Partagez | 
 

 'tite pérégrination.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Shin.
Masculin Age : 107
Date d'inscription : 02/09/2006
Nombre de messages : 167

MessageSujet: 'tite pérégrination.   Mer 16 Avr 2008 - 15:32
Les cieux d'ébènes exhibaient une sensibilité mélancolique unis à ces pas abscons, d'un ésotérisme sans équipollent, qui se fourvoyaient au sein d'une sois-disant communauté, désormais défaillante d'un quelconque individu. Un amoncellement de constructions portant judicieusement son nom, l'effroi étant mis en avant, il dénotait l'existence de chimères antipathiques aux pensées de quidam d'ordinaire. La présence de Celieno en ce site, appliquée davantage son état de garçon sibyllin, perpétuellement hermétique pour ses anciennes liaisons. De ses iris azurée, la voûte surplombante suscitait un contraste épouvantant au vu de son opacité, tandis que de sa manière de se mouvoir au penchant vaguement efféminée, il concevait les incalculables habitations toutes dépeuplées. La bassesse du lieu ne paraissait susciter de la défiance, son envergure se manoeuvrait sans être entravé, ses yeux ne vaciller aucunement et pour le parfaire, son visage ne pavanait la moindre expression. Celieno était pareillement à une illusion, admirablement englobé dans la ville, comme étant sa propre demeure.

Néanmoins, elle n'arborait pas son nom comme sa responsabilité, aucun ectoplasme n'avait jailli dans l'itinéraire d'effaroucher le jeune garçon, une simple brise s'extériorisait non intempestive au télescopage du faciès. Le climat étant tempéré, il n'avait que dessein de revivifier la corpulence de Celieno, lanternant depuis dix minutes. En exactitude, il était paru à l'horizon et s'engagea subséquemment à sillonner la ville qu'il conjecturait peut-être comme sa futur résidence, avant, incontestablement, qu'il ne distingue le manque de population et la teinture acariâtre de la plénitude des environs. Sa réminiscence étant quelque peu enrayée, Celieno n'avait la souvenance d'un moment antérieur qui le propulsa au coeur de cette planète. Supposant comme étant un rudimentaire détail épisodique, le jeune garçon n'y ligaturait de l'ampleur et subsistait dans son itinéraire, manquant de véridicité pour avoir une échéance. La clarté était évaporée, pas un faisceau de luminosité vint étinceler la planète, comme si elle fut autrefois châtier pour une loqueteuse corruption.

Ses yeux oscillaient de gauche à droite, s'efforçant de prospecter dans l'optique de surprendre une discrète présence qui aurait la faculté de l'aviser, sur cet hermétique globe terrestre. Que ce soit par sa nature, son propre tempérament ou bien sur la quantité d'habitants pesant encore sur elle, pour le moment inexistante aux pupilles de Celieno. Dans chacun des cas, il était dans la nécessité d'être instruit pour son futur cheminement, puisqu'il aspirait à retrouver son défunt gentilhommière. Au cours d'un instant, il se fossilisa, d'aplomb, pas une unique phalange n'ondulait une simple oscillation. Son itinéraire était arrivé à destination, Celieno avait interrompu sa marche et sondait ce que sa vision lui allouait devant son faciès arrondi, rien d'autre qu'un énième bâtiment sombre. A s'interroger du dessein de son arrêt sur place, tandis qu'il n'avait encore expatrié la ville. Le simple raisonnement intelligible résidait dans l'audition d'un bruissement ambigu qui vint provoquer son ouï et indubitablement lui faire imaginer une existence non loin de lui.
Invité

MessageSujet: Re: 'tite pérégrination.   Dim 20 Avr 2008 - 0:42
Soudain un bruit de battement d'ailes hypnotisa très vite tout la ville,le bruit de plus en plus fort et plus lourd,peu à peu,on pouvait voir une silhouette au loint,enfin une ombre gigantesque embauma la ville,puis cette ombre rapetissa,enfin un jeune homme apparut en plein milieu de la ville,de grande ailes sortait de son dos,ces cheveux blanc flottait dans le vent froid qui s'imposait de plus en plus,le jeune homme sortit une énorme lame de son étui,d'un geste long et rapide,il coupa une maison en deux,on pouvait voir des spectres s'écarter,d'un geste rapide et déterminée,le jeune homme ce retourna et ces ailes ce recroquevillait sur eux,le jeune homme avança tranquillement...

Le jeune homme avança en baissant la tête,ces ailes ce déplia,les deux énormes ailes rayer toute les maisons autour de lui...

Le jeune homme vint à s'arrêtait,un autre jeune homme était devant lui,le jeune homme pointa ça lame vers l'inconnu,Il commença à sourire,il rangea son arme et il ce mit à rire,ça voix faisait plutôt jeune.

(Sa voix ressemble un peu à ça:
free music
)


"Eh bien,moi qui croyait être la seul personne dans ce troue paumée,ça m'étonne de voir quelqu'un de "vivant" sur cette planète!"

Le jeune homme tendit son bras vers ça gauche,son immense elle ce déplia de tout sont long tout en détruisant une maison déjà en ruines.

Le jeune homme sentit le désire de tué qui le rongeait,il essaya de le contenir même si cela lui était très difficile.
Shin.
Masculin Age : 107
Date d'inscription : 02/09/2006
Nombre de messages : 167

MessageSujet: Re: 'tite pérégrination.   Lun 21 Avr 2008 - 7:33
Son audition ne le fourvoyait pas, son automatisme à s'ankyloser en intégralité n'était en aucun cas frivole; de sa cime, il était plus doué à humer les périls une fois figé. En dépit de son opiniâtreté, aussi pondéré était-il, Celieno était inapte à déceler la provenance des prémices bruissements venus le susciter, seuls quelques friselis hors d'atteinte parvinrent à le fomenter, s'apparentant à un accablement d'habitations. Après avoir détecté l'interstice le disjoignant d'une vraisemblable subsistance présente en ses contrées, il négligea sa somatique verticale et allongea son esquisse jusqu'à aller en direction de sa croisée. Éreinté de baguenauder, une malveillance vint se griffonner sur ses lippes, ne déclarant rien de spirituel, sauf sa manière à exhiber un trépas d'harassement. Ses phalanges pavanaient elles aussi une certaine allégresse, oscillant d'une confection cabalistique, elles se relâchaient et n'étaient plus soumises à l'intellection du jeune homme qui n'y condescendait nulle vigilance, optant à orienter ses pas sans enchevêtrer son dessein. Plus les secondes expiraient, plus la stature de Celieno avait tendance à se précipiter davantage, il paraissait spontanément exhorté à se hâter.

Plus son périple s'atténuer, davantage il éprouvait l'existence d'un second tempérament qu'il s'excédait à aviser. Sa démarche de physionomie efféminée était si épidermique, que quidam subsisterait en prérogative de lui faire apprendre; tandis qu'ordinairement, un être légitime était censé agencé d'un esprit harmonisant finesse et ingéniosité pour percevoir ses quelques mimiques gestuelles relatives aux femmes. Ses bras qui remuaient, sa stature incurvée, auréolés à des jambes aux pieds en télescopage avec le terroir, amenant de délicates sonorités. Une plénitude ambivalente à désagréger par de simples oeillades ainsi qu'une somatique dont la complexité était arborée depuis sa jeunesse. Diligemment elle s'acheminait, nimbée par une impétuosité, sa stature était bientôt exhaustive à son itinéraire; elle se heurtait à une complication qui lui octroyait une fulgurante impuissance à flairer avec ponctualité. De ce fait, Celieno se remit d'aplomb, sondant tout ce qui caressé ses iris, à l'affût d'une mineur ondulation qui le laisserait âpre à parvenir à sa rencontre.

Ainsi, de son emplacement, Celieno apercevait des constructions se broyer, se disloquer, s'émietter ou se désagréger à l'identique d'un sirocco venu démanteler un palais régalien de cartes. Clairement, une vigueur s'étalait sans prêter une quelconque précaution à ce qui l'entourait, une ineptie sur pattes comme le garçon le pensait. Sachant qu'elle l'embaumait peu à peu, il perpétua sa position jusqu'à la voir se manifester devant son regard qui matraquait virulemment devant lui. Une anse de secondes et présentement, survint le fameuse ineptie qui eut le mérite de faire conserver l'amorphe figure de Celieno, peu consentant à en céder une contrastée. Ses oeillades purent entrevoir la lividité de sa masse capillaire, sa hauteur d'un rien piètre par rapport à la sienne, un visage bien équilibré et non inesthétique, couronnés à deux ailes laissant le garçon dubitatif quant à leurs authenticités. Alors qu'il venait tout justement d'orienter un armement vers Celieno, ce dernier serra subséquemment ses poings, d'un signe protecteur avant de les assouplir en sondant la lame qu'il agença différemment et en oyant l'inintelligent rire juvénile. Il répondit à sa palabre d'un tempérament abrupt, avant qu'il ne néglige l'inintéressant panorama destructeur.

"Et moi, ça m'ébahit de sonder un inepte faire autant de détonations sans aucun dessein... Tu vas m'octroyer de l'aide pour altérer. Où sommes-nous donc et pourquoi je ne réussis à humer d'autres existences ? Informe-moi du moyen le plus rapide de m'ôter de la planète, en même temps."
Invité

MessageSujet: Re: 'tite pérégrination.   Lun 21 Avr 2008 - 12:17
Le jeune homme au cheveux blanc eut un léger sourire,entendant les paroles de l'inconnu,il voulez partir de cette planète,il ne savait même pas ou il était,c'était vraiment risible.

"Tu ne peut rien sentir et ces normal,car cette planète est une planète morte,il n y a rien hormis désolation,au nord,il y a une base de lancement,il te suffit de prendre une capsule,l'atmosphère terrestre de cette planète est beaucoup moins concentrer à cette base,c'est ce qui favorise le départ du vaisseau,bien,mais avant,laisse moi me présenter,je suis....l'ange de la mort qui apporte haine,tristesse et désolation...je suis,Kusaru,le destructeur de planète,mais j'ai une course à faire,peut être qu'on ce reverra un de ces jours...dans tes pires cauchemars!"

Les ailes de Kusaru commença à battre puis celui ci quitta le sol très rapidement et s'envola vers le nord,il fallait qu'il aille sur une autre planète,mais est ce que ce serait une planète à détruire?

Le bruit du battement d'ailes commença à disparaître peu à peu pour ensuite laisser place à la mélodie du vent mort de la planète démoniaque.

(Desoler de ne pas continuer mais j'ai un truc à faire^^!)
 
'tite pérégrination.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» C'est toujours la p'tite bête qui mange la grosse !
» Une p'tite Waaagh! Goff pour le plaisir!
» Tite craquotte
» Tu m'casses les ovaires, p'tite bite ! [Emer]
» Ma p'tite NaNa ! Un p'tit cadeau pout touwa !!! (END)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPGDBZ :: RPG :: Dark :: La ville fantôme-