-32%
Le deal à ne pas rater :
-80€ sur l’aspirateur balai sans fil Xiaomi Dreame V9
169.99 € 249.99 €
Voir le deal

Partagez
 

 [PV] L'ange des noëls passés.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Enki
Enki
Demon
Masculin Age : 34
Date d'inscription : 07/12/2006
Nombre de messages : 2251
Bon ou mauvais ? : Bon, c'est indéniable.
Zénies : 1840

Techniques
Techniques illimitées : Chant du vent, Danse de l'aigle, Mur Lumière
Techniques 3/combat : lance maudite, armure de Dösatz
Techniques 1/combat :

[PV] L'ange des noëls passés. Empty
MessageSujet: [PV] L'ange des noëls passés.   [PV] L'ange des noëls passés. ClockSam 12 Jan 2019 - 23:40
Il est des mots qu'on imagine des enfants... Des rêves de joie, de foi, de magie. Lui qui a grandit en imaginant les anges, en rêvant la pureté, en dessinant les nuages blancs.

Il est l'enfant d'un pays qui ne donne ni neige ni cadeau, ni fête, ni noël. Il vient d'un pays sans rêve, sans foi, sans magie. Sans nuages blancs. Comprenez qu'aujourd'hui il les chérisse tant.

Alors même s'il a passé le temps de l'innocence, il garde les yeux ouverts aux miracles, à la magie, à la foi. Même s'il sait que tout n'est pas comme il l'avait rêvé, que le père noël n'existe pas... Il reste un enfant les yeux ouverts, épiant secrètement les clochettes, l'étoile, le chant des anges.

Croyez le ou non, mais il jure qu'il les ai déjà entendu.




Regardant de l'autre côté de la vitre, il constatait qu'aucune neige ne tombait. Dans la froide grisaille matinale de l'hiver dösatzien il voyait son reflet sur le carreau, mal rasé et mal peigné. Les guirlande lumineuse et festive dehors lui donnait l'envie de courir comme un enfant acheter des sucreries, de jouer dans les sapins et d'écouter les musiques festives dans les grands magasins. De imprégner de cette période de l'année qu'il aimait tant et qu'il aimait partager... Mais cette année...

Il s'était isolé. Enfin, il s'était consacré à une personne qu'il aimait au dessus de tout. Un enfant endormit.

Le patron aurait aimé le voir déballer un cadeau, jouer en pyjama avec lui à des jeux de société, boire un chocolat... Si seulement ce petit corps se réveillait, il ne passerait pas noël seul. Mais comme un chat regardant par la fenêtre sans pouvoir sortir, il soupira. Il devait garder les gens loin de Gohen, et ne pas fêter noël au bar cette année... Ni quitter les environs.

On frappa à la porte. La propriétaire de la mercerie voisine. Il lui sourit gêné par son accoutrement négligé.

"Votre bar est donc encore fermé... Même pour noël... Nous espérions tous qu'exceptionnellement vous..."

"Désolé..." fit Enki, dans un sourire chaleureux mais attristé.

"Mon fils m'a dit que vous êtes retenu à cause d'un proche que vous veillez mais... excusez-moi, c'est noël et vous adorez cette fête ! Puis-je au moins vous demander une petite aide après-demain ?"

Elle tendit un flyer à Enki. Il n'eut pas besoin de le prendre, il savait très bien ce qui se passait dans le quartier.

"Comment vous dire non Nynette ?" rit-il dans l'encadrement de sa porte. Il n'avait pas eu à se faire prier, quelques heures dans la rue voisine n'était absolument pas un problème. Alors, presque réjouit, le jour J il enfila son écharpe et ses gants, ses plus chaudes chaussures, son manteau gris et son bonnet, et sortit vers la place où un marché de noël l'attendait. Il avait passé la veille a préparer des douceurs à vendre, gâteaux aux surprises, cookies verts sapins, biscuits en forme de bons-hommes de neige, truffes à la liqueur... Les commerçants des stands à côté le regardèrent avec joie, heureux devoir Tonton Enki sortir de sa grotte. Rapidement tous voulait goûter les créations du patron qui n'avait pas fait goûter ses spécialités depuis des mois : Les bénéfices du marché allaient à une œuvre de charité, dans l'esprit de noël, inutile de vous dire qu'Enki avait pris soin de se démener.

"Augmentez vos prix. Je pense que la métropole entière va s'arracher vos délicieuses créations dès que ça se saura." Enki, pas habituer à gonfler les prix hocha la tête simplement et la laissa refaire les étiquettes. "Merci infiniment d'être venu !" Fit un autre commerçant à Enki dont le cœur se remplissait de joie. C'était dingue de se dire qu'il vivait enfermé seul chez lui depuis des mois, lui qui aimait tant ravir autrui. Revoir les confrères commerçants, partager une journée... Lui donnait envie de retrouver ceux qu'il aimait. Ses amis... Mais il avait passé tant de temps seul, à faire le mort, se coupant de tout et de tous. Lui en voudrait-on ? Est-ce qu'il méritait de retrouver des proches... est-ce que cela arriverait de toute façon, est-ce qu'il verrai un jour son petit Roi se réveiller ? Ou vivrait-il sa vie entière à attendre seul...?

"Oh, j'allais les oublier !" Fit le démon de la viennoiserie en sortant une grande caisse pleine de plats divers : ils contenaient des anges en pâtes d'amande, sculptés avec minute, de véritable œuvre d'art multicolores fondantes sur la langue. Bien sûr qu'il n'allait pas les oublier, ces anges qu'il s'était tant appliqué à faire.
Hidan
Hidan
Masculin Age : 27
Date d'inscription : 04/04/2008
Nombre de messages : 492
Bon ou mauvais ? : ~ Mais t'es con ou quoi ? !
Zénies : 2300

Techniques
Techniques illimitées : Téléportation ~ Le Lotus Recto - Verso ~ Clonage ~ Illusion
Techniques 3/combat : Les lions jumeaux ~ Le Grand toubillon Divin
Techniques 1/combat : Hirudora

[PV] L'ange des noëls passés. Empty
MessageSujet: Re: [PV] L'ange des noëls passés.   [PV] L'ange des noëls passés. ClockMar 22 Jan 2019 - 11:37
Spoiler:
 

Période: l'An 1013.

Un vent glacial balayait ses cheveux. Le froid mordant, capable de brûler férocement ceux qui ne s’habillaient pas chaudement, n’atteignait pourtant pas cet homme. Lui qui, de toute manière, tirait du plaisir des pires douleurs. Pourtant, l’éclat vif de ses yeux améthystes, qui le rendait si vivant habituellement, s’était éteint.

L'hiver amenait la mélancolie. Qu'on le veuille ou non, cette tristesse hivernale joue de concert avec la beauté des illuminations festives qui égaie toutes les villes. Ces paysages nappés de neige, il les aimait par dessus tout. Cette couche de carboglace solide lui rappelait son bien aimé Kakuzu. Lui aussi était fait de cette nappe gelée, avec ses airs sérieux et réservé. Mais sous cette armure des plus glaciale se trouvait le feu de cheminé le plus réconfortant qu'Hidan avait trouvé dans le monde des mortels. Et même à travers les âges, même plus de huit cent ans après la mort de Kakuzu, il ne cessait de se remémorer leurs moments ensemble.

C'est étrange, comme sensation... à la fois, cela le rendait euphorique, tous ces souvenirs à ses côtés. Le parfum boisé de son corps. Quand son regard devenait tendre et quittait son masque de stoïcisme détestable. Quand Hidan arrivait à l'agacer puis à le faire rire d'un claquement de doigt. Et de l'autre, le fait que tout ceci soit terminé lui donnait le cafard. C'était inévitable et valable pour toute fin. Il le savait bien.

Mais rester dans un tel état n’était pas possible. Il faut avancer, la vie est faite d’épreuve qui nous accablent, qui nous fait nous vautrer contre terre. C’est toujours comme ça. Hidan se refusait d’être aussi déprimé. Il n’aurait pas voulu avoir l’air décrépit devant ses plus proches amis. Il était donc nécessaire qu’il regagne sa joie naturelle, son caractère rentre-dedans provocateur qui faisait rire ou qui le faisait passer pour un abrutis. Qu’importe, au moins il amusait la galerie.

De toute façon, ce qui nourrit le cœur et l'âme, ce sont les moments où l'on a éprouvé du bonheur. Ce sont les seuls souvenirs à se remémorer pour trouver la volonté d'avancer. De se dire que, même si l'on oublie jamais l'amour que l'on peut porter à quelqu'un, on pourra encore aimer. Améliorer nos relations futures en se servant des relations précédentes comme d'un exemple quant à la manière de vivre ensemble, de construire ensemble. Il ne faut pas se perdre et devenir une carcasse vide. Sans amour, la vie n'est qu'une chimère pénible. Le bonheur est l'objectif. Cette utopie qui nous glisse entre les doigts si facilement. Si la vie est si compliquée et douloureuse, elle rend au moins exceptionnel tous les moments où on ressent enfin du bien-être.

Il commença à réfléchir à son costume pour les fêtes. Il devait faire des apparitions, sur Terre et Dösatz principalement. Là où il était connu, là où les gens viendraient à sa rencontre, là où il pourrait les faire rire et mettre de côté les peines de chacun.

Si le costume de père noël était un classique indémodable, Hidan le revisitait chaque année. Ou plutôt, il avait des idées complètement loufoques, et sa styliste, Vivienne Westwood, prenait plaisir à réaliser ses lubies. Cette année ne faisait pas exception, et quelques jours après sa demande, il fut paré de son costume excentrique pour sortir dans les rues de Dösatz.

Une longue cape verte, dorée et blanche pour seul ornement au niveau du haut de son corps. En plein milieu de la cape, un gros sucre d’orge (dont le bout, à moitié fondu, laissait sous-entendre qu’il s’agissait de liqueur spermatique) avec écrit: “Pour les fêtes, rien de mieux que mon gros bonbon  I love you ”. Simple, grossier et efficace. Son pantalon lui, était en cuir vert, et tout du long du cuir était figé comme des fresques, des anges nues dans des positions salaces. Pour ses chaussures, rien d’exceptionnel. Des souliers se terminant en genre d’arabesque, comme les lutins, mais avec une tonalité un peu plus classieuse. Ainsi, il se tenait torse nu avec sa longue cape sur les épaules, et le froid ne pouvait pas l’atteindre. Son torse à la musculature finement détaillée, ses cicatrices par-ci par-là, si profondes qu’elles avaient réussi à perdurer malgré sa capacité d’immortalité, tout ceci rendait la foule tout chaud tout flamme, bien entendu.

Bien sûr que tu peux tâter mes pec’ ma jolie, tu peux même prendre ma carte, y’a mon numéro dessus !” Lançait-il joyeusement à une jeune femme, parmi le groupe qui l’entourait, rougissant et lui posant des questions de plus en plus osées. “Et toi mon joli, un tour sur mon carrousel ça te branche ?” Plaisantait-il gaiement en faisant un clin d’oeil à un type, visiblement assez con pour être homophobe puisqu’il le regardait d’un mauvais oeil en bourgeonnant qu’Hidan n’était qu’une sodomite à la botte de Satan.

Nul doute qu’il faisait du raffut dans la rue marchande, lui qui était devenue une star, qui passait sur des plateaux TV pour parler de politique, de sujets tabou, pour faire des pubs ou des meeting. Ses quelques gardes du corps éloignent les personnes trop présomptueuses, mais il est proche de son public, déconne à tout va et surtout, le plus important: il donne la banane aux autres à faire son lot de conneries.

Mais dans cette foule en joie, et parmi tous ces marchands, il ne pouvait pas ne pas le remarquer, lui.

Lui qui était le premier à avoir ouvert sa boîte de pandore après le décès de Kakuzu. Non non ! je parle bien de son coeur, bande de vilains. Cet homme à la bonté grandiose, à la candeur charmante, aux manières timides, qui se contient mais qui désir ardemment. N’est-ce pas ?

Le plus bel ange de Noël.

Le plus bel ange de Noël, mesdames et messieurs !

Réellement, il s’adressa à lui comme ça. C’était ironique au vue des origines d’Enki, certes, mais Hidan, lui, le pensait vraiment. Il était plus beau encore que ces anges, vantard et à qui on associait de naissance la beauté et la bonté, alors que c’était faux.

Comme un prince saoudien, il s’approcha du stand d’Enki, en compagnie de la foule qui le suivait.

Les meilleurs produits que vous pourrez trouver sur ce marché sont ici mes amis ! Axel, Saïx, aidez donc cette incarnation pure et délicate de tout ce qu’il y a de plus délicieux en ce monde à faire ses ventes. Parce que la foule va le dévaliser, héhé ! ” Déclarait-il, saisissant une truffe à la liqueur pour la goûter.

Ses hommes - l’un aux cheveux bleus, l’autre aux cheveux rouges, tout les deux excentriques à leur manière - passèrent derrière le stand et commencèrent à aider Enki à répondre à la demande des clients qui s’accumulaient comme de la vermine autours du stand. Le pauvre et beau démon n’avait rien demandé, mais s’il protestait, les deux hommes n’en avait que faire. Et pendant ce temps, la truffe entra en contact avec les douces lèvres de leur maître.

La première bouchée fut exquise. La liqueur spermatique haHAha ! se déversa en petite quantité, doucement sur ses lèvres, et il ne la lécha pas tout de suite. Il se contentait de fixer Enki dans les yeux pendant qu’il dévorait goulûment l’une de ses créations, son sourire mesquin toujours présent.

Je me trouve bien chanceux: je me décide à faire un petit tour sur Dösatz, et le patron du plus populaire bar du coin est de sortie !” L'éclat dans ses yeux violacés devint plus marqué encore. “L’important, c’est maintenant ! … Je peux enfin te dire ceci: Tu m’as manqué. Et pas qu’un peu, Enki.
Enki
Enki
Demon
Masculin Age : 34
Date d'inscription : 07/12/2006
Nombre de messages : 2251
Bon ou mauvais ? : Bon, c'est indéniable.
Zénies : 1840

Techniques
Techniques illimitées : Chant du vent, Danse de l'aigle, Mur Lumière
Techniques 3/combat : lance maudite, armure de Dösatz
Techniques 1/combat :

[PV] L'ange des noëls passés. Empty
MessageSujet: Re: [PV] L'ange des noëls passés.   [PV] L'ange des noëls passés. ClockVen 25 Jan 2019 - 12:58
Emmitouflé dans son écharpe, Enki dont le froid avait rougit le bout du nez était fier de vendre ses créations. La musique de noël qui était diffusée sur la place lui réchauffait le coeur et jouer à nouveau au commerçant avec des confrères était plus que plaisant.
Il se rendait compte à quel point sa place était ici, à servir des clients, et se félicitait d'avoir réussi à embrasser cette vocation dans ce monde, loin de son passé dans le plan démoniaque.

Les petits anges en pâte d'amende semblait fiers de lui aussi. Peut-être qu'il en avait un, d'ange gardien, pour avoir eu la chance de vivre cette paix, ce rêve. Il regarda alors sa petite troupe d'anges sucrés, reconnaissant.
Noël était la saison où les gens donnaient le meilleur d'eux-même, où tout le monde reprenait un âme de gamin, où l'on se faisait beau, où l'on chantait, dansait, jouait ! Bien sûr qu'Enki adorait cette période de l'année où tout devenait comme le monde tel qu'il le rêvait. C'était le paradis d'Enki, pendant un mois. Un monde féérique, un monde angélique comme il se le figurait !

Il avait le sourire jusqu'aux oreilles et les yeux remplis d'étoiles tandis qu'il voyait les gens prendre plaisir à adopter ces petites sucreries qu'il avait pris soin de concevoir, et son bonheur contagieux ravissait les marchands des stands voisins.
Et comme à chaque fois qu'il était libre et heureux, Enki pensait à lui. Celui qui l'avait rendu comme il était, celui qui lui avait fait promettre d'être le meilleur de lui-même, celui qui lui avait donné son nom et avait créé Enki Dou.
Le premier ange qu'il avait vu. A ces yeux en tout cas. Un petit blondinet jovial, que l'on nommait Fred. Serait-il fier de lui ? Sans doute. Eh vieux, Enki a tenu parole ! Si tu pouvais être là, qu'est-ce que tu dirais comme ânerie ? Sans doute une blague pour le gêner, une gentillesse charmeuse, ou bien serais-tu trop occupé à séduire les demoiselles ? Enki imaginait très bien son regretté ami s'avancer vers lui, les bras ouverts, déclarant d'une voix de miel un truc du genre...

Le plus bel ange de Noël, mesdames et messieurs !



Enki releva le regard et vit un apollon s'offrir à sa vue. Même regard assuré et au charme insolent... Mais tout autre personne. Le barman sentit son cœur faire un bond.
Le père noël venait de faire venir à lui la seule personne qui lui avait rappelé Fred, et lui avait fait se sentir comme autrefois : Hidan avait ce même don rare de l'hypnotiser, de lui donner envie d'être saisit par la manche et tiré vers n'importe quelle folie qu'il n'oserait jamais commettre seul. Le pantouflard Enki avait envie de devenir un petit chien fou et inconscient, qui dans une confiance aveugle suivrait son maître jusqu'au bout du monde...
Pas pour servir comme avec Gohen.
Pas pour protéger comme avec Bulma.
Pas pour s'amuser simplement comme avec ses amis Nate ou Hikari.
Le suivre pour... ah c'était autre chose... s’enivrer ? Oui, cela avait un peu de ça. Laisser une réaction chimique le transformer, le désinhiber, le réchauffer, être un autre Enki. Être le "Dou" d'Enki Dou.
Fred lui avait fait boire ses premiers grogs, et découvrir une passion pour les boissons alcoolisé, et il avait été pour le barman sa première ivresse, littéralement. Fred et Hidan était tous deux des liqueurs auquel Enki ne pouvait résister. Et Hidan était une liqueur de noël, chaude et sucrée, festive et tape-à-l'oeil dans un emballage brillant et coloré.
Attendez, cette tenue... sérieusement ? Enki eut un petit sourire en le voyant torse nu dans la neige, son pantalon criard et sa cape dont pour l'instant il n'avait pas encore vu le motif.


You better watch out
You better not cry
Better not pout
I'm telling you why
Santa Claus is coming to town !


Hidan, oui, tu étais la parfaite incarnation de Noël. Et tu tombais à pic, dans ta tenue de lutin lubrique. Enki ? Le plus bel ange de noël ? Alors Hidan devait être bien plus ! L'esprit des fêtes... Santa Claus en personne, si on lui donne un corps d'athlète et un regard d'enfant pas sage ! Le plus bel ange... Enki se sentit fondre sous ses mots, rougissant d'être appelé ainsi : difficile de lui dire chose plus adorable et touchante.
Le dösatzien qui ne voyait qu'Hidan mit un temps à remarquer l'attroupement qui l'entourait. Quelle était cette délégation ? Elle suivait son ami ? Était-il populaire à ce point ?
Il se laissa approcher sans trop bouger, complétement fasciné par la montagne qui s'approchait de son stand. Hidan présenta le stand à ses gens, et l'instant d'après Enki ne maîtrisait déjà plus rien : ni les clients, ni la vente qui avait été prise en main par deux hommes sous les ordres de Mister Santa.
Enki n'eut pas le temps de se sentir flatté : l'hystérie qui avait envahit son petit stand miniature lui donna envie de se mettre en boule derrière le présentoir, et se cacher. Une tempête s'abattait sur lui ! Il avait eu un petit mouvement de recul et déjà l'espace qu'il avait laissé entre lui et son étale avait été comblé par les vendeurs qui comme des maîtres encaissaient à la vitesse de la lumière.
L'air incrédule, complétement hébété, Enki regardait la scène passif alors que la boulangère non loin sautait sur place ravie du succès de la vente.

"Hidan en personne !! Enki tu es décidément pleins de ressource !" Fit Nynette extatique face à l'argent qui rentrait mais aussi à la star qu'elle voyait de ses propres yeux !
Tonton Enki se reprit alors et adressa un petit sourire, pas trop sûr d'y être pour quoique ce soit, et regarda à nouveau Hidan qui était en pleine dégustation d'une truffe juteuse : Enki avait l'impression que c'était lui qui se faisait engloutir, dévoré littéralement du regard par le bellâtre qui se déclarait chanceux et -plus important- qu'il lui avait manqué. Il n'en fallait pas plus pour qu'Enki se sente tout chose, intimidé et le cœur retourné. Il mit un temps, rougissant, à répondre dans un nuage de buée causée par le froid :

"Tu m'as manqué aussi." Lâcha enfin le petit commerçant, encore un peu sonné par cette apparition.

Enki tourna alors la tête et vit Nynette en extase les mains devant la bouche, immobile en pleine contemplation de la situation comme une fangirl attendant le baiser de deux protagonistes d'une fiction romantique. Sérieusement ? Comme si Enki n'était pas déjà gêné devant la majesté du mec en face de lui ! Le rouge sur ses joues n'étaient plusdû seulement au froid et il se sentit obligé de vite se donner une contenance :

"Ahem, huh... Hidan, je te présente Nynette, qui m'a fait venir ici... C'est elle à qui tu dois ce hasard." Dit-il pour la sortir de sa torpeur d'adolescente. Manifestement Hidan était une idole pour tous les gens ici.
"J'ignorais que tu étais populaire à ce point... Après qu'on se soit vu je t'ai en effet vu une fois ou deux à la télé, mais j'étais loin de m'imaginer...." Il regarda la foule en délire, les gardes du corps et les yeux en coeur de Nynette. "...En même temps, cela ne m'étonne pas vraiment. ...tu ne laisses personne indifférent." Il envoya un regard tendre à son ami, sous-entendant les qualités et le magnétisme d'Hidan qu'il ne pouvait nier. "Je suis vraiment heureux que nos chemins se croisent à nouveau." Fit-il, admettant que lui non plus n'était pas resté de glace après sa rencontre avec lui n'osant regarder Nynette qui devait déjà les imaginer dans un autre contexte qu'il n'osait même pas imaginer.
Hidan
Hidan
Masculin Age : 27
Date d'inscription : 04/04/2008
Nombre de messages : 492
Bon ou mauvais ? : ~ Mais t'es con ou quoi ? !
Zénies : 2300

Techniques
Techniques illimitées : Téléportation ~ Le Lotus Recto - Verso ~ Clonage ~ Illusion
Techniques 3/combat : Les lions jumeaux ~ Le Grand toubillon Divin
Techniques 1/combat : Hirudora

[PV] L'ange des noëls passés. Empty
MessageSujet: Re: [PV] L'ange des noëls passés.   [PV] L'ange des noëls passés. ClockSam 23 Fév 2019 - 11:47
La réaction d’Enki ne manquait pas d’étirer confortablement le sourire tordu de malice d’Hidan. Ils s’étaient quitté par une soirée enneigée en cette même période de Noël, et le hasard les faisaient se rencontrer à nouveau dans ces mêmes conditions. Plus fort que ça, même: Enki autant qu’Hidan semblaient brûler d’impatience, dans leurs cœurs, que ce jour refasse surface. Leur vœu avait été entendu visiblement… héhé.

De son air désinvolte habituel, le SM colla sa hanche le long du stand, en plein milieu, dévorant sa truffe pendant que le monde entier semblait s’arracher les douceurs d’Enki. Un visage satisfait sur la figure, Hidan laissait ses yeux gambader sur le visage illuminé de toutes ces personnes qui venaient enrichir leur palais des saveurs ingénieuses dont le patron avait le secret.

Une femme s’extasia littéralement en voyant la scène se dérouler sous ses yeux. Hidan, de dos à elle d’abord à cause de sa manière de se tenir, tourna la tête pour la voir. Un bout de femme ravissant qu’il devait remercier pour sa joie. Alors le SM lui lâcha un clin d’oeil fabuleusement sexy à la James Franco qui ferait rougir n’importe qui, même le pape... ou MV. (qui ne daigne toujours pas admettre qu’il est classe, James :p)

Spoiler:
 

Le regard de prédateur d’Hidan revenait toujours sur Enki. Ce dernier était désorienté. Normal, après cette entrée clinquante et le monde qui s'amasse à son stand. La star ne le brusquait pas. Malgré les apparences c’était un type extrêmement patient… et rien de plus doux comme mélodie à ses oreilles que d’entendre cette approbation. Ce “moi aussi”, “moi aussi tu m’as manqué”, sous-entendu, peut-être, d’un espoir suffisant pour rendre heureux ce fou d’Hidan: “moi aussi je te veux

Le sympathique bout de femme de tout à l’heure s’était rapproché. Au vue de sa posture, elle suggérait un langoureux baiser digne d’un film romantique entre le démon et l’ange. Oui, le démon et l’ange. Ils n’étaient pas deux démons. L’un avait été ange avant d’être démon. L’autre était un démon qui aurait voulu naître ange. Mais Enki était bel et bien un ange, rien d’autre. Ou si, un très bel homme.

C’est à ce moment-là qu’Hidan décolla sa hanche du stand pour se redresser. Comme un félin, il faisait glisser les doigts de sa main gauche le long du marbre, contournant ainsi le stand pour se rapprocher d’Enki. Les personnes s'écartaient tout naturellement au passage d’Hidan, le laissant effectuer sa parade séductrice jusqu’à l’homme de ses convoitises. Son regard, à la fois charmant et à la fois amusé, n’avait pas quitté le bel ange des yeux pendant cette scène.

Visiblement, s’en était trop pour le patron qui commença à bredouiller quelques mots de présentation. Hidan quitta des yeux le bellâtre avec un petit rire mesquin. Son regard rencontra à nouveau celui de Nynette, et lors des présentations, il s’inclina devant elle tout en lui saisissant délicatement la main pour la baiser.

Je me prosterne donc devant vous jolie Nynette, vous m’avez donné l’occasion de revoir mon cher Enki.

Si Hidan n’était pas un vampire, il avait pourtant ce charme très étrange, mystique et élégant à la fois. On n’aurait pas été étonné si des canines meurtrières se seraient dévoilé lorsqu’il adressa son sourire enchanteur à Nynette tout en lâchant sa main doucement pour se redresser.

Concentrant son regard de nouveau sur le fruit de ses rêves; Hidan fit un geste de la main comme pour signifier qu’il ne devait pas prêter attention au “galon” de popularité qu’il avait prit.

Tu m’envoies flatté Enki, mais tout ceci n’est qu’un jeu auquel je me prête… et c’est divertissant pour un homme aussi triste et seul que moi.” Il y avait quelque chose dans cette phrase derrière l’humour et l’air je-m’en-foutiste qu’il se donnait. “Maaaais, grâce à cette douce Nynette, mes vieux os sont réchauffés jusqu’à la moelle ! Il faut que je te montre à quelle point la réciproque est vraie: je me sens capable de déplacer des montagnes aujourd’hui, alors que tu es de nouveau devant moi, très cher Enki. Mais pourquoi t’es-tu terré seul tout ce temps mon mignon ? Les rumeurs vont vite tu sais… et ça ne m’a pas échappé, la rumeur du “Tonton Enki se morfond dans le noir, seul dans son bar" - mais on va changer ça, pas vrai ?

Quelques secondes de silence avant qu’Enki ne réponde, certainement. Pendant lesquelles Hidan répondit au regard tendre et bienveillant de son compagnon. Il resta un moment là, à détailler le visage aux traits fins de l’ange. Que ça soit sa bouche ou la forme et le poil de ses sourcils, tout semblait parfaitement matcher afin de plaire au SM. Cet air androgyne, la délicatesse avec laquelle ses traits se plient et se déplient en fonction de ses humeurs, ce petit nez qui appelle à venir le caresser du bout du sien… Aaaah, Enki, si seulement je pouvais écrire tout ce que tu m’inspires sans que tu me fuis...

J’aimerais beaucoup que tu m’accompagnes faire un tour.

Proposa le SM sans vraiment le proposer, c’était davantage une recommandation express qu’Enki ne pourrait refuser ! Qu’importe ce qu’aurait répondu Enki aux interrogations d’Hidan. Peut-être que justement, sa réponse lui donnait, entre autre, envie de pouvoir être dans un lieu plus intime - sans trop l’être non plus pour ne pas le gêner - avec lui.

Une minute mon joli, notre transport va arriver sous peu.

Disait le SM, fermant quelques instants les yeux. Il ne se passait rien de bien spécial si on l’observait de l’extérieur. Pour autant, il était actuellement en train de formuler une demande à son agent. Ses coordonnées étaient immédiatement traçables. C’était grâce à la puce crânienne d’Hidan, implantée à l’origine par Stinger et modifiée de nombreuses fois pour lui permettre des fonctions toujours plus ergonomique.

Et au faite, ne t’inquiètes pas pour ton stand, mes hommes s’en occupent.” Dit-il en rouvrant les yeux. “Tu peux faire confiance à Saïx quand ça concerne l’argent…” dit-il en pointant du doigt l’homme aux longs cheveux bleus à l’air stoïque sans être agressif. “Et à Axel pour accueillir et charmer les foules.” Souligna Hidan en montrant cette fois l’autre homme, aux long cheveux rouges qui savait parfaitement comment tchatcher et apporter la bonne humeur autours de lui.

Alors que la star voulait rassurer le patron du stand; il y eut un tintement de clochette et une odeur de chocolat chaud enivrante pour recouvrir la grande place de Dösatz.

Une calèche festive s’était arrêtée à proximité du stand d’Enki. Elle ne tenait pas son côté festif que de ses couleurs et de ses guirlandes joliment étendues tout du long pour lui donner du style. C’était aussi son allure générale, les gravures de rennes et d’éléments de noël d’un blanc éthéré sur le bois de cœur, l’ébène, de la calèche. Derrière la calèche était rattaché un grand train fait du même bois, sécurisé et accueillant; chaleureux puisqu’un service de boissons chaudes y était proposé. Un endroit où les habitants pouvaient monter à leur guise pour faire un tour de Dösatz.

Et puis, ce n’était nullement des chevaux qui tiraient la calèche, mais des tauntauns, ces habitants de Hoth. Une planète d’un système galactique qui n’était pas tout à fait à côté du leur à vrai dire. L’intérieur de la calèche, faite de fausse peau de bête blanche et noire donnait l’envie de s’y lover. Une table où reposait deux chocolats chaud goût ours en guimauve s’y trouvait. On se demandait comment ces deux petites choses pouvaient autant sentir dans l’air déjà saturé par les différents stand du coin.

Enki, est-ce que tu consens à m’accorder cette journée… ? Que dis-je ! Plutôt, est-ce que tu consens à venir t’amuser avec moi toute la journée durant, mais aussi toute la nuit à mes côtés ?” Le regard d’Hidan aurait pu être déplacé pour sous-entendre quoi que ce soit de pervers et intimider encore Enki, mais il n’y avait rien de cela dans ses yeux. Au contraire, il semblait tout à fait sérieux, épris par la situation jusqu’à son âme, nue à cet instant devant le fascinant patron de chez Tonton Enki. “... En souvenir de notre nuit passée, notre nuit à nous... il y a de cela tant de lunes déjà…
Enki
Enki
Demon
Masculin Age : 34
Date d'inscription : 07/12/2006
Nombre de messages : 2251
Bon ou mauvais ? : Bon, c'est indéniable.
Zénies : 1840

Techniques
Techniques illimitées : Chant du vent, Danse de l'aigle, Mur Lumière
Techniques 3/combat : lance maudite, armure de Dösatz
Techniques 1/combat :

[PV] L'ange des noëls passés. Empty
MessageSujet: Re: [PV] L'ange des noëls passés.   [PV] L'ange des noëls passés. ClockJeu 4 Avr 2019 - 20:29
( bon anniversaire en retard Hidan <3 Désolé, mais Dösatz étant si loin, y'a eu du jetlag ! )

"Ha non je vais bien, j'ai toujours été un peu solitaire malgré les apparences... haha." se justifia Enki joyeusement quand Hidan annonça avoir eu vent de la retraite solitaire du barman. Le petit démon intimidé regarda furtivement Nynette, comme pour s'assurer qu'elle ne rajouterait pas une couche en parlant de la personne qu'Enki avait veillé dans son établissement mais il fut surprit de voir qu'elle était toute paralysée, la bouche ouverte dans un grands sourire béat, la main qu'Hidan venait de baiser encore tendue dans le vide : si ses yeux avaient pu être en cœur, ils le seraient sans doute et le barman eut un petit sourire en coin, amusé.
L'esprit charmeur de Noël invita alors son ami à le suivre pour une petite balade. Il y avait un truc fou avec Hidan, pas seulement son physique, son magnétisme, son charisme, son charme... cet homme avait la voix qui ronronnait. C'était invraisemblable, quand il vous parlait c'était comme si du plaisir vibrant passait de sa gorge à vos tripes d'une façon honteusement sensuelle. Enki pourrait écouter cette voix parler des heures et comprenait aisément le succès que la célébrité pouvait avoir dans les médias. Entendre Hidan était aussi agréable que le voir se mouvoir dans ce corps si parfait qu'il cachait le moins possible, béni soit-il.
Du coup, Enki n'avait même pas réfléchi à une potentielle réponse que déjà Hidan avait pris pour acquis le fait qu'il allait le suivre : un peu penaud il regarda le stand déjà bien géré par les deux types tout droit sortis d'une publicité pour du dentifrice coloré double action. Manifestement le bellâtre avait déjà tout prévu, annonçant que le transport arrivait et confirmant qu'Enki pouvait prendre une pause dans problème.
"Dans ce cas, Axel, Saïx, merci... C'est très généreux de votre part." articula Enki, pas trop sûr d'avoir une quelconque maîtrise sur sa vie d'un coup... Mais ce lâché-prise était le même qu'après un ou deux verres d'alcool, agréable, chaleureux... et lui chauffait déjà les joues.

Le prince à la cape fit alors apparaître son carrosse et princesse Enki, toute timide jusque là, ouvrit de grands yeux d'enfants ravis à la vu de l'attelage féérique qui avait surgit de nulle-part. La métropole Dösatzienne offrait souvent de magnifiques surprises pour les fêtes, mettant un point d'honneur à rendre la ville magique pour les touristes en période de fête... mais jamais Enki n'avait vu une apparition aussi parfaite, aussi belle, aussi travaillée !
Hypnotisé par la calèche dans son ensemble il avança tout émerveillé vers les deux créatures qui tirait l’œuvre d'art et toutes les décorations qui s'y trouvait. "Ouah ! Mais haha ! C'est magnifique !" Il avait vraiment le regard remplis d'étoiles, comme s'il avait cinq ans et que l'attelage du Père Noël lui même était venu rien que pour lui. Quelques pas lents, pour humer l'odeur de chocolat et de sucre, écouter les grelots, voir les petites lueurs magiques des guirlandes et il finit par présenter ses mains sans gants aux tauntauns pour les saluer, tout content de voir des animaux... Enki étant un grand adorateur de créatures en tout genre et semblait particulièrement à l'aise pour venir au contact de l'attelage majestueux et... touffus. "Bonjour les gars... que vous êtes vraiment beaux !" Il laissa échapper un petit rire comblé en caressant le museau d'une des bêtes avant de se retourner pour voir le magicien de noël en la personne d'Hidan, le regardant et lui demander s'il voulait bien lui accorder cette journée... et la nuit.

Enki, les poumons tout pleins de joie et d'envie de continuer à respirer ce nuage de magie qui enveloppait actuellement la réalité n'eut même pas une once de crainte, d’appréhension, ou de doute. "... Et comment !" Fit Enki qui n'avait plus qu'une hâte, monter à bord, boire une tasse toute chaude, voir d'autres lumières, rire avec celui qui était comme un miracle de noël. Son ange de Noël à lui. ... Incroyable, une aventure de noël ! Il n'avait même jamais oser vivre une chose aussi parfaite ! Lui qui n'avait jamais fêté le réveillon avant l'ouverture de son bar, et n'avait donc jamais vraiment profité des festivités en dehors de con établissement bien que cette fête lui était si chère à ses yeux. Il affichait un sourire béat, pinçant sa lèvre comme un gamin impatient d'aller jouer, en regardant son héros, son bienfaiteur, son ami. Ils se rapprochèrent et Hidan ajouta, de sa voix faite de ronrons, que ce serait un hommage à la nuit qu'ils avaient passé tous les deux, plusieurs noëls de cela.
Enki reprit un air plus adulte, sentant son ventre faire une pirouette. Cette nuit-là avait été très significative pour lui mais il savait que cette journée le serait bien plus encore... C'était presque effrayant d'imaginer à quoi cela finirait par ressembler dans son petit cœur esseulé. Le démon avala sa salive, inspira, et son petit nez rose se plissa dans un sourire enfantin. Pour toute réponse, il tendit sa main à Hidan pour qu'ensemble ils montent dans le petit nid douillet qui les attendait.

Dans un cortège de lumières et de clochettes tintinnabulantes, le petit train redémarra alors que sur le marché plusieurs commerçants et visiteurs avaient simplement arrêté de bouger pour ne rien perdre de cette scène : la star intergalactique et ce charmant pâtissier qui partaient en balade amoureuse dans une ambiance hivernale et festive...
"Shiiiip !" cria un artisan au loin, certainement pas le seul à penser la même chose et imaginer déjà les supers fanfics que l'on écrirait sur les blogs dédiés au célébrissime SM.

Assis contre Hidan, Enki ne pouvait s'empêcher de repenser à ce moment qu'ils avaient eu, les fesses posées dans la neige sur le toit du bar, à manger des truffes, et parlant de leurs visions du monde, le cœur ouvert. Les yeux gris d'Enki regardaient partout : voir Dösatz ainsi, regarder défiler les décors habités par des familles et des vitrines illuminés, le rendait si... heureux ! Il tourna la tête pour sourire à cet homme incroyable qui lui offrait son amitié mais aussi... du rêve. "Merci, c'est... Je n'ai même pas de mots !" Il leva sa tasse vers son hôte. "Si, c'est, c'est à ton image. Magique. ... C'est un honneur de pouvoir passer à nouveau un noël avec toi. Le plus beau des cadeaux que l'univers pouvait me faire... Après le tiens !" dit-il en montrant tout ce qu'Hidan venait de lui offrir via cette excursion.
Le démon avait vraiment envie de s'amuser en bonne compagnie, savourer la moindre minute de cette journée à venir. Il trempa ses lèvres dans le chocolat et fut surprit du délice. Un chocolat parfait, et c'était en connaisseur qu'Enki jugeait !
"Oh attends-attends !" Fit d'un coup le patron de café avant de demander à ce qu'on arrête le train. Il remercia le cocher poliment, un peu gêné d'avoir donné un ordre, et sortit du wagon pour accourir vers le magasin devant lequel ils venaient de s'arrêter. En un éclair, Enki revint avec un sac en papier sentant le sucre, contenant des sortes de churros caramélisés. "Goute-ça !" Il trempa un des bâtonnets frits dans la tasse de Hidan, et fit de même dans la sienne. "Je n'en avait acheté qu'une fois avant, mais c'est un délice !" dit-il tout content de mordre dans sa pâtisserie. Pensif, il reprit la parole. "J'adore cette cité. Cette planète. C'est idiot, c'est un paradis capitaliste mais... on y trouve tout ce qui m'a toujours fait rêvé ! Tout dans la métropole est fait pour rendre les gens souriant, heureux. C'est encore plus vrai pendant les fêtes. Tout brille, il y a de la musique partout... J'ai toujours imaginé le paradis comme ça." Il savait qu'il avait une vision erroné du monde céleste, sachant que le monde des anges étaient parfois bien cruel avec ses enfants... Hidan en était un exemple. "C'est mon paradis à moi. Cela fait un moment maintenant que je n'ai pas quitté Dösatz, mais c'est ma maison ici" Conclut Enki, avant de mettre son nez dans sa tasse pour en reprendre une gorgée. "... Et toi, à part les caméras et les hordes de fans, que deviens-tu ? Tu as dit que tu étais triste et seul. Je ne l'ai pas oublié." Demanda Enki intéressé, espérant à nouveau offrir une écoute attentive à celui qui le fascinait tant.
Hidan
Hidan
Masculin Age : 27
Date d'inscription : 04/04/2008
Nombre de messages : 492
Bon ou mauvais ? : ~ Mais t'es con ou quoi ? !
Zénies : 2300

Techniques
Techniques illimitées : Téléportation ~ Le Lotus Recto - Verso ~ Clonage ~ Illusion
Techniques 3/combat : Les lions jumeaux ~ Le Grand toubillon Divin
Techniques 1/combat : Hirudora

[PV] L'ange des noëls passés. Empty
MessageSujet: Re: [PV] L'ange des noëls passés.   [PV] L'ange des noëls passés. ClockLun 17 Juin 2019 - 14:53
Cette douceur fondante et festive est du miel pour les yeux et les oreilles. C’est ce qu’il pense, observant du coin de l’oeil la moindre réaction de sa proie en guimauve. Ce doucereux nounours en chocolat, le plus savoureux de ce marché. Que dis-je ? De tous les marchés de Noël du monde ! Même quand Hidan se tournait gaiement pour saluer d’autres individus qui le reconnaissaient, il guettait subrepticement celui qui attirait toute son attention. Les autres, le reste, tout ceci n’était que superflu à ces yeux et en cet instant. - bien qu’Hidan aimait à s’occuper correctement d’autrui. Il devait être franc avec lui-même: seul Enki avait ce pouvoir d’attraction sur lui. Si puissant qu’il faisait passer le reste du monde pour des décorations placé ici et là pour agrémenter le lieu de leur nouvelle rencontre.

Avec cette démarche assurée qu’arborait Hidan, il invitait son précieux à monter à ses côtés dans cette étrange calèche digne d’un conte pour gosses. Un sourire satisfait s’installa sur son visage en découvrant la réaction de son compagnon. Ce dernier semblait d’ailleurs tout à fait à l’aise avec les créatures, à tel point qu’il les salua et les flatta. Ces dernières répondirent avec des roucoulements qui étira encore plus le sourire de l’ange déchu, lui faisant tirer à nouveau cette réflexion qu’il s’était déjà fait la première fois que celui-ci avait eu la chance de croiser le chemin d’Enki: il était né démon, mais la pureté de ses réactions étaient bien plus vraies que celles de tous les anges.

Son agréable compagnon accepta la main qui lui était tendu. La manière dont la figure d’Enki transmettait ses émotions serrait le coeur du grand dadais qu’étais Hidan. Son sourire arrogant se transformait en un sourire bienveillant lorsqu’il posait les yeux sur lui. Il ne pouvait s’empêcher d’avoir envie de le cajoler, de le protéger, comme si Enki avait été façonné dans la plus pure des magies et le plus scintillant des cristals. C’était un ressenti difficile à expliquer, mais nul doute qu’il tordait le coeur d’Hidan dans des positions jusqu’ici inconnue.

Impossible de cesser de sourire en si bonne compagnie. La gratitude d’Enki était touchante, et Hidan se sentait en quelques sortes… nu. Parce qu’il se sentait lui aussi comme un jeune adolescent. Un jeune homme qui tente d’appréhender ce qui se trame dans son coeur, avec cette infatigable envie de le tendre à cette personne si spéciale… en organisant maladroitement un rencard. Lui qui était d’habitude si confiant se sentait intimidé et un peu bête dans son fort intérieur. Mais il ne voulait rien laisser transparaître. Il ne voulait pas briser l’image qu’on se faisait de lui, qu’Enki se faisait de lui, de peur de le décevoir. Il trinqua donc avec son invité en levant également sa tasse gaiement.

Aux miracles de Noël alors ! Et à nos retrouvailles !

Si le véritable ange entre les deux avait un véritable chocolat dans sa tasse, l’autre avait un chocolat-alcoolisé. évidemment. Le whisky se mélange bien avec tout, et c’est une touche primordiale pour un tisseur comme Hidan.

Son invité fit arrêter le carrosse et se précipita en dehors, vers un magasin de sucreries visiblement. Le SM ne le quittait pas des yeux, même lorsqu’Enki commanda au comptoir du magasin. Depuis l’extérieur, toujours lové dans sa calèche, Hidan se mit à penser d’une manière… dont il n’avait jamais envisagé les choses auparavant. Et si…

Et si c’était ça le bonheur ? Juste le voir, lui, un sourire aux lèvres. Excité comme une puce par les surprises qu’Hidan s’était fait un plaisir de préparer pour ce dernier. Sentir sa joie communicative l’envahir et ses yeux pétillants se plonger dans les siens… et si, en réalité, l’ultime bonheur que chacun tente d’atteindre dans sa vie serait pour la star de vivre afin de voir ce sourire angélique sur les lèvres d’Enki pour toujours ?

Le temps de cette réflexion, le temps, justement, lui-même semblait s’être arrêté. Mais bien vite, le joyeux patron du bar le plus populaire du coin était revenu dans la calèche, tirant Hidan de ses rêvasseries.

L’attentionné petit ange avait ramené des churros caramélisé. Hidan s’en pourlèche d’avance les babines !

Une idée excellente, je n’en attendais pas moins d’un pro des sucreries héhé ! “ commentait-il en guise de remerciements.

L’explosion de saveur brutale qui se créa dans sa bouche au moment où il imita Enki ravit Hidan, dont les joues devinrent rosies par le plaisir. “ Hmpf ! Un déliche purée ! “ s’exclamait-il la bouffe à moitié pleine, penchant sa tête vers l’arrière en savourant sa bouchée.

Son compagnon exprima d’autant plus sa gaieté en affirmant que tout ici lui donnait une impression de paradis, et ce encore plus durant les fêtes. Hidan comprenait ce qu’il voulait dire. La magie est dans l’air, les lumières, les illuminations, les odeurs alléchantes, les costumes, les cadeaux, les sapins… tout ça appel au sourire et à la générosité. Par ailleurs, Noël est une fête bien utile quand on souhaite conquérir le coeur ou le corps de quelqu’un… à n’en point douter, la star en savait quelque chose. Mais... Enki n’était certainement pas une de ses conquêtes. C’était plutôt Hidan qui était vaincu et conquis d’avance.

Sa remarque sur le paradis en tant que tel rappela forcément des souvenirs enfouies à Hidan. Tout le monde pense que le monde des anges, c’est comme le paradis. Ce n’est qu’une expression comme une autre, il serait bête d’en vouloir à Enki ou à ceux qui imaginent du bien d’un tel endroit… après tout, c’est censé être un lieu de paix…

J’apprécie aussi Dösatz. C’est riche en diversité, c’est ça qui fait à mes yeux le véritable charme de la planète. Les conflits entre personnes célèbres et les assassinats me font me sentir presque comme chez moi aussi… haha ! “ ajoutait-il sur un ton sarcastique, noyant le chagrin derrière l’humour en buvant une nouvelle salve du contenu de sa tasse.

Son charmant acolyte le questionnait, alors qu’Hidan savourait un autre churros qu’il arrivait à engloutir presque en entier dans sa bouche en une seule fois. wink wink.

Hmmm, je parcours le monde comme un fantôme errant sans but… Mais je t’ai retrouvé, alors tout d’un coup tout va mieux ! héhé. “ Hidan donna un petit coup de coude à Enki d’un air complice. “ Je passe mon temps à travailler pour être franc. Je gère une affaire sur Terre, un strip-club qui s’appelle l’Antéchrist et ça tourne du feu d’un Dieu ! Celui que tu veux ! N’empêche que mon associée et moi, on brasse des thunes grâce à ça. Je participe moi-même à quelques shows de temps en temps, si ça t’intéresse… “ un petit clin d’oeil bien placé pour agrémenter sa proposition, et hop, le tour est joué, héhé. “ Je travail pour d’autres personnes également et ça occupe bien mon temps. Je reste un guerrier, donc tu te doutes que j’accepte aussi des…”contrats” qui collent à cette vocation, disons. Autrement, ce sont mes filles…” Sa gorge se contracta d’un coup. Le fait qu’il soit si détendu auprès d’Enki lui retirait donc tout ses filtres ? Quelle bourde… Enfin, c’était Enki, lui dire ne serait pas si grave… mais… la protection de ses filles était primordial. “J-je veux dire mes animaux de compagnies, j’ai des chats et des chiens partout héhéhé, donc c’est comme les gosses t-tu vois, ça demande toujours de l’attention ! Donc, hmm, voilà, comme tu peux le voir je cours partout ! Mais bon, j’ai choisi cette vie au lieu de celle que l’ancêtre m’avait offert à ma naissance. Jashin l’ange de la mort ! Tu parles d’un travail à la con ! héhéhéhé… hem.

Le SM calma sa nervosité induite par sa boulette en dirigeant son regard vers l’extérieur. Heureusement, ils étaient arrivé à destination, ce qui allait lui sauver la mise.

Bien ! Nous sommes arrivé à bon port ! “ S’empressait-il de dire, dépliant son grand corps de sa position assise pour se relever et sortir de la calèche en premier. Il tendit sa main comme un parfait gentleman pour faire descendre Enki à son tour.

La vue n’était qu’autre qu’une large patinoire en extérieur.  Des tribunes étaient dressé le long de cette dernière. Elles auraient pu être vide si Hidan l’avait voulu: après tout, s’ils étaient ici et que personne ne patinait actuellement, c’était bien parce qu’il avait réservé le lieu. Mais le public réuni aujourd’hui, qu’il aurait donc pu faire partir à sa guise, n’était pas là par hasard. Tous ces gens, tous ces curieux qui étaient venu à la patinoire en sachant qu’Hidan y serait allaient être des outils utile pour faire comprendre à Enki à quel point il était spécial.

Un sourire confiant sur le visage, Hidan passa l’un de ses bras autours des épaules d’Enki une fois qu’il fut sorti de l’atypique moyen locomotion.

Détends-toi, ils sont tous là par admiration et par amour. Il se pourrait que j’ai envoyé quelques-uns de mes agents faire la promotion de ton bar et de ton stand pendant qu’on faisait la route jusqu’ici… et puis c’est vrai que je suis une star, donc ça amène du peuple ! héhé ! Mais ça ne t’enlève pas la vedette, parce que crois-moi, aujourd’hui c’est toi qui est à l’honneur. “ Lui murmurait-il d’une manière réconfortante alors que tous deux arrivèrent dans “l’arène”.

Il fallait s’imaginer une sorte de grande arène en effet, avec de grandes portes pour l’entrée aux tribunes, et une grande porte principale menant à la patinoire, au centre de tout ceci. C’était bien sûr cette entrée que les deux protagonistes avaient prit. Ils se retrouvaient maintenant au milieu de la foule et de ses hurlements de joie en voyant le duo débarqué. Comme si cet évènement surprise avait été prévu depuis des mois et des mois !

Messieurs, vos patins.

L’un des hommes d’Hidan débarqua vers les deux compères, des paires de patin à la main. Tout autours de la patinoire, des hommes employés par la star surveillait les tribunes pour qu’il n’y ait pas de débordement. Une scène était montée tout au fond de la patinoire, où un groupe attendait patiemment que les deux starlettes montent sur leur terrain glacé pour offrir un spectacle mémorable au public.

Avec son sourire suffisant, Hidan fit de grands gestes pour saluer ceux qui s’impatientaient dans les tribunes. Il lança un regard à son protégé pour l’inviter à faire de même. Le bar chez Tonton Enki était extrêmement populaire, mais avait-il déjà connu une telle célébrité qu'aujourd'hui auparavant ? C’était le but de la surprise, le faire se sentir important. Car, ô combien il l’est…

Une des employé demanda poliment à Enki de s’asseoir afin de lui installer ses patins, trouver la bonne paire en sa compagnie. Hidan en enfila une paire de son côté, visiblement déjà habitué à ce genre de sport. Y avait-il seulement un art que le SM n’avait jamais pratiqué ? Il ne les aimait pas tous, mais il s’intéressait de près à la peinture et la danse majoritairement. Et faire du patin, c’est allié la grâce du danseur avec la créativité du peintre.

Alors que son compagnon enfilait la paire de patins appropriée à sa pointure, le SM ne se fit pas prié. Il posa un pied sur la patinoire, sous les cri hystériques des fans, et s’élança pour exécuter une vrille élégante. Il atterrit au milieu de la patinoire sous l’applaudissement général, effectuant des courbettes pour remercier le public. Il se redressa, riant aux éclats devant cette foule agitée et admirative. Là, il était parfaitement dans son élément.

Ce dernier s’approcha du bord de la patinoire, à l’endroit où il avait laissé son invité le temps qu’il puisse enfiler la bonne paire de patin. Hidan effectua quelques zig-zag sur la piste, visiblement plus qu’à l’aise. Celui-ci tourna son visage un instant vers la scène au loin, faisant signe aux musiciens de débuter leur musique.


Un peu rétro comme musique. Inattendue peut-être: tant mieux.

Avec un grand sourire, il tendit ses longs bras vers Enki sur le bord de la piste. Ses larges mains saisirent chacunes d’un côté la taille du plus bel ange de l’univers; le levant dans les airs avec une aisance déconcertante. Hidan le fit tournoyer dans les airs en le tenant fermement dans ses mains, l’emportant sur la piste glacée en sa compagnie.

Le SM souriait. De ce sourire unique qui ne pouvait qu’être voué au patron du bar de renom dösatzien. Après cette entrée gracieuse, les mains puissantes de l’ange déchu propulsèrent Enki dans les airs en le faisant tournoyer. Si, par malchance, le pauvre tonton Enki n’était pas à l’aise avec ce qui se déroulait actuellement, il devait serrer les fesses à cet instant précis…

… Mais il retomba telle la parfaite princesse destinée à son très cher prince dans les bras accueillants d’Hidan. Telle une mariée. Le SM lui fit un clin d’oeil, toujours le sourire et le rire pendu à ses lèvres.

Je baptiste officiellement cette journée comme étant la nôtre. “ chuchotait-il à son acolyte, laissant les pieds de son partenaire toucher le sol alors qu’Enki était toujours incliné vers le vide, soutenu par l’un des bras saillants de son hôte. Ainsi penché au-dessus de son ange démoniaque bien-aimé, Hidan le dévorait des yeux avec un appétit non dissimulé. Mais ce n’était pas un appétit bestial et sans vergogne. C’était un appétit passionné.

L’instant d’après, l’ange déchu aida sa victime à se redresser, l’entraînant alors dans une danse endiablée sur ce sol gelé. Hidan, galant et assuré sur un tel terrain, saurait rattraper la situation si Enki manquait de tomber d’une manière élégante afin de faire passer cela pour l’une des figures du spectacle.

Les gémissements de la foule en délire accompagnait le moindre de leur geste. Les photos fusaient, et ils passaient d’ores et déjà à la télévision. Les commentaires élogieux comme détestables allaient eux aussi se bousculer au portillon, mais c’était le quotidien de n’importe qui, connu ou non. La plupart des gens se permettent de juger la vie des autres sans même être à leur place, ressentir ce qu’ils éprouvent et voir le monde à leur manière. Du coup, qu’importe ! Une chose est certaine: Hidan et son regard brûlant n’ont d’intérêt que pour les beaux yeux d’Enki.

Alors allez tous au diable ! Haha ! J’ai même hâte de lire les articles sulfureux que vous écrirez sur ma possible relation avec Enki ! pensait l’ange déchu, riant aux éclats alors qu’il tenait son partenaire par les mains, virevoltants au milieu de la piste en tournant sur eux-même... Un moment gravé à jamais dans sa mémoire.
Enki
Enki
Demon
Masculin Age : 34
Date d'inscription : 07/12/2006
Nombre de messages : 2251
Bon ou mauvais ? : Bon, c'est indéniable.
Zénies : 1840

Techniques
Techniques illimitées : Chant du vent, Danse de l'aigle, Mur Lumière
Techniques 3/combat : lance maudite, armure de Dösatz
Techniques 1/combat :

[PV] L'ange des noëls passés. Empty
MessageSujet: Re: [PV] L'ange des noëls passés.   [PV] L'ange des noëls passés. ClockJeu 22 Aoû 2019 - 10:38
Il y a une choses fascinantes de voir une "star" se mouvoir. Une sorte de lecture à deux niveaux. Comme interagir avec deux personnes à la fois.
Le personnage et l'être vivant derrière.
Hidan était un Dieu vivant, une bête de charisme, de force et d'humour qui balayait tout devant lui. Enki en le voyant arriver sur son stand s'était senti intimidé et submergé par le titan au point qu'il n'avait presque plus eu de libre arbitre, le suivant comme un enfant conquis vers cette aventure promise.
Mais plus les minutes passaient, plus le petit barman voyait derrière la façade télévisuelle le petit ange blessé, complexé, meurtri qui n'osait pas réclamer un moment de lâcher-prise.

Hidan était prisonnier et gardien de cellule à la fois, se refusant toute faiblesse.
Et le regardant s'extasier devant son churros, Enki sourit, admirant une réaction honnête et spontanée, sans fard, sans artifice.
Hidan narra son quotidien, ses affaires, ses spectacles. Une vie dédiée aux plaisirs immédiats, aux joies charnelles et à la comédie.
Enki qui était plutôt prude et discret n'en fut pas choqué. Non. C'était même sain, voire logique : L'élu du Jashin vivait sa vie avec une sorte de malédiction sur son dos, le poids constant d'un destin qu'il ne voulait pas. Il vivait hors de son chemin, et devait se rassurer à travers des joies légères, en exhibant son corps, en amusant la foule, en étant franc et direct... c'était pour conjurer le sort, pour tromper la fatalité et -peut-être- oublier lui-même qu'il avait peur de ce qu'on lui avait rabâché toute son enfance : avoir été appelé monstre... Avoir été repoussé.


"Ahah ! Eh bien, je note, voilà un spectacle que j'ai clairement envie d'aller voir ! ...." s'amusa Enki entre deux bouchées, le regard pleins d'étoiles. Aller admirer Hidan dans son élément, dans son club... C'était un truc à faire, absolument ! Décidément ce type était incroyable. Incroyable mais pas incohérent... "C'est une stratégie d'évasion et d'acceptation que je connais bien : J'ai choisi de régaler les gens via mes cocktails... Toi tu as choisi de nous régaler de ton être : et je ne vais clairement pas me plaindre de ton choix !" se hasarda Enki, qui avait relevé sans difficulté qu'Hidan était nerveux, gêné, partager entre une envie de confession et une peur de trahir son personnage.
Ah ah, qui avait peur de brusquer qui ? Ils étaient deux cons, l'un n'osant prendre le premier dans ses bras, l'autre n'osant l'y inviter.

Mais le barman savait que la porte était déverrouillée, et il n'allait pas lâcher l'affaire facilement. Hidan était évasif, et il avait besoin de sortir de son costume de super célébrité à toute épreuve. Un défi facile pour un barman, habitué à voir les plus grand guerriers se ressourcer et tomber le masque le temps d'un whisky à son comptoir.

Le trajet était déjà terminé et le SM s'empressa d'aider son ami à descendre de l'attelage. Saisissant sa main, Enki était surpris de voir à quel point elle était chaude : comment un mec torse nu en pleins hiver pouvait être aussi chaleureux ?

La vue d'une patinoire s'offrit alors à eux, arrachant à Enki un sourire amusé.
Oh, Hidan, tu es parfait.
Entendant la foule de gens le barman se figurait qu'ils allaient devoir patiner au milieu d'inconnus et fut frappé de constater que le terrain était vide : les centaines de personnes étaient là, mais dans les gradins, attendant leur idole...
Enki s'était immobilisé, se demandant si sa présence n'était pas étrange, dérangeante... Il sentit alors le corps d'Hidan se blottir dans son dos, et l'enlaçant lui murmurer qu'il était au contraire celui qui serait à l'honneur.

"Je ne suis pas sûr que cela me rassure !" plaisanta le patron de bar, qui allait sans doute faire la une des journaux people demain. Il se contenta de suivre son hôte, sachant que tout ce qui leur arriverait serait forcément déraisonnable : Une raison de plus pour voir jusqu'au Hidan le mènerait.

On lui tendit des patins, et en quelques instants la starlette avait déjà chaussé les siens pour subvenir au besoin de la foule qui n'en pouvait plus d'attendre de le voir à l’œuvre : des cris d'hystérie de fans au bord de la jouissance donnèrent à rire à Enki. C'était surréaliste ! Cet homme était vraiment quelque-chose.
Enki, enfin équipé, remercia l'employé et se redressa pour voir virevolter son compagnon de jeu : Attendez, comment c'était possible ? Cette montagne de muscles et de force était capable de voler avec la grâce d'un oiseau ? Il ne semblait plus peser le moindre gramme, et le vent même le portait dans une chorégraphie qui ferait pâlir de jalousie le vent printanier.
"Non mais regardez-le..." murmurra Enki le sourire jusqu'au oreille : Hidan s'amusait comme un fou et se délectait de l'amour que le public lui donnait. C'était du bonheur dans sa forme la plus concentrée, et le dösatzien garda la bouche ouverte dans un sourire béat, à mi-chemin vers l'hilarité, jusqu'à ce que le prodige arrête sa course pour faire un signe à la régie.

Hidan lui adressa son plus beau regard, et ses deux paumes l'invitèrent tandis que les musiciens commencèrent une ritournelle romantique à souhait.
Enki explosa de rire. Un rire amusé mais teinté de cette petite faiblesse et appréhension face à une épreuve amusante certes, mais bien plus dramatique au fond ; si sur un champ de bataille l'armure est de mise, sur la piste de danse c'est sans bouclier qu'ils s'exposaient à la vue de tous, à l'étreinte potentiellement fatale de l'autre.
Il le regarda venir vers lui, et alors que la distance entre eux se réduisait Enki se sentit d'un coup à la merci de sa volonté. Il était un ours en peluche sur une commode. Il allait se faire attraper et emmener sans pouvoir résister. Enki ne résista pas pour la seule et bonne raison qu'il avait envie d'être emmené, porter par les deux bras qui allait le cueillir, littéralement.
Les deux mains le saisirent la taille et Enki qui s'apprêtait à dire une ânerie fit surpris par son cœur qui fit un bond dans sa poitrine, interrompant toute tentative de diversion humoristique.
Il regarda Hidan, comme on toise l'adversaire qui vient de vous agenouiller. Rien ne résistait à Hidan. C'était tellement évident. Comment résister à Hidan ?
Enki était comme ces hordes de fanatiques dans les gradins, le souffle coupé parce que le dieu du stade l'avait effleuré.

"Je baptiste officiellement cette journée comme étant la nôtre."
Hidan, tu pourrais demander au soleil de ne plus se coucher qu'il t’exaucerait.
"..." Alors là Enki avait voulu parler en fait. Mais où était passés les mots ? Si quelqu'un les voyait, merci de les lui rendre !

Les pieds d'Enki retouchèrent le sol, et le démon par la même redescendit sur terre.
Ah oui, donc il était debout sur la glace. C'est vrai. Patiner. Patiner-patiner. Oui oui oui, il y avait ça aussi.

Bon, ok, Enki était un très bon danseur, et sa spécialité étant la maîtrise du vent il avait un excellent équilibre et des tours pour tricher un peu. Normalement même s'il n'avait jamais patiné il devrait s'en sortir.
"Soit doux, c'est ma première fois." plaisanta enfin le barman qui s'appuyait sur Hidan le temps de se familiariser avec la discipline. Peu à peu ses bras maladroits purent prendre une position plus harmonieuse sur les épaules de son partenaire : Enki se laissa guider, souriant, oubliant la foule peu à peu.
Il adorait danser, et il n'avait pas eu souvent l'occasion de partager cette passion... La dernière fois était peut-être avec Hidan justement. Se remémorant leur dernière rencontre où ils avaient tous les deux valsé dans sa chambre, le barman sourit à son ami. Reconnaissant, et complice. Ils avaient pas mal de points communs, au fond, et même avec des caractères différents ils avaient les mêmes centres d'intérêts. C'était leur deuxième "rendez-vous" et c'était comme s'ils se connaissaient déjà beaucoup, partageaient déjà des hobbies. C'en était déstabilisant de facilité, tant ils n'avaient pas besoin de plus pour être sur la même longueur d'onde.
Hidan avait glissé ses mains sur ses hanches et le guidait doucement. Leurs pas étaient plus grands, de plus en plus synchronisés, et le sourire d'Enki s'élargissait à mesure qu'il prenait confiance. Bientôt ils parvinrent à deux à faire les beau devant le public et Enki, dans un virage face public, blotti dos contre Hidan, salua d'une main l'assistance qui l'acclama. Le petit barman s'amusait comme rarement, et laissa un petit rire de bonheur s'échapper.
Néanmoins encore un peu maladroit, l'apprenti patineur s'assura en s'adossant un peu plus à son partenaire. Au creux de lui, glissant sur la musique, le vent froid rosissant ses pommettes. "Merci... Je n'avais jamais patiné ! La prochaine fois on préparera une chorégraphie !" Fit Enki se rendant compte qu'il venait d'avouer avoir envie de remettre ça... sans regret.
La musique terminait sur un tonnerre d'applaudissement et un e tempête de flashs de paparazzis. Enki oublia même que le vent humide et glacial l'avait décoiffé, et le ciel savait pourtant si cela était une obsession pour lui. Son esprit était ailleurs... Hidan avait mené la danse sur la patinoire mais aussi en organisant le programme jusque là : le patron avait bien envie à son tour de faire tourbillonner son ami et quand la musique se coupa, alors que le public déchainé sonnait le rappel, Enki malicieux murmura à l'oreille du bellâtre :
"Tu connais une sortie discrète pour nous échapper en secret ?"

Suivant la stratégie de la star, les deux hommes allaient sans doute réussir leur évasion : le petit patron attrapa la main d'Hidan pour le tirer derrière lui.
Chuchotant dans l'ombre d'un couloir de service, Enki s'amusa : "En même temps, avec ton accoutrement, célébrité ou pas, on sera jamais discrets." Il ajouta après un sourire charmeur. "Même en civil... Tu ferais tourner les têtes. On est condamnés !" En effet, même s'il avait réussi à sortir du stade, il serait difficile de ne pas réunir à nouveau une assemblée de fanatiques où qu'ils se posent. "Mais attend !" Il plaqua Hidan contre le mur de la petite ruelle dans laquelle ils étaient cachés et alla en éclaireur au coin : il étira un large sourire à la vue de ce qui les attendait. Tournant son regard de gamin espiègle vers son compagnon de jeu il fit entendre de sa plus chaleureuse et hâtive voix : "Attends moi !"

Si Hidan, curieux, voulait voir où se sauvait le polisson, il verrait Enki entrer dans une boutique : et connaissant le SM, j'imagine que l'occasion de lui mater le cul pendant qu'il s'éloigne serait trop belle pour la rater.
Nous assistons donc à un Enki qui avait disparu dans un petit commerce illuminé de guirlandes dorés, pour en ressortir avec deux gros sacs et un petit sourire tout fier.
Il posa les deux paquets aux pieds de son ami et en sorti un costume marron et... touffu. Des bois ornés de grelot furent saisis : Enki enfila la cagoule de renne sur le crane d'Hidan. Sa tête dans ses mains, il le regarda amusé : "A défaut de pouvoir te rendre invisible... J'ai hésité à te prendre un costume de Père Noël mais je crois que tout le monde aurait voulu te grimper sur les genoux." Dans un rire il le laissa prendre possession de son costume alors qu'il attrapait à son tour le déguisement qu'il s'était choisi : des chaussures et un bonnet pointus d'un costume vert et blanc. "J'allais pas te laisser seul t'amuser !" fit le lutin en s’équipant aussi, toujours avec le bonheur d'un enfant de 7 ans. "Fais-moi confiance ! Tu auras juste à retenir tes instincts et ne pas trop interpeler les gens avec des propositions coquines." dit-il à son ami qui venait d'enfiler un pantalon marron pourvu d'une petite queue adorable (derrière, hein, la queue.) Hidan serait-il capable de marcher parmis les honnêtes gens sans se faire remarquer avec ses répliques aguicheuses et ses regards lubriques ?

Il prit à nouveau la main d'Hidan, étant à son tour le meneur de leur duo, et l'emmena dans la foule. Ils traversèrent des ruelles remplis de vitrines illuminées, de spectacles ambulants, et de toutes sortes de magiques apparitions que l'ont ne trouve qu'à cette époque. Les passants les regardaient mais Hidan ne fut pas reconnu, les laissant tranquille dans leur aventure enfantine. Leur parcours déboucha sur un square qui était peuplé de centaines de personnes venues en familles, entre amis ou en couple.
Des ateliers semblaient être dispersés sur des tréteaux ça et là... Et au dessus de tous un méli-mélo de guirlandes colorées. Enki regarda le tableau festif et traina son renne jusqu'à un petit kiosque et lui tendit un stylo ainsi qu'un assortiment de papiers colorés.
"C'est une guirlande collaborative ! Chacun réalise un petit origami pour l'accrocher sur la guirlande. Tu as le modèle." dit-il en montrant une petite lanterne en forme d'étoile de papier et une petite instruction pas à pas. Enki reprit. "Et le secret avant de la faire, c'est d'écrire un vœu qui sera caché à l'intérieur." sourit-il alors qu'il avait déjà fini d'écrire son petit message secret.
Il entreprit sans attendre son pliage, avec l'application d'un premier de la classe et l'habilité d'un casanova. Il semblait vraiment appliqué et détendu, prenant très à cœur son ouvrage. Un vrai petit enfant sage.
Une petite ficelle fut enfilée à travers la petite lanterne qui serait suspendue bientôt sur la même cordelette que des centaines d'autres. Bientôt complétée, l'énième guirlande fut hissée sur des lampadaires, et des organisateurs veillèrent à ce qu'elle soit tendues au dessus de leurs têtes. C'était simple, ridiculement primitif et enfantin, mais tout le monde était ravi de voir la ribambelle réalisée : chacun cherchait son étoile et espérait, hissant un peu plus près des étoiles la sienne, que son souhait se réaliserait.

Ils étaient mignons, les deux petits démons, grimés en lutin et en renne de noël, à regarder leur petit pliage de papier se détacher du ciel crépusculaire.

Incognitos, ils purent rester là, un moment, sans que personne ne viennent leur parler ou les photographier.
"Ce soir, sous les guirlandes, il y aura un bal et quelques groupes amateurs." Imagina Enki qui connaissait bien le programme de son quartier populaire. Hidan, homme du peuple, devait connaître bien plus de secrets de la ville que lui sans y habiter. Soudainement l'esprit d'Enki fit tilt, en même temps que ses souliers pointues à grelot qui déjà se tournaient pour repérer ce qu'il cherchait : Bingo ! La scène était déjà installée !

C'était de la folie mais, il n'était plus à ça près, dans son bonnet vert. Il fit signe à Hidan de se frayer un chemin avec lui vers la zone où un piano un brin abimé, sans doute utilisé régulièrement pour la ville, avait été installé. Le lutin s'assit sur le tabouret, constata que ses chaussures lutines étaient peu adaptées aux pédales mais qu'il s'y ferait, et avec une bouille charmante, sachant qu'il allait faire son beau-gosse, regarda Hidan avant de faire quelques notes.
Des airs de noël, il en connaissait pas mal : après tout il était l'organisateur de nombreuses soirées de fin d'années dans son bar ! Sans qu'il y pense vraiment, ses mains choisirent d'elles-même la mélodie. ...Ah, oui, celle-là. Bien entendu. Elle était parfaite.



Le petit barman articula les paroles, chantant alors sa chanson. Hésitant... à peine. Au final, tous les deux, ils étaient là pour ne pas être raisonnables. Les gens autour, réjouis par l'initiative improvisée commence à tourner leur visage vers le pianiste.

Don't want a lot for Christmas
(Je ne pas grand chose pour noël)

There's just one thing I need
(Je n'ai besoin que d'une seule chose.)

Don't care about those presents
(Je me moque de tous les cadeaux)

Underneath the Christmas tree
(sous le sapin)

I just want you for my own
(je te veux pour moi seul)

More than you could ever know
(plus que tu ne le saurais)

Make my wish come true
(réalise mon souhait)

You know that all I want for Christmas Is you...
(Tu sais que tout ce que je veux pour noël, c'est toi.)

Il n'était même pas gêné, étrangement. C'était une chanson d'amour mais Hidan et lui avaient commencé leur relation par un baiser sous le gui et une proposition indécente dans la chambre d'Enki : La honte et la subtilité n'avait jamais été invitées à leurs rendez-vous... Et puis... Enki était sincère. Aujourd'hui il ne désirait rien d'autre pour cadeau que cette simple journée avec lui. Il était son ange de noël, son compagnon de jeu dans cette seule journée où tous avaient le droit de redevenir des gamins qui font du traineau, mangent des sucreries, patinent, se déguisent, créent des décorations... Hidan le savait déjà, Enki passait une des plus belle journée de sa vie. Peut-être la plus belle. Sans doute. Laquelle sinon ?

(...)
And all the lights are shining
(et toutes les lumières scintillent)

So brightly everywhere
(si brillantes un peu partout)

And the sound of children's
(et les bruits des enfants)

Laughter fills the air
(riant envahissent l'air)

And everyone is singing
(Et tout le monde chante)

I can hear those sleigh bells ringing
( Je peux entendre les cloches sonner)

Santa won't you bring me the one I really love
(Santa ne m'apportera pas celui que j'aime vraiment)

Won't you please bring my baby to me...
(Ne veux-tu pas m'apporter qui j'aime vraiment ?)

I don't want a lot for Christmas
(Je veux pas grand chose pour noël)

This is all I'm asking for
(C'est tout ce que je demande.)

I just wanna see my baby
je veux juste voir mon tendre)

Standing right outside my door
(se tenir derrière ma porte)

I just want you for my own
(Je te veux pour moi tout seul)

More that you could ever know
(Plus que tu ne le saurais)

Make my wish come true
(réalise mon souhait)

You know that all I want for Christmas Is you...
(Tu sais que tout ce que je veux pour noël c'est toi.)

Il voulait... Il voulait qu'il sache à quel point il était précieux, magique. Qu'il était avec un ami qui savait qu'il n'était pas qu'une star omnipotente, mais bien un homme blessé. Avec ce costume ridicule le petit barman lui avait fait porté un masque en espérant que le SM tombe l'autre, même un peu... Et en profiter pour lui offrir une épaule à son tour. Un petit bout de réconfort contre lui. Un petit refuge, un... jour de noël.
Au dessus d'eux, deux petites étoiles en papier les contemplaient, et toutes les autres, dans le ciel brillaient sans pour autant avoir le même éclats que leurs yeux à tous les deux.
Hidan
Hidan
Masculin Age : 27
Date d'inscription : 04/04/2008
Nombre de messages : 492
Bon ou mauvais ? : ~ Mais t'es con ou quoi ? !
Zénies : 2300

Techniques
Techniques illimitées : Téléportation ~ Le Lotus Recto - Verso ~ Clonage ~ Illusion
Techniques 3/combat : Les lions jumeaux ~ Le Grand toubillon Divin
Techniques 1/combat : Hirudora

[PV] L'ange des noëls passés. Empty
MessageSujet: Re: [PV] L'ange des noëls passés.   [PV] L'ange des noëls passés. ClockMer 30 Oct 2019 - 17:31




Il existe des moments hors du temps. Dans ceux-là, nous nous perdons. Dans ceux-là, nous aimerions nous noyer. Dans ceux-là, se tient réellement l’endroit où notre coeur réside.

S’il fallait arrêter l’histoire, ou si je pouvais seulement le faire, c’est maintenant que je le ferais. Si je pouvais mourir, c’est auprès de lui que je souhaiterais terminer mes jours. Je me fous royalement de quoi il en retourne, je me fous de ce que les autres pensent. Si c’est de l’amour fou comme les gens simples d’esprit ne peuvent que le concevoir, ou quelque chose d’autre. Parce que c’est bien au delà de ce que l’esprit humain est capable de s’imaginer.

Oh, Enki.

Si seulement je pouvais te voir sourire comme ça chaque jour à mes côtés. Je vivrais en paix en admirant cette expression qui te sied le mieux. Tu es l’incarnation de la gaieté et de la magnificence. De la pureté et de l’innocence. De l’intelligence, du charme, de la douceur. Chaque fois que je me plonge dans tes yeux, je sais qu’il me sera impossible de t’oublier un jour. Je sais que le temps n'effacera jamais ces moments privilégiés que j’ai vécu à tes côtés. Que la sincérité de nos gestes l’un envers l’autre était véritable puisque nous n’attendions déjà plus rien de cette vie. Nous ne voulions que trouver le réconfort de l’autre, de celui en qui l’on peut croire parce qu’il nous montre son coeur sans mascarade.

Je me sentais redevenir un gamin, un adolescent à tes côtés. Je re-découvrais le monde sous ses facettes les plus belles, insoupçonnées, et pourtant bien réelles, à porté de nous. Ce n’est qu’à tes côtés que j’ai remarqué toute cette beauté, puisque toi-même tu en faisais partie. Tu m’as montré ton monde, le monde auquel j’aimerais appartenir et arpenter en déposant ma veste confortablement sur tes épaules, pour que tu n’aies plus jamais froid ou peur.

J’aimerais tant être cette personne avec qui tu te vois finir ta vie.



















C’était tout naturel que le destin les aient réunis. Leurs parcours, différents mais similaires dans les émotions éprouvées; les réflexions faites; ne pouvait qu’unir leurs cœurs d’une certaine manière. Hidan avait l’habitude qu’on le glorifie, de séducteur, de bellâtre, des mots et des doigts en or comme on dit. Ou qu’on l’insulte de pédale dégénérée, pour ne dire que la moins violente d’entre-elle. Mais parmi tout ce flot de paroles prononcé par des gens sans réel intérêt à ses yeux, il y avait cet homme aux cheveux de jais qui lui, avait le don d’attirer toute son attention. Le moindre petit mot qu’il disait faisait s'électrifier les sens de l'ange déchu; à l’affût, espérant et attendant recevoir des paroles mielleuses de sa part, le susucre le plus excitant de toute sa vie. Le patron du bar le plus prisé de Dösatz était un moteur essentiel pour la machine à controverse qu’est Hidan. Il n’y avait pas un seul putain de jour où ses pensées n’étaient pas dirigées en sa faveur depuis leur rencontre; et aujourd’hui c’était le fuckin’ christmas time en avance !

Là, sur la glace, patins aux pieds, ils partageaient et s’enivraient sans avoir besoin d’un quelconque alcool. Les yeux d’Hidan brillaient comme les plus puissantes étoiles lorsqu’il regardait l’être qui le captivait se mouvoir. Son regard était si tendre lorsqu’Enki plaisanta sur sa première fois. Il ne put s’empêcher d’avoir des pensées déplacées cela dit; parce que… vous savez. Il y a de rares personnes dont on ne peut jamais se défaire. Rien que les voir, de loin, rien que leur odeur, rien que leur regard. Elles vous font un tel effet que vous êtes impuissant. Et même si Hidan enfouissait toutes ses envies graveleuses au fond de lui, son coeur jouait des tours à son cerveau. Il ne pouvait s’empêcher de penser à rien que cela: une étreinte allongée dans un lit à ses côtés. Pouvoir enfin caresser comme il le faudrait ce visage d’ange et ses cheveux d’ébènes…

Une performance à en faire pâlir de jalousie les danseurs sur glace professionnel ! Je me réjouis de les imaginer tout blanc devant leurs téléviseurs ces abrutis, on leur met la pâté ! “ s’exclamait joyeusement Papa noël SM durant leur danse endiablée sur la glace.

Des images d’une infinie douceur déferlaient dans sa tête; mais cela ne lui gâcha certainement pas le moment. ça ne faisait que dangereusement renforcer ses sentiments contrariants à l’égard de cet homme… que dis-je ! de celui qui ferait pâlir de jalousie les anges de la Cité d’Argent. Ce n’était en rien exagéré. Le bon fond d’Enki et toutes les qualités qu’Hidan lui avait un jour posé à l’écrit; dans cette lettre dont vous avez pris connaissance au début de ma suite de ce récit; tout ceci était si rare à posséder pour un être. Humain, ange, démon, namek, peu importe. Il était quelqu’un possédant une humanité rare. Un être bien au-dessus des origines de naissance des anges, portés sur des piédestal à tort.

Des applaudissements assourdissant retentirent à la fin de leur show. Des roses étaient lancées sur la piste en signe d’admiration. Le sourire d’Hidan s’élargit lorsque le doux son d’un “on remet ça quand ?” passèrent dans ses oreilles attentives.

La prochaine fois, je te prends comme partenaire pour participer au concours intergalactique de patin sur glace tu veux dire ! “ Lançait, à la fois pour le taquiner et à la fois sérieusement, l’homme aux yeux d'améthystes à son compagnon.

Il était l’heure de se volatiliser pour que les deux tourtereaux puissent continuer leur folle aventure. Hidan acquiesça à la demande de son ami et, main dans la main, ils s'échappaient en empruntant les chemins les moins utilisés.

Les remarques plaisantes du patron Dösatzien ne manquèrent pas leur cible. Le SM laissa échapper un sourire digne d’un gamin à qui on fait de l’effet pour la première fois dans sa vie. Ce dernier sembla s’en rendre compte puisque, quelques secondes après, il prit un air embarrassé, ce qui n’était pas habituel pour quelqu’un de sa trempe. C’est comme si le temps de ces quelques secondes, ils avaient “échangé leurs rôles” - et pour autant, ça avait fonctionné. Enki avait bien plus d’emprise sur lui qu’il ne l’aurait imaginé jusqu’ici.

Lorsqu’il le plaqua contre le mur, le grand dadais se laissa faire. Il aimait bien ce genre de choses, dommage que ça ne soit que en prévention et pas pour des choses disons plus…

Un sourire facétieux gagna son visage.

Intéressant… c’est que tu as de la force même si tu fais deux têtes de moins que moi. J’aime bien me faire dominer de temps en temps, alors c’est agréable ce constat.

Un sourire provocateur aux lèvres, il lâcha un petit rire sarcastique. Se laissant attendrir une nouvelle fois par les réactions enfantines de l’ange à ses côtés, il le laissa partir quelque part tout en le suivant discrètement du regard. D’un côté parce qu’Hidan se voulait un peu trop protecteur et qu’il ne laisserait pas quelqu’un approcher son compagnon, de l’autre parce que oui, bien sûr qu’il mate ce beau morceau de miches !

Il était tout réjoui, radieux ce Enki, et contaminait la star aisément avec son comportement. Le SM restait là, dans ce petit coin à l’ombre mais le cœur léger, le corps sur un petit nuage. C’était déjà la meilleure journée qu’il avait passé auprès de quelqu’un de sa longue vie pleine de solitude; parce que vous le savez. Les conquêtes ne nourrissent jamais le cœur; même si elles peuvent faire oublier cette foutue solitude qui nous colle à la peau l’espace de quelques heures.

Quelle ne fut pas la surprise du SM en le revoyant revenir, content de sa trouvaille, plaçant la grosse tête de cerf sur le crâne de ce dernier. On entendit qu’il s’esclaffait sous sa nouvelle apparence face à la remarque judicieuse de son compagnon; son rire étouffé à cause du déguisement.

Ne t’en fais pas, la place sur mes genoux t’es exclusivement réservée.

Ils enfilèrent tous les deux leurs déguisements. Hidan eut un sourire en coin en entendant la nouvelle remarque d’Enki sur le fait qu’il devrait se retenir de faire ses pitreries habituelles. Et, bien entendu, le grand dadais ne pu s’empêcher de faire une remarque à son tour :

Dit donc, c’est jeu de rôle coquin sur le planning de la soirée ? Parce que t’es adorable dans ce costume. Je vais être sage comme une image… enfin, tant que tu marches suffisamment devant moi que je puisse me rincer l’oeil ! Personne d’autre ne saurait détourner mon attention de ce corps joliment enveloppé là, juste devant mes yeux.

Sans hésitations, Hidan prit doucement la main de son protégé dans la sienne. On pouvait lire un sourire sincère à travers son attirail de cerf.

Le duo déambulait parmi la foule. Et Hidan se rendit compte que sa vision des choses avait été biaisé jusqu’ici. Noël, c’était chouette pour les décorations qui t’en foutent plein les yeux et la picole en grosse teuf costumée. Sinon, à la fin de la fête tu te sens encore plus seul que durant l’année. Parce que putain, tout les autres (ou presque) ont des proches. Des vrais proches t’sais, pas ceux qui profitent de toi le reste de l’année. Ceux qui prennent soin de toi et qui, en cette période de célébration, continuent de t’aimer et de te chérir.

Et aujourd’hui, il se sentait chéri et aimé. Il ne jalousait plus tous ses autres gens. Rien que cet instant, ce moment où il marchait main dans la main avec lui, l’Unique. Ses yeux ne contemplaient plus tellement les décorations festives. Même si le cadre lui plaisait, il n’y avait que lui pour retenir toute son attention.

Hidan se laissa guider jusqu’à un kiosque ne payant pas de mine, alors que paradoxalement la populace se réunissait autours. Il se rendit compte à ce moment-là aussi de quelque chose d’important. C’est vrai qu’il est proche de ses fans, du public. Il ne lésine pas sur les dépenses pour les uns et les autres. Mais tout cela ne se fait que dans le cadre des fêtes qu’il organise. Faire des choses aussi simples… auprès des autres… ne lui était jamais venu à l’idée. Et pourtant… il se sentait étrangement encore plus proche des autres par ce biais.

Quel étrange pouvoir magique Enki possédait-il à la fin ? Il le fixa quelques secondes, comme s’il espérait sérieusement trouver une réponse à cette question. Ce dernier lui tendit une notice explicative pour réaliser son origami. Hidan commença à inspecter le déroulé de cette tradition inconnue. Il fallait écrire un voeu à l’intérieur avant de la réaliser.

C’est...  “ Le cerf tourna la tête, un peu perturbé autours de lui, comme s’il cherchait ses mots. “ Je n’avais jamais fait ça avant. J’apprécie l’idée d’être quelqu’un comme les autres et de me fondre dans la foule, de participer comme tout le monde sans que je ne sois valorisé par rapport à mes congénères. C’est agréable… Merci de m’avoir emmené ici.

Pour une fois, il ne plaisantait pas. Sa voix était calme, c’était le Hidan reposé qui parlait. Celui que l’on ne voyait que très rarement dans les coulisses, celui qui ne se cachait pas derrière son masque de boute-en-train rigolo.

En pleine réflexion devant son petit papier blanc, il avait saisit le stylo que lui avait précédemment tendu son ami. Mais il n’était pas certain de comment il devait formuler son voeu. Son regard était perdu dans le vide. Ses doigts autours du stylo tremblaient légèrement alors qu’il essayait d’écrire d’une manière simple le fruit de ses espérances.

Finalement il se décida, et posa ces quelques mots sur le papier. Ses pliages furent tortueux, visiblement Hidan n’était pas doué pour ce genre de choses ! Il essayait de s’appliquer autant qu’il le pouvait, tirant la langue en se concentrant, ses longs doigts paraissaient être boudiné et mal assuré en cet instant où il galérait grandement à faire son origami. Heureusement, on ne le voyait pas tirer la langue comme un débile sous sa grosse tête de cerf ! Pour quelque chose de simple et enfantin, les gamins du groupe à côté se débrouillent mieux que lui, ce qui fit rire Hidan de lui-même.

Leurs étoiles furent accrochées sur des guirlandes auprès des autres, des centaine d’autres qui les accompagnaient. Les deux anges, l’un à côté de l’autre, admiraient leurs étoiles remplies d’espoir se hisser vers le paysage pastel qu’offrait les cieux.

Un bal se tiendrait ici ce soir d’après les dires de son partenaire. Enki est une figure très importante dans cette ville, nul doute qu’il connaissait chaque fêtes orchestrées ici. Hidan tourna la tête vers lui avec le retour d’un de ses populaires sourire narquois sur les lèvres derrière son costume.

Donc j’ai déjà mon cavalier tout désigné pour le bal, c’est bon à savoir ! Je n’aurais pas voulu que quelqu’un d’autre ai le privilège de t’attraper par les hanches.

Ce dernier l’emmena avec enthousiasme vers la scène. Hidan se laissait trimbaler sans broncher par Enki depuis tout à l’heure. Non seulement parce que d’être derrière lui c’est… relativement chouette… héhé… mais parce qu’en plus, il ne fait que toucher à chaque pas un petit peu plus son coeur.

Lorsqu’il vit Enki se diriger vers le piano, la star s’approcha également, laissant ses doigts caresser le dessus de l’instrument. Le plus bel ange de Noël s’installa aux commandes. Le SM appuya l’une de ses hanches contre le piano, croisant les bras avec un air amusé sur le visage. Il lui disait sans aucun mots: “impressionnes-moi donc Enki !”, ce petit joueur d’Hidan.

C’est alors qu’il débuta son air festif. Hidan souriait d’ores et déjà, convaincu par avance du talent de son ami pour la musique. La mélodie se répandit progressivement, emplissant l’air d’une ambiance délicieuse. Des curieu-ses-x s’arrêtaient de plus en plus autours de la scène où étaient perché le lutin et le cerf, appâté par cette justesse dans le chant comme dans les notes.

Le fameux cerf décroisa les bras lentement au fil de la chanson. Son sourire s’était perdu en route; pour laisser place à une expression difficilement transcriptible. Il retira maladroitement le haut de son déguisement de cerf, dévoilant son visage face à Enki seul puisqu’il faisait toujours dos au public. Un mélange d’ébahissement, de ravissement, de surprise, d’exaltation, d’émerveillement se lisait dans ses yeux et sur les traits de son visage. Un cocktail explosif relevant de la passion la plus fiévreuse de toutes.

Il resta figé. Interdit. Tétanisé. Il ne savait plus où se mettre. “Ce n’est qu’une chanson” diraient certains. Mais ça n’avait rien de banal; ni pour lui ni pour son adorable lutin.

Comme une jeune pucelle devant la plus romantique des déclarations d’amour, Hidan plia son bras gauche pour déposer sa main sur son cœur. Sa respiration devint plus calme et son expression était baignée de tendresse. Il décrocha enfin un sourire assuré; reprenant doucement ses esprits bien que tout son être était grandement sonné par la beauté de cet acte qui signifiait beaucoup.

Lorsque la dernière note fut jouée; elle résonna loin sur le marché et dans le cœur d’Hidan. Ce dernier s’approcha d’Enki dans un élan de gaieté sans précédent. Il tendit ses grands bras vers lui et le souleva sans mal pour l’enfermer dans son étreinte, le décollant de son siège.

J’espère que tu sais à quel point tu es génial mon cher Enki ! Parce que tu m’as tout retourné, là… haha !

Il fit quelques tours sur lui-même, là, au milieu de la scène en portant son lutin haut dans le ciel et dans ses bras, riant affectueusement alors qu’il le faisait tournoyer.

Le bémol; c’est que cet empoté d’Hidan, bien trop pris dans l’élan de ses sentiments, n’avait pas remis la magnifique tête de cerf toute douce et poilue sur son crâne. Les Dösatziens ne mirent donc pas des lustres à le reconnaître. Ils s'agglutinent devant la scène, et Hidan tourne la tête d’un air surpris vers tout ce public qui les prennent en photo et s’extasient.

... Je crois que j’ai ruiné notre couverture… héhéhé...  “ Dit-il sur un ton un peu embarrassé, déposant soigneusement son petit lutin angélique sur les planches de la scène. Il se gratta l’arrière de la tête à la Goku, donc traduction: comme un imbécile gêné. “ Hmm... Je suppose qu’il va falloir que je réponde à l’appel des fans ! Et tu vas rester tout près de moi, parce que c’est toi la vraie star du jour !

Le SM sauta de la scène pour se retrouver dans la foule. Il se retourna et tendit ses bras pour attraper Enki et le faire descendre à son tour en sécurité.

Alors, comment vous allez en ce début de soirée mes loulous ? ! “ s'exclamait-il avec son sourire ravageur rituel qui rendait fou les femmes autant que les hommes.

Comme les gens s’affolaient, se permettant de toucher Hidan puisque leur star était à portée d’eux; ce dernier garda son protégé bien derrière lui. Il voulait lui éviter ce genre de déconvenue, surtout s’il n’avait pas l’habitude. Les gens peuvent se permettre beaucoup de choses dans des moments d’hystéries comme celui-ci.

La star était pourtant tout à fait accueillante. Tout sourire, le SM retirait son costume de cerf tout en discutant avec les gens proche d’eux avec un naturel déconcertant. Ce dernier parlait avec chaque fan en s’intéressant à eux surtout; il leur posait des questions sur leurs vies, savoir comment ils se portent. Il était loin de faire tourner les choses autours de sa petite personne lorsqu’il s’agissait d’un contact direct avec ses fans.

Le bien, et mal aimé à la fois, ange déchu, lança loin dans la foule le haut et le bas de son costume pour disperser un peu tout ce monde. D’autres allèrent jusqu’à monter sur la scène pour se disputer la “coiffe” en tête de cerf. Pendant ce temps, les journalistes ne manquèrent pas de se frayer vite fait un chemin jusqu’au duo.

Toutes leurs caméras et leurs flash aveuglants pouvaient vite fait donner des malaises à n’importe qui. Surtout lorsque l’on n’est pas habitué à autant d’attention. Ce pourquoi le SM saisit la main d’Enki dans la sienne, jetant furtivement des regards vers lui pendant qu’il parlait comme un courtois gentilhomme à toute cette populace. Il voulait s’assurer que ce dernier ne se sente pas mal. Ou du moins, pas au point de tomber dans les vapes.

Alors monsieur Enki, qu’est-ce que vous pensez de la compagnie d’Hidan ? “ osa un journaliste en penchant son micro vers le concerné. “ Est-ce la première fois que vous partagez ce que l’on pourrait qualifier comme étant un rencard avec lui ?

Il paraît que vous avez côtoyé Bulma Brief par le passé, est-ce que cette information est véridique ? ” s’empressa de questionner un autre journaliste.

Il y a des rumeurs sur le fait que vous entreteniez une relation avec le démon Gohen, pouvez-vous confirmer ces propos ?

Si les premières questions pouvaient paraître sympathique; les journalistes pour la majorité n’en reste pas moins des manges merdes. Enki devait avoir vite déchanté face à ces questions et, Hidan, assaillit lui aussi de son côté par des interrogations déplacées pour ne pas changer, fini par remarquer le désarroi probable de son partenaire.

Hop hop hop ! Mesdames, messieurs, un peu de respect s’il vous plaît ! “ Venait de dire l’ange déchu en haussant le ton tellement fort que le brouhaha s’était largement calmé. En même temps, c’était rare de le voir prendre un air sérieux. “ Je vous défend de poser des questions indiscrètes à mon ami sur son passé ! Tout bonnement parce que…

Dans ses grands mouvements gracieux et théâtraux qu’il déployait uniquement dans ce genre de situation et ce, en total contraste avec ses attitudes provocatrices, il fit volte-face vers le patron du fameux bar de Dösatz. L’incontournable patron de chez tonton Enki se fit soulever une fois encore, mais cette fois telle une personne prête à être emmenée à l’hôtel.

... Parce que c’est mon fiancé ! Alors on s’en fou des vieilles histoires de son passé, pas vrai ? On devrait plutôt célébrer ça à la place ! Posez-nous des questions sur ce que l’on a prévu de faire le jour où on sera décidé à se marier ! Ne soyez pas timide !

Un sourire des plus éclatant sur le visage, le malicieux membre de l'AM baissa son visage vers Enki pour lui faire un clin d’oeil bienveillant. Peut-être que ce dernier allait extrêmement mal le prendre, quand aux yeux d’Hidan, tout cela n’était qu’un jeu auquel il se prêtait volontairement pour faire parler la presse, pour appeler aux scandales et aux rumeurs. Il s’en foutait royalement, et il s’en amusait grandement même. Déjà là, son air plus que satisfait le prouvait.

Les questions changèrent alors quasi subitement. On leur demandait le fond et la forme de leur première rencontre, des détails sur leurs projets à venir, la couleur des fleurs pour leur mariage prochain… Et Hidan s’en donnait à cœur joie ! Tout en gardant bien installé dans ses bras celui qui ferait la une des journaux à ses côtés. On voyait déjà le genre du titre: “Le patron du bar le plus prisé de Dösatz, chez tonton Enki, est le fiancé d’Hidan. Que va donner une alliance aussi farfelue ?”

Après une bonne quinzaine de minutes, oppressé par la foule à répondre aux nouvelles questions et à subir la folie des fans, Hidan commença à s’envoler en douceur. Tel superman tenant sa très chère Loïs Lane dans ses bras.

Excusez-nous mais nous devons aussi profiter de notre soirée ! Je vois déjà mon équipe au loin… Pas étonnant vu le vacarme qu’à fait ma déclaration, hein ? ! Héhéhé ! Adressez-vous à eux si vous voulez quoi que ce soit ! Si mon très cher fiancé le veut, nous allons nous retirer et nous reviendrons peut-être plus tard parmis vous !

La foule leur faisaient des grands gestes de la main pour les saluer. Les gens souriaient, ricanaient, prenaient encore des clichés de ce “couple” atypique. Papa Noël, chargé de son majestueux lutin quitta les lieux.

La star se sentait un peu mal malgré tout. Son lutin adoré lui avait montré des plaisirs simples et sincères jusqu’ici. Il lui avait ouvert avec autant d’honnêteté une partie de son âme et de son cœur avec la chanson qu’il avait interprété pour lui. Et à cause de la notoriété; du goût pour le risque et le trollage de l’ange déchu, son ami se retrouvait à faire la tête d’affiche de la presse. D’un côté, ça lui faisait de la pub, puis c’était drôle aussi… mais… Enki n’est pas Hidan.

Le SM les emmena dans son loft sur Dösatz. Ils avaient besoin d’être un peu seul après cet événement inattendu. Du moins, c’est ce que pensait le démon. Il ne savait pas bien encore comment allait vraiment réagir Enki une fois seul à seul. C’était probablement plus respectueux d’ailleurs d’entendre ce qu’il aurait à dire de tout ça dans la sphère privée, que ça soit positif ou négatif.

Le pauvre lutin condamné, jusqu’ici, à demeurer dans les bras de son “agresseur” se fit enfin déposer sur le sol. L’aspect général du loft est très futuriste. Aux gadgets et à l’atmosphère de cette demeure, on pouvait se rendre compte du fait qu’Hidan avait été le maître espion de la famille Stinger des années durant. Peu de gens peuvent se vanter d’avoir une telle habitation avant-gardiste.

C’est comme chez toi ici, alors n’hésites pas. Je te sers un verre ? Un irish coffee pour rester dans le thème ? Par contre ça ne risque pas d’être un service aussi aussi remarquable que le tiens. Mais je vais faire de mon mieux pour t’honorer !  “ plaisantait-il sur un ton léger, malgré la probable gifle qu’Enki pourrait lui coller.

Le grand dadais passa derrière son bar et commença à sortir le nécessaire pour préparer les boissons choisies. Même s’il ne le montrait pas; il était anxieux. Avait-il blessé Enki ? Cette pensée l’insupportait au plus haut point. Il faisait dos à son ami de là où il était, devant son plan de travail l’air pensif.

Enki… “ Dit-il tout d’un coup en prenant un air plus sombre. “ Si t’as envie de me mettre une beigne, ça serait justifié… Je prends un peu tout à la légère, haha…” Il posa ce qu’il tenait dans ses mains sur le meuble et se retourna pour croiser le regard de son ami, un air doux et inquiet à la fois sur son visage. “... Mais toi tu as une valeur inestimable.

Sa gorge était bloqué. Il ne réussit pas à en dire davantage. Alors qu’il avait tant à lui dire…tant de choses pour lui démontrer avec quelle passion il le tenait dans son coeur.

Et à l’avenir, il regretterait de ne pas l’avoir fait.
Enki
Enki
Demon
Masculin Age : 34
Date d'inscription : 07/12/2006
Nombre de messages : 2251
Bon ou mauvais ? : Bon, c'est indéniable.
Zénies : 1840

Techniques
Techniques illimitées : Chant du vent, Danse de l'aigle, Mur Lumière
Techniques 3/combat : lance maudite, armure de Dösatz
Techniques 1/combat :

[PV] L'ange des noëls passés. Empty
MessageSujet: Re: [PV] L'ange des noëls passés.   [PV] L'ange des noëls passés. ClockMar 24 Déc 2019 - 1:22
(Joyeux Noël Wink )



Enki avait réussi sa pirouette. Le suiveur devenait le guide et en enfilant son costume de lutin le démon de Noël se félicitait d'avoir réussi à reprendre confiance face à ce géant de charisme qui était venu le cueillir sur son stand.
Cette liqueur de Noël dans la voix d'Hidan avait sans doute suffit à le désinhiber, ou serait-ce le désir de voir Hidan ne plus être celui qui donne mais bien celui qui reçoit, pour une fois.

“Dis donc, c’est jeu de rôle coquin sur le planning de la soirée ? Parce que t’es adorable dans ce costume. Je vais être sage comme une image… enfin, tant que tu marches suffisamment devant moi que je puisse me rincer l’oeil ! Personne d’autre ne saurait détourner mon attention de ce corps joliment enveloppé là, juste devant mes yeux. "
Enki s'arrêta un instant et avec sa bouille d'ingénu espiègle, roula des sourcils à l'adresse de son ami cervidé. Le lutin coquin avait glissé sa main dans la sienne et plus aucune muraille de pudeur ou de gêne n'était. S'il y en avait eu elles n'avaient pas résisté longtemps aux coups de bélier de deux cœurs qui étaient fait pour s'entendre et se comprendre.L'univers avait enfin atteint son apogée. Comme si toute l'histoire du monde n'avait eu de sens que pour parvenir à ce résultat, ce rendez-vous, cette réunion d'Enki et Hidan qui passaient enfin un noël heureux.

Hidan, malgré sa parure de renne tombait peu à peu ses défenses et Enki le contempla se risquer à des exercices nouveaux, dans ce bain de foule. C'était étrange de constater qu'il existait des disciplines dans lesquelles Hidan manquait d'assurance : Enki se réjouit d'avoir eu l'idée de l'amener ici... Non pas qu'il était satisfait d'avoir mis en difficulté son ami, mais parce qu'il savait qu'Hidan vivait des choses qu'il n'avait jamais vécu et que c'était signe que le patron de bar était sur la bonne voie pour mener le SM là où il n'allait jamais : là où son armure tombe et où il saura se reposer sur lui, ne forçant plus ses rires et ses paroles enjouées, là où il soignera ses blessures et apprendra qu'il peut accorder sa confiance sans limite.
La guirlande d'étoiles en papier fut hissée. La scène ouverte fut conquise. Enki avait retiré ses moufles et commencé son chant accompagné par le son d'un piano aux touches attendries par des centaines de musiques de Noël qui avait déjà été jouées à chaque événement du quartier populaire.
C'était un peu facile, finalement. Tout se prêtait à son jeu... Alors Enki relevant les yeux vers lui pendant la musique s'attendait à le voir se moquer de lui, du cliché du moment : Hidan n'en fit rien. Leur regard se croisèrent un instant. Le temps qu'Enki put le faire durer sans perdre ses repères sur le clavier... Autant dire que des repères il n'était plus sûr d'en avoir beaucoup quand un Dieu vous adresse un regard comme celui-là. Un regard qui comprend. Un regard qui entend. Un regard reconnaissant.
Enki n'eut pas trop le temps de penser à tout ça car déjà des gens autour d'eux s'empressaient de sourire et profiter de la musique. Des familles, des amoureux, des gens seuls. Le moment était doux, magique, adouci de cette lueur sucrée d'une fin d'après-midi d'hiver avant les fêtes de fin d'année.

Quand Hidan se précipita vers lui à la fin de la chanson, Enki ne sut qui était le plus chamboulé des deux... Le patron de bar se rendit compte à quel point il avait aimé le regard conquis d'Hidan, mais il se rendit compte également que son compagnon avait vite renfilé ses grandes paroles et son air distant de célébrité... au point qu'il avait ruiné sa couverture de renne et que déjà des dizaines de fans le pointait du doigts, le reconnaissant.
Le trêve avait été de courte durée... Et instantanément Hidan avait reprit son masque et son rôle de bienveillant homme du peuple, s'intéressant plus aux autres et rendant impossible toute intrusion dans son cœur. Hidan avait réussi à se forger une armure incroyablement efficace, se dissimulant derrière une couche épaisse et rayonnante d'amour et de frivolité.
Impossible de blesser celui qui sourit aux insultes.
Impossible de faire baisser sa garde à celui qui n'en a pas.
Impossible d'atteindre celui qui se met déjà à la portée de tous.
Enki, appuyé derrière lui contre la scène ne pouvait quitter des yeux  le spectacle à la fois joyeux et triste d'un homme vivant pour des inconnus. Car Hidan semblait vraiment aimer ces gens : il était bien trop appliqué et sincère dans sa prestation pour ne pas avoir un fond de véritable tendresse envers cette foule. C'était sans doute ça le plus tragique : Hidan aimaient ces gens sans les connaître. Comme eux l'aimaient sans le connaître.
Oui, la meilleure armure au monde, Hidan. Félicitations. Voilà ce qu'était donc le secret de tes aptitudes masochiste sans faille.

Quelque-part cependant, Enki se reconnut dans cette façon de servir les "clients" réclamant un peu de temps, d'attention. A une bien moindre mesure le dösatzien faisait le même chose dans son bar avec sa clientèle... Hidan prenait soin de tous et ne manqua pas de prendre soin de son lutin aussi, en glissant sa main dans la sienne, et s'assurant d'un regard qu'il allait bien, protégé des fans derrière lui.Enki serra la main dans la sienne et vint se coller à lui, dans son dos, pour faire face aussi aux curieux. Faire front commun. Je suis là Hidan. Ce n'est pas toi contre le reste du monde aujourd'hui. Aujourd'hui, tu as un personne qui t'aime. Aujourd'hui, idiot, c'est Noël.
Mais la foule était de plus en plus difficile à gérer et de plus en plus pressante. Des journalistes forcèrent l'attroupement et Enki fut lui aussi la cible des reporters.

“ Alors monsieur Enki, qu’est-ce que vous pensez de la compagnie d’Hidan ? “
Enki qui ne s'attendait pas à être lui aussi interrogé resta un peu hébété devant le micro : comblant le vite, une journaliste surenchérit : "Est-ce la première fois que vous partagez ce que l’on pourrait qualifier comme étant un rencard avec lui ?"
Enki eut un sourire. "Eh bien... Non, en effet, ce n'est pas la première fois... Et sa compagnie est toujours délicieuse." Confiait-il, sincère.
“ Il paraît que vous avez côtoyé Bulma Brief par le passé, est-ce que cette information est véridique ? ”
Le sourire d'Enki s'estompa. Fronçant un peu les sourcils, il chercha quoi répondre. Côtoyer, oui... Mais était-ce malin d'en parler devant des média sachant que la belle était amnésique et n'avait pas besoin que le peuple en sache plus qu'elle sur son passé. Alors qu'il se rendit compte à quel point il n'était pas apte à affronter ce assaut de question, non entrainé à ce genre de joute verbale. Il fut assommé par une nouvelle question : “ Il y a des rumeurs sur le fait que vous entreteniez une relation avec le démon Gohen, pouvez-vous confirmer ces propos ? “
Le sang d'Enki se glaça et son regard transperça le journaliste. Comment pouvait-il savoir ? Ce type était-il lui-même un démon voulant le charrier, voire pire, s'en prendre au Maitre ? Enki paralysé par tout ceci resta interdit, incapable de réagir : son chevalier heureusement vint à son secours sur sa monture de prestance et de sympathie. Enki fut arraché littéralement de l'emprise de ces indiscrets par les bras puissants et dénudés de Hidan. “ Je vous défend de poser des questions indiscrètes à mon ami sur son passé ! Tout bonnement parce que… Parce que c’est mon fiancé ! Alors on s’en fou des vieilles histoires de son passé, pas vrai ? On devrait plutôt célébrer ça à la place ! Posez-nous des questions sur ce que l’on a prévu de faire le jour où on sera décidé à se marier ! Ne soyez pas timide ! “
Enki qui était déjà en état de choc se prit une deuxième douche froide à l'entente de cette annonce. Sa surprise se manifesta mais fut éclipsée par des hurlements d'hystérie de la foule qui le fit sursauter. Il se passait quoi là ?

Le petit barman regarda le sourire de super-héros de son compagnon : Hidan lui adressa furtivement un clin d’œil apaisant. C'était une diversion. Une admirable diversion qui avait clairement fait son effet : outre les fans qui était au bord de l'évanouissement, des centaines d'objectif immortalisaient le moment. Par cette annonce, Hidan venait de créer un ras de marée dans la presse people et nul doute que le bar demain serait assailli de curieux. Tout le quartier d'Enki allait jaser et ... Oh bon sang Ninette, la gentille boulangère qui était déjà émoustillée à la simple vision de Hidan au stand de son ami allait faire un arrêt cardiaque !

Enki ne put s'empêcher de rougir en voyant les hordes de fans qui le dévisageaient avec des pensées impures le mettant en scène avec Hidan dans l'intimité.
"Depuis quand êtes-vous ensemble ?" "Monsieur Dou, pratiquez-vous aussi le SM ?" "N'êtes-vous pas jaloux de savoir Hidan évoluer dans des milieux assez libertins ?" "Enki !! Plutôt Top ou bottom ?"

"Roh mais ça suffit maintenant !" Fit Enki qui n'arrivait même pas à entendre toutes les questions super gênantes qui fusaient autour d'eux. Le barman se redressa et contraint Hidan à le poser. "C'est n'importe quoi, ... et honteux ! Je veux dire.... Si vous voulez les détails, il va falloir vous organiser, et parler un à un, là je n'ai même pas le temps de répondre, voyons !" Surprit Enki qui joua au mec choqué non par les propos mais par la logistique de l'interview. Debout il leva un index et commença à prendre la parole de son côté.
"Détrompez-vous, c'est moi qui ait décoincé Hidan. Il n'osait même pas me demander un rendez-vous."
narra Enki, très sérieux. "Vous seriez surpris de savoir à quel point il peut être timide." Tous les journaliste qui avaient plutôt choisi d'encercler Hidan se ruèrent vers Enki qui commença à raconter n'importe quoi sur l'intimité d'Hidan. Les journalistes apprirent donc que le SM était le plus fleur bleu des deux, qu'il avait même pleuré après leur premier câlin, et qu'il était prêt "à tout" pour un dessert maison cuisiné par Enki et que c'était presque trop facile. "Par contre je vous en conjure, aidez-moi à le convaincre, il s'obstine à ne pas vouloir porter de chemise au mariage... Dites-lui qu'il serait super sexy en trois pièces !" Enki se tourna avec un grand sourire espiègle et machiavélique vers Hidan alors que derrière des dizaines de voix hurlaient "OWI HIDAN EN COSTUME TROA PIEEECES IIIIH"

Spoiler:
 

Mais il était temps de mettre un terme à cette séance de n'importe quoi qui commençait à prendre trop d'ampleur, et Hidan, toujours habile, parvint à quitter la place, jusque là paisible, qui s'était d'un coup transformée en tribune noire de monde.

La nuit était en train de tomber. Et alors qu'Hidan, fiancé d'une heure, le portait vers un peu plus d'altitude, Enki contempla les lumières festives du quartier qui s'était peu à peu allumées pour célébrer Noël. Tout était d'un coup calme, loin de la foule et sans que le démon n'ait même eut le temps de trouver les mots sur ce qu'il ressentait, il fut déposé à l'entrée d'un appartement. L'appartement d'Hidan.
A mille lieux de l'ambiance rustique du marché de noël, le loft était bien plus moderne, et ses couleurs plus franches. Le temple de la star était ce qu'on pouvait imaginer d'un célébrité, à la pointe de la technologie et du style contemporain. C'était amusant de voir à quel point sur Dösatz les styles se côtoyaient... Entre Stinger et Hidan qui donnaient dans l'ambiance science fiction, les gratte-ciel tape-à-l'oeil, les commerce classiques et touristiques comme son bar, les initiatives quasi-folkloriques pour Noël... La planète était une melting-pot incroyable et Enki se félicitait d'autant plus d'y avoir élu domicile.
L'hôte proposa un verre, avouant sa crainte de ne pas être aussi bon barman que son invité. Le patron de bar sourit. "Je suis sûr qu'il sera délicieux... Avec grand plaisir." acquiesça le lutin qui avait retiré ses oreilles et son bonnet, et ouvert son gilet pour redevenir un peu plus lui-même en dessous de son costume.
La vue était magnifique d'ici, et admiratif le grand gamin qu'était le démon regarda la ville depuis la baie vitrée.
“ Enki… “ le réveilla Hidan. "Si t’as envie de me mettre une beigne, ça serait justifié… Je prends un peu tout à la légère, haha…” Le SM avait une expression bien différente, teintée de crainte et de culpabilité. Enki en fut destabilisé. Oh mais non, il ne fallait pas ! Enki amorça un geste vers son ami quand ce dernier ajouta ".. Mais toi tu as une valeur inestimable.“
Enki s'immobilisa, ne finissant pas son geste. "Hidan..." Il passa sa main sur sa bouche, pensif. "Tu es adorable." Il avança vers lui, et vint le rejoindre derrière le comptoir. "Si tu t'inquiètes pour le coup des fiançailles... Ne t'inquiètes plus ! Je me suis amusé comme un fou. Un peu de légèreté ne tue personne... Et franchement je regrette presque de ne pas avoir dit des choses plus absurdes pour que ces petits débiles de journalistes colportent des mensonges. Tss certains méritaient d'être ridiculisés... Mais loin de t'en vouloir je crois que je t'admire encore un peu plus, si tant est que cela soit encore possible." Il s'appuya au bar, pour lui faire face. "Ces gens n'ont aucun respect pour tes sentiments, et tu leur réponds avec des plaisanteries douces... Tu t'en sors avec une pirouette qui ne froissent ni ne fait de mal à personne. Comment... Pourrais-je même ressentir la moindre once de rancœur envers toi ?" Il était à quelques centimètre de lui et avança un peu son front du sien, complice. "Tu as su transformer un moment difficile en souvenir agréable... Diantre, j'ai été ton fiancé pendant un quart d'heure de gloire !" Il rit. "Je ne dis pas que je t'en voudrait pas un peu demain quand je ferai la une de tous les magazines mais je crois que ça m'amuse bien plus que cela ne m'affecte !" Enki regarda dans le vide. "J'ai passé ces derniers mois à m'isoler, je crois que c'était exactement ce qu'il me fallait... Je vais bien devoir sortir de ma grotte..." Il éclata de rire. "... maintenant que je suis sorti du placard !"

Il se saisit alors de l'irish coffee qu'il lui avait concocté et lovant dans ses mains la tasse chaude. C'était familier et tellement agréable... Comment ce type pouvait sonner si juste ? Tout en Hidan résonnait de la plus belle manière, en parfait écho avec tout ce qui ravissait le petit démon.
Il porta le breuvage chaud à ses lèvres, et réalisant pourquoi il était si apaisé d'un coup, Enki effaça son sourire.
La dernière personne qui lui avait servit un irish coffee était Fred. Ce bon vieux Fred et son rituel des cafés alcoolisés de fin de soirée. Ce Fred qui lui manquait tant.
Enki regarda alors le liquide tournoyer entre ses doigts. Il soupira, amusé. Si c'était un signe, c'était le plus mignon qu'il soit.

Sentant que son compagnon était un peu morose il frappa dans ses mains pour reprendre les rênes (rennes ?) de la situation... Ironiquement comme Fred l'aurait fait à sa place. "C'était une journée fabuleuse ! Hidan ! Je me suis découvert patineur ! ... Oh et je retiens ta proposition, on doit absolument s'inscrire un jour à un concours en duo ! Et ... Mince mais du coup on est parti avant la fête du village..."



Enki ne se laissa pas décomposer. Il s'évada de la cuisine pour se mettre en quête de musique : trouvant une radio il capta une station et tournoyant le transistor il s'arrêta sur une station populaire qui fatalement en cette période diffusait une musique de saison. Parfait ! Il tendit sa main vers son ami, révérencieux. "On a pas pu rester pour le bal mais... La soirée n'est pas terminée pour autant." Dit-il pour l'inviter à danser.

A son tour, Enki se saisit de la main d'Hidan, comme ce dernier l'avait fait plus tôt sur la glace. Il se cala contre lui et le regardant sans aucune hésitation ni embarras. Il voulait cueillir ce jour jusqu'au bout, il se refusait de laisser un temps mort miner son partenaire de jeu. Ce soir ils étaient les deux plus scintillantes de toutes les étoiles de Noël et rien ne pourrait changer cela. Il colla sa joue contre la sienne alors que l'air était plus doux et sourit, en pensant à ce qu'ils étaient en train de partager. Un slow.

Ce n'était pas la première fois. C'était en réalité un hommage à leur premier rendez-vous, deux ans plus tôt... Où deux démons, ou deux anges appelez-les comme vous le voulez, avaient dansé à l'étage du bar de chez Tonton Enki... Sans public, sans musique... Sans autre désinvolture que celle de leurs deux cœurs battant le même rythme.
"... Je n'ai pas été honnête avec toi." Lâcha Enki au dessus de l'épaule d'Hidan. "Ce soir-là, tu m'avais confier tous tes secrets, ton passé, tes peurs et tes complexes. Je n'en reviens toujours pas que tu m'aies accordé cette confiance et je remercie le destin de m'avoir donné cette chance... Et de mon côté je n'ai pas été aussi généreux." Il resta bien au creux de lui, ne voulant absolument pas croiser son regard, craignant de ne plus avoir la force de continuer son aveu s'il se voyait dans le regard de son ami. "Je ne t'ai pas tout dit. J'ai moi aussi un secret et peu sont dans la confidence... Plus personne en fait." Réalisa Enki en pensant à l'amnésie de Bulma. "Je n'ai pas toujours été le bogoss que tu connais." cette demi-plaisanterie était une tentative ratée pour rester plus léger. "Ma véritable apparence est celle d'une créature appelée cratiide dans le plan démoniaque." Il avait fermé les yeux, comme pour ne pas voir cette seconde où il redevenait officiellement un monstre : les cratiides étaient une espèce connue en enfer et peut-être qu'Hidan verrait très bien de quoi il s'agissait. "J'ai été élevé et dressé pour développer ma conscience, mon intellect, mes pouvoirs. J'ai fini par obtenir un autre corps que j'ai moi-même dessiné selon mon caractère." Il se voulait assuré mais les frissons et tremblements qui le gagnaient ne pourraient tromper celui qui partageait sa danse. "Je suis un tricheur, un imposteur... Et je m'excuse que tu aies vu en moi un être pur et beau à qui te confier... Si je ne méritais pas ce piédestal, j'espère à défaut mériter ton pardon..." Sa main s'était un peu serrée dans la sienne. "Voilà... Je crois que cette fois-ci, je suis honnête." avouait-il, regrettant déjà son aveu. Parce que le vrai Enki n'était pas celui qui mettait de la musique et blaguait... Celui-là était une copie d'un démon disparu qui aimait la fête et les irish-coffee. Le vrai Enki était apeuré, complexé et secret... Peut-être que depuis le début c'était pour ça qu'Enki était devenu barman... Pour servir à son tour des irish coffee et devenir celui qui sourit et qui réussi à s'ouvrir à un ami, ouvrant la danse. Sommes-nous seulement capable d'être honnêtes, au fond ? Nous portons tous les masques que nous voulons bien nous donner, à partir de quand les masques ne feraient-il pas partie intégrante de nos êtres ? Enki était-il un homme rêveur et souriant, réellement ? Lui-même ne savait plus... Mais une chose était certaine : toutes les facettes de sa personne n'avaient qu'un seul et unique souhait en cet instant, ne pas décevoir celui qu'il aimait tendrement et se montrer à la hauteur de la chance qu'il avait de danser, joue contre joue, contre l'être merveilleux de générosité et époustouflant de sincérité qu'était Hidan.
Hidan
Hidan
Masculin Age : 27
Date d'inscription : 04/04/2008
Nombre de messages : 492
Bon ou mauvais ? : ~ Mais t'es con ou quoi ? !
Zénies : 2300

Techniques
Techniques illimitées : Téléportation ~ Le Lotus Recto - Verso ~ Clonage ~ Illusion
Techniques 3/combat : Les lions jumeaux ~ Le Grand toubillon Divin
Techniques 1/combat : Hirudora

[PV] L'ange des noëls passés. Empty
MessageSujet: Re: [PV] L'ange des noëls passés.   [PV] L'ange des noëls passés. ClockJeu 13 Fév 2020 - 10:17
Les dernières paroles d’Enki, balancé à la face des journalistes, resteraient gravé pour toujours dans la mémoire du SM. Ces gens-là sont de vraies harpies, prête à balancer et exagéré n’importe quel scoop pour vous voir vous décomposer à l’écran et amplifier les rumeurs graveleuses à votre sujet. Fort heureusement, le plus beau lutin de Noël avait su rebondir et même retourner la situation. Notamment en parlant ouvertement des questions les plus indiscrètes en les prenant avec humour et culot. Hidan s’était esclaffé de rire à ce moment-là, hochant de la tête pour approuver les dires de son compagnon lorsqu’il avait dit que c’était bien lui qui l’avait décoincé et pas l’inverse. On le voyait opiner du chef comme un idiot à l’écran, un grand sourire enjôleur et un peu benêt sur les lèvres, alors que le monde s’étonnait de savoir qu’il pouvait être timide dans l’intimité.

Son allégresse s’élargit au moment où le peuple répondit positivement à la demande de son compagnon : porter un costume trois pièces au mariage. “C’est clair que je suis plutôt du genre à venir torse-nu, c’est pas mieux qu’un costume trois pièces ? ! … non ? Vraiment, vous croyez que ça me rendrait encore plus sexy ce fichu costume ?... Bon, très bien, ça me donnera l’occasion de faire un strip-tease super-hot à mon fiancé après la fête !” avait-il répondu sur le même air léger et détendu qu’habituellement. La réaction d’Enki l’avait fait brièvement rougir, et pour cause : il était tellement… merde, n’importe quel mot sonnait complètement creux pour le décrire. “Beau” ? “Mignon” ? “Adorable” ? Non, tout ça c’est trop banal pour lui. C’est… autre chose. De plus sensuel, de plus poignant, de plus extraordinaire que ces simples termes-là.

Et ces sentiments, sur lesquels on ne pouvait poser aucun mot ayant assez de justesse pour les décrire, suivit Hidan toute sa vie depuis le moment où il avait posé les yeux sur cet ange. Son ange.

Ce pourquoi, lorsqu’ils furent enfin seuls à l’appartement, il éprouva quelques remords par rapport à son comportement. C’était stupide : parce que c’était “ça”, Hidan. Cette couverture pleine d’humour grasse et débordante, agaçante. C’était son rôle, c’était sa manière maladroite de s’intégrer au monde des mortels tout en s’en préservant le plus possible, puisque pratiquement personne pouvait se targuer de le connaître. C’était à la fois pratique et utile pour profiter de ce monde à l’équilibre fragile tout enfouissant sa véritable nature. Il ne savait pas comment réagir d’autre qu’en étant ce personnage de scène devant le monde. Il avait passé bien trop longtemps à se cloîtrer derrière ses fausses grandes manières et ses blagues absurdes. Être quelqu’un d’autre, être lui, ça ne serait nullement bon pour son image, son business, ou même tout simplement pour lui-même, en fin de compte. Se dévoiler aux autres sans filtres, c’est s’assurer d’exposer ses faiblesses. C’est impensable.

Mais dans toute généralité existe cette fameuse petite exception dérangeante qui ne peut être déviée. Enki la représente. Le Maléfique ne savait pas contenir son “moi profond” avec lui. Il avait envie de tout lui donner, le bien comme le mal en lui, de lui montrer et d’avoir son aval, d’être accepté par son congénère comme si c’était un besoin vital. Les autres pouvaient bien continuer de croire ce qu’ils voulaient sur Hidan, seul son angélique barman avait un pouvoir sur lui. Le pouvoir de le détruire tout comme le pouvoir de le rendre heureux d’une manière absolue. Et en ce moment, l’on pouvait dire que le SM ne broyait que des petites licornes joyeuses mangeant des hamburgers tout en rejetant des arc-en-ciel par leur derrière ! C’était une véritable explosion d’émotions contradictoires et corrélée à la fois que d’être près d’Enki. Mais ce qui dominait tout, c’était cette sensation incroyable que de se sentir aimé, compris, accompagné, de sentir sa sincérité et sa compassion… cela le bardait d’agréable frissons dont il n’arrivait pas à se défaire. Rien qu’un regard échangé avec lui faisait s’entrechoquer les papillons dans son ventre.

Alors imaginez ce que cela fait d’entendre que l’on est “adorable” de la bouche de quelqu’un d’aussi important pour vous !

Le rouge lui monta aux oreilles, mais il s’obligea à rester concentrer sur sa tâche pour que cela ne se remarque pas trop. Son ami le rejoignit derrière le comptoir et exprima sa gaieté par rapport aux récents événements. Cela le soulageait de l’entendre dire de sa bouche, qu’il s’était amusé de cette situation également. Ses rosissement incontrôlés s’accentuèrent alors qu’il avouait l’admirer même un poil plus qu’auparavant. Il arrêta quelques instants ce qu’il faisait pour faire face à son partenaire. Soutenir ce regard était difficile, et Hidan détourna les yeux plusieurs fois, mais, il s’évertuait à lui montrer qu’il lui était reconnaissant en souriant tendrement. Est-ce qu’il rêvait ces paroles ou était-ce bien la réalité ? N’était-il pas dans l’un de ses fameux songes dans lesquels il vivait, là, auprès de son cher Enki, jour après jour sans ressentir la moindre lassitude tant cet homme était intéressant à ses yeux ?

Hidan lui donna une gentille tape sur l’épaule lorsque son homologue fini son discours. Décidément, comment était-ce possible de ne pas l’aimer ? Il avait toujours les bons mots, ceux-là même qui vous réchauffent le coeur et qui vous font fondre chaleureusement, à l’image d’Enki. “J’attends le montage “hot” de nous deux de la part des pro’ de photoshop sur la plage à se rouler des galoches ou un truc du genre pour célébrer notre futur mariage. Ils sont pas très inventif, mais pour faire des “images chocs” ça part dans tous les sens, j’te l’dis !” Comme d’habitude, à balancer des grosses conneries du genre, cela le détendit et lui permis d’enfouir ses sentiments grandissant sans jamais cesser de croître envers son interlocuteur. “J’espère que t’auras plus souvent envie de sortir que de te cacher dans ton bar, aussi génial soit-il ! De l’alcool à volonté remanié entre tes mains expertes, voilà ce qu’il me faut ! Tu ne voudrais pas devenir mon barman attitré ? Tu voyagerais partout à mes côtés, ça serait un vrai régal ! Puis comme ça, à force d’avoir l’habitude d’être pompette, tu devras inventer de nouvelles recettes pour me mettre une race ! Tu vois, tout le monde y gagne : je développe ma résistance à l’alcool, et toi tes compétences déjà divines !

Le Maléfique se saisit de son irrish coffee à son tour, trinquant silencieusement en levant son verre à l’attention de son ami avant de boire. Il remarqua qu’Enki semblait perdu dans ses pensées quelques instants. Mais dans son idiotie accentuée par ses sentiments envers lui, le SM cru qu’il avait fait une terrible erreur en concoctant cette boisson et que son ami n’osait pas trop lui dire ce qui n’allait pas dans le goût de celle-ci. Hidan eut donc un moment de stress interminable dans son for intérieur, se disant qu’il n’aurait peut-être pas dû toucher au domaine de prédilection de son partenaire de la sorte ! Il aurait mieux valu qu’il lui demande gentiment de le faire, plutôt que d’essayer de faire une boisson à peine convenable.

Mais lorsque son partenaire frappa dans ses mains, cela fit sursauter légèrement Hidan et le tira de sa torpeur. Le voyant tout beau tout sourire, son corps réagit immédiatement, absorbant ces émotions positives et le SM ne pu lui-même que devenir joyeux à son tour.

La prochaine fois, j’organiserais moi-même un concours de patin sur glace, là, sur Dösatz. Je m’y présenterais, et je t’attendrais. Si tu ne viens pas, j’aurais bien l’air d’un con c’est vrai, mais si tu viens…

Il ne termina pas sa phrase. Il allait dire une chose stupide. Il allait dire que s’il venait, alors ça voudrait dire qu’Enki serait peut-être prêt à recevoir son coeur. Il ravala ses mots et les garda au chaud dans son esprit. C’était complètement hors de propos, pourquoi allait-il dire un truc aussi bête ?

Heureusement, son ami avait allumé la radio et une douce symphonie emplit l’appartement. Une charmante proposition de danse se profila à l’horizon, et Hidan l’accepta avec une joie non dissimulée. Tout ce qui touchait à l’art, il en raffolait. Il peignait même. De l'impressionnisme pour être plus précis. Il avait peint quelques portraits d’êtres vivants atypique, tel que la grande Sheeva, membre du clan des Shokans; un certain David Bowie venant d’une dimension parallèle, qui n’avait l’air que d’un terrien lambda mais qui n’en était largement pas un, ou encore Dorian Grey, issu d’une galaxie lointaine, avec qui il partageait tant de similitudes… mais cet homme était bien plus insaisissable qu’Hidan. Ce dernier se demandait s’il aurait un jour la chance de capturer la beauté parfaite qu’Enki représentait à ses yeux. Il ne fallait pas le voir simplement sur un plan physique : c’était un tout, et ce tout passait d’ailleurs avant tout par l’essence même de cet ange. Avec quelle beauté grandiose son âme scintillait.

Main dans la main, l’autre fermement contre sa hanche, la star accueillit dans son étreinte rassurante celui qu’il désirait par delà toutes choses. Pouvoir le serrer à nouveau de la sorte contre lui, lui remémora sans failles ces souvenirs passé de leur première rencontre à lui aussi. Mélancoliquement, il se mit à sourire. C’était une rencontre comme une autre si l’on regardait de l’extérieur… et pourtant c’était la rencontre qui le suivrait toute sa vie durant.

Avec Enki tout contre lui, il sentit encore plus la chaleur magnifique qui émanait de lui. De son être entier, celle-ci même qui le rendait fou de lui. Son odeur naturelle le séduisait plus qu’il ne voulait bien l’admettre et, sa main dans la sienne lui offrait une vision idyllique de ce qu’il souhaitait au plus profond de lui-même. Hidan avait envie de couper court à toutes ses pensées romantiques, parce qu’il avait peur que cela ne vienne gâcher un tel moment privilégié.

Les paroles d’Enki le percutèrent tout de suite. Il était bien trop sensible à ses côtés, son corps et son esprit réagissaient au tac au tac. Mais il se tût, il ne voulait pas le couper dans son élan de confidences. Il disait trop de bien d’Hidan, des paroles qu’il ne méritait probablement pas non plus. Il se sentit alors tout penaud et honteux. Pourquoi ressentir cela ? Cela ne le dérangeait pas que les gens le prennent pour “un dieu vivant” et l’adulent, d’ordinaire. Mais Enki n’avait rien d’ordinaire à ses yeux, justement. Il s’était tout de suite senti l’envie de se confier à lui, de se rapprocher de lui, il avait… envie de le garder pour lui, près de lui, le plus possible. Cette sensation ne l’avait jamais quitté. Et il s’en mordait les doigts, parce que ses pensées chaque jour étaient adressé à son partenaire… et c’était mal. Dans le sens où il n’avait aucune idée de ce que ressentait Enki à son égard, à part cette admiration et tous ces bons sentiments qu’il lui vouait. Il avait peur. Peur que cela ne soit qu’un sentiment d’adoration qu’il avait généré en voulant jouer son rôle de gentleman ouvert d’esprit et rigolo. Que ça ne soit que de la poudre aux yeux et qu’Enki n’en ai pas conscience. Mais il se tût, et il écouta.

Les cratiides… Oui, cela lui revenait en mémoire. Bien des espèces différentes peuplaient le monde des démons et des enfers, mais ces petites créatures à l’apparence pitoyable faisaient de bons serviteurs pour plusieurs autres races de démon. Il était donc l’un d’eux ? Cela le laissa pantois. Ce n’était pas parce qu’il affiliait cette espèce à des misérables comme d’autres, mais plutôt parce que ça sonnait… inconcevable. Tant de grâce se dégageait d’Enki, tant de splendeur… alors qu’il était, de base, un cratiide.

La suite de son histoire lui serra le coeur. Cette émotion, il l’avait connu deux fois auparavant: lorsqu’il avait fréquenté, au début de sa vie mortelle, son premier compagnon, Kakuzu. Et une autre fois en voyant Ajito mourir dans ses bras. Son poul s’affola sans lui demander quoi que ce soit, et il sentit des vertiges le prendre à la gorge. Il ressera son étreinte sur son ami, tentant de garder sa contenance. Il ne voulait pas faillir maintenant, non ! Pas en cet instant crucial. Enki s’ouvrait enfin presqu’entièrement à Hidan. Il se devait de se ressaisir et de lui montrer… que ce piédestal dont son homologue parlait, il en était largement digne.

Un silence de quelques secondes s’installa entre-eux. Le SM en profita pour reprendre ses esprits. “Mon cher Enki…” commençait-il sur un ton chevrotant. “C’est toi qui est bien trop bon avec moi… Ou alors nous sommes deux imbéciles aveuglés par les belles choses que nous voyons chacun en l’autre… haha.” Sa voix était douce et chaude, un murmure réconfortant en pleine nuit d’hiver. “Je t’admire. Non, je veux dire, vraiment. Pas juste pour te rassurer ou t’envoyer des fleurs. Je me souviens de ce que sont les cratiides. Je n’aurais jamais pu pensé que tu étais l’un d’entre-eux.” Il recula lentement pour pouvoir chercher des yeux son compagnon. “... Mais je m’en fiche. Ce n’est tout au plus que la preuve de ta bravoure, mon délicieux ami. Tu as transcendé et surpassé le jeu de cartes que t’avais donné le destin, de base. Tu es devenu ce que tu avais envie de devenir. à mes yeux, cette apparence et la personnalité que tu montres c’est ce que tu as choisi, c’est donc une partie intégrante de toi, de ton vrai toi je veux dire. Peu importe les masques et les mascarades, tu t’es débrouillé pour devenir ce que tu avais envie d’être. Cela n’a rien d’une tromperie à mon sens, ça prouve simplement que tu as justement été honnête avec toi-même: tu as voulu devenir autre chose qui correspondait à ton âme, à la beauté qui y réside. Alors jamais je ne t’en voudrais d’être qui tu es, et de faire les choix qui te semblent les plus judicieux. Cela n’affecte en rien ton bon fond ou ta magnificence : à vrai dire, je te trouve encore plus ravissant maintenant que tu as eu le courage de me confier ton secret.

Le SM cessa de danser au son de la musique. Il s’abaissa légèrement pour passer ses bras sous le fessier de son ami. Hidan le souleva, lui accordant un radieux sourire et l’enlaça, posant son front contre le sien. Il tournoya en douceur en le tenant ainsi. Il était désireux de lui faire ressentir son entière compréhension et sa compassion. En vérité, il ne comprenait que trop bien ce besoin d’être quelqu’un. Quelqu’un qui nous correspond réellement.

Ce n’est qu’une apparence, tu sais. Vraiment. Je sais bien que beaucoup disent cela sans réellement le penser, mais moi ça me tiens à coeur. Certains n’ont pas le loisir de pouvoir choisir une apparence qui leur correspond, nous, nous l’avons. Et je trouve que ton allure te sied parfaitement ! Elle correspond à la splendeur que je vois dans ton être. Il suffit de passer rien que quelques instants auprès de toi, à t’observer… pour comprendre.” Il approcha son visage du sien. Il hésita. Cela se lisait clairement dans ses yeux. Mais tel un couard, il l’embrassa simplement sur la joue et le reposa au sol comme un sot. “Je… En faite, euh, tu sais. Je t’ai pas non plus tout raconté concernant mon passé. En plus ça prendrait des plombes ! Mais saches que cet amas de chair que tu vois devant toi, moi aussi elle n’est pas ma “véritable” apparence. J’ai eu le loisir de la choisir lorsque je suis devenu mortel. Mais, à ma création, j’étais… qu’une espèce de forme de vie lumineuse sans réelle forme. Un peu comme ce que les mortels se représentent de l’aspect d’une âme. En même temps, j’étais une sorte d’être privilégié, divin… Mais tu sais, tout ça c’est surcoté. Largement ! ça craint d’être apparenté aux divinités. Ce sont souvent des grosses connes et des sales cons qui pensent détenir la vérité absolue. Mon créateur disposait de moi et de ma vie selon son bon vouloir. Tu m’étonnes que je me suis barré !” Plaisantait-il peu adroitement pour dissimuler sa gêne. Il n’avait pas osé, précédemment, faire ce dont il avait vraiment envie et cela l’embarrassait. “Enfin, bref… Peu importe d’où on vient, en vérité on est tous dans le même merdier. On essaie de se démerder avec ce qu’on a, et tu t’es admirablement dépatouiller de ta situation. T’es brillant, Enki. Mais tu persistes à pas vouloir le croire, c’est ça le pire. Mais bah, tant pis ! Moi je te montrerais sans relâche à quel point t’es formidable !

Hidan se sentait décontenancé par ce même soucis qui persistait: quel imbécile il avait été de ne pas saisir sa chance à temps ! Et en même temps, il se sentait coupable d’avoir voulu l’embrasser. Ce dernier se gratta à l’arrière de sa chevelure comme un abrutis gêné le ferait. Comme pour couper court à cet embarras persistant, ce dernier se mit en mouvement.

Tu sais quoi ? J’ai une idée ! On en est aux confidences, pas vrai ? Alors jouons !

Il reprit la main d’Enki dans la sienne pour le tirer gentiment sur l’un de ses canapés. La table-basse en face d’eux renfermait en réalité un bar en son sein. Il l’ouvrit, sortit des verres, des shooters, une multitude d’alcools, et commença à servir de l’absinthe dans les fameux shooters. (héhé :p)

Je te proposes que pour chaque shooter bu par l’autre, on doit révéler un secret qui nous concerne. Aller ! fait pas cette tête, combien d’occasion de se foutre la honte on aura comme ça, hein ? ! Si on ne le fais pas maintenant, on osera plus jamais ! Ce soir, c’est spécial après tout ! Ce soir, c’est juste toi et moi.

Et ces dernières paroles raisonnèrent si fort dans son coeur qu’il crut qu’il allait jaillir de sa poitrine et, tomber pile poil entre les mains d’Enki.
Contenu sponsorisé

[PV] L'ange des noëls passés. Empty
MessageSujet: Re: [PV] L'ange des noëls passés.   [PV] L'ange des noëls passés. Clock
 
[PV] L'ange des noëls passés.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [UPTOBOX] Puff, Puff, Pass [DVDRiP]
» Village Hentaï
» [UploadHero] On a retrouvé la 7ème compagnie [DVDRiP]
» [UploadHero] Marius [DVDRiP]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPGDBZ :: RPG :: RPG Flashback-