Partagez | 
 

 Childhood's End [PV Eden]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Eden
avatar
Féminin Age : 29
Date d'inscription : 01/11/2016
Nombre de messages : 19
Bon ou mauvais ? : Bon(bon ?)
Zénies : 0

Techniques
Techniques illimitées :
Techniques 3/combat :
Techniques 1/combat :

MessageSujet: Re: Childhood's End [PV Eden]   Dim 27 Nov 2016 - 10:50
Au silence morne de l’usine abandonnée succède le chahut incessant de la salle de combat. Eden louche quelques secondes sur le type à l’entrée. Evidemment qu’il ne la connait pas. Elle est déjà venue jouer dans le bâtiment lui-même, en revanche c’est la première fois qu’elle franchit cette porte. Si elle sait quel est le code pour entrer, c’est simplement parce qu’elle l’a entendu résonner dans les lieux plusieurs fois. Mais tout cela, Okïn n’a pas besoin de le savoir. En entrant, elle lui souffle à l’oreille.

- Tu me vois vraiment me battre là-dedans ?

Eden laisse faire Okïn, plaçant en lui une confiance aveugle. Il fait preuve de beaucoup de sang-froid, comme les événements antérieurs l’ont prouvé. La présence de Cizayox rassure l’enfant. Elle avance, dans ce lieu rempli d’êtres violents et de malfrats, avec une assurance dont elle ne se serait jamais crue capable. Ses yeux dorés se promènent autour d’elle, cherchant des visages connus dans le public, mais nul ne parvient à accrocher son regard. N’étant pas vraiment attirée par ce genre de spectacle, elle n’accorde guère d’attention au terrible combat qui se tient dans la cage de métal, et ce n’est que lorsque la voix du garçon parvient à son ouïe qu’elle tourne le minois vers lui.

- Hm ?

Un sourire un peu gêné fronce ses lèvres. Elle se penche vers Okïn pour qu’il puisse entendre sa réponse malgré le tintamarre environnant.

- Pas à l’intérieur. Et j’dois avouer que j’ai bien fait de ne pas y entrer toute seule.

Elle finit par poser les yeux sur la rixe, ce qui lui arrache une grimace de dégoût. Elle vit dans un milieu au sein duquel la violence est quotidienne, mais ce n’est pas pour autant qu’elle goûte celle-ci. Depuis qu’Okïn lui a promis de l’aider à retrouver sa mère, Eden a perdu l’envie d’aller vadrouiller toute seule pour obtenir des informations.

En réalité, elle ne l’admettra jamais, mais elle n’en mènerait pas large toute seule, dans cette foule malfamée. Elle se rapproche un peu du garçon à cette pensée, jetant des œillades hostiles autour d’elle. De toute façon, il n’y a personne ici qui se souviendrait de sa mère… A l’odeur du sang et de la sueur se mariait celle de l’alcool. Toutes ces personnes, galvanisées par des scènes de férocité et de meurtre, grisées avant même d’entrer et de s’asseoir dans ces gradins de fortune, n’avaient clairement pas la tête à  répondre à ses questions.

L’enfant contemple la prestation du Pokémon avec une certaine tranquillité. Elle a déjà vu de quoi ces créatures étaient capables et elle doute qu’un humain puisse leur tenir tête. La suite des événements lui prouve qu’elle a raison.

- Ça lui apprendra l’humilité, glisse-t-elle à son compagnon, en réponse à son assertion confiante.

Elle blêmit lorsque l’insecte arracha le bras du malheureux barbare, devenant pâle comme un linge. Ses yeux s’écarquillent. Elle plaque une main tremblante sur sa bouche. Elle a imaginé qu’à l’instar d’Ali, le Pokémon se contenterait de manifester sa puissance pour dissuader l’adversaire de poursuivre le combat. Jamais elle n’a pensé qu’il puisse laisser ainsi éclater ce qui n’est peut-être qu’une infime partie de sa force, mais qui a privé à jamais un être humain de l’un de ses membres.

Son cœur bat à tout rompre. Elle réalise peu à peu sur quel pouvoir Okïn exerce une autorité semble-t-il absolue.  Surtout, la vision du bras arraché lui a donné la nausée. Elle se sent indisposée. Elle éprouve une vive répugnance, un écœurement que tout dans ce lieu n’a de cesse d’amplifier.

- Je sors, articule-t-elle pitoyablement, j’me sens pas très bien… Rejoins-moi dehors quand vous avez fini.

Sans attendre de réponse, l’enfant se fraie un chemin jusqu’à la sortie. En lui ouvrant la porte, le cerbère se permet une raillerie à laquelle elle ne prend pas la peine de répondre. Et pour cause, la prochaine fois qu’elle ouvrira la bouche, ce sera pour rendre tripes et boyaux.

- Alors bichette, on n’a pas le cœur assez bien accroché ? Pourtant, ton copain l’insecte s’en sort bien !

Dès que la porte s’est refermée derrière elle, Eden se précipite dans un coin de l’ancien entrepôt pour vomir derrière les étagères renversées, en plein milieu d’un stock de singes joueurs de tambour. Elle se redresse lentement, lâchant un profond soupir. Comme elle n’a rien mangé depuis un certain temps, la bile qu’elle a régurgitée a un goût particulièrement acide qui lui brûle le palais et la gorge. Surtout, elle se sent ridicule d’avoir été si facilement impressionnable.

Elle s’éloigne pour aller s’adosser contre un mur plus loin. Elle écoute. Comment Cizayox s’en sort-il face au champion Black Knight ?
Okïn Nightstorm
avatar
Terrien
Masculin Age : 28
Date d'inscription : 28/01/2016
Nombre de messages : 282
Bon ou mauvais ? : Bon
Zénies : 1560

Techniques
Techniques illimitées : Aligatueur:SURF / Dracaufeu:LANCEFLAMME / Nostenfer:TRANCH'AIR
Techniques 3/combat : Cizayox:PISTO-POING / Ectoplasma:BALL'OMBRE
Techniques 1/combat : Mewtwo:PSYKO

MessageSujet: Re: Childhood's End [PV Eden]   Dim 27 Nov 2016 - 15:40
Si Okïn avait lui-même été choqué par la prestation de Cizayox, n'étant pas habitué à voir des scènes aussi horrifiantes, ce n'était rien en comparaison de ce que semblait ressentir Eden. La pauvre fille se sentit malade, et décida de sortir de cet endroit malsain. Sans aller jusqu'à la retenir, Okïn leva une main hésitante dans sa direction comme s'il avait voulu l'attraper.

"Ed... Eden..."
bégaya t-il alors qu'elle disparaissait au milieu de la foule de gens tous plus louches les uns que les autres.

Il aurait voulu pouvoir la rattraper et la réconforter, lui dire qu'il était désolé et qu'il n'avait pas voulu que ça se passe ainsi. Mais il en était tout bonnement incapable. Il ne savait pas quoi faire, ni quoi lui dire. La réaction d'Eden ne fit qu'amplifier le sentiment de culpabilité qui le rongeait déjà. C'était de sa faute si Cizayox avait agi ainsi, il aurait dû lui dire de retenir ses coups. Il lui avait dit d'en faire qu'une bouchée, pour l'encourager, et le Pokémon avait interprété cela comme une directive qui signifiait de ne pas du tout se retenir. Il en avait littéralement fait une bouchée avec son énorme pince... Ce n'était pas vis-à-vis du barbare qu'Okïn se sentait mal, car selon lui, ce type l'avait bien mérité car pour être ici ce devait être un voyou. Mais il s'en voulait de la scène macabre qu'Eden avait été obligée de voir à cause de lui.
Que devait-elle penser de lui, à présent ? Il avait l'impression de l'avoir déçue, elle devait sûrement le prendre pour un monstre sans cœur capable des pires atrocités, désormais. Cette pensée l'attrista grandement. En plus, c'était un endroit dangereux, il n'aurait jamais dû la laisser partir sans lui. A présent, elle était déjà hors de vue.

Mais alors qu'il songeait à la retrouver, on annonça le prochain combattant. Okïn se retourna vers la zone de combat et vit un type avec une énorme armure et une impressionnante épée faire face à son Pokémon. Il fallait absolument qu'il lui dise de retenir ses coups pour ne pas faire une autre victime, même si le type en armure avait l'air d'être un plus gros morceau. Il se faufila entre les ivrognes et les brutes afin de se rapprocher de la cage, et parvint à atteindre cette dernière à proximité de Cizayox. Il s'exclama assez fort pour essayer de se faire entendre malgré le brouhaha :


"Cizayox ! Vas-y mollo, ok ?"

Son Pokémon le regarda et acquiesça d'un signe de tête. Il ne restait plus qu'à chercher Eden désormais, il espérait qu'il ne lui soit rien arrivé. Il savait que Cizayox pourrait se débrouiller sans lui, il n'avait plus besoin de lui dire quoi faire à présent, il avait totalement confiance en lui. Il s'éloigna donc de la cage en se frayant un chemin en direction de la sortie, essayant de ne pas trop bousculer les gens de peur de s'attirer des ennuis, et s'excusant poliment à chaque frôlement.

Pendant ce temps, le combat commença. Le guerrier à l'armure noire fonça en direction du Pokémon Insecte en lui donnant un coup d'épée vertical de haut en bas, que Cizayox parvint à parer avec l'une de ses pinces, le choc provoqua un bruit métallique comme si deux lames s'entrechoquaient. L'Insecte riposta en envoyant sa deuxième pince, fermée afin de former un poing, en direction du torse du chevalier, mais ce dernier fut suffisamment rapide pour ramener son épée vers lui et la positionner devant lui pour s'en servir comme d'un bouclier. Le coup le propulsa d'un mètre en arrière, mais il parvint à rester debout sans aucune difficulté.

Le jeune garçon aux cheveux d'ébène parvint finalement à atteindre le fond de la salle où se trouvait la porte menant à l'entrepôt. Il demanda au garde qui leur avait ouvert un peu plus tôt :


"Excusez-moi, la fille avec qui je suis venu, vous l'avez vue sortir ?"

"Ouais, elle a pas supporté ce que votre copain l'insecte a fait à Ivan, hun hun hun ! Il est doué votre pote, faut le faire venir plus souvent."

Okïn ne répondit pas, mais il se sentait rassuré de savoir qu'elle avait pu quitter la salle en toute tranquillité. Elle aurait pu tomber sur des ordures voulant la kidnapper ou autre. Il réfléchit sur ce qu'il devait faire ensuite. Est-ce qu'il devait aller la voir ? S'excuser ? La réconforter ? Le problème était qu'il ne savait pas du tout comment s'y prendre... Il n'était pas assez courageux pour aller lui parler. Il préférait mille fois affronter tous les types de cette pièce avec ses Pokémons, que faire face à la déception qu'il pensait avoir occasionnée chez Eden.

Soudain, les cris et encouragements gutturaux de la foule se muèrent en une exclamation d'étonnement durant plusieurs secondes. Le maître de Johto tourna alors la tête vers la cage pour voir ce qu'il se passait. Le combat semblait très serré finalement, les deux adversaires se tenaient toujours debout, mais Cizayox était parvenu à envoyer un coup de poing bien placé dans la tête du chevalier noir, ce qui avait eut pour effet de lui ôter son casque aux cornes de buffle, qui était tombé à ses pieds. A en juger par l'exclamation d'étonnement qui avait suivi, c'était probablement la première fois que ce Black Knight, qui semblait être assez connu ici, perdait son casque effrayant. Le garçon essaya de s'approcher du ring pour en voir un peu plus.
Black Knight possèdait en fait de longs cheveux noirs et lisses, qui étaient auparavant cachés par son casque, son regard était froid et cruel et ses yeux rouges. Mais ce qui avait réellement étonné la foule, c'était le fait de constater que leur champion Black Knight était en réalité... une femme ! Comme il avait toujours été silencieux, portait une grosse armure et n'avait jamais montré son visage, tout le monde avait pensé qu'il s'agissait d'un homme. Il y eut aussitôt des sifflements misogynes comme si les brutes et les ivrognes voulaient essayer de la séduire, mais la guerrière n'y prêta aucune attention, restant concentrée sur son adversaire. Elle n'était pas essoufflée, et ne semblait pas particulièrement angoissée malgré le fait qu'elle eût perdu son masque pour la première fois, ce qui l'avait faite sortir de l'anonymat.


"Ça alors ! Le redoutable guerrier Black Knight est en fait... une femme ?!" s'exclama le commentateur.

Okïn se rapprocha à nouveau de la zone de combat pour l'observer au mieux, et parvint à trouver une bonne vue sur la cage. Il regarda alors l'adversaire de Cizayox, détaillant ses traits et, soudain, écarquilla des yeux alors que son cœur fit un bond dans sa poitrine. Il ne pouvait pas croire ce qu'il voyait. Cette guerrière très puissante qui se faisait appeler Black Knight, c'était...


"M...Maman ?!"

Comment était-ce possible ?! Il avait pourtant été téléporté très loin de chez lui par Arceus ! Les gens d'ici ne connaissaient même pas les régions de Johto ni de Kanto, et ne savaient rien sur les Pokémons ! Sa mère ne pouvait pas être là ! En plus, il n'avait aucune connaissance d'un passif de guerrière, c'était une mère au foyer très gentille et douce qui ne savait en aucun cas se battre. Et pourtant, elle lui ressemblait tellement ! Qu'est-ce qu'elle faisait là ? Que se passait-il ? Était-ce un rêve ? Une illusion d'Arceus ? Ou bien tout cela était-il réel ? Eden n'était-elle qu'une invention de son esprit ou une illusion, elle aussi ? Ou bien le narrateur venait-il de fumer la moquette avant d'écrire ce poste ? Il ne comprenait pas, son esprit était empli d'incertitudes et d'interrogations.

Alors qu'il se posait une flopée de questions, la guerrière aux longs cheveux de jais concentra ce qui ressemblait à une sorte d'aura rouge et noire autour de la lame de son énorme épée. Cizayox bondit vers elle afin de la frapper au visage, mais alors qu'il s'était élancé vers elle, cette dernière envoya son épée, chargée d'énergie noire et rouge, vers l'avant. Le bout de la lame perfora l'abdomen de Cizayox, qui cessa aussitôt ses mouvements.


"Non !"

Le jeune dresseur se rua aussitôt en direction de la cage en bousculant les gens sur son passage. Black Knight fendit l'air avec son épée, ce qui fit projeter Cizayox contre l'une des parois de la cage. Le puissant Pokémon d'acier retomba lourdement sur le sol, KO. Il s'illumina alors d'un faisceau rouge qui fut absorbé par la Pokéball qu'Okïn brandit dans sa direction, sous les regards incrédules de la foule.

"Incroyable ! Black Knight a terrassé le Scorpion Rouge et ce dernier s'est métamorphosé en un rayon de lumière rouge qui a disparu !" fit le commentateur.

Puis le maître de Johto contourna la cage dans l'objectif d'entrer à l'intérieur, pour discuter avec sa mère et essayer de trouver des réponses à ses questions. Mais au moment où il s'apprêtait à rentrer dans la cage, des types le retinrent pour le fouiller. L'un d'eux décrocha sa ceinture à Pokéballs tandis qu'Okïn tenta de se débattre.


"C'est pas des armes blanches ça, confisqué !"

Mais le garçon s'en fichait, tout ce qu'il voulait, c'était parler à sa mère, comprendre ce qu'il se passait. Après lui avoir confisqué sa ceinture sur laquelle étaient accrochées ses Pokéballs, on le relâcha, et il se précipita vers Black Knight qui tournait le dos à l'entrée de la cage.

"Maman !" s'exclama t-il en entrant dans la cage et en restant à une distance d'environ un mètre de la guerrière.

Elle se retourna lentement vers sa direction. Dans un premier temps, on put lire l'étonnement dans son regard, mais il disparut presque aussitôt pour laisser place à un regard noir, presque assassin.
Soudain, on referma la porte derrière lui, et le commentateur s'écria dans le micro :

"Ça alors ! Un gamin vient d'entrer dans la cage pour défier la redoutable Black Knight ! Quel courage !"

Étonné, Okïn se tourna vers le commentateur pour s'expliquer :

"Non attendez, je ne veux pas-"

Il fut coupé dans sa phrase. La guerrière venait de l'agripper par le col et de le plaquer contre le grillage métallique avec une grande brutalité, il ressentit une forte douleur au dos. Aussitôt, Black Knight plaça la lame de son épée juste sous la gorge du garçon pour le menacer, et lui demanda sur un ton sombre et sec :

"Qui es-tu et qui t'envoie ? Tu as cinq secondes pour répondre."

Elle avait bel et bien la voix de sa mère ainsi que son apparence... mais sa mère ne lui avait jamais parlé de façon aussi méchante ! Qui était-elle ? Qu'est-ce qui lui était arrivé ?
Machinalement, il chercha une Pokéball avec sa main droite, mais ne trouva rien. Il se rappela que dans sa précipitation, il avait laissé ces types lui prendre sa ceinture avant qu'il n'entre dans la cage ! Ses Pokémons ne pouvaient le sentir en danger que lorsqu'ils étaient accrochés à lui. Ils ne pouvaient donc pas lui venir en aide !
Privé de ses Pokémons, il se sentit alors extrêmement vulnérable et pris au piège. Il ne put s'empêcher de trembler de peur, alors qu'une lame pouvait à tout instant lui trancher la gorge. Et le pire, c'est que celle qui le menaçait ressemblait comme deux gouttes d'eau à sa mère ! Il ne voyait aucun espoir de s'en sortir, et s'il tentait d'expliquer quoi que ce soit à la guerrière, il n'y avait aucune chance pour qu'elle le croie tant son histoire était farfelue dans ce monde ! Pouvait-il compter sur Eden ? Comment une petite fille comme elle pourrait l'aider ? Elle n'était même plus dans la salle !
Eden
avatar
Féminin Age : 29
Date d'inscription : 01/11/2016
Nombre de messages : 19
Bon ou mauvais ? : Bon(bon ?)
Zénies : 0

Techniques
Techniques illimitées :
Techniques 3/combat :
Techniques 1/combat :

MessageSujet: Re: Childhood's End [PV Eden]   Sam 3 Déc 2016 - 14:44
Eden n’a jamais brillé par sa patience. Elle est assez rapidement gagnée par l’empressement et l’attente lui paraît alors insupportable. Elle observe l’entrepôt abandonné d’un regard irrité, scrutant les jouets qui jonchent le sol sans vraiment les regarder. Elle les a déjà examinés et déplacés maintes fois, et elle connaît aussi parfaitement les motifs insensés dont les tagueurs ont successivement balafré les murs.

Une  ombre traverse la salle. Elle sursaute. Aucun bruit n’a retenti, et elle n’a pas entendu de pas. Son esprit se met en effervescence et la réponse vient. L’enfant ne se laissera pas effrayer cette fois-ci.

- Ecto ! s’exclame-t-elle d’un ton un peu autoritaire, n’espère pas me faire crier !

C’est probablement le type de lieu que la créature affectionne, et Eden imagine qu’elle a parcouru l’usine de long en large, s’élançant à travers les murs et les étagères, plongeant derrière les portes closes et s’enfonçant jusqu’aux tréfonds du bâtiment. Finalement, voilà que le Pokémon croise à nouveau son chemin, dissipant d’un coup son ennui et son impatience. Il vient jusqu’à elle dans un cri lugubre, peut-être un peu déçu de ne pas être parvenu à jouer les fantômes.

- Okïn est dans la salle d'à côté.

D’un geste désinvolte, elle lui indique la porte de métal. Elle ne précise pas pourquoi ils se sont retrouvé séparés, ni quelle raison l’a poussée à quitter précipitamment la salle de combat. Si la venue du Pokémon a apaisé quelques temps l’impétuosité de l’enfant, le naturel reprend rapidement le dessus et elle se met à tapoter du pied au bout d’une trentaine de secondes.

- Allons voir ce qu’il fait, veux-tu ? Je trouve qu’il traîne un peu… J’espère que tout va bien.

Le Pokémon ne se fait pas prier et traverse le mur adjacent à la porte sans attendre son reste. L’enfant lâche un soupir, se retrouvant à nouveau esseulée. Elle ne perd pas de temps et toque à nouveau à la porte. Le gardien l’accueille avec un sourire goguenard.

- Tu f’rais bien de te magner, ton p'tit copain est mal barré !

Le cœur d’Eden s’emballe. La tension est montée dans la pièce, qui lui paraît baigner dans une chaleur étouffante. L’agitation de la foule est pire que lorsqu’elle l'a quittée, première manifestation de l’évènement anormal qui est en train de se produire et dont l’enfant n’a, pour le moment, aucune idée. Elle prend son courage à deux mains et s’élance vers la cage de combat, profitant de sa petite taille pour se faufiler entre les spectateurs, n’hésitant pas à se jeter quasiment sur le sol pour se couler entre leurs jambes. Lorsqu’elle parvient enfin au premier rang, il lui faut quelques secondes pour digérer le spectacle qui s’offre à elle.

Okïn est dans la cage, plaqué contre la grille par une femme  dont le costume permet à Eden de deviner qu’il s’agit du fameux Black Knight. Il ne porte plus sa ceinture de Pokéballs et Cizayox a disparu. Hébétée, l’enfant tourne sur elle-même pour essayer de localiser Ecto, qui lui paraît le plus à même de venir sauver Okïn puisqu’il peut traverser les barreaux sans peine. Mais la foule est trop dense et elle ne le trouve pas. Où est donc passé ce maudit fantôme ?

Eden s’époumone pour se faire entendre, s’adressant à ceux qui se chargent d’ouvrir et de fermer la cage.

- Bon sang, faites le sortir ! Vous ne voyez pas que ce n’est qu’un gosse ! Elle va le tuer, putain, ouvrez-lui !

Mais même en haussant le ton, sa voix est trop ténue pour percer réellement le vacarme engendré par la foule, galvanisée par l’incongruité de la scène qui se déroule dans la cage. C’est en fixant avec fureur les individus à l’entrée de la cage qu’une idée germe dans l’esprit de l’enfant. Auprès d’eux, sur une table de bois branlante destinée à accueillir les affaires des combattants, est étalée la ceinture d’Okïn, garnie de Pokéballs.

Eden n’a rien d’une combattante mais c’est une voleuse de grand talent. Elle reprend son sang froid et se faufile à nouveau. Tout le monde est tourné vers la cage afin de guetter ce qu’il s’y passe. Peut-être certains éprouvent-ils même une certaine impatience à l’idée de voir cette femme mettre Okïn à mort alors qu’il ne peut se défendre… Quoi qu’il en soit, l’enfant en profite pour détacher une Pokéball de la ceinture. Elle prie pour qu’il y ait un Pokémon efficace dedans. Aligatueur, ce serait suffisant pour calmer la mégère qui empoigne son compagnon…

Elle n’attend pas d’être repérée, il n’y a pas de temps à perdre. Elle ne sait pas trop comment cela marche. Elle se dit que si la Pokéball atterrit auprès d’Okïn, le Pokémon sortira peut-être de lui-même afin de lui porter secours… Alors, elle use de son habilité pour la balancer à travers les barreaux de la cage. L’objet sphérique roule pour arriver non loin de Black Knight et de sa jeune victime.

Pourvu qu’une créature puissante s’extirpe de cette balle…
Okïn Nightstorm
avatar
Terrien
Masculin Age : 28
Date d'inscription : 28/01/2016
Nombre de messages : 282
Bon ou mauvais ? : Bon
Zénies : 1560

Techniques
Techniques illimitées : Aligatueur:SURF / Dracaufeu:LANCEFLAMME / Nostenfer:TRANCH'AIR
Techniques 3/combat : Cizayox:PISTO-POING / Ectoplasma:BALL'OMBRE
Techniques 1/combat : Mewtwo:PSYKO

MessageSujet: Re: Childhood's End [PV Eden]   Dim 4 Déc 2016 - 11:47
Cinq secondes. Il n'avait que cinq secondes pour trouver le mot, la phrase peut-être, qui lui permettrait de ne pas se faire trancher la gorge. Son cerveau était en ébullition. Il était habituellement capable de réfléchir rapidement et efficacement. Mais jamais il n'avait été menacé de mort ainsi, sans aucun Pokémon pour se défendre. Il tremblait de tout son corps, paniqué à l'idée de mourir. Des gouttes de sueur perlaient sur son front et ruisselaient le long de son visage. Son cœur battait la chamade.
Plus que trois secondes. Le temps s'était comme ralenti alors que toutes ses neurones s'étaient activés pour chercher une solution. En vain. Que pouvait-il bien lui dire ? Qu'il était Okïn, son fils ? Pourtant, elle ne semblait pas le reconnaître. En fait, il y avait même de fortes chances pour qu'il ne s'agît pas de sa vraie mère. Elle en avait l'apparence, la voix, mais rien d'autre. Le jeune garçon ne comprenait pas. Il était complétement perdu, noyé dans ses pensées, il ne parvenait même pas à se concentrer sur la façon dont il pourrait s'échapper de là. S'il lui disait qu'il venait d'un pays lointain, peut-être même une autre planète, peuplée de Pokémons, elle ne le croirait pas. Et le croirait-elle s'il lui disait qu'elle ressemblait comme deux gouttes d'eau à sa mère ? Il ne savait pas quoi dire, ni quoi faire.
Une seconde. C'était fini. Rien n'avait pu sortir de sa bouche, il allait mourir, maintenant. Il ne reverrait plus jamais sa vraie mère, ni ses Pokémons. Il ne pourrait jamais prendre sa revanche sur Red. Il ne pourrait même pas tenir sa promesse faite à Eden. Une larme perla sur son œil et s'écoula le long de sa joue. C'était la fin.

Et soudain, le bruit d'un objet rebondissant sur le ring retentit, suivi d'un cri :


"Attention grenade !!!"

Aussitôt, il se sentit tiré par la main de la guerrière au niveau du col. Cette dernière s'était projetée d'un bond à l'autre bout du ring afin de s'éloigner le plus vite possible de la prétendue grenade, emportant le jeune garçon avec elle. Peut-être qu'elle n'avait pas envie qu'il meure, finalement. Peut-être voulait-elle obtenir des réponses à ses questions. La petite sphère s'ouvrit et laissa échapper un faisceau lumineux. Okïn regarda le spectacle en écarquillant des yeux. Une Pokéball ?! Mais qui avait pu faire ça ? Quelqu'un dans la foule avait dû le voir récupérer Cizayox et avait probablement déduit qu'il pouvait faire apparaître une autre créature en lançant l'une de ces sphères. Mais qui ? Qui avait bien pu vouloir le sauver alors qu'il ne connaissait personne ? Probablement pas Eden qui était sortie de la salle un peu plus tôt. Quelqu'un, dans la foule, avait dû avoir pitié de lui? Peut-être que ce n'était pas tous des salauds ici, finalement.

La lumière rouge prit une forme humanoïde de taille adulte plus grand que la moyenne, avec une queue. Le cœur d'Okïn fit un bond dans sa poitrine lorsqu'il reconnut la silhouette, avant même qu'elle n'ait prit ses vraies couleurs.


*Non... Pas lui...*

Spoiler:
 

Mewtwo venait d'apparaître. La Ball lancée par Eden était la Master Ball, cette petite sphère blanche et mauve ornée d'un M.
Le Pokémon regarda autour de lui, surpris. Visiblement, il ne s'attendait pas à être appelé. Il prit rapidement conscience de l'environnement dans lequel il se trouvait. Son regard se porta très vite sur la Master Ball.
Aussitôt, Okïn se rua en direction de la petite sphère, pour essayer de la récupérer. Mais le Pokémon n'était pas dupe. Il brandit sa main droite en direction du jeune garçon, qui fut projeté par télékinésie tout au fond de la cage, contre la grille. Mewtwo prit la parole, de sa voix grave et posée qui laissait entrevoir son intelligence démesurée. Il était le seul Pokémon à être doté de ce don.


"Je vois. Ce n'est donc pas toi qui m'a appelé. Intéressant. Cela signifie que tu n'es plus mon maître, actuellement. Par conséquent, tu n'es plus protégé par mes attaques."

Okïn était bloqué, lévitant contre la grille à 50 centimètres du sol, paralysé par la télékinésie. Black Knight le regarda un instant, puis bondit sur Mewtwo dans le but de lui donner un puissant coup d'épée. Visiblement, elle tenait vraiment à avoir les réponses à ses questions et ne souhaitait pas que l'enfant ne mourût avant qu'elle ne les eût obtenue. [HRP : pas sûr de la conjugaison, là. xD]
D'un hochement de tête de la part de Mewtwo, la guerrière à l'armure noire se retrouva à son tour projetée contre la grille, aux côtés du jeune dresseur.
Soudain, Ectoplasma apparut enfin, à l'intérieur de la cage. Il était resté invisible depuis qu'il était rentré dans la salle, et était passé au travers de la cage. Il s'était apprêté à venir en aide à Okïn, lorsqu'il avait reconnu le visage de sa mère, qu'il avait déjà vue par le passé. Cela l'avait fait hésiter, jusqu'à ce que la Pokéball ne soit lancée à l'intérieur de la cage. Il prépara aussitôt une boule d'énergie mauve et noire entre ses mains, une BALL'OMBRE. Mais avant qu'elle ne fût prête, Mewtwo brandit son bras gauche vers lui, et utilisa son attaque PSYKO, lui envoyant des ondes psychiques très puissantes. Durant quelques secondes, Ectoplasma ressentit l'effroyable douleur d'une céphalée extrêmement virulente, si intense qu'il perdit aussitôt connaissance, chutant au sol avec des yeux en croix : x_X.

Plus rien ne semblait pouvoir arrêter Mewtwo, ce n'était pas pour rien qu'il était le plus puissant de ses Pokémons, ainsi que le plus dangereux. Il s'abaissa et prit la Master Ball dans l'une de ses mains. S'il la gardait avec lui, plus personne ne serait capable de le contrôler. Il pourrait donc être libre, définitivement.


"Je vais garder cela avec moi."
affirma t-il d'une voix sereine.

Puis il brandit son autre main vers le côté, en direction de la grille. Aussitôt, les barreaux s'écartèrent pour former un trou suffisamment grand pour le laisser passer. Il marcha en direction du passage dans la grille, s'arrêta au bord et tourna une dernière fois la tête vers le Maître de Johto, afin de lui lancer une pique provocatrice :


"Viens m'attraper, si tu l'oses... 'Maître'. "

Puis aussitôt, il bondit à travers le trou et s'envola, passant au dessus de la foule de malfrats avant de perforer le plafond et de disparaître au loin. Okïn et Black Knight furent alors relâchés de la télékinésie qui les maintenait paralysés jusqu'à lors, et le jeune dresseur retomba sur les fesses.

Il n'arrivait pas à croire ce qu'il venait de se passer. Mewtwo s'était échappé. Alors qu'il devait le surveiller en permanence, le garder toujours auprès de lui pour éviter qu'il ne fasse du mal, ce dernier était parvenu à se libérer de son emprise. Il était libre comme l'air désormais, et plus rien ne pouvait l'arrêter. Il replia les jambes vers lui, croisa les bras sur ses genoux et plongea sa tête entre ses bras, dépité.


*C'est... c'est un cauchemar... Ma mère devient une guerrière qui me menace de mort, Mewtwo s'échappe... C'est comme si mes pires peurs se réalisaient... Ça ne peut pas être réel...*
Eden
avatar
Féminin Age : 29
Date d'inscription : 01/11/2016
Nombre de messages : 19
Bon ou mauvais ? : Bon(bon ?)
Zénies : 0

Techniques
Techniques illimitées :
Techniques 3/combat :
Techniques 1/combat :

MessageSujet: Re: Childhood's End [PV Eden]   Sam 10 Déc 2016 - 16:23
Eden reste interdite alors que le Pokémon surgit hors de la balle qu’elle vient de jeter. Au moins l’effet de surprise a-t-il permis de sauver temporairement la vie d’Okïn, c’est cela de gagné. Toutefois, alors qu’elle espérait que la créature vienne en aide au garçon, les choses ne se déroulent pas vraiment comme elle l’avait prévu. En effet, le Pokémon se retourne contre son maître et semble passer hors de contrôle.

L’enfant ne comprend rien à ce qui se déroule dans cette cage. Pourquoi ce Pokémon là n’est-il pas serviable ? A-t-elle eu tort de le libérer ? Mais, d’un autre côté, la guerrière n’aurait-elle pas tué Okïn ? La confusion qui s’est peu à peu emparée d’Eden s’est aussi répandue dans la salle de combat. Dès lors que le Pokémon a troué la cage puis le plafond, aux cris d’enthousiasme ont rapidement succédé les hurlements de panique. La foule n’a jamais vu ça et certains cherchent à fuir. D’autres restent, stupéfaits, fixant les deux combattants ridiculisés par le Pokémon, essayant probablement de saisir ce qui s’est passé sans avoir les outils intellectuels pour comprendre.

Eden leva le museau pour contempler quelques secondes la percée dans le plafond de l’usine. La trouée n’est pas très grande mais on y distingue clairement le ciel étoilé. Elle lâche un soupir avant de se précipiter vers la cage de combat. Elle profite de la confusion ambiante pour se saisir de la ceinture d’Okïn, qu’elle garde à la main.  Elle se faufile à travers le passage que le Pokémon a ouvert. Elle passe à côté de l’ombre inerte d’Ectoplasma mais elle ne s’attarde pas sur celui-ci et se rue jusqu’au corps prostré d’Okïn. Pourquoi réagit-il de cette manière ? N’est-il pas soulagé d’être vivant ?

L’enfant s’accroupit auprès de lui. Elle tend une main vers le garçon mais n’ose pas le toucher. Il ne semble pas blessé mais il apparaît désespéré.

- Okïn… balbutie-t-elle.

Ses doigts  en effleurent l’épaule. Elle n’a jamais été douée pour consoler les gens, mais elle va faire de son mieux.

- Okïn… On ne peut pas rester là…

Sa main gagne en fermeté, elle se crispe sur l’étoffe noire. Elle jette des regards anxieux autour d’elle. Ceux qui sont restés dans la salle les regardent d’un œil plutôt hostile… Probablement sont-ils tous deux perçus comme responsables de ce chaos qui ne va pas arranger les affaires des parieurs ni des organisateurs de combats. Et, à vrai dire, cela n’est pas totalement faux. Elle décoche un coup d’œil en direction de Black Knight, qui semble encore un peu étourdie par la chute qui a suivi le départ du Pokémon rebelle. Peut-être est-elle mal retombée… C’est le cadet des soucis d’Eden, de toute façon, qui est plutôt rassurée de constater que celle-ci ne peut plus leur causer de tort pour le moment.

- Il faut vraiment qu’on bouge… J’ai récupéré ta ceinture.

De sa main libre, elle brandit la ceinture sous le nez du garçon. Cela va peut-être lui redonner courage de voir qu’il n’a pas perdu ses précieuses Pokéballs. Au regard de l’évolution des choses, elle n’ose pas demander à son compagnon d’invoquer un autre Pokémon pour les tirer d’affaire. Peut-être aura-t-il le réflexe lui-même. Cela serait bien plus pratique pour se frayer un chemin jusqu’à l’extérieur. L’idéal serait toutefois que la chauve-souris rapplique par le trou dans le toit afin qu’ils puissent s’enfuir par les cieux.

L’esprit d’Eden bouillonne mais elle garde le silence concernant les solutions qui lui apparaissent tour à tour. Elle se sent terriblement coupable de tout ce qui vient d’arriver. Après tout, c’est elle qui a emmené Okïn ici…
Okïn Nightstorm
avatar
Terrien
Masculin Age : 28
Date d'inscription : 28/01/2016
Nombre de messages : 282
Bon ou mauvais ? : Bon
Zénies : 1560

Techniques
Techniques illimitées : Aligatueur:SURF / Dracaufeu:LANCEFLAMME / Nostenfer:TRANCH'AIR
Techniques 3/combat : Cizayox:PISTO-POING / Ectoplasma:BALL'OMBRE
Techniques 1/combat : Mewtwo:PSYKO

MessageSujet: Re: Childhood's End [PV Eden]   Mer 14 Déc 2016 - 21:30
*Est-ce la réalité ? Ou tout cela n'est-il qu'une illusion ? Suis-je dans un rêve ? Dans ce cas, il a plutôt l'allure d'un cauchemar. Que m'est-il arrivé, depuis que j'ai rencontré Arceus ? Que m'a t-il fait exactement ?... J'étais face à lui, et Ali était prêt à en découdre. Je n'avais qu'un seul objectif en tête : capturer Arceus, le Pokémon Dieu, et j'étais persuadé en être capable. Et puis, il y a eu un Flash. J'ai perdu connaissance. Qu'a t-il fait, à cet instant ? Lorsque je me suis réveillé, j'étais dans cette forêt sans aucun Pokémon. Je ne savais pas si j'étais dans une illusion provoquée par Arceus, ou toujours dans la réalité. Et aujourd'hui, je n'en sais toujours pas plus... J'ai d'abord cru que j'avais été téléporté loin de chez moi, dans une région très lointaine. Et puis j'ai rencontré ces Saiyens qui m'ont parlé d'un univers qui s'étend bien au-delà de tout ce que j'avais pu imaginer. Des extra-terrestres guerriers, d'autres planètes habitables, et l'absence totale de Pokémons dans ce monde... Ai-je été téléporté sur une planète lointaine ? Dans une autre galaxie ? Cela n'a pas de sens... Si c'était le cas, pourquoi parleraient-ils la même langue que moi ? Pourquoi les humains me ressembleraient à ce point ? Mais surtout, ce qu'il vient de se passer à l'instant me prouve que je n'ai pas été téléporté sur une autre planète. Cette femme a exactement la même apparence que ma mère, mais je sais que ce n'est pas elle. Qu'est-ce que cela signifie, bon sang ? Tout me semble à la fois trop réel et complétement irréel. Tout ce que je ressens, ces sentiments, ces émotions, tout ce que je ressens en moi est bien réel. Mais il n'y a aucune explication logique et rationnelle pour que ça le soit. Mon cerveau reçoit tous les signaux habituels de l'environnement : les odeurs, les sons, tout y est. Tout à l'air réel. Mais pourtant, tout est tellement irrationnel, incohérent, que je ne peux pas me résoudre à accepter qu'il s'agisse de la réalité. Après tout, lorsque l'on rêve, n'est-on pas persuadé qu'il s'agit de la réalité ? Arceus est un Dieu, il doit certainement avoir le pouvoir de projeter mon esprit dans une vaste illusion. Mais comment en sortir ? Et combien de temps est-ce que cela va durer ? Peut-être une éternité... Si ça se trouve, je suis plongé dans le coma, dans le monde réel, et mon esprit est enfermé dans ce monde-ci. Mais si rien de tout cela n'est réel, qu'est-ce que ça veut dire ? Est-ce que tout est inventé par mon cerveau ? Ou bien tout cela provient-il de l'imagination du dieu Arceus ? Et Eden, est-ce que je l'ai inventée, elle aussi ? Et si c'est Arceus qui a créé toute cette illusion, où veut-il en venir ? Que veut-il que je fasse ? Pourquoi me montre t-il un univers privé de l'existence des Pokémons ? Qu'est-ce qu'il me veut, au juste ? Me punir ? Me montrer quelque chose ? Quel est le sens de tout cela ?*

Un contact au niveau de son épaule le fit sortir de ses pensées. Il sursauta, surpris. Ce n'était qu'Eden, dont la petite main venait de se crisper sur son épaule. Il leva lentement la tête vers elle, son regard était sombre, son expression dépitée. Elle agita sa ceinture devant lui. La réalité vint alors le frapper de nouveau en pleine face.

*Mewtwo ! Mince, il faut que je le retrouve, que je l'arrête ! Est-ce ce que tu attends de moi, Arceus ? Tu me mets à l'épreuve dans cette illusion, pour voir si je suis digne de contrôler Mewtwo ? Si je suis digne... de te contrôler toi ? Cela ne fait aucun doute ! Et si Mewtwo, dans cette illusion, n'était que la représentation de l'esprit d'Arceus ? Il me lance un défi, j'en suis sûr à présent ! C'est un Pokémon Dieu, il ne veut pas se soumettre à n'importe quel dresseur. Profite de ta liberté tant que tu le peux, Mewtwo, car je ne tarderai pas à te capturer ! Cela prouvera ma valeur auprès d'Arceus, et il me libérera sûrement de cette illusion pour que je le capture à son tour !*

Sa détermination retrouvée, Okïn se saisit fermement de sa ceinture qu'il raccrocha autour de sa taille après s'être relevé. Son regard sombre se posa ensuite sur la petite fille. Il ne pouvait pas lui parler de tout cela, elle le prendrait pour un fou. Mais tout était clair dans son esprit, il n'était pas fou. Rien de tout cela n'était réel, il ne s'agissait que d'une illusion dans laquelle il était piégé, une aventure dont il était le héros. Il en était persuadé, à présent.

"Eden... Est-ce que tu as vu le type qui a touché à mes Pokéballs, celui qui a libéré Mewtwo ? Si je le retrouve... il me le payera très cher." affirma t-il sur un ton grave et sérieux.

Il ignorait que c'était elle-même, il ne l'avait pas vue faire. Mais avant que la petite n'ait pu lui répondre, trois hommes baraqués entrèrent dans la cage par la porte après l'avoir ouverte, et s'approchèrent des deux enfants.


"Vous ! Vous avez tout gâché ! On va perdre beaucoup de clients à cause de vous deux ! Vous allez passer un sale quart d'heure, croyez-moi !"
fit l'un d'eux.

Okïn lui fit face, plein d'une assurance nouvelle depuis qu'il avait compris que rien de tout cela n'était réel, et lui lança un regard noir. Il s'avança d'un pas vers lui.


"Déguerpissez sur le champ, ou je vous tue." affirma t-il d'un ton sec et avec une telle assurance qu'on ne pouvait pas croire qu'il bluffait.

Le type qui avait pris la parole sourit.


"Ah ouais ?! Tu vas voir, sale gosse !"

Il envoya aussitôt son poing en direction de la figure du jeune garçon. Ce dernier l'évita d'un pas rapide sur le côté. Un énorme coup de bol couplé à une grande concentration qu'il était habitué à garder en combat. Se sentant poussé des ailes, Okïn envoya à son tour son poing vers la hanche du gorille. Son poing se tordit contre le corps musclé de sa cible, ce qui lui fit ressentir une forte douleur. L'homme, en revanche, ne bougea pas d'une semelle.

"Aie !" se plaignit l'enfant.

Il ne s'était pas attendu à cela. Visiblement, même dans cette illusion, il était soumis aux limites physiques de son corps. L'homme riposta d'un violent revers de la main sur la joue du garçon, qui fut projeté contre la grille une fois de plus. Son dos commençait à le faire souffrir, à force de se faire plaquer contre cette cage de métal. Mais ce n'était rien en comparaison de la vive douleur brûlante qu'il ressentait à sa joue à cause de la gifle qu'il venait de se prendre.
Bon, changement de plan. Même dans ce qu'il pensait n'être qu'une illusion, il avait besoin de ses Pokémons. Il attrapa aussitôt l'un de ses précieux objets, lorsqu'une gerbe de sang vint lui asperger le visage. Il leva la tête et écarquilla des yeux. Après un bref moment de repos, Black Knight était parvenue à se relever et venait de trancher en deux les trois hommes, d'un vif mouvement de son épée. Elle rangea aussitôt son arme blanche dans un fourreau accroché à sa ceinture, puis se tourna vers le garçon. Elle se pencha vers lui pour lui attraper fermement le poignet, et le tira brusquement vers elle. Elle reprit alors sa marche vers la sortie de la cage, tout en tirant le garçon pour le forcer à la suivre. Elle était bien trop forte pour qu'il puisse opposer une quelconque résistance.


"Hey ! Lâchez-moi ! Qu'est-ce que vous faites ?! Lâchez-moi ou j'envoie Dracaufeu !"

Elle se tourna vers lui et lui lança un regard noir.

"La ferme."

Puis son regard se posa sur Eden.

"Tu ferais mieux de me suivre si tu veux sortir d'ici en vie." affirma t-elle froidement.

Elle sortit alors de la cage et marcha vers la sortie de la salle sans lâcher Okïn, passant au milieu des quelques individus qui étaient restés sur place. Ils leur lançaient des regards hostiles, mais aucun d'entre eux n'osait s'en prendre à Black Knight.
Ils retournèrent donc dans l'entrepôt, où la copie de sa mère le lâcha enfin. Okïn massa son poignet douloureux, et lança un regard incrédule vers la femme à l'armure noire.


"Pourquoi vous nous avez sortis de là ? Vous étiez prête à me tuer il n'y a même pas cinq minutes."

"Je n'ai pas eu de réponse à mes questions. Qui es-tu et qui t'envoie ?"


Cette fois-ci, elle ne le menaça pas, pour une raison qui échappait au garçon. Pourquoi avait-elle changé ses méthodes ? En tout cas, cela aida le garçon à lui répondre, puisqu'il n'était plus en proie à la panique, ni sous le coup de la surprise. Il savait que cette femme n'était qu'une projection de son cerveau pour lui rappeler sa mère, elle avait certainement un rôle à jouer dans le challenge qu'Arceus lui proposait.

"Je m'appelle Okïn et j'ai été envoyé par Arceus."
affirma t-il honnêtement.

Les yeux de la trentenaire aux longs cheveux noirs se plissèrent.


"Tu n'es pas Okïn, même si tu lui ressembles. Cet Arceus, où se cache t-il ?"

Le garçon fut légèrement surpris. Ainsi, elle connaissait une autre version de lui ? Arceus se moquait complétement de lui, il devait bien rire du haut de son trône de tout-puissant ! Mais tout cela n'était que des foutaises. Il haussa des épaules.

"Si seulement je savais où le trouver... Qu'est-ce qui vous fait dire que je ne suis pas Okïn ?"

"Il est mort il y a deux ans."
affirma t-elle sèchement.

Il écarquilla légèrement des yeux. Lui, mort depuis deux ans ? Mais qu'est-ce qu'elle racontait ? Même s'il était pratiquement persuadé être dans une illusion, ses dires étaient quand même un peu flippants et perturbants. Arceus mettait certainement ses nerfs à l'épreuve. Deux ans, c'était étrange, tout de même, ça correspondait, à quelques semaines près, à la date où il avait entamé son voyage initiatique de dresseur de Pokémon. Probablement pas une coïncidence, Arceus devait pouvoir lire dans ses souvenirs pour créer cette illusion.


"Alors on dirait que j'ai ressuscité." affirma t-il aussi froidement qu'elle.

Il rangea ses mains dans les poches, puis commença à s'éloigner.


"Viens, Eden. Il faut retrouver Mewtwo."

Sa voix était calme mais toujours sombre, comme s'il avait perdu toute joie de vivre. Bon, ce n'était pas comme s'il respirait la gaieté habituellement non plus. Mais le fait de croire comprendre qu'il était dans une illusion et que rien de ce qu'il voyait autour de lui n'était réel l'agaçait tout de même profondément. Même Eden n'était pas réelle, selon lui, mais il appréciait être en sa compagnie.
Son ventre se mit alors à émettre un gros gargouillement.


"Et manger, aussi."

Finalement, ils avaient fait tout ça pour rien puisqu'ils n'avaient même pas pu amasser un peu d'argent. Pourtant, nul doute qu'il y en avait plein dans la salle de combat. Néanmoins, Okïn n'avait pas pensé, et n'avait pas non plus eu le temps, de faire les poches des cadavres ou de fouiller dans la salle pour en récupérer.

"Une minute !"

La femme qui ressemblait à sa mère dégaina son épée et la pointa vers lui.

"Tu ne crois tout de même pas que je vais te laisser filer comme ça ?"

Okïn soupira.

"Pourquoi pas ? Vous ressemblez à ma mère, mais j'ai compris que vous ne l’étiez pas. Et je ne suis pas votre fils non plus, si vous avez assez de jugeote, vous le comprendrez aisément. Je n'ai rien de plus à vous dire, je n'ai pas les réponses à vos questions. Laissez-nous partir, s'il vous plait."

Il s'était montré totalement neutre dans ses propos, n'exprimant rien si ce n'est une sorte de grosse lassitude. Il avait tout simplement l'air blasé. Black Knight le regarda quelques secondes, avec une expression hésitante. Puis, elle sortit un petit objet d'une poche de sa ceinture, et le lança à ses pieds. Cela créa un important nuage de fumée noire tout autour d'elle, et elle disparut. Classe, mais un peu cliché quand même. Il aurait aimé que sa mère soit aussi classe qu'elle. Mais il appréciait le fait que la sienne soit plus gentille et plus douce. Mais si elle avait un rôle à jouer dans sa quête pour quitter cette illusion, Arceus la remettrait certainement sur son chemin un jour ou l'autre. Cette rencontre n'avait pas pu être un hasard.
Il se tourna alors vers Eden. Elle devait certainement avoir une tonne de questions à lui poser, et lui-même n'en connaissait pas les réponses.
Eden
avatar
Féminin Age : 29
Date d'inscription : 01/11/2016
Nombre de messages : 19
Bon ou mauvais ? : Bon(bon ?)
Zénies : 0

Techniques
Techniques illimitées :
Techniques 3/combat :
Techniques 1/combat :

MessageSujet: Re: Childhood's End [PV Eden]   Ven 16 Déc 2016 - 22:29
L’enfant n’y comprend plus rien. Elle reste étrangement silencieuse alors que le chaos se déchaîne autour d’eux.  Elle ne répond rien lorsqu’Okïn évoque la personne qui a lancé la Pokéball et libéré la créature. Une colère sourde monte en elle. Elle reste immobile, comme pétrifiée. Eden ne parvient pas à interpréter l’attitude d’Okïn, qui est passée d’un état de prostration et de désespoir à un état d’insouciance et de témérité. Elle le regarde se faire violenter sans réagir.

Tout s’enchaîne trop vite pour elle : déjà Black Knight a occis les hommes de la salle de combat. Mais pourquoi ? Cette femme n’était-elle pas  prête à tuer Okïn quelques instants auparavant ? Et voilà qu’elle embarque le garçon pour l’emmener vers la sortie…L’enfant lâche un profond soupir, totalement décontenancée. Elle ne perd toutefois pas totalement ses moyens puisqu’elle s’élance derrière la femme, la suivant comme son ombre afin de ne pas se faire attraper par les individus louches et énervés qui peuplent encore l’usine.

Une fois qu'ils sont revenus au calme, l’enfant reste en retrait. Les deux se mettent à discuter et elle sent bien qu’elle n’a pas sa place dans cette conversation. A dire vrai, elle hésite même à partir. Il se trame quelque chose qui la dépasse. L’un et l’autre parlent de choses qui lui sont inconnues et elle peine grandement à donner du sens à tout cela. Elle se contente donc de les écouter parler, d’une oreille étourdie, les regardant tour à tour alors qu’ils s’expriment. Elle a l’impression d’être dans un songe. Tout avait pourtant si bien commencé ; tout s’effondre peu à peu, tout se désagrège comme si tout n’était qu’un rêve fragile incapable de résister à l’épreuve de la réalité.  

Il faut quelques secondes à Eden pour prendre conscience qu’elle se retrouve seule avec Okïn. Elle lève le nez vers lui. Son regard s’attarde sur le nuage de fumée à côté de lui. La femme a disparu. Elle ouvre la bouche pour parler mais aucun son ne sort. Son souffle se mue en soupir. Elle détourne le regard. Elle est franchement mal à l’aise. C’est comme si quelque chose s’était brisé, même si elle ne saurait dire quoi, ni comment, ni quand.

- Okïn…

Elle braque les pupilles sur lui. Ses prunelles dorées flamboient dans la nuit d’un éclat irréel. Sa voix est un peu froide. Ses mains tremblent légèrement.

- Le type qui a lancé la Pokéball dans la cage…

Elle prend son temps. Il y a en elle une certaine colère mêlée de frustration. Elle a le sentiment d’avoir tout raté, et cela vient confirmer ce qu’elle a vécu ces derniers temps. Pourtant, elle a fait de son mieux…

- C’était moi. Je l’ai fait parce que je pensais que c’était le seul moyen de te sauver.

Eden soupire une nouvelle fois. Son regard se détache de celui du garçon. Elle regarde autour d’elle. Tout lui semble plus sombre que jamais. Elle déglutit péniblement.

- Tu sais, je n’ai rien compris à cette histoire. Tout ça, c’est trop. C’est trop pour moi. Je veux dire, ça me dépasse totalement. Et… Je n’ai fait que de te causer des ennuis depuis notre rencontre…

Elle esquisse quelques pas dans l’entrepôt, s’éloignant de lui. Elle traverse un rayon de lune, qui filtre par l’une des verrières de l’usine. Sa lueur froide inonde le visage de l’enfant. Elle a la gorge nouée. Si elle n’était pas si fière, elle fondrait en sanglots.

- Moi, je ne suis pas quelqu’un de fort comme toi. J’ai peur. Et je n’ai pas envie de courir après ce Pokémon qui s’est échappé et qui a l’air si dangereux… Qu’est-ce que je pourrais bien faire, de toute façon ?

Elle tourne le visage vers lui. La lumière sélénite intensifie le chatoiement de ses iris. Un petit sourire crispé courbe ses lèvres roses.

- Là, même si personne ne m'y attend, je veux juste rentrer à la maison. Je veux juste me glisser dans mon lit et oublier tout ça.

Elle est, certes, aventureuse, mais ce n’en est pas moins encore une enfant. Toutes ces émotions l’ont chamboulée. Elle tend la main en direction d’Okïn. Ses doigts vibrent subtilement. Peut-être qu’elle a un peu froid.

- Tu viens avec moi ?
Okïn Nightstorm
avatar
Terrien
Masculin Age : 28
Date d'inscription : 28/01/2016
Nombre de messages : 282
Bon ou mauvais ? : Bon
Zénies : 1560

Techniques
Techniques illimitées : Aligatueur:SURF / Dracaufeu:LANCEFLAMME / Nostenfer:TRANCH'AIR
Techniques 3/combat : Cizayox:PISTO-POING / Ectoplasma:BALL'OMBRE
Techniques 1/combat : Mewtwo:PSYKO

MessageSujet: Re: Childhood's End [PV Eden]   Sam 17 Déc 2016 - 10:50
[HRP : Excuse-moi si j'en ai trop fait au poste précédent, j'ai parfois du mal à savoir quand m'arrêter lorsque je suis lancé. N'hésite pas à me demander d'éditer si j'avance trop, à l'avenir, cela ne me dérangera aucunement. Smile ]

Le garçon aux cheveux d'ébène concentra son attention sur elle lorsqu'elle lui parla du type qui avait libéré Mewtwo. Enfin il allait en apprendre plus sur cet abruti qui avait libéré l'une des créatures les plus dangereuses de son monde d'origine. Peut-être que tout cela faisait partie du plan d'Arceus, que c'était un scénario que le dieu avait préalablement rédigé, mais Okïn ressentait tout de même beaucoup de colère à l'égard de cet inconnu qui avait commis une énorme bourde. Désormais libre comme l'air, dans la nature, Mewtwo pourrait faire énormément de dégâts et il était impossible de prévoir ses prochains agissements.
Puis, la vérité tomba. Elle avoua que c'était elle qui était à l'origine de tout cela. La bouche du jeune garçon s'entrouvrit, sans qu'aucun son n'en sortît. Sa première réaction fut d'être très surpris. Puis aussitôt, la fureur qu'il ressentait se dirigea sur elle. Quelle idiote ! Qu'est-ce qui lui avait pris de toucher à des objets dont elle ne connaissait rien ? Ses Pokémons n'étaient pas des jouets, c'était de redoutables créatures qu'il fallait contrôler avec la plus grande précaution !
Mais sa fureur silencieuse ne dura qu'un bref instant, car la justification d'Eden lui permit de prendre plus de recul. Elle avait fait cela... dans le but de le protéger. Elle lui avait sauvé la vie. Maintenant qu'il avait compris cela, il lui était impossible de lui en vouloir. Eden avait cru bien faire, elle n'y était pour rien. Elle ne pouvait pas savoir que parmi ses créatures, il y en avait une qui ne lui obéissait pas du tout. Il aurait peut-être dû lui en parler... Mais il n'aurait surtout jamais dû se précipiter vers la cage en croyant avoir à faire à sa mère, et se laisser se faire délester de sa ceinture qui représentait sa seule défense. C'était de sa faute à lui, pas celle d'Eden.

Il l'écouta, tout en restant silencieux, la contemplant. Avec le rayon de lune qui illuminait son visage angélique et faisait ressortir ses yeux dorés, il lui découvrait une beauté sur laquelle il ne s'était encore jamais attardé auparavant. Il se surprit à sentir son rythme cardiaque s'accélérer. Qu'est-ce que c'était que ça ? Il n'était pourtant plus en situation de danger imminent, il n'avait aucune raison de se sentir angoissé. Pourquoi son cœur s'était-il mis soudainement à palpiter ? Il ne comprenait pas l'origine de cette émotion, ni sa signification.


*Elle est si belle... Mais est-elle seulement réelle ?... Et ces sentiments que je ressens, le sont-ils eux aussi ? Je ressens... un étrange mélange de peur, d'angoisse, et de bonheur à l'idée d'être auprès d'elle... Qu'est-ce que ça veut dire ? Je n'ai jamais rien ressenti d'aussi fort pour qui que ce soit auparavant...*

Alors qu'il s'interrogeait intérieurement sur ce qu'il ressentait et sur la réalité des évènements, elle brandit sa petite main vers lui en lui demandant s'il voulait venir chez elle. Son cœur faisait de tels bonds dans sa poitrine, qu'il avait l'impression qu'il allait s'extirper de sa cage thoracique. Il ressentit une sorte de sensation de chaleur au niveau des joues, peut-être étaient-elles en train de rosir légèrement.
Elle avait l'apparence d'une ange, elle était la seule source de lumière au milieu des ténèbres dans lesquelles il était plongé. Il s'approcha lentement d'elle en levant sa main vers elle à son tour, comme un papillon de nuit attiré par la lumière d'un lampadaire. Ses doigts, tout aussi tremblants que ceux d'Eden, effleurèrent ceux de la jeune fille avant qu'il ne lui prît la main. Il n'avait pourtant pas froid. Il était nerveux.


"E... Eden..." balbutia t-il.

"Tu... Tu m'as sauvé la vie..."

Il avait dit cela sur un ton à la fois incrédule et reconnaissant.
Il s'écoula plusieurs secondes durant lesquelles il resta immobile et silencieux, se contentant d'observer la jeune fille. Il ne savait pas comment réagir. Il ne savait pas quoi faire. Il n'avait jamais été dans cette situation auparavant, habituellement il était plutôt distant avec les gens, sans pour autant être méchant avec eux. Il hésita un long moment, avant de prendre son courage à deux mains. Il lâcha sa petite main, se rapprocha encore plus près d'elle, et la prit dans ses bras pour la serrer contre lui. Pour la réconforter. Ou peut-être pour se réconforter lui-même. Peut-être avait-il besoin d'affection.
Son cœur continuait de battre la chamade, et son corps entier tremblotait nerveusement. Cette fille le terrifiait autant qu'elle l'attirait. Il avait peur de mal agir, peur qu'elle le rejette. Pourtant, en sentant son corps contre le sien, il ressentait une sensation d'euphorie qui semblait infinie.
La tête posée contre l'épaule de la fille alors qu'il la serrait dans ses bras, il affirma d'une voix mal assurée :


"Je... Je suis désolé... pour ce que j'ai dit tout à l'heure. Je ne t'en veux pas d'avoir libéré Mewtwo... Tu... Tu ne pouvais pas savoir. Tu as fait de ton mieux."

Il marqua une pause de quelques secondes, essayant de trouver les mots justes, alors que son esprit était toujours sous l'emprise de la confusion. Il ignorait encore si tout ceci était réel ou pas. Il voulait croire que oui, aussi étrange et illogique que fût cette réalité.

"Tu... Tu es bien plus forte que tu ne le penses. Je... Je serais mort à l'heure qu'il est si tu n'avais pas été là... Tu es la fille... la plus forte... et la plus courageuse... que j'aie pu rencontrer."

En sa présence, Okïn semblait avoir oublié tous ses soucis. Il ne pensait plus au pauvre Ectoplasma qu'il avait laissé sur le ring parce qu'il avait oublié de le récupérer, ni à Nostenfer qui devait être quelque part à l'extérieur de l'entrepôt. Il ne pensait plus au fait qu'ils avaient tous les deux très faim mais n'avaient toujours pas de quoi se payer à manger. Il ne pensait plus qu'à elle.

*Je ne veux pas être dans une illusion... Même si cette réalité est complétement incohérente et que je ne trouve aucune explication logique... Je veux qu'elle soit ma réalité. Je veux rester avec Eden... pour toujours...*
Eden
avatar
Féminin Age : 29
Date d'inscription : 01/11/2016
Nombre de messages : 19
Bon ou mauvais ? : Bon(bon ?)
Zénies : 0

Techniques
Techniques illimitées :
Techniques 3/combat :
Techniques 1/combat :

MessageSujet: Re: Childhood's End [PV Eden]   Mer 21 Déc 2016 - 17:44
[Aucun souci vis-à-vis de tes posts. Je fais aussi avancer les choses, donc de même : si quelque chose ne te convient pas ou te paraît incohérent, n'hésite pas à me le faire savoir. Je ne suis pas très satisfaite du post qui suit, j'espère qu'il te conviendra quand même]

Sous la lumière blafarde du clair de lune, l’enfant se serre contre le garçon. Elle a refermé ses bras menus sur celui-ci et lui rend avec tendresse l’étreinte qu’il a initiée. Elle aussi a besoin d’affection et d’être réconfortée. Ces derniers temps, rien n’a été facile pour elle. Okïn, dans ses propos comme dans son attitude, dans tout ce qui le caractérise, lui met du baume au cœur. Là, contre lui, Eden se sent importante. Elle a le sentiment de compter pour quelqu’un. Elle ferme les paupières et hume son parfum. Elle l’écoute parler, percevant qu’il s’efforce de la rassurer et de dédramatiser les choses.

- Merci, murmure-t-elle simplement.

Ils restent enlacés durant de longs instants pendant lesquels le temps se suspend. Elle-même a oublié ses propres préoccupations. Son souffle s’est apaisé jusqu’à presque s’éteindre. Elle écoute battre le cœur d’Okïn.
Puis ils se détachent l’un de l’autre, sans empressement et probablement même à regret. L’enfant a repris du poil de la bête. Elle sourit au garçon, encourageante.

- Allons chez moi, d’accord ? Il n’y a rien à manger mais nous pourrons dormir. Après une bonne nuit de sommeil, je pense que nous aurons les idées plus claires sur comment nous y prendre pour récupérer ton Pokémon et pour retrouver ma mère.

Elle s’empare de la main d’Okïn, nouant ses doigts autour des siens. Ils ne peuvent pas rester en ce lieu plus longtemps : ceux qui se trouvent dans la salle et qui ont développé une certaine rancune à leur égard pourraient bien sortir et s’en prendre à eux. Eden entraîne le garçon à travers les entrepôts afin de quitter l’usine désaffectée. Ils n’ont aucune envie d’y traîner trop longtemps. Dehors, Nostenfer les rejoint d’un battement d’ailes. A l’aide de la chauve-souris et grâce au trou créé dans le toit du bâtiment par Mewtwo, les deux enfants s’empressent de récupérer le malheureux Ectoplasma. N’ayant pas envie de se faire davantage remarquer, Eden suggère à Okïn de rentrer la chauve-souris dans sa pokéball. Ils rejoindront la maison à pied et en toute discrétion, c’est bien plus prudent.

Ils traversent donc Satan-City en marchant. Eden est épuisée mais elle se sent étrangement légère. La déprime qu’elle a éprouvée à l’intérieur de l’usine s’est totalement envolée, et même les quartiers délabrés qu’ils traversent ne parviennent pas à entacher son enthousiasme. Elle parle peu pourtant, ce qui est rare, et se contente de savourer l’instant. Elle se sent libre aux côtés d’Okïn, bien plus qu’elle ne l’était auprès de ses amis précédents et avec qui elle enfreignait pourtant outrageusement les règles.

Ils arrivent dans le quartier de la ville où réside sa mère. D’un coup, Eden éprouve une certaine honte. Son compagnon ne va pas tarder à se douter de quelque chose… Les néons des bars à hôtesses clignotent frénétiquement à cette heure de la nuit, mais par bonheur les trottoirs sont déjà dépouillés des asphalteuses qui les arpentaient plus tôt en quête d’un client. Cependant, les lanternes rouges flamboient aux portes des maisons closes, et les affiches qui s’étalent sur les murs sont assez impudiques pour mettre la puce à l’oreille du garçon. L’enfant ne dit rien à ce sujet, le laissant tirer les conclusions qu’il voudra, elle n’a pas envie d’en parler. Elle a peur de tout gâcher si elle parle. Qu’y peut-elle après tout ?

Ils parviennent sans encombre jusqu’à l’immeuble, chose étonnante car depuis leur rencontre ils n’ont de cesse d’être confrontés à des épreuves. Le destin s’est-il enfin décidé à leur laisser du répit ? Ils gravissent les marches grinçantes qui mènent jusqu’au deuxième étage. Sa main quitte enfin celle d’Okïn. Elle sort une clé de sa salopette et l’insère dans la serrure. Elle pousse la porte.

- Entre, je t’en prie.

Elle referme la porte à clé derrière eux, un peu nerveuse. Elle pousse un soupir de soulagement : ils sont sains et saufs. L’appartement n’est pas bien rangé, mais Eden a jeté les aliments pourris et la pièce de vie baigne dans un parfum plutôt agréable, vanillé et fleuri.

- Ce n’est pas très grand, ni luxueux mais c’est chez moi. Fais comme chez toi, Okïn.

Elle se vautre dans le canapé puis en tapote l’assise, à côté d’elle, pour inviter le garçon à la rejoindre. Elle a faim mais n’y pense plus trop. Elle baille. Il ne lui faut pas beaucoup de temps pour s’endormir contre un oreiller, à moins que ce ne soit sur l’épaule d’Okïn…
Okïn Nightstorm
avatar
Terrien
Masculin Age : 28
Date d'inscription : 28/01/2016
Nombre de messages : 282
Bon ou mauvais ? : Bon
Zénies : 1560

Techniques
Techniques illimitées : Aligatueur:SURF / Dracaufeu:LANCEFLAMME / Nostenfer:TRANCH'AIR
Techniques 3/combat : Cizayox:PISTO-POING / Ectoplasma:BALL'OMBRE
Techniques 1/combat : Mewtwo:PSYKO

MessageSujet: Re: Childhood's End [PV Eden]   Sam 24 Déc 2016 - 17:27
Elle referma ses bras sur lui, et l'étreinte affectueuse qu'elle lui rendit le combla de bonheur. Il avait, même, l'étrange impression de ne jamais avoir été aussi heureux de toute sa vie. Il ne pouvait calmer les battements frénétiques de son cœur, et il se sentait toujours un peu nerveux, mais paradoxalement, la présence d'Eden contre lui, de ses mains plaquées contre son dos, lui apportaient une sensation de paisible béatitude. Il aurait voulu que ce câlin dure pour l'éternité. Au bout d'une durée qui lui fut indéterminable, la petite Eden se détacha de lui et recula. Il acquiesça d'un signe de tête suite à sa proposition. Puis elle lui prit sa main dans la sienne, ce qui, évidemment, termina de teindre la blancheur habituelle de ses joues en une couleur fraise.

Lorsqu'Okïn retrouva Nostenfer, il fut satisfait de constater que Mewtwo ne s'en était pas pris à lui. Par chance, il n'avait pas dû le croiser. Ou peut-être l'avait-il volontairement laissé indemne. Après tout, Mewtwo détestait les humains, mais il n'avait aucune rancœur à l'encontre des Pokémons. Il se souvint alors qu'il avait oublié Ectoplasma, qu'ils récupérèrent rapidement grâce à l'agilité et la rapidité de la grosse chauve-souris.

Eden proposa alors de ranger Nostenfer pour ne pas se faire plus remarquer, ce qu'Okïn accepta sans rechigner même si, habituellement, il aurait plutôt été tenté d'utiliser la CS Vol pour gagner du temps.

Ils traversèrent donc une bonne partie de la ville, ce qui prit plusieurs dizaines de minutes, se baladant main dans la main, comme un couple. Eden semblait joyeuse, ce qui ravissait le garçon ténébreux. Mais ce dernier ne pouvait se défaire de cette confusion qui s'était installée dans son esprit, et qui n'avait eu de cesse de s'amplifier depuis qu'ils avaient quitté l'usine. Il se posait d'innombrables questions, à propos de tout ce qui venait de se passer, mais particulièrement à propos d'Eden et de lui-même. Il s'interrogeait encore sur ce qu'il ressentait à son égard, sur ce long enlacement, et plus généralement, sur ce qui était en train de se passer entre eux. Est-ce qu'elle ressentait la même chose pour lui ? Elle le tenait par la main, et le promenait à travers les ruelles et les avenues de la grande ville... Qu'est-ce que cela signifiait ? Est-ce qu'il devait la considérer comme son amoureuse ? Est-ce que quelque chose avait changé, entre eux ?

A plusieurs reprises, sur le trajet, il avait eu envie de prendre la parole. Il avait parfois entrouvert la bouche. Mais rien n'était jamais sorti. Il était tout simplement muet. Il ne savait pas quoi lui dire. Il ne voulait rien gâcher, lui non plus, et il était trop timide pour oser dire quoi que ce soit. Ses pensées étaient totalement focalisées sur elle, à tel point qu'il ne fit pas attention aux affiches aguicheuses ni aux pancartes provocatrices qui décoraient désormais les murs du quartier où ils arrivaient. Même les lumières rouges clignotantes des façades des lieux de luxure n'attiraient pas son attention.

Lorsqu'ils arrivèrent enfin à destination, après avoir monté des marches qui lui avaient semblé interminables, ils purent enfin souffler. Okïn ne voulait pas l'avouer, mais cette longue marche avait rendu ses jambes très lourdes. Fort heureusement, il était habitué à marcher longuement ainsi qu'à faire du vélo, puisqu'il n'avait de cesse de voyager depuis environ deux ans. Mais il ne pouvait s'empêcher de penser que cela aurait été beaucoup plus rapide et beaucoup moins fatiguant à dos de Nostenfer ou de Dracaufeu.
Eden ouvrit et l'invita à faire comme chez lui. Le jeune garçon se sentait encore nerveux, tout comme elle. C'était la première fois qu'il était invité chez une fille. Il resta silencieux, et ne s'attarda pas sur la décoration ou le rangement de la pièce, il était loin d'être en mesure d'émettre un quelconque jugement à ce sujet. Il s'assit à côté d'elle lorsqu'il y fut invité, posa ses avant-bras sur ses cuisses et croisa les mains, tout en se posant confortablement tout au fond du sofa.
Eden posa sa tête sur son épaule, ce qui le surprit légèrement bien qu'il restât immobile. Elle s'endormit rapidement, le garçon put s'en rendre compte en observant et écoutant le souffle de la jeune fille qui se faisait plus lent et plus fort.

Mais Okïn était bien incapable de dormir, cette nuit-là. Après tout ce qui s'était passé, il ne pouvait faire le vide dans sa tête. Trop de choses trottaient dans sa petite caboche. A commencer par ce qu'il ressentait pour Eden. Mais c'était loin d'être son seul souci. Il s'était passé tellement de choses, ce soir-là. La mère d'Eden avait disparut. Il avait rencontré une femme ressemblant à sa propre mère et qui était une redoutable guerrière. Mewtwo s'était évadé. Et il ne savait toujours pas s'il était dans un autre monde, dans un rêve ou dans une illusion. Que de questions, que d'incertitudes. Il fallait faire le tri. A chaque problème, sa solution. Il suffisait de les énumérer méthodiquement et de les régler un par un. Okïn était quelqu'un qui aimait avoir un certain contrôle sur sa vie et sur les différentes situations qu'il était amené à rencontrer. Ce n'était pas pour rien qu'il était un dresseur d'exception. Mais depuis ce soir, il n'avait plus aucun contrôle sur quoique ce soit. Pas même sur son propre corps.


*Bien. Analysons la situation.*

Il ressassa alors l'intégralité des derniers évènements, depuis son arrivée dans ce monde privé de Pokémons. Il repensa à sa rencontre avec Shin, Gokai et Goten, leur combat contre le démon à la peau rouge, sa confrontation contre Mewtwo, et enfin, sa rencontre avec Eden et tout ce qui avait suivi. Il se remémora intégralement cette soirée, qui était passée d'une soirée presque banale à une soirée cauchemardesque, puis qui était devenue une soirée merveilleuse. Mais par quoi commencer ? Quel problème régler en premier ? Mewtwo allait être introuvable, il faudrait certainement attendre qu'il se manifeste pour pouvoir le retrouver. Et il n'avait aucun moyen de savoir si tout cela était réel ou non. Quant à sa fausse mère, elle avait tout simplement disparu. Et puis, de toutes façons, ses pensées étaient beaucoup trop occupées par Eden pour qu'il pût se focaliser sur autre chose. Alors peut-être devait-il d'abord régler cela. Essayer de comprendre ce qu'il ressentait pour elle et ce qu'il se passait entre eux deux. Ce n'était peut-être pas quelque chose de compliqué, ce n'était pas forcément un problème, mais pour lui c'était quelque chose de nouveau et d'inconnu.

Après un long moment, il déposa délicatement Eden contre un oreiller afin de se dégager de là, puis se leva. Il regarda l'heure : trois heures du matin. Il chercha les toilettes et ne prit pas longtemps à les trouver. Il fit sa petite affaire puis se lava les mains. Il en profita pour se passer un peu d'eau sur le visage, avant de se regarder dans le miroir. Sa joue était encore rouge depuis qu'il s'était fait frapper, elle lui piquait encore un peu. La fatigue se lisait sur le visage et pourtant, il ne pouvait pas dormir. Il était pris d'insomnie.


*Qu'est-ce qu'il m'arrive ? Qu'est-ce que je ressens pour Eden, exactement ? Est-ce que c'est ça, l'amour ?*

Il n'avait jamais ressenti de grande affection pour qui que ce soit auparavant, à l'exception de sa mère et de ses Pokémons chéris.

*Mais comment c'est possible ? Je la connais à peine, on vient juste de se rencontrer, je ne peux pas en être tombé amoureux si rapidement ! Pourtant, je me sens tellement heureux quand je suis auprès d'elle... J'ai l'impression de ne plus rien contrôler. Mon cœur palpite à chaque instant passé avec elle, et elle occupe toutes mes pensées. En plus, je n'arrive pas à détourner mes yeux d'elle... Elle est très jolie, c'est vrai, mais ce n'est pas la première jolie fille que j'ai rencontré. J'ai même déjà affronté des dresseuses canons. Pourtant, elles ne m'ont jamais intéressé... Est-ce que c'est parce qu'elle est venue vers moi ? Est-ce parce qu'elle m'a sauvé la vie ? Qu'est-ce qui est différent chez elle ? Qu'est-ce qui produit cet effet chez moi ? Je la connais si peu... Et pourtant, j'ai envie de la connaître davantage. Et je ressens de la souffrance rien qu'à l'idée de ne plus être avec elle...*

Okïn était ce genre de garçon qui essayait de tout justifier de manière logique et rationnelle, il voulait tout comprendre. Ce qu'il ne savait pas, c'était qu'il était impossible de comprendre les raisons du cœur. Il s'était produit un phénomène chimique dans son cerveau, pour une raison quelconque. Quelque chose chez Eden, à un certain moment, avait déclenché chez lui ce phénomène inexplicable. En trouver les raisons était une perte de temps.

Il revint dans la salle de vie. Ne trouvant pas de réponse logique, et ne trouvant toujours pas le sommeil, il décida de passer à autre chose. Il s'agenouilla à côté de la table basse située devant le canapé sur lequel dormait Eden, et s'empara d'un stylo et d'une feuille blanche situés non loin de là. Il se mit alors à griffonner des choses sur le papier. Il tentait de trouver la réponse à la prochaine question : où était-il ? Tout d'abord, il lista sur la feuille les possibilités qui lui passaient par la tête :
- Rêve/Illusion
- Monde parallèle
- Planète lointaine

Puis, pour chaque éventualité, il énuméra les arguments pour et contre par rapport à tout ce qu'il avait observé et vécu depuis son combat contre Arceus : l'absence de Pokémons, la façon très réelle dont il percevait le monde, les humains aussi puissants que des Pokémons, Mewtwo, la femme ressemblant à sa mère, Eden... S'ensuivit de nombreux schémas en tout genre à base de cercles, de rectangles et de flèches, avec des mots comme "Réalité parallèle" et de nombreux points d'interrogation un peu partout, qui s’enchevêtraient les uns dans les autres jusqu'à former un gribouillis insensé et incompréhensible qui ne ressemblait plus à rien, mais qui avait certainement dû avoir un sens au moment où il les avait dessiné.
Après plusieurs minutes à cogiter pour finalement n'arriver à aucune conclusion logique à part celle qu'il savait déjà (il était soit dans une illusion, soit dans un monde parallèle, et il n'avait aucun moyen de trancher), il soupira et jeta la feuille à côté de lui d'un geste nonchalant avant de se prendre la tête dans les mains durant plusieurs dizaines de secondes.
Finalement, il releva la tête pour observer le doux visage d'Eden, endormie sur l'oreiller, et sourit. Il fut alors pris de l'étrange envie d'immortaliser cet instant. Prenant une autre feuille, il commença alors à reproduire, au crayon, le contour et les traits du visage d'Eden, la représentant sous la forme d'un croquis plus ou moins réaliste. Il était loin d'être Van Gogh, mais il avait un petit talent pour le dessin, ce qui lui permit de la représenter assez fidèlement, finalement.
Toutefois, il ne put terminer ce qu'il était en train de faire, car il finit par ressentir le poids de la fatigue sur ses paupières devenues trop lourdes. N'ayant croqué le visage d'Eden qu'à trois quarts, il finit par s'endormir directement sur la table, la tête plongée dans ses bras croisés au dessus du dessin.
Eden
avatar
Féminin Age : 29
Date d'inscription : 01/11/2016
Nombre de messages : 19
Bon ou mauvais ? : Bon(bon ?)
Zénies : 0

Techniques
Techniques illimitées :
Techniques 3/combat :
Techniques 1/combat :

MessageSujet: Re: Childhood's End [PV Eden]   Mer 28 Déc 2016 - 17:21
L’aube darde ses rayons douceâtres à travers les grandes fenêtres de l’appartement. L’enfant ouvre les paupières. Elle est allongée sur le sofa, lovée contre un coussin. Elle regarde la poussière danser dans la lumière pendant de longs instants, n’osant pas bouger. Tout est parfaitement calme. Seul le souffle régulier d’Okïn afflue jusqu'à son ouïe. Eden se relève paresseusement. Le garçon s’est endormi sur la table. Elle plisse le nez : a-t-il eu du mal à trouver le sommeil ? Elle-même est tombée comme une masse sur le canapé. Un soupçon de honte vient effleurer sa conscience mais elle le chasse rapidement. Elle avait des raisons d’être épuisée, après tout… Elle s’étire comme un chat, élançant ses bras vers le plafond.

A pas de velours, elle s’approche d’Okïn, désireuse de le laisser dormir. Elle l’observe quelques instants, muette. Il s’est assoupi sur une feuille et un crayon a roulé depuis sa main, plus loin sur la table. Elle le contourne. Son pied heurte une feuille, froissée en boule. Curieuse, l’enfant la ramasse et la déplie. Elle s’efforce de la lisser entre ses mains, mais les inscriptions qui s’entremêlent sur le papier n’ont guère de sens pour elle. Elle la pose toutefois sur la table, à côté du garçon endormi.

C’est la première fois depuis longtemps qu’elle commence une journée en sachant qu’elle n’est pas seule. La faim qui la tiraille lui semble être un prix bien maigre à payer, en échange de cette compagnie inespérée. Pourtant, elle a bien envie d’offrir un petit déjeuner à son camarade. Elle se faufile en dehors de l’appartement sans un bruit et se rend directement chez la voisine de palier qui est une amie de sa mère.

Elle ne l’a pas revue depuis longtemps, s’arrangeant pour éviter la plupart de ses connaissances depuis qu’elle enquête autour de la disparition de sa génitrice. Elle sait qu’elle acceptera de lui apporter une aide mineure. Ainsi parvient-elle assez facilement, après avoir apaisé ses inquiétudes en lui assurant que tout allait –à peu près- bien, à obtenir de quoi faire des pancakes. Elle revient tranquillement dans l’appartement avec les ingrédients qu’elle a récupérés.

La cuisine est ouverte sur la salle, où dort Okïn. Eden se montre très précautionneuse, quitte à perdre du temps, afin de ne pas le réveiller trop vite.  Tout en préparant la pâte à pancakes, elle jette régulièrement des œillades en direction du garçon. Il ne bouge que lorsqu’elle entame la cuisson du premier pancake, peut-être tiré du sommeil par le frémissement de l’huile dans la poêle. Une agréable odeur sucrée s’est aussitôt répandue dans la pièce. Eden sourit à Okïn. Sa voix s’élève, franchement enjouée.

- Tu as bien dormi ? Je nous ai trouvé de quoi manger ! J’ai fait des pancakes, j’espère que tu aimes ça !

Retournant le pancake en cours d’élaboration à l’aide d’une spatule, elle ironise d’un ton taquin.

- Ne t’inquiète pas, c’est la voisine qui m’a donné de quoi préparer ça, je n’ai rien volé.

Toujours au moyen de l’instrument, elle dépose la petite crêpe dans une assiette éméchée avant de reproduire l’opération autant de fois que nécessaire pour épuiser l’intégralité de la pâte. Cela laisse au garçon le temps de se réveiller. Lorsqu’elle a fini, elle lèche goulument la spatule pleine de pâte crue. Elle s’empare du plat sur lequel trône une pile fumante de pancakes et vient le poser sur la table basse contre laquelle Okïn s’était endormi. Elle s’empare d’un pancake et en déchire un morceau avant de l’enfourner. Une fois celui-ci avalé, elle demande d’un ton curieux :

- Tu as eu du mal à t’endormir, hier ?

Ce n’est qu’à ce moment qu’elle remarque qu’il y a une autre feuille de papier posée sur la table, sous le visage du garçon. Discrètement, elle y jette un coup d’œil pour essayer de discerner ce qu’il y a dessus mais elle est en partie cachée par Okïn. Elle hausse les épaules avant d’engloutir le reste du pancake.

- Beaucoup de choses se sont produites hier soir, fait-elle d’une petite voix, je ne sais pas trop par où commencer…

Elle pose ses iris dorés sur lui. Cela ne fait pas un jour qu’ils se connaissent mais elle se sent étrangement proche de lui. Elle n’a pas envie de se questionner sur la nature de leur relation tant ils ont à faire, mais elle a besoin d’explications au sujet d’Okïn. Elle espère qu’il va lui apporter sans qu’elle ait besoin de l’interroger précisément.
Okïn Nightstorm
avatar
Terrien
Masculin Age : 28
Date d'inscription : 28/01/2016
Nombre de messages : 282
Bon ou mauvais ? : Bon
Zénies : 1560

Techniques
Techniques illimitées : Aligatueur:SURF / Dracaufeu:LANCEFLAMME / Nostenfer:TRANCH'AIR
Techniques 3/combat : Cizayox:PISTO-POING / Ectoplasma:BALL'OMBRE
Techniques 1/combat : Mewtwo:PSYKO

MessageSujet: Re: Childhood's End [PV Eden]   Jeu 29 Déc 2016 - 20:44
De gros arbres l'encerclaient de toute part et disparaissaient dans une brume épaisse. Le brouillard empêchait de voir quoique ce soit à plus de cinq mètres à la ronde. Ce bois était extrêmement lugubre, sombre et silencieux. Une atmosphère humide et malsaine s'en dégageait en permanence.

*Où suis-je...?*

Machinalement, il abaissa sa main vers sa ceinture. Ses Pokéballs ! Elles n'étaient plus là ! Que s'était-il passé, encore ?
Il s'avança dans une direction arbitraire, sans savoir où il allait. Curieusement, il avait chaud. Au bout de quelques secondes de marche, il atteignit une clairière, mais il était impossible d'apercevoir quoique ce soit à cause de la brume. Soudain, il sentit une bise souffler sur son visage. Le vent chassa le brouillard, petit à petit. Okïn put distinguer une forme sur le sol, à quelques mètres de lui. Il s'approcha, pour voir ce dont il s'agissait. Lorsqu'il fut suffisamment proche pour reconnaître la forme, il écarquilla des yeux et tomba à genoux.


"Ali !"

Le corps d'Aligatueur gisait devant lui, dans une marre de sang. Il avait été démembré, son regard était livide et sa gueule était restée ouverte. Le brouillard se dissipa complétement, laissant la clairière complétement visible. Il regarda autour de lui. Il y avait quatre autres corps. Dracaufeu, Nostenfer, Ectoplasma et Cizayox, tous étaient allongés, inertes, trempant dans d'épaisses flaques de sang. Des larmes s'écoulèrent des yeux d'Okïn.

"N-non... M-mes amis..."

Soudain, une forme humanoïde descendit lentement du ciel, et se posa devant lui. Le Maître de Johto leva un regard noir vers Mewtwo.

"Pourquoi tu as fait ça ? Ils ne t'ont rien fait ! C'était mes amis ! Tu détestes les humains, pas les Pokémons !"

"Pourquoi ?... Pour les libérer, tout simplement. Les libérer de ton joug, infâme dresseur. A présent, qu'ils reposent en paix."

"Tu... Tu es un monstre !... C'est moi que tu aurais dû tuer ! Pas eux ! Ils ne méritaient pas de mourir !"

"Okïn... Ça va aller, Okïn..."


La main d'Eden se posa sur son épaule, elle était apparue dans son dos. Il se tourna vers elle. Elle était tremblante et pâlichonne, contrairement à d'habitude.

"Eden..."

"Ça va... aller..."


Il baissa la tête et ses yeux s'élargirent lorsqu'il vit avec horreur que son ventre était en sang. Une lame la transperçait depuis le dos. Soudain, la lame s'extirpa de son petit corps fragile, et elle s'effondra devant lui. Une silhouette sombre le plongea alors dans la pénombre. Il leva la tête et reconnut Black Knight, sans son masque, ressemblant comme deux gouttes d'eau à sa mère.

"Tu n'es pas mon fils... Tu n'es pas mon fils !"

Elle leva son épée, puis l'abaissa violemment dans sa direction.

***

Un sursaut, et il se réveilla sans un bruit. Une odeur alléchante lui parvint aux narines. C'était la même odeur que celle qu'il y avait lorsque sa mère lui préparait le petit-déjeuner, à l'époque où il n'était pas encore indépendant. Était-il rentré chez lui ? Tout cela n'avait-il été qu'un mauvais rêve, en fin de compte ?
Il ouvrit lentement les yeux, et reconnut la douce voix d'Eden qui sonnait si agréablement à ses oreilles.
Il n'était donc pas rentré. Ce qu'il s'était passé le soir-même n'avait pas été qu'un rêve. Il ne savait pas s'il devait s'en réjouir ou être déçu. Au moins, il y avait Eden, dans ce monde-ci. C'était tout ce qui comptait.
Elle lui demanda s'il avait bien dormi avant de s'exclamer avoir fait des pancakes.


"Hm-hm..."
marmonna t-il en se frottant les yeux.

Il resta un moment assis par terre à côté de la table basse, émergeant tranquillement de son sommeil, jusqu'à ce qu'elle revienne avec une pile de pancakes. Il se souvint alors à quel point il était affamé, l'arrivée de ce petit-déjeuner était comme une bénédiction.


"J'ai une faim de Ronflex !" s'exclama t-il en souriant.

"C'est gentil, merci."

Il prit un pancake et l'engloutit rapidement comme s'il n'avait pas mangé depuis des jours. Elle lui demanda ensuite s'il avait eu du mal à s'endormir. Il réfléchit un court instant.

"Hm, non, ça va..." mentit-il.

Il ne voulait pas lui dire qu'il avait eu l'esprit trop préoccupé.


"Mais techniquement, c'était ce matin. On est rentré vachement tard. En tout cas, toi tu t'es endormie comme un Parecool !" s'exclama t-il d'un ton plaisantin.

Il mit quelques secondes avant de se souvenir qu'elle ne comprendrait pas la référence. Il avait changé de sujet afin qu'elle ne creusât pas d'avantage à propos du fait qu'il avait eu du mal à s'endormir.
Son bras gauche était toujours posé sur la table, recouvrant en majorité le dessin qu'il n'avait pas achevé. En la voyant lorgner sur la feuille, il baissa les yeux vers celle-ci, et rougit légèrement, à la fois gêné et paniqué. Machinalement mais assez discrètement, il ramena son deuxième bras sur la table pour cacher la feuille d'avantage, et son cerveau se mit en ébullition.


*Mince ! Si elle voit ce dessin, je suis mal ! Il faut absolument que je le cache, mais si je le fais devant ses yeux, ça paraîtra trop louche... Je dois détourner son attention, mais comment ?*

Et voilà qu'elle ne le quittait plus des yeux, en lui demandant indirectement ce qu'il s'était passé la veille au soir. Mais tous ses neurones s'agitaient pour trouver la réponse à cette question existentielle : comment se débarrasser de cette feuille avant qu'elle ne puisse la voir et sans qu'elle ne se doute de quoique ce soit ?
Heureusement, il trouva rapidement une solution.


"Heu... tu aurais quelque chose à boire, s'il te plait ?"

Il espérait avoir du jus d'orange, mais de l'eau ferait l'affaire si elle n'en avait pas. Même en supposant le frigo vide, elle pourrait toujours lui servir de l'eau du robinet. Il attendit qu'elle détourne son regard pour aller lui chercher à boire, et en profita pour plier rapidement la feuille en quatre, et la glisser dans la poche arrière de son pantalon. Il reposa ses bras sur la table juste avant son retour, espérant qu'elle n'avait pas remarqué sa manigance.

"C'est vrai qu'il s'est passé beaucoup de choses hier, c'est une histoire de dingue... C'est à n'y rien comprendre."

Il repensa rapidement à ce qu'il s'était passé. Rapidement, il se demanda comment allait ses Pokémons, en particulier Cizayox et Ectoplasma qui avaient pas mal soufferts. Il n'y avait qu'une seule façon de le savoir. Il décrocha les deux Pokéballs de sa ceinture, et libéra leurs hôtes à côté de lui et d'Eden. L'insecte et le spectre apparurent, debout et en pleine forme. Ils n'avaient aucune séquelle de ce qu'il s'était passé la veille. Cizayox s'était pourtant fait perforer par une lame, il n'en gardait aucune cicatrice. Ses Pokéballs étaient d'un tout nouveau type qui permettait de les soigner rapidement entre deux combats. Il n'y avait même plus besoin d'aller dans des centres Pokémons. En revanche, elles coûtaient très chers.
En voyant leur état, son visage rayonna.


"Vous êtes déjà remis sur pieds, c'est super ! Vous voulez des pancakes ?"

Ils préféraient les profiteroles, mais Okïn était certain qu'ils ne diraient pas non pour un pancake ou deux. Normalement, ils n'avaient pas besoin de manger, les Pokéballs servaient aussi à subvenir à leurs besoins quand ils ne se battaient pas. Mais cela leur faisait tellement plaisir...
Il tendit un pancake en direction de Cizayox. Toutefois, Ectoplasma fut plus rapide. Après avoir fait un sourire espiègle comme à son habitude, il étira sa langue très longuement pour l'enrouler autour du pancake et le prendre de la main de son maître, avant de l'ingurgiter aussitôt.


"Miamouarmmiam !"
fit-il en se léchant les babines et en se caressant le ventre avec ses petits bras.

Okïn fronça légèrement des sourcils et affirma d'un ton réprobateur :


"Ecto, ne peux-tu pas attendre ton tour ?"

"Bleuhbleuhbleuhbleuhbleuh !" répondit-il en lui tirant la langue, le provoquant sans méchanceté.

Ectoplasma semblait joueur, ce matin-là. Okïn se contenta de lever les yeux au plafond, avant de prendre un autre pancake et de le donner à Cizayox. Il l'engouffra tout aussi rapidement qu'Ectoplasma mais fit tomber plein de miettes à terre. Le spectre mauve ne se fit pas prier pour lécher le sol afin qu'il n'en reste aucune miette. Le jeune garçon se sentit un peu honteux vis-à-vis des mauvaises manières d'Ectoplasma, il hocha la tête de droite à gauche avec une légère indignation avant de poser ses yeux rouges sur Eden.


"Désolé... Ecto est un peu espiègle et aime bien n'en faire qu'à sa tête... Mais en combat, il m'obéit au doigt et à l’œil !"

Il s'était empressé d'ajouter cette dernière remarque, comme s'il cherchait à lui prouver qu'il était quand même un bon dresseur.

"Tes pancakes sont très bons, Eden."

Okïn ne faisait jamais la cuisine. Il était indépendant... parce qu'il dormait et se nourrissait dans des hôtels sans cesse. Parfois aussi, il passait des jours entiers au plateau Indigo de Johto et mangeait à la cantine de la Ligue.
Il resta silencieux quelques secondes, écoutant une éventuelle réponse de la petite fille. Puis il se décida enfin à reprendre la parole à propos de ce qu'il s'était passé la veille :


"Pour hier... J'imagine que tu dois te poser beaucoup de questions... Et je n'ai hélas pas beaucoup de réponses à te fournir... Je vais faire de mon mieux pour te dire tout ce que je sais, mais avant... Je peux aller prendre une douche ?"
Eden
avatar
Féminin Age : 29
Date d'inscription : 01/11/2016
Nombre de messages : 19
Bon ou mauvais ? : Bon(bon ?)
Zénies : 0

Techniques
Techniques illimitées :
Techniques 3/combat :
Techniques 1/combat :

MessageSujet: Re: Childhood's End [PV Eden]   Mer 4 Jan 2017 - 17:18
- Je vais te servir un verre d’eau.

C’est tout ce qu’elle a. Elle se lève lentement et file jusqu’à la cuisine pour s’emparer d’un verre et le remplir d’eau fraiche au robinet. Elle en profite pour faire de même avec un second verre avant de rejoindre Okïn. Elle dépose les deux verres pleins sur la table, souriante.

Elle regarde Okïn se chamailler avec Ecto d’un œil tendre. Les mauvaises manières du pokémon lui importent peu, et puis elle se dit que cela évitera d’avoir à faire le ménage pour nettoyer les miettes répandues par Cizayox. Tout le monde semble apprécier ses pancakes et cela ravit l’enfant qui se fend d’un large sourire alors que le garçon la complimente à ce sujet.

Eden affiche une moue déçue lorsqu’elle comprend qu’Okïn veut aller se doucher plutôt que d’éclaircir ses interrogations. Elle-même ne s’est pas lavée et sait qu’elle devra le faire.

- Oui, tu peux !

Elle lui indique la porte de la salle d’eau d’un signe de la main. Le garçon découvrira alors une petite pièce coquette et fonctionnelle, pourvue d’une douche en coin à laquelle on accède grâce à un panneau pivotant transparent. Elle dispose aussi d’un lavabo à simple vasque, sur le rebord duquel reposent différents produits cosmétiques aux couleurs criardes.

Eden profite du temps qu’il prenne sa douche pour ranger la vaisselle du petit déjeuner, puis elle va se poster à la fenêtre,  écartant les rideaux pour regarder la rue en contrebas. Lorsque le soleil brille, le quartier est calme. Il semble même endormi. C’est la nuit qu’il s’éveille, agité par le flot incessant des noctambules qui viennent y chercher des plaisirs faciles. Même la circulation routière est limitée en journée, et il n’y a donc guère d’animation à contempler pour se divertir en attendant que le garçon ait fini de se doucher.

L’enfant réfléchit. Elle a conscience que le plus important est avant tout de retrouver le pokémon fugueur. Ce dernier a montré qu’il pouvait causer des dégâts et elle n’ose imaginer ce qu’il va faire, en liberté dans la ville. Cette réalité l’oblige à mettre en pause les recherches de sa mère, mais ce n’est que partie remise car elle n’est plus seule désormais. Avec l’aide d’Okïn et de ses pokémons, elle imagine que sera plus simple. Et pourtant, leur rencontre complexifie aussi les choses car le garçon a sa propre histoire et ses propres problèmes.

D’ailleurs, elle espère qu’une fois qu’il sera sorti de la douche, il daignera enfin lui apporter quelques explications. Sinon, elle va finir par le harceler de questions. Elle tourne la tête en direction de la salle de l’eau. Le bruit de l’eau qui s’écoule s’est arrêté. Le garçon devrait enfin sortir. Elle retourne s’asseoir sur le canapé, jouant avec un coussin pour patienter. Quelques minutes passeront encore avant que la porte ne s’ouvre sur Okïn.

Eden l’accueille avec un sourire. Elle se contraint à être patiente et lui laisse le temps de la rejoindre. Cependant, elle n’en peut plus de ce suspens, et dès qu’il est suffisamment proche d’elle, elle ordonne d’une voix enjouée :

- Alors ! Dis-moi ce que tu sais, j’ai envie de comprendre ton histoire, moi…


Dernière édition par Eden le Ven 6 Jan 2017 - 21:22, édité 1 fois
Okïn Nightstorm
avatar
Terrien
Masculin Age : 28
Date d'inscription : 28/01/2016
Nombre de messages : 282
Bon ou mauvais ? : Bon
Zénies : 1560

Techniques
Techniques illimitées : Aligatueur:SURF / Dracaufeu:LANCEFLAMME / Nostenfer:TRANCH'AIR
Techniques 3/combat : Cizayox:PISTO-POING / Ectoplasma:BALL'OMBRE
Techniques 1/combat : Mewtwo:PSYKO

MessageSujet: Re: Childhood's End [PV Eden]   Jeu 5 Jan 2017 - 20:51
Au bout d'une vingtaine de minutes, le garçon à la peau pâle quitta la salle de bain pour rejoindre Eden sur le canapé. Ses cheveux d'ébène étaient encore humides, retombant contre son front et ses oreilles, de façon lisse. Il était vêtu d'un pull en laine noir, d'un jean de la même couleur, et de chaussettes blanches. Il avait laissé son long manteau chic sur le canapé avant d'aller se doucher ; il avait eu l'esprit trop occupé jusqu'à son réveil pour songer à le retirer malgré la chaleur qu'il lui apportait. Ses chaussures, quant à elles, étaient restées à l'entrée. Une odeur vanillée et peut-être un peu féminine émanait de lui, les produits qu'utilisaient Eden et sa mère étant essentiellement destinés aux femmes. À aucun moment, il ne s'était demandé où était le père de la fille. Lui non plus n'en avait pas, et ne l'avait jamais connu.

Le fait qu'il eût demandé à son hôtesse s'il pouvait prendre une douche avant de lui parler n'était pas un hasard. Comme la plupart des décisions qu'il prenait, elle avait été réfléchie. Cela lui avait permis d'éclaircir un peu plus son esprit, et de préparer mentalement le discours qu'il allait être forcé de lui offrir, tout en retardant l'échéance de quelques minutes. La douche lui avait, en outre, permis de se sentir mieux éveillé. Durant ce bref moment passé seul, il avait pu apprendre à quel point le sentiment amoureux pouvait être douloureux et pénible. En l'absence d'Eden, il avait eu la sensation que sa cage thoracique compressait son cœur et ses poumons pour les enfermer. Il était prisonnier de ses sentiments. Pour quelqu'un qui avait l'habitude de raisonner de façon rationnelle, ressentir un sentiment aussi inexplicable et imprévisible que l'amour était la pire des choses qui pouvait lui arriver. Ses capacités de concentration et de réflexion semblaient diminuées de moitié, tant ses pensées n'avaient de cesse de se perdre pour converger vers Eden. Elle était devenue une drogue dont il était dépendant. Sans comprendre pourquoi, il ressentait l'envie, le besoin, d'être constamment en sa présence.

Il la rejoignit donc avec un mélange de soulagement, et de crainte. Si la revoir était toujours un bonheur, lui parler demeurait une épreuve extrêmement ardue. Un défi qu'il devait réussir seul, sans l'aide de ses Pokémons sur lesquels il avait pourtant toujours pu compter autrefois. Il craignait qu'elle ne crût pas son histoire tant celle-ci était farfelue. Il craignait également d'avoir l'air bête. Et si elle le prenait pour un fou ? Si elle le chassait ? Ou bien si tout cela l'effrayait ? Que pourrait-il faire ? Il ne voulait pas que leur histoire prenne fin si tôt, même s'il ne savait pas exactement comment définir cette "histoire".

Il s'assit juste à côté d'elle pour profiter de sa présence et de sa proximité, mais baissa un peu la tête en soupirant légèrement de désarroi. Ses mains étaient posées sur ses genoux, ses doigts se tortillaient les uns contre les autres nerveusement. Il repensa au discours qu'il avait, plus ou moins, préparé sous la douche. Il leva brièvement la tête pour la regarder, mais son regard fut très rapidement fuyant dés qu'il s'aperçut qu'elle était également en train de le regarder. S'il prenait plaisir à détailler les traits de son doux visage lorsqu'elle regardait ailleurs, il était bien incapable de la regarder droit dans les yeux, beaucoup trop timide pour oser affronter son regard.

Ectoplasma s'amusait à léviter à travers le petit appartement, inlassablement, passant au travers des murs et des meubles pour regarder à l'intérieur avec grande curiosité, sans rien déranger. Cizayox, quant à lui, restait debout, devant la fenêtre, regardant au dehors, fixant dans le vide. De temps à autre, l'une de ses pinces se mettait à s'ouvrir puis à claquer, nerveusement. Okïn leva les yeux vers l'insecte rouge.


"Ok..." finit-il par répondre à Eden en manquant cruellement d'enthousiasme.

Il se racla un peu la gorge.


"Mais tu vas avoir beaucoup de mal à me croire..."
ajouta t-il.

Il baissa un peu la tête, son regard se posa sur la table basse. Eden ne semblait pas avoir remarqué le dessin qui avait disparu puisqu'il l'avait rangé dans la poche de son jean. C'était une chance qu'elle ne fût pas observatrice. Il se serait senti beaucoup trop embarrassé si elle était tombée sur ce dessin la représentant. Il ne se sentait pas du tout prêt à lui avouer ses sentiments, qu'il comprenait encore si peu, et ce dessin pourrait presque être interprété comme un aveu. Bien qu'elle ne l'eût pas rejeté la veille, il ne savait pas vraiment ce qu'elle ressentait pour lui. De nature assez pessimiste, il avait de gros doutes quant au fait qu'elle pût ressentir la même chose à son égard, et la crainte de se faire rejeter le poussait à ne pas en parler.


"Bon, alors... Comme tu t'en doutes sûrement, je viens d'un monde très lointain... Là-bas, il y a des Pokémons partout, c'est très courant, et nous vivons tous en harmonie avec eux. Là d'où je viens, je suis ce qu'on appelle un Dresseur Pokémon. Je voyage, seul le plus souvent, je capture des Pokémons, je les dresse et les entraîne, et j'affronte d'autres dresseurs. C'est une façon d'acquérir du pouvoir ou de la notoriété ainsi que de l'argent. Tous les conflits se règlent par des combats de Pokémons dans mon monde, car les humains sont beaucoup trop faibles pour rivaliser avec. Donc c'est important de savoir les dresser. Bref, un jour, j'ai rencontré Mewtwo..."

Il s'interrompit, et sembla réfléchir quelques instants, avant de reprendre :

"Hm, non, il y a d'autres choses à dire avant ça, en fait..."
s'embrouilla t-il.

"Au bout d'un moment, mes Pokémons sont devenus très puissants, et je suis devenu Maître Pokémon... En fait, le Maître Pokémon est considéré comme... heu... le meilleur dresseur de sa région..."

Il se sentait un peu gêné de révéler cela, parce qu'il ne voulait pas avoir l'air prétentieux. Lorsqu'il était devenu Maître de Johto, il en avait assurément tiré une certaine gloire, il en avait même été extrêmement fier. Cela lui était même monté un peu à la tête. Mais sa défaite face à Red, le Maître de Kanto, l'avait remis à sa place. Désormais, il ne se considérait plus comme quelqu'un d'exceptionnel, il y en avait eu des milliers comme lui après tout, au fil des années. Et puis, il savait que c'était avant tout à ses Pokémons qu'il devait ses victoires, et avait tendance à minimiser son propre rôle. C'était notamment dû à sa personnalité de plus en plus sombre et pessimiste, au fil du temps, qui le poussait à se déprécier. Peut-être que la crise d'adolescence en approche jouait un rôle là-dedans. Mais il y avait une autre raison à ce changement progressif de personnalité : Ectoplasma. Chaque fois que son spectre utilisait sa technique BALL'OMBRE, elle libérait des ondes psychiques négatives qui contraignaient les êtres situés aux alentours à ressentir de sombres sentiments totalement démoralisant : ils perdaient l'envie de se battre et devenaient pessimistes. Bien sûr, les effets étaient normalement temporaires. Mais Okïn avait passé tellement de temps auprès d'Ectoplasma, il avait si souvent été victime des ondes psychiques libérées par la BALL'OMBRE, qu'il était probable que cela eût affecté définitivement sa personnalité.

Dés qu'il eut révélé cette information, il nuança :


"Ça peut être impressionnant dit comme ça, mais c'est loin d'être exceptionnel, en fait. Chaque région a son maître, donc il y en a des dizaines comme moi dans le monde entier. Enfin, bref... Comme les maîtres ont des Pokémons très puissants, ils ont aussi des responsabilités et des obligations. D'abord, ils doivent se rendre disponibles et se présenter à la Ligue Pokémon dés qu'un nouveau dresseur vient prétendre au titre. Mais surtout, ils ont le devoir d'intervenir en cas de situations critiques, quand des gens sont en danger ou autre... C'est pour ça que j'ai été amené à rencontrer Mewtwo, le Pokémon qui s'est échappé hier. Il devenait trop menaçant et trop dangereux pour les habitants d'une ville, donc j'ai dû le capturer."

Il zappa tous les détails, afin de ne pas lui donner trop d'informations. Elle avait déjà suffisamment à assimiler comme cela.

"Mais je n'ai pas encore vraiment eu le temps de le dresser... Il est loin d'être docile. C'est pour ça qu'il m'obéit pas, en plus il est beaucoup plus intelligent que les autres, et plus puissant aussi. J'aurais jamais dû laisser ces types retirer ma ceinture hier, j'ai vraiment été nul sur ce coup-là..."

Il baissa un peu la tête. Il n'en voulait pas à Eden, mais il s'en voulait beaucoup à lui-même. Tout ça était de sa faute...
Il marqua une petite pause avant de reprendre, levant les yeux vers Ectoplasma pour voir ce qu'il faisait.


"Bref... Peu de temps après, j'ai voulu capturer un Pokémon du nom d'Arceus. J'ai vraiment été trop orgueilleux... En fait, d'après les légendes, Arceus est considéré comme un Dieu, c'est lui qui aurait tout créé : l'univers, les Pokémons, tout ça... Et moi, j'ai cru que j'arriverais à le capturer."

Il sourit, se moquant de la stupidité dont il avait pu faire preuve et se trouvant bien ridicule. Il haussa des épaules.

"Bah, je voulais juste devenir plus fort donc sur le moment, ça m'a paru être une bonne idée. Je suis parvenu à retrouver sa trace dans une région éloignée de celle où je suis né, et j'ai essayé de le combattre. Mais visiblement, Dieu n'avait pas envie d'être capturé par un simple humain, ce jour-là..." ironisa t-il.

"Ensuite, c'est là que ça devient complétement dingue. Il y a eu un flash, et je me suis évanoui. Quand je me suis réveillé, j'étais dans ce monde-ci, au milieu d'une forêt. Sans Pokémon, ni rien... Enfin, juste les miens. Et après je t'ai rencontré, voilà... Ah, oui, une dernière chose... La femme qu'on a vue hier, avec l'épée... C'est super bizarre, mais elle ressemblait trop à ma mère, j'ai cru que c'était elle donc c'est pour ça que je me suis précipité dans la cage. Mais là, j'ai aucune explication logique, c'est juste une histoire de fou, et j'y comprends rien moi non plus."

Il se tût un moment, avant de lever son regard vers elle, osant enfin l'affronter. Il reprit la parole, avec moins d'assurance et d'une voix un peu tremblante :

"Eden, tu sais... Je... Je suis un peu perdu... Parfois, j'ai l'impression de devenir fou. Je ne sais même pas si tout ceci est réel, ou si c'est juste une illusion provoquée par Arceus... Depuis que je suis arrivé ici, je n'ai plus aucun repère."
Okïn Nightstorm
avatar
Terrien
Masculin Age : 28
Date d'inscription : 28/01/2016
Nombre de messages : 282
Bon ou mauvais ? : Bon
Zénies : 1560

Techniques
Techniques illimitées : Aligatueur:SURF / Dracaufeu:LANCEFLAMME / Nostenfer:TRANCH'AIR
Techniques 3/combat : Cizayox:PISTO-POING / Ectoplasma:BALL'OMBRE
Techniques 1/combat : Mewtwo:PSYKO

MessageSujet: Re: Childhood's End [PV Eden]   Ven 3 Mar 2017 - 19:40
Réveille-toi, petit Okïn. Les meilleures choses ont une fin, et même les plus beaux rêves finissent par s'achever, le plus souvent de manière brutale, pour disparaître à jamais dans les méandres de notre mémoire faillible, ne devenant que de vagues souvenirs, éphémères, qui s'évanouissent au fil du temps jusqu'à ne plus exister. Voilà ce qu'il resterait de l'histoire relatant la rencontre entre Okïn et Eden.

Et le petit garçon ouvrit les yeux. Il n'avait que trop longtemps dormi. Revenir à la réalité n'était pas chose aisée. Il avait l'impression d'avoir été inactif durant deux long mois, tant son sommeil avait été profond. Il semblait, d'ailleurs, un peu perdu, comme on pouvait le lire sur son expression faciale. Il regarda brièvement autour de lui, avant de se frotter les yeux. Il était dans une chambre. Les rayons du soleil transperçaient les rideaux. Il était seul.
Rapidement, il éclaircit son esprit, essayant de se remémorer les derniers évènements de sa vie, démêlant le vrai du faux. Un rêve. Tout cela n'avait été qu'un incroyable et réaliste rêve qui avait semble t-il duré plusieurs heures, bien que dans la réalité cela n'avait dû durer que quelques minutes. Il avait bel et bien atterrit à Satan City la veille, à dos de Nostenfer. Et... c'était tout. Il s'en souvenait très clairement. Il avait simplement rejoint l'hôtel le plus proche, et avait réservé une chambre pour la nuit. Il n'avait pas fait de rencontre particulière. Sa vie n'avait pas été bouleversée. Eden n'avait été qu'une création de son esprit. Peut-être un fantasme. Quant au reste, cela n'avait été que les représentations successives de ses pires craintes et de ses désirs. Il craignait perdre le contrôle sur Mewtwo, et il avait donc rêvé que cela se produisait. Il souhaitait retrouver sa mère, et elle était apparue dans son rêve.

Devait-il être déçu, ou rassuré ? Il n'en savait rien. Il jeta un coup d'oeil à sa ceinture à pokéballs, posée sur la table de chevet à côté du lit. Il y avait bel et bien les 6 pokéballs, dont la Master Ball qui contenait Mewtwo. Tout était rentré dans l'ordre, finalement. Mis à part le fait qu'il était toujours très loin de chez lui et qu'il ne savait pas comment retourner à Johto. Pourtant, il aurait voulu qu'Eden soit réelle. Il ignorait comment son cerveau avait pu la concevoir et faire naître en lui de si puissants sentiments. Était-elle la représentation de la fille de ses rêves ? Peut-être que son cerveau avait retrouvé l'apparence d'une fille qu'il avait trouvée mignonne, quelque part dans un coin de sa tête, et s'en était servi pour créer ce personnage dont il avait rêvé, et dont il était apparemment tombé amoureux.
Il était un peu troublé. Comme lorsque l'on sort d'un rêve un peu trop réaliste et qu'on n'est pas sûr d'être complétement réveillé. Cela dura dix bonnes minutes, avant qu'il ne comprenne qu'il était bel et bien revenu à la réalité, et que tout ce qui s'était passé depuis sa rencontre avec Eden n'avait été que le fruit de l'imagination de son subconscient.

Il se doucha, s'habilla, puis accrocha sa ceinture à pokéballs autour de sa taille. Il était temps de repartir, désormais. Il devait trouver un moyen de rentrer chez lui. Il quitta l'hôtel, payant la chambre avec de vrais zénies et non pas des pokédollars. Quelques jours plus tôt, il avait sauvé un couple de vieux habitants de la montagne d'un dangereux éboulement, grâce à ses Pokémons. On l'avait récompensé en lui donnant une poignée de zénies. Bien entendu, cette petite histoire n'a pas été relatée en RP puisqu'elle ne sert qu'à justifier de façon cohérente l'obtention des zénies de départ ainsi que les éventuels gains de la loterie.

A présent, envole-toi, Okïn. Une grande aventure t'attend. Vole, petit Okïn. Vole, vole, vole.
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Childhood's End [PV Eden]   
 
Childhood's End [PV Eden]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Une journée éprouvante [PV Eden]
» Mickaël Eden
» Dimitri Payet (by Eden-Hazard)
» Inscription d'Eden Marshall
» Chambre d'Eden, Vesna et Chih-Nii

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPGDBZ :: RPG :: Terre :: Satan-City-