Partagez | 
 

 Un Sourire Sur Le visage De l'Univers!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité

MessageSujet: Un Sourire Sur Le visage De l'Univers!   Jeu 10 Juin 2010 - 21:57
The Killing Joke

Vol. 4: Un Sourire Sur Le Visage De l'Univers!




---

---

Prison Plasma, la prison spatiale, réputée pour détenir les criminels les plus puissants de l'Univers, presque tous des maîtres du ki. Des Saiyens, des Kanassiens, quelques rares Nameks et parfois même, des Terriens, tous des parias de leur peuple respectifs qui avaient choisit de combattre pour de mauvaises causes. Leur puissant ki n'avait pas suffit à leur permettre d'échapper aux forces de la justice, qui veillaient sur quelques coins de la galaxie. Ils étaient tous confinés dans des cellules parcourus d'énergie, des appareils émettant des ondes qui empêchaient le ki d'être manipulé, faisant des individus emprisonnés de simples êtres normaux avec simplement une grande force physique, qui ne leur permettait pas de sortir de cet endroit. Et même s'ils y parvenaient, où iraient-ils? Seuls les Changeformes arrivaient à survivre dans l'espace, les autres mourraient tous avant d'avoir atteint une planète habitable. Et les navettes étaient toutes surveillées. Les officiers qui s'occupaient de surveiller les entrées et sorties de la station aperçurent un point sur le radar, le signal d'identification était celui d'un véhicule de transport. Sans doute le vaisseau qui devait ravitailler la prison en eau, nourriture et équipement.

-Ouvrez les portes du hangar, le ravitaillement est arrivé.

-Ça marche!

Le vaisseaux se posa dans le hangar, dont les portes se refermèrent lentement. La pression d'air fût rétablie et le sas s'ouvrit, laissant accès à la grosse navette. Des agents de sécurité approchèrent doucement, arme en main pour parer à toute éventualité. Ils n'eurent pas le temps d'agir lorsque des petites bombes peintes en blanc, décorée d'un sourire rouge et de yeux malicieux explosèrent, en tuant quelques-uns et blessant les autres. ne bande de malabars armés de mitraillette sortirent du vaisseau et firent feu, réchauffant l'ambiance avec chaque salve. Une chaussure violette foula le sol métallique du hangar. C'était le leader de cette bande de bouffons dégénérés, celui qui allait laisser sa marche sur l'Univers. Le Joker! Avec un grand rictus, le Joker sortit un bazooka du vaisseau.

-Maintenant que l'ambiance est propice à la fête, ajoutons un feu d'artifice! Hahahahahaaa!!!

Il tira une roquette vers une poignée de gardes qui arrivaient, les tuant dans une explosion colorée. Fier de son coup, le bouffon jeta son bazooka par terre, avançant dans les couloirs, suivi des repris de justice qui tiraient sur tous les gardes qui se présentèrent. Des groupes de malabars se formèrent, dont un qui transportait le Joker Venom fraîchement fait vers les réserves d'eau, qui alimentaient la station en haut potable, ainsi que le système d'incendie, qui arrosait tous l'endroit en cas de feu. Les hommes du Joker étaient vêtus d'habits, afin d'éviter les effets du poison.
Armé d'un bon vieux TommyGun, le Joker tuait des gardes en leur accordant à peine un regard, son rire diabolique emplissant les couloirs. Les prisonniers se demandaient bien ce qui se passait, bien qu'ils étaient satisfaits de voir leur geôliers expirer.
Le clown et ses hommes de main arrivèrent à la réserve d'eau. Les malabars soulevèrent ensemble les gros contenant, prêt à polluer l'eau de la station.


-Videz-moi ça là-dedans, ensuite on se fait un autre feu d'artifice!

Alors que les hommes s'exécutèrent, le Joker envoya une poignée de bombe vers le plafond, la chaleur des explosions activèrent le système d'incendie, l'eau polluée par le Joker Venom arrosant tous ceux qui se trouvaient dans la prison. Les taulards se couvrirents les yeux, confus.

-Qu'est-ce que c'est que ça?! Ça me pique les yeux!

-Hein? que?? Mon ... mon visage! Je suis tout! ... héhéhé ...

-Je suis ... tout blanc! Mes lèvres! Mes cheveux! C'est! ... c'est .. marrant! Hahahaha!!!

Les taulards se retrouvèrent tous avec la peau blanche et les lèvres rouges, ceux qui avaient des cheveux les eurent verts. Cette apparence grotesque frappèrent durement la santé mentale déjà défaillante des hommes et des femmes prisonniers, leur ôtant le peu de saineté d'esprit qu'ils avaient. Les sbires du Joker détruisirent les système de sécurité, redonnant leur liberté aux criminels, qui parcoururent les couloirs en riant et en criant, tous devenus des pseudo-Joker à la puissance X. Lorsqu'ils arrivèrent au hangar, ils furent accueillis par le rire tonitruant du Joker, qui se tenait debout sur le vaisseau de transport.

-Alors, vous en aviez marre de vos cellules? vous avez envie de rire un coup? Alors, et si on allait faire la fiesta sur Dosatz, y répandre le chaos? Riez un bon coup pour moi! Hahahahahaaa!!

C'est un véritable concerto de rires déments qui répondirent au maléfique bouffon, emplissant le hangar. Les portes du vaisseaux s'ouvrirent, prêt à accueillir cette bande de criminels, dont chacun avait au minimum la puissance du fondateur de la Ligue des Justiciers lui-même, Clark Kent, alias Superman.
Invité

MessageSujet: Re: Un Sourire Sur Le visage De l'Univers!   Jeu 10 Juin 2010 - 22:54

« C’est dans ce genre d’instant…Que je me demande encore… la raison pour laquelle je suis née… et pourquoi est-ce que je vie toujours… »

Naomie ayant échappé de son hôpital psychiatrique de malades mentaux, se trouvait perdu dans un vaste espace. Effectivement, ayant fait explosé le bel endroit où elle était restée et qui lui avait vite monté à la tête – elle se promenait maintenant, vaguement, sans idée en tête. Elle pensait toujours à Zabuza. Il veillait sur elle, n’était-ce pas une confirmation ? Naomie le pensait aveuglément. Elle aimait de toute son âme, de tout son cœur et son être, cet homme mort en ayant pour dernière volonté de la rejoindre si elle venait un jour à périr définitivement, à jamais. Cette faveur lui sera-t-elle accordée ? Celui qu’on appelait le Démon… n’était pas si mauvais qu’il le faisait paraitre. Lui aussi avait ce que l’on appelait un cœur… même si… toute sorte de guerrier ne doit jamais faire rentrer en jeu ses sentiments, peu importe la situation présente…

La jeune femme était perdue dans ses méandres existentiels, visiblement. Ses yeux vides de toute expression de tendresse faisaient peur à voir, et son allure morbide et blanche comme la neige lui donnait un air peu sympathique. C'est comme si, avec cette apparence, la mort se représentait en celle-ci. Pourtant, elle avait tout d'une humaine... et en ce moment n'avait pas le moral à autre chose qu'à broyer du noir. La fragilité l'aveugle, tout comme l'amour qu'elle portait envers cet homme. Naomie n'a aucune raison apparente de sourire, de rire, ou d'être joyeuse. Elle a passée un an dans un hôpital sous médicament à forte dose pour qu'elle arrête d'être violente... comme si elle était dans le coma tous les jours. C'est parce qu'elle le voulait bien... parce qu'elle préférait faire comme si elle pouvait tout oublier et tout effacé. Elle se souvient pourtant si bien de lui... sa voix raisonne dans sa tête... cela en devient effrayant, tel une possession de l'âme... Cette dernière étant consciente que vivre dans le passé n'est pas solution au problème, son hyper sensibilité l'empêche cependant d'agir pour son bien... Seule, elle semble perdue et désorienté. Parce que tout cela lui rappelle une fois encore... Qu'elle est seule... que son existence même n'a aucune importance et ne sert à personne. La question étant « Pourquoi suis-je toujours de ce monde ? ». Elle qui aurait tant aimé se joindre à Zabuza dans l'autre monde pour suivre le repos éternel... et rester pure comme elle l'était dans le passé. Elle le reste toujours, car c'est dans son caractère. Mais une étincelle de folie semble l'avoir atteint et celle-ci ne lutte pas face à ça. Après tout, quel intérêt ? Quel est l'intérêt même de cette vie ici, d'ailleurs... ?

La neige se mit à tomber et elle, à se perdre dans ses pensées. Elle ne savait même pas où elle allait et n'en avait, en passant, rien à faire. Les flocons qui tombaient exprimaient ses larmes, sa douleur enfouis. Mais... rien ne réussissait encore à être visible sur son visage de poupée. Rien, sauf un air stoïque déplaisant. Elle laissait la neige tomber sur elle, bien qu'elle soit si peu habillée, avec son bonnet rayé et son soit dit accoutrement en lanière de cuir autour de ses membres. Combien de temps cela faisait-il qu'elle marchait ? Elle n'y prêtait pas d'importance, pourtant, cela devait déjà faire longtemps... et elle ne mit pas cent ans avant de tomber à genoux par terre. Elle s'allongea dans la neige et ferma ses paupières lentement. C'est à ce moment que tout commença à n'être que noirceur...

~ ~ ~

« J'aurais tellement... voulu aller dans le même endroit... que toi... Haku.... »

Cette voix dans sa tête la fit frémir de tout son être. L'éveil fut brutal. Elle sursauta. Des bruits de bombardements ? Mais où, et surtout : pourquoi ?

Elle se retrouvait sur une table métallique, entre autre. Il n'y avait personne sauf elle ici, apparemment c'était une infirmerie. Elle ne le sentait pas, mais sa peau était glacée, et ses lèvres étaient violettes. Visiblement, à rester trop longtemps dans le froid, elle avait fini par en ressentir rien qu'un peu les conséquences, à force. Son élément peut être synonyme de fléau. Elle se releva d'où elle était allongée auparavant, puis sortie et remarqua un grand corridor dans lequel elle passa, sans crainte de se faire liquider. Une porte s'ouvrit et donna lieu à plusieurs cellules bruyantes... une prison ? Elle ne se rappelait même pas qu'elle avait sombré dans l'inconscience juste à côté d'ici. Heureusement que quelqu'un l'avait amené ici. Ou pas... Tout d'un coup, en passant simplement sa tête à travers la porte, elle remarqua un étrange homme habillé excentriquement, avec des cheveux verts, se ramener avec ses acolytes. Elle ne rata rien de la scène. Sa carapace de glace l'ayant protégé du pauvre sort réservé aux - now - ex-taulards. Curieuse, elle décida de suivre le mouvement de ces gens étrange aux grands sourires, bien que n'ayant aucun trait en commun avec eux. Son visage étant plus fin, et moins souriant que ça. Elle atterrit à l'intérieur d'un vaisseau. Elle ne savait pas où est-ce qu'elle allait déboucher, mais cela lui était égal. Naomie se colla le long d'un mur en regardant les autres allumés du cerveau rire à gorge déployé d'une manière assez... peu plaisante. A force, ça fini par faire mal aux oreilles. Elle s'assied dos au mur, ses genoux plier contre sa poitrine et ses bras entourant ses jambes. Sans s'inquiéter de son sort, elle ne fit pas un bruit en restant dans son coin, même si elle se doutait qu'elle se ferait vite repérée. Assise de cette manière, cela lui remémorait le jour où... elle avait enfin trouvé son but, en rencontrant Zabuza.
Invité

MessageSujet: Re: Un Sourire Sur Le visage De l'Univers!   Jeu 10 Juin 2010 - 23:27
Les cinglés étaient tous entrés dans le vaisseau, qui pu décollé. Il restait un bon bout de chemin à faire avant de finalement se poser sur Dosatz. Les malabars qui avaient une quelconque connaissance de l'astro-navigation s'occupaient de piloter la grosse machine, pendant que les autres ricanaient en pensant au bordel qu'ils allaient causer sur Dosatz. Le Joker était l'un de ces ricaneurs, déambulant au milieu de ces repris de justice devenus fou à cause du choc de leur transformation extrême.

-Ladies and gentlemen, préparez vos plus mauvais tours, parce que bientôt, Dosatz aura une visite grandiose! Nous nous en donnerons à coeur joie et tout le monde connaîtra le Joker! Haaaa! Hahahahahaaaa!!!

Les criminels éclatèrent de rire tous à la fois, un rire assourdissant et troublant. Pendant que ce concerto de rire allait bon train, le Joker remarqua, du coin de l'oeil, une silhouette assise, dos contre la paroi du vaisseau. Qui pouvait bien rester en-dehors de la fête ainsi? Le Joker se rapprocha, il vit que c'était une jeune fille, avec un costume très ... attrayant ... surtout pour un clown comme lui! Elle avait un costume plutôt révélateur et un joli chapeau rayé noirs et blanc avec deux pompons, et son visage était blanc ... blanc comme neige ... blanc comme celui d'Harley.

-Hellooooo beautiful!

Le Joker s'avança en replaçant soigneusement sa coiffure verte et sorti une petite bouteille. Il envoya un produit à l'odeur de menthe dans sa bouche, esquissant son plus beau sourire, ce qui était plutôt relatif, dirait-on.

-Alors, vous venez souvent par ici? J'espère que mon maquillage ne vous rend pas nerveuse. Il faut dire que ce n'est PAS du maquillage" Hahahahaha!!!

Il sorti un petit bouquet de fleurs noires, le tendant à la demoiselle.

-Alors, ce petit voyage vers Dosatz est à votre goût? Ne soyez pas timides, venez faire un tour avec moi!
Invité

MessageSujet: Re: Un Sourire Sur Le visage De l'Univers!   Ven 11 Juin 2010 - 15:21
L'ambiance n'était pas réellement au gout de la demoiselle. Son aspect renfermé et distant qu'elle démontrait là, assise à l'écart des autres, prouvait un certain mal être. En même temps, elle avait évité de se faire contaminer par ce gaz étrange qui s'était rependu dans la prison et qui avait rendu encore plus fou tous ceux qui y était enfermé. Cela ne l'avait pas atteint parce qu'elle était restée non seulement loin de là, mais parce que son armure corporelle ne l'aurait pas laissé faire. Cela sert aussi pour ce genre de choses, une deuxième peau étant donc nécessaire pour les possesseurs d'élément. Alors qu'elle regardait les personnes rire pour un rien et s'exciter comme des puceaux en attendant l'acte, une silhouette se détachait de la masse. C'était l'étrange homme qu'elle avait vaguement aperçut, habillé de la même manière qu'elle : dans le sens que cela fut personnalisé. Naomie le dévisageait depuis qu'il était arrivé parmi la foule d'ex-taulards. Son visage semblait être recouvert de maquillage : son teint était très blanc, ses lèvres peintes d'un rouge sang et des cheveux verts, comme tous ceux ayant assimilé le gaz qu'il avait jeté volontairement dans la prison spatial. Finalement, heureusement que cela ne l'ai pas atteinte... Elle ne se plairait pas forcément à ne pus être maitre d'elle-même, surtout en prenant une apparence qui ne lui correspond pas. Tous ici s'apparentait à cet homme physiquement, car ils avaient tous perdus la tête. Lui aussi semblait ne pas avoir tous ses neurones, cependant il n'était pas dans le même état de fanatique qu'eux. Son apparence avec un côté clownesque le rendait à la fois comique, mais d'un revers pouvant servir aussi d'apeurant. En le regardant agir de la sorte, elle se demandait quelle folie lui avait monté au cerveau – et la question du pourquoi revient. Il avait tout d’un humain à première vue, rien de bien spécial à signaler de ce côté-ci. Il ne dégageait visiblement pas de chakra particulier, il devait donc bien n’être qu’humain.

Comment un simple être comme lui aurait pu devenir ainsi ? La jeune femme n’en savait pour le moment rien, mais comme toute personne fragile et timide, la curiosité est une obsession. En y réfléchissant bien, le fait qu’elle fasse elle-même attention à sa mise de la sorte, l’avait conduite à une tenue voyante et provocante, mais de la même lignée que ce dernier niveau excentricité. Bien qu’elle soit habituellement vêtue ainsi à l’heure actuelle, elle est capable d’être une des femmes les plus raffinés au monde en cas d’occasion, ne l’oublions pas : c’est une femme, pas une machine. Sa fonction d’arme auprès de Zabuza l’avait fait avancer, approcher de l’extase de son pouvoir. Naomie était face à une situation qui lui passait par la tête, depuis qu’il est mort. Elle n’est plus sous l’aile de quelqu’un et ne dépend plus d’autrui. C’est ce, pourtant, de quoi elle a besoin pour continuer la route. C’est comme qu'elle entreprend sa vie…

Elle abaissa ses yeux dans le vide, comme elle le fait si souvent. Pourquoi ne sortait-il pas de sa tête ? De son coeur, cela serait impossible... mais sa mort l'obsédait tellement... elle n'arrivait pas encore à l'accepter, alors que c'est ce qui la ferait également passer à autre chose. Tout avait été si rapide... et elle n'avait rien pu faire au final pour l'empêcher de périr... elle se sentait coupable, seule et inutile. L'histoire se répète, décidément. Elle n'entendit pas le Joker s'approcher. Quand il la salua - d'une manière détendue, dirait-on - la jeune femme releva lentement sa tête en ouvrant de grands yeux. Tout le brouhaha autour d'elle l'avait fait divaguer une fois de plus dans ses pensées. C'est comme si elle n'entendait plus rien.

« Personne ne veut de toi, petite parce que tu es considéré comme un monstre. Si tu acceptes de devenir mon arme, je te prendrais sous mon aile. »

Elle avait l'impression d'avoir fait, en l'espace d'une seconde, un retour dans le passé. Elle avait tout revu : le pont enneiger, là où elle était assise contre la rambarde du pont, le regard froid et indulgent de Zabuza...

« Brave petite... A partir de maintenant, ne fais confiance qu'à toi-même et à moi. Ne te laisse pas influencer Haku, tu es bien trop naïve et gentille, pour une réprouvée... »

Tout ce brisa d'un instant à l'autre en glace morceler. Elle revint à la réalité. Ceci n'avait duré que l'espace d'une seconde et pourtant... c'était si prenant...

Son expression redevint impassible. Elle dévisageait l'homme devant elle, se recoiffant et maniant un spray à la menthe avant qu'il ne soit devant cette dernière. Il lui demanda ironiquement si elle venait souvent par-ici... Heureusement que non. Puis il émit l'hypothèse que son dit maquillage la rendrait nerveuse. Il est vrai que quelqu'un avec un visage aussi étrangement maquillé n'était pas banal. Et il disait que cela n'en était pas... what else ?

On ne sait d'où, mais il sortit un bouquet de fleurs noires. Plutôt réussis le coup, mais cela n'intimidait en aucun cas une nuke-nin, déserteur de son village et ancien assassin. Un voyage, une planète ? Dosätz ? Elle en avait entendu parler, vu qu'elle avait été transmit dans plusieurs établissements psychiatrique. Qu'allait-il faire là-bas, tout saccage avec ses hommes, hein ? Mollement, elle se leva et se teint face à lui. Le haut de sa tête arrivait à peine jusqu'aux épaules du Joker et elle fut dans l'obligation de lever son minois pour le regarder de son air glacial dans les yeux. Il n'y avait pourtant là, pas de trace d'hostilité quelconque.

- Je ne marche pas aux beaux objets et aux fleurs. Sa voix était basse, mais douce et rassurante. Je ne viens pas d'ici et votre dit non-maquillage ne me donne pas l'ombre d'un frisson. Reprit-elle, ses bras pendus le long de son corps, comme si elle pouvait tomber d'une minute à l'autre. J'ignore quels sont vos plans, je ne vous connais pas. Je ne connais personne, ici. Je ne sais même pas pourquoi je suis monté dans votre vaisseau. Simple curiosité j'imagine... elle baissa les yeux.

La véritable raison était qu'elle ne voulait pas rester seule ici alors qu'elle ne savait même pas où elle était.

- Quel est votre prénom ? Pour ma part, mon prénom est Naomie... Quel est votre but, en emmenant tous ces hommes sur la planète Dosätz ? Quelle utilité que de prendre une masse d'humains pour accomplir ses souhaits ?

Elle regardait toujours le vide. Elle ne savait pas où se mettre et sans savoir pourquoi, sa timidité prenait le dessus.
Invité

MessageSujet: Re: Un Sourire Sur Le visage De l'Univers!   Ven 11 Juin 2010 - 16:12
La passagère clandestine était froide .. très froide, et pas seulement qu'en-dehors. Son regard aurait pu figer n'importe qui sur place ... sauf quelqu'un comme le Joker, qui afficha une grimace déçue en jetant les fleur négligemment par-dessus son épaule.

-Dommage, pour une fois, je n'y avais pas mit de piège, héhéhé! Enfin, ravi que vous soyez à l'aise avec ma vilaine trogne, je ne peux rien y changer ... et pourquoi voudrais-je changer, de toute façon? Je garde toujours un sourire éclatant, hahahaha!

Sourire que le Joker esquissa, un sourire qui aurait pu être synonyme de joie de vivre, s'il n'était pas affiché sur le visage d'un clown psychopathe sans la moindre once de remord pour ses actions. Sa sinistre réputation n'aidait en rien, le nombre de ses victimes se comptait, d'après les rumeurs, dans les nombres à trois chiffres, il avait donc tué au minimum cent personnes, ce qui n'était pas rien. Mais lui, qu'en savait-il? Il tuait sans compter. Comment savoir combien de victimes a-t-on à notre actif alors que les morts se comptaient par dizaines, parfois? Impossible d'avoir un chiffre exact. Cependant, Naomie, tel était son nom, ne connaissait pas du tout le Joker. Il faut dire qu'il n'était plus à Gotham, où les gens n'osaient même pas prononcer son nom, de peur qu'il apparaisse dans la chambre de leur rejetons pour les dévorer, tel le sinistre croque-mitaine.
Naomie semblait confuse, ne sachant même pas pourquoi elle était à bord de ce vaisseau.



-Oooh, et bien, bienvenue à bord! Mi casa nostra es su casa nostra!

Le bouffon passa amicalement un bras autour des épaules de Naomie, l'invitant à marcher à ses côté. Il l'amena dans la petit réserve du gros vaisseaux, où des aliments étaient stockés, l'astro-nef étant originellement prévu pour les longs voyages. D'un coup de pied, il fit glisser une caisse et attrapa une bâche qui traînait là pour en faire un coussin qu'il plaça soigneusement sur la caisse.

-Prenez place, mademoiselle. Une fringale? Il reste quelques plats de micro-ondes, ce n'est pas de la grande gastronomie, mais on est à cours de glace et de gâteau! Hm? Mais qu'avons-nous là? Un plaisantin qui se cache dans la réserve?

Le Joker attrapa quelque chose caché entre deux armoires. C'est le cadavre d'un gardien de sécurité qui tomba par terre, qui avait bleui et qui était criblé de balles. Le Joker ricana et leva le mort, le faisant bouger comme un pantin, en changeant sa voix pour quelque chose de plus absurde.

-Oh non! qu'est-ce que je fais là? Je suis mort? Oh oui, mort! Fait pas chaud dans cette réserve, je suis froid ... comme un cadavre! Hahahahaha!!!

Le Joker jeta le cadavre dans un coin sans la moindre once de respect pour le mort, avant de tirer une caisse pour s'y installer.

-Oooh, désolé, j'oublie à quel point mon sens de l'humour n'est pas au goût de tout le monde, hahaha! enfin, discutons. Pour commencer, mon prénom n'a plus d'importance depuis longtemps, tu peux m'appeler Joker. Ou encore, Mister J. ou encore, mondieu! Hahahaha!!! Hrm, enfin, vois-tu, je ne viens pas de ce monde, ce monde où il n'y a pas de Ligue des Justiciers, pas de Batman, pas de Teen Titans et j'en passe. J'ignore pourquoi mais je suis passé de Gotham à Satan City. Mais, durant les quelques temps passés depuis mon arrivée, j'ai réussi à bien m'amuser, surtout avec les Vongola!

Il éclata de rire, à la seule pensé d'Hibari défiguré par ses soins. Il regrettait pratiquement de ne pas en avoir gardé une photo.

-Mais il est temps que cet univers connaisse le Joker, celui qu'on dit qu'il boit du sang, qu'il ne peut pas être tué, blablabla ... un voyage dans l'espace, c'était l'idéal! Alors, je me suis dit, pourquoi ne pas aller faire un tour dans cette prison remplie de malades sans âmes et leur administrer une petite médecine? Tout ces types ont les mêmes pouvoirs que Superman, ou presque, ils pourraient ravager une ville entière à eux seuls! Alors, j'ai décidé d'emmener cette bande de boutes-en-train pour aller faire la fête sur Dosatz. Mais encore heureux que mon sérum n'ait pas marché sur tout le monde, je n'aurais pas voulu ruiner ce joli minois, même s'il manque de lèvres rouges, hahahaha! Quoique le costume compense très bien, Rrrr!

Il passa un doigt sur la peau blanche d'une des joues de Naomie, avec son perpétuel sourire. Elle ne manquait pas de charmes, surtout avec la tenue suggestive qu'elle portait. Sa peau était aussi blanche que celle du Joker et, contrairement à Harley Quinn, Naomie semblait avoir une blancheur naturelle, à moins que le maquillage soit tout simplement bien réalisé. Ce qui intriguait surtout le Joker était de savoir si elle était comme lui était et comme Harley avait été: cinglée. Serait-elle assez marteau pour comprendre le sens de l'humour mortel du Joker? Peu de gens pouvaient se targuer de comprendre le Joker et de l'assumer, même Batman pouvait rester perplexe devant ce psychopathe et pourtant, les deux avaient eux d'innombrables affrontements. Harley était déjà plus près de la compréhension, peu surprenant, elle était tombée amoureuse du clown alors qu'elle le rencontrait pour une consultation au sein d'Arkham.

-Alors, beauté, est-ce que la petite fête t'intéresse? Oh, bien sûr, il y a quelques demoiselles dans cette bande de maniaque, mais pas de princesse dans le lot, malheureusement, gnéhéhéhé.
Invité

MessageSujet: Re: Un Sourire Sur Le visage De l'Univers!   Sam 12 Juin 2010 - 11:18
L'atmosphère s'était tendue à cause des réponses de Naomie. Certe, elle paraissait glaciale. Mais son âme et son coeur avait ressentit les conséquences des faits passés. Ils semblaient... comme figer entre quatre murs de glace. Ils étaient tout simplement inexistants; car elle n'était pas assez forte mentalement pour surpasser ça. Elle était consciente que cela n'allait pas plaire au Joker, la façon dont elle lui répondait avec autant de calme et - on aurait pu croire - avec arrogance. Alors que ce n'était rien de cela et qu'elle n'aurait pas eu le courage de tenir tête à quelqu'un. Ces journées dans l'hôpital, tout ça pour rien, au final... Même sous médicaments à forte dose, restant assommée toutes les journées, elle ne trouvait pas repos pour son être. Est-ce qu'il la hanterait toute sa vie ? Sa vision des choses étant qu'elle ne pourrait jamais l'oublier, qu'il garderait toujours une place dans son coeur. Seulement, il semble qu'elle ait été complètement traumatisée depuis sa mort et que son comportement change dans ses meilleurs jours. Oui, parce que dans le cas présent, son cerveau est aussi actif qu'un légume. Elle est constamment dans la Lune, parce qu'elle est dans sa période de neurasthénie et que rien ne l'empêche de plonger tête la première dedans. Très faible mentalement, je compatis. Mais Zabuza ne représente pas rien. Si c'était autrui, elle n'aurait aucun remords. Quelle importance, de toute manière, à plaindre les morts ? Ils trouvent repos éternelle, là-bas...

Son interlocuteur jeta les fleurs par-dessus ses épaules. Décidément, il semblait vraiment unique en son genre... parce qu'il n'abandonna pas la partie. Il disait ne pas avoir enfouit de piège, pour une fois, dans cette offrande. Alors comme ça, il serait de la trempe des vilains farceurs ? Effectivement son visage ne l'intimidait et ne la terrorisait pas. Bien qu'il soit d'une manière bizarre, elle avait connu des ninjas dans le temps avec certaines particularités comme celle-ci, capable d'angoisser autrui au simple coup d'oeil. Mais il ne faut pas négliger le fait que le Joker pouvait être un de ces éléments perturbateur et capable de pétrifier les peureux. Si elle n'avait pas traversé tant de chemin avec Zabuza, peut-être qu'il l'aurait effrayé. Son dit sourire éclatant trahissait en quelque sorte ses pensées. Car loin de lui un sourire angélique. Son sourire débouchait sur des pensées calculatrice et visiblement chaotique. Il ressemblait à Zabuza sur ce point-là. Sauf que lui ne souriait pas et ne dévoilait rien de ses plans. Ce pourquoi, c'était un redoutable ennemi depuis son plus jeune âge : A vrai dire, dans l'époque de cet homme, pour monter en grade, on les faisait s'entretuer. C'est comme cela que ce fut le seul à tuer tous les autres et qu'il fut craint de tous. Les règles des épreuves furent changer par la suite, car trop dangereuses. En plus, le Joker parlait une autre langue. Même si elle ne comprenait pas le moindre mot, elle ne cessait de le suivre des yeux, de se regard froid et peu appétissant.

Il finit par passer ses bras autour des épaules de celle-ci, qui ne réagit pas et qui le suivi dans sa démarche. Ils arrivèrent dans la réserve du vaisseau. Elle s'assied sur la caisse surmontée de la bâche, sans broncher. Il lui parla de nourriture, mais son estomac noué ne pourrait rien avaler, même si elle n'était pas très lourde. Il semblait que quelqu’un était dans le même endroit qu’eux. Le cadavre d’un homme, entièrement bleu et transpercer par de nombreuses balles s’écroula à terre. Naomie sembla voir à sa place Zabuza tomber dans la neige, avec toutes les armes plantées dans son dos. Elle semblait complètement déboussolée et recula contre le mur, une main se posant de manière à ce que sa paume se rabatte contre l’un de ses yeux et ses doigts sur son front. Son autre œil encore visible dévisageait le cadavre par Terre. Pourquoi est-ce qu’elle le voyait lui ?

L’image de Zabuza disparut et le cadavre avait reprit son apparence normal dans la vision de Naomie. Le Joker leva le cadavre et le fit bouger comme une vulgaire marionnette. Son humour plutôt spécial avait étonné la jeune femme. Zabuza était autant irrespectueux que lui sur ce point-là et parfois il faisait preuve d’une ironie glaciale, exactement comme cela, mais en moins risible. Alors que ses mains tremblotaient, elle sembla reprendre une expression moins dure et s’approcha de son compagnon. Il lui raconta un bref aperçut de son parcours, il raconta que tout comme elle, il ne venait pas d’ici et qu’il avait eut le temps de s’occuper des Vongola, certainement une race ou une famille. Il désirait se faire connaitre et pour cela avait eut la fabuleuse idée de s’occuper des malades enfermer dans la prison pour les rendre encore plus… fou. Il les emmènerait sur Dosätz pour « faire la fête ». Quel gros bordel ça allait être… Les compliments qu’il lui adressa lui fit lever son visage vers lui. Pourquoi la complimenté de la sorte ? Apparemment c’est parce qu’il aimait bien son costume et son apparence… Même si ses lèvres n'étaient pas aussi rouges qu'il l'aurait souhaité. Quand il commença à effleurer sa joue blanchâtre avec l'un de ses doigts, Naomie ne recula pas mais, ses yeux s'agrandirent. Son geste lui avait rappelé, une fois de plus, la manière dont Zabuza se comportait avec elle. Si froid et pourtant... ses gestes tendres qui disaient l'inverse. Cela sembla la faire rosir. Elle était bien trop gentille et timide pour l'envoyer balader à ce moment. Alors qu'elle l'aurait fait avec n'importe qui d'autre. Pourtant ce geste la réconfortait, même si elle devait certainement se méfier de se personnage, elle n'y parvenait pas. Il l'interrogea, avec son grand air ironique sur le visage, si la fête qu'il avait prévu pouvait éventuellement l'intéresser.

- Vous êtes tellement étrange... j'ai connu une personne qui s'apparente à vous dans le fond... mais d'emblée plus froide d'expression. Alors qu'il caressait sa joue avec son doigt, elle attrapa doucement sa main. Cette personne avait le même humour morbide, mais en moins expressif, toujours. J'apprécie cela, même si à l'heure d'aujourd'hui je ne fais pas preuve d'autant d'activité que je l'aurais voulue... Elle déposa sa deuxième main sur celle du Joker. Comme les mains des hommes sont naturellement plus grande que celle des femmes, les siennes étant petites mais aux doigts fins. Je vois que vos buts sont vastes... et que, tout comme moi, vous ne venez pas d'ici. Racontez-moi un peu de votre vie, si cela vous plaît de le faire. J'aimerais bien en savoir plus sur votre histoire. Déclara-t-elle en le regardant avec des yeux semblant avoir reprit une petite lueur brillante. J'aime votre style unique, Joker, je pense que, personne au monde ne le porterait mieux que vous. Je suis intéressée pour vous accompagner, j'en prendrais de la graine...

Elle ne tirait cependant toujours pas de sourire. Elle avait du mal à le faire et ne voulait pas sortir un sourire de fausse joie. Elle semblait encore être un mystère pour lui, mais le Joker aussi en restait un grand pour Naomie.
Invité

MessageSujet: Re: Un Sourire Sur Le visage De l'Univers!   Sam 12 Juin 2010 - 12:40
Le Joker avait, d'une façon ou d'une autre, attisée la curiosité de Naomie, qui le comparait à une autre personne qu'elle avait connu. Le clown restait sceptique, il n'avait jamais vu personne avec sa "super saineté d'esprit", comme le personnel de l'asile d'Arkham l'avaient découvert. Mais en même temps, ce nouveau monde était vaste, peut-être le Joker avait-il eût un alter-ego dont il n'avait jamais eu conscience? Malgré les doutes, le Joker en resta là, de toute façon, vu comment Naomie parlait de cette personne au passé, elle devait être morte. La demoiselle au style si semblable à Harley voulu connaître le passé du Joker, un passé que le bouffon n'avait pas souvent raconté. En fait, il se rappelait de trois occasions auxquelles il avait parlé de sa vie: pendant un duel contre Batman, lors de son entretien avec Harley Quinzel et en torturant Hibari Kyoya. Malgré son sourire étiré, le visage du Joker reprit un air un peu plus sérieux. Il senti la main de Naomie toucher la sienne: un toucher froid, mais doux. Une main petite, aux doigts fins, qui lui rappelait Harley Quinn. Était-ce l'équivalent d'Harley en ce monde? Chaque personne avait sans doute son équivalent en ce monde, peut-être y avait-il eu un deuxième Joker, peut-être que les kryptoniens avaient existé et donnés leur puissance aux autres peuples, peut-être que la Ligue des Justiciers existait ... Cette demoiselle devait donc être l'alter-ego d'Harley Quinn, malgré une attitude moins joyeuse et peut-être, un peu plus rationnel, dans ce cas-ci. Mais vu comment Naomie en parlait, c'était une attitude qu'elle n'avait pas habituellement, en déduisit le Joker. Le fait qu'elle veuille le suivre et le connaître était-il un signe? À raconter sa vie ainsi, le Joker revoyait déjà son entretiens avec Harley Quinzel, à l'asile Arkham. C'est une impression de déjà vu qui assaillait son esprit troublé.

-Si tu veux connaître mon histoire ... je vais la raconter, du moins, celle qui me reviens le plus souvent. Vois-tu, je m'en rappelle d'une façon ... et d'une autre ... et encore ... mais la version qui me revient le plus souvent, est celle où j'avais une femme qui portait mon enfant. Je travaillait dans une usine de produits chimiques et j'ai voulu laisser tomber pour une carrière de stand-up comic. J'ai sauté sur la première occasion qui s'est présentée, résultat: flop total. J'étais maintenant sans travail, avec une femme à nourrir, j'étais désespéré. C'est alors que j'ai eu une offre du gang du Red Hood, un criminel légendaire qui portait un casque rouge. Il s'avéra que le Red Hood était un type différent à chaque coup, comme j'allais l'apprendre à mes dépends.

Ces types m'offraient de les aider à faire un cambriolage ... et pile à l'usine où j'ai travaillé. J'ai hésité pendant un bon moment, jusqu'au jour où je suis arrivé chez moi avec une nouvelle qui me boulversa: ma femme et mon enfant non-né avaient été tués dans un accident domestique. Les types ont insisté pour ce cambriolage, je n'en voyais pas l'utilité puisque j'avais perdu les deux personnes les plus chères à mes yeux ... Mais comme je n'avais plus rien à perdre et que je ne pouvais plus reculer, j'ai mit le casque du Red Hood et je suis entré dans l'usine avec mes "compagnons". Manque de bol, je ne savais pas qu'il restait un gardien de sécurité, il a lancé l'alarme et il y a eu un échange de coups de feux. L'un de mes "collègues" a été tué avant que l'autre descende le gardien. La police est arrivée mais ce n'était rien à côté de la personne qui a mit le pied dans l'usine à leur côté: Batman.


Le Joker était tiraillé par les sentiments en rapport avec Batman. Beaucoup de ses plans avaient échoué à cause du justicier, mais c'était son rival, son compagnon de jeu ... celui qui complétait sa folie par une autre folie, un peu différente. Après tout, un type déguisé en chauve-souris ne pouvait pas être sain d'esprit.

-Batman était un peu le Yang de mon Yin, il était timbré lui aussi, seulement, il ne l'admettait pas, alors que moi c'est tout le contraire: je suis un lunatique sans la moindre once de remords pour mes actions! Mais alors que moi je joue des tours mortels, lui se déguisait en chauve-souris et collaborait avec la police de Gotham pour attraper les types dangereux, comme moi. Combien de fois l'ai-je affronter, sans qu'aucun d'entre-nous n'ai été capable d'en finir jusqu'au bout, même si l'occasion s'était présenté des milliers de fois?

Enfin bref, Batman est arrivé dans l'usine. Le gangster qui restait a été arrêté, il n'y avait maintenant que moi et Batman. J'étais effrayé, je ne voulais pas aller en prison! Alors, lorsqu'il essaya de m'attraper, j'ai sauté dans une cuve reliée à des canalisation, qui jetait les produits chimiques hors de l'usine. J'ai nagé jusque dehors, pour échapper aux forces de l'ordre. Mais lorsque je suis revenu sur la terre ferme, ma peau me brûlait affreusement. J'ai retiré le casque de Red Hood et j'ai vu mon reflet dans une flaque d'eau: ma peau était blanche, mes lèvres rouges et mes cheveux verts. Cette transformation, couplé à la perte de ma femme et de mon enfant, avait détruit ce qui restait de mon esprit. La seule chose que j'ai été capable de faire en repensant à cette mauvaise journée était de rire, encore et encore et très fort! J'ai réalisé que la seule chose constante était la folie! La justice ne voulait plus rien dire pour moi! Si la vie était juste, Ma femme ne serait pas morte avec notre enfant dans un stupide accident domestique!


Une lueur de rage brilla dans son regard, lors de la dernière phrase, mais son sourire lui revint rapidement. C'était bien là un homme chaotique, capable de passer de farceur à meurtrier sans scrupules en un claquement de doigts.

-Enfin, j'ai affronté Batman à plusieurs occasions, incapable de l'achever alors que je l'aurais pu. Et puis, durant l'un de mes innombrables séjours à Arkham, j'ai rencontré docteur Harley Quinzel, avec qui j'ai parlé de mon passé. Ma folie avait sûrement contaminé son esprit parce qu'elle tomba amoureuse de moi, elle m'aida à m'échapper d'Arkham et, à mes côté, a causé le chaos sur la ville de Gotham, sous le nom d'Harley Quinn. Mais bon, je devrai tâcher de l'oublier, maintenant que je ne suis plus à Gotham ...

Pour la troisième fois, le Joker venait de raconter cette même version de son passé, qu'il avait réussi d'une façon ou d'une autre à repêcher dans le miasme chaotique dans lequel plusieurs souvenirs, vrai ou faux, y macéraient. Le fait que ce soit cette version voulait sans doute dire que c'était son vrai passé, celui que son cerveau de lunatique avait essayé d'enterrer afin de protéger l'homme ... une défense qui avait visiblement une faille, puisque le Joker venait une nouvelle fois d'en parler.
Invité

MessageSujet: Re: Un Sourire Sur Le visage De l'Univers!   Sam 12 Juin 2010 - 17:32
Alors que l’instinct curieux de Naomie s’était révélé, elle ne pouvait cesser de se poser maintes questions sur cet étrange personnage. Pourquoi était-il si amical envers elle alors qu’il était une sorte de psychopathe qui tue uniquement pour le plaisir ? Elle le trouvait bien étrange, mais, en attendant, était soulagée de ne pas être tombé sur un maniaco-dépressif ou quelconque être qui serait en même phase qu’elle. Elle se serait jetée du haut d’un trottoir, dans ce cas-là... On aurait dit, de la façon dont il regardait la jeune femme, qu’il voyait quelqu’un d’autre en elle et cela ne lui échappa pas. Peut-être ressemblait-elle physiquement à quelqu’un qu’il avait connu dans le passé ? Tout comme elle voit, dans quelques façons de faire du Joker, le fameux Zabuza à qui elle tient tant ? Quoi qu’il en soit, les deux personnes semblaient s’être bien trouvées. Qui sait ? Ils ont peut-être un avenir potentiel ensemble comme coéquipier for the fun. Enfin, pour le moment, ce n’est pas le fun qui plane, c’est sûr. Vu l’état de la jeune fille, cela ne peut qu’être l’inverse. Mais il pourrait la faire changer. Naomie est une fille qui a besoin de dépendre de quelqu’un et de servir à quelqu’un. Seule, elle est démunie et n’est plus capable de donner le meilleur. Il l’intriguait, pas seulement à cause de son aspect physique – la première chose voyante sur lui – mais parce qu’il se comportait de manière différente à tout autre guerrier ou humain, il semblait qu’il ait un quelconque problème, ou plutôt qu’il y eut un conflit qui le rendit comme cela. Dans l’instant, elle n’y avait pas pensé. En y réfléchissant, personne vient au monde en étant fou. Il y a toujours un élément qui vient perturber votre vie et qui vous fait changer... de façon mauvaise le plus souvent. Elle en avait fait les frais de l'expérience... et cela l'avait profondément atteinte, malgré elle. Le destin n'épargne pas. Même si elle ne croit pas à ce genre de choses. Même si on est née en étant un raté, on peut surpasser un génie mais avec beaucoup, beaucoup d'acharnement. Seulement, cela est possible et elle y croit.

Le Joker commençait à raconter l'histoire, du moins ce qu'il se rappelait. Apparemment, il y avait plusieurs versions qui trônaient dans sa tête, mais une en particulier. C'est elle qu'il choisit de raconter. Il lui dit qu'il travaillait dans une usine chimique et qu'il avait voulu changer. Que tout avait été un désastre et qu'il fut dans l'obligation d'agir avec un groupe de malfaiteur pour s'en sortir. Ce qui avait le plus touché la jeune femme, c'est quand il dit qu'il avait perdu sa femme et son enfant. Son visage reflétait une certaine mélancolie qui se trouva être visible, alors qu'elle ne le savait pas. Alors il accepta de cambriolé le lieu où il avait travaillé à l'aide d'autre gens. L'alarme qui avait été déclenchée avait appelé la police et un certain Batman. Il lui dit que ce Batman était une sorte de justicier en collaboration avec les forces de police de Gotham, le nom de là où il habitait. Cela était certainement une très grande ville, peut-être même l’une des plus connues. Ce justicier devait être très fort et était d’après ce qu’il disait, une sorte de rival pour le Joker par la suite. Pour fuir… il s’était jeter dans une cuve à effet chimique… et en était ressortit avec ce qu’il a comme visage maintenant… Les mains de Naomie s’étaient resserrées contre celle de l’homme en face d’elle. Il avait vraiment eut… la pire journée de toute son existence… et le destin, lui non plus, ne l’avait donc pas épargné. Les yeux de cette dernière commençaient à briller intensément. Elle était si sensible… Zabuza l’avait cerné du premier coup et ne s’était pas tromper sur son compte. Elle était… pure comme la neige…

Elle avait reconnu la rage dans les yeux du Joker, mais il l’effaça avec son sourire. Il avait dit que la seule chose qu’il avait fait après cela… était de rire, encore et encore. La folie l’avait bien touché, mais cela se comprenait. Qui n’aurait pas complètement disjoncté après une journée comme celle-là ? Il lui dit qu’a de nombreuses reprises, il rencontrait Batman et qu’il aurait pu l’achever plusieurs fois, mais qu’il en était incapable. Le Ying et le Yang les définissait plutôt bien, vu la situation. Arkham ? Elle conjectura que cela était une prison ou un hôpital psychiatrique, comme là où elle avait été il n’y a pas si longtemps. Un docteur du prénom d’Harley semblait s’être très attaché à son patient. Vu qu’elle en était tombée amoureuse et qu’elle le suivi dans ses actes. Semer le chaos… drôle de but. Mais il fait ça juste pour l’amusement. Effectivement... il n’avait que comme dernier recours de l’oublié, car elle n’est apparemment plus de ce monde d’aujourd’hui. Tout comme l’être aimé de Naomie… ce grand brun froid… qui lui avait donner une vraie vie…
Même si le Joker ne le montrait pas, il devait énormément souffrir de cela. Il le démontrait par sa folie, mais pas directement. Il ne versait pas de larmes. Naomie elle avait les yeux embués de celle-ci. Elle regardait le Joker dans les yeux, alors que les siens ressentait cette tristesse. Un moment de silence plana dans la pièce après ce qu’il lui raconta.

- Je… je suis désolé de devoir vous infliger ça… raconter l’histoire de sa vie n’est jamais si facile… Elle baissa la tête, tout en quittant d’une de ses mains celle du Joker, gardant l’autre dans sa main. Je suppose que je devrais aussi vous en dire un peu plus sur moi…

Elle sembla s'arrêter un moment. Un vent glaciale commençait à pénétrer la pièce où ils se trouvaient actuellement.

- Je suis née dans un village toujours enneigé, où le soleil ne donnait jamais. Mes parents étaient des paysans pauvres, mais étaient heureux comme ça et on ne s'en plaignait pas, bien que le travail dur que l'on effectuait chaque jour était difficile. Dans ce village, les guerres étaient nombreuses. Certaines personnes possédaient des particularités héréditaires, des pouvoirs qui se transmettaient de parent à enfant, ou de grands parents à petit enfant. On accusait ces gens d'être l'origine des conflits et on avait pour but de les faire tuer. Ils tuaient tous les enfants, adolescent, femme, jeune homme, homme, peut importe qui était-ce. A l'époque, je n'étais pas au courant de cela. J'avais à peine 6-7 ans, je ne me souviens plus vraiment de mon âge. Un jour, j'ai tendu ma main vers une flaque d'eau et, je ne sais comment, elle s'est transformée en glace. Alors j'ai montré ça à ma mère, fasciné par cet événement. Et elle m'a giflée. Son visage s'était décomposé en voyant ça et elle m'a dit « Pourquoi il eut fallu que tu l'aies aussi ? ». Je n'ai pas comprit sur le moment, puis elle s'est excusée. Deux semaines après, un groupe d'hommes et mon père était entré chez moi. Mon père tenait une batte dans sa main et il pleurait. J'avais peur, alors je me suis collé contre le mur. Il a rué ma mère de coup jusqu'à ce qu'elle meurt. Elle ne voulait pas lui faire de mal... elle ne l'aurait jamais touchée, elle l'aimait. Ensuite il s'est tourné vers moi et il s'est lentement approcher. J’étais tétaniser, mes yeux étaient grands ouverts et des larmes dégoulinait de mes yeux. Au moment où il voulut me frapper, d’énormes piques de glaces commençaient à sortir du sol. Je m’étais enfui. Derrière moi se trouvait mon ancienne résidence… avec ces grands piques de glaces, imbibé de sang qui sortaient de toutes parts. Naomie semblait dans une sorte de transe. Dans ses yeux, on pouvait comprendre qu’elle revoyait tous ses évènements. La tension de la pièce commença à descendre et les murs commençaient à geler progressivement. C’est comme cela que je me retrouvais dans la rue, seule. Personne ne se tournait vers moi. Les gens ne voulaient pas d’un monstre de ma trempe. A partir de là, j’ai goûté à ce sentiment… le fait de savoir que l’on a toujours été seul… et que l’on est inutile… Un soir, alors que j’étais assise sur un pont, un homme s’est arrêté. Il était… Sa tête se rabaissa, elle semblait avoir du mal à en parler. Il était brun… ses yeux étaient aussi noir que les miens à l’époque et le bas de son visage ainsi que son nez étaient couvert d’une sorte de bandage… et… il m’a dit… « Personne ne veut de toi, petite, parce que tu es considéré comme un monstre. Si tu es prête à obéir, je te prendrais sous mon aile... Si tu acceptes de m'être utile et de devenir mon arme. » Alors je n’ai pas hésité une seconde… je me suis levée et je lui aie fait le serment de me vouer à lui jusqu’à ma fin. C’est comme cela qu’un long parcours se déroula. J’ai passé plus de onze années à ses côtés à exploiter ma force, mon élément, et jamais il ne m’a lâché ou abandonné, même quand j’ai fais de graves erreurs, il m’a toujours protégée. Il me faisait confiance plus qu'à quiconque et il était comme... ce que je n'avais plus... une famille. Et ... ce jour... quand un mafieux puissant arriva ici pour faire un marcher avec Zabuza... ma vie a basculée... Elle resserra son emprise sur la main du Joker, son autre main posée contre son propre genou. Il faut savoir que Zabuza et moi, nous étions deux nuke-nin. Les nuke-nin sont des déserteurs, des personnes qui désertent leur village et qui n'ont aucune autorité à recevoir de la part d'aucun village. Ils sont considérés comme dangereux. Nous étions assassins le plus souvent. On accomplissait des missions pour de l'argent le plus souvent. Cette fois-ci, il fallait tuer un homme qui était à l'origine d'une construction d'un pont. Alors nous sommes allés à sa recherche. Quand nous l'avons trouvé, il était protégé par 3 ninjas. Il y en a un que Zabuza connaissait bien, moi je ne l'avais vue qu'une seule fois. C'était un Hokage, un grand chef d'un village. Il s'appelait Ikari. Les deux autres l'accompagnait, un blond et un brun, alors qu'Ikari avait des cheveux blancs naturellement, bien qu'il ne soit pas si vieux. Zabuza entama un combat contre le chef de l'autre village. Moi, je m'occupais des deux autres. En bref, j'ai réussi à mettre hors-jeu le brun. Mais j'étais incapable de le tuer volontairement. J'avais déjà rencontré le blond quelques jours avant ça et nous avions discuté longuement. Je lui ai dit qu'une personne peut devenir vraiment forte quand elle à la volonté de protéger la personne qu'elle chérit le plus au monde et que, mon but était de réaliser les rêves de la personne que j'aime. Alors il m'a dit que lui aussi, il y avait des personnes pour qui il donnerait sa vie. Notamment ce brun ténébreux avec lui... c'était son meilleur ami. Je ne voulais pas... qu'il souffre. Alors j'ai fais exprès de raté ses points vitaux. Le blond est rentré dans une rage folle et à contrer ma technique des démoniaques miroirs de glace. Quand je me battais, je portais un masque, il ne put donc pas me reconnaitre. Il me donna un coup de poing de toutes ses forces, tel que je fus propulsé beaucoup plus loin. Je me relevais et il allait me bondir dessus une fois de plus. Mon masque s'était brisé en deux et, lentement, l'une des parties tomba et l'autre fit de même. C'est là que le blond arrêta son coup à quelques centimètres près de mon visage. Il semblait vraiment choqué. Il me demanda pourquoi je suivais un assassin tel que Zabuza, pourquoi était-ce lui cet être qui comptait plus que tout pour moi. Je lui dis que lui et moi était pareil. Lui aussi avait été sans parents et abandonner de tous. Et je lui ai dit que... Zabuza... était le seul à ne pas m'avoir tourné le dos pendant toutes ces années, qu'il m'avait toujours accepté comme j'étais. Je lui ai aussi dit que... Zabuza m'avait dit un jour qu'il n'avait pas besoin des faibles... et je lui ai demandé de m'achever. Le blondinet ne voulait pas. Pendant ce temps, je sentais que Zabuza était en mauvaise posture. Nos esprits étaient liés d'une étrange manière. Alors au moment où le blond allait se décider, je parais son coup et me téléportais. Je m'étais interposé entre Ikari et Zabuza et me prit de plein fouet, l'attaque finale d'Ikari : Les milles oiseaux. C'était le nom de sa technique dévastatrice. Tout deux avaient été profondément choqué de cette apparition. Je commençais à voir trouble. De l'eau commençait à flotter autour de Naomie. Ikari m'a attrapé et m'a posé plus loin. J'étais presque inconsciente, mais je voyais tout dans mon esprit. Le mafieux et ses hommes sont arrivés. Il a commencé à dire à Zabuza qu'il n'était qu'un diablotin qui avait besoin d'une bonne fessée. Puis il s'est approché de moi. Je lui avais cassé le poignet pour avoir approché de trop prêt Zabuza. Il me donna un coup de pied mais, je ne réagis pas. Le blond s'approcha de Zabuza et lui demanda pourquoi il n'avait pas réagit... et il lui criait que moi, je tenais à lui plus qu'à ma propre vie, que je l'avais toujours chéris. Zabuza se mit alors à pleurer... et c'était... la première fois que le voyais ainsi... Les gouttes d'eau formèrent une sorte de miroir derrière elle. D'autres gouttes se congelaient. Zabuza lui a demandé de ne pas en rajouter... puis comme il avait les deux bras casser à cause du combat, il dit à Ikari qu'il n'avait plus rien contre lui et que leur combat était fini. Il lui demanda son sabre et le prit dans sa bouche. Il fonça dans le tas d'hommes du mafieux et les empala. Le mafieux s'était réfugié derrière les hommes, près de l'eau. Plusieurs hommes plantèrent leurs armes dans le dos de Zabuza, mais il ne s'arrêtait pas. Lorsqu’il atteint le mafieux, Zabua lui dit : « Un petit diablotin, n’est-ce pas ? Je vais te montrer pourquoi on m’appelle Le Démon ! »puis le Mafieux lui avait répondu : « Va en enfer ! Tu ne pourras pas rejoindre ta petite protégée, de toute manière ! » et Zabuza lui répliqua : « Oh, tu sais, je sais très bien que je n’irais pas dans le même endroit qu’elle, ça ne me changera pas beaucoup. Ici c’était déjà l’enfer, j’ai l’habitude, je suis un démon, moi… mais si j’y vais, tu viens avec moi. »C’est à ce moment que Zabuza lui transperça la nuque, puis le jeta dans l’eau. Il se tourna et tenta de m’atteindre. Les hommes armés s’écartèrent sur son chemin. Il tomba au sol et… Des larmes perlaient sur les joues de Naomie. Elle tremblait. Ikari apparut à ses côtés pour retirer les armes de son dos et reprendre son sabre. Zabuza lui demanda une dernière faveur… celle de pouvoir me voir… une dernière fois…Alors Ikari l’a déposé près de moi et là… il a posé sa main contre mon visage… alors que j’entendais de moins en moins bien et que je m’évanouissais de plus en plus… « Je suis désolé... pardonne-moi, Haku... si cela est possible… j’aimerais aller dans le même endroit que toi… »… Mon rêve était… de réaliser ses rêves… Elle avait toujours sa tête baissée. Les larmes tombaient les unes après les autres contre le sol, abondantes. La glace derrière elle explosa d'un seul coup, violemment. Puis je ne sais plus ce qui c'est passé mais... j'étais encore en vie alors que lui avait donné sa vie pour sauver mon honneur et pour moi... après ça j'ai été placé en famille d'accueil car je n'étais pas encore majeur, puis j'ai été placé en hôpital psychiatrique... sous effet de forte dose de médicaments, je pensais pouvoir oublier ça mais... même en ayant le cerveau confit, tout me revenais... Alors j'ai fini par faire exploser l'endroit et je me suis échappé en me retrouvant ici maintenant, avec vous... Elle était abattue. Elle n'arrivait pas à s'empêcher de pleurer. Son corps entier tremblait sous cet effet. Je suis désolé de me présenter comme cela... devant vous... mais je n'arrive pas à rester encore aussi impassible...

Elle quitta la main du joker et enfouis son visage dans ses mains. Ses longs cheveux qui étaient à l'habitude à l'arrière, s'étaient rabattus devant, cachant à moitié son doux visage incapable de se transformer en une laide rage.
Invité

MessageSujet: Re: Un Sourire Sur Le visage De l'Univers!   Sam 12 Juin 2010 - 20:52
La poigne de Naomie commença à devenir plus ferme et la température de la pièce avait baissée, alors qu'elle racontait sa propre histoire. Elle racontait qu'elle était né avec un don, à l'évidence celui de pouvoir manipuler le froid, que ce soit en gelant de l'eau ou en faisant surgir des pointes de glace. Son histoire était au moins aussi tragique que celle du Joker, seulement cela semblait l'avoir moins atteint psychologiquement puisqu'elle agissait de façon plus rationnel que le Prince Clown du Crime. Il restait que ce qui s'était passé avec la mafia et ce ... Zabuza ... avait de quoi ébranler une personne pour une bonne partie de sa vie, si ce n'est pas jusqu'à sa mort.

-Alors, toi aussi tu as passé une horrible journée? C'est ce que j'ai toujours essayé de faire comprendre à tous le monde, que même le plus sain des hommes peut se retrouver complètement détruit à l'intérieur de son esprit par une simple mauvaise journée.

Souriant, il amena une main vers le visage de Naomie, essuya les larmes de sa main gantée.

-Mais no more tears, princesse. Ce monde pourri à l'os en verse déjà beaucoup trop. Lorsque le sort nous envoie dans le décor, le mieux est de sourire ... et de le faire exploser.

Sur ses mots, il passa son index de la joue gauche de Naomie, à se joue droite, en passant sur les lèvre, simulant de dessiner un sourire sur le visage de la demoiselle. Tout comme Harley, elle comprenait ce par quoi le Joker avait passé, quoi de plus normal car elle était passé par le même genre de chose. Tout comme lui, tout comme Batman, Naomie avait perdu quelqu'un de cher et en était restée marquée. Ce serait alors son tour de montrer au monde que la justice était un concept raté, elle aussi laisserait le chaos masquer ses frustrations.

-J'ai pu oublier mes malheurs, avec le temps, même si les dommages fait à ma saineté d'esprit sont irréversibles. Mais qu'est-ce que ça peut me faire d'être timbré? Ça me convient parfaitement! Il faut laisser le temps effacer ces mauvais souvenirs et y mettre un peu du siens! Souris, maintenant, parce que ce ne sont pas les larmes qui vont graver un grand rictus dans ce monde!

Étant donné la future "fête" qui se préparait, le Joker décida que le temps n'était pas à la tristesse es mauvais souvenirs du passé. Lui se rappelait de sa propre mauvaise journée mais ne versait plus de larmes. Cela avait coûté la vie de nombreuses personnes, à cause de son envie de répandre le chaos, de meurtres pour lesquels il n'avait aucun remords, aucun regrets. Le Joker tira doucement la main de Naomie, l'invitant à se lever et il alla se poster davant une grande vitre, en-dehors de laquelle Dosatz était visible, bien qu'était encore un tout petit cercle au loin.

-Pour l'instant, nous commençons par Dosatz, tu te sentiras bien mieux lorsque la fiesta commencera, princesse!
Invité

MessageSujet: Re: Un Sourire Sur Le visage De l'Univers!   Sam 12 Juin 2010 - 23:13
Le choc émotionnel produit par le fait qu'elle ait compté son histoire avait créé une tension - de nature basse - dans l'atmosphère. Enfin, cela parce qu'elle était profondément troublée et que sa glace, réagissant à sa volonté, avait fait ressentir ce que, elle-même ressentait. Il était vrai qu'elle avait craqué. Une chose qu'elle n'avait jamais faite depuis la mort de Zabuza. A force de tout garder pour elle et en elle, cela avait fini par exploser. Elle ne pouvait pas tout contenir de la sorte. C'était humain. Bien qu'elle soit un dit monstre, elle n'en restait pas moins à l'origine, une humaine. Le fait que quelqu'un prete rien qu'un peu d'attention à elle semblait la rassurée et la consolée. En effet, cet évènement ayant chamboulé sa vie restait gravée dans sa mémoire et elle ne pouvait pas l'effacer ou l'ignorer. Sinon, elle en souffrirait intérieurement. On ne peut oublier quelque chose, on doit apprendre à vivre avec, même si cela est difficile. Et elle en avait prit conscience. Seulement, cela n'était pas si facile à dire qu'à faire, comme tout type de cette tranche-là. Oui, elle aussi avait eut cette mauvaise journée, parallèlement au Joker. Il avait raison. N'importe qui serait détruit après avoir tout perdu. Qui garderait la foi ou bien la tête entière ? Cela n'était pas possible... cela était irréalisable et inimaginable. A part si on vient au monde sans aucun sentiment et coeur. Ce qui, n'était peut-être pas impossible, vu les horreurs que l'on croise à ce jour.

Son interlocuteur mena sa main jusqu'à sa joue et doucement, essuya les larmes qui coulaient. Ce geste lui fit lever la tête lentement, alors que ses cheveux couvraient une partie de son visage, reflet de cette infinie tristesse. Elle ne prit pas soin de les ramenés tout de suite en arrière. Elle préférait concentrer toute son attention sur son actuel compagnon. Peut l’importait de comment elle lui paraissait. Naomie espérait simplement qu’il ne serait pas affligé par la tournure des évènements. Cependant, elle en déduisait qu’il n’était pas ce genre de personne du genre à se vexer pour un rien ou a être maniéré par bonne coutume. Cela était plutôt plaisant, elle qui n’avait aucune notion bourgeoise. L’index de l’homme glissa doucement de sa joue gauche jusqu’à ses lèvres en faisant mine de lui dessiner un sourire sur le visage, puis il arriva sur sa joue droite. Un frisson lui parcourut le dos. Cette manière de faire lui rappelait tellement le silence de Zabuza lorsqu’il était tendre avec elle comme cela…
Lui avait réussi à oublier tout ça avec le temps d’après ce qu’il racontait. Mais ce n’était pas totalement vrai. En effet, sa santé mentale ne changerait jamais. Cela restait à jamais, comme l’évènement qui fit ceci. Le fait qu’il soit givré semblait lui convenir totalement et il ne s’en plaignait pas. En même temps, bien qu’humain, il semble avoir beaucoup plus de potentiel que les autres. Il lui dit de sourire, c’est vrai qu’après la pluie, il y a le beau temps… elle essayera.

Cela devrait être réalisable, avec la fête prochaine qui allait se produire. La jeune femme pensait pouvoir s’amuser et reprendre goût… a la vie… et au sang ? Même si cela ne l’avait jamais vraiment stimulé auparavant, car elle était bien trop gentille pour réellement faire souffrir. Elle l’est toujours un peu, mais une partie de son cerveau est complètement tourné à l’inverse. Les deux se contredisent. Mais elle ne peut pas contrôler des pulsions sanguinaires, même en étant consciente de ce fait. Elle ne pouvait plus rien changer maintenant… elle-même était prise dans cette sombre folie qui allait se rependre dans son être. Là, Naomie aurait des points communs avec ce Joker, parce qu’ils partageraient la même vision des choses. Il faut lui laisser le temps de récupéré et tout ira mieux… ou du moins, elle sera ancré dans sa nouvelle personnalité à double tranchant… et qui sera de grande utilité dans certaine situation. Quant à sa tenue… rien à changer sur ce point, hm ? Il la tira par la main pour l’emmener jusqu’à une grande vitre qui donnait sur l’espace. On remarquait Dosätz, encore loin d’ici, mais représenter sous forme d’un petit cercle. Tout en gardant l’une de ses mains dans celle du Joker, elle déposa l’autre sur la vitre en observant la galaxie. C’était la première fois qu’elle voyageait de la sorte et qu’elle découvrait ça. Il pensait qu’elle se sentirait mieux quand ils commenceront la petite fête qu’il avait prévu sur Dosätz, et ce serait surement le cas, car il l’amusait et était un personnage de fascination. Elle ne le connaissait pourtant que peu, mais elle se sentait ailleurs, autre part que dans ses souffrances, à ses côtés.

- Si c'est ce que vous voulez... je sourirais et je me guérirai de ce mal qui m'envahit... dit-elle, toujours le regard rivé dans l'espace. Je n'avais jamais vue ça auparavant, c'est très étrange. Dites-moi, quel est votre but ultime dans votre vie ? Et parlez-moi un peu de votre identité véritable, je ne pense pas que vous vous appeliez Joker, hein ? dit-elle en se tournant vers lui, avec un sourire révélant sa timidité. Moi j'ai à peine 21 ans. Mais mon potentiel est déjà tout tracé. En plus de onze ans, j'ai eu le temps d'exploiter mon maniement de l'eau par la glace. Ce sera donc plutôt facile, si personne ne se met en travers de notre chemin. Mon nom de famille est Raiken. Vous travaillez toujours avec les mêmes personnes ou bien... vous changez de personnel tout le temps ? J'ai connu une personne se servant des autres comme sacrifice pour ses plans... Mais j'aimerais bien... vous accompagnez dans votre parcourt, si cela vous plaît.

Son petit sourire de timidité s'agrandit un peu, ses yeux commençaient à reprendre de leur éclat.
Invité

MessageSujet: Re: Un Sourire Sur Le visage De l'Univers!   Sam 12 Juin 2010 - 23:44
Les paroles de Naomie firent sourire le Joker, voilà l'attitude qu'il fallait adopter! De toute façon, c'est Dosatz qui paierais pour les troubles de la demoiselle au costume de bouffon, de quoi satisfaire n'importe quel maniaque prit de rage. Vinrent des questions sur le but ultime du Joker, sur la place de son "personnel" à ses côtés. Le personnel ... combien de ses propres hommes avait-il tué ou abandonné lorsqu'il n'en n'avait plus besoin? Le nombre de ses victimes ne comptaient pas que des civils, loin de là. Parfois un gros type qui élevait trop la voix car il ne prenait pas le patron au sérieux ... ou un autre qui s'était avéré une nuisance ... Harley était la seule à ne pas avoir goûté au Joker Venom ou à une balle, car elle avait tout simplement toujours été loyale. Enfin, mis à part les conflits de couple qui pouvaient arriver à l'occasion. Le clown se rappelait bien la fois où il croyait sa dernière heure arrivée, devant le canon d'une mitraillette, après un conflit avec Harley ... alors que ce sont de simples drapeaux qui avaient surgit de l'arme. C'était bien là Harley, qui comprenait si bien l'humour de son compagnon. La nuit avait été mouvementée après cet incident, disons-le.

-Je n'ai pas vraiment de but ultime, disons, je prend la vie comme elle viens. Mais bon, on ne rajeunit pas, hm? alors un jour je vais sans doute me caser et avoir un Joker junior sur les genoux, héhéhé.

Il restait à voir si la mère de ce futur mini-moi passerait par les joies de la grossesse, avec le ventre rond, les sautes d'humeur et la douleur de l'accouchement. Sinon, il serait toujours possible de trouver le "Batman" de cet univers et de lui piquer un des innombrables "Robin" qui lui servait d'assistant et de lui faire passer au traitement Joker. Ça avait été si facile avec Tim Drake et il avait pu percer bien des secrets sur Batsy, notamment sa véritable identité, ainsi que les traumatisme qu'ils avait enduré, le meurtre de ses parents, par exemple.

-Comme je disais plus tôt, mon nom n'a plus d'importance depuis longtemps, mais si tu y tiens .. le dernier nom que je me rappelle avoir porté est "Jack Napier", mais ça peut-être autant mon vrai nom que celui d'une des innombrables versions de moi dans un passé trouble, impossible à démêler. Un véritable casse-tête, ce cerveau, non?

Il pointa son crâne sur ces paroles. Les possibilités de nom étaient aussi larges que les possibilités sur la création involontaire du Joker. Il pouvait tout autant être tombé dans une cuve de produits chimiques et être devenu fou après avoir perdu sa femme qu'il pouvait avoir été une femme, combattant non pas le justicier Batman, mais le criminel Owlman. Et c'est dans ce genre de possibilité que le Joker se demandait s'il ne vivait pas dans plusieurs mondes en même temps ... le Joker, une justicière? Batman, un terroriste? Absurde ...

-Quant à ma bande de sales clowns ... tant qu'ils ne font pas de bêtises, je les garde avec moi. Mais le dernier à ne pas m'avoir prit au sérieux mange présentement une grosse salade de pissenlits sous cinq-cent kilos de terre, héhéhéhé! Enfin, tu es la bienvenue dans cette bande de tordus, bien sûr, on peut sembler ridicules et bruyants, mais tu t'y feras, princesse!

Il déposa un baiser sur la main de la demoiselle. Qu'il pouvait être galant, le Prince Clown du Crime! Mais il le serait beaucoup moins avec les citoyens de Dosatz. Le vaisseau se rapprocha d'ailleurs de plus en plus. Il restait maximum quinze minutes de vol avant d'atterrir.
Invité

MessageSujet: Re: Un Sourire Sur Le visage De l'Univers!   Dim 13 Juin 2010 - 12:30
Elle avait vite séché ses larmes après la sorte de consolation que lui avait offerte le Joker. Elle ne pouvait pas rester dans cet état pour toujours, même si la vie ne lui avait pas donné de cadeau. Elle prend comme elle donne, parait-il. Serait-ce cet homme en face d’elle, qui allait devenir le centre de ses préoccupations ? Cette rencontre subite était-elle liée à ce que l’on appelle le destin ? Même si elle n’y croit pas plus que ça, ce genre de rencontre est rare. Surtout avec une bonne entente et des points communs visibles entre les individus. Ils étaient dans la même branche et le Joker le remarquera bientôt. Quelqu’un de fêlé ne tient pas longtemps avant d’exploser, disons. Naomie n’étant qu’une femme frêle de comportement à l’origine, se transforme en une espèce de sadique avec des crises de bidonnage quand le sang lui monte à la tête. Pas facile de rester si calme que ça dans ce genre de moment. Finalement, elle avait bien fait de monter ici en suivant les autres. Elle allait passer une bonne journée sur Dosätz à s’amuser avec ses concitoyens qu’elle aime tant. Naomie peut être une personne très discrète en cas de nécessité. Mais là, ce serait de l’autre bord : Peu l’importe de ce faire repéré. Quoi qu’il arrive, elle n’abandonnerait pas. C’est ce qu’on lui à apprit. L’instinct de survie est primordial dans un tel monde et elle le mettait en avant. Suivant la démarche du Joker, cette dernière était consciente qu’elle se lançait dans un avenir dangereux et criminel, en quelque sorte. De toute façon, elle est déjà rechercher pour l’explosion de l’hôpital psychiatrique. L’interné n’avait servi à rien, ça avait même empiré son cas. Les humains n’ont aucun savoir faire avec leurs semblables. Contrairement aux animaux comme les loups, ils n’ont aucune solidarité ou esprit de groupe. C’est chacun pour soi et tant pis pour son prochain s’il n’arrive pas à suivre. Autant ne pas essayer de collaborer, cela serait sans intérêt. On fini toujours par se faire avoir ou bien s’emmêler dans des histoires. Naomie n’avait pas envie de jouer la fanatique toute gentille qui croit en Dieu. C’est vrai dans le fond… la vie est faite pour se divertir, pas pour en pleurer. Sinon, elle ne serait que pluie torrentielle…

Il pensait qu’un jour il finirait par ne plus servir à rien et pensait déjà à assurer sa descendance. Décidément, ce Joker était calculateur et savait où et comment placer ses plans. Il devait surement prévoir certaines choses à l’avance aussi. Doté d’une intelligence supérieure à la branche des humains avec un QI peu élevé, il doit être un génie dans ce qu’il entreprend. Avec des plans calculés à l’avance, c’est certainement victoire assuré. Elle aurait tout loisir de l’observer sur le terrain le moment venu. Grâce à sa curiosité, elle avait réussi à gratter son dit prénom et nom de naissance. Jack ? Plutôt chouette comme prénom, pour quelqu’un qui est bouleversé dans sa tête. Il disait que tant que ses pions ne faisaient pas de bêtises, il les gardait auprès de lui. Visiblement, le dernier à ne pas l’avoir respecté en avait gardé un bon souvenir. Bien que sa bande soit effectivement assez étrange et bruyante, cela ne la dérangeait pas particulièrement – sauf si elle est en état de léthargie partielle. Le Joker déposa un baiser sur le dos de la main de Naomie, qui n’avait jamais eu affaire à cette sorte de galanterie. Elle sembla un peu mal à l’aise et timide, mais cela changerait avec le temps.

- Je vais m'y habituer à force de vous fréquenter. Je peux vous appeler Jack, si on est seulement tous les deux ? Apparemment vous préférez que l'on vous nomme le Joker, alors je le ferais en public. Elle s'assied sur le rebord d'une caisse. Alors, est ce qu'il y a un plan spécifique pour Dosätz, ou bien nous agissons grouper là où nous le voulons ? Je ne connais pas encore vos tactiques sur le terrain, alors autant suivre le mouvement plutôt que de faire un geste de travers. Elle avait le regard rivé sur la forme de la planète Dosätz se rapprochant d'eux. Dites, cette femme dont vous m'avez parlé tout à l'heure, c'était elle qui devait assurer votre descendance ? Je connais des personnes qui utilisent un moyen plus efficace pour s'assurer de ça. Il suffit de capturer une femme et de la violer. C'est ce qui se faisait dans mon pays, parfois. Parce que les hommes nuke-nin sont solitaires la plupart du temps, et quand ils se font vieux, préfèrent avoir un disciple à qui transmettre tout leur savoir. Elle se releva, puis raccommoda ses longs cheveux en arrière, ajustant son bonnet correctement sur sa tête. J'ai hâte que ça commence... je vais pouvoir vous montrer de quoi je suis capable, hormis le fait de pleurer...

Elle émit un petit rire cristallin, joignant ses mains dans son dos et levant sa figure de porcelaine vers celle de Jack. L’atterrissage sur Dosätz, leur arrivée sur cette planète, sèmerait un chaos total.
Invité

MessageSujet: Re: Un Sourire Sur Le visage De l'Univers!   Dim 13 Juin 2010 - 14:55
Dosatz était maintenant bien en vue, plus que quelques minutes avant l'atterrissage. Les vagues de ki fuseraient bientôt, semant la destruction partout sur le passage des bouffons. Et, au-devant de la scène, le chaotique Joker et la sublime Naomie, côte à côte, rigolant de bon coeur devant les cris de terreur et les explosions. Ce serait une journée parfaite, à n'en pas douter. Et comme il n'y avait pas de groupes de justicier, sans doute que la défense de la planète serait retardée. Le Joker écouta la demoiselle, tout en regardant la planète grandir devant lui. Contrairement à Harley, Naomie préférait l'appeler "Jack" au lieu de "Mister J.". Pas plus grave, au fond, même si cela le ramenais à un passé qu'il avait laissé derrière lui, bien qu'il n'oublierais jamais. Mais Jack et le Joker étaient deux personnes bien différentes, l'un était un stand-up comic raté et l'autre, un psychopathe au sens de l'humour tordu.

-À ton aise, princesse, cependant, Jack est mort depuis cette fameuse rencontre avec Batsy, il ne faut pas l'oublier!

Jack Napier avait laissé place au Joker après ce plongeon dans les résidus chimiques, c'est en cela qu'il était "mort", tout comme Harvey Dent était "mort" pour laisser place à Two-Face. Un autre "compatriote" d'Arkham, dont la moitié du visage avait été ruiné par de l'acide, lancé à son visage par Sal "The Boss" Maroni lors de son procès. Il en devint obsédé par le chiffre 2, prenait toujours ses décision au pile ou face, c'était surprenant s'il n'avait pas un dédoublement de personnalité ou qu'il ne oyait pas double, tant qu'on y est ...

- Le plan est très simple: on attaque, on détruit, on vandalise! On se lâche comme on veut, il faut que ce soit un grand éclat, pour laisser une trace sur le monde! Seulement, je garderai quelques types proches, s'il y a des mauvais garçon avec cette force, il y en aura sans doute quelques bons aussi.

Mieux valait être prudent, le pugilat n'était pas un point fort du Joker, même s'il se débrouillait. Il avait déjà mit un gros type à terre à l'aide de ses seules mains ... et de ses chaussures, en prison. Il était passé à un cheveux de la chaise électrique parce qu'un type avait utilisé son Joker Venom et des timbres d'une collection spéciale pour tuer des gens. Tous mort en riant, le sourire aux lèvres après avoir léché l'innocent timbre pour mettre sur une enveloppe. Le Joker avait fait une semaine de prison et il n'avait pas été facile à maintenir par le personnel, il avait tabassé un gros type venu le narguer et avait fait avaler son harmonica à un autre...

- Harley voulait bien fonder une famille, mais ne voulais pas passer par la grossesse. Manque de chance, Tim Drake à réussi à s'échapper, alors l'adoption ne s'est pas déroulée comme nous l'avions voulu. En plus, nous n'avons pas eu le temps d'organiser le mariage avant que je disparaisse subitement et je doute de pouvoir revenir, donc de ce côté, c'est fichu. Quant à un viol, ça ne m'intéresse pas, ensuite, l'élue devient plutôt négative face à une vie commune, hahahaha!

Le gros vaisseau commençait à pénétrer l'atmosphère de la planète Dosatz, l'atterrissage était imminent, il fallait maintenant couper court à la discution.

-Oh, ça va secouer, mieux vaut aller sur un siège et attacher notre ceinture! Hahahaha!!

Sur ce, le bouffon guida sa compagne vers les sièges, où tous le monde était déjà installé. Il repéra deux sièges libres, où il invita Naomie à prendre place et à bien s'attacher. Le vaisseau commença à être sérieusement secoué lors de l'entrée dans l'atmosphère, le Joker s'installa et attacha sa ceinture tant bien que mal. Le vaisseau s'approchait maintenant de la base de lancement.

(Je vais faire un post à la base de lancement de Dosatz et un en ville. ^^)
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Un Sourire Sur Le visage De l'Univers!   
 
Un Sourire Sur Le visage De l'Univers!
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un sourire malicieux éclairant un visage ridé
» retrouver dans un sourire toutes les lois de l'univers (thynès)
» Ito Nobu - un sourire sur un visage d'enfant
» Soeur Sourire
» peindre simplement visage avec tallarn flesh

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPGDBZ :: RPG :: Espace-