Le deal à ne pas rater :
Corsair Vengeance LPX 32GB (2 x 16GB) DDR4 3200MHz C16 High ...
99.90 €
Voir le deal

Partagez
 

 Une bannière inattendue

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Baron Mars Babel
Baron Mars Babel
Demon
Masculin Age : 22
Date d'inscription : 16/11/2020
Nombre de messages : 148
Bon ou mauvais ? : Mauvais
Zénies : 1000

Techniques
Techniques illimitées : Sycophantes / Lame manxome / Orage Baronnial
Techniques 3/combat : Dramatique démonstration de supériorité / Laisse-moi essayer !
Techniques 1/combat : 16 - LA TOUR

Une bannière inattendue Empty
MessageSujet: Une bannière inattendue   Une bannière inattendue ClockLun 7 Déc 2020 - 19:26
Ah, Végéta. Quelle chance pour cette sphère rocheuse de sentir les bottes du Baron fouler sa surface ! Ses semelles se tenaient sur le rebord de l’immense immeuble d’un architecte béni par la présence de l’archidémon sur son empilement de briques et d’acier. Les plaques mortuaires grinçaient sous ses gencives. Les deux étoiles vertes contrastaient avec le ciel rouge des macaques. Et le vent, bien sûr, cherchait son étreinte, se jetant dans son manteau. Il venait de regarder la télé. Maintenant, il voyait le ciel se recouvrir de mécontent macaques. Ils recouvraient le soleil comme les nuées de flèches des guerres d’antan. Leur formation était dignes de canards sauvages, s’ils avaient patouillé dans une marre de vodka avant leur envol. En effet, il y en avait beaucoup, partout. Une grande vadrouille revancharde impeccablement ridicules. Quitte à se rebeller tous ensembles contre un pseudo-dieu et un congélateur, pourquoi ne pas le faire avec panache. Mais ces idiots risquaient de se faire abattre en plein. Un éclair qui parcourait leurs fourrures et l’armée de la sorcière de l’ouest se retrouvait abattue comme des gorilles d’un zoo humain. Admettons, hypothétiquement, qu’une nuisance inadmissible dans l’équation se mette à les diriger vers une très légère chance de réussir. Le Baron ne savait pas vers qui ces idiots se dirigeaient. Il ne savait pas ce qu’était un Freezer. Et, au grand dam de cette milice à l’esprit aisément corruptible, il avait complètement oublié tout sens de la stratégie militaire. Il ne méritait plus forcément les médailles de son manteau. Mais les Saiyen ne méritaient pas forcément une victoire contre le totalitarisme qui les attendait.

”’Hé ! Taxi !"

Sa puissante main s’éleva dans les airs comme avant de s'agripper à la ceinture-queue d’un orang-volant. Dans sa panique, elle se desserra magistralement, propulsant sa Majesté dans les airs, l’invitant à empoigner un autre cinquième membre simien, et ainsi de suite. De liane en liane, de queue en queue, l’archidémon se faisait roi des Tarzans volant. Leurs yeux devenaient vitreux en présence de son omnipotence. Ils n’étaient rien d’autres que des Sycophantes. Son aura était, ah ! si malheureusement affaiblie par ses handicaps autoproclamés qu’il ne pouvait pas faire se soumettre l’intégralité de l’armada primitive aux sous-vêtements de combat particulièrement développés. Son humble but se trouvait en tête de file. Après avoir suffisamment malmené les queues de Mickey, il termina sa course sur le dos d’un guerrier aux épaulettes comiquement élargies. Probablement une compensation apportée par un grade. L’éternel annihilateur de la cohésion se tint droit comme le pieu d’un empaleur, bottes jointes sur le dos de l’officier, son manteau aspirant le vent comme un noyé ramené dans le monde des vivants.

”’Quel est votre nom, mon cher ami ?!"

Le frottement face à ce maudit air forçait notre bienfaisant malfaiteur à crier pour se faire entendre. Comme les autres, il n’eut aucun mal à succomber au charme incessant prodigué

”Baron ! Je suis le Colonel Ticho, Baron !”

”’Et quel bataillon commandez-vous, Colonel ?!"

”Le Tonnerre Rouge, Baron !”

”’Ordonnez-leur de se poser !"

Comme un suicidaire, il s’exécuta. Les gorilles aériens appartenant à son groupe descendirent en masse sur le sol, genoux à terre, cheveux dans les airs. Ticho descendit, à quatre pattes, vulgaire estrade de quelques milliers d’unités de puissance. Humble et miséricordieux, le Baron ne l’utilisa pas comme scène sur laquelle entamer un discours. Face à cette poignée de centaines de guerriers de basse classe, il se frotta le menton.

”Flûte, alors, je n’ai préparé aucun discours...’"

Bien sûr, le Baron était en train de blaguer.


...

Pas vrai ?

”... Mmmh... ’"

Il maintint dramatiquement un silence tendu. La sueur froide collait aux fronts des prosternés. Aucun d’entre eux ne daignait bouger. C’était l’effet désiré. Définitivement.

”Ah ! C’est bon, je sais !’"


”’Messieurs ! Avant que votre sang ne commence à couler à foison, je dois vous faire part d’une de mes visions. Il y a quelques dizaines de minutes, je me prélassais dans un divan typique de votre culture. Le temps passait lentement, et mes yeux finirent par se fermer. Dans ma sieste, les couleurs passèrent à grande vitesse. Le chaos de mes pensées fit place à des rêves. Les rêves, des cauchemars. La nation glorieuse des Saiyens, en proie au désarroi et à l’anarchie ! Les portraits, carbonisés ! Les monarques, décapités ! Les tyrans, écartelés ! La culture civilement belliqueuse purifiée par les flammes comme les drapeaux d’antan ! J’ouvris les yeux dans un réveil anxieux et soudain, avant de sourire : ce cauchemar, c’était vous !"

Bien sûr, il ne portait aucun intérêt à la politique de ces macaques. Il jouait poliment à un jeu de société.

”’Vos dyarques ont disparu après leurs défaites. Votre roi a disparu après sa défaite. Votre cœur a soif de vengeance face à l’attrition apportée par cette constante loterie des puissants qui s’effacent sans cesse. ‘Pourquoi nous ? Pourquoi le peuple Saiyan doit-il se coltiner un système si troublé ? Pourquoi devons-nous combattre nos instincts pour le bon plaisir de la royautée corrompue et trop facilement détrônée ?’ La réponse est pourtant simple."

Pause dramatique.

”La société ne vous convient pas."

Les tombes lustrées de sa bouche grincèrent de droite à gauche.

”Pourquoi grognez-vous quand vous entendez ‘singes’ ? Est-ce une simple diminution de votre intelligence qui vous ennuie ? Non, il n’y a que la vérité qui blesse. Mais ! Mais… ne la voyez pas comme un handicap. Vous n’êtes pas de simples macaques mangeant des fruits et jetant leurs excréments. Vous êtes des prédateurs. Des apex. Vous êtes l’espèce la plus meurtrière de la galaxie ! De l’univers !"

Il écarta les bras comme pour étrangler des fantômes.

”Démantelez cette civilisation qui vous enchaîne ! Démontez ces bâtiments qui détruisirent vos jungles ! Redevenez donc ces créatures cauchemardesques qui hantent les rêves de tous les êtres intelligents !"

Ticho venait de laisser une lune artificielle se métamorphoser à partir de rien. Et ses soldats, de même, laissaient place à leurs vraies forces.

”RETOURNEZ ! AU ! SINGE !"

Il eut du mal à prononcer cette phrase. C’était si stupide de voir ces esprits simples obéir et laisser leurs premières natures déchirer leurs vêtements et leurs armures. Transformer Végéta en une nouvelle jungle urbaine de taille planétaire serait extrêmement hilarant. Mais il commençait avec un demi-millier de macaques de seconde zone, bien loin de l’armada désorganisée qui s’empressait d’avancer vers le stade. Sur la tête de Ticho, il hurla un premier ordre :

”DISPERSEZ-VOUS, MES ENFANTS ! PROPAGEZ MA PAROLE ! PARTAGEZ NOTRE VISION COMME UNE ÉPIDÉMIE BÉNIE !!"

Ce n’était que le début de cette vague de stupidité.
 
Une bannière inattendue
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une rencontre inattendue
» Une arrivée inattendue
» Une rencontre inattendue...
» Rencontre inattendue
» Une rencontre inattendue. [PV : Haruko ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPGDBZ :: RPG :: Vegeta :: Ville-