Partagez
 

 Là j'étais premier puis je me prends une fiole [PV Eliza]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Freezer
Freezer
Démon du Froid
Masculin Age : 21
Date d'inscription : 17/08/2014
Nombre de messages : 875
Bon ou mauvais ? : Sombrement mauvais
Zénies : 1240

Techniques
Techniques illimitées : Rayon de la mort/Frappe psychique/Disques de la mort
Techniques 3/combat : Nova Strike/Psychokinésie
Techniques 1/combat : Supernova

Là j'étais premier puis je me prends une fiole [PV Eliza] Empty
MessageSujet: Là j'étais premier puis je me prends une fiole [PV Eliza]   Là j'étais premier puis je me prends une fiole [PV Eliza] ClockLun 2 Sep 2019 - 11:18
Le seigneur du mal n’avait reçu la satisfaction qu’il attendait qu’une rencontre avec son éminent père. Basé sur l’accumulation de mauvaises nouvelles, la discussion avait rapidement tournée en remise en cause du Roi Cold. La présence de Rellum s’était montrée essentielle pour éviter un désastre, lui qui avait conseillé l’empereur d’or à la patience avec une grande justesse. Ainsi, le patriarche de l’empire n’en ressortait pas exécuter, simplement rappelé à l’ordre des réalités de sa situation : Il n’avait plus la même autorité sur son fils. Irrité, le maître du mal se devait maintenant de lutter contre la menace de deux brolies, un fléau digne d’un cauchemar de Paragus. Freezer s’était rendu au centre de commandement planétaire pour demander le suivi discret de ces deux saiyans, des espions camouflés dans les foules seront chargés du traçage des légendaires. C’était la moindre des choses, ces fameux agents auront ordre de ne pas attaquer les cibles et de ne porter aucun symbole d’appartenance à l’empire.


Il restait bien mille et un soucis, mais le maître de l’univers les traiterait à la volée des événements à venir. Dans son agenda se trouvait la venue d’Eliza, il avait demandé cette dernière lui avoir écho de ses actions au sein de l’empire, mais également lui communiquer ses intentions à venir. Car oui, il était bon de maintenir un certain contact avec les plus éminents représentants de l’empire. La présence comptait, et s’il venait encore à la déesse ancienne l’idée de jouer au trouble-fait comme lors de leur première rencontre, cette confrontation pourra lui rappeler les cruelles réalités. Freezer doutait tout de même d’une aussi rapide trahison, surtout que cette nouvelle gestionnaire profitait du luxe qui l’intéressait tant au sein de l’empire, mais elle pouvait très bien cacher son jeu. Le Cold allait donc devoir être un minimum prudent, si sa patience de démon du froid le lui permet…


Bien des heures s’étaient passées entre la venue du père de l’empire et celle d’Eliza, le château était donc vide et la belle ne devrait plus tarder à se présenter au souverain universel qu’était Freezer. D’ailleurs, le tyran n’avait pas lésiné sur les moyens, la plupart de ses serviteurs appréciaient le luxe et en serait ici servi. Situé dans le hall, un grand buffet aux couverts précieux, quelques gardes honorifiques aux armures faites sur mesures et un grand trône accueillant le fessier de sa majesté. En sa qualité de maître des lieux, le seigneur avait fait accompagner son invitée d’autant de garde qu’elle voulait, peut être porteraient-ils les couvertures la protégeant des -30° moyens régnant à l’extérieur.


Une fois présentée au frère de Cooler, ce dernier prit la parole sans quelconques animosité, il n’avait rien à reprocher à Eliza.


« Bienvenue, Eliza. Que penses tu donc de cette nouvelle conquête ? »


Il faudrait être dupe pour penser ici que la planète Freezer était un lieu de tourisme, le réel intérêt de ce caillou était évidement ses sols riches en minerais. Tout comme Héra, l’empereur d’or n’avait avant tout de vue que les ressources qu’offraient ses différents mondes, un objectif économique détaché de toute humanité. L’objectif de la rencontre n’était pas seulement de vanter son exploit, mais aussi de prendre une nouvelle plus détaillée des agissements de sa servante.


« J’ai eu vent du recrutement d’un mercenaire avare de richesses, j’aimerai en savoir plus à ce sujet. »


Freezer n’avait clairement pas prit le temps de consulter les potentiels dossiers qui lui avaient été remis, il était occupé aux négociations avec Majin Vegeta et préférait être informé en face à face. Il s’interrogeait aussi tout aussi naturelle sur ce que la gestionnaire pouvait avoir fait d’autre pour l’empire en l’absence du seigneur d’or.


« Au sujet de la planète Héra, qu’a tu entrepris d’autre ? »



La qualité d’exercice d’Eliza avait été définie comme la gestion en règle générale, attribution des projets, finance, organisation de gros. Freezer ne doutait pas de la fonction de son agente, mais il affectionnait d’être bien au clair avec ceux qui lui rendaient des comptes. Pendant que son invitée répondrait, Freezer prendra le temps de se lever à un instant qui arrangera temporellement le joueur d’Eliza.


Une fois levé, il se rendit vers le buffet, si la nourriture variée était appétissante, le maître du mal n’avait de vue que pour le vin, faisant signe à un serviteur de servir deux coupes. Perspicace, la déesse plantureuse ne devait pas avoir de mal à deviner que son chef lui invitait à prendre une coupe et à profiter du vin. Freezer était bon hôte tant qu’il n’était pas dérangé, il fallait espérer pour Eliza que les nouvelles soient bonnes.
Eliza
Eliza
Terrien
Féminin Age : 2001
Date d'inscription : 27/06/2018
Nombre de messages : 134
Bon ou mauvais ? : Chaotique Neutre
Zénies : 1200

Techniques
Techniques illimitées : Afflux Sanguin, Spirale d'Osiris, Sekhmet va jouer!, Service Chauffeur
Techniques 3/combat : Dame du Massacre, Briseur de Nekhbet
Techniques 1/combat : Khepri Sun

Là j'étais premier puis je me prends une fiole [PV Eliza] Empty
MessageSujet: Re: Là j'étais premier puis je me prends une fiole [PV Eliza]   Là j'étais premier puis je me prends une fiole [PV Eliza] ClockJeu 31 Oct 2019 - 18:03
« De combien dispose-t-on ? »

« Douze, Boss. C’est tout ce qu’on a pu réunir sur un laps de temps aussi court. »

« Satané trou à rat. Ça ira… Cela suffira... Il ne s’agit pas de faire une démonstration de force après tout. »


La limousine noire du groupe acheva sa course à quelques mètres du palais. Deux individus massifs en sortirent. L’un avait dans ses mains un épais manteau de fourrure duveteux qu’il maintenait ouvert ; l’autre s’empressait de faire le tour de la voiture pour ouvrir la portière de son passager. Le corps mi-nu d’une grande femme visiblement peu gênée pouvait à peine être entraperçu entre les deux massifs colosses qui l’accompagnaient, bouchant la vue, et qui la recouvrirent du fameux manteau avant même que ne serait-ce qu’un bout de peau ne se laisse deviner. Le manteau couvrait jusqu’à ses chevilles, et sa taille excessivement large lui donnait un air bouffant. Pourtant, sa coupe élégante et raffinée laissait supposer, couplée à la fourrure épaisse, qu’il s’agissait d’un habit de haute-couture dont le prix était probablement exorbitant. Mais cette relation n’était point à sens unique. Non, ça n’est pas seulement que ce manteau sublimait sa porteuse. Bien plus encore, c’est elle qui sublimait le vêtement qu’elle portait. Sa prestance et sa démarche assurée - mais digne - le laissait comprendre. Un tel manteau. Bouffant, large, flottant, visiblement trop cher pour le commun des plébéiens, visiblement trop masculin pour une femme, visiblement trop féminin pour un homme, visiblement trop tape à l’œil pour une vieille dame, visiblement trop vieillot pour une jeune femme. Qu’importe ces conventions ! Les regards se portant sur cette silhouette seraient alors frappés d’un étrange somnambulisme, hypnotisme ou simple philtre qui ne pourrait leur permettre de détourner les yeux.


De ses lèvres s’échappait une fine brouée. Même si elle n’était pas à proprement parlé blottie dans son manteau, elle était clairement atteinte par le froid glacial de la région. Plus que pour quiconque, sa présence ici était une expérience on ne peut plus désagréable. A défaut de mieux quant à la météo, au moins, les gardes avaient été avertis à l’avance de sa venue. C’est du moins la conclusion logique qui était à tirer de leurs salutations particulièrement distinguées et l’absence totale de résistance qu’ils exprimaient en leur passant sous le nez. Leur nombre était conséquent. A moins que ce ne fût qu’une illusion d’optique causée par les nombreux reflets dans la glace qui constituait les murs de ce palais. Difficile de retenir un petit rire sarcastique, alors qu’il y’a peu encore, il aurait fallu se débarrasser dans l’ombre de tout ce petit monde pour arriver jusque Freezer. Difficile également de retenir un soupir quant au fait qu’aux yeux de l’Empire, elle ‘’existait’’.





En parcourant les couloirs en longueur, au fur et à mesure qu’il s’approchait de la salle du trône, le groupe gonflait à vue d’œil. D’un coin puis d’un autre, progressivement, sans que les gardes n’y prêtent attention, des hommes en complets rejoignaient l’un après l’autre le petit groupe qui progressait. Dirigé par Eliza, épaulée par ses affectionnés servants, suivis très bientôt par une dizaine d’hommes, tout de noir vêtus. Une dizaine ? Une douzaine.

Qui entourèrent immédiatement l’Empereur en entrant dans la pièce. Quelle situation horrifique pour lui ! Comme c’est électrisant ! Allait-il se faire renverser ?! Attaqué, comme ça, aussi simplement, en sa demeure, sur sa planète …!?! Mourir comme un chien ?! Tout ce qu’il méritait !? Une telle raclure, rabaissé à bouffer le sol pour tout ce qu’il avait fait subir à tous ces gens. Voilà ce qui arrive à qui ne prête attention à sa garde !






Allons. Qu’allons-nous insinuer là. Les hommes entouraient l’Empereur en entrant dans la pièce, oui. Chacun s’était posé aux bords de la pièce. Les épaules hautes, le regard droit devant eux, un genou à terre pour saluer, avant de se relever, les mains derrière le corps. Eliza n’en fit pas autant. Bien qu’elle prêta une timide révérence en agrippant son large manteau au niveau de ses genoux. Albus et Horace, eux aussi, tenaient genou à terre. Bien que dans leur cas, il s’agissait bien plus de témoigner assistance à leur maîtresse que respect à l’Empereur.

« Très heureuse de vous revoir, Milord. Je vous remercie grandement pour cette invitation. »


Un sourire hautain, loin de l’expression de fatigue qu’elle avait portée tout le long du trajet, et bien plus caractéristique de son attitude, s’était redessiné sur son visage. Mais son regard, lui…

« Je constate avec plaisir que vos désir de conquêtes n’ont de limite que votre ego. Une planète riche en matières premières que nous avons là à exploiter. Et je crois savoir que vous retrouvez ainsi de fait votre terre natale ? Heureux de bientôt pour voir gambader dans le parc à bébé de votre enfance ? Je regrette tellement de ne pas avoir pu m’impliquer dans ces conquêtes. J’ai même eu vent d’une base rebelle sur Héra que vous auriez sobrement réduit à néant ; pendant que j’étais moi-même affairé à la mission que vous m’aviez confié. »


Eliza leva la jambe et, tout en se tenant à l’équilibre sur un talon haut, se saisit du second, qui, sans difficulté, se désolidarisa du reste de son soulier, prenant au passage une couleur cramoisie. Elle le jeta à même le sol frigorifique, et il finit par glisser jusqu’aux pieds du seigneur Freezer. Et un talon réapparu à son soulier quand elle posa le pied au sol.

« D’ailleurs. La voici. L’arme. Vous y trouverez le sang du ‘’Taureau de Fer’’, la mission avec laquelle vous m’avez taraudé. Oh. Enfin. Vous y trouverez sans doute bien plus encore de mon propre sang. Veuillez me pardonner. Impossible de me contrôler, j’ai tendance à en mettre partout ! D’ailleurs. Vous retrouvez exactement la même lame au sein d’un campement, N4°35’53.088’’ ; O74°4’33.758 ; sur Héra. Une petite base, cachée dans le renfoncement d’une petite montagne. Et avec un peu de chance, le cadavre qui va avec. Les heureux propriétaires de ce cadavre frais sont au courant qu’il s’agit d’un assassinat extérieur. Ils n’ont à priori aucune idée ni de l’exécutant, ni du commanditaire. Enfin. Ils n’ont pas beaucoup d’ennemis qui cherchent à se débarrasser d’eux, hahaha, conclut-elle sur un rire gras. »


Elle pencha la tête sur la côté en observant Freezer se lever et se servir à boire

« Enfin. Je pense que tout ceci, vous le saviez déjà. Tel que ce pirate… »


Comme pour faire l’asymétrie de son hôte, elle claqua des doigts et s’assit sur un fauteuil orné d’or qu’Albus fit inexplicablement sortir du sol. Elle accepta avec plaisir l'invitation tacite de Freezer quand Horace lui apporta un verre du vin dont Freezer s'était servi, sans manifester la moindre inquiétude d'un quelconque empoisonnement. Mais son regard, lui…

« Merci pour votre hospitalité, dit-elle avant d'avaler une gorgée de vin.Il me faisait de la peine, vous savez. Il puait. Terriblement. Et je parle bien de son odeur. Pas de sa personne. Son camarade - Anubis ai pitié de son âme vacante -, puait de tout son être. Lui, non. Il empeste la moisissure et le poisson pas frais. Imaginez ! Un pirate ! Dans l’espace ! Qui pue comme un pirate de haute mer ! Ahahah ! Je ne m’en lasse pas… »


Elle s’affala dans son fauteuil, se tenant au chaud autant que possible dans son manteau, avant de reprendre. Sur un ton plus personnel. Et son regard, lui…

« … mais. Un contrebandier, c’est ce dont nous avons besoin à moyen terme. Ses relations pourront nous aider à ouvrir des routes marchandes. Dans le même temps, il sera aisé de retrouver de potentiels autres contrebandiers sur nos possessions et les chasser, grâce à son aide. Sa simplicité nous ouvrira la voie pour l’exploiter de cette façon. Le pauvre fou ne demande qu’un peu d’or, et pense qu’il n’aura que de missions basiques de reconnaissance et d’élimination. Il n’a pas totalement tort. Mais dans l’ombre, sans qu’il n’en sache rien, je pourrais bientôt débuter à fournir les systèmes voisins en ressources d’Héra grâce à lui. Je prépare même activement un rapport pour échanger avec Dösatz. Des richesses qui devraient vous intéresser, hmm ? »


Eliza s’affala davantage encore sur son siège. Son discours et ses mimiques étaient hautains et exagérés, comme à son habitude. Mais son regard lui, était exténué. Urgh. Parce que plus encore que Freezer. Urgh. Je déteste le froid.

Là j'étais premier puis je me prends une fiole [PV Eliza] Fluffy10
Freezer
Freezer
Démon du Froid
Masculin Age : 21
Date d'inscription : 17/08/2014
Nombre de messages : 875
Bon ou mauvais ? : Sombrement mauvais
Zénies : 1240

Techniques
Techniques illimitées : Rayon de la mort/Frappe psychique/Disques de la mort
Techniques 3/combat : Nova Strike/Psychokinésie
Techniques 1/combat : Supernova

Là j'étais premier puis je me prends une fiole [PV Eliza] Empty
MessageSujet: Re: Là j'étais premier puis je me prends une fiole [PV Eliza]   Là j'étais premier puis je me prends une fiole [PV Eliza] ClockDim 3 Nov 2019 - 15:08
L’attente n’avait pas été bien longue, il semblerait qu’au contraire de son apparence, l’agente du seigneur doré pouvait se targuer d’un certain respect des règles de sa majesté. Elle entrait en scène accompagnée de serviteurs inintéressants, heureusement, ils n’avaient pas un rôle central. C’était une décoration pour les salutations. Confortablement reposé sur son trône, Freezer ne pensait pas une seconde pouvoir être trahi, il savait ses pions trop faibles pour rivaliser face à sa sainte puissante. Mais en bon maître, il donnait aussi juste assez à ses servants pour qu’ils y tiennent. Néanmoins, la belle n’affichait aucune peur, et se permettait de saluer son seigneur en vantant sa dernière conquête. N’étant pas d’humeur très causante en raison de son altercation avec son père quelques heures auparavant, le maître du mal ne se permit aucun commentaire dans le discours d’Eliza, la planète Freezer n’était pas le monde d’origine des démons du froid. C’était sans importance, ce que voulait l’empereur, c’était le sang du taureau, une discussion orientée sur les résultats et un bon verre de vin.

Loin d’être idiote, l’agente le comprit en confirmant la mort du traitre de l’armée impériale, avec une preuve carmine de sa confection. C’était certainement le sang du rebelle qu’elle avait su transporter avec ses capacités, une bonne chose. Pour la vérification approfondie, cette pauvre Eliza était espionnée de plus ou moins loin par les rares agents que Freezer mettait à disposition, ils s’étaient eux même chargé de confirmer qu’un combat avait bien eu lieu dans le cœur des montagnes. Il ne manquait finalement que la preuve formelle qu’elle était bien la commanditaire, celle qu’elle livrait aujourd’hui, réjouissant modestement le Cold.

La suite fut moins intéressante, Eliza se mit à commenter pendant presque une minute entière l’odeur émise par leur nouveau mercenaire : Edouard le bel ami. C’était un lascar des bas-fonds, disposant d’un navire et d’un équipage adapté à la panique et au désordre des peuples cibles. Freezer ne s’était d’ailleurs pas privé de ses services en l’envoyant embrigader la population du monde de glace qu’il possédait désormais. Mais hors des odeurs, Eliza se taillait déjà une vision économique du terme, notamment avec la fameuse planète Dosatz, un vrai havre financier. Le Cold ne savait que trop bien que les ressources de la planète Héra étaient suffisantes pour augmenter significativement l’ampleur des caisses de l’empire. Il suffisait alors qu’un support de revente en masse des produits bruts et affinés, la planète commerciale remplissait ce rôle à la perfection.

« Tu parles beaucoup. »

Commença le tyran d’une voix détachée d’amabilité.

« Néanmoins, l’élimination de ce traitre était une nécessité pour que l’armée ne se rende pas au service de ces insectes d’Héra. »


Il agitait la coupe de son vin, assis sur son trône extravagant.

« Quant à Dosatz, c’est une source commerciale intéressante, la meilleure même, je veux des résultats et des contrats. Ils fermeront les yeux sur la marchandise. Je compte sur ton travail pour leur vendre notre excédent d’esclaves et de matériaux. »

Freezer n’avait pas tant de raisons de s’inquiéter, cela faisait maintenant plusieurs mois que sa gestionnaire ne faisait que bien peu de fautes. Malgré son comportement parfois extravagant, elle ne manquait pas de compétence à l’instar de certains autres déchets de son armée. Il était donc peut être judicieux d’offrir plus de possibilités à cette dernière. Ce serait un bon exercice de sa loyauté, mais aussi de ses capacités. Désintéressé de la simple gestion de ses planètes, le seigneur d’or avait déjà nommé son plus fidèle serviteur, Rellum, superviseur de la planète Freezer. Il était tout à fait crédible de formuler la même proposition à l’encontre d’Eliza.

« Il est bienvenue que tu fasses de telles entreprises, tu m’as prouvé ta valeur et je pense pouvoir te faire une petite proposition. »


Malgré la bonté dont il allait faire preuve, le démon du froid ne semblait pas afficher une mine empathique. Il prit néanmoins le temps de finir sa coupe de vin, lui offrant le temps de préparer une allocution claire.

« Ton travail sur Héra ne me déplait pas, j’en suis même satisfait, je te propose donc le titre de superviseur, tu prendrais donc le contrôle de la planète. »

Au compte de sa majesté impériale bien sûr, mais l’esprit d’une commanderie de tous les aspects du monde désertique était bien là. Evidemment, cette offre demandait une assiduité totale de la part de l’agente. Mais d’une autre part, cela lui ouvrait aussi les portes de la confiance de Freezer autant qu’une capacité à le trahir en obtenant une planète entière à son service…


« Qu’en dis-tu ? Je ne veux pas perdre plus de temps à m’occuper des misérables qui peuplent la hiérarchie d’Héra. »


Il était temps pour la belle de prendre une décision.
Contenu sponsorisé

Là j'étais premier puis je me prends une fiole [PV Eliza] Empty
MessageSujet: Re: Là j'étais premier puis je me prends une fiole [PV Eliza]   Là j'étais premier puis je me prends une fiole [PV Eliza] Clock
 
Là j'étais premier puis je me prends une fiole [PV Eliza]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Profil d'un futur Premier ministre
» Prends les armes et vois la gloire, elle t'appartient [PV armée de Kanoë]
» europe ❖ je voulais être seule mais trop tard, j'étais déjà née.
» Dans quelle mesure puis-je jouer mes pouvoirs d'ombre?
» Le peuple acceptera-t-il ce premier ministre ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPGDBZ :: RPG :: Freezer :: Château de Freezer-