Partagez | 
 

 Smooth [PV: Mercury]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Queen Nemor
avatar
Saiyan
Féminin Age : 26
Date d'inscription : 01/08/2016
Nombre de messages : 242
Bon ou mauvais ? : Neutre, penchant mauvais à cause de ses actions
Zénies : 770

Techniques
Techniques illimitées : Cercle de téléportation psionique, Aliénation mentale, Arme métaphysique
Techniques 3/combat : Attraction et Automorphose
Techniques 1/combat : Échange d’esprit

MessageSujet: Smooth [PV: Mercury]   Jeu 27 Sep 2018 - 15:56
Quelqu’un fait de l’ombre à ces deux enfants, nés à quelques mois d’interval. Les deux bambins jouent gaiement avec des jouets en forme de molécule, alors qu’en fond sonore, on entend des formules mathématiques et surtout scientifiques être dictées et explicitées doucement. L’ombre tient un verre ballon dans sa main gauche. Son autre bras est replié sous sa poitrine. Le regard fatigué, cerné de la grande Nemor observe sa nouvelle progéniture, deux brillants êtres vivants à n’en pas douter. L’un a été conçus grâce à son ADN et celle de Mercury, la petite Ekko. Sa petite touffe de cheveux blanche et son air sérieux, méfiant envers ceux qui l’approchent - hormis sa mère - n’est pas sans rappeler le caractère des deux femmes.

L’autre, enfant est aussi une fille. Elle a les cheveux noirs et les yeux noirs. Aucun doute, il s’agit d’une pure race de saiyan… avec une ADN améliorée, puisque l’ADN même de Nemor est mélangée, ou plutôt purifiée par de l’ADN de tsuful. Une race bien plus intelligente que les saiyans. Ses sourires accueillants et sa gaieté naturelle contraste avec les caractères conjoint de Raditz et Nemor; mais pas d’inquiétude. Sa force, même à cet âge, est grandiose, et ce petit bout sait déjà repousser ceux qui ne lui inspirent pas confiance. Son petit bracelet à son poignet dévoile son prénom: “Maiz”

Les clones de Nemor, six en tout, trois par enfant, passent leur temps à s’occuper de ses petites filles, à les emmener de façon sécurisée pendant qu’elles travaillent sur des expériences, sur des matières, sur des nouveaux atomes. Les deux enfants sont choyés et bénis à quelque mois à peine déjà par le monde scientifique, et celui de la réflexion également. De nombreux tests d’aptitudes et physiques leurs sont attribués, le tout sans leur faire de mal et de façon la plus sécuritaire possible. Nemor met juste le paquet sur le développement de ces deux dernières sublimes créations.

L’avatar véritable de la Reine a été physiquement redoré. Pour conserver un corps aussi parfait et sans trace d’accouchement, il faut forcément avoir recours à de la chirurgie, même si à l’époque actuelle cela est bien plus avancé que la chirurgie vulgaire que l’on peut s’imaginer. Beaucoup de sport et une bonne alimentation ne suffit pas à tendre correctement votre peau à jamais, il ne faut pas rêver. Pour garder une silhouette enviable, il faut être “aidé” par la science. Ce n’est pas en claquant des doigts que les stars enceintes à plusieurs reprises reprennent leur carrure d’avant grossesse. C’est grâce, entre autre, à la magie de l’abdominoplastie et la lipoaspiration.

Le beau rouquin majordome de Nemor, les mains jointes dans le dos, venait d’apparaître aux côtés de sa maîtresse. Ce dernier regardait d’un air enchanté les deux petites filles. C’est l’une des rares personnes qui peut prendre les deux enfants dans ses bras sans se faire rejeter par l’une ou l’autre, d’ailleurs. Il a l’instinct paternel, même si ce ne sont pas ses enfants.

Maîtresse… Une invitée de choix attend devant le domaine. Votre partenaire, dame Mercury.

Parfait. Guide-la jusqu’ici, mon laboratoire n’a pas à être un secret pour une personne avec qui j’ai mélangé mon ADN de façon mutuellement consenti.

Lavi hocha de la tête respectueusement. Un portail noirâtre se dessina derrière lui, il y entra sans tarder. Il se retrouva devant le grand portail d’entrée du domaine écologique de son employeuse. Ce dernier, toujours souriant, accueilli d’une révérence la nouvelle invitée.

Maîtresse Nemor et moi-même sommes honorés de vous revoir, dame Mercury. Veuillez me suivre, nous allons directement nous rendre dans un endroit sécurisé.

Le majordome fit apparaître un nouveau portail. Pour prouver sa bonne foi, il passa son bras à travers, histoire de prouver que ce n’était pas un piège. Il laissa Mercury s’y engouffrer la première, suivant le pas pour refermer le portail derrière eux.

Ils arrivèrent aux côtés de Nemor, dans le tout dernier niveau de son laboratoire sous-marin relié à son domaine. Lavi ne tarda pas à préparer une coupe de vin qu’il tendit à Mercury; alors que la Reine Nemor marquée par la fatigue tourna son visage vers sa compagne scientifique.  Pour une fois, ses traits étaient détendu et amicaux, peut-être était-ce sa grossesse et la vue de sa progéniture qui l’attendrissait.

Bienvenue Mercury.

La reine posa son verre et déambula jusqu’au berceau où jouait Ekko aux côtés de “sa soeur” Maiz. L’ancienne régente du monde saisis délicatement la petite Ekko, qui mordillait une peluche en forme de molécule. Le petit bout de chou se lova dans les bras de sa mère, et Nemor s’approcha de Mercury.

Voici Ekko. Une nouvelle race exceptionnelle est née avec elle, grâce à nos ADN. Ses statistiques et compétences prouvent déjà une chose: elle va être capable d’altérer l’essence même de bien des choses…elle sera un danger pour ce monde, comme ce monde sera un danger pour elle. Nous allons devoir la surprotéger sans lui mâcher pour autant le travail.

Le bébé bien installé contre le sein droit de sa mère et bercé dans le creux de son coude, Nemor attrapa délicatement le poignet de Mercury de sa main libre. Tout aussi doucement, la Reine guida la main de Mercury vers sa fille, pour qu’elle puisse caresser le fruit de leur amour de la science.

Notre fille s’entend déjà à merveille avec sa demie-soeur Maiz. Elle aussi va être une révolution parmi les gens de sa race, comme moi je l’ai été jadis. Les deux petites vont s’apporter complémentarité et pistes de raisonnements divergentes, de quoi les faire chacune méditer et élaboré davantage leurs réflexions. Elles n’ont que quelques mois d’écart.

L’un des clones de la Reine s’approcha avec la petite Maiz dans les bras, histoire de montrer à Mercury la soeur d’Ekko. Le corps originel de Nemor semblait plus…chaleureux, comme apaisé en cet instant. Un sourire tendre marquait ses traits, alors que ses yeux valsaient entre Ekko et Maiz d’un air bienveillant.
Mercury
avatar
Masculin Age : 26
Date d'inscription : 20/07/2017
Nombre de messages : 109
Bon ou mauvais ? : Ca n'a aucun sens.
Zénies : 1000

Techniques
Techniques illimitées : Offense command, Field command, Shield command.
Techniques 3/combat : Blazar Beam, Warp command.
Techniques 1/combat : Astral command.

MessageSujet: Re: Smooth [PV: Mercury]   Ven 28 Sep 2018 - 2:06
C'est amusant, quand j'y repense... Tous ces évènements, se succédant... Tout ça pour en arriver à cet instant. À une ligne de temporalité où mes rêves les plus fous prennent doucement forme. Et dire que l'on part de si loin... De mon alliance avec Queen Nemor. De celle avec Le Beau Jack, au nez et à la barbe de Freezer. De mon domicile sur cette planète... Je pourrais remonter bien plus loin, jusqu'à la création même de cet univers. D'une certaine façon, nous représentons le produit d'un calcul à la complexité inouïe, que même les plus ingénieuses personnes de ce monde ne pourraient probablement décoder... C'est ainsi. L'esprit humain est insignifiant, lent et limité, dans ses capacités. Même les dieux, ne disposent souvent d'une génétique leur permettant de changer les règles du jeu. De s'échapper des lois de la physique... C'est dire à quel point ils ne contrôlent que la surface. À vouloir se prétendre si exceptionnels, ils en oublient l'essentiel. Ces pathétiques représentations d'autorité, ne sont que les gardiens de la prison... Enfermés, tout comme nous, au sein d'une machinerie qu'ils ne comprennent même pas. Ils sont nés avec des rôles et quelques pouvoirs... et c'est tout. Si un grand créateur existe bel et bien, a-t-il seulement conscience de ses faits et gestes ? Cela pourrait tout aussi bien n'être qu'un ridicule gamin. Puéril au possible, à peine capable de compter. N'ayant eu qu'à étaler son don, sans la moindre réflexion... Ainsi révélée l'absurdité, dans laquelle nous baignerions tous présentement. Ha. Ces théories ne disposent d'aucune forme d'importance, en vérité... Ce qui se révèle bien plus concret... reste de savoir si nous pouvons les défier. En rassemblant suffisamment de pièces, en les faisant s'affronter, fusionner, dans un ordre précis... pouvons-nous donner naissance à un miracle ? Comme une prolongation de ces collisions planétaires, la génétique poursuit l'oeuvre de l'équation. Les organismes complexes, à l'échelle astronomique, sont encore très jeunes. Et de la même manière qu'ils représentèrent une évolution notable, sur les organismes simples, j'ai le sentiment qu'un nouveau grade existentiel n'attend qu'à ce qu'on le découvre... Ne serait-ce pas magnifique ? L'univers prenant conscience de lui-même, afin de s'altérer lui-même. De se transformer, de muter. D'évoluer et de s'échapper de sa personne... Peut-être touchons-nous là à la finalité même des univers. Un cocon préparant lentement l'avènement d'un papillon transcendant... Un Ange dont la résonance briserait la prison qui le retient, dans son entièreté...



(Sous-titres français)




" Maîtresse Nemor et moi-même sommes honorés de vous revoir, dame Mercury. Veuillez me suivre, nous allons directement nous rendre dans un endroit sécurisé. "

J'hochai de la tête, pour seule réponse à ses politesses, comme à sa demande... Aujourd'hui est un grand jour. Mais pour autant, je ne le laisse pas spécialement paraître. Pas d'air agacé à l'horizon, mais plus un regard neutre, quoi qu'un brin curieux... Comprenez-moi, ce n'est pas tous les jours, que la vie m'offre une progéniture. Ou plutôt, que ma collègue et moi la forçons à nous offrir la quintessence du vivant... Il s'agit en tout cas de notre but commun. Et je pars du principe que, si le sang de mon sang a reçu la grâce d'un parcours, c'est bien qu'elle a su repérer un élément phare, quelque chose que les autres ne possèdent pas... Cela, j'éprouve une certaine hâte, d'en acquérir enfin le privilège informatif. Queen Nemor... Qu'as-tu donc remarqué chez elle, que je ne pourrais décemment pas rejeter, d'un revers de main ? Est-ce déjà si évident à percevoir ? Je suppose que si tu me demandes de venir, c'est qu'il doit y avoir une bonne raison. Quelque chose à constater, de mes propres yeux... Quoique, quand bien même il me faudrait en oublier l'éventualité, j'ai bien d'autres sujets à évoquer. Je ne suis pas restée tout ce temps à ne rien faire, après tout. Pour qui me prenez-vous ? L'un de ces scientifiques, sortis de l'université galactique ? Nan, mec. Une autodidacte de ma trempe vaut bien mieux que tous les bouffons, trainant autour de mon complexe, sur Hyperion... Et très bientôt, mon génie s'étalera avec ferveur, sur ces misérables babouins, juste bons à se contenter de mes vieilles inventions. Mouais, enfin, je dis ça, c'est plus par plaisir et opportunisme qu'autre chose. Si je disposais réellement d'une haine, envers les Sayens, je ne m'allierais pas avec certains d'entre eux. En fait si, j'en serais capable. Juste que, pour Nemor, c'est différent. C'est très différent... Elle m'a toujours semblé trop réfléchie, que pour partager la même origine que ces macaques. Pourtant, les faits parlent d'eux-mêmes. Alors, comme tout bon émissaire de la science, je m'y plie... et je pénètre ce portail, amicalement préparé. J'avais apprécié le geste de bonne foi, en provenance du serviteur et malgré que je ne voyais pas la reine de ces lieux me faire un sale coup, en l'instant. Notez que j'ai même fait l'effort de remercier ce brave garçon, qui m'éviterait bien des pas supplémentaires.

" Contente de te faire à nouveau face, Queen Nemor... J'ai attendu ce moment avec beaucoup d'impatience, alors je m'attends à une belle surprise. Oh et... merci pour le vin. À titre exceptionnel et car l'analogie à mes raisins m'arrache un sourire, nous trinquerons donc. Ou du moins, j'espère que l'évènement s'y prêtera. Je t'écoute... "

D'aucuns pourraient me considérer froide, à l'énonciation de ces phrases. Certainement des personnes ne m'ayant jamais vue réellement glaciale... Absolument. Si je pouvais certes paraître antipathique, de prime abord et sans que cette affirmation ne soit réellement erronée, dans la vie courante... j'étais restée foncièrement polie, envers mon interlocutrice. Pas la moindre expression dédaigneuse, pas d'insultes non plus. C'est important de le préciser, car peu de personnes en ce monde peuvent espérer une réaction similaire, de ma part. J'étais... sérieuse. Oui, voilà. C'est ça. Concentrée sur l'objectif de ma venue, ni plus ni moins... De ce fait, la grande chercheuse et moi-même déposâmes notre breuvage, côte à côte, afin d'aller rejoindre un berceau. Enfin, quand je dis nous, ce fut surtout elle... Disons que je m'étais simplement avancée, par réflexe, avant de constater la direction dans laquelle la Sayenne avançait. Plongeant ses bras dans le réceptacle, elle y délogea enfin la belle fleur... Ainsi la voici. Celle dont la naissance impliqua déjà de multiples sacrifices... Génocidaire indirecte, bien malgré elle. Ah, oui, bon, j'exagère probablement un peu... Toujours fut-il que la responsable de cette demeure, se rapprocha à nouveau de ma fière silhouette. Ekko... Un nom qui, je l'espérais, ferait bientôt trembler jusqu'aux dieux... lorsqu'ils en remarqueraient son potentiel, à leurs dépends. Mais comme le précisait Nemor, sous mes acquiescements convaincus, ce monde, qui pourrait visiblement la considérer comme une menace, risquait ainsi fort d'en devenir la sienne... Je dois avouer que cette belle promesse m'intrigue fortement. De même pour les aptitudes que pourrait avoir la petite, à porter atteinte à son environnement. De quelle manière le peut-elle ? Est-ce d'ordre kinésique ? Physique ? Ou cela dispose-t-il d'un rapport avec Quatre ? Putain... J'étais pas près de l'oublier, celui-là... Si l'on m'avait précisé de quel genre d'énergumène il s'agissait, pour sûr, que je ne l'aurais pas cru. Mais au final, je me devais de le reconnaître comme des plus surprenants... ainsi que des plus dangereux... C'est bien une chance, que son but dispose de traits en commun avec le mien. Une chance également, que ma fille soit la plus à même de répondre à ses attentes. Enfin, cela restait à prouver. Disons juste que... j'ai un bon pressentiment sur la question.

Mes pupilles se rivaient sur la petite. J'aime son regard... Il est profond. Elle observe intensément... Elle balaye souvent la pièce, se méfie d'un peu tout. En somme, son esprit vit. Il est alerte et désireux d'un certain contrôle de son environnement. Une volonté d'apprentissage. Là un indice positif sur son potentiel... à quelques mois seulement, de visu. Encourageant, mais loin d'être suffisant, pour représenter à mes yeux l'évolution du vivant... Queen me dit avoir mesuré ses statistiques et compétences, mais j'apprécierais pouvoir disposer des résultats, histoire de pouvoir me faire également mon propre avis sur la question... À l'instant de m'en faire la réflexion, ma collègue me saisit surtout la main, le geste me causant mentalement un étonnement. De courte durée, cependant, puisque la raison survint bien assez vite. Elle voulait que je caresse notre création... Je ne suis pas très tactile, en général. Et je préfère éviter les attaches émotionnelles... L'instinct maternel, moi, ça ne me parle pas trop, tu vois ? Mais... Le fait de me dire, que cette fragile créature dispose de mon ADN... quelque part... je pense que cela créer une complicité difficile à nier. Mes doigts passèrent donc sur son visage frêle, alors que nos regards se croisèrent... Elle ne bronchait pas, paraissait plutôt curieuse, dubitative, à mon égard. J'en profitai aussi pour noter en moi-même, l'inexistence d'une queue de singe, comme l'absence des marques frontales, d'origine Antapienne, par-dessus ses belles olives perlées... Vu à quoi ressemblent ses mères, ça m'étonnerait qu'elle obtienne un physique dégueulasse, en tout cas... S'approchant de nous et tandis que Nemor m'indiquait également la naissance d'une autre de ses filles, un clone de la scientifique vint me montrer la fierté en question... Cheveux noirs, yeux noirs, queue de singe... Elle s'est créée une sayenne ? Oh. Ca me revient... L'autre fois, elle m'avait avoué ne pouvoir personnellement porter notre enfant, car elle en portait déjà un. Serait-ce celui-ci ?... Maiz, mh ?... C'est un joli nom. Pour le dire franchement... Nemor m'assure que son amitié avec Ekko pourrait les consolider chacune... mais je ne sais pas trop quoi en penser... Ca pourrait tout aussi bien la freiner et la fragiliser, alors j'espère qu'elle ne se fourvoie pas sur la question. Si ma fille représente réellement le miracle dont ce monde a besoin... elle n'aura pas d'égal avec qui se comparer, se compléter, sur le plan mental. Pour le moment, elle reste encore jeune, mais je ne lui donne pas plus de 7 années, avant de commencer à remarquer une différence notable, entre elle et ses congénères... Espérons qu'elle le supporte.


" Ha. Tu me sembles déjà fort attachée à elles... Les raisons de la naissance de Maiz ne me regardent pas, alors j'estime ne pas avoir à te poser des questions sur elle. Mais puisqu'elle dispose d'un rapport avec notre fille, je me demande fatalement quelle sorte de sayen a pu t'attirer, toi, à lui faire don d'un enfant... Quoi qu'il en soit, j'aurai plusieurs nouveautés à te partager. Mais avant toute chose, tes analyses m'intriguent beaucoup... Je me doute qu'Ekko n'aurait pas vu le jour, si elle n'avait pas manifesté les signes d'une structure sans précédent... Le tout restant maintenant d'en percevoir l'intensité. Quelqu'un ? "

Retirant la main de ma petite protégée, je claquai rapidement des doigts, afin d'attirer l'attention des autres protagonistes, nous entourant. Un rapport de la situation devait certainement avoir été façonné. Surtout au vu de l'évènement... J'espérais donc que ce premier puisse m'en apprendre davantage, sur les capacités de ma propre fille. Avoir une progéniture juste pour dire d'en avoir une, ça ne m'intéresserait qu'à moitié. Mon immortalité biologique, couplée à la résurrection potentielle de ma Station New-U personnalisée, me promet déjà de pouvoir m'en passer... Cette petite va devoir faire ses preuves, si elle veut pouvoir bénéficier de mon total dévouement, pour sa personne. Et il en faudra beaucoup, pour que j'aille jusqu'à me sacrifier de la sorte. Tendant la main, je reçus enfin les documents imprimés. Bon nombre d'informations classiques et surtout relatives à son état de santé. Jusque là, rien de surprenant... Attention, je ne niais pas l'importance de ces mesures. Ekko pourrait avoir tous les pouvoirs du monde, que si elle venait à souffrir d'une santé critiquable, ça reviendrait à devoir gérer une belle quantité de contraintes, pour son utilité... Aussi je parcourus ces notes avec sérénité, un léger sourire éclairant discrètement mon visage. Le dossier médical mis de côté, nous pourrions enfin passer à son profil psychologique. Plusieurs des points, que j'avais déjà eu la chance de pouvoir précédemment remarquer, grâce à mes récentes interactions avec l'enfant, y figuraient déjà. Attentive, prudente, curieuse, observatrice, oui... Ah ! Compéta- Quoi ?... Un test de QI, carrément ? Il s'agit pourtant bien d'un bébé de quelques mois. C'est un peu tôt. Pourtant, l'entièreté de la fiche me paraît vraiment axée sur cette phase de sa croissance. Le dossier devrait d'ailleurs être complet... et là... Bon, je sens bien qu'il reste encore d'autres pages derrière, mais, disons que... God damn, sérieusement, mais... tout est vide, dans cette partie ! Pas d'indications, rien ! À quoi ça sert d'inclure toute une partie là-dessus, si on ne la complète même pas ? Tu vas pas me dire que la môme a tout foiré, au point que le personnel soit honteux de l'assumer, quand même ?... Ou alors, elle n'a pas encore passé le test ? C'est ça ?... Peut-être qu'après tout, Nemor avait justement attendu ma venue, pour ce faire, et que je me suis simplement montrée trop hâtive... C'est plausible. Je me sens aussi excitée qu'une vieille bique radine, grattant son ticket gagnant jusqu'au blanc du papier... Ma double queue de Smilodon virevoltant, elle s'immobilisa néanmoins, à la triste réalisation d'une issue bien plus logique, à mes interrogations.

" Ah oui... Mais j'oubliais qu'à cet âge là, un bébé n'est pas assez développé, pour passer un tel test. Faudrait déjà qu'elle sache parler, lire, écrire, pour obtenir des résultats fiables et complets... Je ferais mieux de poursuivre le docum- "

" Je peux le faire... " sembla me, me rétorquer... distinctement, en plus ?!

" ... Hein ?... C'est, une blague ou ?... Nemor ? " demandai-je confirma-

" ... Je peux faire tout ça... " -tion ? Elle me, fixe ?

C'est, de, mais... physiquement pas possi, ça l'est. Putain de merde !


Queen Nemor
avatar
Saiyan
Féminin Age : 26
Date d'inscription : 01/08/2016
Nombre de messages : 242
Bon ou mauvais ? : Neutre, penchant mauvais à cause de ses actions
Zénies : 770

Techniques
Techniques illimitées : Cercle de téléportation psionique, Aliénation mentale, Arme métaphysique
Techniques 3/combat : Attraction et Automorphose
Techniques 1/combat : Échange d’esprit

MessageSujet: Re: Smooth [PV: Mercury]   Ven 12 Oct 2018 - 21:31
La silhouette fatiguée du corps d’origine de Nemor, maintenant devenue une sorte de conscience collective pour s’être clonée allègrement, mais également pour avoir cloner son propre cerveau pour en faire le dirigeant des opérations de son domaine sur Dösatz; restait pourtant droit et fier. La petite Ekko dans les bras. Maiz dans les bras d’un de ses doubles. Son visage froid était bien plus accueillant lorsqu’elle regardait ses enfants. Mercury semblait toujours aussi stoïque, ce qui n’étonnait pas la Reine ni ne la dérangeait. Elle était là pour les affaires, et pour s’assurer du bien être ainsi que des compétences de leur progéniture, il était donc logique de la voir si sérieuse.

La Reine lui fit découvrir donc également sa progéniture saiyanne. Naturellement, Mercury émit quelques doutes quant à l’entente des deux jeunes filles. Nemor eut un sourire sarcastique sur le coin des lèvres. Les gens très intelligent ne pensent plus ou pas aux choses simples bien souvent, et pourtant qui peuvent s’avérer fondamentale pour la bonne construction mentale d’un individu.

Ekko ne pourra pas se sociabiliser de manière disons… classique. Il lui faudra de solides appuis sur lesquelles elle peut se reposer. Elle reste capable d’éprouver des sentiments et logiquement, elle apprendra à connaître ainsi qu’à gérer ses émotions avec l’expérience. Du soutien lui sera nécessaire, de la camaraderie également si nous voulons éviter qu’elle se transforme en une sociopathe dont les travaux scientifiques desserviront l’humanité et le monde scientifique, si elle extermine les autres formes de vie qui lui sont inférieur… Je pense qu’une sœur avec qui avoir des moments plus léger de jeux sera bénéfique pour son développement.

Nemor est au moins aussi élitiste que Mercury. Il ne faut pourtant pas négliger la bonne santé mentale de l’enfant. Il faut qu’elle se sente épanouie et au moins intégrée dans un cercle, même très petit et restreint. Si elle décide qu’elle préfère être seule la majorité du temps, cela se comprendra tout à fait, Mercury comme Nemor ont l’air d’être des personnes qui travaillent également en solo. Mais, au moins, la petite Ekko saura qu’elle a des gens sur qui compter au cas où. Elle n’est seule que si elle le désir, et pas par défaut.

Et..ne te méprends pas: Maiz possède mon ADN et celui d’un saiyan d’élite. Je l’ai moi-même modifié pour multiplier et améliorer ses cellules d’ADN pure de tsuful que je lui ai transmises, et pour renforcer son ADN saiyan également. Sa peau est déjà aussi dure que du marbre et son intelligence dépasse de loin tous ses congénères et la population de cet univers un poil… sous-développé en terme de matière grise chez les individus, admettons-le. Maiz n’aura pas les pouvoirs et les capacités qui s'apparenteront, soit en certaine, à ceux d’un Dieu d’Ekko, pour autant sa compréhension scientifique et stratégique seront suffisamment élaborée pour que les deux puissent communiquer sur leurs domaines de travail respectif tout en se comprenant. Les échanges sont très important. N’oublions jamais que même les idiots sont susceptibles de nous apprendre des choses, aussi insignifiantes soient-elles… cela reste du savoir.  Maiz va devenir mon apprentie et la partenaire d’étude de mon propre apprenti, Akari. Je compte bien faire d’elle une experte des domaines que je maîtrise moi-même, elle sera porteuse de mon héritage tout en appartenant au peuple saiyan, elle aura des atouts de premier choix pour tirer son épingle du jeu comme je l’ai fait. Pour en revenir à Ekko, il ne fait aucun doute qu’elle sera l’égal d’un Dieu tout en étant mortel. J’ai déjà tenté de combiner mon ADN purifié avec d’autres ADN d’intelligence supérieur, mais aucun ne s’était révélé parfaitement concluant…. Nos deux ADN mélangées sont la réponse à comment créer le Dr. Manhattan, mais sans qu’il ne s’agisse que d’une invention cinématographique.

Peut-être que le Dr. Manhattan existait réellement dans d’autres dimensions. Très probable, même. Qu’importe, c’était un élément de comparaison parfait pour donner une image de ce que serait Ekko. Une divinité mortelle, non issue de ces peignes-culs de Dieux, mais bien de deux “pauvres et inférieurs” mortels. Un balai dans l’oignon de ces êtres divins que Nemor détestait tant.

Mercury analysait les rapports concernant Ekko. L’un des doubles de Nemor se mit à l’écart avec Maiz dans ses bras, elle commençait à lui faire passer ses exercices quotidien de logique. Ce qui s’apparente à des exercices basiques pour commencer doucement (mettre des formes dans les trou correspondant, et les deux petites le font maintenant sans hésitation) et des phases avec des exercices de plus en plus complexe, jusqu’au repérage de molécule complexe… Ce qui n’a rien de normal pour des bébés de pouvoir faire ça…. normalement.

Nemor souriait chaleureusement, le visage de nouveau abaissée vers Ekko en la berçant doucement dans ses bras. Elle ressemblait à une mère inoffensive, aimante, un aspect d’elle qu’on ne pouvait soupçonner.

Mercury semblait tirer une moue insatisfaite, chose à laquelle Queen ne prêta pas attention. Nemor est sûre d’elle, elle sait où aller avec ses enfants, et surtout comment apporter rapidement connaissance et intelligence à sa progéniture, et…

Les yeux ronds comme des billes, elle penche la tête sur le côté. Mercury croit à une blague. Nemor lève son visage vers sa partenaire d’un air aussi outré qu’elle. Rapidement, elle baisse à nouveau son nez vers sa progéniture qui vient de s’exprimer et qui… recommence ? !

Un sourire commence à s’étendre sur les lèvres de Nemor. Un sourire… vicieux, perverti, quelque chose de sombre et mauvais… et à la fois charmeur, et c’est là tout l'apanage de ce personnage. Être sexy malgré l’obscurité et la malice ténébreuse dont elle fait preuve… et croyez-moi, une telle beauté physique sert vraiment, vraiment bien avec tout ce tas d’idiot qui jonchent les rues.

M a g n i f i q u e “ Articulait-elle dans un élan glorieux, plein de gaieté. “ Nous n’en attendions pas moins de toi, notre prodige !

Comme un trophée, Nemor souleva Ekko devant elle pour la regarder dans les yeux avec fierté. Le sourire presque carnassier de la saiyan donna le sourire au bambin qui semblait reconnaissant de toute l’attention qu’elle recevait. La scientifique déposa Ekko dans les bras de Mercury sans lui demander son avis, d’un air extrêmement excité.

Chère Mercury, à toi l’honneur de lui faire passer les tests ! Ce jour est exceptionnel pour cet univers comme pour les autres: pour avoir arpenter les autres dimensions, je n’ai jamais entendu parler d’un enfant aussi… puissant ! oui, puissant ! à un âge aussi jeune !

Les longs doigts fins tremblaient sous le poids de l’excitation. Les doubles de Nemor qui avaient assisté à la scène se mirent en mouvement pour apporter tout ce qui était nécessaire pour faire passer les tests à Ekko. Elles firent apporter tout le matériel à Mercury, en lui aménageant un espace bureau où elle pouvait s’asseoir pour commencer à faire passer les tests à la petite. Nemor prit place sur un siège luxueux auprès de sa concubine; saisissant de nouveau sa coupe vide. Immédiatement, son majordome arriva pour la servir à nouveau, alors que les prunelles de la Reine brillaient avec une intensité à tous crins.
Mercury
avatar
Masculin Age : 26
Date d'inscription : 20/07/2017
Nombre de messages : 109
Bon ou mauvais ? : Ca n'a aucun sens.
Zénies : 1000

Techniques
Techniques illimitées : Offense command, Field command, Shield command.
Techniques 3/combat : Blazar Beam, Warp command.
Techniques 1/combat : Astral command.

MessageSujet: Re: Smooth [PV: Mercury]   Dim 11 Nov 2018 - 3:40
C'était incroyable... Juste, inconcevable. Et pourtant... À quelques mois à peine, une diction si évoluée, si précise... Ce n'était pas normal. Mais alors, vraiment pas. Aussi surprise que moi, aussi bouleversée, également, ma collègue ne tarda à s'extasier de plus belle, comme à soulever le fruit de nos gènes unifiés... Ekko, venais-tu juste, de battre un record ? Mais... Était-ce bien le seul ? Ou demeurions-nous encore loin de la réalité ? Yeux écarquillés, je guettais avec attention la prodige, celle que j'ai toujours rêvé d'avoir comme progéniture. À ce moment, c'était la paralysie... Une extase mélangée à une incompréhension certaine. Que venait-il de se passer ?... À en juger par la réaction de Nemor, jamais cet évènement ne s'était produit auparavant. Par conséquent, quelque chose venait de se débloquer. Un développement d'ordre biologique, venait de trouver un équilibre évolutif. Mais quoi ? Les cordes vocales, ou ?... Non. Pour une telle compréhension orale et si ma petite ne mentait pas, sur la pertinence de ses affirmations, ses capacités brillaient déjà, avant même mon arrivée. Il ne lui manquait que l'occasion de s'exprimer ? Je ne comprenais rien du tout. Pour l'une des premières fois, en 728 années d'existence, je me retrouvais prise au dépourvu, totalement désarmée, face à un mystère que je ne pouvais résoudre par la logique. Mais il devait y avoir une explication au phénomène. Il y a toujours, une explication... Baissant les yeux et commençant déjà à explorer plusieurs hypothèses, ma double queue ondulait et claquait dans l'espace environnant. Ce jour avait le potentiel de devenir le plus grand qui soit... Une question me tiraillait. Une, parmi des dizaines d'autres. Car si ma fille disposait réellement des compétences requises, pour un tel test... Le résultat... À quoi ressemblerait le résultat ? Nous ne pourrions probablement pas nous en tenir à un seul essai. Il fallait en faire plusieurs... Rassembler parmi les plus exigeantes problématiques, afin de pouvoir chiffrer ses capacités. C'est dans ce but et sans me prévenir, que je sentis la reine de ces lieux me tendre notre nourrisson... me le plaquer sur le ventre, sans vraiment me laisser le choix de soutenir ce dernier. C'était perturbant, de sentir cette vie, dont je suis responsable, au creux de mes mains...

" ... Les tests... Pourrait-elle vraiment... Ekko. Écoute-moi bien. Si tu es vraiment capable de me comprendre, alors il faut absolument que tu te montres attentive à ce qui va suivre... Il faut, que tu donnes le meilleur de toi-même, à chaque question. Si tu prends la peine de faire cet effort, je t'offrirai un cadeau inestimable, la prochaine fois que l'on se verra. " promis-je ainsi, à cet enfant aux cheveux blancs.

" D'accord. "

Je n'en revenais toujours pas. Mais il fallait que je me reprenne. Il fallait profiter de cet instant, de cette opportunité, pour en avoir le coeur net sur ses capacités. Je voulais le voir. Je voulais voir son génie, de mes propres yeux. Constater à quel point la génétique pouvait engendrer pareils miracles... jusqu'où iraient les limites d'un être inconnu, d'une race nouvelle, dont je fus à moitié la créatrice. Regardant Nemor, d'un air entendu et après avoir inspiré un grand coup, je ne tardai à la suivre, en direction d'une zone prévue pour ce grand moment, qui nous attendait patiemment. Avec entre mes mains cette vie, que je tenais tel un clodo, s'enfuyant avec un lingot d'or... mes pas se succédèrent pourtant bien calmement, tandis que je pouvais entendre le son de mon coeur, battre à vive allure. Je stressais, sentais quelques gouttes de sueur se former... Putain, depuis quand ais-je autant été tendue de toute ma vie ? Mes yeux rivés sur le bureau, dont la distance m'en séparant baissait à vue d'oeil, je faisais mon possible, pour évacuer ce trop plein d'excitation. Il fallait que je me concentre sur quelque chose d'autre, ou j'allais finir par exploser. Le Dr. Manhattan ? Elle était sérieuse ?... Les paroles de ma collègue me revenaient en mémoire. L'égal d'un Dieu. Comment pouvait-elle en être si sûr ? Je le découvrirais bien assez vite... Mais pour l'heure, ce fut surtout les affirmations liées à Maiz, qui me permirent de tenir le coup, durant ce trajet me semblant interminable. Queen avait raison... Notre petite devait développer une relation sociale, dès le plus jeune âge. La solitude restait l'argument le plus solide. Car même si une créature, au potentiel si élevé, se sentirait forcément seule, de par son statut singulier... une relation amicale, lui permettrait peut-être de mieux tenir le coup, durant des périodes existentielles difficiles. S'il suffisait parfois d'un simple mot, pour basculer le destin d'une personne, alors il valait mieux mettre toutes les chances de notre côté. Car la possibilité d'un suicide, n'était pas à écarter... À bien y réfléchir, cette hypothèse pourrait d'ailleurs s'avérer des plus censées. La Sayenne m'avait malgré tout rassurée sur un point. Son autre fille disposait également d'un grand potentiel, grâce à son origine Tsuful. C'était donc pour ça, que ma collègue s'avérait aussi brillante que moi. Décidément, cette race continuerait de faire partie intégrante de ma vie...




À présent plus sereine, je pris enfin place et m'appuyai sur la surface du meuble, de mes deux coudes... Cela, après avoir délicatement posé ma fille... Très bien. Il était temps de commencer les hostilités. Faisant un signe aux clones de mon hôte, ceux-ci finirent de nous arranger les documents, le matériel requis et informatique... En fonction des questions, Ekko devrait répondre oralement, textuellement ou gestuellement. Des règles avec lesquelles cette prodige fut immédiatement familière, répondant positivement aux essais entrepris. À quatre pattes, ma progéniture fixait ses grands yeux verts, sur tous les outils à notre disposition. Sa curiosité certaine transpirait l'impatience... Elle sentait probablement le défi à venir. En son regard, pouvait-on aisément percevoir son besoin de comprendre le monde l'entourant. Il avait, quelque chose, d'insistant... comme si la petite cherchait à voir au-delà de la surface, lui étant présentée. À travers, pour ainsi dire... Présentant une tablette et expliquant brièvement l'utilisation qu'elle devrait en faire, il ne suffit que de quelques secondes, avant de déclarer officiellement la partie commencée. Cette première épreuve serait plutôt rapide. L'énoncé se voyait marqué sur l'instrument, le plus souvent avec une image associée... puis, Ekko devait sélectionner l'une des 4 réponses disponibles. Une seule d'entre elles était la bonne, bien sûr. La difficulté, quant à elle, se voyait graduelle, d'après les données que j'avais pu consulter, en amont... 3 mauvaises réponses d'affilée et le type d'épreuve se voyait clôturé. Parmi les 4 choix, parfois l'affirmation d'un problème insoluble, afin d'analyser une part de sa réflexion. Le tout chronométré, histoire de pouvoir comparer les temps de réponses avec les modèles et d'établir aussi un score de réactivité... Nemor et moi disposions d'un tableau numérique, relié sans fil à l'appareil de test. Celui-ci retranscrivait l'épreuve en direct, tout en indiquant la pression des doigts, sur l'écran, à l'aide d'un halo de couleur. Il était également possible de visualiser leur position, juste au-dessus de l'appareil. Mais la suite de l'histoire, dépasserait tout ce à quoi je pouvais m'attendre, de sa part... Si au début j'écarquillai des yeux, en constatant ces interrogations, certes simples, s'enchainer à toute vitesse, sous la pression d'un doigt démuni d'hésitation... ce fut bien en réalisant la constante de cette cadence, arrivé à des problématiques réservées à des âges supérieurs, que je réalisai en quoi cet enfant différait de ses semblables. Évidemment, une réponse rapide n'était pas gage de justesse... elle pouvait bien taper n'importe quoi, qu'on ne se rendrait compte de la pertinence des solutions choisies, qu'à l'analyse par ordinateur. Mais tout de même... Juste en considérant le délai de frappe...

" ... Quel temps de réaction spectaculaire... La question dispose à peine du temps nécessaire à son apparition que... Soit elle répond vraiment n'importe quoi, avec une chance suffisante, soit... " partageai-je à mon homologue, pendant que je tenais mon front, d'une main bien tremblante.

" TEST INFORMATIQUE TERMINÉ. " nous indiqua alors subitement une voix robotique, en provenance de l'appareil, me coupant donc dans mes propos.

" Que, quoi ? Déjà ?... Mais ça fait à peine quelques secondes... pour... plus de 500 questions ?... Non, elle a dû en foirer, c'est obligé... Euh, Ekko ? Tu sais écrire, non ? Tiens, complète ces feuilles et remets-les moi, lorsque tu auras terminé... "

" Ca sera moins facile ?... "

... ... ... Mais que voulez-vous que je réponde à ça, moi ?... Elle vient littéralement de me dire que ce test est trop facile, alors que des adultes se casseraient les dents, sur les dernières questions... À noter qu'elle pourrait mal interpréter la solution, toutefois. Ce n'est pas rare, que l'on pense détenir une vérité, se persuader être dans le juste, alors qu'on reste totalement à côté de la plaque... C'était même là l'explication la plus simple, afin d'expliquer le phénomène, se déroulant sous nos yeux ébahis. Alors pourquoi je n'arrive pas à croire en cette hypothèse rationnelle ? Pourquoi suis-je persuadé de l'impossible ? Parce que je l'espère, au plus profond de moi ?... Peut-être bien... Toujours fut-il que je ne parvins à lui répondre, lâchant les feuilles dans sa petite main, la regardant se saisir d'un bic et commencer à cocher les cases, comme à remplir les lignes, d'une rapidité monstre... J'ai l'impression d'observer une scène aussi absurde, qu'un Sayen militant contre la violence, avec des fleurs. Je veux comprendre... Je veux comprendre le mystère, derrière une telle performance neuronale. C'est tellement, surréaliste. Au point où je ne pus résister au risque de perturber le test, en ordonnant discrètement à Mokko d'effectuer une vidéo d'analyse cérébrale de ma petite... Le meilleur moment, pour constater toute l'étendue d'un système, c'est lorsque celui-ci se voit exploité à hauteur de ses capacités. Ces questions vont la forcer à devoir conjuguer plusieurs talents d'ordre cognitif... C'est le moment parfait, pour mieux comprendre l'imagerie de sa, struc, ture ?... Mon drone projetant ses analyses en direct et sur un mur, je me relevai de la chaine, tout en m'appuyant à la table, de mes deux mains... Qu'est-ce, que, c'était, que, ça ?... Détaillée, la vidéo montrait tous les chemins empruntés par les flux électriques, à l'intérieur du cerveau. God... Ces croisements d'axones, cette structure interne, ces échanges au niveau des synapses... Un bal d'informations circulant avec une fluidité sans pareil... Un parking d'autoroutes s'emmêlant sans se gêner... Festival de lueurs chatoyantes se relayant, d'une ingéniosité inégalée... Ca circule dans tous les sens, à tous les niveaux. Le circuit neuronal... Il n'était pas simple, ni à sens unique, à contrario de toutes les autres espèces existantes... Chaque voie, est, multiple, à double-sens... Comment n'y avais-je pas songé plus tôt ? Le gain de place est immense... L'optimisation atteint son paroxysme... Superposition, inter-axone... Le système parfait, je... pleure ?...

" ... C'est si... beau... "

Je tremble... Je tremble, putain. C'est le plus beau jour de ma vie. Oh putain, ouais... et de loin... Toute ma vie, j'ai cherché à m'élever au plus haut, à défier jusqu'aux lois les plus ancrées... de cette saloperie de prison, façonnée par ces Dieux prétentieux... Et là, j'ai l'impression qu'il a suffit de prolonger ma hauteur de la sienne, afin d'atteindre une nouvelle limite... Ekko, je t'en supplie, donne-moi raison... Fais-nous le plus beau sans-faute de toute l'histoire de ce test. Prouve au monde ta domination, le poids de ta menace... envers cet équilibre factice... Reprenant ses copies, ce fut au tour des derniers tests. Les énigmes d'ordre spatial et oral, nécessitant donc une manipulation physique d'objets, comme une réponse personnelle et vocale. Retombant sur ma chaise et laissant les clones scanner les dizaines de feuilles, pour les rajouter aux données collectées par la tablette, je laissai cette fois-ci la main à Queen Nemor... Je n'en pouvais plus, de toutes ces émotions, et je ne voulais pas perturber les résultats, en manquant de précision sur la diction. Je pouvais en revanche laisser Mokko s'occuper de chronométrer chaque épreuve. Transpirant, je préférai m'éloigner, en sortant de la salle, plutôt que de finir par embêter ma brave petite... Effectuant plusieurs respirations bruyantes, dans le couloir et afin de reprendre mes esprits, mon visage coulissa à nouveau vers cette créature supérieure, à laquelle nous venions de donner naissance. Accidentellement, bien qu'intentionnellement... À travers la vitre, je l'observai, toujours un peu essoufflée... Aucune limite... Aucun exercice ne lui demande plus de temps qu'un autre... Une seconde, une simple fraction de seconde, suffit à chaque fois... C'est comme si elle ne réfléchissait même pas. Si je n'avais pas vu ce ballet énergétique, à la splendeur incomparable, j'aurais pu croire à un instinct sur-développé, mais ce n'est pas ça... C'est bien plus grandiose que ça... plus impactant... Apercevant enfin la clôture du test, je rentrai à nouveau, pour reprendre place au côté de ma collègue, tout en la rassurant sur mon état. Je pense qu'en l'instant, l'on se concentrait surtout sur celui d'Ekko, après pareil exploit... Pourtant, elle paraissait toujours en parfaite santé, plutôt satisfaite, même. Avait-elle rencontré un peu de difficulté ? Nous le saurions à l'instant, alors que l'ordinateur calculait les résultats finaux et que mon coeur battait la chamade... J'avais besoin d'un contact, n'importe lequel. Alors, je n'ai pas réfléchi bien longtemps et, dans un élan de panique, je saisis la main de Nemor... commençant à serrer mes doigts entre les siens... Les chiffres défilaient et augmentaient l'importance d'un nombre, à des valeurs dépassant vite la dizaine, puis la centaine... le millier... Oh merde, oh merde, oh merde, oh merde, OH MERDE, MERDE, MERDE, MERDE, MERDE MERDE MERDE MERDE !

" ERREUR DANS LA QUANTIFICATION DES RÉSULTATS. RETRANSCRIPTION SUGGÉRÉE... "



Queen Nemor
avatar
Saiyan
Féminin Age : 26
Date d'inscription : 01/08/2016
Nombre de messages : 242
Bon ou mauvais ? : Neutre, penchant mauvais à cause de ses actions
Zénies : 770

Techniques
Techniques illimitées : Cercle de téléportation psionique, Aliénation mentale, Arme métaphysique
Techniques 3/combat : Attraction et Automorphose
Techniques 1/combat : Échange d’esprit

MessageSujet: Re: Smooth [PV: Mercury]   Jeu 6 Déc 2018 - 15:31
Nemor n’était plus si impassible. Aujourd’hui tout du moins. La scientifique était effarouchée par les capacités de sa progéniture, mais dans un sens plus que plaisant. La réussite, le match parfait de son ADN et de celui de Mercury était un doigt d’honneur écrasé dans la face des mortels comme de ces satanés Dieux. Un but - envoyer se faire foutre les êtres divins - partagé visiblement par les deux femmes, qui s’accomplissait en ce jour béni pour elles deux.

Son fessier royal assis au fond d’un fauteuil grand luxe, sa coupette (de vin) à la main, quand l’autre retombait contre sa cuisse, Nemor n’arrivait pas à cacher d’une quelconque manière le rictus carnassier qui s’affichait depuis la révélation précédente. Inutile de dissimuler cela en présence de Mercury de toute façon. Les intentions de Nemor étaient claires: créer un être qui surpasserait tous les autres (d’origine céleste ou mortel) en matière d’intellect, de facultés cognitives afin de lui permettre d’avoir une conception complète du monde qui l’entoure et d’en tirer avantage.

La Reine, dont les membres étaient pris de spasmes incontrôlables à cause de l’excitation, avait laissé sa collègue s’adresser à leur enfant. De ses grands yeux curieux, Ekko semblait bien confiante, ce qui avait laissé échapper un rire nerveux à la Reine. Entre temps, les deux femmes et leur bambin étaient donc venu s’installer dans une zone réservée aux tests, endroit même où Nemor se prélassait - de manière tendue tout de même par l’attente - dans son superbe fauteuil dernier cri.

Tu as le patrimoine génétique le plus exceptionnel de l’univers. L’échec n’est pas envisageable.

Les yeux rivés vers la petite, Nemor s’était montré plus froide et moins maternel tout d’un coup. Après tout, Ekko était un prodige et puisqu’elle se sentait si capable que ça, alors elle se devait d’assurer jusqu’au bout.

L’excitation était palpable dans la pièce. Mercury comme Nemor retenaient leurs souffles en fixant leurs tablettes respectives, reliés en temps réel au travail que leur petite effectuait. La scientifique plissait les yeux et analysait ses réponses extrêmement rapide d’un air circonspect. Seul les soubresauts de ses membres trahissait le fait que Nemor n’était pas tranquille, parce que son visage fermé s’enfermait à nouveau dans le marbre.

Désorientée, Mercury émettait des hypothèses justes sur le pourquoi du comment. C’était une première pour cet univers comme pour tous les autres. Cet enfant n’était en rien un être banal. Même pas un “être” tout court, au final. Cette création était une oeuvre d’art qui annonçait une nouvelle ère pour l’humanité. Si Cell se croyait parfait, il se fourrait largement le doigt dans l’orbite. Il n’était qu’une minuscule goutte d’eau comparé aux capacités de la forme de vie légendaire qu’était déjà Ekko.

Embrouillée, la partenaire de Queen fila quelques feuilles à la petite. Nemor tapota gentiment l’épaule de Mercury d’un air sarcastique, comme si elle voulait lui faire bien assimiler que tout ça est bel et bien la réalité… quand elle-même a du mal, intérieurement, à comprendre qu’il ne s’agit pas d’un rêve.

Ne sois pas insolente ma puce, tu viens d’insulter la majorité des formes de vies de cet univers en signifiant que tu as trouvé ça d’une facilité déconcertante. ” Répondit Nemor avec un demi-sourire cruel à destination de ces abrutis de mortels qui constituent la population mondiale. Du même coup, la scientifique caressa tendrement le visage d’Ekko en se baissant vers elle. Toucher à son crâne ne serait pas très bon à cet âge, il n’a pas fini d’être formé. Il faut donc être extrêmement vigilant, surtout vu l’importance qu’a sa vie !

L'implacable Nemor se redressa sur son siège, croisant les bras et ses jambes du même coup. Son regard hautain tentait de sonder sa progéniture pendant sa nouvelle phase de tests. Ses petites mains fouillaient dans les papiers avec une soif de savoir exacerbée, pendant que Mokko semblait établir un scan de la petite. La scientifique ne fit rien pour l’en empêcher: ce n’est pas comme si Mercury avait un quelconque intérêt à faire du mal à Ekko. Elle se doutait que son homologue désirait en savoir plus sur la structure neuronale et génétique de leur enfant, dans les grandes lignes.

Alors, le visage de la Reine se décompose peu à peu, alors que le scan de Mokko s’affiche sur un mur, détaillant de manière concise le patrimoine génétique d’Ekko et ses structures cellulaires comme neuronales… Ses bras croisés se déplient et, à mesure que les résultats s’affichent et que le bruit du crayon, vif, passe d’une feuille à l’autre dans les mains de la petite, les mains de la scientifique s'agrippent aux poignets de son siège avec force. Ses ongles, même, griffent le marbre puissant du meuble avec vigueur et en détache de petits morceaux qui s’incrustent violemment sous ses ongles et dans la pulpe de ses doigts, sans qu’elle ne remarque la douleur. La remarque justifiée de sa partenaire fit acquiescer lentement Nemor: c’était d’une beauté sidérante.

Si Mercury était gagné de spasmes, la lèvre supérieure de Nemor sautillait nerveusement, quand le reste de son corps tentait d’arriver à faire cesser ses tremblements. Mokko scanna les tests papiers, et la petite Ekko levait la tête d’un air satisfait et curieux vers ses mères. Sa concubine préféra sortir s’aérer, alors que Nemor restait pour faire passer les tout derniers test à sa fille d’un air déconcerté et abasourdi. Queen jeta quelques coups d’oeils furtif en direction de Mercury, histoire de s’assurer qu’elle n’allait pas faire un arrêt cardiaque ou un malaise. Parce que la situation et le contexte le permettait largement. Elle-même se sentait fébrile, son rythme cardiaque n’étant pas régulier et ses annexes corporelles ne répondant plus de manière sereine. Mais il ne fallait pas perdre la face devant l’être le plus accompli de l’univers… difficile à faire.

Tu ne peux qu’apporter la perfection totale à ces tests. Mais dis toi bien une chose: ce ne sont qu’une routine. Tu commenceras dès maintenant ton apprentissage puisque tu es si maligne, ma petite.

Pour ne pas perdre la face, Nemor se concentrait sur ce qu’elle savait le mieux faire: essayer d’être rationnel tout en parlant d’une manière très crue. Elle avait du mal à garder son air neutre habituel. Les terminaisons nerveuses de son visage faisaient sautiller et trembloter tout seul un coup sa lèvre supérieure, un coup l’une de ses paupières, voir même ses arcades sourcilières.

Ses membres n’avaient pas fini de lui faire défaut: les tests étaient une telle réussite que le système n’arrivait même pas à quantifier correctement les résultats. Mercury avait fait une nouvelle apparition dans la salle et, Nemor s’était levée d’un coup, les yeux rivés sur l’écran, attendant une réponse claire des résultats. L’attente lui soulevait le coeur avec beaucoup trop de violence, et alors qu’elle se senti faillir… une main se glissa dans la sienne. Avec beaucoup de douceur malgré les tremblements plus qu’évident qui s’immiscaient dans les doigts qui se liaient aux siens. La tension était à son comble, mais cet acte surprenant était doublement une surprise puisqu’il permis à Nemor de garder les pieds sur terre et de ne pas tomber définitivement dans les vapes.

...Retranscription ? Je... ” marmonna Queen, les chiffres défilant dans ses pupilles sans cesse. “ Hmm… Je crois qu’il est impossible pour une machine de concevoir de tels résultats de la part d’un simple mortel… Ce qui est largement compréhensible. Nous sommes des imperfections dans cet univers. Créer un être capable d’être… parfait, ce n’est pas logique, c’est un idéal, un fantasme qui…

Fin des analyses globales: il n’existe aucun être vivant ayant atteint une telle perfection dans l’univers à un âge si primaire. Le phénomène “Ekko” est maintenant ajoutée à la base de donnée en tant qu’entité de référence pour défier les entités classifier comme “Dieux”.

Nemor serra un peu plus fort la main qui demeurait dans la sienne.

Enfin.

Un être MORTEL capable de renverser les Dieux, d’être leur égal existait enfin. Les défier, elle le pourrait. Les mettre à mal aussi, logiquement, les emmerder et leur faire tourner la tête aussi. Ce n’était pas vraiment le but. Le but, c’était toujours ce gros doigt d’honneur à écraser dans leurs gueules. De leur dire “vous n’êtes pas infaillible bande de sac à foutre, les mortels peuvent être vos égaux et vous empêcher de faire de leurs vies vos divertissements”. C’était un acte de rébellion contre cette main du “destin” injuste qu’exerçait les divins.

Un rire dément s’empara de la gorge de la Reine, un rire machiavélique et fou qui ne lui ressemblait pas d’habituel. C’était très certainement nerveux. Ses doigts se délièrent délicatement de leur étreinte avec ceux de Mercury, alors que sa folle rigolade lui donnait les larmes aux yeux… ou le liquide lacrymal avait été là avant les rires ? Qu’importe. Son coeur était sur le point d’imploser. Alors elle se retourna maladroitement, prête à se casser la gueule presque, contre le fauteuil, pour saisir son verre de vin qu’elle bu goulûment d’une traite pour se remettre l’esprit en place.

Son majordome, le rouquin, attendait patiemment que sa maîtresse finisse son verre pour le remplir à nouveau. Nemor leva son verre sous le nez d’Ekko et de Mercury et annonça (un grand sourire barbare sur les lèvres):

Ekko, qu’importe tes choix de vie: tu es d’ores et déjà une partie du panthéon céleste. Tu pourras maltraiter les Dieux comme ils maltraitent nos pauvres âmes sans valeur de mortel, ou tu pourras cerner et décrypter tous les mystères de l’univers si cela te chante ! Oui, oui, oui, tu es la perfection que ta mère et moi-même souhaitions atteindre de notre vivant, mais à côté de toi nous ne sommes que de vulgaire équation ratée. Et pourtant ! Cela ne me déprime pas, bien au contraire, mon esprit est comblé et enfin serein parce que tu existes et que tu es notre enfant. Tu es nous, la perfection !

Elle tendit son verre à Lavi, son majordome, sans même lui lancer un regard, s’abaissant pour prendre dans ses bras l’être parfait, sa fille tant aimée déjà. Queen fit un tour sur elle-même, les bras tendus avec l’enfant entre ses mains, son grand sourire abominable pour les Dieux sur les lèvres.

Mais qu’es-tu capable de faire si tu es en danger mon enfant ? Saurais-tu déjà te défendre ? “ Continuait la scientifique. “ Continues de nous faire rêver Ekko !

Nemor jeta un oeil à Mercury pour apprécier sa réaction. Quoi qu’il en soit, la Reine voulait pousser le bouchon au plus loin qu’elle le pouvait. Alors, Ekko dans les bras, la saiyen se dirigea vers une sorte de salle reliée à une technologie bien trop avancée pour cet univers. L’avantage de voyager entre les dimensions…Les laboratoires sous-marin relié à la demeure de Nemor sont truffés de technologie “alien” avancée.

Queen déposa Ekko dans la salle et en sortie juste après pour admirer ses performances à travers la baie vitrée. La petite pouvait entendre les personnes à l’extérieure de la salle parler grâce à une retransmission audio dans celle-ci.

Des ennemis vont s’attaquer à toi, de plus en plus fort. Quand tu ne seras plus en capacité de te défendre, il te suffira de dire stop et les ennemis disparaîtront. L’entraînement débute dans quinze secondes, prépares toi. “

Nemor croisa les bras, alors que la salle commença à changer entièrement. En effet, à la base elle avait l’air d’une salle d’entraînement classique. Bientôt, le sol fut remplacé par de l’herbe, et les machines par des arbres. Ekko pouvait sentir le vent contre son visage, et le soleil caresser sa peau. De son point de vue, elle se retrouvait dans un monde inconnu, à l’extérieur, seule. (ou presque, puisque la communication orale restait possible avec ses parents)

Un saibaman lui bondit dessus. Précédemment dissimulé dans les hautes herbes, il avait profité de son camouflage pour créer un effet de surprise. Le petit bout d’enfant ne semblait même pas étonné, elle n’avait pas sourcillé malgré la tactique du petit monstre qui lui faisait face.

Une sphère d’énergie se matérialisa autours d’Ekko. Lorsque le saibaman fut presque à portée de la gorge de sa cible, La sphère immatérielle changea de forme. Le saibaman tomba en petits morceaux, carrés et impeccable, tous de la même exacte longueur et grandeur. La sphère d’énergie s’était transformé en une grille énergétique qui venait de couper l’adversaire en une infinité de petits cubes.

Queen, toujours les bras croisés, se mit à rire doucement. Elle n’avait pas fini de rire. Les prochaines minutes se déroulèrent un peu près ainsi: Plus de saibaman, plus de petits cubes de chair. Puis des monstres plus gros, plus grand, plus fort, plus véloce. Plus de découpage encore, de chair qui tombe mollement au sol. Chaque fois, un rire amusé de la part de la scientifique, admirant les capacités psychiques d’Ekko qui ne bougeait physiquement pas d’un poil pendant qu’elle tuait ses adversaires.

Et puis, une autre Ekko apparut. Matérialisé par la machine dans laquelle elle se trouve, jugeant peut-être qu’il serait malin de la faire s’affronter, voir sa réaction. Alors la petite Ekko de “synthèse”, copiée à partir des propres techniques qu’Ekko avait montré jusqu’ici, allait donc utilisé ses pouvoirs pour l’attaquer, qui sont donc les mêmes que la personne dont elle est la copie.

Mais la copie d’Ekko n’eut pas réellement le temps d’agir. Alors que la copie d’Ekko déploya l’espèce de sphère-aura, l’environnement commença à changer. Sa sphère se transforma en une nuée de ballons de toutes les couleurs s’élevant dans le ciel, et le sol sous les pieds de la copie d’Ekko se craquela et se détacha du reste. La copie d’Ekko s’éleva dans le ciel, toujours assise sur ce bout de terre qui maintenant flottait dans les airs.

L’herbe se changea en un parterre fleurie bien plus joyeux et coloré, fleurissant tout autours d’Ekko qui souriait de façon candide malgré son intelligence grandiose. Une envie esthétique au milieu d’une situation dangereuse ? Si elle pouvait se le permettre, c’est bien parce que…

Les mains de Nemor se collèrent à la vitre. Son souffle rapide créait de la buée sur celle-ci, ses yeux écarquillés parlaient pour elle.

Impossible elle… comment ? est-ce que… Elle change la composition de ce qui l’entoure !?

Et la copie d’elle-même se transforma en une toute petite et ridicule souris. Le coeur et la face de Queen se décomposèrent. Lentement, mais de plus en plus violemment. Sa bouche entrouverte, au souffle effréné, provoquait de la buée sur la vitre en face d’elle, où ses ongles griffaient la surface en essayant de s'agripper à une chose invisible.
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Smooth [PV: Mercury]   
 
Smooth [PV: Mercury]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» FREDDIE MERCURY
» San Jose Mercury News *derniers changements avant les séries :)*
» La nuit, tous les chats sont gris. Qu'en est-il des tigres ? [Raphael Mercury]
» Esther Mercury ~A vos (dés)ordres lieutenant Lestrade...~
» Tonight, we dine at McDonald's ! [Che Fang & Raphael Mercury]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPGDBZ :: RPG :: Dösatz-