamais digérée. Il fallait accepter leur mort, certes. Mais accepter le fait que cela soit à cause de leur père, ça elle ne l'accepterai jamais.

La remarque de son ami Auguste à propos de Personne la laissa sans voix. Est-ce que le Grand Méchant Loup était ce dont elle avait présentement besoin pour tenir le coup ? Peut-être avait-il raison. Après tout, c’était très différent de lorsqu’elle devait gérer seule ce genre de catastrophe dans son bureau. Là, deux de ses proches étaient présents. Même si cela ne changeait rien à la face pourrie de ce monde qui décidait d’en rajouter une couche sur les terriens, leur présence aidait la louve à garder la tête sur les épaules. Elle se fit la réflexion qu’elle devrait leur dire. Ce genre de “petite chose” est en fait très importante à signifier.

La remarque de Wolfgang sur le fait que lui l’aurait reconnu qu’importe les circonstances la piqua au vif. Le sang chaud de la militaire pouvait la rendre susceptible, et avec tout ce qui planait au-dessus de sa tête en ce moment, elle n’appréciait guère ce genre de réflexion. Pourtant, au fond d’elle, la louve savait que ça n’avait rien d’agressif. C’était plus fort qu’elle de prendre cela un poil mal à cause des circonstances actuelles.

Tu as raison, je t’aurai également reconnu à l’odeur. Toutefois je suis en posture de faiblesse avec tout ce qui se passe, je n’arrive plus à être en symbiose avec mes sens.” Répondit-elle simplement d’un air neutre : il n’y était pour rien après tout.

Elle serra les dents une fois de plus lorsque, sous les directives d’Auguste, elle retourna derrière son PC aux multiples écrans pour s'informer et gérer à son niveau les explosions sur la Capsule Corporation. Tout ce merdier ne faisait qu’empirer à mesure du temps, comme si le laps de répit entre l’attaque de SK et la folie d’Auros n’avait été là que pour mieux les enfoncer par la suite. Celle-ci, coordonnée avec les autres chefs, commença à déployer de nouvelles unités à cet endroit et à donner des ordres pour la gestion de ce nouveau problème.

Elle prend une GRANDE inspiration et décroche les yeux de ses écrans un moment. Une pause mentale s’impose.

La louve secoua doucement la tête lorsque Wolfgang lui demanda s’il pouvait l’aider.

De manière directe, nous ne pouvons rien faire de plus. Mais votre présence à tous les deux me permet de ne pas sombrer, merci d’être venu.” Articule t-elle avec une certaine gêne.

Peu après cette déclaration tendre, le visage de Narumi se ferma encore plus sévèrement lorsque dans son oreillette on l’informa du fait que l’Alliance Maléfique avait choisi “ce bon moment” pour venir se mêler du conflit sur Vegeta. Cette dernière ferma le poing gauche, à un tel point qu’il se mit à trembler sous le coup. Elle décida de clore ses yeux quelques instants et de prendre une nouvelle grande inspiration, avant de les rouvrir subitement et de se saisir d’une cigarette. Elle en avait presque oublié la présence de ses deux compagnons qui discutaient dans un coin tellement le désespoir venait les accabler à chaque instant. La louve n’avait pas le temps de s’inquiéter de savoir leur sujet de conversation. Celle-ci continuait de parler dans son micro à ses interlocuteurs pour gérer la crise concernant la Terre - du reste, ils ne pouvaient déployer leurs troupes jusque sur Vegeta.

L’élévation de voix soudaine d’Auguste tira Narumi de sa gestion informatisée. Cette dernière se leva calmement, même si ses membres tremblant trahissaient son état. Celle-ci déposa la cendre qui s’accumulait au bout de sa cigarette dans son cendrier puis s’approcha de son ami Caporal.

Personne n’est qualifié pour gérer ça, Auguste. Mais chacun doit faire de son mieux, et c’est ça qui changera la donne.

Dit-elle en s’approchant de lui, déposant l’une de ses mains dans ses cheveux pour les ébouriffer d’un geste rassurant, maternel, et presque déplacé au vue de la situation de crise - pourtant c’était sa manière de tenter de l’aider à se ressaisir actuellement.

Lorsque ce dernier exprima son besoin urgent de partir, Narumi acquiesça de la tête.

C’est normal d’avoir besoin d’air. Appelles-moi si tu es en proie au doute Auguste, je ne laisserai pas mon Caporal tomber.” Dit-elle doucement, tout en contenant toute sa haine, ses peurs, son angoisse et ce mal de ventre généralisé provoqué par la crise vécue.

Williams s’en alla et elle espérait qu’il allait réussir à se calmer et à revenir plus fort, la tête sur les épaules. C’était tout à fait logique d’avoir besoin de se ressaisir, il fallait qu’il trouve ce qui pourrait l’aider à se remettre sur pied.

Cette dernière fait volte-face vers Wolfgang.

J’ai besoin de me défouler pour me remettre les idées en place. En l'état, je ne peux rien faire de plus. Je vais appeler l’un de mes soldats pour un combat à mains nues amical dans l’une de nos salles d’entraînement. Tu peux venir, nous pouvons discuter pendant que je me bats : cela va m’aider à ordonner progressivement mon fil de pensées.

Cette dernière gardait son oreillette pour entendre et communiquer au besoin avec son équipe. Celle-ci commence à tapoter un numéro sur une sorte de montre connectée à son poignet. D’un coup, avant de finir de renseigner le numéro, elle releva la tête vers Wolfgang.

à moins que cela t’intéresse d’être mon adversaire pour ce combat ?” Dit-elle avec l’air le plus sérieux du monde - après tout, se battre avec quelqu’un que l’on estime est une preuve de loyauté et de respect envers cette personne pour les loup-garou.
Williams Auguste
Williams Auguste
Terrien
Masculin Age : 25
Date d'inscription : 20/02/2018
Nombre de messages : 159
Bon ou mauvais ? : Il se dit bon
Zénies : 494

Techniques
Techniques illimitées : Across The Universe / Star Dust / Don't Bring Me Down !
Techniques 3/combat :
Techniques 1/combat : Space Oddity

Pas encore ! [PV] Empty
MessageSujet: Re: Pas encore ! [PV]   Pas encore ! [PV] ClockVen 23 Avr 2021 - 20:22
Combien de temps s’était passé depuis le départ de Williams du bureau de son supérieur hiérarchique ? Difficile à estimer, même pour la personne concernée. Il avait perdu le fil du temps durant son aller-retour entre la base militaire et le parc en compagnie de Hikaritatsu pour tenter de retrouver un danger que le terrien avait laissé en ce monde. Il était ressorti des archives avec une envie de bien-faire renouvelé. La meilleure chose qu’il pouvait faire était de prévenir Narumi de son double temporel qui avait réussi d’une manière ou d’une autre à se faufiler dans cette temporalité. Dans un cas normal, il aurait tenté de se taire sur le problème, mais vu la tentative de créer des conflits interplanétaires pour se venger des Black Feathers, il devait à tout prix l’informer du peu qu’il savait sur l’anomalie. Il traversa le chaos dans la base militaire qui était né entre tout le chaos ambiant : l’attaque du château par des éléments potentiellement révolutionnaires, l’annonce d’Auros de vouloir tuer les dieux de cette univers et bien sûr, la destruction de la planète Vegeta dûe au combat entre l’empire Cold et de l’empire élyséen contre l’alliance maléfique.

Tout cela avait un effet sur le caporal honorifique, mais il faisait de son mieux pour ne pas se laisser plomber par tout ce bordel dont il n’était pas habitué. L’objectif était d’informer d’un mal qui pourrait être aussi dangereux que les malades sous le joug de Majin Vegeta ou la dystopie offerte par le dieu-empereur. Du moins, c’était ainsi qu’il ressentait la chose. Le fait qu’il soit indirectement responsable de l’attaque ne l’aidait pas à culpabiliser un tant soit peu sur la situation, même si c’était le choix du Destin que ça s’était écoulé. Après tout, son envoyé en personne lui avait dit qu’il pouvait encore écrire sa propre histoire. Peu importe s’il en était la cause de la naissance de cet individu parmi ce monde, il pouvait encore tenter de jouer les cartes qu’il avait en main pour l’arrêter.

Il entra dans le bureau avec un air de confiance qu’il n’avait pas en y sortant il y a cela une vingtaine de minutes. Par moment, les erreurs faites et être forcé à les confronter peut revigorer une personne. Il était temps de faire face à des conséquences qu’il n’avait jamais pu prévoir quand il avait voyagé dans le temps.

“Narumi, il y a un problème, je…"

Il se coupa directement en voyant Wolfgang qui était toujours présent. Il devait le dire devant lui ? Il ne savait pas s’il allait réagir d’une bonne façon face au merdier que le terrien avait déclenché par ses erreurs. Néanmoins, il ne pouvait pas se permettre de lui demander le temps que l’information soit donnée. Il était potentiellement le support émotionnel qu’il ne pouvait pas l’être. Il serra les dents un instant avant de soupirer lourdement et affronter directement le regard de Narumi.

“Vous vous rappelez de l’histoire que je vous ai raconté d’hier ? Du monstre né de mes tentatives désespérées de sauver la Terre ? Il…”

Un moment d'hésitation parvient soudainement au jeune militaire. Ceci s'avérait être plus dur de sortir l’information une fois en face de son supérieur. Il coupa directement le contact oculaire avec Narumi en jetant sa tête vers la droite tout serrant son poing. Il fallait que ça sorte, il devait le dire ! Il n’était pas fautif, il faisait que se le répéter dans sa tête inlassablement pour se donner le courage de le dire. Il relâcha les épaules et ses poings avant de dire ce qu’il devait être dit, même si c’était avec le regard fuyant.

“Il s’avère que ce monstre est parmi nous. Il a tenté de faire une attaque terroriste sur Magma pour incriminer les Black Feathers pour déclencher une guerre entre eux et Dark…”

Un moment de silence inconfortable se suivit auquel le caporal avait de moins en moins la force de continuer à dire le reste de l’information. Il se prit le bras droit avec sa main gauche et avala sa salive. Bien qu’il faisait de son mieux pour éviter de le rendre trop évident, c’était dans ses yeux que toute la culpabilité pouvait se ressentir, son rythme cardiaque au début calme avait accéléré suivant l’annonce. Il se mit à dire à voix basse le reste de la chose.

“Il n’avait plus l’émeraude, il avait une améthyste. Vêtements brun recouvrant le visage. Longue barbe blanche… même voix que la mienne… pouvoirs dévastateurs… je suis navré !”

Il ferma les yeux après avoir dit cela, la douleur qu’il avait enfoui depuis sa rencontre avec  l’ange du Destin ressortait à nouveau. Quelques larmes tombèrent, mais c’était tout. C’était surtout la grimace sur son visage qui racontait toute l’histoire. La culpabilité qu’il ressentait malgré le fait que ce n’était plus vraiment la même personne. Tout cela car il avait forcé une personne innocente à tenter l’impossible dans un moment de douleur émotionnelle intense.
Narumi Karuzaki
Narumi Karuzaki
Demon
Féminin Age : 31
Date d'inscription : 18/07/2012
Nombre de messages : 302
Bon ou mauvais ? : Neutre
Zénies : 1240

Techniques
Techniques illimitées : Transposition | Griffes et crocs acérés | Pluie d'énergie
Techniques 3/combat : Rayon Lunaire | Armure naturelle
Techniques 1/combat : Forme Alpha

Pas encore ! [PV] Empty
MessageSujet: Re: Pas encore ! [PV]   Pas encore ! [PV] ClockMar 27 Avr 2021 - 14:53
(Avec l’accord de LGML nous continuons sans lui le sujet.)

Quelques temps avant le retour d’Auguste.

Avant que Personne ne puisse répliquer, l'oreillette connectée de la cheffe bippa. Cette dernière leva son index pour faire signe à son semblable qu’elle entrait en communication et se détourna de lui.

De ce que le Grand Méchant Loup avait pu comprendre de la conversation, une rébellion contre les gardes d’Auros au Château de la Terre était en cours. Le président Draven n’avait donné aucune directive et la louve n’attendait de toute façon pas après lui de quelconques ordres. Il n’était jamais venu se présenter à elle et ne l’avait pas non plus destituée de ses fonctions. La terrienne en conclut que ce dernier faisait confiance en son expérience pour continuer à prendre la tête des opérations.

Décidément, nos chemins se croisent aussi vite qu’ils se séparent, Wolfgang. Je dois y aller. Nous remettrons notre combat à plus tard. Je ne sais pas quand je vais rentrer, mais tu peux rester ici à ta convenance.” Dit-elle sur ce ton froid et distant qu’il ne lui connaissait que depuis quelques temps, depuis que leurs routes s’étaient éloignées la première fois.

La guerrière s’arrêta près de lui avant de sortir. Son air contrarié et tendu se changea l’espace de quelques instants en un rictus chagriné. La louve plongea ses prunelles dans les siennes et posa ses deux mains sur son visage. C’était extrêmement rare de voir Narumi avoir ce genre de geste envers quiconque.

Je ne t’oublie jamais, où que j’aille tu m’accompagnes.

Son minois s’approcha du sien, lentement. Leurs fronts se rencontrèrent tout en douceur, et pendant quelques instants privilégiés, ils restèrent là, front contre front, les yeux fermés. Seuls et deux à la fois dans leur petite bulle, ce monde qui était à eux et qui aurait pu devenir une réalité s’ils avaient choisi de suivre la voie des divinités de leur peuple, incarnés en eux. Le monde aurait cependant sombré dans le chaos provoqué par leur avènement, par la réalisation de la Chasse Sauvage. Leur force mentale conjointe les avaient fait refuser ce cadeau empoisonné, celui du plein pouvoir en échange de notre conscience.

Ce moment envolé passé, le visage de Narumi regagne son air fermé et irritable. La combattante s’en alla pour donner des directives sur le terrain. Sur le chemin, son appareil lui transfère un message de son ami Auguste.

Allo, Narumi ? C’est… le caporal Auguste… vous vous rappelez de l’histoire que je vous racontais avant qu’on quitte la base ? J’ai.. Il ! Il a survécu ! Et il est parmi nous… je… vous ferais un descriptif corporel total à la base quand je reviendrais… mais c’est un danger… pire que je le pensais. Je… je suis désolé !

Il n’y avait rien à faire d’autre que serrer les dents, encore et toujours. Mais à force, sa mâchoire allait s’auto-briser. Narumi avait une envie pressante et pesante d’en découdre, de briser des os et les espoirs malveillants de tous ces points noirs, et pourtant à l’instant présent elle était impuissante. Quelle rage sommeillait dans son esprit !

Ne t’inquiètes pas, mes griffes sont sorties et mes sens sont aiguisés : aucun danger supplémentaire ne viendra assombrir notre Terre !

Ce fut la seule réponse qu’elle fut en capacité de donner à son caporal, Narumi commençait sérieusement à perdre patience - déjà que ce n’était pas son fort ! Tous ces êtres impitoyables et mauvais qui agissaient de concert ne méritaient que d’être déchirés de toutes parts !

Lorsqu’elle arriva sur place, elle fit évacuer les civils et ses propres hommes aux alentours de la zone où se battaient les monstres. Les attaquants, Bray Wyatt, Garou et Marcos Smith et les élyséens étaient bel et bien tous des abominations aux yeux de la louve. S’ils voulaient s’entretuer, qu’ils le fassent.

Son coeur rata un premier battement. Puis un deuxième, lorsque son cerveau intégra entièrement le fait que Tentra devait certainement combattre Auros et ses alliés à présent. Elle souffla son nom, instinctivement, alors que ses yeux commencèrent à s’emplir de liquide lacrymal. La militaire serra les poings et fronça les sourcils.

*Je n’ai jamais prié d’autres êtres divins que ceux vénérés par mon peuple, mais si vous m’entendez... Sachez que moi, Narumi, fille d’Oméga, je suis prête à donner ma vie et même mon âme pour les miens ! Alors je vous en prie, entendez-moi et envoyez-moi contre ce monstre ! Je ne me battrai qu’avec plus de rage en sachant mon ami Tentra est à mes côtés !*

C’était son âme qui criait cela dans son esprit. Pour une guerrière de sa trempe, il ne faisait pas l’ombre d’un doute qu’être aux côtés de ce héro pour défendre le monde était là où elle pensait être à sa place. Toutefois, la cheffe ne s’attendait pas à obtenir les grâces d’êtres divins à qui celle-ci ne s’était jamais adressée auparavant… et, après tout, peut-être qu’eux pensaient que sa place était ici, à défendre la Terre de toute attaque qui pourrait advenir pendant cet évènement mondial.

Après avoir encadré le “sauvetage” de ce qui pouvait l’être autour de la zone de bataille entre les fameux monstres, la guerrière était enfin de retour dans son bureau pour commander le cœur des opérations. Voir ces affrontements titanesques sur les écrans géant la pressa dans l’élaboration de quelque chose de primordial : une mise à prix qui n’avait que trop tardée à voir le jour à cause de tout cet enchaînement de merdes. La louve s’empressa donc de rédiger celle-ci. Aussitôt, les médias diffusaient l’information et des pancartes allaient être placées dans divers endroits stratégiques sur Terre pour que tout le monde puisse avoir connaissance de ce fait :



























Pas encore ! [PV] Avisch10


Spoiler:
 






























Suite à l’annonce, le caporal honorifique entra dans la pièce. La louve se releva de son siège. Lorsque celle-ci distingua l’air décidé de son collaborateur, cela ne fit que renforcer le sien. Ce dernier interrompit ses mots en lançant un regard à Wolfgang. La louve leur avait déjà conjointement confirmé qu’elle leur faisait à tout deux confiance, alors… qu’est-ce qui retenait son ami de parler ?

Le regard intimidant de Narumi provenait de sa grande confiance en elle-même et ses capacités. Elle était suffisamment vieille et expérimentée pour se connaître, bien que ce n’était pas tant lié à l’âge ou à l’expérience, mais aussi aux déductions que chaque être est capable de tirer de son vécu. Même face à une personne qu’elle apprécie, ce regard assimilable à quelque chose de présomptueux ne faiblissait pas. Après avoir continué brièvement ses explications et, en constatant qu’Auguste fuyait à présent le contact visuel, la militaire su ce que ça lui coûtait de continuer à parler.

Les sourcils de la dirigeante de l’armée se froncèrent à nouveau pour traduire toute sa haine en apprenant les agissements du “double diabolique” de son ami. En un instant, comme lorsque cette dernière avait vu Tentra sur l’écran géant, des larmes tentèrent d’envahir ses yeux. Mais de part la puissance de son esprit, la louve les chassa bien rapidement. Seules quelques larmes glissèrent le long de ses joues, mais elle les ignora totalement.

Auguste, tu es toi, et cet individu a beau te ressembler mais il n’est en rien celui que tu es. Ce n’est pas parce que vous partagez la même racine, la même naissance, la même apparence et un vécu semblable que tu dois te sentir coupable ! Cet homme n’est qu’un faible qui a préféré s’abandonner au chaos plutôt que de lui résister, tout le contraire du caporal qui me fait face aujourd’hui ! Tu comprends ? !”

Son ton était agressif, mais c’était le trop plein d’émotions et toute la pression qu’elle subissait qui faisait s’exprimer de la sorte la cheffe. Cette dernière l’attrapa par les épaules. Ses yeux brillaient toujours, mais c’était bel et bien le sentiment puissant de la Colère qui dominait l’être de Narumi, alors aucun pleur supplémentaire ne dévala ses joues. Par contre, voir le chagrin de son ami amplifia son envie de meurtre, que ça soit envers Auros, Freezer, Scalio et toute la ribambelle d’êtres mauvais qui habitait le Monde qu’envers le double d’Auguste.

J’aimerais t’aider à le traquer mais je dois rester sur Terre pour protéger notre planète, surtout avec tout ce qui se passe en ce moment. Je ne peux m’absenter que pour tuer de mes propres mains ce monstre d’Auros, ou à nouveau cette saleté de Roi Cold qui est toujours des nôtres !

Son ton belliqueux était descendu petit à petit, mais il était clair que Narumi était au bord de l’implosion. Son sang chaud de base ne l’aidait pas, et les accès de colère étaient vite amplifiés par des situations stressantes et critiques comme ce qu’ils vivaient actuellement…


Dernière édition par Narumi Karuzaki le Sam 29 Mai 2021 - 13:46, édité 1 fois
Williams Auguste
Williams Auguste
Terrien
Masculin Age : 25
Date d'inscription : 20/02/2018
Nombre de messages : 159
Bon ou mauvais ? : Il se dit bon
Zénies : 494

Techniques
Techniques illimitées : Across The Universe / Star Dust / Don't Bring Me Down !
Techniques 3/combat :
Techniques 1/combat : Space Oddity

Pas encore ! [PV] Empty
MessageSujet: Re: Pas encore ! [PV]   Pas encore ! [PV] ClockMar 27 Avr 2021 - 22:00
Avant même qu’il puisse reprendre son courage en mains pour affronter le regard de Narumi et se calmer, il se fit rapidement rappeler à l’ordre par son supérieur hiérarchique avec une agressivité que le caporal ne s’attendait pas !  La tristesse et la culpabilité laissèrent directement place à la peur. Williams savait que Narumi pouvait se montrer calme et collectée malgré la tension qu’elle pouvait faire face, mais elle venait de craquer. Les paroles étaient remplies de raison et de vérité, mais la manière qu’elle les disaient terrifiait le pauvre terrien. Il avait été ce qu’il ne désirait pas : la goutte d’eau qui allait faire déborder le vase. Là où le masque était fissuré pour les deux personnes, il éclata pour le joueur de carte qui se mit à reculer avec un regard qui répliquait à la colère de son amie par une grimace distordue par la terreur. Quand elle l'agrippa par les épaules et qu’il était forcé à regarder directement dans le regard doré de l’Alpha, il pouvait y voir la frustration qui l’animait, mais également… l’incertitude. Il eut des flashbacks d’elle qui priait sans en connaître le sujet. Elle était à ce point dévastée par la situation.

Elle commença à se calmer en disant qu’elle devait rester sur Terre pour la défendre et qu’elle ne pouvait pas se permettre de la quitter pour poursuivre son double. Une chose qu’elle partageait avec Auguste. Lui aussi ne comptait pas quitter la planète bleue, il était à sa place ici et il allait la protéger jusqu’à la fin, même s’il n’était pas un défenseur dans le sens traditionnel du terme.  Pour l’instant, néanmoins. Plus son ton se calmait, plus le rythme cardiaque du jeune militaire faisait de même, tout comme son expression précédemment figée par la peur laissa place à quelque chose de plus collecté et sous contrôle. Il continua néanmoins à la regarder dans les yeux tout le long, refusant de faire l’erreur de le détourner. Elle fit mention de la Time Patrol, que c’était sa meilleure chance d’éradiquer son double et lui proposa de lui donner les informations connues sur la Time Patrol de l’armée. Il n’allait pas le faire, par simple peur que cela retombe sur Alicia. Il l’avait mis dans suffisamment de problèmes ainsi. Il tenta de poser sa main sur l’une des épaules de Narumi doucement et sans être brusque. Il se voulait plus réconfortant que de la laisser dans le mal ainsi.

“Merci de l’offre, mais ma place est également sur Terre. Quelqu’un est déjà à sa recherche et je suis confiant en ses compétences pour l’arrêter. Moi, je suis ici pour donner des informations sur les criminels et les suspects qu’on a capturés, tel est mon rôle en tant que caporal honorifique, en plus d’être un soutien à ta cause."

Il allait essayer de la calmer via son empathie plutôt que de la rejeter dans un instant de crainte. Il avait des informations sur Scalio grâce à la mémoire de Cabba avant qu’il se fasse propulser sur Terre Kami sait combien de temps après. Seulement, il ne pensait que ce n’était pas le temps, il devait trouver un moyen de lui faire descendre sa tension. Il avait une idée, une dont il n'allait pas apprécier les répercussions physiques, mais c’était le seul moyen qui lui venait en tête pour qu’elle puisse se défouler. De plus, vu ces réflexions sur son voyage passé dans le temps avec Hikaritatsu, se mettre dans une telle position serait peut-être bénéfique pour eux deux. Il ravala sa salive avant de relâcher l’épaule de sa cheffe.

“Écoute, je vois bien que tu es troublée par tout ce qui se passe. Comment ne pas l’être, hein ? J’ai peut-être eu que l'entraînement d'hier comme expérience, mais si tu as besoin d’un partenaire de combat pour passer tes nerfs, je me montre volontaire.”

Il recula d’un pas pour laisser Narumi le lâcher de ses épaules sans qu’il ne coupe le contact oculaire tout en ayant un air confiant, comme dans ses paroles. Il hocha de la têtee et aborda un sourire complice à la louve. Il avait eu peur et ça serait mentir si ceci n’était pas entièrement encore le cas, mais il savait que c’était la meilleure solution pour qu’elle puisse retrouver la lumière dans toute cette brume que le stress l’avait entouré. Il était son caporal et c’était son devoir de l’aider dans ce genre de situation.

“Ne t’inquiètes pas pour moi, je ne suis pas un expert en combat ou un mastodonte, mais je suis certain que l'émeraude me gardera sauf des coups qui pourraient être dangereux pour moi. Puis, admettons-le, si je veux être certain d’un jour pouvoir défendre le peu de proches qu’il me reste, il me faut de la mise en situation directe. Tu connais l’expression : c’est en forgeant qu’on devient forgeron.”

Williams faisait de son mieux pour calmer l’atmosphère et faire souffler Narumi. Elle l’avait prise sous son aile pour devenir un atout à sa planète, il fallait qu’il renvoie l’ascenseur. L’offre était donnée, à voir si elle allait l’accepter.
Narumi Karuzaki
Narumi Karuzaki
Demon
Féminin Age : 31
Date d'inscription : 18/07/2012
Nombre de messages : 302
Bon ou mauvais ? : Neutre
Zénies : 1240

Techniques
Techniques illimitées : Transposition | Griffes et crocs acérés | Pluie d'énergie
Techniques 3/combat : Rayon Lunaire | Armure naturelle
Techniques 1/combat : Forme Alpha

Pas encore ! [PV] Empty
MessageSujet: Re: Pas encore ! [PV]   Pas encore ! [PV] ClockSam 29 Mai 2021 - 13:09
Semble t-il que jamais il ne se pardonnerait réellement ce qu’il avait vécu avec cette Alicia. Narumi ne pouvait pas demeurer insensible face à cette sensation qu’elle-même ne connaissait que trop bien. Jamais elle ne se pardonnerait la hantise de toute sa vie, l’erreur suprême que d’avoir suivi aveuglément Seishiro, pour en arriver à ce jour critique où il a génocidé son peuple et tué deux de leurs enfants. Ce cauchemar sans fin ne cesserait ô grand jamais de la tourmenter, et ce n’était pas un hasard si les cernes sous ses yeux faisaient entièrement partie de son visage maintenant.

Celle-ci tapota gentiment la main d’Auguste qui s’était déposée sur son épaule en un geste de compréhension mutuelle.

Ne nous reposons pas sur nos deux oreilles, Auguste. C’est toujours quand on croit que le pire est passé que le reste des emmerdes arrivent. Heureusement que tu nous a rejoint, tu es un élément clé de la préservation de notre planète. Il faut que je te fasse rencontrer le Maréchal Stronoff. C’est la personne qui est censée me remplacer au cas où il m’arriverait quelque chose. Tout le monde dit qu’on doit être de la même famille tellement nos caractères se ressemblent, alors il n’y a pas de raison que tu ne t’entendes pas avec elle. Si tu ne peux pas me joindre pour une urgence, contacte-la.

Ce dernier relâcha son étreinte sur l’épaule de la louve et lui proposa d’être son partenaire d’entraînement pour se défouler. Cette proposition réconfortante lui fit retrouver un semblant de sourire. Lorsqu’il recula d’un pas, celle-ci lâcha à son tour la pression qu’elle exerçait sur ses épaules à lui. La cheffe qui n’aimait pas les contacts physiques était tellement pendue à ses pensées qu’elle n’avait plus fait attention que cela faisait un moment qu’elle le retenait de la sorte.

La louve n’arrivait pas à sourire malgré ses efforts pour se détendre. Cette dernière, via son téléphone dernier cri et entre temps, transmettait le numéro du Maréchal Stronoff sur le cellulaire de Williams. Celui-ci étaya sa proposition d’être son partenaire de combat en soulignant que l’émeraude le protégerait et qu’il était désireux de s’améliorer. Celle-ci hocha de la tête positivement.

Ce courage qui est tiens te fait honneur mon ami. Je serai ravie de me défouler en ta compagnie. Il faut encaisser des coups pour devenir résistant, ça ne s’apprend pas, ça se vit quotidiennement.

Nonobstant, dans son oreillette interne le Maréchal en question lui envoie une bande son enregistrée d’il y a peu. Celle-ci rejoint à nouveau son PC pour consulter les images liées à cet enregistrement. Un être très particulier et surtout très remonté souhaite la rencontrer. Celle-ci fronce les sourcils et retient un soupir. Décidément, le pire est vraiment à venir. Les paroles de cet homme sont tout aussi inquiétante que le fait que l’armée n’a rien de concret sur lui, à part qu’il a réussi à renverser l’Inner Circle - un acte des plus héroïques qui ne colle pas avec l’arrogance présumée de cette personne.

Narumi tape au Maréchal quelques instructions via son ordinateur par rapport à cet Akaza. Une femme est à ses côtés : Xiomara, déjà vue en compagnie de ce personnage célèbre, clownesque et triste à la fois, Hidan.

Celle-ci relève les yeux vers son ami après un certain moment, de cet air neutre et maîtrisé qui suggère pourtant l’ampleur de la colère qu’elle retient en elle.

Je suis désolée Auguste, je pensais pouvoir me défouler mais ça ne sera pas pour aujourd’hui. Je vais devoir te demander de partir, je dois recevoir quelqu’un qui pourrait poser de sérieux ennuis à notre peuple. Je préfère le recevoir seule et me préparer mentalement avant qu’il n’arrive. Sans vouloir te donner d’ordre, j'aimerais que tu me laisses seule. Cela est valable pour toi aussi, Wolfgang. Vous pouvez vous rendre dans les quartiers de nos hommes pour vous détendre et jouer avec eux en attendant si vous voulez rester dans le coin. Sinon, on reste en contact.

Wolfgang et Auguste seraient soit escortés dans les quartiers de détente du centre militaire, soit à la sortie pour vaquer à leurs propres occupations. La louve, quant à elle, se changea en vitesse et commença à se défouler sur un sac de frappe lourd qui se trouvait directement dans son bureau. Pouvoir frapper de toutes ses tripes dans ce sac capable de résister à son punch lui permettait d’évacuer ses angoisses et de rendre ses idées plus claires avant sa rencontre avec Akaza et Xiomara.
Williams Auguste
Williams Auguste
Terrien
Masculin Age : 25
Date d'inscription : 20/02/2018
Nombre de messages : 159
Bon ou mauvais ? : Il se dit bon
Zénies : 494

Techniques
Techniques illimitées : Across The Universe / Star Dust / Don't Bring Me Down !
Techniques 3/combat :
Techniques 1/combat : Space Oddity

Pas encore ! [PV] Empty
MessageSujet: Re: Pas encore ! [PV]   Pas encore ! [PV] ClockSam 29 Mai 2021 - 14:13
“Maréchal Stronoff… oui, je l’ai vue dans votre passé. Je pense qu’on s’entendra bien.”

Il se contentait de dire ça à l’annonce de la potentielle héritière. Une rencontre avec elle serait un honneur, mais la possibilité de la voir remplacer son amie lui laissa un froid dans le dos. Connaissant la volonté de fer de l’Alpha, la seule raison pour laquelle elle ferait ceci serait une mort définitive. Son regard se détourna courtement à la honte d’une telle pensée. Comment cela pourrait se faire ? Elle est le meilleur atout de la planète bleue, ça ne pourrait pas arriver ! C’était uniquement des précautions pour l’impossible… n’est-ce pas ? Il recevait ensuite le numéro du maréchal sur son téléphone

Le fait que Narumi accepta son offre enleva toutes ses mauvaises pensées par une certaine fierté. Elle avait confiance à ses compétences, bien que minimes, pour servir de partenaire d'entraînement. Bien qu’elle se dirigeait vers son ordinateur à nouveau, il n’avait pas directement conscience de la raison. Il tenta de commencer à s’échauffer la nuque avec des rotations avant que son regard croise celui de sa supérieure hiérarchique. Son regard et cette expression neutre. Elle n’arrivait pas à le tromper ainsi : elle venait de mettre un masque pour cacher ses émotions, certainement de la colère ou de la frustration. Encore une mauvaise nouvelle qui venait de tomber, une que la louve n’allait pas dévoiler à son caporal. Elle lui annonça qu’elle préférait qu’il parte pour qu’elle puisse accueillir une personne dangereuse et qu’elle ait le temps de se préparer mentalement.

Williams ne savait pas quoi dire sur le coup. Il se sentait pour la énième fois inutile, son regard se perdit vers le sol et ses épaules tombèrent ensuite accompagné d’un soupir. Ceci fut court avant qu’il reprenne une posture respectable et fit un assaut militaire en hochant de la tête. Néanmoins, il n’était pas rassuré loin de là de la nouvelle. Quel monstre pourrait venir la voir ?

“Très bien, Narumi, si c’est ce que tu souhaites… soit prudente, d’accord ?”

La voix qui avait commencé assuré et déterminé se finissait avec une inquiétude sincère de la part du joueur de poker. Il sortit du bureau en étant escorté par des soldats. Auguste réfléchit rapidement sur le chemin sur comment il pouvait se rendre plus utile pour la Terre. Il devait s'entraîner, au moins avec une arme à feu pour défendre la planète et ces proches… ces deux proches.

“Avec mon grade, ai-je le droit à accéder à l’armurerie et aux stands de tirs ?”
Contenu sponsorisé

Pas encore ! [PV] Empty
MessageSujet: Re: Pas encore ! [PV]   Pas encore ! [PV] Clock
 
Pas encore ! [PV]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPGDBZ :: RPG :: Terre :: Satan City-