Partagez
 

 Les retrouvailles des Oubliés

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Edouard le Bel-Ami
Edouard le Bel-Ami
Masculin Age : 16
Date d'inscription : 09/06/2018
Nombre de messages : 171
Bon ou mauvais ? : Neutre
Zénies : 350

Techniques
Techniques illimitées : Canons fantômes ¶ Équipage fantôme ¶ Cordes directrices
Techniques 3/combat : Charge cosmique ¶ Requin fantôme ¶
Techniques 1/combat : Kraken

Les retrouvailles des Oubliés  Empty
MessageSujet: Les retrouvailles des Oubliés    Les retrouvailles des Oubliés  ClockMer 31 Juil 2019 - 2:34
L’amour poussait les gens à faire des choses complètement insensées… Comme suivre les directives d’un rêve dont ils n’étaient pas sûrs de la véracité des propos. Cependant, Edouard n’avait pas hésité une seule seconde ; retrouver l’être dont il était tant obsédé était une priorité. Il était seul – il l’avait été pendant des années, même des siècles, et il pouvait remédier à cela, qui lui en voudrait ? Peut-être Kym. Il anticipait sa réaction, une réaction qui s'annonçait violente et incontrôlable, était-il prêt ? Après tout, il avait déjà subi ses excès de colère il y a de ça des siècles. Néanmoins, il n’avait plus les tentacules qui fascinaient tant sa prédatrice, il allait devoir trouver un autre moyen de captiver son attention. Mais, ce n’était pas le seul problème, au contraire. Non, il ne ressemblait plus au monstre qu’il avait été. Son apparence allait poser quelques soucis, Kym risquait de ne pas le reconnaître. Toutefois, son comportement n’avait pas changé, toujours aussi carnassier, grossier et provocateur, un peu comme Kym ? Un brin de folie en moins sûrement, sinon ils étaient très similaires même s’ils le nieraient.

Quoi qu’il soit, l’équipage du Georges Duroy était bien arrivé sur la planète discrète qu’était Métamol. Les vénérables anciens de la planète étaient la seule raison pour laquelle la planète était connue dans le monde entier. Apparemment, ils apprenaient à quiconque le voulait le pouvoir de fusionner avec le compagnon de son choix, tant que cela ne défiait pas les lois de la physique. Une sombre idée était venue à l’esprit du Capitaine en imaginant la fusion de Kym et lui-même sous forme de poulpe… En fait, mieux valait ne pas se l’imaginer, une véritable chimère serait créée. Oubliant cette idée, le pirate avait rassemblé ses hommes sur le ponton pour les informer dans la situation dans laquelle ils étaient et également le déroulement de la suite des événements.


"Bon, j'suis désolé les gars. Cette fois, rien d’excitant, vous m’attendrez ici sagement, sagement hein, pendant que je règle deux trois affaires personnelles, ça devrait pas durer trois plombes. Faites pas cette tête, on se rattrapera plus tard, vous connaissez Freezer, il a dû prévoir d’autres conquêtes où on pourra se défouler !"

Un signe de la main et il disparut, transporté une énième fois par les cordes ensorcelées du navire qui le déposèrent sur le sol. Les cordes disparurent et laissèrent le capitaine seul. Ce dernier était perdu, comment trouver une petite statue dans un dôme pareil ? Il fallait qu’il se souvienne des paroles exactes de l’elfe. "Sous le plus grand des dômes de Métamol, au cœur de la grande place, se trouve l’objet de tes convoitises." Le centre… Il devait trouver le centre, cela ne devrait pas être si compliqué pour le corsaire. Il marcha donc en direction du dôme, profitant des derniers moments où son âme sera à lui et rien qu’à lui. Dans quelques minutes, elle sera muselée et promise au collectionneur d’âmes. Il avait déjà perdu son âme une fois, alors la perdre une deuxième fois en échange de sa belle ne changeait pas vraiment sa situation. Fen'Harel n’était pas prêt de se saisir de l’âme du pirate, il ne comptait pas périr de sitôt et à l’heure actuelle, n’était-il pas immortel ? Legion lui avait promis des pouvoirs et il n’avait qu’une parole d’après ses dires. Il avait déjà réduit la fierté de Bel-Ami en miette, si en plus il ne lui conférait pas plus de pouvoirs qu’il en avait déjà, rien n’empêchait Edouard de se soulever contre le maître des Damnés. Pour le moment, il souhaitait redécouvrir les mets exquis qu’offrait la folie de la renégate…

Il pénétrait à l’intérieur des grands dômes de Métamol, constatant que les lieux avaient connu de terribles drames, le paysage offrait des villages complètement détruits par les volcans et les tremblements de terre. Enfin cela, cela c'était avant qu'ils reconstruisent les villes pour en faire des villes totalement modernes protégés par les grands dômes. Voyant tout cela, le pirate se demanda : pourquoi Métamol ? Pourquoi placer son tombeau sur Métamol ? Il y avait d’autres lieux fleurissants ou au moins, beaucoup plus jolis que cette planète. Mais soit ; il allait la libérer de sa prison de pierre, laissant derrière eux cette planète au paysage maussade. Il avança à travers les décombres pour se rendre sous le plus grand dôme. Ses pas résonnaient, il pouvait entendre ses bottes grincer sur le sol, prouvant ainsi que cet endroit était sans vie. Il gardait sa main à la ceinture, prêt à dégainer, au cas où il tomberait dans un piège… Au moment où il entra sous le dôme en question, des bruits de pas courant dans son dos parvinrent à ses oreilles. Il se retourna immédiatement et dégaina, appuyant sur la détente, laissant la balle trouer l’abdomen de… d’une pauvre bête qui n’avait rien demandé. Edouard souffla, il tombait dans la paranoïa et ça en devenait inquiétant. Il ne serait pas rassuré avant de voir la femme de Gilean devant lui, bien vivante. Il reprit sa marche en se dirigeant au centre du dôme. Au bout de quelques minutes, il remarqua une statue à quelques mètres de lui. Immédiatement, il accourut vers elle. Pas de doutes, c’était elle. Kym s’y trouvait, ainsi que celui qu’il supposa être son mari…

Statue des amants:
 
Il fit le tour de la prison de pierre, cherchant un moyen d’invoquer Fan'Harel, mais il n’y avait rien. Il se replaça devant la statuette et ne vit qu’un moyen de libérer la mercenaire. Il posa la main dessus et ferma les yeux.


"Viens à moi, détenteur de ma possession, et libère Kym !"
Kym la Renégate
Kym la Renégate
Moojuu
Féminin Age : 23
Date d'inscription : 12/03/2015
Nombre de messages : 92
Bon ou mauvais ? : Je suis gentille, ça se voit ! Non ? !
Zénies : 700

Techniques
Techniques illimitées : Fonce et défonce / Speed up / Champ d'Os
Techniques 3/combat : Caveau d'os / Pointe d'Os
Techniques 1/combat : La danse de la mort

Les retrouvailles des Oubliés  Empty
MessageSujet: Re: Les retrouvailles des Oubliés    Les retrouvailles des Oubliés  ClockJeu 1 Aoû 2019 - 12:34
Sous les dômes, la vie des citoyens de métamol avait radicalement changé. Des plans de construction de villes sécurisées par la famille Stinger, mis en place par Kym, qui à cette époque n’était qu’une inconnue aux yeux de Gilean.

Ils s’étaient rencontré parce que ce dernier avait tenu à venir la remercier en personne. Dès lors, une sensation irrésistible s’était créée entre-eux. Impossible de se détacher l’un de l’autre, rien que du regard. Chaque regard était, d’ailleurs, un mélange de supplice et de passion brûlante. Un supplice d’attendre. D’attendre que de pouvoir mettre à exécution cette passion qui les consumaient chacun bien trop fort…

Aujourd’hui, leurs deux statues enlacées demeurait en métamol, au cœur de là où tout cela avait commencé. Ils paraissaient bien réel, mais figé dans un autre temps. Si l’on touchait la statue, on ressentait le froid et l’aspect de marbre de n’importe quelle autre statue classique. Leurs corps étaient préservé et maintenu ainsi par une magie extrêmement puissante. Les mages les plus aguerri ayant entendu parler de cette histoire, notamment parce que cela concernait le chef de l’empire des Stinger; étaient venu pour tenter de lever la “malédiction”. En vain.

La ville, agitée et moderne à l'effigie d’un Paris dans un monde plus réel, déambulait sans se douter un instant de ce qui allait se dérouler ici. Tous vivaient leurs vies, bien plus douce depuis l’installation de ces dômes futuristes. Beaucoup de touristes venaient voir la fameuse statue; et non loin d’ici avait été bâtit un hôtel qui s’appelle le Kym, en l’honneur de la guéparde qui avait été à la tête de ce projet de dômes.

Dans les mains de Kym se trouvait un étrange collier. L’espèce de chaîne, faite d’un matériel sans grande valeur, était entouré autours de ses doigts. Seul le pendentif en lui-même, le bas d’une mâchoire de loup, pendait, cristallisé à l’instar des deux amants.

Aujourd’hui, le Bel-Ami avait décidé de suivre l’étrange rêve si réel qu’il avait vécu. Le dieu qui l’avait contacté dans ses songes l’observait. Edouard était marqué par ce dernier, à présent. Celui-ci appela Fen’harel en déposant sa main sur la statue et en s’adressant directement à lui.


Peu à peu, le temps se mit à ralentir. Les véhicules, les personnes, les animaux et même la végétation, tout fonctionnait de plus en plus en slow motion. Jusqu’à l’arrêt total de ceux-ci. L’ambiance changea également. Le lieu se transforma en quelque chose que les mortels de ce monde ne connaissait pratiquement pas, ou à travers leurs rêves.

Le capitaine avait été transporté dans ce qui pourrait être une dimension parallèle, ou alors un autre plan de la réalité. Qui peut dire de quoi il s’agit ? La statue de Gilean et Kym était toujours présente dans cet étrange monde. Cet endroit était difficilement descriptible. Le sol était composé de pierres polies noirâtres. Des flaques d’un liquide semblable à de l’eau, translucide mais vert, avaient fait leurs nids à quelques endroits. Des pierres étranges jonchaient, un peu partout, ce lieu. Certaines étaient rouges et difformes. D’autres encore, bougeaient et changeait de forme sans cesse, à la manière d’une anémone, mais animé par une magie dont on ignorait tout. Enfin, le ciel ressemblait à celui qu’Edouard avait pu observé dans son rêve singulier. Il y avait cette fameuse Cité Noire, qui nous semble toujours à la même distance, qu’importe le chemin que l’on parcourt. Enfin, l’ensemble de cet endroit était décoré par des ondes vertes majoritairement, prenant des formes immatérielles.

Les retrouvailles des Oubliés  Umgs

C’est ainsi que, sortant de l’ombre derrière quelques rochers, l’elfe chauve s’avança sur le devant de la scène. Ce dernier fit quelques pas, les mains dans le dos, en observant le lieu comme s’il ne le connaissait pas. Il y avait des apparitions étranges à des moments. Des créatures ou des personnes qu’avait connu Edouard se manifestaient, puis disparaissaient aussi vite qu’elles étaient venu. Un bien étrange endroit, nous en conviendrons.

J’étais certain de te revoir, fils de la piraterie.” Dit-il calmement, s’arrêtant de marcher pour échanger un regard avec Edouard. “Ta volonté de retrouver cette femme est puissante. Mais à quel point ? Gilean Stinger a déchiré le temps et l’espace pour retrouver Kym. Le lien qui les unit, malgré eux, est un lien d’une puissance telle… et leurs âmes sont renforcées par ce même lien et les émotions, négatives ou positives qui vont avec.

Le dieu posa enfin son regard sur la statue qui avait été transportée ici aux côtés du capitaine. L’espace d’un instant, le regard confiant et sévère de Fen’harel se transforma en une expression d’une douceur incompréhensible.

Les retrouvailles des Oubliés  5mzw

Ce dernier semblait loin dans ses pensées à ce moment-là. Vestiges de souvenirs lointain mais toujours aussi vivant dans son esprit, probablement. Ce dernier secoua la tête pour reprendre ses esprits après quelques longues secondes à être pensif.

Ma connexion avec votre monde est dûe à ma création. Ma fille. Je l’ai envoyée ici avec l’aide d’un ancien ange. Car, dans mon monde, elle était un danger. Peut-être la rencontrera-tu un jour… ma chère Claire.” Ce dernier eut un demi-sourire non dissimulé en pensant à sa fille. “Bien entendu, je ne peux pas me mouvoir comme je le veux dans votre réalité. J’y ai accès seulement en créant des liens des plus forts avec certains d’entre-vous… ceux qui, comme toi, tourmenté, appellent profondément à l’aide jusque dans leurs rêves. Cet appel, s’il est puissant, me parvient. Et cela me permet de venir jusqu’à vous, mortels de cette dimension, pour vous proposer mon aide et sceller un pacte.” Il marqua un temps d’arrêt, ses yeux croisent ceux d’Edouard. “C’est ainsi que je suis arrivé à atteindre Kym et Gilean. Saches que même si elle revient à la vie, leur lien ne pourra jamais être détruit. Ils ont vu, ils savent que dans tous les futurs possibles ils sont liés. Gilean va hanter à chaque moment de sa renaissance la guéparde, et tu ne pourrais jamais rien y faire.

Le dieu de la Rébellion s’approcha de la statue, l’analysant de plus près comme un trésor antique. Fen'harel disait ce qu'il avait envie de confier ou de dire, mais Edouard ne devait pas s'attendre à des réponses à ses interrogations... ou du moins, peut-être pas en ce jour.

Leur relation est un miroir à ce que j’ai pu vivre jadis. Ma clémence à leur égard n’est due qu’au fait que cela m’a rendu vulnérable. Ce n’est pas un mal. Quand l’on est un dieu, on oublie vite son humanité à cause du pouvoir trop grand dont nous disposons.

Solas - l’un de ses autres pseudonymes - se détourna des amants statufié. Il leva son menton vers le ciel, observant la Cité Noire dans ce ciel bizarre et déchiré, aux côtés d’Edouard.

Leurs corps sont conservé dans cette réalité, mais leurs esprits vivent dans une autre dimension. Une dimension lié à l’endroit où nous nous trouvons actuellement. Cet endroit se nomme l’Immatériel, et c’est un entre-deux entre la réalité et les rêves. Les subtilités de cet endroit sont nombreuses.” Les yeux de l’elfe se détournèrent du ciel pour fixer le Bel-Ami. “Tu dois comprendre que tu vas arracher Kym d’une vie où elle connaît le bonheur et la plénitude. Ceci sera ton fardeau. Gilean, de son côté, aura l’impression que rien n’aura changé dans la dimension où subsiste son esprit, puisqu’elle est alimentée par ses désirs. Mais Kym va connaître un retour violent à cette réalité, qui n’est qu’un mauvais cauchemar lointain dans son esprit, en ce moment où nous parlons.

L’elfe regarda par-dessus son épaule une dernière fois en direction de la statue. Il savait qu’aucune de ses paroles ne dissuaderait Edouard, tant il sentait son désir brûlé tout son être jusqu’à dévorer son âme.

Si je libère Kym de sa condition, je récupère son âme, telle qu’elle m’était due. La tienne sera également mienne, et celles de tes hommes, car il semble que ton âme est intimement liée à eux. à votre mort, vous serez transporté dans mon monde, et vous servirez mes desseins comme bon me semble.

L’elfe regardait d’un air mélancolique les ondes boréales vertes dans le ciel de l’Immatériel. Impossible de dire à quoi se liait cet air triste qu’il arborait. Cela fait partie du jardin secret de chacun. Son histoire devait être tout aussi délicate que celle des autres.

Fen’harel prit une grande inspiration, alors que ses yeux se fermèrent quelques secondes. Lorsqu’il les rouvrit, ses pupilles étaient devenu entièrement bleu. Un bleu éthéré unique. La statue de Kym s’illumina, signe qu’une quelconque magie pourrait être opérée sur celle-ci.

Je connais ton choix, j’ai entendu ton âme raisonner si fort à la vision de Kym, dans ton rêve. Quand tu es prêt, il te suffira de toucher à nouveau la femme de tes convoitises, et elle reviendra à la vie dans ce monde où elle suffoque.” Les yeux de l’elfe redevinrent normal une fois que son sort sur la statue fut lancé. “Un jour, Edouard, vous deviendrez mes vassaux. Quand vous mourrez à nouveau dans mon monde après m’avoir servi, vos esprits iront dans l’immatériel, l’endroit où nous nous trouvons actuellement. Si ta connexion avec Kym est autant fusionnelle que ce que m’a montré ton âme jusqu’ici, et que cela est réciproque avec son âme à elle, alors vous serez réuni en cet endroit d’une manière ou d’une autre. Dans votre paradis personnel à vous. L’immatériel prendra forme de ce que vous désirez, et vous vivrez sans entraves, libre. Ce sera la même chose pour Gilean si un jour il quitte sa stase actuelle, qu’il me sert et qu’il meurt pour moi. Son âme saura retrouver son chemin jusqu’à Kym.” Fen’harel posa une main ferme mais chaleureuse sur l’épaule du Bel-Ami. “Profitez du temps qu’il vous reste, les batailles seront longues et éprouvantes à mes côtés dans le futur que je vous réserve.

Sur ces dernières paroles, Solas déambula vers les ombres d’où il était venu et s’effaça dans celle-ci. Ce lieu d’une bizarrerie absolue s'évanouit lui aussi. Edouard et la statue réapparurent, d’un coup, comme si quelqu’un avait claqué les doigts, sur Métamol.

L’effet de slow motion sur chaque être aux alentours s’estompa également brutalement, et la vie reprit son court comme si rien ne s’était passé.

La statue de Kym étincelait toujours. Elle attendait son heure. Elle attendait que le pacte soit scellé, elle attendait la chaleur des doigts du Bel-Ami sur sa peau.
Edouard le Bel-Ami
Edouard le Bel-Ami
Masculin Age : 16
Date d'inscription : 09/06/2018
Nombre de messages : 171
Bon ou mauvais ? : Neutre
Zénies : 350

Techniques
Techniques illimitées : Canons fantômes ¶ Équipage fantôme ¶ Cordes directrices
Techniques 3/combat : Charge cosmique ¶ Requin fantôme ¶
Techniques 1/combat : Kraken

Les retrouvailles des Oubliés  Empty
MessageSujet: Re: Les retrouvailles des Oubliés    Les retrouvailles des Oubliés  ClockJeu 1 Aoû 2019 - 16:26
Il restait là, immobile, devant la statue qui contenait l’âme de son désir le plus malsain. Passant sa main dessus, il sentit la froideur de la pierre, prouvant qu’elle n’était pas qu’une simple sculpture de pierre. Un grand secret résidait dans cette statue de pierre et elle faisait la convoitise de nombreux chercheurs. Beaucoup avait essayé de percer le secret de ce maléfice, en vain. Un homme allait pourtant le faire, il allait mettre fin à cet enchantement qui le séparait de sa bien-aimée. Posant la main à plat sur le visage de Kym, il lança un appel au maître de ce phénomène étrange… Le collectionneur d’âmes ne tarda pas à répondre en se servant de ses pouvoirs pour ralentir le temps jusqu’à l’arrêter complètement. Edouard subissait cet étrange phénomène sans chercher à en comprendre vraiment le sens, il fut transporté dans un monde qui n’était pas le sien. Pour quiconque ayant un esprit censé, il serait terrorisé, mais ce n’était pas le cas de notre cher pirate. A l’heure actuelle, il n’attendait que le retour de la mercenaire et rien d’autre. Il regardait autour de lui pour constater qu’il n’avait jamais vu un tel endroit de toute sa vie mais il remarqua qu’il ressemblait beaucoup au lieu qui lui était apparu dans ses rêves. Ses pieds reposaient sur un sol noir semblant aussi froid que la statue enfermant les âmes des deux amants, des pierres étaient entreposés un peu partout autour de lui. Il était entouré d’un profond brouillard, il n’apercevait pas à dix mètres devant lui si ce n’est pour apercevoir des ondes de fumée vertes, prenant des formes de plus en plus étranges. Par moment, le visage de ses compagnons d’armes apparaissaient pour aussitôt disparaître. Il y avait également la tête de cette enflure de Rako qui se réjouissait du sort que Fan'Harel avait réservé à Kym. Il n’eut cependant pas le loisir de s’y attarder puisqu’un homme, ou plutôt un elfe, sortit de l’ombre pour le rejoindre dans cet environnement obscur.

Il était chauve, et son visage semblait renfermé. Il marchait les mains dans le dos comme le ferait un sage. Il donnait l’image d’un personne très calme et posée mais les apparences pouvaient être trompeuses et Edouard le savait plus que bien. Son regard suivait l’avancée de l’elfe jusqu’à ce qu’il se retrouve face à face. Le détenteur de Kym parlait avec assurance, disant être convaincu que le pirate viendrait à sa rencontre. Il questionna sa volonté de retrouver Kym en précisant que son mari avait fait de grandes choses pour retrouver sa femme. Un petit pique au cœur perturba un instant le corsaire lorsque Fan'Harel accentuait la discussion sur l’amour que se portait les deux piliers de l’entreprise Stinger. Edouard coupa net le chauve d’un signe de main, agacé par ses sottises.


"Je ne suis pas venu ici pour tes beaux yeux ou t’entendre conté l’amour éternelle des deux tourtereaux. Rends-moi ma Kym maintenant !"

L’elfe tourna la tête vers la statue en perdant la fermeté de son visage et laissant découvrir un visage adouci et empli de compassion. Cela dura quelques secondes avant que le père de la claymore reprit ses esprits. Il lui apprit que la seule chose qui lui permettait de rentrer en contact avec le monde du corsaire était qu’il y avait envoyé sa fille car elle était soi-disant un danger.

"Je ne connais pas ta fille, mais oui, peut-être que je la rencontrerai. Le monde nous réserve bien souvent des putains surprises. Je n’aurai jamais pensé retrouver Kym avant que tu te fourre des mes rêves, tu sais."

Edouard était destiné à naviguer dans tout l’univers alors il tomberait certainement sur cette Claire un jour ou l’autre mais si elle était aussi tordue que l’était son père, il fallait mieux éviter. Le pirate ne voulait se voir dérober son âme avant qu’il la remettra à l’elfe. Ce dernier avait d’ailleurs des limites à ses pouvoirs, il ne pouvait se mouvoir que dans les songes de ceux qui appelaient à l’aide comme l’avait fait Edouard malgré lui… Fan’Harel remua le couteau dans la plaie en soulignant une nouvelle fois que Gilean et Kym étaient liés à jamais et ils le savaient eux-mêmes. Edouard poussa un grognement d’agacement, énervé d’entendre ce genre d’âneries à chaque fin de phrases.

"Je crois que j’ai compris le chauve, passe à l’étape suivante."

Il suivait les mouvements de l’illusionniste des yeux. Ce dernier s’approcha de la statue avant de reprendre la parole. Il révéla que la relation des deux défunts était le miroir de sa propre vie. Il énonça une vérité importante : le pouvoir faisait oublier son humanité. Edouard le comprenait plus que quiconque ; pendant des siècles il avait été abreuvé d’un pouvoir immense qui lui avait fait oublier les sentiments et les sensations humaines.

"Je sais, j’en suis la preuve vivante."

Il venait à peine de retrouver son humanité qu’il offrait déjà son âme en échange d’une femme, d’une seule femme, qui faisait l’objet de ses désirs les plus ardents. Solas donnait davantage d’informations sur le monde dans lequel elle vivait. Apparemment, elle nageait dans le bonheur à l’état pur. Le Bel-Ami était égoïste à ce point ? Allait-il l’arracher à son mari et son bonheur rien que pour assouvir ses envies les plus sombres ? Oui. Il le ferait sans aucuns remords. Cette femme l’obsédait et il ne pouvait pas refouler encore plus ses obsessions, il l’avait déjà fait trop longtemps pendant des siècles. Avant de libérer Kym, l’elfe rappela une dernière fois les termes de leur accord. La vie d’Edouard et de ses hommes et celle de Kym.

"Je sais très bien ce que je te dois, t’en fais pas." Répondit-il sèchement.

Le père de Claire ne perdit donc pas une seconde de plus, il prit une grande inspiration, fermant ses yeux pendant un court instant avant de les rouvrir et dévoiler un bleu perçant. La statue s’illumina alors qu’Edouard écoutait les dernières paroles de l’elfe. Il indiqua qu’il suffirait au pirate de toucher le corps de Kym pour qu’elle fasse son retour parmi les vivants. Il rappela une dernière fois qu’à leur mort, de grandes batailles les attendait à ses côtés alors ils devaient profiter des longues années qui leur restait à vivre. Et dans un dernier souffle, il disparut, laissant la vie rependre son cours sur Metamol… Les habitants reprenaient leur train de vie comme s’il s’était rien passé. Troublé mais décida, Edouard se rapprocha de la statue, effleurant légèrement le corps de Kym sans une once d’hésitation… Un flash aveugla les alentours pendant une demi-seconde. Lorsqu’il rouvrit les yeux, il pouvait voir le corps de sa bien-aimée, allongé sur le sol. Edouard resta immobile dans un premier temps, aucun son ne sortait de sa bouche.

Elle était là… Elle était de nouveau auprès de lui...

Finalement, au bout de quelques instants de stase, il s’approcha du corps. Il caressa le pelage aussi doux qu’il y a des siècles de la guéparde avant de la prendre dans ses bras.


"Kym… C’est Edouard. Tu es de retour parmi nous, parmi les tiens, avec moi. Rien qu’avec moi…"

Il s’attendait déjà a la réaction violente de sa protégée mais il lutterait, il lutterait parce qu’il le devait. Son destin était d’être avec elle et le sien d’être avec lui, il en était convaincu…
Kym la Renégate
Kym la Renégate
Moojuu
Féminin Age : 23
Date d'inscription : 12/03/2015
Nombre de messages : 92
Bon ou mauvais ? : Je suis gentille, ça se voit ! Non ? !
Zénies : 700

Techniques
Techniques illimitées : Fonce et défonce / Speed up / Champ d'Os
Techniques 3/combat : Caveau d'os / Pointe d'Os
Techniques 1/combat : La danse de la mort

Les retrouvailles des Oubliés  Empty
MessageSujet: Re: Les retrouvailles des Oubliés    Les retrouvailles des Oubliés  ClockLun 5 Aoû 2019 - 13:56
Attends moi saleté ! Tu crois que j’ai encore ma hardiesse d’antan ?!” S’écriait une femme d’une soixantaine d’année; à l’apparence bien conservée malgré ses soucis de vitesse, visiblement.

D’après nos ébats, je dirais que tu ne te débrouilles pas trop mal… grand-mère.” Plaisantait son homme; d’un âge similaire au sien.

Les deux riaient d’une manière insouciante et bataillaient comme deux ados éprit d’une fièvre amoureuse tout le temps. Aujourd’hui, ils se rendaient au lac Calenhad en compagnie de leurs enfants et de leurs petits-enfants. Ils avaient été gâté: six petits enfants. Quatre appartenant à leur fils, et deux à leur fille. Pour l’instant ! Si leur fille avait pour projet d’en faire probablement un troisième, leur fils lui avait été honoré par deux fois de jumeaux, et cela lui suffisait amplement pour une vie ! Pas qu’il ne fut pas heureux d’accueillir par deux fois des jumeaux, mais cela faisait bien du travail pour les parents que de s’occuper au mieux de leur bonheur en plus de leurs travail respectifs.

C’était donc une journée réunion de famille, comme ils en faisaient au minimum une fois toutes les deux semaines. Ce n’était pas forcément facile avec les activités de chacun que de pouvoir se réunir ainsi, mais tous y mettaient du coeur. Après tout, cette grande famille avait toujours été soudé. Les grands-parents étaient donc aux anges que de pouvoir continuer à participer aussi activement à la vie de leurs enfants et d’apprendre chaque fois davantage à mieux connaître leurs petits-enfants. Ils les gardaient d’ailleurs régulièrement en semaine, ce qui faisait qu’en réalité; en dehors des réunions de famille; ils se voyaient tous pratiquement quotidiennement.

Un réel paradis terrestre pour des personnes âgées; qui n’ont plus vraiment de but - à part s’assurer du bonheur des gens auxquels ils tiennent. C’est l’âge pour s’y consacrer pleinement, bien que les soucis de santé n’aident pas forcément. On ne prend pas forcément le temps de s’occuper des gens que l’on aime car on ne l’a pas quand on est plus jeune. Ou bien on se surbook parce que l’on veut être partout, prit par le travail, l’école, les enfants, les rendez-vous… mais si on essaie sincèrement de s’occuper des gens que l’on aime, alors l’on n’a rien à regretter.

Mamie !! Mamie !!! apprends-nous à tirer à l’arc, il parait que tu sais !” s’écria l’un des marmots en apercevant sa grand-mère, s'accrochant à l’une de ses jambes comme un koala sur son arbre préféré.

L’ancêtre sembla réfléchir quelques instants… Oui, elle s’en souvenait vaguement… un souvenir lointain; des plaines dégagées et elle caché parmis les arbres… aux côtés… d’une elfe qui était un genre de Robin des bois moderne; aimant défroquer les nobles pour leur coller la honte… une excellente tireuse à l’arc qui lui avait appris son savoir…

Hmmm… Mamie n’a plus un cerveau très performant pour se souvenir, mais oui, une vieille amie m’a appris il y a longtemps...Elle s'appelait… Sera, je crois…” La grand-mère avait le regard ailleurs. Son passé était si… flou.

Je vais être votre deuxième instructeur, votre mamie m’a appris plusieurs rudiment de l’art de se battre et aussi à tirer à l’arc. Je ne suis pas aussi adroit qu’elle, mais mon arme à moi ce sont les mots !” Disait le grand-père joyeusement en caressant les crânes de chacun de ses petits enfants; les saluant tour à tour en compagnie de sa femme.

T’as oublié le pognon. Le pognon aussi ça fait partie de tes armes, après tout c’est comme ça que t’as réussi à me garder vieux chnok, vu la tronche que tu te paies aujourd’hui !” Rétorquait la grand-mère en tirant la langue à son mari.

Les deux adolescents dans des peaux de vieux se mirent à rire de plus belle; accompagner par leurs enfants et petits-enfants. Le début d’après-midi au lac démarra donc sur de l’initiation au tir à l’arc. Les arcs étaient façonné dans des os. Cela ne sembla surprendre personne: d’aucun ici n’ignorait que l'ostéogenèse était une capacité de mamie; et qu’elle pouvait allonger et se servir de ses os comme bon lui semble. Notamment pour monter des arcs de fortune !

La petite famille prit une pause dans l’après-midi pour se restaurer. La mamie avait fait des gâteaux pour le dessert, mais c’était souvent trop sucré. Tout bonnement car elle a sacrément le bec sucré comparé aux autres, et aussi parce qu’elle ne commence à faire de la cuisine que depuis très récemment. Toute sa vie ça a été les domestiques qui s’en occupaient, donc bon… elle s’y est mise par intérêt pour ses petits-enfants, aux côtés de son mari d’ailleurs, qui lui aussi semble apprécier le sucre. Et surtout, la cannelle. Il en colle partout !

Vers la fin d’après-midi, les enfants allèrent se baigner aux côtés de leurs parents. Papi et mamie, eux, avaient dépliés leurs chaises-longues et leur parasol pour rester au bord du lac, confortablement allongé dans leurs fauteuils. Ils buvaient chacun un cocktail appelé le Namek Solaire; tout en admirant d’un regard complice et comblé leurs enfants et leur progéniture s’amuser dans l’eau.

Lynn et Kane s’en sont pas mal sorti, vue les parents qu’ils se coltinent…” Commença la mamie en donnant un petit coup de coude à son mari d’un air facétieux. “Tu sais, j’ai de plus en plus de mal à me souvenir. De notre passé, je veux dire, avant tout ça… Tout est très flou. Du plus loin que je me souvienne, nous sommes atterris ici à cause de Fen’harel. Mais je ne sais plus vraiment pourquoi… je crois que le monde où nous avons vu le jour était toxique d’une manière ou d’une autre pour nous… cet elfe nous a sauvé, mais j’ai parfois l’impression que quelque chose ne va pas. Je ne sais pas si c’est moi, mais…

Le grand-père posa sa main sur celle de sa mamie d’amour. Il lui lança un regard chaleureux.

Non, Kym, je ressens parfois la même chose. Mais je me dis que c’est sans importance. Depuis que nous sommes ici, notre vie n’est que bonheur et tranquillité. Pour rien au monde je souhaiterais retourner dans le passé, il n’y a rien pour nous là-bas. Ma place est ici, à tes côtés, admirant nos enfants faire leurs vies à leur tour.

La grand-mère souri à son compagnon d’un air bienveillant et se pencha pour l’embrasser. Cette vision idyllique, ces deux êtres s’aimant à en crever dans un paysage attendrissant; auprès de leur famille… c’était le quotidien de Gilean et de Kym, ici. Dans ce monde à part, dans l’Immatériel grandiose où Solas avait placé leurs esprits. Le monde des rêves et des morts combinés; c’est ça l’Immatériel. Mais il se transforme au gré de chacun, il prend des formes lié à nos plus profond désir. Est-ce réel ? Est-ce factice ? Pourtant, l’on y vie en ressentant tout aussi bien que dans une quelconque réalité… il ne fait donc aucun doute que c’est une sorte de plan où tout ce que l’on vit est aussi réel que de ce que l’on appel “réalité”.

Kym n’était plus Kym depuis son arrivée ici. Progressivement, elle avait changé du tout au tout. Plus aucune pulsion malsaine et meurtrière. Plus aucun sadisme. Son esprit s’était transformé en celui d’une mamie un poil gâteuse avec les années, mais elle conservait une intrépidité et un langage fleuri malgré tout. Cette réalité est ce qui lui est arrivé de mieux. Loin de sa vie d’antan dont elle se peinait à se souvenir; tout comme les émotions qu’elle avait pu ressentir jadis. Tout lui semblait faire partie d’une autre vie, en faite. C’était troublant de se dire qu’elle avait pu être un monstre à une époque… tout en ne comprenant plus pourquoi elle l’avait été, justement. Kym était incapable de comprendre l’être qu’elle avait pu être il y a fort longtemps. Mais c’était pour le mieux, parce que depuis son arrivée ici, elle goûtait enfin à la paix la plus totale.


Jusqu’aujourd’hui.




Son bras commença a s’engourdir. La mamie se redressa sur sa chaise, tentant de chasser cette désagréable sensation. L’affaire ne semblait pas s’arranger: après le bras droit, l’autre s’y mettait aussi; et bientôt c’est dans son corps entier qu’elle ressentait ces fourmis déplaisantes.

Elle tenta d’ouvrir la bouche pour dire quelque chose; mais c’est à ce moment-là qu’elle se rendit vraiment compte de ce qui arrivait. Son corps astral se détachait de son corps physique. Kym observait son propre corps assis sur la chaise longue, comme si rien ne s’était passé, à discuter avec Gilean ! Alors qu’elle-même n’était plus qu’une sorte d’esprit informe flottant dans les airs.

La moojuu s’égosilla à tenter d’hurler pour alerter quelqu’un. Mais personne ne pouvait l’entendre. Dans la panique, elle tenta de toucher Gilean ou d’attraper un quelconque objet pour le balancer et signaler sa présence; mais rien n’y faisait.

Ir abelas. La guerre que je mène nécessite des sacrifices. Mais si cela peut alléger ta peine, Gilean continuera de vivre ici…” murmurait Fen’harel aux oreilles de la militaire.

Abasourdie, Kym ne comprenait plus rien. Pourquoi maintenant ? L’elfe qui les avaient jadis épargné avaient maintenant besoin d’elle uniquement ? Cela la révoltait profondément, mais au moins si elle avait l’assurance que Gilean pourrait continuer d’être heureux, ici…

Puis, le néant. Quelques instants, elle se retrouva dans une stase où il n’y avait que les ténèbres. Avant d’être violemment projeté dans un corps. Le sien, celui d’antan.

Tout ce qui a été dépeint plus haut a été transmis dans le cerveau d’Edouard; il a donc vu les derniers moments de Kym avant son retour dans son monde d’origine.

Première inspiration. Un grand bol d’air dans les poumons. La militaire tombe à la renverse. Sa vision est trouble, son corps ne répond pas immédiatement. Elle vient juste d’être balancée dans ce corps. Ce maudit corps. Elle comprend, mais elle ne voudrait rien comprendre. Elle voudrait s’éteindre, dès maintenant. Fermer les yeux définitivement.

Mais elle sent cet afflux puissant se déverser en elle. Kym sent ses souvenirs la submergée en un raz-de-marée inarrêtable dans sa tête. Ses émotions, ses pulsions les plus sauvages et dépravées… elle refont surfaces. La dévore, lui ronge les sangs, s’immiscent en elle comme si c’était une évidence, un destin auquel la moojuu ne pouvait échapper.

Quelque chose la touche et la serre dans ses bras. Sentir à nouveau, dans cette réalité, avec ses sens de ce corps-là… de cette vie-là…





T̛̿ͩ̉̎ͤ̂̈ͪ̈̎͒͋̓͆̈́̈ͥ̀͢͝͏͍̘͚͍̻͎̞͉̻̼̺̱̺͎Ų̵̍̑́̓̅̐̓́͋͏̢̤͎͎̼̱̤̲̱̫͎͍͙Ê̈́ͤ͏̞̺̮͎̫͍͕̲͍̥͞Z̡̢͚̫̙̓̋ͭ͌́ͩͥ̔͆ͨ̎-̨̅ͮ̈͗ͤ̌ͫͧ̎̈̎̈́̃ͯͦͭ́̚҉͏̴̞̠̲̥̜̜̬̘̦̠̫̗̰̲͙̝̬͙̫͡M̶̡͓͙̝̯͈̳͌́ͧ͑͗ͩ͗̂̆̐ͩ͌̚Ö́ͥ͌ͩͥ̈͊̅ͫͦ̇͝҉̯̹̝͉͈̱̪I̢̡͕͍̪̰̰͙̞ͭ̎̇̈́̓̃́ͩ͂ͣͯͬͪ͟͡




Ses yeux s’écarquillent alors qu’elle voit devant elle Gilean, pétrifié en forme de statue. Il semble toujours serrer dans ses bras Kym… Sa pression artérielle grimpe en flèche au même rythme que sa respiration. Des sueurs froides trempent son dos, alors que son cerveau comprend que ce n’est donc pas son bien-aimé qui la serre dans ses bras. Son cerveau lui avait fait espérer cela… enculé. E N F L U R E d’espoir à la con !

C'est un bal de larmes et d'incompréhension qui hante son visage. Un spectacle auquel nul ne voudrait assister.

L’homme prétend être Edouard… Edouard… ? Poulpy… ? Il y a fort longtemps qu’elle n’avait pas recroisé ce capitaine déjanté avec qui la moojuu avait arpenté les archipels. Mais il ne ressemblait certainement pas à un putain d’humain.

Son premier réflexe fut donc de sortir les griffes. Tout comme Wolwerine, des griffes d’os sortirent d’entre ses carpes. Ces os plantèrent le capitaine dans le ventre, et elle se servit de cette appuie pour le repousser vers l’arrière et fuir son étreinte, sans même lui donner une réponse auditive autre qu’un cri de rage en le repoussant.

Elle rencontra quelques difficulté pour se lever, car retourner dans son corps après tant de temps, c’était un peu comme réapprendre maladroitement tout de A à Z. La militaire s’empressa d’accourir près de Gilean, déposant ses mains sur la statue gelée. Elle eut un mouvement de recul, dévisageant ce qui restait physiquement de son bien-aimé dans ce monde vicié avec un rictus mêlant haine et souffrance.

Qu’est-ce que…” soufflait-elle, la voix à moitié étranglée à mesure que ses derniers souvenirs ici revenait.

Fen’harel possédait leurs âmes. Dans un acte de compassion et de grande sensibilité, il avait décidé de les envoyer dans un monde bien à eux, où ils pourraient vivre leur amour véritable, plutôt que de se servir d’eux pour sa guerre.

Mais alors… qu’est-ce que je fous ici ?

Qu’est-ce que je FOUS ICI ?!” criait-elle à qui veut l’entendre. “Fen’harel, renvoie moi là-bas ! Non, non, NON ! JE REFUSE DE REVENIR DANS CE MONDE ! JE REFUSE !” s’écriait-elle en regardant le ciel comme si le Dieu pouvait l’entendre. “TOI ! DIS-MOI CE QUE JE FAIS ICI !” dit-elle en faisant brutalement volte-face vers le Bel-Ami. “Tu prétends être Edouard mais il ne te ressemble en rien espèce de taré ! Maintenant réponds à ma question avant que je devienne M̸̡̩͍̦̝͇͔͕̠̹̤̯̙͖̮͡ͅA̶̻̠͇͎̺͘L̡̰̦̘͓̖̯̠̰̭̮̬̩͓̲͓ͅÁ̴̵̻̠̻͟͟ͅD̷̨̟̳̗̹̀͝͠E̴̡͡͏̩̬̺̘̭̫͎͚̺͚̬͇ !



Kym prit sa tête entre ses mains, alors que le monde semblait tournoyer autours d’elle. Malade de ce monde, elle l’était déjà. Toute cette vie lui inspirait le plus grand dégoût. La moojuu voulait vomir ses tripes, mais rien ne pouvait sortir puisque son corps étaient à jeun. S’en était trop pour son esprit pourtant bien accroché. Le retour avait été violent. Passer de cette vie sereine et sans mauvais sentiments, à… à ce monde où elle régressait, dans ce corps qui lui faisait ressentir à nouveau tous ses plus mauvais côtés…

Non...non… ça revient, tout ça revient…” chuchotait-elle en se tenant maintenant les côtes, comme si le Malin en personne commençait à reprendre entièrement contrôle de son corps.

Son regard fou se leva vers Edouard. L’instant d’après, elle était en face de lui, l’attrapant par les épaules avec une force herculéenne. La panique et la rage renforçaient sa puissance. Sa poigne était si forte qu’elle souleva même le capitaine du sol en le tenant de la sorte, fermement agrippée à ses épaules.

RENDS-MOI MA VIE ! RENDS-MOI GILEAN !” Ses canines menaçantes étaient de sortie, menaçant d’arracher la carotide de l’humain qui lui faisait face.

Ses griffes, naturelles cette fois, transpercèrent plus profondément les épaules du capitaine, alors que le regard dément de Kym le fixait au plus profond de ses mirettes. Plus ils échangeaient ce regard, plus Edouard pouvait remarquer une sorte de brume noire assombrir davantage les pupilles de la moojuu. Le Malin était bel et bien de retour.

Elle commença à le secouer de plus en plus violemment, alors qu’un rire d’une remarquable insanité s’échappait de sa gorge. Les métamoliens qui passaient dans le coin depuis tout à l’heure passaient leurs routes rapidement, ne reconnaissant pas forcément Kym et ne voulant pas d’ennui… mais certains avaient remarqué que la statue avait changé, qu’il manquait la femme de Gilean… et un petit cercle de personne, au loin, par peur de trop s’approcher, s’était réunis. Les curieux filmaient la scène; sous la stupéfaction générale lorsqu’ils comprirent que c’était bien Kym et qu’elle était revenue à la vie… seule.

Je̵ veu͟x s̨e͟ņtiŗ ͞l'͟o͠d͜eùŕ d̀u̡ sa͜ng͟ e͞m̷ba̛u̢mer̢ ̷m͞e͠ş ̷nar͟inęs̨.͘ Ente͝ndr͞e̶ ҉l̷es ̕c̷ri̡s̛ ͠d̶es̀ ̡p̷le͞ur̀n͏ích̛ȩuse͝s͠ me ̡s̨u̕p̵p̧ĺi͘er̛ ͡d͘'aŗrêter͘ ͡quand ͘j'a͞rŗa͜ch͝e ̵l͠euŗs̴ or͢g͟a̢ne͢s et q͢u̷e j́e͝ les͝ ̨vi̷o͜l̷s͠.̢ L̀a ̛d̶ou͠c̴e͢ m͘élo͘di̷e.̀.. ̸oui,͜ ͏cet̨t͜é mél͠opéè fant͜asti͘q͏u͜e̷..͞.̷ T͟an̶t̡ ͟q͠u̢'il y͘ a de ̨la m͘uśi͟que̕, N̶ǪU҉S ̀DA̴NSE͜ŔO̡N͠Ş ! HAHA͡H̛A !͠!!"



















.
.
.


“Je t’aime Kym, je ne t’abandonnerais jamais. Je t’interdis d’être malheureuse, je t’interdis d’avoir une vie de merde, je t’interdis de t’éloigner de moi”

Ses paroles qu'il lui avait tenu jadis transperçaient son crâne tel une multitude d'épées.

Edouard le Bel-Ami
Edouard le Bel-Ami
Masculin Age : 16
Date d'inscription : 09/06/2018
Nombre de messages : 171
Bon ou mauvais ? : Neutre
Zénies : 350

Techniques
Techniques illimitées : Canons fantômes ¶ Équipage fantôme ¶ Cordes directrices
Techniques 3/combat : Charge cosmique ¶ Requin fantôme ¶
Techniques 1/combat : Kraken

Les retrouvailles des Oubliés  Empty
MessageSujet: Re: Les retrouvailles des Oubliés    Les retrouvailles des Oubliés  ClockMer 7 Aoû 2019 - 2:23
Était-il égoïste ? Il l’était probablement. Mais pouvait-il être pardonné s’il le faisait par une quelconque forme d’amour ? On pardonne tout à l’amour parce l’amour est le but ultime d’un être vivant banal. Mais Edouard n’était pas banal, il essayait de renier ses sentiments, il ne voulait pas de l’amour. Une attache qui lui briserait le cœur un jour ou l’autre. Cependant, le désir était trop fort, il lui brûlait le ventre, forçant le brigand à se soumettre à lui. Ce désir était manié par cet elfe qui contrôlait le rêve des tourmentés et il ne pouvait rien y faire. A part écouter cette voix qui lui disait « vas-y Edouard, tu as envie de le faire, fais le. » et lui, il écoutait cette voix qui agissait comme le chant des sirènes dans son esprit. Il avait parcouru des kilomètres et des kilomètres pour se retrouver en face de celle qui l’avait tourmenté plus que quiconque l’avait fait.

Il se trouvait donc là, accroupit près de la statue ne montrant désormais que le Boss Stinger… Dans ses bras était nichée la guéparde qui reprenait vie. A ce moment là, Edouard ne réagissait plus… Il fixait d’un regard vide le visage de Gilean, laissant la vision de bonheur pénétrer dans son esprit. Il restait immobile quelques secondes, tout ce qui passait autour de lui résonnait dans sa tête comme si l’écho semblait lointain, il quittait la réalité pendant un court moment. Qui était-il pour priver une femme de son bonheur ultime ?

Les remords prenaient place…

A quoi jouait Fan'Harel en lui montrant ses visions ?

Il voulait le faire flancher et lui faire regretter ses actes égoïstes. Et cela marchait, son regard se perdait en celui de pierre que possédait Stinger. Les yeux vides de sens et de vie, il murmurait tout de même :


"Elle m’appartient… Elle à moi et son bonheur doit être lié au mien ! Tu m’entends enculé d’elfe ?!"

Il s’adressait au père de la claymore alors que celui-ci avait déjà disparu, retournant observer les mortels de son perchoir. Il essayait de se convaincre lui-même de ses paroles, justifiant du mieux qu’il pouvait son égoïsme. Alors qu’il fixait toujours cet homme… cet homme, Gilean, qui avait emparé le cœur de la moojuu à Edouard. Ses yeux s’écarquillèrent soudainement en sentant des os se planter dans l'abdomen. Il baissa le regard pour voir du sang couler sur le sol, faisant entendre un petit clapotis qui raviva de nombreux souvenirs au capitaine… Le sang, c’était leur terrain de jeu. A Kym et à lui. Alors qu’elle fuyait les gros bras du pirate, il plongea son regard dans le sien et aperçut avec effroi les larmes couler sur les joues de sa belle. Appuyant sur sa plaie, il se releva à son tour avec un grognement de douleur. Elle n’y allait jamais a demi-mesures celle-là… Il l’observait faire ses adieux à son mari, même si elle ne le savait pas encore. Edouard n’avait pas véritablement mal à l’ouverture qu’avait créée Kym. Non, il éprouvait une douleur dont il n’avait jamais été confronté : le cœur… Son cœur souffrait et il essayait d’expulser ce sentiment désagréable qui l'emplissait et le rendait maussade. Il désirait Kym mais Kym désirait un autre… Il ne pouvait pas le supporter ! Alors il arrachait sa bien-aimée à cet autre homme, elle finira par se rendre compte à qui elle était destinée ; à qui elle appartient. La tueuse a gages cherchait des réponses et s’adressa enfin au corsaire, elle ne semblait pas croire qu’il s’agissait bien du Edouard qu’elle connaissait.

"Je… Tu es ici parce que je l’ai désiré. Tu m’appartiens, tu l’as oublié ?"

Il reprenait confiance et il était bien décidé à prouver qu’il obtenait ce qu’il voulait quand il voulait. Le capitaine finit par se dévêtir, commençant par ôter sa veste avant d’enlever les derniers tissus qui ornait son corps. Il était donc torse nu face à la guéparde et se mit dos à elle. Avec son pouce, il pointa les différentes cicatrices qui gravaient son dos à jamais.

"Tu te souviens de ça, hein ? Tes parties de plaisir où tu m'écorchais le dos, dis moi que tu t’en souviens ?! Moi, c’est gravé dans ma tête et à jamais. J’ai changé d’apparence mais je reste celui a qui tu appartiens, tu entends ?"

L’esprit de la guerrière était de nouveau gouverné par la folie, il fallait la calmer avant que Metamol ne se transforme en véritable bain de sang. Cette dernière s’approcha du pirate en l’attrapant et le secouant avec hargne. Elle criait, elle criait à la justice mais Edouard n’était pas juste. Il se laissait secouer en grimaçant lorsqu’elle planta plus profondément ses griffes dans ses larges épaules. Il ne dit pas un moment, ne fit pas un mouvement, il laissa la moojuu défouler ses nerfs sur lui, il le méritait. Cela dura quelques secondes, des secondes de questionnement auxquelles Bel-Ami se demandait comment il devait réagir face à ce genre de situation.

"La vie que tu menais auprès de cet homme n’était qu’illusion et je t’offre la possibilité de vivre une vie et non une illusion. De toute façon, tu n’as pas le choix ! Tu m’es destiné !"

Il avait fini cette phrase en criant à son tour. Il avait tant redouté cette scène et il devait maintenant y faire face, c’était le prix à payer pour ramener sa belle féline. Retirant sa main droite qui appuyait sur sa plaie, il caressa le visage de Kym en maquillant son faciès de sang. Sans prévenir, il empocha la mâchoire de la guéparde en s’approchant de son oreille.

"Tu ne reverras plus cet homme chérie… Maintenant tu es ici, avec moi, et pour toujours, tu vas devoir t'y faire !" Murmura-t-il avec un sourire narquois.

Il avait ce qu’il voulait et il ne laissera pas ces foutus dieux lui ôter sa guéparde une seconde fois. Satisfait, il déposa un baiser léger sur ses lèvres avant de rendre le baiser plus fougueux. Ensuite, il recula en observant le sang arrêter de couler lorsqu’il utilisa son pouvoir de guérison sur lui. Il détourna son regard pour fixer Kym.


"Considères ceci comme une marque de territoire, tu es à moi et personne d’autre. Compris ?"

S’avançant doucement vers Kym, il sortit une dague qu’il planta sans prévenir dans le ventre de sa bien-aimée. Un sourire sadique sur le visage, il lécha la lame teintée du sang de la guerrière en lâchant un rire effroyable.

"Et ne t’avises plus de me prendre en traître comme tu l’as fait…"
Kym la Renégate
Kym la Renégate
Moojuu
Féminin Age : 23
Date d'inscription : 12/03/2015
Nombre de messages : 92
Bon ou mauvais ? : Je suis gentille, ça se voit ! Non ? !
Zénies : 700

Techniques
Techniques illimitées : Fonce et défonce / Speed up / Champ d'Os
Techniques 3/combat : Caveau d'os / Pointe d'Os
Techniques 1/combat : La danse de la mort

Les retrouvailles des Oubliés  Empty
MessageSujet: Re: Les retrouvailles des Oubliés    Les retrouvailles des Oubliés  ClockJeu 8 Aoû 2019 - 13:41
Inspire. Expire. Inspire. Expire… Putain, c’est des conneries ces trucs de méditation de MERDE.



Sa rage était si intense que même se concentrer pour se calmer du mieux qu’elle le pouvait était hors de propos. Kym souhaitait se calmer uniquement pour mieux assimiler la situation et trouver une solution. Le reste, rien à foutre. Si des victimes collatérales devait être faite pour que ses nerfs se calment, ce ne serait pas un problème, oh certainement pas ! Et sa victime à l’heure actuelle n’était autre que celui qui l’avait tiré de ce monde qu’elle chérissait tant. Ce monde qui n’était pas ce tas de merde vicié où il l’avait fait revenir, cet univers qui l’avait traîné dans la boue et qui avait fait d’elle un monstre.

Ce pauvre connard qu’elle soulevait aisément avec l’adrénaline affirmait que Kym lui appartenait. Quel putain de dégénéré, elle comptait bien lui faire ravaler ses paroles ! Mais le plus important c’était… de ne pas perdre la tête… oui, il faut se concentrer sur… Gilean, et pourquoi est-ce qu’elle est revenue ici… est-ce que je délire ? Si ça trouve, ce n’est…

Qu’un mauvais rêve ! Mais oui, c’est ça !! NYAHAHAHA !” s’exclamait-elle avec un faux soulagement. Elle avait sorti ça, comme ça, sans contexte, même si on comprenait ce qu’elle voulait dire par là. La moojuu parlait à voix haute, comme souvent. Cette dernière était constamment à moitié là, et à moitié… ailleurs.

Ce bougre d’idiot qui l’emmerdait s’était dévêtit. Cette dernière le regarda avec dégoût, putain d’humain, pensait-elle. C’était une raciste sans nom des personnes à l’apparence humanoïde, oui. Pourtant il y en a un paquet dans la galaxie… et oui, c'était aussi totalement paradoxal avec le fait qu’elle était éperdument amoureuse de Gilean qui, lui-même, avait une apparence humanoïde. L’ironie du sort était risible.

Sous le coup de la colère, elle ignora totalement les dires du Bel-Ami et ne prêta pas d’attention à ses cicatrices, puisque la militaire s’était jetée sur lui pour le questionner. Mais ce foutu abrutis disait des choses insensées.

Une illusion ?... UNE ILLUSION ?” Son regard devint encore plus fou, si tant est que cela fut possible. “Mais j’en ai rien à FOUTRE NYAHAHA ! CE MONDE, CE FOUTU MONDE LA, DEVANT NOUS ! C’EST DE LA  M E R D E ! JE PRÉFÈRE VIVRE DANS UNE ILLUSION QU’ICI, HUMAIN ! ALORS FERME TA GRANDE GUEULE ET RENVOIE-MOI LA-BAS !” s’excitait-elle, resserant son emprise sur ses épaules, menaçant de les lui briser. “JE SUIS DESTINÉE À TE BRISER AVANT DE REPARTIR, CA OUI !” La moojuu lui crachait son venin en pleine poire dans sa crise de démence.

Kym ne comprenait pas un traître mot de ce qu’il disait lorsque cet homme affirmait que cette dernière lui appartenait. Avait-elle établit un quelconque contrat avec ce fils de pute ? Pas dans ses souvenirs. Son âme était aux mains de l’elfe chauve, et son coeur dans la poitrine de Gilean. La moojuu n’avait plus rien à donner, à part peut-être… s’il voulait son corps.

Putain de porc...” soufflait-elle alors que ce dernier caressait son visage, puis s’emparait de sa mâchoire fermement dans sa paume de main. Ce dernier lui murmura quelques mots à l’oreille qui lui firent hérissé les poils. “Tu rêves ENFLURE ! De quel droit tu affirmes que je t’appartiens connard ? ! Je vais te détruire ! Piétiner tout ce que tu aimes jusqu’à ce que tu me renvoies auprès de mon Gilean, espèce de chienne en chaleur !” vociférait-elle en montrant les crocs, prête à en découdre dès maintenant.

Ce sale con lui vola un baiser. Sur le coup, elle était tellement surprise que la moojuu resta totalement statique. En réalité, cela ne fit qu’augmenter son état de crise de folie. Son corps se mit à être parcouru de spasmes plus violent… à tout moment, la guéparde pouvait craqué d’une manière bien pire que maintenant. L’un de ses deux yeux se mit à cligner tout seul, alors que le sourcil de ce même oeil était arqué.

Ce sale chien tenta un baiser plus fougueux. Un baiser auquel elle ne répondit pas. Sa seule réaction fut de planter ses crocs dans les lèvres du Bel-Ami pour lui arracher des lambeaux de chair, coincés entre ses canines…. Une marque de territoire, disait-il… hahaha…

Son impossibilité à bouger pour l’instant était un handicap certain. Le traumatisme était tel que ses membres ne répondait aucunement. Seul les tremblements qui envahissaient de plus en plus son corps, et son rictus à faire froid dans le dos pouvaient témoigner du fait qu’elle était ébranlée de la manière la plus puissante qu’il soit.  Tout ça, toute cette merde… s’en était trop.




....





B̔̀͒̎̐̆͗̇̇̿̎͏̛̙̣̦͖̱̰̪͚̜̳͓̦̮̜͢E̵̤͉̣̩͇̰͔̜ͣͭͤ̎ͨͨ̃̔ͩ̈́͌̑̊ͯ̾͘͘͞ͅͅÀ̵̝̯̦͚̟̟̪̫̦͚̯̤̮͕̤̯͆ͭ̒̈ͫ̾ͣ͡ͅͅͅU̿ͮ͗̓̄ͭ҉͍̱͍̗̣̪̗̤̦C̷̷̷̢̜͎̪̾͑ͦͥͪͣ͟O̵̸̬͈̜͇̲̳̘̼͚̺̲̞̬̱ͫ͌̈́̀ͩ͂͒͗͂ͩͪ̅ͭ̀͒̄͛ͅƯ̸̢̙͖̙͓̦̗̄̿̌̅ͮͯ̊́ͯͬ́ͧͦ̾P̧̹̪͔̫̜̫̻͍̗̣̪̠͇ͧ͋͑̄̿͊̐̐̑ͪ͛͠͡͞ ̷̢̨̛̫̻̠̤͔̺̝̘̞̖̋ͪ̂ͨ̀ͭͨ̓̆̇̎Ţ̛̤̩͕̙͍̺̦͕͈̼͇͈͉̻̫̠̣̣͔̒ͣ̏̈́̓̓̊̆̊͋ͨ͟R̸̶͙͚̻̫̪͐́͊̽ͥ͒͌̔̽ͯ̍ͪ̓̓̾̂͛͢O̵̺̞̝̗̣̞̥̩̖͙̘̩̭͇ͥ̓ͮ̃ͮ͝͠ͅP̧̛̈́̏ͦ̔͑̌҉͕̞͎͙ ̵̢̱͕̜̼̟̠̗̫͔͆̏ͫ̆͊͒ͪͮ́̈̂̀̚͜P̡̥̟̟͙͈͈͆̿ͭ̽͐̑ͦ̚͘U̡̢̢̗̱̹̙͍͍̤͉͆̈ͤ̂̿͋̑̊͊ͯ̐́̚͝Tͯ̆͑̓̎̓ͩ̊ͩ̈ͪ̈̎̂̇̎̓̑̐҉͚̺͙̜̖̱͈̳̪̙̳̠̟̣̬̗͈̰́͜͝ͅȀ̵̛͖͓̟̥͎̪̃ͯͦ̓̈́̋̆͌ͧ̓ͤ̍̕͝İ̵̜̹̞̞͙̲̜͔͎̞̝̲͖̖̘̣̈́̐͆̀ͬ͋̈̂͂͊̾̑ͣ̏͆ͦ͜ͅṄͯ̒͑̾ͭ̃̇̔̚͏̛̣̥̜̞̮̹




Quelque chose de froid chatouillait ses tripes. Ses yeux, ronds comme des billes, étaient tellement perdu dans ses pensées qu’elle ne savait même pas réellement ce qui s’était passé. Ce n’est qu’en baissant la tête qu’elle se rendit compte que son abdomen venait d’être troué.

Le sang affluait sans crier gare. Certaine de ses chaires s’étaient détachée de son ventre meurtri. Ses doigts effleuraient la plaie avec un certain intérêt, comme… fasciné. Ce qui était fortement dérangeant, inquiétant même. Il ne se passait rien, juste un long silence dans une ambiance pesante. Une scène durant laquelle la victime d’un coup de poignard était absorbée par sa blessure. Aucun cri, aucune grimace de douleur, ce qui ne ressemblait pas à la militaire. Bien qu’entraînée aux tortures et donc résistante, ce genre de douleur lui faisait toujours quelque chose. Ce pouvait être de l’excitation comme simplement de la souffrance en cas de guerre. Mais, au moins, elle avait une réaction. Ce qui n’était nullement le cas en ce moment… puisque la moojuu ne s’était même pas rendu compte de cette attaque, à la base.

Son regard effrayant de part le traumatisme grandiose qui s’y lisait commença à changer. Ses yeux passèrent de l’arrondi à une forme en amende rieuse. Ses canines formèrent un sourire carnassier.



Spoiler:
 







Je ne ressens… rien…..








…. R̨̀͡ ͏̸̡̢͟I҉ ̧̀͟͝E͏́ ̡͘͞Ņ͜ ͏̶͟ ҉̸̧͘ ̢͟͡͏.̴̕̕ ́͘̕͡Ḑ̵͘ ̷̡͠U͞ ̷̢̡̢ ̡̡́͘ ̡͘͢ ̛͘̕.͏͢͡ ̵̛̀͠T̶̨͢͢ ́҉҉Ơ͠ ͡҉̵U͝͏̧ ͝T̵̵̛






… J’avais raison. Ce n’est qu’un rêve !....




Alors que le sang se répandait sur son buste nue, puisqu’elle ne portait qu’un pantalon au moment où elle avait été transformée en statue; un sourire s’étendit sur ses lèvres, jusqu’ici ancré dans un air stoïque et effroyable à la fois. L’adrénaline la préservait de toute douleur physique, comme lorsqu’on est bien bourré et que l’on se croit invincible car on ne ressent en effet plus les douleurs de ce type. Le contrecoup n’en serait que plus terrible. Mais Kym n’en avait pas conscience, persuadée par son histoire de songe.


Si Edouard l’avait prévenu de ne plus le prendre en traître, alors ses menaces étaient passé dans l’oreille d’une sourde.

D’un bond véloce, elle se jeta sur le Bel-Ami, le renversant en arrière. Ce dernier tomba probablement de tout son long sur le sol, avec la moojuu au-dessus de lui. Cette dernière enfonça son poing gauche dans la joue de cet homme. Puis le droit. Puis le gauche, puis…



JE̷ ̨
̧NE
̴SÚIS҉
͘P͘AS̨
TA
CH͟OSE̢ !̢





Elle le répétait. Encore et encore, ruant son ancien amant de coup de plus en plus brutaux. Ses poings commençaient à être aussi déformé que devait l’être le visage d’Edouard. Le sang dévalait le long de ses phalanges et de ses carpes, bientôt il les recouvrit totalement. Mais ça ne faisait aucune importance.




GI҉L̨EA͡N ͏!
͘G̸IĹEA͜N STIN͘GER͢ !
P̸E͘ŖSǪN͠N͏E҉ N͡'̛IGNO̡RE͟ ́Q̵UI I͡L ̀ÉS̵T ͡!̕
̛AL̨OR̴S ͝REND̷S-LE҉ M̧ÓI̡ ̷!̴
̶R͝E͜NVOI͠E-͘MÓI̶ DAN̵S̀ MÒN͟ IL͢L̡U̶S͘ION͝ !
JE NE V̶E̴UX͝ P̸A̴Ş ̧D͢E̕ ̷C̀ĘT̵TE̡ ̴V̨I͟E
J̨E̶ ̀NE SŲIS͢ ̀P̷A̶S҉ ̕T͘IEN͞NE
͡JE N̴E P̨OUR̵R͠AIS̵ JÀMAIS̢ ͘T̴'͞AP̸PARTE̸N͠IR ͡S̸O͞MBŖE͢ ̴C͘O͟ŃN͜ARD
P͢U̡I͘S̵QUE͞ M̢O͜N ÂME E͝ST ĄV̢EC ̧F͘ÈN̶'HAREL ET͢ ̴M̡ON COEU҉R AVEC ͢GI͡LEA̴N̷ !





Ses poings baigné dans son sang mêlé à celui de son agresseur ne ressemblaient plus à rien. Ils étaient démontés, déboîtés. Ses yeux avaient repris leur expression folle. Même si ses poings étaient fracassé, elle continua de frapper. Fracturant ses propres os sans même ressentir cette douleur. Sa souffrance mentale dépassait de loin le reste.

Les coups cessèrent lorsque, ses yeux qui frétillaient dans tous les sens, remarquèrent des cicatrices blanches le long des pectoraux de l’humain. Elle était à bout de souffle, prête à faire une crise cardiaque tellement elle s’était surmenée pour pouvoir frapper si longtemps et si fort sa victime. Kym avait des relents dû à ce même effort prolongé. Mais putain qu’elle s’en battait les couilles de son propre état… C’était ces foutus cicatrices qui avaient changé la donne.

C’était des traces de griffures foutrement profondes. Et lorsqu’elle posa ses propres griffes sur ces cicatrices, elle remarqua…

Elle se rappela…


Èdouaŕd...͟ ?̷



Quelqu’un la souleva violemment vers l’arrière avant qu’elle n’ai pu dire ou faire quoi que ce soit d’autre.

Se faire soulever si brutalement de la sorte la fit vomir du sang.







Èll͘e ̀cri̴a̵
҉
̧E̴lle ̢ria͠

̸Ell͟e͝ ple͟u͢r͟a











Les forces militaires de Métamol, entraîné et formé il y a des années de cela par Kym elle-même après la construction des dômes, venait d’intervenir.  

Plusieurs militaires s’approchèrent du Bel-Ami pour l’aider s’il en avait besoin, dépliant du matériel médical et lui demandant s’il avait besoin d’assistance.

Elle n’avait pas remarqué jusqu’ici, bien trop obsédée par sa propre noirceur et son envie de vengeance. Mais une énorme foule s’était rassemblée autours d’eux, prenant des photos et des vidéos. Les flash des caméras lui brûlaient les yeux. Les militaires ne faisaient que leur job, et Kym avait promis qu’elle ne toucherait jamais un cheveu d’un métamolien. Alors, malgré toute la folie dans ses yeux, elle ne fit rien. La moojuu se laissa trimballer comme un bon toutou, alors que tous tremblaient de peur en pissant dans leurs pantalons lorsqu’ils la regardaient.

L’incompréhension se lisait sur tous les visages. Comment Kym était revenue à la vie ? Pourquoi Gilean était toujours une statue.. ? Toutes ces questions qui se lisait aisément sur toutes les lèvres lui donnait le tournis.

Je veux retourner avec Gilean…Mon Gilean...” Se plaignait-elle.

Celle-ci attrapa l’arme d’un des militaires, le forçant à braquer l’arme sous sa mâchoire. La moojuu maintenait une forte pression sur la main de l’homme armé, le forçant à rester sous son joug. Ce dernier paniqua directement. Vu l’état de fatigue extrême de Kym, il ne se doutait pas qu’elle aurait assez de ressources pour faire cela.





I̺̭ḻ͇ ̘̬m͚̻'̖̼̟͍͚̯͍a̺͈̤̻͍ ̖͚̲pr̬i̻̳t̲͕ G͎̰̫͙̖I̤̥͙̳̲Ḷ̝̖̣E͔̟̙̲A̟̼̖̰͍̦N͍̮̣̬̥̺

̤̣̻̹Il͍ ̣͈̹͙͇̝m̪̫̤̻'̠̠̻̬̖͓͍a̝̭͔̤͖ p͓̺̺r̲̣i̬̲̹̮ț̥͓̠͚̼ͅ ͚̦͇͈m̰̹͍̫͔̻̘a̹̬ ̮̗̱͍V̳̳̦̟͉I̤͉E̞

̦͎͖E̮̝t m͔͇̰͕̳ͅo̰̠̞̪̪̣͍i̳̹̼̘ ̗̯ͅj͓̖̹̪e̩̩̣̜ ̬̙̫̯̺̟r̜e͚̯̲͖͚̳d̫e̦̘͎v̼̭̩̦̞i̻̩͖ens̝̝ ̗̳͓̞l͍̻̜̣̞̥̺e ̳̫̙͉̹̯ͅm̟̞o͔n͚̞̻̱̞͙̻s̜t̟̳̜̜̻̣ͅr̹͈̲̫̦͉͙e̜̙̝͎̳ ̼̣̻͙!̞͇͔̯̫̤͙ ̞̝̟̫
͕
͎͍N̻̜̲͉͖̘̳Y̟AH̱̮̜͇AHAH͈̱A̘̱̞̲͍
̙̱̠
̠͙̤L̖̼ͅE̖͕͔ ̱̘M̜͈͔O͈̣̳͉͍͇Ṋ̪̤̖͕S̺̲ͅT̺̦R͕̹Ẹ̼̺̭ ̭̻!̭

̙̩͙̲̣̙JE͉̝͍ͅͅ ͇̻̝ͅṾ̬͔͙͎͔A̞̜̭͕͈I͇S ̰̖T̼̳͇̲̮͕ͅO̻̙͍U̩̜̙̖S ̭̪V̲̬̙̙OU͓̞̹S̼̰ ͍̪É͙͓̭̦͇T̝̝̮͇ͅR̮I͇͎̰͖̥̮P̟̭E͚͙͙Z͓ !̪̖͇̬͕
̭͓Ț̜U̥̠̦̩̯̺ ̪͍͎̼̜͔ͅl̩̱̦e̠̗̞̣̹͔̦ ̤̱͉̠̳̺̫s̳̙̗̩ḁ̥̳̗̤ͅi̭͖͚̤̟̭̦s̠̬̭̮̻̠͍ ̬͍̝̞ͅ!̘̱̲͇͖ ̝̬̤̤T̯̩͎̖̣̪ͅU̪͙͍̩̰̲ ̫̣̯̹͙͇l͓̰̦̳̙͔ͅe̹͓͈̙̞ ͉̗s̪̖̼ͅe͈͇̼̲n͙s͈͖̘̭ͅ ̮̠!̹͚͙̗ ͇̦͖̜
͕A̻̰̠̺̰̯L̩̖͈O̱͔̟̖̬̟̹R̭̺̘͉̺ͅͅS͔̜̪̝̰̦͔ ̯̹̘ͅG̪A͓R̤̺̩̹̖̭D͓̞̥̮̤͇̝E̙S͚̥̺̹̠ ͖̣͔̬̭C͎̠E͎̝̺͎͖̣T͈̩̻͚TḚ͕ ̯AR͓̟̩͓ME͚̭̝ ̟̠F̻E̫͚̞̼̱͈R̦̝̘M̺̺̼̲EM̗̯̬̩͔̳̱E̠̱̜̭̣N͚̞͓̫̣̻͉T͕̹̣ ̰͇̗̤̮̘͈Ḇ̬̜͇̰̬RḀ̥͇Q̹̣͓͕̺͎U͖̙É̗̯͈̞͎E̲̘͓ ̝̦S̤̲̪̻̬̲̹Ṵ̖͔̣͙̜R̖̻̙ M̖͓͈ͅO͓I̟͖̜ ̖̣̟̩!̭͇̝
̮͙͍̥̘
̱̣ͅJ̻̝̰̗E͎͇ V̙͎̠AͅI̺̟͕͔̲S ͚̭͓̯̤BRI̹S͚̥E͇͕̙̼͎̼̯R͇͚͚̰̗ ̠̭L̦E̪̩̖S̜ ͎̻̥̦̺̞͎O̪S̞̣̙ ̟D͍̭̬͙E̯̪̣̦̟ ̱͕̻͓͚̱T͙̗A͉̻̜͖̠̝̩ ̫̼͙M͇͙͍ͅÈ̠͖̬̰͍R̗͈̯̮̖E̹ ̲͕EͅT̲̩̱̣̖̳̝ L͚E͍S̖͈̘̼̗͓̯ ̝̞̞͍L̳̥̤͖͙̹͇U̯̼̫̫̻̭͕I̙̩̠̙̱̗ E͎̝̰͇͍̗ͅN̯F͖͇ͅO̗̳̺̝̙N̹͎͚̠C̥ͅE͉̹͔̝̬R̖̝͖̘ ̟̰̙̪̟Ș̜I̺ ̯P͙̝̣͇R̳̱O͕̼̜FO̫N̟̤͙͇͓̻DÉ̖͉̤̥M̼̪̲̱E͉̗̬͙̟N͍̙T̳̳̦ ̮̲̺͍̣̪̮D̰̖̗̙͇̫A͈̯N͙͚̯͖͖̱S̥̙̪͈̺̱̭ ̖̬͎L̼͈͙͚̭̣ͅE ̩̤̳C̩̗U͈͙̳L̪̳͔̣͍̜ Q̝̬̜͈͔̝̩U͙͔E̲͕͈̳͍̹͍ ̦̱̤͎̼C̰̱͈̙̝̖E͇̰ͅL͈̪͈͕͓̜U̙̦̻̲̳̳̦I̜̮ ͉͔QU̹̦͉͔̞͙I ̳̲̹A̩R͎͙̻̘R̼̩I̪̻͈̪V̟̩̙͓͎E̘̝̙̯͚̙͔RA̹̬̙̞̻̩ ͈̬̱̩̖͔̭A̟̳ LE͔̮S̱̗̟̞̹ ̰͔R̼̤̟͇͎ͅE̬T̲͔̞͚̗̺ͅI̱R̳̺̳E͖͚͚̜̞R̳̱̙ S͚͈̫̹̟ER̦̲̟̥͔̯A͈ ̭͕̹̖A̖̤P̠̹̠͕͚P̺̥̖̻̜̳EL͚̱LE͓̳̞ L͈E̳̭̘̭͉ ̩͔̗̤͈̭R͔̭͕͇̯O͇̣̪̲̠̗̹I ̦͇̮̤̹̗ͅA̯̪̞̝R͈̟̬T͓̙͕H͙̥̗̗U̫͍̥͙͙̗̜R͉͓̪ ̰!̻̝̖̝̙ͅ ̟
̲
͓Ṇ͔̩̺̺͙͕Y͉͍̩AH̻A͈̲̱͍̯͓̖H͕̳̮̮̬A̟͎͖̯͚͕̲H̬͕̦͇͖̠͖A̠ ̱̬̬̦͎̤̪!͖̗͈! ̼͕̲̹Q͉̲̖̘̹̼̼U͍̦͍Ọ̹͖I̥̹͓̙̬̣ ͍̝̣̫͕̜̺?̮͉͈ ̠̙!̠ ̙̤̹̻̟͖̳T̩ͅU̺̣ ͖L̤̞̟͍̗A̺ ̣̼̩̫̣̙CO̹̩͍͕̲N̲N̫̼̱͎AIS̥̬̫̩S̞̜̗̙A̜̘̙͓̯̪I̭̬S̥̱̬̪̫͖ ͍͕̹͉̹P̥̬̰̺A̞̞͇̠̠̼̦S͕̪͙̹ ͖̬̤C̩͚̮̳̙̜EL̺̭̱̲̱L͎͓͍E-͈̰͈Ḷ̫̟A ͙?̟͔̺ͅ ͓̭̺̗̩̥͔!̝̟͍͓̟̳̘
͓̱̦͖̬͉ͅ
̙̼̮̬̪͕͖J̠̟̹͇͓̠E̜ ͍C̦͙̗̞ͅR̹̺̙A͇̻̟͚Q̼̯͖UE͎̗̬͍̯
̳̲̟J̱̪̯͕E̟̺͉͎̳͔ ͇͚̩͍̜̥CR̬̠A̪͚̖͓̦Q̰̱͔̰͚U̫̥̗̰E͖͈̫̖̣̼
̥̰͉͓̯J͉̬E͍̘͎̩̱̳̘ ̘̯̞̙C̭͖RA̰̠̭̭̘̞Q̙͈̲U̦̻̝̜͕E̙̘ ̫QU̬̪E͓͎͖̱̯ ̗̼͙͇̖̻VO̺̮̼̳͉͔̹U̯͙̪̪̥̭̲S͈̤̯͔̼̟ D̬̱I̲̲̖T͎̯̣̱̜̳E͈͙̫͍̳͕̙S͇
̺̠̥J̩̤̹̹ͅḚ͉̪ ̺̺̰̙͖L̠Ḛ̖̬͇ ̝̼͔͕̞L̬͇I̟̱̗̥S͎̮̖̘̮̲ ̹̰̺̮̙̬͓S̼U͎̰̻̼ͅR ̦̼̼͕̻ͅV͎͕͔͔̻O̰͍ͅS ͇̙̼̭̗L̟̺͚̮̩ÈV͇̰̪͈͈R̦̖̼͙̟E̬̰͕̺S̠͓̻̯̳͈̠
̲͍͓͚
...̠̯͈̥̰̰.̝̝̻̥̪͖ͅ
̼
͎
̣̫̩̞̯C͙̮̜̝̲̘̹'͍e͔̲ͅs͔̯ṱ̦̩̪̮̪ ̗͍̳͚͕̜ͅv̘̼͓͍̤r̭̩̬͍͕̗a̝̝̯̥͇̖̱i̮͓̩.͍̬ͅ
͕̳͎̫
̻̟̪Je̤͇ ̟̼̲͎̹̮̳v͍̭̘̤̝a̠̜͙͎͖̮i̦͎̣̫̫͖s̟̤̫̝͇͇ ̤t͈̱͖̦̮̼͓ou̖s̥̼̪͔͚̭ ͈vo̲͇̣̻u͙s͔̪ t͖̮͙u̜͖̬̳̲e̬̩̥̼̝r͚̥.̥̖͕͓













Mais parlait-elle à présent du capitaine ou de Fen'harel ?









Hurlait-elle comme une dégénérée. Seule la fin de son discours avait été prononcé avec un calme déconcertant. L’homme qui la tenait jusqu’ici (il l’avait soulevé en passant ses bras sous ses aisselles et la trimballait comme ça depuis) ne bougeait plus d’un pouce. Tous étaient en sueur. Le regard dément de Kym fixait droit dans les yeux l’homme qui était forcé de tenir l’arme. Elle dévoila ses crocs avec l’air le plus fou et féroce que la militaire avait en réserve. La féline mettait une telle pression à l’homme qu’elle venait de coincé par son geste qu’il finit par… cédé.





AL̷LER͏
́T̛ĮRES !

T͡IR̶ES̢ JE̴ ͟TE DI͡S ͞!
̵C͜O͠U͟IL͜LE̸ ̴M̧OL͞LE ͡!̨










La balle venait d’être tirée.
Edouard le Bel-Ami
Edouard le Bel-Ami
Masculin Age : 16
Date d'inscription : 09/06/2018
Nombre de messages : 171
Bon ou mauvais ? : Neutre
Zénies : 350

Techniques
Techniques illimitées : Canons fantômes ¶ Équipage fantôme ¶ Cordes directrices
Techniques 3/combat : Charge cosmique ¶ Requin fantôme ¶
Techniques 1/combat : Kraken

Les retrouvailles des Oubliés  Empty
MessageSujet: Re: Les retrouvailles des Oubliés    Les retrouvailles des Oubliés  ClockMer 21 Aoû 2019 - 23:55
… Mais la balle qui fut tirée n’était pas celle du Metamol.



La douleur qu’il ressentit lorsqu’il vit sa chair arrachée par les crocs acérés de sa guéparde ne fit qu’augmenter le plaisir qu’il éprouvait à ce moment là. Le pirate ne tarda pas pour se venger, sa lame emplie de sang vint se planter dans les côtes de la désespérée. Il reposait les bases, il n’y avait qu’une seule personne qui décidait de l'avancement des choses ici et celle-ci n’avait pas de poils. Non, il s’agissait du mercenaire de Freezer qui imposait toute son autorité sur la féline même si elle s’opposait toujours au corsaire.

Le liquide rougeâtre coulait en masse tandis que le regard de Kym changea à en devenir effrayant, sauf pour Edouard. Ils se fixaient mutuellement sans qu’aucun des deux ne ressentent une quelconque peur. Sa voix rauque retentit, annonçant qu’elle ne ressentait plus rien alors qu’elle venait tout juste de perdre une quantité hallucinante de sang suite à la correction du capitaine. D’un bond soudain, elle renversa son détenteur pour se placer sur lui, bloquant ainsi ses actions. Edouard encaissait les coups qu’il recevait au visage sans chercher à riposter. Le sang affluait tant sur les poings de la tueuse que le visage du mercenaire, déformant ainsi les os atteints de chacun. Un sourire se forma sur le visage du pirate alors qu’il se faisait frapper, écoutant sa bien-aimée dire qu’elle n’était pas sienne.


"Tu finiras par l’accepter ma jolie."

Il s’obstinait sur le fait qu’elle lui appartenait alors que son faciès était entièrement recouvert de sang désormais mais il n’en faisait guère attention. Elle criait qu’il la renvoie dans monde utopique mais elle ne se doutait pas qu’elle ne reverrait jamais son Gilean qui faisait tant l’objet de jalousie de la part du capitaine. En entendant son nom, il serra les dents ainsi que ses poings.

Qu’a-t-il de mieux que lui ?!

C’est un humain, aussi riche que Crésus mais qui n’avait rien de spécial. Edouard, lui, vivait depuis des siècles, portant un amour refoulé pour la moojuu qui ne se doutait pas de l’ampleur que cela prenait. Cette fois, il la laisserait pas lui filer entre les doigts comme il l’avait fait il y a des décennies. Il la garderait, à son insu ou pas.

Il perdait le fil du temps au fil des coups qu’il recevait en pleine tête mais cela s’arrêta. Il ne réagit pas, sonné. Il eut seulement un choc lorsque Kym prononça son nom. Il releva la tête pour l’observer mais cela ne dura pas longtemps, puisqu’elle se faisait emporter par les forces de la planète. Plusieurs d’entre eux s’approchèrent de lui, lui proposant de l’aide. D’un grognement et d’un geste violent de la main, il les rejeta en se relevant tant bien que mal. Il observait le militaire tenir la détraquée alors qu’elle s’emparait d’une arme pour se la pointer sous le menton, ordonnant au soldat de ne pas bouger. Elle relâchait sa rage sur le capitaine, souhaitant plus que tout retrouver son paradis illusionniste.


"J’ai seulement reprit ce qui m’était due. Ton Gilean te rendait molle, le monstre que tu es reste ta véritable nature et tu ne dois pas la renier."

Il s’approchait de Kym pour essayer de la dégager du militaire, craignant qu’elle décide d’en finir de sa vie pour retrouver celui qu’elle aimait. Lorsqu’il fit un pas vers elle, elle délira et ordonna au soldat de tirer et il allait finir par céder.

La balle venait d’être tirée.

…  

… Mais la balle qui fut tirée n’était pas celle du Metamol.

Le corps du militaire s’effondra aux pieds de la guéparde, sans vie. Esouard abaissa son arme en la rangeant dans son socle. Il marcha jusqu’à la moojuu, légèrement agacé de ses intentions suicidaires.


"Désolé chérie, tu te feras pas sauter la cervelle aujourd’hui. Tu crèveras quand je l’aurai décidé. De toute façon, nos âmes sont promises à ton elfe là."

Son regard était noyé dans celui de la guéparde, il faisait passer le message d’oublier ce genre d’agissements ou elle passerait un mauvais quart d’heure. Il lui fit signe de se relever, puisqu’il l’avait couché par terre.

"Lèves-toi, on se casse d’ici maintenant !"
Kym la Renégate
Kym la Renégate
Moojuu
Féminin Age : 23
Date d'inscription : 12/03/2015
Nombre de messages : 92
Bon ou mauvais ? : Je suis gentille, ça se voit ! Non ? !
Zénies : 700

Techniques
Techniques illimitées : Fonce et défonce / Speed up / Champ d'Os
Techniques 3/combat : Caveau d'os / Pointe d'Os
Techniques 1/combat : La danse de la mort

Les retrouvailles des Oubliés  Empty
MessageSujet: Re: Les retrouvailles des Oubliés    Les retrouvailles des Oubliés  ClockMar 3 Sep 2019 - 14:46
Un foutoir monumentale. Cette scène, dans sa tête, dans son âme et dans son coeur. Tout s’entrechoquait. Les souvenirs. De sa vie d’avant et de sa vie de vieillarde auprès de Gilean. Les visions de l’avenir à cause de l’épice. Les désirs. Ses bas instincts. Son besoin maladif de faire du mal pour se sentir bien. De voir la souffrance pour prendre un orgasme. De donner la mort pour se sentir réellement vivante, réellement apaisée… loin de son passé, loin des traumatismes, loin des yeux d’un bleu profond de Gilean qui n’avaient de cesse de la hanter.

Où qu’elle aille, où qu’elle puisse fuir. Peu importe avec qui elle partage sa couche, peu importe son but. Les yeux de son amant la fixaient toujours, aimant et plein de haine à la fois. Deux mots simples qui décrivent pourtant si bien la relation qui lient Gilean et Kym. Beaucoup trop de haine et beaucoup trop d’amour. L’un consumant l’autre continuellement dans une sorte de cycle sans fin. Malgré toutes ces merdes qu’ils avaient vécu, entre-eux, malgré tout ce mal qu’ils s’étaient réciproquement fait; l’amour qu’ils avaient l’un pour l’autre continuait inévitablement d'exister. C’est ce qui avait poussé Gilean à braver le temps et l’espace pour retrouver Kym.

Mais, maintenant Gilean vivait dans ce monde à part, seul. Est-ce que l’avatar de Kym continuait d'exister parce qu’il s’agit d’un monde contrôlé par les désirs profonds de Gilean ? Ou est-ce qu’elle a tout bonnement trouvé la mort ou disparue dans ce rêve que seul Gilean peut vivre encore ? Est-il prit également dans cette malédiction ou coule t-il  des jours heureux ? L’une des faces de la moojuu espérait qu’il la pleure. Qu’il souffre, qu’il partage sa douleur, encore, toujours, jusqu’à sa putain de réelle mort. L’autre suppliait l’elfe que le rêve puisse continuer, que Kym soit toujours là-bas à ses côtés même si elle avait été arrachée à ce monde.  C’était cela, les deux revers de leur relation atypique et monstrueuse.










M̫̠̭͙̭̱̺o̰̻̩̼̭̝̟̳̱̕n̘̭̣͍̘̗̖s̷̟͙̜̦͈̱͓͝t͔̯̺͓͟r̫̳ų̶͇̫͍̟̫̟͓̕é̷̮̪̱̫̗̙̥͠ͅu̷̟̞̼s̸̫̪̖̦͈e̸̬̰͚̗͢ͅ


̛̩̹͓̳̦̠̤̖̦
҉͇̩̟͞C̛҉̰̼̺'̷̨̼̀e̱̦̭͍̳̞̞̬͍̕͟s̸̪͙̠̻͓̘t̪̣̪̥̞̬͠ ̭̹̫ç̱̯̘̟̞͡ͅę̤̺̻̘̻͍̯͘ ̶̢̯̯͔͔͞q̧̛̱͎͡ų̵̛̼̤̖̬e̶̦̮̥̪̭̺ ̬̭̳̙̖̻̫͜j͕̼̮̹̀͠e͔͍̹͇̦̰͔͕ ̵̢̦͙̭s̛̺̠̣͖͇͈u̯̱̼͚̬̳̠̪į̟͚s̼͙͙̬̣̣͢





Cette vérité raisonna si fort en elle qu’elle le cria, alors que les larmes dévalaient de ses yeux meurtri par le chagrin et la colère. Le corps du soldat métamolien s'effondra suite à la balle que lui avait logé Edouard. Le militaire qui retenait Kym la lâcha immédiatement afin de se ruer vers son collègue blessé.

Elle tomba lamentablement au sol. Ses poignets cassés ne servaient plus à grand chose et la moojuu les maudit en tentant de se redresser. Le capitaine lui lança une phrase menaçante, et pour seule réponse il avait obtenu un regard assassin de la part de Kym. Sa lèvre supérieure était retroussée et elle grognait comme un animal féroce. Il la somma de se relever et de le suivre. Cette dernière détourna son attention d’Edouard en l’ignorant quelques instants.

Cette dernière rampa jusqu’à l’homme qu’Edouard avait blessé. Une fois auprès de ce soldat, Kym et ses poignets cassés caressaient le visage de cet homme qui crachait du sang et vivait ses derniers instants.

J’ai juré… je l’ai juré… Jamais je ne ferais de mal au peuple de métamol. Cet imbécile d’humain va le payer… il va le payer… shttt….dors maintenant… oui, ferme les yeux… la douleur va s’évanouir…” chuchotait-elle entre ses dents pleines de son propre sang.

Les autres soldats reculèrent et menacèrent le capitaine en le prenant en joue suite à l’évacuation de leur collègue. Tant de personnes filmaient, tant de personne ne faisaient rien que de relayer cela sur internet…

...ils regardent ces idiots, ils se délectent du mal autant que ceux qui le commettent…” soufflait la moojuu avec un rictus dégoûté et sarcastique sur le visage.

La militaire rampa jusqu’aux pieds de la statue de Gilean. Elle commença à caresser les mollets de cet être cher que la moojuu était destinée à perdre.... cette dernière frotta son visage contre ses jambes tel un félin, serrant bientôt tout son corps maladroitement contre les jambes du dernier Stinger ayant dirigé cette défunte entreprise. Ses poignets cassés étaient tout tordu et seuls ses bras arrivaient à agripper comme ils le pouvaient les jambes de son amoureux. C’était une scène pitoyable, fascinante et effrayante à la fois. Kym murmurait des choses incompréhensibles. Elle ressemblait à un insecte misérable se raccrochant à la dernière parcelle de végétation de son bois, rasé par les humains.

Non...non… l’elfe est implacable mais il est magnanime… tu dois encore vivre dans ce rêve qui est notre monde rien qu’à nous...je suis soulagée de me dire ça…” murmurait-elle dans un moment de compassion rare.

Cette dernière se redressa avec grande peine un moment après cet acte de dévotion mélancolique. Sa vieille carcasse à fourrure se balançait en des mouvements imprécis de gauche à droite alors qu’elle avançait vers Edouard. Celle-ci le regardait avec tant de mépris que Kym aurait pu jouer dans un film d’horreur.

Celle-ci tendit ses poignets cassés vers le Capitaine en avançant. On aurait dit un zombie. Ses mains effleuraient le cou d’Edouard lorsqu’elle fut assez proche de lui.


J̴̞ͅe̢̜̻̖͚͔̘͎̲ ̤̼v̸͈̬̙̟̘͓̲a̸͕̩ͅi̵̗̙̹̗͈̟s͉̘͉͈̖̱̩̗ ̴̯̣͓̰p͏͎o̴͙̻͍̭̤̺̰ṵ̵̫̣̗̬͢r͉͓r̰̯̩̦͜͢i̭̹̺͔̖͚͎͓͓r̰̮̜͘͜ͅͅ ͏͙͎͞t̥̝͈̫o͏͡҉̭͚̺̳̳͎̜n͎̟̞̭͔͔ ̴̛̺̞̖͓̥͞â̛̼̦̪͞m̛̥͈͎͖̗̠̩̘̳͞e̢͔̺̠̗͎


Lui crachait-elle au visage avant de s’évanouir sous le poids de toutes ces choses accablantes qui venaient de se dérouler. Le corps de Kym tomba contre le torse du capitaine, lui laissant l’opportunité de la mener où bon lui semble.
Contenu sponsorisé

Les retrouvailles des Oubliés  Empty
MessageSujet: Re: Les retrouvailles des Oubliés    Les retrouvailles des Oubliés  Clock
 
Les retrouvailles des Oubliés
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Ephylix - Mémoires oubliées
» "Retrouvailles" (Hermès et Dionysos)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPGDBZ :: RPG :: Métamol :: Dômes-