Partagez
 

 Le rouge parmi le noir et le blanc [PV]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Bray Wyatt
Bray Wyatt
Masculin Age : 32
Date d'inscription : 02/05/2018
Nombre de messages : 52
Bon ou mauvais ? : Je suis le rouge dans le blanc et le noir
Zénies : 1000

Techniques
Techniques illimitées : Wyatt Family / Lariat / BlackOut
Techniques 3/combat : L'Araignée / Uranage
Techniques 1/combat : Sister Abigail's Kiss

Le rouge parmi le noir et le blanc [PV] Empty
MessageSujet: Le rouge parmi le noir et le blanc [PV]   Le rouge parmi le noir et le blanc [PV] ClockDim 16 Juin 2019 - 2:00

Live In Fear

Des ruines laissées derrière d’innombrables conflits entre les entités les plus viles que ce monde n’ait jamais connu. Des architectures qui furent une fois impressionnantes, désormais des amas de matériaux divers et variés. Même le sol n’avait pas été épargné par la confrontation féroce entre les démons. Des crevasses qui semblaient se diriger jusqu’en enfer parcouraient le champ de bataille d’antan. Ce lieu était vraiment un hommage à la destruction que pouvaient causer les habitants de ce monde, et l’effroyable réalité que la vie n’était qu’un compte à rebours jusqu’à la fin, un qui pouvait facilement être accéléré au-delà de tout contrôle. Est-ce que le combat entre les deux forces était noble et avait servi à un but ? Seuls les survivants et les dieux pouvaient le savoir.

Ce fut dans ce décor que le prophète barbu revint parmi les vivants : un lieu de mort et de dévastation. Pour faire court : le résultat d’une guerre parmi tant d’autres. Le créateur de l’activité préférée des mortels se tenait droit au centre de la scène, les bras le long de son corps et la tête baissée. Ses yeux étaient fermés et obscurcis par sa capuche en denim. Seul le vent qui venait bercer un peu les pans de sa veste et la lampe que l’Ange dans la poussière tenait dans sa main droite donnaient du mouvement à cette image. Il restait là, sans rien faire, alors que le temps semblait s’aggraver depuis qu’il était réapparu. Aucun sourire ou gesture caractéristique du personnage, rien. Juste les premières gouttes d’un orage qui semblait venir pour l'accueillir de nouveau dans le monde des mortels. Même ici, la nature semblait en vouloir à l’Homme aux mille visages.

Et puis, soudainement : un mouvement. Son bras droit se leva jusqu’à ce que sa lampe se retrouve devant lui. Il redressa ensuite sa tête, puis ouvrit ses yeux. La lampe fut soudainement allumée. La pluie semblait incapable de l’éteindre, tout comme l’envie de vaincre la machine pour Bray malgré un passage dans le néant.

Nombreux auraient été changés à jamais par un tel événement. Ils se seraient laissés affecter par leurs regrets et par l’échec de leurs vies, et auraient certainement pris une nouvelle direction une fois revenus d’entre les morts. Mais par moments, le feu était tellement dense qu’il était impossible de l’arrêter par des moyens conventionnels. Dans le cas du mangeur de mondes, une attente dans le vide n’allait pas le convaincre de changer de cap. Il avait trop donné pour se laisser intimider par quelque chose d’aussi petit. Elle avait placé tous ses espoirs en lui, et il n’allait pas la décevoir.

La machine, autant mortelle que divine, sera brisée et le monde pourra goûter à ce qui fut un temps la liberté. Peu importe le nombre de morts qu’il devra porter sur sa conscience, peu importe les pions de Zen-Oh qui croiseront sa route, peu importe le nombre d'enveloppes charnelles qu’il devra abandonner. Il s’assurera que sa vision du monde soit accomplie, tout en punissant le meurtrier de ses frères.
Légion
Légion
Masculin Age : 35
Date d'inscription : 04/03/2017
Nombre de messages : 721
Bon ou mauvais ? : "Bon"
Zénies : 1570

Techniques
Techniques illimitées : Boureau des Âmes / Présage Funeste / Armée Infernale
Techniques 3/combat : Réalité Insaisissable / Libération Antagoniste
Techniques 1/combat : Apocalypse

Le rouge parmi le noir et le blanc [PV] Empty
MessageSujet: Re: Le rouge parmi le noir et le blanc [PV]   Le rouge parmi le noir et le blanc [PV] ClockSam 29 Juin 2019 - 18:58


Dans le chiaroscuro enchanté du champs des plaintes, où les cadavres sont labourés et les vignes entourent des lames plantées dans la terre, la brume cauchemardesque de la damnation entoure un homme en train de siffler. Aucune trompette pour annoncer l’arrivée de l’apocalypse, aucune contrebasse du mont Chauve, aucun fracas hors du commun pour terroriser la galerie sans faire d’efforts. Simplement des bruits de sabots avançant tranquillement dans l’obscurité paradoxale du monde des démons. Des démons qui avaient vécu il y a fort longtemps, bien plus éthérés et incompréhensibles que les diablotins qui se pavanent sans soucis sur Dark. Le cavalier se demandait ce qui avait pu pousser des dizaines de milliers de déchus à s’éventrer aussi violemment. Il n’y avait même pas de cadavres à tarnir. Aucun os qui pourrait être recyclé de quelconque manière. Dans cette réalité fumeuse, des lumières étaient visibles. Des apparitions, suivant le destrier du présage maudit à la muselière sinistre. Comme une route brumeuse éclairée par des lanternes placées le long du sentier. Aucun clignement d’oeil ne semblait autorisé sous peine de soudainement voir la réalité devenir lovecraftienne. De tous les revenants qui cavalaient dans les plaines déchirées, le roi carmin semblait être le seul qui voyageait sans peine. Avec quelques sbires décérébrés à proximité, il laissait son compagnon de voyage trotter sans soucis. Ce fut alors qu’une figure mince et élancée apparue dans la bruine. Un dégingandé que Légion connaissait depuis bien longtemps.

”Et bien, Tim ? Est-il en vue ?“

"..."

”Tim ?“

Aristidès Othon Frédéric Wilfrid Blondeaux Georges Jacques Babylas, plus communément appelé “Tim” n’était pas de ceux qui restaient silencieux sans raisons. Cet être arpentant l’ombre du maître des Damnés l’avait suivi depuis l’acquisition de son royaume, mais sa présence parmi ses serviteurs datait de plus longtemps. Il ne savait pas vraiment quand fut la première fois qu’il entendit la voix du grand maigre qui le jugeait paternellement. Il savait simplement qu’il était de confiance et qu’il valait mieux ne pas trop enquêter sur sa personne. Son visage était après tout recousu pour empêcher ses démons de sortir. Les sabots d’Armageddon s’enfonçaient dans ce sable rendue boue par le sang des guerriers, alors que son cavalier attendait la réponse de son majordome au visage étrangement perturbé.

"M-mes excuses, monsieur… Monsieur Wyatt se trouve derrière cette colline, adorant se mettre en spectacle comme à son habitude. Je dois dire que vous avez ce même chic dans l’art de rendre intéressants vos monologues mentalement déséquilibrés."

”Et ?... Qu’est-ce qui fait donc respirer si fortement mon bras droit habituellement taciturne ?“

"C’est la Terre monsieur… Ou plutôt, sa population."

Légion se pencha légèrement, appuyant sur la nuque de l’étalon magnifique qui le transportait, caressant sa crinière pour passer le temps. Ses yeux plissés mendiaient davantage de détails sur cette phrase si cryptique. Personne ne savait exactement comment Aristidès Othon Frédéric Wilfrid Blondeaux Georges Jacques Babylas, plus communément appelé “Tim” obtenait ses renseignements. Il savait, tout simplement, ce qui venait de s’être passé.  

"Seishiro Kasai vient de faire exploser des bombes sur les civils de la Terre. Au moins la moitié sont touchés."

Le roi carmin s’arrêta dans sa manoeuvre. Son regard resta figé sur le visage caché par le brouillard de Tim. Puis il s’éleva dans les airs alors que son corps se redressa. Ć̵̡è͞l͜͝a̧̢͘ ͠n͘͜͡e̸͡ ̷̶̧҉͢f̧̛̀a̷̴i̴͝͠͏t̛͟͟͡ ̷̛͜͡͡a̴̢͘͡ú̀̕c̢͜͞͏ư͝ń̡͟ ̨̛҉̷s̸̢͢͞e̵̴̷͘ǹ͏s̶͞.̶̢̀́ ̢̕͟͠C̢̡̀̕͟e̸͝l̨̨͞a͢͢ ́͟n̸̡͘͠͏é̡͠ ̢̀͠͝f̶̡a̷̸̵͘͝i̸̛̕t̨̢ ̡̡ą̨͟͠͡ù̴c̵͢u͏̨n̴̢͟͡ ̀̀̕s̀́e͜͏̡̡n̨̢̛s̨҉̴͏.̵͟ ̶̕͟C̛̕͜e̶̴͏̸̵ļ̀̀͢ą̡͟ ̵̀͢͡͞ǹ̛҉̛ȩ͘͘͘͡ ̧̀͘͞f́̀a̸͡i̛t҉̕ ̧̡̀̕a̸̢͢ú͞҉̡c̴͠u̡͘n҉̶̕͝ ́͘͝s͞͞e̷̸̴̕͡ń̢ş̛̀͢.͠͏ Des dizaines de centaines de millions de vie. Volatilisées en un instant. Dans les yeux de Tim ne se trouvait aucune raison à “pourquoi”. Le roi de la planète bleue l’avait tout simplement fait. Une hécatombe gratuite. Simplement pour se faire. Aucun avantage stratégique. Serait-ce pour anéantir l’attaque d’envahisseurs ? Y aurait-il eu une épidemie d’un virus excessivement nocif devant être immédiatement purgé ? Non ! Non… Non. Q̶̢́͘͜u̵̴̢̕͢e̶͡ ̡̢͝s̴͝͡e̶̴̡̨͢s̵͏̷̨͝ ̢̨t͏̛r̡͏͟͞i̴̢̛͟p̨̛͡e͘͏s̢̢҉̷͜ ̷̡́̀̀d̶̀͝͝͞é̡c̡̧͠ò̸̡҉r̷͘͝é̵̴̴n͡t̡̢͘͠͡ ̸̧̕ś̴̡̕͢a̶̛̕ ͝͏̡́͢g̴̕o̧͘r̷̷͏́g̸͝e̡̕ǹt̵̸̀̀́,̶̢͜͢͡ ̵q̵͟͡ú͘'̵҉̴͠͡e͟͝҉̸ĺ̶̡͘҉l͏̧͠e͏̛̕͘҉s͏̸̡́ ́͘͠l̶͏̡e̷̡̡ ̧͟p͘͟͝҉̴è̛҉̵͏n̡͘͟d͏͘͞҉e̶͘͞n҉́t̸͝ ͟e͘҉̶́n̨͟ ̵̨̧҉h́͝͝a̕ù̕t̴̴̡̢͘ ̶̷̢d̨͝͞͝͠ų̸̸͠͏ ̵̛͞ḿ͢͞a̵̕ţ̶҉,͢͡ ̨͟t͢҉̛͟ę̶͡l͏̸̷̶̢ ҉̵͠͠l͏͞͝ȩ͝ ͢͢͡d͝r͜a̧̕͜͝ṕ̵̴e̶̢͝a̶̡̧͏̴u͘͘҉ ͜͡d̴̷è̸̸ ̵҉l̸͠a͏̶͘͡͞ ͞v̸̧͢e̡n҉̕͝d̡̛́e͟͠͞t̕͟t͏̴́͢a̛͜ ̧̕͟i̢̧̛͘͡n͘̕͟͟͝f̸i̢͟͟n̕҉̛́ì̴́̕͘ȩ̀͜͠ ̴̧̛́͠d̴ú̡ ̷d͏̴̢́i͟ȩ̛̀͡u͏́͘͢ ̛d́̕̕͟è̷s҉̶͟ ̴̧͝m̵͝ó̷͢͡r̵͜t̷́͠͠s̨҉̴̸͡ ҉̷!͢͡͏̧͡ C’était simplement un acte de monstre. Un geste de mal. Aucune nécessité. C’était. C’est tout. Une montagne de cadavre. Le spectre prit une capsule bleue et la plaça à l’intérieur de son masque de façon maladroite et désarticulée. Il put voir ses doigts trembler, avant de petit à petit ralentir. Et s’arrêter. Il se rendit compte que son corps avait battu horriblement vite. Il lui fallait se calmer un instant. D’une voix sortant d’un effort physique, il s’adressa à son serviteur, tout en tournant sa monture vers la direction où l’être qu’il était venu chercher se trouvait. U̶̴̡͠n̡̧͟͡͡ ̵̶̢̕a̴͢͞ų̴̴͠͏t̷̶́͠͠r̵̀͜͠͡e̴̷̴̛ ҉p̛͟͢͡͝r̶̨͞o̸̡͞ṕ̵͠҉̡h̀è̴͢͠t̵̨́͘͢e͜͜͞ ́͞!̸́͢ ̕͢U̷͟͢n͟͞ ̶̧̀a̴̷̛̕͜ù̶̕͢͡t̸̛͡r̵̀͟͝e҉ ̛́͏̢g̷ú̷͏̵é͢͠r҉̧́͠r̸̨i̢͘̕͏é͟͞ŗ̢̡͘͝ ̡͜!̀͞ ̕͠͏͡U̵̡͘͟ń̴̨̕͟ ̸̛à̧͘͜ú̷͡͝t̶̨r̵̨e̶̡͞ ̸̷̶̡͘s̶̵͜ǫ̷̕ư̷̢͟͠s͘͏͏-̶f̡̕̕͟͠i̸̸͢͟f̴̛r̢̛͘͜e̴̡̢͝͞ ̵̛ṕ̷̢̕ò̴́ų̀ŗ͘͜ ̀͡͞é̡͜͜͞͡ć̴̢̡͜r̶͜à̸̕͘͝s̡͟͟͞e̶̴͞ŗ̡͠ ̕͜͡͡l̡̀͠e̡̕͏͡s̵͘͘ ҉̕̕d̡͟i̸̷̸a̡̨҉b̶͞l̷̛è̶̢̡͜s̵̛̀ ̧͘͡͝e̶͜͜ţ͜ ̴̷͢l̵͞͠͠ę̸̀͘͠s̸̡̢̧ ̴̴̸̛ṕ͘̕a̷͏̕ŕ̵̢̧̡a͠s̶͟i̛҉̶̷t̷̀҉̧ȩ̵̸̵͡s̕̕ ͏̴͢͜q̧̡̧̡ư̵̷͏į͢ ̸҉͏̕s̵̶̸͞ù̕͠͠͞c̡͏è̵̴͟͜ń̴̕ţ̸̧̧͡ ̴̢͜͞l̶̨͘͢͠e̴̢͟͟ ́́ş̛͘͜u̵͝c͡͏҉̛͢ ͏̸͜d́͞҉e̕͜͢ ̢́l̶̨͢͝͡a̵̛̕͞ ̨̢́҉v̷͏́͞i̡͡҉̴͝è́ ͞e̢͘t̢̡ ́̕҉̛̛ṕ͜o͝҉̛u͝͞ŕ͘͘r̶̡i̸͞͞ş̡̕͝s҉҉̷͢͞ȩ̨͟҉̢n̵t̵̵ ̢͞c̶̛͢͝e̷̶̴l͢ĺ̶̴̨ę͟͜ ́҉͢͢͠d̢́̀͘͢è͘̕͟͞ş̡̛͡ ̵̢à̵͜ų̷̷̀̀t́̀r̴̵͘͏e̛͝s̷͏͏̸ ̴̨!̸

”Tim. Ne t’inquiète pas. Je ne m’arrêterait pas à deux monarques.“

Et Armaggedon s’élança, laissant le roi carmin s’éloigner petit à petit de ses accompagnateurs. C̡͞o̸͘n͢c͠è̷̷̡͏n̡̢̢͠t͞҉̕r̸̨͞͏e͏̴̧̨͠ ̵̛̀́t̨̧͟͠o̸͢͞i̢͘͠ ̨́͟s̷͝҉̧u̸͢͟͝r̴̶̡̛ ̴̨̛̕B̶̴̀͞r̢͢á̶͟͜͠ý͘͟͜.̧ ͢C̴̢͏̸ǫ͘͘n̢͠͡c͏̢͞e̢̡n̴̕҉t͟҉̶͟ŕ̵̴͜͠e̶̡̛̕̕ ̡͘͞͡҉t̸o͘͢͡͏̶i̴͠͡ ̢̀͘͞s̸̶̴̕͢u͠͠r̸̕ ͞҉̡͞t̛͘͠͏̧ó̸͢͜n͏ ̸̨̧́͘ṕ̵̴͘l̢̕a҉͘҉͏n̢͢͠.̶̧̛͞ ̵͘͟Q̧͟͝u͘͜͝e̷̶͢͏͏ ̡͢͡L̸͡͝ę̵̡́̕͞ģ̨̀͜͡i͘҉̷̷ò̴҉ń̛͠ ̵̢ą́i̕҉̶̶̛t̸̶̡̛ ͞͞l̛è̴͘͟͞ ̨͏̴c҉̧́͟͢ǫ̛ń̢t̵̸ŗ̷̕͟ô͟͞ĺ̵̨͜e̷͘͡ ̨͘͘͘͝s͠͝u̕͘ŕ̵̵̶̶ ̧̢͢͠t̛͜͞o̧̕͡u̵̶͢t̷̡͘ ̶̧c̨͡҉̶͝é̸̢̧ ͏̵q̢́̕͠u̷͘i͟͞ ̶̶̢͠ş̴͏e̶̴̴̛̕ ̧͘ṕ̧̨̨͡a̶̷͝s̸͞͡͝͞s̸̵̨͜͢e̴̶ŗ̸̴̴͝a̵̢͡.͝ Sa tête était habitée par l’instabilité neuronale qui le rongeait depuis si longtemps. Elle tambourinait sur chaque coin de son crâne. Mais c’était agréable. Il prenait des ordres de lui-même, ainsi. Seule la douce logique bleutée voguait dans entre son arachnoïde et sa pie-mère. Ce n’était plus le fantassin tristement alcoolisé qui menait cette mauvaise troupe fantasmagorique. C’était l’empereur incontesté des damnés, triomphant de la mort et de la purification divine, dont la volonté faisait se courber des chênes. Dix milliers de forges brûlaient en son coeur. Sa voix était l’étendard des âmes en peine abandonnés de tous. Son esprit était de chrome. Sa lanterne absorbait les flammes blanches de l’enfer. Ses yeux transperçait tout ce qui était connu et inconnu à l’homme. Et bientôt, ils se posèrent sur un autre prophète. Et ses paroles annonçaient déjà l’influence morbide du Présage Funeste sur la psyché de cet homme qu’il désirait tant parmi ses troupes.

”Le monde n'a pas été réceptif à tes paroles.“

Il y avait derrière Bray des murmures qui arrivaient jusqu’à son cou, et qui pourtant étaient éloignés. C’était… comme des chants de sirènes. Une chaleur dans le froid de la mort. Sur les chaînes de son bras, la lanterne était accrochée. Elle qui avait été prise au mangeur de mondes avant d’absorber les sanglots des titans d’antan. C’était une lumière maternelle qui illuminait la scène. Ce clair dans l’obscurité qui provenait des flammes de Légion. Il le regardait depuis une colline, assis sur Armaggedon. Deux phares d’argent qui guidaient les marins dans le brouillard. Deux yeux du spectre qui plongeaient dans le druide.

”Tu n'atteindras jamais ce que tu recherches sans mon aide. Tu n'obtiendras rien sans moi hormis des défaites.“

Il était devenue une ombre de peinture sur la toile qui était son brouillard. Comme s’il n’y avait pas de relief. Comme si c’était le dieu d’une muraille ou d’une tapisserie qui parlait ainsi avec Bray Wyatt.

”Tu es présenté face à un dilemme : renoncer à quelques onces de ta fierté et me rejoindre pour atteindre tes rêves, ou continuer à nager dans les excréments des dieux qui te barrent la route.“

Le destrier de la figure divine se mit à avancer, tournant autour du maître de la secte qui portait son nom.

L’abîme entourait Wyatt.
Bray Wyatt
Bray Wyatt
Masculin Age : 32
Date d'inscription : 02/05/2018
Nombre de messages : 52
Bon ou mauvais ? : Je suis le rouge dans le blanc et le noir
Zénies : 1000

Techniques
Techniques illimitées : Wyatt Family / Lariat / BlackOut
Techniques 3/combat : L'Araignée / Uranage
Techniques 1/combat : Sister Abigail's Kiss

Le rouge parmi le noir et le blanc [PV] Empty
MessageSujet: Re: Le rouge parmi le noir et le blanc [PV]   Le rouge parmi le noir et le blanc [PV] ClockLun 1 Juil 2019 - 16:01

Live In Fear

Bien entendu, la solitude d’un champ de bataille auparavant bruyant n’allait pas rester longtemps dans le silence. Le monde est une scène, et rare sont les moments durant lesquels on ne doit pas la partager avec quelqu’un d’autre. Une voix familière accueillit l’excentrique chef des Wyatts, une voix qui inspirait la crainte, le dégoût et un rire à peine dissimulé par le prophète, maintenant éloigné de ses fidèles.



“Le monde n’était pas réceptif à ses paroles” furent les premiers mots d’introduction d’un être qui avait connu la déchéance mais qui refusait d’abandonner pour autant. Et à quel point ces mots étaient-ils corrects ? Le monde venait de subir une onde de choc que même ici, dans les ténèbres les plus profondes, le patriarche pouvait ressentir. La perte de millions d’âmes qui s’étaient trop confortablement installées entre les griffes de la machine.  Une confiance injustifiée et insensée qui leur avait coûté la vie. Ceci était bien plus important que les paroles d’un vieux monarque sans avenir. Ceci était la sonnette d’alarme au monde qu’il était temps de se réveiller et d’abandonner les doux rêves que les costards-cravates leur promettaient.

“Il n’obtiendrait rien sans son aide, hormis les défaites”. Ce fut une bonne blague, sachant que le dernier exploit de la part du chef des damnés fut de se faire supprimer du plan des mortels par un Dieu sans croyants. Pensait-il que sa défaite face à un certain pion d’une dyarchie vouée à l’échec allait être suffisant pour démoraliser pour de bon une entité qui a connu autant de hauts que de bas ? Il n’y a pas de défaites, juste des ralentissements. Son message continuera à se propager, peu importe les revers de la destinée ! Et ce avec ou sans l’aide d’un relant du passé qui s’accrochait sans espoir de succès… sans lui.

“Un dilemme : abandonner sa foi pour le joindre ou rester derrière les dieux qui lui barrent la route”. Un fou rire se répandit à travers le champ de bataille jusqu’aux collines lointaines. Sa tête s’élevant vers le ciel d’une noirceur sans précédent, l’Ange dans la poussière étendit ses ailes vers le firmament alors qu’il s’époumonait. La fin du ricanement bruyant laissa un mauvais présage pour la suite des événements. Alors que ses bras se remirent en place le long de son corps, ses lèvres commencèrent à bouger et d’une voix discrète, Bray Wyatt commença à parler.

“Celui qui a été déchu par les dieux devant mes propres yeux ose me dire que j’ai besoin de son aide pour les vaincre ?”

Il se retourna vers la colline depuis laquelle le chevalier l’épiait, opposant la lumière qu’il émettait avec la sienne, celle d’une simple lampe à huile qui persistait malgré l’orage qui s’était annoncé. Sa voix commença à gagner en amplitude, suffisamment pour que tous les gens présents sur la scène puissent l’entendre audiblement et sans difficulté.

“Tu es face à celui qui a vaincu l’envoyée des dieux et qui a survécu à ton bourreau, je suis celui dont tu as besoin pour parvenir à tes fins. Seul MOI peut t’amener plus proche de ton but ! ”

Un rire dont seulement lui avait le secret se remit à bondir entre les crevasses de ce champ de guerre abandonné, fréquenté par deux fous aux projets bien trop ambitieux pour être réalisables. Sa voix reprit soudainement un ton plus doux, voir même discret. Est-ce que son auditeur pouvait l’entendre à ce point ? Cela ne lui semblait être que peu d’importance.

“Malheureusement pour toi, il n’y a que moi qui prouvera aux dieux et aux dirigeants la futilité de leurs existences. Que les mortels n’ont pas besoin d’eux pour réaliser leurs destinés. Que leurs présences n’est que néfaste pour ceux qu’ils sont censés surveiller.”

Son ton devenait plus sinistre à chaque mots qu’il prononçait. Il souffla sur sa lampe d’un coup avant que l’obscurité ne conquière l’endroit. Les ténèbres plongèrent dans ce qui lui était pourtant tant associé : la lumière, ou le peu qu’il y avait, réapparut avec le mangeur de mondes devant l’Armageddon, sans peur ou crainte, avec une seule question à son égard.

“Mais dis-moi, maître des damnés : en quoi es-tu différent d’eux ?”
Légion
Légion
Masculin Age : 35
Date d'inscription : 04/03/2017
Nombre de messages : 721
Bon ou mauvais ? : "Bon"
Zénies : 1570

Techniques
Techniques illimitées : Boureau des Âmes / Présage Funeste / Armée Infernale
Techniques 3/combat : Réalité Insaisissable / Libération Antagoniste
Techniques 1/combat : Apocalypse

Le rouge parmi le noir et le blanc [PV] Empty
MessageSujet: Re: Le rouge parmi le noir et le blanc [PV]   Le rouge parmi le noir et le blanc [PV] ClockJeu 11 Juil 2019 - 17:50


Le sabot d'Armageddon raisonna dans le vide métaphysique du monde démoniaque. La monture de l’Apocalypse tournait autour de la proie qui s’était follement approché d’elle. Chacun de ses pas portait avec lui les bougonnements dévastateurs des titans des temps anciens, des monstres d’avant le rien, du cauchemar qui exista avant toute réalité. Des voix accompagnait son trot. Son avancée lente et systématique. L’engrenage de la terreur dans la machine infernale qu’il combattait pourtant. Le destrier qui apportait les mauvaises nouvelles, le messager que tout le monde voulait tuer. Son regard vide et sombre était tout aussi terrifiant que celui du Roi Carmin qui le montait. Le cavalier du commencement, l'émissaire de toute fin. La page encrée jetée au feu et la plume qui toucherait une toute autre feuille. Tandis que le Dévoreur de Monde s’esclaffait et faisait rebondir son ventre contre son bassin dans des aléas de folie, le Vautour laissait sa monture se déplacer comme elle le souhaitait. La tirade du beuglard continuait alors que sa voix douce cachait des pensées dignes d’un ivrogne. Son coffre laissait des hurlements de poivrot retentir entre les collines et les crevasses, rebondir contre les montagnes et les falaises, remplissant les lacs asséchés et les digues. Mais seules importaient les chaînes du Fléau qui se cognaient les unes sur les autres sous sa cape rouge. Et quand le monologue de l’acteur ventripotent se termina, il n’eut pas de réponses. Ce ne fut qu’un silence pesant sur son pauvre estomac gonflé à ras-bord par la mégalomanie et la soupe de soeur Abigail qui se présenta à ses oreilles. Un certain sifflement pouvait commencer à se faire ressentir dans les tympans de l’ange dans la poussière. Comme une théière laissée sur le feu. Ou bien comme un insecte dévorant un à un chacun de nos neurones. Et puis, comme un ange mettant fin au tourment du silence, le Maître des Damnés prit la parole selon ses propres conditions, alors que la bête qui le transportait s’arrêta dans sa marche.

”Je n’ai pas été déchu. Je n’ai même pas souffert. Une ascension se fait sur la stupidité des autres. Sur les cheveux blancs d’un héraut séraphique j’ai posé ma botte pour monter l'Armageddon. Tu as retiré une pierre sacrée à la base d’un fatras de rochers angéliques et t’ais laissé emporter par l’avalanche céleste qui s’écroula. Là où j’arrachais à la réalité sa divine providence pour la noircir et en faire ma lame, tu n’obtins qu’une veste de minier, popularisée par cette même machine que tu haïs, portée en masse par les fondements de cette chaîne alimentaire sociale qui te fais vomir.“


Armageddon repris sa marche, laissant le Roi Carmin s’éloigner tranquillement du druide aux vêtements produits en masse et cousus par les pauvres d’on ne sait quel médiocre territoire oublié. La bête n’était pas descriptible. On pouvait imaginer sa forme rappelant n’importe quel cheval de renom. On pouvait voir ses yeux, son crin, sa peau, et son museau. Mais on ne pouvait pas véritablement dire de quoi il s’agissait. C’était une folie. Une terreur à l’état brut, qui avançait sur quatre pattes et dont les hennissements perçaient les tympans des fantômes et carbonisaient les nerfs des âmes.

”Celui qui répète qu’il est l’élu ne l’est pas plus qu’un autre. Tu peux le faire croire à une assemblée de pouilleux et de crétins, mais jamais à un égal. Il ne faut pas prétendre étrangler le destin. Il faut simplement le faire. Et les autres le sauront.“


Les sabots cognaient contre le sol qui n’en était plus un. Dans la brume de vice qui s’étendait, le Roi Carmin agrandissait sa Cour. Et dans l’atrium de Légion, le monde n’en était plus un. Tout était normal, et à la fois ne l’était pas. Le tribunal de la terreur jugeait chaque loi de la physique, et chacune d’entre elles finissait coupable. Elles étaient coupables de conforter le mental de Bray Wyatt, coupables de le laisser prendre confiance si proche de l’abîme. Les yeux étaient partout. Des gorges apparaissaient sur chaque bosse. Des visages se noyant dans leurs propres larmes riaient, riaient un vacarme silencieux. La peau de tous se liquéfiait sans s’endommager. Nous étions morts et vivants à la fois. Un paradoxe. Un oxymore. Mouillé par les flammes et debout sur le vide, le Dévoreur de Monde se trouvait au centre de cette expérience qui en avait brisé plus d’un. Il n’aurait pas peur. Et il serait terrifié tout autant.

”La différence, Wyatt, est que je te crois. La différence est que je sais ce dont tu es capable. Je ne cherche qu’à l’améliorer et l’exploiter. La différence est que je différencie égo et vérité. Je sais très bien où sont mes fautes. Je sais comment parvenir à mes objectifs. Et je sais que je partirais d’ici avec toi à mes côtés. Ce que je ne sais pas, c’est si je te convaincrais ou te briserais.“


Il était à nouveau en face du prophète, bien qu’il n’ait fait que s’éloigner de lui.

”Ta fierté affronte tes idéaux dans le dilemme qui t’est présenté. Ton genou pliera face à moi, qu’importe lequel disparaîtra.“


Dernière édition par Légion le Lun 15 Juil 2019 - 20:06, édité 1 fois
Bray Wyatt
Bray Wyatt
Masculin Age : 32
Date d'inscription : 02/05/2018
Nombre de messages : 52
Bon ou mauvais ? : Je suis le rouge dans le blanc et le noir
Zénies : 1000

Techniques
Techniques illimitées : Wyatt Family / Lariat / BlackOut
Techniques 3/combat : L'Araignée / Uranage
Techniques 1/combat : Sister Abigail's Kiss

Le rouge parmi le noir et le blanc [PV] Empty
MessageSujet: Re: Le rouge parmi le noir et le blanc [PV]   Le rouge parmi le noir et le blanc [PV] ClockLun 15 Juil 2019 - 17:07

The world does not have a voice of its own.



Une bataille entre deux égos démesurés : voici le meilleur moyen de résumer ce qui allait se dérouler dans le monde des démons. Deux êtres avec des buts similaires mais opposés, une dualité qui ne demandait qu’à exploser dans une glorieuse guerre comme ce terrain en avait connu il y a des temps immémoriaux. Néanmoins, avant le fracas des os contre le sol, il y avait toujours une autre solution qui était généralement sous-estimée par les grands de cet univers : convaincre son adversaire de plier le genou ! Et c’était l’objectif du roi des damnés qui, chevauchant son épouvantable destrier, tentait du mieux qu’il pouvait de briser le moral de l’Ange dans la Poussière en utilisant l’intimidation et en décrédibilisant du mieux qu’il pouvait les arguments du prophète.

Était-ce pour autant efficace envers l’Homme aux Mille Visages ? Discutable. Une pression inexplicable commençait à se créer dans la psyché du terrien mais son fanatisme pour l’idéologie de Soeur Abigail n’était pas du tout effleuré par ses tirades.

Le premier discours était une bonne blague face à laquelle il n’hésita pas à sourire gaiement. Le maître des damnés insistait sur le fait que sa chute face au justicier divin n’était pas une défaite, juste une pierre supplémentaire à gravir pour son ascension vers l’Armageddon divin, alors que Bray Wyatt n’avait fait que retirer une pierre en bas d’un amas sans fin. L’obstination de Légion ne faisait qu’amuser le Mangeur de Mondes malgré la tension qui commençait à monter.

“Ta lame n’a été utile qu’à montrer la futilité de ta vision. Tu n’as rien réussi alors que la simple roche que j’ai enlevé va créer un éboulement qui détruira l’Olympe, et au-delà encore !”

Le barbu avait volontairement laissé de côté l’insinuation que la seule chose qu’il avait réussi à faire, en tuant involontairement Claire, était de mourir à son tour. Néanmoins, le prochain coup du fantôme d’un temps perdu allait toucher plus proche du coeur du terrien qu’il n’aurait cru. La raison ? Ses belles paroles d’être l’élu ne voulaient rien dire si il n’arrivait pas à atteindre les hauteurs auxquelles il prétendait pouvoir accéder ! Une réalité qui frappa Bray Wyatt, déjà affaibli par la monstruosité que Légion chevauchait. Ses poings se serrèrent pour la première fois et le visage amusé du prophète se changea en une expression qui se voulait neutre, mais qui montrait largement sa frustration face à ce fait. Aucune parole cette fois-ci, juste un silence pesant ponctué par les bruits de sabots d’Armageddon.

L'anarchiste avait posé une simple question au souverain : qu'est-ce qui rendait ce dernier différent du reste qu’il recherchait tant à détruire ? Légion eut la fameuse idée de changer complètement le sujet de la question en révélant tout simplement qu’il croyait en ce qu’il disait, qu’il croyait en ses idéaux et que son seul but était d’améliorer ses capacités. Ce qui les séparaient n’étaient que la vérité et l’égo. Ce qui fit exploser de rire le maniaque : il avait en effet raison, mais pour les mauvaises raisons. IL était aveuglé par son égo alors que Bray Wyatt était éblouit par la vérité. Tous les enseignements gravés dans la tête du terrien lui avait bien appris la cruauté du monde malgré la douce illusion offerte par la société. Un monde cruel et froid, que seule sa lanterne pourrait réchauffer. Son baiser pouvait tout mettre à feu et à sang, pourtant elle n’avait pas décidé de mettre fin à ce monde mais de libérer les espèces du joug de la divinité et du gouvernement. Et seul le prophète pouvait détruire ces chaînes pour que le monde connaisse la liberté la plus totale.

“Ma fierté affronte mes idéaux dans ton dilemme ? Ou serait-ce ton aveuglement constant face à la lumière que je brandis ainsi qui s’oppose à la liberté que je pourrais t’offrir si tu décidais simplement de t’écarter de mon chemin ?”

Bray Wyatt souffla soudainement sur sa lanterne par laquelle le lieu auparavant assombri par l’orage était jusque là éclairé comme une journée sans nuage. Pourtant, la pluie et les éclairs continuaient à frapper violemment le sol, à même entre les deux égomaniaques qui se faisaient face.

“Tu ne m’intimides pas, maître des damnés. Et si tu refuses à accepter la vérité en face de toi, je t’y forcerais. Je te ferais connaître pire que le justicier divin qui avait interrompu notre dernière rencontre.”

Il s’avance d’un pas vers Légion sur son destrier, puis un moment de silence... Etait-ce d'hésitation face à l’abomination en face de lui, ou jouait-il comme toujours à se donner en spectacle ?

“Dernier avertissement !”
Légion
Légion
Masculin Age : 35
Date d'inscription : 04/03/2017
Nombre de messages : 721
Bon ou mauvais ? : "Bon"
Zénies : 1570

Techniques
Techniques illimitées : Boureau des Âmes / Présage Funeste / Armée Infernale
Techniques 3/combat : Réalité Insaisissable / Libération Antagoniste
Techniques 1/combat : Apocalypse

Le rouge parmi le noir et le blanc [PV] Empty
MessageSujet: Re: Le rouge parmi le noir et le blanc [PV]   Le rouge parmi le noir et le blanc [PV] ClockJeu 18 Juil 2019 - 20:26
À quoi servait une muselière ? À empêcher de mordre. Cependant les chiens enragés et affublés de cet handicap au visage restaient les plus terrifiants. Ils signifiaient le danger. Le panneau sur le grillage. Le vétérinaire pressé contre la gorge pour faire avaler les comprimés. Dans leurs yeux vitreux nageait le danger de la folie. La terreur de la morsure arrchant mollets et jugulaires. Mais leur gueule invisible ne pouvait rien trahir, cachée par le plastique, le fer, et le bois. Ce n’était qu’un symbole, un masque qui les empêchait d’utiliser l’un de leurs outils principaux : leurs dents, leur langue et toutes les bactéries qui se cachaient dans leurs gencives. Que signifiait la muselière sur un être qui semblait humain ? Qu’il était capable de mordre si un rival particulièrement odieux venait à lui briser les nerfs ? Ou bien qu’il tentait de se maîtriser ? Que c’était une petite et légère once de bontée cachée sous un torrent d’idéaux noirs qui lui chuchotait de prendre pitié de tous ces gens qui étaient incapables de suivre sa logique fautée et morose ? ces chaînes à peine visibles sous sa cape rouge, étaient-elles une simple arme symbolique ? Un choix esthétique dominant et intimidant ? Ou bien avaient-elles vraiment le but de maîtriser les aléas violents et impulsifs de sa psyché ? Empêcher le psychotique de ruiner les plans du psychopathe. Enchaîner le chien enragé, le museler, et l’enfouir. Loin, très loin dans le coeur bien trop chaud du pantin de viande froide. Est-ce que Bray toucha cette noirceur de ses doigts boudinés ? Est-ce qu’il fit ressentir au Spectre de la haine, de la colère et de la honte ? Des frustrations trahies dans des mouvements brusques et des tics subtils ? Peut-être. Mais les menottes et l’acier empêchèrent à cette pathétique petite âme fragile de défendre son égo. On ne pouvait voir ce qui se trouvait sous la cape carmine. On ne pouvait observer les expressions faciales de Légion quand l’éclat de ses pupilles hypnotisait même les aveugles.

”Je ne vois pas l’Olympe s’écrouler. Seules les larmes du guerrier qui eut raison de toi continuent de tomber.“


Comment parvint-il à découvrir les mésaventures de Bray Wyatt ? Les aléas du béhémoth face à sa monture l’avaient bien trop approché du Roi Carmin. Les iris magiques du Damné furent suffisantes pour le distraire de son toucher, frais et furtifs comme les brises du matin. Dans la tambouille mentale qu’était l’esprit du patriarche d’une fosse commune, cachés entre les hurlements de Husky Harris, voilà où étaient les limbes fragmentées de ses souvenirs de victime de la vindication du chef des vengeurs de l’espace au visage vacillant et menton velu, une vendetta qui lui vola la vie. Et que fait donc cet amiral de la flotte spatiale ? Cela lui était inconnu. Ses premières accusations envers le druide étaient vagues. De simples déductions. Sa deuxième tirade se centra sur ses propres expériences. Mais le regard de l’abîme s’illumina de plus belle quand il obtint le récapitulatif psychologique des péripéties du colosse, magnifiquement organisé comme s’il fut pourvu d’une table des matières. S’il pouvait transformer ces ribambelles de Mémoires en un amas de feuilles blanches et de mots, il n’y avait aucun doute que cette pitoyable histoire figure dans les annales de l’écriture tragique.

”Tu ne fais que prouver que j’ai raison, Wyatt. Tu te répètes constamment, avec différents adjectifs pour te mettre en valeur. Tout cela pour fuir la vérité.”


Il disait cela avec un certain désarroi. Une fatigue qui parvenait à passer outre sa façade excessivement monotone. On pouvait y reconnaître plutôt la lassitude d’un maître d’école qui se trouvait exténué de guider un disciple trop têtu. Il était pourtant le plus vieux des deux protagonistes de ce duo se disputant le même projecteur. Le cavalier dominait depuis la hauteur que lui offrait sa monture. Un véritable vautour sur sa perche. C’est alors que les ailes écarlates du phénix aux flammes de nuit s’ouvrirent face aux dernières menaces du titan druidique. Un mouvement que l’on croirait presque ralenti. Une ombre rampait sur le sol tandis que le maître des Damnés venait de sauter de sa monture, avec une certaine élégance. Il ne pourrait mentir sur son amour de l’aspect théâtral de ses faits et gestes. Des mouvements fantomatiques et gracieux. Il sembla presque voler, avant d'atterrir tranquillement, suivi de son imposante cape qui paraissait presque être une flamme. Mais Wyatt ne pouvait véritablement voir son corps, son armure, et les chaînes qui handicappaient chacun de ses mouvements. Ce qu’il observait était le centre de la nuit la plus noire, suivie d’une effusion interminable de sang. Un mélange fantastique qui était à présent à un mètre de lui.

”J’apprécie tes tentatives de me menacer. Elles me font me sentir faible. Comme si mon ascension pouvait encore dérailler. Comme s’il restait un facteur incontrôlable dans la machine que j’ai mise en marche. Cette misérable graine d’insécurité que tu sèmes dans mon esprit brûle si rapidement. Elle ne fait que renforcer la vérité…

Bray Wyatt. Tu qualifies bien trop les actes de ce séraphin narcissique d’atroces, quand ils ne furent qu’une autre marche vers mes objectifs. Il t’ait aisé de me faire vivre pire expérience que celle qui m’apporta Armageddon, car je n’ai jamais vécu meilleur jour !”


Il mentait : sa vie fut parsemée de bien meilleures expériences. Ses bras s’élevèrent. Il le dominait d’une tête. Comme s’il moquait le mental belliciste du combattant. On pouvait peut-être le suspecter de n’avoir attendu que ça, croire que c’était ses désirs d’affronter un égal autre que l’ange qui avait changé sa vie, et le pirate qui l’avait impressionné. Comme s’il récoltait des trophées.

”Tente donc de me faire souffrir, dévoreur de monde. Ne me déçois pas.”


Ce qu’un être normal verrait est une prise de tête en plein milieu d’une discussion. Mais les deux démons de chair humaine et d’âme divine savaient très bien ce qui se produisait : un combat où le perdant accepterait la défaillance de ses idéaux, et la soumission. Il n’y avait pas besoin de mots pour se faire comprendre.
Bray Wyatt
Bray Wyatt
Masculin Age : 32
Date d'inscription : 02/05/2018
Nombre de messages : 52
Bon ou mauvais ? : Je suis le rouge dans le blanc et le noir
Zénies : 1000

Techniques
Techniques illimitées : Wyatt Family / Lariat / BlackOut
Techniques 3/combat : L'Araignée / Uranage
Techniques 1/combat : Sister Abigail's Kiss

Le rouge parmi le noir et le blanc [PV] Empty
MessageSujet: Re: Le rouge parmi le noir et le blanc [PV]   Le rouge parmi le noir et le blanc [PV] ClockJeu 25 Juil 2019 - 21:40

Mary had a little sheep



Les larmes du guerrier tombaient au sol selon l'imprudent en face de lui. Il connaissait donc l’histoire du colosse qui avait écouté uniquement à la douce mélodie de la vengeance et allant entièrement contre les idéaux de son aimée ? Un sourire en coin se forma sur les lèvres de l’Ange dans la poussière. Entre le dégoût et l’amusement, ce dernier ne savait quoi faire d’autre que de réagir ainsi. Mais en aucun cas cette faible provocation allait faire vaciller le Mangeur de mondes. Il n’allait pas laisser ces pulsions les plus primitives avoir le meilleur de lui. Néanmoins, si le maître des damnées allait jouer à ce jeu, soit. Le mastodonte en avait également énormément à fournir comme blessure psychique au déchu qui essayait vainement à le briser. Mais si il fallait des attaques sur le mental du décérébré, autant briser son corps aussi fragile au passage. C’était une spécialité que Bray était l’innovateur. Et cette fois, il n’allait pas se retenir.

Après plein de mots dans le vent, l’homme aux mille visages cessa d’écouter véritablement son adversaire idéologique. Il attendait maintenant plus que le moment d’attaquer, le moment où il fermera son clapet. Les seuls mots qu’il entendit à ce point était Légion qui le provoquant en lui demandant de le faire souffrir. Une requête que l’anarchiste allait se faire un plaisir d’accomplir. Il éclata de rire avant que la lumière de ces champs désolés disparaisse. Quand elle revint parmi ce monde, Armageddon avait disparu et le sociopathe se retrouva tête à tête face à son adversaire. Il était temps pour le combat de commencer véritablement.

Bray Wyatt l’attrapa directement par le bras pour lui donner une Lariat aussi sec qu’elle fut rapide. Alors que Légion partait dans sa chute, le monstre terrien l’attrapa par le bras dans son élan pour enchaîner directement avec un Uranage. Il le leva en l’air avant de l’envoyer directement dans l’une des failles de l’ancien champ de bataille. Maintenant encastré dans le sol, il essaya de son mieux pour le relever d’un coup pour le mettre en position pour un Sister Abigail. Regardant dans les alentours, il remarqua une épée qui fera parfaitement l’affaire pour faire “souffrir” ce mégalomaniaque. Il recula de quelques pas avant d’embrasser son ennemi sur le front.

“Ne t’inquiètes pas, ta traînée de femme suivra bien après. Je te le garantie.”

Tout comme il avait fait une promesse de ne pas envoyer Motta vers sa femme, il venait de faire l’inverse. Elle allait le rejoindre dans les bas-fonds des enfers où ils connaîtront la damnation éternelle. Enfin, aussi éternel jusqu’à que le roi-enfant décide avant de les ramener pour son amusement. Maintenant, il était temps de finir au plus vite ce combat. D’un coup soudain, il envoya le simple péon sans avenir contre l’épée, la trajectoire visant directement la tête. Il en avait plus rien à faire des long combats où il connaîtrait seul le désarroi même dans la victoire.
Légion
Légion
Masculin Age : 35
Date d'inscription : 04/03/2017
Nombre de messages : 721
Bon ou mauvais ? : "Bon"
Zénies : 1570

Techniques
Techniques illimitées : Boureau des Âmes / Présage Funeste / Armée Infernale
Techniques 3/combat : Réalité Insaisissable / Libération Antagoniste
Techniques 1/combat : Apocalypse

Le rouge parmi le noir et le blanc [PV] Empty
MessageSujet: Re: Le rouge parmi le noir et le blanc [PV]   Le rouge parmi le noir et le blanc [PV] ClockLun 29 Juil 2019 - 15:46
Il regardait Bray droit dans les yeux, attendant ce don si sensationnel que Bray pouvait lui prodiguer. Entouré de vide rempli par le regard juge et désapprobateur des êtres cachés dans les couvertures de la réalité, l’esprit las du Maître des Damnés ne craignait rien. Il souhaitait simplement ressentir quelque chose de nouveau. Cette quête stupide et sans fin de trouver un véritable égal à son être. Un guerrier qui le ferait rêver. Il voulait reproduire ce que Leixy lui avait fait vivre. Une drogue injectée par les lames et non les seringues. Dans l’esprit malsain du Roi Carmin, le colisée était le véritable scène. Un monde de bataille et de meurtres, un champ de boyaux et de tripes. Il n’avait même pas grandi dedans. Son âme première était celle d’un aristocrate avec quelques lacunes en matière de vie familiale. Il vivait dans la fantaisie qui lui était destinée. Légion, le dieu des morts, emmitouflé dans une cape de sang, piétinant les têtes de ses semblables pour se hisser jusqu’au sommet de tout. De là, il dévorerait les nuages, il aspirerait les divins comme des spaghettis, il les précipiterait dans l’oeil de l’abîme. Ce n’était pas sa destinée. Il l’avait attrapé par la gorge, reforgé dans la lave de son coeur froid, frappé de son esprit, modelé de sa force. Il m͟͝é̀r҉it̶͝a͢i͞t ce qui lui arrivait. Les ailes fondues d’Icare n’étaient qu’un travail d’amateur. Le soleil rouge était un idéal atteignable par tous. Mais seul Alexandre Caligone avait eu le courage de commencer cette montée vers le paradis. Seul lui avait découvert l’escalier sacré, seul lui grimpait l’olympe avait comme pioche sa témérité. Tenace comme le tissu espace-temps qui refusait de se déchirer face aux vices des hommes. Mais le spectre l’avait percé. Il avait taillé dedans comme dans le brouillard. Et qu’importe qu’Armageddon disparaisse de son territoire. Qu’importe le noir absolu qui l’entourait. Il gagnerait. Bray Wyatt ne pourrait jamais le terrifier. Il n’était qu’une copie d’un Légion ancien, jeune et immature. Une folie abrutie qui s’était précipitée trop loin de son objectif, cherchant à satisfaire ses besoins. Le Dévoreur de Monde était un pair, un égal qui ne savait pas ce qui lui était nécessaire. Le Vautour allait lui offrir, le cavalier de l’apocalypse, né et moulé par les ténèbres avant d'atterrir dans les cours décadentes d’un monde disparu, il le guiderait d͝͝e͏͜ ̧̛̕g̵r͝͠é̛ ̧o̢͘͢ù̸ ̧͞d̡̕͝è ̡́f̢̀o̧͞rc̸͞e̷̕.

Il se prit le Lariat dans le visage. Sa muselière s’enfonça dans sa peau, craquelée par la force de l’impact. Le métal se logea entre ses os, transperçant ses joues pour griffer ses molaires. Cela chatouillait. Il semblait avoir les yeux vides. Comme si ce n’était qu’une poupée de chair et de sang qui se laissait malmener de la sorte. Le carmin coula des fentes de son masque, tachant sa cape sans laisser de traces. Son armure rougie se fit emporter par les bras colossaux du titan, qui l’envoya sur le sol. Sa colonne vertébrale fut tordue, ses omoplates réduits en poussière par les roches et les restes d’armure jonchant l’intérieur de cette crevasse. Ses mains rigides comme celles d’un mort ne s’approchaient pas du visage du prophète amateur. Il était mou, comme un pantin de bois, subissant les assauts sans broncher, sans même cracher son sang. Il ne grognait pas. Il encaissait, tout simplement. Vint le coup fatal signature du druide, le baiser de Soeur Abigail. Le cadavre de Légion n’entendit pas la menace de son futur disciple. Il ne fit que se retrouver projeté contre le sol avec une énergie incommensurable, et se retrouva en morceaux. Oui, en morceaux, comme un vulgaire squelette tombant sur le sol. Ils rebondirent dans tous les sens. Sans jamais s’arrêter. Sa͞n͢͟s̀ j̛͟a̵m͢a̸i̶҉̵s̸͠.̨̛.́͢.̷̷ s͘'̛a͢͝͞r͜rêt͜e͢r͜ ͘͢͞?̢

”Tu me déçois“





Les fra̸͜҉g̷m̸̧en͟t͡s̀ de Légion cessèrent tout mouvement. Le monde autour de l’Ange dans la Poussière changea à nouveau de forme. Ce n’était plus un oxymore sensible. Ce n’était plus une arène avec comme spectateurs l’insanité du Roi Carmin. Ce n’était plus ce passé émietté et reformé comme les plus minable des puzzles. C’était un autre monde. Une cassette rembobinée et accélérée en même temps. Une télévision brisée, qui assurait un résultat troublant pour les yeux comme pour les oreilles. Dans les iris de Bray Wyatt se trouvait un cyclone gradient du rouge vers le noir. Un ouragan de couleur indescriptibles, inatteignable se figeait dans sa rétine alors que dans ses oreilles bourdonnaient des ordres et des paroles sans queue ni tête. Et devant lui, comme sortant du sol, apparaissait Légion, tenant sa tête dans sa paume droite, l’autre main sur sa hanche, semblant discuter avec lui-même du sort de ce pauvre Yorick. Et puis, avant même que le silence ne puisse finir, avant même que le patriarche de la famille détruite ne comprenne ce qui lui arrive, le crâne du fantôme lui arriva au visage. Le monde s’arrêta de tourner. Il n’y avait plus de sens.

Ses yeux purent se rouvrir dans l’abîme, entouré de ses chères lucioles. Un univers qui lui était familier, et pourtant méconnaissables. Les lumières étaient négatives. Elles ressemblaient à des larmes illuminées par le soleil, en suspens comme des gouttes de pluie dans les nuages de l’affliction mentale. Ce n’était pas des lucioles. Non, non, non, non, no͠n͠,͞ ̸n҉o͢n̕,͝ no̧n̶, n͘͘͟oń̵͜,͡͏ ̡͞͏n̶̶̵o҉̵n̨͘͟,͘͡ ̸no̢n̵͘,̸n͢ò҉̕͟͠n̴̛͠,̨͡ ҉́͘͟n͜͞o̷̸̶͞͝n̴̵̡̡̡,̡͜͞ ̀͟n̴̶̨̨o҉̴͢n̛͞,̀͏҉ ̧͢͟n̴̶̨̨͜ớ͜o̴̢͟͝ǫ̴̶̵̕ó̶̀͘͞o̵͜͡ò̶̸̢̨ǫ̀͠ņ̧͏͝҉.̨͝ Bray Wyatt n’était pas assez chanceux pour voir que son cauchemar n’était qu’un rêve apporté par un mauvais traumatisme crânien après l’une de ses batailles contre la Vipère ou le Prototype. Il était seul, seul entouré de ces acolytes qui n’en étaient pas. Et puis, dans le silence se mirent à résonner des pas. La marche lente d’un homme qui s’approchait de lui. Ses chaussures s’écrasaient contre le sol qui menait au dernier refuge du disciple d'Abigail. Cela fut très lent. Un pas, deux pas, trois pas, quatre pas. Une avancée terrifiante, qui ne présageait rien de bon. Était-ce Légion qui s’approchait ainsi de sa proie pour lui administrer un autre coup fatal ? Ou bien un de ses sbires, un des morts-vivants qui lui léchait les bottes en permanence ? Non, pas avec une telle force. L’écho signifiait l’arrivée d’un vrai monstre. Un vrai Démon.

Et Légion attendait.


Contenu sponsorisé

Le rouge parmi le noir et le blanc [PV] Empty
MessageSujet: Re: Le rouge parmi le noir et le blanc [PV]   Le rouge parmi le noir et le blanc [PV] Clock
 
Le rouge parmi le noir et le blanc [PV]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Croisé Caniche noir à la SPA de Dunkerque
» griffon noir & feu 8 mois - adoraaable à Béthune ADOPTE
» Count as Peintur' Rouge
» Haiti, 4éme parmi les 10 plus dangereuses destinations du monde
» Lythtis

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPGDBZ :: RPG :: Monde des démons :: Champs dévastés-