Partagez | 
 

 Un Meurtre Indigeste

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Shemesh Perditio
avatar
Féminin Age : 16
Date d'inscription : 07/05/2018
Nombre de messages : 58
Bon ou mauvais ? : Héréditairement Mauvaise
Zénies : 1180

Techniques
Techniques illimitées : Binaire / Refroidissement / Création
Techniques 3/combat : Annihilation / Transformation
Techniques 1/combat : Broyage

MessageSujet: Un Meurtre Indigeste   Mer 5 Sep 2018 - 23:06
Il était évident que beaucoup s'étaient précipités vers le restaurant le plus proche en cette heure du repas. C’était le cas d’un rescapé du service militaire de Héra, un déserteur qui avait profité d’une mission éloignée pour se réfugier sur Terre. Avec un nouveau nom et une adresse qui fut aisément obtenue grâce à des économies de plusieurs décennies, Fygi Deilos pensait être enfin parvenu à échapper au monde sur lequel régnait les démons du froid. Il s’était donc constitué une nouvelle routine afin de s’habituer aux pratiques terriennes et pour ne pas trop attirer l’attention. Il y en avait plusieurs, des comme lui. Des pauvres bonhommes bleus aux crinières oranges qui ne voulaient simplement pas vivre sous le joug du vil monarque de l’espace. L’empereur Freezer n’avait pas constitué des règles de vie qui permettaient à n’importe qui de vivre simplement et pacifiquement. La présence des militaires était permanente. Il était impossible de subsister sans souffrir. Les riches et les puissants n’avaient même pas besoin de se cacher. L’inégalité et la cruauté ne pouvaient être ignorées. Elles fleurissaient comme dans le champ le plus fertile qui puisse exister en cet univers décharné. Le pauvre survivant de l’enfer n’était qu’un autre moustique qui allait s’écraser sur une lanterne. Une trace pathétique dans le coin d’un manuscrit causée par un écrivain pressé qui laissa tomber une infime goutte d’encre. Tel était le héra qui allait perdre la vie en cette belle après-midi.

Les serveurs s’attelaient à leur tâche habituelle. Mais ils semblaient vides. Comme si leur vie, leur personnalité avait été siphonnée au préalable. La vérité était qu’ils n’en avaient pas de base. Le pouvoir de création des kaioshins permettait à la vie de se former. Le degré d’intelligence de cette même vie n’importait cependant pas forcément à celui qui moulait la terre cuite pour la faire se mouvoir. En fait, cela n’était qu’un autre outil pour arriver à une fin. Shemesh s’était tranquillement installée dans la cuisine avant de remodeler les esprits des pauvres travailleurs pour les rendre plus aptes à empoisonner leurs repas. Certes, le restaurant n’aurait certainement pas de clientèle pendant un long moment. Beaucoup d’enfants ne verront pas leurs parents pour Noël. Beaucoup de ménages resteront brisés. Mais qu’importe. Cela sera certainement blâmé sur l'amiante coincée dans les murs. Freezer avait quelques agents ici et là, tout comme il devait y avoir des espions aux ordres des Black Feathers sur Héra. Quand bien même les dirigeants pouvaient ne pas en être véritablement informés, il y avait des cafards partout, parfois engagés par de simples officiers. Une armée, c’est bien compliqué. Mais la soi-disante Inquisitrice Perditio se fichait bien de toutes ces politiques. Elle ne souhaitait juste que massacrer un pauvre restaurant oublié des grosses têtes. Et bientôt, depuis les cuisines, elle put voir les résultats de son boulot :

Cela commençait par une réalisation soudaine. Des yeux qui s’écarquillent et des veines qui apparaissent sur les contours des globes oculaires. Puis alors arrivaient les réflexes. Les tentatives d’expectoration, les toux répétitives sans succès. Puis la peau changeait de couleur alors que sur les cernes coulaient des larmes déjà imbibées par le poison. Les corps tombaient de leurs chaises, s’écrasant avec des convulsions terrifiantes sur les épaules. Parfois, ils s’éclataient sur la table, renversant sur leurs épidermes les mets toxiques et endommageant le meuble. Puis ils passaient à la minute de paralysie. Le corps devient alors une prison dont l’esprit tente de sortir. Parfois, le désir de survivre prolongeait ce moment. Sortant de l’arrière de ce misérable restaurant, la déesse dans le corps de mortel observait les dernières victimes rendre leur dernier soupir. Quand bien même son visage ne se crispait pas plus qu’il ne changeait de forme, on pouvait ressentir sa joie de voir tant de pathétiques vermisseaux laisser s’échapper leur âme.

”Votre mission est accomplie. Vous pouvez disparaître, à présent.”

Des mots qui firent s’enflammer les pauvres garçons et filles de café d’une façon douloureusement littérale. Bientôt, ce fut à leur tour de tomber en cendre. Leurs personnalités, bien malheureusement, réapparurent en même temps que leurs terminaisons nerveuses. Beaucoup de gens venaient de mourir comme simples dégâts collatéraux. Mais, voyez-vous, c’est ça la guerre. Plusieurs Binaires venaient d’apparaître avec dans leur tête un ordre très simple : nettoyer la zone. De leurs petites mains de bandelettes, les naines s’affairaient à consummer à l’aide de flammes maudites les corps qui se décomposaient. Un autre spectacle à admirer. La disparition des preuves de l’existence d’une vie. La tortionnaire s’était déjà installée dans sa chaise lévitante, mais cela ne l’empêchait aucunement de profiter de la disparition lente de ces malheureux mortels. Une cigarette parvint à s’allumer grâce à ce feu malsain, avant d’être portée à la bouche de l’ex-divinité.

Elle n’avait jamais vrai eu le don d’être subtile quand il était temps de détruire. Ainsi la fumée sortait des différentes fenêtres. Beaucoup étaient intrigués par les origines de ce soudain incendie. Mais il était étrange que le réseau soit soudainement coupé. Comme si quelqu’un ne souhaitait amplement pas l’arrivée des pompiers. Ainsi, il n’y aura que des civils pour voir la chose. L’infernale sadique, elle, s’était simplement échappée par la porte arrière, voyageant en ignorant les quelques passants qui jalousaient sa chaise volante. Un tel moyen de locomotion n’était aucunement réservé à ces basses classes terriennes. Shemesh Perditio n’était uniquement là que pour faire disparaître des vies. Le globe terrestre venait de perdre un réfugié qui aurait pu desserrer sa langue pour sa majesté démoniaque. La plume noire perdait un potentiel allié et conseiller. Il était très évident qu’il ne l’aurait même pas remarqué. Mais qu’importe. Un détail pouvait parfois être vu. Il fallait prendre des précautions. Et ces précautions étaient la nouvelle inquisitrice de l’empire Cold, qui venait de commettre d’autres meurtres pour sa majesté.

Mais pourtant, ses petites affaires étaient bien visibles. Elle n’aura pas à être étonnée si par malchance un héros venait à passer par là pour remarquer l’incendie. Et elle n’aura pas à se plaindre si ce dit justicier voulait tenter de lui administrer une leçon de morale.
Nabe
avatar
Saiyan
Masculin Age : 25
Date d'inscription : 20/02/2018
Nombre de messages : 25

Techniques
Techniques illimitées : Barrière de Ki // Kamehameha // Kiai
Techniques 3/combat : Shunkan Idô // Kamehameha x10
Techniques 1/combat : Ryû Ken

MessageSujet: Re: Un Meurtre Indigeste   Mar 18 Sep 2018 - 14:52
(Désolé du retard ^^)

Monsieur Dyspo et moi-même étions sortis victorieux de notre combat contre les brigands que nous avions rencontrés quelques jours auparavant. Je sortis de l'affrontement avec quelques contusions et quelques membres endoloris, rien de bien grave, j'en avais vu des pires au cours de ma courte, mais néanmoins remplie, existence.

Suite au combat, Monsieur Dyspo suggéra qu'on se sépare le temps de récolter des informations sur l'endroit dans lequel nous nous trouvions. Tout ce que je pouvais dire à propos de cette planète, c'était qu'elle m'était étrangement familière, comme si j'y avais déjà vécu mais bien sûr, tout cela était impossible. Je me mis en route de mon côté, bien décidé à découvrir ce que je faisais ici mais avant ça, un passage dans un restaurant s'imposait. Notre précédent combat avait éveillé mon appétit. Il y avait cependant un problème: je ne connaissais pas de restaurant dans les environs. Je m'envolai et pris une direction au hasard, espérant trouver un endroit sympathique. Je dus voler durant plusieurs heures avant de trouver une ville avec plein de grands bâtiments. Je descendis et posai mes deux pieds sur le sol puis, déambulai dans les rues à la recherche d'un restaurant. Je marchai dans une grande rue commerçante, noire de monde, puis, je bifurquai sur ma gauche et tombai dans une rue moins bondée, bien plus calme. Là, je trouvai mon bonheur. Au bout de cette rue se trouvait un restaurant. J'entrai en poussant lentement la porte et là, un jeune homme qui avait environ la trentaine et dont le visage était si triste que j'avais l'impression qu'il pouvait aspirer la joie de vivre de quelqu'un grâce à un simple regard. C'était comme si cet homme était mort mais toujours capable de se mouvoir et de parler.


"Bonjour, je voudrais une table pour manger, s'il vous plaît." demandai-je, poliment.


"Désolé, ça ne va pas être possible. Une tenue correcte est exigée pour être accepté dans notre établissement." répondit-il sur un ton monotone. 

Lors de mon combat contre les brigands, la lutte fut si intense qu'une partie du bas de ma tenue s'était déchirée et le haut avait complètement été arraché, laissant apparaître mon torse nu. Ne pouvant pas rentrer dans cet établissement, je n'avais qu'une solution: me procurer des vêtements de rechange. Je m'apprêtais à sortir en courant quand quelque chose me fit faire demi-tour.


"Euh, excusez-moi, où puis-je trouver une boutique de vêtements?" demandai-je, un peu embarrassé.

"Vous sortez d'ici, vous prenez à gauche et il y a plusieurs boutiques." répondit le garçon.

"Merci." répondis-je en courant vers la sortie. 

Une fois dehors, je pris le chemin vers la gauche et me retrouvai dans une autre Grand Rue parallèle à la première. Je dus parcourir une petite centaine de mètres pour trouver une boutique de vêtements. J'y entrai et regardai chaque rayon à la recherche d'un vêtement qui pourrait être correct pour rentrer au restaurant mais rien ne m'intéressait.

Peu à peu, une certaine agitation se faisait de plus en plus ressentir dehors. Des gens semblaient se rassembler au même endroit, mais je ne savais pour quelle raison. Curieux, je sortis du magasin et regardai tous ces gens qui semblaient se diriger vers le restaurant. C'est alors que je vis que de la fumée sortait du bâtiment en feu. C'était horrible, il y avait peut-être même encore des pauvres gens coincés par les flammes. Etant un membre des prestigieux Pride Troopers, je ne pouvais rester là sans réagir. La porte d'entrée était inaccessible à cause du feu. Je décidai alors de faire le tour, espérant y trouver une autre entrée quand, tout à coup, un étrange être confortablement assis sur un siège en lévitation, sortit du bâtiment et commença à prendre la fuite. Quelque chose me dérangeait chez cette personne. Sa fuite et l'incendie n'étaient certainement pas une coïncidence. Je bougeai alors dans sa direction et tentai de lui bloquer le passage.

"Arrête-toi!" dis-je sur un ton autoritaire.

Je pris une courte pause et repris:

"Qui es-tu?"
Shemesh Perditio
avatar
Féminin Age : 16
Date d'inscription : 07/05/2018
Nombre de messages : 58
Bon ou mauvais ? : Héréditairement Mauvaise
Zénies : 1180

Techniques
Techniques illimitées : Binaire / Refroidissement / Création
Techniques 3/combat : Annihilation / Transformation
Techniques 1/combat : Broyage

MessageSujet: Re: Un Meurtre Indigeste   Ven 21 Sep 2018 - 15:16
Certains qualifieraient ce genre de suite d'événements de comique. Une minute était consacrée au meurtre cruel de pauvres innocents, une autre à la destruction du lieu où étaient jonchés les cadavres empoisonnés et une dernière à la rencontre d’un Saiyan en maillot de bain. Il était vrai que certaines de leurs armures guerrières étaient accompagnées de simple slips, mais là… là c’était tout simplement risible. C’était impossible pour les yeux de Shemesh de montrer davantage l’ennui que cette dernière ressentait en voyant le ridicule de la situation. La vérité était que l’inquisitrice Perditio avait simplement décidé de le contourner sans arrêter l’avancée de sa chaise volante. Ainsi, alors qu’un maître nageur simien avait tenté de lui barrer la route, son trône lévitant avait tout bonnement fait un petit virage vers la gauche avant d’en faire un vers la droite, pour ignorer avec le plus grand des irrespects le pseudo-justicier. Il n’y avait pas de doute qu’il avait réussi à additionner un plus un pour se rendre compte qu’une dame qui s’éloignait d’un bâtiment en feu devait peut-être avoir une raison de s’éloigner du bâtiment en feu. C’était un processus de réflexion extrêmement compliqué pour un pauvre macaque aux cheveux en pics. Mais elle n’eut même pas de considération pour cette grande puissance intellectuelle dont il faisait preuve par rapport au reste des membres de son espèce belliqueuse et prévisible.

Mais ce crétin n’allait probablement pas la lâcher, que ce soit en la suivant ou bien en répétant sa manoeuvre. Mais de potentielles attaques seraient contrées par les binaires qui pourraient apparaître de n’importe où pour protéger leurs maîtresses. Cependant, il décida de lui poser une question. Une question si simple qu’elle devait recevoir une réponse tout aussi simple. Mais on ne pouvait pas s’attendre à une telle grâce de la part d’un esprit pervers comme celui de l’ancienne divinité du mal. Et c’est pourquoi cette dernière arrêta enfin sa course pour finalement prendre la parole, tout en posant sa tête contre sa paume et son coude contre l’un des accoudoirs de son siège.

”Qui suis-je ? Cela signifierait que je suis quelque chose. Comment être sûre de ma véritable présence en ces lieux ? Peut-être que je rêve et que je ne suis pas réelle dans le sens où cette incarnation n’est pas celle que je possède véritablement ? Peut-être que tu rêves et que je ne suis qu’une illusion de ton esprit fragile ? Ou bien peut-être que nous ne sommes tous les deux que les produits de l’imagination d’un ou de plusieurs idiots qui s’amusent à écrire des histoires ? Sommes-nous donc, dans ce cas là ? Si notre monde provient de l’esprit d’un autre, sommes-nous de véritables êtres vivants dans un univers qui est bien réel ? Ou alors n’est-il que faux… et par extension nous aussi ?”

Cela devait déjà faire sortir de leurs gonds les quatre neurones rouillées du culturiste aux cheveux atroces. Il était probable que le pauvre individu soit à présent en surchauffe mentale une fois présentée à de la philosophie bas de gamme et même surfaite. Shemesh venait de croiser les doigts de ses deux mains avant de poser son menton sur cette jointure tactile, regardant avec un léger amusement le visage de son interlocuteur mentalement handicapé. Cela devait être dur de suivre une conversation aussi compliquée avec une matière grise tellement inadaptée qu’elle devait probablement être azur.

”Imaginons alors que je sois, car je pense. Il m’est possible de connaître mon existence par ma capacité à réfléchir et à avoir conscience de cette même réflexion. Quelle serait donc mon identité ? Serait-ce simplement ma façon même de raisonner ? Ou bien serait-ce également mon passé et tous les évènements qui m’ont conduite à arriver jusqu’ici ? Serait-ce la trace que j’ai laissé dans l’histoire de tous ceux que j’ai rencontré ?... ”

Elle se cala alors dos contre fauteuil, posant ses avant-bras sur les accoudoirs sans pour autant cesser d’émaner du mépris envers l’abruti qui tentait de comprendre désespérément ses dires.

”Je vais abréger et passer directement à la conclusion : je suis quelqu’un de très occupé et ta présence me fatigue et trouble ma tranquillité. Ainsi, je te somme de fuir et de t’acheter de véritables vêtements. Une visite chez le coiffeur te ferait également du bien.”

Et son siège, à nouveau, se retourna, pour laisser à son incompréhension le pauvre dégénéré.
Nabe
avatar
Saiyan
Masculin Age : 25
Date d'inscription : 20/02/2018
Nombre de messages : 25

Techniques
Techniques illimitées : Barrière de Ki // Kamehameha // Kiai
Techniques 3/combat : Shunkan Idô // Kamehameha x10
Techniques 1/combat : Ryû Ken

MessageSujet: Re: Un Meurtre Indigeste   Mar 25 Sep 2018 - 18:41
La personne face à moi, si je pouvais m'exprimer ainsi, me répondit avec un charabia incompréhensible. Je ne pus en saisir le sens, si tant est qu'il y en eût un. Du coup, je la fixai, abasourdi, ne sachant trop quoi répondre à ce qu'elle venait de me dire.

"Euh..."

Le pire fut qu'elle continua ses phrases qui n'avaient ni queue, ni tête. Elle cherchait à m'embrouiller, c'était sûr, mais c'était aussi mal me connaître. Je comptais bien lui faire avouer sa faute et la punir, faire régner la justice comme on me l'avait toujours appris. Après tout, j'étais un Pride Trooper et c'était mon devoir de rétablir l'ordre là où il n'y en avait pas.

Par la suite, la personne m'insulta en faisant mine de partir. Son siège se retourna et très vite, la personne me tourna le dos. Je n'avais pas l'intention de me laisser faire et je courus à toute vitesse pour empêcher toute fuite. Je me plaçai juste devant le siège dans lequel était assise la personne. J'écartai les bras pour lui montrer que je ne la laisserais pas passer.

"Tu n'iras nulle part!" dis-je. "Tu vas d'abord répondre de tes actes devant la justice. Et la justice, c'est moi!" ajoutai-je.

La personne face à moi ne ressemblait vraiment pas aux habitants que j'avais pu croiser sur cette planète. Je supposai donc qu'elle venait d'ailleurs mais du coup, quel était le but de sa visite sur cette planète? Il fallait que j'en sache plus et que je punisse cette personne pour avoir attenté à la vie de plusieurs innocents. 


"Tout d'abord, quel est ton nom?" demandai-je avec un ton autoritaire.

Tout en lui parlant, je restai sur mes gardes dans le cas où cette personne tenterait de m'attaquer par surprise. On ne pouvait jamais se fier aux criminels, ils tentaient toujours n'importe quoi pour échapper aux griffes de la justice. Malheureusement pour le criminel en face de moi, j'avais désormais acquis des années d'expérience auprès de Monsieur Toppo et des autres Pride Troopers, et les criminels dans son genre ne me faisaient plus peur. 
Je lui laissais le temps de me répondre ou non, après quoi j'enchaînai avec une autre question:

"Pourquoi as-tu massacré tous ces innocents?"

Il fallait tirer tout ça au clair...
Shemesh Perditio
avatar
Féminin Age : 16
Date d'inscription : 07/05/2018
Nombre de messages : 58
Bon ou mauvais ? : Héréditairement Mauvaise
Zénies : 1180

Techniques
Techniques illimitées : Binaire / Refroidissement / Création
Techniques 3/combat : Annihilation / Transformation
Techniques 1/combat : Broyage

MessageSujet: Re: Un Meurtre Indigeste   Jeu 27 Sep 2018 - 22:38
Avez-vous déjà vu un chien courir après sa queue, ou bien chercher une balle qui ne fut jamais envoyée ? Peut-être avez-vous observé un bébé regarder dans le vide en bavant alors que ses parents s’étaient mis à parler un langage contenant plus qu’une troisième personne du singulier et un présent de l’indicatif ? C’était un spectacle fort peu rare. Mais il n’était pas atypique de se voir amusé par ce phénomène bien commun. L’idiotie d’un être mentalement inférieur pouvait s’avérer mignonne. Mais Shemesh ne pouvait pas donner un adjectif positif à ce saiyan qui avait le visage d’un de ces nourrissons ahuris. Quand bien même elle pouvait sentir un ricanement silencieux se glisser entre ses neurones à la vision de cet énergumène psychiquement engourdi par cette multitude de questions existentielles, elle ne pouvait pas complimenter son prorata énorme de néant par rapport à sa matière grise. Il était déjà capable de parler, ce qui devait être sensationnel. Il était fort probable qu’il doive aller prendre une pause une fois l’épreuve qu’était entamer un dialogue finie, sans quoi il risquerait de mourir d’un surmenage crânien. Cela serait bon pour l’inquisitrice, car ainsi il y aurait moins de bruit pour résonner dans ses oreilles. Peut-être que son apparition comme vivante parmi les vivants et les émotions si fascinantes qui accompagnaient le phénomène ne valaient pas le sacrifice de son omnipotence, en fin de compte. D’un geste du doigt, elle aurait simplement pu rendre le macaque tout aussi silencieux qu’une pierre. Mais il avait l’air assez confus pour lui permettre de fuir une discussion assez ennuyeuse avec un barbare.

Mais malheureusement, ce ne fut pas le cas. L’esprit saiyan était en effet capable d’outrepasser l’algorithme de la réflexion. C’était-à-dire qu’il pouvait simplement et complètement ignorer un exercice mental au profit de nuire à une simple passante qui ne méritait que fort peu d’avoir ses yeux souillés par la stupidité de son visage. Les bras écartés, en croix comme ceux d’on ne sait quel barbu divin, et toujours rien pour couvrir son corps crasseux, le sac à puces restait toujours un obstacle qui bloquait le passage. En vérité, il ne pouvait bloquer qu’une rue à la fois, mais il était également capable de courir vite, chose peu commune dans cet âge où tout le monde lévite. Il pouvait donc être ridicule de se voir changer de cap pour retrouver le même lépreux en face de soi à chaque fois. Si cela n’était pas assez problématique en soi, il s’était mis à hurler qu’elle ne passerait pas. De quoi faire regarder quelques piétons qui fuyaient l’incendie ou bien étaient justement venu voir l’origine de la fumée qui s’étalait à l’horizon. Le singe criait d’ailleurs qu’il était la justice et que Shemesh aurait à répondre de ses actes devant elle.

”En vérité, le pouvoir judiciaire est partagé entre plusieurs individus. Si l’on souhaite ne pas trop compliquer les choses, on peut affirmer que ce sont les juges, jury et bourreaux qui détiennent les différentes formes d’application de cette “justice”. On peut cependant dire de la justice qu’elle est une valeur métaphysique qui nous est véritablement inconnue et que nous recherchons depuis des lunes. Comment définir un crime et quel châtiment administrer ? C’est une question à laquelle nous ne pouvons répondre véritablement. Mais il est bien sôt de s’auto-proclamer personnification d’une chose qui dépasse l’entendement vivant comme un sophiste des temps anciens. Chercherais-tu simplement à faire souffrir les gens en les accusant de méfaits qu’ils n’ont pas commis ?”

Elle avait de nouveau le coude contre l’un des accoudoirs. Son avant-bras y était perpendiculaire et sa tête était soutenue par ses doigts au niveau de la tempe et de la joue. Elle n’avait pas quitté sa posture précédente, mais sa voix monotone avait peut-être cette fois-ci percé cette bulle de médiocrité intellectuelle qui entourait les neurones du crétin ? Enfin, il souhaita à nouveau savoir qui elle était. Plus précisément, afin de ne pas se faire prendre dans l’embuscade philosophique, il lui demanda quel était son nom. Il fallait faire attention, car il venait de réfléchir et d’apprendre les tactiques. De sa main libre, posée à l’intérieur de la chaise, l’inquisitrice Perditio se mit à créer à l’aide de ses pouvoirs divins un bout de plastique qui n’était important que pour les mortels qui se croyaient civilisés. Elle sortit donc rapidement, en commençant sa phrase d’après, une carte d’identité écrite dans un langage qui n’était pas de cette galaxie.

”Très bien… Mon nom est Ymg' Fhalma, provenant de la planète de Crépi. Je suis une ambassadrice des Crépitarques venue observer la Terre, afin d’estimer si un contact serait possible. J’estime que mon langage natal est peu compréhensible à tes oreilles et les documents à ma disposition ne peuvent très certainement pas être lus par tes yeux. Ce qui est fort dommage, car la poésie qui y est présente est bien belle.”

Ces mots ne sortaient pas de l’esprit malsain de Shemesh mais bien d’un peuple oublié par les âges qui vécut bien longtemps avant notre ère dans un bout oublié de la galaxie. Les “Crépitarques” ont disparu depuis bien longtemps, sous la main d’une déesse destructrice très particulière. Il est fort probable que l’on vous réponde “non” si jamais vous demandiez ce que furent ces êtres cultivés et technologiquement avancés. Un destin qui attendait Nabe s’il s’avérait ne plus être amusant à faire tourner en bourrique. En attendant, les spectateurs de la petite engueulade semblaient surpris de savoir que l’envoyée d’une espèce située si loin dans l’espace était venue visiter. Et ils se demandaient pourquoi donc est-ce que le bonhomme en caleçon voulait tant lui causer tort. Et ils prirent une grande inspiration quand ce dernier affirma que la pauvre et innocente Perditio avait massacré des gens. Cette dernière resta silencieuse un instant, relevant les sourcils afin de mimer une incrédulité couplée à une moquerie.

”Serais-tu en train de m’accuser de torts sans preuves ? Estimerais-tu que le bête accident observable là-bas soit de ma faute ? Je tiens à m’excuser de mes mots, mais c’est tout simplement stupide. Pourquoi donc ferais-je une chose pareille ?...”

Il n’y avait aucune raison de commettre un acte comme le sien. Les vêtements et le véhicule de l’ancienne déesse n’étaient aucunement porteurs de l’odeur de brûlé ni de cendres. Ils étaient immaculés et soignés, tout simplement impeccables. Mais Shemesh prit un air plus sévère encore que l’habituel.

”Mais peut-être essaies-tu de me refiler la faute ? Que j’ai l’air différente par rapport aux autres… oui, je suis une cible parfaite, car bien évidemment ils sont tous racistes et intolérants, par ici, selon toi. Et personne ne se douterait que c’est un saiyan en sous-vêtements, couvert de poussière, à l’air ahuri et soudainement agressif envers une pauvre dame comme moi qui serait le fautif. Peut-être me prends-tu pour une réflexion de ton acte afin d’apaiser ta conscience fautive ? Mon pauvre ami, il te faudrait accepter ce que tu as commis. La… “justice” est clémente envers ceux qui avouent leurs fautes.”

L’attention était portée sur le Saiyan. Les autochtones semblaient davantage convaincus par l’argument de Shemesh qu’autre chose.
Nabe
avatar
Saiyan
Masculin Age : 25
Date d'inscription : 20/02/2018
Nombre de messages : 25

Techniques
Techniques illimitées : Barrière de Ki // Kamehameha // Kiai
Techniques 3/combat : Shunkan Idô // Kamehameha x10
Techniques 1/combat : Ryû Ken

MessageSujet: Re: Un Meurtre Indigeste   Mar 16 Oct 2018 - 18:09
Après quelques autres paroles alambiquées qui n'auraient comme résultat que de m'embrouiller davantage, la créature que j'avais face à moi tentait de me faire porter le chapeau de ses affreux assassinats. Le pire qu'il y avait dans tout ça, c'était que les passants qui s'étaient arrêtés sur la scène du crime commencèrent à la croire, à tel point que je pus entendre quelques chuchotement à mon égard. Je ne pensais pas que ces gens puissent être assez bêtes pour croire cette criminelle. 

Par contre, une autre chose dans son discours m'intriguait, c'était la façon dont elle m'avait appelé. Un Saiyan? Je n'étais pas ce dont elle me qualifiait. J'étais simplement un éminent membre de la fabuleuse équipe des Pride Troopers. D'ailleurs, ce terme, "Saiyan", je ne l'avais jamais entendu avant. Tout ceci demanderait explications mais ça pouvait attendre. Pour l'heure, j'étais en fâcheuse posture face à un assassin qui se dédouanait de ses crimes en me les mettant sur le dos.

"Comment oses-tu accuser un membre des Pride Troopers?" dis-je avant de marquer une courte pause. "Nous sommes une équipe chargée de faire régner la justice dans l'univers en aidant de pauvres gens, et nous sommes aussi chargés de mettre hors d'état de nuire des criminels dans ton genre!" ajoutai-je, avant de balayer la foule du regard, à la recherche d'une réaction.

Devant la non-réaction des gens, je fus décontenancé. Tout le monde connaissait les Pride Troopers et eux semblaient avoir entendu ce nom pour la première fois dans leur existence. Peut-être étais-je sur une planète reculée qui n'avait, par je ne savais quel moyen, jamais entendu parler de notre collectif? Par la suite, les gens commencèrent à devenir un peu plus menaçants. Ils pensaient que je me fichais éperdument d'eux et semblaient sérieusement penser qu'il serait peut-être mieux que l'on se débarrasse de moi.

Je ne savais plus quoi faire.

"Oh, j'ai une idée!" m'exclamai-je, avant de courir dans une direction bien précise.

Très peu de temps après, je revins avec le vendeur de la boutique de vêtements chez qui j'étais au moment où le restaurant avait pris feu. 

"Cet homme peut témoigner de ma présence dans ce magasin lors de l'incendie du restaurant." criai-je, pour être bien sûr que tout le monde m'entende. 

L'homme confirma ma version et la foule se tourna comme d'une seule tête vers la femme toujours confortablement assise dans son siège. De mon côté, je pointai mon index dans sa direction et lui dis d'une voix assurée:

"C'en est fini de ce petit jeu, que viens-tu faire ici?"
Shemesh Perditio
avatar
Féminin Age : 16
Date d'inscription : 07/05/2018
Nombre de messages : 58
Bon ou mauvais ? : Héréditairement Mauvaise
Zénies : 1180

Techniques
Techniques illimitées : Binaire / Refroidissement / Création
Techniques 3/combat : Annihilation / Transformation
Techniques 1/combat : Broyage

MessageSujet: Re: Un Meurtre Indigeste   Dim 21 Oct 2018 - 23:46
“Pride Troopers”. C’est une appellation anglophone. Les soldats de la fierté. C’était bien plus ridicule qu’on ne pouvait le penser. Peut-être qu’il faisait partie de l’un de ces mouvements visant à promouvoir les droits des personnes appréciant faire la cour à ceux du même sexe ? Ah, il était vrai que beaucoup d’entre eux aimaient se détester par ce qu’ils fréquentaient au lit. C’était bien drôle, tout cela. Cette haine que tous ces mortels ont. Enfin bon, cela pouvait expliquer pourquoi cet homo erectus se dandinait en sous-vêtements moulants. C’était une habitude pour ceux souhaitant faire part de leur supposée déviance de se montrer avec moins de pudeur. C’était également une façon plutôt pathétique d’attirer l’attention sur soi. Que comptait-il faire en slip de bain ? Résoudre des problèmes sociaux majeurs ancrés depuis des décennies à cause de croyances et peurs de l’inconnu et de l’étranger ? Quelle importante manoeuvre que se dénuder pour venir lui ruiner sa journée. Le fait que Shemesh se soit établie comme ambassadrice d’une planète bidon doit avoir sauté aux oreilles de cet imbécile qui allait très certainement se pavaner davantage devant ses yeux.

Puis il décida d’amener le représentant d’un magasin de vêtements pour lui permettre de confirmer sa version des événements. Un seul et unique employé d’une boutique qu’il n’avait pas l’air d’avoir visité. Si ce pauvre bonhomme possédait bien un badge permettant d’attester de sa profession dans l’industrie de la distribution d’habits en tout genre, il n’était en aucun cas une source sûre. Après tout, n’importe quel babouin avec quinze zénies pouvait demander à un compatriote de le tirer d’une embrouille verbale. Et ce pauvre idiot avait le culot de dire que c’était assez pour retirer tous les soupçons. Shemesh posa ses doigts contre ses yeux fermés. Son corps mortel venait de subir la fatigue de deux nuits blanches d’un coup. Est-ce que c’était cela, ce que les vivants appelaient “en avoir marre” ? Elle était patiente, cependant. Cette légère frustration n’allait pas la faire sortir de ses gonds. D’autant plus que son corps n’était pas le plus adapté aux joutes et bagarres. Elle pouvait simplement vaincre la plupart des adolescents… et encore. Cela constituait un handicap amusant. Après tout, il fallait quelques faiblesses au physique que s’était attribuée la déesse du mal. La plupart de ses muscles envoyaient leur énergie au cou de la dame meurtrière pour que la tête de cette dernière ne se laisse pas se fracasser contre le bord de son trône volant. À la place, il n’y eut que des sourcils se rehaussant alors qu’un enfant de quatre ans pensait gagner un débat. Certains pouvaient être tentés d’applaudir ce gamin d’un mètre quatre-vingt pour ses énormes efforts mentaux. Mais là il n’y avait rien pour récompenser ce pauvre singe dont le quotient intellectuel devait à peine dépasser quarante.

”Tu dois bien savoir qu’un seul témoin ne peut pas suffire à une enquête… en particulier quand ce dernier provient d’un magasin de vêtements ? Vêtements que tu ne portes pas, d’ailleurs. En vérité, il serait fortement possible que ce ne soit qu’un pauvre travailleur sous-payé auquel tu as promis une petite fortune s’il te tirait d’affaire. Il semblerait que sous tes airs de rude et hautain personnage, tu aies une petite flambelle de manipulateur. Malheureusement, c’est un acte bien simple. Tu n’as qu’un seul témoin pour dire vaguement que tu n’as pas causé la mort potentielle de plusieurs personnes dans un incendie volontaire. Et encore, voyant la vitesse phénoménale à laquelle tu es parti chercher cet homme, tu aurais pu échapper à sa vision l’espace d’un instant pour mettre fin à la vie de tous ces gens.”

Tiens d’ailleurs, parmi ses gestes atypiques et ridicules se trouvait un bras dressé vers l’avant dont le poing fermé ne laissait s’échapper que l’index pointé vers la tendre Shemesh. C’était fortement malpoli, mais un abject avorton de couvée comme lui ne devait pas être un fin connaisseur des manières de vivre. L’inquisitrice Perditio avait décidé de laisser sa tête retomber un peu vers l’avant, soutenue par ses doigts placés contre ses tempes et empêchant toute chute de son front vers les bords durs de sa chaise. Enfin, si sa tête venait à se cogner assez fort contre le métal de son trône volant, cela lui serait peut-être fatal. Peut-être qu’elle pourrait ainsi quitter la conversation et oublier à jamais le cerveau malformé de ce vaurien ?

”La raison de ma présence ?...”

Elle eut du mal à réagir un instant. Est-ce que c’était cela d’avoir une migraine ? Elle faillit avoir de l’empathie pour ceux qui souffrirent d’un AVC par ses pouvoirs, l’espace d’un instant.

”Je l’ai déjà dit… Je suis venue voir si un contact avec les espèces vivantes de ce système solaire serait possible… et si cela en valait la peine. La réputation des Saiyens avait déjà résonné dans l’univers mais j’espérais tant voir des êtres un minimum intelligents en ce lieu. Tu ne fais que me faire gaspiller ma journée, me ruiner mon après-midi et m’accuser d’un crime que je n’ai aucunement commis. Mais pourquoi fais-tu cela ?”

Elle se redressa.

”Souffres-tu d’un état avancé de schizophrénie ? Es-tu atteint d’un type de maladie mentale particulier qui te fait réfléchir d’une façon différente de la norme ? Peut-être que tu as tué ces gens et que tu ne t’en souviens même pas ? Je pense que l’on devrait te prendre en charge… À ce niveau là, cela ne pourrait être que de la folie pure et dure.”

Elle fit mine de chercher un post-it dans son mini-vaisseau. En vérité, elle fit se matérialiser en dehors de la vue de tout ce beau monde un stylo et un bout de papier. Ramenant tout ça aux yeux du public, elle griffonna le nom d’un hôpital psychiatrique qu’elle avait vu dans la région. Quelque chose comme “Ivan Pavlov” ou une appellation du genre. Elle fit se rapprocher sa chaise du baigneur couvert de poussière alors que la foule semblait considérer la vérité dans ses paroles. Lui offrant la notice, elle le regarda droit dans les yeux, de son air bien fatigué.

”Ces personnes sont bienveillantes. Dis-leur tout ce que tu as sur le coeur et ils t’écouteront.”

Oh ! Si elle parvenait à convaincre l’idiot du village qu’il était fou, cela lui donnerait peut-être le sourire.

”En attendant, j’ai d’autres choses à faire.”

Et elle contourna le guerrier dont la cacahouète qu’il appelait “cervelle” était très certainement bien confuse. Si cela se terminait ainsi, bon débarras !
Nabe
avatar
Saiyan
Masculin Age : 25
Date d'inscription : 20/02/2018
Nombre de messages : 25

Techniques
Techniques illimitées : Barrière de Ki // Kamehameha // Kiai
Techniques 3/combat : Shunkan Idô // Kamehameha x10
Techniques 1/combat : Ryû Ken

MessageSujet: Re: Un Meurtre Indigeste   Sam 10 Nov 2018 - 1:41
La perfidie de la personne qui se trouvait face à moi n'avait aucune limite. Elle arrivait presque à mettre le cerveau des gens à l'envers et à leur faire croire n'importe quoi, y compris ma culpabilité alors que j'avais la preuve formelle de ne pas avoir été sur les lieux au moment du crime. Je n'étais d'ailleurs même pas rentré dans le restaurant. Elle s'approcha ensuite de moi et me tendit un bout de papier sur lequel était écrit un nom que je ne connaissais pas. Après ça, elle me contourna et fit mine de partir, prétextant avoir d'autres choses à faire. Nous nous retrouvâmes alors dos à dos.

Le sang du justicier qui coulait dans mes veines commençait à bouillonner. Comment, en tant que représentant de la justice et éminent membre des prestigieux Pride Troopers, pouvais-je laisser cette criminelle errer en liberté dans les rues de cette si belle planète? Il fallait que je fasse quelque chose pour la mettre hors d'état de nuire et ce, même si je devais employer la force brute pour y parvenir. En premier lieu, je froissai le papier dans ma main et l'embrasai grâce à mon énergie, alors qu'il était dans mon poing.

"Je ne peux pas te laisser partir comme ça." dis-je à l'intention de la femme au siège flottant. Je marquai une courte pause pour réfléchir à la formulation de ma phrase et ajoutai ensuite en me retournant vers cette criminelle qui me tournait encore le dos: "Tant pis si ces gens me haïssent en me prenant pour ce que je ne suis pas, je dois les protéger. Contrairement à ce que tu affirmes, tu es une menace pour cette planète, pour ces pauvres gens, et je ne peux pas le tolérer, moi, Nabe, membre des Pride Troopers."

Je marquai une nouvelle pause durant laquelle je me déplaçai de sorte à ce que je voie à nouveau son visage. 

"Je dois t'arrêter. Tu ne partiras pas d'ici sans avoir répondu de tes actes avant."

Au fur et à mesure que mon discours avançait, je faisais monter progressivement mon ki, à tel point qu'une aura blanchâtre apparut et m'entoura.

"Tu...Tu ne feras plus de mal à PERSONNE!" dis-je en haussant la voix sur le derniers mot et en faisant exploser mon ki de plus belle, faisant grossir un peu plus cette aura blanchâtre.

C'est alors que je posai mon regard sur tous ces gens, ces personnes apeurées qui étaient en danger si l'affrontement avait lieu ici. Je devais absolument éloigner cette personne de la ville pour l'affronter dans un endroit désert sinon, nous ferions grimper le nombre de victimes de façon drastique et ça, je ne pouvais le permettre.

"Mais avant ça, je suggère que nous allions ailleurs. Nous ne pouvons pas mêler ces gens à notre combat. Nous ne pouvons pas non plus détruire cette ville." dis-je.

Si elle ne consentait pas à se mouvoir d'ici, je l'y contraindrais par la force.
Shemesh Perditio
avatar
Féminin Age : 16
Date d'inscription : 07/05/2018
Nombre de messages : 58
Bon ou mauvais ? : Héréditairement Mauvaise
Zénies : 1180

Techniques
Techniques illimitées : Binaire / Refroidissement / Création
Techniques 3/combat : Annihilation / Transformation
Techniques 1/combat : Broyage

MessageSujet: Re: Un Meurtre Indigeste   Dim 11 Nov 2018 - 1:47
Évidemment, ça ne pouvait simplement pas se terminer ainsi. Cet odieux et pathétique babouin s’était mis en tête de lui ruiner son après-midi. Qu’est-ce que la pauvre Shemesh Perditio avait pu faire pour mériter qu’un crétin de ce genre lui colle aux bottes comme une bouse de vache chauffée plusieurs heures sous le zénith ? Elle n’était pas du genre à rire aux blagues, mais une farce telle que celle qui se jouait depuis déjà une bonne dizaine de minutes commençait à faire bouillir le sang si mortel de la déesse incarnée. Son corps avait été créé sur Héra durant l’heure où le soleil de la planète désertique était au plus haut. Pourtant, jamais elle n’eut senti l’air devenir plus lourd et plus cognant que durant chaque seconde de cet écoeurant moment partagé avec ce macaque dont le crâne n’était pas composé de calcium mais, de lait. Un lait qui était d’ailleurs caillé et pourri, ainsi que cuit à la poêle à frire. Il était tellement ridicule et tellement stupide qu’il venait à faire concevoir à l’inquisitrice des pensées absurdes pour tenter de décrire son mode de réflexion qui était au-delà de l’entendement possible par les espèces intelligentes. C’était un point qui ne fut jamais atteint jusque là. Est-ce que c’était donc ça de posséder des émotions ? La fatigue et la déception étaient bien plus cruelles qu’elle ne l’avait imaginé. Imaginez donc tenter de tenir une conversation légitime avec un attardé mental pendant plus d’une minute. Vous n’y survivrez probablement pas. Fort heureusement, la divine possédait un corps bien plus avancé que celui de tout autre membre de ces civilisations qui s’étaient établies dans l’univers, lui permettant de ne pas imploser comme l’auraient fait des créatures plus frêles aussi physiquement que mentalement.

Comment est-ce que ce gorille réfléchissant comme l’ami imaginaire d’un enfant de deux ans était parvenu à revenir les lui briser menu ? Et bien, il avait entamé l’un de ces discours de justicier qui venaient et revenaient toutes les deux attaques extraterrestres contre la terre. N’importe qui ayant entendu une fraction de ce genre de tirade pouvait déjà se sentir fatigué. Et durant les millions d’années de tortures et de souffrance des mains de la déesse maléfique, des milliards de monologues héroïques et fatigants lui avaient percé les tympans et ravagé les oreilles. Aujourd’hui, elle n’avait plus le manque de sentiments et la grandeur psychique divine qui lui permettaient de résister. Elle fit s'accélérer davantage son véhicule personnel à une seule place dans l’espoir de fuir la scène avant que ce dernier ne s’arrête de parler. Mais hélas ! Il parvint à se replacer droit devant elle. Ses deux coudes se placèrent sur l’extrémité du siège devant elle, alors que ses paumes empêchaient désespérément sa tête de tomber, couvrant ses yeux alors qu’elle laissait s’échapper un râle de fatigue. Dans son fauteuil volant typique des hauts placés de l’armée de Freezer, elle commençait à considérer l’idée de peut-être le mettre à mort. Après tout, l’humilier devant la foule semblait ne pas l’affecter. Mais comment donc le trucider ? Peut-être l’étouffer avec ses cils ? Lui tordre le cou avec ses propres veines ? L’étouffer avec de la poudre à canon avant d’y mettre feu ? Ou peut-être lui enfoncer les racines de ses molaires dans ses yeux. Ses doigts crispés manquaient d’enfoncer ses ongles dans sa peau. Non… il lui fallait rester calme...

”Combien de fois faudra-t-il te le répéter...”

Elle venait de relever un instant la tête. “Tu n’as ni preuves ni raisons de me nuire” aurait été ce qui sortirait de sa bouche. Mais ce qui arriva fut un tout autre évènement. Beaucoup d’énergie se mit à émaner du crétin en maillot de bain alors que ce dernier s’était mis à hurler soudainement. C’était assez pour lui faire voler ses cheveux ainsi que l’aveugler un instant. Mais cela n’était aucunement important. Cependant, une grande puissance était à présent en train de se dégager de l’individu qui s’était d’ailleurs avancé jusqu’à elle. Ses yeux s’écarquillèrent un peu trop, trahissant ce qui venait de se concevoir en elle : de la peur pure et simple. La seule et unique goutte de sueur qui coula le long de sa tempe fut fort heureusement couverte par sa chevelure assez longue. Il lui fallut cependant un instant pour reprendre ses esprits et accepter que ce piètre macaque avait le potentiel de l’annihiler. Un instant durant lequel Nabe avait posé le regard sur la foule qui le regardait bizarrement alors qu’il s’apprêtait à attaquer une dame sans véritable défense et peut-être paralysée moteur (elle n’avait pas sorti ses jambes de sa chaise depuis le début de la conversation). Il s’était mis à faire une “suggestion”. Il voulait changer de lieu pour éviter d’impliquer ces spectateurs à “leur” combat. Peut-être que c’était le mélange de stress et d’absurdité qui l’a fit réagir ainsi, mais Shemesh ne put s’empêcher de sourire tout en soufflant un instant du nez.

”Notre combat… Donc, tu estimes que je me vois forcée de me battre contre toi ? Et qu’il faille aller loin pour cela ? Mais… mais mon pauvre ami, tu es véritablement attardé ! Tu me proposes d’aller loin de ces gens que tu “souhaites défendre” pour me rosser dans une allée sombre, sans témoins ? Tu veux tout simplement me tuer sans être poursuivi par la justice ! Comme si j’avais le pouvoir de “détruire cette ville” ! Non mais je rêve !”

Elle avait entrecoupé cette déclaration de fous rires légèrement nerveux. Son esprit était en train de décompresser de tout ce burlesque. Que ce soit le baigneur mentalement atteint ou bien sa soudaine force démesurée sortie de nulle part, la situation était en dehors de la logique et de la réflexion normale et intelligente. Ses dents assez pointues étaient parues alors que son visage se trouvait légèrement enlaidi par un sourire qui témoignait d’une fatigue de plus en plus grande de la situation.

”Je vais te dire ce qui va se passer, “Pride Trooper”. Je vais rester ici et tu ne pourras me faire me mouvoir. Et ainsi, tu ne pourras pas poser tes mains dégoûtantes sur ma personne. Tu ne pourras pas m’écraser le cou loin dans la campagne ou je ne sais où pour satisfaire ta volonté carnale de nuire à des gens honnêtes comme moi. Alors tu vas simplement me faire le plaisir de dégager. Loin ! Très loin ! Bon vent ! Va-t-en avec tes effets lumineux et ta logique digne d’un chien affamé ! Je ne bougerais pas d’ici.”

Elle activa un bouton sur son fauteuil et ce dernier se mit à vrombir. Une pique sortit du centre pour se loger dans le sol comme un flèche se planterait dans un tronc. D’autres apparurent pour se coincer elles aussi dans le goudron. Shemesh, elle, boucla sa ceinture et se mit à croiser les bras, l’air toujours moqueur alors qu’un tic de ses paupière révélait la peur qu’elle tentait de cacher. Ah ! S’il pouvait juste se dire que c’était une mauvaise idée et repartir. Les gens aux alentours, eux, semblaient dire des injures à l’égard de leur sauveur autoproclamé pour sa provocation envers une pauvre femme sans défenses. N’avaient-ils jamais entendu parler de la vérité de Cassandre ?
Nabe
avatar
Saiyan
Masculin Age : 25
Date d'inscription : 20/02/2018
Nombre de messages : 25

Techniques
Techniques illimitées : Barrière de Ki // Kamehameha // Kiai
Techniques 3/combat : Shunkan Idô // Kamehameha x10
Techniques 1/combat : Ryû Ken

MessageSujet: Re: Un Meurtre Indigeste   Jeu 29 Nov 2018 - 17:29
La jeune femme qui se trouvait face à moi n'était pas décidée à bouger de sa position, elle me tenait tête, à moi, un membre des Pride Troopers! Je vis des objets pointus sortir de son siège pour se planter dans le sol, signe clair qu'elle ne bougerait pas quoiqu'il arrive. Ses assassinats couplés à sa détermination dans le mensonge et le refus d'obtempérer allaient lui coûter très cher une fois que je l'aurais capturée et ramenée auprès du leader de mon équipe, Toppo. Elle pourrait être emprisonnée pendant plusieurs années, voire toute sa vie. 

"Si tu ne veux pas coopérer, tant pis pour toi!" dis-je d'un ton ferme.

Quelques gouttes de sueur perlaient sur mon front. C'était la première fois que j'étais livré à moi-même face à un criminel et quel criminel! Cette femme avait réussi à non seulement commettre cette tuerie atroce, à mettre le feu au lieu du crime, mais aussi à manipuler l'ensemble des personnes qui se trouvaient à proximité lorsque l'accident eut lieu. Je devais me méfier d'elle, elle cachait sans doute plus d'un tour dans son sac d'autant plus que depuis le départ, je ne pouvais pas sentir son aura comme si la personne en face de moi n'en avait aucune, ou bien, était-il d'une nature différente?

Je me souvins alors qu'il y a longtemps, lorsque j'étais enfant, peu de temps après que j'eus appris à détecter l'énergie que pouvaient dégager les êtres vivants, Maître Kaiô Shin était venu rendre une visite aux Pride Troopers. Tout comme pour cette femme, je ne pouvais ressentir son ki. J'avais appris un peu plus tard que les êtres comme Maître Kaiô Shin possédaient du ki divin qui était totalement indétectable pour les êtres venus d'en bas. Cela voudrait-il dire que mon adversaire, cette criminelle, était une déesse? Je ne pouvais me résoudre à y croire, j'avais toujours cru que les dieux n'étaient pas mauvais. Du moins, il semblerait que je n'en avais pas vu jusqu'à ce que je la rencontre.

Pour autant, il était hors de question que je me défile. Pour la cause, et ce même si je devais mourir, je ferais ce qui doit être fait. Divinité ou pas, elle devait payer pour ses crimes. Je n'aurais aucune pitié pour une divinité qui ne vaudrait pas mieux qu'un vulgaire assassin.

Sans plus de réflexion, je lançai trois kikoha vers mon adversaire, dans le but de le déstabiliser et de pouvoir m'en approcher. J'avais une solution pour nous envoyer ailleurs et ainsi éviter de saccager inutilement cette belle ville et de mettre en danger ces pauvres gens. Après mes trois kikoha je ferais un bond vers mon adversaire et lui donnerai un coup de poing en visant le visage. Au même moment, je porterais mon index et mon majeur de ma main libre à mon front. Le coup de poing serait juste un moyen d'entrer physiquement en contact avec elle pour qu'elle se téléporte avec moi. 

C'est au moment de tenter la technique que je me rendis compte de mon erreur. Je ne pouvais pas me téléporter où je le voulais. Je devais connaître quelqu'un et être familier avec son ki pour que ma technique marche. Mes attaques étaient déjà lancées. Mes kikoha venaient de toucher mon adversaire, ou pas, et j'avais déjà effectué le bond pour abattre mon poing droit sur sa face. Il ne restait plus qu'à voir comment elle allait se défendre face à cette démonstration de violence soudaine. 

Désormais, il ne me restait plus qu'une seule solution pour la faire bouger de là, et c'était faire en sorte que le siège, profondément fixé au sol grâce à des piques, soit détruit.
Shemesh Perditio
avatar
Féminin Age : 16
Date d'inscription : 07/05/2018
Nombre de messages : 58
Bon ou mauvais ? : Héréditairement Mauvaise
Zénies : 1180

Techniques
Techniques illimitées : Binaire / Refroidissement / Création
Techniques 3/combat : Annihilation / Transformation
Techniques 1/combat : Broyage

MessageSujet: Re: Un Meurtre Indigeste   Dim 2 Déc 2018 - 1:09
Elle avait l’air bien maligne, ainsi, avec ses bras croisés et son dos enfoncé dans son siège comme une gamine qui n’avait pas eu droit au jouet qu’elle voulait. Emmitouflée dans son étrange mélange de robe d’inquisitrice et d’armure de combat de l’armée de Freezer, accrochée par plusieurs ceintures à son trône technologiquement avancé. Son rythme respiratoire restait calme… ou bien ce n’était qu’une façade. Après tout, elle devait juste avoir l’air de contrôler la situation. Cela n’était absolument pas le cas. Le principal problème apporté par la rencontre avec les plus mentalement démunis était le fait qu’ils restaient en permanence imprévisibles. Qu’allait-il faire ? Probablement et enfin s’enfuir. Après tout, il ne voulait pas s’attirer les foudres de la foule, hein ? Il allait décamper et disparaître de sa vie pour toujours, pas vrai ? Shemesh ne tremblait pas. Elle ne montrait presque aucune trace de sa rage bouillonnante interne. Pas même Pompey ne pouvait égaler les flammes de sa colère actuelle. Mais pourquoi donc ne tentait-elle rien pour simplement le détruire ? Et bien, c’était bien simple : son corps actuel était bien faible. Probablement plus faible que celui de ce macaque qui devait avoir transposé ses neurones pour en faire davantage de muscles. Une lampe qui préférait ne pas éclairer les environs en échange de rendre son ampoule extrêmement résistante. Il n’était rien de plus qu’un animal, un chien hideux avec une mâchoire aiguisée et des crocs infectées par la rage. Une aberration inférieure et pourtant dangereuse. Si seulement elle pouvait avoir de quoi le piquer ! De quoi lui écraser le crâne et le cuire dans de l’eau bouillante pour pouvoir le servir à cette population qu’il voulait tant sauver. Oh ! il offrirait plusieurs repas complets à quelques sans-abris, ainsi. Mais il résisterait probablement. Il ne voudra simplement pas disparaître. Et cela était difficilement supportable. Donc qu’il parte ! Qu’il s’en aille ! Au loin ! Hors de sa vue ! Et qu’il… hein ?

”Qu’est-ce que…!”

Trois boules d’énergie furent envoyées vers elle. Ce n’était vraiment pas bien impressionnant. Ces trois “kikohas” (ainsi étaient-ils nommés par les mortels de ces contrées) s’écrasèrent lamentablement contre son fauteuil, provoquant un peu de fumée. Quel était le but de cette manoeuvre ? L’inquisitrice avait légèrement plissé les yeux face à cette action tactiquement critiquable, avant d'apercevoir une forme traverser la vapeur noire à grande vitesse. Elle vit un flash rouge sang, entendit un craquement, et put sentir la froideur d’un poing qui s’était rudement logé dans son visage. Et enfin ses nerfs réagirent pour lui annoncer par un fracas de brûlures qu’elle souffrait atrocement. Du sang bouchait ses narines et envahissait son palais alors qu’une dent ou deux venaient de se retourner de quelques dizaines de degrés à l’intérieur de sa bouche. Sa respiration fut coupée, par la violence ou bien par la surprise, mais il n’y eut que quelques râles ahuris et étouffés pour témoigner de son incompréhension de la situation. Incapable de tourner la tête, elle put cependant apercevoir, sur le panneau de contrôle de son siège, que l’un des écrans était en train de clignoter en rouge. Son oeil légèrement délogé de son orbite s’écarquilla davantage avant que l’une de ses mains tremblantes se mit à cogner un bouton. Et elle fut alors éjectée de son siège alors qu’une explosion fit se séparer la délicate demoiselle de la grosse brute qui venait d’ajouter beaucoup de rouge à son visage bleu. Elle s’écrasa quelques mètres plus loin. Les boules d’énergie avaient endommagé son fauteuil, la forçant à se catapulter en dehors de la zone d’explosion. Les citoyens avaient fuis alors que les restes poussiéreux de la route et de la chaise flottante retombaient. Un brouillard de cendres les séparait donc. Mais pour combien de temps ? La ceinture s’était déchirée, la laissant ventre à terre sur le goudron sale et humidifié du fluide carmin et gras qui sortait de sa bouche.

Le premier geste fut de se mettre à quatre pattes. Cela fut plus facile que le reste, mais n’empêcha aucunement la pathétique Shemesh de se vautrer deux fois sur le sol. Elle respirait fort et difficilement. On croirait entendre un rat émettre ses derniers soupirs. Son champ de vision était trouble, difforme. Et seul un sifflement bien trop irritant s’était installé dans ses oreilles. Il n’y avait que des inspirations ressemblant davantage à l’air passant à travers une paille pour atteindre ses oreilles. Ses inspirations. Il fallait se recentrer. Ses pupilles se posèrent sur une goutte de sang qui venait de tomber de son nom pour s’étaler sur le sol sale. Des secondes passèrent. Elle pouvait les compter à travers les bruits résonnant depuis son torse. Trois battements de coeur par seconde. Et ces derniers ne faisaient qu’accentuer ce sentiment de vertige qui s’enracinait dans sa cervelle. Il lui semblait que ces globes oculaires étaient en train de s’extirper lentement de ses orbites. Est-ce que c’était des larmes qui s’échappaient donc de ses canaux lacrymaux ? Elle usa de ses mains pour essuyer ses paupières, avant d’y découvrir plus de sève carmine. Le choc qu’elle s’était prise avait fait sortir de l’hémoglobine de tous ses orifices. Un bouffée d’air lourd sortit alors de sa gorge et elle manqua de s’évanouir, avant d’enfin parvenir à se tenir debout à nouveau.

Sa main droite était posée contre sa tempe tandis que la pression de ses dents les unes contre les autres dépassait les centaines de Newtons. Il était probable que si sa dentition n’était pas aussi parfaite, elle se serait brisée d’un coup. Ou alors c’était simplement les dernières pommes dans lesquelles elle était tombée qui la quittaient enfin. La poussière n’était pas retombée. Cela aurait une occasion en or pour fuir, mais elle ne savait malheureusement pas où elle se trouvait. Est-ce qu’il lui fallait aller en avant ? En arrière ? Les bâtiments ne se dressaient plus du tout à ses côtés. Elle se remit ses cheveux en place avant d’utiliser de son pouvoir de Création pour faire apparaître un chiffon dans sa main qui lui servit à débarbouiller le sang qui devait tâcher sa tête. Il bouchait encore son nom et son goût était toujours installé dans son palais. Ce n’était pas désagréable, comme saveur. Peut-être que cela le serait davantage si ce n’était pas le sien. Était-elle capable de marcher ? Un, deux… Oui, elle pouvait s’avancer sans se casser la figure. Peut-être même courir ? Manquer de se casser la figure lui fit comprendre qu’elle n’avait pas assez retrouvé le sens de l’équilibre pour se faire.

Ainsi, avec le peu de discrétion qu’elle savait avoir, elle se mit à avancer dans le sens qu’elle pensait opposé à la position du macaque. Il n’y avait jamais d’âme assez fière pour ne pas tourner les talons face au danger de mort. Seuls les crétins et les suicidaires se jettent vers leur destruction ainsi. Shemesh ne savait pas ce qu’il adviendrait d’elle si elle venait à mourir dans ce corps de mortel. Elle préférait ne pas y penser. Ses pouvoirs étaient capable de faire se régénérer son anatomie endommagée par le choc qu’elle avait subi. Il lui faudrait peut-être quelques dizaines de minutes pour terminer de reconstruire son joli minois, mais cela n’était pas important. Peut-être qu’elle pourrait ajouter quelques autres éléments de beauté qui lui feraient plaisir. Mais il lui faudrait déguerpir avant de se faire repérer. Ce miasme génétique qu’était le gorille au cerveau de bouillasse fouillerait très probablement les poubelles alors que l’inquisitrice défigurée fuirait la scène à bord d’une capsule lambda. Elle faillit alors à nouveau se vautrer contre le trottoire.

C’est alors que ses yeux s’écarquillèrent à nouveau. Où étaient donc ses Binaires pour la protéger ? Pas une créature multi-solaire à l’horizon. Ses pupilles rétrécirent alors qu’une goutte de sueur vint perler sur son front. Il était là. Une forme gigantesque avec une coupe de cheveux ridicule et des muscles témoignant de sa capacité à lui tordre le cou. Un mastodonte dans l’ombre qui ne l’avait peut-être pas encore remarqué. Elle tressaillit et tendit alors le bras dans sa direction. Sa main fit mine de devenir un pistolet, et de son index sortit un rayon dont la cible était le rein du guerrier. Quel organe ce laser toucherait importait peu, le pouvoir de Transformation de Shemesh allait le métamorphoser en un piranha qui n’avait aucun besoin de respirer. Le poisson aux dents acérées s’occuperait simplement de mordre et de dévorer toute la viande qu’il rencontrerait. Cela amènerait bien sûr à une mort lente et douloureuse. Ah ! Si ce simiens déguisé en sapiens pouvait hurler de douleur ! Sa voix pleine de larmes et étouffée par la souffrance serait chanson à ses oreilles. Il n’y avait cependant plus de témoins pour le voir crever, car ces derniers avaient décidé de quitter la scène après l’explosion. La froussarde qui avait souhaité il y a peu disparaître s’était retrouvée habitée d’une rage nouvelle. Elle qui critiquait si souvent les animaux était pourtant en train de penser par instinct.

Il n’y avait pas de possibilité de disparaître à nouveau dans l’ombre après son attaque. Ses mains se mirent à utiliser son pouvoir de Création à nouveau. Entre ses doigts se créa un amas tranchant de métal avec une poignée de velour. Ce n’était pas seulement un étrange et difforme couteau, car l’inquisitrice Perditio venait d’y ajouter quelques microbes fortement déplaisant. Sida, tétanos, peste noire, et plein d’autres immondices capable de faire disparaître à petit feu le plus colossal de tous les orang-outans. Entamant un sprint, elle tenta maladroitement de poignarder l’abdomen du guerrier. Retirant sa lame, elle entama quelques attaques circulaires qui ressemblaient d’avantage à un enfant qui essaie de frapper son petit frère avec un bâton, sauf que le bâton en question était tranchant et enduit de saloperies microscopique. Ces trois attaques n’avait pas beaucoup de chance de toucher leur cible, mais la demoiselle à la peau bleue n’y réflechissa pas davantage. Elle libéra alors une de ses mains, pour envoyer un autre rayon vers la direction de la jambe de sa victime : sa technique de Refroidissement avait pour but d’empêcher à sa cuisse de le porter davantage pendant quelques instants. Avec un peu de chance, cela le ferait tomber sur le côté pour exposer un point vital ou deux. Elle termina cet enchaînement par une tentative d’embrochement du singe : plaçant une main sur le pommeau doux au toucher et gardant l’autre à la poignée, elle chercha à planter son espèce de dague dans le flanc du combattant aux neurones de fange. Cible touchée ou pas, elle avait mis assez de haine dans cette attaque pour se désarmer elle-même.

Elle fit alors quelques pas à reculon, haletante. Sa paupière gauche fit un tic qui démasqua sa volonté de rester calme. Ses dents pointues peut-être visibles par sa victime s’étaient écartées pour laisser passer l’air qu’elle inspirait et expirait sans cesse. Elle était enragée, apeurée, harcelée par une multitude de sentiments en même temps. Être vivant représentait beaucoup d’inconvénients, mais ces derniers étaient… addictifs. Elle s’était déjà trop prise au jeu. Un paradoxe entre une manière de réfléchir encore trop portée sur une logique divine et un coeur qui se laissait chambouler par une multitude d’émotions pathétiques. Il était vraiment bien plus amusant de tuer cet abruti une fois capable de ressentir les frémissements causés par la plongée d’une lame dans sa chair. Pourvu qu’il meurt vite, cependant. Il était capable de se défendre, capacité abjecte quand elle était détenue par un ennemi. C’est alors que lui vint une migraine. De nouvelles séquelles de cette attaque brutale contre sa face ? Est-ce que c’était donc ça, l’adrénaline qui empêchait de souffrir jusqu’à ce que la poussière des combats retombe au sol ? Posant sa main contre son pauvre petit front, elle usa encore de son pouvoir de Création pour réparer le petit nerf sauvagement brutalisé. Elle continuait de marcher vers l’arrière, espérant disparaître du champ de vision de son adversaire. Qu’est-ce qu’elle pourrait donc utiliser pour le faire mourir ? Elle ne le savait pas encore. Peut-être était-il déjà en train de crever ? Elle l’espérait fortement.
Nabe
avatar
Saiyan
Masculin Age : 25
Date d'inscription : 20/02/2018
Nombre de messages : 25

Techniques
Techniques illimitées : Barrière de Ki // Kamehameha // Kiai
Techniques 3/combat : Shunkan Idô // Kamehameha x10
Techniques 1/combat : Ryû Ken

MessageSujet: Re: Un Meurtre Indigeste   Sam 8 Déc 2018 - 2:11
Le combat commençait d'une bien bonne façon pour moi, bien que je n'y attendisse pas. Mon coup de poing atteignit mon adversaire en plein dans la joue et ce dernier tomba au sol. J'avais aussi réussi à détruire son siège. Je pensais pourtant qu'il serait plus résistant, la puissance de mes kikoha étant bien loin de ma puissance maximale. Il était évident que je n'allais pas me plaindre de ce déroulement des choses.

En revanche, la criminelle face à moi n'était pas encore hors d'état de nuire. Elle arriva non sans peine à se relever. Je devais absolument me méfier d'elle. J'eus très vite une démonstration de la dangerosité dont pouvait faire preuve cette femme. Alors qu'elle semblait en mauvaise posture, elle tendit sa main, dont les doigts donnaient une forme de pistolet, et laissa échapper de son index un rayon dont je sentis immédiatement la puissance. Je devais absolument l'éviter au risque que ce rayon me perfore à un endroit de mon corps. La vitesse était telle que malgré toute ma bonne volonté pour l'esquiver, le rayon me frôla quand même du côté gauche de mon bassin, faisant apparaître une fine ligne rouge, avant de continuer sa course jusqu'à toucher un bâtiment au loin. 

J'avais eu chaud sur cette dernière attaque. Si je ne faisais pas attention, je pourrais en subir les conséquences et elles pourraient être désastreuses. Je devais absolument en finir très vite, la capturer et l'envoyer croupir au fond d'un trou pour le restant de ses jours. Elle était trop dangereuse pour qu'on la laisse en liberté. Qui sait ce qu'elle pourrait faire endurer aux habitants de cette planète, ou même quel grabuge elle pourrait faire dans l'univers? Rien que le fait d'y penser me fit frissonner. Je ne pouvais décemment pas laisser faire cela sans au moins tenter quelque chose pour l'empêcher.

Un court instant après cet assaut au laser, la criminelle fit apparaître une arme blanche dont elle abattit la lame aiguisée en visant mon torse. Elle fut trop rapide pour moi et bien que mes réflexes fussent aussi aiguisés que sa lame, cette dernière vint m'atteindre, me dessinant une ligne rouge oblique bien plus profonde que celle provoquée par le laser et dont le liquide rouge commençait à couler. Elle allait me payer ce coup-là, et aussi son attaque laser. Justement, alors qu'elle faisait virevolter sa lame dans tous les sens en tentant de me toucher une seconde fois, elle envoya un autre laser qui alla se loger dans ma cuisse. D'un coup, je sentis ma jambe droite toute engourdie et il m'était devenu impossible de m'appuyer dessus. Un grand froid la traversait, c'était comme si elle avait gelé instantanément. Je n'y croyais pas, ses lasers n'étaient pas de simples rayons perforants, ils pouvaient apparemment aussi contenir des saletés que cette salope pouvait choisir.

Pour ne pas tomber, je me rattrapai grâce à mon bras droit alors que j'étais en train de basculer. Je vis alors mon adversaire tenter une ultime attaque pour me poignarder. Il était hors de question que je me fasse avoir une seconde fois par cette lame. Quand je vis l'arme s'approcher de moi, je concentrai un kikoha dans ma main droite appuyée au sol et le lançai pour me propulser de quelques mètres dans les airs. Ensuite, à bonne distance de mon adversaire, je joignit mes deux mains sur le côté et m'apprêtai à lancer un Kamehameha de puissance 10. J'allais m'y mettre sérieusement pour en finir le plus possible avec cette dingue. Une énorme vague d'énergie de couleur rouge jaillit alors de mes mains et se dirigea droit sur mon adversaire avec une vitesse ahurissante. 

Les habitants de cette ville avaient tous fui, et c'était tant mieux. Désormais, je pouvais laisser libre court à ma puissance pour mettre hors d'état de nuire cette personne face à moi, hautaine, suffisante, complètement dégénérée. De plus, elle avait osé me blesser, moi, représentant de la justice, faisant le bien dans l'univers. Pour la première fois dans ma vie, j'étais livré à moi-même face à un malfaiteur. Je devais faire mon travail de Pride Trooper. Je devais la terrasser...
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Un Meurtre Indigeste   
 
Un Meurtre Indigeste
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Commission d'appui pour enquetes sur meurtre de journalistes
» Condamné pour meurtre, libéré car la morte est vivante...
» Tentative de meurtre à l'exodar
» Fuite In Extremis et nouvelles vocation - Pyromanie et meurtre ?
» « Le meurtre parfait est de pousser l'autre au suicide... »

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPGDBZ :: RPG :: Terre :: Restaurant-