Partagez | 
 

 La purification a commencé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Ghost Rider
avatar
Demon
Masculin Age : 19
Date d'inscription : 24/09/2016
Nombre de messages : 43
Bon ou mauvais ? : Bon
Zénies : 800

Techniques
Techniques illimitées : chaîne mystique, feu infernal, éclair divin
Techniques 3/combat : regard d’expiation, tempête infernal
Techniques 1/combat : soin divin

MessageSujet: La purification a commencé   Mar 27 Sep 2016 - 15:59
(Ce rp est libre, vous pouvez y participer si vous le voulez. Envoyez-moi un mp si vous voulez rp avec moi. Merci d'avance Smile )

Quelque part dans les quartiers malfamés de Satan-city, on pouvait entendre les ronronnements d'une moto, de ma moto. La nuit était tombée et les rues désertes. Je préfère largement la nuit pour me déplacer. En effet, le jour, les rues sont bondées et ma moto, qui semble dater d'un autre âge pour les habitants, attire beaucoup trop les regards. C'est pour cela que je sors en moto que la nuit.

En réalité, il y a une autre raison pour mes sorties nocturnes: cette ville a besoin d'être purifié. Cela fait déjà plusieurs jours que j'ai commencé la purge: voleur, violeur, assassin, gangster, dealer, et j'en passe. Tous y passent. Rares sont ceux qui restent en vie. Pour le moment, seul un père de famille a eu la vie sauve: il volait pour nourrir sa famille. Il est le premier à avoir répandu la rumeur d'un chasseur d'hommes. Les histoires varient, mais aucune n'approche de la vérité. Seul un élément reste dans toutes ses versions: le chasseur se déplace en moto. Tous me connaissent qui je suis, mais personne ne me connait. Beaucoup prétendent que je ne suis qu'une légende, mais peu de gens osent encore sortir.

C'est ainsi que je me promène la nuit, chassant les monstres à l'apparence d'homme.
*Il n'y a vraiment plus personne dans les rues. Il va falloir rentrer dans les piaules maintenant*
Alors que je réfléchissais à mes futures proies, j'entendis le cri étouffé d'une jeune femme. M'arrêtant, je tournai ma tête vers la source du bruit. Les cris semblaient venir du premier étage d'un vieux bâtiment aux fenêtres barricadés. Ni une ni deux, je transformai mes mains. Un feu surnaturel venant de nulle part brûla ma peau, mes tendons et ma chaire. C'est ainsi, avec mes mains squelettes enflammés, que je me suis mis à escalader le mur, arrivé à la fenêtre de l'étage, je pus apercevoir, à travers les minces entrées de lumière que laissaient échapper les planches, une femme dénudée, les yeux en larmes, ainsi qu'un homme au dessus d'elle qui était occupé à la "chevaucher" (je passe les détails). Sans en attendre davantage, j'appliquai ma transformation à l'ensemble de mon corps. Ainsi, transformé en un squelette recouvert de feu, j'enfonçai mon crâne dans les planches de bois.

Ainsi, ma tête à l'intérieure de la chambre, qui a mis fin au élans amoureux de l'homme, je m’exclamai:
"Here's me! Tiens, t'as l'air content de ta chaîne, laisse-moi te montrer les miennes"
"C'est qu..."
L'homme ne put finir sa phrase. Il fut transpercé par quatre chaînes qui me sortirent de ma bouche. Il fut projeter dans le mur et passa à travers.
Je me décidai alors de rentrer dans la chambre et, sans prêter attention à la fille, et en rangeant mes chaînes à l'intérieures de moi, j'avançais dans la pièce quand j'entendis le mot "patron". Prenant mon élan, je sautai, défonçai la porte et me retrouvait en face d'un homme armé d'une mitraillette qui me fixa d'un air hébété. Sans perdre une minute, je l'attrapai au visage et lui dit:
"Pourquoi avoir défoncer la porte, alors que j'avais déjà fait un trou dans le mur? Quoi? C'est pas à ça que tu penses! Dommage."
Je levai alors l'individu d'une main et l'envoya vers le sol. C'est ainsi que je fis un trou dans le sol et me retrouvai dans une sorte de réception d'un hôtel. Relevant ma tête, je pus voir que j'étais entouré de cinq homme dont quatre armés de mitraillettes. Ses quatre personnes me visèrent, mais ils n'eurent pas le temps de me tirer dessus, que mes chaînes étaient de nouveau sorti et s'étaient enroulé autour de leur cou. J'envoyai alors des éclairs divins dans mes chaînes qui ont eu pour effet de leur faire exploser la tête.

Me retournant vers le cinquième homme, je m'avançai vers lui. je sentais chez lui quelque chose de malsain. Comme pour me dissuader de lui faire du mal, il me dit que ces hommes l'avaient menacé et qu'il avait été obligé de leur livrer sa fille. Alors que j' étais à quelques centimètres de son visage, je l'attrapai par les cheveux et le regardant droit dans les yeux, je lui dis:
"Tu me mens, tes intentions sont perverses. Tu as fait couler le sang des innocents. Subis leurs souffrances!"
Activant mon regard expiatoire, je lui ai fait ressentir toutes la souffrance qu'il a affligé aux innocents dont sa fille. Alors qu'il tombait inerte sur le sol, je me suis retourné et je vis une tête qui m'observait depuis le trou que j'avais fait au plafond. C'était la fille que j'avais aidé. Elle m'articula un "merci". Et, sans me retourner, je m'avançais vers un mur que je fis exploser d'un coup de pieds. Je fis quelques pas en avant vers ma moto. Je montai dessus, mais avant de partir et me doutant qu'elle m'espionnait, je lui dis: "Si tu veux répandre ma rumeur, sache que je suis celui qu'on nomme le chasseur, mais fais en sorte que l'on m'appelle le Ghost Rider. Alors que ma moto se recouvrait de flamme, je fis gronder le moteur et partis à vive allure, laissant derrière moi, une traîné de feu.
Ghost Rider
avatar
Demon
Masculin Age : 19
Date d'inscription : 24/09/2016
Nombre de messages : 43
Bon ou mauvais ? : Bon
Zénies : 800

Techniques
Techniques illimitées : chaîne mystique, feu infernal, éclair divin
Techniques 3/combat : regard d’expiation, tempête infernal
Techniques 1/combat : soin divin

MessageSujet: Re: La purification a commencé   Mar 27 Sep 2016 - 22:50
Entendant un bruit, je me réveillai d'un coup. Non, en un sursaut, non avec un cri, non, j'ai juste ouvert les yeux. Me relevant lentement, je scrutais les environs à la recherche de la source du bruit. Je trouvai alors la source du bruit: un enfant qui fouillait dans mes provisions. Lorsque le gamin le vit, ses yeux s'agrandirent et il se mit à courir. Je me levai d'un coup et le poursuivit. Il n'avait pas fait cinq mètres, que je le tenait déjà par le col. Je levai et mis son visage à ma hauteur. Je soupirai

La nuit dernière, après ma petite ballade, j'étais parti en bordure de ville vers un hangar abandonné de la ville. En réalité, il n'était pas abandonné: c'est là que j'habitai. C'est là que je vivais le jour. En principe, on me laissait la paix. J'avais même réussi à avoir un certain confort: j'avais un vieux matelas, quelques boîtes de conserve et aussi des bières et puisque je gardais forme humaine ici, le tout était relativement en bon état, comparé à ce que je laisse d'habitude. C'était un endroit tranquille, mais surtout, on ne venait pas me faire chier. Enfin, jusqu'à aujourd'hui...

"Bon, qu'est ce que tu fous ici?"
"Rien, je vous promets que j'ai rien fait. Je dirai rien, j' vous jure. Me tuez pas, s'vous plait."
"Mais qu'est ce tu me racontes comme conneries?"
Le garçon regardai au-dessus de mon épaule et je suivis son regard: un drap était relevé et révélait une roue de moto.
"Vous êtes le Chasseur. C'est ça ? Vous tuez que les méchants, mais moi je suis pas méchant."
Las, je le lâchai, allait vers ma moto et recouvris la roue avec le drap. J'allai me chercher une bière et j'allai m'asseoir dans un coin. Décapsulant la bouteille avec mes dents, je bus une gorgée et reportais mon attention sur le gamin. Je pourrais nier les faits, mais même un imbécile comprendrait qui je suis réellement. Je vis comme un SDF, je mange dans des boîtes de conserve, mais mes habits sont en bon état, j'ai une moto qui valait une petite fortune. Non, c'était évident que j'étais le "Chasseur".
"Non, je vais pas te tuer. T'es juste con. Qu'est-ce t'avais à fouiller dans mes affaires?"
"Je cherchais juste une preuve que je savais qui vous étiez. Ainsi, les autres, ils me respecteraient."
"Et pourquoi t'es venu, à la base, dans mon hangar?"
"Heu...pour trouver de la nourriture. Non, j'suis pas un voleur. Enfin, si. Mais c'est parce que mon père, il est malade et il a une dette et voilà... C'est pas grave...Hein?"
"Non, bon, je te ramène chez ton père. Par contre, ne raconte pas sur tous les toits qui je suis. Et, quand tu veux me parlais de moi,ne m'appelle pas le "Chasseur", mais le Ghost Rider. C'est un peu chiant qu'on t'appelle  pas par ton vrai nom.
Ghost Rider
avatar
Demon
Masculin Age : 19
Date d'inscription : 24/09/2016
Nombre de messages : 43
Bon ou mauvais ? : Bon
Zénies : 800

Techniques
Techniques illimitées : chaîne mystique, feu infernal, éclair divin
Techniques 3/combat : regard d’expiation, tempête infernal
Techniques 1/combat : soin divin

MessageSujet: Re: La purification a commencé   Ven 30 Sep 2016 - 6:46
En ce début d'après-midi, le soleil tapait, l'air était sec. Ce temps ne me dérangeait pas spécialement, mais la chaleur accentuait l'odeur de pisse, de vomi et autres substances communes dans ces banlieues. De plus, les rues étaient remplies de personne mal ou pas du tout lavé. L'odeur de transpiration était omniprésente. Pour résumé, ça puait pas mal. Cela faisait déjà plusieurs minutes que le gosse, qui s'appelait Fuu, me conduisait dans ces rues qui me semblait fort différent à la lumière du jour. Cela faisait plusieurs minutes qu'il me traînait dans les rues. Quand soudain, nous fûmes bloqués par une foule. Il semblait rassembler pour observer un bâtiment précis. Levant mes yeux vers le fameux bâtiment, je pus voir une fenêtre entièrement explosé et brûlé.
*Hé, merde*

Etant un peu contrarié que nous soyons bloqués par ma faute, j'écoutais les rumeurs grandissantes. On disait déjà le chasseur, même si on commençait à l'appeler Ghost Rider. C'était déjà un point positif: on allait plus m'appeler n'importe comment. Autre point positif, les rumeurs amplifient la réalité: la peur s’insinuera plus vite chez les malfaiteurs. Enfin, là c'est un peu chiant. Rester bloquer dans la rue pour si peu, ça m’énerve. Mais à première vue, il s’agit d’un des gros patrons de la mafia qui a été exécuté.
Après quelques minutes, la foule se dispersait. Alors que je pensais que nous allions repartir, Fuu leva sa tête vers moi et me dit :
« Pourquoi t’es allé chez Lili ? Elle va bien ? On peut passer chez elle avant que tu me ramènes chez moi ? »
Sans attendre ma réponse, il courut à travers la rue et rentra dans le bâtiment. Ruminant sur la stupide idée que j’ai eu de le ramener chez lui, je l’ai suivi. Ayant pris mon temps, je suis arrivé au beau milieu de la conversation.
« …pas le savoir »
« Allez, s’il te plaaaaaaaaiiiiiiiiiiiit !!! »
« NON ! Je …»
La fille, qui parlait avec Fuu s’arrêta net. Elle me fixa perplexe. Je pouvais pratiquement voir les connexions de son cerveau s’effectuer. Peu à peu, elle commençait à comprendre qui j’étais. Voulant épargner un temps inutile. Je lui dis que c’était effectivement moi, la nuit passée. Après cette révélation, elle fit un pas en arrière et, évitant mon regard, elle me dit
« Mon père est mort après ce que vous lui avez fait… »
« Ça arrive parfois. T’es triste ? »
« Non, pas vraiment… »
« Mais de quoi vous parlez. T’as tué son papa ? Mais pourquoi ? Et pourquoi t’es pas triste, Lili ? »
La tête de Fuu faisait des allers-retours entre moi et la dénommer Lili. Les yeux au bord des larmes, il attendait une réponse. Finalement, je lui répondis.
« Il était coupable. »
Cette phrase ne me couta aucun effort moral. Elle était tombée comme une sentence. Non, cette phrase ne semblait pas venir d’un quelconque jugement. Non, c’était un fait. Il était coupable et il n’y avait pas matière à débattre. Faisant demi-tour, j’appelai Fuu pour qu’il me rejoigne. Lili demanda également de venir pour se changer les idées. N’y voyant pas d’inconvénients, nous partîmes à trois chez le père de Fuu. Le voyage fut silencieux et, après cinq minutes, nous arrivâmes finalement devant une modeste habitation. Un peu déçu, mais heureux, Fuu me dit :
« C’est là. Au revoir, monsieur. »
Me saluant, il s’en alla suivi par Lili. Me retournant pour m’en aller, j’entendis Fuu criait. Ni une ni deux, je me suis précipité à l’intérieure pour voir ce qu’il se passait. Une fois arrivé, je pus voir ce qui avait effrayé Fuu : les murs étaient tapissés de sang et un homme, pied de biche, ensanglanté, en main, s’approchait dangereusement de lui. Je me rapprochais de l’homme quand il me vit et me dit , d’un ton menaçant:
« T’approche pas. Je règle juste mes comptes. Le gosse servira de remboursement. Dommage que l’autre con soit pas encore en vie pour voir le résultat. »
Il regarda derrière lui en direction d’un corps mutilé qui ne respira plus jamais. Me rapprochant, néanmoins, l’autre homme sourit et se dirigea vers moi.
« Si tu y tiens… »
Il leva son arme et, à lors que j’étais à quelques centimètres de lui, il me frappa au visage. Ma tête tourna sur le côté. En une fraction de seconde, je remis ma visage face à lui. Mais, au lieu de mon visage humain, il vit ma véritable apparence démoniaque. Attrapant son visage à deux mains, je le regardai dans les yeux. Mon regard expiatoire s’enclencha. Alors qu’il tombait à terre, face à tous ses crimes, j’attrapai son pieds de biche et insufflai des flammes infernales à l’intérieure de ce bout de métal. Ainsi chauffé, je m’en servis comme d’un pique et le plantai dans le ventre de l’homme pour le clouer au sol. Reprenant mon apparence humaine, j’attrapai Fuu et le mis sur mon épaule et me retournant vers Lili, je lui dis :
« Vous n’avez plus personne. Je vais veiller sur vous jusqu’à ce que quelqu’un veuille bien s’occuper de vous. Ramène tes fesses, on va squatter chez toi. »
 
La purification a commencé
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Purification ! ( Damon vs Oneiros )
» La salle de purification
» Purification en cours... [En attente de validation]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPGDBZ :: RPG :: Terre :: Satan-City-