-41%
Le deal à ne pas rater :
Pack Smartphone Xiaomi 12X (6.28″ 5G 256 Go) + Xiaomi Buds 3 à ...
499 € 849 €
Voir le deal

Partagez
 

 Balade dans la ville des déchus

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Bill Majestas
Bill Majestas
Terrien
Masculin Age : 26
Date d'inscription : 17/10/2020
Nombre de messages : 111
Bon ou mauvais ? : Mauvais par necessité
Zénies : 0

Techniques
Techniques illimitées : High Voltage / Painted Faces / Oppidum / Dead Sun
Techniques 3/combat : Purple Beacon / Nothing Remains
Techniques 1/combat : Mind Breaker

Balade dans la ville des déchus Empty
MessageSujet: Balade dans la ville des déchus   Balade dans la ville des déchus ClockMar 20 Oct 2020 - 1:06

La folie serait de répéter en boucle la même chose en espérant un résultat différent. L’humanité et ses congénères étaient alors tous des aliénés. Peu importe la temporalité qu’il avait pu visiter, que ce soit par devoir envers le démon ou par curiosité, l’histoire se répétait toujours avec un seul détail qui les remplaçait.

Bill n'était pas censé venir dans cette temporalité en dehors des ordres de son maître. Cette chronologie était et restera la seule et véritable chronologie. Peu importe les changements qu'il y ferait pour provoquer plus de désarroi à la Time Patrol et ses alliés, c'était seulement ici que les victoires et les défaites comptaient et dans lequel un simple changement dans les rouages de l'horloge pouvaient faire de véritable dégâts. Son maître lui avait ordonné plusieurs choses ici : la mort de Turion, le bannissement temporaire de Légion et la disparition soudaine de Dayu Saizuki. Ils avaient eu leur impact, mais les gardiens refusaient d'intervenir. À croire que les actions de l'ancien maître des cartes les bénéficiaient. La pensée traversa le crâne de l'homme stoïque et une seule réponse lui vint à l'esprit : lui et son maître n'étaient pas les seuls à jouer les savants fous avec le temps. D'autres entités devaient sûrement prendre le temps précieux des forces de Chronoa... enfin, maintenant ancienne forces de la déesse, pour qu'ils aient le temps d'intervenir pour le survivant.

Il n'était pas venu par hasard sur Vegeta, à cet instant précis. Il connaissait Auros et son totalitarisme digne des pires despotes. À vrai dire, Majestas avait échappé au Hakaï quand il avait tenté de connaître toute son histoire pour les reléguer à son employeur dans une temporalité proche de celle-ci.

Normalement, sa présence dans l'univers RPGDBZ voulait signifier un détour dans la chronologie problématique de ce monde. Heureusement, pour les futurs prétendants au trône, Bill n'allait pas agir pour arrêter la procédure ou y participer. Il n'allait faire qu'observer avec le peu de temps libre qu'il avait. La temporalité que le démon lui avait offerte était sauf de toute manière. À aucun moment le Dieu-Empereur avait mis pied sur le sol de la Terre. À aucun moment, Demigra avait réussi à fuir de sa prison.

Une curiosité morbide, voilà ce qui l'avait amené ici. Qui serait suffisamment fou ou confiant pour jouer sa vie pour le trône ? Qui serait suffisamment con pour tenter de défier le dictateur à la place de se présenter pour la couronne ? La réalité était tellement plus agréable en tant que spectateur qu'une émission de télévision avec une histoire prédéfinie. En particulier quand les conséquences n'affecteront à rien de la vie des gens qui lui tenaient à cœur... loin d'ici, loin dans des temporalités encore cachées de la Time Patrol.

Alors, qui attrapera la couronne ? Qui y arrivera alors que les autres connaîtront une fin des plus horribles ! Que le spectacle du nouveau roi commence… quand ils seront arrivés, bien sûr. Il avait encore du temps devant lui à se balader dans la cité en ne posant  aucun problèmes aux forces impériales, entre le bruit des armes et des poings qui se rencontraient pour la première fois. Une partie de son âme était attristé de toute cette violence, mais ce n’était pas comme s’il pouvait y faire quelque chose sans les ordres de son supérieur.

Un simple être humain ne peut pas changer ce qui est gravée dans le marbre du temps.

Cabba
Cabba
Saiyan
Masculin Age : 25
Date d'inscription : 30/01/2018
Nombre de messages : 231
Bon ou mauvais ? : Je défendrais ceux qui en ont besoin.
Zénies : 1600

Techniques
Techniques illimitées : Distorsion Kick / Gravity Break / Garrick Cannon
Techniques 3/combat : Dimensional Impulse / Energy Shield
Techniques 1/combat : Big Bang Cannon

Balade dans la ville des déchus Empty
MessageSujet: Re: Balade dans la ville des déchus   Balade dans la ville des déchus ClockMer 21 Oct 2020 - 14:15
"Vous."

Depuis l’intervention des forces militaires de l’univers 13, la resplendissante capitale de Vegeta, terre du peuple saiyan de l’univers 7, n’était plus que l’ombre d’elle-même. Sous un ciel nuageux, les quartiers avaient été désertés, les emplacements stratégiques assiégés, les formations de défense rompues.

Seul le grondement lointain de la tempête empêchait la ville des déchus de tomber dans le silence.

"Je ne pensais pas que je vous rencontrerai à nouveau."

Les deux hommes qui se faisaient face au milieu du boulevard, à quelques foulées l’un de l’autre, ne se connaissaient pas malgré qu'ils se soient déja vus. Ce fut pour cette même raison que Cabba était resté à une certaine distance de son interlocuteur peu après avoir atterri non loin de lui : l’énergie vitale qui émanait de cette présence solitaire était tout aussi perturbée que celle de l’encapuchonné qui l'avait abordé par inadvertance peu après être revenu à la vie, perdu dans cet univers qui n’était pas le sien. Pourtant, cet individu était différent de celui qui avait fui la guerre sur Terre, il n’avait aucun doute… Alors pourquoi ressentait-il cette mauvaise intuition que celui à qui il s’adressait n’était pas celui qu’il pensait être ?

"Je ne sais pas pourquoi ni comment vous vous êtes enfui, sur Dösatz… Mais je sais de quoi vous êtes capable."

L’individu à la pierre énigmatique avait fourni malgré lui un début de réponse à toutes les interrogations qu’il se posait, avant de disparaitre tout aussi énigmatiquement non sans l’avoir mis en garde contre l’épée divine trouvée non loin de son corps endormi. Une lame entourée de secrets, dernier vestige d’un évènement auquel il serait lié mais dont il n'aurait curieusement plus aucun souvenir, qu’il avait décidé de faire sienne malgré tous ces avertissements. Mais l’avoir déterrée de son socle n’avait fait, au final, qu’entrainer davantage de questions…

Seul celui qui semblait tout savoir pouvait terminer ce qu’il avait commencé.

"Vous savez ce qui s'est passé sur Terre. Vous avez vu une partie de mon passé."

Au-dessus de leurs têtes, les nuages menaçants s’amassaient lentement, comme pour accentuer la tension qui perturbait l’atmosphère depuis l’invasion de l’enceinte royale par Auros et ses troupes.

"Si vous avez fouillé dans ma mémoire comme vous avez prétendu le faire lors de notre dernière rencontre, alors dites-moi ce qui s’est passé après le Tournoi du Pouvoir."

Le défenseur était certain qu'il s’adressait à l’homme encapuchonné avec qui il avait fait connaissance quelques temps plus tôt. Hélas, la personne auprès de qui il cherchait des indices n’était pas tout à fait celui qu’il cherchait. Peu importe. Le temps lui était compté. S’il lui fallait mettre toutes ses chances de son côté pour acquérir la vérité qu’il cherchait désespérément, alors il ne reculera devant aucune opportunité d’accomplir sa résolution — même si cela impliquait de se faire des ennemis et de vaincre un à un tous les adversaires qui voudrait l’en empêcher.

Si un simple être humain ne pouvait changer ce qui était gravé dans le marbre du temps, alors il pouvait au moins rassembler les fragments qui avaient été brisés et tenter de les déchiffrer.

"Dites-moi au moins si Vegeta a tenu sa promesse."

Dans son dos, la lame dimensionnelle résonna imperceptiblement, reflétant la venue d’un désastre dans le rubis qui ornait sa garde.

Bill Majestas
Bill Majestas
Terrien
Masculin Age : 26
Date d'inscription : 17/10/2020
Nombre de messages : 111
Bon ou mauvais ? : Mauvais par necessité
Zénies : 0

Techniques
Techniques illimitées : High Voltage / Painted Faces / Oppidum / Dead Sun
Techniques 3/combat : Purple Beacon / Nothing Remains
Techniques 1/combat : Mind Breaker

Balade dans la ville des déchus Empty
MessageSujet: Re: Balade dans la ville des déchus   Balade dans la ville des déchus ClockJeu 22 Oct 2020 - 17:33
Aie confiance !


Vegeta était maintenant sous le contrôle d'un dieu vengeur qui pourrait facilement faire disparaître ce misérable tas de roches de l'univers 7. Mais que ce soit par bonté ou par sadisme, il décida de s'en servir comme lieu d’une compétition au cours de laquelle un seul chanceux deviendra le roi de ces deux planètes tant désirées par l'Empire Cold. Les rues étaient maintenant abandonnées et l'employé du démon profitait bien du calme avant la tempête, bien qu'il puisse entendre loin d'ici la foudre frapper le sol. La fin de la planète Vegeta approchait à grands pas.

Mais quelle fut sa surprise de tomber face à face avec un autre étranger de cet univers chaotique : Cabba. Le saiyan le plus prometteur de l'univers 6 ! Il connaissait sa participation aux deux tournois que les dieux de la destruction avaient organisés pour leurs amusements, puis pour leurs survies, il y a bien longtemps. Néanmoins, il ne l'avait jamais rencontré en personne. Les instructions de son maître étaient claires concernant le voyage interdimensionnel : interdiction totale d’y mettre pied sous peine de mettre fin à l'univers parfait qui lui avait été si gentiment offert.

Le destin était particulièrement taquin avec son ancien souffre-douleur. Il le mettait en contact direct avec une personne que Williams Auguste avait rencontré, mais après la naissance de Bill. Il allait devoir utiliser ses techniques de bluffeur pour se sortir de cette mauvaise passe. La première était simple : le laisser parler. Il l'avait connu, selon ses dires, il connaissait le secret si précieux que le jeune lâche tenait tant à dissimuler. Il était temps de le laisser parler le plus longtemps possible pour obtenir le plus de connaissances possibles à ce propos.

Donc, la temporalité de la rencontre avec le champion d'azur était obligatoirement située entre l'arrivée de Dösatz et l'instant présent. Il aurait apparemment fui la scène en sa présence. En ayant connaissance du manque d'information que son lui du passé avait à cette époque, ça devait être l'émeraude qu'il l'a fait disparaître, craignant certainement pour sa vie face à l'élu de la lame enchantée, mais pourquoi ?

Ce fut en sondant l’aura du guerrier en face de lui qu’il commença à comprendre ce qui se passait : l’aura de Cabba était bonne, digne d’un avatar de la justice, mais dans le fond... quelque chose de sombre attendait le meilleur moment pour grandir… ainsi qu’une seconde énergie derrière lui qui n’était pas la sienne. Celle digne d’un démon, potentiellement pire que celui dont Bill était devenu l’esclave.



Les deux dernières informations dont il avait tant besoin lui furent offertes rapidement alors que la nature elle-même démontrait la fureur imminente qui allait se produire ici en les arrosant d’une forte averse. Il resta silencieux le temps que la question sorte. La meilleure façon de connaître le passé de Cabba et de sa relation avec Williams lui fut aussitôt servie sur un plateau d’argent .

“Vegeta a tenu sa promesse. Ton univers a été sauvé… à vrai dire, tous les univers ont été restaurés. Malheureusement, il n’a pas eu le temps d’être parmi nous pour te suivre jusqu’à Sadala.”

Il s'avança vers le champion d'azur d'un pas déterminé, mais loin d'être agressif. Chacun de ses pas ne renvoyait qu'une seule chose de sa personne : une grande assurance.

“Nous sommes d’accord que les actions, ou les visions dans notre cas, en disent bien plus que les mots.”

Il tendit sa main, invitant le saiyan perdu à la prendre tout en enfonçant son regard certain dans celui de son prochain patient.

“J'ai beaucoup appris depuis notre dernière rencontre, sur cette pierre qui est maintenant au niveau de mon cou. Je peux faire revivre le passé des gens à eux-mêmes. Il suffit seulement que tu acceptes cette poignée de main et que tu me fasses confiance de tout ton être.”

Le pacte allait bientôt se faire et les souvenirs du protecteur de Sadala seront bientôt sous sa manipulation. Il suffisait juste qu’il accepte l’offre.

Aie confiance !
Cabba
Cabba
Saiyan
Masculin Age : 25
Date d'inscription : 30/01/2018
Nombre de messages : 231
Bon ou mauvais ? : Je défendrais ceux qui en ont besoin.
Zénies : 1600

Techniques
Techniques illimitées : Distorsion Kick / Gravity Break / Garrick Cannon
Techniques 3/combat : Dimensional Impulse / Energy Shield
Techniques 1/combat : Big Bang Cannon

Balade dans la ville des déchus Empty
MessageSujet: Re: Balade dans la ville des déchus   Balade dans la ville des déchus ClockVen 23 Oct 2020 - 2:10
"Que voulez-vous dire ?"

Dès lors que l’homme à l’améthyste évoqua celui qu’il considérait comme son mentor, le cœur de Cabba éprouva un grand soulagement, mais sa raison resta alerte. Ainsi, Il avait bien tenu sa promesse… Les battements qui pressaient ses tempes ralentirent leur cadence, et il relâcha un souffle qu’il ignorait qu’il retenait jusqu’alors. Tant que l’origine de ce flou qui embuait ses souvenirs restera insaisissable, tout ce qui lui restait à faire était de se fier à ce qui se présentait à lui, même si cela impliquait d’offrir sa confiance à de parfaits étrangers. Mais parmi toutes ces vies qu’il ne faisait qu’effleurer, l’une d’entre elles s’avérait être une véritable porte de secours dans ce dédale d’incertitudes. Il ne lui restait plus qu’à savoir ce qu’il y avait de l’autre côté.

"Nous sommes d’accord que les actions, ou les visions dans notre cas, en disent bien plus que les mots."

Le défenseur des opprimés avait eu un aperçu des formidables pouvoirs que la pierre avait conféré au terrien : la faculté de lire dans le passé des gens par le biais d’un simple contact. Un fait face auquel le sadalien serait resté sceptique si seulement il n’en avait pas eu la preuve formelle : l’encapuchonné avait mentionné des détails marquants et intimes de sa vie, comme s’il les avait vécus lui-même, ce qui ne pouvait pas être qu’une coïncidence. Pour autant, se sentait-il prêt à remettre aveuglément sa confiance entre ses mains ? Si cela pouvait lui permettre d’avoir la conscience sereine concernant le devenir de son entourage après le Tournoi du Pouvoir, alors il n’allait pas hésiter plus longtemps avant de prendre le risque.

"J'ai beaucoup appris depuis notre dernière rencontre, sur cette pierre qui est maintenant au niveau de mon cou. Je peux faire revivre le passé des gens à eux-mêmes. Il suffit seulement que tu acceptes cette poignée de main et que tu me fasses confiance de tout ton être."

Cependant, une partie de ses dires lui avait semblé… équivoque. Vegeta avait donc tenu sa promesse, invoquant le pouvoir des Super Boules du Dragon afin de restaurer tous les univers détruits ainsi que toutes les planètes qui les composaient. Il aurait donc même regagné l’actuelle Vegeta I, reprenant la place de souverain qui lui revenait de droit. Pourtant, selon son interlocuteur, il n’aurait pas eu le temps de rejoindre Sadala… et le justicier avait beau essayer de se souvenir de leurs retrouvailles, ce fut à nouveau un vide impénétrable qui envahit sa mémoire. En y réfléchissant, il trouva plutôt étrange de ne pas se rappeler d’un évènement aussi important, lui qui désirait de tout son être renouer avec cette figure enseignante d’un autre univers. Il trouva tout aussi étrange d’avoir perdu autant de souvenirs qui lui étaient si précieux, d’avoir oublié les évènements qui avaient pu se produire, les endroits où il avait eu à se rendre, les combats qu’il avait eu à mener… Toutes ces suspicions n'arrêtaient pas de résonner dans ses oreilles comme une balle perdue ricochant à l'intérieur d'une cloche en laiton. Peu importe combien il essayait de les arrêter, il ne pouvait pas empêcher ces pensées de surgir dans sa tête comme des mauvaises herbes tenaces refusant de mourir pendant le froid rigoureux de l'hiver et poussant aux premiers signes du printemps. Il ne savait pas pourquoi son cerveau était si catégorique quant à associer cela à cet homme, Scalio, ni pourquoi il s'en souciait autant, mais il n'était pas si sûr de vouloir en connaître les raisons. En tout cas, pas tout de suite.

Pourquoi est-ce que je ne me souviens de rien ?

Les récents évènements l’avaient suffisamment bouleversé pour qu’il ait vraiment eu le temps de se remettre de ses émotions, quand bien même il les réprimait au plus profond de lui-même, derrière la façade déterminée et stoïque qu’il portait fièrement sur son visage.

Comment suis-je arrivé là ?

Comme s'il venait de se souvenir qu'il était toujours là, les yeux de Cabba se levèrent pour rencontrer ceux de l’homme à la capuche. Quelque chose changea alors, mais il ne put vraiment mettre des mots sur de quoi il s’agissait dans un premier temps. Il eut l'impression que les premières pièces du puzzle étaient sur le point de se mettre en place, bien qu'il ne puisse pas dire comment.

Cependant, tandis que sa main s’approchait lentement de celle du rescapé, il interrompit son geste. Ce fut à son tour de le regarder droit dans les yeux, et ce dernier put y lire l’envie de croire en un espoir nouveau par-delà la volonté imperturbable derrière laquelle il enfouissait tous ses ressentis. Il semblait s’être résolu à avancer coûte que coûte et à cesser de se montrer trop prudent face à l’incertitude au point de se fermer lui-même les portes qu’il lui fallait franchir. Le détenteur dimensionnel en personne n’avait peut-être pas lu dans son passé, mais s’il venait à le faire, il ne lui serait pas difficile de comprendre pourquoi il avait fini par ériger une telle protection autour de son cœur : lui qui avait aidé à résoudre des conflits interplanétaires, défendu des populations au péril de sa vie, honoré la confiance des divinités de son univers et accédé à une connaissance que bien peu de mortels pouvaient prétendre avoir, il lui avait fallu offrir de son être inconditionnellement, s’ouvrir peu à peu afin de pouvoir gagner la confiance des autres et pouvoir leur venir en aide. Mais les récents évènements avaient contribué à briser peu à peu cette sincérité qui ne demandait qu’à être partagée avec ce monde qu’il voulait tant protéger. Tant bien que mal, dépossédé en partie de son identité, il essayait d’en recoller les morceaux, plus vulnérable que jamais. Et parce qu’il ne pouvait plus supporter de se sentir aussi impuissant, incapable de venir en aide à ceux qui lui étaient chers et surtout à lui-même, il s’était juré de ne plus jamais se laisser aller à un tel état de pleutrerie.

Le temps n’était plus à fuir ses peurs mais de les affronter de son plein gré, de transformer sa modestie en bravoure, d’enfin faire valoir qui il était vraiment. Sinon, comment voulait-il tenir cette promesse qu'il avait faite au Prince de l’univers 7 ? C’était à son tour de faire sorte que son mentor puisse compter sur lui et d’honorer le respect qu’il avait fini par lui vouer.

"J’accepte… A une condition."

Tandis qu’une violente averse se mit à tomber sur leurs épaules éreintées, l’épée dans le dos de Cabba sembla vaciller, comme prête à apparaitre dans ses doigts comme il l’avait vu tant de fois lors de ses rêves éveillés. Mais la seconde d’après, la sensation disparut aussitôt comme si elle n’avait été qu’une hallucination. Une goutte de sueur dégoulina le long de ses omoplates abritées par une protection d’énergie vitale autour de lui mais il demeura impassible, concentré sur les quelques instants qui le séparaient de la suite de sa déclaration.

Au fond, il demeurait convaincu que leurs deux rencontres, faites à quelques jours d’intervalle, ne pouvaient être qu’un simple hasard.

"Pourquoi avez-vous fui, sur Dösatz ? Et qu’êtes-vous venu faire sur Vegeta I, si vous saviez que j’y rendrais suite à ce que vous m’avez révélé ?"
Bill Majestas
Bill Majestas
Terrien
Masculin Age : 26
Date d'inscription : 17/10/2020
Nombre de messages : 111
Bon ou mauvais ? : Mauvais par necessité
Zénies : 0

Techniques
Techniques illimitées : High Voltage / Painted Faces / Oppidum / Dead Sun
Techniques 3/combat : Purple Beacon / Nothing Remains
Techniques 1/combat : Mind Breaker

Balade dans la ville des déchus Empty
MessageSujet: Re: Balade dans la ville des déchus   Balade dans la ville des déchus ClockVen 23 Oct 2020 - 17:06
“Vegeta a été assassiné avant qu’il ne puisse venir sur Salada… Mes condoléances...”

Le bluffeur mettait ici à profit toutes ses connaissances en matière de contrôle de son langage corporel.Il baissa sa tête et mit sa main sur son cou en donnant ces fausses condoléances à la personne en face de lui. Était-ce un risque de jouer sur la mort d’une personne qui pourrait revenir pour le trône ? Certainement ! Est-ce que le jeu en valait la chandelle ? Complètement. Tout le scénario que le terrien allait créer spécialement pour Cabba allait tourner autour de la mort de son mentor. La dernière chose qu’il lui restait à faire était de trouver un bouc émissaire pour justifier le meurtre de ce dernier. Le seul moyen d’en trouver un potable serait de sonder sa mémoire. Il devait gagner sa confiance d’une manière ou d’une autre et l’hésitation du guerrier interdimensionnel semblait être forte, comme s’il se battait à l’intérieur de lui-même, à tenter de recoller le puzzle qu’était devenu toute son existence.

Néanmoins, alors que la pluie tombait sur l’encapuchonné et le champion d’azur, ce dernier décida de lui faire confiance à une simple condition : lui révéler les raisons de sa précédente fuite en tant que Williams Auguste. Bien qu’il aurait préféré éviter de présenter des différences physiques avec son lui du passé, il allait devoir les tourner à son avantage pour gagner la confiance du saiyan. Le démon en serait fier.

“Je pense que depuis le temps, tu as pu remarquer ma barbe et mon visage saccagés par l’épuisement. Le Williams Auguste que tu as connu il y a quelques jours était bien moi, plus jeune, mais incroyablement inexpérimenté avec les pouvoirs de la pierre. Je pense que la “fuite” que j’avais essayé de faire à cette époque était pour te séparer de ce que tu me caches en ce moment derrière ton dos”.

Il prit l’artefact violet dans sa main gauche en pointant Cabba du doigt. Encore un coup de bluff, un autre risque qu’il prenait pour sauver sa peau. Si l’énergie maléfique qu’il sentait derrière lui n’était pas la cause de la fuite de Williams, la manipulation tombait à l’eau.

“Maintenant, tu me vois avec Kami sait d’âge. J’ai trouvé comment me servir de mes dons dont l’un d’entre eux est de pouvoir voyager dans le temps. J’en ai profité pour connaître toute l’histoire floue de l’Univers 7. Cette période est particulièrement peu documentée dans le futur et ma curiosité sans fin m’a fait revenir ici pour que je puisse voir de mes propres yeux l'événement sans écran de fumée. Tu peux me considérer comme un archiviste, en quelque sorte.”

Un sourire apparut sur son visage avant de repositionner sa capuche pour éviter que la pluie ne l’arrose plus longtemps.

“Quant à toi, je ne savais pas que tu avais un rôle sur Vegeta en ce temps. Tu es une surprise comme parmi tant d’autres que je m’attendais pas à voir.”

Il poussa un petit rire de bon cœur, alors que le sien était devenu corrompu par les ténèbres.

“Si tu désires que je te raconte toute la vérité connue, je le ferai, mais je t’invite une nouvelle fois à prendre ma main. Voir les événements soi-même est plus efficace qu’entendre les rumeurs qui en découlent.”
Cabba
Cabba
Saiyan
Masculin Age : 25
Date d'inscription : 30/01/2018
Nombre de messages : 231
Bon ou mauvais ? : Je défendrais ceux qui en ont besoin.
Zénies : 1600

Techniques
Techniques illimitées : Distorsion Kick / Gravity Break / Garrick Cannon
Techniques 3/combat : Dimensional Impulse / Energy Shield
Techniques 1/combat : Big Bang Cannon

Balade dans la ville des déchus Empty
MessageSujet: Re: Balade dans la ville des déchus   Balade dans la ville des déchus ClockSam 24 Oct 2020 - 13:15



"C’est impossible."

Le ton de cette affirmation s’était fait aussi froid que la tempête qui s’abattait autour d’eux. Quelque soient les raisons derrière cette réponse si formelle — un automatisme de son inconscient pour bloquer l’angoisse qui s’apprêtait à ressurgir au fond de son cœur ou encore l’intime conviction que le terrien lui mentait — il ne les montra pas une seule seconde.

"C’est… impossible."

Cabba était persuadé que le réfugié ne lui disait pas la vérité. Il ne pouvait en être autrement. Après tout, il avait vu la prodigieuse étendue de ce dont le Prince des Saiyans était capable. Il s’était d’ailleurs distingué lors du Tournoi du Pouvoir par l’incroyable maitrise de ses compétences en arts martiaux et en maitrise de son énergie : il avait lui-même testé leurs limites à ses dépends lors d’un face-à-face qui fut malencontreusement interrompu. Lui qui pouvait prétendre être plus fort que n’importe qui dans tous les univers… Comment avait-il pu trouver la mort ?

"Mon maitre ne connait aucun égal dans ce monde. Jamais il ne se serait laissé vaincre si aisément, et encore moins prendre sa vie sans même combattre."

Pourtant, le Tournoi du Pouvoir regorgeait de participants valeureux dont les pouvoirs dépassaient l’entendement. Chacun d’entre eux avait eu l’opportunité de défendre son honneur et la survie de son univers en combattant leurs adversaires de toutes leurs forces. Mais les saiyans de l’univers 7 s’étaient très clairement distingué parmi toute cette foule, aux côtés des Combattants de la Justice de l’univers 11 ainsi que de ses pairs de l’univers 6. Malgré tout, lui et ses partenaires avaient échoué et si Vegeta n’avait pas tenu sa promesse, il ne serait même plus de ce monde pour pouvoir y penser. Ce seul constat suffit à lui rappeler la sensation oppressante du Néant désintégrant son être jusqu’à ce qu’il n’en reste plus un atome, et il frémit silencieusement sous son armure bleutée.

Qui avait donc pu prendre le dessus sur l’un des êtres les plus puissants du cosmos ? Comment le Prince des Saiyans s’était-il laissé assassiner, lui dont la prudence et la sagesse étaient le fruit d’un vécu hors norme ?
Qui avait pu se permettre de commettre un tel acte, qui pouvait prétendre dominer cet homme auquel rien ne résistait ?


Vegeta connaissait de nombreux ennemis, mais aussi loin que le sadalien en avait connaissance, aucun n’avait réussi à le mettre à terre pour de bon…

Sa main toujours suspendue au-dessus de celle de l’encapuchonné, il le dévisagea une seconde fois. Lors de leur première rencontre, il n’avait eu que peu de temps pour mémoriser les traits de son visage, et son amnésie n’arrangeait pas les choses. Pourtant, il était certain qu’en ce moment-même, il avait affaire à une toute autre personne.

A qui suis-je entrain de parler ?

Comme s’il avait lu dans ses pensées, le détenteur de l’améthyste ne perdit pas de temps pour répondre à la question qu’il lui avait posé quelques secondes auparavant :

"Je pense que depuis le temps, tu as pu remarquer ma barbe et mon visage saccagés par l’épuisement. Le William Auguste que tu as connu il y a quelques jours était bien moi, plus jeune, mais incroyablement inexpérimenté avec les pouvoirs de la pierre. Je pense que la "fuite" que j’avais essayé de faire à cette époque était pour te séparer de ce que tu me caches en ce moment derrière ton dos."

Le défenseur pencha légèrement son regard par-dessus son épaule.

Dans mon dos ?

Oui… La lame enchantée contre laquelle l’encapuchonné avait tenté tant bien que mal de le prémunir était bel et bien dans son étui, accrochée dans son dos grâce à une lanière de cuir qui passait d’un côté et de l’autre de son torse. Une épée dont l’origine, inconnue, restait encore à découvrir. A peine l’avait-il trouvé qu’il lui avait été dit de ne s’en approcher sous aucun prétexte. Pourtant, avec du recul, il estima que l’avoir récupérée avait été une bonne décision… et ce malgré les tourments que sa possession n’avait eu de cesse de lui causer. Il demeurait convaincu que son influence l’aiderait cependant à dévoiler la vérité sur les causes de la perte de sa mémoire ainsi que sur sa présence dans cet univers qui n’était pas le sien. Était-ce donc pour cette raison que son interlocuteur s’était montré aussi énigmatique ?

"Maintenant, tu me vois avec Kami sait d’âge. J’ai trouvé comment me servir de mes dons dont l’un d’entre eux est de pouvoir voyager dans le temps. J’en ai profité pour connaître toute l’histoire floue de l’Univers 7. Cette période est particulièrement peu documentée dans le futur et ma curiosité sans fin m’a fait revenir ici pour que je puisse voir de mes propres yeux l'événement sans écran de fumée. Tu peux me considérer comme un archiviste, en quelque sorte."

Il acquiesça. Cela lui paraissait compréhensible, mais dans le même temps ne répondait qu’à la moitié de sa question. S’enquérir davantage ne ferait probablement qu’intimider le terrien, poussant ce dernier à changer d’avis sur l’offre qu’il lui faisait… et ceci était bien la dernière chose dont Cabba avait besoin.

"Quant à toi, je ne savais pas que tu avais un rôle sur Vegeta en ce temps. Tu es comme une surprise parmi tant d’autres que je ne m’attendais pas à voir."

Le silence fut rétabli tandis que les gouttes ruisselaient contre la bulle d’énergie vitale que le défenseur avait fait apparaitre pour se protéger de la pluie.

"Si tu désires que je te raconte toute la vérité connue, je le ferai, mais je t’invite une nouvelle fois à prendre ma main. Voir les événements soi-même est plus efficace qu’entendre les rumeurs qui en découlent."

Que lui restait-il à faire de plus ? Ni rien ni personne ne pouvait l’empêcher d'accourir au palais royal pour obtenir une entrevue avec l’empereur de l’univers 13 et ainsi avoir le cœur net concernant ce qui était arrivé à son mentor, ou encore de faire demi-tour et regagner sa planète natale, quand bien même il n'avait aucun moyen d'y parvenir à sa disposition.

Pourquoi ce mauvais pressentiment ?

Mais avant même de se poser plus de question, ses doigts avaient déjà saisi la main du voyageur du temps. Toutes les pièces du puzzle commençaient enfin à se rassembler et s'il ne prenait pas cette chance pour se souvenir pleinement de ce qui s'était passé, pour trouver la vérité derrière le néant qui avait trépané son esprit, il sera définitivement condamné à regarder tout se dérouler sans rien pouvoir faire, destiné à ne jamais comprendre la vérité même.

Au fond de lui, il avait envie de croire à ce qui allait lui être montré et d’écarter une bonne fois pour toutes ses incertitudes. Mais depuis son retour dans ce bas monde, il avait rapidement compris que fuir ses peurs ne ferait que rendre le retour à la réalité plus douloureux encore. S'il voulait découvrir la vérité, il allait lui falloir prendre bien moins de recul avant d'agir, quitte à aller à l’encontre de ce que son cœur lui dictait…

"Montrez-moi ce que j’ai oublié."

Aussitôt, il sentit une profonde douleur à l’arrière de sa nuque, comme si on le saisissait et qu’on cherchait à tirer quelque chose de l’intérieur de son âme, de son esprit. Une infinité de sensations le traversèrent d’un seul coup, avant qu’une lumière aveuglante ne l’enveloppe, le forçant à...

.
.
.





...fermer les yeux.

Ses paupières s’ouvrirent immédiatement, mais il ne parvenait pas à voir quoique ce soit. Il était debout, dans une salle aussi resplendissante qu’ésotérique qu’il ne reconnaissait pas : tout était flou, et peu importe combien il clignait des yeux, rien ne redevint clair pour autant. Était-ce à force de pleurer ? Ou l’émotion qui l’enserrait le désorientait tellement qu’il était devenu incapable de discerner quoi que ce soit ? Il porta ses mains à ses joues pour essuyer les larmes qui en coulaient, mais elles étaient sèches. Hésitant, il fit quelques pas vers l’avant, laissant son corps se réhabituer au mouvement qui l’animait désormais. L’impression de néant qui pesait tant sur tout son être s’estompa peu à peu : après avoir eu l’impression d’émerger d’un rêve déplaisant, il finit par retrouver les sensations dans tous ses membres, une à une.

Il aperçu aussitôt des silhouettes se mouvoir au loin : des éclats de rire, des pleurs de joie et de soulagement parvinrent à ses oreilles, des acclamations retentirent de toutes parts, une chaleur humaine qu’il n’avait pas éprouvée depuis très longtemps. Au sein de la foule rassemblée sous la voûte du palais divin, il reconnut ses alliés de l’univers 6 et de l’univers 7 ; et parmi eux, faisant face à l’immensité du cosmos, se tenait l’homme qu’il désirait tant retrouver, fidèle au moindre de ses souvenirs. Ce dernier se tourna, un air impassible sur son visage, et ils restèrent à quelques pas l’un de l’autre durant ce qui sembla être une éternité.





Soudainement, il se sentit minuscule, plus petit qu'il ne l'était déjà. Le regard de son mentor toujours posé sur lui, il ne sut que dire, une infinité de questions lui venant à l’esprit. Un profond soulagement l’envahit mais il lui fut impossible de placer le moindre mot sur ce qu’il ressentait. Comment pouvait-il exprimer avec justesse toute la peur, toute la joie, toute la reconnaissance que son cœur éprouvait ?

"Maitre…" se lança-t-il, non sans une once d’hésitation envers ce pair à qui il devait tant.

Il se figea en voyant combien il avait l’air aussi peu confiant, et se ressaisit avec une intonation plus téméraire, droit comme un "i", les bras le long du corps :

"Maitre ! Vous avez été formidable ! Je n’oublierai jamais la volonté avec laquelle vous êtes venu à bout de tous vos adversaires, moi y compris. Je savais que vous ressortiriez vainqueur de ce tournoi, nous autres saiyans de l’univers 6 n’avions aucune chance face à vous."

Son cœur s’emballait de plus en plus et déjà, mettre de l’ordre dans ses pensées devenait difficile.

"Les mots me manquent pour exprimer l’obligation que je ressens envers vous qui avez tenu la promesse que vous m’avez faite, je—"

Mais avant que le sadalien ne puisse se confondre en plus d’éloges, Vegeta l’interrompit d’un simple geste de la main.

"La nouveauté de mon existence finira tôt ou tard par disparaître dans ton esprit, gamin. Nos cultures ont de nombreuses similitudes, et ma personnalité est la preuve vivante de leurs vastes différences. J’ai découvert, vécu et traversé des extrêmes que la plupart des mortels que j'ai rencontrés ne comprendront jamais complètement — ou voudront jamais chercher à comprendre, dans de nombreux cas, je pense."

Abasourdi, Cabba ne s'était pas attendu à une telle réponse. Lors de ses quelques visites dans l’univers 7, le prince lui avait partagé quelques histoires sur sa vie sur Terre ainsi que des anecdotes concernant ses voyages dans l'espace. Mais aucune n’avait révélé les plus horribles épreuves de son passé, au-delà de la destruction de la planète Vegeta. Vegeta lui-même n'avait jamais révélé ce qui l'avait causé, et Cabba n'était pas sûr de vouloir le savoir de toute façon. Satisfaire sa curiosité dans l’immédiat avait bien moins d’importance pour lui en ce moment que d'obtenir la confiance de son mentor.

"Les saiyans de ma planète ont été élevés et entraînés afin d’être efficaces en temps de guerre, Cabba. Ils étaient très fiers de leur mode de vie rude, aussi imparfait soit-il. Cette influence dès le plus jeune âge a fait de moi ce que je suis aujourd’hui — et m'a gardé en vie."

Son regard se fit contemplateur, ne serait-ce que pour un instant.

"Mais après avoir commis moi-même de nombreuses erreurs, j'ai appris que cette partie de moi ne fera jamais tout ce que je suis."

"Maître, je—"

Vegeta leva un doigt, ordonnant une nouvelle fois son silence.

"Je ne suis pas d'humeur à en dire plus, si ce n’est que tu ne devrais mettre personne sur un piédestal. Surtout pas moi."

Pour la première fois depuis de début de leur discussion, il décroisa ses bras et s’avança vers son élève d’un autre univers. Une main ferme mais bienveillante fut posée sur son épaule, ce qui le fit sursauter malgré lui. Mais le prince ne sembla pas lui en tenir rigueur une seule seconde.

"Tu n'atteindras jamais ton plein potentiel, que ce soit en tant que combattant ou en tant qu'homme, en t’engageant dans une quelconque adoration héroïque. Compris ?"

"Bien sûr." répondit-il, comblé.

"Demain, je m’en irai sur la planète où vit mon peuple afin d’aller à sa rencontre et de rétablir une situation politique adéquate. Tu viendras te présenter à la capitale dans trois jours : je te donnerai les coordonnées de notre rendez-vous dès que nous aurons quitté cet endroit. Dès lors, nous partirons vers Sadala et tu me présenteras à ceux qui dirigent ta patrie. Pour l’heure, j’ai besoin de passer du temps seul avec les miens… Mais je suis un homme de parole et je tiens à honorer cette promesse dès que possible, alors attends-moi."

"Je comprends… Vous pouvez compter sur moi."

Ils échangèrent un dernier regard, mais les traits de Vegeta semblèrent troublés, comme si son visage était peu à peu atténué par une étrange obscurité. Le défenseur de l’univers 6 le dévisagea encore quelques secondes, avant de se sentir de nouveau engourdi. Comment allaient Kale et Caulifla ? Depuis combien de temps n’avaient-ils pas bien dormi et bien mangé ? Rentreront-ils sains et saufs sur Sadala ? Comment allait-il annoncer la venue de son maitre à la garde royale ? Ces dernières pensées occupèrent son esprit tandis que ses paupières se faisaient lourdes, et…
Bill Majestas
Bill Majestas
Terrien
Masculin Age : 26
Date d'inscription : 17/10/2020
Nombre de messages : 111
Bon ou mauvais ? : Mauvais par necessité
Zénies : 0

Techniques
Techniques illimitées : High Voltage / Painted Faces / Oppidum / Dead Sun
Techniques 3/combat : Purple Beacon / Nothing Remains
Techniques 1/combat : Mind Breaker

Balade dans la ville des déchus Empty
MessageSujet: Re: Balade dans la ville des déchus   Balade dans la ville des déchus ClockSam 24 Oct 2020 - 17:40
Et ainsi commença la visite parmi les souvenirs de Cabba. Du moins, c’était ce qui lui avait été promis, mais il ne fallait jamais faire confiance à un serpent comme Bill Majestas. Il voyait en avance les vrais événements que son patient avait pu observer et commença à inventer un scénario complètement fictif pour rendre le saiyan de l’Univers 6 plus susceptible de consentir à sa manipulation.

Tandis que ce dernier revivait sa dernière rencontre avec son mentor tant admiré, le survivant des enfers chercha plus profond encore dans l’esprit du champion d’azur. Il était à la recherche du lien manquant dans son histoire : l’homme ou la femme derrière la mort du prince qui avait enfin atteint son trône dans la tête du prodigieux capitaine. Il avait pu voir en boucle diverses connaissances qui pourraient jouer le rôle d'antagoniste et dans un élan de sadisme qui avait évolué au fil des années, il le trouva enfin ! Une personne de confiance parmi ses rares connaissances, rencontrée sur Terre à combattre les Black Feathers… C'était le bouc émissaire idéal !

Néanmoins, alors que l’esprit de Bill restait lucide entre de la recherche de l’antagoniste de cette histoire et tout ce que Cabba avait vécu, il sentait qu’il devait y mettre fin pour l’instant. Son esprit pouvait tenir le choc, certainement l’un des dons de l’artefact, mais n’importe quel autre être intelligent lambda pourrait bien voir son esprit finir brisé dû au surplus d’informations. Il lâcha le guerrier avant qu’un tel incident arrive. Il allait être plus utile vivant que sombrant dans la démence.

“Désolé, mais je dois mettre fin à la vision pour le moment. Je peux emmagasiner autant d’informations d’un coup, mais pour toi, une personne qui n’a pas été élue par l’artefact, je risque de te donner des dégâts cérébraux qui pourraient t’être fatals.”

La pluie continuait à tomber sur les deux explorateurs. L’un du temps, l’autre des univers. Tout en réarrangeant son trenchcoat brun, il regarda sa marionnette dans les yeux.

“Peut-être qu’il vaudrait mieux que nous nous abritions vu l’orage qui approche. Tous les bâtiments sont maintenant isolés… Celui-ci fera l’affaire !”

Il se mit à courir vers une maisonnette pas très grande, sûrement un vestige des castes saiyannes à l’époque du père du mentor de Cabba. Maintenant à l’abri de ces temps prétentieux, l’homme à la capuche décida de s’asseoir sans pour autant enlever sa veste.

"Comment tu te sens, Cabba ? Revoir ton mentor et la promesse que vous vous êtes faites ? Pouvoir enfin voir dans le brouillard qu’est ton passé ?”

Il le regarda avec inquiétude, alors que la vérité sur les intentions du terrien ne pouvaient être pires pour l’avenir du saiyan sans queue.

“Généralement, il faut une bonne minute pour que le cerveau puisse tout digérer et passer à la suite. Mais j’ai une question… Veux-tu vraiment connaître la suite ? Par moment, l'ignorance est préférable à la connaissance.”

Il resta immobile un moment avant que son regard ne se mette à fuir temporairement celui du saiyan. Un jeu d’acteur convaincant de la part de Bill, pour renforcer l’impression qu'il avait malgré tout souffert de ses voyages, qu’ils aient été dans le temps ou dans les souvenirs des gens, potentiellement pour en avoir trop vu.

“Si tu désires t’arrêter ici, dis-le moi…”

Il adopta une posture plus détendue , son regard s'alignant avec celui de sa victime. Il tendit à nouveau sa main vers Cabba.

“Mais si tu souhaites qu’on voyage davantage dans tes souvenirs, tu sais quoi faire.”
Cabba
Cabba
Saiyan
Masculin Age : 25
Date d'inscription : 30/01/2018
Nombre de messages : 231
Bon ou mauvais ? : Je défendrais ceux qui en ont besoin.
Zénies : 1600

Techniques
Techniques illimitées : Distorsion Kick / Gravity Break / Garrick Cannon
Techniques 3/combat : Dimensional Impulse / Energy Shield
Techniques 1/combat : Big Bang Cannon

Balade dans la ville des déchus Empty
MessageSujet: Re: Balade dans la ville des déchus   Balade dans la ville des déchus ClockSam 24 Oct 2020 - 19:45



"Je tenais à te féliciter pour ta performance lors du Tournoi du Pouvoir. Malgré la défaite de ton équipe, tu as su mettre en pratique ce que tu as appris durant nos entrainements. Tu peux être fier de toi."

… qu’il se tenait agenouillé, un genou à terre et le torse incliné, devant l’intendante Vados.

L’ange n’accompagnait pas le dieu de la destruction dont elle était à la fois l’instructrice et la diététicienne, mais cela ne l’avait pas empêché de solliciter personnellement Cabba dans l’enceinte du palais de ce dernier.

"Je suis si soulagée d’être à nouveau aux côtés du seigneur Champa… Maintenant que tout est rentré dans l’ordre, j’ose espérer que cela le décidera à enfin prendre conscience de ses responsabilités." déclara-t-elle d’un air amusé.

D'un seul coup, son sceptre frappa les dalles sombres entrelacées d’or qui pavaient le sol à leurs pieds.

"Sais-tu pourquoi tu es ici, Cabba ?"

Pour être honnête, le sadalien n’en avait pas la moindre idée. Être ainsi convoqué, seul à seul, était un immense honneur qu’elle lui faisait : mais la lueur froide dans son regard d’argent présageait un évènement d’une grande importance. Peut-être même une mission à l’enjeu interplanétaire ? Il souhaitait que jamais entendre ce qu’elle attendait de lui.

"Non, madame." murmura-t-il, prêt à accepter toutes les éventualités qui se présenteraient à lui.

Elle lui adressa un étrange sourire, comme charmée par son ingénuité, avant de frapper de nouveau le sol à ses pieds. Ce fut à ce même moment que Cabba remarqua, sans qu’il n’ait eu le temps de s’en rendre compte, qu’un anneau ornait désormais l’un des doigts de sa main gauche. Un anneau amovible, d’une grande pureté, dont le métal doré resplendissait comme sous l’éclat de mille étoiles. Les pouvoirs de création des anges ne possédaient aucune limite et ne manquaient jamais de l’impressionner.

"En tant que divinités, nos interventions dans le monde des mortels doivent être les moins nombreuses possible, afin que ces derniers puissent disposer pleinement de leur libre-arbitre. Mais, vois-tu, je soupçonne l’avènement d’une perturbation dans l’équilibre de notre univers, et c’est pour cette même raison que je suis en quête d’un champion, d’un mortel qui se dévouerait à la protection des peuples, d’un être qui apporterait la justice là où tant d’odieuses incarnations maléfiques menacent l’équilibre que nous maintenons. Nous sommes tenus de ne pas agir directement... Mais une personne telle que toi pourrait remplir ce rôle à merveille."

Dans un élan de stupeur, son buste se redressa et la cadence de son cœur se mit à accélérer. Il peinait à croire ce qu’il entendait, et pourtant, le ton qu’avait employé Vados était loin d’être celui de la plaisanterie. Elle souhaitait faire de lui son ambassadeur, mais était-ce son initiative personnelle, ou jouait-elle les entremetteuses au service du Dieu qu’elle assistait ? Endosser cette responsabilité était un le plus grand des honneurs qu’elle puisse faire au modeste sadalien qu’elle avait fait venir à elle, qui n’osa prononcer un mot tant sa surprise et son enthousiasme étaient grands. Son dévouement envers ce qui lui semblait juste avait fini par porter ses fruits, et voilà que ce qui récoltait avait un goût bien plus éminent qu’il ne pouvait l’imaginer.

"Nombreuses sont les créatures qui planifient la destruction de leurs pairs. Comme les êtres corrompus par des forces anciennes provenant d’autres dimensions, par exemple, qui cherchent à dérégler le cours de l’espace et du temps afin de se l’approprier. Les Anges et les Dieux ont pour devoir de n’intervenir qu’en cas de dernière nécessité" se désola-t-elle en passant sa main dans sa longue chevelure, "mais je ne souhaite pas avoir à reconstruire des univers qui pourraient être sauvés. J’espère que tu approuveras ma décision et que tu accepteras cette mission que je te confie."

L’opportunité de prouver une nouvelle fois sa valeur malgré sa défaite au Tournoi du Pouvoir était si belle que le capitaine des forces de défense de Sadala oublia toute modestie, toute hésitation. Il s’inclina une fois de plus afin de montrer toute sa reconnaissance envers sa patronne, qui n’avait pas hésité à complimenter ouvertement ses actes de bravoure et reconnaitre son mérite en tant que défenseur.

"Je suis à vos ordres, madame."

"Bien." répondit-elle d’un ton enjoué. "Dans ce cas, je compte sur ton sens de la justice et sur ta diligence pour protéger ce monde que tu aimes tant des menaces qui le convoitent."

La demande qui lui était faite était si surréaliste qu’il n’insista pas davantage, de peur que l’ange aussi charmante que redoutable ne décide de changer d’avis.

"Oh, j’oubliais." ajouta-t-elle en pointant l’artefact qu’elle lui avait remis. "Ceci est un anneau de bénédiction, une marque d’allégeance, et une défense contre ces forces du mal qui tentent de mettre un terme à l’équilibre qui régit le domaine des mortels. Il t’offrira une protection divine contre leur influence et il t’informera également sur quelles créatures il te faudra porter le coup de grâce avant qu’il ne soit trop tard."

"Porter le coup de grâce" ? Ces quelques mots résonnèrent étrangement à ses oreilles, lui qui n’avait jamais ôté la vie de qui que ce soit, mais il s’efforça de ne pas y penser trop longtemps. Ce qui lui était promis était déjà bien trop pour le misérable mortel qu’il se persuadait d’être.

"Tu peux te relever, maintenant." ordonna-t-elle, "Je vais informer le seigneur Champa de mon absence le temps que j’organise ton retour vers Sadala."

"Bien, madame."

Obéissant, il se redressa et leva les yeux vers elle. Mais aussitôt, il remarqua que son visage n’était pas celui qu’il avait dans ses souvenirs. Ses traits devinrent comme estompés par les secondes : cette étrange impression se manifestait probablement pour quiconque aurait l’audace d’oser admirer une divinité plus longtemps qu’il ne lui était permis. Sentant que sa présence n’était plus imposée, il décida de faire demi-tour afin de regagner les splendides jardins qui ornaient le palace divin, et…





… se retrouva au centre d’une salle gigantesque, avec un silence presque sacré comme seule présence.

Ne pouvant empêcher son émerveillement, il prit le temps d’admirer les alentours : lui qui pensait être entré dans l’enceinte du palais royal de Sadala, il se trouvait en réalité dans le hall d’entrée du palais royal de Vegeta. Il avait demandé à Vados de l’y emmener afin qu’il réponde à la requête de son mentor ; demande que l’ange lui avait accordé non sans le réprimander avec indulgence.

Plus il traversait le couloir menant à la salle du trône, plus il fut étonné de ne voir ni sentir aucune présence afin d’en défendre l’accès, mis à part une garde rapprochée près du monarque. Vegeta ne lui avait donné aucune indication particulière si ce n’était d’attendre qu’il vienne à sa rencontre en personne, alors pourquoi cela faisait-il quelques minutes que son énergie vitale n'avait de cesse de s’emballer ?

"Maitre ?"

Brusquement, toutes les présences qui entouraient le souverain s’écroulèrent une à une, à l’exception de deux forces qui s’intensifièrent aussitôt, l’une contre l’autre, jusqu’à ce que de profondes fissures se creusent sur les murs et que les fenêtres éclatent en mille morceaux. L’anneau qu’il arborait fièrement, offert par l’ange qui l’avait élu comme son champion, se resserra si fort autour de son doigt qu’il ne put retenir un gémissement de douleur.

"Vegeta ! Tenez bon !"

Ses jambes le précipitèrent vers la salle du trône, réduisant à toute allure la distance interminable qui le séparait du lieu où les deux sources d’énergie semblaient se combattre de toutes leurs forces. L’une était indubitablement celle de son mentor, telle un océan à la fureur tumultueuse, qu’il reconnaitrait à des lieues à la ronde ; quant à l’autre, elle lui était non seulement familière sans qu’il ne puisse dire pourquoi, mais elle était si maléfique qu’elle le fit trembler de tout son être, manquant de lui causer un haut-le-cœur. Le temps glissait entre ses doigts comme de la poussière, mettant rapidement un terme à sa course effrénée, ne lui laissant aucun moment pour se préparer. L'adrénaline et l'impuissance rendirent toute manœuvre impossible, déferlant dans ses veines avec suffisamment de tension pour faire revivre des cités entières. Il y avait beaucoup trop de danger, trop de chaos, trop d'inconnu. Chaque seconde ressemblait à une éternité alors qu'il se tenait enfin devant la porte derrière laquelle son maître luttait pour sa vie.

Sans aucune cérémonie, il poussa de toutes ses forces les deux lourds battants qui gardaient la salle du trône isolée du reste du monde avant de se précipiter à l’intérieur…


.
.
.





Bill Majestas avait pu le sentir tandis qu’ils s’étaient tous deux mis à l’abri de l’orage, mais le corps de Cabba tremblait comme personne jamais tremblé. Pourtant, il semblait déterminé à ne pas lâcher sa main, ce qui força le voyageur du temps à le tirer de sa contemplation mentale.

"Comment tu te sens, Cabba ? Revoir ton mentor et la promesse que vous vous êtes faites ? Pouvoir enfin voir dans le brouillard qu’est ton passé ?”

Mais il ne reçut aucune réponse. Comme si le justicier était toujours entrain de vivre un rêve éveillé, sa conscience se situait à plusieurs endroits à la fois, se démenant de toute sa volonté pour garder le contrôle sur sa lucidité. Quelle que soit l’émotion qui l’étreignait, pas un seul son ne parvient à sortir de sa gorge nouée.

"Généralement, il faut une bonne minute pour que le cerveau puisse tout digérer et passer à la suite. Mais j’ai une question… Veux-tu vraiment connaître la suite ? Par moment, l'ignorance est préférable à la connaissance."

A ces mots, son interlocuteur sembla se ressaisir… Mais le regard qu’il lui lança à ce moment-là fut possiblement le regard le plus troublé qu’il lui ait été donné de voir. Des yeux noirs, si noirs qu’il n’en distinguait pas la pupille ; un regard égaré, affolé, tourmenté. Et il se tenait là, au bord du désespoir, bien trop immobile, bien trop pâle. Perdu dans un monde situé à des années-lumière de l’endroit où son corps subsistait…

"Si tu désires t’arrêter ici, dis-le moi…"

La seconde qui suivit, ses paupières étaient de nouveau closes et son torse palpitait sous son armure, inspirant, expirant, sa main de nouveau posée sur celle de l’encapuchonné en attendant que la suite du puzzle de ses souvenirs se mette enfin en place… et le monde recommença enfin à tourner autour de lui...
Bill Majestas
Bill Majestas
Terrien
Masculin Age : 26
Date d'inscription : 17/10/2020
Nombre de messages : 111
Bon ou mauvais ? : Mauvais par necessité
Zénies : 0

Techniques
Techniques illimitées : High Voltage / Painted Faces / Oppidum / Dead Sun
Techniques 3/combat : Purple Beacon / Nothing Remains
Techniques 1/combat : Mind Breaker

Balade dans la ville des déchus Empty
MessageSujet: Re: Balade dans la ville des déchus   Balade dans la ville des déchus ClockSam 24 Oct 2020 - 23:44
À quel point défendre ce qu'on aimait était-il acceptable ? Une simple question qui traversa l'esprit du manipulateur en voyant l'expression meurtrie et le regard sans vie de la poupée de chiffon. Il lui faisait vivre un enfer au nom d'un démon pour la survie d'une temporalité qui ne devait jamais avoir existé. Il se consolait en se disant que c'était nécessaire... le mal qu'il lui faisait subir était nécessaire pour eux.

Il profita dans la confusion du saiyan pour bien le regarder, pour avoir de possibles points d'accroche pour la suite de l'aventure. Il avait remarqué l'anneau au moment du contact avec sa main, mais il devait avoir d'autres artefacts à justifier pour rendre son histoire sans faille. Une chose qui le troublait néanmoins : l'aura démoniaque qui se trouvait dans son dos. Il savait qu'il existait. Dans le cas contraire, le protecteur de l'univers 6 aurait trouvé son bluff et l'aurait certainement pas suivi jusqu'ici.

Il se leva de sa chaise et se dirigea vers le protagoniste de son dernier ouvrage. Toujours dans ses pensées, sa victime le laissa passer derrière lui pour enfin voir l’artefact qu’il possédait : une épée avec un joyau rouge à son centre. L’arme du crime parfait pour le roi déchu dans la narrative du bluffeur. Il tira une chaise comme si rien n’était et posa ses deux mains sur les épaules de Cabba.

“Assis-toi. Rester debout tel une statue ne va pas t’aider à mieux subir tes souvenirs.”

Une fois le saiyan assis, il se mit de l'autre côté de la table et mit en position sa main pour que la fantaisie spatiale puisse continuer.  

“Nous pouvons reprendre !”

Le pauvre capitaine n'hésita pas une seconde pour reprendre ce supplice.
Cabba
Cabba
Saiyan
Masculin Age : 25
Date d'inscription : 30/01/2018
Nombre de messages : 231
Bon ou mauvais ? : Je défendrais ceux qui en ont besoin.
Zénies : 1600

Techniques
Techniques illimitées : Distorsion Kick / Gravity Break / Garrick Cannon
Techniques 3/combat : Dimensional Impulse / Energy Shield
Techniques 1/combat : Big Bang Cannon

Balade dans la ville des déchus Empty
MessageSujet: Re: Balade dans la ville des déchus   Balade dans la ville des déchus ClockLun 26 Oct 2020 - 14:45
Quelques secondes s’étaient déjà écoulées lorsque Cabba réalisa l’ampleur de la dévastation que le prince et son agresseur causaient par leur face-à-face acharné, et son cœur battait si fort dans sa poitrine qu’il ne parvenait à se concentrer tant leurs échanges étaient imprévisibles. Il reprit enfin le contrôle sur ses mouvements et enfonça d’un coup de pied les deux grands battants qui gardaient la salle du trône, lorsqu’il sentit l’énergie de son mentor s’évanouir si bas qu'il ne put presque plus percevoir sa présence. La panique explosa immédiatement dans sa poitrine, s’écoulant dans ses veines comme des éclats de glace.





Le monde s'arrêta. L'air se coinça dans sa gorge. Son être tout entier dut se faire violence pour se résoudre à ce qu’il venait de voir, pour accepter que ce n’était pas un mauvais rêve mais bel et bien la réalité. Une douleur éclata dans sa poitrine à cette pensée, si intense qu’il pensa devenir fou.

Ce fut comme s’il se tenait au bord du vide, surplombant la scène alors que les fragments du temps glissaient rapidement entre ses doigts, incapable de déterminer ce que l'écoulement impitoyable des secondes réservait à son destin. Il n'aurait jamais dû laisser mettre autant de temps avant de pénétrer dans la salle du trône. Vraiment, il aurait dû désobéir à la bienséance qui guidait ses actes et agir tant qu’il en était encore temps, avant que l’inévitable ne se produise.

"Non…"

Finalement, il se ressaisit juste assez pour sentir la présence de son mentor à quelques pas de lui, réduite à un frémissement d'énergie beaucoup trop imperceptible.

"Vegeta…"

Aussitôt, ses entrailles se retournèrent violemment et il dut retenir la bile de remonter le long de son estomac tandis qu’il jetait un coup d’œil autour de lui, à l’architecture grandiose de la salle, à l’averse qui inondait chaque recoin des fenêtres donnant sur l’extérieur, au corps de Vegeta étendu sur les marches menant au trône, gisant dans une mare de sang, les pupilles dilatées, une longue lame d’acier enfoncée dans le torse. C’était lui. C’était bien lui. Il ne pouvait en être autrement. Cabba serait capable de le retrouver parmi une foule d’un million de personnes tant son aura brillait si fort : mais il se tenait là, bien trop faible et bien trop pâle, sur ce trône qui lui revenait de droit.

Et il sut à la seconde où il le vit qu’il était déjà trop tard.

"Tenez bon, je vous en prie..."

Il tomba à genoux aux côtés du prince, le cœur battant à tout rompre, et posa sa main sur son front froid, essayant de parler, tentant de former au moins une phrase cohérente. Mais si Vegeta était encore conscient, il ne lui donna pas le moindre signe de vie….

Il n'y eut aucun aveu. Aucune excuse. Aucun regret. Aucun monologue passionné le suppliant de reprendre le combat. Aucun appel à la vengeance. Aucun adieu sincère. Il y avait juste Vegeta, noyé dans son propre sang, déjà mort, le cœur transpercé par le métal froid de la lame qui lui avait ôté la vie. Il y avait juste Cabba, des larmes coulant sur ses joues en voyant le regard de son ainé s’assombrir peu à peu, tandis que ce dernier rendit un dernier souffle qu’il ne reprendra plus jamais.

Aucun gémissement, aucun mot ne put sortir de sa gorge. Aucune des larmes qui coulaient abondamment sur ses joues ne purent être retenues. Ses pensées profitèrent du silence assourdissant pour se recroqueviller sur elles-mêmes et protéger sa raison du vacarme intérieur de ses tourments.

Une éternité sembla s’écouler avant qu’il ne se relève enfin, agité par une tristesse que nul ne pouvait voir. Chacune de ses respirations, chacun de ses gestes, chacune de ses pensées pesait des tonnes — une sensation qui n’était pas causée par le voyage intergalactique accompli quelques heures plus tôt. Il s’efforça de respirer, s’efforça de rester debout sur ses jambes tremblantes, s’efforça de garder son sang-froid : mais tout lui faisait mal, bien trop mal.

Dès leur première rencontre, Cabba avait été fasciné par Vegeta, quand bien même il avait réalisé à ses dépens qu’il était l’être le plus impitoyable qu’il ait jamais rencontré. Il était si puissant, chaque centimètre carré de son corps était conçu pour la guerre, entrainé pour le conflit, plus endurci et compact qu’aucun autre combattant à qui Cabba ait fait face auparavant. Il s’était montré si impitoyable, si brutal, si cruel durant leurs combats, que le sadalien avait même eu peur de lui, et dans le même temps il ne pouvait s’empêcher de lui vouer une profonde admiration. Quand bien même son potentiel pouvait aisément lui permettre de le dépasser en puissance, il savait pertinemment que Vegeta le surclasserait toujours aisément, que ce soit en résistance, en technique ou en contrôle de ses mouvements : l’humble défenseur s'était surpris à l'apprécier et à le comprendre de plus en plus avec le temps, le considérant comme un modèle au vécu inestimable. Peut-être même une figure paternelle, bien qu’il ne l’ait jamais avoué à quiconque.

Mais tout ceci n’avait plus d’importance. L’homme dont il avait le plus besoin n’était plus. L’homme à qui il vouait un profond respect n’était plus. L’homme auprès de qui il s’était promis de devenir meilleur n’était plus… Et aucun des efforts de son protégé pour stabiliser son état ne pourra faire quoi que ce soit pour renverser le cours tragique des évènements.

Et ce fut à ce même moment qu’il sentit sa présence.

Un individu se tenait quelques mètres dans son dos, les bras croisés sur son torse tandis qu’il observait la scène avec un sourire satisfait sur les lèvres.

"Bah ça alors… Si ce n’est pas ce cher capitaine Cabba, l’ "élite" des Forces de Défense de Sadala."

Cette voix…

Cabba se retourna aussitôt pour lui faire face, mais s’arrêta aussitôt.

Ce visage…

"Vous êtes…"

Mais son opposant ne lui laissa pas le temps de répondre, réduisant l’écart qui les séparait d’un pas décidé.

"C’est pas important. Tout ce qui importe est que j’ai défoncé ce Vegeta avant qu’il ne puisse nous menacer plus longtemps."

"Que—"

Son regard empli de dédain se posa quelques secondes sur le corps inanimé de sa victime, sans même prêter attention à son interlocuteur.

"On peut dire qu’il m’a sacrément déçu, pour un guerrier qui serait soi-disant l’un des plus grands guerriers des treize univers. Je m’attendais à plus de résistance de sa part mais il s’avère qu’il s’est laissé vaincre plus facile que prévu. Ce sera ça en moins à s’occuper, vous me direz."

"Des treize univers" ? Aussi loin qu’il le savait, il n’existait que douze univers dans le cosmos, alors de quoi parlait-il ? Et comment possédait-il une telle information ?

"Comment—"

"Vous pensez vraiment pouvoir faire quoi que ce soit maintenant que votre cher "maitre" n’est plus ? C’est à cause de vous qu’il en est là, après tout. Je veux dire, les coordonnées vers l’univers 7 ne sortent pas de nulle part, hein."

Le silence s’abattit sur ses pensées comme la pluie emportait avec elle le sang répandu à leurs pieds.

"Capitaine… Écoutez. Vous devez être triste, je comprends, mais faut que vous arrêtiez d’être naïf, un peu. Vous pensiez réellement que Vegeta allait se ramener sur Sadala avec des intentions pacifiques ? Après tout ce que vous avez rapporté à notre roi sur ce que les saiyans de son époque ont fait ?"

Aucun mot n’était suffisamment juste pour décrire comment Cabba se sentait à ce moment-là. Il était tellement confus par tout ce qui se trouvait dans sa tête qu'il était incapable de se concentrer assez longtemps sur ses pensées ou sur ce qu’il entendait devant lui pour comprendre pleinement ce que cela signifiait, avant que l’information ne devienne indiscernable de l’infinité d'émotions violentes qui se bousculaient tout au fond de lui.

Incompréhension. Culpabilité. Tristesse. Colère. Rage. Desespoir.

"Pensez à notre avenir, Capitaine. On ne peut pas prendre le moindre risqu—"





Le meurtrier de Vegeta eut à peine le temps de finir qu’une constellation d’énergie pure s’était formée autour de lui, ne lui laissant aucune possibilité de s’échapper sans voir son corps et son uniforme sérieusement endommagés. Leur nombre n’avait de cesse d’augmenter au fur et à mesure des secondes et si Cabba ne relâchait pas leur trajectoire, alors elles n’allaient pas tarder à connaitre le même destin que ces étoiles à qui elles s’apparentaient tant : une implosion si violente que la salle du trône toute entière allait finir aspirée dans un trou noir miniature.

"Décider par vous-même de ce qui est bon pour l’avenir de notre peuple est la preuve que votre ambition ne connait aucune sincérité."

Sans même que Cabba s’en soit être rendu compte, les mécanismes de son corps s’étaient enclenché et il s’était transformé, laissant échapper un hurlement qui se répercuta sur les murs fissurés du château, la puissance débordant hors de lui, envoyant des ondes de choc d'électricité dorée dans toutes les directions. La terre se mit à trembler sous ses pieds, créant de profondes crevasses dans les dalles qui n’avaient pas été soulevées par le souffle du précédent affrontement.

"Vous employez de bien grands mots, pour quelqu’un qui étiez prêt à tous nous mettre en danger, tout ça parce que vous persistez à voir le bon en tout le monde, même s’ils ont du sang sur leurs mains."

Quand bien même il pouvait se voir désintégré d’une seconde à l’autre, il y avait une telle témérité dans le regard de son adversaire que Cabba ne put s’empêcher de frémir. L’énergie qui émanait du corps de ce dernier prit alors la forme d’une aura sombre, comme si son esprit ne connaissait plus aucune morale.

"Je pensais que vous seriez à même de comprendre les intérêts de notre peuple, mieux que personne d’autre…" déclara-t-il, sincèrement désolé. "Mais tant pis. Vous ne me laissez pas le choix."

Puis il s’élança à travers l’infinité d’astres qui l’empêchaient de se mouvoir, prenant Cabba au dépourvu. Il le heurta de front avec la puissance d’une comète, le repoussant jusqu’à ce qu’ils s’écrasent tous deux trente mètres plus loin, à l’entrée de la salle du trône. La douleur se répercuta dans son dos et dans sa nuque mais il la ressentit à peine sous le coup de l’adrénaline : il dégagea son agresseur d’un coup de pied dans l’abdomen avant d’enchainer avec une brutale salve de ki directement dans sa poitrine.

La colère était bien trop forte pour qu’il puisse discipliner toutes ses pensées et tous ses gestes, mais il demeurait étrangement lucide. S’il tuait à son tour, même pour se défendre sa propre vie, alors il perpétrera un cercle dans lequel jamais il s’était toujours promis de ne pas tomber. Neutraliser ce soldat rebelle afin de l’interroger sur ses intentions était ce qu’il y avait de mieux à faire, mais il n’hésiterait pas à employer le potentiel incommensurable du Super Saiyan si cela pouvait lui garantir la victoire.

La colère. N’oublie jamais cette sensation.

Mais il faisait face à un combattant qui avait reçu les mêmes entrainements et été initié aux mêmes préceptes que lui. Seulement, il avait choisi de s’en détourner et de s’adonner à des actes impardonnables, soi-disant au nom de décisions prises pour le bien de leur peuple. Que s’était-il passé pour qu’il en vienne à de telles extrêmes ? Son capitaine ne pouvait comprendre ce qui se produisait dans son esprit, désormais insondable sous l’influence maléfique qui le possédait, mais il pouvait au moins tenter de le prendre à son propre jeu.

"S’il y a bien une chose que même Vegeta m’a dit, c’est que tuer qui que ce soit n’a jamais été et ne sera jamais la meilleure solution pour amorcer des enjeux politiques, je pensais que vous l’auriez également compris !" rugit-il sous le coup de l’énervement. "Peu importe ce qui vous motive, vous commettez une terrible erreur !"

Sur ces mots, il se lança à sa poursuite et ce fut à son tour de le prendre par surprise, saisissant son poignet et le tirant vers le bas afin de le déséquilibrer. Son genou s’enfonça aussitôt dans son ventre mais fut bloqué par une protection d’énergie vitale qui le repoussa vers l’arrière. Il se rattrapa juste au moment où son opposant avait levé son bras dans les airs, créant une déflagration sous ses pieds. Un bond l’empêcha d’être pris dans le souffle de l’explosion et il se précipita à son corps-à-corps, l’attaquant avec un ensemble de coups de poings rapides comme l’éclair visant à le déstabiliser. Le rebelle bloqua maladroitement les coups, créant une ouverture dans sa garde, dans laquelle son supérieur s’engouffra pour faire éclater son talon dans ses côtes : il se plia en deux, haletant, mais Cabba ne relâcha pas son coup et le fit décoller à quelques mètres au-dessus du sol avant de réapparaitre dans son dos.

Mais alors qu’il s’apprêtait à terminer son enchainement, le blocage de son caporal fut immédiat : une terrible décharge de ki maléfique qui laissa le disciple de Vegeta vulnérable le temps d’une seule seconde, et ce fut suffisant pour qu’il puisse se retourner et le saisir à la gorge.

"Allez donc dire ça à ces divinités qui se permettent de détruire des planètes et des populations entières pour leur bon divertissement." répliqua-t-il d’un air sombre. "Si de telles pourritures existent parmi les dieux, alors pourquoi pas parmi les mortels créés à leur image ? Vous savez très bien ce qui nous menace, Cabba."

Maintenant sa prise autour de sa gorge, il le précipita contre les marches détruites menant au trône, l’enfonçant dans le sol avec une brutalité inouïe. Son aura était bien trop oppressante, bien trop néfaste, et l’energie du défenseur fut comme endommagée au contact de ce suintement sombre qui s’épaississait jusqu’à perturber sa respiration, enserrer son cœur, blesser son âme.

"Si vous ne nous étiez pas mêlé des affaires des dieux, nous n’en serions pas là."

Il le tenait là, un genou posé sur son torse pour l’empêcher de se redresser, les paumes de ses deux mains pressées contre sa gorge, le pressant de tout son poids sans l’étouffer. Une technique de neutralisation familière, qu’il avait réalisé avec calme et sang-froid. L’électricité qui chargeait l’aura de Cabba finit par s’atténuer sous l’infuence de celle de son opposant, et l’océan bleuté qui se déchainait dans son regard retomba de nouveau dans les ténèbres.

"Vous… ne… savez rien…" murmura-t-il, son énergie vitale instable tandis qu’il cherchait a aspirer de l’air dans ses poumons.

Aussitôt ses mains se resserrèrent davantage, l’empêchant de reprendre sa précieuse respiration. Il se demena de toutes ses forces, lui donnant plusieurs coups de pieds, en vain : il pourrait aussi bien être fait de pierre, immobile, si lourd et si intense que le cœur de Cabba bégaya dans sa poitrine. Il mobilisa son ki afin de le repousser, mais cela ne fit que l’énerver davantage.

"Au contraire, j’en sais déjà trop."

Un étrange sourire, moqueur et condescendant, se dessina ensuite sur ses lèvres…

"Que les plus faibles s’apitoient sur leur triste sort. Que les plus forts terrorisent le troupeau ! Mais quoi que vous fassiez... vous êtes tous condamnés à mourir un jour, souvenez-vous en."

A ces mots, il souleva alors l’un de ses bras vers le ciel, rassemblant dans sa paume une sphère d’énergie aussi impénétrable que les ténèbres les plus pures, et une terreur froide et vertigineuse s’empara du sadalien tout entier. En ce dernier instant, l’homme qui lui faisait face n’était pas le caporal de l’unité de reconnaissance des Forces de Défense de Sadala qu’il avait connu et fréquenté.

"Sca... lio..."

Ses doigts s’enfoncèrent dans le bras qui le maintenait à terre, mais rien ne suffit à lui faire relâcher sa prise.

Je vais mourir...

L’anneau à sa main gauche émit une faible lueur, mais il était probablement trop tard pour que qui que ce soit ne vienne le sauver. Les paroles de Vados lui revinrent en mémoire et il réalisa avec désespoir que même sa patronne n’avait jamais eu l’intention de le protéger…

Incapable de prévenir son peuple contre l’insurrection, incapable de défendre son univers des forces du mal, incapable de venir au secours de ceux qu’il portait dans son cœur, incapable d’honorer les faveurs des dieux…

Son regard se tourna lentement vers le corps sans vie de Vegeta, empalé sur la superbe épée qui avait visiblement servi pour commettre son meurtre. Si seulement il pouvait se dégager et tendre ses mains, juste un peu… Il pourrait en saisir le pommeau… la soulever au-dessus de sa tête…

Je ne veux pas !

L’abattre vers son torse en un seul coup à travers l’air froid et humide…

Je ne veux pas faire ça !

Transpercer son cœur, faire couler le sang, ne faire qu’un avec le métal de la lame tandis que la vie s’échappait lentement de son corps…


Je ne veux pas tuer !

Sentir son énergie maléfique vaciller puis sortir de son corps, voir le regard de son subordonné plongé dans le sien tandis qu’il rendait son dernier souffle, un regard si triste qu’il perfora son âme…


"JE NE VEUX PAS ÊTRE COMME LUI !"

.
.
.





Ce fut une sensation de vertige qui tira brusquement Cabba de la contemplation de ses souvenirs. De fines gouttes de sueurs perlaient à son front et dans son dos, laissant un long frisson de terreur remonter toute sa colonne vertébrale. La cadence de son cœur était douloureuse. Sa respiration impossible à calmer. Ses muscles étaient tendus, ses doigts refermés autour du pommeau de l’épée dimensionnelle jusqu’à faire blanchir ses phalanges.

Abasourdi, son regard suivit distraitement la lame jusqu’à en atteindre la pointe, pointée vers le cœur de l’archiviste. Ce dernier avait de toute évidence lâché sa main, mettant fin à l’hallucination qu’il était entrain de vivre avant qu’il ne soit plus capable de discerner la frontière entre le rêve et la réalité.

Les mots restèrent coincés dans sa gorge. Ses pensées se firent assourdissante dans son esprit.
Peu importe ce que Bill Majestas avait à lui dire, cela s’apparenta à un bruit blanc à ses oreilles, lointain et distant.

Et de nouveau, le grondement de l’orage fut tout ce qui subsista dans la ville des déchus.
Bill Majestas
Bill Majestas
Terrien
Masculin Age : 26
Date d'inscription : 17/10/2020
Nombre de messages : 111
Bon ou mauvais ? : Mauvais par necessité
Zénies : 0

Techniques
Techniques illimitées : High Voltage / Painted Faces / Oppidum / Dead Sun
Techniques 3/combat : Purple Beacon / Nothing Remains
Techniques 1/combat : Mind Breaker

Balade dans la ville des déchus Empty
MessageSujet: Re: Balade dans la ville des déchus   Balade dans la ville des déchus ClockLun 26 Oct 2020 - 16:31
L’enfer, il faisait faire vivre à Cabba l’équivalent des bas-fonds de l’autre monde pour son propre profit… surtout celui de son maître. Le scénario devenait tellement intense que Bill commençait à avoir du mal à garder sa concentration sur l’histoire et sur les agissements dans le monde réel. Il devait rendre la mort de son mentor le plus tragique possible et l’antagoniste le plus détestable, mais crédible possible. La faute était maintenant sur un conflit d’idéologie dont Cabba était dans le déni et dans lequel son frère d’armes était dans le pragmatisme le plus total.
 
L’histoire continuait à grimper, encore et encore, le serpent abusait de son pouvoir sur ses souvenirs pour être certain que le pion soit manipulable, mais une surprise l’attendait. L’esprit de Cabba se mit à agir contre la manipulation.
 
Il rouvrit les yeux et...
 
 
Il se mit à voir l'épée démoniaque fonçait droit vers lui. Sans le temps de pouvoir réfléchir, l'artefact violet du bluffeur fit apparaître un bouclier digne de la meilleure division romaine existante devant lui pour bloquer la lame. Si ce n'était pas pour l'Oppidum, il serait un homme mort.
 
 
Il lâcha la main de Cabba avant de se lever de sa chaise et prit quelques pas en arrière avec le bouclier toujours actif dans le cas où le capitaine serait devenu berserk. Il pouvait voir sa marionnette transpirer de tous les pores de sa peau et semblait se battre pour respirer suffisamment pour survivre. Était-ce un mécanisme de défense dû à l'histoire qui devenait trop intense ou un mauvais coup de son épée ? Dans tous les cas, il n'était pas loin de briser l'esprit de son jouet. Il se devait d'être plus attentif à sa prochaine tentative. Moins avare et plus pragmatique. L'Oppidum disparut et laissa place à un face-à-face avec le traumatisé.
 
“Est...est-ce que tu m’entends, Cabba ?”
 
Sa voix était un mélange de fausses inquiétudes et de véritables terreurs. Le bluffeur pouvait encore garder son image d'homme amical et bienfaisant, malgré qu'il était en vérité un monstre bien plus nocif que le Scalio qu'il avait présenté à l'explorateur interdimensionnel.
 
“Écoute, j’ai merdé… j’aurais dû te laisser un break pour tout assimiler, mais je me suis fait avoir par toutes ces découvertes derrière la mort de Vegeta. Ma curiosité a failli coûter nos vies.”
 
Surtout la sienne, à vrai dire. C'était bien trop proche pour son confort personnel. Il se mit à croiser les bras tout en regardant en direction de sa victime.
 
“Je t’en prie, ne sois pas en colère contre moi, mais vu la tragédie qu’on a failli connaître, nous ne devrions pas continuer nos sessions de voyages dans ta mémoire.”
 
Il releva la tête pour défier le regard de Cabba… Il était toujours dans son petit monde, mais il commençait enfin à se ressaisir.
 
“Mais ne t'inquiète pas, ce qui suit est inscrit dans les futurs livres d'histoire. Scalio a réussi à provoquer la colère du dieu de la destruction de l'univers 13 quand il essaya une attaque avec une partie de l'armée saiyan le jour de son couronnement en tant que Dieu-Empereur. Il s'appelle Auros et se serait débarrassé du nouveau roi rapidement après sa tentative. Depuis, il commence à conquérir notre univers en représailles.”
 
Il rentra les mains dans les poches de son trench-coat tout en regardant le sol de la maisonnette, un instant, avant de la relever d'un coup.
 
“Peut-être est-ce là que ta place dans l'histoire commence !”
 
Il bluffait, mais l’étincelle dans son regard semblait tellement sincère. Une fois sorti des poches, il frappa sa main droite dans la paume de gauche, comme s’il venait de trouver la solution à un problème.
 
“Vois-tu, des élections se passent couramment sous le regard d'Auros pour désigner le futur roi de Vegeta et Vegeta 2 ! C'est ici que les archives commencent à être remplies de rapports confus et contradictoires. On ne sait pas qui a participé aux élections, encore moins le gagnant... peut-être que TU es le futur roi de ces planètes ! Au nom de ton ancien mentor !”
 
Mais sa fausse joie se changea rapidement en quelque chose de plus neutre, plus… triste, même…
 
"Le problème étant que les prétendants au trône qui perdront seront exécutés. Et je ne veux pas t'envoyer à l'abattoir si ce n'est pas ta place dans l'histoire de notre univers. Il serait peut-être plus sauf de s'allier à lui pour protéger l'avenir de Vegeta ou soit de tenter un coup, même si je te déconseille la dernière option. C'est un dieu de la destruction, après tout.”
Cabba
Cabba
Saiyan
Masculin Age : 25
Date d'inscription : 30/01/2018
Nombre de messages : 231
Bon ou mauvais ? : Je défendrais ceux qui en ont besoin.
Zénies : 1600

Techniques
Techniques illimitées : Distorsion Kick / Gravity Break / Garrick Cannon
Techniques 3/combat : Dimensional Impulse / Energy Shield
Techniques 1/combat : Big Bang Cannon

Balade dans la ville des déchus Empty
MessageSujet: Re: Balade dans la ville des déchus   Balade dans la ville des déchus ClockMar 27 Oct 2020 - 1:45



La pluie s’écoulait comme une berceuse, clapotant contre les dalles de pierre qui pavaient l’avenue centrale. Le ciel agité au-dessus de la ville semblait avoir été peint avec des couleurs sombres et ternes, striées de temps à autres d’illuminations suffisamment vives pour rester coller au fond des rétines. Les cris, les hurlements, les râles lointains s’estompaient tandis que les derniers résistants organisaient leur retraite, certains se dissimulant dans l’ombre de leur défaite, d’autres rendant leurs derniers souffles. Tels des sentinelles à la hauteur vertigineuse, les édifices qui jalonnaient la route vers le palais royal voyaient leur splendeur abîmée par toute cette destruction, l’élément dans lequel l’instigateur de leur invasion régnait en maitre. Les meurtriers d’hier étaient devenus les innocents d’aujourd’hui. Les mortels s’arrogeaient le courage de défier les dieux. Les divinités s’arrogeaient à leur tour le droit de répondre à leurs bravades insignifiantes.

Et Cabba ne savait plus où il devait se situer.

Parce que, pendant un bref instant, tandis qu’il contemplait ce paysage si époustouflant que cela ne paraissait pas réel, il crut pouvoir oublier le lourd fardeau qu'il portait sur ses épaules. L'heure de reprendre sa mission était enfin arrivé, mais le courant implacable du temps n'avait rien fait d'autre que d'accélérer les battements de son cœur.

Les mots de l’archiviste s’insinuèrent dans ses oreilles comme s’ils s’inscrivaient dans son esprit, mais les pages de ses pensées étaient loin d’être blanches, noircies à l’encre de ses peurs les plus profondes. Il le laissa parler sans l’interrompre une seule fois, l’écoutant seulement à peine, distrait par le chaos dont il ressentait l’étendue par-delà les fenêtres du refuge où ils s’étaient abrités, par-delà son cœur. Les frontières de son inconscient avaient été violées de force à sa propre demande et cela avait endommagé son âme, rendant ce qui lui avait été révélé encore plus insupportable. Malgré tout, comme maintenu par une volonté persistante, il s’efforçait toujours plus de garder les portes de sa vulnérabilité closes sous un air de détermination, bien que les larmes qui avaient creusé ses joues et la tension sur son visage montraient l’intérieur de son âme comme un parchemin grand ouvert. Une histoire dont les chapitres avaient été rédigés dans le désordre, voire même changés en évènements que nul ne se souvenait ni avoir lu ni avoir entendu parler. Pourtant, tout était bel et bien imprimé à l’encre indélébile, et le dénommé Bill Majestas venait d’y apposer son point final.

Cabba se sentait misérable. Il ne souhaitait qu’une chose : pouvoir enfouir ses émotions de plus en plus profondément jusqu'à ce qu'il ne puisse plus rien ressentir. Mais, il avait découvert que plus il essayait de ne rien ressentir, plus le contrecoup de ses émotions l’atteignait avec d’autant plus de violence. Peut-être qu’une des raisons pour laquelle il ne pouvait pas endurer la manifestation de ses propres angoisses était parce qu'il s’efforcer de nier qu’elles l’envahissaient de plus en plus, et ce même après avoir subi de lui-même les conséquences de sa propre curiosité.

Cette noirceur qui était en lui...
C'était la vérité, dans sa forme la plus cruelle et la plus nue.


Il s’était retrouvé face à ses propres peurs, forcé de se perdre dans les territoires les plus stériles de son subconscient, confronté à des aspects de sa personne qu’il aurait voulu ne jamais avoir à admettre à qui que ce soit. Il avait rejeté cette facette de sa réalité de toutes ses forces, confus, attristé, désespéré, en pensant qu’il finirait par se réveiller et échapper à l’évidence. Mais maintenant qu’il connaissait l’origine de l’épée enchantée qu’il transportait avec lui, maintenant qu’il s’était remémoré le traumatisme qui l’avait rendu amnésique, maintenant qu’il avait réalisé les enjeux de la trahison de son subordonné et des agissements vengeurs de l’empereur de l’univers 13, tout était devenu aussi clair que de l’eau de roche...

Et c'était si étrange, si salutaire, de se tenir enfin à l’autre bord du précipice de la vérité, d'avoir réussi à franchir l'une des interminables lacunes qui obstruait sa métamorphose depuis si longtemps.

Il prit le temps de repenser à ce qu’il avait vu, se remémorer chaque détail dans son intégralité. Il avait été trahi… non, il avait tiré des conclusions erronées à propos d’une situation déterminante dans sa vie. Il avait laissé cela se produire en connaissance de cause, et voilà où cela l’avait mené. S’il ne répondit pas immédiatement aux propos enthousiastes tenus par son interlocuteur, s’il prenait son temps pour considérer attentivement les faits, c’était parce qu’il voulait être certain ce que chacun d’entre eux impliquait et comment ils se rapportaient les uns aux autres, afin d’être sûr de ne pas faire les mêmes erreurs une seconde fois.

Ce n’est pas de la lâcheté. Ce n’était pas de l’hésitation. De la prudence et de la raison, voilà tout ce que c’était. Contre toute attente, il avait fini par revenir sur ses pas… Mais cette fois, il savait vers où aller.

L’encapuchonné le dévisagea une fois son discours achevé, comme s’il attendait une réaction de sa part. un acquiescement à toutes ces suggestions dont il venait de lui faire part, qui sait, lui qui avait observé tous les possibles qui pourrait se produire dès lors. Mais le défenseur de Sadala lui fit comprendre, d’un seul regard qui semblait porter tout le poids d’un univers, qu’il savait désormais ce qu’il lui restait à accomplir.

"Merci de m’avoir aidé à comprendre ce qui est arrivé à ma mémoire." murmura-t-il. "Mais toutes ces histoires de succession ne me regardent pas."

Son regard se porta sur ses doigts tandis qu’il abaissait lentement la pointe de son épée vers le sol. L’anneau qui lui avait été remis par l’intendante Vados ornait toujours sa main gauche, son éclat terni par l’obscurité.

"Je sais ce que je dois faire, à présent."

Son bras effectua un geste circulaire et la lame enchantée qu’il tenait fut aussitôt replacée dans son étui, avant que son corps ne s’enveloppe soudainement d’une aura à la puissance époustouflante, qui vint repousser sans effort tout ce qui se trouvait à plusieurs mètres autour de lui. Ses jambes décollèrent peu à peu du sol, puis il s’envola droit vers les cieux à une vitesse inouïe, jusqu’à disparaitre parmi les nuages chargés de tristesse, jusqu’à pouvoir effleurer du regard les étoiles par-delà l’espace, jusqu’à ne pouvoir ressentir quoi que ce soit, jusqu’à pouvoir oublier, ne serait-ce qu’une seconde, le désespoir qui assombrissait toujours plus son cœur.

Plus que jamais, il avait l'impression d'être déconnecté de lui-même. À la poursuite de quelque chose jusqu’au bout du monde. Une réponse insondable et inaccessible, au fin fond de l’univers.
Bill Majestas
Bill Majestas
Terrien
Masculin Age : 26
Date d'inscription : 17/10/2020
Nombre de messages : 111
Bon ou mauvais ? : Mauvais par necessité
Zénies : 0

Techniques
Techniques illimitées : High Voltage / Painted Faces / Oppidum / Dead Sun
Techniques 3/combat : Purple Beacon / Nothing Remains
Techniques 1/combat : Mind Breaker

Balade dans la ville des déchus Empty
MessageSujet: Re: Balade dans la ville des déchus   Balade dans la ville des déchus ClockMar 27 Oct 2020 - 8:30
Et ainsi, Bill avait atteint l'acte final de l'histoire du justicier de l'univers 6. Une histoire d'espoir et de trahison : un conte qui ne pouvait que faire naître ce sentiment de justice tellement mal utilisé par les mortels. Il en savait quelque chose : son arc narratif pour passer d'un terrien qui avait survécu le pire désastre que la Terre puisse connaître à un serviteur d'un démon pour atteindre son jardin d'Eden. Dans ce sens, il sentait véritablement triste. Au moins, sa mémoire était intacte et surtoute réelle quand il a accepté l'offre. Cabba... toute sa vie jusqu'à sa mort n'aura été qu'un mensonge élaboré par un fou.

Certains sacrifices doivent être faits néanmoins pour assurer la survie de son paradis : pour qu'un double puisse connaître une vie normale, dénué de dieux arrogants, de saiyans barbares ou d'artefacts étranges. Cette dernière se mit à briller quand la pensée du manipulateur en fit mention. Ils connaissaient tous les secrets de l'un et de l'autre maintenant. Enfin, c'était certain que l'améthyste avait l'ascendant dessus. Il savait qu'elle était véritablement consciente, mais le démon avait rien dit davantage alors qu'elle avait accès à sa pensée, ses rêves, ses aspirations et ses déceptions. Pendant une seconde, il se demanda si c'était son nouvel employeur qui l'avait mis sur le chemin de l'artefact depuis le début.

Mais il n'avait pas le temps pour questionner le trajet rempli de tournant qui était son existence. Un événement majeur allait se produire et il ne pouvait pas se permettre de le rater. Il était temps !


Un flash pourpre plus tard, la maisonnette était de nouveau vide, maintenant ternie par les méfaits d’un esclave envers un gardien.


Contenu sponsorisé

Balade dans la ville des déchus Empty
MessageSujet: Re: Balade dans la ville des déchus   Balade dans la ville des déchus Clock
 
Balade dans la ville des déchus
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Balade dans les rues [ Libre ]
» Petite balade en ville
» Petite balade en ville!
» Balade dans le désert
» Balade dans Satan-City

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPGDBZ :: RPG :: Vegeta :: Ville-