Partagez | 
 

 You Don't Fool Me

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Motta
avatar
Modérateur
Masculin Age : 26
Date d'inscription : 04/08/2008
Nombre de messages : 34037
Bon ou mauvais ? : Mystérieusement neutre
Zénies : 3515

Techniques
Techniques illimitées : Téléportation// Kienzan // Dodompa
Techniques 3/combat : Final Flash // Griffes du Tigre
Techniques 1/combat : Supernova

MessageSujet: You Don't Fool Me   Dim 14 Juil 2013 - 23:42
Le retour du colonel des armées sayennes se faisait avec discrétion et simplicité, plutôt étonnant pour un haut gradé comme lui. Mais après ce qui s’était passé sur Kanasa, cette guerre riche en émotions pour lui, il n’avait pas vraiment envie de fanfaronner, bien au contraire. Il avait vaincu un puissant ennemi, un sayen tout comme lui et non des moindres puisqu’il s’agissait de son rival Candaves. Motta qui ignorait avoir un rival à cause de son amnésie avait été bien surpris en apprenant ce qui s’était passé le jour où il avait perdu la mémoire. Cependant, ce n’était pas le seul fait marquant pour lui, il y avait aussi la terrible trahison de Claire, très embêtante pour ses alliés comme Fugma le chef de l’Alliance Ganshou qui devait être très remonté contre elle. Mais que dire de ce que ressentait le colonel Motta ? Oui, justement, que pouvais ressentir l’un de ces hommes qui vouaient leurs vies au combat, l’âme d’une seule personne pouvait-elle brisée ou ne serait-ce que troublée leur esprit ?

L’espace de quelques heures, le guerrier de l’espace qu’ici sur la planète Vegeta tous le monde connaissait avait envie de passer inaperçu et s’isoler pour reprendre ses esprits. C’est pourquoi après avoir quitter la base de lancement il s’était vêtu d’une longue cape blanche avec capuche et s’était mis à errer dans les rues de la plus grande ville de Vegeta sans réel but, les gens qu’il croisait lui aurait habituellement fait un salut militaire mais puisqu’il cachait son visage avec une capuche et un foulard qui couvrait le bas de son visage, ils ne pouvaient le reconnaître. Pendant pas loin de 45 minutes il marcha tout droit en suivant les rues sans réfléchir à où elles le mènerait, il se retrouva alors de façon tout à fait hasardeuse devant un vieux bar. Sans doute que l’enseigne était déjà remplie de sayens complètement bourrés à fêter un événement quelconque de leur vie quotidienne en s’offrant une boisson typique de Vegeta… Enfin, les sayens n’avaient pas vraiment besoin d’avoir une raison pour picoler, ils étaient tous de grands mangeurs, de grands buveurs et de grands braillards. Le colonel les entendait déjà rire de dehors, il s’avança et passa à côté de deux de ses congénères, un homme et une femme en train de se bécoter. Mais ils se stoppèrent en voyant arriver l’homme vêtu de blanc avec son regard amer, et décidèrent de s’en aller.


Motta commençait à avoir soif, ça tombait bien qu’il arrive jusqu’ici, il entra alors dans le bar et les bruits, les cris, les discussions, prirent fin en sa présence: c’était pas souvent qu’ils voyaient un gars emmitoufler dans une cape se pointer ici. En effet, les sayens étaient peu pudique et très direct, ils n’avaient rien à cacher, encore moins sur leur planète, mais les gens qui étaient présents reprirent leurs discussions et leurs cris de joie ou de moquerie quelques secondes après l’arrivée de Motta sans plus s’en soucier. Le second de Toma s’approcha du comptoir et fit simplement signe au barman en montrant du doigt ce qu’il souhaitait boire. En attendant sa commande, il regarda autour de lui, ce spectacle était celui qu’on voyait partout sur la planète, un regroupement de personnes ne pensant qu’à s’amuser où se battre dans des bars ou ailleurs. On pouvait dire que les sayens en général vivaient bien l’instant présent, à toujours s’abreuver des bonheurs artificielles. Ils buvaient jusqu’à plus tenir debout, rigoler de tout et n’importe quoi, se tapait dessus sans raison -que ce soit amicalement où parce qu’ils cherchaient des noises à quelqu’un- et il y en avait même qui étaient limite en train de copuler, où du moins n’étaient pas loin de le faire. Un peu comme ce sayen et cette sayenne dans un coin du bar qui se roulaient des pelles, l’un sur l’autre à la limite de la décence, à qui Motta jeta un regard étrange.

Ici, tous le monde avait une bouteille ou un verre à la main et Motta n’échapperait pas à la règle, mais ce n’était pas avec le sourire qu’il allait boire un peu d’alcool. Non, mais plutôt pour oublier ce goût amer qui lui restait en travers de la gorge. Cette trahison, venant de celle avec qui il avait été le plus intime depuis son retour sur Vegeta, celle en qui il avait donné une confiance presque aveugle… Non, complètement aveugle ! Comment avait-il put se faire berner ? Lui, le colonel de l’armée sayenne ne pouvait accepter qu’on se joue de lui de cette manière. C’est en pensant à tout ça qu’il avala la boisson alcoolisé qu’il avait commandée, et elle fut suivit de d’autres verres du même liquide, qu’il ingurgita sans se soucier du nombre, seulement pour essayer d’oublier. Soudain, il entendit des pas s’approcher de lui, un grand gaillard venait de se mettre à côté de lui avec un regard menaçant, il faisait une tête affreuse, comme si quelque chose le contrariait. Puis il finit par parler alors que Motta ne tournait même la tête en sa direction.

"Eh du con ! Qu‘est-ce que t‘as à regarder ma copine depuis tout à l’heure ?! T‘as un problème ? Tu veux que je te casses la tronche ? Allez, hein ! Réponds pecnot ! Hein ?!"


Commença-t-il à brailler à Motta en foutant nerveusement des coups de coudes dans le bras de Motta pour l'énerver. Ce type était le mec qui embrassait la sayenne au coin du bar et il avait remarqué que l’homme à la cape blanche les avait regardé deux ou trois fois et cela ne lui avait pas plus. Bien sûr ce n’était pas que Motta était intéresser par la demoiselle mais c’était plutôt que cela lui rappelait quelqu’un à qui il n’avait plus envie de penser pour l’instant. Malheureusement l’autre sayen l’avait très mal pris et il commença à chahuter celui qu’il prenait pour un simple poivrot en train de se bourrer la gueule sans savoir qu’il s’agissait du colonel. Pour ne rien arranger, Motta l’ignorait comme s’il n’existait pas alors le grand gaillard finit par prendre une bouteille et la brisa sur la tête du colonel qui resta de marbre. Étonner de voir que cela n’avait eût aucun effet, il resta bouche bée quelques secondes tandis que Motta se leva, visiblement plus du tout enclin à garder son calme. Le guerrier de l’espace frappa d’un grand coup de poing le ventre de la brute épaisse qu’il avait à côté de lui, ce dernier vit son armure exploser et fut envoyer à l’autre bout de la pièce en balayant tout sur son passage. Cela mit un colère un grand nombre des clients du bar qui, pas tous très intelligents ni très sobres se mirent à se foutre sur la gueule jusqu’à amener une bagarre générale dans le bar. Alors que tout ça était partit de rien, ont voyait tous les sayens du bar se battre dans un bordel incroyable, la déco du bar déjà pas très soignée en pris rapidement un coup. Motta en profita pour se défouler, lui aussi plus trop sobre, il frappa tout ce qui l’entourait, tout ça dans une frénésie qui le menait à ne plus savoir si c’était une chaise, une table, un morceau de meuble qui volait dans la pièce ou la tête de l’un de ses congénères qu'il cognait. De dehors ont entendait encore plus de bruits que d’habitude, plus personnes n’osait entrer dans le bar, par contre certains ressortait, pas toujours avec toutes leurs dents et aucun sans une égratignure. Cette baston se prolongea jusqu’à tard dans la nuit, eh oui les sayens pouvaient se battre très longtemps avec leurs conditions de guerrier qui leur offrait une résistance incroyable. Après avoir pris quelques beignes de trop, le colonel se retrouva par terre, reprenant un peu ses esprit avec ces coups il se releva et quitta le bar en les laissant se battre entre eux. Il regarda le ciel sombre, toujours avec son regard un peu amer.

"C‘est fini..."

C’est les mots qui s’échappèrent se sa bouche avant qu’il ne s’envole dans les airs pour quitter la ville. Il laissait derrière lui tous ces types qui n’avaient pas encore envie d’arrêter de se battre alors qu’il était à l’origine de ce foutoir. Mais de toute façon, les sayens adoraient se battre, alors c’était pas vraiment une chose incroyable de les laisser dans leur bordel. Motta s’était laissé aller ce jour là, mais cela ne se reproduiras pas, il s’était défoulé maintenant et allait reprendre ses fonctions comme il se doit. Direction le château désormais.



Spoiler:
 

Fiche de Motta
Général des armées sayennes.

Truth:
 


Transformations:
- Gorille Géant
- Super Sayen 1
- Super Sayen 2
- Super Sayen 3

Objets: Armure sayen, détecteur, boules de cristal à 1 et 4 étoiles, 2 senzus, émetteur Alliance Ganshou, cape rouge.
 
You Don't Fool Me
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» fool them [PV]
» Every whisper of every waking hour, I'm choosing my confessions, trying to keep an eye on you, like a hurt, lost and blinded fool. ₪ 22 mars, 18h22
» see her come down through the clouds, I feel like a fool ✈ 16 MAI, 18H21, SASHA.
» [Ultra Ouvert, ramenez vos potes!!!] Un matin...
» played the fool (sydney)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
RPGDBZ :: RPG :: Vegeta :: Ville-