Partagez | 
 

 Soif de sang [PV]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Zer0
Zer0
MJ
Masculin Age : 24
Date d'inscription : 30/10/2017
Nombre de messages : 158
Bon ou mauvais ? : Neutre
Zénies : 1000

Techniques
Techniques illimitées : Leurr3 / Rech4rge / Surexcitati0n
Techniques 3/combat : Perf0rateur / Marque de M0rt
Techniques 1/combat : M0isson M0rtelle

MessageSujet: Soif de sang [PV]   Dim 4 Nov 2018 - 17:21
Une bourrasque se leva sur les plaines sablonneuses de Héra, sous un soleil qui semblait tout engloutir de sa chaleur suffocante. Les grains de sable dévalèrent le long des dunes et vinrent terminer leur course contre la porte rouillée d'un hangar enseveli dans le désert, gardé par des soldats de races et d'horizons différents — ayant toutefois un unique point commun : leur allégeance prêtée au puissant Empire Cold. Sous leurs lourdes armures, ces derniers tentaient tant bien que mal de patrouiller sous l'atmosphère invivable de la planète et de rester alerte face à la silhouette qui venait de se dessiner dans la tempête, ayant visiblement échappé à leur vigilance qu'ils auraient pourtant juré infaillible.

Une voix mit en garde l'étranger qui venait de fouler les limites du périmètre.



"Halte !"


Mais ce dernier continuait d'avancer sans considération aucune, comme s'il ne craignait ni rien ni personne sur cette terre.


"Au nom de l'Empire Cold et de l'Inquisitrice Shemesh, ne faites pas un pas de plus !"


Les canons furent touts braqués en un même mouvement vers cet inconscient qui ne semblait nullement inquiété par la perspective de trouver une mort certaine, le corps réduit en une bouillie informe sous l'impact de milliers de balles.


"U-Un pas de plus, et nous ouvrons le feu !"


Voyant que les avertissements ne furent d'aucune utilité face à l'avancée téméraire de leur cible, l'hésitation qui régnait jusqu'alors chez la cinquantaine de soldats présente sur les lieux se transforma en adrénaline et ils mitraillèrent l'indésirable sans aucun ménagement, confiants en la puissance de feu octroyée par le grand Empire qu'ils servaient corps et âme. De toute manière, qui oserait se dresser devant ceux qui ont conquis de multiples planètes, asservis des centaines de peuples, réduit en esclavage d’innombrables ethnies, en espérant ensuite s'en tirer vivant ?

Une épaisse fumée causée par leurs tirs incessants vint inéluctablement obstruer leur champ de vision. Dans leur précipitation — et cette audace propre à ceux qui se pensent invulnérables de par leur subordination, ils pensaient s'être assurément débarrassé de l'imprudent qui s'était enhardi à ignorer leurs ordres. "Que cela serve de leçon à ceux qui désobéissent au glorieux Empire Cold !" clamèrent-ils, abaissant leurs armes, l'esprit débarrassé de toute inquiétude.

Et ce fut à cet instant précis que leurs destins furent scellés.








Des hurlements appelèrent aux renforts mais en vain ; les gorges avaient déjà été sectionnées avant même que les voix n'aient eu le temps de s'évanouir dans les airs. Le sifflement d'une lame donna la réplique à la cadence des balles, dont aucune n'atteignit jamais son but tant ce dernier défiait perpétuellement les lois de la réalité à chacun de ses mouvement ; intouchable, indiscernable, intangible presque... et pourtant si frêle d'apparence, dissimulé derrière une combinaison qu'il portait à même l'épiderme, ne laissant en aucun cas découvrir la moindre de ses faiblesses. Et quand bien même les tirs des mitrailleuses effleureraient la surface de son camouflage optique, nul ne saurait dire s'ils s'étaient effectivement logés dans son corps, ou si l’œil derrière le viseur de l'arme s'était laissé duper par l'une des images rémanentes laissées dans le sillage de l'assassin. Une route pavée d'entrailles et de sang. Une route formée par le temps qui s'écoule inlassablement sans que rien ne puisse mettre fin à l'existence de celui qui la parcourt, pas même lorsqu'il voyait de temps à autres tous ses doutes, ses états d'âmes et ses incertitudes balayés par cette grande niveleuse qu'est la Mort. En attendant il s'en était fait l'avatar, émissaire dont nul ne comprend le message mais dont on redoute l'augure, tueur à gages dont la réputation n'a d'égal que l'expertise, nombre dans l'infini dont il paraitrait qu'il est impossible de compter les millénaires d'existence, être entouré de mystères qu'aucune personne ne pourra prétendre résoudre de son vivant.

La lame radiante vint de nouveau trouver place dans son fourreau alors que le dernier de ses adversaires se trouvait maintenu à terre, son torse écrasé de manière à ce qu'il puisse continuer à respirer sans être capable de se mouvoir d'un seul millimètre sans voir les précieuses secondes qu'il lui restait a vivre s'écouler plus prématurément encore. Ses yeux s’écarquillèrent de terreur à la vue de son tortionnaire désespérément inexpressif qui le fixait sans mot dire, appréciant visiblement le battement à tout rompre de son cœur sous sa botte. Dans un acte que l'on ne saurait dire brave ou insensé, il décrocha péniblement sa mâchoire avant de parvenir à articuler quelques mots d'un ton arrogant :

"T... Tu as beau être f... fort... assassin...t...tu n'es rien comparé à ce qu... qu'elle est capable de f... faire s...subir à un être viv—"

Son corps fut parcouru d'un ultime spasme d'angoisse en sentant le fil de la lame gorgée de vermeil mordre sa jugulaire. Son porteur se pencha au-dessus de son visage, d'un air presque pensif, avant de laisser échapper un doux vrombissement de sous son casque.

" Continue. "

L'hémoglobine ne tarda à se répandre dans la gorge de sa dernière victime, noyant ce qui restait de son semblant de témérité dans un râle sourd et pénible.

"Sh... Shem... esh... t... t'auras, peu imp... porte où tu... tu te trouves..."

Rendant son dernier souffle, son esprit délirant lui fit émettre une dernière supplique, qui lui fut refusée alors qu'il se voyait offrir la fin tant espérée de ses souffrances.

"Glo... gloire... à—"

L'effusion de sang vint teinter la visière d'obsidienne du tueur, qui fut ornée à ce même moment du "0" éponyme qui marquait le point final de chacune de ses performances macabres.

Zer0 se retourna lentement, posa son regard sur la trentaine de soldats pourtant entrainés et aguerris qu'il venait malgré tout d'éliminer sans ciller une seule seconde. Était-ce de la légitime défense, ou avait-il consciemment décidé de leur ôter la vie — par volonté ou par ennui, qui sait ? Après tout, ils étaient un obstacle à sa progression vers la base de lancement et avaient menacé d'ouvrir le feu s'il s'approchait d'un pas de plus. Ce qu'ils avaient fini par faire ; et voilà où cela les avaient mené.

" Le chien aboie, la caravane passe. " récita-t-il en haussant les épaules, comme si cette locution entendue il y a bien longtemps pouvait bien justifier l'acte inhumain qu'il venait de commettre.

Mais malgré le passage de la caravane, il subsistait des aboiements. Des éclats de voix lointains, des cris de douleurs, des membres éparpillés ; une mélodie que le Nombre connaissait sur le bout de ses quatre doigts. Une mélodie dont il semblerait qu'il ne soit pas l'interprète. Il contourna le hangar, s'enfonçant plus loin encore dans la tempête qui se levait. Il fut accueilli par quelques balles perdues — il laissa un de ses leurres les recevoir à sa place — avant d'être pris au cœur de l'échauffourée qui avait pris place depuis il ne sait combien de secondes.

Il fit jouer de sa Muramasa, virevoltant entre les tirs, tirant avantage de l'environnement hostile pour mieux disparaitre aux yeux de ses adversaires. Un geste, un mort. Il n'y avait besoin de guère plus pour accomplir son devoir, le devoir d'un assassin qui se plait à accélérer ou retarder la fin de toute vie tel le plus mortel des présages. Sa lame vint naturellement trouver la voie la plus adaptée vers les points vitaux de ses opposants, comme une extension de son propre corps à laquelle il lui suffisait simplement de penser pour qu'elle agisse, comme si elle avait une volonté qui lui était propre et qui s'accordait à celle de son porteur. Elle vint croiser l'éclat d'une autre lame au beau milieu de l'incessante nuée, ce qui encouragea le chasseur d'arches à interrompre promptement son action. Dès l'instant où ce bref contact fut établi, il sut qu'il était en présence d'un adversaire bien plus émérite que toute ces pions sur l'échiquier de l'Empire Cold — le sang qui coulait à flots entre les corps grossièrement découpés ne s'était pas versé tout seul.

" Un désir de mort, hein ? "

Il matérialisa hors de son inventaire la mitrailleuse DAHL à laquelle il avait jusque là décidé de ne pas avoir recours. Être virtuellement inatteignable ne signifiait pas qu'il faille se passer de prudence. Il rechargea tranquillement son arme alors que l'épaisse tempête de sable commençait à se dissiper, lui permettant de voir plus clairement quelle allait être sa prochaine rencontre sur ce champ de bataille.
Sid Zikerbana
Sid Zikerbana
Moojuu
Masculin Age : 43
Date d'inscription : 04/01/2017
Nombre de messages : 88
Bon ou mauvais ? : Insatiablement Mauvais
Zénies : 990

Techniques
Techniques illimitées : Tsuchi Maho // Teleport Slider // Lightning Shower Rain
Techniques 3/combat : Blades Fire // Killing Ring
Techniques 1/combat : Jaw's Fire

MessageSujet: Re: Soif de sang [PV]   Sam 10 Nov 2018 - 23:34
Du sable, du sable, et encore du sable ! Cette planète ressemblait à un immense désert qui, quelque fois était parsemé de bâtiments et avec un peu de chance regroupait quelques individus. Le soucis, c'était que depuis qu'il avait quitté les Bains de Régénérations, l’inarrêtable Sid Zikerbana avait continué sa course folle sans trouver de la chair à cisailler, et ça commençait doucement à le faire chier. Comme à son habitude il ne s'arrêtait jamais, telle l'aiguille d'une horloge qui courait après le temps. Sauf que lui c'était pour infliger la mort qu'il continuait sa chevauchée et tant qu'il n'aurait pas trouvé le moyen de faire couler quelques gouttes de sang il serait comme un camé en manque d'une petite dose. Chacun avait ses petits vices, après tout.

Sans surprises, le Moojuu s'était aventuré dans une région qu'il ne connaissait pas, comme tout le reste de la planète d'ailleurs, qui était à découvrir pour lui de toute façon. Cependant, ses ambitions n'avaient rien à voir avec le tourisme et sa recherche de divertissement semblait enfin porter ses fruits. On ne savait pas combien de kilomètres il avait parcouru, lui non plus d'ailleurs, mais on pouvait soudainement voir sur son visage qu'il avait enfin trouvé ce qu'il voulait. Le masque de la satisfaction dessinait son faciès, ses canines s'affichaient dans un sourire carnassier lorsqu'il compris qu'un peu plus loin dans le désert quelques pauvres âmes n'attendaient que sa venue pour être supprimées. Il pouvait en effet sentir plusieurs énergies au loin, pas forcément très fortes mais c'était tout ce dont il avait besoin pour s'éclater comme un petit fou. D'ici il n'y voyait pas encore grand-chose alors qu'il n'avait pas arrêté sa course mais l'excitation commençait déjà à s'emparer de lui. Alors que jusqu'ici il semblait se retenir, pas encore sûr d'y arriver rapidement, plus il se rapprochait plus il avait du mal à cacher sa joie. Il se mettait à bondir, à sautiller, à courir de façon totalement aléatoire comme un enfant à qui on avait promis d'aller lui acheter des jouets.

"Kiihihihi... KHAHAHAHA HAHA !! HOHOHO !! HOHOHO !! KHAHAHA HAHA !! KHAHAHA HAHA HAHA !! YEAAAH !!"

Il semblait être entré dans une espèce de transe et ne pouvait plus se retenir de ricaner, avec une tête de prédateur complètement hystérique, la gueule bien grande ouverte qui laissait échapper sa langue. Une scène quasiment cartoonesque qui le faisait passer pour le pire des tarés... Mais après tout il l'était. Et cacher sa joie ce n'était pas vraiment son fort, on pouvait le remarquer.

"KIAHAHA HAHA HAHA !! Par iciiii mes petits hihi !! HOHOHO !! VENEZ VOUS FAIRE TRUCIDEEEER !!!! " Il se rendit alors compte qu'il s'approchait de plus en plus de la zone où il y avait du monde et voulu se faire plus discret, alors il mit sa main devant sa bouche et chuchota avec plus ou moins de réussite."Kéhéhé... Mes petits... Venez mes petit, je vais vous TAILLADER !! Oups... Kéhéhé héhé haha... Hoho ho !"

On ne pouvait probablement pas être plus ravi que lui à ce moment là. L'idée d'arriver rapidement jusqu'à ses futurs cibles lui donnait une énergie d'enfer, il avait accéléré la course, laissant traîner derrière lui une épaisse fumée tracée dans le sable, et pour ne pas être repéré il se mordait la lèvre inférieure pour ne pas gueuler comme un idiot et donner sa position. Il se dépêchait comme s'il avait peur que ces pauvres âmes disparaissent tous d'un coup... Et cette crainte était peut-être justifiée. En effet, les auras qu'il ressentait s'éteignait une à une soudainement, lui mettant un peu plus la pression. La surprise fut un tel choc qu'il s'arrêta soudainement, manquant de peu de planter sa patte dans le sol et se vautrer lamentablement. Des veines ressortaient sur son visage et sur chacun de ses membres.

"QUOIIII ? Non  Non non non non NON NON NON NON NON NON NON !!!! PUTAAAAIIIIN !!!!!"

Il se remit à courir au rythme de l'intonation qu'il plaçait dans chacun de ses mots. Il y était presque, un bâtiment se tenait au loin, il ne voyait personne, ça devait être derrière. Il bondit soudainement et s'envola au dessus du toit, alors que les vies qu'il comptait prendre s'évaporaient sans qu'il ne puisse rien y faire. Il arriva au dessus de la porte d'entrée, le bruit de ses pattes, à l'air, se firent entendre contre le métal du bâtiment lorsqu'il tomba dessus. Accroupis et avec un regard de prédateur, il observait le résultat du carnage qui avait été opéré ici. Il grommela, mécontent de ce spectacle qu'il aurait dû lui-même orchestrer.

"Des corps... Des corps... Plein de corps... Mais sans viiiiie.... Ssssssans viiiieee !"

Celui qui était passé avant lui ne lui avait même pas laissé des miettes, le terrain était jonché de cadavres démembrés et ensanglantés. Un concurrent avait fait le ménage avant son passage, lui avait prit ce qu'il était venu chercher. Ça ne pouvait pas se passer comme ça. Alors que la tempête se levait peu à peu, il redressa la tête, ses oreilles se dressèrent : ses sens étaient tous en éveil. Et surtout il ressentait d'autres énergies par là, dont l'une d'entre elle qui semblait bien plus inquiétante. Le regard du Chien Fou se durcit, trahissant sa colère intérieur mais contrairement à d'habitude il ne s'exclama pas et lâcha quelques mots sur un ton grave de tueur.

"Tu ne vas pas me voler mes proies, connard."

Ses derniers mots furent happés par son mouvement brutal lorsqu'il quitta sa position, s'élançant en direction de là où il grouillait d'énergies à dépecer, mais son envie avait dû être un peu modifié par cette contrariété et le voleur de victimes risquait d'en prendre pour son grade. Sabres de sortis, et la gueule ouverte bien entendu, Sid arriva dans la zone de combat, trancha deux ou trois types sur son chemin en les regardant à peine. Il avait reprit sa course folle mais son objectif ne s'arrêtait plus qu'à de pauvres âmes largement à sa portée. Il découpa les tocards sur sa route, avec une gymnastique qui lui était propre, il avait ciblé un mec en combinaison noir. Le genre de type qui n'avait sans doute pas capté que porter une tenue pareil sous ce soleil de plomb n'était pas vraiment l'idée d'un génie. Zikerbana se rua sur lui, tout en évitant et tuant les débiles autour.

"Toi... Je vaiiiiiiis te déziiiiingueeeer.... Enculéééééé !!"

Sa lame fit tinter celle de l'autre épéiste, qui avait dû ressentir toute sa haine dans chacune de ses frappes. Après son enchaînement, il se retrouva à quelques mètres, presque en train de faire un grand écart, son poing droit qui tenait un sabre le maintenait en équilibre tandis que l'autre se dressait au dessus de lui de façon menaçante. Il était déjà prêt à repartir à l'abordage. Son regard était dur, sa mâchoire était serrée mais laissait découvrir ses dents. L'autre sabreur avait sorti une autre arme, ce qui ne sembla pas effrayer Sid. Ce dernier fit une roulade avant, puis un bond, passant au dessus de l'individu vêtu de noir. Il plaça un coup d'épée pour essayer d'entailler ses mains qui saisissaient l'engin qu'il venait de sortir, puis il retomba derrière lui sur ses pattes et enchaîna d'autres coups d'épée. Il bifurqua finalement sur un côté pour anticiper une éventuelle contre-attaque.
Zer0
Zer0
MJ
Masculin Age : 24
Date d'inscription : 30/10/2017
Nombre de messages : 158
Bon ou mauvais ? : Neutre
Zénies : 1000

Techniques
Techniques illimitées : Leurr3 / Rech4rge / Surexcitati0n
Techniques 3/combat : Perf0rateur / Marque de M0rt
Techniques 1/combat : M0isson M0rtelle

MessageSujet: Re: Soif de sang [PV]   Mar 20 Nov 2018 - 16:24
Au coeur des sables mouvants de Héra, deux silhouettes anormalement grandes se faisaient face sous un soleil de plomb. Deux mercenaires, tous deux possédant des lames aussi affûtées que leurs sens, prêts à tout instant à bondir à la gorge de l'autre. Deux existences qui trouvèrent convergence parmi toutes les probabilités que l'univers puisse offrir, liées par cet élan indicible qui pousse les combattants de tous les horizons à braver leurs limites, conquérir des terres, prouver à quiconque osera défier leur ego qu'ils sont les plus méritants, et inéluctablement réduire à néant tous leurs opposants. Telle était cette loi inscrite dans le temps et les gènes de toute espèce dotée d'instinct de survie ; et quand bien même nul ne savait d'où il venait, l'impitoyable tueur à gages répondant au cryptonyme de Zer0 en avait fait sa ligne de conduite, celle qui lui avait permis d'entrevoir ce qu'il y avait au-delà de la vie, de la mort et des siècles, désirant repousser toujours plus loin les possibilités de son enveloppe corporelle et les frontières de sa conscience, défiant des adversaires toujours plus grands, plus forts, plus dangereux.

Mais contrairement aux créatures que le Nombre avait affronté dans le désert glacé de la planète Freezer, celle qui se dressait face à lui semblait être douée d'intelligence et de parole malgré son gabarit bien trop imposant, en témoignait la profusion de ricanements et d'insultes qu'elle hurlait à tout va tandis qu'elle se débarrassait des derniers soldats encore en vie, découpant tout à portée de ses sabres avec la grâce d'un boucher opérant dans les coins les plus mal famés de Pandore.

"Toi..."

L'anthropomorphe avait beau se tenir voûté, il n'empêchait qu'il le dépassait d'une tête et demi, menaçant et tous crocs dehors, l’œil luisant d'une détermination aussi malsaine que celle qu'il avait pu ressentir lorsqu'ils avaient croisé le fer quelques instants plus tôt : il constituait d'emblée un défi auquel il savait qu'il ne pourrait se défiler — le cherchait-il, de toute manière ? Il ne perdrait pas l’opportunité prouver sa valeur si la possibilité se présentait à lui.

"Je vaiiiiiiis te déziiiiingueeeer..."

Qu'est-ce qui pourrait pousser un être sentient à commettre le mal ? Zer0 ne pouvait à proprement parler ressentir les auras, mais il avait ce sixième sens qui lui permettait en quelque sorte d'appréhender l'alignement moral de ceux contre qui il se battait — à raison lorsqu'il s'agissait de l'un de ses homologues. Et même sans cette intuition fort avantageuse dans la lecture de la toile karmique, les gestes du molosse parlaient d'eux-même. Des incisions grossières, des gestes démesurés, une respiration saccadée. Des éclaboussures rutilantes qui projetaient une odeur âcre sur le sable brûlant. Une tension démente dans le regard, une gueule béante qui ne semblait jamais pouvoir être rassasiée, un franc-parler qui ne laissait paraitre aucune ambiguïté quant à ses intentions belliqueuses. S'il venait à s'en faire définitivement un adversaire, l'issue de leur rencontre sera sans aucun doute vouée à être marquée dans la violence ; et au vu de la situation actuelle, le temps de raisonner le guerrier hystérique d'une quelconque façon était bel et bien révolu — surtout lorsque ce dernier avait déjà reprit son assaut, de toute évidence décidé à verser le premier sang.

"Enculéééééé !!"

Le Chasseur de l'Arche effectua un tir de sommation en visant sa tête mais le Chien Fou fut plus rapide et entreprit de le désarmer après une feinte agile qui ne manqua pas de le surprendre agréablement. La pointe des deux sabres de son adversaire manqua de transpercer ses omoplates alors qu'il faisait volte-face pour récupérer sa mitrailleuse, mais il ne se laissa pas démonter pour autant et laissa un leurre pour tromper les sens de son opposant, le temps pour ses doigts de retrouver leur position sur la gâchette puis de tirer une seconde salve à hauteur de son torse.

" Comme c'est amusant / Tu as causé ta propre perte / Ton heure appproche. "

Mais comme s'il avait vu à travers son illusion rémanente, ce dernier pivota nerveusement vers la gauche et trois des cinq projectiles vinrent se perdre dans un bruit assourdissant à travers la façade du hangar devant lequel ils s'affrontaient.

Le tueur à gages réapparut de nouveau, à une distance respectable de son adversaire du jour, tirant quelques conclusions de cette première approche forte en rebondissements inattendus. Deux tentatives lui avaient suffi pour comprendre que l'anthropomorphe comptait non seulement sur sa brutalité et l'avantage que lui offrait sa forte carrure, mais également sur l'adrénaline dont il était submergé pour prendre ses proies de court et décupler son agilité naturelle ; il n'avait donc pas détecté son leurre mais avait tout simplement eu un excellent réflexe. Un mercenaire suffisamment entrainé, de toute évidence — mais à la solde de quel employeur ? Il ne pouvait s'agir de Freezer, cela n'aurait aucun sens après l'entrevue élaborée qu'il lui avait réservé. Et si le Beau Jack avait effectivement déjà retrouvé sa trace lors de sa confrontation avec le dénommé Quatre, nul doute qu'il aurait envoyé un second homme de main terminer le travail que le premier n'avait pas réussi à accomplir. Cette dernière pensée laissa le Nombre songeur de nouveau, mais il préféra aussitôt céder l'intégralité de sa conscience au sentiment mordant qui saisit tout son être — l'appel du combat, lorsque le monde autour disparait et que tout ce qui importe est de se battre jusqu'au dernier souffle, une accoutumance à laquelle son corps et son esprit s'abandonnaient volontiers. Si le Chien Fou n'avait rien de plus à apporter que son univers de violence et de démence, alors il ne sera qu'un contretemps parmi tant d'autres dans le déroulement de sa destinée et se devra donc d'être éliminé sans hésitation.

Il raccrocha sa mitrailleuse dans son dos et porta ses doigts à sa lame ; après avoir jaugé la situation, il était temps de passer aux choses sérieuses et donc de faire jeu égal avec son opposant. Un éclat de lumière vint scintiller le long du tranchant bleuté alors qu'il se préparait à répondre à toute éventualité de la part de la bête hystérique. Dès l'instant où ce duel sera lancé, il savait pertinemment que la seule issue permise serait la mort de l'un d'eux au profit de la survie de l'autre — telle était la règle à laquelle aucun être de leur acabit ne pouvaient se soustraire. Lorsque l'on sème la mort, il faut s'attendre à la récolter.

" Une opportunité de combattre / Une offre que je ne peux refuser / Me voilà enfin prêt. "
Sid Zikerbana
Sid Zikerbana
Moojuu
Masculin Age : 43
Date d'inscription : 04/01/2017
Nombre de messages : 88
Bon ou mauvais ? : Insatiablement Mauvais
Zénies : 990

Techniques
Techniques illimitées : Tsuchi Maho // Teleport Slider // Lightning Shower Rain
Techniques 3/combat : Blades Fire // Killing Ring
Techniques 1/combat : Jaw's Fire

MessageSujet: Re: Soif de sang [PV]   Sam 24 Nov 2018 - 14:42
Pour égayer le combat qui se profilait, les deux manieurs de lames avaient orné le sable de jolis corps bien découpés, bien saignants, comme pour annoncer la couleur de ce duel qui promettait d'être violent. Les pauvres soldats, qui n'étaient que les victimes collatérales de leur soif de meurtre avaient très vite été relégués au second plan. Comme s'ils n'étaient plus que des obstacles mineurs pour les deux mercenaires et rajoutaient simplement un peu plus de piment à cet affrontement dont les enjeux étaient encore flous mais dans lequel la mort flottait juste au dessus d'eux.

Sans se lancer dans de grands discours, ils étaient devenus des ennemis, des rivaux naturels. La chasse était permise mais lorsque deux chasseurs marchaient sur les mêmes plates-bandes alors le combat était inévitable. Un problème pour Sid ? Loin de là. Le Moojuu vivait dans la violence quotidiennement, il tuait telle une brute sans se soucier de qui se retrouvait sous ses lames : il ne cherchait même pas à le savoir. De toute façon il était souvent déjà trop tard pour y penser, sa soif de meurtre prenait toujours le dessus, le poussant à agir comme si sa vie en dépendait. Comme si pour survivre il avait lui-même besoin d'ôter la vie des pauvres âmes venues se placer sur son chemin. Un concurrent ? Ça ne changeait rien. Juste une difficulté en plus, une proie un peu plus dure à cerner. Mais le résultat serait le même. Qui pouvait résister à toute la rage du Chien Fou ? Peut-être quelqu'un d'aussi fou que lui...

Dans son assaut, Zikerbana avait vu sa cible se rebiffer assez rapidement, mais l'agilité et la rapidité du doberman lui avait permis d'éviter ses attaques. Cependant, il n'avait pas réussit à atteindre cet individu mystérieux qui était clairement d'un autre niveau que les pauvres types qui venaient d'être découpés avec une facilité déconcertante. Mais l'homme-chien n'était pas surpris, il s'en doutait après avoir vu le chemin de cadavres qu'avait tracé son concurrent dans son sillage. Il n'était pas du genre à y aller avec le dos de la cuillère habituellement, mais avec lui il s'était directement mit en mode sérieux, en ne négligeant aucun de ses mouvements. Lorsqu'il s'agissait de combats et lorsque des proies étaient en jeu, il pouvait se montrer très intelligent. Sid s'était d'ailleurs mit immédiatement en position de combat après ses attaques et n'avait essuyé qu'une réplique pitoyable de l'autre sabreur. Un détail le dérangeait d'ailleurs chez lui : il possédait une épée mais préférait se battre aussi avec sa mitrailleuse, chose qui n'était pas digne d'un sabreur aux yeux du Moojuu. Non pas qu'il était à cheval sur un combat loyal mais il trouvait que ce genre d'armes étaient celles des faibles, et c'était encore plus décevant de la part de quelqu'un qui savait manier des lames. Le fait qu'il ne lui faisait pas l'honneur de répondre avec son katana lui faisait grincer des dents et lui donnait encore plus envie de le taillader. Étrangement, son opposant n'attaqua pas de suite, chose qui dérangeait forcément le nerveux qu'était le canidé, qui n'aimait pas attendre que ça bouge.  

"Mon heure apprrrrrroche ? Crois tu que je m’embarrasse d'une horloge ? Pour un type qui a l'air d'y accorder de l'importance, tu prends un peu trop ton temps, à moins que tu comptes me faire mourir de vieillesssssssse ??? Kihihi hih ! DE VIEILLESSE ? C'est ça ton plan ? Tu sera mort bien avant !! Kahaha haha !"

Impatient, évidemment, le Chien Fou entama une course vers le type au casque... Avant de s'arrêter subitement en le voyant en mouvement avec ses bras, pour ranger finalement sa mitrailleuse dans son dos. Décidait-il enfin de lui offrir un combat de sabreurs ? En tout cas il avait surpris l'animal, qui avait fait de grands mouvements avec ses bras et s'était remis en position défensive. Finalement, il ne répliqua que quelques mots... Encore.

"Prêt ? A mourir, je suppose ? Kiiiiihihi hihi haha haha !! T'inquiètes pas pour ççççça !! Tu vois les types que t'as tué au sol : ils étaient à moi ! Et pour te récompenser de ce vol je vais t'allonger à leurs côtés, pour ton dernier sommeil.... Nyéhéhé ! Kaha haha haha !!"

Sid était évidemment de mauvaise foi, il aurait volé cent fois sont adversaire s'il l'aurait put de toute façon. Il était un destructeur et ne se permettrait pas de laisser gentiment ses cibles à quelqu'un d'autre. Tout ce qui se trouvait sur son chemin devait périr de ses mains. Le longiligne individu qui se trouvait devant lui refusait pour le moment d'attaquer, mais l'homme-bête n'était pas du genre à patienter, il se jeta à nouveau sur lui, ses pattes s'enfonçant dans le sable chaud formaient une fumée épaisse derrière lui dans sa course. Il attaqua de front avec ses doubles lames, tailladant en forme de X sa cible. Il lui donna ensuite un coup de pied au torse : pas question de reculer. Vif et agile, il se retrouva étrangement accroupis en portant ses sabres à chaque côtés de sa tête, il s'élança finalement en prenant une grande impulsion avec ses jambes pour venir à nouveau découper l'homme masqué avec quelques coups de lames. Le Moojuu retomba sur ses pattes, cette fois debout et droit comme un i, il... Frappa avec sa lame dans le vent ? Non, il venait d'utiliser Teleport Slider pour ramener le corps de l'autre épéiste jusqu'à lui, et au lieu de fendre l'air c'était son corps qu'il pouvait trancher. Il poursuivit en lui faisant un croche-pied tout en lui mettant un dernier coup de lame en le repoussant plus loin.
Zer0
Zer0
MJ
Masculin Age : 24
Date d'inscription : 30/10/2017
Nombre de messages : 158
Bon ou mauvais ? : Neutre
Zénies : 1000

Techniques
Techniques illimitées : Leurr3 / Rech4rge / Surexcitati0n
Techniques 3/combat : Perf0rateur / Marque de M0rt
Techniques 1/combat : M0isson M0rtelle

MessageSujet: Re: Soif de sang [PV]   Lun 3 Déc 2018 - 16:54
"Prêt ? A mourir, je suppose ? Kiiiiihihi hihi haha haha !!"

Telle fut la réponse de son adversaire à la demande en duel qui lui avait été lancé, perdue entre deux hurlements spasmodiques. Se riait-il de son éloquence et de l'allégresse qu'il tirait de mettre les bons mots sur tout ce qu'il entreprend ? Se moquait-il de ce savoir-faire singulier qui est le sien, celui d'aligner les belles paroles comme il aligne les corps ? Ou le prenait-il pour un de ces insolents qui dissimulent une couardise éhontée derrière leurs beaux discours ? Que le Chien Fou soit assuré ; le Chasseur a bien plus d'une corde à son arc et autant de manières de tenir en respect ses proies.

Cependant ; Zer0 ne cherchait pas tant à semer la mort par tous les moyens — quand bien même il ne manquait pas d'audace pour ce faire ; l'amoncellement de dépouilles laissé dans son sillage n'était que la conséquence inévitable de sa quête d'un défi à sa mesure, d'un concurrent qui l’amènera à repousser ses limites, d'un autre prédateur avec qui il se fera un plaisir d'inverser les rôles. Et il espérait bien trouver en l'anthropomorphe à la langue bien pendue un adversaire digne de ce nom.

"T'inquiètes pas pour ççççça !! Tu vois les types que t'as tué au sol : ils étaient à moi ! Et pour te récompenser de ce vol je vais t'allonger à leurs côtés, pour ton dernier sommeil.... Nyéhéhé ! Kaha haha haha !!"







" Défi accepté. "

Ce dernier s'élança sans crier gare, tous crocs dehors, ignorant les sables mouvants qui commençaient à se former sous leurs pieds d'un unique bond en sa direction. Le Nombre accueillit l'impatience de son opposant du jour en déclenchant un Leurr3 afin de tromper cette première offensive. Ce qu'il fit avec succès, le laissant découper et propulser l'image rémanente d'un coup de patte puissant qui vint s'enfoncer en plein diaphragme. Ce fut le moment choisi par l'assassin pour sortir de son invisibilité et d'asséner un coup d'estoc suffisamment maitriser pour espérer désarmer la bête enragée. Mais le canidé s'efforçait lui aussi de rester en perpétuel mouvement malgré son grand gabarit et le pris par surprise, feintant adroitement sa manœuvre pourtant bien exécutée en s'abaissant puis se propulsant tel un missile pour réitérer son assaut. Zer0 laissa ses instincts prendre possession de ses membres pour esquiver un premier coup, parer un second puis un troisième, et finalement encaisser un dernier qui laissa une large entaille au niveau de son épaule droite. Sa combinaison couverte de sable et de rouille prit une belle teinte vermeille à ce même endroit. Un agréable frisson fut envoyé tout le long de son échine.

Il fit un bond en arrière pour lui laisser le temps de se réajuster. Ce premier échange était tout ce qu'il lui fallait pour enfin se sentir vivant, lui qui semait la douleur sans jamais la récolter. Désormais en face d'un joueur de sa trempe, il n'y avait plus aucune raison de garder en main ses meilleures cartes. Devait-il tout donner par respect pour son nouveau partenaire de jeu, ou pour éviter que ce dernier ne le mette définitivement en échec ? La mort ne lui faisait pas peur mais elle contrarierait ses plans. Il était porteur d'une mission, ce divertissement bienvenu ne sera que probablement très court, à son grand regret — et même s'il avait plus de temps à perdre, son adversaire quant à lui semblait très impatient d'en finir. Lui non plus n'avait pas envie de finir à la merci des circonvolutions sablonneuses qui menaçaient de les engloutir sans laisser la moindre trace.

Droit sur ses deux pattes, l'une de ses armes dirigée vers le spadassin, il fendit brusquement l'espace devant lui d'un coup sec, créant une pression dans l'air qui l'attira en sa direction. Bien qu'il comprit ce que le molosse avait l'intention de faire, il savait qu'il était trop tard pour se dégager de l'emprise qu'il avait sur lui, l'amenant à subir son attaque de plein fouet. Il tenta cependant de trouver un avantage dans la situation périlleuse dans laquelle il se trouvait et créa un clone dans la foulée, se laissant tout de même emporter par ce courant qui le forçait inexplicablement à se diriger au contact de son créateur. Il disposait de six secondes très exactement pour se tirer de ce mauvais pas, tirer parti de chacune d'entre elles afin de renverser le cours de la bataille à son avantage était un exercice dans lequel il excellait.

6.

Ses jambes fléchirent, s'enfonçant quelque peu dans le sable brûlant, avant de donner une brève impulsion vers l'avant. Il s'assurait que la trajectoire de son leurre soit plus lente que la sienne afin de se repositionner correctement et appréhender le meilleur angle d'attaque.

5.

Lames apprêtées, oreilles dressées, le querelleur arborait un sourire carnassier sur ses babines. Sa frénésie bruyante avait laissé place à une férocité presque stoïque dans son regard, le moindre de ses muscles tendu et prêt à déclencher l'enchainement meurtrier qu'il réservait à son ennemi du moment.

4.

Zer0 retint son souffle en voyant le fer transpercer la chair de son double comme si de rien n'était. Le sang qui jaillit de ses organes s'écoula généreusement le long des lames du Chien Fou, qui pour autant ne se fendit la gueule d'un hurlement dément en conséquence. Il semblait plus concentré que jamais, comme s'il ne prenait pas cette première victoire comme acquise. Une attitude qui fit naître un sourire intéressé derrière la visière opaque de l'assassin. Il avait bien fait de ne pas se fier aux apparences.

3.

Il n'était pas étranger à ce genre de mise en abime qui l'amenait après coup à questionner l'excitation parfois ressentie suite à une telle contemplation de sa propre mort. Lorsqu'il se voyait ainsi périr dans d'atroces souffrances, il réalisait alors qu'il ne se pensait pas être aussi singulier, à la fois si fort et si fragile bien qu'éternel. L'expérience du temps et du vécu qui passait lui était alors surprenante. L'expérience de l'existence, de ce pourquoi il était encore en vie ; l'expérience de soi.

2.

Le temps parut se figer à l'approche des derniers instants dans lesquels cette autre réalité s'offrait à lui. Cette dimension parallèle qui lui permettait de contempler le monde qui l'entourait à travers un autre prisme, celui de contraintes indicibles qui guident tout mouvement, tout évènement, toute issue sur ce plan de l'univers. Dès lors, un champ de possibles se dévoilait, et il ne lui suffirait que d'une seconde pour prendre la meilleure décision, même si cette dernière impliquait de prendre des risques — lui-même n'était pas à ce point intouchable, après tout.

1.

Il entrevit alors l'opportunité qu'il attendait tant ; dans sa précipitation, le canidé avait laissé une partie de son torse exposée à toute offensive. Cependant, dans la continuité de son mouvement, il était sur le point de repousser le leurre laissé par Zer0 d'un dernier coup de lame qui le forcerait à pivoter dans une direction peu avantageuse. Peu importe. Il était trop tard pour opter pour une autre tactique. Le moment était venu, le manquer signifierait sa défaite imminente.

" Tu es à moi. "

Il attendit que son leurre s'évanouisse tel un mirage pour surgir des sables mouvants, vif comme la brise impétueuse, la pointe de sa lame décrivant une trajectoire parfaite vers son flanc gauche en direction du cœur. Une douleur lancinante bloqua son geste au niveau de l'épaule ; la déchirure causée à cet endroit quelques instants plus tôt vint le relancer au moment où il s'y attendit le moins. Son geste ne sera pas parfaitement exécuté de bout en bout mais il s'était assuré d'être en mesure de le transpercer suffisamment près de ses points vitaux pour le laisser durablement affaibli. Il se projeta dans la même direction où son leurre était supposé se faire repousser, laissant l'illusion d'une estocade venue de nulle part. Il voulait s'assurer jusqu'à quel point le bretteur anthropomorphe était capable — ou non — d'entrevoir ses manœuvres lorsqu'il était invisible.

Il se redressa calmement, ignorant les palpitations insistantes de sa blessure. Il doutait d'avoir porté le coup de grâce aussi tôt dans leur affrontement mais se contenta d'observer les réactions de son adversaire tant qu'il se trouvait hors de sa portée, tel un prédateur se jouant des souffrances d'une proie pourtant plus grosse et plus menaçante que lui. Allait-il se relever ? Riposter ? Succomber à ses blessures ? Non. Pas si vite. Zer0 espérait bien que cet adversaire dont il ne savait le nom saura lui offrir un spectacle mémorable, au milieu de cette myriade de dunes dont il commençait à se lasser.


Dernière édition par Zer0 le Jeu 24 Jan 2019 - 10:54, édité 1 fois
Sid Zikerbana
Sid Zikerbana
Moojuu
Masculin Age : 43
Date d'inscription : 04/01/2017
Nombre de messages : 88
Bon ou mauvais ? : Insatiablement Mauvais
Zénies : 990

Techniques
Techniques illimitées : Tsuchi Maho // Teleport Slider // Lightning Shower Rain
Techniques 3/combat : Blades Fire // Killing Ring
Techniques 1/combat : Jaw's Fire

MessageSujet: Re: Soif de sang [PV]   Ven 7 Déc 2018 - 23:14
Malgré les menaces, le guerrier au casque ne sembla pas frémir face à toute l'énergie destructrice du doberman qui se ressentait rien que dans ses mots, dans son souffle de prédateur. Il devait sentir cette soif de meurtre émanant du Moojuu mais n'avait pas peur. Sans doute parce qu'il était comme lui. Il n'avait pas l'habitude d'être la victime, habituellement c'était lui qui distribuait la mort et son expérience devait l'aider à pouvoir y faire face lorsqu'il se retrouvait juste devant elle. Sid l'avait amenée avec lui, mais il avait bien compris que face à ce mystérieux personnage elle pouvait aussi s'abattre sur lui. En cherchant des pauvres âmes à prendre, il en avait trouvé une bien plus difficile à retirer et qui lui promettait un duel dantesque, où les deux sabreurs risquaient clairement leur vie. Ce n'était pas vraiment dans les plans du canidé de se retrouver à croiser le fer avec un tel adversaire, mais qu'importe, si au final il réussissait à se débarrasser de lui alors sa joie serait bien supérieur à celle qu'il ressentait d'habitude, en tuant des cibles beaucoup plus faciles à éliminer.

Voyant que le longiligne épéiste se faisait attendre pour poursuivre les hostilités, le meurtrier s'était rapidement élancé devant ce manque d'initiatives. Il s'était un instant demandé si celui qu'il affrontait avait bien conscience de la situation, rester amorphe devant le Chien Fou était une erreur qui pouvait coûter cher. Mais peut-être que les intentions du guerrier sans nom étaient avant tout d'observer les faits et gestes de son opposant, d'analyser sa manière de se déplacer, de frapper... D'en apprendre plus sur lui, tout simplement. Cependant, il n'aurait pas le temps de faire une étude complète sur le cabot, celui-ci était bien trop impatient pour prendre le temps de la pose, il ne s'arrêtait jamais et n'avait pas l'intention de le laisser comprendre comment il comptait se débarrasser de lui.

Sid avait choisi une attaque de front et il se heurta à une illusion au moment de le frapper avec sa patte. Celle-ci avait sembler plonger dans le corps de sa cible avant que la silhouette ne s'efface suite au mouvement. Il était capable de tromper la vigilance de ses adversaires, et les sens aiguisés des Moojuus ne suffisaient pas à y voir plus clair. Cependant, après cette tentative manifestement ratée, celui qui portait deux sabres était prévenu et il pouvait désormais mieux anticiper l'action de l'autre sabreur. Le combat, c'était ça aussi : apprendre sur le tas, être surpris et s'adapter, rapidement. Oui, rapidement car quand on parle de combat à mort il vaut mieux ne pas être trop lent. Ça tombait bien, Zikerbana était un rapide, peut-être un peu trop, mais c'était simplement parce qu'il était toujours très pressé à tuer sa prochaine victime. Le prochain à éventuellement tomber sous les coups du Chien Fou, justement, avait du répondant. Un coup d'estoc bien placé avait faillit faire perdre l'une de ses arme au fidèle partenaire de Kym, mais un réflexe en tirant son bras en arrière lui permis de garder la main sur son précieux. En revanche, la lame avait marquée sa chair à l'avant-bras, lui causant une légère douleur qui ne se traduisait cependant pas sur son visage. Ses crocs étant déjà sorties il serait difficile d'interpréter de la douleur sur sa figure. Il avait continué sans s'arrêter sur ce détail mais ses coups avaient été habilement évités par le combattant vêtu de noir. Excepté le dernier, qui avait fait mouche et tira un sourire à son auteur, satisfait de sa prouesse.

"Alors comme çççça.... Tu n'es pas un robot ?! Kékéhéhé héhé héhé !!"

Une question rhétorique du Chien Fou, qui s'imaginait bien avoir à faire à un être organique, mais l'accoutrement que portait son concurrent pouvait laisser place à une grande imagination concernant son identité. Il semblait décidé à vouloir ne rien dévoiler de sa personne, et c'était amusant d'avoir réussit à dévoiler de lui quelques gouttes de sang. Mais cette satisfaction ne devait pas rester sans suite et le doberman avait poursuivit son action en utilisant Teleport Slider pour se donner davantage de chances de découper son adversaire du jour. Malheureusement celui qui lui faisait face avait une nouvelle fois utilisé son leurre, s'étant sans doute dit qu'il était l'heure de le faire. L'homme-chien fut dans un premier temps ravi de percer la défense du guerrier masqué mais il comprit que quelque chose n'allait pas, il ne ressentait pas ce plaisir au goût si spécial lorsqu'il tuait quelqu'un. Quelque chose clochait et il le vit rapidement, mais c'était malheureusement déjà trop tard. Un autre adversaire identique sortit de nulle part pour le trancher, grâce à ses réflexes et le fait qu'il portait deux armes, il put plus rapidement intervenir et éviter que son cœur ne soit transpercé si facilement. Il bloqua avec son sabre gauche qui était plus proche et frappa à retardement avec le droit. Insuffisant pour se protéger d'une attaque à bout portant comme celle-ci, mais précieux pour ne pas rencontrer la mort si tôt dans le combat. La lame marqua un trait de sang partant de son torse et se dessinant jusqu'à son flanc gauche. La blessure n'était pas profonde mais quelque peu gênante.

"Ordure !! Je vais te tueeeeeeer !!"

L'illusion avait provoqué chez lui un manque de certitudes concernant la position de l'autre mercenaire, mais comme Sid était du genre à réagir aussitôt plutôt que de mettre du temps à répliquer, il donna tout de suite une réponse, alors que son corps était encore en train de tomber en arrière après qu'il se soit reculé par réflexe. Dans sa chute, son bras droit passa devant lui, et une vague d'aiguilles énergétiques balaya tout ce qu'il avait devant lui. C'était Lightning Shower Rain. Il n'était pas sûr de la position du troisième membre des Daft Punk mais l'attaque qu'il venait de subir venait de face et il avait réagit assez vite pour envoyer son attaque. Avec un peu de chance il aurait été touché par la vague d'énergie avant de pouvoir s'éloigner de là. Quant à lui, il tombait en arrière, mais il profita de ce mouvement pour faire une roulade dans le sol, et son corps très entraîné à toutes sortes de gymnastique lui permis de se relever directement en utilisant la force de ce mouvement qui le redressa aussitôt. Il était de nouveau debout, armes en chaque mains, les bras écartés et lames vers le sol.

"Je vais m'assurer que ce soit ton ultime affront... Avant ta mort !!"

Le sol trembla soudainement alors que le doberman restait droit avec un regard glaçant qui fixait son adversaire. Mais alors que le sable palpitait de façon inquiétante il décida de courir droit devant lui, droit devant l'adversaire qui devait désormais lui faire face. Cependant, avant d'arriver jusqu'à lui, une vague de sable devenue dure frappa le combattant en costume sur sa gauche. Il s'agissait bien sûr de l'une des créations de Sid via sa technique Tsuchi Maho, on pouvait voir qu'il avait anticipé ce mouvement et avait changé sa trajectoire pour venir taillader l'autre épéiste là où il fallait le réceptionner pour lui faire mal. Comme son homologue armé, il avait décidé de viser le cœur, bien que la précision à cette vitesse et avec les paramètres à prendre en compte telle une éventuelle esquive de son opposant n'était pas optimale. Il espérait au moins le blesser à nouveau mais son adversaire lui réservait sans doute encore bien des surprises.
Zer0
Zer0
MJ
Masculin Age : 24
Date d'inscription : 30/10/2017
Nombre de messages : 158
Bon ou mauvais ? : Neutre
Zénies : 1000

Techniques
Techniques illimitées : Leurr3 / Rech4rge / Surexcitati0n
Techniques 3/combat : Perf0rateur / Marque de M0rt
Techniques 1/combat : M0isson M0rtelle

MessageSujet: Re: Soif de sang [PV]   Sam 5 Jan 2019 - 23:30
Zer0 sentit une douleur atroce engourdir la partie gauche de son cerveau, puis se répandre dans le reste de son corps dans un craquement particulièrement désagréable. Il émit un râle sourd, encore ébloui par la nuée qui l'avait assailli quelques secondes plus tôt. Son exosquelette n'en fut pas endommagé pour autant, mais les éclats de lumière qui avaient virevolté autour de lui en avait érodé les parties les plus exposées aux chocs. Le Nombre mit un instant pour retrouver son équilibre, désorienté par la brutalité de cet impact qu'il n'avait su prévoir, avant de se remettre en garde et ainsi se préparer face à l'offensive que son opposant lui réservait.

Un coup d'estoc fusa vers ses côtes. Puis un second, à peine plus lent cette fois. Son adversaire s'efforçait de lui rendre la pareille dans un déluge d'insultes; néanmoins le Nombre savait que l'entaille laissée plus tôt sur son torse le gênait sérieusement, l'empêchant de se mouvoir comme il le souhaiterait. Il pourrait tirer parti de cette opportunité et élargir cette même blessure de façon à le mutiler davantage ; mais la bête féroce était déjà sur lui et avant même qu'il ne puisse décider de la meilleure stratégie à appliquer pour sortir de cette impasse, son corps avait déjà réagi et s'était dérobé quelques mètres hors de sa portée, évitant que les lames pointues n'aillent bissecter ses entrailles pour lui offrir un aller-retour vers l'au-delà.

Cependant, ce ne fut pas suffisant pour le tirer d'affaire : emporté par son élan, le molosse le percuta de tout son poids et ils roulèrent dans le sable sur quelques mètres jusqu'à enfoncer le portail d'entrée du hangar devant lequel leur combat faisait rage. Ils dévalèrent une légère pente quelques secondes durant avant de se retrouver face contre terre, démunis de leurs armes respectives.

Un " ? " rutilant fut projeté devant la visière du Chasseur de l'Arche alors qu'il tentait tant bien que mal de se relever, contrarié par cette interruption si soudaine. Silencieux, il scruta les environs en quête de l'éclat bleuté de sa muramasa et en profita pour analyser l'intérieur de la planque dans laquelle ils avaient atterri.

De somptueuses colonnades étaient érigées autour d'eux, tamisant la chaleur étouffante du désert. A la base de celles-ci trônaient autant d'assises aussi confortables que des sarcophages, agrémentées de dispositifs visant de toute évidence à ôter les mots et les organes de la bouche des malheureux élus qui viendraient à y être placés. Ces mêmes instruments de tortures aux formes diverses étaient recouverts de sang, de bile ou encore de chair fondue, témoignant de leur récente utilisation à des fins difficilement concevables pour le commun des mortels. La plupart étaient encore à l'usage, agrémentant les organes encore palpitants qui découlaient ostensiblement des corps éventrés ou dégoulinaient hors des épaisses cuves rectangulaires remplies de plomb en fusion disposées ça et là ; le tout formant un spectacle écœurant d'une rare singularité.

Il huma l'air chaud et âcre qui embaumait les lieux, laissant échapper un bourdonnement de curiosité sous son casque alors qu'il contemplait cette fresque aux teintes chaudes et crues, qui n'était pas sans lui rappeler l'oeuvre d'un certain Chiffre vers lequel son esprit allait régulièrement depuis leur  seule et unique rencontre. Puis il se souvint des vaines menaces prononcées par l'un des soldats qu'il avait égorgé quelques temps plus tot — tout ceci serait-il l'ouvrage de la personne portant le nom de "Shemesh" ? En se rendant en ces lieux, allait-il en faire la connaissance ? Qu'est-ce que cette péripétie apporterait à sa quête, de toute façon ?

"Deux meurtriers / En présence d'un troisième ? / Quelle ironie. "

N'ayant pas relâché sa vigilance pour autant, il avait gardé un œil sur son opposant à moitié enseveli dans le sable, désarmé lui aussi. Cependant, rien n'indiquait qu'il ne s'agisse pas d'une ruse de la part du chien fou, mais allait-il avoir suffisamment de temps pour remettre la main sur sa lame avant que l'autre ne fasse de même et prenne inévitablement l'avantage ? Au point où il en était, il serait plus judicieux de tirer parti de ce nouveau terrain de jeu ; c'est ce qu'il fit en laissant une image rémanente derrière lui et glisser dans cet autre plan de la réalité, profitant de ces quelques secondes de battement pour choisir l'arme avec laquelle il allait ouvrir le prochain acte de leur échauffourée.

Ses doigts planèrent au-dessus des outils mis à sa disposition jusqu'à ce qu'ils se saisissent d'une masse aussi épaisse que cloutée, encore maculée de la matière grise qu'elle avait dû faire gicler hors de sa cervelle pas plus tard qu'il y a au moins trois jours. Dès l'instant où ils en effleurèrent la surface froide et rugueuse, c'est comme s'il l'avait tenue en main depuis toujours, quand bien même sa forme et son poids étaient bien trop grossiers à son goût comparés à la légèreté et à l'élégance de son éternelle partenaire de bataille. Quel tueur à gages craint et réputé serait-il s'il n'était pas capable de s'adapter, d'improviser et de surpasser n'importe quelle situation à laquelle il était confronté ?

Il y avait un moment qu'il ne s'était pas adonné à de tels corps à corps avec un autre capable de faire jeu égal, lui qui était maître dans l'art de le laisser ne serait-ce que la possibilité à ses malheureuses victimes que de soupçonner la présence de leur bourreau. Il avait cru voir cette opportunité survenir lorsqu'il avait croisé la route de l'extravagant Masque de Fer, ayant vu en lui le plus digne de ses adversaires, mais ce dernier ne lui en avait pas laissé le loisir et avait préféré prendre la fuite après un formidable tour de passe-passe qui lui avait laissé un arrière-goût amer. Depuis, il s'était mit inlassablement en quête de ces sensations vives qui le faisaient se sentir vivant, en témoignait l'élimination dans le sang et les cris d'une des troupes armées de l'Empire Cold quelques temps plus tôt. Et il avait fini par trouver ce qu'il cherchait.

Le sang encore chaud giclant sur ses doigts. Les muscles tendus plus qu'ils ne le devraient. Les insultes assourdissantes à ses tympans. Les contusions indiscernables sous sa protection d'obsidienne. Le craquement de ses propres os sous les coups de son opposant. L'adrénaline essentielle qui s'éclatait au fond de sa rétine, jusqu'à ce que tout autour de lui soit blanc. La sensation fiévreuse qui accompagnait cet instant durant lequel tout devenait violent et vital, ces moments où lui et son adversaire flirtaient avec la mort pour mieux attenter à la vie — ces seules évocations suffisaient à le combler d'une ineffable jouissance.

Avait-il finalement trouvé un défi à sa mesure, en la personne de Sid Zikerbana ?

Sa silhouette se dessina de nouveau dans l'espace alors qu'il plaçait la masse à l'aplomb de la tête de son adversaire, la respiration saccadée et le coeur battant. Une douleur stridente ranima la déchirure dans son épaule gauche, mais il s'efforça d'ignorer la distraction offerte par ce stimulus et il l'abattit sur la tempe du canidé sans plus attendre.
Sid Zikerbana
Sid Zikerbana
Moojuu
Masculin Age : 43
Date d'inscription : 04/01/2017
Nombre de messages : 88
Bon ou mauvais ? : Insatiablement Mauvais
Zénies : 990

Techniques
Techniques illimitées : Tsuchi Maho // Teleport Slider // Lightning Shower Rain
Techniques 3/combat : Blades Fire // Killing Ring
Techniques 1/combat : Jaw's Fire

MessageSujet: Re: Soif de sang [PV]   Jeu 10 Jan 2019 - 22:14
La rage semblait avoir prit le contrôle du Chien Fou, qui était devenu un déferlement de violences constant face à son adversaire... Rien d'anormal, en fait. Le Moojuu était une espèce de pile électrique, encore mieux que chez duracell, sauf que lui on ne savait pas combien de temps il pouvait durer à cette intensité là. Il donnait l'impression de ne jamais fatiguer de ses multiples efforts physiques. Ce combat face à l'inconnu vêtu de noir était d'ailleurs un bon test, car il était rare qu'il tombe face à un concurrent qui était, au moins, du même acabit que lui. D'habitude il enchaînait les meurtres sans la moindre difficulté, et ce type lui offrait une résistance bien plus importante. Chose qu'il n'avait pas connu depuis longtemps. Probablement depuis son duel avec Ukurui.

Sid voulait passer à la vitesse supérieur, chacune de ses tentatives échouées l'incitaient à y aller de plus en plus fort. Il s'était jeté sur sa proie avec vivacité, sans trop de calcul mais avec toujours autant de hargne pour être sûr de faire mal. Peut-être un peu trop d'ailleurs. S'il avait réussit à touché son opposant, son élan les avaient aussi tout les deux emportés loin de leur position, les faisant rouler sur de nombreux mètres, jusqu'à une barrière dure contre laquelle ils se heurtèrent... Cette barrière, qui n'était autre que la porte du hangar, s'ouvrit et les laissa entrer sans pouvoir s'opposer à la force de leur chute. C'est à ce moment là qu'ils se séparèrent. Suivant le mouvement, le canin glissa jusqu'à une table couverte d'instruments. Il la brisa aussitôt en la percutant, se faisant ensevelir par la planche en bois qui les portaient tous. Sonné, il resta inerte pendant plusieurs secondes avant que les objets ne se mettent à trembler. Il se releva subitement, les deux poings serrés, comme s'il tenait toujours ses deux sabres, qui n'étaient visiblement plus dans ses mains.

"KAHAHA HOHO HOHO !! Nyéhé héhé !!"

Il gueulait comme un taré alors que son visage dégoulinait de sang, dû au contact sans doute rugueux avec les différents objets qui étaient sur la table. D'ailleurs l'un d'entre eux était resté sur son visage. Il s'agissait d'une sorte de pince avec des piques, qui lui tenait la truffe en s'élevant au dessus de sa tête.

"Snirrrf ! Sniiiirf !! Ça sent le sang !! Kaha ha !! Hum... ?"

La bête remarqua enfin l'arme de torture qui lui picotait le nez depuis tout à l'heure. Il beugla de nouveau en remarquant l'incident, retira l'objet en le balançant derrière lui sans se soucier de ce qu'il pouvait y avoir. Le meurtrier sembla se rendre compte de l'endroit où ils se trouvaient, il faisait des mouvements vifs de gauche à droite avec sa tête en analysant les lieux. Se rendant compte de l'absence des sabres dans ses mains, il regarda ses paumes vides en grognant puis chercha du regard où elles avaient put tomber. C'était à ce moment là qu'il remarqua la présence du guerrier au casque, ou du moins l'image qu'il avait laissée. Cette vision le détourna immédiatement de son but premier, à savoir retrouver ses armes, et dans la précipitation il attrapa le premier instrument qu'il trouva, sans regarder ce que c'était et il se jeta sur son adversaire du jour. Son corps traversa l'illusion alors qu'il avait agit une nouvelle fois avec violence... Mais en vain. Retombant sur ses pattes, il grogna en comprenant la supercherie, l'homme masqué avait encore utilisé sa technique de tout à l'heure. C'est à cet instant qu'il se rendit compte de ce qu'il avait dans la main : une sorte de rouleau de cuisine en métal.

"C'est quoi c'truc ?"

Bien que ça pouvait faire une excellente arme, il préférait largement ses deux lames, qu'il avait hâte d'avoir de nouveau entre les mains. Mais les retrouvailles durent attendre, car il sentit un mouvement derrière lui. C'était son adversaire qui avait trouvé lui aussi un autre jouet que celui qu'il utilisait habituellement. Il vint frapper le crâne du molosse, qui eut simplement le temps de se retourner pour mettre son avant-bras en opposition, mais celui-ci fut violemment frappé par la masse que possédait l’épéiste casqué. La douleur fut immense et le canin plia sous le oup, s'écroulant en se tenant le bras. Il savait cependant que l'autre ne lui donnerait pas de répit, alors il roula sur un côté pour esquiver une éventuelle attaque et ramassa le rouleau qu'il venait de faire tomber. D'un geste rapide il envoya l'arme lourde sur son agresseur, puis se dirigea vers la montagne d'instruments de tortures qu'il avait fait tomber tout à l'heure, faute de retrouver assez rapidement ses lames.

Se sentant pressé par le guerrier en costume, Sid se dépêcha de trouver des armes pour lui lancer. Il n'avait en fait pas bien réfléchit à l'utilité de ces trucs et si leur utilisation serait efficaces contre lui mais il balança rapidement, marteaux, couteaux en tout genre et scies difformes sur celui qu'il affrontait depuis tout à l'heure. Il espérait se laisser du temps pour analyser la situation avant de retrouver ses armes bien aimées. Il attrapa ensuite la table qu'il avait cassée et la renversa encore pour en faire un bouclier. Le doberman se mit derrière pour se protéger et se redressa furtivement uniquement pour lui envoyer tout ce qu'il avait sous la main, même des sceaux ou des os qui traînaient par ci par là. Tout était bon à jeter, non ?
Zer0
Zer0
MJ
Masculin Age : 24
Date d'inscription : 30/10/2017
Nombre de messages : 158
Bon ou mauvais ? : Neutre
Zénies : 1000

Techniques
Techniques illimitées : Leurr3 / Rech4rge / Surexcitati0n
Techniques 3/combat : Perf0rateur / Marque de M0rt
Techniques 1/combat : M0isson M0rtelle

MessageSujet: Re: Soif de sang [PV]   Sam 26 Jan 2019 - 0:12
La respiration du Nombre fut coupée le temps d'un battement de cœur, durant lequel il réalisa qu'il n'avait aucun moyen d'éviter l'impact qui allait endommager sa tempe gauche, déjà fragilisée par un guet-apens antérieur de la part de la bête affamée de violence qui lui servait d'adversaire. De nouveau, un craquement retentit, laissant apparaitre cette fois-ci une profonde fissure le long de la seule protection qui séparait sa boite crânienne de l'atmosphère extérieure et suffocante du hangar. Un sifflement strident résonna au plus profond de ses tympans alors que des dizaines de milliards de signaux électriques jaillissaient depuis son cerveau vers ses extrémités, envoyant une vive douleur dans le moindre centimètre carré de son crâne. Ses doigts se crispèrent et il laissa tomber au sol l'outil avec lequel il s'était apprêté à trépaner son adversaire, des spasmes nerveux contrariant ses gestes, la respiration lourde et saccadée due à la différence de température que son exosquelette ne pouvait plus réguler convenablement.

Il prit quelques secondes pour s'assurer du bon fonctionnement de ses capacités motrices et cognitives : il n'était pas en danger critique — loin de là — mais il sentait que le flegme avec lequel il avait abordé cet affrontement laissait lentement mais sûrement place à une certaine irrationalité dans son fil de pensées. Peu à peu, il sentait ses pulsions de désir et de mort prendre le dessus sur son esprit habituellement rationnel et méthodique. Dès l'instant où il avait cherché à précipiter les circonstances de ce duel, il savait pertinemment qu'il franchirait tôt ou tard ce point de non-retour — en fait, à travers la quête d'adversaires toujours plus dangereux, il désirait absolument trouver ce qui lui ferait s'y confronter.

Et Sid Zikerbana était cet adversaire dangereux.






Il porta ses doigts là où le chien fou l'avait percuté, laissant quelques débris s'effriter au creux de sa main.

" Pas mal. " murmura-t-il, le souffle court.

Derrière sa visière, les muscles de son visage se tordirent en un mélange de stupeur et de jubilation. La puissance du coup avait été telle qu'il pouvait encore la sentir contracter les muscles de sa mâchoire — un coup chargé en adrénaline et en stress, porté dans la précipitation voire peut-être la peur de perdre l'avantage dans ce duel acharné. La peur. La plus authentique et irrépressible de toutes les émotions, celle dont Zer0 se plaisait à contempler les multiples sur les visages de ceux à qui il ôtait la vie, celle que lui-même pouvait ressentir lorsque qu'il était perdait tout contrôle sur le cours des évènements. Mais la peur est une réponse saine. Elle incite à la prudence ; très probablement ce que son adversaire avait fait en se repliant vers une position plus stratégique.

Sa vision grésilla fortement alors que son sens de l'équilibre ne lui permettait plus d'être sur ses gardes, l'empêchant d'anticiper convenablement la trajectoire des projectiles couverts de restes d'organes que la bête enragée envoyait en sa direction. Malgré la douleur qui continuait à se propager dans son système nerveux, ses jambes firent un effort pour se contracter et il bondit vers le déserteur qui avait battu en retraite derrière l'épais plan en cèdre contre lequel ce dernier avait valdingué lors de leur lutte. Des morceaux de fer s'étaient plantés dans la blessure encore ouverte de son épaule, activant en réponse une libération d'adrénaline l'empêchant de faire état de la douleur qui n'avait de cesse de le relancer à chaque mouvement. Des lames crantées circulaires vint mordre dans la chair de sa cuisse droite mais il ne pouvait déjà plus interrompre sa course, se précipitant par-dessus l'obstacle et atterrissant les deux pieds sur les épaules de son adversaire, renversant ce dernier dos contre le sol brûlant, à sa merci.

Instinctivement il voulut dégainer sa lame, mais cette dernière était encore hors de sa portée, quelque part dans les décombres du hangar. C'est en percevant le rythme cardiaque frénétique de son opposant qu'il se sentit pressé par le cours des évènements, redoutant de laisser s'échapper la légère montée d'endorphine causée par leur intense échauffourée ou encore de rater le moment le plus opportun pour y mettre fin. Alors il ne perdit pas plus de temps à déployer quelconque artifice pour assurer ses arrières ou encore à tendre le bras un peu plus loin pour saisir une meilleure arme, et décocha immédiatement son poing dans la tempe droite du canidé.

Crac.

L'assassin n'avait pas autant de force brute que le molosse, mais savait où viser sans aucune hésitation afin de mettre hors d'état de nuire un opposant aussi proche de lui.

Crac.

La paume de sa main alla rencontrer le museau ensanglanté du chien fou et il lui asséna un coup si brutal que la giclée d’hémoglobine qui s'ensuivit finit d'apporter une touche éclatante à la rouille et à la bile dont le sable était déja teinté.

Crac.

Des crocs s'enfoncèrent dans la chair de ses doigts en retour, lui arrachant un grognement furieux. Il éleva son poing ensanglanté au-dessus de sa tête pour aller percuter directement sa mâchoire ; mais quand bien même il sentit ses mouvements gagner en lenteur, les limites de sa lucidité s'étaient déjà effondrées et l'empêchaient de prendre conscience d'à quel point son corps ne suivait déjà plus les instructions de son cerveau, agissant de lui-même, en proie à ses instincts de survie les plus primaires.

Des instincts qui le poussaient à se battre, à tuer, encore et encore et encore, jusqu'à ce qu'il soit le seul à rester debout.


Dernière édition par Zer0 le Lun 4 Mar 2019 - 22:25, édité 1 fois
Sid Zikerbana
Sid Zikerbana
Moojuu
Masculin Age : 43
Date d'inscription : 04/01/2017
Nombre de messages : 88
Bon ou mauvais ? : Insatiablement Mauvais
Zénies : 990

Techniques
Techniques illimitées : Tsuchi Maho // Teleport Slider // Lightning Shower Rain
Techniques 3/combat : Blades Fire // Killing Ring
Techniques 1/combat : Jaw's Fire

MessageSujet: Re: Soif de sang [PV]   Jeu 31 Jan 2019 - 23:04
Battre en retraite n'était pas dans les habitudes du Chien Fou, mais la situation l'obligeait à agir de la sorte. Il n'en était pas vexé, bien qu'il ne voyait pas tout les jours des personnes capable de lui tenir tête. Au moins ça mettait un peu de piment dans ce combat. En plus, ce type en combinaison d'obsidienne avait des techniques qui le déstabilisait très clairement et plus particulièrement sa capacité à leurrer. Un truc qui fonctionnait bien avec Sid qui était du genre à réagir avec beaucoup de rapidité, ce qui pouvait parfois lui porter préjudice. Cependant, il pouvait compter sur son corps ultra-entraîné et ses réflexes pour pouvoir se sortir d'un mauvais pas. On ne pouvait pas dire qu'il ne réfléchissait pas et encore moins dans un combat mais c'était ses instincts de tueurs et de survie qui le guidait et jusqu'ici ça fonctionnait très bien.

Sans s'enquérir de la santé de son adversaire, ce qui serait bien étrange pour quelqu'un qui veut le transformer en confettis, Sid avait balancé tout ce qu'il pouvait à l'autre assassin, dans l'espoir qu'il soit touché par l'un des objets coupants de ce lieu morbide. C'était une chance qu'ils soient entrés dans un tel hangar d'ailleurs, parce qu'en cas de perte de ses armes fétiches, qu'aurait fait le toutou s'il était tombé dans un magasin de peluches ou un vendeur de cheminées ? Remarque, il aurait très bien été capable de lui envoyer des bouts de cheminée à la tronche, ça fait toujours son petit effet quelques briques collées les unes aux autres. Mais tout ça était dans l'attente de retrouver ses véritables outils de divertissements, ses lames de la mort qui lui procuraient une sensation encore plus jouissive au moment du meurtre. D'ailleurs, il serait un peu déçu de ne pas ôter la vie du faux-robot avec ses sabres chéris. Ce serait dommage de gâcher un tel plaisir, d'autant que son opposant n'était pas une victime lambda. Il fallait le cuisiner avec les meilleurs ustensiles. La perte de ses précieuses épées lui donnait un challenge encore bien différent : savoir attaquer et se défendre face à un autre tueur, tout en jouant à cache-cache avec des objets. Ce qui était encore plus difficile à faire qu'avec des êtres vivants qui tentent de se dissimuler. Là il ne risquait pas de déceler un rire ou des sanglots au moment où il se rapprocherait de leur position, elles ne pouvaient même pas lui crier un A L'AIDE comme une petite princesse coincée tout en haut d'un donjon. En même temps, enfermer des épées en haut d'un donjon, ce serait un peu con, non ?

Le cabot était maintenant protégé derrière la table renversée, mais il avait été blessé, ne l'oublions pas. Son bras lui faisait un mal de... Chien. Il lui serait difficile de se battre avec tout ses moyens, s'il retrouvait ses deux armes il aurait sans doute du mal à utiliser les deux en même temps. Mais tout ça il n'y réfléchissait pas trop, bien que la douleur le faisait grimacer. Rester planqué derrière un épais bout de bois n'était pas dans ses plans. Il pouvait se replier mais il n'allait pas non plus fuir la queue entre les jambes. Couché à moitié avec le dos contre la table, il continuait de gigoter, ses sens étaient en éveils, sa tête bougeait dans tout les sens alors que son cerveau imaginait les différents scénarios qui pouvaient s'offrir à lui. Finalement, l'homme au casque retrouva rapidement l'autre duelliste, Sid le sentit arriver et tenta de se redresser mais le poids de l'autre assassin se posa sur ses épaules, l'empêchant de se mettre complètement debout.

"Saloperie... !"

Eut-il le temps d'articuler avant de s'étaler par terre, sous la masse du guerrier mystère. Il n'avait même pas eut le temps de se redresser complètement et dans cette position là il n'avait put que subir. Sid se retrouvait désormais à la merci de son opposant, chose qui n'était pas arrivé depuis longtemps. Il n'avait même pas eut le temps de choper une des armes dégueulasses qui traînaient par terre. Un moment d’hésitation sembla gagner celui qui avait l'avantage mais il réussit à placer un coup de poing en pleine figure du canidé, et un deuxième quelques instants plus tard, faisant couler le sang du Chien Fou sur le sol, qui accumulait les tâches rouges depuis longtemps et pouvait donc désormais ajouter un autre échantillon à sa collection. Sonné, Zikerbana répliqua un instant en mordant ce qui était supposé lui refaire le portrait mais les pinceaux utilisés par l'artiste ne lui laissa guère de chance de réellement s'opposer à son œuvre.

"Mroumpff... Tu ffa m'le pfayer !"

Difficile de faire abstraction de la douleur mais le doberman ne pouvait pas se laisser aller. De plus il sentait que son adversaire faisait des mouvements difficiles et parfois lents. Il était temps de le surprendre. Soudain, il attrapa avec ses deux mains les chevilles qui se tenaient sur lui, il fit basculer ses jambes et démontra toute sa souplesse en arrivant à frapper avec ses papattes le casque de son adversaire. N'oublions pas que la bête était une créature mesurant plus de deux mètres alors cet exploit n'en était pas vraiment un. L'objectif ? Faire tomber son agresseur et reprendre l'avantage. Il profita du déséquilibre pour faire une roulade et se relever immédiatement. Cette fois-ci c'est lui qui devait se retrouver sur lui. Mais cette fois, il était accroupis sur lui avec ses genoux placer sur ses épaules. Il avait réussit à choppé une arme durant sa gymnastique habile, la brandissant au dessus de lui.

"Tu vas mourir enculé !!"

Il fit s'abattre la sentence...

Poc !

"Nyuh ?!"

Cela n'avait pas fonctionné, un bruit sec avait tapé mollement la visière du mercenaire sur lequel il frappait. Pas découragé il réitéra le coup, plaçant sa main au dessus de lui avant de l'abattre de nouveau sur sa proie.

"Tu vas mourir enculé !!"

Poc... !

"HEIIIIIN ?!! QU'EST-CE QUE C'EST QUE CE TRUC ???"

Sid se rendit enfin compte de ce qu'il avait attrapé comme arme. Jusqu'ici il n'avait même pas jeté un œil dessus, étant persuadé que tout ce qu'il pouvait trouver ici serait forcément dangereux. Ce n'était apparemment pas le cas. Tenant dans sa main l'objet en question il l'amena devant son visage pour l'analyser. Il s'agissait bien d'une broche en métal, cependant, elle était entourée d'énormes morceaux de tofus, ce qui la rendait absolument inefficace si on voulait s'en servir pour faire mal à quelqu'un. Il fallait croire que les tortionnaires d'ici aimait parfois manger sur le lieu de travail, chose qui agaçait fortement le doberman vu la situation.

"PUTAINS DE VEGANS DE MERDE !!!!!"

Il balança derrière lui l'objet puis colla une droite à son adversaire, de rage. Pour le coup il n'avait pas été très original. Sid se releva soudainement, probablement debout sur son concurrent, lui marchant dessus comme un vulgaire tapis puis il fit un salto arrière et utilisa Tsushi Maho pour relever violemment Zer0, faisant apparaître une énorme poutre entre ses omoplates, ce qui lui ferait bien mal en même temps que de le redresser. Le canidé enchaîna en se jetant pour lui mettre un autre coup de poing dans le casque. Il y avait mit beaucoup de force en espérant le faire un peu valser.
Zer0
Zer0
MJ
Masculin Age : 24
Date d'inscription : 30/10/2017
Nombre de messages : 158
Bon ou mauvais ? : Neutre
Zénies : 1000

Techniques
Techniques illimitées : Leurr3 / Rech4rge / Surexcitati0n
Techniques 3/combat : Perf0rateur / Marque de M0rt
Techniques 1/combat : M0isson M0rtelle

MessageSujet: Re: Soif de sang [PV]   Mer 13 Mar 2019 - 23:00
Deux mercenaires s'affrontaient dans le jeu d'ombres et de lumières créé par le soleil ardent de Héra au travers des ouvertures dans la tôle d'acier rouillée d'un entrepôt. Dépossédés des fidèles armes qui les rendaient si redoutables, ils se cherchaient et se trouvaient tour à tour dans un violent corps-à-corps dans lequel aucun ne parvenait à prendre le dessus sur l'autre, tant leurs mouvements se répondaient toujours plus harmonieusement dans le chaos de leur combat. Les minutes s'écoulaient, tels les grains de sables éparpillés autour d'eux, leur faisant perdre toute trace du temps et de l'espace dans lequel ils se situaient — qui sait si cet édifice désaffecté qui a assisté à tant d'atrocités en son sein ne finirait-il pas par devenir leur tombeau ?

L'un d'eux se trouvait à la merci de l'autre : prédateur devenu proie, la situation s'étant renversé à son désavantage. Il avait été tiré de sa transe sanguinaire par deux claques d'une violence inouïe, portées simultanément de la part de son adversaire, qui allèrent jusqu'à ébranler sa colonne vertébrale dans un craquement des plus plaisants. Ses nerfs lui envoyèrent alors une information que son cerveau avait volontairement omis depuis une bonne minute : la sensation mordante des crocs enfoncés dans son poing gauche sur environ un bon centimètre. Une douleur perçante remonta tout le long de son bras alors qu'il basculait en arrière, désorienté et incapable de mobiliser ses réflexes à temps pour pouvoir se réceptionner. Du sable vint s’infiltrer dans sa visière, le forçant à se passer quelques secondes de l'un de ses sens les plus vitaux. Il tenta de se débattre, n'arrivant plus à respirer sous le poids accablant du molosse qui le maintenait fermement enfoncé dans le sable brûlant.

Le Nombre entendit la bête vociférer à ses oreilles, mais ses injures paraissaient étouffées par le battement à tout rompre qui cognait toujours plus fort à ses tempes. Son museau fracassé saignait abondamment. Ses yeux injectés de sang semblaient sortir de leurs orbites tant la rage qui l'habitait atteignait des sommets sans précédents. Il leva son poing à son tour, s'apprêtant très certainement à prendre les armes pour lui rendre les coups au centuple. Sachant pertinemment qu'il ne pourrait éviter la collision qui s'annonçait, le tueur à gages se prépara à l'encaisser, s'efforçant de regarder son tortionnaire droit dans les yeux comme s'il voulait s'ancrer au plus profond de son âme.

"Tu vas mourir, enculé !!"

Mais la sentence ne s'abattit point en cet instant.

"Nyuh ?!"

Silence. Un bref moment de contemplation, durant lequel Zer0 perdit son attention entre les ombres enfantées par la lumière vive du soleil sur les piliers fondateurs du hangar. Mais il fut bien rapidement ramené de force dans ce monde de violence qui l'avait vu naitre et disparaitre par une prise brutale du chien fou sur son visage, ébréchant un peu plus la visière supposée le protéger de l'atmosphère étouffante du désert de Héra.

"Tu vas mourir, enculé !!"

Une impression de déjà vu ? Non. Il n'y eut point de sensation cinglante lui transperçant les tempes, ou de lame rouillée incisant ses globes oculaires sans aucune délicatesse, ou encore de craquements d'os sous les phalanges esquintées de son opposant ; seule la répétition d'un bruit mat contre son masque parvint jusqu'à ses tympans.

"HEIIIIIN ?!! QU'EST-CE QUE C'EST QUE CE TRUC ???"

La lucidité du Nombre se recalibra enfin, pour qu'il puisse constater non sans un certain amusement que son adversaire avait jeté son dévolu sur un bien étrange outil pour mettre ses menaces à exécution : une pique sur laquelle étaient embrochés non pas des organes encore fumants, mais de généreux morceaux de nourriture à la texture particulièrement moelleuse. Déconcentré par ce rebondissement absurde, il laissa échapper un rire nerveux bien que sarcastique du fond de sa gorge, détournant son attention de la quantité effarante de sang qui coulait de ses plaies et suintait sur sa combinaison.

"PUTAINS DE VEGANS DE MERDE !!!!!"

La brute à la gueule béante venait d'atteindre un cran supplémentaire dans sa folie compulsive, visiblement très agacé par le ridicule de la situation qui venait de braver les lois du karma en faveur de son souffre-douleur du moment. Anticipant son prochain mouvement, l'Inférieur à Un tenta de se dégager pour le saisir à la gorge et presser sa jugulaire afin de le priver de sa précieuse respiration, mais les articulations de sa main gauche ne répondaient plus et il se prit un crochet direct dans la mâchoire, sans aucun intermédiaire autre que l'air qui commençait à se raréfier. Un spasme d'excitation un peu trop brusque le fit sursauter alors qu'il ressentait l'impact se propager dans son corps frêle, le décor autour de lui rougi par l'hémoglobine et l'adrénaline qui coulaient à flots. Sa respiration se fit douloureuse, de plus en plus audible. Ses muscles se contractèrent, suivant la mesure désordonnée des pulsions qui les faisaient trembler. La déchirure le long de son épaule gauche avait commencé à coaguler au contact de sa combinaison, le tiraillant au moindre geste.

Une forte pression comprima sa cage thoracique ; le doberman venait de se redresser et d'écraser sur ce qu'il avait sous ses pattes pour s'éloigner, l'étincelle de démence dans son regard s'étant muée en une sorte de rage contenue alors qu'il disparaissait de sa vue — très probablement pour tenter de récupérer les lames teintées du sang des soldats décimés quelques temps plus tôt à l'aide de ces dernières. Il songea à feinter les sens de la bête à l'aide d'un leurre, mais son cerveau refusa d'envoyer à temps les impulsions cérébrales nécessaires au déclenchement du mécanisme. Au lieu de ça, il fut immédiatement saisi d'un haut-le-cœur alors que ses omoplates se soulevaient brusquement et que le reste de ses membres suivirent sans la moindre résistance, comme s'il n'était qu'un vulgaire pantin articulé. Il était vrai qu'il avait basculé dans ce point de non-retour avec lequel il flirtait toujours plus intensément, jusqu'à l'auto-destruction parfois, jusqu'à ce que les limites de sa chair et de son cerveau soient réduites à une notion abstraite ne servant qu'a le maintenir ancré dans la réalité. Défait de ce concept pourtant intrinsèque à sa nature d'être vivant, il pouvait ainsi accéder à un état bien plus complexe dans lequel son potentiel était exponentiel, dans lequel la mort n'était qu'une variable parmi tant d'autres dans l'équation de son existence, dans laquelle l'éternité lui appartenait et où la réalité perdait son essence.

Mais était-ce vraiment le cas ?

Son corps subissait l'acharnement féroce de son adversaire. Sa conscience était au bord de la rupture avec le réel, le déconnectant de son enveloppe charnelle petit à petit. Tout ne fut bientôt que râles de douleur alors qu'il se laissait frapper de plus belle, comme s'il attendait le moment propice pour se dissiper enfin, se fondre dans l'obscurité, en osmose avec cette réalité dans laquelle il maitrisait tout et voyait les évènements avec un coup d'avance ; comme toujours. Sur le vaste plateau de jeu sur lequel il défiait sans cesse le monde entier, il savait comment tirer parti de toute adversité et mettre ses opposants en échec — et mat.

Il rouvrit les yeux qu'il avait clos durant un court instant. Il vit son propre corps perforé sur le pilier de terre qu'avait fait apparaitre le molosse, et ce dernier entrain de réduire à néant les dernières secondes de vie du leurre sur lequel il déversait toute sa rage. Tout autour de lui paraissait éthéré, le laissant de nouveau se mouvoir comme si les entailles tiraillant sa chair endolorie n'existaient pas. Il réalisa que la seule issue qui se trouvait à sa portée était de profiter de son inattention pour venir lui transpercer directement le cœur ; et comme si le karma venait de rendre ce qu'il avait prit plus tôt, il distingua parmi les vestiges autour d'eux l'éclat bleuté qu'il désespérait de voir réapparaitre depuis tant de temps. Il s'en saisit et fondit en une fraction de seconde vers son adversaire, être unique subitement devenu innombrable, transcendant toute notion de temps et d'espace, messager de l'au-delà parachevant sa moisson la plus mortelle.


" T̷̩͖̹͊̓̈́̓̇ù̵̱̻̞̘͑ ̵̡̨̜̠͖͈̟̦͚̲̬̈͐ņ̷̛̜̗̬̙̟̘̼̔̃̓͜ḙ̷̡̫̣̫̦̫̝̰̩͎͚̳̺̀̃ͅ ̸̡̟̹̜͚͈͉̫̰̔̓̇̀͐̈́́̆̋̌͑͝p̵̛̥̲̠̤̫̞͕͑͐͂̅͋͛̚̚͘͝ę̸̧̰̝̠̻̬̥̪̹̮̜̓̀̏́͜͝u̶̪̳̳͊̀̚ẋ̸̡̟̫̥͎͙̝̳̩̦̭̥͚̈́̉̓̌͊̍͂̕͝͝ ̴̛̯̑̆̂͛́̄̽̃m̶̨͙̩̪̘̩̈́̔̈́e̷̩͓̝͖̼̳̘̘͍̭̰͕͔͆̔͗͛̈́̇ ̶̛̹͎̩̟͙̞̘̼͖̤̻̯̰̹̠͊̏̒̇v̴͈̼̞͉̙̫͊͑̌̀̀̅͆͘͘ͅạ̴̧͇̼͎̉͗̎̀̀͆̿̈́į̸̧̛̛̝̥̻̯̘̱͕̹̲͇͑̑̈́̇͘͜͠n̶̡̯̭̤͚͍̮̳̹͇̒́͆͛̃ͅc̵̨͙̦̭̲̦̥̀̾̌̅͂̋͌͐̄͘͝͠r̴̟͕̥͇̖̹̜̭͗͗͐̈́̊e̶̤͉͍̞̙̱̞͖̖͎̣͕͙̓̓̂ "


Le métal froid s'enfonça jusqu'à la garde dans l'épiderme brûlant qui la séparait de l'organe palpitant dont elle était en recherche. Il savoura la sensation du fluide poisseux et vermeil couler entre ses doigts jusqu'à se répandre abondamment sur le sol, une sensation qu'il redécouvrait allègrement à chaque nouvelle victime de son expertise.


" J̵̗̤̹͖̮̪̪̥̖̺̖͎͉̥̽͐̑̌̄͊̅͑͐͌̀͗̎̀͜'̵̘͇̹̠̙͙̤͖̰̆̀ą̸̧̢̼͙͇̖̱̺͈̰̟̮̗̟̀̋̎̕î̷̬͎̮̯͚̣͖̯͚̝́̉̎͂̽̚͜͝ ̶͚͍͍̙̘͚̬̖̝͙͔́͂̀͑͋̑̽͐̉͠ͅͅb̶̡̡̨̡̢̟͈̥͈͕͎̱͍͒̆̄͛̆͗̃́͌̈́̂̒̚͘ì̶͚̯̗̖̥͕̋̎͝ę̷͓̠̤̂̋͋̒̄̓͆͊̐̇̀̅͐͘͘ͅn̸̢̻̘͛̃͆̑́͐̑̚ ̵̞̤̜̣̯̭̠̠͎̬̤̱͉͙̈̈̋͒̐̂̾̈́̉̋̉͝t̵̨̨͕̲̱̪̜̺̮̼̰͓̖̎͆̍̉̽̑͘r̵̡̩̙̖̠̖͈̳̉̊͑̈́̾̾̃͐̀̀͛̕͝o̵̤̫̬̤̱̟̲̍p̶̻̪̼̱͔̖̦̳̖̗̖̳͚͚̍̎͗͒̊̍͆͐̏̃̈́͐̀ ̵̭̤̒̏̊̉̽͑̇̔̀͒͐͘͘̕͝d̵̝̦̙̬̪̺̹̹͚͊̈́̎̈̏̈͌́̏͠è̵̮͈̭̝͎̿͆̓͒́͆́̔̈́́͝͠ ̶̨͚͈͖̰̈́c̷̺͕̬̭̲̖̪̦̺̯͖̦̼͇̊̊͛͝h̴͍̰̰̜͍̥͒̍̅͑̊̎̽͌̈͆̈́̿ǒ̸̡̳͉͉̫̥̼̄͗̃̓͂͘͜͝ş̶͓̞̭̪͕͌̊͐̋̽̂͌̇̕̚̚͠e̶̙̲͊s̵̪̦̫̹̫̮̲̗͔͓̥̈́̚ ̷̨̤̮̯̰͉̬̉̉͐͛̔̓̅̏͛͆̇̔͝à̷̧̩͚̠̺͚̫̙̟͈̈́̾̈́͊͂̍̽̇̿͂̄́͌͜ͅ ̷̗̃̎͆̋̈́̓̿̃͜a̵̟̜͙̞͚͑͂̅̈́̆̋̋̄̆́̿͜͠c̴̢̯͕̹͕̺͂c̶̲̍̍͊̃̇̃̕ǫ̸̧̲̱̳̞͎̘̮̳̱̆̈́͋̽̀̃̽̉̈́͗̚͠m̵̡̡̛͎͎͈͙̠̠͓̒̑̒͋̌̇͊̄͒͋̍̚͝p̷̢̝̯͕̳͙̯̼̯̦̿͊́̊͗̇̂̅̀̎̚̚͝ͅl̴̬̀̏̆i̸̢͚̭̰̬̣̣̗͓͇͛̃̾͒̋͗͑͂́̐͗̓́̄͝ŗ̶̡̱̼͉̠̩̝̯͙͉̣̱̓͆͆͜ "


Tel était son modus operanti — spectaculaire, cru, inévitable. Une façon bien particulière de récompenser les efforts de celui qui avait tenté de freiner son irrésistible ascension vers les objectifs qui lui incombaient. La performance de Sid Zikerbana avait été admirable et avait contribué à stimuler sa créativité et le pousser dans des retranchements inhabituellement atteints — mais tout connait tôt ou tard une fin, et celle de leur duel venait d'être sonnée. Il sentit une pointe d'amertume en son for intérieur à l'idée de ne pas avoir pu prendre le temps de mieux connaitre toutes les subtilités de son adversaire de passage, mais il ne pouvait se permettre de le laisser remporter ce combat.


" A̴͚͐͂̏͐͜v̴̢̨̡̛͔̪̮̗̺̰̣̼̲̫̈͌̆̎̌͂̔̈́̓͠à̶̢̧̨̧̛̖̝̦͈̣̹͔̼́͊͜ͅǹ̴̢̢̘͔̺͙̹̬̟̜̖͒̄̈ͅt̶̨̗̟͈̟̘̳͚̃̈́̈́̓̓̔̆͊͒̔͐͗̚͜͠ ̴̢͚̳̞̦̙̪̯̀̿̉̿̎͠͝ͅd̶͇͉̫̦͇̦̳̲̝́͌̀̎̆̏͘͜͝'̷̡̛̟̪͉͚̬̤̞͎̣̱͈̬̮̱̈́̓͛̿͌̔́̊̒͠ą̸̛̛̜͖̰͕̠͑͛̏̉͗̄̈́c̷͍̙̦̹͖͚̬͈̭̖̮̭̠̯͕͋̃̌̆̋͊̾̓̃̄̕̚͝͝c̸͕͍͓̝̱̭͖̩͔͔͍̖̓͊͆̀͌͛̌̔͘͠͝͠ĕ̸̢̢̱̠͙̘̗͓̲̰͕͔͕̘̎̊̀̒̄̉̌̓̽̚͝ͅp̵͇͍̱̤͐̀̽̈́́̾̈́͊̎͑̌͊ţ̸̞̭͎͂̇̂͘e̵̬̟̎͊̎͐̾́̏͊̕r̷̨̙͉̟͈̰͐͌̀̽̀̅͂͌͠ ̶̢̟̻͎̥̼̯̘͍̈́̈̓̾̐̉͒͋̃m̴̘͍̝̣͖̣̊͊͑́͗͂ȁ̶̻̞̪̝͔̤̺́̐̊͑̎̍̈́̾̿͜ͅ ̷̟̹̽̽͛̾̽̔͠m̸̡̡̨̢̛̺͓̥͍̫̠̆̐̕̚ͅǫ̶̧̮̜̻̊͊̋́̇̿̿͆̕̚r̷͔͍̦̲̈́̒̓̓̈͛̎͌̉t̸̨̡̮̩̤̦͖̺̗̥͎̖̩̺͒̊̋̀͊͂́̎̚ "


Le bleu radiant de sa lame étant bien souvent la dernière lueur que ses victimes apercevaient avant de trouver un sommeil éternel, et il espérait bien que le chien fou ne puisse pas se réveiller de nouveau. Dans un ultime effort, il le poussa de toutes ses forces devant lui, et ils titubèrent sur quelques mètres avant d'être stoppés net dans leur pénible avancée. Il sentit le molosse basculer dans un liquide visqueux, et supposa qu'il venait de tomber dans l'une des cuves débordantes de lave qui se trouvaient ça et là du hangar. Il fut entrainé avec lui dans sa chute, et n'eut que quelques secondes pour se préparer invariablement à sentir le moindre millimètre de son être se dissoudre dans d'atroces souffrances puis réapparaitre quelque part là où le registre New-U aura décidé de le reconstituer virtuellement — un nouveau lui dans un nouveau corps, mais ses erreurs passées demeureront les mêmes.

Ses poumons furent instantanément submergés, et il se débattit instinctivement jusqu'à ce qu'il sente son dernier souffle le quitter. Cependant, quelques secondes passèrent, et alors qu'il était aux frontières de l'inconscience, il sentit les balafres qui avaient meurtri sa chair commencer — lentement mais sûrement — à cicatriser.
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Soif de sang [PV]   
 
Soif de sang [PV]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Gahara a soif de sang!!
» Edhelran, Pyeron l'elfe errant
» Les astuces de Thordrak Briselos en McM
» Don de sang
» création de sang

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPGDBZ :: RPG :: Hera :: Sable mouvant-